• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ukraine – La crise énergétique actuelle est tout simplement de la (...)

Ukraine – La crise énergétique actuelle est tout simplement de la barbarie, et il était possible de l’éviter

La crise énergétique actuelle en Ukraine pourrait se terminer par la mise au pilori d’un des oligarques, et pas nécessairement Akhmetov, a déclaré l’expert ukrainien en énergie Dmitri Marounitch.

JPEG

Dmitri, y a-t-il assez de charbon en Ukraine pour passer la saison de chauffage ? Y a-t-il des efforts pour augmenter ces réserves ?

La situation a été, et est toujours, difficile, avec des réserves d’environ 500 000 tonnes. Elles étaient récemment à ce niveau, et en tout cas elles n’ont pas beaucoup baissé.

Il est vrai que les livraisons en provenance de la fédération de Russie ont maintenant cessé, elles ont été suspendues. Il existe également des difficultés d’approvisionnement en provenance du Kazakhstan, ce qui jouera évidemment aussi un rôle. Il n’y a pas encore d’impact significatif, mais cela arrivera.

Par conséquent, comme il y avait entre 500 et 600 000 tonnes, cela reste le cas. Les approvisionnements provenant d’autres provenances ne seront pas en mesure de couvrir entièrement les besoins sans la fédération de Russie, c’est évident.

Il y a plus de 500 000 tonnes de livraisons prévues pour novembre depuis diverses destinations, mais si elles ne sont pas reprises depuis la Russie, la situation va empirer, c’est clair comme de l’eau de roche, car il y a des contraintes logistiques, je ne parle même pas du prix.

Quelle est l’importance du charbon de chauffage, que la Russie a refusé de fournir, dans le bouquet énergétique de l’Ukraine ? Certaines centrales électriques semblent avoir été converties pour des groupes de charbon de grade G.

La plupart des unités de production sont déjà passées au charbon grade G, car l’Ukraine, comme on le sait, est privée d’anthracite depuis 2017. Ils avaient l’habitude d’en faire venir des territoires non contrôlés par le gouvernement [Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk – note de la traductrice], mais depuis 2017 [c’est-à-dire depuis le blocus total imposé par les néo-nazis puis le gouvernement ukrainien – note de la traductrice], ces approvisionnements ont cessé.

Ils ont donc investi de l’argent et fait passer la plupart des unités de Centrenergo au charbon de grade G – tant chez DTEK Holding que chez Centrenergo. Mais la demande d’anthracite est toujours là, sans être aussi importante. Il fut un temps où ce chiffre atteignait 9 millions de tonnes – il a été fortement réduit, mais certains volumes sont encore nécessaires aujourd’hui.

De plus, les centrales de production combinée de chaleur et d’électricité qui fournissent de la chaleur à la population utilisent toujours de l’anthracite, car elles sont situées dans des zones habitées, et l’écologie rentre en ligne de compte.

Les centrales thermiques utilisent donc encore de l’anthracite, mais je ne saurais dire dans quelle proportion. Mais cela n’est certainement pas inférieur à 1 million de tonnes, et peut-être même plus.

Plus tôt, les médias ont rapporté que la Biélorussie avait cessé de fournir de l’électricité à l’Ukraine à partir du 9 novembre. Belenergo a ensuite démenti, affirmant que seules Energoatom et quelques autres entreprises ne recevraient pas d’électricité de la Biélorussie. Quelle est la situation actuelle en matière d’approvisionnement en électricité en provenance de la Biélorussie et de la Russie ?

Rien en provenance de Russie, Inter RAO a déjà annulé l’appel d’offres de sa part. Depuis le 1er novembre, il était prévu que des livraisons soient effectuées, mais elles n’ont pas eu lieu.

En Ukraine, certaines personnes, je ne dirai même pas les médias, ont fait circuler cette lettre de Belenergo, qui disait que c’était fini, qu’il n’y aurait pas d’importations.

Mais il s’est avéré qu’il ne s’agissait que de l’entreprise publique Energoatom, et que le négociant privé TET réalisait des importations hier et peut en réaliser aujourd’hui, je suppose.

Hier, les importations d’électricité étaient bel et bien en cours, et il n’est pas juste de dire qu’elles ont cessé. Selon toute apparence, les autorités biélorusses ont ainsi démontré qu’elles ne voulaient pas coopérer avec l’entreprise publique ukrainienne Energoatom.

Il me semble qu’elles ont simplement montré que « nous allons commercer avec ces gens mais pas avec eux  ». Il est évident que la politique est impliquée d’une certaine manière, mais je ne peux que supposer.

Le parlement ukrainien a adopté une loi sur les oligarques. La majeure partie de la production thermique ukrainienne appartient à Rinat Akhmetov, le leader de la liste Forbes en Ukraine, et plusieurs autres centrales électriques thermiques appartiennent à d’autres grands hommes d’affaires. Comment le combat de Zelensky avec les oligarques peut-il affecter l’approvisionnement en électricité de l’Ukraine ?

C’est difficile à dire. La loi a surtout une valeur de relations publiques. Si Zelensky voulait vraiment se battre contre les oligarques – il y a beaucoup d’instruments. Il y a le comité anti-monopole, il y a des lois pertinentes, par exemple sur le lobbying.

D’autre part, c’est un document qui donne au Conseil de Sécurité Nationale et de Défense le droit de désigner des oligarques sur la base de raisons fixées par ce même Conseil de Sécurité Nationale et de Défense, et c’est tout.

Nous, toutes les personnes saines d’esprit du pays, y voyons plutôt une tentative de Zelensky d’usurper le pouvoir par le biais de tels outils, car le CSND se voit confier des pouvoirs totalement disproportionnés, qui, soit dit en passant, ne figurent pas dans la loi sur le CSND lui-même.

Il s’agit plutôt d’un événement de relations publiques dans le contexte de la chute de la cote de popularité de Zelensky, chute due à l’effondrement du système d’administration de l’État, qui est bien illustré par la crise énergétique dont nous parlons.

Bien sûr, cela peut avoir des conséquences, mais nous avons le sentiment qu’ils vont simplement choisir quelqu’un et essayer de le désigner officiellement comme oligarque avec tout ce que cela implique. Il n’est pas certain qu’il s’agisse d’Akhmetov.

La loi aura-t-elle un impact ? Peut-être, mais pour l’instant elle ne menace en rien Akhmetov. De plus, de nombreux députés, indirectement ou directement liés au même Akhmetov, ont même voté pour le projet de loi au parlement. C’est pourquoi toutes ces hypothèses ne sont pas si claires.

De nombreux politiciens et experts parlent d’une crise énergétique imminente en Ukraine. Les conséquences pourraient-elles vraiment être aussi graves ? Je me souviens des coupures de courant à Odessa dans les années 90 – oui, c’était désagréable, mais il était possible de vivre. Est-ce que ce sera pire maintenant ?

Eh bien, tout d’abord, ce n’est pas les années 1990, ce n’est pas Haïti. Et deuxièmement, à quoi sert la gouvernance de l’État si les autorités sont incapables de fournir des choses aussi fondamentales que l’électricité.

Je ne sais pas s’il y aura des manifestations de masse, car en 2015, certaines personnes dans les zones rurales, dans la même région d’Odessa, dans la région de Nikolayev, ont bloqué les routes. Ils sont le plus souvent restés plusieurs jours sans électricité.

Ce qui va se passer cette fois-ci… Comprenez, c’est juste de la barbarie, il y avait toutes les possibilités d’empêcher la situation de dégénérer en un tel scénario. Il n’y aura peut-être pas de nouveau Maidan, l’électricité sera coupée dans une moindre mesure dans les grandes villes, mais il y aura un certain mécontentement.

Source : Ukraina.ru

Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Yann Esteveny 10 novembre 2021 09:37

    Message à Madame Christelle Néant,

    Figurez vous que nous rencontrons actuellement en France des problèmes beaucoup plus graves. Par ailleurs, il est malheureusement pour nous devenus impossible d’en faire part dans des articles sur Agoravox.

    Respectueusement


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 novembre 2021 12:21

      @Yann Esteveny
      Des problèmes beaucoup plus graves qu’une crise énergétique, des gens qui n’ont toujours pas de chauffage dans leurs habitations alors que l’hiver est déjà là, des morts du COVID en pagaille, des autorités dictatoriales qui ferment les médias contestataires un à un, enferment les opposants en prison sans base légale, et un néo-nazisme renaissant ? Sans parler de la guerre civile en cours, des enlèvements de personnes qui sont torturées dans les caves du SBU, et j’en passe.
      Je sais quelle est la situation en France, j’ai encore des proches dans mon pays natal. Oui vous avez de gros problèmes mais à un moment faut pas exagérer non plus.


    • Yann Esteveny 10 novembre 2021 14:25

      Message à Madame Christelle Néant,

      L’arrivée en 2004 d’un Régime affilié à l’Union Européenne et donc aux banksters produit les fruits aisément prévisibles. Le totalitarisme Ukrainien ressemble beaucoup à celui soviétique.
      En tant que reporter de guerre dans le Donbass, vous produisez des articles en masse sur les sujets locaux sur un média en France qui favorise pourtant outrageusement la propagande officielle du Régime . Loin de moins de moi, l’idée de vous faire cesser ce travail mais je vous invite sérieusement à vous posez la question « Pourquoi ? ».

      J’ignore votre connaissance exact de la situation en France et vous laisse juger par vous-même s’il y a exagération ou non :
      https://echelledejacob.blogspot.com/2021/11/il-ny-pas-eu-de-pandemie-mais-un.html

      Respectueusement


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 novembre 2021 14:30

      @Yann Esteveny
      Ces fruits prévisibles je les avais annoncé il y a bien longtemps, mais à l’époque en France tout le monde m’a prise au mieux pour une horrible pessimiste au pire pour une cinglée. Après plus de 15 ans à tenter d’ouvrir les yeux des gens en vain, je suis partie là où je pourrais être utile. D’où le pourquoi j’écris sur Agoravox. Pour faire savoir ce qui se passe ici.
      Comme dit plus haut j’ai des proches en France avec qui je discute régulièrement donc je sais parfaitement quelle est la situation dans ma patrie natale.


    • Yann Esteveny 10 novembre 2021 15:08

      Message à Madame Christelle Néant,

      Si vous savais parfaitement la situation dans votre patrie natale, vous savez ici que la question ouverte « Mais Qui ? » peut entraîner 6 mois de prison. Il est doit être encore possible de poser la question « Jusqu’à quand ? » :
      http://www.diatala.com/article-ukraine-bhl-en-fuhrer-et-la-force-israelienne-delta-a-kiev-122799390.html

      Il faut se focaliser sur les causes pour pouvoir trouver les remèdes en France comme en Ukraine.

      Respectueusement


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 novembre 2021 15:16

      @Yann Esteveny
      En Ukraine, dire simplement que la guerre dans le Donbass est une guerre civile et se dire contre cette guerre peut vous valoir de passer plus de 500 j en prison sans procès. Ou de vous faire tuer en bas de chez vous après que vos données personnelles aient fuité sur Mirotvorets. La France est encore loin de la situation ukrainienne, mais je vous l’accorde : elle suit la même voie.


    • Yann Esteveny 10 novembre 2021 15:33

      Message à Madame Christelle Néant,

      Je vous cite : « La France est encore loin de la situation ukrainienne, mais je vous l’accorde : elle suit la même voie. ».

      Les mêmes causes produisent les mêmes effets. En France, la mort sociale est l’arme préférée du Régime afin de ne pas produire de martyrs trop visibles, même si les éliminations physiques lents ou brutaux existent aussi. Le conditionnement en France est plus total et plus complet ce qui explique le peu de dissidents.

      Respectueusement


    • Christelle Néant Christelle Néant 10 novembre 2021 17:05

      @Yann Esteveny
      Je vous rejoins sur la cause identique : la soumission à un hegemon en train de s’effondrer, qui tente de maintenir son hégémonie par la force.


    • Guy19550 Guy19550 10 novembre 2021 16:03

      Je sais que la Russie ne livre plus de charbon à l’Ukraine (avant c’était directement des républiques vers l’Ukraine, mais le blocus a fait que tout ce qui était en trop a filé vers la Russie. 

      Depuis que les cowboys ont essayé de faire tourner le nucléaire ukrainien avec le combustible américain, c’est devenu de la merde et à ma connaissance la Russie n’a plus livré de combustible à l’Ukraine après cet épisode.

      L’Ukraine importe de l’électricité à la Biélorussie et j’espère qu’ils paient cash car l’Ukraine n’est certainement pas un partenaire commercial fiable.


      • Guy19550 Guy19550 10 novembre 2021 16:16

        Désolé de le dire mais la situation en France est loin d’être comparable avec l’Ukraine. La France est devenue le collabo du boche et le but est de voler ce qui est ailleurs et d’augmenter le cercle des consommateurs, la construction européenne, c’est devenu cela. Y a rien de social là-dedans et Delors peut se retourner dans sa tombe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité