• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ukraine – Le gouvernement de Zelensky veut pousser les citoyens à (...)

Ukraine – Le gouvernement de Zelensky veut pousser les citoyens à dénoncer ceux qui parlent russe

Après avoir lancé aux habitants du Donbass un appel digne de la propagande nazie du début de la guerre contre l’URSS, promu la stérilisation des chômeurs, et soumis un projet de loi pour interner les citoyens russes dans des camps, le gouvernement de Zelensky veut promouvoir en Ukraine une autre horreur digne du régime nazi : la dénonciation de ceux qui parlent russe !

C’est l’avocate et ancienne ministre ukrainienne de la Justice, Elena Loukach, qui a commenté sur le plateau de la chaîne ZIK les propos du médiateur linguistique, Taras Kremen, qui a proposé d’introduire en Ukraine un système de dénonciation de ceux qui n’utilisent pas la langue ukrainienne (c’est-à-dire majoritairement ceux qui parlent russe), via une application dédiée.

Elena Loukach a commenté de manière très dure et très ironique les propos de Taras Kremen, allant jusqu’à le qualifier de « Sprechen-Führer » (Chef de la Parole), pour bien montrer le lien idéologique entre de telles idées et celles des nazis.

« Notre « SprechenFührer » [Chef de la Parole- NDLR], le camarade Kremen va introduire un système de dénonciation par le biais d’une application spéciale. Il a vu la belle expérience lettone. Le « Sprechen-Führer », le médiateur linguistique Kremen, n’est pas descendu de la lune, il a été nommé par le cabinet des ministres de Zelensky le 8 juillet. Cette création fait partie de l’équipe de Zelensky, un « nouveau visage » tout comme cela nous a été promis lors des élections », déclare-t-elle.

Elle a ensuite expliqué que cette idée n’est pas sortie de nulle part, mais que ce membre du gouvernement de Zelensky a décidé de copier en Ukraine le système de dénonciation linguistique qui existe en Lettonie contre la même catégorie de personnes : celles qui parlent russe.

« L’application qu’il essaie d’utiliser existe vraiment en Lettonie, elle s’appelle « ami de la langue », voilà un nom très ironique – « ami de la langue ». Je me souviens d’une mauvaise blague sur le KGB – « toc-toc, je suis ton ami ». Cette application c’est « frappez et on vous ouvrira » – elle assure parfaitement la punition de ceux qui ne parlent pas letton. Et ici, le citoyen Kremen aime cela à la folie, » a expliqué l’ex-ministre de la Justice.

Elena Loukach remet ensuite cette démarche de dénonciation des gens qui parlent russe en Ukraine dans le contexte des autres propos et lois ou projets de lois issus du gouvernement Zelensky, qui s’inscrivent tous dans la même ligne idéologique que celle des nazis. Elle explique de manière très ironique (en disant que le temps est venu pour une telle mesure) que ce projet n’est en fait que le prolongement de la politique que mène Zelensky depuis le début de son mandat.

« J’ai déjà vu le projet de loi sur les collaborateurs, le projet de loi sur l’internement et les camps, j’ai vu des projets de loi qui réduisent les droits linguistiques, j’ai déjà entendu des histoires sur la nécessité de la stérilisation forcée des femmes qui n’ont pas d’argent et sur la mauvaise qualité des enfants. Je pense qu’il est temps pour Zelensky et son équipe d’élaborer un projet de loi sur la dénonciation. Son heure est venue, cela manque cruellement. Pour pouvoir utiliser le système « ami de la langue », vous devez voter une loi de dénonciation. Une telle législation était très populaire pendant l’Inquisition et a même été encouragée. Quand j’entends ces conneries, l’enfer, la folie et la sodomie de la part de l’équipe de Zelensky, j’ai l’impression de venir d’un Moyen Âge douillet, où l’amour de la langue sera instauré par la dénonciation », a-t-elle ironisé.

Mais pour Elena Loukach ce genre de méthode visant à imposer une langue par la contrainte est surtout contre-productif et rend l’ukrainien plus repoussant qu’autre chose.

« Zelensky, comme Poroshenko, a tout fait pour rendre la langue ukrainienne impopulaire. Il est impossible de populariser la langue ukrainienne en massacrant simultanément ses locuteurs, en détruisant les Ukrainiens – à la fois locuteurs et non-locuteurs de la langue – et en poursuivant de telles politiques nationales et étrangères. Par conséquent, il n’y aura aucun regain d’intérêt pour la langue ukrainienne », explique-t-elle.

Elle conclut en déclarant que cette idée de dénonciation de ceux qui parlent russe n’est qu’une nouvelle étape sur le chemin de l’épuration ethnique en Ukraine, faisant des parallèles avec les critères anthropométriques et la ségrégation en vigueur à l’époque des nazis. Pour elle le silence du gouvernement de Zelensky face à cette déclaration peut non seulement valoir consentement, mais il est même possible qu’il soit déjà en train de prévoir un budget pour cette nouvelle horreur néo-nazie.

« Et je ne suis pas du tout surprise que l’équipe de Zelensky invente cette histoire d’applications numériques. Proposer plus de lois sur l’épuration ethnique, sur les paramètres anthropométriques, sur la ségrégation. N’arrêtez pas ! L’équipe de Zelensky est comme ça, non ? Et quand ce fonctionnaire dit quelque chose comme ça, vous pouvez l’attribuer à sa démence – c’est l’automne, sa maladie s’est aggravée et il est parti en sucette. Mais tout le gouvernement est silencieux, donc il soutient. Et peut-être que ce n’est pas un simple silence, mais qu’il alloue déjà de l’argent du budget de l’État, ou qu’il prévoit de l’allouer à un registre spécial pour que quelqu’un d’autre puisse gagner de l’argent sur ces dénonciations  », conclut Elena Loukach.

Après les camps de concentration pour les citoyens russes, voilà que le gouvernement Zelensky veut pousser à la dénonciation de ceux qui parlent la langue russe, mais à part ça d’après les défenseurs du Maïdan en Occident, il n’y a pas de néo-nazis au pouvoir en Ukraine.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Emohtaryp Emohtaryp 28 novembre 2020 14:29

    Merci Christelle de ces infos régulières !

    Ils se sentent fort en croyant que le zombi Bidon le tricheur va être « investi »....mais, ils feraient mieux de se méfier, car au moment le plus opportun, Vlad va taper du poing sur la table et tous les rats néo nazis d’Ukraine vont se carapater fissa....ça devrait se finir comme ça, la Russie n’acceptera pas de se retrouver à côté d’un « état » hostile belliqueux piloté de l’extérieur....

    Si c’était le cas des voisins des US, ou encore de la Chine ou autres, eux n’hésiteraient pas...


    • FaBiEn 29 novembre 2020 00:23

      Encore du grand n’importe quoi !!!!

      La vérité est complètement déformée !!!

      L’Ukraine dont la langue officielle est l’Ukrainien est parlé à 100% par une minorité dans l’ouest. Le reste du pays est partagé par une population qui a connu le communisme avec l’union soviétique et dont la langue était le Russe et l’Ukrainien. Aujourd’hui, les Ukrainiens sont en guerre contre les Russes. N’est-il pas légitime d’arrêter de parler la langue du pays adverse par simple humanisme envers tous les morts qu’il y a quotidiennement des deux cotés ? Bien sûr que oui.

      Malgré toutes les annonces du gouvernement Ukrainien pour arrêter de parler le Russe, la majorité de la population continu et continuera de parler le Russe.

      Les livres d’école, les annonces, les chaine de TV, les personnes nées avant 1992 , parlent le Russe.

      Il faut savoir que du temps de l’union soviétique, les 15 pays se sont mélangés au fil des sècles. Qui est aujourd’hui Ukrainien, Russe, Polonais, Donbassien de pure souche ? peut être certaines femme Kocase du donbass peut être... smiley


      • Christelle Néant Christelle Néant 29 novembre 2020 00:36

        @FaBiEn
        Sauf qu’il n’y a pas de guerre entre la Russie et l’Ukraine. Il y a une guerre civile entre Ukrainiens. C’est vous qui racontez n’importe quoi. Il n’y a pas d’armée russe dans le Donbass, descendez de vos fantasmes ridicules. Si la 2e armée la plus puissante au monde avait attaqué l’Ukraine la guerre aurait été finie en 3 semaines maximum comme contre la Géorgie en 2008. Fin du délire.
        Quant à votre principe d’arrêter de parler la langue du pays ennemi, si tous les pays d’Europe ou même les États-Unis à leurs débuts avaient suivi ce conseil, je ne vous raconte pas le bordel. Là on touche le fond niveau bêtise. Quant à parler d’humanisme pour les morts quotidiens des deux côtés, vous oubliez que les 3/4 des morts de civils à cause des bombardements et des tirs sont de notre côté. C’est-à-dire que les gens d’ici meurent à cause des tirs de l’armée ukrainienne. Donc il serait normal qu’on éradique la langue ukrainienne si on suit votre principe.
        Votre réécriture de l’histoire est pitoyable. Non il ne s’agit pas seulement « d’annonces » du gouvernement ukrainien, mais de plusieurs lois discriminatoires envers les russophones. Lois qui ont retiré au russe son statut de langue régionale, lois qui ont réduit drastiquement la proportion de la langue russe dans les médias, et l’ont éradiqué de l’enseignement. Faits pour lesquels l’Ukraine s’est faite épinglée par la commission de Venise.
        Donc celui qui ment c’est vous. Excusez vous et dégagez de mes articles ou je vous traiterai en troll. Et croyez moi, ça va piquer.


      • skirlet 29 novembre 2020 03:04

        @FaBiEn
        « Il faut savoir que du temps de l’union soviétique, les 15 pays se sont mélangés au fil des sècles. »

        Rien que cette bêtise montre le niveau de cet « intervenant ».


      • babelouest babelouest 29 novembre 2020 08:09

        @skirlet en plus on repense qu’il y a à la louche un millénaire, la capitale de la Rus’ était... Kiev ! Mais bien sûr Christelle le sait autant que nous tous réunis.
        .
        Cela me fait penser qu’il y a bientôt douze ans maintenant, avec des amis du Net nous avions écrit ensemble une sorte de cadavre exquis. A la fin je l’ai mis en forme, mais bien entendu pour le publier il faudrait l’accord des neuf rédacteurs. Une partie de l’intrigue se déroule à Novgorod.


      • Christelle Néant Christelle Néant 29 novembre 2020 14:32

        @skirlet
        Y a tellement d’âneries dans chacun de ses commentaires que je ne peux pas tout relever sinon j’y passerai la journée, mais celle là m’a bien fait rire oui...


      • Christelle Néant Christelle Néant 29 novembre 2020 14:33

        @babelouest
        Eh oui, la Rus’ de Kiev, que de passions elle déchaîne encore aujourd’hui....


      • goc goc 29 novembre 2020 05:54

        Bonjour Christelle

        J’ai du mal a comprendre l’attitude de Zelensky. Au début je croyais qu’il permettrait l’arrêt de la guerre, qu(il serait un « anti-Porochenko », et a vous suivre, il semble qu’il devient pire que l’autre. Que s’est-il passé ? ; c’est moi qui n’ai rien compris ?, c’est un dictateur en herbe qui est arrivé caché ?, ou il est un simple pion et c’est son entourage qui le dirige, et le dirige vers le pire ??


        • JC_Lavau JC_Lavau 29 novembre 2020 06:54

          @goc. Regarde chez nous comment a viré Robert Lacoste. Socialiste d’origine, c’est lui qui a légalisé l’usage de la torture en Algérie.
          Des gens qui ont une solide armature morale, il n’y en a pas beaucoup.


        • Christelle Néant Christelle Néant 29 novembre 2020 19:19

          @goc
          Porochenko aussi avant les élections avait promis de mettre fin à la guerre dans le Donbass. La suite on la connait. C’est juste des promesses électorales qui n’engagent que ceux qui y ont cru. Si vous remontez mes articles et même certaines interviews que j’ai faites avec Xavier Moreau, j’ai très vite senti qu’il allait nous faire un Porochenko bis. Et j’ai eu raison...


        • Guy19550 Guy19550 30 novembre 2020 08:53

          @goc
          Au début, les espoirs étaient permis, il y avait un doute. Ce n’est hélas plus le cas maintenant, le zoulou a été amené à faire une alliance avec l’opposition car sa popularité baissait, cette alliance a été faite avec des anciens de chez tonton chocolat. Je pense que c’est cela qui manque dans les réponses.

          Suite au dernières élections, comme ils n’en parlent pas beaucoup, je vais supposer que pour l’heure que l’issue est encore incertaine, mais j’ai cependant pour habitude de ne pas donner le bénéfice du doute à quelqu’un qui a déjà retourné sa veste. Au final, je suis donc de l’avis de Christelle mais pas pour le point de départ.


        • Guy19550 Guy19550 30 novembre 2020 10:58

          @Guy19550
          J’estime aussi que les pouvoirs d’un président sont limités. Aux US par exemple, Le departement of state est plus haut que le président. Il suffit pas exemple d’une simple remarque de leur part pour que le président recule. Y en a eu un dans le passé qui n’a pas voulu reculer et il a été assassiné (Kenedy), comme quoi il y a de la dictature dans la démocratie. Trump s’est opposé à plusieurs reprises au departement of state, mais il a chaque fois reculé. Ce sera différent avec Biden car il appartient au « groupe » terroriste.


        • Christelle Néant Christelle Néant 30 novembre 2020 12:21

          @Guy19550
          Pour moi il n’y avait aucun doute permis pour deux raisons :

          1. Zelensky était soutenu au départ par Kolomoïski, qui a financé bon nombre de bataillons néo-nazis
          2. Ce sont les USA qui décident de la politique de l’Ukraine et les néo-nazis sont leurs salopards utiles pour entretenir la russophobie en Ukraine, donc de toute façon Zelensky devait suivre leur programme politique



        • Guy19550 Guy19550 1er décembre 2020 02:05

          @Christelle Néant
          Ce sont des remarques pertinentes qui ne peuvent être ignorées. Je dois reconnaître cela mais cela n’enlève rien au doute car après tout le kolo a aussi tenus des propos pour avoir l’aide des russes à la place du FMI. Les cowboys ont commencé à saboter les accords de Minsk dès le lendemain des accords.


        • Guy19550 Guy19550 29 novembre 2020 16:27

          Ce qu’ils font en Lettonie me laisse assez indifférent, dumoins tant qu’il n’y a pas de guerre civile comme en Ukraine. En plus la Lettonie est passée à l’ouest et ce qu’il font ma laisse totalement indifférent, comme pour les polonais, les lithaniens et encore un autre. Ici ce sont des propos tenus par un terroriste nazi, pas tellement orienté sur la langue, ça je m’en tape à la limite. Mais c’est bien une technique que les nazis ont utilisé dans la seconde partie de la guerre contre les juifs. C’est surtout cette partie des choses qui m’interpelle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité