• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ukraine – Un expert propose de vendre les terres aux Américains pour (...)

Ukraine – Un expert propose de vendre les terres aux Américains pour se protéger de la Russie

Alors que la levée du moratoire sur la vente des terres agricoles doit encore être définitivement votée par la Rada, sur fond d’opposition de la population et de craintes de voir les terres être accaparées par des étrangers, un expert ukrainien n’a rien trouvé de mieux à proposer que de vendre en priorité les terres près de la frontière orientale du pays aux Américains afin que l’armée des États-Unis protège l’Ukraine de la Russie.

JPEG

Loi concernant la levée du moratoire sur la vente des terres agricoles : 2e round

Après le vote en première lecture du projet de loi concernant la levée du moratoire sur la vente des terres agricoles en Ukraine, et devant l’opposition massive de la population (64 % des Ukrainiens sont contre) à ce qui est ni plus ni moins qu’une privatisation des terres qui risque de mener à la même catastrophe que celle des sociétés qui a suivi l’effondrement de l’URSS, le texte de la future loi a été amendé afin d’essayer d’éteindre les craintes de voir le pays perdre le contrôle de ses terres agricoles au profit des étrangers.

La limite de surface achetable par une même personne ou société a été divisée par 20, passant de 206 300 à 10 000 hectares, la vente de terre agricole aux étrangers et sociétés détenues par des étrangers ou enregistrées dans des zones offshores reste interdite jusqu’à ce qu’un référendum en décide autrement, le paiement en liquide est interdit, la vente de terre agricole est interdite aux citoyens russes (ce qui est une discrimination claire qui pourrait se faire retoquer auprès de l’OMS) même après le référendum, et pour des raisons de sécurité nationale, il sera impossible pour des sociétés ukrainiennes financées par des étrangers d’acheter des terres agricole à moins de 50 km de la frontière même si le résultat du référendum est positif.

Un prix minimum (25000 à 30 000 hryvnias) par hectare a aussi été fixé jusqu’en 2030, afin d’empêcher des ventes de terre à une hryvnia l’hectare. Et un vrai système préférentiel pour les agriculteurs qui veulent acheter les terres qu’ils cultivent actuellement en location a été mis en place, avec un système de location-achat sur 7 ans maximum.

Mais tout cela n’a pas suffi à calmer les inquiétudes légitimes de la population, et surtout des premiers concernés, à savoir les agriculteurs, qui ont protesté à Kiev le 6 février alors que devait commencer l’étude et le vote de la nouvelle version de la loi.

Andreï Dikoun, le président du Conseil Agricole Ukrainien, a pointé du doigt le fait que le marché serait ouvert en même temps aux personnes physiques et aux sociétés, ce qui pourrait constituer une menace pour les agriculteurs.

« Tous nos voisins des pays d’Europe de l’Est nous mettent en garde : il est impossible d’ouvrir simultanément le marché foncier aux sociétés et aux particuliers. Elle doit se faire progressivement. Progressivement, nous ouvrons le marché, nous commençons par les personnes physiques, ça fonctionne pendant quelques années, si tout va bien, s’il n’y a pas de pillage, que les tribunaux fonctionnent, nous pouvons passer aux sociétés  », a-t-il déclaré.

Il a aussi souligné que les promesses du gouvernement ukrainien d’aider financièrement les agriculteurs pour faire face à cette réforme n’étaient pour l’instant que des mots, sans quoi que ce soit de concret pour l’instant (d’ailleurs vu la situation financière de l’Ukraine, je vois mal comment Kiev pourra tenir cette promesse, vu que le pays n’a déjà plus d’argent pour payer toutes les retraites, ni financer les hôpitaux).

L’opposition à cette loi n’a pas eu lieu que dans la rue, plusieurs partis, dont la Plateforme d’Opposition « Pour la Vie » et des membres du parti Patrie d’Ioulia Timochenko, ont bloqué la tribune de la Rada le 6 février, empêchant le vote en seconde lecture. Reprogrammé après cet incident au lendemain, le vote a de nouveau été repoussé et aucune nouvelle date n’a encore été communiquée.

Vendre les terres agricoles de l’Ukraine aux Américains pour qu’il la protègent de la Russie

Et alors que le Kiev a essayé d’éteindre les craintes de voir le pays perdre le contrôle de ses terres agricoles, un expert ukrainien, Zinovy Svereda, a proposé ni plus ni moins que de transformer l’Ukraine en colonie américaine pour la protéger de l’agression russe imaginaire.

« Là où il y a la guerre, il y a souvent une volonté d’investir dans l’achat de terres, car alors la terre est moins chère. Je dirais personnellement – vendons autant que possible les territoires frontaliers de la région de Soumy et Kharkov aux entreprises américaines, parce que les troupes américaines viennent là où il y a une propriété privée américaine, là où il y a leur intérêt », a déclaré l’économiste.

Selon lui, la vente de terres aux Américains permettrait également de résoudre le problème du gaz de schiste dans l’est de l’Ukraine, et il a aussi déclaré que l’Ukraine devrait construire sa « ligne Mannerheim » ou trouver des partenaires.

« Les Cosaques ont toujours cherché les Turcs, les Tatars ou quelqu’un d’autre. Il faut avoir des partenaires pour gagner  », a-t-il conclu.

Cette déclaration est édifiante à plus d’un titre. Déjà cela prouve que la « révolution de la dignité » n’avait rien à voir avec la défense de l’indépendance de l’Ukraine, mais bien sa mise sous tutelle des États-Unis. Ce que propose cet expert (et qui est publié dans un média ukrainien sans aucune controverse vis-à-vis de ses propos) c’est de transformer l’Ukraine en colonie américaine pour contrer une agression russe qui n’existe pas !

Cette déclaration en est même la preuve, puisque ce monsieur dit que l’Ukraine a besoin de « partenaires » pour gagner contre la Russie, alors que ça fait six ans que la propagande ukrainienne nous bassine avec le fait que l’armée ukrainienne aurait réussi à elle seule à stopper l’armée russe dans le Donbass !

Faudrait savoir les gars, soit vous avez réussi comme des grands à stopper la deuxième armée la plus puissante au monde, soit vous avez besoin des Américains pour ça, mais alors ça veut bien dire que vous n’avez jamais arrêté l’armée russe dans le Donbass, et que c’est donc bien une milice populaire locale que vous affrontez depuis six ans, et que face à l’armée russe vous ne faites pas le poids, d’où le fait que vous avez besoin d’aide. Ça ne peut pas être les deux à la fois !

L’autre chose révélatrice c’est le choix du terme « ligne Mannerheim » pour parler de la ligne de défense dont l’Ukraine devrait se doter. Cette ligne avait été construite par la Finlande, qui a combattu du côté de l’Allemagne Nazie pendant la Seconde Guerre Mondiale. Bon sang (de collaborateurs des Nazis) ne saurait mentir…

Et puis surtout sa phrase sur la propension qu’ont eue les Cosaques d’aller chercher systématiquement quelqu’un pour les protéger n’est pas franchement glorieuse. On dirait l’attitude d’une prostituée qui se cherche un maquereau, peu importe lequel, du moment qu’il la protège.

Là pour le coup, la dignité de l’Ukraine vient de se prendre une gifle monumentale, le pays étant relégué au rang d’aspirant au rôle de vulgaire colonie (et non de partenaire comme le dit Svereda), et prêt à mendier la protection des États-Unis contre l’une des dernières choses qu’il lui reste : ses terres agricoles…

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • eric 13 février 13:06

    Cela simplifierai les choses. En Russie, les étrangers utilisaient, quand je m’intéressai un peu à la question, des prête-noms pour acheter des terres, et ce n’est pas toujours simple et sur….J’imagine que c’est toujours le cas.

    Avec la simplification de la naturalisation, et la politique de Poutine d’ouvrir grand les portes aux russes émigrés, la facilitation de la double nationalité (prévue pour Mai ?), la Russie va parvenir au même résultat que l’Ukraine, prolongation des investissements d’argent de l’étranger dans les terres russes, mais de façon ouverte, tout en ayant une corde de rappel.

    Comme par le passé, l’Ukraine devrait suivre l’exemple Russe.

    En ce qui concerne Mannerheim, c’est quand même avant tout un officier de l’armée russe tzariste et un grand humaniste et assez Germanophobe, pour avoir combattu héroïquement contre les allemands pendant la première guerre. Il est notable qu’en chaque occasion, il s’opposa dans la mesure du possible, aux politique de massacre, de camps, quelle que soient les couleurs ( roues, blancs) et à l’influence allemande. Donner son nom à la ligne de défense contre les bolcheviques, fût une sorte de lot de compensation, quand il fut écarté du pouvoir. Sans doute pour le remercier d’avoir sauvé le pays des rouges et des russes et assuré ainsi l’indépendance.

    Par la suite, Mannerheim, fit comme les soviétiques, il s’allia avec les allemands en tant que de besoin et faute de choix et se retourna contre eux dés qu’il en eu la possibilité. Il faut dire que dans le cadre de l’alliance collaborationniste entre socialisme nationaliste et internationaliste, Hitler faisait cadeau à son pote Staline de la Finlande indépendante…(Aout 39, pacte germano soviétique, agression sauvage de la Finlande par les collaborateurs soviétiques d’Hitler, novembre 39 ).

    Bon sang ne saurait mentir, les bolcheviques russes avec Lénine avaient déjà fait cadeau d’une bonne partie de l’Ukraine aux allemands dans le temps. D’un autre côté, il lui avait fait le transport et l’argent de poche. La reconnaissance du cœur… ?

    N’oublions jamais que la collaboration avec les Nazis, ce fut d’abord l’Union soviétique. Et eux, n’étaient ni battus, ni occupés. Les finlandais sont bien placé pour en parler.

    Il faut regarder « Talvisota », le feuilleton finlandais sur la guerre contre les envahisseurs génocidaires bolchéviques. Il y a une version en russe, et, j’imagine, en anglais. 

    Il y a un moment très émouvant quand les héroïques soldats finlandais, arc-bouté sur la ligne Mannerheim, chantent des cantiques protestant pour Noël, afin que les « Ivan » en face sachent que chez eux, Dieu a encore droit de citée.

    L’arrière grand père de mes enfants fut médecin militaire dans l’armée rouge pendant la première guerre de Finlande. a entendre les récits familiaux, on en vient parfois à se demander si la disparition des soldats russes dans ce conflit n’était pas un but recherché en tant que tel par le pouvoir. Il est vrai qu’on peut se poser la même question pour pas mal de batailles comme Rjev, illustrement méconnue, une de ces opérations avec plus d’un million de pertes pour rien.

    Alors que tant en Ukraine qu’en Russie, on ne doit pas être loin d’un majorité des populations qui ont des ascendances croisées ukrainiennes et russe, on se demande à qui servent vraiment ces discours de stigmatisation qui veulent dresser les uns contre les autres.

    En réalité, seuls les américains auraient vraiment intérêt à une détestation entre ces peuples frères, dans la logique de la politique voulant affaiblir le bloc slavo-russe.


    • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 13:28

      C’était le paragraphe de trop, contre la Ligne Mannerheim. La guerre russo-finlandaise fut causée par l’incapacité de Staline à proposer un marché équitable et acceptable.


      • Christelle Néant Christelle Néant 13 février 14:17

        @JC_Lavau
        Le choix de cette ligne de défense, plutôt qu’une autre (comme la liagne Maginot par exemple) est révélateur, peut importe qui a provoqué la guerre russo-finlandaise, car ce n’est pas là la question. Le choix d’utiliser comme parallèle une ligne de défense construite par un pays qui a combattu aux côtés des Nazis, par un homme dont le pays actuellement glorifie les collaborateurs de ces mêmes Nazis n’a rien d’anodin.


      • eric 13 février 19:05

        @Christelle Néant

        Non ! Cette ligne a été construite pour se défendre contre un peuple allié des Nazis. C’est donc une ligne qui symbolise l’anticollaborationnisme, en d’autres termes, la Résistance. Vous n’y pouvez rien, les dates font foi.


      • eric 13 février 19:18

        @eric

        Et puis dans le coin, avec la propagande soviétique puis russe en guise d’histoire, non seulement les gens connaissent rarement la Ligne Maginot, mais j’ai accompagné en Normandie, des russes qui n’avaient jamais entendu parler d’un débarquement. Et allez leur raconter que les troupes françaises en Tunuisie, avec leurs vieux 75, on fait plus prisonnier que les soviétiques à Stalingrad...Ça doit même être illégal de le raconter.... (minimisation du rôle de l’URSS). Mais Mannerheim.....Staline a envoyé pas mal de sudistes, car il doutait de la loyauté des troupes des environs, qui avaient des échos sur les réalités comparées. Quand on sait qu’a Somusalmii, 300 finlandais ont bloqué 25 000 soviétiques, dont 23000 ont péri, on comprend pourquoi ces histoires ont laissé des traces dans la mémoire collective des peuples soviétiques. ....


      • Christelle Néant Christelle Néant 13 février 19:34

        @eric
        Non l’URSS n’était pas alliée avec les Nazis, ils avaient conclu un pacte de non-agression, faut arrêter de raconter n’importe quoi. Pareil avec votre histoire de Russes ne connaissant pas la ligne Maginot ou le débarquement de Normandie. Les Russes connaissent bien mieux l’histoire de la WWII que bien des Français. Encore aujourd’hui les Russes se souviennent bien mieux du régiment Normandie-Niémen que les Français par exemple !!!
        La Finlande a été alliée des Nazis, elle. Comme les nationalistes ukrainiens qui ont activement collaboré avec le 3e Reich. Merci d’arrêter la réécriture de l’Histoire.


      • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 19:47

        @Christelle Néant. Article pas trop succinct (le français est lamentable) :
        https://en.wikipedia.org/wiki/Mannerheim_Line


      • eric 13 février 20:08

        @Christelle Néant
        Si, ils étaient alliés avec les Nazis, se sont partagés les pays du coin, se sont entraidé militairement, se sont livré des technologies et matières premières, et ce jusqu’ à la toute fin. Ils ont coordonné leurs agressions. Demandez à n’importe quel polonais ou Balte.

        Détail amusant, les Nazis s’engageaient à livrer les russes blancs et les soviétiques réfugiés en échange des communistes et anti fascistes allemands et autrichiens. Je vous recommande « Milena, Margareth Buber Neuman » elle s’est tapée la Sibérie avant d’être envoyé à Ravensbrück par les soviétiques…(ces deux femmes n’ont donc pas pu croiser les frères de Bandera, morts à Auschwitz, mais peut être que ses sœurs ont pu être dans les mêmes goulags que Margareth ?)

        Je vous conseil pour débuter un truc qui se nomme Wikipédia, un peu succinct, mais il faut bien commencer par quelque chose.https://fr.wikipedia.org/wiki/Pacte_germano-soviétique
        « même les russes » ont reconnu l’existence du protocole secret au moment de la perestroïka.
        Après si vous voulez des détails sur les panzers s’entrainant en territoire russe, la transmission de la technologie des parachutes (invention soviétique) aux Nazis, les derniers trains de matières première soviétique croisant les premiers chars allemands en 41...demandez moi.

        Les Russes se souviennent de Normandie Niemen parce que : 1) Il y avait peu de films en URSS ils tournaient tous autour des même trucs, et la coproduction franco soviétique apportait un grand bol d’air frais. Il est passé au moins autant que la grande vadrouille ou Angélique marquise des anges... 2) Cela c’est passé chez eux. Mais ce n’est pas suffisant, Rjev aussi et même ceux qui connaissent ont un peu d’appréhension à en parler 3) Toutes les écoles avec langues française ont eu un petit musée Normandie Niemen. 4) Quand le général de Gaule a envoyé es premiers aviateurs, les soviets étaient au fond du trou et très isolés ; on a beaucoup communiqué autour. « nous ne sommes plus seul, les français sont avec nous ».

        Merci de vous cultivez un peu avant de répandre la zizanie entre des peuples qui ont des siècles de souffrances et de joies communes. 


      • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 20:23

        @Christelle Néant. Voir aussi « Les Allemands ont bousculé l’armée rouge en 1941 parce que les Soviétiques étaient prêts à attaquer, pas à se défendre »

        https://lesakerfrancophone.fr/les-allemands-ont-bouscule-larmee-rouge-en-1941-parce-que-les-sovietiques-etaient-prets-a-attaquer-pas-a-se-defendre

        Souce : https://russia-insider.com/en/history/germans-cut-through-red-army-1941-because-soviets-were-only-prepared-attack/ri27845

        Tout psychiatre trouve de la matière quand il étudie le cas de feu Iossif Vissarionovitch Djougachvili, dit Staline.


      • eric 13 février 20:45

        @JC_Lavau
        C’est sans doute vrai de beaucoup de dirigeants. Mais le coup, de « le socialisme n’y est pour rien, c’est la faute à la folie de Lénine, Hitler, Staline, Mao qui étaient fous, mais sinon, c’est pas une mauvaise idée », cela me fait la même impression que les couteaux fous qui se jettent sur des camions déséquilibrés. 


      • Christelle Néant Christelle Néant 13 février 21:15

        @eric
        Mais qu’est ce que vous racontez comme bêtises c’est édifiant. Puisque vous aimez Wikipédia comme source : liste des pay alliés des Nazis, la Finlande y est, l’URSS non
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Collaboration_dans_l%27Europe_occup%C3%A9e_par_les_nazis#Pays_alli%C3%A9s_de_l’Allemagne
        Protocole secret ou pas, ce pacte de non-agression était un pacte de non-agression. Je rappelle que la Pologne aussi en avait signé un avec les Nazis en 1934.
        Et le petit laïus sur les frères de Bandera morts dans les camps pour essayer de faire passer Bandera pour un ennemi des Nazi alors qu’il a collaboré avec eux bien comme il faut, sans comprendre que pour eux les Ukrainiens étaient des untermensch.
        Je n’ai pas besoin de vous ni de Wikipédia pour connaître l’histoire de cette période ni celle de la ligne Mannerheim. J’ai beaucoup étudié la Seconde Guerre Mondiale par moi même et j’ai des amis finlandais qui m’ont raconté l’histoire de Mannerheim, la guerre d’hiver etc.
        Je n’ai pas besoin de vous pour me cultiver, et je ne sème la zizanie entre personne, je relate des faits. S’ils ne vous plaisent pas retournez lire bisounours magazine.


      • Christelle Néant Christelle Néant 13 février 21:20

        @JC_Lavau
        C’est n’importe quoi ces histoires des Soviétiques prêts à attaquer. Autant j’aime beaucoup ce que fait le Saker, autant des fois il publie des trucs.... L’Allemagne a simplement attaqué avant que la Russie ne soit parfaitement apte à se défendre, ce qui était le but du pacte de non-agression : donner du temps à l’URSS pour se préparer. Hors si Hitler laissait trop de temps à l’URSS l’attaquer aurait été beaucoup plus dur après. C’est logique.
        Quand à la ligne Mannerheim, comme dit plus haut je connais l’histoire, j’ai des amis finlandais, et j’ai bien étudié la Seconde Guerre Mondiale. Et donc je sais quel rôle la Finlande a joué dans l’histoire.


      • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 21:26

        @hristelle Néant. Rappel : les missions dévolues à l’Armée Rouge n’avaient guère changé, même si les officiers n’y croyaient guère.
        http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,2129.0.html
        http://www.les-crises.fr/comment-les-rebelles-ont-ils-fait-pour-vaincre-des-forces-de-kiev-largement-superieures/
        http://gaideclin.blogspot.fr/2014/11/ukrainenovorossia-comment-les-rebelles.html

        Ce que la plupart des commentateurs ne veulent pas comprendre à l’Ouest, c’est que l’URSS se préparait à recommencer la Deuxième Guerre mondiale, avec des armées immenses composées de millions de conscrits et de réservistes. Or, des millions de soldats ont besoin d’immenses quantités d’armes et de munitions. Celles-ci doivent être déjà en place au moment de la mobilisation. Par conséquent, on trouvait des dépôts d’armement dans toute la partie occidentale de l’URSS. La plupart de ces sites étaient présentés comme le quartier général d’une division, squelettique en temps de paix, mais destinée à recevoir un flot de réservistes qui y trouverait, le moment venu, tout le nécessaire pour partir au combat.

        Les Soviétiques divisaient leurs unités militaires en trois catégories. Autant que je puisse m’en rappeler au bout de trente ans, la Cat. I correspondait aux unités entièrement équipées et prêtes au combat ; dans la Cat. II, elles se composaient d’une partie du personnel, mais de la totalité de l’équipement ; et la Cat III était le niveau minimum. L’idée était que les unités de Cat. I étaient prêtes à démarrer immédiatement (lorsque le Mur est tombé, on m’a dit que les unités d’Allemagne de l’Est étaient prêtes à partir sous 48 heures, ce qui, entre parenthèses, montre qu’elles n’avaient pas l’intention de déclencher l’offensive. Comme il en était de même du côté de l’OTAN, cela explique probablement pourquoi nous sommes toujours là !). Les unités de Cat. II disposaient d’un délai d’une semaine environ, et la dernière de quelques mois.

        Toute la tactique militaire soviétique était basée sur des vagues d’attaques (échelons) successives, recherchant les points faibles pour « renforcer le succès ». Ainsi, par exemple, les unités de la Cat. I d’Allemagne de l’Est ou de Pologne, recevaient un soutien d’unités de la Cat. II, positionnées à l’arrière, en Biélorussie ou en Ukraine, et ainsi de suite. Leurs propres unités de soutien se trouvaient positionnées à leur tour dans la République soviétique de Russie, et ainsi de suite.

        Fin de citation.
        L’info vient d’un blogueur américain, qui expertisait les bases militaires soviétiques dans le cadre du traité de Vienne, à l’époque de Brejnev.


      • Christelle Néant Christelle Néant 13 février 21:36

        @JC_Lavau
        Je connais ce texte, puisque j’ai cité cet article des crises comme source pour l’histoire d’où viennent les armes de la RPD et de la RPL plusieurs fois. Ca ne veut pas dire que tout ce qu’il raconte est juste. Ces dépots pouvaient aussi être prévus pour du défensif, et éviter une débacle comme celle qu’a vécue l’URSS au début de l’opération Barbarossa. Je rappelle qu’il est désormais connu que les Occidentaux étaient prêts à attaquer l’URSS à peine la Seconde Guerre Mondiale finie. Et qu’il n’est donc probable que l’URSS ait tenu à se préparer à un scénario d’attaque de la part de l’OTAN sur sa frontière Ouest, en optimisant sa capacité de défense sur cette zone sans devoir stationner là en permanence des millions de soldats.


      • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 23:24

        @Christelle Néant. Depuis une trentaine d’années, j’avais lu que les T34 tout neufs disponibles lors de l’invasion étaient dans une disposition très inefficace. Mais on ne donnait pas la raison, ni du reste le détail.
        Ce qui a permis à la Wehrmacht d’en capturer intacts pour les examiner en détail.
        Il faudra aussi réfuter tous les détails de logistique et d’aviation donnés dans l’article du Saker francophone ; c’est énorme.
        Les citoyens suisses discutent et votent sur leurs achats d’avion de combat. Les citoyens soviétiques, pas beaucoup.
        Dans « Au nom de la classe ouvrière », Sandor Kopacsi a donné bien des détails sur l’ossification mentale des dirigeants communistes dans son pays, du général Siérov qui les surveillait, et d’Andropov qui a dirigé la répression. Qu’il y ait eu aussi ossification de la doctrine militaire, je n’ai aucun détail, mais c’est bien du domaine du possible.


      • Guy19550 Guy19550 14 février 01:19

        @JC_Lavau
        J’ai tout lu et pas compris grand chose. Tout ce que je sais c’est que le boche a fini par glisser sur une peau de banane, en gros c’est cela. Si cela doit se reproduire, je doute très fort que les alliés de ce temps là existent encore dans le futur comme tel. La collaboration serait bien plus grande qu’avant et donc les russes doivent conserver l’avancée technologique pour vaincre les français les anglais les allemands et les américains en même temps. Vu ainsi, c’est intolérable d’avoir des restrictions avec des traités. Ce n’est pas un problème de réécrire l’histoire, car je sais fort bien que les occidentaux vont collaborer et de ce fait, la réponse à donner se doit d’être expéditive. Ce n’est pas vraiment le passé qui m’intéresse, mais le futur...



      • Christelle Néant Christelle Néant 14 février 15:42

        @JC_Lavau
        Ce qui est publié sur le Saker n’est pas forcément parole d’évangile, comme je l’ai dit il y a souvent du très bon, et parfois des trucs hallucinants. Quant au commentaire de l’autre personne, pas la peine de me faire suivre ses élucubrations. Il a violé la charte et il continue dans ce énième commentaire. Que la collaboration de la Finlande n’est été que militaire ou pas, ce pays est considéré historiquement comme un allié de l’Allemagne Nazie. Pas la peine de tourner 20 ans autour du pot pour ne rien dire. Les Finlandais d’aujourd’hui que je connais n’en sont d’ailleurs pas fiers.


      • Christelle Néant Christelle Néant 14 février 15:47

        @JC_Lavau
        Quant au fait que certains chez Wikipédia mettent l’URSS comme ancienne alliée de l’Allemagne nazie je met ça au même niveau que l’UE qui a mis les deux dans le panier des coupables du déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale. C’est n’importe quoi. Wikipedia c’est comme le Saker, y a du bon et du moins bon. Et il y a des sujets qui sont politisés jusqu’à les biaiser complètement. Et malheureusement ce qui concerne la Russie, l’URSS, et l’Ukraine par exemple, j’ai pu constater pas mal de conneries ou de réécritures de l’histoire.


      • Guy19550 Guy19550 15 février 00:18

        @Christelle Néant
        Je crois que les pays n’ont pas eu beaucoup de choix pour une prise de position indépendante. L’Allemagne de l’époque était très puissante et cela en raison de papa Bush qui a fait fortune en donnant à l’Allemagne ce qu’il falait pour en arriver là.
        Par exemple, selon les dires de mon père, la Belgique n’avait aucun moyen de se soustraire à l’ennemi. Ils sont entré en Belgique comme dans du beurre et pareil pour la Hollande. J’ai donc une certaine tendance à imaginer la collaboration sous cet angle, bien que je ne connaisse pas le cas de la Finlande. C’était je pense la loi du plus fort qui menait la danse.


      • Guy19550 Guy19550 15 février 00:30

        @Guy19550
        Le passé historique est pour moi sans le moindre intérêt. Si de tels événements devaient se reproduire, je pense que les hollandais, les belges et les français seraient des alliés assurés des allemands, sans plus ni moins. Je laisse les anglais à part, vu qu’ils sont sorti de l’Europe. 


      • JC_Lavau JC_Lavau 15 février 08:33

        @Christelle Néant : « Quant au commentaire de l’autre personne, pas la peine de me faire suivre ses élucubrations. Il a violé la charte et il continue dans ce énième commentaire ».

        Voilà pourquoi je cesse de voter pour les articles de Christelle : bannissement abusif.


      • Christelle Néant Christelle Néant 15 février 11:04

        @JC_Lavau
        Pour que ce bannissement soit abusif il faudrait qu’il soit non-justifié. Or, il est justifié. Je signale que les blocages doivent être approuvés par les administrateurs du site pour être actifs. Et donc être justifiés par une violation de la charte. Je vous invite à aller la relire puis relire le commentaire du sieur eric. Si vous ne voyez pas où est le problème c’est grave.
        Il m’est arrivé de me faire supprimer des commentaires pour violation de la charte, m’avez-vous vue une seule fois hurler à l’injustice ou à une suppression abusive ? Non. Parce que j’ai l’honnêteté de reconnaître quand j’ai enfreint les règles. Ces dernières ne sont pas juste là pour faire joli, ou pour faire ch..er. Comme disent les Islandais, c’est en écrivant des lois qu’on construit un pays, c’est en les violant qu’on le détruit. Méditez là-dessus.


      • Christelle Néant Christelle Néant 15 février 11:06

        @Guy19550
        Le choix on l’a toujours. La Finlande a résisté à l’armée rouge, bien plus nombreuse et puissante qu’elle pendant la guerre d’hiver. La RPD et la RPL résistent depuis 6 ans à l’armée ukrainienne pourtant bien plus nombreuse. Quand elles ont fait le choix de se séparer de l’Ukraine le risque était énorme. Et malgré le déclenchement de la guerre et le bain de sang les Républiques n’ont pas reculé. Le choix on l’a toujours.


      • Guy19550 Guy19550 13 février 14:21

        Et c’est ainsi que Kharkov se rapprocha des républiques... grâce aux propos d’expert ukrainien.


        https://tass.com/world/1119563

        https://tass.com/world/1119571

        https://tass.com/world/1119573


        • Guy19550 Guy19550 13 février 14:43

          Quant au gaz de schiste : https://www.notre-planete.info/actualites/3579-pollution_eau_gaz_de_schiste

          Ainsi on comprend mieux pourquoi les cowboys préfèrent faire cela à l’étranger...


          • Christelle Néant Christelle Néant 13 février 19:35

            @Guy19550
            Eh oui. Ca pollue, ca provoque des séismes, bref ça fout la merde tout autour des puits de forage.


          • Guy19550 Guy19550 14 février 23:33

            Je le poste ici et même plus sur mon forum car tant que l’Ukraine ne file pas droit vers les accords de Minsk, c’est plus la peine que je perde mon temps à compléter le forum avec des informations. Cela revient en effet à tourner en rond éternellement.

            Selon ces nouveaux liens, les terroristes de Kiev ne vont probablement pas avoir leur prochaine réunion du groupe des quatre :

            https://tass.com/world/1120361

            https://tass.com/world/1120389

            La balle reste chez les terroristes de Kiev.

            Par ailleurs, à propos du cronovarius, les russes ont rappatrié certaines personnes de Chine et mis en quarantaine. Dans le même temps, les japs ont fait pareil et leur quarantaine à eux était un peu courte, ce qui fait que le virus a un début de propagation au Japon. Voilà que les ukrainiens vont aussi rappatrier les leurs :

            https://tass.com/world/1120039

            Je doute que les ukrainiens ont les infrastructures pour gérer les malades potentiels ni même la volonté de faire au mieux des choses, déjà que je vois également qu’en Russie des individus arrivent à se soustraire de la quarantaine, je me demande si l’Ukraine a l’intention ou pas d’utiliser ces gens comme arme de guerre... En plus avec le free visa... Bref, à la lecture de ce dernier paragraphe, c’est exact que je ne porte pas l’Ukraine dans mon coeur et c’est normal avec des terroristes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès