• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ukraine – Usage de méthodes « sales » lors des élections locales de (...)

Ukraine – Usage de méthodes « sales » lors des élections locales de 2020

Depuis le début de la campagne électorale, la police ukrainienne a enregistré 4 690 signalements, à la suite desquels 346 affaires pénales ont été ouvertes : 174 concernaient des violations de la législation électorale, et 172 le processus électoral. Ukraina.ru a analysé quelles méthodes sales sont utilisées lors des élections locales de 2020 en Ukraine.

Sur l’ensemble des affaires pénales, 72 ont été engagées au titre de l’article 160 (corruption) ; 63 au titre de l’article 157 (entrave à l’exercice du droit de vote) ; 22 au titre de l’article 158 (soumission de fausses informations au registre national des électeurs) ; 14 au titre de l’article 1583 (falsification, contrefaçon, vol, détérioration ou destruction de documents électoraux) ; 2 au titre de l’article 1581 (utilisation illégale d’un bulletin de vote) ; 1 au titre de l’article 1591 (violation de la procédure de financement d’un parti politique ou d’une campagne électorale).

Les réseaux d’achat d’électeurs

L’une des méthodes électorales sales les plus populaires en Ukraine est le « réseau » – un système permettant d’organiser un soutien garanti pour l’un ou l’autre candidat. Il fonctionne selon le principe de la pyramide : milliers, centaines, dizaines. En fait, le « réseau » est un système d’achat de votes par le biais d’un réseau de campagne en plusieurs niveaux de recruteurs, construit au niveau local sous la tutelle des présidents de l’administration régionale, des députés ou des représentants des autorités locales.

La forme pour mettre en œuvre ce réseau peut être quelconque : fondations caritatives, contrats de travail – tout ce que l’imagination et à la qualification des juristes salariés peut fournir.

Les exécutants du programme sont formés sur la même base que les services du logement et des services communaux, des institutions éducatives, ou de tout autre organisme budgétaire, au pire, des « guichets publics », des « centres de protection sociale », ou des permanences des députés. La personne reçoit ensuite du matériel de campagne et recherche d’autres participants, en étant rémunérée pour cela.

Cela fonctionne de la manière suivante : les agitateurs choisissent une centaine de personnes parmi les personnes socialement vulnérables, vont vers elles et leur demandent si elles sont prêtes à soutenir leur candidat. Selon les statistiques, sur 100 personnes, un tiers environ est d’accord. Ceux qui ont donné une réponse positive se voient offrir toutes sortes de « cadeaux » – d’une certaine somme d’argent à une variété de services culturels et domestiques.

Sous une forme ou une autre, le « réseau » existe depuis le milieu des années 2000, mais c’est lors des élections présidentielles de 2019, au quartier général de Porochenko, qu’il a été le plus utilisé : dans un certain nombre de régions, sous la supervision des chefs des administrations régionales, les citoyens ont été soudoyés dans le cadre du programme « Turbo », en leur versant 1000 hryvnia venant du budget.

Les médias ukrainiens ont beaucoup écrit sur le « réseau de Porochenko ». Bien que cela ne l’ait pas aidé à être réélu, une expérience similaire est maintenant appliquée localement, à une plus petite échelle.

Ainsi, depuis la fin juillet de cette année, le député « Serviteur du peuple » Kirill Nesterenko et la candidate de cette force politique au conseil municipal de Dnipropetrovsk Kristina Brijitskaya-Chevtsova ont construit leur « réseau » en organisant des visites gratuites à Kharkov. Les gens ont été emmenés sous prétexte de comparer Kharkov (plus confortable) à Dnipropetrovsk. Pour prendre rendez-vous pour la visite, vous devez indiquer vos nom, prénom, patronyme, série et numéro de passeport dans le formulaire de demande en ligne.

L’attitude positive de ceux qui sont allés à Kharkov vis-à-vis de Nesterenko ne fait aucun doute – il suffit de lire les commentaires enthousiastes dans le groupe Facebook, où les visites sont coordonnées. Après avoir recueilli les données de l’excursion, les participants sont poussés à voter pour le « Serviteur du peuple » via des distributions de paquets de nourriture. Et les tournées elles-mêmes sont en fait de la corruption indirecte.

Le prix de voyages similaires à Kharkov par les tour-opérateurs varie entre 450 et 470 hryvnias, et cette « foire de la générosité » a été organisée pour les élections. Ainsi, le parti pro-présidentiel couvre à Dnipropetrovsk de 6 à 10 000 personnes, s’ajoutant ainsi 1 à 2 % des votes.

Dans la patrie du président, à Krivoï Rog, dans la région de Dnipropetrovsk, Dmitri Chevtchik, candidat à la mairie du « Serviteur du peuple », a fait de même. Chevtchik, un ancien directeur de l’usine centrale d’exploitation minière et de transformation, propriété de l’oligarque Rinat Akhmetov, a utilisé les travailleurs de l’entreprise pour organiser son « réseau ».

Les instructions pour les agitateurs contiennent des consignes sur la manière de filtrer les électeurs fidèles au candidat. Les travailleurs sont tenus de noter le nombre de maisons où vivent les partisans potentiels des « Serviteurs du peuple » et de les remettre aux contremaîtres.

Un cas frappant a été révélé à Odessa : le 15 octobre, des policiers ont dévoilé un réseau de corruption des électeurs, arrêtant le président d’une des commissions électorales et son assistant.

« Au cours de l’enquête, près de 45 000 dollars ont été saisis, que les accusés prévoyaient d’utiliser pour corrompre davantage les électeurs. Pour un vote en faveur d’un certain candidat au poste de maire d’Odessa, les citoyens se sont vus offrir 1000 hryvnias lors du scrutin », a déclaré le chef de la police nationale ukrainienne, Igor Klimenko.

« Semis de sarrasin »

La distribution des fameux « paquets alimentaires » (« sarrasin ») est une sorte de « réseau ». Elle a montré son efficacité au milieu des années 2000, lorsqu’à Kiev, Léonid Tchernovetski a vaincu de manière inattendue Alexandre Omeltchenko, en concentrant les ressources administratives entre ses mains. Cette méthode a prospéré après le retour des circonscriptions majoritaires en 2012 lors des élections de la Rada.

Le 3 octobre, dans la ville de Belgorod-Dnestrovski, région d’Odessa, il y a eu une présentation des candidats du parti « Serviteur du peuple » à la région d’Odessa, district de Belgorod-Dnestrovski, ainsi qu’au conseil municipal et au poste de maire de Belgorod-Dnestrovski. Pendant l’événement, des denrées alimentaires ont été distribuées aux visiteurs.

Le même jour, une « Course joyeuse » a eu lieu à Ivano-Frankovsk, dont les participants ont reçu chacun mille hryvnias de la part d’Oleg Androukhiv, candidat de Svoboda au poste de député au conseil municipal d’Ivano-Frankovsk. Dans le village de Grebenki, dans la région de Kiev, ils ont distribué des enveloppes de 1000 hryvnias de la part du candidat voulant être élu à la tête de la communauté de communes – le directeur du lycée de Grebenki Roman Zassoukha.

Début septembre, la mairie de Kiev a commencé à envoyer par la poste des ensembles de masques médicaux, et de gels désinfectants pour les mains d’une valeur de 150 hryvnias, en référence à l’épidémie de coronavirus. L’excuse semble plausible, mais il y a six mois, lorsque la pandémie a commencé, Klitschko et ses associés ne montraient pas de telles attentions.

D’ailleurs, selon l’explication de la Commission Électorale Centrale (CEC), le coût du matériel de campagne et des « cadeaux » des candidats ne devrait pas dépasser 6 % du revenu minimum non imposable des citoyens, soit 63 hryvnias. L’article 160 du code pénal (corruption des électeurs) prévoit une responsabilité pouvant aller jusqu’à 7 ans de prison.

Âmes mortes et tourisme politique

Une autre méthode permettant d’ajuster les résultats des élections est la manipulation des listes électorales. L’un des moyens consiste à ajouter aux listes des « âmes mortes » – des citoyens morts pour lesquels d’autres personnes remplissent les bulletins de vote.

Même le registre électronique des électeurs, qui aurait dû y mettre fin une fois pour toutes, ne peut pas résoudre le problème. Il est très difficile de recenser les personnes « excédentaires » : 1 million d’électeurs ont mystérieusement été ajoutés en Ukraine en 2019. Cela sera particulièrement important pour le Donbass, car les résidents des territoires hors du contrôle de Kiev pourront être présents sur les listes, ce qui permettra à quelqu’un d’utiliser leur vote.

Une autre variante de cette méthode est le « tourisme politique ». Il s’agit d’un changement massif d’adresses électorales pour déplacer les gens d’une circonscription à une autre. Les électeurs « retenus » pour soutenir tel ou tel candidat modifient l’adresse sur leur passeport et demandent aux services locaux d’enregistrement des électeurs de changer leur adresse électorale.

Par exemple, le 9 septembre, un convoi de « touristes politiques » a été trouvé à Zaporojié : 76 personnes allaient changer leur adresse électorale de leur lieu de résidence principal à Zaporojié à un autre lieu de résidence contre une récompense monétaire. Un afflux massif de nouveaux électeurs s’est produit dans la région de Kiev : dans la communauté rurale de Borchtchagovska +3 087, soit 8 %, dans la ville d’Irpen +2 294, soit 4 %, et dans la communauté rurale de Belogorodska +1 085, soit 5 % des électeurs.

Une variante de cette méthode est très utilisée dans la région d’Odessa, où elle est devenue particulièrement populaire dans les localités situées au bord de la mer. Dans certains conseils de village et communautés de communes de l’oblast, 20, 30 et même 50 personnes étaient enregistrées dans un seul appartement. Le propriétaire de l’entreprise de construction « Riviera de la mer Noire », le député du conseil régional d’Odessa du parti « Renaissance » Igor Outchitel a été particulièrement zélé dans ce domaine : dans la maison d’un des employés de l’entreprise, 78 personnes étaient enregistrées au total !

Le militant des droits de l’homme Stanislav Klimenko a déclaré que la population du village de villégiature de Zatoka, dans la région d’Odessa, a récemment « soudainement » doublé.

« Élections de 2020. Zatoka – Karolino-Bougaz. Il s’avère que j’ai deviné. Nous pouvons d’ores et déjà affirmer que les élections seront très probablement déclarées nulles et non avenues.

Malhonnête et inéquitable sont des qualificatifs courants pour la cuisine politique intérieure. Quelle en est la raison ? Inscription illégale massive d’électeurs. Au total, environ 1 000 personnes vivent à Zatoka. Dans le même temps, 1500 personnes sont enregistrées, dont 200 « âmes mortes » dans des appartements/maisons de 30 à 50 personnes et 300 personnes vivantes, qui ont un logement dans la station mais vivent dans d’autres villes. Depuis l’entrée en vigueur des amendements à la loi électorale, 1 000 personnes se sont installées dans le village grâce à Internet et à la signature numérique électronique. Mille.

En seulement deux mois et demi, du 1er juillet au 10 septembre, l’équivalent de 100 % de la population de la localité a été ajoutée. Aujourd’hui, 60 % des électeurs n’appartiennent pas à la localité. Beaucoup ne savent même pas où elle se trouve. Ils ne connaissent pas les noms des candidats – on leur donnera sur un morceau de papier devant l’entrée du bureau de vote. Que puis-je dire, ils ne connaissent même pas l’adresse de leur « lieu de résidence ». La société voit l’inactivité, la négligence, l’insouciance des autorités. Dans les pays démocratiques et normalement civilisés, il n’y aurait pas d’escroquerie  », a écrit Klimenko sur Facebook.

La raison de ces machinations est le coût élevé des terrains dans les villages de villégiature, qui atteint 30 000 dollars les 100 m2. Les organisateurs de l’escroquerie, s’ils réussissent, « regagneront » rapidement l’argent dépensé pour les « touristes politiques » (500-700 hryvnias par personne), en tirant un solide profit de la vente des terrains.

Le résultat du vote aux élections locales est souvent décidé par quelques dizaines de voix, de sorte que le système fonctionne avec succès avec la connivence des forces de l’ordre.

Le résultat des élections locales en Ukraine peut également être affecté par les commissions électorales

Il y a une phrase bien connue en Ukraine : « Peu importe comment les gens votent, ce qui compte, c’est comment ils comptent ». Ce n’est pas pour rien que les autorités essaient toujours d’obtenir le maximum de contrôle sur les commissions électorales.

Aujourd’hui, c’est le parti présidentiel « Serviteur du peuple » qui a le principal contrôle sur les commissions électorales territoriales. Ses membres président 13 oblasts et la ville de Kiev, trois autres occupent les postes de vice-présidents, cinq celui de secrétaires. Les commissions électorales territoriales modifient le nombre et les limites des circonscriptions électorales, les rendant plus pratiques pour les candidats du parti du gouvernement. En outre, ils donnent la priorité aux plaintes concernant le processus électoral en décidant de les examiner ou de les rejeter.

Les membres des commissions électorales locales peuvent, lors du dépouillement des votes, altérer les bulletins de vote d’un candidat ou d’un parti donné, les faisant pencher en faveur du « bon » candidat, bien qu’il n’y ait pas de cas de détérioration massive. Il est difficile d’organiser un bourrage d’urne massif en raison de la présence de systèmes de vidéosurveillance dans les bureaux de vote. C’est pourquoi la méthode la plus courante est la réécriture des protocoles lors de leur transmission des commissions électorales des circonscriptions à la commission électorale territoriale, ce qui peut donner une augmentation des votes pour les « bons » candidats et les partis politiques jusqu’à 10 %.

Ainsi, étant donné le large éventail de méthodes utilisées pour manipuler le processus électoral ou pouvant y être impliquées, les élections locales en Ukraine ont peu de chances d’être qualifiées d’équitables et de transparentes.

Vitaly Didenko

Source : Ukraina.ru
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Guy19550 Guy19550 20 octobre 15:26

    Stop, je viens d’annuler les élections anticipativement, envoyez les cigares.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité