• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Une nouvelle « marche à la guerre » en Europe de l’Est (...)

Une nouvelle « marche à la guerre » en Europe de l’Est ?

Phantasme paranoïaque, pessimisme excessif ou réalisme, toujours est-il que, depuis le 1er janvier 2017, la Pologne a intégré la toute nouvelle Armée de défense territoriale (WTO en polonais), composée de volontaires civils, dans le dispositif de défense du pays, aux côtés de l’armée de terre, de l’air, de la marine et des forces spéciales. Ce sont donc 35 000 à 50.000 hommes qui, à brève échéance, devraient être positionnées à l’est du pays, près de la frontière avec la Biélorussie, l’Ukraine et l’enclave russe de Kaliningrad.

Ces mesures sont une réponse aux « intentions agressives de la Russie », a précisé le ministre de la Défense, Antoni Macierewicz. Une menace qui est montée de plusieurs crans après l’annexion de la Crimée, en 2014.

 

En légalisant cette milice, le parti conservateur Droit et justice (PiS), au pouvoir depuis fin 2015, ne fait que suivre l’exemple de ses voisins, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie, qui ont fait de leurs organisations de volontaires un pilier de la défense nationale.

 

Aujourd’hui, ces petits Etats baltes, pourtant membres tout comme la Pologne de l’Alliance atlantique (OTAN) se sentent encore plus vulnérables, persuadés qu’ils peuvent être sacrifiés à tout moment sur l’autel de la bonne entente entre le nouveau président américain, Donald Trump, et Vladimir Poutine.

 

« Nous comptons toujours sur nos alliés. Mais nous devons aussi être capables de nous défendre et, pour cela, il faut utiliser toutes les ressources disponibles », explique l’ancien ministre de la Défense de l’Estonie, Hannes Hanso. L’Estonie (1,3 million d’habitants) peut ainsi compter sur quelque 30 000 volontaires regroupés au sein de la Ligue de défense (Kaitseliit). « On nous appelle des soldats du week-end », sourit le général de brigade Meelis Kiili, à la tête de la Kaitseliit. « Mais c’est aussi notre force  : les hommes et les femmes qui nous rejoignent le font uniquement par conviction. Ce sont, de surcroît, des gens mûrs qui arrivent avec leur expérience, leurs compétences et leur réseau. Leur contribution à la défense du pays est inestimable », poursuit-il.

 

La Garde nationale lettone (Zemessardze) et la Kaitseliit estonienne organisent régulièrement des manœuvres militaires conjointes. En décembre dernier, les Lettons ont endossé le rôle des agresseurs dans un scénario ressemblant à s’y méprendre aux événements ukrainiens.

 

« Nos exercices ont gagné en intensité et, surtout, en réalisme », reconnaît le jeune commandant letton Karlis Dambitis (historien dans la vie civile et employé par le Musée de l’Occupation de Riga).

 

En Lituanie, le gouvernement a publié un livret à l’intention de la population contenant des consignes pratiques en cas d’invasion du pays. L’armée lituanienne (plus de 20 000 hommes) peut s’appuyer sur les volontaires des Tireurs de la Forêt (Sauliu Sajunga), une organisation patriotique connue pour avoir résisté au pouvoir soviétique jusque dans les années 1950.

 

Dans « War with Russia : An Urgent Warning from Senior Military Command », publié en octobre dernier (Londres, Coronet, 2016), le général britannique Richard Shirreff (ex-commandant la Force de réaction rapide de l’OTAN avant de devenir le numéro deux de l’Alliance en Europe) décrit avec précision à quoi pourrait ressembler une intervention russe : la moitié de l’Ukraine et les trois pays baltes envahis en moins de trois jours, les missiles de Kaliningrad pointés sur les capitales d’une Europe paralysée et les troupes occidentales tétanisées devant l’option nucléaire…

 

Thriller guerrier le bien finit par triompher grâce à l’audace combinée d’un soldat de sa Majesté et… d’un groupe de volontaires lettons.

 

Ça fait froid dans le dos !

Moyenne des avis sur cet article :  2.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • roman_garev 6 janvier 11:07

    Tout cela, c’est plutôt à rire qu’à pleurer smiley


    • oncle archibald 6 janvier 11:27

      @roman_garev : pourquoi ?


    • amiaplacidus amiaplacidus 6 janvier 11:37

      @roman_garev

      Et comme le disait le regretté Raymond Devos : « Qui prête à rire ne doit pas s’attendre à être remboursé ».


    • baldis30 6 janvier 12:59

      @amiaplacidus

       Si c’est à pleurer de la connerie et de la paranoïa de certains dirigeants occidentaux !

      il y a longtemps que les Russes ne se font aucune illusion sur leur maintien physique dans les pays baltes avec une bonne raison ... le débouché sur une mer fermée comme la Baltique n’a pas de valeurs tactique ou stratégique.


    • microf 6 janvier 15:40

      @roman_garev
      Entièrement d´accord avec vous, c´est que j´ai fais avant même de lire votre commentaire.


    • microf 6 janvier 15:41

      @roman_garev
      Entièrement d´accord avec vous, c´est ce que j´ai fais avant même de lire votre commentaire.


    • zygzornifle zygzornifle 6 janvier 11:40

      composée de volontaires civils...... LOL après s’êtres fait ratissé par le pouvoir en place ils vont se sacrifier pour eux, le mougeon n’est pas en voie d’extinction ....


      • LE CHAT LE CHAT 6 janvier 12:00

        la Pologne et le pays Baltes ont très cher payé les années de stalinisme , ils n’ont vraiment pas envie d’être de nouveau occupés et on les comprend !


        • escoe 6 janvier 12:33

          @LE CHAT "la Pologne et le pays Baltes ont très cher payé les années de stalinisme , ils n’ont vraiment pas envie d’être de nouveau occupés et on les comprend !"

          Il vous a échappé que les pays balte étaient russes depuis 1710 et précédemment suédois depuis 1595.
          Il vous a échappé que le recensement de 1895 indiquait que les langues baltes étaient très minoritaires à Tallin et Riga venant même après le polonais et le yiddish loin derrière l’allemand suivi du russe.
          Enfin il vous a échappé qu’aucun des dirigeants actuels des pays baltes n’est né dans ces pays puisque tous proviennent des Etats Unis et certains du Canada. C’est ça aussi l’histoire de la guerre froide organisée depuis Chicago.
          Cessez de jouer à vous faire peur avec ces histoires financées par l’OTAN.


        • roman_garev 6 janvier 12:48

          @LE CHAT
          Je ne savais pas que la Pologne était occupée par la Russie aux années de stalinisme.

          Vous avez dû confondre la Russie avec l’Allemagne.
          (Pourtant pour vos pareils c’est chose courante, de réinventer l’Histoire.)
          Si vous appelez occupation la libération de Pologne des ordes hitlériennes, on peut parler également de la France doublement occupée en 1940-45 : d’abord par l’Allemagne, et puis par les USA.

        • baldis30 6 janvier 13:02

          @LE CHAT
          il faut dire aussi que les pays baltes n’ont pas été tendres avec les russes lors de WWII ... et qu’en retour les russes ont demandé des comptes, ... et les ont réglés... ( y compris ceux des milices locales et de l’armée Vlassov )


        • LE CHAT LE CHAT 6 janvier 13:07

          @baldis30

          les soviétiques ont attaqué les premiers les pays baltes indépendants en même temps que la Pologne et commis des tas de massacres , c’est pourquoi les baltes ont accueilli les allemands en libérateurs et ont été nombreux à combattre les rouges pour venger les leurs !!!!

          ne déformez pas l’Histoire !


        • LE CHAT LE CHAT 6 janvier 13:09

          @roman_garev

          quel inculte ! les allemand ont envahi l’ouest de la Pologne pendant que les soviets attaquaient et occupaient l’est et liquidaient les cadres de l’armée polonaise ( voir le massacre de Katyn par ex )


        • LE CHAT LE CHAT 6 janvier 13:10

          @LE CHAT
          c’est seulement après que les allemands ont lancé l’opération Barbarossa contre l’URSS


        • LE CHAT LE CHAT 6 janvier 13:14

          @escoe
          Les pays baltes étaient occupés par les russes en 1710 , mais n’étaient pas russes pour autant ,

          pas plus que les papous ne se sont sentis allemands avant la 1ere guerre mondiale !


        • sarcastelle sarcastelle 6 janvier 13:43

          @roman_garev

          .
          Pour vos pareils c’est chose courante, de réinventer l’histoire 
          .
          Il faut rendre à chacun ce qu’on lui doit et à l’URSS l’invention de Photoshop. 

        • roman_garev 6 janvier 14:11

          @baldis30
          Mais qui était tendre envers qui dans ces années 20-30 ? La Pologne (cette « hyène vorace de l’Europe » selon Churchill) qui n’a paru sur la carte de l’Europe qu’en 1918, a repressé les Ukrainiens de ses parties Est arrachées de la Russie en 1921, durant vingt ans :

          La frontière polonaise s’étendait désormais bien plus à l’est de la Ligne Curzon : par endroits jusqu’à plus de 250 km à l’est de la ligne isoglosse conventionnelle du polonais1,2. De vastes régions du nouvel état polonais étaient désormais peuplées majoritairement d’Ukrainiens ou Russes blancs. En Biélorussie, la population polonaise était minoritaire.

          Toutefois les régions rattachées à la République de Pologne étaient aussi très hétérogènes du point de vue ethnique : tandis que les grandes villes, telles Lwow, étaient peuplées d’une majorité de Polonais, la population rurale était un mélange d’Ukrainiens, Biélorusses, Lituaniens, et Polonais pour ne citer que les principales ethnies, où aucune n’atteignait la barre des 50%3.

          La Pologne a attaqué également la Tchécoslovaquie : le1er octobre 1938 

          à la suite des accords de Munich, la Pologne envahit la région tchécoslovaque de Zaolzie. Le 1er novembre, la Pologne envahit également quelques territoires du nord de Spisz et d’Orava.
          Etc., etc... Et alors ? En quoi le rattachement de la Crimée dont l’Ukrainien Khrouchtchev a fait cadeau à la République soviétique de l’Ukraine au sein de l’URSS concerne la Pologne ou les pays baltes ? Ce n’est qu’un prétexte pour leur hystérie antirusse qui n’a pour but que de tirer davantage du fric de l’UE... Ménagez vos poches, Européens, la hyène vorace en veut encore et encore... 

        • roman_garev 6 janvier 14:33

          @LE CHAT
          « quel inculte ! les allemand ont envahi l’ouest de la Pologne pendant que les soviets attaquaient et occupaient l’est »


          Quel incultissime ! Les Allemands (aidés par les Slovaques d’ailleurs !) ont envahi la Pologne, l’authentique, tandis que l’URSS n’a fait que reprendre les régions de l’Ukraine et de la Biélorussie occupées par la Pologne (aidée par la France) en 1921.

        • roman_garev 6 janvier 14:36

          @roman_garev
          A noter que la Pologne jusqu’à présent, contrairement aux « connaisseurs » de votre espèce, ne souffle mot sur ses régions biélorusses et ukrainienns, vu qu’après la WW2 elle a reçu des mains de l’URSS beaucoup plus de territoires de l’Allemagne.


        • sarcastelle sarcastelle 6 janvier 14:47
          Un grand nombre aujourd’hui d’affirmations très « romanesques » parmi lesquelles deux méritent une mention particulière :
          .
          1) Roman Garev a écrit :
          .
          la Pologne qui n’a paru sur la carte de l’Europe qu’en 1918....
          .
          Il semblerait qu’elle y ait toutefois paru plus anciennement, avant sa liquidation par .... la Syldavie ? 
          .
          2) Le parallèle entre la présence militaire étasunienne en France et russe en Pologne à partir de la fin de la guerre et longtemps après, ne manque pas de sel. Les effets politiques et économiques de l’une et de l’autre sur la vie de leurs habitants sont effectivement tout à fait à l’avantage des Polonais. 
          .
          La propagande est l’une des activités humaines les plus basses. 

        • oncle archibald 6 janvier 17:09

          @roman_garev : « Je ne savais pas que la Pologne était occupée par la Russie aux années de stalinisme. »

          Vous devriez mieux vous renseigner ..... Etre « libéré » dans ces conditions ça n’est pas vraiment un cadeau !

          http://www.diploweb.com/p4viat01.htm



        • oncle archibald 6 janvier 18:34

          @Michel Maugis ; c’est magnifique, on en pleurerait d’émotion ....

          A quand un plombier Russe à la place du plombier polonais pour déboucher nos chiottes ?


        • Jeff84 7 janvier 10:05

          @LE CHAT
          Cela vous a peut-être échappé, mais le lecteur-type de AV est socialiste tendance stalinienne (c’est à dire, prompts à imposer leur vision à tout le monde à coup de rangers dans la gueule). Donc, l’occupation stalinienne est pour eux une époque bénie des dieux.

          Et avec toutes les preuves de l’horreur soviétique, les quelques malades qui restent à soutenir cette idéologie sont imperméables aux faits.
          Vous gaspillez votre salive.

        • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 10:07

          @Jeff84. Mais toi, tu es pour, contre, cour ou pontre cette nouvelle « marche à la guerre » ?


        • Jeff84 7 janvier 10:44

          @JC_Lavau
          Moi ? A la place des Etats baltes, je me mettrais immédiatement en économie de guerre, et j’acheterai du tank et de l’avion à tour de bras.

          La première mission de l’Etat, c’est de défendre ses citoyens. Avec un voisin comme Poutine, qui masse son armée à la frontière biélo-russe, c’est pas le moment de finasser.

        • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 18:59

          @Jeff84. Ote-moi d’un doute : est-ce à titre personnel et privé que tu es devenu complètement paranoïaque ? Ou c’est juste parce que tu es sous télécommande intégrale par la presse aux ordres ?


          Déjà rien que la charité me pousserait à préférer le second terme d’alternative.

        • JC_Lavau JC_Lavau 6 janvier 13:18

          Alors l’auteur ? Tu es pour, contre, cour ou pontre cette nouvelle « marche à la guerre » ?


          • Doume65 6 janvier 16:34

            « Une menace qui est montée de plusieurs crans après l’annexion de la Crimée, en 2014. »
            De quoi les polonais ont-ils peur ? Qu’un référendum donne 90% de population prête à rejoindre la Russie ?


            • oncle archibald 6 janvier 17:11

              @Doume65 : « De quoi les polonais ont-ils peur ? Qu’un référendum donne 90% de population prête à rejoindre la Russie ? »

              Ma foi, avec des soldats russes armés devant et dans tous les bureaux de vote ce résultat n’aurait rien d’impossible !


            • roman_garev 6 janvier 18:56

              @oncle archibald
              « avec des soldats russes armés devant et dans tous les bureaux de vote »


              Et vous avez certainement des preuves de votre délire parano ? Un peu comme celles du ’hacking" de Poutine, c-à-d. AUCUNE.

              Et quand le fond ALLEMAND GfK fait en janvier 2015 un sondage en Crimée pour le gouvernement CANADIEN et obtient 82 % d’approbation complète (du rattachement à la Russie) + 11 % d’approbation en général, c-à-d. 93 % de satisfaits, là aussi c’étaient les soldats russes armés qui répondaient ? 

              Quand vous pondez des inepties pareilles, vous vous discréditez vous-même, de plus en plus avec chaque ineptie. Bientôt on ne se donnera même la peine de vous répondre en vous ignorant avec dégoût...

            • sarcastelle sarcastelle 6 janvier 21:15

              @roman_garev

              .
              Intéressant. Archibald dit une chose et vous feignez d’en lire une autre. Vous vous mettez sur les rangs pour faire un concours de savonnettes avec Cabanel ? 

            • oncle archibald 6 janvier 22:35

              @roman_garev : je ne dis pas que les habitants de Crimée ne souhaitent pas être Russes, je dis que la façon dont ce « rattachement à la Russie » a été pratiqué est un coup de force n’ayant pas grand chose à voir avec les règles internationales. Les catalans espagnols aussi veulent se séparer de l’Espagne et ont « autoproclamé » leur indépendance. Pour autant cette Catalogne indépendante n’existe toujours pas. Elle existera si il y a accord entre le gouvernement Espagnol et les autorités locales Catalanes. La Crimée a été séparée de l’Ukraine illégalement.


            • V_Parlier V_Parlier 6 janvier 22:46

              @roman_garev
              "Et quand le fond ALLEMAND GfK fait en janvier 2015 un sondage en Crimée pour le gouvernement CANADIEN et obtient 82 % d’approbation complète (du rattachement à la Russie) + 11 % d’approbation en général, c-à-d. 93 % de satisfaits« 

              Et il faut voir comment avaient réagi les nobles »libérateurs" de maïdan : http://www.youtube.com/watch?v=IdzBfD0kfW4 . Cele-ci est pas mal non plus : http://www.youtube.com/watch?v=bnwTKRqvLZk .


            • roman_garev 7 janvier 07:55

              @oncle archibald

              Aucune envie de discuter avec vous, évidemment ignare, la légitimité du rattachement de la Crimée vs la séparation de Cosovo ou de Chypre de Nord tout à fait légitimes (bien sûr dans ces cas il y avait cet accord que vous exigez avec les gouvernements centraux) uniquement car voulues par l’Oncle Sam et ses caniches européennes.

              Je ne parle que de votre mensonge évident et diffamatoire sur les soldats russes armés aux dos des citoyens durant les votes en Crimée. Si vous en avez des preuves, montrez-les. Sinon fermez-la, on en a assez de vilenies.

            • roman_garev 7 janvier 08:17

              @sarcastelle
              « Intéressant. Archibald dit une chose et vous feignez d’en lire une autre. »


              Intéressant. Archibald dit une chose sans preuves et je lui demande des preuves qu’il aurait oublié de fournir. Quoi de plus naturel ? Cherchez des idiots ailleurs.

            • oncle archibald 7 janvier 10:05

              @roman_garev pour plus de détails lisez l’article en entier sur :

              http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/03/16/un-referendum-en-crimee-pour-dire-oui-a-la-russie_4383876_3214.html

              Un référendum organisé dans l’urgence

              Le principe de ce référendum a été voté jeudi 27 février par un nombre imprécis de députés régionaux, à huis clos, dans le Parlement de Simferopol tenu depuis l’aube par un commando armé probablement russe. Ces députés, qui n’ont pas le pouvoir de voter des lois et encore moins celui de proposer un référendum, selon la Constitution régionale de 1998, proposaient au peuple de se prononcer “sur l’autonomie” de la région.

              Il n’était alors pas question de rejoindre la Russie. Le même soir, les parlementaires nommaient un quasi-inconnu à la tête du gouvernement de région : Sergueï Aksionov, homme d’affaire au passé trouble. A la tête du parti Unité russe, il avait obtenu 4 % des suffrages aux élections régionales de 2010. Le lendemain, les troupes russes envahissaient la péninsule.

              Jeudi 6 mars, le Parlement proposait en référendum le rattachement pur et simple à la Russie, ou un retour au statut d’autonomie élargie de la Crimée au sein de l’Ukraine défini par la Constitution régionale de 1992. La date en a été avancée deux fois : du 25 mai au 30 mars, puis au 16 mars.

              • Une péninsule verrouillée par les forces russes

              Les soldats russes tiennent depuis le 28 février les routes de Crimée et les aéroports, où pas un vol ne décollait dimanche, sauf pour Moscou. Ils bloquent, encerclent ou contrôlent les bases militaires ukrainiennes.

              Les 25 000 soldats russes du contingent de Sébastopol ont reçu depuis trois semaines des milliers de renforts, selon Kiev. Ils sont déployés illégalement dans la péninsule. Et Moscou continue d’envoyer des troupes.

              L’agence Reuters a constaté vendredi qu’un navire de guerre russe, le Yamal 156, débarquait des camions, des soldats et au moins un véhicule blindé de transport de troupes non loin de Sébastopol. Dans les villes, ces soldats laissent des milices prorusses et les nouvelles forces de sécurité du gouvernement de Crimée verrouiller l’élection.

              Le Parlement, le siège du gouvernement, les bureaux de vote et les lieux de manifestations sont gardés par des ’volontaires’ organisés il y a trois semaines autour du parti de M. Aksionov, qui rassemble aujourd’hui une partie d’un obscur Front de Crimée.

              Les cosaques locaux, force paramilitaire, ont reçu d’importants renforts de Russie, où ils bénéficient d’une reconnaissance officielle du Kremlin. La police et les forces anti-émeutes des Berkout, dirigées par deux frères aux ordres de M. Aksionov, Sergueï et Iouri Abisov, coopèrent avec ces forces.

              Voilà voilà voilà ....


            • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 10:12

              @oncle archibald. La classification périodique de Mendéléïev est d’autant plus suspecte qu’elle a été établie par « a russian bigamist ».


              Pis en plus elle change tout le temps, alors que la classification de Démocrite à quatre éléments, elle est stable, au moins !

            • oncle archibald 7 janvier 16:14

              @JC_Lavau : c’est plus facile d’ironiser à bon marché que de réfuter les affirmations du Monde établies sur des faits et des dates bien précis.


            • JC_Lavau JC_Lavau 7 janvier 19:45

              @oncle archibald. Li Monde ? C’est le torchon qui milite à longueur de colonnes « Réchauffement climatique anthropique ! Méchants gaz à effet de serre ! Méchant dioxyde de carbone ! Acidification des océans ! Montée des eaux, l’Himalaya est menacé ! Pauvres ours blancs ! ... »
               Comment pourrait-il faire pour être sérieux dans les autres domaines ? Hubert Beuve-Méry est mort depuis très très très très longtemps.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Méchant Réac

Méchant Réac
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès