• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Une terre sans peuple pour un peuple sans terre ?

Une terre sans peuple pour un peuple sans terre ?

Il faudrait tordre le cou à cette expression ! Je propose d'aborder le sujet successivement sous deux angles complémentaires : « Un slogan mensonger et malhonnête » et « La parenté des peuples du Pays de Canaan  ».

UN SLOGAN MENSONGER ET MALHONNÊTE

La paternité de ce slogan revient probablement à Alexander KEITH, un ecclésiastique évangélique écossais (1). Keith, comme tous les érudits qui ont ensuite propagé ce slogan, savait parfaitement qu'il était factuellement faux. Dès 1898, l'influent Américain J.L. STODDART le diffusait largement en Amérique, surtout chez les Évangélistes. (3) Il est vrai que ce slogan, en tant que slogan, est très bon : il a la clarté et la puissance de l'évidence.

A mon sens, ces gens avaient la ridicule outrecuidance de vouloir aider Dieu à réaliser les prophéties de la Bible. Cela n'a-t-il choqué personne ? En effet, nous condamnons les extrémistes de tous bords (et de tous temps) qui se prétendent être l'instrument de Dieu !

Néanmoins, peu à peu, le slogan (et l'idée qu'il porte) s'est propagé dans la population et dans les milieux politiques, jusqu'à les convaincre de la nécessité d'agir politiquement. Ce slogan, généreusement diffusé en Occident sans analyse critique, aura certainement contribué pour part au succès des décisions Politiques successives visant à promouvoir la mise en œuvre de l'idée qu'il véhicule.

Il est fort regrettable et critiquable que d'utiliser des idées que l'on sait fausses, en utilisant les structures Politiques démocratiques (nationales et internationales) comme ''outils'' pour les faire avancer. D'autant plus que les mêmes structures vont ensuite se plaindre que d'autres utilisent des Fake News à des fins de désinformation visant à l'atteinte d'objectifs politiques.

Pendant ce temps, les Juifs Sionistes développaient leur Projet de Foyer National Juif pour le Peuple Juif. Theodor HERZL publiait son essai politique ''Der Judenstaat'' (L’État des Juifs) en 1896. Que dit Herzl sur les autochtones du pays d'accueil ? En vérité, pas grand chose  : il ne traite pas vraiment le sujet dans son essai. (4)

Il semble bien que les mouvements Sionistes ont bénéficié ''gratuitement'' d'un environnement de pays Chrétiens favorables, que leur fameux slogan a pour part contribué à instaurer et consolider. Le mouvement Juif Sioniste n'utilisait guère le slogan Chrétien. Il utilisait les siens propres, et principalement la fameuse idée de Foyer National Juif chère à HERZL. Ce qui ne les empêcha pas, avec opportunisme, d'utiliser occasionnellement le slogan Chrétien.

Les uns pensaient à être ''sauvés'' par leurs œuvres en ''aidant Dieu'' à la réalisation de prophéties, tandis que les autres, meurtris par un antisémitisme virulent et sans fin, cherchaient un moyen de recouvrer leur dignité.

Ceci dit, il convient de souligner l'attitude ''intégriste'' d'une partie de la tribu Sioniste israélienne qui considère que «  le Pays d'Israel » va du Jourdain à la Méditerranée et maltraite donc durement les Palestiniens de Cisjordanie qui s'y trouveraient (comme 'quasi-occupants', illégitimes donc), sous l'oeil placide et ''neutre'' des forces de l'ordre Israéliennes. La non-action des représentants de l'Autorité occupante, et leur non-restauration du Droit International, est bien sûr hautement critiquable, sur la base des principes du Droit International. Le silence relatif sur ces sujets, en Occident, et le ''laisser-faire'' de fait des Etats de la Communauté Internationale est également critiquable, sur la base des principes auxquels ces entités déclarent adhérer.

 

LA PARENTÉ DES PEUPLES DU PAYS DE CANAAN

Le slogan mensonger mentionné plus haut me donne l'occasion d'évoquer un point amusant au sujet du verset Genèse 17:8 (lequel contredit d'ailleurs le slogan) : « Je te donnerai, et à tes descendants après toi, le pays que tu habites comme étranger, tout le pays de Canaan, en possession perpétuelle, et je serai leur Dieu. » (5)

Les Palestiniens et les Hébreux ont un fonds Historique Cananéen commun :

Les Cananéens sont un peuple ancien, qui occupait une vaste zone le long de la méditerranée, de l'actuelle Syrie au Sinaï, en passant par une partie de la Jordanie. Au nord, le Royaume d'Ougarit a fait l'objet de fouilles archéologiques, et la bibliothèque de son palais a livré nombre de textes en plusieurs langues et alphabets, exploités sur la période du XIV au XII siècle avant JC.

L'on sait ainsi que le Souverain Divin d'Ougarit est le Dieu El , lequel a eu 70 enfants divins (''les étoiles de El et de Ashera''). Parmi ces nombreux enfants, on compte les Dieux Baal et Yahvé.

Les Cananéens étaient donc polythéistes. L'archéologie montre que les Anciens Hébreux étaient aussi polythéistes et vénéraient -entre autres- les mêmes Dieux principaux. La Bible le confirme en nombre d'endroits (6).

A l'époque des Anciens Hébreux, chaque peuple avait son dieu tribal/national principal  : El est le Dieu d'Ougarit, Kemosh est le dieu de Moab, Qaus celui d’Edom, Hadad, celui de Bagdad, Yahvé/ Jehovah celui de Juda, et Elohim celui d'Israel.

L'archéologue Israel FINKELSTEIN explique : « (...) Durant la plus grande partie de la période monarchique, la religion Israélite, bien que centrée sur le dieu national Yahvé, était basé sur les mythes, croyances et pratiques cultuelles Cananéennes, et une grande déesse était adorée à côté du dieu masculin principal. » (2)

Les Palestiniens et les Hébreux ont donc un fonds Historique Cananéen commun. De plus, à l'époque polythéiste, l'endogamie n'était pas pratiquée par les anciens Hébreux : la Bible l'illustre -entre autres exemples- avec le roi Salomon : 1 Rois 11:1 Le roi Salomon aima beaucoup de femmes étrangères, outre la fille de Pharaon : des Moabites, des Ammonites, des Édomites, des Sidoniennes, des Héthiennes, 11:3 Il eut sept cents princesses pour femmes et trois cents concubines ; et ses femmes détournèrent son coeur.

 

JPCiron

 

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: : NOTES :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::

..... (1) - « The Land of Israel According to the Covenant with Abraham, with Isaac, and with Jacob » Alexander KEITH – 1843

..... (2) - « (…) During most of the monarchic period, the Israelite religion, though centered on the national god Yahweh, was based on Canaanite myths, beliefs, and cult practices, and a great goddess was worshipped alongside the main male god. » (The Quest for the Historical Israel : Debating Archaeology and the History of Early Israel.) Israel FINKELSTEIN & Amihai MAZAR – 2007

..... (3) - Middle East Quarterly - Diana MUIR traduit par Marc BRZUSTOWSKI – 2008

..... (4) - Il y a trois volets principaux qui sont quasiment ''absents'' du Projet de Theodor Herzl : A) On l'a vu, Hertzl ne traite pas vraiment du sujet des autochtones du pays d'accueil. B) Herzl ne considère pas l'hypothèse de la possible fragmentation de l'unité juive. Il n'affronte pas non plus le sujet des courants Juifs orthodoxes qui considèrent ce projet hérétique et le refusent avec force. En effet, la lecture 'stricte' de ces derniers des textes religieux considère qu' installer le peuple Juif sur un territoire serait un sacrilège, puisque seul Dieu serait habilité à le faire. C) Herzl ne considère pas les différents aspects culturels et de langue des populations qui vont cohabiter dans l’État des Juifs (tant pour les Juifs de la diaspora, que pour les autochtones du pays d'accueil).

..... (5) - La Bible : Traduction de Louis Segond, version 1910.

..... (6) - Jérémie 2.28 - Où donc sont tes dieux que tu t'es faits ? Qu'ils se lèvent, s'ils peuvent te sauver au temps du malheur ! Car tu as autant de dieux que de villes, ô Juda !

Jérémie 32:32 A cause de tout le mal que les enfants d'Israël et les enfants de Juda Ont fait pour m'irriter, Eux, leurs rois, leurs chefs, leurs sacrificateurs et leurs prophètes, Les hommes de Juda et les habitants de Jérusalem. (…) 32:35 Ils ont bâti des hauts lieux à Baal dans la vallée de Ben Hinnom, Pour faire passer à Moloc leurs fils et leurs filles : Ce que je ne leur avais point ordonné ; Et il me n'était point venu à la pensée Qu'ils commettraient de telles horreurs Pour faire pécher Juda.

Ezéchiel 20.31 - En présentant vos offrandes, en faisant passer vos enfants par le feu, vous vous souillez encore aujourd'hui par toutes vos idoles.

Même de roi Salomon avait fait bâtir un lieu dédié aux sacrifices d'enfants ''passés par le feu'' : 1 Rois 11:7 Alors Salomon bâtit sur la montagne qui est en face de Jérusalem un haut lieu pour Kemosch, l'abomination de Moab, et pour Moloc, l'abomination des fils d'Ammon.

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

135 réactions à cet article    


  • njama njama 15 septembre 12:12
    Merci pour l’article. Il se trouve que j’ai déjà abordé le sujet dans d’autres commentaires.

    Ou’il faille tordre le coup à cette expression, oui ! d’une part à l’idée d’une paternité juive, d’autre part à l’idée messianique d’un retour des Juifs en Palestine, car l’intention du locuteur était sans équivoque clairement coloniale.
    L’auteur en est Anthony Ashley Cooper, 7th Earl of Shaftesbury, un Lord, le comte de Shaftesbury.

    « A land without a people for a people without a land » ... "and the Jews ...will probably return in yet greater numbers, and become once more the husbandmen of Judaea and Galilee." 
    (et les Juifs ... y retourneront probablement encore en grand nombre, et deviendront une fois de plus les fermiers de Judée et de Galilée !)

    Religion and Jewish Restorationism

    Lord Shaftesbury’s « Memorandum to Protestant Monarchs of Europe for the restoration of the Jews to Palestine », published in the Colonial Times, in 1841

    Shaftesbury was a student of Edward Bickersteth and together they became prominent advocates of Christian Zionism in Britain.[33][34] Shaftesbury was an early proponent of the Restoration of the Jews to the Holy Land, providing the first proposal by a major politician to resettle Jews in Palestine. The conquest of Greater Syria in 1831 by Muhammad Ali of Egypt changed the conditions under which European power politics operated in the Near East. As a consequence of that shift, Shaftesbury was able to help persuade Foreign Minister Palmerston to send a British consul to Jerusalem in 1838. A committed Christian and a loyal Englishman, Shaftesbury argued for a Jewish return because of what he saw as the political and economic advantages to England and because he believed that it was God’s will. In January 1839, Shaftesbury published an article in the Quarterly Review, which although initially commenting on the 1838 Letters on Egypt, Edom and the Holy Land (1838) by Lord Lindsay, provided the first proposal by a major politician to resettle Jews in Palestine :[35][36]
    >
    The soil and climate of Palestine are singularly adapted to the growth of produce required for the exigencies of Great Britain ; the finest cotton may be obtained in almost unlimited abundance ; silk and madder are the staple of the country, and olive oil is now, as it ever was, the very fatness of the land. Capital and skill are alone required : the presence of a British officer, and the increased security of property which his presence will confer, may invite them from these islands to the cultivation of Palestine ; and the Jews’, who will betake themselves to agriculture in no other land, having found, in the English consul, a mediator between their people and the Pacha, will probably return in yet greater numbers, and become once more the husbandmen of Judaea and Galilee.  [37]
    <

    The lead-up to the Crimean War (1854), like the military expansionism of Muhammad Ali two decades earlier, signalled an opening for realignments in the Near East. In July 1853, Shaftesbury wrote to Prime Minister Aberdeen that Greater Syria was “a country without a nation” in need of “a nation without a country... Is there such a thing ? To be sure there is, the ancient and rightful lords of the soil, the Jews !" In his diary that year he wrote “these vast and fertile regions will soon be without a ruler, without a known and acknowledged power to claim dominion. The territory must be assigned to some one or other... There is a country without a nation ; and God now in his wisdom and mercy, directs us to a nation without a country.« [38][39] This is commonly cited as an early use of the phrase,  »A land without a people for a people without a land" by which Shaftesbury was echoing another British proponent of the restoration of the Jews to Israel, (Dr Alexander Keith.)
    Bust of Anthony Ashley-Cooper, by F. Winter, 1886. In the collection of Dorset County museum, Dorchester.

    Shaftesbury was President of the British and Foreign Bible Society (BFBS) from 1851 until his death in 1885. He wrote, of the Bible Society, « Of all Societies this is nearest to my heart... Bible Society has always been a watchword in our house. » He was also president of the Evangelical Alliance for some time.[2]


    • JPCiron JPCiron 15 septembre 16:46

      @njama

      Merci à nouveau pour ces informations pour moi inédites
      Y compris l’antériorité du comte de Shaftesbury, que j’ignorais.

      On fait trop souvent parler les dieux selon nos convenances matérielles... et on leur obéit docilement...




    • Galilée Galilée 17 septembre 18:26

       JP Ciron

      Les terres achetées par le fond national Juif, de 1880 jusqu’ à 1948 

      l ’ont été légalement , et largement payées à leur propriétaires Arabes , ce qui correspond à 20% de la « palestine » mandataire ..
      C’est très exactement cette partie qui a été reconnue comme l ’ état Juif lors du partage de 1947 .
      Ces terres , travaillées et exploitées par de Juifs étaient tout sauf coloniales , mais bien le Royaume de Judas restauré en partie, et qui le serait resté sans la guerre d ’extermination déclenchée par les Arabes..

      Les Juifs y parlaient l ’ Hébreu , c ’est à dire le Cananéen , et, génétiquement , Askhenazes comme Séfarades sont plus prés des Levantins que de n ’importe quel autre population .

      Les Arabes y étaient si « maltraités » que Syriens , Egyptiens sont venus en masse devenir des « Palestiniens » pour tenter profiter du boum économique..

      Les Arabes ont , bien entendu, refusé le partage et ont tenté de récupérer par la guerre , les terres des Juifs , travaillées et fertilisées, c ’est si simple, surtout quand les Arabes sont 300 millions avec 5 armées et les Juifs 600.000 .
      Et par la même faire de la Palestine une terre arabe Judenrein , avec l ’aide des officiers SS qui les encadraient et rêvaient de finir le travail .

      Bravo L ’humanisme universel , à la mode Ciron , qui aimerait tant que le Hamas
      en finisse une bonne foi pour toute , avec les Juifs , comme c ’était prévu par Hadj Amin Husseini , le grand copain d ’ Hitler, d ’Himmler et d’ Eichmann...

      Le jésuitisme à la mode bobo-marxiste en vacance à Marrakesh .



    • JPCiron JPCiron 17 septembre 22:54

      @Galilée

      Bonjour Galilée,

      Que voulez-vous que je réponde à cette ratatouille ?

      Je vais plutôt prendre un verre. A la vôtre !

    • Galilée Galilée 18 septembre 13:09

      @JPCiron

      Que voulez vous répondre quand les faits sont aussi avérés que têtus ...Tout observateur objectif sait combien les intellos sociologues et consorts universitaires sont inconditionnellement pro-arabes .L’Arabe innocent comme l ’eau claire , la« victime » par excellence« , le doux agneau sacrifié , le martyr christique du complot sioniste international) .
      Chaque téléspectateur d ’Arte , chaque lecteur du monde sait bien la » ratatouille" antisémite qu ’on leur sert quand il s ’ agit du petit Satan , la plupart en sont très contents, et , nous , ça ne nous gêne pas plus que ça.

      A votre santé donc , la kémia du bar des délices , à la Goulette est fameuse...
      Vous y serez toujours reçu très chaleureusement ...
      (Prenez quand même une gélule de nitrofuroxaside par jour prophylactique par jour )

      Demain c ’est Kippour , je vous pardonne.

    • symbiosis symbiosis 15 septembre 13:21

      Herzl ne considère pas les différents aspects culturels et de langue des populations qui vont cohabiter dans l’État des Juifs (tant pour les Juifs de la diaspora, que pour les autochtones du pays d’accueil).

      Pas plus que, en tant que membre de la Treizième tribut, donc aryen et non sémite, il ne considère que cet axiome, que cette réalité aurait du être mise en lumière dans ses prémisses et que cette affirmation d’une appartenance de fait à ce territoire fut de sa part illégitime.


      • JPCiron JPCiron 15 septembre 16:56

        @symbiosis

        Il y aura certainement des postulats implicites qui font que, ce qui apparaît important aux uns, ne l’est pas pour d’autres.

      • Désintox JPB73 15 septembre 14:31
        "Les Palestiniens et les Hébreux ont donc un fonds Historique Cananéen commun.
        Et si les palestiniens étaient tout simplement les descendants islamisés des anciens hébreux ?

        • JPCiron JPCiron 15 septembre 17:00

          @JPB73

          Si l’on en croit la Bible, on pourrait tout aussi bien soutenir l’inverse...
          Puisque le métissage part d’un fond cananéen, avec apport extérieur.


        • Ouallonsnous ? 16 septembre 07:31
          @JPCiron

          En définitive, une seule conclusion s’impose, et il est inutile de continuer à tourner autour du pot, tous les peuples ayant vécu en Palestine sont des palestiniens authentiques depuis la nuit des temps, les sionistes nouveaux venus, quoi qu’ils prétendent ne sont que des intrus !

        • JBL1960 JBL1960 16 septembre 08:49
          @JPCiron = Effectivement, tout le problème réside dans « si l’on en croit la Bible » ;
          Je me permets de vous tirer l’œil sur les travaux de recherches du Dr. A. Ezzat, notamment sur les racines juives de la cultures takfiri et sur la falsification attestée des récits bibliques et je précise que cela ne remet nullement en cause la possibilité d’un message originel comme aurait pu le délivrer le Nazaréen ► Traduction Biblique et falsification historique, PDF de 64 pages.
          Si le génocide définit l’extermination physique d’un groupe humain, l’ethnocide est son extermination culturelle et cette extermination culturelle est souvent le fait d’une seule civilisation qui extermine toutes les autres : la civilisation occidentale.” (Robert Jaulin, 1970)

          Le gros bémol réside dans les « Deutéronome », surtout le 7 : 1-2, 5-6 et 16 de l’ancien testament de la Bible :

          Lorsque l’Éternel, ton Dieu, t’aura fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession, et qu’il chassera devant toi beaucoup de nations, [les Héthiens, les Guirgasiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens et les Jébusiens, sept nations plus nombreuses et plus puissantes que toi] ;

          lorsque l’Éternel, ton Dieu, te les aura livrées et que tu les auras battues, tu les dévoueras par interdit, tu ne traiteras point d’alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce ;

          Voici, au contraire, comment vous agirez à leur égard : vous renverserez leurs autels, vous briserez leurs statues, vous abattrez leurs idoles, et vous brûlerez au feu leurs images taillées.

          Car tu es un peuple saint pour l’Éternel, ton Dieu ; l’Éternel, ton Dieu, t’a choisi, pour que tu fusse un peuple qui lui appartînt entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre.

          Tu dévoreras tous les peuples que l’Éternel, ton Dieu, va te livrer, tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié, et tu ne serviras point leurs dieux, car ce serait un piège pour toi ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2018/05/17/nous-vous-avons-prevenu-par-norman-finkelstein-13-mai-2018/

          Entendons nous bien, cependant, je ne fais aucune fixette sur le christianisme, et n’ai aucune sympathie pour l’Islam = les 3 religions monothéistes sont une même peste religieuse comme l’avait définit Johann Most, en 1892

          J’ai terminé, il y a peu, un nouveau PDF de la traduction du livre de Marshall Sahlins « La Nature humaine : une illusion occidentale » 2008 qui pourrait vous intéresser et tant il est dans le prolongement de Clastres, mais également de James C. Scott et de son L’Art de ne pas être gouverné, mais plus encore de « Contre le grain », que je dois publier également, conjointement avec R71 et que je ne manquerai pas d’offrir ici-même à ceux qui voudront le lire...




        • JPCiron JPCiron 16 septembre 10:27

          @JBL1960

          Bonjour,

          Et Merci pour ces liens.

          Je ne connaissait pas Ezzat. ( Ashraf Ezzat ?) Mais, de ce que je lis, je vois une proximité avec l’analyse que fait l’archéologue Israel Finkelstein.

          En parcourant le texte, je vois cité Marylène Patou-Mathis. Il y a une dizaine d’années, j’avais beaucoup apprécié son livre « Neanderthal, une autre humanité ».

          Je vais lire tout cela. Merci

          Par ailleurs, toutes les religions sont le produit de syncrétismes. Plus ou moins ’triés’. Avec éventuellement ajouts faisant lien, ou inventions pour motifs théologiques.


        • JBL1960 JBL1960 20 septembre 23:59
          @JPCiron Oui, c’est bien Ashraf Ezzat et le PDF que je propose, est une exclu de mon tout petit blog, car j’ai compilé toutes ses publications que j’ai traduit, quand ce n’était pas R71, et ce PDF est une création pure de ma part ICI. C’est gratos, n’ayez crainte j’ai rien à vendre...

          Comme promis, nous venons de publier conjointement avec R71, un blog ami, leur traduction intégrale du livre de Marshal Sahlins « La Nature humaine : Une illusion occidentale » que je présente avec ce billet ICI.

          MS est très facile à lire, je trouve, dense mais magique.
          Tout comme James C. Scott dont j’ai réalisé 2 versions PDF, l’une restant à venir, et franchement, pas des moindres « Contre le grain » qui m’a beaucoup apportée aussi bien à le lire, qu’à paginer.

          J’apprécie énormément Patou-Mathis elle est fascinante, j’ai d’ailleurs vu son Ao, le dernier Néanderthal et lorsqu’elle affirme « nous sommes tous des néanderthal » ça fout le frisson et pour demeurer dans une région où il a vécu !

          Grâce à elle nous savons que l’homme ne descend pas d’un singe tueur, qu’il n’a pas toujours fait la guerre et que ça n’est nullement inscrit dans nos gènes, comme on veut nous le faire croire...

          En se donnant à lire, les uns et les autres, il arrive très très souvent que nous tutoyons les étoiles et par une synchronicité qui confine souvent à l’irréel, bien que nous ne nous connaissions pas et que peut-être nous ne nous verrons jamais, nous avons souvent le sentiment de partager cet ici et maintenant, tout simplement.

          Comme l’avait dit la tortue Taoïste Oogway de Kung Fu Panda :
          Hier, c’est l’Histoire.
          Demain est un mystère.
          Et aujourd’hui ?
          Aujourd’hui est un cadeau, c’est pourquoi on l’appelle le présent...

          JBL

        • JPCiron JPCiron 22 septembre 15:07

          @JBL1960
          .

          Bonjour,
          Merci pour tous ces PDF & links. Je lirai.

          Je m’étais fait, depuis quelques années, ma propre idée sur la réalité historique de Moïse, de l’esclavage des Israélites, et sur Abram. Aussi, je n’ai pas été surpris de lire :
           "l’Égypte antique ne connaissait que des rois et parfois des reines, mais jamais de “pharaons”, ni du reste aucune mention d’une quelconque mise en esclavage des Israélites. De fait, l’esclavage n’était pas du tout une pratique courante dans l’Égypte ancienne et il ne fut introduit que dans les dynasties tardives après la conquête perse et romaine. etc « 

          En fait, je suis (depuis quelques mois) en train de me documenter sur l’Egypte ancienne et sur la Perse. De gros bouquins. Du temps. Un monde très riche et avancé par bien des aspects, qui ne sont pas l’image ordinaire que nous en avons habituellement.

          Sur l’Egypte ancienne, on voir une succession ’’pharaonique » de rois. J’ai toujours pensé que les Égyptiens avaient le mot ’’pharaon’’ là où nous avons le mot ’’roi’, c’est pourquoi le titre du livre m’a intrigué.

        • njama njama 15 septembre 16:43

          The Origins of Christian Zionism : Lord Shaftesbury and Evangelical Support for a Jewish Homeland
          by Donald M Lewis, Cambridge University Press ; 1 edition (October 26, 2009)

          In this study of Lord Shaftesbury – Victorian England’s greatest humanitarian and most prominent Christian Zionist – Donald M. Lewis examines why British evangelicals became fascinated with the Jews and how they promoted a ‘teaching of esteem” that countered a “teaching of contempt.” Evangelicals militated for the restoration of Jews to Palestine by lobbying the British cabinet on foreign policy decisions. Professing their love for the Jews, they effectively reshaped the image of the Jew in conversionist literature, gave sacrificially to convert them to Christianity, and worked with German Pietists to create a joint Anglican-Lutheran bishopric in Jerusalem, the center (in their minds) of world Jewry. Evangelical identity evolved during this process and had an impact on Jewish identity, transforming Jewish-Christian relations. It also changed the course of world history by creating a climate of opinion in the United Kingdom in favor of the Balfour Declaration of 1917, which pledged British support for a Jewish homeland in Palestine. The movement also bequeathed a fascination with Christian Zionism to American evangelicals that still influences global politics.
          http://www.amazon.com/Origins-Christian-Zionism-Shaftesbury-Evangelical/dp/0521515181


          • JPCiron JPCiron 15 septembre 16:50

            @njama

            Merci pour ces sources !

          • njama njama 15 septembre 17:14

            traduction (pas de version française de l’ouvrage pour l’instant à ma connaissance)

            Les origines du sionisme chrétien : Lord Shaftesbury et le soutien évangélique pour une patrie juive Donald M Lewis, Cambridge University Press ; 1 édition (octobre 26, 2009)

            Dans cette étude de Lord Shaftesbury - le plus grand philanthrope et le plus éminent chrétien sioniste de l’Angleterre victorienne - Donald M. Lewis examine pourquoi les évangéliques britanniques sont devenus fascinés par les Juifs et comment ils ont promu pour les Juifs un « enseignement de l’estime » qui a contré un « enseignement du mépris ». Les évangéliques ont milité en faveur du rétablissement des Juifs en Palestine en faisant du lobbying auprès du cabinet britannique sur les décisions en politique étrangère. Professant leur amour pour les Juifs, ils ont effectivement remodelé l’image du juif dans la littérature conversioniste *, ont sacrifié pour les convertir au christianisme, et ont travaillé avec les piétistes allemands pour créer un évêché anglican-luthérien à Jérusalem, le centre (dans leur esprit) du monde juif. L’identité évangélique a évolué au cours de ce processus et a eu un impact sur l’identité juive, transformant les relations judéo-chrétiennes. Il a également changé le cours de l’histoire du monde en créant un climat d’opinion au Royaume-Uni en faveur de la Déclaration Balfour de 1917, qui promettait le soutien britannique pour une patrie juive en Palestine. Le mouvement a également légué une fascination pour le sionisme chrétien aux évangéliques américains qui influence encore la politique mondiale.

            * conversionism, concept évangélique différent de conversion



          • njama njama 15 septembre 17:21

            @JPCiron


            Il m’apparaît aussi important de démystifier l’image-péplum du retour des Juifs en Eretz Israël dans la foulée du Congrès de Bâle (1897),
            La mystique juive, bien que réelle et permanente, est d’une importance très très marginale.


          • JPCiron JPCiron 15 septembre 21:54

            @njama

            Il semble que la plupart des acteurs initiaux étaient athées ou non-pratiquants, mais ont ensuite fait référence aux textes.

          • njama njama 16 septembre 11:20
            @JPCiron
            Il semble que la plupart des acteurs initiaux étaient athées ou non-pratiquants

            je dirais qu’ils étaient surtout capitalistes, ou impérialistes, et que d’une certaine manière leurs intérêts (Rothschild achète des terres en Palestine à partir de 1882, soit 15 ans avant le Premier Congrès sioniste) , coloniaux pour tout dire, aient trouvé sur fond d’antisémitisme européen au travers de ce nouveau sionisme judéo-chrétien qui réhabilité les Juifs, colporté par des évangéliques anglo-saxons dans la seconde moitié du XIX°, le terreau sur lequel prospérer ... ce qui aboutira quelques décennies plus tard à la création d’Israël par la violence.

          • njama njama 16 septembre 11:26
            @JPCiron
            Sur la mystique juive, d’une influence marginale de mon point de vue compte-tenu de la diaspora (les Juifs ont aussi leur lumpenprolétariat peu éduqué), une thèse intéressante, bien documentée, mais qui ne fait pas pour autant remonter sa genèse à 3000 ans ... 

            Le sionisme, sources et genèse messianique
            entretien avec Youssef Hindi
             https://www.youtube.com/watch?v=cUbD94eJdtY

            Entretien avec Youssef Hindi
            citation :
            « La thèse principale de mon livre est la suivante : le sionisme n’est pas, contrairement à l’idée répandue, une idéologie athéiste ; il n’est pas non plus né, comme le pensent certains historiens, dans les milieux protestants puritains anglais au XVIIe siècle. Le sionisme est à l’origine un projet messianique, né dans des cercles rabbiniques au Moyen Âge, à partir du XIIIe siècle. Ce projet a mûri et s’est renforcé en se transformant à travers les siècles pour finir, comme un certain nombre d’idéologies modernes au XIXe siècle, par prendre une apparence athéiste.

            À l’heure actuelle, l’État d’Israël, qui renoue avec ses racines messianiques, vit une poussée de fièvre qui, en effet, peut mener les Israéliens, mais aussi toute la région et, par suite, les grands blocs politiques, vers une catastrophe. La politique israélienne est, du point de vue d’un esprit rationnel, suicidaire, mais pour les messianistes à la tête de l’État hébreu, elle profitera au projet sioniste qui n’est rien d’autre que la traduction d’un messianisme actif qui vise à hâter à toute force et à tout prix la venue d’un messie qui doit régner sur les ruines des nations. »

            Occident et Islam : Sources et genèse messianiques du sionisme ; De l’Europe médiévale au Choc des civilisations
            de Youssef Hindi
            Qui veut comprendre la situation du monde actuel, doit remonter aux sources originelles des courants d idées sous-jacents aux grands mouvements historiques. Idées qui seront le moteur de l action pour ces minorités proactives qui font et défont l histoire. Dans cet ouvrage, Youssef Hindi nous révèle les origines mystiques, jusqu ici méconnues, du sionisme et de la doctrine stratégique du Choc des civilisations. Idéologies qui conduisent en priorité les peuples d Orient et d Occident, et in fine l Humanité dans son ensemble, sur des voies essentiellement périlleuses. En remontant au XIIIe siècle, nous découvrons comment est né le projet du « rapatriement » du peuple juif en Terre sainte malgré l interdiction énoncée par la Torah et le Talmud. Nous voyons ici de quelle manière ce rêve messianique a pris corps pour s accomplir à partir de la fin du XIXe siècle dans une idéologie athéiste, le sionisme politique.

            http://www.amazon.fr/Occident-Islam-messianiques-m%C3%A9di%C3%A9vale-civilisations/dp/2917329823


          • JPCiron JPCiron 16 septembre 21:36

            @njama

            Voilà de la lecture ...
            La présentation de Hindi a l’air très bien structurée et documentée.
            Je prends note ...

            Merci

          • Massada Massada 15 septembre 17:24
            Canaan vient de Kin-Anu, c’est à dire Appartenant aux Anu. 
             
            Anu étant le nom du peuple noir venu des grands Lacs et d’Afrique australe et qui aux temps premiers fonda la civilisation égyptienne. Ce qui veut dire que les Cananéens étaient en fait des Égyptiens qui se sont installés au Proche-Orient. 
            L’homme trouvé en Canaan, à la préhistoire, le Natouféen, est un négroïde.
             
            La religion des Cananéens fut la Religion Africaine née à l’aube de l’humanité en Afrique australe et dans les grands Lacs. Rien à voir avec le judaisme.
             
            L’idée selon laquelle les Arabes de Palestine descendent directement des anciens Cananéens est du délire complet. C’est d’ailleurs le narratif historique qu’apprennent actuellement les enfants de l’Autorité Palestinienne, par le biais des manuels scolaires officiels qu’ils reçoivent à l’école. Tout est bon pour falsifié l’histoire et s’inventer une origine.
             

             



            • samy Levrai samy Levrai 15 septembre 19:13

              @Massada
              Par contre les hébreux...eux...oui, ils étaient Cananeens, non ?


            • JPCiron JPCiron 15 septembre 21:56

              @Massada

              Cette histoire du peuple Anu est très controversée. A-t-il seulement existé ? Ensuite, un squelette ne fait pas un peuple...

              Trouver au Moyen Orient des squelettes négroïdes est bien naturel : les Noirs d’Afrique sont sortis par vagues durant 100 à 150.000 ans.


            • Massada Massada 16 septembre 08:39

              @JPCiron
               

              Bien sur toute théorie qui ne colle pas avec votre idéologie est controversée.
              Je n’en n’attendais pas moins de vous.
               

            • Oceane 16 septembre 09:21

              @Massada

              Je suis rarement d’accord avec toi mais cette fois, je te soutiens sur les Cananeens.


            • phan 16 septembre 16:41

              @Oceane

              Il dit que sa femme est noire, vous allez le croire le fourbe ?
              Il dit que le GPS Moïse s’est gourré : le plateau de Mau (au Kenya) dans le projet Ouganda est la direction du mont Sinaï, et Moïse a vidé la mer côté Canal du Mozambique pour retrouver le foyer Sonacotra à Tanarivo, vous allez le croire le fourbe ?

            • JPCiron JPCiron 17 septembre 09:43

              @Oceane

              Bonjour,


              Que signifie « négroïde » quand on parle d’un squelette ?

              Un fort bourrelet sus-orbitaire est-il suffisant pour classer un squelette sous cette catégorie  ?

              Pour répondre, il faudrait définir ’négroïde’.


              On regarde en général les caractéristiques, modernes ou non. Ainsi, Homo Idaltu, trouvé du côté de l’Ethiopie a un fort bourrelet sus-orbitaire. Cependant, la reconstitution de son visage par les techniques actuelles, ainsi que sa structure générale (avec un cerveau plus gros que les notres moyens actuels) montre un homme à la structure très moderne. Il est daté en gros de 170.000 ans.

              Plus ancien que Idaltu sont ’’Omo I" et « Omo 2 », au bourrelet sus-orbitaire très léger.

              Des squelettes similaires, bien plus anciens, ont été trouvés au Maghreb. On y a trouvé, par exemple, des squelettes ’’modernes’’ dans des couches profondes, avec, dans des couches moins profondes des squelettes modernes dotés de bourrelets sus-orbitaires plus marqués. L’humanité est variée.


              Les populations aux caractéristiques plus ou moins modernes se sont succédées. Les gens se déplacent. Les gens se mélangent. Rien n’est « blanc ou noir ».

              Aussi, des humains et des pré-humains sont passés d’Afrique au Moyen Orient, puis se sont disséminés un peu partout, et se sont croisés à l’occasion. Ainsi, la race des Néandertaliens était antérieure à notre race de Sapiens. Ils ont aussi vécu au Moyen Orient. Il y a des squelettes et des outils qui ont été étudiés. Il y a eu des métissages sapiens-néandertal. C’est pourquoi tous les humains (sauf les Africains) portent quelques pourcent de matériel génétique d’autres races humaines (néandertal et denisova).


              La dernière race humaine à sortir d’Afrique est la race Homo sapiens. Cela a dû commencer voici 200.000 ans environ. Des gens voisins de Homo Idaltu ont probablement été les premiers de notre race à passer par la Palestine. Que je sache, il n’y a pas eu d’ invasion. C’étaient sans doute des petits groupes qui se déplaçaient, de proche en proche, génération après génération.


              Mais le Natoufien, c’est une période récente (10.000 ans). C’est le début de la sédentarisation dans la région. A cette époque, l’essentiel des Africains qui étaient ’’sortis’’ d’Afrique et qui se sont avec les siècles déplacés vers le Nord, ont progressivement perdu leur pigmentation. Il faut sans doute quelques dizaines de milliers d’années pour que le peau s’éclaircisse par un phénomède d’adaptation (vitamine D). Et puis les gens ne restent pas là où il arrivent. Il y a eu des glaciations et d’autres épisodes catastrophiques qui ont fait que les populations se sont déplacées dans tous les sens.


              Même de nos jours, il y a des groupes de la péninsule arabique qui ont la peau très foncée.


              Il est possible que beaucoup d’Hébreux et de Cananéens aient eu la peau noire. Mais ils étaient des humains « modernes ». Les humains modernes sont proches par leur structure générale « moderne », et différents par l’une ou l’autre des leurs caractéristiques. Pour être plus clair, on trouve du prognatisme ou des bourrelets sus-orbitaires chez un tas d’européens et de gens du Moyen Orient et d’ailleurs. Un squelette ne fait pas un peuple ni une épopée.



            • Oceane 17 septembre 20:45

              @phan

              Pourquoi ne pas le croire quand on sait que les esclavagistes faisaient des enfants à leurs esclaves ?

              Rien n’empêche d’être negrophobe et ne pas pouvoir s’empêcher de s’amouracher d’une/un Africain. Je t’assure, ça existe.


            • phan 18 septembre 12:09

              @Oceane

              Méfiez vous des fourbes : ils vous racontent 10% de vérité et 90% de mensonge !
              C’est vrai selon la thèse de Cheikh Anta Diop lorsque le fourbe vous dit : 
              Canaan vient de Kin-Anu, c’est à dire Appartenant aux Anu. 
              Anu étant le nom du peuple noir venu des grands Lacs et d’Afrique australe et qui aux temps premiers fonda la civilisation égyptienne. 

              Mais c’est pour vous attirer dans leur gros mensonge « le mythe de l’exil et du retour ». Bien que majoritairement non-croyants, les premiers sionistes ont utilisé la Bible comme un livre de conquête. Une dépossession des Palestiniens de la Palestine fondée sur le négationnisme :
              (la phrase est de Zangwill) une « terre sans peuple pour un peuple sans terre »
              .....
               L’aventure coloniale commence par une reconstruction de l’histoire et de la mémoire.
              Le processus d’implantation et d’acquisition de la terre est classique dans les processus coloniaux : on trouve des féodaux locaux complaisants qui vendent la terre. On crée des protections contre les indigènes. Petit à petit, on confisque la terre et on repousse les autochtones un peu plus loin.
              Le KKL (Keren Kayemeth LeIsrael = Fonds National Juif) est créé en 1901. Jusqu’à la fondation de l’Etat d’Israël, il est chargé d’acquérir par tous les moyens des terres pour les nouveaux colons. Il aura acquis 12% de la superficie de la Palestine en 1948.
              Pourtant la Palestine était habitée. C’était une des provinces les plus développées de l’empire Ottoman. Dès 1920 apparaissent dans le pays des syndicats et des partis politiques avec une vie intellectuelle ancienne et vivace.
              En 1919, les futurs dirigeants israéliens Ben Gourion et Ben Zvi écrivent un livre. Selon eux, ces « fellahs » qui vivent en Palestine sont sûrement les descendants des Hébreux (là ils n’avaient pas tort) et ils accepteront le projet sioniste (là ils se trompaient lourdement). En fait les Palestiniens n’avaient rien contre l’immigration juive. Ils se révoltent (1929, 1936) contre la création progressive d’un Etat qui accapare la terre, colonise et expulse les autochtones. Dès cette époque, les colons inventent des thèses négationnistes vis-à-vis des Palestiniens. Ce ne serait pas un vrai peuple, mais une population composite amenée là par les Ottomans. Ils seraient très peu nombreux. Les Juifs auraient toujours vécu là et seraient majoritaires à Jérusalem depuis des décennies. Ces sornettes sont toujours enseignées dans les livres d’histoire en Israël. Ce négationnisme de l’existence, de la dignité et des droits des Palestiniens légitime la théorie du « transfert » (l’expulsion des Palestiniens au-delà du Jourdain) qui apparaît vers 1930. En ce sens, le sionisme est un colonialisme très particulier : il ne vise pas à exploiter le peuple autochtone mais à nier sa légitimité et à l’expulser.

            • Massada Massada 15 septembre 17:35

              Lors de son intervention devant le Conseil de sécurité de l’ONU, le président de la dite Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait déclaré que les Palestiniens descendaient des Cananéens. 

               
              Ensuite il n’y a pas très longtemps, le même Abbas proclamait que ces mêmes Palestiniens descendaient des Philistins de la Bible.
               
              Les anciens Philistins n’étaient pas des arabes ni même des sémites mais étaient très étroitement liés aux anciens Grecs d’Asie Mineure.
               
              Donc aucun lien entre Philistins et Palestiniens.
               
              Depuis peu, la direction palestinienne a de nouveau changé son narratif : les Palestiniens sont redevenus des Cananéens. 
               
              Qui sont donc les Palestiniens modernes ?
               
              En 1919, les Britanniques trouvèrent que le territoire dont ils avaient reçu le mandat de la Société des Nations était totalement délabré.
              Les Britanniques importent donc de la main-d’œuvre arabes pour construire des chemins de fer et autres infrastructures.
              De 1922 (début du Mandat britannique) à 1947 (fin de ce Mandat), la population immigrée arabe s’est accrue de 290% dans la région.
               


              • Christian Labrune Christian Labrune 15 septembre 20:08
                @Massada

                A propos de l’origine géographique des Palestiniens, ce lien vers une déclaration d’un ministre du Hamas, que j’ai déjà signalée bien des fois et qui n’a jamais suscité la moindre contestation. Je n’aime guère me répéter, mais ce ne sont pas ceux qui répètent à l’envi les mêmes âneries qui seront fondés à protester. Qu’en pensent-il, au fait ? Je serais bien curieux de le savoir.

                http://www.europe-israel.org/2016/07/video-revelation-du-ministre-de-linterieur-du-hamas-revele-la-verite-sur-lorigine-des-palestiniens-la-moitie-sont-egyptiens-et-lautre-moitie-sont-saoudiens-il-devoile-limposture-d/

              • samy Levrai samy Levrai 15 septembre 20:17

                @Massada
                Pas d’arabe au Moyen Orient depuis le début des temps... des arabes qui envahissent les terres arabes... je ne sais ce que tu fumes mais cela semble trop fort.


                Pourquoi cette terre a t’elle été occupé au moment des croisades ? quel fut le résultat ? pourquoi refaire la meme chose et espérer un résultat différent ? n’est ce pas la définition de la folie ? 

              • Massada Massada 16 septembre 08:43

                @samy Levrai
                 

                La bêtise est la pénurie d’idées ; la sottise est l’ignorance de cette pénurie, vous cumulez les deux.
                Travaillez votre compréhension des textes ensuite on pourra discuter smiley



              • Oceane 16 septembre 09:36

                @Massada

                « En 1919, les Britanniques trouvèrent que le territoire dont ils avaient reçu le mandat de la Société des Nations était totalement délabré ». Et vide, d’où l’importation des Arabes pour servir de main-d’oeuvre ? L’importation de la main-d’oeuvre d’une région vers une autre, d’un continent à un autre n’implique pourtant pas que le lieu de travail soit une « terre sans peuple ». La « crise des migrants » actuelle montre bien que les migrants d’aujourd’hui trouvent sur place des peuples autochtones.

                Ceci est tout aussi valable pour les colonies de peuplement.


              • Oceane 16 septembre 09:46

                @Christian Labrune

                Des Italiens, des Espagnols, des Grecs, des Portugais...sont devenus des citoyens français.


              • samy Levrai samy Levrai 16 septembre 10:59

                @Massada
                Des envahisseurs venus d’ailleurs qui disent que les autochtones ne sont pas du coin , c’est une farce pour debiles, je ne suis pas etonné que tu la reprennes...


              • samy Levrai samy Levrai 16 septembre 11:47

                @Massada
                Explique nous donc, tu crois que les efféminés israeliens vont faire mieux que les guerriers croisés ? Que disait donc les croisés pour justifier leurs rapines, quelles étaient les excuses invoquées ?

                Qu’est il arrivé plusieurs fois aux croisés ? que va t il arriver à Israel puisque l’Histoire a tendance à se répeter et jamais innover  ? 


              • Christian Labrune Christian Labrune 16 septembre 11:49
                Des Italiens, des Espagnols, des Grecs, des Portugais...sont devenus des citoyens français.
                ========================
                @Oceane

                Je ne vois pas le rapport avec les questions posées ici. Jamais, que je sache, les Portugais, les Grecs ou les Espagnols n’ont douté que la France fût l’état-nation des Français et Paris sa capitale. Un descendant de Polonais ou d’Italiens arrivés en France il y a près d’un siècle ne se distingue en rien, si ce n’est peut-être par son nom, du reste de la population. Il ne prétendra jamais que la France est une terre polonaise ou italienne, qu’il faudrait foutre à la mer les Français « de souche » ou les massacrer jusqu’au dernier pour prendre leur place. Tant bien que mal -au début-, on les a adoptés, ils se sont parfaitement intégrés et Il n’y a vraiment pas lieu de le regretter.

                Les plus anciens habitants de la Palestine sont les Juifs. C’est leur terre ancestrale et le berceau d’une civilisation dont les valeurs, quoique très abâtardies dans la religion du rabbin crucifié, ont profondément marqué toute la civilisation occidentale. Les sionistes arrivés en Israël au début du XXe siècle n’étaient pas à proprement parler des migrants : ils ne faisaient que rentrer au bercail, et parce qu’on ne leur avait pas laissé d’autre solution. A la différence des Arabes venus presque par hasard d’Egypte ou d’Arabie dans la Palestine ottomane pour des raisons économiques et qui n’étaient porteurs d’aucun projet intellectuel ou politique, les sionistes voulaient construire une sorte d’état idéal qui pût devenir un modèle universel et il faut bien reconnaître qu’en moins d’un siècle ils y sont très bien parvenus malgré des peuples voisins dont le seul objectif, depuis soixante-dix ans, est de les massacrer. Le projet de la guerre de 48 était génocidaire. Il fut répété en 67. Les objectifs du Hamas et du Hezbollah iranien n’ont jamais varié : détruire Israël.

                Cette obsession relève d’une pathologie mentale dont on voit très régulièrement les symptômes sur AgoraVox, et cette pathologie antisémite a toujours été le révélateur de la décomposition profonde des sociétés où elle a surgi. Le régime de Macron vient d’imposer au perchoir de l’Assemblée nationale un Richard Ferrand qui est un antisioniste notoire, proche du BDS. On parle encore beaucoup de Benalla, mais on fait semblant de ne pas voir Ferrand. C’est de là pourtant que vont naître les prochaines difficultés. J’espère que le régime actuel n’y survivra pas et que la politique imbécile de la France vis-à-vis d’Israël finira par être reconstruite sur de nouvelles bases.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès