• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Venezuela : la droite rompt le dialogue avec le gouvernement

Venezuela : la droite rompt le dialogue avec le gouvernement

Imaginons la tête des « dircom » du président Macron si celui-ci leur proposait de se faire prendre en photo à l’Elysée avec une brochette de suprématistes blancs de Charlottesville. C’est pourtant ce qu’il a fait en adoubant les éléments les plus violents de l’extrême droite vénézuélienne, dont les troupes ont lynché des êtres humains au motif qu’ils étaient noirs, pauvres et chavistes. La photo de la réception du Ku Klux Klan tropical sous les ors élyséens aurait été impossible si les médias n’avaient préalablement bombardé l’opinion française pour la convaincre que la résistance du gouvernement vénézuélien à l’insurrection armée de la droite était la « répression d’un peuple luttant pour la démocratie » et que ces croisés du seizième siècle colonial étaient des « combattants de la liberté ». Cet évènement insolite a lieu en 2017. Il en dit long sur la relation des médias de France avec le monde extérieur et sur ce qu’est devenue la politique étrangère de ce pays.

macronguevaraborges

Autour du président français Emmanuel Macron, les leaders de l’extrême droite vénézuélienne Julio Borges (gauche) et Freddy Guevara (droite), reçus à l’Élysée le 4 septembre 2017.

primero-justicia-golpismo-1

Julio Borges (centre) avec Leopoldo Lopez et Henrique Capriles Radonsky lors du coup d’État sanglant d’avril 2002 organisé contre le Président Chavez par le MEDEF local, les télévisions privées et des militaires formés à la School of Americas.

img-8229

Freddy Guevara (en bas à gauche) et ses croisés « pacifiques », lors de l’insurrection de 2017.

Le jeune Orlando Figuera, brûlé vif dans un quartier chic de Caracas par des extrémistes transformés par les médias internationaux en « combattants de la liberté » ». Voirhttp://wp.me/p2ahp2-2CO

L’élection le 30 juillet dernier d’une Assemblée Constituante (qualifiée de dictature par Emmanuel Macron) fut la réponse donnée aux violences de l’extrême droite par une majorité pacifique, jusque-là occultée par les médias. Face au verdict des urnes, la droite a dû mettre un terme (pour un temps) à la déstabilisation et accepter de revenir à la table des négociations avec le gouvernement bolivarien. Tout cela sur fond de cotation du pétrole en yuan – ce qui permet en partie de s’affranchir de la dépendance au dollar et de la terrible spéculation financière qui lui est associée –, de campagne électorale pour les prochaines élections des gouverneurs qui se tiendront le 15 octobre, et de rentrée scolaire.

Malgré les menaces de Trump, malgré des sanctions envers des fonctionnaires et des restrictions dans l’octroi de visas pour entrer aux Etats-Unis pour toute la population ; malgré le blocus financier, la guerre économique et ses effets en terme de souffrance pour toute le population vénézuélienne – spécialement, pour les secteurs les plus vulnérables -, tout le monde désirait que les différends au sein du pays se résolvent enfin, comme cela s’était fait tout au long de la révolution bolivarienne : en votant et dans le respect de la Constitution. « Je crois au dialogue, je crois aux mots, aux accords conclus dans la dignité et la souveraineté, parce que je crois en la paix et j’aspire à ce que de la table de négociations installée sous la coordination des présidents Danilo Medina et Rodriguez Zapatero sorte un accord fiable et, ce qui est le plus important, qu’il en sorte un système permanent de dialogue » a déclaré le président Nicolas Maduro le 17 septembre.

Néanmoins, petit à petit, sont apparus des signes de désintégration et de reconfiguration de la droite vénézuélienne jusqu’ici regroupée dans la Table de l’Unité Démocratique (MUD).

Le 16 septembre dernier, Maria Corina Machado, figure de l’oligarchie, dirigeante d’extrême droite et l’une des principales instigatrices des mobilisations violentes qui ont coûté la vie à près de 200 vénézuéliens en 2017, a confirmé son refus de participer aux prochaines élections des gouverneurs et rejeté toute possibilité de dialogue avec le gouvernement, annonçant la création d’une autre coalition d’opposition formée par son parti (Vente Venezuela), l’Alianza Bravo Pueblo (le groupe que dirige Antonio Ledezma) et qui compterait également sur la sympathie de Voluntad Popular (le groupe extrémiste de droite de Leopoldo Lopez).

« Nous avons fait en sorte que le monde réagisse, qu’il laisse derrière lui l’indifférence et la rhétorique, et qu’il passe à l’action. Nous n’avons pas hésité, nous avons été en première ligne, nous avons appelé et participé à la rébellion populaire dans un seul but : la sortie de la dictature. C’est pourquoi notre conviction et notre total engagement se retrouvent aujourd’hui dans notre nouveau mouvement : « Soy Venezuela », a souligné Machado. « Le régime veut temporiser pour constituer, dans un an, un Etat Communal ; il veut que nous nous résignions, et cela commence par la reconnaissance de la Constituante, eh bien, nous ne le ferons pas  ».

Maria Corina Machado

Scène de la vie quotidienne sous la dictature bolivarienne : la dirigeante d’extrême droite Maria Corina Machado, impliquée dans plusieurs tentatives de coup d’État depuis 2002, explique aux médias « baillonnés » qu’il n’y a pas de liberté au Venezuela et que plutôt que d’attendre des élections, il faut relancer les confrontations « non-dialogantes » (sic) pour forcer le président élu à partir.

bhlguevara

En résumé, devant l’avènement du dialogue qui cherche à pacifier le pays, le secteur radical de la droite – reconnu comme interlocuteur principal par Mariano Rajoy, Emmanuel Macron, Angela Merkel et Donald Trump -, a décidé de préparer le terrain d’un renforcement de l’affrontement qui donnerait ensuite une excuse à l’ingérence et l’intervention étrangère, comme elle a souvent tenté de le faire depuis son coup d’État en avril 2002. La MUD, au lieu de se défaire des secteurs les moins démocratiques et les plus violents (en cherchant peut-être à ne pas perdre leur appui pour les élections du 15 octobre) a déclaré qu’elle cessait d’assister aux réunions prévues en présence des principaux médiateurs internationaux pour le dialogue avec le Gouvernement National.

Bien que l’on ait déterminé les pays accompagnateurs du dialogue en suivant les propositions de la MUD (Mexique, Chili et Paraguay) en plus de la Bolivie et du Nicaragua désignés préalablement par le gouvernement et que la délégation chaviste (formée de Jorge Rodriguez, Delcy Rodriguez, Elias Jaua et Roy Chaderton, voir photo) se trouvait déjà en République Dominicaine, alors que l’ex-président du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero et le gouvernement dominicain (photo) avaient préparé la réunion, la MUD a annoncé qu’elle refusait de participer au dialogue.

636421690710632290

La délégation bolivarienne aux négociations : de gauche à droite, Roy Chaderton, Delcy Rodriguez, Jorge Rodriguez et Elias Jaua

dixlogo_venezuela_madeleingarcxa-1132x670

Garants et médiateurs du dialogue : le président dominicain Danilo Medina et l’ex-président espagnol Rodriguez Zapatero

Le député d’opposition Luis Florido, au nom de la MUD, a déclaré : « Un processus d’exploration consiste à créer les conditions sérieuses d’une négociation. Nous avons essayé de construire ces conditions jusqu’à ce jour. Mais, les conditions pour débuter un processus en République Dominicaine ne sont pas encore réunies et c’est pour cette raison que nous n’y serons pas présents. Nous devons comprendre que cela est sérieux, mais nous voulons le faire bien et nous ne sommes pas pressés. » a souligné Florido. « La priorité, c’est de gagner les élections de gouverneurs car ce serait un coup dur pour le gouvernement. Nous ne voulons pas faire les choses en ayant un doute, mais il faut qu’il y ait des signes de la volonté d’avancer de la part du gouvernement de Nicolas Maduro. Le Venezuela peut commencer ce processus de changement si nous gagnons les gouvernorats. Ils représentent un élément pour les négociations. La seule arme que nous avons, tous les vénézuéliens, c’est le vote, avec les mouvements dans la rue et l’appui de la communauté internationale ».

ob_3253ad_1

Julio Borges et d’autres dirigeants de la droite annoncent leur refus de participer au dialogue.

Une attitude qui amène plusieurs lectures : la MUD et en particulier Acción Democratica, parti de droite autoproclamé « social-démocrate », ne veut pas perdre les votes de l’extrême droite dans les élections régionales, et sauver les gouvernorats qu’elle avait conquis lors des dernières élections régionales de décembre 2012 (Miranda, Lara et Amazonas).

Ce n’est pas chose facile pour la MUD elle-même qui durant des mois (en réalité, des années) a promis à sa base la « sortie » de Maduro par la violence, déclaranturbi et orbi, que le gouvernement était en perdition et que le chavisme était vaincu, hypothèse qui a été démentie lorsque plus de huit millions de vénézuéliens se sont déplacés contre vents et marées pour élire les membres de la Constituante le 30 juillet dernier.

Le maire de Caracas Jorge Rodriguez, qui se trouve à la tête de la délégation bolivarienne, a signalé au sujet de ce renoncement in extremis de l’opposition à participer aux dialogues de Saint-Domingue : « Il est dû aux dissensions internes, nous parlons de 17 partis, qui font la vie de l’opposition vénézuélienne, ceci occasionne certaines difficultés pour le déroulement du dialogue  ». Rodriguez a demandé à l’opposition de ne pas permettre que les problèmes internes à la coalition des partis de la Mesa de Unidad Democratica (MUD) fassent obstacle au nécessaire dialogue qui garantira la paix au Venezuela : « Nous autres, eu égard à ce qui doit être la position de ceux qui sont responsables, nous sommes ici, nous avons dit que l’on nous verrait le 27 septembre en République Dominicaine et nous y sommes, nous tenons notre promesse de façon responsable  ». Le maire chaviste a rappelé que depuis le 12 septembre, ils ont tenu de multiples réunions avec l’opposition vénézuélienne et a révélé certains des points de l’agenda sur lesquels ils se sont mis d’accord. « S’il est bien vrai que nous nous sommes mis d’accord dans la plus grande discrétion, il est nécessaire d’éclairer le peuple, surtout le peuple d’opposition que l’on est en train de le tromper, sur l’agenda sur lequel nous nous sommes mis d’accord (…) Cet agenda incluait la discussion du chronogramme électoral du Venezuela pour les prochains mois et pour l’année 2018. Nous avons également fixé les probables dates des élections des maires pour la prochaine année 2018 ; quant à l’élection du président, n’en n’ayez pas le moindre doute, elle se tiendra comme prévu en 2018 ».

Rodriguez a signalé que parmi les autres points en négociation se trouve la défense de la souveraineté du Venezuela et le rejet de toute type d’agression, l’incorporation de l’opposition à la Commission de la Vérité, la Justice, la Paix publique créée par l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), le respect par l’Assemblée Nationale de la décision du Tribunal Suprême de Justice pour, de cette manière, récupérer l’équilibre des pouvoirs. Enfin, l’agenda prévoit la lutte contre « la guerre économique et le blocus financier, et la reconnaissance nationale et internationale de la plénipotentiaire ANC ».

En parallèle avec la radicalisation d’une partie de la droite, le ministre de l’Energie Electrique Luis Motta Domínguez a dénoncé un plan de sabotage électrique dans l’un des états stratégiques du Venezuela en matière économique. Au moins 50 personnes ont été arrêtées pendant ces 2 dernières semaines pour avoir participé à un plan de destruction de noeuds vitaux de l’infrastructure électrique du pays, dans l’état de Falcón, au centre ouest du pays, et qui a déjà causé des dégâts au service sur la péninsule de Paraguaná, capitale de l’état.

Pour Motta Dominguez, le plan de sabotage a été mis en marche en tenant compte de la proximité des élections régionales du 15 octobre et après l’annonce du vice-président exécutif Tareck El Aisami de la remise en marche de la Zone Économique Spéciale de Paraguaná. Suite aux attaques contre le service, 38 personnes qui essayaient de voler des câbles à haute tension sont mortes et 19 000 mètres de ces câbles ont été perdus, a indiqué Motta.

« Même un aveugle verrait qu’il y a un sabotage pour chercher un vote sanction » a-t-il dénoncé. Le ministre vénézuélien a déclaré qu’un plan de sécurité sera mis en place avec le soutien des Forces Armées Nationales Bolivariennes pour freiner toute tentative de sabotage de ce service du peuple.

DLOfTn2WsAE0X-I

L’uruguayen Luis Almagro, Secrétaire Général de l’OEA, organisme historiquement inféodé à Washington et actuel fer de lance de l’intervention contre la « dictature vénézuélienne », réuni il y a quelques jours avec l’amiral Kurt w. Tidd, chef du Southern Command

images

Luis Almagro coiffant une casquette vénézuélienne, en compagnie de J.J. Rendon, spécialiste en guerre psychologique et conseiller en communication de l’ex-président colombien Alvaro Uribe, lors d’un séminaire sur « marketing et gouvernance politiques en Amérique Latine » organisé à Miami. L’ex-président uruguayen José Mujica a dénoncé son ex-chancelier Almagro : « ce qu’il fait est dangereux non seulement pour le Venezuela mais pour tout le continent ». (1) Pour sa part le président bolivien Evo Morales a déclaré « Almagro doit respecter les principes de l’OEA. On ne comprend pas ce que fait l’OEA contre le Venezuela » (2)

Pendant ce temps, l’establishment politique états-unien planifie le budget de l’Etat pour 2018. Celui-ci comprend une partie intitulée « Situation du Venezuela » du point de vue militaire. Sur le site du Congrès des Etats-Unis, on trouve le projet de loi de Défense pour l’année fiscale 2018 (National Defense Authorization Act for Fiscal Year 2018). Ce projet de loi a été introduit à la chambre basse du Congrès, la Chambre des Représentants (House of Representatives), le 7 juin dernier et approuvé le 14 juillet à une large majorité. Le 18 septembre, il a été voté par le Sénat. Il ne manque plus que le passage du projet à la Maison Blanche pour qu’il soit autorisé et puisse devenir une loi.

Ceux qui ont présenté ce projet sont le républicain Mac Thornberry, patronné par BAE Systems, Northrop Grumman Corporation et Lockheed Martin, classés par Open Secrets parmi les plus importants entrepreneurs du monde et pionniers du montage du complexe industriel et militaire états-unien. Pour la discussion de ce projet de loi budgétaire, 2 rapports ont été présentés qui justifieraient l’approbation de ce texte. Le premier, qui est passé par la Chambre des Représentants le 6 juillet, contient un paragraphe particulier intitulé « Sécurité et stabilité du Venezuela. »

Ce rapport a été présenté par le Comité des Services Armés et à propos du Venezuela, il déclare ce qui suit : « Le comité est préoccupé par le mal-être économique et politique croissant qui existe en République Bolivarienne du Venezuela sous le Gouvernement du président Nicolás Maduro. Face aux rapports sur la famine, l’incertitude politique et la corruption, une économie en désintégration et une action indubitablement violente du Gouvernement contre les citoyens, le comité est préoccupé parce que l’instabilité au Venezuela pourrait amener à un effondrement de la gouvernabilité et à un Etat en situation d’échec. De plus, cette instabilité pourrait faire émigrer une partie de la population dans les pays voisins, y compris en République de Colombie, en République Coopérative du Guyana, dans la République du Pérou et dans la République Fédérative du Brésil pour chercher une aide humanitaire. Les effets d’une crise humanitaire à grande échelle dans la région pourraient être catastrophiques. Le comité est préoccupé par les plans d’urgence du Gouvernement des Etats-Unis en cas d’effondrement du Gouvernement et de l’économie vénézuéliens. Par conséquent, le comité désigne le Secrétaire à la Défense en coordination avec les autres agences et départements du gouvernement Fédéral que le Secrétaire considère comme appropriés pour fournir des informations, qui peuvent être classées secret-défense, au Comité des Services Armés de la Chambre au plus tard le 30 septembre 2017 sur les plans d’urgence du Gouvernement des Etats-Unis pour une éventuelle crise humanitaire et migratoire au Venezuela en cas d’effondrement du Gouvernement et de l’économie vénézuéliens pour y inclure le rôle et les responsabilités du Département de la Défense et les actifs qui pourraient contribuer à ces plans. »

L’association du Venezuela à des termes que les médias privés majoritaires au-dedas comme au-dehorrs du Venezuela, ainsi que le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro utilisent habituellement (« effondrement du Gouvernement », « Etat en situation d’échec », « aide humanitaire ») est un discours permanent dans l’establishment politique intérieur et qui, par conséquent, continuera à être la sémantique de base des Etats-Unis pour parler d’intervention.

Le fait qu’on considère une éventuelle crise migratoire qui provoquerait une « catastrophe » pour la région est en accord avec ce que dit Luis Almagro dans son dernier rapport et avec ce qui a été déclaré par l’amiral Kurt Tidd, chef du Commandement Sud, dans son rapport devant le Sénat états-unien cette année. Cette hypothèse a des relents de « faux positifs » faits pour gonfler le dossier contre le Venezuela dans la mesure où les pays limitrophes nommés et aussi le Pérou ont été des hauts-parleurs contre le Gouvernement Bolivarien et sont soumis à la politique étrangère des Etats-Unis.

Que le rôle du Pentagone soit considéré comme central concernant la « catastrophe » régionale provoquée par la « situation vénézuélienne » attire l’attention, surtout en ce qui concerne les précédents qui ont impliqué l’armée des Etats-Unis et de l’OTAN dans les tristement célèbres « interventions humanitaires » au Moyen Orient, en Afrique et en ex-Yougoslavie pendant ces dernières décennies.

Dans le « sous-titre C. Questions concernant la Syrie, l’Irak et l’Iran, » (Subtitle C—Matters Relating To Syria, Iraq, And Iran) du « titre XII Questions concernant les pays étrangers » (Title XII—Matters Relating To Foreign Nations), le texte du projet de loi budgétaire cite le Venezuela comme un pays qui coopère avec l’Iran dans le domaine militaire. Pour cela,il demande que le Venezuela soit évalué en termes militaires par le Secrétaire à la Défense, James Mattis et qu’il prenne en compte que l’Iran, avec la Russie, la Chine et le Venezuela , font partie du bloc de pays émergents qui remettent en question l’hégémonie états-unienne sur le monde.

captura_de_pantalla_de_2017-09-29_14-59-52.png

L’étude du Venezuela du point de vue militaire et l’évaluation d’un éventuel envoi « d’aide humanitaire » de l’armée états-unienne prendraient en compte l’inefficacité des opérateurs locaux dans la mission d’imposer une situation de violence armée qu’on a essayé de mettre en place pendant les 120 jours de manifestations organisées par l’anti-chavisme dans diverses zones du territoire vénézuélien.

Faute des ressources nécessaires pour imposer ce scénario et malgré tout le soutien que l’opposition a obtenu de la part des Etats-Unis, des médias et d’autres acteurs de la région, le Congrès des Etats-Unis et la direction militaire qui gouverne aujourd’hui le pays depuis la Maison Blanche envisagent expressément une intervention au Venezuela, au moins du point de vue du budget et en termes d’opérations. Les sanctions et le blocus financier contre le Venezuela, justement, cherchent à fabriquer cette situation « d’effondrement économique, » de paralysie du système de paiement et de limitation des importations pour justifier « l’urgence » de l’intervention.

Le profil de ce rapport correspond aux actions qui ont contribué aux interventions en Libye et en Irak, toutes 2 précédées par des actions de blocus financier et des sanctions envers la direction nationale comme prétexte pour, à force de bombardements, « protéger » les populations assiégées. « L’option militaire » envisagée par Trump n’est donc pas une folie ou une absurdité du discours mais un plan politique qui continue à être tissé, à prendre forme et à franchir les étapes.

Sources : http://cajaderespuestas.blogspot.com/2017/09/venezuela-el-anhelado-dialogo-se-queda.html et http://misionverdad.com/LA-GUERRA-EN-VENEZUELA/congreso-y-pentagono-de-eeuu-enfila-sus-baterias-contra-venezuelade

Traduction : Sylvie Carrasco pour Venezuelainfos et Françoise Lopez pour Bolivar Infos

URL de cet article : http://wp.me/p2ahp2-3D0


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Lugsama Lugsama 6 octobre 10:09

    Tous ces méchants de droite membre de l’international socialiste, oulala smiley


    Il y a bien plus de noirs du côté de l’opposition que du gouvernement, avec 85% d’opposition le contraire aurait été étonnant. Que le président français dénonce une dictature c’est un peu le minimum non ?

    On voit qu’a part les complots plus absurdes les uns que les autres ils ne reste plus grand chose aux collabos de Venezuelainfos pour défendre cette catastrophe, vivement la fin de cette farse.

    • McGurk McGurk 6 octobre 11:54

      @Lugsama

      * "On voit qu’a part les complots plus absurdes les uns que les autres ils ne reste plus grand chose aux collabos de Venezuelainfos pour défendre cette catastrophe« 

      Bah si smiley .

      La droite c’est le mal. L’opposition c’est le mal. Le trou dans mon ours en peluche, c’est encore un coup de la »droite méchante et réactionnaire" smiley .


    • wesson wesson 6 octobre 21:06

      @McGurk
      «  Le trou dans mon ours en peluche, c’est encore un coup de la »droite méchante et réactionnaire »  ."


      non, ça c’est parce que vous y êtes allé un peu trop fort lors de vos nuits de solitude. Le postérieur de l’animal n’a pas su résister !

    • Carpenter 6 octobre 11:31

      Propagande tellement grossière qu’elle en devient risible.


      • CN46400 CN46400 6 octobre 13:19

        @Carpenter

        Riez, on verra qui rira le dernier...


      • Naboulio Naboulio 6 octobre 23:46

        Garde a vous !


        Ca vous fait rire que nos alliés sois des imbéciles Carpentier ?

        Le parti au pouvoir au Venezuela raisonne par un paradigme de « lute des classe » et le résoult par la planification démocratique. Il fait voter des ordres, des groupes d’ordres, aux entreprises, institutions, pour N années d’avance, si sa marche on amplifie si ca foire on atténue, le monde devient meilleur.

        Le parti au pouvoir ici raisonne par paradigme du « libre marché », et le résoult par la spéculation contradictoire. Les entreprises, institutions parient et gagnent ou perdent, disparaissent ou grandissent, le monde devient meilleur.

        Un libre marché international ne peut pas fonctionner si certains état planifient, figent durant 5 ou 10 ans leurs méthodes ou pratiques. Vous comprendrez aisément qu’une entreprise bolchévique peut dévorer rapidement un marché libre en usant de vente a perte ou a prix coutant, par exemple.

        Si nous soutenons ces crétins qui ne sont ni libéraux ni démocrates, c’est par ce que nous leur avons fait cracher la promesse de rétablir le libre marché au Venezuela. Ne pensez pas que le blocus économique sois une pression diplomatique, c’est de la défense de nos intérêts, c’est cher et pénible.

        Il y a diverses solution acceptables. Une quasi autarcie, qui ne perturbe pas les alentours. Avoir un marché d’état et un marché mondial distinct, tel qu’a Cuba, avec une superposition des deux systèmes sans change entre eux. Avoir un parti au pouvoir qui spécule plutôt que planifier.

        C’est atrocement couteux un blocus, il faut que ca cesse, quel que soit l’outil. Compris ?

        Disposez !

      • McGurk McGurk 6 octobre 11:51

        J’aime beaucoup le fait que...la droite n’existe pas dans ce magnifique article. C’est devenu « l’extrême droite trop méchante bouhhh » et de l’autre côté « le chavisme triomphant contre l’ennemi colonialiste ».
        Ah oui, les « Etats-Unis » c’est le mal absolu sous toutes ces formes.

        Et ça prétend donner des infos sur le pays ? De qui se fout-on ?

        La « démocratie », c’est l’alternance des parties. Pas s’accaparer les pouvoirs en accablant « la droite » de tous les maux que le parti en place a lui-même déclenchés. Ca, ça s’appelle « la dictature », n’en déplaise aux collabos en série du site.


        • symbiosis symbiosis 6 octobre 22:31

          @McGurk

          Si la démocratie est l’alternance des partis, pourquoi l’opposition au chavisme refuse-t-elle d’attendre les prochaines élection ?


        • McGurk McGurk 7 octobre 18:42

          @symbiosis

          Là comme ça je dirai en premier...parce que le processus démocratique a été anéanti par une pseudo-révolution qui a coupé court au vrai parlement. Ensuite parce que le nouveau est un simulacre de démocratie. Enfin parce que tout opposition est considérée comme malveillante et que les « prochaines élections » n’arriveront jamais - ou alors ce sera encore pour adouber le dauphin de Maduro.


        • CN46400 CN46400 6 octobre 13:21

          « La « démocratie », c’est l’alternance des parties »

          Ah bon, donc en France en 2022, ce sera Mélenchon....


          • McGurk McGurk 6 octobre 14:30

            @CN46400

            Peu-être, peut-être pas...


          • sahb 6 octobre 14:39

            @CN46400
            rien qu’à voir sa « définition » de la démocratie (typique du zombi oxydé !) on voit bien où il puises ses « idées » !! 

            je préfère la mienne : la DÉMOCRATIE c’est le peuple EN ARMES !!!!!

          • Lugsama Lugsama 6 octobre 17:03

            @CN46400
            L’alternative sérieuse semble plutôt les LR que l’extrême gauche en France.


          • wesson wesson 6 octobre 21:08

            @Lugsama
            Ben voyons, LR on a le choix entre celui qui a tapé dans la caisse, se fait payer des costards et ne comprends même pas ce que on lui reproche, ou alors celui qui va faire paraître le FN comme étant de dangereux cryptocommunistes. 


            LR n’existe plus : c’est le PS avec 3 ans de retard. 

          • McGurk McGurk 6 octobre 21:38

            @wesson

            C’est pour ça que ça veut dire L(es)R(acailles).


          • Lugsama Lugsama 6 octobre 22:53

            @wesson

            Vous pensez reelement que la France Insignifiante puisse arriver au pouvoir ? smiley

            Combien de députés les LR ? Qui a gagné les senatorial ? Et la FI combien de député comparé au LR et même au PS ? Qui est rien ? Un peu de sérieux. On va voir en 2020 combien de français vont confier leur mairie a l’extrême gauche, on va bien se marrer.

          • Naboulio Naboulio 7 octobre 00:20

            @Lugsama


            « L’alternance » peut être vu comme une volonté des électeurs de partager le pouvoir entre les partis, mais c’est surtout un effet de l’aristocratie politique, le nombre de choix étant réduit a 2 ou 3, le sortant généralement disqualifié... On alterne de fait.

            ++






          • QAmonBra QAmonBra 6 octobre 14:52

            Merci @ l’auteur pour le partage.



            Un bon article qui nous permet de mieux comprendre ce qui se passe au Venezuela, car on ne peut compter sur nos merdias, sur ce sujet moins que tout autre.

            (. . .) « La « démocratie », c’est l’alternance des parties. » (. . .) Et moi, pauvre de moi, qui croyait encore au père Noël ! 

            C’est à dire le pouvoir du Peuple, par et pour le Peuple, j’ai du louper un épisode c’est sur ! . . .



            • McGurk McGurk 6 octobre 15:07

              @QAmonBra

              Au père Noël Staline qui t’offre des kalach par milliers ?


            • Lugsama Lugsama 6 octobre 17:05

              @QAmonBra

              Pour comprendre mieux vaut lire des journaux sérieux ou encore mieux parlez avec les victimes du régimes sur place tant qu’ils ont internet, c’est pas ces torchons collaborationnistes qui ne font que vomir la propagande officiel qui vont vous informer.

            • wesson wesson 7 octobre 20:47

              @Lugsama
              tiens puisque vous parlez de « journaux sérieux », parlons du Canard Enchaîné.


              Dès lors qu’il a sorti un entrefilet sur Raquel Garrido, les petits roquets comme vous se sont mis immédiatement à aboyer : pensez donc, une insoumise qui ne paie pas ses cotisation retraite, la meute ne pouvait laisser passer, et vous en futes de vos jappements. 

              Sauf que voila, l’info est bidon : la caisse de retraite des avocats a publié un démenti, remettant « l’info » du Canard à ce qu’elle était réellement : un bruit de chiotte.

              Et c’est là où j’en viens. Sur le dernier mois, le Canard a évoqué Raquel Garrido à 5 reprises. Et c’est le carton plein : 5 infos bidons. Ainsi selon le Canard Enchainé, « Raquel Garrido est député ». Ben non, raté mais le canard persiste dans le persiflage : elle « s’est présenté mais n’as pas pu être élue ». Encore raté, elle ne s’est pas présenté. etc.

              Tout cela pour en arriver à ma conclusion : la notion de « journal sérieux » est dans la configuration actuelle de la presse un mythe.

              Et accessoirement, vous vous flinguez totalement le peu de crédibilité qu’il vous reste à recracher n’importe quel ragot pourvu qu’il vous conforte dans votre vision du monde.

            • McGurk McGurk 7 octobre 23:33

              @wesson

              Il ne faut surtout pas prendre les caricatures de ce journal au sérieux. La plupart du temps, leurs propos sont plus de la raillerie avec un fond de vérité pour amuser de la galerie qu’un véritable journal d’information. De toute manière, ce n’est pas tellement le but.


            • Lugsama Lugsama 8 octobre 11:59

              @wesson

              C’est pour ça que la porte parole de la France Insignifiante s’est engagé a rembourser.

            • Carpenter 6 octobre 15:35

              Discréditer l’adversaire en l’accusant d’être d’extrême droite est bien une méthode fasciste au passage... C’est une rhétorique pour criminaliser l’adversaire et faire croire qu’aucune alternative est possible au chavisme. Une méthode très souvent utilisée par ce régime dictatorial. pauvres vénézuéliens, ils sont pas sortis de l’abîme...


              • antiireac 6 octobre 16:39

                L’auteur à coup sûr est payé par gouvernement criminel de Venezuela pour les désinformations qu’il produit quasiment tous les jours sur le site d’AV.


                • McGurk McGurk 6 octobre 17:16

                  @antiireac

                  Ouais, demain ça sera sur la participation aux élections locales des caniches vénézuéliens, lapidés par la « méchante droite satanique » et empêchés de voter par une conspiration amériano-antlantico-sioniste.

                  Ou bien un article de O. Fortin, encore une fois sur « la magnifique démocratie lolilol de Maduro ».

                  Décidément, ça tourne en bouche...


                • McGurk McGurk 6 octobre 17:17

                  @McGurk

                  *boucle


                • Sparker Sparker 6 octobre 16:41

                  Merci l’auteur de venir publier ici avec tous ces « amis du Vénézuela » qui ne postent que pour son bien, cela va de soi...


                  • Carpenter 6 octobre 21:09

                    @Sparker En tout cas vous, les insoumis, vous défendez le régime pour des raisons idéologiques. En aucun cas vous ne voulez le bien de ce pays, qui ne vous avait d’ailleurs jamais intéressé auparavant. Je suis d’origine vénézuélienne et mon pays va très mal, voilà pourquoi je m’en soucie.


                  • Lugsama Lugsama 6 octobre 22:42

                    @Carpenter

                    Vous savez pourquoi ils ont besoin de s’appeler insoumies ? Facile, on ne trouve pas plus soumis en politique française, une bande de bobo qui se partagent le cerveau du collabo en chef des dictatures militaires d’ameriques latine. Laissez rever d’un pouvoir qu’ils n’auront jamais.

                  • Eric F Eric F 6 octobre 19:48

                    Lorsque la grande presse française (et occidentale) relaie de manière unanime la position politique officielle du gouvernement, on peut se poser des questions. On s’est fait quand même berner par les sirènes politico-médiatique dans le cas de l’intervention en Libye, la plupart en conviennent désormais. On se pose sérieusement des questions sur le soutien de ces mêmes sirènes politico-médiatiques à une « opposition démocratique » syrienne qu’on n’a jamais vu alors qu’on a rapidement vu les milices radicales. Alors on peut se poser la question sur la situation vénézuélienne ; les choses sont elles aussi binaires qu’on nous le présente, surtout quand on connait l’hostilité étasunienne envers les régimes souverainistes sud-américains ?


                    • Lugsama Lugsama 6 octobre 23:10

                      @Eric F

                      Quand seul les petits fachistes rouges continuent de defendre une dictature militaire ça devrait peut être vous alerter un peu plus qu’une convergence assez logique concernant des évidences. Après ce que l’on pense de l’opposition est une autre affaire, mais l’opposition deja est centriste et pas « d’extrême droite » comme le disent les petit collabo du régime, au venezuela tous les parties sauf celui de la dictature sont l’opposition, difficile donc de juger un groupe si hétéroclite qui va de la gauche à la droite. 

                      Si vous lisez la « grande presse » scientifique personne n’y parlera de terre plate, et ça n’a rien d’un complot.

                      En plus les rédacteurs de Venezuinfos qui defendent cette dictature depuis 1994 connaissent tellement leur sujet que dans un article il expliquait que le peuple venezuelien était un peuple noir.. smiley quand on est con à ce point je croit que vous pouvez saisir le niveau, le même que les débiles qui vous explique que la terre est plate alors que l’on peux prouver le contraire simplement en observant avec ses yeux. 

                    • Carpenter 7 octobre 09:31

                      @Eric F

                      La situation a Venezuela n’as absolument rien à voir. Il faut être bien renseigné pour savoir, car ce ne sont pas le même contexte, pas le même continent et pas les mêmes enjeux. Je suis bien placé pour le savoir car je m’opposais moi même aux interventions de l’OTAN en Libye et en Syrie. Cependant je comprends qu’on puisse faire l’amalgame. Ce qui me debecte le plus c’est que ceux qui s’acharnent à défendre Maduro aujourd’hui n’ont pas levé le petit doigt lorsque Kadhafi se faisait attaquer, alors qu’il était bien plus défendable de mon point de vue. Décidément certains ne sont jamais du bon côté de l’histoire...


                    • Eric F Eric F 7 octobre 09:54

                      « @Carpenter
                      Je ne pense pas qu’ »objectivement« Khadafi et Assad soient plus défendables que Maduro, disons qu’ils étaient un moindre mal pour le monde que la violence et destruction qui a suivi.
                      Disons que pour le Vénézuéla, les choses ne sont pas forcément aussi binaires que ce qui nous est présenté (comme c’est aussi le cas pour la situation ukrainienne). Villlepin a donné un point de vue moins catégorique : »Le Venezuela subit une dérive autoritaire mais je n’emploie pas le terme de dictature ... Il y a une ombre qui plane sur ce dossier, ce sont les États-Unis« (tweet) »il serait facile de parler de dictature s’iil y avait une alternative démocratique". https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-7h50/l-invite-de-7h50-05-septembre-2017


                    • Carpenter 7 octobre 13:04

                      @Eric F

                      Ce n’est pas parce que c’est de Villepin qui le dit qu’il a forcément raison. Personnellement je trouve que son point de vue est largement biaisé, et je ne suis pas entièrement d’accord avec son analyse. Pour moi la MUD est une alternative parfaitement démocratiques, ainsi que les nombreux partis qu’elle représente (C’est le parti qui avait remporté les législatives de 2015 au Venezuela). Une fois de plus De Villepin est tombé dans la caricature en amalgamant les casseurs, « l’extrême droite » et l’opposition. Mais ça ne m’étonne pas vraiment venant de lui, car il a l’air d’être assez mal informé sur certains dossiers (il présentait la crise syrienne comme un conflit entre communautés, alors que ce n’est pas du tout le cas). La seule chose qu’on pourrait lui reconnaître est son refus d’impliquer la France dans la guerre d’Irak... mais pour le reste ses analyses laissent souvent à désirer. Hubert Védrine est beaucoup plus compétent pour parler de ces sujets à mon avis. Et en ce qui concerne Kadhafi, je maintient qu’il était plus défendable que Maduro sur de nombreux aspects, car la situation économique de la Libye était beaucoup plus florissante que celle du Venezuela et il avait réussi à mettre en place un véritable état providence. De plus il avait pour projet d’unifier l’Afrique, ce qui lui a sans doute valu sa mort. Quand à Assad, nous savons bien que c’est Daesh le principal responsable du chaos syrien, et non pas sa politique a proprement parler. Donc ils restent bien plus défendables de mon point de vue...


                    • Sparker Sparker 8 octobre 21:29

                      @Carpenter

                      Ce n’est pas par ce que c’est vous qui le dites que vous avez forcément raison...


                    • McGurk McGurk 9 octobre 00:12

                      @Sparker

                      Si smiley . Sinon t’es un collabo-fascisto-atlantico-sioniste.


                    • Carpenter 9 octobre 03:07

                      @Sparker

                      Au moins j’ai écrit une réponse argumentée. Si vous pensez que j’ai tort vous n’avez qu’à faire de même...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès