• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Venezuela : quand deux journalistes de terrain s’évadent des (...)

Venezuela : quand deux journalistes de terrain s’évadent des médias

 

ITW par Paul Cochrane via Counterpunch.org

Le photo-journaliste britannique Alan Gignoux et la journaliste-cinéaste vénézuélienne Carolina Graterol, tous deux basés à Londres, se sont rendus au Venezuela pendant un mois pour tourner un documentaire pour une grande chaîne de télévision mondiale. Ils se sont entretenus avec le journaliste Paul Cochrane au sujet de la représentation du Venezuela par les médias grand public par rapport à leurs expériences sur le terrain.

Paul Cochrane (PC) : Que faisiez-vous au Venezuela, combien de temps y êtes-vous resté et où êtes-vous allé ?

Alan Gignoux (AG) : Nous sommes allés en juin 2018 pour un mois pour tourner un documentaire ; je ne peux pas vous dire sur quelles chaînes il sera diffusé en ce moment, mais il devrait l’être bientôt. Nous avons visité la capitale Caracas, Mérida (dans les Andes), Cumana (sur la côte) et Ciudad Guayana (près de l’embouchure de l’Orinoco).

PC : Comment le fait d’être au Venezuela se compare-t-il à ce que vous avez vu dans les médias occidentaux ?

Carolina Graterol (CG) : Je suis journaliste, j’ai de la famille au Venezuela et je savais que la réalité était très différente de ce que les médias décrivent, mais j’ai quand même été surpris. La première chose que nous avons remarquée, c’est l’absence de pauvreté. Alan voulait filmer les sans-abri et les pauvres dans la rue. J’ai vu trois personnes dormir dans la rue ce matin à Londres, mais au Venezuela, nous n’en avons pas trouvé, dans les grandes villes ou dans les villages. Nous voulions les interviewer, mais nous ne les avons pas trouvés. C’est grâce à des programmes multidisciplinaires gérés par le gouvernement, les services sociaux s’efforçant de sortir les enfants de la rue ou de les ramener dans leur famille. Le programme dure depuis longtemps, mais je n’avais pas réalisé à quel point il était efficace.

PC : Alan, qu’est-ce qui t’a surpris ?

AG : Nous devons être réalistes. Les choses ont l’air usées et fatiguées. Il y a de la nourriture, il y a des restaurants et des cafés privés ouverts, et vous pourriez sentir la crise économique s’installer, mais la pauvreté n’est pas aussi grave que ce que j’ai vu au Brésil ou en Colombie, où les enfants des rues sont nombreux. Le Venezuela ne semble pas avoir de problème de sans-abri, et ici les barrios (quartiers populaires) ont l’eau courante et l’électricité. L’extrême pauvreté ne semblait pas aussi grave que dans d’autres pays d’Amérique du Sud. Les gens m’ont dit avant de partir que je devrais m’inquiéter de la criminalité, mais nous avons travaillé avec une dame du Salvador et elle a dit que le Venezuela était moins difficile que son pays, où des agents de sécurité armés de fusils automatiques se trouvent devant des cafés-restaurants. On dit aussi que beaucoup de criminels vénézuéliens sont partis car il n’y a pas grand-chose à voler, avec de meilleurs choix en Argentine, au Chili ou ailleurs.

PC : Quel a été l’impact des sanctions américaines sur les Vénézuéliens ?

CG : La nourriture est chère, mais les gens achètent des choses, même à dix fois leur salaire. En raison de l’inflation, vous devez effectuer plusieurs paiements par carte car la machine ne prendrait pas une transaction aussi élevée en une seule fois. Le gouvernement a créé un système, les Comités Locaux de Production et d’Approvisionnement (CLAP) qui nourrit les gens, 6 millions de familles, chaque mois, via une boîte de nourriture. L’idée du gouvernement était de contourner les réseaux de distribution privés, la thésaurisation et la pénurie. Notre assistante venait d’une classe moyenne de Caracas et elle était la seule chaviste, mais les gens se sont réunis et ont créé un système CLAP, avec la boîte contenant 19 produits. À moins d’avoir un salaire énorme ou de l’argent de l’extérieur, vous devez utiliser d’autres moyens pour vous nourrir. Les garde-mangers des gens étaient pleins, alors qu’ils commençaient à se constituer des provisions pour les urgences. Les gens ont perdu du poids, je pense que beaucoup d’adultes de 10 à 15 kilos. La dernière fois que je suis allé au Venezuela il y a trois ans, j’ai trouvé beaucoup de personnes obèses, comme aux Etats-Unis, à cause d’une alimentation excessive, mais cette fois les gens étaient de bonne taille, et personne ne meurt de faim ou de malnutrition.

PC : Que mangent donc les Vénézuéliens ?

CG : Un régime végétarien. Les gens se sont excusés parce qu’ils ne pouvaient pas nous offrir de la viande, mais plutôt des légumes, des lentilles et des haricots noirs. Donc, tout le monde a été forcé d’avoir un régime végétarien, et peut-être que la principale plainte était que les gens ne pouvaient pas manger de la viande comme ils le faisaient auparavant. La situation n’est pas si grave. Avant l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chavez, le Venezuela avait 40% de pauvreté critique sur 80% de pauvreté, mais ce taux est descendu à 27%, et avant la crise il n’était que de 6 ou 7%. Tout le monde reçoit de l’aide du gouvernement.

PC : La nourriture est donc la principale préoccupation ?

CG : La véritable attaque contre l’économie, c’est l’alimentation. Lorsqu’il y a hyperinflation, tout augmente dans les prix, mais la nourriture est devenue la principale source de dépenses, car c’est la variable qui fait monter les prix à des niveaux exorbitants. Les factures comme l’eau, l’électricité, les transports en commun n’ont pas beaucoup augmenté et représentent un petit pourcentage des dépenses familiales. C’est pourquoi les distorsions de l’économie ne sont pas intrinsèques, mais causées par des facteurs externes, sinon tout aurait dû augmenter, peu importe ce que c’est.

PC : Alan, tu as maigri au Venezuela ?

AG : Non ! Ce qui m’a surpris, c’est le nombre de personnes qui cultivent leurs propres légumes. C’est un peu comme en Russie, où tout le monde a une datcha. Le Venezuela est un pays tropical, donc il est facile de cultiver des produits. Les manguiers sont partout, vous pouvez donc choisir une mangue quand vous voulez.

PC : La crise que nous lisons tous les jours est donc principalement due aux sanctions américaines ?

CG : Les sanctions ont affecté le pays. Je veux être juste. Je pense que le gouvernement a été lent à agir dans la direction où le pays était poussé. Ce n’était probablement pas une bonne idée de rembourser 70 milliards de dollars de dette extérieure au cours des cinq dernières années. A mon avis, le Président Nicolas Maduro a décidé d’honorer la dette extérieure, pensant que c’était la bonne façon de payer nos engagements, mais en même temps, cette guerre économique a commencé à se faire à l’intérieur, et aussi à l’extérieur, bloquant les prêts internationaux.

Le gouvernement aurait également dû prendre des mesures contre la Colombie pour avoir permis la création de plus d’une centaine de bureaux de change à la frontière avec le Venezuela. Ces bureaux de change ont érodé la monnaie en utilisant des taux de change différents, ce qui a contribué à la dévaluation du Bolivar. Je pense qu’ils auraient dû dénoncer le gouvernement Juan Manuel Santos. Si la Colombie dit que le pétrole vénézuélien qui traverse sa frontière est de la contrebande, pourquoi pas de la monnaie ? N’oubliez pas que la plus grande industrie en Colombie est celle de la cocaïne – le trafic de stupéfiants – et qu’elle a connu une croissance exponentielle, de sorte qu’elle a un montant excessif de dollars américains et doit les blanchir, ce qui a drainé la monnaie vénézuélienne. C’est une hyperinflation induite. Aussi, à Miami, l’oligarchie vénézuélienne a créé un site Web appelé DolarToday il y a environ 12 ans pour détruire l’économie du Venezuela.

52602411_10215958923580838_6974758599276888064_n

PC : Qu’est-ce qui vous a encore frappé ?

CG : Les gens continuent de sourire et de faire des blagues sur la situation, ce que je trouve incroyable. Les gens sont prêts à partager et nous étions dans des situations délicates, comme lorsque notre voiture est tombée en panne la nuit.

AG : Tout le monde dit de ne pas conduire la nuit au Venezuela. On était sur la route et on s’est dit qu’il ne nous restait qu’une demi-heure à faire, qu’est-ce qui pourrait mal tourner ? Puis un transformateur a brûlé. Je pensais que j’allais faire mon cauchemar vénézuélien, coincé au milieu de nulle part sur une route sombre la nuit. Qui te trouverait un jour ?

CG : Comme il n’y avait pas de lumières, nous avons dû utiliser nos téléphones pour faire savoir aux gros camions que nous étions sur la route.

AG : Nous avons prétendu que j’étais sourd parce que je ne pouvais pas passer pour un Vénézuélien avec mon accent espagnol. Ainsi, une très vieille camionnette s’arrête et les occupants ont l’air plutôt chauds, mais ils ont été très gentils et nous ont emmenés à une station-service.

CG : Je t’ai dit Alan, tu n’es pas aux USA, tu ne vas pas te faire tirer dessus !

AG : J’étais avec trois femmes avec de l’argent, je pensais que j’allais me faire tirer dessus, mais tout s’est bien passé, et ils pensaient que j’étais sourd.

CG : On nous a dit que nous pouvions dormir dans un magasin, mais nous avons dormi dans la voiture à la place et c’était bien.

PC : Qu’en est-il des coupures de courant qui ont frappé le pays ?

CG : Pendant les coupures de courant, les gens racontaient des histoires, jouaient de la musique ou sortaient et parlaient dans la rue. C’était un paradis, pas de télé, pas de smartphones, mais un vrai contact humain. Les gens cuisinent ensemble. Pendant la journée, ils jouent aux jeux de société, aux dominos et les enfants s’amusent. Les gens qui ont des enfants sont peut-être plus stressés, surtout si vous vivez dans une tour, comme si vous n’aviez pas d’électricité, ni d’eau. C’est la raison pour laquelle les Etats-Unis ont frappé le réseau électrique, car il n’y a pas d’eau à Caracas – une ville de 10 millions d’habitants. Heureusement, il y a des puits avec de l’eau propre autour de la ville, alors les gens font la queue pour l’obtenir.

PC : Il y avait donc un réel décalage entre l’image qu’on vous donnait du Venezuela et la réalité ?

AG : Bien sûr, il y a des files d’attente pour le pétrole, mais les gens ne meurent pas de faim et, comme je l’ai dit, la pauvreté n’a rien à voir avec ce que c’est au Brésil. Je ne dirais pas une dictature dure, les gens étaient ouverts et critiquaient le gouvernement et les Etats-Unis, mais aussi Chavez et Maduro. Le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) a admis avoir pris de mauvaises décisions économiques. Je pensais que ce serait plus répressif, et ce n’était pas le cas. Les gens n’avaient pas peur de s’exprimer. Je pense que les Vénézuéliens blâment les Américains plus que Maduro pour la situation.

PC : Que pensez-vous du tintamarre de février sur le blocage de l’aide américaine et canadienne par le Venezuela ?

AG : C’était un cheval de Troie, un bon moyen de faire entrer les Etats-Unis et c’est pourquoi les agences internationales n’ont pas voulu participer à ce plan. Au lieu de cela, il y a eu l’aide de la Chine et de la Russie.

CG : Il n’y a pas eu le chaos que les USA et Trump attendaient. Le Chef de l’opposition et le président autoproclamé Juan Guaido est le type le plus détesté au Venezuela. Il doit loger dans un hôtel de luxe à Las Mercedes, un quartier chic de Caracas. Ils ont de l’électricité là-bas, comme ils l’ont préparé, donc ils ont acheté des génératrices. C’est pourquoi Guaido s’y est rendu et a un étage entier d’un hôtel de luxe pour lui et sa famille. Pendant que les gens souffrent, Guaido essaie des costumes pour son prochain voyage en Europe. C’est un monde parallèle.

AG : Vous pensez que Guaidó va échouer ?

CG : Les Vénézuéliens font tellement de blagues avec son nom, car il y a un mot qui signifie stupide en espagnol vénézuélien : « güevon ». Et regardez la manifestation à Las Mercedes l’autre jour (12 mars), la foule ne s’est pas manifestée. C’est en train de devenir une blague dans notre pays. Plus les Européens et les Américains en font un président, plus la situation devient bizarre, car Guaido n’est pas président du Venezuela ! Il est intéressant de noter que Chavez a prédit ce qui se passe aujourd’hui, il a écrit à ce sujet, alors les gens retournent à ses œuvres et le lisent à nouveau.

PC : Il y a beaucoup de documents sur l’histoire de l’impérialisme américain en Amérique du Sud pour faire de telles prédictions, aussi, plus récemment, les Canadiens et leurs compagnies minières, au Paraguay, au Honduras et qui soutiennent maintenant Guaido.

CG : Exactement. Regardez le Chili en 1973, ce qui est arrivé aux Sandinistes au Salvador, au Guatemala. C’est une stratégie bien répétée que de détruire une économie en utilisant des forces extérieures pour faire monter les prix des approvisionnements et des produits. Quand on a un tel cycle, il explose.

Traduction : Bernard Tornare. Source en anglais

Titre original : « Guaido Is The Most-Hated Man In Venezuela » – On-The-Ground In Caracas Versus The Media Spectacle »

Alan Gignoux est photo-journaliste et s’intéresse particulièrement aux questions sociopolitiques et environnementales. Le travail d’Alan a été publié dans The New York Times, CNN Traveller, The Independent, Reuters et World Photography News, entre autres (www.gignouxphotos.com).

Carolina Graterol est journaliste, cinéaste et artiste vénézuélienne (www.carolinagraterol.com). Elle a travaillé pour le BBC World Service (espagnol) et Telesur. Elle est réalisatrice de Letter from Venezuela (2019).

URL de cet article : https://wp.me/p2ahp2-4C9


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • leypanou 21 mars 09:21

    Tout ce qui va contre ce qui se dit dans les msm est toujours bon à prendre : à chacun après de se faire son idée.

    Mais avec "mais nous avons travaillé avec une dame du Salvador et elle a dit que le Venezuela était moins difficile que son pays

    ", Spartacus n’en croit pas un mot car pour lui, le socialisme est la mère de tous les maux, et comme le Vénézuela est socialiste, il ne peut y avoir de pays plus en échec. C’est vrai que tous les miséreux qui affluent vers les États-Unis viennent tous de pays socialistes (Honduras, Guatemala, etc)


    • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 21 mars 10:00

      Bref, les gens sont heureux que la faillite de l’état ait fait fuir les voleurs, ravis de ne plus manger de poulet, contents de recevoir des boîtes de nourriture, satisfaits d’avoir perdu de 10 à 15 kg et les coupures d’électricité, excusez du peu, les mènent directement au septième ciel (« c’était le paradis »).

      Estupendo !


      • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 21 mars 10:03

        Mieux encore : ils sont enchantés d’être trop pauvres pour être volés ! smiley


      • CN46400 CN46400 21 mars 11:27

        @Sergeant Pepper
        Bien sûr, réjouissons nous que la politique de Trump ai réussi là où nos « pub minceur » échouent régulièrement, tout en engraissant substantiellement quelques capitalistes...


      • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 21 mars 11:57

        @CN46400
        Ce n’est pas moi qui m’en réjouis mais un des deux journalistes : "Les gens ont perdu du poids, je pense que beaucoup d’adultes de 10 à 15 kilos. La dernière fois que je suis allé au Venezuela il y a trois ans, j’ai trouvé beaucoup de personnes obèses, comme aux Etats-Unis, à cause d’une alimentation excessive, mais cette fois les gens étaient de bonne taille"


      • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 21 mars 20:06

        @Sergeant Pepper
         
        Alors pourquoi en avoir fait un « chou-gras » ?
        Tel que le font TOUS les médias pro-libéraux...
         
        Tu sais dans lequel des deux pays suivants l’espérance de vie est supérieure ?

        Entre les Etats fédérés d’amérique du nord et....  Cuba
         
        Nan nan, ce n’est pas de la ’ provoc ’...
        Respire un grand coup, reprends tes esprits, laisse ta tension redescendre et ton pouls faire de même...
         
        NON, je ne vais pas te le dire.
        Parce que ta seule ’ réaction ’ serait de ’ nier ’...
        Du coup, si tu veux savoir, tu vas devoir aller chercher l’info...
         
        Alors après, oui, effectivement...
        Il y a un ’ petit ’ problème...
        Lorsque l’ OMS décide d’un tour de taille au delà duquel la qualification d’obèse s’applique, les states, eux ’ décident ’, toujours unilatéralement, de sortir de l’ OMS concernant l’obésité et ’ décrètent ’ que le tour de taille « aux states » avant d’être obèse, est de....  13 cm de plus que celui de l’ OMS...
         
        Mais c’est bien, les states, mangez-en...
         
        Ce que j’ai vu de plus pathétique dans les médias Franchouillards depuis plusieurs jours ?
         
        Une chèvre qui radotait que l’aide humanitaire était toujours bloquée à la frontière...
        Alors que il ne s’agit que de l’aide humanitaire des states...
         
        Tu crois que l’ Ukraine aurait accepté l’aide humanitaire de la Russie ?
         
        Nan nan, ce n’est pas une digression.
        C’est juste ’ histoire ’ de te permettre de ’ contextualiser ’...
        Enfin, si tu en es capable...
         


      • Traroth Traroth 22 mars 22:26

        @Sergeant Pepper
        Si vous n’êtes pas capable de comprendre ce que vous lisez, je ne vois pas quoi faire pour vous. L’article ne dit absolument pas ce que vous prétendez. C’est une méthode classique de manipulation appelée « l’homme de paille », que vous employez de manière particulièrement maladroite. Personnellement, je n’ai pas l’intention de répondre factuellement à vos commentaires parfaitement nuls.


      • Matlemat Matlemat 21 mars 10:54

        «  Ce n’était probablement pas une bonne idée de rembourser 70 milliards de dollars de dette extérieure au cours des cinq dernières années. »


         Oui le gouvernement vénézuélien ne pouvait pas prévoir la baisse des cours du pétrole provoqué par l’essor du pétrole de schiste américain.

         Alors que le pays est un bon payeur et est solvable, impossible d’obtenir de prêts à cause des pressions étasuniennes.



        • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 21 mars 20:11

          @Matlemat
           
          Nan nan, ce ne sont pas des ’ pressions ’...
           
          Il s’agir d’un blocus...
          D’un siège, même...
          D’un embargo.

          À la fois de la part des propriétaires des outils et moyens de production Vénézuéliens ET de la finance internationale.

          Et là, point de « barbus islamistes intégristes »...
           
          Juste la plus grosse réserve de pétrole du monde aux portes des states...
            
          Tout le reste n’est que de la mouise pour abrutis médiacratiques et autres ultra-libéraux genre spartafumier...
           

           
           


        • Matlemat Matlemat 21 mars 21:05

          @seul le contenu compte...

          C’est vrai ca pas beaucoup de barbus au Venezuela, c’est un problème pour les neocons car les paramilitaires latinos sont un peu plus long à former.


        • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 21 mars 21:27

          @Matlemat
           
          Si seulement tu pouvais un jour comprendre que à chaque fois que tu digresses, tu ne fais que t’auto-discréditer...
           
          C’est à cela que l’on vous distingue...
          Même après avoir disposé d’une information qui permet à 99% des autres de comprendre, vous, vous ne pouvez vous empêcher de digresser pour ne pas avoir à reconnaître...
           
          Merci pour toutes les évidences de ce que vous êtes, que vous produisez à longueur de commentaires...
           
          Ah oui, en quoi consiste sa digression ?
          En ne conservant que ’ barbus ’ de ’ barbus islamistes intégristes ’, pour digresser stupidement dessus... Bon après, il est aussi vrai que ces débiles profonds-là ont ne font qu’une seule distinction. Etre aussi con qu’eux ou être leur ’ ennemi ’... Et dire que ça a été à l’école... que ça a été soigné... dans un système COMMUNISTE pur jus...
           
          tarés...
           


        • Alren Alren 21 mars 19:09

          Ce qu’il y a de commun entre le peuple cubain, le peuple vénézuélien et depuis peu, le peuple français, c’est que le capitalisme rapace, les parasites sociaux ont mis la main sur les merdias pour leur faire la guerre (froide mais déloyale comme toute guerre) terme utilisé à juste titre par M. et Mme Pinçon-Charlot.

          Et que cette prise de conscience ne se perdra pas.


          La seule chance de nos ennemis est de faire croire aux gens qu’il n’y a aucune formation qui mettrait en œuvre une politique économique, sociale et réellement écologique alternatives, que tout vote sera bonnet blanc, blanc bonnet parmi ceux qui peuvent espérer gagner les élections.


          Alors qu’il existe un programme l’Avenir en commun porté par 450 000 citoyens éclairés qui répond à leurs exigences en particulier d’égalité sociale et fiscale, le programme de la France Insoumise.

          Et nous aurions, avantage d’un pays très développé sur le Venezuela, de grands économistes qui aideraient à ne pas commettre les erreurs des Chavez et de Maduro et autrement de puissance à l’international que Cuba pour combattre les ennemis extérieurs, à commencer par les USA.


          • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 21 mars 20:16

            @Alren
              
            Les prémices de l’horizontalité à venir les effrayent au moins autant, si ce n’est davantage.
             
            Mais autant j’étais réellement défaitiste il y a 4 ou 5 ans, autant désormais les émergences d’évolutions me procure un grand plaisir.
             
            Lorsque j’entends une mamie sur un rond-point nous dire qu’elle a compris comment fonctionne l’ouroboros capitalistique ET qu’elle n’en veut pas, ET qu’elle l’a expliqué à ses petits-enfants, c’est que les fumiers ont déjà perdu.
              

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès