• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > #Venezuela : un 1er septembre sous la violence de l’opposition (...)

#Venezuela : un 1er septembre sous la violence de l’opposition putchiste pro-USA ! les USA préparent-ils un coup d’état ?

Ce 1er septembre l’opposition vénézuélienne – compradore et pro-USA – a convoqué ses partisans pour aller manifester dans les rues de Caracas. Tentant probablement dans sa stratégie permanente de la politique du pire, de la violence de renouveler une nouvelle tentative putchiste. En témoigne le nom explicite donné à sa manifestation « la prise de Caracas »

Et de fait de nombreux éléments sont réunis pour craindre que cette « manifestation » ne soit à nouveau le camouflage d’une nouvelle tentative de débuter un coup d’état puisqu’elle contient tous les éléments pour répéter le scénario qu’a déjà vécu le Venezuela en 2002 : l’annonce à l’international d’une marche soit-disant « pacifique » mais des prises de positions et des discours très agressifs sur le terrain, une manifestation autorisée mais qui changera sûrement de parcours au dernier moment afin de provoquer un affrontement, etc.

N’oublions pas ce qui était arrivé en 2002 : l’opposition avait fait tirer sur ses propres partisans afin d’accuser dans les médias occidentaux le gouvernement de Chavez de réprimer dans le sang sa propre population. S’en était suivi un violent coup d’état qui ne dura que quelques heures grâce au soulèvement révolutionnaire de la population.

Tous est à craindre puisque la classe capitaliste refuse toujours de respecter les règles du jeux démocratique et préfère chercher l’affrontement.

L’heure est encore une fois à la solidarité internationaliste pour défendre la démocratie au Venezuela comme partout en Amérique Latine contre les déstabilisations et les agressions permanentes de l’impérialisme capitaliste US qui n’a jamais réellement mis fin à ses plans CONDOR.

La guerre économique – accompagnée de violences de rue lancées par l’opposition pro US – menée depuis des mois maintenant à haute intensité contre le Venezuela Bolivarien, les tentatives de déstabilisation de la Bolivie ou de l’Equateur, le coup d’état parlementaire contre Dilma Rousseff au Brésil le prouvent, l’oligarchie capitaliste est avide de prendre sa revanche sur les travailleurs d’Amérique Latine, de rétablir ses dictatures violentes pour pouvoir remplir à nouveau ses coffres en plongeant les peuples dans la misère. En a peine six mois de pouvoir l’homme de Washington qui préside désormais à Buenos Aires a réussi à faire doubler la pauvreté en Argentine, et dans le silence des médias occidentaux, 6 millions de personnes crèvent de famine dans la très ultra libérale Colombie.

Répondant à l’appel des camarades vénézuéliens, les militants du PRCF témoignent de leur pleine solidarité avec le peuple venezuelien en ce 1er septembre à haut risque. Appelant au soutien et à la vigilance alors que déjà depuis plusieurs jours les médias capitalistes occidentaux intensifient leur propagande tandis que les « experts » américains indiquent vouloir « tester » la réaction du gouvernement du Venezuela, en clair tenter de le déstabiliser.

Le 10 septembre prochain, chacun pourra témoigner concrètement de cette solidarité internationaliste à l’occasion du meeting international sur le stand du PRCF à la fête de l’Huma en présence de l’ambassadeur du Venezuela !

source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/international/venezuela-un-1er-septembre-sous-la-violence-de-lopposition-putchiste-pro-usa-les-usa-preparent-ils-un-coup-detat/

1er septembre coup d'état US venezuela

solidarité avec le Venezuela - ambassade Paris

Le président du PRCF Léon Landini – résitant FTP MOI – conduisant une délégation affirmant la solidarité internationaliste des communistes français avec le Venezuela bolivarien

 

Usa_Venezuela_UkraineNous, les mouvements sociaux, les partis politiques, les citoyennes et les citoyens européens et latino-américains résidant en France qui avons reconnu en la Révolution bolivarienne un processus authentiquement progressiste, dénonçons les menaces constantes auxquelles sont soumis le peuple et le Gouvernement légitime du Venezuela.

La République bolivarienne du Venezuela a subi une importante réduction de ses revenus financiers, conséquence de la crise capitaliste mondiale et plus particulièrement de la chute des prix du pétrole. Cette situation, qui s’ajoute à la guerre économique systémique et incessante menée par la bourgeoisie vénézuélienne avec le soutien d’éléments étrangers, prétend devenir le bouillon de culture pour des actions visant à renverser l’ordre démocratique vénézuélien.

Les efforts du gouvernement du Président Nicolás Maduro pour surmonter les difficultés d’approvisionnement de certains articles essentiels ont été constamment sapés par une droite aujourd’hui décidée à reprendre le pouvoir par des moyens anti-démocratiques. Le sabotage de l’économie et l’agression constante contre le peuple vénézuélien sont les stratégies privilégiées des secteurs de droite. Ils prétendent manipuler l’opinion publique nationale et internationale pour créer une situation de chaos qui légitimerait une intervention impériale sous couvert d’une supposée « aide humanitaire ».

L’oligarchie vénézuélienne, avec le soutien des Etats-Unis et des empires médiatiques mondiaux, ont appuyé la désinformation et des opérations clandestines visant à déstabiliser le Gouvernement légal et légitime du Président Nicolás Maduro. Ils violent ainsi non seulement le Droit international et la Charte des Nations Unies, qui dans sa vision d’un monde divers et pacifique, se fonde sur le droit des peuples à l’autodétermination et à la souveraineté, sans ingérence ni subordination à quelque puissance hégémonique que ce soit, dans le seul but d’affaiblir et détruire l’exemple de la Révolution bolivarienne. Les forces de l’opposition ont convoqué pour aujourd’hui, 1er septembre 2016, une manifestation appelée « La prise de Caracas », par laquelle elles prétendent rééditer le Coup d’Etat du 11 avril 2002 et les violentes manifestations de 2014, connues sous le nom de « La sortie », qui ont fait des dizaines de morts et de blessés. Ils justifient leur convocation par la tenue d’un Référendum révocatoire, tout en refusant de respecter la loi électorale et de reconnaître la condition d’arbitre du Conseil national électoral.

La droite vénézuélienne refuse également, comme elle l’a toujours fait depuis l’arrivée du Commandant Hugo Rafael Chávez Frías à ce jour, de participer au processus de dialogue proposé par le Président Maduro et soutenu par les anciens présidents d’Espagne, José Luís Rodríguez Zapatero, de la République Dominicaine, Leonel Fernández, et de Panama, Martín Torrijos, favorablement accueilli par la majorité de la communauté internationale. Nous sommes convaincus que le dialogue et le respect de l’institutionnalité démocratique vénézuélienne sont la seule voie pour que le peuple vénézuélien surmonte ses difficultés.

Les changements politiques que l’Amérique Latine a connus ces dernières années en ont fait un exemple international. Aujourd’hui, la tournure des événements est inquiétante. Les coups portés à la démocratie et aux projets progressistes sont évidents en Argentine, au Brésil, en Bolivie, en Equateur, au Nicaragua et au Venezuela, pour n’en citer qu’eux, et ils demandent notre solidarité à nous tous.

Une nouvelle fois la Révolution bolivarienne est menacée. Unissons nos voix pour dénoncer en France, en Europe et dans le monde entier, qu’une agression d’allure interventionniste est en gestation dans la Patrie de Bolivar et du Commandant Chávez.

Aujourd’hui plus que jamais, l’ordre démocratique doit prévaloir au Venezuela. Il faut soutenir la Révolution bolivarienne, nous devons l’appuyer par notre internationalisme actif et par notre solidarité…

“¡Hasta la Victoria Siempre… Venceremos ! »

Paris, le 1er septembre 2016

Communiqué de soutien: Respect à la démocratie au Venezuela

Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

114 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 1er septembre 2016 13:15

    Un coup d’état US au Vénézuela ?
     Bien entendu, tout comme au Brésil, en Ukraine, en Egypte .... dans de nombreux autres pays.
    C’est dans la nature même des USA que d’imposer leur dikat partout.


    • Alpo47 Alpo47 1er septembre 2016 13:29

      ...diktat ...


    • asterix asterix 1er septembre 2016 14:20

      Il y a quad même quelque chose qui me chiffonne dans votre argumentation : en appeler au respect de la démocratie alors que le Président vénézuelien est, depuis les dernières élections, devenu largement minoritaire au Parlement est un exercice de haut vol auquel je ne me risquerai pas.
      En France, une telle situation se résout par la cohabitation. Ce n’est pas la voie qu’a choisi Maduro. Il ne faut dès lors pas s’étonner que ses ennemis lui mènent la vie dure, non ?


      • taktak 1er septembre 2016 14:54

        @asterix
        Le président du venezuela a été légitimement élu. Et il respecte la constitution. En cohabitant avec une assemblée où l’opposition est majoritaire

        Celle-ci plutôt que de résoudre la crise pratique une politique d’obstruction et d’agression, une politique du pire pour plonger le pays dans le chaos.
        Elle refuse de respecter les mécanismes démocratique légaux, pourtant bien plus démocratique qu’en france.

        Au venezuela il est possible d’obtenir un referendum révocatoire (rappelons que Chavez s’y était soumis et l’a gagné). Ce qu’essayent d’obtenir l’opposition mais en refusant de respecter le calendrier et les règles constitutionnelles. Pire, en sabotant le processus puisque la commission électorale a relevé des fraudes massives dans le receuil des signatures.
        Rappelons que l’opposition a déjà tenté un putsch en 2002 et que l’on sait ce que sont ses méthodes.

        En France, lorsqu’un président décide de faire passer une loi refusée par le parlement et pour laquelle il n’a pas été élu, il peut utiliser la force. Par exemple avec le 49.3. Puisque vous comparez, rappelons qu’en France, le dernier mouvement social c’est soldé par des milliers d’arrestations ( une vague de répression politique qui se poursuit encore), des manifestations interdites et des milliers de blessés dont plusieurs très gravement.

        Qui plus est, en France, le président à le pouvoir de dissoudre l’assemblée.

        Alors bien sûr il y a une campagne de presse contre le venezuela. pendant que l’on parle des pénuries de papier toilette à caracas, on parle pas de la famine qui frappe 6 millions de personnes dans la très capitaliste et très « libre et démocratique » colombie voisine. Et cette journée du 1sept. est une provocation planifiée. Comme en témoigne ces voyage de journalistes de journaux occidentaux, venu sans visa et s’étonnant de ne pas pouvoir entrer au venezuela.

        Non décidément, le gouvernement Venezuela n’a pas de réponse à recevoir.


      • Spartacus Spartacus 1er septembre 2016 15:15

        @taktak


        La Colombie en « famine »....Le criminel sanguinaire bolchévique pleure que la victime saigne de ses coups.

        Dans les régions ou les FARC groupuscule de communiste tarés et débiles financés autrefois par le cousin Chavez, qui s’enrichissent par l’enlèvement et le rançonnage pose des problèmes criminels et d’acheminement de nourriture....

        Ces enculés de marxistes Vénézuélien aprs avoir fermé la frontière pour retenir leur peuple qui veut fuir l’enfer bolchévique Venezuélien, finance cette guérilla de pourris dans le pays voisin pour qu’en bordure les échapés meurent de faim et font du même coup des victimes Colombiennes.

        La famine a Caracas....Pays ou tous les fruits et légumes poussent. Ou il y a un Cocotier a chaque coin de rue..
        Ou chacun a un bananier dans son jardin et est autorisé librement a faire du commerce.

        Le coco confond avec le Venezuela, pays ou les zozos on nationalisé la distribution et ont bousillé l’appareil productif en imposant des prix obligatoires inférieurs aux coûts de production.

        Ces cons ne comprennent pas que personne ne se précipite pour allez vendre en dessous du prix de revient a des fonctionnaires corrompus intouchables qui payent jamais leurs fournisseurs.
         

      • asterix asterix 1er septembre 2016 16:13

        @taktak
        Si évidemment vous justifiez un régime, sur lequel personnellement je n’ai rien dit, sinon posé un constat démocratique, en répondant « oui mais en France un Président peut faire passer les lois en force avec le 49/3 » auquel cas vous auriez bien sûr crié à la dictature, je ne peux rien pour vous.
        Au cas où vous ne vous en seriez pas aperçu, c’est une grande majorité de la population civile qui est contre lui.
        En fait, vous n’avez aucun argument, sinon le sempiternel et très vrai « c’est un coup des Américains ». Mais cela ne suffit pas.


      • taktak 1er septembre 2016 17:52

        @Spartacus

        la famine c’est le capitalisme et c’est n’est en rien la responsabilité des FARC. Qui plus est colombie et venezuela sont sous les même latitudes, et c’est aussi un pays om les fruits et légumes poussent. Et je rappelle que la production agricole en Colombie est largement suffisante. C’est les multinationales qui affame le peuple en Colombie, ce sont elles qui provoquent les pénuries au Venezuela .

        La FAO n’a constaté aucune famine au venezuela mais alerte contre la faim qui menace de mort 6 millions de personnes en Colombie. Là d’ailleurs où les venezueliens seraient censés selon nos médias se ruer pour chercher à manger. Ridicule. C’est au contraire l’inverse qui se passe, et qui ne contribue pas pour rien aux pénuries au venezuela

        Quant à traiter de marxistes et de bolchéviques le venezuela bolivarien qui demeure (et c’est à mon avis la source des problèmes) une économie fortement capitaliste, l’outrance du propos vous discrédite


      • taktak 1er septembre 2016 18:11

        @asterix

        euh, vous n’avez posé aucun constat démocratique. Parceque pour le coup, le gouvernement de Maduro n’a pris aucune décision antidémocratique et respecte scrupuleusement la constitution. Une constitution dont je me suis borné à remarquer qu’elle est deux fois plus démocratique que celle de la 5e république.

        Les chavistes ont gagné toutes les élections depuis 1999. largement. Sauf les dernières élections législatives de décembre 2015.
        Dont voici les résultats
        ADD / MUD 7,728,025 voix 56% (41% des inscrits)
        PSUV / GPP : 5,625,248 voix 41% (30% des inscrits)

        Remarquons que les sondages publiés alors par les médias donnaient avant l’élection un score beaucoup plus faible au PSUV. Sur estimant largement son impopularité. Pour comparaison je rappelle qu’au second tour des élections législatives de 2012 en france, le PS n’a réuni que 21% des inscrits. Qu’en conclure si ce n’est que votre opinion que le gouvernement venezuelion a une grande majorité de la population civile contre lui EST TOTALEMENT ERRONEE ?

        bref, ici vous ne répétez est c’est bien compréhensible au regard du bourrage de crane - que la propagande des médias occidentaux. Qui à chaque election ont annoncé la victoire de l’opposition, qui en 2002 ont soutenu un coup d’état et qui soutiennent les manifestations violentes et la destabilisation antidémocratique du venezuela depuis l’arrivée au pouvoir en 1999 de Chavez.


      • asterix asterix 1er septembre 2016 23:59

        @taktak
        Voici un résumé du jour des deux manifestations pro et contre à Caracas.
        Désolé pour vous, pour la gauche, pour votre révolution bobolivarienne, les faits sont là :
        http://www.lalibre.be/actu/international/venezuela-marche-historique-d-opposants-contre-le-president-maduro-57c8998935709333b7f75a4e


      • CN46400 CN46400 2 septembre 2016 09:05

        @asterix
        Bravo, vous ne perdez pas le nord, Cuba, Laos ou Vénézuela et toujours du même coté du manche...


      • taktak 2 septembre 2016 09:22

        @CN46400
        Oui, « astérix » le mal nommé est toujours du coté de l’oligarchie. Avec des commentaires qui sentent bien souvent la manipulation rance. Si on ne l’entend jamais pour nous parler des dictatures pro-occidentale, il ne manque jamais de taper à bras raccourcix sur les gouvernements progressistes d’amérique latine.

        On ne sait que trop qui tient ce genre de discours.


      • taktak 2 septembre 2016 09:25

        @asterix

        lol. Informez vous de façon indépendante. Il y a twitter maintenant et vous pouvez voir en direct photos et vidéo. Il n’y avait pas 1 millions de personne à caracas. Des dizaines de milliers de personnes oui mais pas la marée humaine annoncée. D’ailleurs, force est de constaté que nos médias n’en parlent pas ce matin, alors qu’ils avaient annoncé depuis des jours et des jours cette manifestation (taisant celle des pro gouvernements et anti putchiste).

        Donc vous venez ici citer la Libre Belgique. est ce un média crédible sur la question ? il suffit de regarder comment ce journal a traité le véritable coup d’état de 2002 :

        http://www.lalibre.be/actu/international/chavez-sous-la-pression-de-l-opposition-51b87bd1e4b0de6db9a7fcd5

        Force est de constater que l’on a en 2016 exactement le même article - aussi peu objectif et partisan - pour la même situation : de la propagande pour soutenir une opposition putchiste et fragiliser un pays.


      • Alren Alren 2 septembre 2016 12:17

        @asterix

        Je ne savais pas que La Libre Belgique était le journal belge neutre et objectif par excellence. Comme en France, Le Monde ou Libération, par exemple ?
        Merci pour l’info !


      • asterix asterix 2 septembre 2016 14:03

        @Alren

        Non, c’est un journal parmi d’autres et il transcrivait une information à l’état brut que je n’ai fait que porter à votre connaissance sans jugement de valeur. C’est, ne vous en déplaise, un devoir d’information car seul le lecteur a le droit de se faire son opinion. Je m’aperçois que ce droit est dénié par tous ceux qui, sur Agoravox, n’acceptent d’autre position qu’exclusivement la leur.
        En fait, la dictature, c’est cela.
        Pour moi, le Venezuela est d’abord un pays d’ultra-violence d’où qu’elle vienne. J’y ai vécu 15 jours, pas plus. C’était impossible de s’y promener en rue et d’avoir un quelconque contact avec le peuple.
        Cuba, ce fut 4 ans et, malgré mon opposition à ce régime , jamais vous n’avez lu de ma part un mot disant que l’insécurité y est ultra-présente parce que ce n’est pas vrai.
        Que mon expérience, basée sur des faits réels, ne corrobore pas la vôtre, je n’y peux rien...
        N’est pas Fortin le menteur qui se pète la panse avec les gens du régime qui veut ! Mis au défi, il a été incapable de répondre à une question toute simple concernant le panier de la ménagère locale !
        Quant au Laos, cher perturbateur CN46400, lisez toutes mes interventions au sujet de ce pays avant de conclure avec des idioties et autres lieux communs de quelqu’un qui n’a jamais quitté son salon. J’adore ce pays pour lequel j’ai beaucoup travaillé durant 7 ans ( et pour que dalle ) et regrette surtout, si pas uniquement, la corruption énorme au niveau de ses autorités et la conduite de la plupart des Farangs ( nom donné aux étrangers blancs ) qui n’en connaissent que le coût de la Lao beer - 1 euro pour 62 centilitres, répété jusqu’à plus soif et même largement au delà. Pendant ce temps, j’y roulais avec mon vélo mais j’ai quand même été un peu outré de m’être fait renverser par une voiture dont le conducteur, bourré bien sûr, a fini par obtenir du système le remboursement de la griffe que mon vélo, détruit pour l’occasion, avait osé faire à sa voiture qui n’avait pas respecté un stop.
        A chacun son expérience... Ouvrez votre télé, acceptez toutes les propagandes ou continuez à sévir sur Agoravox, pour moi c’est kif. J’ai ma morale pour moi, c’est largement suffisant.


      • taktak 3 septembre 2016 14:45

        @asterix
        « un journal parmi d’autre » ...

        Vous vous foutez de la gueule du monde ! vous prenez les gens pour des cons.
        En 2002 la libre belgique a soutenu le coup d’état de l’oligarchie capitaliste. Il tenait déjà exactement le même discours en 2002. Description de la réalité ? vraiment ? non c’est de la propagande

        Regardez une bonne fois pour toute « la révolution ne sera pas télévisé » ou « les nouveau chien de garde »


      • Otrava Gamás (---.---.2.210) 4 septembre 2016 00:06

        @taktak
        Vous dites : « Il n’y avait pas 1 millions de personne à caracas. Des dizaines de milliers de personnes oui mais pas la marée humaine annoncée. »

        Force est de constater que vous faites erreur, car il y avait plus d’un million de personnes à Caracas, et plus de 10 millions tout au long et large du pays. Les photos sont partout sur le net.
        Quand à la marche de soutien de Maduro, juste quelques personnes. Il a perdu le peuple et 80% du pays veux le révocatoire, pour se debarrasser de lui de manière constitutionnelle 

      • François Vesin François Vesin 1er septembre 2016 14:44

        ...l’axe du bien" : tu l’aimes ou...il te fera l’aimer !


        • Spartacus Spartacus 1er septembre 2016 14:57

          Le Vénézuéla ??
          Ce gentil pays ou des cocos ont réinventé les « travaux forcés » et l’esclavage....


          Travail forcé aux champs, pour des périodes allant de 6 mois à un an...C’est beau le communisme du 21eme siècle...

          Comme des fous qui persisteraient a se taper la tête contre un mur pour affirmer que le front est une perceuse.
          Combien faut il d’expériences communiste pour comprendre que cette idéologie est criminogène à chaque fois pour ses propres habitants ?
          Chine, ex-pays de l’est, URSS, Vietnam, Corée du Nord, Zimbawé, Cuba, et toutes les tentatives qui ont réduit tellement de pays à la misère.

          • howahkan Hotah 1er septembre 2016 15:07

            @Spartacus

            salut ami parasite du travail des autres,voleur donc, et oui ça fou les boules que d’imaginer de vraiment travailler non ? smiley

            l’horreur absolue , travailler aux champs alors que la bouffe cela se trouve en magasin , chez Walmart et est venue du ciel..un don du ciel, dieu lui même y pourvu, car dieu est neocons..


          • Xenozoid 1er septembre 2016 15:20

            @Spartacus

            t’as rien compris c’est le pouvoir qui est criminogene et par essence auto destructeur,car il n’a besoin en fait que de l’approbation de l’esclave qui veux devenir plus gros que le boeuf,le capitalisme ne demande rien de moins,et tu en es l’exemple,combien de sorcieres l’économie va t’elle brûler avant de sacrifier les mêmes qui préconise le retour /continuation de l’esclavage ?
            le temple de la finance (les bourses) et les algorithmes ne serons que des illusions comme le papier avec un numéro dessus,et rien ne les sauvera d’un jeûne qui pour ses zélote ne signifie qu’un retour en arriere ou l’humain sera(héhé) obligé de coopérer au lieux de s’éliminer,mais ça pas question pour sparcrasus,c’est un libéral et la liberté pour lui c’est prendre 

          • François Vesin François Vesin 1er septembre 2016 15:22

            @Spartacus
            Nous attendons votre prochain exposé sur le gentil pays où des néo-libéraux 

            ont rétabli le « chômage et la précarité forcés » et vaincu l’esclavage en lui préférant
            la police de proximité qui tue de sang froid, etc. etc. etc.



          • bourrico 7 1er septembre 2016 15:24

            @Spartacus

            Ca devrait plaire à mon ami raclure, lui qui rêve de réduire le chômage. smiley

            Pour le reste, c’est ta phobie pathologique habituelle, et user du mot « Bolchévique » aujourd’hui montre à quel point tu es d’une autre époque.

          • bourrico 7 2 septembre 2016 11:22

            @clone sampiero

            Tu veux pas retourner t’accrocher aux poils de cul de Sempiero ?
            Car c’est la ta place.

          • bourrico 7 2 septembre 2016 12:17

            @clone sampiero

            trop tard pour quoi ?
            J’aime bien les trolls benêts dans ton genre, je me fous de leur gueule et après je me casse. smiley

          • Jonas 2 septembre 2016 17:21

            @Spartacus

            Ce sont les mêmes qui avaient soutenu les Khmers Rouges avec leurs 2 millions de morts dont on ne parle plus. Ils sautent à pieds joints pour soutenir n’importe quelle dictature. 
            Je conseille a ses gens qui se sont toujours trompés de lire « La comédie des erreurs »de William Shakespeare. 

          • PRCF PRCF 2 septembre 2016 17:29

            @Jonas
            Vous parlez de qui ? parce que les kmer rouges étaient soutennus ... par les USA et le Royaume Unis via la Thailande. Et ouis

            Quant au dictature... de Somoza à Pinochet en passant par Marcos, Mobutu ou Soeharto oui c’est par dizaines que les USA et les pays capitalistes ont soutenu ou soutiennent encore des dictatures génocidaires.

            j’ai encore entendu parler ce matin de la dictature Bongo aux infos. Pas vous ?


          • Jonas 2 septembre 2016 19:11

            @PRCF

            Vous travestissez l’histoire. Les Khmers rouges étaient les amis des gauchistes , qui sont devenus des islamo-gauchistes , des partis communistes criminels orphelins de la Mecque de Moscou. 
            Sans parler des « idiots utiles » comme le philosophe Alain Badiou et des journaux comme Le Monde, l’Humanité, Rouge, L’Obs, ile Monde diplomatique etc. 
            Bongo est un africain qui ne dénote pas des autres chefs d’Etat africains , comme celui du Zimbabwe,Mugabe , Kabila. de la RDC, ou le criminel du Darfour Omar Béchir. du Soudan. 
            Vous devriez lire le Livre noir du communisme ou les 80 millions de morts sous Mao. 


          • taktak 2 septembre 2016 21:38

            @Jonas
            Vous racontez des conneries grosses comme vous.
            Ce sont les communistes vietnamiens qui ont chassé les Kmers Rouges. Jamais les communistes français n’ont soutenu les Pol Pot et compagnie

            En revanche les USA et le Royaume Uni oui. C’est depuis la Thailande - pays fantoche des USA - d’ailleurs qu’ont continué à opérer les Pol Pot et compagnie après que les communistes ont réussi à libérer le cambodge

            Pour le reste les gauchiste à la Cohn Bendit et cie n’ont pour seules constantes que leur anticommunisme total et leur alliance permanente pour soutenir les guerres et interventions impérialistes US.


          • simir simir 2 septembre 2016 23:21

            @PRCF
            « Vous parlez de qui ? parce que les kmer rouges étaient soutennus »
            Et en plus ce crétin de Jonas il ne sait même pas que c’est l’armée communiste du Viet Nam qui les a réduit à zéro.
            Pourquoi ne parle t il pas par exemple des crimes des USA contre le Cambodge. Au moins 500000 victimes des bombardements et un pays ravagé ? Tout simplement parce que c’est évident que les crimes Kmehrs rouge en sont la conséquence.


          • Jonas 3 septembre 2016 18:52

            @taktak

            Pardonnez-moi, de vous le dire crûment , soit vous êtes un « idiot » soit un « menteur. » pour avoir osé dire que je dis des c...grosses comme moi, parce que j’ai accusé le PCF , ses dirigeants dont Georges Marchais et l’Humanité d’avoir été des soutiens des génocidaires Khmers rouges.
            1) Ce sont les communistes vietnamiens qui ont chassé les Khmers rouges , je suis d’accord avec vous , mais je n’ai pas parlé des vietnamiens dans mon courriel. Mais Du PCF comme thuriféraire des Khmers Rouges. 
             
            2) Pour avoir le coeur net , il vous suffit de lire L’Humanité du 18 avril 1975 , titrant « La victoire de Phnom Penh » 
            L’Humanité après avoir célébré l’entrée des KHMERS ROUGES dans Phnom Penh , elle titre le 19 avril « Des dizaines de milliers de paysans réfugiés dans Phnom Penh regagnent leurs villages , avant de décrire le 24 avril les progrès économiques réalisés... en une semaine par le nouveau Cambodge : << Et déjà, le gouvernement royal d’Union nationale et le Front national ont pris des mesures pour que les plus déshérités ,ceux qui ont souffert dans les villes sous contrôle de l’ennemi tandis qu’une poignée de gens faisaient fortune aient leur part dans les réjouissances . Les centaines de millions de dollars ont cessé de couler sur le Cambodge et pourtant , si quelques corrompus ne s’enrichissent plus , les pauvres déjà sortent de la misère...>>

            3) Le 7 mai ( 1975), L’Humanité publie le témoignage de trois coopérants français sur cette même évacuation , témoignage qui donne à L’Humanité ( Journal du PCF ndlr) de dénoncer ceux qui évoquent des massacres , par l’intermédiaire d’un éditorial de René Andrieux,  » L’intox« . 
            << Enfin de compte les gens n’étaient pas mécontents de quitter Phnom Penh, où les conditions de vies , d’hygiène étaient catastrophiques. Quand nous avons vu les femmes de ménage qui travaillaient chez nous partir dans les zones libérées, puis revenir chercher du riz et de l’eau , revenir encore pour emporter des gamelles , des seaux , nous nous sommes dit que cela se faisait à la bonne franquette . Ce n’était pas le BAGNE ( c’est moi qui souligne) 
            4) Le 19 avril . » Pour le premier anniversaire de la victoire Khieu Samphan annonce une excellente récolte « . et L’HUmanité journal du PCF évoque le cas de cent Cambodgiens vivant aux Etats-Unis , qui ont décidé de retourner dans leur pays pour servir leur peuple ». Je pourrai citer le discours de Georges Marchais et bien d’autres responsables du PCF.

            En conclusion si vous êtes capable de travestir , la a réalité et le comportement d’un parti français comme le PCF auquel vous êtes lié. Vous êtes capable de mentir et de raconter n’importe quoi sur un pays étranger ayant la même idéologie funeste que la votre. 
            PS:J’espère avoir une réponse de votre part après , avoir pris connaissance des divers « UNES » de L’Huma de l’époque. 



          • taktak 3 septembre 2016 21:32

            @Jonas
            Vous êtes ridicule

            l’Humanité ne s’est pas distingué des autres journaux français sur la période, 1975-1977. Et ce en particulier parce qu’il n’y avait pas de journaliste au Cambodge, et que l’Humanité s’est principalement appuyée sur les dépèche AFP émise depuis Bangkok. Et que les informations en provenant n’avait rien d’alarmant. Il est apparu plus tard (en 1977 qu’elles n’étaient pas fiables). Il faut d’ailleurs replacer cette couverture médiatique dans contexte de poursuite de la guerre au Vietnam, et de guerre froide. Cependant, dès les massacres connus et confirmés (notamment par un journaliste yougoslave) l’Humanité les a condamnés avec force. Et je le rappelle car c’est bien cela qui compte : ce sont les communistes qui ont mis fin aux attrocités des Khmers rouge et au régime du Kampuchea soutennu lui par le bloc anticommuniste. Les USA et le Royaume Uni continueront à soutenir jusqu’au bout du bout Pol POT. Ca c’est la réalité.
            .

            Vous mettez en cause le traitement de l’Humanité de la libération de Phnom PenhJe vais vous citer wikipedia

            "Le 17 avril, les troupes des Khmers rouges entrent dans Phnom Penh69, treize jours avant la chute de Saïgon. Dans de nombreux endroits du pays, les Khmers rouges sont d’abord bien accueillis par la population locale, qui se réjouit de l’arrêt des combats et du retour à la paix70« 
            L’humanité du 18 avril ou du 24 avril décrit elle autre choses ? non elle décrit la réalité de ce moment. Après le pays sera fermé et peu d’informations directes filtreront

            Quant à la suite, l’Humanité a rapporté des témoignages, confirmés d’ailleurs à l’époque par la presse internationale.
            Le monde rapporte le 8 mai 1975 sous la plume de Patrice de Beer un témoignage ne remarquant rien d’inquiétant
             : « Les paysans s’activaient autour de leurs paillottes ou partaient pour les champs avec leur attelage. Contrairement aux habitants des zones  »républicaines«  et aux réfugiés chassés vers Phnom Penh par la guerre, les gens étaient en bonne santé. On ne voyait
            pas d’enfants malingres et sous-alimentés vêtus de lambeaux. Beaucoup de
            soldats ou de miliciens, armés souvent de fusils américains ou sans armes,
            vaquaient à leurs occupations dans tous les villages, sans manifester d’inquiétude ou d’hostilité.  »

             Et plus loin : « Des bonzes se promenaient dans la campagne, se déplaçaient dans des camions militaires ; des bonzillons nous faisaient des signes des fenêtres de leur monastère-pensionnat. »
            Dans un article du 18 juillet 1975 intitulé « Une ombrageuse volonté d’indépendance guide l’action du pouvoir révolutionnaire au Cambodge », un autre journaliste, Jacques Decornoy du Monde dépeint lui aussi un pays idyllique : « Ce peuple est à l’ouvrage, nuit et jour, si l’on en croit Radio Phnom Penh– qu’il n’y a aucune raison de ne pas croire en ce domaine. »Tout
            le monde vit de la même façon« , transporte, pioche, reconstruit, repique, ensemence, récolte, irrigue, depuis les enfants jusqu’aux vieillards. [...]Les informations officielles font chaque jour état de grands succès dans le domaine de l’économie et de la santé. »

            Pourquoi voulez vous donc charger spécifiquement l’Humanité tout particulièrement ? le journal du PCF a publié les mêmes informations que le reste de la presse française. Bien sûr les titres ultra pro USA qui soutennait le massacre de deux millions de cambodgien par les seuls bombardiers US ont crié aux massacres. Le problème est qu’ils criaient aux loups tous le temps et qu’ils étaient d’autant moins crédibles que de nombreuses »témoignages« ou »photos« qu’ils ont publié se sont révélés faux.

            Mais dès les massacres connus, L’Humanité a alerté contre les kmehr rouges

             « Les communistes français sont attachés, on le sait, aux libertés fondamentales et à la défense des droits de l’homme partout dans le monde. Des atteintes à ces droits au Cambodge, dont l’ampleur ne peut être exactement appréciée mais risque de se révéler d’une extrême gravité, ne peuvent que susciter condamnation de notre part. »

            En janvier 1978, alors que l’occident capitalistes soutient les Khmers rouges, et continuera à le faire tout au long des années 1980, l’Humanité réaffirme la condamantion par les communistes du régime Khmer :
            « Cet assassinat perpétré le soir de la fête des enfants amène à se poser des questions sur la nature exacte de la société khmère actuelle.[...] Que penser d’un tel régime qui se déclare »démocratique« , d’un tel parti qui se définit comme »communiste« , et qui encouragent et forment de tels bourreaux ? »

            Il faut ici bien avoir en tête que les USA et le Royaume Unis à cette date déversent leurs dollars vers le régime de Pol Pot. En pleine connaissance de cause donc.

            Vous incriminer l’absence de réaction de l’Humanité en 1975 ou en 1976, mais Antenne 2 ou la 1 - contrôlé par le gouvernement de droite - n’auront eux diffusé de témoignages fiables sur les massacre qu’au printemps 1977. Dans l’intervalle des informations contradictoires circulent. Et des manipulations grossières par les journaux de droites entretiennent d’autant plus la confusion que ces derniers mènent depuis des années une campagne pro USA.

            En février 1978, alors que les communistes vietnamiens sont en train de libérer le cambodge et que des informations fiables et directes arrivent pour la première fois auprès de l’Humanité, le journal dénonce « la terreur de masse » qui a frappé au Cambodge. Libération ou l’Unité continuent eux de soutenir mollement le régime de Pol Pot.

            Non vraiment, les communistes n’ont pas de leçon à recevoir.

            Et puisque vous prétendez des leçons pouvez vous nous parler du traitement par les médias et parti capitalistes du génocide anticommunistes de 3 millions de communiste en Indonésie en 1965 ?


          • Otrava Gamás (---.---.2.210) 4 septembre 2016 10:20

            @Jonas
            Ce taktak dans son immense sagesse sait tout mieux que tout le monde, sur tout les sujet.... Et c’est bien connu qu’une telle arrogance est exempte d’erreurs !!!!!


            Il n’a jamais mis un pied au Venezuela, n’a aucune idée de qui sont les divers personnages du drame que nous vivons, dont il n’est même pas témoin, mais selon lui il sait mieux que nous oh pauvres imbéciles de venezueliens, ce qu’il en est. et de surplus, il se permet de faire des analyses hazareuses sur le nombre de langues qu’on parle, ou autres broutilles sans reeles importances, tel un Hercule Poirot du dimanche (matin)

            Pathétique. Cela ne mérite même pas la peine de perdre son temps avec lui, si ce n’étais pas que ses initiatives de soutien a une dictature criminelle comme celle de maduro, font plus de mal que de bien un peuple qui souffre trop depuis trop longtemps

          • taktak 4 septembre 2016 10:41

            Voila à nouveau un commentaire suant la haine et le mépris de @Otrava Gamás

            Facile derrière un pseudo de se faire passer pour un venezuelien. Le fait est que peut être en êtes vous un, peut être pas. Peu importe d’ailleurs.
            Ce qui importe c’est la réalité, les faits. Objectivement constatés. Et en la matière, ils vous démentent totalement. En particulier les statistiques publiés par l’ONU.

            Je vois que plutôt que de donner des arguments, vous préférez vous attaquer à ma personne. Cela fait logiquement suite à vos invectives et insultes contre Maduro
            Chacun pourra d’ailleurs relire que le premier grief que vous avez à son encontre est que « Maduro n’est pas venezuelien ». Ridicule et absurde, ce qui en dit long sur votre crédibilité. Nulle.
            Et c’est le même argument nauséabond que vous utilisez ensuite à mon encontre.


          • Spartacus Spartacus 4 septembre 2016 10:44

            Raoul-Marc Jennar Français communiste a dirigé la sinistre prison S-21, de laquelle seulement sept survivants sur 20 000 détenus sont sortis. 

            Saloth Sar, qui prendra le pseudonyme de Pol Pot, a étudié à la Sorbonne, se forma à l’idéologie Marxiste au PCF place du colonel Fabien en compagnie de Yeng Sary et Khieu Samphan, qui seront plus tard les cadres autocrates planificateurds du génocide Cambodgien. 

            Tous lisaient quotidiennement « L’Humanité » leur bible.

            Alors Déni de la responsabilité du PCF ????

            Il est temps de faire le Nuremberg des enculés de communistes Français pendant qu’il reste des vieux a emprisonner et a répondre de leurs actes.

            Le déni a beau être la règle du coco.....

            Il démontre un mépris et qu’ils ont une irreponsablité écoeurante envers les autres. Les cocos sont des pourritures. Surtout ceux en déni.


          • Jonas 4 septembre 2016 12:31

            @taktak

             « Les communistes français sont attachés , on le sait , aux liberté fondamentales et à la défense des droits de l’homme partout dans le monde.Des atteintes à ces droits au Cambodge, dont l’ampleur ne peut-être exactement appréciée mais risque de se révéler d’une extrême gravité , ne peuvent que susciter condamnation de notre part. »

             Même en 2016 vous renouez avec les méthodes des « crapules staliniennes » en supprimant la suite du texte dont vous vous référez.

             Je le restitue ici, pour les internautes d’AgoraVox. 
            << Pour Darde ( il s’agit de Jean-Noël Darde ndlr) , il est clair que le mystérieux lecteur auquel Jean-Emile Vidal fait référence est une pure fiction , chargée de permettre la mise en scène du retournement de L’Humanité. Le coeur du problème n’est pas en effet , selon lui,les témoignages , mais le conflit naissant entre le Cambodge et le Vietnam, et le fait que le Parti communiste soutienne celui-ci. L’invention de ce lecteur inquiet permet de déplacer l’attention vers les réfugiés - dont les témoignages abondent en réalité depuis longtemps- et de développer ce qui sera « L’ ANTIENNE » de L’Humanité pendant des années , à savoir la thèse selon laquelle le journal a toujours soutenu le Cambodge. 

            Car, à partir de septembre 1977, le journal qui a le plus soutenu les KHMERS ROUGES , et a le plus attaqué CEUX qui les dénonçaient ne va cesser de critiquer le Kampuchéa démocratique. Le 24 avril 1978,par exemple, quatre mois après le retournement en épingle à cheveu, on peut lire à propos d’un massacre commis par les Khmers rouges , lors d’affrontements avec les Vietnamiens : « Cet assassinat perpétré le soir de la fête des enfants amène à se poser des questions sur la société khmers actuelle. Que penser d’un régime qui se déclare »démocratique« , d’un tel parti qui se définit comme » COMMUNISTE« , et qui encouragent et forment de tels bourreaux ? » Des bourreaux que L’Humanité a encensés pendant deux ans et demi.>>
            (...)
            << Pour passer de la position du soutien aux Khmers rouges à la position critique ,le journal va tenter de se convaincre qu’il a gardé la même attitude pendant toute la période , soutenir les Cambodgiens , pluriel dont le caractère vague a le mérite de permettre d’oublier qu’il ne s’agit pas des mêmes aux différents moments du soutien, puisqu’il a d’abord SOUTENU les tueurs avant de SOUTENIR les victimes.>> 

            Stalinien un jour , stalinien toujours. Votre article sur le VENEZUELA a le même crédit que celui de votre affirmation du non soutien du « Parti COMMUNISTE FRANCAIS » et de sa courroie de transmission L’Humanité aux Khmers rouges.
            PS : L’Humanité n’a pas été le seul journal a chanté les louanges des Khmers rouges. Le Monde, Libération , l’ancien N.Observateur et beaucoup « d’idiots utiles ».


          • Jonas 4 septembre 2016 12:59

            @Octrava Gamàs.

            Ce stalinien s’accapare d’un sujet qu’il ne connaît pas et dont il ne mesure pas les souffrances du peuple vénézuéliens. 
            Le régime a mis sous le boisseau , les médias de l’opposition , afin qu’ils ne décrivent pas la vie , les épreuves et le désespoir du peuple au quotidien. 
            Ce pauvre stalinien, veut se prendre pour un révolutionnaire. Mais un révolutionnaire qui bénéficie des avantages sociaux et de la retraite, en vantant les mérites d’une dictature, sans avoir mis les pieds dans le pays. Ce qu’il écrit relève plus de la propagande, comme lorsqu’il affirme avec entêtement et sans honte, que le parti communiste et le journal L’Humanité n’ont jamais soutenu les Khmers rouges responsable de deux millions de morts. 


          • Jonas 4 septembre 2016 17:20

            @taktak.

            Je reviens sur le Venezuela avec un article sur son économie du 8 octobre 2013, bien avant la dégringolade des prix des hydrocarbure. 
            -Le Venezuela au bord de l’explosion-
            Le gouvernement Maduro est le dos au mur face a la dégradation économique. 

            <<Sept mois après la mort d’Hugo Chavez , le Venezuela a bien du mal à trouver un nouvel élan. Le successeur du « Commandante » défunt , Nicolas Maduro , a beau se revendiquer comme son fils spirituel , il n’en a pour l’instant ni la faconde ni l’habilité politique. Il peine surtout à s’imposer face à une situation en dégradation depuis 2012. Début septembre, au moment où une vaste panne d’électricité a plongé 70% du pays dans le noir. NELSON MERENTES , le ministre des finances , a reconnu l’échec du gouvernement sur le plan économique. Ces derniers jours , HENRIQUE CAPRILES , chef de l’opposition , a dénoncé la mise en faillite par Nicolas Maduro d’une des nations les plus riches de la région. 
            Le premier producteur de pétrole d’Amérique du Sud est effectivement confronté à une série de problèmes, à commencer par un manque réel de liquidités. Fin septembre les réserves sont passées sous le milliard de dollars. Ce n’est pas la première fois que Caracas doit faire face à ce genre de situation. , rappelle FRANCISCO RODRIGUEZ, économiste de Bank of América-Merrill Lynch. Mais cette fois , le fait que le pays envisage de régler avec des obligations- et ce à la demande de Bogota- ( c’est une des raisons pour lesquelles la Colombie soutien le Venezuela pour ne pas perdre les obligations ndlr) , des produits alimentaires colombiens a été clairement perçu comme une réelle détérioration de sa situation. 
            Pour ne rien arranger , la pénurie en dollars oblige les entreprises à contourner les circuits officiels, ce qui favorise un marché noir en pleine expansion : « Les autorités discutent d’un nouveau mécanisme pour alimenter l’économie en dollars de façon plus transparentes ». explique FRANçOIS FAURE , économiste des marchés émergents , chez BNP-Paribas.>> 
            Je rappelle au louangeur du système charisme , que l’article est d’octobre 2013, du FINANCIAL TIMES , considéré comme un quotidien de référence.
             
            @taktak , vous devriez avoir honte de raconter des bêtises sur le Venezuela puis sur le PCF et L’Humanité qui n’ont pas soutenu les Khmers rouges pendant plus de deux ans, selon vous. 

          • Otrava Gamás (---.---.2.210) 4 septembre 2016 21:04

            @taktak
            Mira cabeza de boliche, entérate y date por avisado, notificado sellado y apostillado que soy más venezolano que un mondongo, que una reina pepiada a la Susana Djuim, que una hallaca cruzada y que un ponche crema con hielo !

            Tu estás como la gata aquella que se montó sobre la batea, o como la cabra mocha de Gualberto.... Pero tranquilo que a cada cochino le llega su domingo, y el tuyo es hoy, porque pa’ después es tarde. y como pa’lante es pa’llá, pues pa’llá es que vamos, todos los de la mesa, pues hemos decidido recuperar la tierra del Libertador, y todos juntos, sacaremos al masburro de acá pues más nadie lo quiere.
            Y si te quedan dudas, pues anda a consultar a la sayona, a la vaca mariposa o a la sifrina de caurimare para que te expliquen que estás más pelao que rodilla e’ chivo !

          • taktak 4 septembre 2016 22:25

            @Jonas
            Vous êtes tellement malhonête que vous mélangez à la fois une citation de l’Huma, et le point de vu d’un commentateur.. Stalinien vous avez dit ? regardez ce que sont vos méthodes.

            Nous avons visiblement lu le même article. Et les faits qu’ils relèvent sont implacables : l’Humanité n’a pas traité différement le régime Khmers que les autres médias français, audiovisuel y compris.

            En revanche, ce qui est sûr c’est que le soutien des forces Capitalistes occidentaleà Pol Pot. ne s’est pas démentie jusqu’au bout du bout


          • Otrava Gamás (---.---.72.228) 5 septembre 2016 11:23

            @taktak
            Le seul fait objectivement constaté par 30 millions de vénézuéliens, sont les crimes de ce regime, la famine que nous souffrons, les maladies dont nos proches meurent manque de médicaments. Tout le reste n’est que bla bla et divagation.


          • Jonas 5 septembre 2016 16:55

            @taktak

            Vous êtes une crapule stalinienne.
            Après m’avoir traité de ridicule, de malhonnête . vous tronquez mon courriel du 4 septembre de 12:31.
            dans lequel j’ai écrit << Car , à partir de septembre 1977, le journal ( L’Humanité) qui a
            soutenu les Khmers rouges et a le plus attaqué ceux qui les dénonçaient etc .>> Relisez mon courriel.
            Dans son livre « Le Ministère de la Vérité. Histoire d’un génocide dans le journal L’Humanité , publié au Seuil en 1984. Le journaliste communiste Jean-Emile Vidal Relate le traitement par le quotidien communiste de la période des Khmers rouges au Cambodge. L’Humanité , évidemment n’a pas été le seul à tomber dans le panneau de la -libération de Phnom Penh - par les Khmers rouges un certains 17 avril 1975. 
            Le quotidien communiste français a soutenu pendant deux ans et demi les Khmers rouges .Même Georges Marchais secrétaire général du PCF qualifiait la dénonciation  des crimes des Khmers rouges de  »Campagne anticommuniste qui visait en réalité le Parti communiste français lui-même. >> Et le billettiste du journal communiste ,André Wursmer va jusqu’à comparer les khmers rouges du Cambodge aux « Khmers rouges de Rol -Tanguy » qui avec les colonnes de Leclerc ont libéré Paris. Voilà où mène l’aveuglement idéologique. 
            Oui, j’affirme et confirme, que le Parti communiste et le quotidien L’Humanité ont soutenu les Khmers rouges , avant de faire volte-face. Ils n’ont pas été les seuls, Le Monde , le N. Obs.et beaucoup d’intellectuels de gauche non communistes.

            « Le péché de presque tous les gens de gauche , c’est d’être antifascistes sans être antitotalitaires ». Georges Orwell. 


          • howahkan Hotah 1er septembre 2016 15:03

            Salut

            ami terrien, c’est vrai que t’ ’es rien, moi non plus évidement , bon passons., ami terrien il y a deux choix pas trois

            nous continuons avec comme base, fondement , de ne jamais vivre ensemble mais les uns contre les autres parce que l’oiseau mange des vers de terre et donc des l’école on tri, on élimine, on hiérarchise etc but ? pour le partage inégalitaire de ce qui est produit collectivement,sans collectif rien ne survit, l’univers a disparu..mais l’humain lui réfute cette base absolue.. jusqu’ au cimetière ou c’est pareil, et cela donne deux mythes celui de la compétition qui donne celui du meilleur qui donne à chaque seconde le meilleur partout, tout le temps ..si c’est vrai.......

            je sais ami terrien cela ne va pas remonter à ton cerveau parce que tu ne veux pas, tu ressens que si tu fais cela, ta vie va être bouleversée et tu as la trouille..plutôt vivre le connu qui tue que l’ inconnu...

            cela donne guerres, crimes de masses, destructions, vols, tortures, pauvreté qui tue, famines organisées moins chère qu’une guerre pour détruire , vie de conflit, non sens absolu, souffrance, peur, insécurité etc etc

            nous ne continuons pas ce chemin..............

            sans comprendre ce que nous faisons donc ce que nous sommes en groupe mais avant tout chacun à son niveau mental, soi avec soi..., je sais ça fou les boules car les problèmes pense je c’est la faute des autres, même de ma femme ..de mon mari ..du chien, de poutine, des chinois, des arabes, des noirs, des vieux, des jeunes, des fonctionnaires, des ni vieux ni jeune, des cheveux long ,de Dieudonné de Soral de jacques grimault etc ..etc !! sans comprendre, se comprendre , comprendre le fait de vivre par révélation qui se font alors et pas par la pensée qui dirige la planète totalitairement en ce moment ce qui ne fut pas le cas tout le temps,

            sans comprendre cela et bien +++++ encore il n’y aura pas d’autre chemin, car l’humain n’a pas et n’a jamais eu la solution à ce genre de problèmes

            mais l’heure n’est bien sur pas a cela, l’heure consiste a voir que la vie que l’on mène et qui est notre choix totalement au hasard est souffrance...j’entends par là ce non sens total, cette frustration permanente, ces peurs dont je ne saisis rien du tout, cette douleur aussi, ce mécontentement permanent lui aussi et ce refus de l’absolu de la mort...refus de la mort qui est une spécificité du monde occidental ce qui peut être a une relation avec cette barbarie.....dont nous ne sommes pas les unique dépositaires certes, mais les leaders de la boucherie depuis un moment incontestablement ..soit directement soit par mercenaires interposés..n ce moment on recrute si tu sais dire allha akbar..t’es bon...

            comme dans la 7eme compagnie..pithiviers disant à tassin : plus qu’tu tues, plus qu’tu gagnes...

            etc bien sur

            @+


            • Sozenz 1er septembre 2016 21:33

              @howahkan Hotah
              bonjour !
              howahkan, faut que tu te mettes la tête en bas .. là tu parles aux pieds. ils n entendent pas .

               


            • howahkan Hotah 2 septembre 2016 08:14

              @Sozenz

              salut ami ou amie de passage...

              c’est pas faux....mais tu sais en fait je ne réfléchis pas quand j’écris car je n’aime pas écrire du tout sur un clavier, la technique nécessaire pour écrire fait que je me perds dans les couloirs de la pensée et là cela n’est pas bon..

              alors je ne sais pas a quelle partie je m’adresse...

              tu sais pas mal de personnes sont « border line », à la limite de leur résistance personnelle ce qui crée encore +++ de souffrance , de la haine , de la violence physique et verbale de celui ou celle qui essaye de se débarrasser de sa souffrance mais qui ne marche jamais mas ne fait que empirer les choses...là se trouvent les portes de l’enfer mental.etc etc et je pense que ce que je peux « suggérer » car j’essaye de suggérer seulement, s’adresse à une zone au delà de la résistance de la pensée..je vois bien cela chez moi avec les enfants, mon amie etc ..ça fait fuir du monde aussi smiley...la trouille ou le non sens total de ce que je dirais..

              il est probable que cela n’amène rien de concret et il st possible que justement cela soit en fait important....car le concret de l’humain ne contient aucun sens profond disons « métaphysique,a supposer que cela existe ce que je sais par expérience pour moi même, je sais que cela est. un fait.. » faute de mieux j’utilise ce mot, mais le concret est vital bien sur , pour la survie et contient lui aussi son sens à lui qui est basé sur le désir et accomplissement de ceux ci..

              hélas dans notre cas depuis un moment nous nous sommes coupés de la « conscience » de soi même, en clair on ne sait rien de nous même en tant que fonctionnement , rien de la peur, de la souffrance mentale et rien que cela empêche l’éveil du ..reste..

              la pensée est le programme pour le connu, nos autres capacités endormies pour le non connu et la connexion universelle..avec l’univers..enfin un truc de ce genre, une telle affirmation est un peu péremptoire car le fait est que je ne suis pas en mesure de dire par rapport à mon vécu , de nommer ce qu’est cette énergie étrange en paix qui donne une sorte de contentement que la pensée cherche mais n’atteint jamais, comme si « on » savait que cela existe en fait et certains de mes moments et de ceux d’autres personnes rencontrées me font dire : cela qui s’est produit dit ceci : tout est possible, mais sûrement pas en terme de faire plus donc pire que ce que l’on fait, ni même mieux car la pensée ne peut rien produire d’autre que ce qu’elle produit si elle fonctionne comme c’est le cas toute seule...cela n était pas prévu...

              bon etc bien sur...

              car je dois suivre ton conseil et me mettre la tête en bas....


            • Sozenz 2 septembre 2016 16:01

              @howahkan Hotah
              hello ^^
              c était de l humour . ne suis pas mon « conseil » , reste ce que tu Es , et fais comme tu le sens Si tu sens que ce que tu fais est juste . s il y a à ré-axer . ton intérieur et ton corps t avertissent ( si tu sais les écouter) .
              En tout cas ne suis pas mes conseils , je ne sais pas si je suis dans le juste ou pas . même si je tente au maximum de l’ être . Je sais aussi que parfois je me plante, peut-être que je me plante plus que je ne le crois etc .... mais bon , nous sommes des humains en chemin ..


            • fred.foyn 2 septembre 2016 07:17
              les USA préparent-ils un coup d’état ?...Tout le temps mon général..c’est pour cela que la planète est à feux et à sangs... !

              • baleti baleti 2 septembre 2016 10:28

                les USA préparent-ils un coup d’état au Venezuela ?


                bien sur

                le Brésil de Dilma rouseff étais un test
                Venezuela,équateur,bolivie sont dans la ligne de mir

                comment peu ont destituer un président élu par le peuple, par quelque députer ou sénateur ?

                la démocratie, cette mauvaise plaisanterie pour les naïfs, nous montre de jour en jour son vrai visage.

                mais d’ici que nous autre,mouton,pantouflard,lâche, égoïste, levons le petit doigt, la planète sera diriger par l’état d’urgence, le remplaçant de la démocratie






                • Otrava Gamás (---.---.44.61) 2 septembre 2016 14:02

                  Je ne vous comprends pas. Vous parlez de volonté populaire. Et hier, 1er septembre le peuple vénézuélien a dit haut et fort ce qu’il veux : activer le référendum révocatoire et sortir du chavisme. Et là il ne s’agit pas des USA. Il s’agit de nous, le peuple qui n’avons rien à manger, qui n’avons plus d’eau courante, plus de médicaments, plus de sécurité et une inflation à 4 chiffres et les étals des supermarchés vides.
                  Vous parlez de coup d’état. Les coups d’état ce sont les militaires avec les armes qui les font. Tout comme chávez à 2 reprises.
                  Nous nous sommes la société civile, et notre arme est la constitution, et dans la constitution nous avons inscrit le modèle du referendum révocatoire, et c’est ce mécanisme là, que nous exigeons. Cela fait des mois que Tibisay Lucena, fidèle à Maduro, nous fait tourner en bourrique et se moque de la volonté du peuple.
                  Hier plus d’un million de personnes se sont rassemblées dans les rues de Caracas, et 15 millions tout au long et en large de tout le pays.
                  Cela ne suffit pas pour exprimer notre refus à ce modèle dictatorial que nous voulons pas ?
                  Déjà maduro était passé de force. Je vous explique :
                  1.- sa nationalité vénézuélienne n’est toujours pas démontrée. Il n’a pas d’extrait de naissance. mais avec la complicité de Tibisay Lucena qui dit avoir en main cet extrait de naissance, qu’elle ne montre à personne, elle légitime illégalement en tant que président un homme qui n’a pas le droit d’être président du Venezuela.
                  et 2.- Maduro avait perdu les élections, et tellement qu’il avait perdu que :
                  a.- il s’est autoproclamé président le lendemain des élections (du jamais vu, ,normalement c’est 1 mois pour l’intronisation d’un président)
                  b.- Ils ont manipulé la date de décès de chávez, qui a signé des décrets depuis l’au delà !!!
                  c.- Quand nous sommes sortis manifester pour exiger recompter les bulletins de vote, Maduro sous le conseil de Fidel, les a fait brûler.
                  Donc non, Maduro n’a jamais été un président légitime, mais contesté par une grande majorité du pays depuis le début.
                  Et hier, 1er septembre, 80% du pays avons exprimé notre désir légitime et constitutionnel de sortir de lui, comme le prévoit la constitution.
                  Et nier cela comme vous le faites, n’est que mauvaise foie.


                  • taktak 2 septembre 2016 14:45

                    @Otrava Gamás

                    Que voila le bon commentaire xénophobe. De la même nature que ceux accusant Obama de ne pas être américain. Bref, chacun sent bien avec vous l’odeur nauséabonde de l’opposition pro USA ultra libérale.
                    Rappelons que Maduro a été légitimement élu. Certes l’opposition a pour habitude de contester - comme en 2002 à coup de putch - le verdict des urnes. Elle a d’ailleurs systèmatiquement refusé de reconnaitre le résultat des élections

                    Les institutions ont lancé le mécanisme du referendum revocatoire. Pourquoi tous ce tapage ? pour marsquer les centaines de milliers de fausses signatures qu’utilise l’opposition ?
                    L’opposition a la majorité au parlement. Résultat ? elle pratique la politique du pire pour aggraver la crise.

                    Personne ne nie la crise au venezuela. Et le gouvernement a mis en place les moyens pour résoudre les pénuries provoquées principalement par la spéculation et la guerre économique menée par l’oligarchie. Qui plus est contrairement à la Colombie, l’ONU a reconnu que grâce au chaviste la faim a très largement reculée au Venezuela. Ca c’est la réalité

                    Quand à dire que l’opposition a le soutien de 80% de la population, force est de constater que seul 20% des électeurs inscrits ont voté pour elle aux législatives.

                    Si l’opposition était démocratique, elle se plierait à la constitution et attendrait comme c’est le droit les élections. Mais elle sait qu’elle a toute les chances de les perdre - elle les a presque toutes perdues depuis 1999 - et tente comme d’habitude le coup de force, le coup d’état violent

                    En 2014 les violences de l’opposition ont tué plusieurs dizaines de personnes et fait des centaines de blessés. Là la police a trouver des leaders de l’opposition avec des armes tandis que d’autres appellent à la violence et à l’émeute

                    Hier, Le venezuela bolivarien a démontré qu’il défend la paix et la démocratie. En manifestant dans la rue contre l’opposition putchiste et en empéchant que les quelques dizaines de milliers de manifestants pro USA ne plongent le pays dans la violence


                  • baleti baleti 2 septembre 2016 16:23

                    @Otrava Gamás


                    c’est la bourgeoisie vénézuélienne le responsable de l’état du pays.
                    les courts du pétrole en ont aussi une part 

                    « nous le peuple qui n’avons rien a manger »
                    tu manque pas de culots, comme cette marionnette d’avocat que tu soutien.

                     la mascarade de référendum au Venezuela, va plonger toute l’Amérique du sud dans une pauvreté qui sera sans égale 

                  • Otrava Gamás (---.---.44.61) 2 septembre 2016 17:29

                    @baleti
                    Venez passez quelques jours ici et vous verrez . Ayez le courage de vos convictions.
                    Le seul responsable de cette situation c’est ce régime criminel instauré par chávez et continué par maduro, et nous on a dit BASTA !


                  • Otrava Gamás (---.---.44.61) 2 septembre 2016 17:53

                    @taktak
                    L’élection de Maduro est toujours contestée, il a fait brûler les bulletins de votes pour éviter un audit et s’est autoproclamée président le lendemain des élections....
                    Elles sont tellement fausses nos signatures, comme vous le dites, que les « autorités » du CNE ont déclarées fausses celles de la plupart des députés ! Absurde, vous ne trouvez pas ? C’est le problème avec ces foutus machines, elles sont programmes pour leur faire dire ce que l’on veux, et c’est pour cela que nous voulons revenir à la bonne vieille urne.
                    Nous avons demandé le RR car nous n’en pouvons pus : il y a famine, les enfants meurent de faim. Et ce n’est pas un style littéraire, c’est une réalité dramatique dont vous n’imaginez pas l’ampleur. Nous mangeons que 2 fois par jour et pas à notre faim. Mais j’imagine qu’être militant d’extrême gauche en France ne vous oblige pas à vivre selon les dictats d’une dictature et creuver de faim, de maladies ou par une balle ; Car ici, les bandes de criminels ont étés armés par chávez pour être sa fameuse « garde personnelle ». Se sont les COLECTIVOS, qui jouissent de totale impunité quoi qu’ils fassent. Caracas entre autres, la nuit est une ville fantôme, car ils sillonnent la ville et tirent sur tout ce qui bouge. le résultat ? 300 mil mort en 17 ans de dictature que à Caracas.
                    Quand à la mobilisation des électeurs le 6 décembre dernier a été massive. je dis bien MASSIVE ! et le refus au chavisme a été massif lui aussi. et malgré toutes leur magouilles et triches, l’opposition a obtenu 2/3 des députés, c’est à dire : majorité absolue. D’où vous sortez votre taux de participation à 20%, cela reste un mystère pour moi. Nous sommes un pays où nous allons toujours voter, où la plupart des citoyens votent, car nus savons ce que cela nous a couté d’obtenir la démocratie après la chute de PJ en 58. Et malgré le cirque de chavez et ses magouilles, nous sommes toujours allé voter.
                    Et puisque la constitution nous donne le droit de faire appel au RR pour révoquer un président que nous n’avons jamais voulu, pour le quel nous n’avons pas voté et que nous subissons depuis trop longtemps maintenant, et bien on le veux. ce n’est ni violent ni illégal, contrairement au agissement du régime pour éviter que cela se fasse.
                    Et je vous rappelle, que les coups d’états, ce sont les militaires qui les font. Comme chávez, par 2 fois.
                    Nous nous sommes la société civile, et utilisons le mécanisme que nous fourni notre Constitution : le référendum Révocatoire !
                    Et certes, en 2014 il y eu des morts. ais qui avait les armes ? Le régime qui avait donné l’ordre du tuer. La plupart des jeunes qui ont été tués, ont reçu une balle dans la tête. Depuis un décret a été pondu pour autoriser l’usage par les forces de l’ordre d’armes avec des balles réelles. Et l’ordre de Maduro a été claire : « candelita que se prenda, candelita que se apaga. » Avec cette phrase il a donné l’ordre non seulement aux forces de l’ordre mais aussi aux colectivos de tuer.
                    Hier tout au long et large du pays il y avait 15 millions de personnes qui on marché pacifiquement, sans autres heurts que ceux provoqués par les chavistes, pour exiger le référendum révocatoire. Cella ne vous interpelle pas ? Nous ne sommes pas pro USA, nous sommes PRO VENEZUELA, PRO VIE, PRO LIBERTE, PRO PAIX, contrairement à ce régime.
                    Vous ne connaissez pas grand chose sur ce pays, mis à part ce que vous lisez dans vos pamphlets de propagande pro-régime castriste-chaviste, mais oh ! combien éloignés de la réalité de ce que nous vivons au quotidien !


                  • baleti baleti 2 septembre 2016 20:24

                    @Otrava Gamás


                    la propagande d’un vénézuélien pro américain en français 
                    laisse moi douter de ta sincérité

                    les Vénézuéliens qui parle au moins trois langue ne crève pas de faim
                    tu est peu être même pas vénézuélien
                    Chavez est un des seul homme politique, qui a penser a son peuple et celui de l’Amérique du sud

                    toute les nations qui on rien dit a la destitution de dilma rousef, son des complices de cet escroquerie.
                    le Venezuela a été le seul pays au monde, a manifester son désaccords, concrètement



                  • taktak 2 septembre 2016 21:41

                    @baleti
                    Oui le bonhomme écrit d’ailleurs depuis fin aout sur Médiapart. Bizarre vous avec dit qu’un venezuelien de caracas se mettent subitement à écrire sur Médiapart ?

                    En tout cas, il se déclare lui même dans la catégorie des « privilégiés ». Exactement ceux dont Chavez et Maduro ont mis fin à leur pillage du pays et qui de se fait ne cessent de comploter pour revenir à leur régime de violence et de pillage d’avant


                  • baleti baleti 2 septembre 2016 22:31

                    @taktak


                    c’est un sioniste, la seul chose qui peu relier, les Vénézuélien pro USA, et la France .

                    Chavez a renvoyer tous les diplomate israélien, pas seulement pour les raison qu’il a évoqué 
                     

                  • Otrava Gamás (---.---.92.32) 3 septembre 2016 00:16

                    @baleti
                    Je n’ai pas à me justifier sur le faite que je parle une langue deux ou dix, c’est ridicule comme argument. La faim ne calcule pas le nombre de langues que parle une personne.

                    Quand il n’a rien à manger, il n’y a rien à manger pour personne !!!
                    Et non chávez ne pensais pas au peuple. Chávez n’etait interressé que par chávez, par sa gloire et sa fortune. le reste ne le concernnait pas. 
                    et c’est pour cela que nous en sommes la. un pays en ruines.
                    Si Dilma a été destituée, c’est parce que elle baignait éhontément dans des scandales de corruptions. Pour moins que ça, vous les français vous avez coupé des têtes !!!
                    Ce que vous trouvez inadmissible chez vous, vous le justifiez ailleurs, comme c’est loin et ne perturbe en rien vos petites vies bien réglées, vous pouvez soutenir des dictateurs et des criminels.
                    Et ce n’est pas le Venezuela qui a manifesté son désacord au sort de Dilma, cést ce régime criminel qui soutien une autre criminelle. nous, le peuple nous sommes contents pour les brésiliens.
                    Mais vous ne pouvez pas comprendre, car vous ne subissez pas ce que nous nous subissons

                  • baleti baleti 3 septembre 2016 09:38

                    @Otrava Gamás


                    Chavez et son partie, même une politique de dignité se qui n’intéresse surement pas, ceux qui veulent se soumettre a se nouvel ordre mondial.

                    la bourgeoisie vénézuélienne en connivence avec cet ordre obscure, même intentionelement l’inflation. celui qui a de l’agent peut même manger du caviard

                    qui consomme ses millier de kilo de cocaïne qui entre au Venezuela ?

                    quand le partie que tu soutien sera au pouvoir, il va redresser le pays a coup de subvention des us, et surtous a coup de prêt, que le Venezuela ne pourra jamais rembourser.la manne pétrolière va passer dans d’autre main, et dans le priver

                    la bourgeoise continuera a vivre comme elle le fait déjà, la classe moyenne va peu a peu se dissoudre dans la pauvreté, et les pauvres seront toujours pauvre, mais exploiter injustement par la bourgeoisie.

                    c’est ça le capitalisme, le plus malin exploite le plus faible.Aparament sa ne te dérangerai pas d’exploiter les autres , c’est du pur égoïsme .

                    pourquoi le fmi subventionne les dictatures d’Afrique et du moyen orient, et pas le Venezuela ?

                    l’avocat que tu soutien, est un franc mâcon,rechuter par les « lion group », qui sont eux même filiale des sionistes.

                    arete de rever, ou de te foutre de la gueule du monde



                  • Otrava Gamás (---.---.2.210) 4 septembre 2016 10:25

                    @baleti
                    Arrete de lire Don Brown, chez lui toutes ces lubbies sont du génie, chez toi elles sont pathétiques !!!!


                  • taktak 4 septembre 2016 22:27

                    @Otrava Gamás

                    Allez, un petit éclairage indépendant d’un journal dont qu’on ne peut accuser d^’etre bolchévik. Témoignage Chrétien

                    Les élections législatives vénézuéliennes ont vu la nette victoire de la coalition de droite. Le pays entre en cohabitation. Que peut-il se passer ? Entretien avec Christophe Ventura, chercheur-associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). 

                    TC : Selon vous, quelles sont les raisons de ce revers sévère du parti chaviste ?

                    Christophe Ventura : La chute vertigineuse du cours du baril de brut a eu une grande incidence sur la détérioration de l’économie du pays et la vie quotidienne des Vénézuéliens. Le pétrole, c’est la moitié des ressources de l’État. Quand son cours baisse de 60 % depuis 2010, comme c’est le cas, les ressources de l’État diminuent dans la même proportion. De plus, le contrôle du change a créé un marché noir hyperspéculatif sur la monnaie qui nourrit une forte inflation et une importante corruption, par exemple la contrebande organisée sur nombre de produits dont le pétrole. Le gouvernement a dénoncé cette forme de « guerre économique » et considère qu’elle est organisée à dessein pour le fragiliser et le déstabiliser. Le gouvernement essuie donc un vote sanction dans un climat de mécontentement général. Cependant, il faut observer que la droite, qui gagne avec plus de 56 % des voix, progresse peu en nombre de voix par rapport à la présidentielle de 2013. Ce qui la fait gagner, c’est la forte abstention de l’électorat chaviste dont les voix ne sont pas allées aux candidats du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV). Parmi les autres raisons, il faut souligner l’insécurité non enrayée. Son développement est entre autres lié à celui du trafic de stupéfiants qui s’est en partie détourné de la Colombie pour passer par le Venezuela afin de trouver des débouchés caribéens, vers l’Europe notamment ;

                    Est-ce que cette victoire de la droite, qui va contraindre le président Nicolás Maduro Moros à une cohabitation, représente un risque de crise politique grave ?

                    La coalition de droite a gagné 112 sièges sur 167. Elle dispose de la majorité qualifiée des deux tiers qui lui permet d’engager des réformes constitutionnelles. La chambre peut mener une guérilla très efficace dans un régime de type présidentialiste. Le gouvernement ne dépend pas de l’Assemblée mais celle-ci vote le budget et les lois fiscales et contrôle les dépenses de l’État. Ses pouvoirs sont très étendus, et on peut facilement se trouver dans une situation d’ingouvernabilité. Reste à savoir si la droite qui arrive sera agressive et revancharde. C’est une coalition qui va des socio-libéraux à la droite dure. Elle a construit son unité sur l’antichavisme. Quelles solutions proposent-elles à la pénurie de biens de nécessité dans tout le pays ? Maintiendrat-elle les programmes sociaux ? Et que vont faire les chavistes ? Le gouvernement et le président Maduro ont déclaré que, dans le cadre des pouvoirs que leur confère la Constitution, ils défendraient bec et ongles les lois sociales. On est donc a priori dans un schéma de confrontation, dans un pays très polarisé. Pour autant, le chavisme est une réalité sociologique forte, très bien implantée, qui rassemble un socle de 35 à 40 % de la population et qui est très organisée dans un maillage territorial et communautaire. L’évolution du rapport des forces est incertain.

                    Est-ce qu’on assiste à un reflux de la gauche en Amérique latine ? Il y a d’abord eu l’Argentine ; maintenant, le Venezuela ; au Brésil, la situation de Dilma Rousseff est fragile.

                    Il y a incontestablement un reflux de l’hégémonie des forces de gauche en Amérique latine ; mais, d’une part, chaque pays est dans une situation différente et d’autre part, on ne peut pas parler d’effondrement. La droite n’est pas plébiscitée. Au Brésil, par exemple, on est plutôt face à un pourrissement du système politique qui n’épargne personne. L’Argentine, elle, est en situation de cohabitation (mais inverse par rapport au Venezuela ; le président est de droite, le parlement kirchnériste). Ce qui est remarquable, c’est la vivacité démocratique de ces pays. Les élections se tiennent d’une façon exemplaire. Au Venezuela, la participation est de 75 %. On est loin du temps des dictatures. Dans cette partie du monde, même si la vie politique est très polarisée, il y a une stabilité démocratique effective.

                    Propos recueillis par Christine Pedotti


                  • Otrava Gamás (---.---.72.228) 5 septembre 2016 01:13

                    @taktak
                    Je ne vois pas ce énofobque cela a de xeé de dire que maduro n’est pas venezeulien. il est colombien. si dire la vérité maintenant est un défaut, nous n’avons pas la même conception des choses.

                    Quant à Obama, il n’est pas le sujet ici, mais de toute évidence il est américain, comme moi, comme maduro.... en Amérique nous sommes tous américain. Waooo qu’elle découverte !!!!
                    L’election de maduro est contestée et c’est toujours d’actualité, je ne vais pas revenir dessus, je l’ai expliqué sur un autre post.
                    et le soit disant putch..... encore un mensonge chaviste.... mais c’est un autre sujet. car si vous ne le saviez pas, chavez avait lacé le pouvoir et c’était barré à la Orchila. il y a eu abandon de poste. et il est revenu 48h plus tard, entourloupes, 300 morts, et manipulation des faits (encore une fois, comme toujours avec lui) et maquillage en putch. donc voilà.
                    et en 2014, les étudiants de San Antonio on commencé a manifester leur ras le bol face à l’insecurité suite a une énieme tentative de viol d’une étudiante à l’intérieur de l’université du Táchira, et ça a fait boule de neige. et tous les étudiants sont sortis dans les rues. et s’il y a eu des morts c’est parceque maduro a donné l’ordre de tirer sur les manifestants. c’est le régime qi a les armes. Et les étudiants ont été assassinés pas des balles à la têtes pas des snippers posté en haut des immeubles. Des tireurs d’elite de l’armé. C’est pas les civiles qui manifestaient qui ont causé les morts, c’est maduro en donnant l’ordre. et nous l’avons vu tous à la télé : « candelita que se prenda, candelita que me apagan » sont les mots qui ont signé l’arrêté de morts de ces 40 personnes.
                    Et hier les venezuéliens, avons manifesté à majorité notre refus à cette dictature chaviste. Nous ne sommes pas des putchiste, nous sommes des civiles. Nous exigeons notre droit constitutionnel de mettre en place le réferedum révocatoire. Les putch, c’est les militaires qui les font, comme chávez par 2 fois !!!

                  • taktak 5 septembre 2016 13:58

                    @Otrava Gamás

                    Bon alors là avec les foules de mensonges que Otrava Gamas enfile comme des perles, je pense que tous le monde voit à qui on a à faire...

                    je relève juste un exemple "le soit disant putch..... encore un mensonge chaviste chavez avait lacé le pouvoir et c’était barré à la Orchila. il y a eu abandon de poste. et il est revenu 48h plus tard, entourloupes, 300 morts, et manipulation des faits (encore une fois, comme toujours avec lui) et maquillage en putch. donc voilà"

                    Gamas parle ici de la tentavie manquée de putsch de l’opposition pro USA menée par l’oligarchie qui était mise en échec par la résistance populaire.
                    1°) ce putch a été totalement documenté notamment par des télévision au sein du palais présidentiel. Donc pour le coup, OTRAVA GAMAS est un menteur. Et des plus grossier
                    2°) et son argument pour expliquer que c’était pas un putsch est des plus grotesque. Un vrai partisan des théories du complot ! dans un prochain post à ce rythme Gamas va nous citer les illuminati

                    Sérieusement, c’est Otrava Gamas, mais OTrava GAMAY ! discours de pilliers de comptoir et raisonnement chargé !


                  • Otrava gamás (---.---.44.61) 5 septembre 2016 14:09

                    @taktak
                    Mais je n’ai pas besoin l’éclairage d’un journaliste étranger qui n’est peut être jamais venu ici, pour comprendre ce qu’il se passe chez moi, quel que soit son journal.


                    C’est comme si je vous expliquas à vous la France, sans y avoir mis les pieds !!!! RIDICULE


                  • Otrava gamás (---.---.44.61) 5 septembre 2016 15:09

                    @taktak
                    https://www.youtube.com/watch?v=M8ZAWErmMyU


                    Voici l’annonce du Gral Lucas Rincón Romero notifiant de la renonce de Chíavez et de la mise à disposition des postes du cabinet prêsidentiel

                    Et sur cette video, chávez à la Orchila explique qu’il a tout laissé tomber.

                    Au bout de 48h il a changé d’avis et à transformé l’abandon de poste en coup d’état. 

                    A posté ses matons et ils ont tué les gens qui se dirigeaient vers Miraflores pour fêter le départ du tyran. Entre les tireurs Nicolás Maduro !!!


                    Ce n’est pas nouveau depuis l’arrivée du chavisme au pouvoir, de modifier les faits et l’histoire .... Le plus scandaleux est de prétendre que la Negra Hypólita était cubaine, ou que Simón Bolívar était un métisse et aïeul de Chávez !!!!

                    Pas besoin des iluminati, ni rien du genre, avec les mensonges des chavistes nous avons bien suffisamment ;

                    Mais que pouvez vous savoir vous ? Vous n’y étiez pas, nous avez pas vécu, ni vu ce que nous nous avons vécu et vu. Et nous avons vu l’annonce de la renonce de Chávez, nous avons vécu son retour violent et les représailles qui ont suivi contre le peuple vénézuelien

                  • taktak 5 septembre 2016 15:31

                    @Otrava gamás
                    mais bien sûr. Vous rendez vous compte à quel point vos mensonges grotesques se voient comme le nez de pinochio au milieu de la figure ?

                    https://www.youtube.com/watch?v=63q6TLJHpyE

                    Le coup d’État du 11 avril 2002 au Venezuela désigne une tentative avortée de destitution forcée du président du Venezuela Hugo Chávez, qui fut détenu et empêché d’exercer son pouvoir pendant 47 heures. Durant cette période, le pouvoir fut exercé par Pedro Carmona. Une combinaison de force militaire et de manifestations populaires fit avorter le coup d’État et permit de remettre en place Hugo Chávez. Des secteurs importants des forces armées1 et certains secteurs de l’opposition anti-Chávez ont refusé de soutenir le coup de Carmona2,3, qui fut par ailleurs condamné par les gouvernements latino-américains lors du XVIe sommet du Groupe de Rio, réuni au Costa Rica, et par différentes organisations internationales. Les États-Unis et l’Espagne ont rapidement reconnu le gouvernement de facto de Carmona, mais ont également fini par condamner le coup une fois que celui-ci eut échoué4.

                    Le coup avait été planifié durant six à neuf mois, et a été exécuté après l’entrée en vigueur d’une série de lois controversées en novembre 2001 et après que le gouvernement eut tenté de renforcer son contrôle sur la compagnie pétrolière de l’État vénézuélien, PDVSA. Une grève générale a eu lieu en décembre 2001, et, pendant les premiers mois de 2002, plusieurs officiers supérieurs ont publiquement appelé Chávez à démissionner. Au début du mois d’avril, le bras de fer entre le gouvernement et l’opposition a débouché sur une grève à PDVSA, qui s’est transformée en grève générale le 9 avril 2002, soutenue par le syndicat (Confédération des travailleurs du Venezuela, CTV) et par la principale fédération patronale Fedecámaras. La grève a été prolongée pendant plusieurs jours, et le 11 avril une manifestation de l’opposition a été déviée vers le palais présidentiel, où avait lieu un rassemblement pro-Chávez. Lorsqu’elle a atteint le centre-ville, des affrontements violents ont eu lieu, laissant un bilan de plusieurs morts et de dizaines de blessés par balles. Les médias privés vénézuéliens ont joué un rôle important en fournissant une couverture médiatique en continu de la grève générale et en soutenant et en diffusant l’appel à rediriger la manifestation vers le palais présidentiel. Le siège de Venevisión, propriété de Gustavo Cisneros, a notamment été l’endroit choisi par les principaux leaders de l’opposition pour se réunir après la manifestation du 11 avril et, de là, appeler les militaires à intervenir. Les médias privés ont par ailleurs refusé d’interviewer des membres du gouvernement après la manifestation, et n’ont pas couvert les manifestations pro-Chávez qui ont suivi sa détention par les militaires. Des tentatives des partisans de Chávez pour déclarer qu’il n’avait pas démissionné ont été ignorées. La tentative d’une division de l’armée de rendre public son rejet du coup a été ignorée et diffusée uniquement par CNN. Lorsque les partisans de Chávez ont repris le palais présidentiel, les principaux médias privés vénézuéliens ont interrompu la couverture des événements, et deux des trois principaux journaux du pays ont annulé leurs éditions du dimanche.



                  • Otrava gamás (---.---.44.61) 5 septembre 2016 17:12

                    @taktak
                    C’est bien ce que je disqis : cette video et ce scénario que vous proposez sont le résultat du montage de la « version officielle » de ce qui s’est passé durant ces 3 jours.

                    Mais le point de départ, c’est l’abandon de Chávez, et la video avec le communiqué officiel est clair : Chávez avait renoncé.
                    Et quand nous sortirons du chavisme, ce chapitre de l’histoire sera rectifié et la vérité rétablie

                  • taktak 5 septembre 2016 18:18

                    @Otrava gamás

                    « Et quand nous sortirons du chavisme, ce chapitre de l’histoire sera rectifié et la vérité rétablie »

                    Là j’avoue que je deviens plus que très inquiet. Il y a des dizaines d’ambassadeurs qui confirment le coup d’état de 2002. Que comptez vous faire, attaquer le monde entier pour imposer vos mensonges en les faisant passer pour vériter ?
                    Vous êtes comme ces partisans d’Hitler réécrivant l’histoire. Et en partagez qui plus est l’idéologie

                    Par ailleurs, non Chavez n’a jamais renoncé à rien.
                    Je vais citer wikipédia - qui n’a rien d’une officine chaviste - pour bien montrer à quel genre de négationaiste fascisant on a à faire avec Otrava Gamas.

                    Le coup d’État du 11 avril 2002 au Venezuela désigne une tentative avortée de destitution forcée du président du Venezuela Hugo Chávez, qui fut détenu et empêché d’exercer son pouvoir pendant 47 heures. Durant cette période, le pouvoir fut exercé par Pedro Carmona. Une combinaison de force militaire et de manifestations populaires fit avorter le coup d’État et permit de remettre en place Hugo Chávez. Des secteurs importants des forces armées1 et certains secteurs de l’opposition anti-Chávez ont refusé de soutenir le coup de Carmona2,3, qui fut par ailleurs condamné par les gouvernements latino-américains lors du XVIe sommet du Groupe de Rio, réuni au Costa Rica, et par différentes organisations internationales. Les États-Unis et l’Espagne ont rapidement reconnu le gouvernement de facto de Carmona, mais ont également fini par condamner le coup une fois que celui-ci eut échoué4.

                    Le coup avait été planifié durant six à neuf mois, et a été exécuté après l’entrée en vigueur d’une série de lois controversées en novembre 2001 et après que le gouvernement eut tenté de renforcer son contrôle sur la compagnie pétrolière de l’État vénézuélien, PDVSA. Une grève générale a eu lieu en décembre 2001, et, pendant les premiers mois de 2002, plusieurs officiers supérieurs ont publiquement appelé Chávez à démissionner. Au début du mois d’avril, le bras de fer entre le gouvernement et l’opposition a débouché sur une grève à PDVSA, qui s’est transformée en grève générale le 9 avril 2002, soutenue par le syndicat (Confédération des travailleurs du Venezuela, CTV) et par la principale fédération patronale Fedecámaras. La grève a été prolongée pendant plusieurs jours, et le 11 avril une manifestation de l’opposition a été déviée vers le palais présidentiel, où avait lieu un rassemblement pro-Chávez. Lorsqu’elle a atteint le centre-ville, des affrontements violents ont eu lieu, laissant un bilan de plusieurs morts et de dizaines de blessés par balles. Les médias privés vénézuéliens ont joué un rôle important en fournissant une couverture médiatique en continu de la grève générale et en soutenant et en diffusant l’appel à rediriger la manifestation vers le palais présidentiel. Le siège de Venevisión, propriété de Gustavo Cisneros, a notamment été l’endroit choisi par les principaux leaders de l’opposition pour se réunir après la manifestation du 11 avril et, de là, appeler les militaires à intervenir. Les médias privés ont par ailleurs refusé d’interviewer des membres du gouvernement après la manifestation, et n’ont pas couvert les manifestations pro-Chávez qui ont suivi sa détention par les militaires. Des tentatives des partisans de Chávez pour déclarer qu’il n’avait pas démissionné ont été ignorées. La tentative d’une division de l’armée de rendre public son rejet du coup a été ignorée et diffusée uniquement par CNN. Lorsque les partisans de Chávez ont repris le palais présidentiel, les principaux médias privés vénézuéliens ont interrompu la couverture des événements, et deux des trois principaux journaux du pays ont annulé leurs éditions du dimanche.

                    Après coup, l’Organisation des États américains (OEA) a établi un espace de dialogue ou mesa de dialogue (littéralement : table de dialogue), comme elle avait fait au Pérou après l’éviction d’Alberto Fujimori en 2000. À la demande de Chávez, la fondation de l’ex-président Jimmy Carter (le Centre Carter) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en ont également fait partie. Pour faciliter sa participation au dialogue, l’opposition a créé la Coordinadora Democrática (CD, littéralement : « coordinatrice démocratique »).


                  • taktak 5 septembre 2016 18:20

                    Coup d’État

                    Cinq minutes après l’intervention de Chávez, Lameda et le contre-amiral Molina Tamayo apparaissent sur Venevisión, où beaucoup des leaders de l’opposition s’étaient rassemblés, rendent Chávez responsable des violences et appellent les forces armées à intervenir15. Une heure plus tard, Carmona et, entre autres, l’ex-ministre de Chávez Luis Miquilena font des déclarations similaires et le message des officiers supérieurs enregistré dans la matinée par Otto Neustald est diffusé15. À environ 19 h 30, Venevisión commence à diffuser sa version des événements, montrant les tireurs du pont Llaguno, juxtaposés avec des images de manifestants morts ou blessés, accusant les pro-Chávez de tirer sur des manifestants désarmés et de préparer une embuscade32 (cette version est largement reprise par les médias internationaux les jours suivants). Peu après, le commandant de l’armée de terre, le général Efrain Vasquez Velasco, accompagné d’autres hauts gradés, déclare que Chávez a perdu leur soutien33.

                    Chávez tente de diffuser la version des faits du gouvernement, mais se heurte à une forte opposition. La télévision vénézuélienne refuse d’interviewer des membres du gouvernement, et celui-ci doit se contenter d’émissions depuis le palais de Miraflores via la chaîne publique Canal 8 Venezolana de Televisión (VTV). À environ 22 h, ce signal est aussi perdu lorsque la police de l’État de Miranda occupe les installations de VTV, les employés lançant la diffusion d’un vieux documentaire sur la vie animale avant de quitter les lieux33. Peu avant l’occupation par la police, le gouverneur de l’État de Miranda Enrique Mendoza déclare que « cette chaîne de [...] doit arrêter34. » À 22 h 20, le général Alberto Camacho Kairuz, de la Garde nationale, déclare à la télévision que Chavez a « abandonné » ses fonctions. Chavez se trouve pourtant à Miraflores, en communication avec des ambassadeurs de plusieurs pays pour les tenir informés des évènements et demander leur aide en tant que médiateurs35. Autour de minuit Fidel Castro appelle et l’incite à ne pas partir et à suivre l’exemple de Salvador Allende dans le coup d’État de 1973 (qui est mort dans le palais présidentiel, bombardé par l’aviation et une unité de blindés). José Vicente Rangel déclarera plus tard que Castro avait insisté sur le fait qu’il n’y ait pas de suicide. « C’était le facteur déterminant. Son conseil nous a permis de mieux voir35. »


                  • taktak 5 septembre 2016 18:21
                    Détention de Chávez

                    Dans les premières heures du 12 avril, les auteurs du coup demandent la démission de Chávez. Chávez déclare qu’il va y réfléchir pour éviter un bain de sang s’il y avait des troubles impliquant la foule à l’extérieur du palais36. Cependant, il pose quatre conditions, dont celle de démissionner devant l’Assemblée nationale, avec une passation de pouvoirs vers le vice-président avant la convocation de nouvelles élections ; et de s’adresser à la nation en direct à la télévision37,36. À 3 h, avec la menace d’un bombardement du palais de Miraflores par l’aviation, Chávez dit au général Lucas Rincón Romero qu’il est prêt à démissionner. Dans les vingt minutes Rincon Romero annonce à la télévision que « [à Chavez] lui a été demandée sa démission, ce qu’il a accepté (sic) »38. Quelques minutes plus tard Chavez est informé que ses conditions sont irrecevables et il répond qu’il se rend en tant que « président prisonnier »38.

                    Après que la démission a été annoncée, Chávez est transporté à la base de Fuerte Tiuna, où il rencontre des représentants de l’Église catholique. Il rencontre également des hauts gradés, qui ont décidé alors de ne pas le transporter à Cuba. Il va être transféré à la base de La Orchila, jusqu’à ce que les leaders du coup décident de son sort. Pendant sa détention à Fuerte Tiuna, Chávez a eu accès à la télévision et a pu voir les annonces de sa démission diffusées en boucle. Il s’inquiète de ce qu’il puisse être assassiné et sa mort présentée comme un suicide, afin de préserver la cohérence de cette version des faits39. Il réussit à communiquer à l’extérieur qu’il n’a pas démissionné dans un appel téléphonique à sa fille qui, grâce à des opérateurs du palais de Miraflores restés loyaux à Chávez, réussit à parler d’abord à Fidel Castro puis à la télévision cubaine40. Dans un entretien avec deux femmes de la division légale des forces armées, Chávez réitère qu’il n’a pas démissionné et cette déclaration est faxée au procureur général Isaias Rodriguez. Pour la rendre publique, Rodriguez convoque une conférence de presse à 14 heures, prétendument pour annoncer sa démission. Mais, contrairement à ce qui était attendu, il annonce en direct à la télévision que Chávez n’a pas démissionné et qu’il est détenu illégalement. La suite de sa déclaration est coupée et n’est pas diffusée41. Dans la soirée, Chávez est transféré à la base navale de Turiamo, près de Puerto Cabello et il s’inquiète du risque d’assassinat. Selon lui, à un moment donné un officier de la base met en garde un autre officier : « Si vous tuez le Président, ici on va tous s’entre-tuer42. »

                    Gouvernement Carmona

                    Pendant l’après-midi du 12 avril Pedro Carmona, président du syndicat patronal Fedecamaras, est proclamé président par intérim avec « l’Acte de constitution du Gouvernement de transition démocratique et d’unité nationale », signé par environ 400 personnes présentes au palais de Miraflores à ce moment-là. Dans la foulée, le pouvoir législatif est dissous et tous les députés de l’Assemblée nationale (et leurs suppléants) sont destitués, de même que les maires élus depuis l’élection de Chávez, les membres du Tribunal suprême de justice, des institutions du ministère public et de la Cour des comptes (la Fiscal General de la República et la Contraloría General de la República), du bureau de l’Ombudsman et du Conseil national électoral43,44,45,46,47.

                    L’Acte déclare que des nouvelles élections auront lieu au plus tard en décembre 200248. Carmona replace Guaicaipuro Lameda à la tête de PDVSA. La direction de PDVSA annonce alors l’arrêt des exportations de pétrole vers Cuba et l’augmentation de la production, impliquant la fin de la coopération avec l’OPEP49. Bien que Carmona ait promis des nouvelles élections dans l’année, avec un retour au système bicaméral d’avant 1999 et qu’il ait annulé les 49 lois « habilitantes » votées six mois plus tôt, la dissolution du cadre institutionnel a fragmenté la coalition anti-Chávez qui avait soutenu le coup43. Par ailleurs, des syndicalistes comme Carlos Ortega n’ont pas été inclus dans le gouvernement, et le général Efrain Vasquez a été écarté du ministère de la Défense, au profit du vice-amiral Héctor Ramirez.


                  • taktak 5 septembre 2016 18:22
                    Manifestations pro-Chávez et échec du coup

                    Le 13 avril, dans la matinée, des manifestations de soutien à Chávez s’organisent dans plusieurs secteurs de Caracas. Contrastées avec les manifestations de l’opposition, les manifestations pro-Chávez sont majoritairement composées d’habitants des quartiers populaires de la périphérie de Caracas50. Ils bloquent les autoroutes qui vont vers l’est et vers la Guaira (où se trouvent le principal port du pays et l’aéroport de Caracas). Les émissions de certaines chaînes privées vénézuéliennes ne comportent alors que des dessins animés et des films. Cependant, la chaîne d’information par câble CNN et la chaîne privée colombienne Caracol (radio et télévision) continuent à diffuser des informations sur les événements. Avec le palais entouré par des milliers de manifestants et des centaines de parachutistes, le commandant des parachutistes José Baduel appelle Carmona et lui dit que « tout comme Chávez, lui aussi (Carmona) est un otage. » Il lui adresse un ultimatum pour libérer Chávez vivant dans les vingt-quatre heures51. Entre-temps, le général Raúl Baduel, qui commande l’ancienne division de parachutistes de Chávez à Maracay, essaye sans succès de rendre publique son opposition à Carmona ; les médias vénézueliens refusent de l’interviewer52. Raúl Baduel communique avec le commandant de la Garde présidentielle, qui était resté loyal à Chávez, et lui dit « c’est maintenant ou jamais. » Plus tard dans la matinée du 13 avril, la Garde présidentielle investit le palais de Miraflores via un système de tunnels le reliant à leurs casernes. Beaucoup des putschistes ont réussi à échapper. Étant donné que le lieu de détention de Chávez était tenu secret, la présidence est assurée pendant plusieurs heures par le vice-président Diosdado Cabello.

                    Avec Miraflores repris, et au courant du soutien du général Raul Isaias Baduel, Chávez rédige une note manuscrite où il marque qu’il n’a pas démissionné53,54,55. Après la perte de Miraflores, les auteurs du coup tiennent une réunion à la base de Fuerte Tiuna et rédigent le brouillon d’une déclaration qui reconnaît Carmona comme président, mais demande la restauration des institutions démocratiques du pays. Dans la confusion de la réunion, l’allié de Chávez Jorge García Carneiro barre la partie reconnaissant Carmona ; et c’est ainsi que la déclaration est lue aux studios de CNN (puisque aucune chaîne vénézuélienne n’a accepté de le diffuser)56. Après le coup, Carmona sera placé en détention domiciliaire, mais réussira à obtenir l’asile politique à l’ambassade colombienne après qu’une manifestation anti-Chavez aura perturbé la surveillance de sa maison51. Au petit matin du 14 avril, une unité héliportée libère Chávez à La Orchila et le ramène à Caracas. Diosdado Cabello fait la passation des pouvoirs. Chávez s’adresse à la Nation en montrant un crucifix, et appelle au calme. Pendant l’absence temporaire de Chávez, la Bourse de Caracas a atteint des sommets record, avec l’index poussant une progression de presque 1 000 points en une seule journée. Lorsqu’il est apparu clairement que le coup avait échoué, l’index est retombé57.


                  • taktak 5 septembre 2016 18:22
                    Couverture médiatique

                    D’importants groupes médiatiques vénézuéliens comme El Universal, El Nacional, El Nuevo País, Globovisión, Televen, CMT et RCTV ont soutenu le coup58. En même temps, le point de vue de l’opposition anti-Chavez a été relayé dans les dépêches de nombreuses agences de presse et média internationaux59,60. La une du 11 avril du quotidien El Nacional titrait « La bataille finale sera à Miraflores »61. Pendant le mois de mars, RCTV a donné une couverture médiatique extensive des manifestations anti-Chavez, tout en évitant de couvrir les manifestations pro-Chavez62. Le 11 avril, la manifestation anti-Chávez, le message « Chávez dehors » et l’appel à diriger la manifestation vers le palais présidentiel à Miraflores ont été « largement diffusés, promus et couverts par les chaînes de télévision privées, dont le soutien explicite à l’opposition est devenu évident. » Un flot continu d’annonces à la télé, diffusées gratuitement, appelait les Vénézuéliens à participer à la manifestation63. Andrés Izarra, alors directeur de production de l’émission El observador de RCTV, déclarera plus tard à l’Assemblée nationale qu’il a reçu des instructions précises du propriétaire Marcel Granier pour que le 11 avril et les jours suivants, il ne diffuse « aucune information sur Chavez, ses partisans, ses ministres et aucune autre qui pourrait avoir un quelconque rapport avec lui. »64 Les auteurs du coup, en incluant Carmona, se sont réunis au siège de Venevisión58. Après la détention de Chavez, des protestations pro Chavez, incluant des émeutes soldées par 19 morts, ont éclaté à divers endroits de Caracas62. RCTV les ignora et envoya ses équipes dans des secteurs calmes de la ville pour « émissions de tranquillité en direct »62.

                    La télévision vénézuélienne n’a pas informé de la reprise du palais de Miraflores par les partisans de Chávez ; les quatre principales chaînes ont tout simplement arrêté de diffuser des informations sur les événements62. Le St. Petersburg Times signala que RCTV diffusait des dessins animés. Venevisión diffusa un marathon de films hollywoodiens : Lorenzo’s Oil, Nell et Pretty Woman. Une autre chaîne, Televen, conseilla à ses téléspectateurs de « rester à la maison », et diffusa des matchs de baseball et des feuilletons. Globovisión, la plus importante chaîne d’information en continu du pays et associée de CNN, rediffusa en boucle des enregistrements de la sortie de Chávez. Une voix off prévenait les téléspectateurs : « Nous vivons des temps de changement politique »65. Les directeurs de Venevisión, RCTV et Globovisión, tout comme l’éditeur d’El Nacional, se sont réunis avec Carmona à Miraflores65. Le directeur de Globovisión semble avoir appelé CNN à Atlanta (le siège de CNN en espagnol) « pour demander au réseau américain de se joindre blackout65. » Deux des trois principaux journaux, El Universal et El Nacional ont annulé leurs éditions du dimanche, « pour des raisons de sécurité. » Le troisième journal, Ultimas Noticias, a imprimé à tirage limité son édition, rendant compte des faits objectivement. D’autres quotidiens et des média régionaux ont également couvert les événements62. Lorsque CNN a annoncé l’opposition au coup d’une division stratégique des Forces armées à Maracay, « CNN exprima sa surprise sur le fait que la presse n’en disait rien. »58. Le communiqué des officiers demandant la restauration de la démocratie depuis Fuerte Tiuna a dû être diffusé par CNN, parce qu’aucune chaîne vénézuélienne n’a accepté de le faire56.


                  • Otrava Gamás (---.---.62.64) 6 septembre 2016 08:24

                    @taktak
                    Conclusion :

                    Vous êtes super fortiche en copié/collé ..... mais cela ne garanti pas l’éxactitude du contenu.

                  • guantanamera (---.---.242.149) 2 septembre 2016 14:03

                    C’est drôle et la fois triste de vous lire taktak. On sent bien en vous le besoin de rétablir les vérités face à un monde injuste et qui est géré par les puissants. Puissants qui manipulent l’information et complotent contre le peuple. C’est louable, sincèrement. On ne peut qu’approuver cette magnifique mission que vous avez décidé d’accomplir, ou du moins et plus humblement décidé d’aider. MAIS hélas on sent bien que vous ne connaissez rien à la situation du Venezuela. Vous pensez divulguer de la vraie info, dissidente car non-mainstream. Cependant toute info venant du camp opposé aux impérialistes USA n’est pas « de facto » vraie. EN L’OCCURRENCE, les pauvres du Venezuela meurt de faim. C’est un fait. J’y vis et je le constate tous les jours. Ils meurent tous les jours dans les hôpitaux car il n’y a même pas d’aspirine ni même un pansement. La délinquance est généralisée et l’impunité absolue. Notre vie ici est un enfer. De nombreux français pourtant attirés par la révolution sont déjà repartis. Moi je fais de la résistance. Hier il n’y a pas eu de violence de la part de l’opposition malgré le sabotage du gouvernement. J’en ai bcp de preuves, demandez les et je vous les donne. L’immense majorité des vénézuéliens veulent que Maduro s’en aille, même parmi ses partisans. Et c’était le but d’hier. Et vous auriez pu dire ceci : le million de personnes dans la rue voulait virer Maduro, mais ne sont pas tous partisans de l’opposition. C’est plus nuancé et le PSUV s’il n’était pas aussi ridicule pourrait gagner l’élection présidentielle qui en suivrait. Je reviendrai pour parler de vos autres inepties (respect de la constitution etc) Bises depuis le venez


                    • taktak 2 septembre 2016 14:59

                      @guantanamera

                      L’insécurité : elle était là avant Chavez au venezuela. Qui plus est elle est largement le résultat des para militaires colombiens largement installée dans le pays, avec le soutien de l’opposition, en particulier dans la zone frontalière.
                      La faim : elle a largement reculé avec Chavez et Maduro. Et contrairement à la Colombie voisine elle aussi frappée par une sècheresse historique qui entrave la production électrique des deux pays, il n’y a pas de famine au venezuela.

                      La crise : elle est à la fois le résultat de l’effondrement des cours du pétrole (et ça ce n’est pas la faute de Chavez ou Maduro) provoqué par la crise du capitalisme et les manipulations des USA. mais également de la guerre économique menée par l’oligarchie capitalistes contre le venezuela

                      est ce à dire qu’il n’y a pas à critiquer le gouvernement ? il y a sans doute à mieux faire. mais l’opposition putchiste pro USA qui malgré une rente pétrolière très élevée à l’époque faisait du peuple venezuelien l’un des plus miséreux n’est absolument pas la solution.


                    • guantanamera (---.---.219.93) 2 septembre 2016 17:18

                      @taktak


                      Bien j’ai quelques minutes devant moi, je vais vous répondre point par point, mais peut-être en plusieurs fois car je suis au boulot là smiley Je vais pas rechercher tous les supports, mais si vous avez un doute je peux chercher les articles de presse, videos etc... tout ce que je vais vous dire ici est véridique !

                      L’insécurité : elle a toujours été un problème dans les pays émergents, certes. Toutefois on parle là du pays le plus dangereux au monde. Il y a plus de victimes de la délinquance ici que de la guerre en Syrie voyez-vous... Et ce n’est pas moi qui le dit, c’est l’ensemble des ONG présentes. TOUS mes collègues de bureau ont été agressés (une 12 de personnes), trois ont été blessés par balle, un en est mort. La criminalité n’a JAMAIS atteint un tel seuil au Venezuela. Ils sont d’ailleurs en partie armés par le gouvernement lui-même (on les appelle « los colectivos » / les collectifs - cherchez qui sont les Tupamaros par exemple) et jouissent d’une impunité totale : il existe des zone franches où n’intervient pas la police en accord avec les délinquants. 

                      Je me souviens d’une fois où le gouvernement a osé y pénétrer et y a fait une descente. Le lendemain les collectifs étaient cagoulés et armés d’armes automatiques et plusieurs milliers d’entre eux ont bloqué l’autoroute en guise de manifestation à cause de l’accord violé par la police. Une scène surréaliste mais relativement commune ici. 

                      Autre exemple Mon pote J-C (68 ans) qui vivait à côté de chez moi a pris une balle dans l’estomac en mars dernier. Il en a réchappé grâce à un contact perso sinon vu son âge ils le laissaient crever sur place. Une fois miraculeusement sauvé, il est rentré chez lui et la police a tué son agresseur. La famille de l’agresseur a pensé que mon pote avait payé la police pour le tuer et a donc enclenché une vendetta contre lui. Conclusion, J-C s’est barricadé chez lui, il ne sortait plus depuis mars. Ensuite il est parti quelques semaines en France pour mettre ses enfants à l’abri et a finalement décidé de ne pas revenir.

                      Ne croyez pas que ce soit juste des exemples : les enlèvements sont devenus monnaie courante, les déménagements de votre maison pendant votre absence aussi, le meurtre est monnaie courante, le vol à la tire une rigolade que les victimes ne dénoncent même plus car la police commence toujours par demander : « connaissez-vous l’identité de votre agresseur ? ». Si la réponse est OUI ils feront qqchose, si c’est NON alors « affaire classée ». Le traffic de drogue ici est l’apanage de l’armée et des hommes politiques. Un cousin de ma femme a passé 3 ans en prison sans avoir vu le moindre juge, accusé injustement d’un truc qu’il n’a jamais fait, à cause d’un procureur corrompu envoyé par Chávez lui-même pour protéger des membres du gouvernement qui avaient trempé dans ce traffic de drogue qui est depuis tombé aux oubliettes. Il a été relaché sans même un « désolé ». 

                      La faim : Là je vous arrête tout de suite, il n’y a aucune nuance possible, vous faites totalement fausse route. Le Venezuela est affamé et la Colombie ouvre sa frontière pour que les Venezueliens puissent aller faire leurs courses là-bas. Il est absolument FAUX de prétendre qu’il n’y a pas de famine ici. Le gouvernement a même fini par distribuer des sacs de nourriture directement chez les gens tellement la situation est critique (les « CLAP »). Et ces sacs ne suffisent pas. D’abord ils sont assez chers, ensuite on a pas le choix de ce qu’ils contiennent et des aliments pourris arrivent parfois, enfin ils ne couvrent qu’environ 20% des besoins. Les aliments que je reçois chez moi sont presque entièrement produits par Alimentos Polar (Le Nestlé d’ici) et aucun, je dis bien AUCUN aliment ne vient des innombrables entreprises nationalisées par le gouvernement de Chávez puis de Maduro. 

                      La faim est intolérable Taktak. Je la vois au quotidien. J’ai la chance de pouvoir (en général) acheter de quoi manger relativement à ma faim mais pas équilibré. Mais malgré tout il y a 3 semaines de ça, je n’avais plus de nourriture chez moi. Attention, quand je dis plus c’est plus rien. Même pas une patate, un oeuf ni même un peu de farine. Rien, nada, que dalle, wallou... Mon fils de 7 ans a dîné une galette de maïs (arepa) que la voisine lui a préparé gentiment avec un bout de fromage. D’habitude ça lui suffit mais ce jour là mon fils avait encore faim. La situation a été horrible... de désespération j’ai du me mettre en colère, dire qu’il était trop tard pour manger comme ça et l’envoyer se coucher. Mais il n’y avait pas lieu de se mettre en colère, j’ai juste menti à mon fils car comment lui dire : « il n’y a plus de nourriture à la maison Santiago, tu vas devoir te coucher comme ça ». Temps que vous n’affrontez pas cette situation il est IMPOSSIBLE que vous puissiez vous rendre compte du désarroi et de l’impuissance des gens qui le vivent. Et comme je vous le disais, je suis un nanti, un privilégié. Le lendemain, ma femme est allée vendre une chevalière en or pour pouvoir faire des courses et on a compensé en faisant des super empanadas smiley

                      Ici c’est le système D : il y a 15 jours le kg de viande coûtait 15% du salaire « integral », le poulet 10%, 30 oeufs 10%, le poisson 20%, le kg de sardines à 5% et ces denrées ne sont trouvables qu’aux marché noir. Donc on improvise et certains font des soupes avec des os glanés à l’abattoir local, d’autres utilisent les substitut de viande comme par exemple cette recette qui fait de la viande effilochée avec des peaux de banane (et c’est bon !). On manque de tout, on ne trouve plus de féculents secs (riz, pâtes, farine de maïs, farine de blé) donc on mange du manioc, du gname, de l’ocumo etc... On compense les aliments de base par d’autres produits locaux. Mais la liste de choses qui manquent est énorme : j’ai rarement de l’huile à la maison, du sucre, du café, du pain et pour ainsi dire jamais de farine, de beurre, margarine, de confitures, de chocolat, de mayonnaise, de sauces tomates, de haricots, de riz, de pâtes, de produit pour laver la vaisselle, etc, etc.

                      Les gens ont faim ici Taktak, les gens maigrissent à vue d’oeil et certains en meurent. Ma femme travail dans un tribunal de la famille et les enfants sont abandonnés par dizaine tous les jours, ma cousine est médecin et les premières victimes de la faim sont les enfants et les vieux. C’est une véritable catastrophe et vous n’avez PAS LE DROIT de balayer ce fait sous un prétexte idéologique. Je vous l’ai dit, je suis convaicu que vous êtes honnêtes et c’est pour cela que j’écris ici. Alors soyez honnête jusqu’au bout et ne balayez pas ce fait en vous cachant derrière une réthorique idéologique. Ne faites pas ce que vous reprochez aux USA par exemple, ne vous laissez pas aveugler par votre idéologie. 

                      Je parlerai de la crise dans un prochain écrit.

                    • taktak 2 septembre 2016 21:43

                      @guantanamera
                      Y a combien de personnes derrière votre pseudo ?
                      guantanamera (---.---.219.93) 2 septembre 17:18
                      guantanamera (---.---.242.149) 2 septembre 14:03


                    • guantanamera (---.---.242.21) 3 septembre 2016 01:35

                      @taktak

                      C’est là votre réponse à mon message ? Comment faites vous pour atteindre un tel degré d’insensibilité ? La paranoïa vous meut de la sorte ?

                      J’ai d’abord écrit depuis chez moi, puis depuis le boulot comme je le disais. Ici y’a 6:00 de décalage horaire faites vos comptes.

                      Et là je viens de rentrer du boulot, et j’écris depuis mon GSM, aux toilettes.

                      Curiosité satisfaite.

                      Par contre pas un mot sur le Venezuela. Vois-je poindre un manque d’arguments ?

                      Il vous honorerait.


                    • taktak 3 septembre 2016 17:45

                      @guantanamera

                      lol, excusez moi de m’étonnez qu’ un militant soit disant au venezuela et parlant un français parfait passe sa journée sur agoravox depuis 3 machines différentes pour cracher sur le venezuela. Oui c’est étonnant.

                      Quant aux arguments, j’en ai déjà donné un paquet ci avant. Auxquels vous ne répondez pas :

                      1° ) pénurie, inflation etc ... : la situation s’est objectivement et factuellement amélioré avec la révolution bolivarienne. Surtout pour les plus pauvres (dont vous ne faites visiblement pas partie. Et cela on ne les entendra pas dans un français impecable sur agoravox). Surtout, s’il y a crise, c’est principalement à cause de la guerre économique menée par l’oligarchie capitaliste avec le soutien des gens de votre sorte. Jouant la politique du pire et travaillant à casser le pays. Mais cela ne cache pas que la crise pétrolière actuelle conduit à situation moins problématique que celle du venezuela dans les années 1990 lorsqu’il était sous la férule violente de la bourgeoisie compradore

                      2°) insécurité : le venezuela est un pays à la criminalité élevée. Est ce nouveau ? non, c’était comme cela avant chavez et maduro. Ont il aggravé la situation ? certainement pas. En revanche les appels permanent à l’insurrection et à la violence de la part de l’opposition putschiste oui contribue au niveau de violence. Tout comme leur recours permanent à des bandes de paramiltaires notamment colombien, ainsi que leurs traffics

                      3°) Maduro respecte t il la constitution ? oui, totalement. D’ailleurs son alliance politique s’est toujours engagée à respecter le résultat des élections et notamment des dernières législative. Est ce le cas de l’opposition ? non. En 2002 elle a tenté un coup d’état, et en a fomenté un en 2014 se soldant par plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés. Et personne n’oublie le caracazo. Oui vous, vous avez du sang sur les mains

                      4°) l’opposition est elle ultra majoritaire ? non. Elle a gagné les élections législatives de décembre 2015 certes. Mais Elle n’a gagné que parce que empétré dans la crise les classes populaires se sont peu mobilisées pour aller voter contrairement aux classe privilégiées.

                      En 2013 le candidat de la MUD avait obtenu 7,3 millions de voix aux élections présidentielles. La mud a obtenu 7,7 millions de voix en 2015. Maduro avait lui réuni 7,6 millions de voix à la présidentielle, aux présidentielles le bloc de gauche n’en a rassemblé que 5,6. En 2010 au précédente législatives, le PSUV avait obtenur, 5,5 million de voix contre 5,3 million pour la MUD.
                      aux présidentielles de 2012, chavez avait obtenu 8,2 millions de voix contre 6,6 millions pour Radonski.
                      L’opposition n’est donc pas ultra majoritaire dans le pays.


                    • guantanamera (---.---.165.168) 4 septembre 2016 06:22

                      @taktak

                      Mettons d’abord quelques choses au clair : je ne suis militant de rien, moi. Je n’ai rien à vendre, je ne vous apporte qu’un témoignage de mon quotidien de français vivant au Venezuela depuis 2005, une expérience en somme. Expérience qui vous fait cruellement défaut visiblement car vous débitez un sacré paquet d’âneries et de mensonges. Il est absolument évident que vous n’avez jamais mis les pieds ici et que par conséquent toutes vos « analyses » ne se basent que sur des chiffres bidons sortis de leur contaxte. Une question me vient à l’esprit : parlez-vous espagnol ?

                      Il faut être culotté pour oser prétendre que la situation des pénuries s’est « objectivement et factuellement améliorée » alors qu’il manque plus de 70% du panier de la ménagère. La « guerre économique » est une invention faite pour les gogos qui aiment les effets d’annonces. Il y a clairement un affrontement entre les grandes entreprises du pays et le gouvernement. Mais dans quelle tête normalement constituée peut naître l’idée qu’une entreprise puisse arrêter volontairement ses importations, puis sa production pour finir par faire faillite ? A part un ignorant qui n’a jamais entrepris, qui n’a aucune idée de ce que c’est de monter une entreprise et de devoir la fermer après tant d’années de sacrifices. Car cher ami, toutes les entreprises coulées par la crises et les décisions du gouvernement ne sont pas toutes des méchants capitalistes qui exploitent leurs gentils travailleurs. Il y en a (surtout les grandes boites certes), mais l’immense majorité des boîtes à avoir fermé (40% des PME il paraît) étaient des boîtes familiales qui n’avaient aucunement les moyens de participer à une quelconque guerre économique imaginaire.

                      Vous allez jusqu’à oser dire que la situation actuelle du pays est meilleure que celle vécue lors des années 90. Et là c’est encore un abominable mensonge. Il m’est difficile d’en témoigner personnellement puisque je n’ai connu le Venezuela qu’en 1998, mais ma femme et sa famille qui ont une très longue trajectoire au sein de la ligue socialiste (mon défunt beau-père a été assassiné pour ses idées) affirme que la situation est nettement pire. Elle veut un changement de gouvernement mais elle est paralysée dans sa citoyenneté car si elle refuse que Maduro et ses voleurs et assassins restent au pouvoir, elle refuse aussi que l’opposition y revienne. Ici on dit « entre Guatemala y Guatepeor ». Si vous comprenez pas je vous traduirai.

                      Delinquance : Le mythe des paramilitaires a bon dos je trouve. Il n’y a aucune preuve de cela. Par contre ici on trouve des bibliothèques Marulanda (ex-leader FARC), le gouvernement en personne fournissait médicaments et nourriture aux FARC directement en territoire colombien et appelait cela faire de l’humanitaire etc... On arme des gamins de 12-13 ans et on les fait chanter « abelachao ». Cherchez l’erreur. 

                      La situation s’est très largement détériorée. Les venezueliens aiment vivre dehors, sortir ce sont des betes sociales smiley Là ils vivent cloitrés chez eux malgré la militarisation du pays. Les policiers sont des délinquants avec des badges, rien de plus. En 1998, l’ONU donnait 13 homicides pour 100.000 habitants. En 2014, les chiffres bidonnés du gouvernement donnaient 54 assassinats pour 100.000 habitants, 2e place mondiale derrière le Honduras. Cette année on est dans le flou total car depuis 2014 l’INE (institut de la statistique) ne donne plus de stats (bidons de ttes manières) sur ordre de Maduro. Alors les comptes à la sortie des morgues donnent 98 dans le pays 134 à Caracas. Total 28.000 morts en 2015. Les enlèvements sont passés de 27 en 1989 à 50 en 1998 année d’arrivée de Chavez. En 2011 ils montaient à... 1150 ! Et depuis la police ne donne plus d’infos. 

                      Et tout ça (à une exception près, celle des morgues) sont les chiffres bidons du gouverment. Et n’allez pas prétendre que le gouvernement est honnete, il n’existe AUCUN gouvernement honnête au monde, surtout qd il s’agit de reconnaître ses erreurs. Ces chiffres sont au moins aussi vrais que ceux du chômage ou de l’exclusion en France. J’ai été volontaire à Emmaûs et aux Restos du coeur, je vous assure qu’on est loin du compte.

                      En ce qui concerne le respect de la Constitution vous me faites rire. Moi je m’en cogne de la constitution car pour moi la république est une supercherie. Mais s’il y a des règles et que les gouvernants se mettent comme règle absolue de les respecter, alors je peux affirmer que le gouvernement actuel et celui de chávez faffoue et ont toujours régulièrement baffoué la constituton. 

                      Pour Chávez c’est fastoche : referedum sur l’amendement constitutionnel. Il convoque un référendum après avoir soit-disant écouté le peuple et faire un paquet de propositions : loi du travail, loi de défense nationale, nomination des hauts-fonctionnaires (etc) et la très attendue fin de la non-réélection du président après 2 mandats qui était la vraie raison de ce referendum puisque les autres modifications étaient faisables sans referendum. Pourtant c’est lui et ses assesseurs qui avaient écrit la constitution de 1999. Bref, il propose le paquet en le divisant en 2. Résultat du référendum : il perd d’une courte tête. Et là énorme supercherie : alors que la constitution elle-même interdit de reposer la même question (même reformulée), chávez refait un réferendum pour sa réélection et passe les autres lois par décrets présidentiels puisque l’Assemblée Nationale Chaviste ne siégeait que pour lui donner tous les pouvoirs une fois par an. Le referendum est pourtant accepté par le tribunal constitutionnel, constituant ainsi une fraude. Le fait qu’il soit sorti vainqueur des urnes ne légitime par cet acte. La constitution l’interdisait et point. Le bon sens n’est (helas et heureusement) pas une loi et encore moins au-dessus de la constitution.

                      Pour Maduro, par où commencer ? euhhh... depuis le 6 decembre 2015 c’est un peu tous les jours donc quel exemple prendre ? Par exemple quand l’Assemblée sortante (à 90% chaviste) est largement battue (par majorité absolue, plus des 2/3 de l’Assemblée), mais fait une session extraordinaire le dernier jour de leur mandat pour changer les magistrats du tribunal suprême (c’est importantissime pour la suite), voter un paquet de lois pour saboter la future assemblée et coup de théatre 15 jours plus tard car le peuple apprend que « soit-disant » ils avaient aussi voté pour donner les pleins pouvoirs à Maduro par le biais d’un décret vaseux au sujet de la crise energétique et economique du pays. Ce decret était pour 90 jours (important pour la suite). Si personne ne l’avait su c’est parce que le papier etait resté dans un tiroir de Maduro mais la date était bien de la dernière session improvisée par l’assemblée sortante. La nouvelle assemblée siège enfin et elle est immédiatement amputée de 3 de ses députés car tout d’un coup le gvt et ses sbyrrhes du conseil electoral inventent une plainte pour fraude dans le seul état où les élections sont un peu rock’n’roll : Amazonas. La plainte déposée ils sont immédiatement inhabilités (ça n’a pas trainé !) par le tribunal supreme fraichement constitué. Nous sommes en septembre, l’état d’Amazonas n’a toujours pas de représentant à l’Assemblée, l’enquête n’a pas été menée, il n’y a pas de resultat, pas de décision, pas de destitution, pas de nouvelle élection, constituant ainsi un manquement grave à la constitution. Par la même occasion, le tribunal supreme et le president ont retiré la faculté de l’assemblée de destituer et remplacer les membres du tribunal supreme qui est pourtant une autre prerogative de l’assemblée constituant une autre fraude à la Constitution. Ensuite, le decret d’urgence economique et energetique a été prolongé par le tribunal supreme malgré le « non » voté par l’assemblée qui était pourtant l’organisme habilité pour le prolonger ou pas. Nous sommes en septembre je le rappelle et nous sommes sous le coup d’une énième prolongation du decret pris par le president et l’assemblée sortie il y a 9 mois de cela, malgré la volonté du peuple, constituant ainsi une Nième violation de la constitution. Toutes les lois votées par l’Assemblée sont immédiatement annulées par le tribunal supreme (toutes sauf une). On leur a retiré les salaires, indemnités, fonds, frais etc... le canal de TV de l’assemblée a été sequestré et on ne voit plus ce qu’il s’y passe. Quand ils y sont invités, les hauts fonctionnaires et ministres ne daignent pas s’y rendre. Aujourd’hui Maduro parle de lever l’immunité parlementaire des députés mais n’en a pas le droit, sauf si le tribunal supreme (...) vous avez compris non ? Enfin, les fonctionnaires cadres qui ont signé la petition contre le gouvernement ont été licenciés, les non-cadres le seront bientôt constituant ainsi une Nième fraude à la constitution (confidentialité du processus electoral) et aux droits de l’homme (libres opinions politiques). Et j’en oublie, il est tard ici...

                    • guantanamera (---.---.165.168) 4 septembre 2016 06:24

                      @taktak
                       suite et fin


                      Enfin, l’opposition n’est pas majoritaire. Je n’ai jamais dit cela. Les mécontents sont majoritaires, pas les opposants. Je vous l’ai pourtant dit dans mon premier message : tout le monde est grosso modo d’accord pour que Maduro quitte le pouvoir, mais tout le monde n’est pas d’accord sur le prochain candidat. La victoire de l’opposition est un trompe l’oeil, au nombre de votants lors des elections de decembre, l’assemblée si elle avait été proportionnelle aurait du être à presque 50-50. Helas pour eux, les chavistes ont magouilé pour obtenir 90% de l’assemblé ces dernières années en ne représentant que 55% et ça s’est révélé être une arme à double-tranchant.

                       

                      Vous voyez vous ne dites pas que des âneries, rien n’est perdu.

                       

                      Toutefois la situation est tellement critique ici qu’il m’est bien impossible de savoir quelles sont les forces en place. Les gens disent 80-20 ou 70-30. La faim, la crise humanitaire et le desespoir fabriquent des opposants à la vitesse de la lumière. Surtout que le peuple a faim et que Maduro, Cabello, Varela et leurs amis sont de plus en plus gros chaque jour. Y’a des choses difficiles à cacher...

                       


                    • taktak 4 septembre 2016 10:46

                      @guantanamera
                      Vous êtes sur que vous vivez au venezuela ?
                      non parceque vous écrivez : "Helas pour eux, les chavistes ont magouilé pour obtenir 90% de l’assemblé ces dernières années en ne représentant que 55%"

                      Tout le monde sait qu’aux électins de 2010, le PSUV de Maduro a gagné (en application de la constitution) : 96 sièges sur 165. cela représente 58% des sièges. 90% de l’assemblée disiez vous  ? je peux donc le dire vous êtes un menteur

                      Chacun peut donc voir quelle est la crédibilité de votre discours : de la PROPAGANDE. faites de mensonges et de manipulation.


                    • Otrava Gamás (---.---.2.210) 4 septembre 2016 18:15

                      @taktak
                      C’est bien ce que je disais sur un autre post : vous détenez la vérité absolue même si nous navez pas la moindre idée de quoi vous parlez !!!!!

                      PATHETIQUE !!!2

                    • guantanamera (---.---.53.63) 4 septembre 2016 18:42

                      @taktak

                      Une généralisation maladroite de ma part fait-elle de mon discours un ensemble de propagande ?

                      Cachicamo llamando a morrocoy conchu’o jajajaja

                      Vous dites tellement de balivernes et prenez tellement soin de ne pas répondre aux seules et vraies questions : êtes vous déjà venu au Venezuela ? Parlez-vous espagnol ?

                      On sent bien que dans le fond vous êtes pas bête, c’est pour ça que ça nous fout en rogne que vous fassiez autant de pub pour un régime qui vire à la dictature. Vous êtes cultivé : vos sources ne sont pas assez diversifié cependant, quel gâchis.


                    • taktak 4 septembre 2016 19:50

                      @guantanamera

                      1°) je parle plusieurs langues et savez vous qu’avec internet et notamment les réseaux sociaux c’est fort pratique pour s’informer de manière plus directe. Je n’ai jamais été au venezuela, mais j’ai la chance d’y avoir plusieurs connaissance directe. Je me permet d’observer d’ailleurs, que si vous vous prétendez y être aller vous ne savez pas les plus élémentaires informations sur ce pays. bref.
                       mais je vois que plutot que de rester sur le terrain des arguments vous préférez l’attaque ad hominem. Ce qui est le signe de votre mauvaise foi.

                      2°) « Une généralisation maladroite de ma part fait-elle de mon discours un ensemble de propagande »

                      Permettez moi de faire remarquer à tous le monde que quand on accuse un gouvernement d’être une dictature il faut pour le moins quelques éléments sérieux pour argumenter une accusation aussi grave. Ce que vous appeller « généralisation maladroite » est en fait un grossier mensonge sur lequel repose l’essentiel de vos propos manipulatoires et diffamatoires.

                      Car un fait vous gène : si les chavistes ont gagné la quasi totalité des élections, ils ont également reconnu la totalité de leurs défaites. En appliquant scrupuleusement la constitution.
                      En revanche, l’opposition putchiste dont vous venez propagez ici la propagande de haine, de guerre civile, n’a jamais voulu reconnaitre la moindre élection. Au contraire elle a à plusieurs reprises tenté des coups d’état.

                      Donc plutot que de reconnaitre ce qui est un fait élémentaire - le pouvoir de maduro est démocratique, sortie des urnes et égitimes - vous éructer commentaire après commentaire sur le un soit disant régime minoritaire qui se serait arroger 90% des sigèes de l’asseblée nationale alors qu’il n’aurait pas la majorité. Grossier mensonge.

                      Donc je le redis, vos mensonges vous trahissent.
                      Et ils indiquent le niveau de crédibilité qui est le votre et de vos séides. 0


                    • Otrava Gamás (---.---.2.210) 4 septembre 2016 20:51

                      @taktak
                      Wao, vous m’impressionez : quel aplomb pour affirmer avec autant d’arrogance des ifaits complètements faux, dont vous n’avez pas la moindre idée. Et dans la foulée balayer d’un coup de main de vérités que plus personne ne conteste.

                      Vous étes « ENOOOOOOOOOOOORMEEEEE »
                      Bon mis à part me faire rire avec votre non sens du ridicule, c’est pathétique, voire pitoyable


                    • chantecler chantecler 4 septembre 2016 20:53

                      @Otrava Gamás
                      Ta gueule , minable !


                    • Jonas 2 septembre 2016 16:07

                      A l’auteur , 

                      Je crois qu’a part débiter des sonnettes éculées , vous ne connaissez pas le Venezuela ni la vie quotidienne de ses habitants qui souffrent depuis longtemps d’une politique du « Socialisme du XXIe siècle » que même Cuba a rejetée. 
                      Votre idéologie , vous aveugle au point d’occulter la crise profonde qui secoue ce pays. La pénurie de l’huile, farine, pain, médicaments , papier de toilette etc est un calvaire. Comme à l’époque de soviétique , un nouveau job a fait son apparition « faire la queue pour le client. » Quelques chiffres montrent à l’évidence, votre méconnaissance du sujet. Le PIB a baissé de 10 points, l’inflation a été de 180% pour l’année 2015 le taux le plus élevé au monde et pour 2016 , elle doit atteindre les 700%. En 2014, l’inflation était de 68%. Avec le manque d’investissement dans ses infrastructures après la grève de 2002/2003 et le licenciement d’une grande partie de la main-d’œuvre , la production est passée de 3,5 millions de barils /jour à 2,5 millions + la chute du prix de pétrole qui est passé de 120$ à + de 45$ , il est normal que le Venezuela comme certains pays Arabes se trouvent en difficulté. 
                      Je vous rappelle à toutes fins utiles , que malgré les discours de Chavez et Maduro contre les Etats-Unis , ce dernier pays reste le premier acheteur de la production du Venezuela , aux environs de 60%. 
                       
                       


                      • taktak 2 septembre 2016 22:06

                        @Jonas

                        Je me permet de faire observer quelques faits

                        le PIB du venezuela est à plus de 50% lié au pétrole. C’est une situation historique qui ne date pas de Chavez, et que Chavez et Maduro ont entrepris de corriger. Quand le prix du pétrole est divisé par 2 , mécaniquement cela plonge le pays dans la crise. Quelque soit le gouvernement.
                        Et la crise actuelle est bien mieux gérée pour les classes populaire que celle des années 90 . Et il n’y aurait sans doute aucune pénurie si la grande distribution et le secteur des importation de bien de consommation n’était pas encore sous monopole capitaliste. Un monopole qui alimente la spéculation et organise la pénurie et le marché noir. Tous les témoignages le prouve, il y a de la nourriture et des biens aux venezuela. Le problème c’est leur prix ! SI les gens font la queue c’est pour accéder à ceux à prix réglementé.

                        Comparons donc la situation actuelle à celle qui dominait dans les années 90 quand le pays était dans les mains de l’opposition pro USA. Et ce alors que les prix du pétrole étaient bien plus élevés que maintenant.

                        • Entre 1990 et 1999 le pourcentage de pauvres au Venezuela bondit de 40,0 % de l’ensemble de la population à… 49,4 %,

                          Le pourcentage de ménages pauvres passa quant à lui, toujours selon les mêmes statistiques onusiennes, de 34,2 % des ménages à 44,0 %.

                          Au même moment, le nombre « d’indigents » – c’est-à-dire de personnes vivant dans la rue ou dans des bidonvilles avec moins de 1 $ par jour de revenu – explosa : de 1990 à 1999, leur pourcentage passa de 14,6 % à 21,7 % de la population générale, ce qui – compte tenu de l’accroissement démographique entretemps – représente une hausse vertigineuse de quelque + 80 %.
                          Lorsque Hugo Chávez accéda au pouvoir :

                        • 1 Vénézuélien sur 2 vivait dans la pauvreté,
                        • plus d’1 Vénézuélien sur 5 vivait dans l’extrême misère,
                        • et une toute petite oligarchie vivait dans un luxe insolent,

                        Crise sans précédent titre la presse occidentale ?

                        Et pourtant la crise du début des années 1990 a été bien pire, bien plus violente que celle qui toche actuellement. Rappelez nous combien de banques avaient fait faillite ? 17 sur 49, leur renflouement coutant près du tiers du PIB ! Rappelez nous les taux d’inflation à trois chiffres d’alors ? Bien sûr elle a été aggravée par la prédation américaine via le FMI, et elle n’a pas touché l’oligarchie qui manifestait le 1er sept. à Caracas.


                      • simir simir 2 septembre 2016 23:37

                        @taktak
                        Et le Jonas il connait le CARACAZO ?
                        En 1989 le peuple, refusant les réformes libérales est descendu dans la rue.
                        3000 d’entre eux n’en sont pas revenus, abattus par les soutiens du capitalisme mondial ?

                        Combien de morts hier sous le président maduro ?


                      • Otrava Gamás (---.---.92.32) 3 septembre 2016 00:22

                        @simir
                        Déjà, c’était pas 3000 morts, lors du Caracazo, mais 1000 et c’était 1000 de trop, pas la peine de sur-enchérir.


                        Quand aux morts du chavisme, c’est à dire les morts violentes dues `à la criminalité et à l’insécurité, depuis l’arrivée de chávez au pouvoir, elles dépassent les 300 mil. Et c’est vraiment trop. Il n’existe pas de famille aux Venezuela qui ne soit pas en deuil, et qui ne subisse pas le mépris de ce régime qui protège les criminels avec une totale impunité.
                        Nous sommes devenus le pays le plus dangereux au monde. et 3 des villes les plus dangereuses sont ici, avec Caracas à la première place. Voilà ce que nous à aporté ce chavisme de m....

                      • Otrava Gamás (---.---.92.32) 3 septembre 2016 00:35

                        @taktak
                        Franchement cela ne sert à rien de converser avec vous, car vous ne savez absolument rien sur ce pays, sur ce qu’il se passe ici, sur la situation socioéconomique, sur quoi que ce soit. Mais vous êtes convaincu de tout savoir. Je ne sais pas si c’est de l’ignorance naive ou de l’arogance. 

                        Mais SVP arretez d’ecrire de telles énormités, cela vous évitera de faire le rificule !!!
                        Par contre ce qui est évident est votre argne envers les gens qui réussissent et ont une qualité de vie. Etant français et vivan en France, je supose que vous jouissez d’une bonne qualité de vie, que vous mangez à votre faim, que vous pouvez vous faire soignes quand vous êtes malade, et que vous profitez du système ou que vous êtes fonctionnaires et vous vous permetez de mordre la main qui vous donne à manger.
                        Ici, ceux qui vivent dans un luxe scandaleux jamais vu auparavent, ce sont justement les Chávez, Maduro, Cabello, Silva, Rpdríguez, Padrino López et cie. C’est à dire les hauts dirigeants chavistes. Chávez a laissé une fortune (issue de la corruption)à sa fille María Gabriela, qui fait d’elle la femme la plus riche au monde. Et son autre fille Rosinés, habite à Paris dans un apartement payé avec les deniers publiques qui a nous a couté la nous, tous les vénezueliens qui n’avos rien à manger, a bagatelle de8 millions d’euros. 
                        Non franchement vous n’avez aucune idée de ce qu’il en est..... 

                      • simir simir 3 septembre 2016 10:05

                        @Otrava Gamás
                        Le Venezuela était un pays sous-développé avant que Chavez n’arrive au pouvoir : la violence était un problème endémique, l’inflation culminait à 115%, la pauvreté était généralisée ainsi que l’analphabétisme, les soins de santé inaccessibles à la majorité
                         Si Chavez et maduro ne sont pas parvenu à résoudre tous les problèmes des Vénézuéliens (qui y serait parvenu en 15 ans de pouvoir ?) ce qu’il ont fait, c’est déjà beaucoup : division par deux de la pauvreté, anéantissement de l’analphabétisme, construction de logements, etc.
                        Ce qu’il faut condamner ce sont ceux qui usent de méthodes de mafieux pour punir et faire tomber les gouvernements insoumis ! Si demain, par exemple Mélanchon était élu en France il se passerait exactement la même chose : pénuries, inflation, foyer de violence, etc. Et il y aurait des gens pour dire : « La révolution a fait couler la France ». Cela s’appelle confondre les causes et les conséquences A moins d’aller plus loin avec une nationalisation totale des moyens de production et d’échange et une vraie dictature du prolétariat ce que les chavistes n’ont pas fait.

                        Ne pas oublier aussi l’effondrement des cours du pétrole provoqué pour nuire à la Russie et au Vénézuela.


                      • Otrava Gamás (---.---.92.32) 3 septembre 2016 14:27

                        @simir

                        Quand vous dies : « ce qu’il ont fait, c’est déjà beaucoup : division par deux de la pauvreté, anéantissement de l’analphabétisme, construction de logements, etc. » est dejà un mauvais point e depart, car tout ça est faux et archifaux. La pauvreté a augmenté, l’education est au ras des paquerettes, et qu’elle construction de logements ???? Le problème est là : vous partez d’une prémise mensongère. Je dis pas que c’est vou qui mentez. Mais naivement vous relayez des fausses infos qui ne sont que de la vraie propagande.
                        Quand à Melanchon je ne sais pas qui c’est, et franchement cela ne m’interresse pas non plus

                      • Jonas 3 septembre 2016 16:35

                        @taktak

                        Je me permets a mon tour de vous rappeler quelques faits de la politique d’Hugo Chavez. Je vous donne raison que lors des premières années de son arrivée au pouvoir, beaucoup de progrès et d’avancées ont bénéficié aux classes démunies et notamment dans l’éducation grâce aux enseignants cubains contre du pétrole à bas prix. Mais hélas cela n’a pas duré longtemps. 
                        Lorsque l’on pilote un avion, en principe pour ne pas avoir d’accident , on a les yeux sur tous les cadrans, Hugo Chavez était seulement intéressé par quelques uns, et ignorer les autres , d’ou les problèmes d’aujourd’hui. -
                        - Hugo Chavez a été à la tête de son pays pendant 14 ans de 1999 à 2013. Il a détruit toutes les industries sans en créer, en se contentent des recettes des hydrocarbures. 
                        -Il avait également nationalisé les industries des secteurs les plus importants en plaçant ses fidèles qui se sont révélés des incapables. 
                        -Sous la présidence de Chavez , son pays selon Transparency International , était classé parmi les plus corrompus du monde. (Vive le socialisme du XXIe siècle !)
                        -Sous la présidence de Chavez , son pays figurait et figure toujours parmi les pays où la criminalité bat des records dépassant en cela la Colombie et l’Afrique du Sud etc. Malgré la mainmise sur tous les rouages de la sécurité.
                         
                        Mais le passé est le passé, nous sommes en 2016. Les Vénézuéliens , ne peuvent pas se contenter de l’histoire de l’époque de Chavez ,ils sont sous Nicolas Maduro, et vivent des situations très difficiles à cause de la politique inconséquente d’Hugo Chavez. S’était une politique de court terme. 
                        La Constitution que Chavez avait instaurée et qui fut votée par presque deux tiers des vénézuéliens stipule « Un référendum de destitution » qui permet au peuple de destituer n’importe quel gouvernement et fonctionnaire.". 
                        Nicolas Maduro est le successeur d’Hugo Chavez , il doit appliquer la Constitution. Dans une démocratie ( bien que le Venezuela de Chavez n’est pas au sens propre une démocratie ) , le peuple a le droit de changer d’avis en faisant appel à la Constitution. 




                      • Jonas 3 septembre 2016 16:49

                        @simir

                        Merci de préciser que s’était en 1989, soit une génération et plus. 
                        Et en 2016 le peuple ne veut plus du Charisme. Il a le droit de vouloir des changements., peut-être , qu’il se trompe,peut-être pas.
                        Les gauchistes révolutionnaires de France sélectionnent les protestations des peuples. Il y a celles qui sont acceptables et celles qui sont condamnables. 

                      • taktak 3 septembre 2016 18:21

                        @Jonas

                        1°) faire croire que la corruption a été développé par la révolution bolivarienne est aussi malhonnête que faux. Je rappelle que le président Perez que le président Perez - le leader de l’opposition aux chavistes - a été destitué justement pour corruption. Echappé aux USA il n’a échappé à la justice que parceque les USA ont refusé de l’extradé. Il est mort avec ses centaines de millions de dollars en Floride.
                        Vous citez les enquètes de Transparency international. Pourquoi pas. précisons que c’est une organisation occidentale basée à Berlin. En 1997 elle donnait un score de 2,77 au venezuela soit du même ordre de grandeur qu’actuellement
                        Oui la révolution bolivarienne n’a pas éliminé une corruption endémique et profondément ancrée dans les moeurs. mais en accuser Maduro ou Chavez c’est ridicule. Surtout qu’en raison de la violence permanente menée par l’opposition putschiste l’action bolivarienne a été largement entravée
                        2°) sur la criminalité. Elle ne date pas non plus de la révolution bolivarienne. Et elle résulte principalement des activités des mafias paramilitaires colombienne en particulier avec le trafic de drogue (cocaine). Rappelons qu’en 2012 lorsque les députés chaviste ont débarqué Eladio Aponte de la court suprème pour trafic de drogue, ce dernier a trouvé refuge ... aux USA.
                        Quant au taux d’homicide, quand on sait qu’en 2014 les manifestations violentes de l’opposition ont causé des dizaines et dizaines de morts, quand on sait que la police a encore arreté des leaders de l’opposition juste avant la manifestation du 1er sept avec des armes et des explosifs, on peut dire que vous foutez de la gueule du monde en voulant mettre la violence sur le dos de Maduro !
                        3°) la production de pétrole a augmenté sous chavez. Les baisses de revenus pétrolier ne sont du qu’à la baisse par 2 du prix du pétrole brut
                        4°) merci d’indiquer quelle industrie chavez a détruite ? à ma connaissance aucune. Je rappelle que seul le secteur du pétrole, de l’électricité et du ciment ont été nationalisé. La grande distribution par exemple - secteur qui est responsable des pénurie - n’est pas nationalisée et dans les mains de l’opposition putschiste
                        Avant Chavez il n’y avait peu d’industrie au venezuela. Et le fait est qu’il n’y en a toujours peu.Et c’est un problème reconnu par le gouvernement Maduro qui tente de s’y attaquer avec des partenariat noué notamment avec la Russie ou la Chine.

                        5°) sur le referendum révocatoire : vous mentez effrontement en prétendant faire croire que Maduro bloque le referendum révocatoire. C’est une commission indépendante d’ailleurs qui est en charge de l’organisé et le processus suit son cours. L’opposition refuse simplement de respecter la constitution, le nombre et le mode de receuil des signatures qu’elle fixe ainsi que les délais.


                      • Otravagamasven@gmail.com (---.---.58.123) 3 septembre 2016 20:27

                        @taktak

                        Continuez à soutenir une dictature criminelle.... Tan pis pour votre Karma ! Heureusement on n’a rien à faire de vous Ni de vos idées sectaires ni de rien. Nous on s’en sortira, Maduro ira en prison et vous vous aurez d’autres dictateurs à soutenir. Allez bon vent à vous !


                      • taktak 3 septembre 2016 21:39

                        @Otravagamasven@gmail.com

                        on n’a rien à faire de vous

                        qu’est ce que vous voulez me faire ? me jeter d’un hélico dans la mer ? me faire disparaitre ? on connait vos pratiques

                        Nous on s’en sortira

                        Ben tiens, que doit on comprendre. Nous et pas « les autres ». Quand on se souvent de vos propos xénophobe à propos de maduro « pas venezuelien »

                        Maduro ira en prison

                        Je croyais que vous étiez un démocrate. Mais bas les masques. Votre but, mettre vos opposants politiques en prison. Comme cela les choses sont claires pour tous le monde.

                        Chacun peut voir à qui on a à faire : un bon petit nervi facho, nostaligue de Perez et Pinochet, de leurs méthodes.


                      • Otrava Gamás (---.---.2.210) 4 septembre 2016 00:28

                        @taktak

                        C’est très interresant comment vous analysez, ou mieux, comment vous croyez m’analyser depuis votre point de vue. Vous vous dévoilez. J’ai pas à justifier face à vous mes dires. De toutes manières cela ne servirai à rien, car vous detenez la vérité absolu, du moins c’est ce que vous prétendez.
                        Vous rabaissez des vénézueliens qui viennent expliquer ici ce u’il se passe chez nous, parce que on parle des langues ou qu’on se sert de plusieurs ordinateurs. Waoooo quel crimes terribles !!!!
                        Par contre vous n’avez jamais mis un pied ici, ni subi ce que nous subissons au quotidien.

                        J’en sais beaucoup plus sur vous maintenant et je suis content de ne pas vous connaitre, et encore plus que surement je ne vous rencontrerai jamais.
                        Continuez à soutenir des dictateurs et des criminnels.
                        Moi je continuerai à lutter pour la liberté de mon pays.
                        Chacun son truc

                        Et pour la petite info, maduro a fait emprisoné une quarentaine de leaders d’oposition ces 3 derniers jours, sans raison précisée, et ils sont incommuniqués, non pas pu voir leurs avoats et sûrement torturés.
                        Hier il (maduro) a été hué et cacerolé à Villa Rosa, et aujourd’hui la police à fait une decente à la recherche des gens qui y avaient participé. Résultat une trentaine de personnes détenues dont des femmes des plus de 70 ans.
                        Pas très démocratique ni respectueux des lois et de la constitution tout ça.
                        Sans compter les 500 fonctionnaires déja renvoyés ces dernières semaines pour avoir signé la demande de révocatoires, ou les menaces de suspendre l’immunité des parlementaires.
                        Comme vous voyez, il gouverne au caprice et en dehors de toute légalité, et violant la constitution autant de fois par jour comme il respire.

                      • taktak 5 septembre 2016 13:45

                        @Otrava Gamás

                        Bon on a compris que OTRAVA GAMAS c’est le porte parole de Carpiles. Mêmes éléments de langage. Même désinformation.

                        Sinon pour le reste, j’ai pu lire dans les médias hispanophones sud américain pourquoi ces gens ont été arreté : certains pour la détention d’armes, d’explosif ou de costume des forces de l’ordre.

                        Des démocrates ont vous dit !


                      • Otrava Gamás (---.---.2.210) 3 septembre 2016 15:33

                        De toute manière, les chavisme est fini, Maduro ne va pas rester longtemps au pouvoir, et nous, nous pourons reconstruire notre pays


                        • baleti baleti 3 septembre 2016 19:04

                          @Otrava Gamás

                          De toute manière, les charisme est fini, Maduro ne va pas rester longtemps au pouvoir, et nous, nous pourons reconstruire notre pays


                          tu as le droit de rêver 

                          tu connais pas Mélenchon ??????
                          tu ignore les sionistes, ??????
                           
                          c’est pas moi qui te ferais confiance 

                        • Otravagamasven@gmail.com (---.---.58.123) 3 septembre 2016 20:24

                          @baleti

                          ¿Pourquoi je connaîtrai ce monsieur ? Je ne vois pas ce que cela a à voir avec la confiance. D’ailleurs que viens faire la confiance ici ? Quel rapport avec le Venezuela ? Que je sache le sujet c’est le Venezuela


                        • baleti baleti 5 septembre 2016 06:50

                          @Otravagamasven@gmail.com


                          Pourquoi je connaîtrai ce monsieur ?
                          déjà parse que tu sait que c’est un monsieur



                        • Otrava Gamás (---.---.72.228) 5 septembre 2016 11:30

                          @baleti
                          Quand on parle d’une femme, on dit MMe..... quand on utilise le nom direct, il s’agit d’un homme. c’est ça ton argument ? 

                          et j’insiste, pourquoi devrais je connaître ce monsieur ? Je ne vois pas du tout le rapport avec le Venezuela

                        • guantanamera (---.---.165.168) 4 septembre 2016 06:52

                          olvídelo otrava, el pana tiene la mente más contaminada que el guaire jeje creo que quedó claro que estaba hablando paja. Saludos smiley


                          • Ostrava Gamás (---.---.105.26) 4 septembre 2016 09:44

                            @guantanamera Si vale. Qué cosa con esta gente que cree que ayuda y lo que hace es más daño que otra cosa. En fin ! No podía quedarme callado ante tanta mentí e impresiciones


                          • Otrava Gamás (---.---.2.210) 4 septembre 2016 10:12

                            @guantanamera
                            Na guará..... Ahora es que me estoy dando cuenta el el personaje ha llegado al colmo de la ignorancia comparando a CAP con Pinochet !!!!

                            Hay pero que perniciosos son los que con tal arrogancia creen saberlo todo, y en el fondo ni idea tienen....

                          • guantanamera (---.---.53.63) 4 septembre 2016 18:44

                            Enfin, que ce soit pour Ostrava ou pour moi, le fait que des habitants du Venezuela parlent des langues ne devrait pas vous surprendre. Non le Venezuela ne se limite pas aux waraos et reggaeton... il y a des gens bien préparés et pas que des nantis.

                            Quel dommage que vous considériez que le désir d’apprendre soit l’apanage des nantis.

                            Cela explique toutefois beaucoup de choses smiley


                            • baleti baleti 5 septembre 2016 06:57

                              vous êtes juste deux sionistes


                              vous avez jamais mit un pied au Venezuela





                              • Otrava Gamás (---.---.72.228) 5 septembre 2016 11:15

                                @baleti
                                Cést quoi encore ces absurdités ???? Mais quelle tristesse de voir cette étroitesse d’esprit et petitesse de coeur. Vous avez le coeur dur et sec comme une pierre.

                                Un peuple entier est en train de creuver de faim, de maladies par la monstruosité d’un régime, et vous trouvez encore des arguments pour justifier de tels crimes ?????
                                Cela m’etonne pas que vous meprisiez comme vous le faites les pauvres migrants qui fuient la geurre dans leur pays, et viennent chez vous mais ne trouvent aucune humanité.
                                Vous, les français quand vous êtes arrivés ici pendant la guerre, et quand je dis ici, c’est en Amérique, dans n’importe lequel des pays d’amérique, sans rien, comme des migrants demandant l’asile, on vous a ouvert les portes, et on vous a accueilli les bras ouvert et le coeur aussi. Beaucoup d’entre vous avez posez vos bagages ici, aveiz fait des enfants, et même fortune. Sans notre génerosité votre sort aurai éte un autre.
                                Et voyez comme vous traitez aujourd’hui vos migrants, des gens qui comme vous il y a 60 ans fuient la guerre : comme des animaux, vous les entassez dans des camps comme s’il s’agissait de bêtes, et vous traitez mieux qu’un enfant vos chats et vos chiens, tout en les méprisant ; vous êtes une honte avec vos conneries des USA, des sionistes, des langues qu’on parle et votre coeur de pierre !!!

                              • baleti baleti 5 septembre 2016 13:38

                                je parle de sioniste, et de vénézuélien pro-sioniste


                                le peuple vénézuélien, va souffrir si les anti-maduro prennent le pouvoir.

                                ceux qui me fond le plus de la peine, c’est les intellectuel et les diplômé, de la jeunesse vénézuélienne, qui milite contre maduro
                                ils ont rien compris, ils croient au père Noël, (le rêve américain est une mauvaise plaisanterie pour les naïf )

                                vaux mieux mal manger, et garder sa dignité, que lécher les fesse de quelqu’un qui vous méprise 

                                regarde la chine,si elle avais laisser du mou a la bourgeoise, il n’y aurai jamais eu de classe moyen, et beaucoup plus de pauvre et de faim

                                la bourgeoise vénézuélienne, est naïve, en croyant que les us et les sioniste, vont travailler avec elle.vos bourgeois serons les indigène, des us, 

                                le Venezuela, et son peuple dois resté une nation libre, et non au main des sionistes.
                                c’est le sort de toute l’Amérique latine qui est en jeux

                                • Otrava gamás (---.---.44.61) 5 septembre 2016 14:01

                                  @baleti
                                  Donc pour vous, nous devons continuer à creuver de faim et mourir au nom de VOS convictions ?

                                  Non mais est-ce que vous vous rendez compte de l’énormité que vous dites ?
                                  Donc pour vous relancer nos industries ; se remettre à produire et à exporter, assainir notre économie ; avoir des emplois, travailler et manger à notre faim ce n’est pas être libres ???
                                  mais vous êtes taré ou stupide ?
                                  Si le castrisme est votre panacée, que faites vous en Europe ? ; allez à Cuba vivre selon vos désirs et arrêtez de dire des énormités !!!


                                • baleti baleti 6 septembre 2016 06:24

                                  @Otrava gamás


                                  Chavez avais compris que l’on ne dompte pas un fauve


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès