• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Zakhartchenko : « Nous avons survécu, nous nous sommes renforcés, et (...)

Zakhartchenko : « Nous avons survécu, nous nous sommes renforcés, et maintenant notre état est une force avec laquelle il faut compter »

S'adressant vendredi aux législateurs du pays, le chef de la République Populaire de Donetsk (RPD), Alexandre Zakhartchenko, a rappelé que l'objectif principal des citoyens de la RPD est la formation d'un état basé sur les principes de liberté, de conscience, de justice et d'égalité.

Alexandre Zakhartchenko a souligné que le vecteur principal de la politique intérieure de la RPD est la consolidation de la communauté.

« Nous sommes différents et c'est là que réside notre force. Nous avons des approches différentes sur un certain nombre de questions concernant la politique, l'économie, la législation et le système fiscal - tout ce qui constitue un état viable et fort. Mais nous sommes d'accord sur une chose  : La République Populaire de Donetsk est un fait accompli. Nous avons survécu, nous nous sommes renforcés, et maintenant notre état est une force avec laquelle il faut compter, » a-t-il souligné.

Le chef de la République a appelé les parlementaires à porter plus d'attention à la résolution des problèmes sociaux aigus, et à se concentrer sur le développement des domaines de l'éducation, de la santé, de l'agriculture et de l'industrie.

D'après lui, les actions les plus importantes pour aller dans cette direction sont les réformes à venir des systèmes d'éducation et de santé du pays. Afin d'y parvenir, il est nécessaire d'après lui, de retenir aussi efficacement que possible les leçons de l'expérience de l'Union Soviétique, et de prendre en compte les dernières techniques et développements ainsi que l'expérience existante à l'échelle mondiale.

Alexandre Zakhartchenko a aussi apporté une attention particulière à la lutte contre la corruption.

« Notre devoir est de couper ses têtes, et de la renvoyer dans le marécage d'où elle est venue vers nous en rampant. Ou de la renvoyer de l'autre côté de la ligne de front, » a-t-il déclaré en s'adressant aux membres du conseil populaire.

Il a souligné que les députés populaires devaient être directement impliqués dans cette lutte, puisque l'efficacité de la lutte contre les schémas de corruption dépend totalement de l'existence de lois efficaces, transparentes et honnêtes.

Le chef de l'état a appeler les membres du parlement à intensifier le travail législatif visant à créer un climat favorable à l'investissement.

« Il est très important de se souvenir que nous allons gagner cette guerre tôt ou tard. La République Populaire de Donetsk obtiendra une reconnaissance internationale et alors le nombre d’investissements augmentera exponentiellement d'année en année, » a-t-il souligné.

Parmi les domaines prioritaires pour les investissements, le chef de l'état a mentionné les secteurs d'industrie lourde traditionnels de la RPD - le charbon, la métallurgie, et la fabrication de machines. Il a attiré l'attention de l'audience sur le haut niveau de développement de l'industrie agricole de la RPD.

« Nous lançons de nouvelles fermes d'élevage, reconstruisons des fermes avicoles. Un projet de serres républicaines a été lancé, nous développons le maraîchage. Dans la perspective du développement de l'agriculture nous assurerons une pleine sécurité alimentaire de notre pays et augmenterons les rentrées du budget par l'exportation de nos produits,  » a-t-il déclaré.

Parlant des directions prioritaires pour l'année à venir, Alexandre Zakhartchenko a souligné que la tâche principale pour l'avenir proche était l'intégration économique avec la fédération de Russie.

« Ce n'est un secret pour personne que grâce au soutien constant de la nation fraternelle russe, la République Populaire de Donetsk a traversé les jours les plus difficiles. Et au nom de tous nos citoyens, je tiens à remercier les citoyens russes pour leur aide dans notre lutte pour la liberté,  » a-t-il ajouté.

À la fin de son discours, le chef de la république a appelé les députés populaires à ne pas oublier que la République Populaire de Donetsk était au tout début d'un long et difficile chemin vers la liberté et la victoire.

« Je crois en notre victoire, » a résumé Alexandre Zakhartchenko.

Source originale : https://av-zakharchenko.su/inner-article/Glavnaya-novost/Glava-Respubliki-obratilsya-k-deputatam-Narodnogo-Soveta/

Agence DONi News / Traduction officielle depuis l'anglais par Christelle Néant

Voir l'article sur DONi


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 17 décembre 2016 10:42

    Merci et courage !


    • JMBerniolles 17 décembre 2016 14:13
      Merci.
      C’est intéressant cela change des tristes rapport sur les bombardements...

      Et c’est incroyable comme les grandes lignes du programme qu’il décrit pourrait s’appliquer à la France

      • Christelle Néant Christelle Néant 17 décembre 2016 17:13

        @JMBerniolles
        Oui j’essaye de faire aussi des articles positifs et je trouve effectivement que son programme pour l’année à venir pourrait en fait s’appliquer à beaucoup de pays européens.


      • V_Parlier V_Parlier 17 décembre 2016 19:15

        @JMBerniolles
        Les peuples européens ne voudraient pas jouer le jeu. C’est bien le problème de l’Europe : Vouloir les avantages de systèmes politiques sans leurs contraintes (qu’ils soient étatistes ou libéraux). C’est la « social-démocratie » dans toute son incohérence, et qui s’écroulera bientôt dans un fracas assourdissant.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 décembre 2016 21:54

        @Christelle Néant
        Bonsoir, j’ai trouvé un article qui peut vous intéresser, il faudrait vérifier si c’est exact.

        « Les rêves brisés : l’ UE montre la porte à l’ Ukraine »

        "L’Ukraine ne recevra aucune aide militaire ni financement supplémentaire de la part de l’Union Européenne, et ses citoyens n’auront le droit de résider et de travailler dans l’UE. Cette décision a été prise lors du sommet de l’UE consacré à la question ukrainienne. Kiev devrait également oublier son statut de candidat à l’adhésion à l’UE.

        L’UE n’a pas besoin de Kiev

        Toutes les décisions étaient déjà prises avant ce sommet. L’UE n’a rien changé, mais a simplement formulé en texte clair ce qui ne fera pas partie de l’accord sur l’association. En d’autres termes, si Kiev veut détruire les restes de son économie pour le bien de l’Europe, elle peut le faire. Cependant, aucune préférence supplémentaire ne devrait être attendue du côté européen.

        L’effet de Trump

        La bureaucratie bruxelloise faisant partie du marais mondialiste ne peut pas déclarer ouvertement qu’elle n’a pas besoin de l’Ukraine. En même temps, la victoire de Trump et le reformatage du système mondial ne peuvent signifier qu’une chose : les États-Unis quitteront l’Ukraine, laissant les pays du monde russe eux-mêmes traiter cette situation. Cela conduira inévitablement au renversement du régime de Kiev et à la normalisation de la situation. L’Ukraine, dans sa configuration actuelle, est en train de vivre ces derniers mois.

        L’effondrement de Poroshenko

        Le projet d’intégration européenne de l’Ukraine était le slogan principal de Maïdan de Poroshenko et le but principal de son administration. Le fait que l’Europe a montré la porte à Kiev dit qu’il n’est pas nécessaire pour la population de souffrir plus avec les autorités actuelles, qui ont finalement détruit l’économie et la sphère sociale du pays. L’Ukraine est un des pays les plus pauvres du continent. Même aujourd’hui, les élites tentent de persuader Washington à nommer un nouveau président de l’Ukraine, mais le vieux gouvernement américain ne peut pas le faire, et le nouveau – ne le veut pas."


      • JC_Lavau JC_Lavau 18 décembre 2016 03:49

        @Fifi Brind_acier. Non seulement l’un des plus pauvres, mais des plus traversés de bandes de brigands qui vendent leur violence à qui les paie.

        Antécédent : le Kosovo.
        Je ne vois pas de solution pour ce pays. Pas de solution politique sans le préalable militaire et policier. Les Tazunis ont encore semé la ruine.

      • JMBerniolles 18 décembre 2016 09:32
        @Fifi Brind_acier

        Je crois que c’est une erreur de parler de l’UE sur cette question.
        Il n’y a pas d’unité de vue au sein de l’UE vis à vis de l’UKRAINE.

        L’Allemagne veut sans doute exploiter des travailleurs et des richesses, la Pologne et d’autres récupérer une partie de ce pays dépecé, son avenir le plus probable, et la France obéit aux ordres de l’OTAN.

        Ce qui est sûr c’est que pour intéresser l’UE il fallait une Ukraine complète avec Dombass et Crimée....

      • JC_Lavau JC_Lavau 18 décembre 2016 11:19

        @JC_Lavau. Sur l’erreur de sous-estimer les besoins en police et justice, j’ai une triste anecdote. Année 1976-77 au CNAM, unité de Gestion de la Recherche et Développement et Prévision technologique, Frédéric Ténière-Buchot nous explique un outil d’évaluation : les matrices d’influence. Application aux projets colombiens de développement économique des Llanos. FTB nous précise qu’en dehors d’une ou deux villes, c’est la loi du révolver, là-bas. Qu’il pourrait y avoir du pétrole là dessous, mais il n’y a pas eu de prospection : les américains avaient le Vénézuela et ça leur suffisait. Que les amérindiens avaient bien des méthodes de culture qui ne dévastaient rien de ces sols ferrallitiques si fragiles, mais qu’ils sont marginalisés : pas assez armés ni organisés pour la lutte armée. Puis FTB expose que ses partenaires colombiens étaient anxieux de rétablir la loi et l’ordre dans les Llanos. Or FTB triomphe contre eux : ils ont renseigné pour les matrices d’influence que que ça n’influera pas grand chose, et que pas grand chose n’influe sur cet état de fait, donc « c’est un faux problème ».


        Vous avez suivi les actualités des vingt ou trente dernières années ? Ça n’a pas eu d’influence sur la Colombie, que la loi de la cocaïne et des mitraillettes règne sur les Llanos ? Faux problème ?

        Or sur l’Ukraïne, ça fait vingt-cinq ans que le règne de la corruption dévaste ce pays. Beaucoup plus gravement encore depuis que les U.S.A. et Israël y ont installé leurs bouchers.
        L’empire USraël n’en a rien à foutre des Ukrainiens. Ce qui les intéressait était de prendre Sébastopol et de paralyser l’industrie aéronautique et militaire russe, restée dans l’intrication héritée de l’URSS. Après l’échec de cette ambition géostratégique, l’empire USraël n’en a plus rien à foutre, des habitants du pays dévasté. Seuls les voisins européens auront du souci à se faire lors du prochain accident d’une centrale électronucléaire ukrainienne. La corruption n’a pas laissé d’argent pour les maintenances indispensables.

      • roman_garev 18 décembre 2016 19:09

        @JMBerniolles
        « Je crois que c’est une erreur de parler de l’UE sur cette question. Il n’y a pas d’unité de vue au sein de l’UE vis à vis de l’UKRAINE. »

        Non, c’est vous qui ne comprenez pas la situation.
        La raison du Maïdan a été justement l’intégration avec l’UE. Pas avec la Pologne, ou l’Allemagne, ou la France, etc. Le rêve de l’Ukraine maïdanesque, c’est devenir membre de l’UE. Dans leur imagination de ruraux ignorants, cela signifie automatiquement des salaires et des pensions au niveau de l’Europe de l’Ouest (je ne comprends tjrs pas pourquoi ils ne se réfèrent jamais aux pays indigents de l’Europe Est tels que la Roumanie, la Bulgarie et autres Albanies et Kosovo, sans doute se croyant plus intelligents, plus laborieux et qu’ils « l’ont mérité, parce qu’ils font face et résistent à la Russie agressive qui soi-disant prépare une invasion à l’Europe »). 
        En tant que bonus, la possibilité de se déplacer partout en Europe, faire ses études, se reposer ou travailler où bon leur semble. 
        Et encore, il leur faut du fric et de l’armement moderne pour faire la guerre à la Russie.
        Comme ces questions sont justement à la compétence de l’UE, c’est pour des fonctionnaires bruxellois qu’ils sont aux petits soins, en se foutant d’une France ou d’une Hollande (pourtant l’haïssant presqu’autant que la Russie pour freiner leur rêve européen).

      • roman_garev 18 décembre 2016 19:14

        @JC_Lavau
        « l’empire USraël n’en a plus rien à foutre »


        Vous vous trompez. Il reste en Ukraine pas mal de ressources naturelles : la terre (ce fameux tchernoziom), le bois, les donneurs d’organes et j’en passe....

      • Christelle Néant Christelle Néant 18 décembre 2016 21:03

        @Fifi Brind_acier
        Article assez bon sauf sur l’effet Trump sur lequel je ne suis pas d’accord. Pour moi on est toujours dans la démarche de faire sortir Porochenko.


      • JMBerniolles 19 décembre 2016 09:43
        @roman_garev

        Je suis plutôt d’accord avec vous en général, mais vous avez souvent une manière un peu abrupte de voir les choses.

        Vous me parlez du suivisme de l’UE vis à vis de la politique américaine en Ukraine. Qui a exprimé à cette occasion un grand mépris pour ces pays européens vassalisés.

        Nous n’en sommes plus là. La partition de l’Ukraine est maintenant inévitable, je pense. Donc il s’agit de zones d’influence des pays voisins. Déjà les accords de Minsk II marquaient une très légère démarcation de l’Allemagne surtout par rapport aux USA. Les rapports de l’Allemagne et de la Russie comportent un volet officiel et des discussions et ententes en sous main. Le gazoduc Northstream est significatif à cet égard. 

      • roman_garev 19 décembre 2016 14:41

        @JMBerniolles

        "Vous me parlez du suivisme de l’UE vis à vis de la politique américaine en Ukraine. Qui a exprimé à cette occasion un grand mépris pour ces pays européens vassalisés.

        Je ne vous parle de RIEN DE TEL. Merci de citer. 
        Je vois que vous n’avez pas lu mon com. Pourtant, normalement il le fallait faire, avant de répondre. Tant pis.

      • roman_garev 19 décembre 2016 14:52

        @roman_garev
        P.S. En relisant mon com, je ne vois pas un seul mot de toute une rangée que vous me prêtez : suivisme, politique américaine, pays vassalisés...

        Il n’y a même pas un seul « USA » tout court.
        Vous avez dû lire quelque autre texte. Ça arrive.

      • anna anna 18 décembre 2016 10:10

        Malgré les bombardements de Kiev, Gorlovka (une ville de DNR a la « frontière » avec Ukraine) tente de survivre. Pour les enfants de Gorlovka, les habitants organisent des fêtes de fin d’année :



        *Le 22 décembre, arrivera a Donbass un nouveau convoie humanitaire venant de la Russie (le 59 ème)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès