• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Zelensky nomme Koutchma comme représentant à Minsk – Statu quo assuré (...)

Zelensky nomme Koutchma comme représentant à Minsk – Statu quo assuré ?

Alors qu’a lieu aujourd’hui la première réunion des groupes de contact à Minsk depuis l’investiture de Volodymyr Zelensky à la tête de l’Ukraine, la (re)nomination de Léonid Koutchma comme représentant en chef à Minsk ne semblait pas augurer d’une amélioration des négociations, alors que la situation sur le front du Donbass continue de se dégrader.

JPEG

La décision de Volodymyr Zelensky de nommer (à nouveau) comme négociateur à Minsk l’ancien président ukrainien Léonid Koutchma a fait couler beaucoup d’encre, et laissé dubitatives les Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL) sur une possible évolution positive de ces négociations.

Et ce, malgré les déclarations volontaristes de Léonid Koutchma après sa nomination.

« J’ai l’habitude de prendre des décisions, de les mettre en œuvre et d’en être responsable. La rencontre d’aujourd’hui avec le président ukrainien montre que j’ai l’occasion d’apporter ma contribution », a-t-il déclaré, avertissant qu’il ne voulait pas jouer un rôle décoratif.

« Si nous prenons des décisions sur place, elles doivent être mises en œuvre en Ukraine pour que nous ne soyons pas seulement présents sur place (à Minsk – NDLR », a-t-il souligné.

Côté Donbass, une vision assez pessimiste des choses a été exprimée par plusieurs officiels, tant en RPD qu’en RPL. Natalia Nikonorova, ministre des Affaires étrangères de la RPD, avait ainsi exprimé l’opinion qu’il ne fallait pas s’attendre à un changement dans la position de Kiev à Minsk.

Un point de vue partagé par le président du Comité de politique étrangère du Conseil Populaire de la RPD, Vladislav Berditchevski, qui avait expliqué pourquoi il ne fallait pas s’attendre à un miracle.

« Le plus expérimenté, Léonid Koutchma, a été renvoyé au Groupe de Contact, mais c’est inutile, il va juste parler beaucoup. Précédemment, Koutchma a dit que Donbass ne se verrait pas accorder un statut spécial. Compte tenu de ses déclarations, je peux vous assurer que l’efficacité des pourparlers de Minsk sera nulle. Il ne sera pas possible de sortir les pourparlers de l’impasse  », a-t-il déclaré/

Mais la réunion qui a eu lieu aujourd’hui semble avoir été moins catastrophique que prévue, et même positive sur plusieurs aspects, d’après le rapport de la ministre des Affaires étrangères de la RPD, Natalia Nikonorova.

«  Nous saluons les efforts déployés par la partie ukrainienne pour remanier en quelque sorte l’équipe de ses représentants officiels, avec lesquels nous avons échangé des vues et des positions sur les questions les plus importantes à l’ordre du jour des groupes de travail. Les représentants ukrainiens ont manifesté le désir d’entamer une coopération constructive, et j’aimerais que les déclarations positives soient enfin mises en pratique cette fois-ci  », a déclaré Natalia Nikonorova.

Les questions sécuritaires étaient au cœur des discussions d’aujourd’hui à cause des tirs quotidiens contre les civils de deux républiques.

« Les républiques se sont à plusieurs reprises déclarées prêtes à appuyer l’instauration d’un cessez-le-feu véritablement global et durable, mais pour être efficaces, nous insistons sur un accord rapide sur un ensemble de mesures additionnelles pour renforcer et contrôler le cessez-le-feu », a déclaré Natalia Nikonorova.

La RPD a insisté sur la nécessité d’adopter ces mesures additionnelles basées sur les recommandations de l’OSCE, faute de quoi la situation ne changera pas côté ukrainien.

Il en est de même pour le retrait des forces et des équipements militaires, qui n’a jamais pu être mis en œuvre en raison de la position de l’Ukraine. Cette mesure est également un mécanisme crucial pour l’efficacité du cessez-le-feu.

«  Aujourd’hui, au sein du Groupe de contact trilatéral, les parties ont pu se mettre d’accord et fixer une date pour le retrait tant attendu des forces et des équipements militaires sur le premier site pilote, Stanitsa Louganskaya. Selon l’accord, le 9 juin, les parties doivent envoyer une notification correspondante à la MSS de l’OSCE que le 10 juin elles sont prêtes à retirer leurs forces et leurs équipements au niveau du premier site pilote », a précisé Nikonorova.

Par contre, dans le sous-groupe de contact dédié aux questions politiques, les représentants ukrainiens ont refusé de discuter des points prévus à l’ordre du jour, utilisant les bonnes vieilles méthodes de sabotage des négociations comme à l’époque de Porochenko.

Reste donc à voir ce que les jolies promesses faites au sein du sous-groupe dédié aux questions sécuritaires vaudront dans la réalité. Car le retrait des forces de la ligne de front est promis depuis longtemps, et les engagements jamais tenus par Kiev.

La crainte exprimée par beaucoup d’officiels de la RPD et de la RPL, est que Zelensky ne fait qu’appliquer les décisions prises à l’étranger. Et que finalement, il ne décide de rien. Une position exprimée par Oleg Onopko, député du Conseil Populaire de la RPD.

« Comme tous ses prédécesseurs, Vladimir Zelensky ne tiendra pas ses promesses électorales. En termes d’hypocrisie, il n’est pas inférieur à Porochenko. Au cours de sa campagne, il a déclaré mensongèrement qu’il voulait la paix, mais il a dénoncé publiquement les principes fondamentaux des accords de Minsk une fois arrivé au pouvoir. L’Ukraine conservera sa façon de traiter le Donbass sous son règne  », a déclaré le député.

Onopko a aussi déclaré que Zelensky n’agissait pas de son propre chef, mais qu’il s’appuyait plutôt sur les intérêts américains et dépendait du clan oligarchique. Les principaux postes sont déjà occupés par des hommes d’affaires affiliés à Igor Kolomoïski, qui a financé des bataillons ultra-nationalistes et néo-nazis qui combattent dans le Donbass depuis 2014.

Un fait qui semble confirmé par une information divulguée lors de la nomination de Léonid Koutchma comme représentant ukrainien.

«  J’ai rencontré nos partenaires des États-Unis et de l’Union européenne, nous avons discuté de la question du cessez-le-feu. Nous avons une position commune sur le format Normandie et sur la manière de débloquer le processus de Minsk  », a déclaré Zelensky.

«  Nous avons des propositions précise et une nouvelle solution pour le Donbass, cependant, personne ne négociera le territoire et la souveraineté de l’Ukraine,  » a-t-il souligné.

Avant de nommer Koutchma, Zelensky semble être aller chercher ses ordres à Washington et à Bruxelles. Et la rhétorique de la «  nouvelle solution pour le Donbass » sent carrément le réchauffé, et ressemble à du Porochenko-bis (l’ancien président ukrainien qui passait son temps à proposer de changer sans arrêt de format de négociation, ou de revoir les accords de Minsk au lieu d’appliquer ce qu’il avait signé).

De plus, Zelensky a confirmé la volonté de Kiev d’intégrer pleinement l’OTAN et l’UE, alors que le Donbass est totalement contre, ce qui va là-aussi poser problème pour l’application des accords de Minsk.

Il faut ajouter que lors de sa rencontre avec Jens Stoltenberg, Secrétaire Général de l’OTAN, Zelensky s’est dit prêt à discuter avec la Russie concernant la mise en œuvre des accords de Minsk. Mais ce n’est pas avec la Russie, qui n’est que garante de ces accords, que Kiev doit discuter, mais directement avec la RPD et la RPL, les autres parties prenantes de ces accords !

L’absence de volonté de discuter directement avec les deux républiques est un mauvais signal qui n’incite pas à l’optimisme concernant la réalisation concrète des belles promesses des représentants ukrainiens aujourd’hui à Minsk.

Si Kiev échoue à mener le retrait des soldats et des armes lourdes à Stanitsa Louganskaya, ou à adopter les mesures additionnelles de contrôle du cessez-le-feu, il faudra malheureusement en déduire que Zelensky fait du Porochenko-bis.

À Volodymyr Zelensky désormais de prouver par ses actes ce que valent ses belles paroles.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • skirlet 6 juin 12:55

    Bof... Pour l’instant, Ze a l’air de compter sur ses « partenaires » otaniens pour « faire peur » à la Russie. Et de toute façon, il n’a pas l’autorité les formations nazillonnes.


    • Guy19550 Guy19550 6 juin 21:38

      Jeudi 06/06/2019
      C’est bien beau mais pas vraiment compatible avec les bombardement qui se poursuivent :
      Contact Group to discuss lifting Donbass economic blockade during next meeting
      http://tass.com/world/1061940

      Ceux qui ont le plus besoin de soulever ce problème, ce sont ceux qui n’ont pas d’alternative et donc pas les républiques :
      OSCE confirms existence of Donbass economic blockade, says special envoy
      http://tass.com/world/1062380
      Ceci dit, on peut faire des accords sur les produits, les quantités et les prix. Et par exemple, si la demande en charbon pour l’Ukraine est trop importante selon les disponibilités du Donbass, (car des dispositions ont été prises antérieurement), cela doit être clair qu’il n’y en aura pas assez. Cela vaut pour tous les produits évidemment. Par ailleurs, il faut aussi reconnaître que si les accords de Minsk traînent encore plus longtemps, qu’il serait déraisonnable de changer les accords actuels pour d’autres dont l’issue est incertaine. Autrement dit, s’il faut remuer dans la merde crée par les terroristes de Kiev, les discussions doivent porter sur du win/win et avec des garanties bilatérales. Il n’en est pas encore question pour le moment, c’est ce que je constate. Les discussions ne peuvent de ce fait qu’être informelles.

      D’autres se prononcent sur le sujet également :
      Ukraine’s Opposition Platform supports idea of lifting economic blockade off Donbass
      http://tass.com/world/1062345
      Ex-Ukrainian President denies existence of Donbass’ economic blockade
      http://tass.com/world/1062339
      Je suppose qu’il y a là un jeu de mots !

      Tonton :
      Nationalists hurl flares at Poroshenko’s home, demand his arrest for corruption
      http://tass.com/world/1062324


      • Guy19550 Guy19550 6 juin 22:05

        L’objectif de l’Ukraine est de faire rentrer de l’argent (sans doute pour acheter plus de munitions). Ben, en priorité, il doivent vendre le brol en Europe, vu que c’est leur choix. Dans l’autre sens, cela vaut également pour les achats, faut d’abord penser à l’Europe (même si c’est trop cher). S’adresser eux républiques ne peut venir en seconde position (je suppose donc qu’ils n’ont pas d’accord avec l’Europe, mais c’est à écrire noir sur blanc).


        • J.MAY MAIBORODA 7 juin 07:19

          L’Ukraine , depuis Maïdan, n’est plus qu’un théâtre de marionnettes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès