• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Gilets jaunes : les gros sabots de François Berléand
#65 des Tendances

Gilets jaunes : les gros sabots de François Berléand

« Parfois tu te demandes comment un acteur peut être aussi bon, aussi juste, aussi brillant quand il interprète les personnages de gros balourds qui lui sont souvent dévolus. Et puis un jour tu perces ce mystère grâce à une seule petite intervention radio… » (Bruno Gaccio sur Twitter).

_yartiBerleandFrancois01

Mousse médiatique. En marge de la treizième journée des gilets jaunes le samedi 9 février 2019, l’acteur François Berléand a lâché de manière abrupte sur RTL : « Moi, depuis le début, ils me font chi@r, les gilets jaunes ! ». Parce qu’il avait été bloqué sur un rond-point à cause de vingt gilets jaunes.

Le mouvement des gilets jaunes, cela fait maintenant trois mois qu’il existe, et chaque samedi, sur les ronds-points ou au centre des grandes agglomérations, des actions sont faites. À Paris, à Toulouse, à Bordeaux, à Marseille, entre autres, chaque samedi, des actes de grande violence sont commis. Les forces de l’ordre sont épuisées.

Le bilan humain est très lourd, onze décès, plusieurs milliers de personnes blessées parmi les manifestants et les forces de l’ordre (certaines blessures très graves, œil et main perdus), et un coût économique dû tant aux dégradations (à Paris, le premier adjoint les a estimées à plus d’un milliard d’euros) qu’au ralentissement économique (fermeture des commerces le week-end, etc.).

Parmi les actes de violence très graves, il y a les élus de la majorité particulièrement éprouvés par cette crise politique et sociale, intimidés à leur permanence et même parfois jusqu’à leur domicile. Le dernier en date, symbolique, fut l’incendie, le 9 février 2019, de la maison bretonne du Président de l’Assemblée Nationale, Richard Ferrand, qui a heureusement reçu le soutien solidaire de toute la classe politique, et en particulier des principaux chefs de l’opposition, à savoir Laurent Wauquiez (LR), Marine Le Pen (RN) et Jean-Luc Mélenchon (FI).

François Berléand, je l’aimais bien comme acteur dans les années 1990. Il n’était pas encore très connu, il était souvent dans des petits rôles, au cinéma et à la télévision (il a refusé l’offre de Josiane Balasko de rejoindre la troupe du Splendid), puis, à la fin de cette décennie-là, il a été consacré, prenant plusieurs premiers rôles, participant à un très grand nombre de productions (146 films, 68 téléfilms, en une quarantaine d’années de carrière, sans compter les 34 pièces de théâtre depuis 1973), obtenant des récompenses de la profession (dont le César du meilleur second rôle masculin en 2000). Sa professeure d’art dramatique, Tania Balachova (1902-1973), la même que pour Niels Arestrup entre autres, lui avait bien dit : « Vous, si un jour vous devez être connu, ce ne sera pas avant l’âge de 40 ans. ». En fait, pour lui, ce fut plutôt à l’âge de 50 ans. C’est souvent cela d’ailleurs, quand on apprécie un acteur "confidentiel", on peut être vite déçu quand il arrive dans la lumière de la célébrité, même si on est content pour lui qu’il a percé. Déçu parce qu’on est comme un peu dépossédé de cette attention. Un peu comme la fille d’un footballeur très connu qui s’aperçoit que sur le cartable de ses copines de classe, il y a des autocollants représentant son père : elles lui volent son papa !

_yartiBerleandFrancois02

La sortie radiophonique de François Berléand, soutien de François Bayrou en 2007 et du Président Emmanuel Macron en 2017, n’était pas ce qu’on pourrait appeler d’une grande délicatesse ni d’une grande subtilité. Et bien qu’il ne représente rien, ni personne, sinon lui-même (et sa réputation dont tout le monde se fiche), le paysage médiatique et internautique est ainsi fait que cet accès de bougonnerie et de mauvaise humeur devient un nouveau germe de polémique, une "séquence", qui dure le temps de quelques jours, avant de passer à la prochaine. Certains s’en font d’ailleurs les provocateurs réguliers pour promouvoir leurs "œuvres" (livres à paraître, disques, films à sortir, etc.), et ça marche d’ailleurs très bien car la notoriété est le premier atout pour vendre.

Évidemment, les soutiens des gilets jaunes ont profité de cette petite phrase pour exprimer leur dégoût en inondant l’acteur de réactions plus ou moins désagréables, au point que, effet collatéral, quelqu’un dont le patronyme ressemblait un peu trop à celui de l’acteur, s’est vu lui aussi insulter vertement. Réactions pas plus intelligentes que ce qui les faisait réagir, puisqu’en démocratie, on a a priori le droit de dire ce qu’on pense si l’on reste dans les limites de la loi (qui encadre heureusement cette liberté d’expression pour interdire les appels à la haine, les encouragements à la guerre, au jihad, au suicide, etc., ainsi que la diffamation et la calomnie).

La contre-réaction n’a évidemment pas manqué d’arriver (c’est le principe de ces polémiques médiatiques dans un verre d’eau), ceux qui sont plutôt opposés au mouvement des gilets jaunes ont crié à la suite qu’il n’y avait plus de liberté d’expression, que la demande de démocratie des gilets jaunes n’était valable que pour ceux qui étaient d’accord avec eux (le chantage sur certains ronds-points montre à quel point on peut être dans un esprit de "démocratie populaire" typique des années 1950, version soviétisée), et que le "politiquement correct" n’est pas forcément ce qu’on croit.

Aucune de ces trois phases n’est intéressante et ne fait avancer la réflexion, la phrase de François Berléand (tout le monde s’en moque, de son agacement), les gens choqués par cette phrase (prévisibles) ainsi que ceux qui se retrouvent dans l’agacement initial et choqués qu’on ne puisse pas (plus) l’exprimer sans levée de boucliers (prévisibles aussi).

Heureusement, il existe encore dans le paysage audiovisuel français des éditorialistes pertinents qui cherchent à penser sans s’occuper de leur posture (intellectuelle ou politique). C’est le cas de Geoffroy Lejeune, dynamique directeur de la rédaction de "Valeurs actuelles", qui n’était pas très tendre pour François Berléand sur LCI le lundi 11 février 2019 (le soutien à François Bayrou doit être un obstacle majeur pour apprécier l’acteur !).

_yartiBerleandFrancois03

Geoffroy Lejeune a trouvé très intéressante cette petite phrase car elle résume, selon lui, complètement le mépris des "bourgeois" à ce mouvement populaire des gilets jaunes et surtout, elle exprime que ceux-ci ne veulent absolument pas chercher à comprendre pourquoi les gilets jaunes sont en colère. Ce mépris peut se ressentir quand on évoque les 10 milliards d’euros mis sur la table par Emmanuel Macron le 10 décembre 2018 : au-delà de plus de pouvoir d’achat, les gilets jaunes cherchent aussi la reconnaissance, reconnaissance de leur existence (il y a des gens qui travaillent et qui n’arrivent pas à s’en sortir), reconnaissance aussi de leur expression en demandant de la démocratie directe.

Du reste, le fait de dire que cette crise a un coût économique très important n’est pas très efficace auprès des gilets jaunes qui se sentent justement rejetés du système qu’on voudrait consolider alors qu’ils voudraient le transformer voire le renverser.

Le journaliste a mis d’ailleurs en parallèle ce mépris et la condition de l’acteur, car finalement, François Berléand ne doit son aisance matérielle (son frigo doit être rempli, et pas par lui-même, a-t-il supputé) qu’à ces gens du peuple qui sont allés le voir au cinéma (5 millions d’entrées par exemple pour "Les Choristes").

Un tel mépris n’est pas très efficace : cela ne peut que renforcer rancœur, incompréhension et surtout, colère. Cela attise, cela clive, au lieu de rassembler, de prôner l’unité. Cela souffle autant sur le feu que les laudateurs du grand soir. C’était d’ailleurs la voie adoptée par le gouvernement pendant les deux premières semaines du mouvement et malheureusement, il a fallu attendre les graves violences du 1er décembre 2018 à Paris pour prendre la mesure de la colère et proposer d’autres réponses que l’incessant "garder le cap".

En ce sens, Emmanuel Macron a été très habile en proposant l’actuel grand débat national. Je pense que ce débat n’est pas réalisé dans l’intérêt national et surtout, qu’il ne répondra pas aux premières demandes des gilets jaunes. Mais incontestablement, cette attitude, bien plus humble que l’arrogance qu’on lui prête (injustement, le problème n’est d’ailleurs pas l’arrogance qu’il n’a pas ; au contraire, je pense que ce qui serait plutôt critiquable, ce serait son empathie pas suivie des faits), lui a permis de faire comprendre que le pouvoir était maintenant à l’écoute du peuple, au risque de s’autoparalyser pendant trois mois. Et la vive participation à ce débat national est un fait incontestable qui montre qu’il y avait un réel besoin d’expression.

La remontée d’Emmanuel Macron dans les sondages ne doit cependant pas aveugler : l’élément déterminant sera ce qu’il fera du grand débat, quelles conclusions il en tirera et avec quelle méthode. Il sera alors jugé sur sa sincérité, sur son sens des responsabilités, sur son habileté, ou sur son éventuelle …démagogie.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (12 février 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Gilets jaunes : les gros sabots de François Berléand.
Les risques d’un référendum couplé aux européennes.
Quatre idées reçues du Président Macron.
Grand débat national : un état des lieux plutôt que des opinions.
Marianne en gilet jaune sans filtre : Emmanuel Macron face aux citoyens.
L’incroyable prestation d’Emmanuel Macron à Grand-Bourgtheroulde.
Le grand n’importe quoi national selon Emmanuel Macron.
80 km/h : 116 vies humaines sauvées en 6 mois.
Vers la suppression de la limitation à 80 km/h ?
Rosa Luxemburg aurait-elle été gilet jaune ?
Institutions : attention aux mirages, aux chimères et aux sirènes !
Les vœux du Président Emmanuel Macron pour l’année 2019.
L’an 2019, la peur jaune et l’état d’urgence économique et sociale.
Gilets jaunes : un référendum sur l’ISF ? Chiche !
Strasbourg : la France, du jaune au noir.
Allocution du Président Emmanuel Macron le 10 décembre 2018 à l’Élysée (texte intégral).
La hotte du Père MacroNoël.
Ne cassons pas nos institutions !
Vive la Cinquième République !
La réforme Macron des institutions.
Non à la représentation proportionnelle aux élections législatives !
Gilets jaunes : angoisse versus raison.
Allocution du Premier Ministre Édouard Philippe le 4 décembre 2018 à Matignon (texte intégral).
Gilets jaunes : est-ce un soulèvement ?
La Révolution en deux ans.
Discours du Président Emmanuel Macron le 27 novembre 2018 à l’Élysée (texte intégral).
Gilets jaunes : Emmanuel Macron explique sa transition écologique.
Christophe Castaner, à l’épreuve du feu avec les "gilets jaunes".
L’irresponsabilité majeure des "gilets jaunes".
Gilets jaunes : démocratie des urnes et grognement des rues.
Les taxes sur les carburants compenseraient-elles la baisse de la taxe d'habitation ?
Le bilan humain très lourd de la journée des "gilets jaunes" du 17 novembre 2018.
Gilets jaunes, au moins un mort et plusieurs blessés : arrêtez le massacre !
Emmanuel Macron, futur "gilet jaune" ?
Le Mouvement du 17-novembre.

François Berléand
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 12 février 18:59

    Même pas une photo de ses gros sabots !


    • ASTERIX 13 février 08:55

      @troletbuse

      CE PORC qui a frolé le succès a 65ns vient d’ou ??????????????IL A RENIE SON MILIEU D’ORIGINE  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • Clocel Clocel 12 février 19:05

      Encore un porc gavé aux subventions publiques qui vient nous chier dessus.

      Bhââ, il est presque mort, pour certaines choses, il l’est depuis longtemps...

      C’est quand même amusant de voir des gens qui ont eu manifestement le temps de se cultiver, de méditer, de voyager, être à l’arrivée, aussi cons que le Bidochon dans son camping-car qui a passé 40 ans la tronche dans le guidon...

      Quand je pense que j’ai pu prendre du plaisir à lire un Jean-Claude Carrière au coming out fâcheux tardif, ce type qui a été au contact de ce que les hommes ont laissé de plus fin en terme de pensée et de philosophie...

      Comme quoi, il vaut mieux être un bon maraîcher qu’un penseur poussif...


      • ASTERIX 13 février 09:08

        @Clocel
        COMME GOUPIL

        statistiques EN 4 MOIS ’ 2700 BLESSES DONT LES GJ EBORGNES ET

         seuls DEUX DEPUTES MODEM ONT DIT LA VERITE (questel et ;; ; ceux de MARCHARRIERE SONT NULS COMME 99¨% DES MINISTRES
        VIRONS PHILIPPE ( afffaire poitou) castagneur (affaires pègre de marseille et GJ armes de guerre )GRIVEAUX (armes°) FERRAND ( mutuelles de bretagne )
        BEN ALLAH ET CRAZE ( trafic d’armes comme...G) ’meme pas convoqués par un juge ) LE GENDRE ’débile"
        REOUVRONS LE BAGNE DE CAYENNE ET ENVOYONS LES LABAS mais en canot a la rame COMME LES MIGRANTS)


      • Sophie Sophie 13 février 15:14

        @Clocel

        Ce qui m’étonne, c’est que les propos de cet individu étonnent. Il appartient à la Cour du Roy et se comporte comme un vulgaire courtisan. Point à la ligne.


      • Clocel Clocel 13 février 16:49

        @Sophie

        Pas faux...

        Mais que voulez-vous, quand on est « câblé ordinaire », ça fout la gerbe, on ne s’y fait pas !

        Sur un certain point, ils n’ont pas tort, à partir d’un certain niveau, nous ne sommes plus adaptables.

        Des siècles de chrétienté, des décennies de fraternité et d’espoir communiste pour à l’arrivée se faire emmerder par des zombis qui souhaitent nous maintenir à l’état larvaire, forcément, ça énerve...

        On finira par avoir l’atavisme féroce ! smiley


      • machin 12 février 19:40

        « Bruno Gaccio sur Twitter »


        Effectivement le beauf vient de se révéler...

        Je n’ai même pas été étonner qu’il ai, lui aussi la légion d’honneur...

        Un beauf à gourmette sans la rosette, en France, ça dénote.

        .

        Plus jamais un euro pour voir ce type.

        .



        • Cadoudal Cadoudal 12 février 19:45

          Une grosse merde génocidaire sorossienne comme les autres ce Bérleand.

          La seconde étape est de réveiller la majorité pro-Européenne endormie et de la mobiliser afin de défendre les valeurs sur lesquelles l’UE a été fondée.

          https://lecourrier-du-soir.com/george-soros-previent-lunion-europeenne-risque-de-finir-comme-lunion-sovietique/

          George Soros a appelé 1944 « La meilleure année de sa vie ». 70 % des compatriotes juifs de M. Soros en Hongrie, soit près d’un demi-million d’êtres humains, ont été annihilés cette année-là, mais il ne donne aucun signe que cela a mis un quelconque frein à son exaltation, que ce soit à l’époque ou rétrospectivement. Lors d’une interview avec Steve Kroft de « Sixty Minute », Soros a été interrogé sur sa « meilleure année ».
          George Soros Interview où il a admis qu’il était un collaborateur nazi :

          Il était seulement heureux d’admettre sa collaboration avec les nazis, en fait, il appelait ces jours les « meilleurs moments de ma vie ».

          KROFT : J’ai cru comprendre que vous êtes sorti avec votre protecteur qui a juré que vous étiez son filleul adoptif.
          SOROS : Oui. Oui.
          KROFT : Sorti, en fait, et a aidé à la confiscation des biens de vos compatriotes juifs, amis et voisins.
          SOROS : Oui. C’est exact. Oui.
          KROFT  : Je veux dire, cela ressemble à une expérience qui enverrait beaucoup de gens sur le canapé psychiatrique pendant de nombreuses années. C’était difficile ?
          SOROS : Non, pas du tout. Pas du tout, j’ai plutôt apprécié.
          KROFT : Pas de sentiment de culpabilité ?
          SOROS : Non, seulement des sentiments de pouvoir absolu.

          https://www.youtube.com/watch?v=W8Id0-Lsyr0&feature=youtu.be


          • Cadoudal Cadoudal 12 février 20:09

            @Cadoudal

            Il n’a pas compris que dans l’ensemble, la population autochtone d’Europe, originelle, veut de l’Europe mais pas de l’Europe actuelle de merde, pas de l’Europe dont rêve Soros avec une invasion, une submersion d’extra-européen aux mœurs sanguinaires, sans les « codes culturels » comme disent les avocats rouges.

            La peur de ce Soros sinistre, c’est que justement les partis anti-Europe actuelle arrivent à faire une vrai Europe « non africanisée ».
            ..............................

            Un très bon film avec Gabin .« Le Président » où il y a un superbe passage sur l’Europe.
            Tout est dit dans une scène mythique.
            Cadeau 5mn de bonheur !
            https://www.dailymotion.com...


          • Cadoudal Cadoudal 12 février 20:49

            @pinott
            Faut pas s’énerver mon petit si j’égratigne un peu la biographie exemplaire de ton Boss humaniste...

            Va téter les miches à mamie Clinton, ou va voir un one man show de BHL, ça devrait soulager tes aigreurs...


          • Cadoudal Cadoudal 12 février 20:54

            @Cadoudal
            « Canot pneumatique avec 100 immigrants identifiés et récupérés par les garde-côtes libyens. Tous sains et saufs, tous sont revenus là d’où ils sont partis. Bien. », a commenté le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini.

            Dans un premier temps, l’intervention des autorités italiennes et maltaises a été demandée. Toutefois, les autorités italiennes ont refusé de prendre toute mesure de sauvetage et, comme il s’agissait d’un navire se trouvant dans les eaux libyennes, elles en ont informé les garde-côtes de Tripoli.

            https://www.tpi.it/2019/02/11/migranti-soccorsi-da-libia/



          • Cadoudal Cadoudal 12 février 21:29

            @pinott
            KROFT : J’ai cru comprendre que vous êtes sorti avec votre protecteur qui a juré que vous étiez son filleul adoptif.
            SOROS : Oui. Oui.
            KROFT : Sorti, en fait, et a aidé à la confiscation des biens de vos compatriotes juifs, amis et voisins.
            SOROS : Oui. C’est exact. Oui.
            KROFT  : Je veux dire, cela ressemble à une expérience qui enverrait beaucoup de gens sur le canapé psychiatrique pendant de nombreuses années. C’était difficile ?
            SOROS : Non, pas du tout. Pas du tout, j’ai plutôt apprécié.
            KROFT : Pas de sentiment de culpabilité ?
            SOROS : Non, seulement des sentiments de pouvoir absolu.

            Même si dénoncer des juifs est bien vu dans ton milieu progressiste de punks à chiens incultes sponsorisés par tonton Soros, faut pas en faire une généralité...

            C’est vrai que parfois j’ai le fond de cale un peu gras, j’en causerais à mon second Ukrainien, envoie ton CV, avec tes dreadlocks et tes idées d’athlètes, ça nous ferait des économies de serpillière...


          • aimable 12 février 22:09

            @Cadoudal
            Film sorti en mars 1961 , cette scène était prémonitoire en la revoyant aujourd’hui je pense qu’elle n’a jamais été autan d’actualité a croire qu’il n’y a eu aucune évolution entre les deux .


          • Cyril22 13 février 13:09

            @aimable et @Cadoudal

            Cet extrait de film est absolument époustouflant, qu’il s’agisse de l’Europe des affairistes et aussi des territoires au delà des mers qui ne profitent qu’à quelques uns. Le passage sur l’homme politique qui a fait carrière dans une banque rappelle vaguement quelqu’un.


          • Dom66 Dom66 12 février 20:48

            Et hop encore un que je boycotterais smiley


            • pipiou 12 février 21:52

              Il a juste raison Berleand.

              Et en plus il n’a éborgné personne avec cette très bonne réaction.

              Mais les GJs avec toute la finesse et l’humanisme qu’on leur connait l’auront certainement menacé de mort


              • Cadoudal Cadoudal 12 février 22:02

                @pipiou
                 Forcer des femmes souvent du tiers-monde à vendre leur maternité, ça ne les gêne pas ; le statut d’esclave-pondeuse de la femme dans l’islam, ils n’ont rien à dire ; l’explosion démographique irresponsable de l’Afrique, c’est génial pour eux.
                Mais par contre que la natalité des européens reparte, c’est leur cauchemar, ils sont prêts à toutes les campagnes et toutes les caricatures pour contrer ça. Par ce que leur but est bien le génocide démographique de nos pays.

                https://www.courrierinternational.com/dessin/le-dessin-du-jour-plus-de-bebes-et-moins-dimmigres-la-hongrie-revee-dorban?utm_medium=Social&utm_source=Twitter&Echobox=1549990399


              • troletbuse troletbuse 13 février 12:44

                @Cadoudal
                Micron essaie bien de s’en faire faire un mais il ne s’est pas encore aperçu que ça ne marchait pas.


              • zygzornifle zygzornifle 13 février 07:33

                Ce n’est pas des gros sabots mais tout un troupeau ....


                • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 13 février 08:16

                  « réactions plus ou moins désagréables »... Voilà une manière bien désinvolte de décrire les milliers de messages d’insultes et les innombrables menaces de « petite visite » et/ou de mort que j’ai pu voir sur Twitter et sur Facebook.

                  Ne vous en déplaise (et n’en déplaise au journal d’extrême-droite que vous citez) mais cet épisode en dit probablement plus sur les Gilets Jaunes que sur la bourgeoisie : Berléand ne saurait être représentatif à lui tout seul du milieu auquel il appartient ; en revanche, les milliers de GJ qui ont déversé (et continuent à déverser) leur haine de Berléand sur les réseaux sociaux le sont certainement de leur mouvement.


                  • foufouille foufouille 13 février 09:09

                    @Sergeant Pepper
                    ça signifie que de nombreuses personnes sont en colère à cause du mépirs de ta bourgeoisie.


                  • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 13 février 12:24

                    @foufouille
                    Que ces personnes soient en colère n’exclut pas qu’elles soient également connes. Les propos lourdingues mais francs de Berléand ne justifient pas les appels à lui rendre « une petite visite » et encore moins les appels à lui « foutre une balle dans la tête ».
                    La colère ne donne pas un blanc-seing.


                  • Venceslas Venceslas 13 février 15:10

                    @Sergeant Pepper
                    Quand on a un train de vie de vedette de cinéma, on évite d’insulter la misère publique. Les gilets jaunes qui vont se peler les pieds (pour rester poli) ne le font pas par gaieté de coeur.


                  • pipiou 13 février 15:13

                    @Venceslas
                    Quand on a un train vie de vedette de cinéma on a quand même la liberté d’expression de n’importe quel citoyen.
                    Dehors les fascistes qui ne veulent donner la parole qu’à leurs copains.
                    Dehors les fascistes qui menacent de mort dès qu’on n’est pas d’accord avec eux.


                  • JulietFox 13 février 18:16

                    @pipiou
                    Traiter les gens qui ne sont pas de votre avis de fasciste, c’est celui qui le dit qui l’est.


                  • pipiou 13 février 20:29

                    @JulietFox
                    Ben c’est bizarre que vous ne le disiez jamais à tout pleins d’auteurs et de commentateurs Agoravoxiens smiley
                    Indignation sélective, hypocrisie ? A vot’ bon coeur


                  • foufouille foufouille 14 février 07:44

                    @Sergeant Pepper
                    on voit que tu n’as jamais été en colère dans ta vie de planqué. l’autre réaction est la dépression ou le suicide.


                  • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 14 février 13:16

                    @foufouille
                    Vous ne voyez rien du tout : je suis à 500 ou 600 € en dessous du seuil de pauvreté.
                    Mais cela ne m’empêche pas de reconnaître aux autres le droit d’exprimer une opinion qui ne me convient pas. C’est de cela que je discute. Si l’on commence à se croire autorisé, au prétexte que l’on est en colère, à menacer l’intégrité physique des gens qui nous déplaisent, les rues vont vite être jonchés de cadavres. Tiens, à ce compte-là, pourquoi ne pas juger légitime la violence dont pourraient user de soit-disant « patriotes » à l’encontre de migrants ? Eux aussi sont en colère, non ? Vous êtes d’accord avec cette idée ?


                  • foufouille foufouille 14 février 14:10

                    @Sergeant Pepper
                    ce sont juste des paroles même si c’est vrai que la colère mène effectivement à des actes regrettables mais elle ne vient pas toute seule. c’est souvent le seul moyen.
                    ce porc de bourgeois a eu ce qu’il mérite, tu le comprendras peut être au bout de nombreuses années de vacheries de la part de ces gens là.
                    mais tu deviendras certainement un bon mouton.


                  • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 14 février 14:53

                    @foufouille
                    Savez-vous que le mépris dont vous tentez de me tartiner depuis le début de cette conversion qui n’en est pas une (« ta bourgeoisie », « planqué », « tu deviendras certainement un bon mouton ») en dit bien plus long sur vous que moi ?
                    Et puis le mépris, dites-moi, n’est-ce pas justement ce que vous reprochez à Berléand ?

                    Votre personnalité un peu dédaigneuse vient de m’inciter à regarder votre profil. Pourquoi avez-vous éprouvé le besoin de préciser que vous aviez un QI de 130 ? Un besoin de vous hisser au-dessus de la masse ?


                  • foufouille foufouille 14 février 15:02

                    @Sergeant Pepper
                    c’est vrai que je réagit trop vite et ne suis pas souvent gentil.
                    ici, il y a beaucoup de multi pseudos qui défendent les ordures de bourgeois.
                    si je comprends leurs réactions que manifestement tu trouves trop violentes, tu n’en pas assez bavez pour l’instant.
                    j’ai dormis 15 jours dehors dans un fauteuil roulant cet hiver donc évites de me dire qu’il faut être poli avec ces salauds.


                  • foufouille foufouille 14 février 15:21

                    @Sergeant Pepper
                    si tu es toujours en thaïlande, tu es loin du seuil de pauvreté avec ta maison.


                  • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 14 février 15:28

                    @Sergeant Pepper
                    J’ai tapé trop vite. Je voulais dire « conversation », pas « conversion ».


                  • berry 13 février 09:38

                    Macron n’a pas donné10 milliards comme on l’entend partout, mais 5.

                    Une partie de ces 10 milliards correspond à la suppression des taxes envisagées sur les carburants, ce n’est donc pas de l’argent qui est donné par l’état, c’est simplement une augmentation d’impôt prévue en 2019 qui n’a pas lieu.

                    Comme un commerçant qui vous fait une remise. Il vous vend une paire de baskets à 100 € mais vous ne l’achetez pas, c’est trop cher. S’il vous fait une promotion à 60 €, vous allez peut-être vous laisser tenter. De là à dire que vous vous êtes enrichi de 40 €, c’est aller un peu vite en besogne.

                    Entre parenthèses, la taxe carbone n’est pas définitivement enterrée par le gouvernement. La secrétaire d’état Emmanuelle Wargon envisage de la réactiver pour le budget 2020 :

                    "Ce sujet ne doit pas être traité en catimini. Soit on reprendra la hausse en l’assumant, soit on ne la reprendra pas, mais il faut que la taxe carbone revienne dans le débat ".

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès