• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Internet ou le stratagème des chaînes

Internet ou le stratagème des chaînes

"Si la supériorité numérique de l'adversaire rend le combat inégal,
il faut l'amener à se ligoter lui-même pour le réduire à l'impuissance."
Livre des Trente-Six stratagèmes

"Nul n'est plus désespérément esclave que celui faussement convaincu d'être libre."
Johann Wolfgang von Goethe

Internet fut introduit en France vers le milieu des années 1990. Après une phase relativement brève, tout au plus deux-trois années, durant laquelle Internet est resté plutôt confidentiel, le phénomène prit rapidement son essor. On peut situer le début de son expansion en France et en Europe à la toute fin des années 1990. Stimulé notamment par une réduction du prix des ordinateurs et des campagnes de publicité massives, orientées vers un type de public masculin, plutôt jeune mais de préférence financièrement indépendant. En même temps était propagée une sorte de psychose collective quant aux conséquences terrifiantes du passage à l'an 2000 sur les systèmes informatiques et électroniques et des nombreuses catastrophes que cela ne manquerait pas de provoquer, à moins que lesdits systèmes n'aient été mis à jour avant la date fatidique du 31 décembre 1999, 23 heures 59 minutes. On nous promettait l'apocalypse : les avions allaient tomber du ciel, les trains se télescoper, cela allait être le chaos financier et boursier planétaire et il n'était pas exclu que les missiles nucléaires russes et américains, jusque-là bien sages dans leurs silos, ne deviennent subitement fous et ne décident, de leur propre initiative, d'en sortir pour venir semer partout la mort et la destruction. Les organismes de formation se mirent à proposer des formations en informatique, de qualité très variable, il est vrai, mais on embaucha néanmoins ces informaticiens fraîchement formés à tour de bras. [1] [2]

Cela eut surtout le mérite, pour le cas qui nous intéresse, d'apprendre à ces gens à maîtriser suffisamment un ordinateur pour rejoindre ensuite les rangs de la grande armée des pionniers du "surf sur Internet", qui sauront plus tard initier leur entourage, femmes, enfants, parents et amis aux rudiments de la navigation. Le pays entier a ainsi fini par s'y mettre.

À la même époque, dans les milieux de la finance et du grand capital, on se préparait également au passage à la monnaie unique européenne, on négociait des alliances stratégiques et on investissait dans les télécommunications, l'informatique et plus généralement, ce qu'on appelle à présent les TIC (Technologies de l'Information et de la Communication) ; les start-ups poussaient comme des champignons, les vannes du crédit étaient grandes ouvertes, des entrées en bourse de plus en plus spectaculaires d'entreprises qui parfois n'avaient pas un mois d'existence provoquaient la frénésie des traders, toute cette fièvre générant l'énergie et les capitaux nécessaires à la mise en place de l'infrastructure du Grand Réseau, et, au-delà, de l' "économie virtuelle" qui est la nôtre aujourd'hui.

Les ordinateurs étaient déjà là depuis les années 1980, le plus souvent esseulés, tristes et malheureux. La plupart du temps, on les considérait comme un genre un peu capricieux de machine à écrire, mais pouvant, à l'occasion, faire gagner un temps considérable à la photocopieuse, qu'on passait ensuite à jouer au démineur ou à se pâmer sur les mérites de l'informatique autour de la machine à café. Ne restait plus en fait qu'à connecter ces ordinateurs entre eux, mais l'infrastructure faisait encore largement défaut. Elle fut pourtant déployée grâce aux conditions citées précédemment, avec une spectaculaire rapidité, compte tenu des coûts, des superficies, et du travail qu'une telle entreprise représentait. Pensez donc : si on se connectait encore en majorité par modem jusque vers les années 1998, l'ADSL arriva en région parisienne à la fin des années 1999, et fut étendu à toute la France en 5-6 ans. La même évolution s'est produite à peu près au même moment dans tout le monde "occidental", ou du moins, occidentalisé. L'aspect logiciel et humain de l'infrastructure Internet fut également mis à niveau dans la foulée, avec une célérité non moins impressionnante.

Certains pays ont fait mieux encore ; ainsi, le Japon, la Suède, ou la Finlande disposent d'un réseau de fibre optique national, progressivement mis en place depuis les années 1994, c'est à dire, presque immédiatement après la mise au point du World Wide Web. Actuellement, le Japon est largement en tête, avec environ 14 millions d'abonnés à ce type de connexion ; chose surprenante, la Russie avait déjà dépassé la Suède dès 2008 en nombre d'abonnés. [3] Même en Afrique, continent pourtant très peu impliqué jusque-là sur Internet, on voit aujourd'hui des projets d'installation de câbles optiques un peu partout : Afrique du Sud, Madagascar, Togo, Gabon, Sénégal, Côte d'Ivoire, chacun semble s'y mettre. [4]

Et pourtant... Internet apporte-t-il l'accès à l'eau potable, à la stabilité politique, aux traitements médicaux, protège-t-il du pillage des ressources naturelles et de l'exploitation des populations, permet-t-il d'en finir avec la faim dans le monde ?

Quelques données statistiques

En 2000, les statistiques donnaient environ 20 millions d'internautes en France ; en 2011, on atteignait quasiment les 40 millions. Si bien que les deux tiers des Français disposeraient actuellement d'une connexion Internet. 92% d'entre eux se connecteraient tous les jours ; le temps moyen passé chaque jour sur le net serait d'environ 3h57 (au travail et à domicile). Au niveau des usages, on constate une large prééminence de l'aspect divertissement. Ainsi, Facebook peut se vanter d'avoir 23,2 millions d'utilisateurs rien qu'en France (et 217,6 millions en Europe) ; Google video serait le site préféré des Français, qui consommeraient en moyenne 12h48 de contenu vidéo par mois via Internet. Enfin, le cumul des heures de jeu vidéo en France serait de 27 millions d'heures par jour (dont 59% via Internet). [5]

L'engouement pour ce nouveau média est tel qu'il est sur le point de ravir la première place à la télévision, encore média préféré des Français, mais de peu, et même déjà plus selon les sources. En ce qui concerne cette dernière (98,5% des foyers équipés, dont 53,1 posséderaient même plusieurs postes TV), on continue à en consommer en quantité considérable, puisqu'on parvient tout de même à y consacrer pas moins de 3h32 par jour. [6]

TF1, France2, France3 et M6 cumulaient environ 65,4% de l'audimat en 2009  ; en termes de contenu, en 2010, hors chaînes d'information I-télé et BFM, le CSA nous fournit les données suivantes :

  • 38% de "fiction audiovisuelle" (dont 78% consacrés aux séries et feuilletons télévisés)
  • 20% de "divertissement, musique, spectacle"
  • 14% de "autres émissions", qui comprennent : bandes-annonces et autopromotion, les messages d'intérêt général, les éléments de programme et l'habillage, les émissions de téléachat et enfin, la publicité.
  • 3% de cinéma
  • 1% de sport

Soit 76% de divertissement, dont grosso-modo 14% de publicité.

Les 24% restants correspondent aux catégories "informations" (5%) et "magazines et documentaires" (19%). Cela dit, vu la prééminence du fait divers dans le JT, l'information réelle doit à peine y occuper 1 ou 2%, encadrés par deux séries de publicité longues de 5 minutes chacune et de la météo. Il n'est donc pas déraisonnable de supposer que les mêmes proportions sont appliquées à toute émission télévisée à prétentions informationnelles. [7]

Cependant, le plus préoccupant dans cette affaire est le fait qu'en dépit de la popularité croissante du Net, la télévision ne recule pas tant que cela. Ce qui signifie que l'on passe en moyenne autant de temps sur l'un que sur l'autre.

À quoi nous sert Internet ?

Mais revenons, si vous le voulez bien, à Internet. Ce média interactif devait "révolutionner" notre vie en permettant à des milliards d'individus à travers le monde de communiquer en temps réel, d'abolir la notion de distance, mettre le savoir à la disposition de tous, changer radicalement notre façon de penser, de communiquer, de travailler, etc. Qu'en est-il de nos jours, une quinzaine d'années après son introduction dans nos foyers ? Quels bénéfices réels en avons-nous tiré ? À quoi nous sert-il, au fond ? Le site “topito.com” nous propose une réponse intéressante, et probablement pas très éloignée de la vérité.

Le trafic mondial quotidien en termes de messages électroniques était estimé à 294 milliards en 2010, dont 90% de messages indésirables, appelés "spam" dans le jargon informatique. En France, chaque personne ayant un compte mél recevrait en moyenne 39 méls par jour. [8] En dehors de cela, il faut encore tenir compte des messageries instantanées, des forums et de la téléphonie IP, dont le faible coût (hors celui de l'ordinateur et de l'abonnement Internet, bien sûr) semble en faire un réel progrès par rapport au téléphone classique. Ainsi, Skype comptabiliserait 700 millions de minutes par jour de conversations gratuites compte à compte via son logiciel et compterait envron 30 millions d'utilisateurs en ligne en heure de pointe (ce qui, par rapport aux 2 milliards d'internautes dans le monde reste tout de même relativement réduit, surtout si on tient compte du fait que Skype se lance automatiquement au démarrage du PC par défaut). [9] Pas de doute, avec tous ces outils nous sommes en effet "connectés" ; on bavarde, mais se parle-t-on réellement pour autant ?

Pour les autres usages d'Internet, il apparaît d'après les données d'un sondage Orange / CSA récent que 76% des internautes français s'informent sur des portails du type MSN ou Google actualités, et 70%, sur les sites des grands médias comme Le Monde ou Le Figaro. La majorité des personnes interrogées auraient déclaré préférer les "médias numériques" pour se tenir au courant de l'actualité (blogs et réseaux sociaux 24%, sites grands médias 20%, portails 16%), tandis que les blogs et réseaux sociaux seraient plutôt utilisés pour relayer et discuter l'information ainsi obtenue. Les qualités les plus prisées des médias dits numériques seraient la rapidité de l'accès à l'information et la possibilité de la "suivre en temps réel", ainsi que de "pouvoir à peu près tout trouver" (l'accès à l'information "indépendante" ne préoccuperait que 12% des sondés). [10]

L'examen des différents classements des sites les plus fréquentés en France laisse peu de doute quant à la réalité : le divertissement, l'entertainment, comme on dit outre Atlantique prédomine largement. Dans le classement thématique fourni par Harris Interactive, on constate que dans la rubrique "Actualités, informations généralisées", Le Monde, 20minutes.fr et TF1 News tiennent le haut du pavé [11], ce qui d'ailleurs reflète bien ce qui se passe en dehors d'Internet, et révèle un étrange paradoxe, puisque d'après le baromètre de confiance dans les médias TNS-Sofres, la confiance serait en baisse en ce qui concerne les médias traditionnels, tandis qu'elle serait en hausse en ce qui concerne la confiance accordée à l'information sur Internet. À quoi bon aller consulter en ce cas les sites des mêmes officines dont on déclare qu'elles dispensent une information moins digne de confiance et à la fois de moins bonne qualité ? [12] On peut aussi poser la question autrement : y a-t-il réellement autre chose à consulter ?

Oui et non. Dans l'immense et informe magma informationnel qui s'étale sur le web, il y a certainement des choses valables ; le tout est de les trouver dans la grande masse de redondances, de données sans intérêt, de sites et de liens morts ou mal référencés. Qui dépasse la troisième page de résultats fournie par Google après une recherche ? On préfère en général en relancer une, en modifiant quelques critères, ou bien, passer à autre chose. Autant dire que la navigation est soit téléguidée par Google (ce qui signifie que l'on ne trouve que ce que Google veut bien nous laisser trouver), soit se fait de lien en lien (ce qui limite considérablement l'espace potentiel de navigation). Enfin, il faut aussi tenir compte du temps à investir pour exploiter l'information jugée valable, ce qui est une barrière des plus dissuasives. Qui dispose de trois heures par jour pour chercher, trier, sélectionner et lire ? Autant le dire tout net : il est souvent beaucoup plus efficient, à tout point de vue, de recourir à des méthodes plus "archaïques" (ouvrages, essais, travaux universitaires, revues spécialisées).

Internet : un gigantesque bazar international ...

Au vu de toutes ces données, il y a de quoi se poser de très sérieuses questions quant à l'utilité réelle de cet étrange média. Pour la grande majorité des utilisateurs, il semble n'être qu'une "télévision 2.0" , avec l'interactivité en plus. Google ne serait alors, au fond, qu'une sorte de super-télécommande, qui nous fournit à la demande à peu près tout ce que notre cerveau ramolli pourrait exiger pour distraire son ennui : blagues idiotes, actualité people, contenu audiovisuel de tout type, jeu vidéo, amis virtuels, musique pop gratuite, pornographie, rencontres, horoscopes, infos pratiques, etc. Très peu en revanche d'information politique sérieuse ou de ressources scientifiques, vulgarisées ou non. Elles existent, mais sont relativement sporadiques par rapport au reste, et il faut savoir les trouver ; par ailleurs on constate que la plupart des universités protègent leurs ressources documentaires, qui ne sont pas accessibles à l'internaute de base, ou bien seulement contre paiement. Pour le non initié ou le vulgaire, Wikipédia tient lieu de bible de l'information et du savoir, et cela suffit à le contenter. Quelques sites intéressants existent bel et bien, mais n'ont qu'une audience assez marginale et peinent à se faire connaître.

Il faut bien reconnaître, tout de même, qu'Internet est un bon outil pour "suivre l'actualité". On sait à peu près immédiatement, et en temps réel, certaines choses qui se passent dans le monde... celles qui traversent le filtre des agences de presse. Les nouvelles de la mort de Ben Laden ou de Kadhafi ont fait le tour du monde en moins de 10 minutes. Cela dit, où est l'intérêt ? Nulle part. Cette sorte d'actualité-là est de toute façon recrachée sous une forme quasiment identique par à peu près tous les journaux, toutes les chaînes d'informations et toutes les radios, à leur heure habituelle de diffusion. Les informations que la foule ne doit pas connaître ne filtrent pas davantage sur Internet qu'ailleurs, pas plus qu'elles ne sont diffusées avant qu'elles n'aient perdu toute valeur. Quant à l'analyse, et plus encore, la synthèse de cette actualité, c'est au consommateur de s'en charger. Sachant que le consommateur ordinaire en est parfaitement incapable, on aurait de bonnes raisons de se demander si, en fait d'actualité, il ne s'agirait pas plutôt de propagande.

"Être informé de tout et condamné ainsi à ne rien comprendre, tel est le sort des imbéciles."
Georges Bernanos, La France contre les robots, 1947

En dehors de cela, le seul point réellement positif est probablement celui du "commerce électronique" (qu'on désigne de plus en plus souvent par le néologisme e-commerce) ; il est en effet pratique, rapide et efficient d'acheter des choses par l'entremise du web. Les sites de vente d'occasion sont généralement bien faits et efficaces. Pour commander un bibelot ou un disque, avec livraison directe à domicile, il n'y a que l'embarras du choix en termes de sites de vente. De plus, c'est moins cher qu'à la FNAC locale et le choix est extrêmement vaste. On peut même dénicher des produits assez difficiles à trouver, certains livres rares, par exemple, ou certains types de produits manufacturés dont la maintenance n'est plus assurée par le fabricant (pièces détachées, notamment). Grâce aux grandes avancées en termes de logistique et de transport acquises durant la période comprise entre la fin de la 2ème guerre mondiale et le premier choc pétrolier, Internet peut se vanter d'avoir réussi, dans une large mesure, son pari d'abolir la notion de distance dans le domaine spécifique de la vente par correspondance (pour celui de la communication, le crédit revient au télégraphe). On peut commander presque n'importe quoi n'importe où depuis son ordinateur (ou même son iPhone) et le recevoir chez soi dans un délai en général assez court. Pour les produits immatériels, tels que le contenu audiovisuel ou logiciel, c'est encore plus simple, puisque grâce aux récents progrès en termes de débit, on peut les télécharger directement sur son disque dur, en quelques minutes pour les fichiers les plus volumineux (allez, quelques heures pour un Blu-ray). C'est indéniablement un immense progrès pour les consommateurs du monde entier.

En fait, il apparaît assez clairement que le Net semble avoir été pensé sur mesure pour ce type d'individu particulier, qui aujourd'hui prédomine largement au sein de nos sociétés post-modernes : le consommateur. Sommes-nous bien sûrs, d'ailleurs, de réaliser ce qu'est un consommateur et ce qu'il implique d'en être un ? Étymologiquement ce terme provient du latin consummare qui signifie faire la somme de, achever, accomplir. La version anglaise de ce terme, consumer, provient, quant à elle du verbe français consumer, lui-même du latin consumere, qui a un sens différent. Si la racine de consummare est évidemment summare, qui signifie faire la somme de quelque chose, consumere signifie quant à lui "absorber entièrement, faire disparaître, détruire (au sens propre et figuré)", par exemple, par le feu. [13]

Il semblerait qu'à un moment donné une confusion ait été réalisée en France par les latinistes médiévaux entre consummare et consumere, ce qui explique l'étymologie légèrement différente des mots français consommateur et anglais consumer, qui semble plus proche de la réalité de ce qu'implique de nos jours le fait de consommer des produits, dans sa version communément acceptée, c'est à dire, tout simplement, détruire des ressources pour satisfaire des besoins. Il découle du paragraphe précédent, que nous avons de bonnes raisons de considérer que le terme anglais est plus approprié, et que nous devrions non pas dire consommer, mais bien consumer, et qu'un consommateur devrait plutôt être un consumeur. Le terme français consommateur signifie au sens étymologique totalement autre chose, et le verbe consommer tel qu'il a été employé dans les Évangiles, lors de l'épisode du Christ expirant sur la croix et s'écriant "Tout est consommé !" est à comprendre comme un accomplissement.

Du point de vue de l'économiste, on distingue la consommation intermédiaire, qui décrit une situation où le bien consommé l'est dans le cadre d'un processus de création d'un autre bien ou service, et la consommation finale, qui correspond à un usage personnel privé, et qui est le cas qui nous intéresse ici. Du point de vue du marketing, le consommateur est à distinguer du client, de l'utilisateur et de l'usager, qui ne sont pas forcément les mêmes, le juriste s'attache à la notion de contrat entre personnes physiques ou morales, qui intervient dans tout acte de consommation, ne serait-ce qu'au moment du paiement. Tout cela est très intéressant et légitime, mais pour nous, qui sommes des gens ordinaires et non économistes, publicistes ou juristes, il manque quelque chose pour bien définir de quoi il est question quand on parle de consommer.

La notion économique de consommation finale est probablement celle qui est la plus proche de notre réalité quotidienne ; mais celle-ci, telle que présentée plus haut, est trop primaire, quoique certainement suffisante dans un scénario du type Robinson sur son île. C'est comme si il manquait à cette définition un aspect immatériel, mais néanmoins fondamental, qui intervient dans le fait de la consommation, et que chacun des individus enrégimentés dans les hordes de consommateurs qui constituent le gros de nos sociétés de consommation appréhende confusément, sans parvenir à décrire bien précisément de quoi il s'agit. On se rassure en regardant les autres faire. Après tout, si ils consomment et n'en souffrent pas, pourquoi ne le ferais-je pas aussi ? C'est le sociologue et philosophe Jean Baudrillard qui nous donne la réponse que nous cherchons :

"Les objets en particulier n'épuisent pas leur sens dans leur matérialité et leur fonction pratique.

Leur diffusion au gré des finalités de la production, la ventilation incohérente des besoins dans le monde des objets, leur sujétion aux consignes versatiles de la mode : tout cela, apparent, ne doit pas nous cacher que les objets tendent à se constituer en un système cohérent de signes, à partir duquel seulement peut s'élaborer un concept de la consommation. C'est la logique et la stratégie de ce système d'objets, où se noue une complicité profonde entre les investissements psychologiques et les impératifs sociaux de prestige, entre les mécanismes projectifs et le jeu complexe des modèles et des séries, qui sont analysées ici." [14]

Nous y sommes. Ce qui nous importe, quand nous achetons un objet, ce n'est pas tant l'objet matériel lui-même, mais bien davantage le signe, le mème, le prestige, la symbolique ou la représentation affective qui lui sont associés. De ce point de vue-là, Internet, avec ses innombrables sollicitations, son "interactivité" , ses "réseaux sociaux" , ses marchands par correspondance, ses algorithmes sophistiqués qui, en se basant sur nos comportements en ligne et nos historiques de navigation, nous cataloguent et nous poussent imperceptiblement là où nous aurons le plus de chances de trouver satisfaction à nos besoins sociétaux, Internet constitue un formidable outil d'encadrement et de tri spécifiquement conçu pour ce type particulier d'individu que dans la novlangue postmoderne on appelle consommateur. Il distrait, occupe et met en relation des consommateurs ayant des préférences similaires, mais aussi ces mêmes consommateurs, agrégés cette fois par catégories de préférences, besoins et caractéristiques culturelles proches et marchands. Il est à la fois le comité d'accueil, le vendeur, le publicitaire, le catalogue, le vigile et la structure d'une sorte de grand bazar virtuel planétaire, par l'entremise duquel on peut trouver à peu près n'importe quoi.

"Comme la société du Moyen-Âge s’équilibrait sur Dieu et sur le Diable, ainsi la nôtre s’équilibre sur la consommation ET sur sa dénonciation."
Jean Baudrillard, La société de consommation, 1970

... et un outil de surveillance et de contrôle des populations hors pair.

Ce thème hautement sensible ne fait jamais la une des grands quotidiens, journaux télévisés, ou grands magazines, mais il devrait pourtant nous préoccuper sérieusement. Or, qu'en savons-nous, au juste ? Tout le monde a plus ou moins entendu parler du "Big Brother" décrit par Orwell dans 1984, mais peu nombreux sont ceux qui réalisent à quel point nous sommes proches de son avènement, peut-être même celui-ci a-t-il déjà eu lieu. Certes, on entend bien parler, de temps en temps, d'atteintes à la "vie privée", mais il s'agit là d'un pieux euphémisme. On aurait bien tort de croire que l'interactivité tant vantée d'Internet ne fonctionne qu'à sens unique, à savoir, de notre ordinateur au Réseau ; l'inverse fonctionne également et plus que jamais. De même, l'informatique a rendu possible la coopération et l'interaction entre des systèmes qui, jusque-là, étaient plus ou moins isolés : réseaux d'ordinateurs, satellites, téléphones portables, caméras de surveillance, drones militaires, etc.

Potentiellement, tout objet programmable est susceptible de communiquer avec un autre objet programmable. Si on mettait un micro-processeur dans votre frigo et qu'on connectait votre frigo à votre iPhone, vous pourriez manipuler le premier au moyen du second. Si on mettait un dispositif quelconque, par exemple une puce RFID, dans chacun des objets contenus dans votre frigo, celui-ci pourrait en transmettre la liste à votre iPhone, et pourquoi pas, à votre épicier. Ce qui signifie qu'il pourrait aussi la transmettre à la CIA. Tout cela a des implications colossales, que tout informaticien est capable d'appréhender, mais il y a de grandes chances qu'il les voie sous le seul angle technique et n'en soit pas alarmé pour autant. Quand bien même il le serait, que pourrait-il y faire ? On ne respecte l'opinion des techniciens qu'aussi longtemps qu'elle se cantonne à leur domaine technique particulier.

La mise en place d'un système de surveillance technologique global et efficient, même avec les technologies actuelles, nécessite des ressources considérables. Même en ayant des crédits illimités, il serait difficile d'exercer une surveillance permanente et sans faille sur des millions d'individus, et il est probable que ce ne serait pas la solution optimale. Les régimes totalitaires y étaient parvenus bien avant la découverte de l'informatique, avec des moyens essentiellement humains, mais au prix de lourdes contreparties. Dans nos sociétés dites "démocratiques", il est impossible de recourir à ce type de méthodes sans en même temps détruire le mythe libertaire qui caractérise le régime. C'est pour cette raison que la surveillance doit être indolore et imperceptible, puisqu'elle n'est pas censée exister, mais en même temps efficace, sinon à quoi bon surveiller ? C'est là qu'interviennent les réseaux, et Internet, le réseau de réseaux.

L'analyse des historiques de navigation des internautes permet de trier les éléments potentiellement déviants de façon très rapide et efficace. Techniquement, il n'est pas même nécessaire de "rentrer" dans votre ordinateur pour avoir ces données, puisqu'elles transitent forcément par votre FAI. Il n'y a donc qu'à les "demander" au FAI, ou, à la limite, au moteur de recherche (Yahoo ! semble particulièrement conciliant sur ce point). C'est la raison d'être de lois comme le Patriot Act aux États-Unis et DAVDSI, LOPPSI ou HADOPI en France. [15] Mais il existe des tas de moyens de s'en passer, par exemple, la contrainte pure et simple vis à vis du FAI ou l'introduction de programmes-mouchards dans les ordinateurs des usagers. Toujours est-il qu'à partir du moment où on peut effectuer un tri préalable que l'internaute fait de lui-même, sans se rendre compte de rien, la tâche est dans une très grande mesure facilitée pour les surveillants. Il suffit alors de désigner certains sites comme étant "sensibles", pour restreindre automatiquement le champ de la recherche à ceux qui les visitent ; la plupart des webmestres le font d'eux-mêmes, grâce aux métadonnées et à divers outils de tagging, dans le souci d'attirer les visiteurs.

L'adoption aux États-Unis du Patriot Act, peu après les attentats du 11 septembre, a provoqué un tollé, mais le fait est que cette loi est toujours en vigueur, et que rien de déterminant n'a été entrepris pour le faire abolir. Qui, d'ailleurs, en aurait le pouvoir ? Vous ? Censée expirer en 2011, celle-ci a été prorogée par le président Obama jusqu'en 2015. Ces attentats étant décidément un prétexte bien commode, on en a profité pour également lancer un projet baptisé Total Awareness Information System, qui n'est rien d'autre qu'une vaste entreprise de cyber-espionnage à l'échelle de la planète entière. Celui-ci a été officiellement abandonné en 2003, mais en réalité, l'officine chargée de son développement, le Office of Information Awareness a simplement changé de statut ; elle est maintenant une entreprise privée et "proche" du Pentagone. [16], [17], [18] Les dispositions permises par le Patriot Act et le programme Total Information Awareness constituent de fait la suspension pure et simple du quatrième amendement de la constitution des États-Unis. Le but, officiellement, serait la prévention d' "actes de terrorisme" , mais officieusement, cela ressemble fort aux premières dispositions législatives qu'il conviendrait de prendre si l'on voulait mettre en place une dictature. [19] Notez qu'en France, un projet similaire au TIA existe aussi ; il s'agit du fichier "Edvige" . [20]

L'espionnage de tout un chacun par Internet ne se fait pas seulement dans les bases de données, les historiques de navigation, l'analyse comportementale et les données personnelles recueillies par des agences de renseignement étatiques. Tout le monde peut peut constater la prolifération, ces derniers temps, dans nos rues et sur nos lieux de travail, de caméras de vidéo-surveillance, censées nous protéger des délits, du crime et du terrorisme. Officiellement, du moins. Il existe aujourd'hui des logiciels qui permettent l'identification biométrique visuelle des individus. Ainsi, grâce à quelques caméras "intelligentes" placées par-ci, par-là, dans toute la ville, il est possible de repérer tout éventuel suspect, même dans une foule, à condition d'avoir une photographie adéquate. Quand vous êtes allé faire renouveler votre passeport ou votre carte d'identité, on a pris de vous sur place une photographie "biométrique", qui est justement le type de photographie qui rend possible votre identification visuelle par ces caméras qu'on installe partout. [21] Nos mairies sont devenues les antichambres du stalag.

D'ailleurs, savez-vous qu'à condition d'être majeur et citoyen de l'Union Européenne, vous pouvez, grâce à Internet, prendre le contrôle d'une caméra et surveiller vos concitoyens, dans le but de combattre le crime ? Le rêve de tous les apprentis délateurs est devenu réalité, grâce à l'entreprise Internet Eyes. Les crétins qui font cela, et il s'en trouve bien plus qu'on ne le penserait, sont si motivés qu'ils sont même prêts à payer pour le faire. On ne plaisante pas avec la sécurité ! Les réactions, pleines d'ingénuité, de certains médias décrivant cette effroyable réalité sont édifiantes... [22]

"Il y a énormément de caméras de surveillance au Royaume-Uni mais personne ne regarde réellement les images. Alors je me suis dit : pourquoi les internautes ne pourraient-ils pas surveiller ces caméras, à distance ? Et c’est un succès. En un mois, nous comptons déjà plus de 2000 utilisateurs."
Tony Morgan, fondateur d'Internet Eyes

"Il était terriblement dangereux de laisser les pensées s'égarer quand on était dans un lieu public ou dans le champs d'un télécran. La moindre des choses pouvait vous trahir. Un tic nerveux, un inconscient regard d'anxiété, l'habitude de marmonner pour soi-même, tout ce qui pouvait suggérer que l'on était anormal, que l'on avait quelque chose à cacher. En tout cas, porter sur son visage une expression non appropriée (paraître incrédule quand une victoire était annoncée, par exemple) était en soi une offense punissable. Il y avait même en novlangue un mot pour désigner cette offense. On l'appelait facecrime."
George Orwell, 1984

Internet a des yeux, mais il a aussi des oreilles. [23] Le système ECHELON, qui commence à dater, est pourtant bien vivant. Issu de la coopération anglo-américaine dans le domaine du renseignement militaire (accord UKUSA) et employé à l'origine contre l'Allemagne nazie, ce puissant système d'écoute et d'interception est bien vite réorienté contre l'ennemi soviétique. Cependant, tout comme l'OTAN et bien d'autres structures occidentales, il ne disparaît pas à l'issue de l'éclatement de l'URSS. Techniquement, aujourd'hui c'est un ensemble tentaculaire de systèmes hautement sophistiqués d'écoute et d'interception de messages de toute origine, qui cible toutes sortes de dispositifs de communications, et pas seulement d'origine étatique : câbles sous-marins, satellites, réseaux informatiques privés, réseaux hertziens et, bien évidemment, Internet. La vaste majorité des messages transitant par ces canaux ne sont aucunement sécurisés, et la seule réelle difficulté est d'en faire le tri. Cependant, l'automatisation du traitement de l'information permise par les technologies informatiques actuelles permet d'éliminer cet obstacle, en tout cas dans une mesure suffisante pour justifier l'entretien de ce monstrueux système d'écoute planétaire. Pour ce qu'on en sait, il serait dirigé par la NSA, mais serait également accessible aux autres États anglo-saxons du pacte UKUSA (Royaume-Uni, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande) ; il serait employé notamment à des fins d' "intelligence économique" , c'est à dire, d'espionnage industriel, mais également de surveillance de citoyens ordinaires jugés dissidents. [24], [25] Jamais (trop) en retard sur ses idoles anglo-saxonnes, la France est en train de développer sa version de ce système, que nos barbouzes ont appelé HERISSON. [26]

Enfin il est techniquement très facile d'établir un lien entre votre état-civil, votre carte de crédit, et les paiements que vous effectuez avec. C'est basique, il n'est nécessaire pour cela que de quelques informaticiens et d'un ordinateur pour effectuer le recoupement entre les différentes bases de données. Il est tout aussi simple de vous localiser à tout moment grâce à votre téléphone mobile, qui, même éteint, continue de faire bravement son travail de mouchard (la seule solution pour le désactiver pour de bon serait d'en ôter la batterie). [27] Et tout cela instantanément, depuis n'importe quel point d'accès, grâce à quelques logiciels et Internet. C'est même accessible à tout un chacun de nos jours, essayez donc : Google Latitude.

"Bienvenue dans le monde réel."
Morpheus

Internet : la Grande Machine à décerveler 2.0

Les esprits chagrins attribuent traditionnellement ce rôle à la télévision. En ce qui concerne Internet, l'opinion générale voudrait plutôt qu'il soit l'exact inverse, parce qu'il force à lire, à interagir avec lui, à rechercher l'information, qu'il nous met en contact les uns avec les autres, ce serait bien plus qu'un outil, ce serait une révolution. Et caetera. Mais en fait... non. Tout comme la télévision, Internet nous abrutit. La différence, c'est que les mécanismes mis en œuvre sont différents. À ce stade, une petite mise au point taxinomique s'impose. Le terme Internet, désigne en réalité deux choses différentes, qu'il devient de plus en plus important de bien distinguer entre elles. Au sens technique, matériel, propre du mot il s'agit de la mise en réseau d'une multitude de réseaux différents à travers le monde. Ce super-réseau, en soi, ne constitue qu'une plate-forme, complètement neutre, où on peut mettre tout ce qu'on voudra. Actuellement, elle sert surtout de base à l'Internet, au sens immatériel du terme, en tant que concept logique et virtuel ; en réalité, cette chose que nous appelons abusivement "Internet" s'appelle le World Wide Web, ou encore, le Web, la Toile. [28] Il serait plus exact de dire simplement "le Net" , plutôt que "Internet" , quand on fait référence à cet objet (on pourrait tout aussi bien dire "la Matrice", comme l'a nommé William Gibson dans Neuromancien). Internet n'est qu'un réseau de réseaux interconnectés ; il est une plate-forme matérielle. Ce dont on parle ici, c'est donc bien "le Net" au sens virtuel.

Quand on dit que Internet est bon pour la science, on reste plus ou moins dans le vrai, tant qu'on entend bien ce que ce terme veut dire réellement, à savoir, l'interconnexion des réseaux, qui rend possible l'échange rapide d'informations (au besoin, crypté) entre scientifiques, laboratoires, sites d'observation et centres de recherche du monde entier. Par contre, il serait hautement douteux que Youtube ou Facebook, avatars typiques du Net parmi une pléthore d'autres, apportent un quelconque bénéfice à la recherche scientifique en tant que tels, sauf peut-être comme objets d'étude en vue de quantifier leur potentiel d'abrutissement sur leurs usagers. En réalité, ce qui est "bon" pour la science n'est pas le Net, ni d'ailleurs Internet, mais simplement l'informatique et la technologie du réseau. N'importe quel réseau, pourvu qu'il fonctionne.

Le mécanisme le plus évident mis en œuvre par le Web pour abrutir les masses est le fait de mettre à leur disposition une quantité de divertissement colossale, en renouvellement constant, alimentée en permanence par toute l'industrie de l'entertainment, mais également par les usagers eux-mêmes, sous l’œil bienveillant du "gouvernement invisible". [29] Pendant qu'on regarde sur le net des types bourrés, des blagues imbéciles, les résultats sportifs ou des bonnes femmes à poil, on ne lit pas, on ne veille pas à ses intérêts politiques ou économiques, on ne voit pas d'amis, bref, on ne fait rien d'utile à aucun point de vue. Le Net tue le temps... NOTRE temps. Certains objecteront que le Net favoriserait l'accès à la "culture" et au "savoir" ... Si c'est de "culture" Hollywood et Walt Disney qu'on parle, il n'y a aucune doute : avec le Net, l'accès est largement facilité, ce qui est bien le problème. Pour ce qui est du savoir, se référer au paragraphe ci-dessus.

Aussi regrettable que cela puisse être, ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. Le plus pernicieux dans le Net se trouve être le médium lui-même : la façon dont il s'organise, se présente et la manière dont il fonctionne exercent une influence considérable sur son utilisateur. On sait à présent que le cerveau est un organe extraordinairement plastique et malléable, capable de se reprogrammer lui-même à volonté. Par ailleurs, on a constaté que l'utilisation fréquente d'un médium exerce une influence sur la façon dont opère le cerveau, et finit par changer la façon dont celui-ci travaille. La lecture linéaire de textes longs et complexes, en nous poussant à perfectionner la capacité de maintenir une concentration et une attention soutenues durant de très longues périodes, a profondément influencé notre mode de pensée même. Il est donc évident que l'utilisation fréquente du Net pousse également notre cerveau à adopter certains comportements, à se reprogrammer en conséquence. Au vu de son organisation anarchique et invasive, nous gavant d'informations fragmentées que nous ne faisons que survoler, sans cesse distraits et sollicités de tous côtés, il est hautement douteux que cette évolution soit bénéfique. Le constat qu'établit le journaliste Nicholas Carr est à ce sujet sans appel. [30]

"Internet constitue un excellent moyen d'abrutissement de la population, d'où son introduction à l'école et en IUFM, dont le plus éminent professeur est le professeur Baranko, un grand scientifique qui a récemment publié une thèse sur la résistance des crânes de lapin aux coups de gourdins. La plupart des lapins crétins, ayant finalement réussi à sortir de leur jeu vidéo aussi abrutissant que cette merveille qu'est internet, ont déjà acheté son livre (qui coûte la très coquette somme de quarante carottes et demi). Comme tout est sur Internet, pourquoi voudriez-vous que je l'apprenne ? Il est remarquable que les partisans d'internet ne savent pas ttapper korrektment sur le klavier. Ils ne savent pa non plu ècrir, c'ê fromidable ! Grâce à wikipedia, on sait tout : aussi bien le vrai que le faux. Il y a même un article pour les différencier, mais est-il vrai ou faux ? Les avis sont partagés."
la DÉsencylopédie - Internet : http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Internet

L'acte d'absorber et d'exploiter de l'information est un processus biologique, qui ne peut pas se plier sans dommages à un schéma de fonctionnement mécanique. L'information n'est pas injectée instantanément dans notre cerveau ; au contraire, sa réception se déroule sur une certaine durée, ce qui permet au cerveau de l'assimiler et de la traiter dans les meilleures conditions. Puis, il faut également une certaine durée pour qu'elle se dépose, s'organise et entre en interaction avec d'autres informations et données ; encore une fois, un certains temps y est nécessaire. Enfin, les nouvelles données absorbées, assimilées, organisées et mises en rapport avec les données obtenues auparavant, elles s'intègrent dans le processus de la pensée. Pour employer une métaphore, on pourrait dire que c'est une sorte de fermentation, qui génère des combinaisons, des approches et des idées nouvelles. C'est une chimie de synthèse délicate et créatrice, qui ne peut se faire efficacement que dans le temps, la sérénité et le calme. Autant de conditions qui paraissent incompatibles avec la navigation sur le Net, qui nous pousse au contraire à consommer d'énormes quantités d'informations superficielles, nous distrait sans cesse et rétrécit littéralement l'échelle du temps.

"Penser nécessite du temps, le temps de lire, d’intérioriser pour penser à nouveau. Lire, c’est bien souvent adopter une prise en main lente et méditative. La technologie de l’hypertexte n’encourage pas une lecture approfondie. Le fera-t-elle dans un proche avenir avec par exemple les promesses du livre numérique ?"
Patrick J. Brunet, Internet et la culture de la rupture, 2002

Car le paradoxe étonnant du Net, et peut-être aussi le mécanisme le plus pervers, c'est qu'au fur et à mesure que la puissance de calcul des ordinateurs ainsi que le débit des réseaux s'accroissent, nous y passons de plus en plus de temps, alors qu'en toute logique, c'est l'inverse qui devrait se produire. Implacablement, nous avons du coup moins de temps pour faire autre chose, par exemple, recevoir de l'information d'autres sources, ou même l'exploiter et la synthétiser correctement. Le "formatage" subi par notre cerveau ne s'en renforce que davantage. Le Net, pourtant régi par l'immédiateté, est paradoxalement une activité extrêmement dispendieuse en temps. La quantité d'informations et de données dont il nous abreuve est telle qu'il faut, bien souvent, plus de temps pour en faire le tri que pour les exploiter, pour, au final ne pas y trouver grand-chose d'utile. L'exemple typique est celui des comptes de courrier électronique, où on passe plus de temps à éliminer le spam qu'à lire les messages - même quand ceux-ci ne sont pas techniquement du spam, il ne nous concernent pas forcément directement, ni ne sont nécessairement pertinents. Facebook, dont l'apparence extérieure est pourtant assez sobre, rame comme une limace dès qu'on y fait la moindre opération ou modification. C'est aussi le cas de nombreux blogs ou sites web basés sur des systèmes de gestion de contenu de plus en plus sophistiqués, mais dont les innombrables fonctionnalités ne sont pas toutes nécessairement utiles, ni toujours aisément compréhensibles au néophyte. Il n'est pas rare non plus, quand on cherche à faire une opération informatique quelque peu complexe ou simplement inhabituelle, de devoir y passer beaucoup plus de temps qu'on ne l'aurait pensé au départ. La même chose est valable pour ceux qui travaillent dans le domaine de l'informatique : l'évolution des techniques, des logiciels, des langages, des plate-formes de développement et des innombrables mises à jour est si rapide, qu'elle leur impose de se tenir soi-même à jour. Quel programmeur "passionné" ou simplement consciencieux n'a jamais passé des heures, chez soi, en dehors de ses heures de bureau, à étudier un nouvel outil de développement ?

Dans ces conditions, ce que nous apporte objectivement le Net vaut-il bien le prix exorbitant qu'il nous impose de payer ?

Le stratagème des chaînes

"La guerre repose sur le mensonge."
Sun Tzu, L'Art de la guerre

Le stratagème des chaînes, cité au tout début de cet article, est le trente-cinquième et avant-dernier stratagème du Livre des Trente-Six stratagèmes, traité antique et secret de stratégie chinois. Il consiste à amener l'adversaire à s'entraver lui-même, tant et si bien qu'il perd toute capacité d'action et de résistance. [31] Récemment, on a entendu François Asselineau évoquer cette hypothèse au cours de ses conférences pour décrire la triste réalité de l'Union Européenne. [32] Force est de constater que cette métonymie est fort bien trouvée : les 27 souverainetés étatiques constituant l'UE, ayant des intérêts souvent opposés, forcées de s'entendre et de négocier perpétuellement sur le moindre sujet, du plus important au plus futile, ne peuvent parvenir, chacune et prises ensemble, qu'à une paralysie politique, économique et stratégique totale. Notez que le cas de l'URSS, bien que ces derniers temps on a tendance à voir dans l'UE une nouvelle URSS, était fondamentalement différent : la Russie dominait complètement les autres républiques soviétiques du fait de son poids démographique, culturel, militaire, industriel et économique et de ce fait dirigeait le tout. L'Union Eurasienne voulue par Vladimir Poutine est un projet viable et logique pour la même raison : loin d'entraver la puissance russe, cette nouvelle construction politique ne peut que l'amplifier.

L'Internet, au sens virtuel du terme, est également une application remarquable du "stratagème des chaînes" , mais cette fois du point de vue social. Le Net, pourtant censé nous faire gagner du temps, en réalité nous en fait perdre énormément, atrophie nos capacités intellectuelles alors qu'il est censé au contraire les stimuler, nous transforme en larves en nous tenant scotchés devant nos écrans, nous fait acheter des objets dont nous n'avons pas besoin, nous sature de publicité, pousse à la communautarisation et la discorde plutôt qu'au rassemblement et à l'union, nous espionne et encourage démesurément la tendance à la relativisation et à la médiocrité. Sur le Net, toutes les opinions ont droit de cité ; leur légitimité se base sur le seul nombre de ceux qui y adhèrent, ce qui ne constitue en aucun cas un critère de vérité. Le lieu commun, la banalité, le poncif et la généralisation abusive, soutenus par des légions de partisans éparpillés sur la planète entière valent vérité, en vertu des principes "démocratiques" universellement admis (bien que mal compris) et de la liberté d'expression : la majorité a toujours raison. Quand bien même celle-ci serait inculte, ignorante, manipulée et rendue incapable de penser par toutes les techniques de la propagande moderne. [33]

N'y allons pas par quatre chemins : pour l'immense majorité des individus ordinaires qui auraient pour un temps rangé leur uniforme de consommateur, Internet ne sert à peu près à rien. Si il est censé faire gagner du temps pour toute recherche triviale d'information, cela n'est vrai qu'à condition de remplir un certain nombre de conditions :

  • savoir exactement ce qu'on cherche et pourquoi
  • disposer de connaissances suffisantes en informatique, y compris en maintenance de base, et les tenir à peu près à jour
  • disposer d'un ordinateur ET d'une connexion Internet, ainsi que d'une source d'énergie électrique
  • ne pas se laisser distraire par les innombrables sollicitations du web (publicités, mises à jour logicielles, e-mails, etc.)
  • enfin, il faut qu'il soit certain qu'aucune autre solution n'est plus efficace en termes de capital, d'énergie ou de temps

Tout cela représente tout de même un investissement assez lourd, et, à l'échelle de l'humanité, complètement injustifié dans la grande majorité des cas. En fait, ce n'est à peu près justifié que pour les gens vivant selon les "standards de vie occidentaux", ce qui est extrêmement loin de correspondre à la majorité des individus sur Terre. Et même si on vit comme un Occidental, quand on a besoin d'un plombier, ou de l'adresse de sa mairie, un bon vieux bottin et un téléphone représentent dans 99% des cas la solution la plus rapide, la moins chère, et de loin la plus efficace à tous points de vue.

Nous venons ainsi d'identifier les pigeons de cette gigantesque arnaque que représente Internet : nous-mêmes. La question qu'on peut à présent se poser au vu de tout ce qui précède serait de savoir à qui Internet peut-il bien être utile, vu son coût et les nombreuses tares dont il est affligé, si graves pour certaines qu'elles auraient dû être rédhibitoires ?

Évidemment, à ceux qui nous vendent ses innombrables composants physiques, à savoir des compagnies géantes comme Intel, AMD, Cisco, Dell, and co, toutes états-uniennes ou presque. D'autre part, à tous ceux qui fournissent sa partie logicielle, c'est à dire, Microsoft, Google, Apple, Amazon, Facebook et tant d'autres, quasiment tous états-uniens aussi, ou en tout cas, occidentaux. À ce stade, il serait utile de rappeler que ceux qui ont développé Internet il y a une quarantaine d'années, à savoir, la DARPA, sont les mêmes qui s'évertuent aujourd'hui à le transformer en dispositif d'espionnage mondial et produisent ces mêmes logiciels qui rendent possible l'identification visuelle par caméra "intelligente" et organisent des coups d'État, comme ceux qu'on a ingénument regroupés sous l'appellation abusive et imbécile de "printemps arabes" ; les mauvaises langues les ont par contre surnommés "révolutions Facebook", ce qui est déjà plus proche de la vérité. La vérité, c'est que Internet, mais aussi le Web, sont de fait sous contrôle du grand capital et du gouvernement des États-Unis. Les sites les plus fréquentés du monde sont Google, Microsoft - MSN, et Facebook ; l'organisation et l'architecture d'Internet est telle qu'elle est de facto gérée par l'ICANN, une association de droit californien, c'est à dire, sous le pouvoir direct des organes coercitifs du gouvernement des États-Unis. [34]

Certains pays puissants ne tolèrent pas, d'ailleurs, cet état de fait et prennent des mesures pour y remédier ; ainsi, la Russie développe petit à petit mais avec détermination son propre Net, qu'on nomme d'ailleurs le RuNet. Les Russes possèdent leur propre Google (Yandex.ru), leur propre Facebook (vKontakte.ru), leur propre Youtube (Rutube.ru), leur propre système de mail (Mail.ru), leur propre Amazon (Ozon.ru) et ont même obtenu récemment qu'il soit possible de taper les adresses web en cyrillique. Cette stratégie, fort simple, mais néanmoins efficace consiste à procéder par substitution en remplaçant un réseau virtuel sous contrôle américain par un réseau virtuel sous contrôle russe. [35], [36]. À long terme, cela devrait déboucher en toute logique sur la mise en place d'un service DNS russe capable de fonctionner indépendamment de l'ICANN, voire d'Internet. La Chine non plus ne reste pas les bras croisés et agit selon le principe qui veut qu'Internet en Chine doit rester sous le contrôle national. [37]

Dans la doctrine traditionaliste, toute réalité est avant tout la manifestation d'un principe spirituel supérieur : la matière est l'expression manifestée de l'esprit. Or, tel qu'il apparaît sous sa forme actuelle, Internet est l'incarnation monstrueuse d'une démarche inverse consistant à partir de la matière pour arriver à une sorte de réalité immatérielle qu'on appelle le "virtuel", mais qui n'a rien de spirituel ou de métaphysique ; au contraire, le virtuel reste inextricablement lié à la matière dont il est issu. Il n'en est que l'extension, une inflation de matière supplémentaire. Débranchez votre ordinateur, et toute ses productions virtuelles, toutes ces couleurs, ces sons, ces images s'évaporent, comme si elles n'avaient jamais existé. En son état actuel, le virtuel est en réalité créé, imaginé, animé et exploité par l'homme ; l'ordinateur n'est qu'un intermédiaire, une interface. Ce qui nous amène finalement au double mensonge de cette réalité "virtuelle" qu'est Internet : prétendant créer de l'esprit à partir de la matière, ou du moins, de l' "intelligence" , il échoue évidemment et ne parvient qu'à créer de la matière dématérialisée, et uniquement avec l'implication de l'homme, omniprésent à tous les étages et toutes les étapes du fonctionnement d'Internet, de sa conception à sa réalisation, jusqu'à sa consommation finale.

"Sergey Brin et Larry Page, les brillants jeunes gens qui ont fondé Google pendant leur doctorat en informatique à Stanford, parlent fréquemment de leur désir de transformer leur moteur de recherche en une intelligence artificielle, une machine comme HAL, qui pourrait être connectée directement à nos cerveaux. « Le moteur de recherche ultime est quelque chose d’aussi intelligent que les êtres humains, voire davantage », a déclaré Page lors d’une conférence il y a quelques années. [...] L’année dernière, Page a dit lors d’une convention de scientifiques que Google "essayait vraiment de construire une intelligence artificielle et de le faire à grande échelle" ."
Nicolas Carr, Est-ce que Google nous rend idiots ?, ibid.

"Vouloir conquérir le monde et le manipuler, c’est courir à l’échec, je l’ai vécu d’expérience.
Le monde est chose spirituelle, qu’on n’a pas le droit de manipuler.
Qui le manipule le fait périr, à qui veut s’en saisir il échappe."
Lao Tseu, Tao Te King

Le rêve dément des fondateurs de Google n'est rien moins que la genèse d'une "intelligence artificielle" , ce qui, pour les raisons ci-dessus, n'est pas à la portée de l'homme. Le seul qui en aurait le pouvoir serait le même qui a créé l'homme et qui est ce Principe spirituel supérieur, qu'on appelle Dieu dans la tradition chrétienne ou encore le Créateur. Ceux qui croient aux mirages technologiques et agissent en conséquence s'exposent à toutes les manipulations opérées par les "dominants" d'aujourd'hui, qui sont d'ailleurs les mêmes que ceux d'hier : le Grand Capital et l'État, tellement liés et semblables qu'on n'arrive pas toujours à bien distinguer entre eux. Ceux qui n'auraient pas compris cela, feraient bien de lire au plus vite le Manifeste du Parti Communiste.

Le Net, en tant que matière dématérialisée et en tant que réseau informatique n'est rien qu'un outil, une chose inanimée, pas plus "intelligente" qu'un balai ou une valise, réalisée par l'homme pour servir l'homme, et non l'inverse. Il doit donc être traité et considéré en conséquence : aussi longtemps qu'il nous est effectivement utile, on peut envisager de s'en servir. Dès qu'il devient intrusif au point d'exercer une influence sur nos habitudes, nos comportements, nos décisions, ou pire encore, notre organisme, il doit être écarté sans la moindre hésitation.

Rappelons d'ailleurs que le mot "net" , en langue anglaise, signifie filet, nasse. Les mots sont éloquents, bien souvent au-delà de ce qu'on pourrait croire à première vue. En l'état actuel des choses, le Net n'est que la matérialisation virtuelle d'une immense nasse qui, enserrant l'immense masse des exploités et des dominés du monde entier, les empêche de se révolter en les maintenant dans un état d'aliénation semblable à une sorte d'hypnose. Prisonniers de cette nasse, nous ne songeons même pas à nous débattre, ni même en avoir la volonté, puisque nous sommes prisonniers de l'illusion d'être parfaitement libres de nos actes. Internet n'est-il pas censé être un espace de liberté, d'échange, de discussion, et caetera ?

"Toute drogue vendue sur Internet, qui est déjà une forme de drogue en soi, est un moyen très efficace de vendre des drogues. Le plus triste avec le Net est que ce rêve anarchique a été si rapidement transformé en l’outil de marketing le plus brutal, cynique et intrusif jamais vu. Je parie que la prochaine révolution culturelle viendra des enfants d’aujourd’hui. Ils verront le net comme l’imposture moche qu’il est, et elles le rejetteront."
Jean-Michel Jarre, dans une interview au magazine anglais Uncut, cité par Slate.fr, 31 août 2010 [38]

Petrovitch
Nantes, le 29 janvier 2012

----

Pour ceux qui souhaiteraient aller plus loin, ci-après quelques liens intéressants sur le thème :

Domenico Losurdo pour le Réseau Voltaire : Géopolitique d'internet, 22 septembre 2010  : http://www.voltairenet.org/La-geopolitique-d-Internet

Claude Delesse, Du réseau Echelon à la "révolution des affaires de renseignement aux États-Unis", dans AFRI 2004, Vol. V, 1er janvier 2005 : http://www.afri-ct.org/Le-reseau-Echelon-et-la-puissance?lang=fr

Neutralité du Net : http://www.gsara.tv/neutralite/?p=64

Blog Spread the Truth 777 : Des micropuces comestibles, des systèmes d'identité biométrique et des ordinateurs capables de lire dans notre esprit, 21 janvier 2012 : http://spread-the-truth777.blogspot.com/2012/01/des-micropuces-comestibles-des-systemes.html

[1] Guignols de l'info : Le bug de l'an 2000 : http://vimeo.com/4810412

[2] Farhad Manjoo, Vive le bug de l'an 2000, Slate, 16/11/2009 (http://www.slate.fr/story/13093/vive-le-bug-de-lan-2000)

[3] Bruno Moriset, Réseaux de télécommunications et aménagement des territoires. Vers une « fracture numérique territoriale 2.0″ ? , Cybergeo : European Journal of geography, 16 février 2010 (http://cybergeo.revues.org/22930)

[4] Sites web divers : http://www.afrik.com/article4496.html ; http://www.balancingact-africa.com/node/16003 ; http://www.balancingact-africa.com/node/15796 ; http://gaboneco.com/show_article.php?IDActu=14728 ; http://www.lesafriques.com/medias-reflexion/afrique-ruee-vers-la-fibre-optique.html ?Itemid=308?articleid=4598

[5] France Info, La France en chiffres : Internet, 25 octobre 2011 (http://www.franceinfo.fr/france-presidentielle-2012-2011-10-25-infographies-la-france-en-chiffres-internet-570693-9-508.html)

[6] CSA : Les chiffres-clés de l’audiovisuel français, édition 2nd semestre 2011 (http://www.csa.fr/Etudes-et-publications/Les-chiffres-cles/Les-chiffres-cles-de-l-audiovisuel-francais-Edition-du-2nd-semestre-2011)

[7] CSA : Les chiffres-clés de la télévision gratuite 2010 – Diffusion (http://www.csa.fr/Etudes-et-publications/Les-chiffres-cles/Les-chiffres-cles-de-la-television-gratuite-2010-Diffusion)

[8] Arobase.org : L’e-mail en chiffres. Une idée de l’ampleur du phénomène (http://www.arobase.org/culture/chiffres-email.htm)

[9] Skype : http://blogs.skype.com/en/2011/09/a_day_in_the_life_of_skype_inf.html ; http://about.skype.com/

[10] Observatoire Terrafemina – Orange : baromètre octobre 2011 réalisé par le CSA (http://www.terrafemina.com/images/docs/csatwitter.pdf)

[11] Harris Interactive : classement NetObserver des sites préférés des internautes français, printemps 2011 (http://www.harrisinteractive.fr/presse/2011/cp_netobs_30082011.html) ; Alexa.com : données brutes par pays : http://www.alexa.com/topsites/countries/FR

[12] TNS-Sofres : baromètre de confiance dans les médias, 8 février 2011 (http://www.tns-sofres.com/points-de-vue/FBABA80031284B66BE443C21CFADABBA.aspx) ; Nouvelobs.com : Les Français font moins confiance aux médias (http://tempsreel.nouvelobs.com/medias/20110208.OBS7666/sondage-les-francais-font-moins-confiance-aux-medias.html)

[13] Dictionnaire latin-français Gaffiot (1934) numérisé : http://www.lexilogos.com/latin/gaffiot.php?p=413

[14] Jean Baudrillard, Le système des objets, 1968

[15] Réseau Voltaire : La LOPPSI2, un Patriot Act français : (http://www.voltairenet.org/La-LOPPSI-2-un-Patriot-Act)

[16] Libération.fr : L’Amérique couve un Big Brother, 15 novembre 2002 (http://www.liberation.fr/monde/0101431073-l-amerique-couve-un-big-brother)

[17] Wired : Feds open ‘Total’ Tech Spy System, 8 juillet 2002 (http://www.wired.com/politics/law/news/2002/08/54342)

[18] Réseau Voltaire : L’oeil du pentagone, 18 novembre 2002 (http://www.voltairenet.org/article8734,8734)

[19] Réseau Voltaire : Le projet de loi US sur le terrorisme intérieur, 18 août 2010 (http://www.voltairenet.org/Le-projet-de-loi-US-contre-le)

[20] Souriez, vous êtes filmés : « EDVIGE » : un fichier totalement hors la loi, 4 juillet 2008 (http://souriez.info/EDVIGE-un-fichier-totalement-hors-la-loi)

[21] Souriez, vous êtes filmés : Biométrie : le règne du VIS, 9 mars 2008 (http://souriez.info/Biometrie-le-regne-du-VIS)

[22] PC-Inpact : Internet Eyes au Royaume-Uni : 1984 en 2009 ? (http://www.pcinpact.com/news/53439-internet-eyes-royaume-uni-1984.htm) ; 01Net.com : Les internautes payés pour dénoncer les infractions (http://www.01net.com/editorial/507154/les-internautes-payes-pour-denoncer-les-infractions/) ; Le petit journal : SURVEILLANCE : Internet Eyes is watching you ! (http://www.lepetitjournal.com/societe-londres/67509-surveillance-internet-eyes-is-watching-you-.html) ; LeFigaro.fr : Démasquez les délinquants derrière votre ordinateur (http://www.lefigaro.fr/international/2009/10/07/01003-20091007ARTFIG00541-demasquez-les-delinquants-derriere-votre-ordinateur-.php) ; LeMonde.fr : Le voyeurisme récompensé en Grande-Bretagne (http://www.lemonde.fr/international/article/2009/10/06/le-voyeurisme-recompense-en-grande-bretagne_1250197_3210.html)

[23] 20minutes.fr : Wikileaks dévoile un système d’écoutes mondial, 1er décembre 2011 (http://dailynuts-news.over-blog.com/m/article-90973840.html)

[24] Le Monde diplomatique : Le système Echelon, juillet 1999 (http://www.monde-diplomatique.fr/mav/46/RIVIERE/m1)

[25] USA Today : NSA has a massive database of Americans’ phone calls, 5 novembre 2006 (http://www.usatoday.com/news/washington/2006-05-10-nsa_x.htm)

[26] PC Inpact : Système Hérisson : La France se pique au réseau Echelon, 24 mars 2009, (http://www.pcinpact.com/news/49822-systeme-herisson-surveillance-dga-echelon.htm)

[27] Le Point.fr : Des téléphones mobiles bien vulnérables, 13 janvier 2011 (http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/des-telephones-mobiles-bien-vulnerables-13-01-2011-129240_47.php)

[28] Les-Infostrateges.com : Le World Wide Web, 2004 (http://www.les-infostrateges.com/article/0410207/le-world-wide-web-definitions)

[29] À ce sujet, on lira opportunément Propaganda, de Edward Bernays, paru en 1928. Ce livre, aujourd’hui, n’a pas pris une ride.

[30] Nicholas Carr, Est-ce que Google nous rend idiots ?, juin 2008 sur Framablog (http://www.framablog.org/index.php/post/2008/12/07/est-ce-que-google-nous-rend-idiot)

[31] Blog Underlying.info : Stratagème n. 35 : le stratagème des chaînes (http://underlyinginfo.blogspot.com/2011/03/stratageme-n-35-le-stratageme-des.html)

[32] Site web de l’Union Populaire Républicaine : La Commission européenne ou le stratagème des chaînes au quotidien, 13 septembre 2011 (http://www.u-p-r.fr/actualite-facebook/la-commission-europeenne-ou-le-stratageme-des-chaines-au-quotidien)

[33] Edward Bernays, Propaganda, 1928

[34] Site web d’Olivier Ricou : http://www.ricou.eu.org/commerce-e/commerce-e/index.html ; http://www.ricou.eu.org/commerce-e/commerce-e/commerce-e005.html

[35] The Telegraph : Why the Russian internet doesn’t need the West, 13 janvier 2011 (http://www.telegraph.co.uk/technology/news/8255183/Runet-Why-the-Russian-internet-doesnt-need-the-West.html)

[36] Julien Nocetti, « e-Kremlin » : pouvoir et Internet en Russie, avril 2011 (http://www.ifri.org/downloads/ifrinocettiwebrussefra30mars2011.pdf)

[37] Financial Times Asia-Pacific : China strenghtens control of internet, 27 septembre 2005 (http://www.ft.com/cms/s/2/eefee63e-2e83-11da-9aed-00000e2511c8.html#axzz1krbvCmge)

[38] Slate.fr : Jean-Michel Jarre prédit la mort d’Internet, 31 août 2010 (http://www.slate.fr/lien/26591/jean-michel-jarre-predit-la-mort-dinternet)


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • Giordano Bruno 31 janvier 2012 10:22

    Un résumé en quelques lignes ?


    • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 12:34

      Non, désolé. Si j’ai pris la peine de faire un texte aussi exhaustif, ce n’est pas pour en faire un « résumé en quelques lignes ». Si vous êtes du genre « homme pressé », au pire, lisez la conclusion.


    • Giordano Bruno 31 janvier 2012 18:05

      L’un n’empêche pas l’autre. La fonction du résumé est d’indiquer au lecteur potentiel les grandes lignes de ce qu’il va pouvoir trouver dans un texte. Il peut ainsi déterminer s’il souhaite le lire ou non.

      Il est dommage de ne pas faire de résumé lorsqu’on a pris la peine de faire un texte exhaustif.


    • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 18:59

      En principe, vous avez raison, et peut-être d’ailleurs, le ferai-je ; cependant, ça va me prendre du temps. Malheureusement il n’est pas illimité.

      En fait, je me suis posé la question après avoir terminé cet article, et je me suis dit que ce n’était pas si urgent. Je préfère justement laisser l’apparente longueur du texte agir comme un filtre : ceux à qui la longueur d’un texte fait « peur » sont souvent les mêmes qui rabaissent la qualité d’un débat.


    • DSKprésident 1er février 2012 11:54

      En quelques lignes :

      - médias traditionnels : TV + Radio sont des outils de propagande de l’Empire oligarchique international qui détient ces médias. (les journalistes salariés ne sont pas du tout libres !)

      - internet : espace de liberté où on trouve de tout, mais où l’on peut trouver des infos propres et non la propagende de ces journalopes qui tapinent pour le pouvoir des Bilderberg et autres officine oligarchique et faciste.

      Un exemple  ? la propagande actuelle sur la Syrie où les merdias nous disent que Bachar le sanguinaire massacre son peuple, alors que la vérité est qu’il défend son peuple contre des mercenaires étrangers armés par des puissances étrangères qui font la guerilla pour destabiliser le pouvoir en place qui gêne USrael !

      Même scénario que pour Khadafi : La CIA et le Mossad n’ont plus les moyens de se payer de nouveaux scénaristes d’Hollywood.

      sur les merdias traditionnels, on vend au peuple la guerre comme on lui vend du Coca ou du chewing gum.

      Internet a certes bien des défauts, mais en cherchant bien on peut se libérer de la propagande mensongère et manipulatrice de TF1, Fr2-3, C+, France Info, France Intox...

      C’est d’ailleurs pour cela que nos marionnettes Sarko et Obama, sous pression de leurs patrons, veulent nous couper progressivement internet ! (Hadopi, Megaupload...)


    • Croa Croa 1er février 2012 20:19

      à DSKprésident :

      L’auteur a tout de même écrit que sur Internet aussi les mêmes influences dominent même si la propagande y est devenu imparfaite.

      (Un résumé n’est jamais parfait mais je trouve le tient peu fidèle.)


    • Maurice Maurice 31 janvier 2012 11:05

      Article complet, belle analyse, bravo ! Big Brother frappe à notre perron. 


      • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 12:36

        Merci du compliment. Cela dit, je préfère les critiques, si vous en avez, n’hésitez pas. smiley


      • Maurice Maurice 31 janvier 2012 14:51

        J’ai beau chercher je n’en ai pas. Un conseil pour un futur article plutôt : ceux qui s’emploient à verouiller internet, sont peut être les mêmes qui s’emploient à déconstruire les Nations dans le processus de course à la dette généralisée, et sont peut être encore les mêmes qui s’emploient à destabiliser de nombreux pays souverains en Afrique et au Moyen Orient. Mais je me perds en conjoncture là... ou pas !


      • Aldous Aldous 31 janvier 2012 11:55

        Article très intéressant et exhaustif.

        Il y a deux aspects qui mériteraient d’être traité dans des articles plus concis et plus politiques :

        1) La symétrie du réseau :

        Habitués à être un téléspectateur passif, l’internaute se pense comme client alors qu’il est aussi serveur de données. Et ces donnés, automatiquement collectés, sont autant d’information sur son comportement, ses idées, ses gouts, ses relations, ses fantasmes... Ainsi Big brother l’a pas besoin d’espionner, vous vous donnez à lui.

        2) Le rapport signal/bruit

        Comme dans toute communication, l’intelligibilité du signal n’est possible que s’il n’est pas noyé dans le bruit de fond.

        Il en va de même de l’intelligence collective. La parole sensée est noyée dans la connerie ambiante.


        • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 12:56

          Merci pour le commentaire. Je suis d’accord avec vos remarques, cela dit, l’article les examine, quoique pas en profondeur. Un thème que j’ai volontairement ignoré, en revanche, c’est le côté positif du Net (mais c’est vraiment l’unique côté positif que j’y vois) pour faire passer des informations qui, disons, sortent des sentiers battus. Qui les cherche vraiment les trouvera, par exemple, sur ce site.

          Le Net donne la possibilité à la pensée dissidente de se faire entendre et de s’exprimer, mais il y a des contreparties à cela. Le risque majeur est que les puissances de l’État et de l’argent qui contrôlent le réseau les trouveront aussi, grâce notamment au Net... et feront taire très aisément les auteurs quand bon leur semblera, mais aussi, potentiellement, tous ceux qui auront lu les sites web en questions et démontré par leur comportement qu’ils y prêtent foi.

          L’autre possibilité est qu’on laisse prospérer des sites dits « conspirationnistes » exprès, afin qu’ils servent d’exutoire ; tant que l’opposition à la doxa universelle reste « virtuelle », les dominants n’ont rien à craindre.

          Je n’ai pas insisté sur ce point pour en parler ici ; qu’en pensez-vous ?


        • Aldous Aldous 31 janvier 2012 15:00

          Vous soulevez de très bonnes questions en parlant de subversion.

          Je pense qu’Arpanet 3.0 (notre internet) est à la fois une invention intrinsèque de l’ère numérique inévitable* et une arme de guerre furtive.

          Je m’explique : nos sociétés sont en train de vivre étape par étape les phase d’une énorme subversion globalisée.

          La première phase, qui dure le temps d’éduquer une génération (15-20 ans) est la phase de démoralisation. Inutile de préciser que la France a touché le fond dans ce domaine. Internet a permit de booster cette phase de façon impressionnante : sexe à la demande, réseau sociaux permettant à la moindre minorité de se constituer comme force de pouvoir, fragilisation des médias classiques.

          La seconde phase est la déstabilisation. Elle a déjà commencé. les positions vont étre de plus en plus radicales. Pas seulement sur l’échiquier politique, mais aussi dans les échelles de valeurs (écologie contre démocratie) grâce à des agents manipulateurs (BHL, Cohn Bendit). Si dans cette phase internet c’est montré potentiellement dangereux pour les versions officielles, il a véhiculé les peurs apocalyptiques de façon extrêmement efficace.

          Puis viendra la crise elle même, et cet Armagedon semble plannifié sur de nombreux fronts (économie, guerre, éthique) ce qui se passe en général par l’introduction de gens qu’on a formaté pour qu’ils pensent avoir la solution (Draghi, Mario Monti, Papademos...) mais qui ne sont que des détonateurs.

           A ce moment ce qui est prévu c’est de nous sortir la solution miracle qui permettra d’instaurer un ordre nouveau longuement préparé. Tous les médias sont équipés pour que l’autorité future puisse en prendre le contrôle à distance.

          Viendra alors la phase de normalisation où internet servira à fliquer la pensée.
          Les bases de données sur nos idées et établissant nos profils de Jung sont déjà en train de se remplir en ce moment, à chaque mot que nous tappons sur twitter, gmail ou AV.


        • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 21:12

          Aldous :
          Je pense qu’Arpanet 3.0 (notre internet) est à la fois une invention intrinsèque de l’ère numérique inévitable* et une arme de guerre furtive.

          Arpanet 3.0 : vous avez tout dit en un seul mot. ! je n’ai plus qu’à m’incliner devant votre esprit de synthèse. smiley

          La première phase, [...] A ce moment ce qui est prévu c’est de nous sortir la solution miracle qui permettra d’instaurer un ordre nouveau longuement préparé.

          Il me semble que vous avez (hélas) parfaitement raison. Ce « projet » qui nous pend au nez est clair comme de l’eau de roche pour qui sait voir et entendre. Cette version de l’histoire à venir, pour ne pas nous rassurer, est totalement confirmée par l’eschatologie islamique, mais aussi chrétienne, quoique de façon moins précise. J’ignore si il faut croire au miracle de l’avoir prédit il y a si longtemps, ou bien, à la prophétie qui crée un engrenage auto-réalisateur, mais c’est réellement inquiétant. On lit la même chose en filigrane chez Houellebecq (Particules élémentaires et La possibilité d’une île), et beaucoup (trop) d’autres.

          D’après le Coran et l’Apocalypse, cette belle histoire « déraille » juste après l’arrivée du faux Messie qui a toutes les solutions à tous les problèmes, pourvu qu’on se soumette à lui. Mais c’est aussi à ce moment que le grand ménage est fait. Ça, c’était la bonne nouvelle. La mauvaise, c’est que tout porte à croire que c’est dans... pas longtemps.


        • Aldous Aldous 2 février 2012 15:39

          Arpanet 3.0 c’était pour faire plaisir à Bruno qui voulait un résumé en quelques lignes.


          Un mot et un chiffre, c’est plus facile à lire !

          Ha ! les ravages de la culture Tv !

        • Aldous Aldous 31 janvier 2012 15:06

          * Un réseau unique global est une évolution entropique du numérique.

          En effet la révolution numérique a consisté à libérer le contenu de son support pour permettre la copie à l’infini et sans perte du contenu.

          Copie sans perte qui concerne aussi la communication de nœud à nœud dans un réseau.

          Géographiquement cela signifie que la distance est abolie. Il n’y a donc rien qui s’oppose à l’extension mondiale d’un réseau et de plus il n’y a aucune raison pour qu’il y en ait deux séparés.

          En fait désormais rester séparé du réseau demande un effort de moyens et financier.


          • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 20:47

            Aldous :
            Géographiquement cela signifie que la distance est abolie. Il n’y a donc rien qui s’oppose à l’extension mondiale d’un réseau et de plus il n’y a aucune raison pour qu’il y en ait deux séparés.

            Aucune raison économique, c’est clair. Mais des raisons culturelles, sécuritaires et stratégiques peuvent prévaloir sur l’économique.


          • Aldous Aldous 2 février 2012 15:41

            Tout à fait d’accord. Je parlais uniquement de l’aspect revolution technologique des choses.


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 31 janvier 2012 15:40

            Merci, pour cet article encyclopédique avec une netographie  très complète.

            Pour autant sur le fond j’ai du mal à « entrer » dans cette vison manipulatrice et cette théorie d’une certaine manière du complot. Internet a révolutionné nos modes de production et de consommation, son retentissement est intense. C’est une révolution technologique d’une grande ampleur dont nous ne mesurons pas encore la totalité des impacts. Elle est en cela source de dangers mais aussi d’optimisme, c’est à l’individu de se mettre à niveau dans l’usage qu’il en fera.

            Personnellement je ne le vis pas comme une source de danger même si sur le plan des libertés individuelles son « expansion » pose problème. On le voit en particulier sur des dossiers sensibles comme le Dossier Médical Personnalisé, définition wikipédia :

            « Le dossier médical personnel (connu aussi sous le sigle DMP) est un projet public lancé par le ministère français de la Santé visant à ce que chaque Français dispose d’un dossier médical informatisé reprenant tout son passé et son actualité médicale. Le projet est lancé par la loi n°2004-810 du 13 août 2004 relative à l’assurance maladie[1].

            Il a pour but de mettre à disposition des médecins, avec l’accord préalable du patient, des informations médicales (antécédents médicaux, résultats de laboratoire d’analyses, imagerie, traitements en cours) en provenance d’autres médecins (généralistes, spécialistes ou hospitaliers) définissant un profil médical de chaque patient. »

            Il a du mal à avancer car il est source de conflits énormes entre le progrès réalisé pour le bien être du patient et l’efficacité du médecin, et les risques majeurs d’utilisation abusives qui peuvent en être fait.

            Je suis donc plutôt lucide sur les risques, mais en même temps je vois par exemple les universitaires s’organiser pour surveiller tous les problèmes de libertés inhérents à ces avancées technologiques et la législation qui l’accompagne.

            http://www.over-blog.com/profil/blogueur-984719.html


            • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 16:58

              Pelletier Jean :
              Pour autant sur le fond j’ai du mal à « entrer » dans cette vison manipulatrice et cette théorie d’une certaine manière du complot.

              C’est pourtant de la sociologie de niveau basique. D’où provient cette expression de « théorie du complot » (on dit aussi souvent « conspirationniste ») ? Des milieux « dominants » (lire Bourdieu ou Marx, ou mieux encore, les deux). Qui contrôle les sources d’information « légitimes », c’est à dire, les médias et la voix des « experts » (c’est à dire : presse, TV, radio et à présent Internet) ? Ces mêmes milieux « dominants ». Dès qu’on dénonce quelque peu cette réalité, ou quoi que ce soit qui dérange ces milieux « dominants », on est déclaré « complotiste » (avant, on vous excommuniait) et votre compte est bon.

              Un exemple parmi de nombreux autres : Aymeric Chauprade (on peut aussi citer Thierry Meyssan, mais son cas est moins « limpide »). Écoutez cette interview, elle est d’excellente qualité. Il y explique lui-même ce qui lui est arrivé et pourquoi. Ce monsieur n’est pas n’importe qui, c’est le plus brillant géopoliticien de France ; officiellement il ne l’est plus, évidemment, mais dans les faits, personne ne lui arrive à la cheville dans le monde francophone. Remarquez également le site qui héberge la vidéo : non pas YOUtube.com, mais RUtube.ru. Hé oui.

              Pour le reste, j’estime y avoir déjà répondu par avance dans l’article.

              Vous avez raison de mentionner ce fichier médical en cours de constitution ; mon texte étant déjà TRÈS long, j’ai zappé cet épisode, mais il s’agit d’une affaire très grave sans aucun doute et vous avez parfaitement raison de le souligner.


            • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 17:03

              Sur Aymeric Chauprade,
              Il y a encore cette interview, sur la même affaire, plus courte, si vous préférez le « visuel » : http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/interview-exclusive-du-102826


            • Aldous Aldous 31 janvier 2012 18:28

              Merci pour ce lien, je ne connaissais pas ce gars. Il est très lucide.


              Ce que dit jean résume à lui seul le danger de cette omniprésence te géologique : on y adhère parcequ’on n’y voit pas de danger.

              Pourtant toutes les menaces de 1984 et du meilleur des mondes y prennent corps.

              Les digital natives seront géo localisées, tracres dans leurs déplacements, leurs communications, leur dépenses, leurs orientation s sexuelles, leurs opinions de leur naissance à leur mort.

              Ils seront bio identifiés par des caméras capables de lire leur iris A 3 m de distance sans même qu’ils ne s’en rendent compte.( le prototype est fonctionnel et pas cher)

              Ne pas voir l’avènement de la techno-tyrannie qui émerge c’est ne pas comprendre que le nazisme à été l’aboutissement des outils de propagande et de guerre de l’époque mechanique.

              Nous connaissons les mêmes montées autoritarismes mais dans une version plus manipulatrice et plus totale. La démocratie n’est plus qu’une apparence et les gens le savent.

              Mais ce qui est derrière leur fait tellement peur qu’ils s’enfoncent dans le déni et le résilience.

              Ça ne fera pas disparaître le bête immonde.

            • Pelletier Jean Pelletier Jean 1er février 2012 13:50

              j’ai regardé le lien, pour autant je ne suis pas convaincu par ce type de discour et de grille d’analyse.
              Sans être naîf les thèses relative à la théorie du complot me mettent mal à l’aise.

              Bien à vous.

              jean
              http://jmpelletier52.over-blog.com/


            • Aldous Aldous 1er février 2012 14:29

              Qu’est ce qui vous met mal à l’aise exactement ?


              Le vertige provoqué par l’effondrement de vos reperes et de vos certitudes ?

              La peur de decouvrir que vos interets vitaux ne sont pas protégés ?

              Je comprend ce malaise, ca s’appelle la resilience et le deni.

              Vous accetez de plus en plus de distortions a la logique pour maintenir votre univers sur pied par peur panique de ce que signifierait que vos illusions ne soient que des illusions.

              J’ai une mauvaise nouvelle : il est prevu de faire s’ecrouler vos illusions au bon moment et de profiter de votre perte complete de reperes pour vous soumettre un nouvel ordre rassurant auquel vous vous racrocherez avec reconnaissance alors que ce sera une pure tyrannie.

            • Montagnais Montagnais 31 janvier 2012 16:58
              Excellent papier. Je vais y revenir à tête dispo.. Et bon commentaires (Aldous)

              Excellente la citation de Bernanos, toujours d’actualité.

              A rapprocher de celle de Camus : l’homme du XXeme siècle s’informe et fornique..

              Il n’a pas eu le temps, Camus, de voir s’installer le tragique destin de nos contemporains, sous acide, la tête dans le jeuzelectron, le spectron et autres « réseaux sociaux » et « plus belle la vie ». 

              Maintenant, c’est metro-boulot-dodo-réseauxsocio en 4 - 8.. 

              Pauvre Mimile, il en peut plus, y comprend pu rien, que le foutre et le loto, et les « pilules d’éternité », et aller sur Mars, ou Koko-pipi, en croisière..

              Demandez plus à un ado de faire la différence entre un hanneton un papillon, Carlo et Merleau, Céline et Dion..

              Bien la référence à Baudrillard (mais elle date, l’observation, les ravages étaient pas faits).

              maintenant, Big Brother est bien là, mais

              - Big Brother et encore plus con que ceux qu’il cornaque
              - Big Brother ne voit que ceux qui sont en face de son bas-front mononucléé
              - Big Brother sait plus à quels Saints se vouer
              - Toute sa grille de lecture, comme dit la novlangue, lui fait ignorer l’essentiel (les Essentiels)
              - Big Brother sait pas discriminer entre le conso-mateur et le révolutionnaire déguisé
              - Beaucoup d’autres choses encore, c’est David, ce sera toujours David..

              L’Internet ! L’internet ! On parle des dealers ou des conso-mateurs ? Y’a différence..

              Je suis devenu un petit dealer depuis plus de 20 ans (bon, un peu accroc Agora récent..)

              Et puis, le téléphone arabe est pas prêt de pu fonctionner, tenez, dans mon bled.. Pompiers, bûcherons, chasseurs.. pas d’Internet.

              NB : En face des enthousiastes John Perry Barlow et autres Negroponte des premiers Wired, McLuhan avait déjà prédit bien des choses.. « Understanding Media is a timeless analysis of how language, speech and technology... »

              NB2 : En France, vous aviez 10 ans de retard. France Télécomique avait mis le boisseau.. Seuls quelques pionniers sur compuserve, ou le BBS de Billaut, avec Gopher.. Je parle des années 80, la fin, mais pas 94.

              NB3 : Les pb posés par l’état de la planète et la famine prochaine, et la guerre supersede largement les effets dévastateurs de l’Internet ou du spectron qui, eux, n’ont détruit que la civilisation. Utne Reader a fait un bon dossier sur la famine qui pointe. A moins de nucléariser, ce qui n’est pas sans risque pour elle, l’oligarchie est quand même emmerdée avec ses 10 milliards de bipèdes. C’est pas l’Internet qui va l’aider..

              • Aldous Aldous 1er février 2012 16:50

                Et bon commentaires (Aldous)

                merci !


              • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 17:53

                Lgcontact :
                Ne pensez vous pas que votre schéma de raisonnement concernant Internet et l’asservissement qui peut en suivre ne peut pas s’appliquer à d’autres formes : TV ? Radio en son temps. Pensée dominante... ?

                Ah si, complètement. C’est pour cela que j’ai autant parlé de la TV dans la partie 2. Ce n’est d’ailleurs en aucune façon un hasard, et puisque vous parlez de « pensée dominante », parlons aussi du concept de « tittytainment », conceptualisé par M. Brzezinski :

                "Tittytainment, selon Brzezinski, est une combinaison des mots entertainment et tits, le terme d’argot américain pour désigner les seins. Brzezinski pense moins au sexe, en l’occurrence, qu’au lait qui coule de la poitrine d’une mère qui allaite. Un cocktail de divertissement abrutissant et d’alimentation suffisante permettrait selon lui de maintenir de bonne humeur la population frustrée de la planète." (Hans-Peter Martin et Harald Schumann, Le Piège de la mondialisation).

                N’y a t-il pas des différences entre les individus dans les réceptions et le traitements des données ? A savoir qu’un habituer qui travail habituellement un domaine devient meilleur en celui-ci. Et donc évolue ?

                Cela me semble évident, mais même dans le cas le plus extrême, le facteur temps est crucial pour le développement de la pensée. Notez que je parle bien de pensée, pas de calcul mental, de mémorisation de l’information, ou de résolution d’un problème déjà circonscrit (c’est à dire, à moitié résolu). Où voulez-vous en venir ?


              • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 17:57

                Lgcontact :
                A savoir qu’un habituer qui travail habituellement un domaine devient meilleur en celui-ci. Et donc évolue ?

                D’ailleurs, je précise juste un petit détail, pour éviter toute confusion : devenir meilleur dans une activité donnée (c’est à dire plus performant) n’est pas synonyme d’évolution.


              • Bovinus Bovinus 1er février 2012 00:07

                Lgcontact :
                Que nos différences de compréhensions des informations nous asservies ou non à Internet ?

                Moui. Plus précisément, il me semble que ce qui nous asservit ou non à Internet, c’est notre vide intérieur. Le gros problème, c’est que la plupart des gens, qu’on peut appeler consommateurs si on emploie le vocabulaire moderne, et qu’on appelait païens il y a quelques siècles, se comportent comme si ils étaient des coquilles vides, qu’il faudrait à tout prix remplir de tout et de n’importe quoi : (mauvaise) musique dont on s’assomme, images (grotesques) dont on se gave, (mauvaise) nourriture dont on se goinfre, (mauvais) alcool dont on se soûle, jeux virtuels (déments) où on s’oublie, etc.

                Le Net n’est qu’un moyen contemporain de s’aliéner comme tous les autres que je viens d’énumérer en exemple. Maintenant que le déploiement d’Internet est pour l’essentiel achevé, il a l’avantage de ne consommer que de l’électricité en termes de ressources, ce qui, considérant le rapport entre le potentiel d’abrutissement obtenu et les ressources consommées apparaît comme extrêmement rentable.


              • Aldous Aldous 1er février 2012 14:50

                Brzezinski, le grand théoriciens de l’horreur contemporaine.




              • Aldous Aldous 2 février 2012 19:37

                Vous avez raison. Je lui avais d’ailleurs consacré un article entier sur AV.


              • Diane-Annabelle 31 janvier 2012 18:21

                Sur le fond, c’est un excellent article, faisant tout à la fois l’historique et la projection dans l’avenir d’un outil -doit-on s’en féliciter ou le regretter- devenu incontournable.
                Je me réserve de le relire à tête reposée et n’en commenterai donc pas davantage la teneur.

                Sur la forme, nonobstant la longueur du texte somme toute assez peu fréquente ici (et qui en rebutera vraisemblablement plus d’un), il n’y a rien à redire, l’exercice est d’autant plus remarquable qu’il est long : phrases claires, vocabulaire précis, orthographe impeccable ; on sent le rédacteur et l’érudit !

                un petit joyau parmi d’autres, et de fait l’élément déclencheur de mon intervention, je l’avoue :

                ..Le plus pernicieux dans le Net se trouve être le médium lui-même ..

                Enfin quelqu’un qui ne parle pas d’un « media » pour désigner un support mais bien d’un « medium », dont « media » est le pluriel, comme chaque latiniste le sait.
                (Le comble du pédantisme involontaire à ce propos étant l’utilisation de l’expression « les medias », marquant ainsi le pluriel d’un pluriel ; travers hélas furieusement répandu et apparemment universellement admis, même par certaines instances académiques !)


                • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 21:38

                  Merci pour tous ces éloges, que je ne mérite assurément pas (mais ça fait plaisir quand même) ; je ne suis ni vraiment rédacteur (c’est plutôt une ambition à long terme), ni vraiment érudit (simplement sincèrement intéressé par ce que j’étudie, et surtout, j’ai la chance d’avoir un peu de temps libre).

                  Il y a d’ailleurs faute d’orthographe sur « medium » dans ma phrase, puisque ce mot devrait s’écrire sans accent aigu, c’est plutôt une faute de frappe en fait. J’ai fait un peu de latin au collège, mais j’étais très mauvais et me suis empressé de tout oublier dès que mes parents m’ont lâché avec ça. En l’occurrence, je l’ai écrit de cette façon par anglicisme (le pluriel des mots latins se fait en latin en anglais...).

                  Mais vous ne vous en tirerez pas à si bon compte : j’attends impatiemment vos critiques ! smiley


                • herbe herbe 31 janvier 2012 21:27

                  Intéressant le raisonnement mais amha avis il souffre du même biais que celui d’Ellul dans le « bluff technologique », vous y faites d’ailleurs allusion (internet au service de), ce n’est pas la technologie et donc internet qui pose problème, c’est son usage. 

                  La révolution sociétale qui se fait attendre (ça vient) implique une re priorisation des valeurs (quand ce n’est pas leur inversion tout court).

                  Par exemple voici une potentielle révolution qui s’annonce :

                  (sous titrage disponible)

                  Voulons nous continuer avec ce genre de technologies dans une société minée par les inégalités et injustice ?
                  Ou mettrons nous enfin ces mêmes technos au service de la réduction de toutes les fractures sociétales ?

                  C’est toujours l’éternelle lutte entre Eros et Thanatos...

                  De mon point de vue la technique peut être un formidable levier d’aliénation (c’est ce que vous privilégiez comme thèse il me semble) comme elle peut être aussi un formidable auxiliaire de libération.

                  Cette hypothèse a d’ailleurs été prise en compte par les forces aliénantes puisqu’elles tentent en ce moment même de brider ce potentiel liberté d’internet avec toutes les initiatives de contrôle et de verrouillage que l’on connait...mais ne nous trompons pas, cet internet là, leur internet n’est pas à confondre avec l’internet libertaire utopie réalisée des pionniers libertaires...
                  Le confondre c’est déjà se résigner à perdre la ou es batailles pour les libertés...

                  • herbe herbe 31 janvier 2012 21:36

                    Je viens de relire la fiche wikipédia sur Ellul et finalement je trouve que au final il converge juste (ouf) grâce à cette phrase synthétique :


                    « Si en effet, comme il l’affirme, laliénation ne vient pas de la technique mais du « sacré transféré à la technique  », que lui propose t-il pour se libérer de ce sacré ? »

                  • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 22:32

                    @ herbe

                    Merci de votre commentaire. De plus, vous me faites découvrir un auteur qui paraît très digne d’intérêt. Jacques Ellul est ajouté à ma liste de lecture (qui ne cesse de s’allonger...).

                    De mon point de vue la technique peut être un formidable levier d’aliénation (c’est ce que vous privilégiez comme thèse il me semble) comme elle peut être aussi un formidable auxiliaire de libération.

                    Je ne suis pas d’accord avec la deuxième partie de la phrase. La libération véritable n’a pas besoin de technique, elle se passe d’abord dans l’esprit et ensuite se traduit en valeurs et principes, qui guident ensuite les actes. Tout le reste est négligeable. Les moyens matériels, les outils employés pour matérialiser ces actes n’ont aucune importance. Faute de tracteur, on peut aussi employer un tank pour labourer un champ...

                    Une pelle peut servir à planter des patates, mais on peut aussi tuer avec. Sa fonction dépend uniquement de l’homme qui la manipule. Internet (en tant qu’assemblage de câbles et d’ordinateurs) est à mettre au même niveau qu’une pelle ; tant qu’il est utile, pourquoi ne pas s’en servir en effet ? Ce dont je parle dans l’article, c’est le Net en tant que entité dématérialisée, et qui pour la vaste majorité de ses usagers ressemble fort à une sorte d’idole, un Veau d’Or. Sur un homme déjà libre, ce truc n’a aucun pouvoir, mais je ne vois pas en quoi il peut contribuer à libérer un adorateur fasciné, à part peut-être par une overdose entraînant un dégoût ?

                    L’hypothèse de l’Internet libertaire et « résistant », que j’ai d’ailleurs déjà mentionné en répondant à Aldous ci-dessus paraît à première vue séduisante, d’ailleurs nous en sommes tous les naïves victimes, moi-même compris puisque je suis là à en débattre. Il semble que les élites essaient de museler cet Internet dissident, mais essaient-elles vraiment ou font-elles juste semblant d’essayer, pour mieux nous y faire croire ? À mon avis, et apparemment, c’est aussi l’opinion d’Aldous, elles se servent de cet « Internet dissident » pour nous ficher et établir nos profils psy. À l’avenir, ça peut aussi être un bon moyen de chantage pour les éléments « repentis » (ça existe aussi).

                    La question me paraît difficile, c’est pourquoi j’ai préféré ne pas y répondre dans l’article et la laisser ouverte pour un éventuel débat.


                  • herbe herbe 31 janvier 2012 22:42

                    Merci pour votre réponse, je reconnais aussi qu’il y a matière à débat...


                    Alors le débat, ne serait ce pas à apporter au crédit de l’apport à la lucidité que permet aussi Internet..je vous taquine...

                    Au plaisir

                  • Zobi Aldo Rifort 31 janvier 2012 21:38

                    En lisant cet article généreux, je me suis demandé si il ne parlait pas plus du sort de l’homme que d ’Internet lui-même. Le dernier paragraphe est en ce sens, très frappant. Si ’homme n’est donc pas libre - et imparfait - , comment peut-on lui demander de créer un outil libre et parfait ? :p


                    • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 22:58

                      Excellente observation, M. Aldo Rifort ! Le fond de l’article est en effet la condition humaine, son état de servitude. Personne, pas même la très haute élite n’est libre ; les individus libres existent, mais se comptent en unités par rapport à la grande masse des esclaves. En ce sens, rien de ce que nous pouvons créer ou fabriquer ne peut nous aider, le véritable enjeu est ailleurs. Ce n’est pas à nos mains de libérer notre esprit, mais l’inverse.


                    • Zobi Aldo Rifort 31 janvier 2012 23:28

                      C’est bien dit msieur l’auteur.
                      Bob Marley l’a chanté également ;)
                      « Emancipate yourself from mental slavery, none but ourselves can free our mind. »
                      http://youtu.be/MJHgMD1S0bg
                      Amicalement.


                    • eoking eoking 31 janvier 2012 21:40

                      Article très intéressant, permettant de saisir une approche différente du Word Wide Web. Des ressources qui aident à comprendre plus en profondeur l’article et des auteurs auxquels je vais m’intéresser de plus près (Edward Bernays, Jean Baudrillard).


                      Je pense néanmoins qu’un rejet complet d’internet n’est pas vraiment possible. En effet, je m’en sert chaque jour pour m’abrutir devant Facebook, et autres abrutissants du net néanmoins, sans cet Internet, jamais je n’aurai connu Agoravox que je visite aussi chaque jour afin d’y lire les divers articles qui m’intéressent. Je pense qu’internet, seulement s’il est bien utilisé peut nous être vraiment utile, à nous citoyens. Il suffit juste d’y faire un tri, de trouver les bons sites, les informations pertinentes et il ne pourra nous être que bénéfique. 

                      Il est quand même merveilleux de pouvoir ouvrir le débat avec des personnes à des dizaines, des centaines de kilomètres voir plus de chez soi. Surtout quand on a pas tout le temps l’occasion de le faire dans notre vie non-virtuelle.

                      Il faut finalement que nous utilisions bien cet outil et c’est ce peut être l’apprentissage qu’il faut revendiquer et choisir pour les générations futures. Sinon, il est vrai que nous allons droit dans le mur..

                      • Bovinus Bovinus 31 janvier 2012 23:33

                        Merci d’avoir pris le temps de lire et de commenter.

                        Je pense néanmoins qu’un rejet complet d’internet n’est pas vraiment possible.

                        C’est évidemment possible (demandez aux Afghans ou aux Inuits), mais ce serait une réponse radicale à une question que, finalement, je ne pose pas. La bonne question serait plutôt « à quoi bon s’en servir ? », qui peut donner lieu à des réponses beaucoup plus intéressantes, et amener d’autres questions, non moins dignes d’intérêt. Par exemple : « que puis-je en faire d’utile ? » ou bien « ai-je BESOIN d’y passer autant de temps ? », sous-entendant « n’ai-je pas MIEUX à faire ? », qui, toutes, laissent à cet outil un emploi possible, mais le remettent en même temps fermement à sa place.

                        Je pense qu’internet, seulement s’il est bien utilisé peut nous être vraiment utile, à nous citoyens.

                        Non. Ça c’est la version qu’essaient de nous fourguer nos maîtres, par l’entremise des « indignés ». Ce dont nous avons urgemment besoin en tant que citoyens ce serait plutôt de véritable conscience politique et d’armes, ainsi que d’agoras dans chaque ville, chaque bourg et village.

                        Il est quand même merveilleux de pouvoir ouvrir le débat avec des personnes à des dizaines, des centaines de kilomètres voir plus de chez soi. Surtout quand on a pas tout le temps l’occasion de le faire dans notre vie non-virtuelle.

                        Oui, mais... ces « débats » ne seraient-ils pas quelque part une sorte d’autosatisfaction narcissique, une flatterie faite à son propre ego ? Nous en sommes tous plus ou moins victimes, je sors de la même « culture » que vous. Parfois, il est vrai, il nous apportent vraiment quelque chose (comme je l’écrivais plus haut à herbe, grâce à lui j’ai découvert J. Ellul). Grâce à moi, vous avez découvert Bernays et Baudrillard... mais il y a tout de même un truc qui cloche. À quoi bon ouvrir des débats (anonymement) avec des personnes (inconnues) qui peuvent être à l’autre bout du monde, alors qu’on pourrait le faire avec son voisin, qui vit à deux mètres de chez vous, juste derrière la cloison qui sépare vos cages ?

                        Ne serait-ce pas plutôt une sorte de « prothèse » sociale compensant un manque réel, à savoir le manque de véritables rapports humains ? Ce qui, par ailleurs, n’est en aucun cas une situation « normale ». Il est vrai que de nos jours, on a tendance à voir un agresseur potentiel en chaque inconnu... Au lieu de chercher à justifier un truc (le Net virtuel) dont nous n’avons en aucune manière besoin (sauf peut-être si on est paralysé, et encore...), on ferait mieux de se demander comment on en est arrivé à être en train d’essayer de le justifier.

                        Dans quelques mois, éclatera peut-être la pire crise économique jamais vue ; nous risquons d’être alors vraiment dans la dèche (c’est à dire que certains d’entre nous vont avoir faim ou se retrouver dans la rue). Croyez-moi, Internet sera la dernière chose dont nous aurons besoin à ce moment-là.



                      • eoking eoking 1er février 2012 21:13

                        Non. Ça c’est la version qu’essaient de nous fourguer nos maîtres, par l’entremise des « indignés ». 


                        Que voulez vous dire par cette affirmation ? J’ai du mal à saisir .

                        Je suis assez d’accord avec vous ici

                        À quoi bon ouvrir des débats (anonymement) avec des personnes (inconnues) qui peuvent être à l’autre bout du monde, alors qu’on pourrait le faire avec son voisin, qui vit à deux mètres de chez vous, juste derrière la cloison qui sépare vos cages ?  

                        et la :

                        Ne serait-ce pas plutôt une sorte de « prothèse » sociale compensant un manque réel, à savoir le manque de véritables rapports humains ? 

                        Les véritables rapports humains se perdent, c’est un fait (enfin, je ne me suis pas plus penché que ça sur l’affirmation). Mais la question est finalement de savoir d’ou vient ce manque de rapports humains ? Elle peut aussi nous amener à la question suivante : Ces rapports étaient-ils plus fréquents « avant » ? On pourrait penser qu’avec l’arrivée d’internet pour une bonne partie de la société, les rencontres et les rapports entre humains augmentent (rencontres via facebook etc..) mais c’est le contraire qui se produit. Je pense qu’une des hypothèses possibles à cette diminution des rapports humains réside dans le fait justement du temps passé sur Internet. Si nous y passons beaucoup de temps, comment rencontrer en chair et en os les personnes à qui l’on parle sur cette plateforme ? D’ailleurs, vous avez très bien posé la question : « ai-je BESOIN d’y passer autant de temps ? » 

                        Pour ce qui est de la fin, vous avez parfaitement raison. Internet ne nourrit pas (à moins d’avoir un métier en connection direct avec) et ne donne pas non plus un logement à ceux qui n’en n’ont pas.

                        J’ai aussi lu votre lien et je pense qu’il est plutôt intéressant de le lire afin d’approfondir toute cette analyse de l’Internet.

                      • Bovinus Bovinus 2 février 2012 02:19

                        eoking :
                        Que voulez vous dire par cette affirmation ? J’ai du mal à saisir .

                        Je faisais référence à ces groupuscules mal identifiés qui proposent une démocratie « réelle » ou « directe » ou <insérer variable> via Internet. Après les révolutions Facebook, on nous propose la démocratie Facebook... faut avouer qu’il y a une certaine logique là-dedans.

                        On pourrait penser qu’avec l’arrivée d’internet pour une bonne partie de la société, les rencontres et les rapports entre humains augmentent (rencontres via facebook etc..) mais c’est le contraire qui se produit. Je pense qu’une des hypothèses possibles à cette diminution des rapports humains réside dans le fait justement du temps passé sur Internet. Si nous y passons beaucoup de temps, comment rencontrer en chair et en os les personnes à qui l’on parle sur cette plateforme ?

                        Tout à fait, c’est le même genre de gouffre entre ce qu’on nous promet et la réalité que celui que constate N. Carr entre l’abondance d’information sur le Net, pourtant censée alimenter la pensée, et le cerveau qui s’atrophie à force de la consulter. Le Net est décidément plein de fâcheux paradoxes.

                        Quoique je ne dirais pas que le Net est le responsable du fait qu’on s’est retrouvé isolés les uns des autres, je le vois plutôt comme un pansement censé soulager le mal, mais qui au final le renforce. Cette évolution était déjà accomplie avant l’arrivée du Net et on pourrait tout aussi bien la mettre sur le compte de la TV, et être toujours à côté de la plaque. Les véritables causes sont culturelles et économiques. Bien les traiter à fond nécessiterait tout un traité, mais pour aller (très) vite, je dirais en vrac :

                        - exode rural et avènement de la « mobilité professionnelle »
                        - éclatement de la cellule familiale
                        - entretien d’un climat de peur et de violence par l’entremise des mass media (faits divers, guerres, terrorisme, phénomènes de ghettoïsation, films violents ou horreur, etc)
                        - dévalorisation systématique des valeurs traditionnelles telles que la fidélité ou l’amitié, perte de repères spirituels
                        - glissement vers la superficialité des rapports humains résultant du développement de la marchandisation à outrance et d’une sorte de mise en compétition des individus dans la consommation
                        - propagation de la culture du narcissisme et de l’individualisme
                        - idéologie de la « concurrence » (concurrence qui reste largement indéfinie et qui déborde de plus en plus du strict cadre économique)

                        On a fait à peu près le tour pour les grandes tendances.


                      • Bovinus Bovinus 2 février 2012 11:07

                        @ scipion165 :

                        J’avoue que je ne pensais pas faire l’objet d’une critique d’ « en haut » (par ailleurs, tout à fait justifiée). Pour ma « défense » je dirai d’une part que je manque encore de culture sur le sujet pour construire une critique solide de ce que vous appelez « la racine », mais que je pense pouvoir sans trop de mal identifier ; d’autre part, si la démarche de critiquer les manifestations « mineures » telles que Internet, les médias en général ou encore, notre système économique est peut-être dans une certaine mesure peu utile, éradiquer le « mal » n’est pas mon but dans une telle démarche. Ce que je cherche à faire, c’est pousser mon lecteur à commencer à se poser des questions sur ce qu’il voit autour de lui, et en ce sens, s’en prendre aux éléments de son monde auxquels il est le plus souvent confronté me paraît une démarche valide. Mon prochain texte portera sur la monnaie.

                        Il fut un temps, je n’y voyais rien de mal ou d’inhabituel, ou plutôt, je sentais confusément qu’il y avait un truc qui clochait mais sans pouvoir le définir d’une quelconque façon. Trouver la vraie cause m’a pris des années, et je suis parti du plus bas vers le plus haut. Exiger de tout un chacun qu’il appréhende tout d’un seul coup est à mon avis présomptueux et contre-productif.

                        Je me permets de me citer moi-même, une réponse faite hier soir à un commentateur sur ce fil même, ci-dessous :

                        "En revanche, je peux essayer vous expliquer pourquoi vous retrouvez des similitudes entre la thèse de Debord (que j’approuve totalement) et ce que j’écris. Le dénominateur commun est probablement un intérêt pour la pensée traditionaliste. Voir René Guénon - La crise du monde moderne , ou bien, en moins « ésotérique » et plus près de nos référents rationnels, Christopher Lasch - La culture du narcissisme. Une fois qu’on a compris où se trouvent la différence essentielle entre la Tradition et le « modernisme », on voit très vite la vraie valeur des doctrines, des théories, des systèmes et des diverses démonstrations et réalisations matérielles issues du monde moderne. Tout ça ne vaut pas un clou, quel que soit le nom dont on l’affuble : capitalisme, libéralisme, productivisme, realpolitik, communisme, socialisme, démocratie, universalisme, humanisme, etc. La société du spectacle, est la conséquence logique du mensonge fondamental qui est derrière tout cela ; quand la réalité est moche, il faut être bon contorsionniste et bonimenteur pour maintenir l’illusion de l’adhésion des masses (qu’il faut également créer)"

                        J’ai bien peur que vous ne prêchiez un converti...


                      • Schismaticus 11 février 2012 13:22

                        @Bovinus : Ce qui me gêne dans votre discours, c’est le rejet en bloc de l’informatique et surtout d’internet avec comme argumentaire principal le non-besoin de cet outil. 

                        Je pense qu’alors on peut en dire de même de la musique (et autre forme de culture), qui n’a aucune utilité fondamentale et qui pourtant suit l’Homme depuis toujours. La musique n’apporte pas la vie, mais elle est présente dans toutes cultures.
                        Internet n’est pas un besoin vital, mais est-ce un argument pour le dénigrer ? 


                      • Bovinus Bovinus 11 février 2012 16:14

                        Schismaticus :
                        Ce qui me gêne dans votre discours, c’est le rejet en bloc de l’informatique et surtout d’internet avec comme argumentaire principal le non-besoin de cet outil.

                        Avez-vous lu l’article ? Mon argumentaire principal n’est pas qu’on n’a pas besoin de cet outil. Ce serait plutôt, je me cite moi-même :

                        L’Internet, au sens virtuel du terme, est également une application remarquable du « stratagème des chaînes » , mais cette fois du point de vue social. Le Net, pourtant censé nous faire gagner du temps, en réalité nous en fait perdre énormément, atrophie nos capacités intellectuelles alors qu’il est censé au contraire les stimuler, nous transforme en larves en nous tenant scotchés devant nos écrans, nous fait acheter des objets dont nous n’avons pas besoin, nous sature de publicité, pousse à la communautarisation et la discorde plutôt qu’au rassemblement et à l’union, nous espionne et encourage démesurément la tendance à la relativisation et à la médiocrité.

                        Ça fait beaucoup de points négatifs, dont certains particulièrement graves, pour un truc qui n’apporte pas tant que cela. Je suis néanmoins assez raisonnable, puisque :

                        ... aussi longtemps qu’il nous est effectivement utile, on peut envisager de s’en servir. Dès qu’il devient intrusif au point d’exercer une influence sur nos habitudes, nos comportements, nos décisions, ou pire encore, notre organisme, il doit être écarté sans la moindre hésitation.

                        Quant à la comparaison avec la musique, elle ne me paraît pas très heureuse ; on ne compare pas un art à un objet utilitaire. C’est comme comparer la sculpture et un tire-bouchon, cela n’a aucun sens.


                      • storm storm 1er février 2012 02:29

                        bonjour, j’ai pas tout lu, du au fait que les longs textes, je les consomme en bouquin, ou en audio : )

                        Ceci dit, je suis assez d’accord avec les constats et réflexions que j’ai pu lire

                        Sinon, avant l’avènement du haut débit, la situation était moins catastrophique : pas ou très peu de pub, pas de commerce, que des sites de passionnés (période prè-wikiped), savant désireux de partager leur savoir plutôt que leur week-end... Le bonheur !


                        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 1er février 2012 12:22

                          Bravo à l’auteur pour cet article de qualité.

                          Nous sommes une société de drogués.


                          • Bovinus Bovinus 2 février 2012 00:59

                            Votre intérêt me fait honneur. Merci.



                            • appoline appoline 1er février 2012 16:32

                              Merci à l’auteur pour cet article qui a dû lui demander un travail fou.

                              Il est intéressant de voir la progression du net et ses effets pervers mais il reste néanmoins une des rares possibilités, pour celui ou celle qui veut bien s’y pencher, une source d’informations. Ceci dit la désinformation va devenir un terrain de jeu pour certain et je dois avouer que cela est redoutable.

                              • Bovinus Bovinus 2 février 2012 00:49

                                Merci. En effet, j’y ai consacré la quasi-totalité de mon temps libre pendant à peu près un mois, je ne suis pas très performant coté productivité.

                                Comme vous le soulignez, ainsi que d’autres ci-dessus, le net dans notre société reste néanmoins la seule source d’information « libre » (Alain Soral le disait encore dans sa conférence à Toulon qui est publiée sur agoravox.tv ), et c’est par là qu’ « ils » tiennent ceux qui ne sont pas encore totalement lobotomisés. Le risque majeur est évidemment qu’ils peuvent débrancher tout ça quand bon leur semblera, ou bien, subvertir les sources d’info considérées comme « libres ». Que fera-t-on alors ?


                              • lejules lejules 1er février 2012 17:14

                                bonjour
                                une des dificultés avec internet c’est l’integration des données.Quand je lis un texte j’ai un mal fou a en faire rapidement une synthese. les mots passent et glissent en nuage de fumée sur le miroir de ma reflexion. je ne peux plus reflechir. 
                                alors souvent j’imprime le texte pour mieux en prendre conscience et mieux en voir ses implications.
                                tout se passe comme si lire sur ecran nous hypnotisait et endormait toute nos facultés de synthese et de reflexion.
                                ne sommes nous pas dans un phénomene d’auto-hypnose de masse qui expliquerait l’endormissement des consciences ?
                                merci de votre article j’imprime et je reviens 


                                • Zobi Aldo Rifort 1er février 2012 22:13

                                  Pouvons-nous faire le parallèle avec le phénomène de la téléphonie mobile qui a explosé de manière encore plus... voyante ?


                                • Lacenaire 1er février 2012 23:43

                                  Merci pour votre excellent article.


                                  J’aimerais m’entretenir avec vous dans le cadre de mon mémoire, s’articulant autour de la contradiction nécessaire entre l’oeuvre théorique et sa réalisation pratique chez Debord. J’imagine que vous connaissez Guy Debord, tant La société du spectacle qu’il attaque et dépasse se rapproche de certains de vos constats. Je pense publier des morceaux WorkInProgress (nous sommes sur Internet, non ?) sur AgoraVox, que je découvre.

                                  Au-delà de mes préoccupations relativement scolaires, je serais très intéressé de confronter certaines idées à propos de l’Internationale situationniste, la métagraphie, la psychogéographie, les hypostases, les hurlements, la dérive, et surtout l’état de révolution permanente...

                                  Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à me contacter, par je ne sais quel moyen cybernétique.

                                  Amicalement.

                                  • Bovinus Bovinus 2 février 2012 01:37

                                    Merci de votre intérêt. J’ai bien peur, en revanche, de ne pas vous être d’une grande utilité pour votre mémoire, car ma discipline est la géopolitique. Comme vous le savez, c’est un champ d’étude assez vaste, qui recoupe plusieurs sciences politiques. Outre les relations internationales et l’histoire-géo, je suis amené régulièrement à m’intéresser à la philo politique et à l’économie et parfois aussi à la sociologie, mais vraiment au niveau de base. En plus, j’ai honte de l’avouer, mais je n’ai même pas lu La société du spectacle (je sais tout de même de quoi ça parle, heureusement), vide que je compte combler aussi vite que possible.

                                    Si j’ai bien saisi, votre mémoire c’est plutôt de la sociologie, voire de l’anthropologie ? Je ne pense pas pouvoir vous aider là-dessus.

                                    En revanche, je peux essayer vous expliquer pourquoi vous retrouvez des similitudes entre la thèse de Debord (que j’approuve totalement) et ce que j’écris. Le dénominateur commun est probablement un intérêt pour la pensée traditionaliste. Voir René Guénon - La crise du monde moderne , ou bien, en moins « ésotérique » et plus près de nos référents rationnels, Christopher Lasch - La culture du narcissisme. Une fois qu’on a compris où se trouvent la différence essentielle entre la Tradition et le « modernisme », on voit très vite la vraie valeur des doctrines, des théories, des systèmes et des diverses démonstrations et réalisations matérielles issues du monde moderne. Tout ça ne vaut pas un clou, quel que soit le nom dont on l’affuble : capitalisme, libéralisme, productivisme, realpolitik, communisme, socialisme, démocratie, universalisme, humanisme, etc. La société du spectacle, est la conséquence logique du mensonge fondamental qui est derrière tout cela ; quand la réalité est moche, il faut être bon contorsionniste et bonimenteur pour maintenir l’illusion de l’adhésion des masses (qu’il faut également créer).


                                  • al.terre.natif 3 février 2012 14:46

                                    Bon, j’ai mis 3 jours à lire ce superbe article !! Ca en valait la peine !

                                    Vraiment très intéressant.

                                    Peut être juste un manque d’optimisme, mais je comprend qu’il ne soit pas présent après de telles recherches ... 

                                    => heureusement, on trouve aussi sur internet tout un tas de bonnes choses, des détonateurs de pensée, ou claquements de doigts qui réveille de l’hypnose (comme cet article par exemple), qui même si cette pensée est déconstruite depuis quelques années, permettent d’interpeller, de changer eux aussi le cerveau des lecteurs.

                                    Bien sûr, c’est loin d’être la norme, surtout en terme de temps gaspillé en divertissement, mais il faut reconnaitre que de plus en plus de sujets sérieux émergent du tas de boue ou ils sont ensevelis. J’ai mis plusieurs années de recherches (morcelées) à prendre la mesure de notions comme Nouvel Ordre Mondial, ou l’Hypnose générale des médias (télé surtout, mais également internet, comme l’auteur le souligne).

                                    Même si ce n’est pas la majorité (la fameuse qui justifie tout au nom de la démocratie), ces contenus existent, se développent, et grâce aux technologies issues des recherches marketing et autres, arrivent parfois a percer la couche « protectrice » de merde qui les recouvrent.

                                    Ca vaut le coup de continuer d’écrire sur le net, de développer des projets. Pas pour exploiter de potentiels revenus publicitaires, ni pour développer le nouveau facebook, mais simplement pour permettre à d’autres de se sortir de l’hypnose générale, échanger, confronter, ... bref, avancer.

                                    Maintenant, c’est bien de rappeler également que la vie réelle nous attends, et que la politique (par exemple) n’est pas un sujet de sondages, d’enquêtes, de phrases plus ou moins bonnes, ni de vidéos sur le net, c’est avant tout un devoir de chacun ... dans le monde réel !

                                    Un grand Merci !


                                    • Bovinus Bovinus 3 février 2012 17:46

                                      Merci de votre commentaire. Quelques remarques de ma part :

                                      J’ai mis plusieurs années de recherches (morcelées) à prendre la mesure de notions comme Nouvel Ordre Mondial, ou l’Hypnose générale des médias (télé surtout, mais également internet, comme l’auteur le souligne).

                                      La façon dont on parvient à la compréhension de la réalité importe finalement assez peu ; ce qui est intéressant, c’est le détonateur ; à un moment donné, quelque chose vous a poussé à ne plus vous contenter des balivernes qu’on vous servait en guise de réponses, et vous mettre à en chercher d’autres. On peut (encore) en trouver un certain nombre sur le Net, mais pas toutes.

                                      Même si ce n’est pas la majorité (la fameuse qui justifie tout au nom de la démocratie), ces contenus existent, se développent, et grâce aux technologies issues des recherches marketing et autres, arrivent parfois a percer la couche « protectrice » de merde qui les recouvrent.

                                      C’est là que j’ai des doutes. Si on ne veut pas qu’un site subsiste, on le fait fermer, ça se fait très facilement. De plus en plus de « dissidents » se réfugient chez les Russes (étrange paradoxe : le vilain méchant Poutine accueille les martyrs dissidents de l’Ouest), on le constate sur Russia Today ou Rutube.ru . Ce n’est pas qu’ils sont en danger de mort (pas encore, du moins), mais le champ des media est extrêmement contrôlé.

                                      L’avantage principal du Net pour la publication de contenu tient en fait à une seule chose : sa dématérialisation. Celle-ci permet une entrée, une publication et une diffusion à coût zéro, ou en tout cas, extrêmement peu élevé. Mais il y a des contreparties : on sait exactement QUI est l’auteur et OÙ le chopper. Ce qui n’était pas le cas avec les samizdats soviétiques qu’on se passait sous le manteau, mais qui atteignaient néanmoins une audience considérable.

                                      Au sujet des techniques promotionnelles, que chacun se met à pratiquer plus ou moins, espérant accroître ainsi la fréquentation de son blog ou de son site, mon sentiment est plutôt négatif. À partir du moment où on accepte de se soumettre à ce cirque, on accepte aussi implicitement de reconnaître que ce qu’on cherche à promouvoir n’est rien d’autre qu’un produit, une objet consommable à mettre au même niveau qu’un mouchoir jetable. Une œuvre intellectuelle, une création de l’esprit, ne se consomme pas ; partant de là, elle n’a pas besoin de faire l’objet d’une quelconque promotion. Ce n’est pas qu’un caprice taxinomique, une telle conception des choses est chargée d’implications très sérieuses.

                                      Ca vaut le coup de continuer d’écrire sur le net, de développer des projets. Pas pour exploiter de potentiels revenus publicitaires, ni pour développer le nouveau facebook, mais simplement pour permettre à d’autres de se sortir de l’hypnose générale, échanger, confronter, ... bref, avancer.

                                      Là aussi, je suis assez réservé. Il faut savoir qu’on nous le fera payer à un moment ou un autre. D’autre part, cela ne permet en aucune façon de sortir des gens de l’ « hypnose générale », car ceux qui s’intéressent à ce genre de textes en sont déjà sortis. Une fois que le déclic s’est produit, c’est rarement réversible ; tout ce qu’il leur reste à faire, c’est de trouver les réponses, et certaines sont moins importantes que d’autres. Ceux qui en revanche ne veulent pas se réveiller s’ingénieront à nier l’évidence la plus irréfutable, le cas de M. Pelletier ci-dessus est assez éloquent. Enfin, l’échange n’est pas toujours fructueux. Il se fait souvent en vue de satisfaire son propre narcissisme, ce qui donne lieu à un dialogue de sourds, où chacun parle, mais aucun n’entend.

                                      Maintenant, c’est bien de rappeler également que la vie réelle nous attends, et que la politique (par exemple) n’est pas un sujet de sondages, d’enquêtes, de phrases plus ou moins bonnes, ni de vidéos sur le net, c’est avant tout un devoir de chacun ... dans le monde réel !

                                      Ne me faites pas dire ce que je n’ai point dit ; je ne conçois pas la politique comme une devoir, et je ne pense pas que qui que ce soit ait la moindre légitimité à nous imposer une pareille corvée. La politique est un moyen d’accéder au pouvoir. Dans la situation actuelle, celui-ci est aux mains d’une clique de traîtres, d’incompétents et de bons à rien, qui n’en font rien qui nous soit utile, c’est entendu ; mais si l’on admet votre proposition, selon laquelle la politique serait un devoir, on se retrouve tôt ou tard dans l’obligation de recourir à la violence et au mensonge, puisqu’il va falloir confisquer ce pouvoir à ceux qui le détiennent.

                                      Maintenant, qu’est-ce qui nous garantit que les nouveaux maîtres, une fois les anciens détrônés, ne seront pas pires encore ?


                                    • al.terre.natif 9 février 2012 10:33

                                      @l’auteur

                                      Vous ne m’avez pas compris je penses. La politique est un devoir de citoyen, sinon ce n’est pas une démocratie. Une parodie de démocratie, oui, mais pas la démocratie, au sens premier du terme : le pouvoir au peuple. Or, comme vous le soulignez, la notion de politique est devenu « un moyen d’accéder au pouvoir », dans le sens ou comme nous sommes dans un régime représentatif, les représentants cumulent le pouvoir de tous ceux qu’ils représentent. Mais la politique n’est pas nécessairement comme ca ! Le pouvoir politique doit rester entre les mains de chacun et ne pas être regroupé entre les mains de très peu de personnes. Sinon, bien sûr que ces personnes finiront par être corrompues

                                      « Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt entièrement »

                                      Donc faire de la politique un devoir citoyen, ca ne veux pas dire tous les matins aller a l’assemblée nationale ou à la mairie pour participer a des réunions ... non, ça signifie en tout premier lieu se tenir informé des décisions prises, des lois votés. Et se tenir informer non pas via les médias, qui ne présentent les nouvelles lois que dans le cas ou ils y ont intérêt.

                                      « Maintenant, qu’est-ce qui nous garantit que les nouveaux maîtres, une fois les anciens détrônés, ne seront pas pires encore ? »

                                      => il « suffit » de ne pas choisir d’autre maîtres que soi-même et d’autres limites à notre liberté que les limites de la liberté des autres ....


                                    • Bovinus Bovinus 9 février 2012 23:55

                                      al.terre.natif :
                                      => il « suffit » de ne pas choisir d’autre maîtres que soi-même et d’autres limites à notre liberté que les limites de la liberté des autres ....

                                      Hélas, non, ça ne « suffit » pas. La démocratique Athènes est devenue une thalassocratie agressive et conquérante qui a exercé son hégémonie pendant presque tout le Ve siècle avant JC sur une vaste confédération de cités-États vassalisées, comprenant tout le pourtour de la mer Égée (ce qui, à l’époque, est un empire très considérable). Il a fallu une alliance menée par la traditionaliste et oligarchique Sparte pour en venir à bout (guerre du Péloponnèse).

                                      Ce que je veux dire, c’est que seul un ordre moral supérieur à l’ordre politique existant (quel qu’il soit, le type importe finalement assez peu) est en mesure de donner des garanties « suffisantes » contre la tyrannie et la violence. Cela n’a pas grand chose à voir avec la démocratie (qu’elle soit vraie, comme c’était le cas avec Athènes, ou fausse, comme c’est le cas avec la totalité de nos régimes occidentaux contemporains - excepté, peut-être, la Suisse).


                                    • al.terre.natif 10 février 2012 11:26

                                      @Bovinus

                                      « Ce que je veux dire, c’est que seul un ordre moral supérieur à l’ordre politique existant (quel qu’il soit, le type importe finalement assez peu) est en mesure de donner des garanties »suffisantes« contre la tyrannie et la violence. »

                                      Ordre moral supérieur ? ... j’avoue que j’ai du mal à vous suivre ... Quelle forme aurait cet ordre moral supérieur selon vous ? Un regroupement de personnes ayant pour but l’amélioration de la condition humaine ? => comme les francs maçons ? Ou bien tout à fait autre chose ?

                                      « L’ordre moral supérieur », c’est pour moi la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen, ou un texte similaire. En aucun cas cet « ordre » doit être représenté par des personnes. Car la politique est déjà un ordre supérieur (plus très moral, je vous l’accorde bien volontiers), et les personnes qui ne se préoccupent plus que de politique (de carrière !!) et non de notre pays, sont bien la preuve que ce type de spécialisation fini par tuer le modèle représentatif.

                                      Je n’ai pas de modèle tout défini et tout beau à vous exposer, juste un sentiment profond que la politique, les décisions concernant notre avenir et les règles qui régissent notre vie, doivent être décidés par les citoyens, et non seulement par leurs représentants. Si chaque citoyen avait la possibilité de s’exprimer sur chacune des lois votées, et que l’expression de chacun soit prise en compte, alors nous aurions un système ou le peuple décide vraiment. Je ne dis pas qu’il n’y aurait plus de problèmes, bien évidemment, mais nous serions tous ensemble pour les résoudre, et non pas seulement certains, qui ne font que tirer la couverture vers eux depuis des années, non pas pour servir la France, mais pour se servir eux même avant tout !

                                      Enfin, je n’ai pas de grandes connaissances sur le modèle démocratique de la Grèce antique, mais il me semble que leur système n’avait pas de notion d’universalité. En effet, seuls les citoyens pouvaient prendre part aux décisions, laissant toute une partie de la population (esclaves notamment) sans moyens de participer. Donc ce modèle, aussi précurseur qu’il ait été, n’a jamais pu s’abstraire d’une main d’oeuvre pas cher et qui n’a pas son mot à dire.

                                      De ce point de vue, nous n’avons toujours pas progressé, malgré l’abolition de l’esclavage et le vote à suffrage universel direct, car les petites mains du pays n’ont toujours pas leur mot à dire (en dehors de ces élections présidentielles qui ne représentent plus rien en terme de choix)


                                    • Bovinus Bovinus 11 février 2012 00:37

                                      Ordre moral supérieur ? ... j’avoue que j’ai du mal à vous suivre ... Quelle forme aurait cet ordre moral supérieur selon vous ? Un regroupement de personnes ayant pour but l’amélioration de la condition humaine ? => comme les francs maçons ? Ou bien tout à fait autre chose ?

                                      Vous ne croyez probablement pas si bien dire. Je ne sais pas si vous êtes au courant, ou si vous le dites « par défaut », mais la doctrine distillée par la franc-maçonnerie EST effectivement cet "ordre moral supérieur" qui est à l’origine de nos systèmes politiques faussement démocratiques. Le malheur est qu’il est pervers, corrompu, amoral et malsain. Dans le temps (avant la Réforme, en gros), c’était la chrétienté catholique (ou l’Église orthodoxe pour les chrétiens orthodoxes), puis il y eut une rivalité entre le catholicisme et le protestantisme, que ce dernier a fini par remporter. C’est encore l’Islam pour les musulmans, ou le confucianisme pour bon nombre de peuples asiatiques (Japonais, Chinois, Coréens, Vietnamiens), pour d’autres, c’est le bouddhisme. Le protestantisme est une remise en cause de l’ordre catholique, qui a donné lieu à une interpénétration du judaïsme et du protestantisme, ce qui se matérialise par une foule de sectes et de mouvements plus ou moins secrets ou occultes, dont le plus « en vue » est la franc-maçonnerie (il faut savoir qu’il existe des tas de loges différentes, il y a même une loge maçonnique-judaïque, le B’nai B’rith), mais aussi des mouvements baptistes divers, connus et publics mais toujours sectaires. Vous avez forcément déjà entendu l’expression « civilisation judéo-chrétienne », qu’on nous fait passer pour la nôtre. C’est faux. Notre civilisation est catholique, et non pas « judéo-chrétienne ». La civilisation anglo-saxonne, par contre, est en effet judéo-chrétienne. Les États qui s’en réclament sont, pour faire court, le Royaume-Uni, les États-Unis, tout le Commonwealth, les Pays-Bas, les pays Scandinaves, l’Allemagne (dans une large proportion), la Suisse et l’Italie du Nord (la partie Sud appartient au catholicisme).

                                      Cette étrange pyramide et cet Oeil, à son sommet, qu’on retrouve au sommet de votre fameuse Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ne vous ont-ils jamais interpellé ? Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi le retrouvait-ton sur le dollar américain ?

                                      C’est que les mêmes qui ont été à l’origine de la Révolution britannique ont été aussi à l’origine de la Révolution américaine et de la Révolution française (qui a d’ailleurs donné lieu au premier véritable génocide de l’histoire connue, le génocide des Vendéens). Ce sont toujours les mêmes qui sont réellement au pouvoir, exercé en coulisses depuis une constellation de think tanks, de clubs, de commissions et de conférences, d’organisations, dont certaines commencent à être relativement connues du public, comme le groupe de Bilderberg, la Commission Trilatérale ou encore le Council for Foreign Relations. Les Sarkozy et les Hollande ne sont que des marionnettes chargées de faire croire au brave peuple qu’ils font de la politique et qu’on est en démocratie.

                                      Je n’ai pas de modèle tout défini et tout beau à vous exposer, juste un sentiment profond que la politique, les décisions concernant notre avenir et les règles qui régissent notre vie, doivent être décidés par les citoyens, et non seulement par leurs représentants. Si chaque citoyen avait la possibilité de s’exprimer sur chacune des lois votées, et que l’expression de chacun soit prise en compte, alors nous aurions un système ou le peuple décide vraiment. Je ne dis pas qu’il n’y aurait plus de problèmes, bien évidemment, mais nous serions tous ensemble pour les résoudre, et non pas seulement certains, qui ne font que tirer la couverture vers eux depuis des années, non pas pour servir la France, mais pour se servir eux même avant tout !

                                      Cela nous ramène à ce que je disais plus haut, à savoir, que le meilleur système politique reconnu comme tel, à savoir la démocratie athénienne, ne suffit pas à se prémunir de la guerre, du pillage et de l’esclavage. Pour cela il faut autre chose, et cet autre chose est cet ordre supérieur qui transcende la politique. Disons, pour vous donner un exemple un peu extrême, que je trouve qu’un absolutisme parfaitement moral est préférable à une démocratie corrompue ; l’absolutisme est un régime politique moins performant que la démocratie, mais avec un système de valeurs sain qui le « tienne », il serait tout à fait acceptable, tandis que la démocratie, qui est un système pourtant bien meilleur, serait inévitablement rendue hypocrite, abjecte et meurtrière avec un ordre de valeurs foncièrement malsain.

                                      Enfin, je n’ai pas de grandes connaissances sur le modèle démocratique de la Grèce antique, mais il me semble que leur système n’avait pas de notion d’universalité...

                                      C’est la critique archi-classique qu’on fait au régime athénien : tout le monde n’était pas citoyen. Il ne faut pas confondre le domaine juridique et celui des valeurs, justement. Le régime athénien serait parfaitement transposable aujourd’hui chez nous quasiment tel quel, puisque notre définition du citoyen inclut les femmes qui en étaient exclues à Athènes. Les Athéniens avaient d’autres valeurs, c’est tout. Il n’y a là rien d’étonnant, c’était il y a 2500 ans et c’était une civilisation différente. Le mieux, puisque cette question de la démocratie vous intéresse, ce serait que vous écoutiez Étienne Chouard en parler, ses conférences sont excellentes. Par ailleurs, vous qui pointez l’esclavage ouvert et assumé des Grecs, ne vous y trompez pas, nos sociétés dites démocratiques ont aussi leurs esclaves. Ils sont entassés dans des pays dits « en développement » à faire des jeans 16 heures par jour ou assembler des ordinateurs, ou des fours micro-ondes, mais pas seulement. Il y en a plein tout autour de vous, les banlieues en sont pleines ; ils font tous les sales boulots mal payés et dits « pénibles » : ménage, nettoyage, bâtiment, hôtellerie, restauration, etc. On les appelle « étrangers en situation régularisée », ou bien, en « situation irrégulière », ou encore, « français d’origine étrangère », « catégories socioprofessionnelles à faibles revenus », « précaires », etc. Croyez-vous vraiment qu’ils le font de plein gré ? Si ils ne le faisaient pas, ils mourraient de faim, tout simplement, ou de la rue. Alors, ils choisissent de mourir à petit feu, de peine et d’aliénation.

                                      « L’ordre moral supérieur », c’est pour moi la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen, ou un texte similaire. En aucun cas cet « ordre » doit être représenté par des personnes.

                                      Cette déclaration vaut moins encore que le papier sur lequel elle fut écrite. Toutes les libertés qu’elle garantissait si solennellement sont aujourd’hui limitées, écornées, bafouées, conditionnées et encadrées, quand ce n’est pas abolies tout court. Pareil pour la fameuse constitution américaine (bien meilleure que toutes les nôtres, soit dit en passant), dont il ne restera bientôt plus rien, à force de Patriot Acts et de Defense Authorization Acts.

                                      La nécessité d’un « ordre supérieur » est difficile à expliquer, mais je vais essayer de faire de mon mieux. Cet ordre ne peut être que spirituel et métaphysique. L’esprit se manifeste dans la matière, qu’il engendre et modèle. Concrètement, cela se traduit par une doctrine, qui enseigne des valeurs et une morale, qui s’incarnent en pensées, qui guident ensuite nos actes, qui, finalement, exercent une transformation sur la matière, c’est à dire, toute activité humaine perceptible et ses conséquences. Un tel ordre supérieur, métaphysique, est à la fois un système de valeurs et de morale, c’est ce qui rend le monde harmonieux et cohérent, qui nous situe par rapport à lui et nous dit ce qui est bien et ce qui est mal, ce qui est admissible et inadmissible, ce qui est permis et ce qui ne l’est pas, ce en quoi nous devons croire et comment nous devons interpréter toutes choses.

                                      Prenons l’exemple du rationalisme. Cette « philosophie » née de la pensée de Descartes, qu’on nous cite à tout bout de champ, nie totalement la spiritualité, puisque la démarche de Descartes se base sur le principe du « doute méthodique » et prend comme postulat de départ que tout peut être mis en doute, et doit donc être ignoré ou tenu pour faux jusqu’à ce que la preuve soit établie de la réalité de tel fait. Or, comment voulez-vous « prouver » des choses comme la spiritualité, les valeurs, la morale, la foi, etc ? Ajoutez à cela le relativisme philosophique des sophistes grecs, et les « philosophies » de Spinoza, de Hobbes, celle de Luther et de Calvin, puis Kant et vous avez tous les ingrédients qui vont nous donner notre monde contemporain quelques siècles plus tard. Nous vivons dans un monde basé sur le relativisme, le rationalisme, l’universalisme, l’individualisme, le matérialisme et le libertarianisme. Mais tout ceci constitue bel et bien une doctrine, qui a de fait remplacé la doctrine chrétienne (en en reprenant tout de même quelques éléments). C’est au nom de cette « doctrine » et des « valeurs » qui en résultent qu’on peut de nos jours trouver acceptable que le malheur et la misère côtoient sous nos yeux anesthésiés l’opulence et la richesse, que des étudiants soient contraints de ne plus manger ou, pire, de se prostituer pour payer leurs études, que les « quartiers » deviennent des îlots de barbarie au sein même de nos villes, que l’on nourrit des vaches avec des restes d’abattage, ou encore, qu’on prétend que la concurrence féroce des égoïsmes soit le meilleur système économique possible. Le noir est devenu le blanc, la politique est devenue un théâtre, la télévision et internet sont devenus notre « réalité » et la réalité n’existe plus, on s’évertue à ne plus la voir. Les prostituées s’étalent en photographie à l’entrée des buralistes, mais on les interdit et les pénalise lorsqu’elles sont dans la rue en chair et en os. La démocratie et les droits de l’homme s’exportent à coups de bombes en Afghanistan et en Irak (combien de millions de morts, déjà ?), ceux qui essaient d’y résister sont des terroristes et des dictateurs sanguinaires (Khadafi, Bachar El-Assad).

                                      On est dans une inversion totale des valeurs, et cela ne peut qu’empirer, à moins qu’on remplace l’ordre moral et spirituel existant par un autre. En fait, si vous « creusez » un peu le sujet, vous allez vite tomber sur des sites que je ne vous recommanderais pas pour leur sérieux et leur rigueur, et où il y a probablement plus de faux que de vrai. Mais il semble qu’ils soient tous plus ou moins d’accord sur une chose : l’ordre supérieur qui nous dicte ses lois et ses valeurs serait une doctrine plus ou moins issue de la Kabbale, dont la secte la plus connue serait celle des Illuminatis. Je n’en sais rien, et à vrai dire, ce n’est même pas très intéressant. Le tri est très difficile à faire vu la quantité d’âneries qui y est mêlée.

                                      Ce qui par contre corrobore mon propos, c’est qu’il semble que la Kabbale, pour ce qu’on en sait, serait une « religion » ou en tout cas, un mouvement religieux hérité des Sumériens ou des Babyloniens, où en effet les valeurs chrétiennes telles que nous les connaissons, sont inversées : le Bien y est le Mal et inversement ; Jésus est Satan, et Lucifer est un genre de Prométhée, un porteur de Lumière, qui nous élève peu à peu à la Connaissance, etc.

                                      Cela dit, il nous est difficile de le vérifier, à moins de lire l’hébreu. Et, a-t-on vraiment besoin de preuves ? il suffit de regarder ce qui se passe autour... Si vous souhaitez en apprendre davantage, je peux par contre vous conseiller trois bouquins qui vous y aideront. Ils sont d’une certaine façon complémentaires, quoique écrits à des périodes différentes et fruits d’une histoire différente.

                                      La France contre les Robots, 1947, de Georges Bernanos (le plus accessible des trois et le plus brillamment écrit)
                                      La Crise du monde moderne, 1927, de René Guénon (le côté « ésotérique » risque d’être un peu déstabilisant au début)
                                      Comprendre l’Empire, 2010, d’Alain Soral (le plus difficile, mais aussi le plus politique et le plus synthétique et le plus complet, et également, le plus proche de nos catégories de pensée habituelles)

                                      Il y en a des tas d’autres, mais ces trois-là sont complets et ont le mérite de s’attaquer à la racine du problème. Mon préféré est celui de Bernanos, mais si vous pouvez lire les trois, ne vous en privez surtout pas.

                                      Notez que je ne vous endoctrine pas, je ne fais que vous donner des pistes, qui vous permettront de trouver des réponses, si vous les cherchez vraiment. C’est à vous de parcourir ce chemin, et ça demande du temps. Pour les avoir longuement cherché, ces réponses, je sais à quel point cela peut être important, et à quel point mes certitudes, qui ne différaient guère des vôtres, pour ce que je peux en voir, étaient fausses.


                                    • al.terre.natif 14 février 2012 12:27

                                      @Bovinus

                                      Très intéressante réponse ! Merci.

                                      Bon, pour les histoires de francmac, de Kabbale et tout le tintouin, j’ai déjà creusé un peu, et c’est bien pour cette raison que je ne suis pas pour changer l’ordre moral supérieur qui est en train d’être établi. Je crois en une chose : la diversité, y compris au niveau des points de vue. Du coup, ce qui me viens à l’idée en premier : c’est qu’un ordre moral supérieur, même si il est « sain » (est-ce possible ?), ne pourra être appliqué que si il est imposé aux gens (par la doctrine comme vous dites), de la même manière que cette doctrine « inversée » nous est imposée petit à petit depuis des centaines d’années. Et très sincèrement je ne crois pas que ce soit la meilleure manière d’aborder un changement que de chercher à l’imposer aux autres. (ce que je crois indispensable pour arriver à cet « ordre moral supérieur »).

                                      Pour moi, et peut être très naïvement, il est impératif de laisser chacun explorer et proposer des pistes, en fait de construire ensemble cet ensemble de valeurs. Je pointait juste cet élément : un ordre moral supérieur est forcément imposé. Une multitude d’ordres moraux supérieurs est bien préférable, ... encore une fois, selon mon point de vue.

                                      Merci d’avoir partagé ces réflexions !

                                      Si vous voulez continuer ailleurs qu’ici : al.terrenatif@gmail.com smiley



                                      • lejules lejules 7 février 2012 09:22

                                        Monsieur

                                        Permettez moi d’être gentiment ironique et moqueur.

                                        Qu’est que vous avez du passez comme temps sur internet pour faire votre si bon article !

                                        Après avoir imprimer votre texte, après vous avoir lu et relu et fait un condensé, je suis resté perplexe. Il me manquait quelque chose mais quoi ?

                                        Le fric ! mais oui le rôle du fric dans internet.

                                        Reprenons depuis le début.

                                        A l’époque on se préparait au passage à la monnaie unique européenne…

                                        Internet s’est construit a partir d’une bulle financière. Avec l’introduction en bourse de la haute technologie, l’investisseur pouvait faire de juteux retours sur investissement et cela très rapidement. Sans cet afflux massif de capitaux internet n’aurait peut être pas vu le jour aussi vite.C’est a partir de ce moment que la monnaie est devenue virtuelle. Internet en devint le prodigieux véhicule. La spéculation tout azimut explose. Le même appartement habité ou non, peut être acheté et revendu 10 fois dans la même journée, ces transactions ne peuvent se faire sans internet. La bourse gère grâce a de très puissants ordinateurs, plus ils sont rapides plus ils peuvent faire de transactions a la seconde voir au millième de seconde, ce qui implique pour les boursiers d‘avoir un matériel hors paire, pour traiter les milliards de transactions de par le monde. Les bourses devinrent a leur tour virtuelles. Par exemple la bourse de Paris n’existe plus, après s’être expatriée a la city de Londres elle s’est virtualité dans je ne sais quel paradis. Les gambistes (traders en anglais) eux aussi sont devenus virtuels. Pour les ¾ ils sont remplacés par des robots informatique qui fonctionnent selon des algorithmes conçu par des mathématiciens délirants aidé par des informaticiens fous. L’intelligence artificielle a un bel avenir devant elle.

                                        Mais ou ki passent nos sous ?

                                        Le citoyen lambda bosse, reçoit ses sous et les met en banque qui a son tour les place dans la spéculation boursière via internet. Internet devient la plus prodigieuse pompe a fric de tous les temps. Quelque soit votre revenu il passe a un moment ou un autre par internet et cela partout de par le monde. Que se soit l’argent de la mafia, de la drogue, de la prostitution, celui du pétrole, des salaires ou des revenus de l’industrie ; vous n’y couper pas. Internet est devenu l’intermédiaire indispensable entre la bourse et la banque. De facto il est devenu la 1ere banque mondial du monde. Internet transforme l’argent réel en monnaie virtuelle, les banques font l’inverse, mais comme elles ont-elles même placé tout leur argent en bourse, les pauvres manque de liquidités pour faire face a leurs échéances

                                        .

                                        Internet et le droit régalien de frapper monnaie.

                                        Prenons un site comme paypal, il brasse des sommes considérables. Il transforme de l’argent réel en argent virtuel sous forme d‘impulsions électronique. Qui nous dit qu’il n’émet pas une quantité astronomique d’impulsions pour les placer en bourse, aux banques de suivre…bref ces sites ont la possibilité exorbitante de fabriquer de la monnaie.

                                        L’argent le nerf de la guerre

                                        Internet est américain. Depuis le word trade center les USA sont en guerre. Guerre de l’opium en Afghanistan pour récupérer l’argent de la drogue ( 90% du trafic mondial de l’opium), guerre du pétrole en Irak, guerre géostratégique en Lybie pour récupérer le stock d’or de Kadafi ainsi que son pétrole et avoir un pied en Afrique, préparatif de guerre en Syrie pour contrer la Russie et la Chine. C’est un secret de polichinelle, les américains souhaitent et veulent une 3eme guerre mondiale. La France de la finance aime bien le «  big brother américain », 2012 sera l’année de tous les dangers. Il faut considérer internet comme une redoutable machine de guerre tant au niveau monétaire que d’un service d’espionnage et de propagande. Cela passe par l’abrutissement collectif , que vous avez si bien décrit.

                                        Je vous remercie car votre article m’a obligé a formuler en idée claire ce qui il y encore peu était un magma confus. Ceci dit mes assertions ne sont pas prouvées et mes raccourcis un peu simplificateur, mais le bon sens me dit que finalement je ne dois pas être très loin de la réalité.

                                        courtoisement


                                        • Bovinus Bovinus 7 février 2012 17:51

                                          Votre excellent commentaire apporte une réelle valeur ajoutée à l’affaire. Non que j’aie ignoré cet aspect, comme vous semblez le suggérer, puisque :

                                          À la même époque, dans les milieux de la finance et du grand capital, on se préparait également au passage à la monnaie unique européenne, on négociait des alliances stratégiques et on investissait dans les télécommunications, l’informatique et plus généralement, ce qu’on appelle à présent les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) ; les start-ups poussaient comme des champignons, les vannes du crédit étaient grandes ouvertes, des entrées en bourse de plus en plus spectaculaires d’entreprises qui parfois n’avaient pas un mois d’existence provoquaient la frénésie des traders, toute cette fièvre générant l’énergie et les capitaux nécessaires à la mise en place de l’infrastructure du Grand Réseau, et, au-delà, de l’ « économie virtuelle » qui est la nôtre aujourd’hui.

                                          Mais j’aurais pu (dû ?), éventuellement, insister davantage sur cet aspect de la question. Votre hypothèse est très plausible ; j’aurais toutefois deux réserves :

                                          - On est quand même largement dans le domaine de la spéculation intellectuelle (c’est à dire, du pur conspirationnisme, comme on dit si bien à notre époque) ; néanmoins, si vous arrivez à trouver des preuves tangibles, vous aurez vraiment tapé dans le mille ; cela dit, l’absence de preuves ne remet pas en cause la valeur de votre hypothèse.

                                          - Il ne faut pas - à mon avis - accorder trop d’importance à l’aspect financier du point de vue de la géopolitique. Il y a aux moins deux choses qui valent largement plus que toute la finance du monde dans une guerre (or, on est bien dans une guerre, je suis à tout à fait d’accord avec vous là-dessus ; par contre, j’en situerais le début entre 1947 et 1949 et non pas en 2001), à savoir, les ressources, et la capacité de production. Il est vrai que le cas des États-Unis est un peu particulier, puisqu’ils ont consumé les ressources les plus indispensables dans une assez large mesure sur leur propre territoire, et sont du coup obligés de les importer. De ce point de vue, l’esbrouffe de l’ « économie virtuelle » est le moyen par excellence de berner les fournisseurs de matières premières, et de les payer avec du vent en échange.

                                          Maintenant, il serait intéressant de savoir dans quelle mesure ceux-ci sont-ils bernés en effet, ou bien, acceptent de se laissent berner ? Le cas de l’Arabie Saoudite, par exemple, est tout de même étonnant : depuis des décennies, cet État arrose le monde occidental de son pétrole, et que gagne-t-il en échange ? à peu près rien. Est-ce donc qu’il est dirigé par des gens à ce point idiots, ou bien, n’a-t-il tout simplement pas le choix ?

                                          Internet est une « usine à gaz », une machine à abrutir, à faire perdre du temps, à espionner, mais en même temps, ce n’est aussi qu’une sorte d’illusion qu’on fait disparaître en appuyant simplement sur le bouton « OFF » de son ordinateur. Après tout, il ne serait guère étonnant que cette illusion n’intègre aussi l’ « illusion monétaire » qu’on essaye de nous faire gober. Mais ça fonctionne de moins en moins : si les foules se laissent encore mener par le bout du nez, ce n’est pas le cas des États que l’Amérique cherche à soumettre (Russie et Chine, pour faire « simple »), et qui, à l’occasion, retournent l’arme contre son créateur. Mais cela ne sont que des escarmouches ; l’important est ailleurs.

                                          Les États-Unis ont perdu l’Irak et sont en train de perdre l’Afghanistan ; le « repositionnement » sur la Libye me paraît périlleux et incertain, et ce n’est pas Internet qui va les sauver de la grande faillite financière qui vient. En fait, la seule chose qui pourrait les « sauver » (ou en tout cas, prolonger cette situation malsaine), ce serait une nouvelle guerre ; seulement, pour cela, il faut que celle-ci apparaisse nécessairement comme étant légitime (contrainte imposée par leur régime proclamé « démocratique »).

                                          Ça m’a l’air de plus en plus mal barré, là aussi. Les « printemps arabes » sont une tentative désespérée d’allumer des foyers d’instabilité tout autour de la forteresse eurasienne, ce qui agace assurément les Russes mais ne semble pas les déstabiliser pour autant. De toute manière, on pourrait difficilement aller plus loin dans la surenchère, sans déclencher une guerre ouverte entre les deux blocs.

                                          L’autre option, pour le camp « occidental », serait de reconnaître et d’essayer de minimiser sa défaite idéologique et ses mensonges, et se préparer à gérer sa récession économique. Cela vaut tout de même mieux qu’une destruction mutuelle assurée...


                                        • lejules lejules 9 février 2012 06:55

                                          Sainte Foy la grande 33 220

                                          Ciel je suis découvert ! Vous savez maintenant que je suis un con pirate sioniste.

                                          Je conspire. Le pire c’est que j’en suis fier ! Mais qui ne conspire pas ? Les enfants contre leurs parents, les parents contre leurs enfants, l’homme contre la femme, la femme contre l’homme, l’employeur contre ses employés, les employés contre leur employeur, l’état contre ses administrés, les administrés contre l’état, les banques contre les états, la vérité contre le mensonge, la paix contre la guerre….

                                          La vie n’est elle pas un complot contre la mort ?

                                          «  l’art de la guerre est le Tao de la duperie  »

                                           

                                          - Il ne faut pas - à mon avis - accorder trop d’importance à l’aspect financier du point de vue de la géopolitique

                                          Je ne peux pas dissocier un coup boursier sur les denrées alimentaires et telle ou telle famine a l’autre bout du monde ! Un chantage bousier pour faire voter une loi a l’ONU ou tout autre magouille du même acabit. Voir le bouquin «  confession d’un tueur économique  ». Pour moi la finance spéculative a une importance primordial dans l’appareil de guerre américain. Mais c’est effectivement son talon d’Achille.

                                           Il y a au moins deux choses primordiales dans une guerre.

                                          «  …les ressources, et la capacité de production. Il est vrai que le cas des États-Unis est un peu particulier, puisqu’ils ont consumé les ressources les plus indispensables dans une assez large mesure sur leur propre territoire, et sont du coup obligés de les importer. De ce point de vue, l’esbroufe de l’ « économie virtuelle » est le moyen par excellence de berner les fournisseurs de matières premières, et de les payer avec du vent en échange.  »

                                          entièrement d’accord avec vous.

                                          «  Maintenant, il serait intéressant de savoir dans quelle mesure ceux-ci sont-ils bernés en effet, ou bien, acceptent de se laissent berner ? Le cas de l’Arabie Saoudite, par exemple, est tout de même étonnant : depuis des décennies, cet État arrose le monde occidental de son pétrole, et que gagne-t-il en échange ? à peu près rien. Est-ce donc qu’il est dirigé par des gens à ce point idiots, ou bien, n’a-t-il tout simplement pas le choix ?  »

                                          Chantage et corruption font aussi parti de l’art de la guerre. l’Arabie Saoudite par le jeu des placements possède une bonne parti des États-Unis. La famille ben laden des pans entiers de son économie. Qui est le dindon de la farce ?

                                          Qui a conspiré contre qui ? La dissimulation est tout un art.

                                           

                                           

                                          Merci de m’avoir répondu.

                                          Courtoisement

                                          un conspirateur

                                           


                                        • Bovinus Bovinus 9 février 2012 14:38

                                          lejules :
                                          Je ne peux pas dissocier un coup boursier sur les denrées alimentaires et telle ou telle famine a l’autre bout du monde ! Un chantage bousier pour faire voter une loi a l’ONU ou tout autre magouille du même acabit. Voir le bouquin «  confession d’un tueur économique  ». Pour moi la finance spéculative a une importance primordial dans l’appareil de guerre américain. Mais c’est effectivement son talon d’Achille.

                                          Vous avez raison, mais seulement aussi longtemps que la victime du chantage boursier accepte de se plier aux règles de la bourse. Avec la Russie ou la Chine, ce genre de « magouilles » ne fonctionne pas.

                                          Chantage et corruption font aussi parti de l’art de la guerre. l’Arabie Saoudite par le jeu des placements possède une bonne parti des États-Unis. La famille ben laden des pans entiers de son économie. Qui est le dindon de la farce ?

                                          Dans ce cas précis, le dindon de la farce c’est bien l’Arabie Saoudite. Ils pourraient posséder 100% du patrimoine états-unien, le jour où le gouvernement des États-Unis décrète une nationalisation, ils font quoi ? Le jour où le minuscule (mais déterminé) État des caraïbes nommé Cuba a décrété la nationalisation des biens privés sur ses terres, même le géant américain n’a rien pu y faire.

                                          Il y a eu tout un courant dit « des approches non stato-centrées » dans la théorie des relations internationales, qui souligne l’importance prise ces derniers temps par les acteurs non étatiques (à savoir : organisations supra-nationales, multinationales, ONG), et essaient d’expliquer la réalité sur ce seul postulat. Croyez-moi, c’est du vent, et bon pour les naïfs. Le droit, les règlements, les traités, bref, toute cette paperasse s’écrasent devant la force brute ; ce n’est même pas moi qui le dis, mais Pascal, quoique pas exactement en ces termes.

                                          Vous en avez peut-être entendu parler, mais les pays dits du « groupe BRICS » sont en train de mettre en place un système d’échange international alternatif basé sur le troc (ce qui inclut les transactions payables en or). Du coup, l’importance des bourses, des banques, des parasites de la grande finance internationale se retrouve un peu relativisée...


                                        • lejules lejules 10 février 2012 14:21

                                          Dans ce cas précis, le dindon de la farce c’est bien l’Arabie Saoudite. Ils pourraient posséder 100% du patrimoine états-unien, le jour où le gouvernement des États-Unis décrète une nationalisation, ils font quoi ? Le jour où le minuscule (mais déterminé) État des caraïbes nommé Cuba a décrété la nationalisation des biens privés sur ses terres, même le géant américain n’a rien pu y faire.

                                          La crise de cuba a bien faillit provoquer une guerre nucléaire il s’en est fallut de très peu. Ce que vous décrivez correspond mieux a ce qui c’est passé en Russie . Poutine a su employer la force pour imposer l’état nation. Gazprom par exemple.

                                          Je ne pense pas que ce soit dans l’esprit des Etats unis de nationaliser les banques ou d’étatiser Wall street. Alors pour rompre le stratagème des chaines dans lequel ils sont eux même enchainés, il n’y a que la force. L’emprisonnement, la torture, l’assassinat ciblé, et la guerre : le clash des civilisations. Toutes les lois du patriotic act vont dans ce sens. La base américaine du Koweit est une encablure de l’Arabie saoudite. Ça démange les ultra conservateurs de foutre une bombe sur la Mecque. Ce qui se passe en Grèce est du même ordre, imposer par la guerre sociale les lois du marché. Nous sommes bel et bien dans un fascisme financier qui loin d’être secondaire, est primordial car le système est comme une bête blessée aux abois.

                                          Il y a eu tout un courant dit « des approches non stato-centrées » dans la théorie des relations internationales…..

                                          Comme tout con ordinaire j’ai consulté l’oracle wikipédia, j’ai rien compris. Mais il m’est revenu en mémoire le théorème de la vache faisant partit de la théorie des jeux. ( l’appellation «  théorème de la vache est toute personnelle  » ) ce qui me permettra de revenir a un paragraphe de votre article

                                          Sur le Net, toutes les opinions ont droit de cité ; leur légitimité se base sur le seul nombre de ceux qui y adhèrent, ce qui ne constitue en aucun cas un critère de vérité. Le lieu commun, la banalité, le poncif et la généralisation abusive, soutenus par des légions de partisans éparpillés sur la planète entière valent vérité, en vertu des principes « démocratiques » universellement admis (bien que mal compris) et de la liberté d’expression : la majorité a toujours raison. Quand bien même celle-ci serait inculte, ignorante, manipulée et rendue incapable de penser par toutes les techniques de la propagande moderne. [33]

                                          La majorité a toujours raison voici la preuve par la vache.

                                          Je ne sais si vous connaissez cette histoire : en Angleterre dans un village, tous les ans il y a un jeu concours : Celui qui dira le poids le plus approchant de la vache pourra l’emporter. 5 tonnes dit le poivrot du bar, 2grammes lui répond son compère, 7litres dit l’idiot du village et de chacun de dire et de voter. Bref il y a un gagnant. Dans l’assistance il ya un statisticien il a fait le compte total de tous les poids exprimés et il divise par le nombre de votant pour obtenir le poids exacte de la vache.

                                          Cette histoire me laisse perplexe et mal a l’aise moi qui croyait que la démocratie reposait sur la raison……

                                          Vous en avez peut-être entendu parler, mais les pays dits du « groupe BRICS » sont en train de mettre en place un système d’échange international alternatif basé sur le troc (ce qui inclut les transactions payables en or). Du coup, l’importance des bourses, des banques, des parasites de la grande finance internationale se retrouve un peu relativisée...

                                          Les évolutions se font aussi dans la finance …..

                                          Les échos :http://blogs.lesechos.fr/paristech-review/les-monnaies-virtuelles-a-la-conquete-de-l-economie-reelle-a8307.html

                                          Les monnaies virtuelles à la conquête de l’économie réelle

                                          Connaissez-vous les twollars ? Peut-être pas, mais vous avez sans doute entendu parler des crédits Facebook. Les réseaux sociaux développent aujourd’hui des monnaies virtuelles dont l’usage pourrait s’imposer à des centaines de millions d’utilisateurs, avec des conséquences dont on commence à peine à mesurer l’ampleur. Par où passeront les flux financiers issus de ces transactions ?

                                           

                                           


                                        • Bovinus Bovinus 10 février 2012 18:56

                                          Au sujet de la crise de Cuba, ce qui a « failli provoquer une guerre nucléaire », ce n’est en aucune manière la nationalisation décrétée par le gouvernement révolutionnaire, faut pas tout mélanger. Cela a donné lieu à une tentative d’intervention armée (le débarquement dans la baie des Cochons) et un embargo, d’ailleurs toujours en vigueur à ce jour. La « crise de Cuba », c’est à dire, l’installation de missiles nucléaires soviétiques SS-4 sur le territoire de Cuba, était plutôt une réaction de l’URSS à l’installation de missiles américains Jupiter en Turquie.

                                          Poutine n’a pas nationalisé Gazprom, elle a toujours été une entreprise majoritairement publique ; cette société a vendu des actions sous Eltsine, et la tendance s’est inversée sous Poutine, en effet. L’État est propriétaire à 50% + 1 action.

                                          Votre « preuve par la vache » est un sophisme, amusant si l’on veut, mais pas moins trompeur pour autant. Prendre des décisions politiques, ce n’est pas exactement la même chose que d’évaluer le poids d’un bovidé, ni faire des mathématiques (je ne suis pas matheux, mais je soupçonne que la « meilleure » réponse dans ce genre de situation est mathématiquement la réponse du statisticien) ; il ne s’agit pas de balancer un chiffre au pif, il s’agit d’élaborer des réponses satisfaisantes à des problèmes sociaux, économiques et stratégiques complexes. Cela n’a pas grand-chose à voir non plus avec la conquête du consensus ; la sociologie nous apprend qu’on peut obtenir (ou fabriquer) le consensus sur n’importe quelle question, et même faire passer le blanc pour le noir, pour peu qu’on s’y prenne bien (voir : La psychologie des foules, de G. Le Bon). C’est à dire qu’on peut avoir faux sur toute la ligne, mais obtenir néanmoins le vote de la majorité ; l’inverse est également vrai : on peut avoir raison, et ne pas obtenir le soutien des votants (référendum de de Gaulle, en 1969, par exemple). On peut aussi avoir faux, mais prétendre avoir raison, et ne pas avoir le soutien de la majorité, mais passer en force par des contorsions législatives, comme en 2009 avec le traité de Lisbonne. On a là trois phénomènes distincts, entre lesquels il n’y a pas nécessairement de lien (adéquation de la politique, parole politique, consensus populaire).

                                          Par ailleurs, je vous ferai remarquer que quand bien même nos élites autoproclamées proclament sans cesse leur attachement aux valeurs « démocratiques », elles se gardent bien de les mettre en pratique. La seule véritable et authentique démocratie qui ait jamais existé fut la démocratie athénienne ; si vous avez des doutes à ce sujet, vous pourrez facilement vous en convaincre en étudiant un peu le système législatif athénien, c’est tout à fait possible même avec les données disponibles à ce sujet sur le Net, ou d’écouter quelqu’un qui l’a déjà fait. Actuellement, nous ne sommes pas dans une démocratie, mais dans une aristocratie par l’élection (et, de plus en plus, la fortune). Cela s’appelle en sciences politiques un gouvernement représentatif, c’est à dire, un système où le pouvoir est confisqué par une petite poignée de gens, et qui s’en servent à leur avantage au détriment de tous les autres.

                                          En termes de sociologie marxiste, cela correspond à la domination d’une classe (le prolétariat) par une autre (la bourgeoisie). Et de fait, c’est bien la réalité, puisque les statistiques nous prouvent à présent que l’égalité devant la loi, l’égalité des chances ou l’égalité politique sont devenus depuis longtemps des mots creux (en admettant même qu’ils aient existé jamais). Inutile de me citer l’exemple soviétique pour me prouver que c’est faux, puisque l’URSS n’était ni vraiment socialiste, ni réellement communiste. Le seul régime réellement socialiste qui ait existé, c’est celui de Cuba, et peut-être également celui de la commune de Paris, mais on en sait assez peu de chose.

                                          Enfin, sur la monnaie, je vous invite à lire à ce sujet cet ouvrage de von Mises (fondateur avec von Hayek de l’école autrichienne d’économie). Il y explique notamment que la monnaie est un bien, et pourquoi il en est ainsi. Une des conséquences est que toutes ces monnaies dites « alternatives », qui ne sont pas de la monnaie, mais des substituts de monnaie (en termes strictement économiques ; le juriste ne fait pas la distinction, c’est pourquoi il ne devrait pas se mêler d’économie mais rester dans son domaine), sont, encore une fois, du pipeau. Plus exactement, c’est de la fausse monnaie, ou, selon le jargon juridico-commercial en vogue, de la monnaie « fiduciaire » : aussi longtemps qu’elle bénéficie d’un capital de confiance de la part de ses utilisateurs, elle peut faire office de monnaie ; mais personnellement, je ne mettrais pas mes économies là-dedans.


                                        • lejules lejules 10 février 2012 20:48

                                          réflexion a brulle pour point
                                          qu’est ce que vous etes chiant vous m’obligez a réfléchir ! mais n’est ce pas la le but ultime de la confrontation des idées, voir des décisions a prendre ou des actions a faire ?...
                                          avez vous remarquez qu’ il n’y plus personne sur le site.Sont ils parti dans des jeux vidéo ou voir des femmes a poils ?
                                          je réfléchi et je reviens
                                           courtoisement


                                          • swbnawfal 20 juin 2014 12:26
                                            Good read, and all this time I must say that the m fault I think you need to do. Me and my neighbor were preparing to do some research

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès