• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > La France Big Tartuffe

La France Big Tartuffe

Samedi 7 mars, Alain Finkielkraut recevait dans son émission Répliques Laurent Obertone venu parler de son livre La France Big Brother paru chez Ring au mois de janvier dernier. Face à lui, Laurent Joffrin campait l’objecteur avec, semble-t-il, un certain mérite puisque, de son propre aveu, il ne comprenait pas grand-chose aux propos d’Obertone. Les voici en substance : la France vit sous le régime de la pensée unique que des officiants appointés se chargent de faire respecter sous couvert de libre parole. Aux yeux de Joffrin, la France demeure une grande et belle démocratie, les médias y sont au service du peuple et la liberté d’expression y est de rigueur. Tout comme Zemmour, Obertone ne serait donc qu’un oiseau de malheur, venu faire sa fortune en divulguant des idées tristes dont les Français n’auraient en fait pas à s’enticher. Alors, « France Big Brother » ou pas ? « France Big Tartuffe », ça c’est certain.

On ne pratiquera pas ici la recension du livre en question. On s’attachera plutôt à mettre en évidence en quoi Monsieur Joffrin est représentatif de ces privilégiés bon teint qui s’ignorent, et que décrit Obertone. Et tout d’abord, on ne le présente plus tellement ses responsabilités professionnelles et ses engagements politiques sont connus des habitués des débats médiatisés. Il est de ceux dont la visibilité est entretenue en permanence, non seulement comme patron de presse, mais comme intellectuel. Un exemple ? Pas plus tard que le 28 février dernier. Dans un reportage de France Télévisions, à l’occasion du bicentenaire du débarquement de l’Empereur à Golfe-Juan, Laurent Joffrin était interrogé en tant que – je cite – « spécialiste de Napoléon ». Or les vrais spécialistes de Napoléon, eux, ne passent pas à la télévision à une heure de grande écoute. Mais il faut croire que Monsieur Joffrin fait partie des incontournables, sans avoir l’air de s’en rendre compte. Autre exemple ? Il y a quelques mois il faisait partie, avec Franz-Olivier Giesbert, Jacques Julliard et Jean-François Kahn, du staff de la première « Croisière des idées ». Pour la modique somme de 980 euros par personne, le magazine Marianne et la compagnie Costa vous conviaient à un périple passionnant en Méditerranée lors duquel les susmentionnés s’engageaient à débattre sur « l’Europe, la France et la société de demain ». Qu’il le veuille ou non, Laurent Joffrin fait bel et bien partie des meubles ; il est, en France, ce que l’on peut appeler communément un intellectuel organique, apte à délivrer la bonne parole.

De ce genre de choses, un Laurent Obertone ne se rend pas coupable. C’est un pur produit du net, un alevin n’ayant pas grandi en vase clos. Il n’a donc ni les manières ni l’entregent de son vis-à-vis, et ceci n’est peut-être pas étranger, tout polémiste qu’il soit, au succès qu’il rencontre sur les médias alternatifs. En mettant côte à côte ses deux principaux ouvrages (La France Big Brother et La France Orange Mécanique), il peut paraître s’être fait un fonds de commerce du genre de constats qu’il dresse. On pourra lui reprocher également sa sociologie de la chiffraille, à double tranchant, comme chez Zemmour. Toujours est-il qu’il pointe du doigt l’effet intellectuellement anémiant et moralement injonctif des principaux médias, et que c’est suffisamment rare pour le mentionner. La critique passe nécessairement très mal car elle implique une pensée dominante, garantissant à ses apôtres l’omniprésence médiatique et un accaparement des grandes tribunes, qui plus est avec le généreux consentement de l’État.

Il faut être beau joueur. Les journalistes doivent s’habituer à la réprimande, celle-là même qu’ils infligent complaisamment au personnel politique sans jamais avoir eux-mêmes à rendre des comptes. L’hypocrisie est de même nature dans ces deux sphères du pouvoir, il ne faut pas avoir fait Sciences Po pour le constater. D’un côté la présence du Front national sur l’échiquier politique sert de brevet démocratique sans que nos élus proprets n’aient à s’exposer aux affres de la représentation proportionnelle à l’Assemblée. De l’autre, Éric Zemmour témoigne d’une liberté d’expression de façade, vendant des milliers d’exemplaires de son dernier livre précisément parce qu’il n’est que l’arbre qui cache la forêt ; pour la galerie il est rendu nécessaire de tolérer un Zemmour, mais le microcosme des médias n’en tolèrera pas deux. La médiatisation de Zemmour est la caution d’une mise en scène, celle du sempiternel combat contre la bête immonde. Et pour celles et ceux qui attendaient du quatrième pouvoir un peu plus de profondeur : « circulez, y’a rien à voir ».

Aux côtés des journalistes et éditorialistes les plus en vue, bon nombre d’intellectuels officient en chaires médiatiques. À chaque département sa vedette. Laurent Joffrin reprochait à Laurent Obertone son manque d’exemples : en veux-tu en voilà. S’agit-il de parler de l’islam sur un ton bonhomme ? Malek Chebel interviendra. Des horreurs du colonialisme ? Pascal Blanchard s’y collera. De l’Algérie victime de la France ? Benjamin Stora ne demandera pas mieux. De la cause homosexuelle ? Incontournable Caroline Fourest. Du danger que constitue le Front national pour la démocratie ? Claude Askolovitch reste à pied d’œuvre. Et lorsqu’il faut donner son avis sur tout et n’importe quoi ou distribuer bons ou mauvais points, des gens comme Christophe Barbier (qui a son rond de serviette chez Yves Calvi), Edwy Plenel, Aymeric Caron ou le graphomane Jacques Attali trouveront toujours un endroit où s’exprimer. Que pèse le dissident Éric Zemmour face à tant d’humanistes assemblés ?

Alain Finkielkraut, pour sa part, n’a jamais caché une certaine aversion pour l’Internet, officine du ressentiment, « univers de psychotiques » selon ses dires dans la même émission. Lecteur assidu de Tocqueville, il a parfaitement senti que ce média pouvait être porteur du pire, drapé dans le relativisme. Il a en revanche du mal à accepter qu’il puisse aussi être porteur du meilleur et d’un peu de fraîcheur. Si la chape de plomb idéologique – qui échappe à Laurent Joffrin, et pour cause – doit un beau jour se rompre, il y a en effet peu de chances que cela vienne des médias mainstream, là où règnent le prêt-à-penser mollasson et le copinage professionnel. Et plus l’on tardera à se rendre compte que le magistère intellectuel de la télévision est périmé, plus s’agrègeront sur la toile le meilleur et le pire sans qu’aucun débat n’ait porté sur les moyens (intellectuels et non juridiques) de faire le tri.


Moyenne des avis sur cet article :  3.58/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 13 mars 2015 12:26

    Alain Flic-Quel-Croc...philosophe de salons face a Jo-Frein..journaleux incompétent...Jolie brochette de couillons à la téloche..En fait c’est un jeu de T’es-Laid réalité sans hélicoptère pae manques de moyens... !


    • gloub 28 mars 2015 12:41

      @Le p’tit Charles
      Consacrez votre temps de cerveau disponible à réfléchir, au lieu de remplacer l’analyse par vos calembours minables (procédé habituel chez les extrémistes de tout bord)


    • sirocco sirocco 13 mars 2015 12:57

      Les sionistes sont omniprésents sur la quasi totalité des médias français. Ils les contrôlent et y font leur petite cuisine.

      Tant pis pour vous si vous leur prêtez l’oreille.


      • Éric Guéguen Éric Guéguen 13 mars 2015 14:13

        @sirocco
         
        Ouf ! Heureusement que vous êtes là pour nous apprendre le monde. Et puis dites-moi, c’est vraiment une info inédite que vous tenez là, surtout sur Agoravox.


      • gloub 28 mars 2015 12:30

        @sirocco
        C’est bien connu, les sionistes sont responsables de tout (crash de Germanwings, tempêtes tropicales, crise économique – liste non limitative).

        En revanche il semble que vous soyez seul responsable de votre haine et de votre aveuglement.

      • Bob dit l'âne Bob dit l’âne 13 mars 2015 16:19

        Ne pas oublier que le véritable nom de Laurent Joffrin est Laurent MOUCHARD !

        Il n’y a pas de hasard...


        • Éric Guéguen Éric Guéguen 13 mars 2015 16:21

          Je découvre. Merci Alf !


        • gloub 28 mars 2015 12:43

          @Bob dit l’âne
          Détrompez-vous, même si votre patronyme n’est sans doute pas Gros-Con, c’est qu’il y a encore place au hasard....


          Et au fait, mouchard de quoi, de qui ?


        • Doume65 13 mars 2015 16:45

          «  À chaque département sa vedette... »

          Tu oublies l’ineffable Marie Mandras, « spécialiste de la Russie », présentée depuis peu comme « spécialiste de la Russie et de l’ukraine », et « chercheur au CNRS », mais jamais comme membre du comité de rédaction du « Royal Institute of International Affairs ». Elle est tellement anti-Poutine et manichéenne qu’elle ne peut inspirer que de l’aversion, mais cela ne l’empêche pas d’être invitée par toutes les chaînes de radio et TV nationales !


          • Éric Guéguen Éric Guéguen 13 mars 2015 16:51

            Liste non exhaustive bien sûr... smiley


          • Agor&Acri Agor&Acri 14 mars 2015 15:47

            Bjr,

            « Liste non exhaustive bien sûr... »

            Il y a le 1er cercle des chiens de garde (et là, on pourrait se référer à l’excellent documentaire « les nouveaux chiens de garde », sorti début 2012. (Seuls bémols, il reste quand-même à bonne distance des lignes rouges et est polarisé politiquement, ce qui était toutefois difficilement évitable vu que les médias sont clairement détenus par des intérêts non neutres)

            Et il y a les 2ème et 3ème cercles, ce qui ne devrait guère nous emmener au-delà de 500 personnes en France... faisant office (consciemment ou non, de bonne foi ou non) de relais de propagande pour diffuser des messages « pédagogiques » aux 66 millions de Français.

            A titre d’autre exemple, on pourrait citer Raphaël Glucksmann (fils de... et, en l’occurrence, également mari de...), présent sur l’ensemble des médias pour répandre sa propagande anti-russe sur la crise ukrainnienne...sans que, bien évidemment, ne soit mentionnée son appartenance au Cercle de l’Oratoire ...

            Eric,
            la dernière phrase de votre billet contient une clé pour identifier les chiens de garde :
            "Et plus l’on tardera à se rendre compte que le magistère intellectuel de la télévision est périmé, plus s’agrègeront sur la toile le meilleur et le pire sans qu’aucun débat n’ait porté sur les moyens (intellectuels et non juridiques) de faire le tri".

            = ceux qui poussent le pion juridique (instaurer de nouvelles lois pour limiter la liberté de paroles, notamment sur internet) au lieu de pousser le pion intellectuel (inviter au débat ouvert dans les grands médias en accueillant les dissidents du Net) sont à coup sûr des chiens de garde.


          • Éric Guéguen Éric Guéguen 14 mars 2015 16:24

            @Agor&Acri
             
            Voilà comme qui dirait un lecteur qui m’a parfaitement compris. Merci à vous !! smiley


          • Doume65 15 mars 2015 16:27

            @Agor&Acri
            « A titre d’autre exemple, on pourrait citer Raphaël Glucksmann (fils de... et, en l’occurrence, également mari de...), présent sur l’ensemble des médias pour répandre sa propagande anti-russe sur la crise ukrainnienne »

            On l’a encore entendu avant-hier (13 mars) chez Tadéï répandre ses diatribes.


          • Gnostic Gnostic 13 mars 2015 16:54

            Désespérant de découvrir un nartic pertinent parmi la daube quotidienne des pigistes de AV j’ai cliqué par dépit sur la France big tartuffe en pensant « qu’est-ce que ça va encore être comme connerie ? »

             

             smiley

            Et surprise je tombe sur une pépite

             

            Aux côtés des journalistes et éditorialistes les plus en vue, bon nombre d’intellectuels officient en chaires médiatiques. À chaque département sa vedette. Laurent Joffrin reprochait à Laurent Obertone son manque d’exemples  : en veux-tu en voilà. S’agit-il de parler de l’islam sur un ton bonhomme ? Malek Chebel interviendra. Des horreurs du colonialisme ? Pascal Blanchard s’y collera. De l’Algérie victime de la France ? Benjamin Stora ne demandera pas mieux. De la cause homosexuelle ? Incontournable Caroline Fourest. Du danger que constitue le Front national pour la démocratie ? Claude Askolovitch reste à pied d’œuvre. Et lorsqu’il faut donner son avis sur tout et n’importe quoi ou distribuer bons ou mauvais points, des gens comme Christophe Barbier (qui a son rond de serviette chez Yves Calvi), Edwy Plenel, Aymeric Caron ou le graphomane Jacques Attali trouveront toujours un endroit où s’exprimer.

             

             Oh que c’est bien vu et bien écrit. Tous les lèches culs du système (enfin une partie) répertoriés

             

            Un régal

             

            Joffrin = pantin + gueule à coucher dehors avec un billet de logement (y a aussi plus simple et plus ordurier)

             

            MERCI Eric Guéguen

             


            • Éric Guéguen Éric Guéguen 14 mars 2015 01:32

              Avec plaisir.


            • armand 15 mars 2015 17:35

              @Gnostic « la daube quotidienne des pigistes de AV » bien observé, ton « nartik »
              a été publié le lendemain de cette remarque .


            • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 13 mars 2015 22:35

              Bonsoir,
              ... la diabolisation d’internet, on le sait, trouve ses racines dans le même terreau que racisme et xénophobie : l’ignorance. Venant d’un type comme finkielkraut, on ne peut plus parler d’ignorance. Ou du moins plus de la même. Car il y a 2 ignorances, l’inconsciente et l’autre. Celle de l’ignare, et celle de celui qui se fait un devoir de. Alors question à au petit alain, de France-Culture, de quel devoir s’agit-il ? Nous nageons en pleine schyzophrénie, c’est un délice. Le type est un philosophe, il faut le savoir... (pour le croire ?).
              A Gnostic, et les chiens de gardes, oui, reaction de cause à effet d’ailleurs, on s’y est carrément habitués, l’info peut bien venir d’où elle veut, le web la confirme. Normal qu’ils en aient peur. Parlez en à Pierre Carles, s’il ne s’est pas encore suicidé, cela s’entend. Couchés !


              • Dom66 Dom66 14 mars 2015 10:04

                Très bon article merci. J’ai eu le même geste que « Gnostic » cliqué par curiosité, et puis du coup j’ai lu jusqu’au bout.

                 Par contre bravo d’avoir regardé cette émission, moi j’ai pas le courage, j’ai envie de vivre cool, alors dès que je vois des noms comme "Fink Kel Crotte« , »Glu Squemam«  »Joe Frein"

                « J.F.Kanne » « Caroline Fou reste » « Y. Calvi ci » le dieu B.H.L  « A d’ L’air » etc enfin tout ces spécialistes de mes fesses, je zappe. smiley

                 


                • Éric Guéguen Éric Guéguen 14 mars 2015 11:31

                  @Dom66
                   
                  Moi j’apprécie le Finkielkraut qui nous parle de culture et de l’École. J’évite celui qui ramène tout à Israël et à l’islamisme.
                  Bien à vous.


                • gloub 28 mars 2015 12:48

                  @Dom66
                  L’insulte = stade suprême de la pensée.

                  Bravo pour toute cette finesse.

                  Pour votre information, il s’agit d’une émission de radio, et non de télé.
                  Vous pourriez même l’écouter avant de la juger (même l’auteur de cet article l’apprécie !).

                  A moins que vous préfériez rester confit dans votre haine et vos préjugés, c’est plus confortable, c’est sûr.

                • Éric Guéguen Éric Guéguen 28 mars 2015 12:53

                  @gloub
                   
                  Et l’auteur de l’article apprécie tellement cette émission qu"il était censé assister ce matin même au deux enregistrements publics organisés à l’occasion de ses 30 ans de diffusion. C’était sans compter la grève à Radio France.


                • esote esote 14 mars 2015 10:21

                  Très bel article qui me conforte dans le choix que j’ai fait, il y a quelques années, d’abandonner la consultation des médias mainstream, pour tenter de comprendre le monde.
                  Si, comme le prétend Alain Finkielkraut, l’internet est bien le territoire sauvage où se côtoient « dangereusement » le pire et le meilleur, votre plume représente brillamment la deuxième catégorie.
                  Vous évoquez avec clarté et une grande pertinence la question du discours dominant , dans notre pays, et des moyens structurels et humains qui lui permettent de se déployer et de se maintenir.

                  Peut- on déduire de l’invitation faite à un auteur anti-système par l’un des symboles les plus éminents, chez nous, du verrouillage de la pensée, que la « peur change de camp » ? Et que le la citadelle des bien- pensant institutionnels se sent assiégée par la multiplication des signes de l’exaspération croissante des 99 pour cent, au point d’accepter d’entr’ouvrir ses colonnes à l’un des tenants d’un discours alternatif ?

                  Une façon opportuniste, en cette période chaotique, d’assurer un peu ses arrières, « au cas où » le vent de l’histoire viendrait brusquement à s’inverser...


                  • Éric Guéguen Éric Guéguen 14 mars 2015 11:29

                    Je crois en effet que « la peur change de camp ». Pour autant, les rats ne quittent pas le navire ! smiley
                    Merci pour ce commentaire.


                  • gloub 28 mars 2015 12:53

                    @esote
                    Ecoutez donc l’émission de Finky avant de le traiter de symbole du verrouillage de la pensée.

                    Et si vous avez peur d’être dérangé dans vos certitudes, regardez la liste des sujets et des invités pour voir qu’il s’agit d’un espace de liberté (même si les obsessions de FK tendent y à surreprésenter ses marottes : Israël et l’école).
                    Dans tous les cas, on ne peut pas dire qu’il défende la doxa.

                  • troletbuse troletbuse 14 mars 2015 10:40

                    Rien que voir la tronche à Joffrin me fait gerber. Il me vient l’image d’un conard ridiculisé par le nabot, faut le faire « quand même »


                    • gloub 28 mars 2015 12:54

                      @troletbuse
                      Quelle subtilité dans votre analyse, merci.


                    • mmbbb 14 mars 2015 10:48

                      A l’auteur Merci de m’apprendre que ce Mr Joffrin est un specialiste de Napoleon En revanche votre phrase « l’Algérie victime de la France ? Benjamin Stora ne demandera pas mieux. » est un resume un peu court et reducteur de notre emprunte sur cette histoire et decribilise votre propos Je m’etonne que nous ayons tant de temoignagnes d’emissions d’articles sur le Nazisme et dès que l’on evoque l’histoire de nos colonnies nous avons encore cette mentalite du colonisateur et meprisant Qu’il cesse de se retourner sur cette histoire alors que nous on nous oblige a ce devoir de memoire, ces anniversaires ces commerations Que je sache les Algeriens n’ont pas envoye en 1830 une missive pour se faire coloniser ? Benjamin Stora a vecu en Algerie il a le droit de s’exprimer et cette phrase est desolante.


                      • Éric Guéguen Éric Guéguen 14 mars 2015 11:27

                        Je l’assume néanmoins. Il y a des choses à reprocher également à l’Algérie. Entendez-vous souvent un son de cloche différent s’agissant de la présence française là-bas ? Le problème harki, notamment, est l’un de nos grands tabous nationaux. Stora est le gardien du temple, il n’y en a que pour lui. Les autres sont ou affiliés, ou « révisionnistes ».
                        Si ça vous intéresse, j’écrirai un article en lien avec ceci (notre rapport à l’Algérie) sur Causeur la semaine prochaine.
                        Bon week-end.


                      • mmbbb 14 mars 2015 12:33

                        @Éric Guéguen Ce qui me gene dans votre article est la mise sur le meme plan d’un Joffrin et d’un Stora Il a ecrit par exemple "La Guerre d’Algérie expliquée à tous «   alors que les evénements de Setif furent longtemps gommes il ne fait pas l’impasse sur ce massacre qui n’en doutons pas furent certainement le moteur de la rebellion algerienne Je ne suis  pas un defenseur de ce professeur mais je le trouve neanmoins beaucoup plus tolerant qu’un Joffrin qui giffla verbalement Poliny puisqu’elle eut l’audace de contrarier ce grand monsieur ou qu’un BHL d’un ton peremptoire « moi je .. » et tant d’autres qui sont devenus des "references dans les medias francais Quant aux harkis le temps a fait son oeuvre nous parlons plus librement de cette guerre qui ne fut reconnue qu  officiellement par décret en 1995 C’est Chirac qui mis un terme a ce non sens historique et permis au Francais de regarder plus sereinement leur propre histoire Je vous ferais remarquer que cette guerre a obére l’essor de economie francaise Voir a ce sujet l’histoire de france prefacee par G Duby alors que l’allemagne a genoux nous a depassee dans ce meme laps  de temps Desormais Internet permet d’avoir de nombreux liens et nous evite de  tomber sous la tutelle intellectuelle d’un " professeur omniscient omnipotent" Saluations

                         


                      • Éric Guéguen Éric Guéguen 14 mars 2015 12:50

                        @mmbbb
                         
                        Ce n’est pas que je les mette au même plan, je ne compare pas leurs travaux respectifs. L’un est historien spécialiste de l’Algérie, l’autre journaliste fana de Napoléon. Ce que je dis, c’est que des « chaires médiatiques » sont réservées à ces gens-là. Stora est clairement un homme de gauche, engagé, très consensuel, très « rue-du-19-mars-1962 », et c’est en cela qu’il est le seul à occuper l’estrade sur ce dossier. Voilà ce que je déplore. L’idéologie est problématique, mais lorsqu’elle est constamment à sens unique, comme en France, c’est pire que tout.
                        Prenez Pierre Montagnon par exemple : eh bien il est loin d’être aussi médiatisé.


                      • mmbbb 14 mars 2015 13:25

                        @Éric Guéguen vous ne semblez pas avoir lu correctement ma reponse Stora est une opinion parmi d’autre Je le lis je l’ecoute mais ce n’est pas ma seule source Je citerai Helie de saint marc qui pris la defense des harkis et lui couta quelques annees de prison.Il vecut comme Montagnon ainsi que Pierre Schoendoerffer ces guerres imbeciles En resume ces guerres de decolonisation furent pour les francais une des plus sales guerres de notre histoire et nous couta tant sur le plan humain qu economique et quoique l on en dise a ternie l’aura de notre pays et nous avons toujours ce boulet historique


                      • Éric Guéguen Éric Guéguen 14 mars 2015 13:32

                        @mmbbb
                         
                        Très bon exemple, et c’est précisément celui qui illustrera mon article. Hélie de Saint Marc, combien de Français le connaissent ? Eh bien depuis deux jours, de plus en plus, mais pour s’entendre dire que ce n’était qu’un général « putschiste », un affreux colonisateur. Voyez-vous où je veux en venir ? Ne doutons pas que Benjamin Stora sera, un soir de la semaine prochaine, l’invité de Pujadas pour décider du sort mémoriel à réserver à ce soldat...
                         
                        C’est étonnant que vous insistiez sur ce point. En gros vous me dites que vous seriez plutôt en accord avec ce que je dis, mis à part que mes trois mots sur Benjamin Stora invalident tout le reste. C’est surprenant. Que vous soyez en désaccord avec moi là-dessus, fort bien. Mais il me semble clair que ce que je dénonce n’est pas la légitimité de cet historien, mais la mainmise dont on lui fait cadeau à des fins idéologiques évidentes.


                      • mmbbb 14 mars 2015 11:06

                        Alain Finkielkraut me desole sur Internet En tant que philosophe il devrait plutot inviter les personnes a cultiver leur propre libre arbitre J’eusse aime avoir ce media dans mon enfance il oublie un peu vite qu’il y a peu dans les campagnes l’information n’etait pas si ouverte et les bourgeois ,l’elite s’en servaient afin d’assoir leur pouvoir et nous n’avions rien. Cet attitude psychorigide me surprend et m’agace d’un homme qui se pretend erudit a moins qu’il a la nostalgie de cette societe francaise renfermee sur elle meme si fiere de son passe mais a neanmoins qui a rate l’ere du numerique puisque nos tetes pensantes ont tant de mepris pour la tecnhnologie et la science


                        • attis attis 14 mars 2015 11:28

                          Je n’ai pas lu La France Big Brother. Le bouquin se limite-t-il à la critique de la pensée unique dans les médias dominants ?


                          • Éric Guéguen Éric Guéguen 14 mars 2015 11:34

                            @attis
                             
                            C’est en effet un reproche qu’on pourrait lui faire.


                          • FritzTheCat FritzTheCat 14 mars 2015 19:30

                            Excellent papier !


                            • Éric Guéguen Éric Guéguen 14 mars 2015 21:28

                              J’apprécie, merci.


                            • Layly Victor Layly Victor 16 mars 2015 09:31

                              S’il devait être obligé de faire un choix entre la Philosophie et le Sionisme, Finkielkraut choisira toujours le Sionisme, c’est à dire une idéologie dont le fondement est purement racial.
                              Malgré toutes ses bonnes intentions, cette tare représente l’immensité désertique qui le sépare des Diderot, Voltaire, Montesquieu, Rousseau, Montaigne et compagnie.
                              C’est bien triste


                              • Éric Guéguen Éric Guéguen 16 mars 2015 09:48

                                En ramenant toujours les Juifs dans l’équation, il dessert parfois son propos, et c’est en effet très dommageable.
                                Il est dommage également qu’il site constamment les mêmes auteurs :
                                Grossman, Arendt, Anders, Jonas, Kolakowski, Roth, tous juifs.
                                Il temporise avec Tocqueville, Péguy, Kundera ou Camus.
                                Mais sorti de ça, il se répète.


                              • robert 16 mars 2015 12:18

                                @Éric Guéguen
                                qu’il site faute récurente chez plusieurs pseudos....


                              • Éric Guéguen Éric Guéguen 16 mars 2015 12:21

                                @robert
                                 
                                Ajouter un « R » à « récuRRente » et j’aurai plus de chances de vous prendre au sérieux.


                              • Éric Guéguen Éric Guéguen 16 mars 2015 12:24

                                Et avant que vous ne trouviez l’occasion d’un autre commentaire : « AjouteZ », ça sonne mieux.
                                Plus sérieusement, ce reproche de la part de quelqu’un dont les commentaires dépassent rarement deux lignes et sont néanmoins ponctués de fautes, c’est assez cocasse.


                              • robert 16 mars 2015 12:48

                                @Éric Guéguen oui bof, certain me reprochent aussi de ne pas avoir écrit, normal quoi, cependant de la part d’une personne qui pense pouvoir écrire des choses intelligentes faire autant de fautes, cela me fait songer au copier coller


                              • Éric Guéguen Éric Guéguen 16 mars 2015 13:03

                                @robert
                                 
                                Venez donc débattre, ici ou ailleurs, des choses intelligentes que je « pense avoir écrites ». Je fais cela au quotidien, venez éplucher tout ce que j’écris, ensuite vous compterez les fautes et on fera le bilan ensemble, voulez-vous ?
                                C’est la meilleure de l’année...


                              • gloub 28 mars 2015 12:58

                                @Éric Guéguen
                                AjouteZ !!!


                              • gloub 28 mars 2015 13:01

                                @Layly Victor

                                C’est quoi cet argument merdique : choisir entre sionisme et philosophie ?!!
                                Et qui vous met dans la tête de Finkielkraut pour vous permettre d’en tirer des conclusions ?
                                Degré zéro de la réflexion.

                                Je précise pour les vigilants : je ne suis pas sioniste.

                              • Éric Guéguen Éric Guéguen 28 mars 2015 13:08

                                @gloub
                                 
                                Ah mais je vois que vous vous êtes inscrit spécialement pour venir ergoter sous cet article...


                              • Éric Guéguen Éric Guéguen 28 mars 2015 13:11

                                Ça fait du bien de se défouler une petite demi-heure avant les infos, pas vrai ?


                              • gloub 29 mars 2015 12:53

                                @Éric Guéguen
                                Je ne me suis pas inscrit « spécialement pour venir ergoter » : j’ai cherché à me documenter sur Laurent Obertone que j’avais entendu à l’émission de Finkielkraut, et je suis tombé sur votre article.


                                Quand j’ai vu la teneur (et la hauteur de vue) des commentaires, j’ai eu envie de réagir, donc de m’inscrire.

                                Pour ce qui est du mot « ergoter », j’ai peur qu’il résume votre conception du débat.
                                Je pense avoir posté quelques commentaires qui font plus qu’ergoter, mais le plus simple semble encore une fois d’essayer de discréditer les contradicteurs.

                                Sur ce registre, vous êtes d’ailleurs assez gonflé, cf votre échange avec « robert » : quand il vous signale une faute d’orthographe, vous lui reprochez de poster des commentaires truffés de fautes (donc pas de légitimité à parler).
                                Quand je relève que votre reproche à robert est lui-même émaillé d’une faute, j’ergote.

                                Autant appliquer les mêmes principes à tout le monde, à commencer par vous-même.

                              • gloub 29 mars 2015 13:00

                                @Éric Guéguen
                                Voir mon précédent commentaire : il ne s’agit pas pour moi de me « défouler », mais d’argumenter.

                                Encore une tentative de discréditer la parole d’un contradicteur, au lieu d’entrer dans le vif du sujet.


                              • gloub 29 mars 2015 13:33

                                @Layly Victor


                                Ça vous sert à quoi au juste de compter les Juifs ?
                                Une idée juste émise par un Juif est-elle une idée juste ou une idée juive ?
                                La théorie de la Relativité d’Einstein est-elle une conception juive de l’univers ?

                                Il faut croire que dans votre esprit obsessionnel, une idée « juive » pèse plus lourd qu’une idée non juive, puisque, selon vous, quand FK cite un penseur non juif, il « temporise ».


                                Au passage, quelques précisions pour votre comptabilité : 

                                1/ Kolakowski n’était pas juif. Si la judéité de sa pensée tient à la consonance de son nom, on voit la rigueur scientifique de votre argumentation.

                                2/ Finky cite (parfois obsessionnellement je vous l’accorde) bien d’autres auteurs : Milan Kundera, Ernest Renan, Michèle Tribalat, François Furet, Mona Ozouf, et j’en passe des dizaines. 
                                Alors si on compte, on compte tout le monde. Personnellement, je ne compte pas : j’écoute, et plus difficile : j’essaie de penser par moi-même.

                                3/ Dans votre comptabilité, vous mentionnez Camus. Ce Camus compte pour 2, car FK cite autant Albert Camus que Renaud Camus, qui lui aussi compte les Juifs, et à qui pourtant FK accorde son amitié. Une amitié non exempte de reproches, et problématique à mes yeux.
                                Difficile de ranger ce Camus-là dans le camp où vous voulez enfermer FK (sans jeu de mot, ou si peu).



                              • Éric Guéguen Éric Guéguen 29 mars 2015 14:25

                                @gloub
                                 
                                Je vous adresse une réponse globale tout en bas, en queue de commentaires...


                              • gloub 28 mars 2015 12:39

                                Certains qualifient cet article de pépite ?!

                                Il est médiocre (pour être gentil).

                                J’ai écouté cette émission, sans aucun préjugé pour ou contre les invités (mais avec une bonne opinion pour l’émission que j’écoute depuis près de 30 ans, malgré des désaccords).

                                Laurent Obertone a été totalement incapable de démontrer ses thèses. Pourtant, Laurent Joffrin l’a invité 20 fois à citer des exemples concrets : néant.
                                Même Finkielkraut, dont on sent bien la sympathie pour certaines des thèses du livre, n’a pu s’empêcher de le recadrer.

                                Cet article qui s’attache surtout à tenter de discréditer la parole de Joffrin, tient plus du stalinisme que de la réflexion (l’exact inverse de l’esprit de l’émission Répliques).

                                J’aurais aimé une analyse des arguments de l’un et de l’autre, pas un tract haineux.

                                • Éric Guéguen Éric Guéguen 28 mars 2015 12:57

                                  @gloub
                                   
                                  Laurent Joffrin est un charlot qu’on se trimbale depuis trente ans. Un gardien du temple. Je n’ai pas écrit cet article pour défendre Obertone qui, en effet, était à côté de la plaque dans cette émission. J’ai même été étonné d’apprendre que Finkielkraut l’avait invité. Mais quand j’ai su que c’était face à Joffrin, je savais qu’on aurait droit à un grand moment de foutaises. Je n’ai pas été déçu.


                                • Éric Guéguen Éric Guéguen 28 mars 2015 13:04

                                  @gloub
                                   
                                  Laurent Joffrin est un charlot qu’on se trimbale depuis trente ans. Je n’ai pas écrit cet article pour défendre Obertone qui, en effet, était à côté de la plaque dans cette émission. D’ailleurs, j’ai été surpris d’apprendre que Finkielkraut l’avait invité. Mais quand j’ai appris que c’était face à Joffrin, j’ai su qu’on aurait droit à un sacré numéro. Je n’ai pas été déçu.
                                   
                                  Je ne suis pas venu débattre des thèses d’Obertone, mais enfin Joffrin est la preuve vivante que ce sont toujours les mêmes qui ont droit à la parole dans les médias, et qu’il y a tout une critique qui prend de l’ampleur sur le net et parmi laquelle on trouve des choses bien plus opérantes que les pseudo-débats organisés dans les médias conventionnels.
                                   
                                  Et puis regardez bien les critiques : pour une personne qui parle de « pépite » ou je ne sais quoi, certains emploient leur temps à « moinsser » le moindre de mes propos, sur cet article comme ailleurs. Preuve que vous avez la position confortable de celui qui crache dans le sens du vent.


                                • gloub 29 mars 2015 12:57

                                  @Éric Guéguen
                                  Libre à vous de ne pas apprécier Joffrin (je ne suis pas fan, je pense en revanche qu’il sait débattre et qu’il a coincé Obertone dans cette émission).


                                  En revanche, c’est Finkielkraut qui lance les invitations (vu ce qu’il balance habituellement sur Libé, l« hypothèse obertonienne d’une mainmise sur les médias ne s’applique pas).
                                  C’est donc à lui qu’il faut adresser vos reproches.

                                  Quant au »grand moment de foutaises" j’attends encore vos exemples et leur analyse.

                                • Éric Guéguen Éric Guéguen 29 mars 2015 15:08

                                  @ Gloub :
                                   
                                  Concernant l’« échange » avec sieur Robert :
                                   
                                  je poste pas mal d’articles ici, sur Avox.tv, sur le site du Cercle Aristote ou celui de Renaud Camus, et essentiellement sur Causeur.fr. On aime, on aime pas, on vient débattre ou non, à chacun de voir. Mais je suis très à cheval sur la syntaxe et l’orthographe. Ceci ne veut pas dire que je ne laisse jamais la moindre faute passer : en répondant à quelqu’un l’espace d’une minute prise sur mon lieu de travail, et avec les aléas du clavier, c’est difficile, pour tout le monde. Et ça ne veut pas dire non plus que je fasse le reproche aux gens qui, eux, ne se relisent jamais, et il y aurait pourtant de quoi faire. À mes yeux, l’orthographe est une question de respect. J’écris environ 15000 signes par semaine, alors tomber nez à nez avec quelqu’un qui se contente de pondre une phrase de commentaire par-ci par-là, truffée de fautes, et pour venir dire : « ah, bankeroute, une fôte dans votre commentère, vous perdé tout vos guins ! » Excusez-moi mais, oui, ça a le don de me gonfler. Et pour votre gouverne, la faute que vous relevez, j’en ai moi-même fait état au fameux Robert...
                                   
                                  Le plus drôle, c’est qu’à chaque fois que j’ajoute un « erratum » pour corriger une faute décelée (ce qui m’arrive de temps en temps)... je suis saqué, « moinssé » si vous préférez. Ça en dit long sur le niveau et la mauvaise foi de certains. Je pense que vous conviendrez qu’« il faut de toute façon une patience d’ange pour proposer des débats profonds sur Internet.
                                   
                                  Concernant le fond :
                                   
                                  Que la manière dont je fignole ma prose pour faire des reproches à des gens indéboulonnables comme ce Joffrin ne vous convienne pas ne me dérange pas. Pour info j’avais soumis ce texte à Causeur et ils n’en ont pas voulu. Vous pourrez en déduire que ce texte est trop à charge, je constate surtout que je jour même ils faisaient paraître une interview de Joffrin. Et il faut ménager certaines amitiés, pas vrai ?... On retombe donc, en substance, sur ce que dit Obertone, le vase clos, tout ça.
                                   
                                  Je suis toujours prêt à débattre du fond, toujours. C’est la raison pour laquelle je suis présent sur Internet, pas pour parler de gens comme Joffrin dont je me contrefous. Prenez une minute pour regarder mes échanges sur Avox.tv, notamment, et vous verrez que je ne m’arrête pas à de stupides listes de Juifs dans les médias, à déplorer le sionisme rampant ou déjouer de pseudo-complots planétaires, ce que font ici la majorité des intervenants.
                                  Tenez, je vous invite à lire mon dernier article, et nous en débattrons, je ne demande pas mieux :
                                  http://cerclearistote.com/theologie-teleologie-par-eric-gueguen/
                                  Si vous prenez le temps de le lire, vous verrez que j’ai, là aussi, et malgré ma vigilance, laissé passer une faute d’orthographe. Le »Robert« (au nom prédestiné) va sûrement me tomber dessus !!
                                   
                                  Concernant Obertone :
                                   
                                  Je n’en suis pas fana. Je me désole qu’il faille écrire comme lui pour avoir du succès. Les gens sont ainsi faits qu’ils préfèrent le sensationnel, le percutant, la polémique (cf. Zemmour). C’est comme ça. Et l’emploi du terme »totalitarisme« est non seulement inconvenant (surtout à tout bout de champ), mais grotesque. Aussi je vous le redis : j’ai été très étonné de l’entendre chez Finkielkraut. Je savez qu’il ne serait pas du niveau, pas parce que Joffrin est un cador - c’est une buse, un sous-produit - mais parce que pour défendre le genre d’ouvrages qu’écrit Obertone, il faut être un rhéteur, et on ne devient un rhéteur qu’en passant une à deux fois par semaine dans les grands médias, comme Zemmour ou... ce Joffrin insipide qui n’est qu’un exemplaire d’une espèce très répandue à la radio ou à la télé. Zemmour - comme dit dans l’article - n’est à mes yeux que l’arbre qui cache la forêt, la caution »démocratique« , d’où son succès croissant et, pour une part, non méritée.
                                   
                                  Voilà, il me semble avoir fait le tour. Peut-être ne trouverez-vous pas matière à »débattre" dans ces quelques lignes, peut-être me trouverez-vous imbu, grossier, vain ou je ne sais quoi. Sachez en tout cas que je suis ici pour débattre, rien que pour débattre. Je ne perdrais pas autant de temps à vous répondre dans le cas contraire.
                                  Je ferai paraître un autre article sur le FN la semaine prochaine, si Causeur.fr l’accepte. Il ne devrait pas vous plaire non plus. Mais on ne peut pas plaire à tout le monde et je m’y suis fait. Il y a déjà assez d’efforts à fournir pour essayer de ne pas tomber dans le conformisme, de rigueur ici comme ailleurs.
                                   
                                  EG


                                  • gloub 31 mars 2015 00:49

                                    @Éric Guéguen

                                    Merci d’avoir pris soin de me répondre longuement, je pense que ça a fait, enfin, avancer un peu le débat.

                                     

                                    Concernant vos démêlés orthographiques avec « robert » :

                                    Je partage votre goût pour l’orthographe correcte et vos agacements face au mauvais sort que lui font subir nombre de commentateurs.

                                    Je vous concède qu’ordinairement, une orthographe défaillante présage mal de la qualité du propos de son auteur.

                                    De là à lui dire, comme vous le faites, que vous le prendrez au sérieux quand il saura orthographier un mot, c’est pousser le bouchon un peu loin. Surtout si, arroseur arrosé, vous le lui écrivez avec une faute.

                                    Mais c’est un point mineur, je vous l’accorde.

                                     

                                     

                                    Quant au fond…mon reproche est que, justement, vous n’y allez pas, au fond.

                                    Pour moi, votre article consiste à flatter les préjugés d’un auditoire conquis d’avance, sans analyser le dialogue de sourds entre Joffrin et Obertone (alors que c’était sensé être le sujet même de votre article), mais en citant des anecdotes extérieures à l’émission.

                                    En cela, vous reproduisez le fiasco de Laurent Obertone face à Laurent Joffrin qui le suppliait presque de donner des exemples de l’interdiction de parole dont lui et ses semblables seraient les victimes, et qu’Obertone qualifie, avec un sens de la nuance remarquable, de « totalitarisme ».

                                     

                                    Vous accumulez donc complaisamment des exemples de la surmédiatisation de Laurent Joffrin.

                                    Mais cette exposition médiatique de Joffrin, rédac-chef de Libé ou du Nouvel Obs n’est ni inattendue ni anormale : il est invité, il a son ego, il veut vendre son journal, il renvoie des ascenseurs, c’est la vie pour qui dirige un « grand » média plutôt qu’être moine trappiste.

                                    Et ce que vous percevez comme une surexposition ne disqualifie en rien ses propos. Critiquer la surexposition ne vous dispense pas de les analyser. Et c’est ce que vous ne faites pas.

                                    Car peut-être l’incapacité de Laurent Obertone à répondre point par point à Joffrin vient-elle de la faiblesse, voire de la fausseté, de sa thèse ?

                                    (il a fallu vous pousser dans vos retranchements pour vous faire admettre vos nombreuses réserves sur Obertone – j’aurais préféré qu’elles figurent aussi dans votre article).

                                     

                                    Au lieu de cela, vous vous adonnez à un petit jeu facile : Laurent Joffrin invité à la « Croisière des Idées » ? Mais qui oblige à y aller ? Laurent Joffrin invité comme spécialiste de Napoléon : c’est France Télévisions qu’il faut critiquer s’il n’est pas qualifié pour le faire (il a tout de même, je le découvre en vous répondant, été préfacé par Jean Tulard – peut-être par copinage, mais ça reste à démontrer, plutôt que de ricaner).


                                    Il est piquant de retrouver à la droite de la droite la candeur d’un Serge Halimi dénonçant le complot qui vise à abrutir les masses par la pensée unique. Il reste à vous mettre d’accord sur les finalités de ce complot…

                                     

                                    Enfin, je ne peux que me réjouir que vous ne vous arrêtiez « pas à de stupides listes de Juifs dans les médias, à déplorer le sionisme rampant ou déjouer de pseudo-complots planétaires, ce que font ici la majorité des intervenants ».

                                    Je note cependant que dans vos réponses, vous n’employez pas un grand zèle à les décourager (alors que « robert » en prend plein la tête).

                                     

                                    Je lirai peut-être vos prochains articles, mais comprenez que celui-ci ne m’y a pas vraiment encouragé…


                                  • Éric Guéguen Éric Guéguen 31 mars 2015 11:59

                                    @gloub
                                     
                                    Bonjour.
                                    Ci-joint mon nouvel article :
                                    http://www.causeur.fr/front-republicain-fn-departementales-32086.html#comments
                                     
                                    Je répète que j’ai moi-même corrigé ma faute dans la foulée de l’envoi de ma réponse à Robert. Bref, on ne va pas épiloguer, Robert est déjà parti œuvrer ailleurs et ne nous lit même pas.
                                    Si je me permets, en outre, de ne pas répondre aux chasseurs de sionistes, c’est parce que je passe déjà mon temps à le faire sur Agoravox.tv (leur bastion principal) et qu’ils sont ici bien moins nombreux. À côté de ça, il me faut aussi faire face à des Juifs sectaires sur Causeur, donc je ne m’épargne pas les affreux.
                                     
                                    D’autre part, j’adapte ma façon d’écrire au site que j’aborde. Lisez simplement quelques lignes de cet article-ci :
                                    http://cerclearistote.com/theologie-teleologie-par-eric-gueguen/
                                    ... et vous vous rendrez compte que je n’aborde pas les choses de la même manière. Les gens ici sont en demande d’autre chose, « pas de prise de tête », peu de débats structurés en comparaison du taux d’invective. C’est la foire d’empoigne, typiquement démocratique, et croyez bien que je le déplore. Donc, si vous vouliez avoir un décorticage du bouquin d’Obertone, vous alliez forcément être déçu en lisant mon article. Quant à parler de l’émission en elle-même, vous l’avez dit vous-même : il n’y a pas grand-chose à en tirer, il n’y a pas eu de débat. D’une part - et vous l’avez répété à l’envi - Obertone n’était pas outillé pour riposter, d’autre part - et je le maintiens - Joffrin ne peut admettre qu’il a droit à des tribunes permanentes pour déblatérer la moindre bêtise, tandis qu’il y a des centaines de gens qui ont des choses hétérodoxes à formuler et qu’on empêche de s’exprimer. Une chape de plomb morale pèse sur les débats de ce pays, c’est une évidence.
                                    Je ne suis pas particulièrement fana de Monsieur Jean Robin, mais il a eu au moins le mérite de mettre en évidence une liste de débats interdits, et d’une, et de deux l’inventaire des passages médiatiques des gens dont je me moque dans l’article, qui ont pignon sur rue et que les gens ne supportent plus d’entendre. Et par pitié ne me faites pas le coup des chiffres pour appuyer mes dires, façon Aymeric Caron...
                                     
                                    Pour finir, qui vous dis que je suis à droite de la droite ? Et où avez-vous lu que je parlais de complot ? Je pense en effet que nos élites prennent les gens pour des cons sous couvert de bons sentiments, mais je dis encore plus souvent que s’ils peuvent se le permettre, c’est parce que bien souvent les gens se comportent comme des cons. Avouez que dans le genre populiste, on fait mieux...

                                    Merci pour cet échange, ça ne se voit pas mais j’apprécie, assurément.
                                    EG

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès