• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Les gilets jaunes : des média toujours plus foulards rouges

Les gilets jaunes : des média toujours plus foulards rouges

Depuis le début, la couverture médiatique du mouvement des Gilets Jaunes est profondément biaisée. En remettant en cause un pouvoir et une idéologie que la plupart des média défendent, nos révolutionnaires du 21ème siècle commettent probablement un crime de lèse-majesté. Après quelques semaines à se chercher, la machine médiatique fait feu de tout bois pour défendre Macron.

 

Ignorer, minorer, amalgamer et caricaturer
 
Nous sommes aujourd’hui dans le quatrième temps médiatique du traitement des Gilets Jaunes. Au début, totalement déstabilisés par cette révolte moderne de la France périphérique, le sujet saturait les ondes, d’une manière relativement neutre, si ce n’est la reprise de l’intox du ministre de l’intérieur qui disait y voir la main de l’extrême-droite, alors que les actes de dégradation semblaient bien plus venir de l’autre côté du spectre politique. Puis, la fin de l’année approchant, ces éditorialistes voulaient siffler la fin du mouvement. Sa poursuite en janvier créa une nouvelle stupeur où les Gilets Jaunes reprirent le dessus médiatique du fait de leur persistance, très majoritairement non violente.
 
Mais depuis que l’idole présidentielle a lancé son pseudo grand débat, la grande majorité des médias est revenue à une position de défense du pouvoir, dont on se demande si elle est vraiment moins caricaturale que ce qui se passe en régime autoritaire… Passons sur l’extase ridicule provoquée par les marathons bavards du président retransmis en direct sur les chaines d’information, dont l’intérêt se traduit par le niveau des audiences. Mais toute une mécanique assez troublante s’est mise en place depuis quelques semaines. D’abord, les différents actes sont souvent rétrogradés à une portion congrue dans les journaux, alors même que le fait que le mouvement se poursuive est exceptionnel.
 
 
Ensuite, il est tout de même permis de douter des chiffres officiels de participation, les images semblant indiquer une mobilisation plus forte. Des décomptes peu suspects de sympathie jaune évoquaient d’ailleurs plus de 100 000 participants il y a un mois, près de trois fois les faibles recensements officiels. Plus choquant encore, les amalgames effarants réalisés sur la base de quelques casseurs ou provocateurs extrémistes, dénoncés par Michel Onfray dans un bon papier : les gilets jaunes seraient antisémites, et d’extrême-droite. Manque de chance, les insultes contre Finkielkraut venait d’un islamiste, et sa victime a pris soin d’exonérer les Gilets Jaunes de responsabilité ici…
 
Mais ce n’est pas tout, le mouvement est incriminé pour un accident routier, ou pour les pertes qu’il font subir à l’économie, sans même mise en perspective avec l’importance qu’a le droit de manifester dans une démocratie. Pour couronner le tout, la propagande macroniste tourne à plein, entre glorification de la prime dite Macronet traitement ubuesque des évolutions sondagières, une hausse d’un point de confiance, dans la marge d’erreur des instituts, étant traitée comme une « remontée ». De même, sa popularité est qualifiée de stable quand plus de 70% de la population continue à ne pas lui faire confiance. Un internaute a bien vu de dire plutôt que « son impopularité reste stable »…
 
Pour finir, il y a cette petite musique révoltante consistant à dire que les positions des Gilets Jaunes seraient incompréhensibles, alors que leur demande est claire : plus de justice sociale et fiscale, notamment pour les territoires périphériques. Il est bien normal que le mouvement se poursuive quand le pouvoir fait preuve d’une telle mauvaise foi alors même qu’il prétend organiser un débat, qui n’est en réalité qu’une campagne. Et que dire de ceux qui caricaturent les propositions des Gilets Jaunes. Nulle volonté de baisse générale des impôts, mais volonté de faire payer leur juste part aux plus riches et aux multinationales au lieu de toujours leur demander moins, au détriment de tous les autres
 
 
Après, certains média se demandent pourquoi ils n’ont pas bonne presse dans les manifestations de Gilets Jaunes… Le traitement du mouvement depuis un mois est devenu extraordinairement biaisé et malveillant. Bien sûr, pour l’instant, le chouchou des média s’en sort, dans une configuration politique qui lui va. Mais il ne faut pas croire que cette situation soit autre chose qu’un château de cartes…

Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Arthur S Arthur S 8 mars 16:25

    Il faut relire Edward Bernays, le père de la propagande politique institutionnelle, de l’industrie des relations publiques, et du spin, c-à-d la manipulation de l’opinion.

    Pour lui, une foule ne peut pas être considérée comme pensante, seules les pulsions de l’inconscient s’y expriment, et les professionnels s’y adressent pour mieux vendre des produits grâce à des publicités ciblées sur les émotions.

    En politique, il s’agit de « vendre » l’image des personnalités publiques, en créant par exemple le petit-déjeuner du président, où celui-ci rencontre des personnalités du show-biz. Dans cette conception, une minorité intelligente doit avoir le pouvoir « démocratique » et la masse populaire doit être modelée pour l’accepter.

    Au Ministère du Reich à l’Éducation du peuple et à la Propagande, Joseph Goebbels s’est inspiré des recherches de Bernays dont les travaux sur l’inconscient à l’usage des entreprises ont contribué à l’émergence du marketing moderne, en inspirant les pionniers de la discipline qui, depuis, ont fait des petits et sont utilisés par les puissants qui détiennent le pouvoir réel à travers les médias et les « élus ».


    • Arogavox 9 mars 10:48

      @Arthur S
       Victimes ou pas de propagande, les pigeons restent utiles au succès ... d’un retour de bâton qui aura toutes les chances d’être déterminant pour une prise de conscience définitive !

      voir cette vidéo : 

      EX Députés En Marche Dénoncent La DICTATURE MACRON ! !

    • Alren Alren 8 mars 16:34

      On se souvient de la phrase du général de Gaulle parlant à la radio au soir du Débarquement du 6 juin : « La bataille suprême est engagée ... »

      Eh bien, la bataille suprême est engagée entre les producteurs de richesses et leurs parasites sociaux. C’est « la lutte finale » de l’Internationale.

      Les parasites sociaux et leurs affidés l’ont bien compris : ils ne peuvent pas perdre sous peine d’entrer dans les poubelles de l’Histoire.

      Mais nous savons que l’Histoire, sur le long terme, marque le progrès final des peuples sur leurs maîtres malgré de violents mais provisoires reculs notamment avec le recours à la guerre entre pays développés.

      Guerre qui est impossible aujourd’hui. Sinon, elle aurait déjà été déclarée contre la Russie.

      Et après ce mouvment des Gilets jaunes, rien ne sera plus comme avant, surtout si le capitalisme fianciarisé connaît une crise majeurs comme s’en annonce déjà les prémisses de par les hoquets boursiers récents et le recours des prêts massifs de la BCE (organisme public) aux banques privées.


      • Nowhere Man 8 mars 17:26

        Là on verse franchement dans la ...

        « PROPAGANDE TOTALITAIRE, DÉMONSTRATION SUR LCI » C’est le titre d’une chronique de Daniel Schneidermann qui n’est pourtant pas un enragé .

        https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/propagande-totalitaire-demonstration-sur-lci


        • Pere Plexe Pere Plexe 9 mars 10:48

          @Nowhere Man
          Les mêmes qui dénoncent les « théories du complots » annoncent sans problème que l’attitude de l’ONU et de Bachelet sont un complot...
          Sans en chercher le moindre début de preuve.
          C’est commode.



          • troletbuse troletbuse 9 mars 07:42

            Oui et toujours le black-out total sur Benalla.


            • Elixir Elixir 9 mars 09:02

              @troletbuse

              Dettinger pour avoir frappé un cRS

              comparution imméditate 1 an ferme,
              Benalla, tabassage de manifestants sans autorisation sous couvert de la police et des services d’ordres, il court toujours.....

              ça a pas l’air de choquer Apathie, Cohen et consorts...

              « Qu’ils viennent me chercher.. » il disait...


            • zygzornifle zygzornifle 9 mars 09:08

              Les merdias n’ont jamais étés avec les gilet jaunes , ils ont fait le gros dos au début se disant que peut être le gouvernement aillait gicler et qu’il fallait conserver a tout prix leurs places de journalopes , maintenant que Macron semble gagner le bras de fer ils reprennent avec fougue leur lapidation des GJ , ce sont des vendus et des lécheurs , les merdias sont au garde a vous devant Macron et ses ouailles ....


              • troletbuse troletbuse 9 mars 14:06

                @zygzornifle
                Un peu au début quand même, car ils ne savaient pas encore de quel côté le vent allait tourner. Mais quand ils ont compris l’arnaque du grand débat, après avoir été rappelés à l’ordre, comme des clébards que l’on siffle, ils se sont à nouveau aplatis plus bas que terre.


              • pipiou 9 mars 13:07

                Un article caricatural dont Heblay s’est fait une spécialité.

                Il y a plusieurs chaines d’infos, des centaines de journaux, des centaines de journalistes qui s’expriment et Herblay réduit cela à UN comportement.

                Toutes les semaines des dizaines de gilet jaunes sont sur les plateaux télés et l’auteur prétend qu’on les bâillonne !!!

                Et les GJ ne sont pas impliqués dans UN accident mortel mais dans plusieurs ; seule la mère d’une victime a osé s’exprimer et elle en a pris plein la gueule (par des GJ). Alors attribuer cela aux journalistes c’est carrément piétiner des cadavres.


                • lloreen 11 mars 11:23

                  La réaction des médias est tout à fait dans la logique des choses. Plus ils croquent du « gilet jaune » plus ils prouvent qu’ils sont en situation d’infériorité dans la mesure où si le mouvement faiblissait, les perroquets ne seraient pas obligés d’en faire des tonnes, ce qui est un indice remarquable de leur discrédit constant, devant aussi évident que le nez au milieu de la figure.

                  Cet échange en est d’ailleurs la preuve.

                  https://www.youtube.com/watch?v=G-v2Frg0jQg

                  Le mouvement est insaisissable précisément parce qu’il n’est pas l’apanage d’un groupe ou d’une tête pensante, contrairement au système morbide et déjà agonisant des partis mais le fait de quantités d’individus qui se réveillent de plus en plus en découvrant l’ampleur de l’ escroquerie : intellectuelle, financière, économique, politique, idéologique, sectaire qui lui sert de fondement depuis des millénaires et à laquelle l’individu est soumis dès qu’il a ouvert les yeux sur ce monde.

                  A force de maltraitance, arrive le sursaut salvateur. Le mouvement des gilets jaunes est non violent, raison pour laquelle il faut des agitateurs des « se(r)vices spéciaux », histoire de « justifier » la guerre ouverte envers ces français ayant le culot de revendiquer une amélioration de leur niveau de vie, devenus transparents à cette oligarchie pour laquelle un être humain ne représente guère davantage qu’un numéro de sécurité sociale et un coût.


                  • lloreen 11 mars 11:24

                    pardon:devenant

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès