• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Une directrice d’école maternelle se suicide : Pas un mot sur la (...)

Une directrice d’école maternelle se suicide : Pas un mot sur la chaîne libérale LCI

C'est peut-être ce qu'on appelle des choix d'information dans le microcosme médiatique. Une directrice d'école maternelle a été retrouvée morte dans l'enceinte de son établissement, situé à Pantin (93), lundi 23 septembre 2019. Il s'agit d'un suicide suite à un burn-out. Un de plus dans le corps enseignant. L'enseignante, Christine Renon, a laissé une lettre d'adieux pour expliquer les raisons de son geste : surcharge de travail, harcèlement larvé de la hiérarchie, enfants et familles de plus en plus difficiles à gérer...

On remarquera qu'à la date du 25/09/2019, seuls quelques sites d'infos ont relaté ce drame. Il n'y a pas eu une enquête, un dossier, proposé par une chaîne TV grand public pour aborder le mal-être des enseignants, un milieu où dépressions, maladies mentales liées au stress et tentatives de suicides se sont banalisées. Un milieu où il n'existe pas de médecine du travail, un milieu où les arrêts-maladies sont de plus en plus contrôlés et mis en cause. 

La palme du silence revient à la chaîne LCI, bien connue pour son amour des hussards de la république, que ses journalistes ne manquent jamais de mettre en valeur, au point de leur accorder des salaires astronomiques - les fameux 3800 euros par mois (voir un de mes précédents articles) - afin de vanter leur soi-disant confortable niveau de vie, à l'aube de la réforme des retraites en préparation au gouvernement. Aucune trace de ce fait divers sur le site web de la chaîne... 

Cette retenue devant le malaise enseignant a deux explications. Ne pas affoler les parents d'élèves et tenter d'accompagner cette fameuse réforme des retraites qui va paupériser davantage les vieux profs, ceux qui tiendront encore la corde au-delà de soixante ans.

Concernant LCI, un article publié par la chaîne libéralo-conservatrice il y a trois ans ne manque pas d'ironie et de provocation. Seuls les faits indiquant le manque de professionalisme de ces affreux fonctionnaires que la chaîne méprise par idéologie sont relatés :

https://www.lci.fr/faits-divers/violences-dans-une-ecole-maternelle-de-pantin-dix-mois-de-prison-avec-sursis-requis-contre-l-instituteur-2011842.html

Il s'agit du cas d'un professeur des écoles violent condamné pour avoir brutalisé ses élèves. Ici encore, cela devient d'une banalité écologique. Sauf qu'un détail ajoute du piment à l'article : l'âge de l'enseignant, soixante-et-un ans (!).

Curieusement, personne n'a fait remarquer que ce monsieur aurait été mis à la retraite d'office en d'autres temps, une retraite qu'il pouvait prendre à partir de cinquante-cinq ans il y a encore vingt ans. L'usure et le manque de patience liés à l'âge avancé de ce fonctionnaire expliquent ce qui s'est passé, et les dix mois de prison récoltés sont du coup la récompense accordée par la société pour ses décennies de service aux élèves, finalisés par ce dérapage. Ajoutons que dans ce cas de figure, l'hypothèse psychiatrique n'a pas été retenue, contrairement à d'autres cas de délinquance. Qui confierait vingt-cinq gamins, en partie désocialisés, à un(e) enseignant(e) de plus de soixante ans, cas qui ne se présentait pas en France il y a encore peu ?

Entre la chaîne info de Bouygues immobilier et le monde de l'éducation, il y a un gouffre de valeurs, de principes. La loi du fric et des voyous d'un côté, l'idéal républicain et humaniste de l'autre. Il y a en plus la propagande abjecte, consistant à faire passer pour des privilégiés des enseignants sous-payés. Christine Renon était très loin de gagner les fameux 3800 euros énoncés dans un reportage de la chaine consacré au salaire des profs. Publier des chiffres bidonnés, idéaliser au lieu d'apporter une juste critique, masquer les véritables problèmes : si LCI n'est pas une officine de propagande, qu'est-ce que la propagande ?

Notons le comble du morbide : les enfants seraient revenus à l'école dès le mardi, avec une "cellule psychologique" en accompagnement... Sans qu'une commission, pourtant prévue dans la loi, ne soit intervenue pour déterminer si les conditions étaient réunies pour le retour à la normale dans cette école. La décence et le respect ne sont pas les valeurs de la haute hiérarchie de l'éducation nationale, davantage affolée par les plaintes de parents paniqués à l'idée de devoir garder leurs gosses chez eux. Après tout, c'est dans la logique des choses. Pour LCI-Bouygues et leurs amis des pouvoirs publics, le décès de la directrice, c'est un salaire de "nantis" et une retraite de moins à verser... Comme quoi libéralisme économique et civilisation humaine sont difficilement compatibles !

Ci-joint un lien vers la lettre d'adieu de Christine Renon (issu du site du snudi-fo 93) :

https://docs.google.com/file/d/1jFuhXXPLU5eNET6WdEt1xOqhUPiorPv2/view


Moyenne des avis sur cet article :  2.91/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • Eric Havas Eric Havas 28 septembre 10:27

    Et ouai... les « chances » du négrier de Soros....

     

    École de Bismarck : 60 élèves par classe : Solvay 1927 des dizaines de Nobel teutons... en France 19e 50 environ, début du 20e, record du monde des brevets, moi j’étais entre 35 et 40... pas besoin de privilège colonial de 15 chances par professeur payé par GJ

     

    Boobaland PISA 24éme, pays par QI 25éme, moins un rang par an... avenir tout tracé...

    cases Club Méditerranée pour bronze-fesses chinoises...

     


    • mmbbb 28 septembre 10:29

      je n ai pas trouve une tres grande volonte d hisser les enfants du peuple afin d avoir un métier honnête . L educ , une usine a enseigner . la gauche a une volonte humaniste a vouloir integrer les migrants mais ne demontrait guere d emulation , de sollicitude envers le peuple natif de ce pays.

      Prenez cette petite ordure de ce prof d ecole Chantecler , il est le cas typique ce cette merde de gauche qui ne cesse de vomir sur cette societe liberale en traitant les autres de cretins .

      Tout ce qui se passe dans cette institution m indiffère désormais . Je deteste l hypocrisie .


      • loulou 28 septembre 10:35

        Bonjour.

        Je suis touché par cet article.

        Touché pour le gâchis que représente la mort de cette femme. et sa souffrance solitaire.

        Mais, ça n’est pas la premiere à se supprimer dans ces fonctions d’enseignante.

         car, dans l’enseignement comme ailleurs, outre l’extraordinaire individualisme de la société.( Chacun sa merde !), le mensonge règne

        Faire croire , avec une hiérarchie de lâches, que l’école est comme avant, avant que les populations changent, avant que les rapports sociaux et culturels se tendent.

        Avant , quoi, quand l"école était laïque et républicaine , que les enseignants étaient respectés et que la hiérarchie, soutenait un minimum, son personnel..

        Je regrette votre mort Madame, parce que vous étiez une personne bien.


        • mmbbb 28 septembre 11:22

          @loulou «  Avant , quoi, quand l »école était laïque et républicaine , que les enseignants étaient respectés et que la hiérarchie, soutenait un minimum, son personnel.. " avant tout etait bien ! Des enseignants pourris , j en ai connus .
          C etait la periode pas de vague et nous devions fermer nos gueules. La republique , quelle republique ? Lorsque je vois sur le fronton egalite machin , j ai envie de gerber .


        • exol 28 septembre 11:40

          @mmbbb
          Moi c’est quand je te lis que j’ai envie de gerber , cette femme avait droit à la vie comme toi .


        • loulou 28 septembre 11:41

          @mmbbb

          Ouah ; Monsieur mmbbb, vous êtes remonté !
          Oui, évidemment, avant, est-ce que ça veut dire : 1900 ; 1950 ou 1980 ?
          Les conditions n’étaient bien sur, pas les mêmes à ces différentes époques.
          Rien n’était parfait.Avant pour moi, c’était une période peut être fantasmée ou 
          les enseignants patriotes et républicains , se démenaient pour l’école de la république. Ca fait ringard. C’était avant, quoi !


        • mmbbb 28 septembre 11:53

          @exol et bien gerbe Des suicides il y a en dans tous les corps de metiers notamment chez les medecins etc , il y a 12 000 suicides en France . Pays de malades c est tout . 


        • mmbbb 28 septembre 12:21

          @loulou entre les discours et la réalité , il y a toujours un fossé . Il est toujours etonnant qu il faille avancer des idéees convenues . J ai toujours connu cela . pas de vague , il faut absolument se soumettre aux conventions sociales, aux idées strictes . Je dis simplement que certains agisssements de certains pions profs ou maitres d ecole seraient desormais répréhensibles  Comme les cures qui desormais se trouvent devant les tribunaux . Avant, le cure s enfilait impunément un gamin et si celui ci se plaignait , il recevait une torgnolle . Ipso facto c etait une affabulation . 

          Avant c etait l omerta . Le peuple etait soumis surtout dans les campagnes ou l application du droit etait méconnu . On preferait envoyer le peuple a la messe 

          J ai assez d exemples . , Arrête de jouer les vieilles france ma louloutte , j ai passe l age de gober n importe quoi .
          Néanmoins, je reconnais parce que je ne suis pas obtus, que nous sommes passe d une extreme a l autre . Mai 68 n aurait jamais eu lieu si les esprits n avaient pas ete aussi corsetes .

          Quant a l EN , les profs sont aussi responsables de cet etat de fait . 
          Il est aise d avoir de l emotion sur un fait divers , c est de coutume dans ce pays , 
          cette institution est tellement malade qu il serait vain de lui appliquer un cautere comme sur une jambe de bois .

          NB je n ai jamais rien casse , je n ai jamais menace un prof ect , A l inverse , je n ai jamais eu de profs ou si peu extraordinaires . 

          IN fine je suis indifférent a ce qui se passe au sein de cette institution . 

          Des suicides , il y en 12 000 par an comme je l ai dit a l autre guignollo Exol .


        • mmbbb 28 septembre 12:25

          @exol il y a un petit con de maitre d ecole Chantecler dans ce merdia , pour lui je n aurai aucune compassion . 


        • exol 28 septembre 13:30

          @mmbbb
          Entièrement d’accord , mais lui ne se serait jamais suicidé , il a bien profité du système et continue à percevoir sa bonne retraite , cette engeance nauséabonde viendra certainement centenaire.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 septembre 13:33

          @mmbbb
          Vous pourriez essayer de réunir 25 gamins dans votre séjour et essayer de leur expliquer ce que vous voulez, et ensuite vous venez nous raconter vos résultats...


        • JC_Lavau JC_Lavau 28 septembre 14:36

          @mmbbb. Des suicides ? Robert Boulin, Yann Piat, Pierre Bérégovoy, Martin Luther King, JFK...
          Juillet 1997, le gang des tueuses conjurées, à savoir mon alors-épouse et sa fille aînée faisaient la tournée des voisins en profitant du charme de mon petit-fils (4 mois), pour les avertir : « Ne fréquentez en aucun cas mon mari (resp. mon père) : C’est un ours qui déteste tout le monde et s’engueule avec tout le monde. Du reste, on attend d’un jour à l’autre un regrettable suicide ou un regrettable accident. Et si vous osiez contrevenir à nos ordres, on saura vous faire sentir qui c’est qui commande.... ».
          Toutefois, il se trouve que leurs tentatives d’assassinat ont échoué jusqu’à présent. Baraka...
          Des consommatrices éclairées ont exprimé leurs vifs regrets que l’assassinat ait échoué. Voire le défi : « Moi je ne t’aurais pas loupé ! ».
           
          Les morts ne témoignent pas.
          Moi si, jusqu’à présent. Et ça, les imposteurs, les escrocs et les tortionnaires ne me le pardonnent pas.
          Les imposteuses tortionnaires encore moins.
           
          Suicides, suicides...

          Ainsi Hélène Palma se vante répétitivement que son gang a « suicidé » Richard Gardner de quatorze à une vingtaine de coups de couteau.
          http://info.deonto-famille.org/index.php?topic=25.msg68 ;topicseen#msg68


        • machin 28 septembre 15:31

          @loulou

          Encore une victime de la lutte des classes...


        •  Adibou Adibou 28 septembre 13:23

          Ou comment se servir de ce drame pour cracher sur LCI et en faire son buzz.... smiley


          • njama njama 28 septembre 13:25

            Choisir de se suicider sur son lieu de travail est d’évidence" un acte politique.

            Que ce soit le suicide d’un policier dans son commissariat, d’un employé à la Poste, d’un enseignant dans sa classe, et celui de cette directrice dans son école, il s’agit d’un message.


            • njama njama 28 septembre 13:32

              Le décès de Jacques Chirac a en grande partie occulté l’info du suicide de cette directrice.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 septembre 13:36

                Dire que LCI est un média « libéral conservateur » ferait croire que tous les autres n’en sont pas ... ?


                • Cadoudal Cadoudal 28 septembre 13:41

                  @Fifi Brind_acier
                  Ben oui, Y a C News qui est un média Judéo Nazi...lol...

                  https://twitter.com/Telerama/status/1177116225488543745

                  Télérama : bien tirer la chasse d’eau après usage...


                • Le421 Le421 28 septembre 17:57

                  @Fifi Brind_acier
                  Bonne remarque...


                • Waspasien 28 septembre 14:24

                  Bah !

                  Paix à son âme, bien sûr... mais je ne veux pas oublier qu’il y a aussi autant, sinon plus de travailleurs du public qui subissent du harcèlement, des pressions et humiliations, dans un silence total.

                  Je sais aussi que la détresse ne démarre pas pour tout le monde sur le même barreau de l’échelle et que des gens bien installés dans une sécurité acquise et un ronronnement huilé se désespèrent gravement à l’idée d’un changement ou d’une remise en cause.

                  En guise de lexomil, un recalibrage des barreaux d’échelle serait peut-être plus judicieux ?

                  https://www.contribuables.org/2016/01/les-10-differences-entre-les-salaries-du-public-et-du-prive/


                  • the clone the clone 28 septembre 15:02

                    Normal elle n’était pas flic .....


                    • adrien 28 septembre 16:16
                      malheureusement cela montre une fois de plus que, aujourd’hui, l’enseignement présente des risques psychologiques qui sont fréquents et parfois sérieux pour les enseignants : meilleure prévention des risques professionnels des enseignants ! : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=349

                      • JC_Lavau JC_Lavau 28 septembre 16:25

                        @adrien. Il n’y a pas de médecine du travail, là.
                        L’EN est exorbitante du Code de la Santé comme du Code du travail.


                      • ribouldingue ribouldingue 28 septembre 16:48

                        Ça ne sert plus à rien de faire les lèches culs devant blanquer et encore moins de se suicider pour faire valoir ses droits. Ces mecs en ont rien à foutre de votre pomme ce ne sont plus des ministres se sont des économistes. Et puis, c’est clair ! Nos chères têtes blondes sont condamnées à devenir des cancres cons comme des balais… D’ailleurs, l’autre machin chose a fait des études. "Depuis 2000, le QI commence à descendre ! La génération à venir est la première qui aura un QI moyen inférieur à celui de la précédente !" Michel Desmurget

                        https://twitter.com/GG_RMC/status/1177159215418355714?ref_src=twsrc%5Etfw


                        • Le421 Le421 28 septembre 17:56

                          Une enseignante se suicide...

                          Déjà que les flics, on essaie de le cacher, alors...


                          • Eric F Eric F 28 septembre 18:10

                            « Qui confierait vingt-cinq gamins, en partie désocialisés, à un(e) enseignant(e) de plus de soixante ans »

                            On nous parle parfois de moduler l’âge de départ en fonction de la « pénibilité du travail », mais établie selon des critères physiques (du reste la première mouture de la fiche d’évaluation par les employeurs était courtelinesque), cet exemple de l’enseignant de 61 ans montre bien que des professions présentent une pénibilité intellectuelle ou psychologique (les gens qui font de l’assistance client, les gens qui sont d’astreinte et joignables à toute heure, ceux qui doivent apporter du travail à la maison, etc.).

                            Avec les 35 heures, il y a eu dans le privé accentuation de la pression sur la productivité horaire pour faire la même chose en moins de temps, et la menace de la concurrence low cost est un autre facteur de pression. De ce fait le stress usant s’est fortement répandu.

                            En fait, dans les diverses branches d’activité, il serait nécessaire d’adapter la nature du travail pour les « seniors+ » sur des activités moins exposées (comme c’est le cas dans les pays scandinaves, qui travaillent jusqu’à un âge fort avancé et s’en portent bien semble-t-il https://www.cairn.info/revue-internationale-des-sciences-sociales-2006-4-page-587.htm


                            • eau-du-robinet eau-du-robinet 28 septembre 19:32

                              Bonjour,

                              .

                              Les suicides en France : 10 000 morts par an… en toute discrétion.
                              Le nombre de décès par suicide est considérable. Par exemple, sur la période 2000–2018, le nombre de morts par suicide est de l’ordre de 180 000.
                              http://www.gauchemip.org/spip.php?article34446

                              .

                              Nouveau suicide dans l’Education nationale : les enseignants tirent encore la sonnette d’alarme.
                              Elle voulait que son geste ne serve pas à rien, c’est un acte politique
                              https://francais.rt.com/france/66276-nouveau-suicide-dans-education-nationale-les-enseignants-tirent-encore-la-sonnette-alarme
                              .

                              Selon le taux de l’INSERM donné en 2002 (cité par le Sénat en 2015), il aurait 334 suicides de professeurs en moyenne par an
                              https://www.apresprof.org/quitter-l-ecole-pourquoi/les-suicides/
                              .
                              Burn-out et suicides de soignants : combien de drames avant un plan de prévention ?
                              « En réalité, les soignants ne soignent plus, ils remplissent des rapports, suivent des procédures toujours plus contraignantes. »
                              Dr Éric Henry

                              .
                              Un soignant sur deux est ou a été concerné par le burn-out au cours de sa carrière ;
                              http://sante.lefigaro.fr/article/burn-out-et-suicides-de-soignants-combien-de-drames-avant-un-plan-de-prevention/
                              .
                              Un agriculteur se suicide chaque jour selon la MSA
                              https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/un-agriculteur-se-suicide-chaque-jour-selon-la-msa-202-152192.html
                              .
                              La barre symbolique des 50 suicides au sein de la police nationale vient d’être officiellement franchie : un collègue de 45 ans a mis fin à ses jours aujourd’hui avec son arme de service au poste de police de Louvroil à côté de Maubeuge
                              https://france-police.org/2019/09/19/la-barre-symbolique-des-50-suicides-au-sein-de-la-police-nationale-vient-detre-officiellement-franchie-un-collegue-de-45-ans-a-mis-fin-a-ses-jours-aujourdhui-avec-son-arme-de-service-au-poste-de/
                              .
                              Le chômage a-t-il une influence sur le taux de suicide ?
                              Oui. Le taux de suicide chez les chômeurs est de 58 pour 100 000.
                              http://www.gauchemip.org/spip.php?article34446

                              .

                              Le chômage serait responsable de 10.000 à 14.000 décès par an
                              https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/le-chomage-serait-responsable-de-10-000-a-14-000-deces-par-an_2949371.html

                              .

                              Résumé : Les conditions de travail en France sont déplorable

                              et ceci est liée en grande partie à la mondialisation, à la mise en concurrence féroce des travailleurs.
                              .

                              La mondialisation tue (vraiment) dans les pays occidentaux et aucun de ceux qui nous gouvernent ne s’en est rendu compte
                              https://www.atlantico.fr/decryptage/2890569/la-mondialisation-tue-vraiment-dans-les-pays-occidentaux-et-aucun-de-ceux-qui-nous-gouvernent-ne-s-en-est-rendu-compte-nicolas-goetzmann


                              • machin 29 septembre 10:52

                                @eau-du-robinet

                                Tout cela a comparer avec le taux de suicides de nos hommes politiques...

                                A part Boulin qui s’est noyer dans 15 cm d’eau...
                                je ne vois pas.

                                Allez, les scélérats un petit petit effort...


                              • Tom France Tom France 28 septembre 23:04

                                Ce que l’on appel « éducation national » est une usine à formatage, un formatage destiné à réduire les élèves en futur consommateur abrutis et compulsifs de toute sort d’objets de transitions inutiles et surtout, à ne jamais rien remettre en question, à ne s’intéresser à rien etc...

                                Bref, le vide au sens littéral sur tous les plans pour finalement s’intégrer dans cette pseudo société ou règne la débilité et l’absurdité à tous les niveaux !


                                • Le421 Le421 29 septembre 08:48

                                  @Tom France
                                  Oui... Mais c’est une volonté de nos dirigeants.
                                  Si on vous dit de construire un mur avec des parpaings et du béton, mais qu’avant de commencer, on vous attache les deux mains dans le dos, ça va avancer ?
                                  Avec une cuillère à soupe dans la bouche pour le mortier et en poussant les agglos avec le coude ?
                                  C’est ce qui arrive aux enseignants.
                                  Plein de devoirs et aucun droit...


                                • ETTORE ETTORE 28 septembre 23:19

                                  Quand vous avez des « chefs de cordée » comme président « fonceur/grimpeur », des ministres interchangeables, qui passent de tout à rien et investis d’une science infuse dans TOUS les domaines.... .

                                  Comment trouver anormal que dans leur ascension fulgurante,et obsessionnelle, ils décident de couper la corde en dessous d’eux ?

                                  La hiérarchie...ben tiens !

                                  Faites suivre et que rien ne remonte. Voilà qui laisse l’individu, seul, face à la multitude problématique et face à....soi même pour les régler.

                                  Vous ne trouvez pas que cette façon de faire s’est standardisé dans notre pays ?


                                  • stef 29 septembre 13:41

                                    Si ça avait été un médecin , alors ça passait en boucle et LCI réclamait 30 €la consultation toutes les 10 minutes


                                    • Surya Surya 29 septembre 18:16

                                      Je ne sais pas si je dois y aller avec des pincettes pour mon commentaire ou mettre carrément les pieds dans le plat : je n’ai envie de passer ni pour une gourde (que je ne suis pas, enfin du moins j’espère) ni pour une personne insensible (que je ne suis pas non plus, et là j’en suis certaine) mais bon, autant que je mette les pieds dans le plat plutôt que tourner pendant trois heures autour du pot : après lecture de la lettre de cette femme, je dois avouer que je ne comprends pas les raisons de son suicide. 

                                      Je précise immédiatement, afin qu’il n’y ait pas de malentendus, que je ne juge en aucune façon cette personne. Mais puisqu’elle a écrit une lettre pour s’expliquer (mais peut être ne pensait-elle pas que cette lettre serait publiée publiquement) elle a finalement rendu son acte public et donc sujet aux commentaires.

                                      Je ne la juge pas, mais il me semble malgré tout que sa réaction (se suicider en réaction à son quotidien d’enseignante, du moins ce qu’elle décrit comme étant son quotidien) est totalement disproportionnée par rapport à ce qu’elle subit et raconte dans sa lettre (à moins qu’elle n’ait pas tout dit dans sa lettre, mais pourquoi aurait-elle caché les véritables raisons de son départ ?)

                                      Si elle avait subi au quotidien des parents agressifs et harceleurs, voire violents, bref ce qu’on appelle communément des « cas sociaux », des enfants impossibles à tenir, des insultes à répétition, des collègues infect(e)s qui ne la soutenaient jamais ou du genre à propager des rumeurs fausses sur son compte, un inspecteur qui la harcelait... le tout agrémenté de deux heures de transport le matin et deux heures le soir, j’aurai pu comprendre plus facilement qu’un suicide puisse lui sembler la seule façon d’échapper à cet enfer. (Mais on a toujours la possibilité de se faire arrêter, ou mieux de changer de boulot. N’a-t-elle donc envisagé aucune de ces deux portes de sortie ?!)

                                      Au lieu de cela, elle décrit son épuisement face à des journée chargées passées à régler des « petits soucis ». Des PETITS soucis...

                                      « Le travail des directeurs est épuisant, il y a toujours des petits soucis à régler »

                                      « ne se rendent pas compte à quel point tout le monde est épuisé par ces rythmes » : une caissière à Auchan (ou Carrefour, ou Monop, enfin bref, je ne stigmatise évidemment pas Auchan) qui subit en permanence le bruit de l’hypermarché, les annonces criardes braillées du matin au soir dans un micro, les clients râleurs et impatients qui parfois, j’en suis certaine, l’agressent verbalement, qui endure un travail monotone et répétitif avec des gestes machinaux qui finissent par la transformer en robot, qui subit son chef, pas forcément commode (voire son harcèlement sexuel) etc... n’est-elle pas elle aussi épuisée à la fin de sa journée ? 

                                      Ce que je ne comprends pas, c’est que ces petites choses, car c’est ainsi qu’elle les nomme, qu’elle décrit dans sa lettre ne sont finalement rien d’autre, d’après ce que j’ai lu et entendu dire, que le quotidien tout à fait normal d’une directrice d’établissement scolaire.

                                      Ce qu’elle se plaint de devoir faire, finalement, c’est son boulot de directrice, et les soucis qui vont avec (quel travail n’a pas son lot de soucis à gérer ?) : 

                                      « Encore du travail avec le (? ??) et encore je ne vais pas me plaindre cette année [...] »

                                      « le risque écarté de fermeture de classe [...] »

                                      Après il y a une phrase incompréhensible, celle où elle parle de « tableau de structure », d’onde (? ??), et encore un acronyme dont seuls les enseignants connaissent la signification.


                                      « accumulation de fait mineurs » (MINEURS)

                                      « La perspective de devoir faire » ceci et cela, (DEVOIR FAIRE) et là elle décrit simplement, me semble-t-il, les tâches inhérentes à sa fonction.

                                      De plus, les choses ne semblaient finalement pas aller si mal dans son école, elle semblait même entourée :


                                      « Personne dans l’école n’a rien à se reprocher »

                                      « J’ai des collègues formidables [...] »

                                      « les enfants sont en sécurité dans un cadre rassurant »

                                      « les parents d’élèves élus qui ont toujours été là »

                                      Si elle allait mal, pourquoi ne pas voir qu’elle pouvait trouver protection et soutien ailleurs qu’auprès de cette institution en qui, elle le dit, elle n’a aucune confiance ? Chez un médecin, un psy... Pourquoi s’imaginer qu’elle était enfermée dans un ghetto, que l’Education Nationale était son seul et unique horizon ?

                                      Ce que je comprends malgré tout, vu que je ne suis quand même pas complètement idiote, c’est que cette enseignante a subi une accumulation (et c’est je crois le problème clef, l’accumulation) de petites choses qui ont fini par lui bouffer complètement la vie et l’épuiser. De plus, j’admet que ce sentiment de solitude face aux situations et aux responsabilités n’a sans doute pas été facile à vivre. 

                                      Cependant, la question que je me pose, et pose ici ouvertement, est : l’épuisement dû à une journée chargée, voire même surchargée, les tâches inhérentes à une fonction, aussi ingrates puissent-elles être, et la solitude, peuvent-il expliquer qu’on se suicide carrément ?

                                      Cette femme n’était-elle pas, dès le départ, trop fragile psychologiquement pour porter le fardeau de cette responsabilité de chef d’un établissement scolaire, avec tous les aspects du travail et tous les gens qu’il faut gérer ? Etait-elle réellement faite pour cette fonction si exigente ?

                                      Etait-elle au contraire solide et motivée au départ, mais a-t-elle été, peu à peu, jour après jour, sans même qu’elle s’en rende compte elle-même, fragilisée et usée par le poids des responsabilités, les petites choses qui s’accumulaient, minuscules gouttes d’eau qui finissent au bout du compte par former une mer immense ?

                                      C’est la seule explication que j’arrive à trouver à ce suicide, car si on prend les faits bruts, le quotidien qu’elle décrit et qui, reconnaissons le, ne semble pas (à la lecture de sa lettre) pire que ce que subit une caissière, un policier (pour moi c’est ce qui semble le plus dur, être policier sur le terrain), une secrétaire de direction croulant sous le poids des dossiers à traiter, du téléphone qui sonne sans arrêt, de son patron qui déboule avec des "vous avez fini de faire ceci cela ? Quoi ?? Vous avez pas encore fini ?... ou autre, il semble alors que rien ne puisse justifier qu’elle en soit arrivée à une telle extrémité : se donner carrément la mort.

                                      Comment se fait-il que, dans un cas comme dans l’autre, l’Education Nationale, dont je suis certaine qu’elle connait le problème des enseignants mieux que quiconque, ne mette pas en place des séances de soutien psychologique gratuites et, si nécessaires, illimitées, menées par des personnes bien sûr qualifiées, mais également rompues aux problèmes spécifiques vécus par le corps enseignant, afin que ceux ci, qu’ils soient dès le départ fragiles ou au contraire usés, ne sombrent pas complètement après quelques années d’exercice ?


                                      • Waspasien 29 septembre 20:20

                                        @Surya

                                        Il y a deux choses bien distinctes :

                                        Le suicide de cette dame
                                        Ce que le système médiatique en fait.

                                        Ce qui gêne, c’est cette seconde chose :
                                        L’auteur souhaite que ce drame soit mis en avant sur les médias et de l’avis de beaucoup, ça ne le mérite pas pour toutes les raisons qui sont argumentées.

                                        Voir par exemple le post de Titi du 29 sept 18h23 sur ce fil...


                                      • Ruut Ruut 30 septembre 08:47

                                        @Surya
                                        Peut-être que le respect des travailleurs et leur bienêtre n’est pas une priorité de leur hiérarchie, elle aussi assommée et saturée de petites choses qui mises bout à bout empêche tout travail concret.

                                        Il y a, et ce et depuis plusieurs années, dans la fonction publique un gros problème de communication ascendante et descendante.

                                        C’est probablement lié à la culture du mépris et de la jalousie inhérente a cette entité.
                                        Le décalage et le copinage aux instances dirigeantes est un fléau su sein du service public.
                                        Rare sont les hauts responsables venant de la base, ce qui explique en partie leur incompréhension des problèmes de celle-ci.
                                        C’est par ailleurs cette absence de promotion ascendante qui pose le plus de soucis.
                                        Et ça touche TOUS les services publics. (Et maintenant, hélas, les grosses boites du privé.)


                                      • titi 29 septembre 18:23

                                        @L’auteur

                                        Comme disait Staline, la mort d’un homme est une tragédie, celle de 100000 c’est de la statistique.

                                        Donc que dit la statistique au niveau des suicides par profession ?

                                        Elle dit ça :

                                        1. Les ouvriers agricoles, les pêcheurs, les bûcherons et autres emplois dans la foresterie ou l’agriculture (85 suicides pour 100 000 employés)
                                        2. Les charpentiers, les mineurs et les électriciens (53 suicides pour 100 000 employés)
                                        3. Les mécaniciens, les installateurs et les employés d’entretien (48)
                                        4. Les travailleurs d’usine et de production (35)
                                        5. Les architectes et les ingénieurs (32)
                                        6. Les policiers, les pompiers, les employés des services correctionnels et autres employés des services de protection (31)
                                        7. Les artistes, les designers, les célébrités, les athlètes et les employés des médias (24)
                                        8. Les programmeurs, les mathématiciens et les statisticiens (23)
                                        9. Les employés des transports (22)
                                        10. Les cadres et dirigeants d’entreprise et les employés en publicité et en relations publiques (20)
                                        11. Les avocats et les travailleurs du système judiciaire (19)
                                        12. Les médecins, les dentistes et autres professionnels de la santé (19)
                                        13. Les scientifiques et les techniciens de laboratoire (17)
                                        14. Les comptables et les autres personnes exerçant des activités commerciales et des opérations financières (16)
                                        15. Les employés des soins infirmiers, les assistants médicaux et les employés de soutien de la santé (15)
                                        16. Le clergé, les travailleurs sociaux et les autres travailleurs sociaux (14)
                                        17. Les agents immobiliers, les télévendeurs et les vendeurs (13)
                                        18. Les employés du bâtiment et travaux de terrassement et de nettoyage (13)
                                        19. Les cuisiniers (13)
                                        20. Les éducateurs, les barbiers, les dresseurs d’animaux et les employés de soins personnels (8)

                                        La mort de cette directrice est une tragédie.

                                        Il n’empêche que ceux qui morflent le plus ce ne sont pas les enseignants.


                                        • the clone the clone 30 septembre 08:41

                                          @titi

                                          0 chez le président ,les ministres , députés , sénateurs , préfets .....
                                          Comme quoi il faut bien choisir son métier .....


                                        • simplesanstete 29 septembre 19:36

                                          La mort de cette salope du social est logique , comme les avc, comme les Alzheimer, elle n"avait pas l’âme en paix.....c’est clair et elle n’est pas la seule à s’exécuter et en milieu de la dite éducation çà surmenage du....... rien, tenir des petits moutons de la fantaisie....mission impossible !


                                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 septembre 19:47

                                            @simplesanstete

                                            Question saloperie vous en connaissez un rayon...vous êtes bas , très bas .


                                          • simplesanstete 30 septembre 01:57

                                            @Aita Pea Pea
                                            Le conformisme est la vérolution....en marche, les pôvres n’ont plus d’excuses ni d’excuseurs......doux jésus est partout en sous FRance. Le bas, je l’ausculte tous les jours, c’est aussi effrayant que drôle comme un sketch sur le cancer de Dieudo !
                                            GPS : je vis avec une rescapée suicidaire de l’éducation nation nulle.....quelle leçon vivante elle m’a donnée !


                                          • L'Astronome L’Astronome 30 septembre 10:00

                                             

                                            C’est symbolique : par son suicide, c’est toute l’Éduc-Nat qui se suicide.

                                             

                                             


                                            • cétacose2 1er octobre 08:31

                                              Devant l’incurie ,le laxisme et l’incompétence de nos enseignants ,il faut confier l’éducation de nos chères têtes crépues à des imans qui appliqueraient les règles sévères d’une école coranique.....


                                              • lloreen 4 octobre 16:31

                                                « le manque de professionalisme de ces affreux fonctionnaires ».

                                                Ce qui est affreux pour un régime libéral fondé sur le modèle féodal est sans le doute un statut protecteur pour ses serfs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès