• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 2 places, 4 candidats, 6 possibilités ?

2 places, 4 candidats, 6 possibilités ?

Et si le scénario qui semblait écrit depuis deux mois ne se réalisait pas ? Un sondage donne aujourd’hui Macron et Le Pen en baisse, seulement quatre points devant Fillon et Mélenchon, un écart qui indique sans doute que tout est encore ouvert pour le second tour, les deux favoris étant tout sauf certains d’y parvenir. Un scénario inédit qui contraste avec les présidentielles précédentes.

 

Favoris peu convaincants, outsiders en embuscade
 
Dans cette campagne extravagante, le duo qui semblait s’être imposé comme le casting définitif du second tour, bat de l’aile. Si l’illusion Macron parvient toujours à rassembler les classes supérieures, de plus en plus de critiques se font jour, entre la superficialité convenue de son discours et le rôle de sortant qu’il endosse malgré lui avec la chute de Hamon. Et Marine Le Pen ne s’en tire pas vraiment mieux. Après tout, avec une majorité sortante largement discréditée et une opposition en capilotade du fait des affaires et des limites de son candidat, elle devrait plutôt être à 30% et proche de la victoire. Mais sa communication grossière et son manque de travail maintiennent le plafond de verre.
 
Malgré les affaires et ses postures assez grossières, Fillon semble encore avoir sa chance. Après tout, la base des primaires est numériquement importante, une partie de la population le voit comme le rempart pour éviter le retour des socialistes au pouvoir (même si c’est sous la bannière de Macron) et le flot continu de révélations accrédite l’idée d’une forme de complot contre leur chef. C’est sans doute ce qui explique sa résistance dans les sondages : après tout, quatre points seulement d’écart à deux semaines du vote, cela reste jouable, comme le précédent de 1995 le montre, où Lionel Jospin avait basculé en tête du premier tour alors qu’on se demandait s’il parviendrait au second.
 
Mais le cas le plus marquant est sans doute celui de Mélenchon, qui s’envole dans les sondages et bénéficie de la meilleure dynamique de fin de campagne, faisant de lui un vrai candidat pour le second tour. Finalement, le choix d’un frondeur comme candidat du PS ne le freine pas, au contraire même, accélérant l’explosion du PS, les eurolibéraux préférant Macron, et ceux qui espèrent une vraie politique de gauche pouvant difficilement faire confiance à cet appareil qui les a tant déçu depuis des décennies. Et puis, malgré des limites, le candidat de la France Insoumise démontre une densité de pensée, une culture et une répartie qui le font briller face aux apparatchiks superficiels qu’il affronte.
 
Résultat, nous nous retrouvons dans une situation inédite où les jeux ne sont sans doute pas fait pour la qualification au second tour, ce qui devrait compliquer la campagne des autres candidats, les électeurs risquant de préférer voter pour un des quatre candidats qui ont une chance d’accéder au second tour plutôt que de disperser leurs voix. Un second tour Le Pen / Macron n’est plus qu’une possibilité parmi d’autres, toutes les configurations semblant désormais ouvertes, d’un Mélenchon / Le Pen qui verrait l’élimination de tous ceux qui nous gouvernent depuis trop longtemps dès le premier tour, à un duel des droites Fillon / Le Pen, ou même un duel des gauches Macron / Mélenchon.
 

 

Bien sûr Fillon et Mélenchon ont encore du chemin à faire pour se qualifier au second tour, mais aujourd’hui, cela n’est plus exclu et il y a fort à parier que les sondeurs vont bientôt commencer à diversifier les scénarios testés pour le second tour, tant le champ des possibles semble soudain agrandi. La Cinquième République y montre ici sa vertu démocratique de ne pas nous enfermer dans un duel trop convenu.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 14 avril 10:54

    au moins cette dernière ligne droite avant le second tour est comme une bonne série Américaine avec un sénario béton , il y a du suspens , des rebondissement on se pose des questions , tous les jours on se demande ce qui va se passer quelle affaire va éclater au dernier moment pour chambouler le résultat pas comme les série française


    • Crazy Rider Crazy Rider 14 avril 15:19

      @zygzornifle
      REGARDER LA MANIPULATION DES SONDAGES SUR ENVOYÉ SPÉCIAL : https://www.youtube.com/watch?v=zxRlJTmxunY


    • PiXels PiXels 14 avril 21:12

      @Crazy Rider
       ;

      Spéciale dédicace à Fergus.. et à « quelques » aures smiley


    • PiXels PiXels 14 avril 21:16

      @PiXels
      .

      Du goudron et des plumes ?
       Je précise que je n’ai vu que 3 minute du doc (mais vous n’êtes ps obligés de me croire !)

    • PiXels PiXels 14 avril 21:26

      @PiXels
      .

      J’en suis à 8’ 50’’.....Matthieu, va falloir apprendre ton boulot :
      «  y aurait pas ?.... » 
      Formule « interro-négative ».. 
      Quand je « formais » à la « téléprospection » (et à « la vente »).. c’était .... « allez, on reprend ! ».. « y a-t-il.. ? »...

    • Leonard Leonard 14 avril 21:36

      @PiXels

      Quand tu en seras à Mathieu 12-30 on s’appelle :)

    • PiXels PiXels 14 avril 23:47

      @Leonard
      ..

      . Dans les année 40« t’aurais pu te lancer dans une carrière de »comique troupeier !« 

      Le genre a malheureusement été légèrement ringardisé par quelques petits nouveaux  »djamel Debouze, Ga El Mamaleh.. et, le meilleur pour la fin ..Elie semoun« ... bref des purs génies qui me plient en quatre de rire..et en 16 quand je termine dans les chiottes (j’ai mal pensé le site ; une seule cuvette. Je vais brecvetter la double cuvette.. une pour chier et l’autre pour gerber !)... me reste plus qu’à trouver la start up et un »fond d’investissement« suffisamment »branchouilles" qui comprennent la vision novatrice du concept ! 

    • BA 14 avril 11:04

      Jean-Jacques Bourdin met au défi François Fillon d’affronter ses questions le 18 avril.

      Le journaliste de BFMTV met en cause « l’autorité morale » du candidat LR qui lui a fait faux bond.

      Nouvel épisode dans le bras de fer médiatico-politique qui oppose Jean-Jacques Bourdin au candidat Les Républicains. Alors que François Fillon avait accusé la veille le journaliste de BFMTV de mentir en affirmant qu’il s’était « dérobé » en annulant une interview prévue de longue date, le présentateur-star a répliqué à l’antenne (comme à son habitude) ce vendredi 14 avril en mettant au défi l’ancien premier ministre de venir affronter ses questions.

      "Lundi dernier, son équipe nous appelle pour annuler. Jamais, comme le dit François Fillon, trois dates ne nous ont été proposées", a réaffirmé Jean-Jacques Bourdin.

      "J’aurais insulté François Fillon, a-t-il dit hier. C’est faux. Les mots ont une valeur, j’ai simplement dit que François Fillon se dérobait. Et comme les mots ont une valeur, ils touchent quand ils expriment la vérité", a attaqué Jean-Jacques Bourdin qui, exceptionnellement, avait rédigé son intervention.

      Le présentateur de la matinale de RMC et BFMTV a une nouvelle fois estimé que François Fillon fuyait ses questions sur les affaires, un sujet sur lequel le candidat LR ne veut plus s’étendre, comme l’illustre cet incident avec La Dépêche du Midi.

      Jean-Jacques Bourdin a déclaré : "Les mots reviennent à l’esprit quand François Fillon disait à l’automne, sur France Info : « Il faut que les journalistes ne lâchent pas les affaires. » Il pensait alors à Nicolas Sarkozy. Les mots reviennent à l’esprit, ceux que me disait François Fillon ici même : « Mis en examen, je ne me présenterai pas. C’est une question morale. » Et qui parle aujourd’hui d’autorité morale ? Vieille pratique...

      Evoquant sa « conscience professionnelle » avec un goût certain de la mise en scène, Jean-Jacques Bourdin met donc au défi François Fillon de venir répondre à ses questions le mardi 18 avril. Un rendez-vous que le candidat LR semblait avoir décliné par avance, exigeant des excuses du journaliste.

      http://www.huffingtonpost.fr/2017/04/14/jean-jacques-bourdin-met-au-defi-francois-fillon-daffronter-ses_a_22039490/


      • Crazy Rider Crazy Rider 14 avril 15:20

        @BA
        MANIPULATION SONDAGES SUR ENVOYÉ SPÉCIAL : https://www.youtube.com/watch?v=zxRlJTmxunY


      • vachefolle vachefolle 14 avril 23:44

        @BA

        bon si c’est pour répondre aux questions stupides dont il a l’habitude genre quel est le prix d’un ticket de métro ou d’un croissant, alors oui il a raison de ne pas se déplacer chez « Bienvenu chez Finance -Macron. »


      • Leonard Leonard 14 avril 11:12

        Asselineau avant dernier 



        Hahahahahahaha...

        Désolé c’est nerveux...

        • LE CHAT LE CHAT 14 avril 11:38

          @Leonard

          c’est probable , au mieux il finira 9eme ...


        • Leonard Leonard 14 avril 13:11

          @LE CHAT

          On mise combien ? 10000 euros qu’il fini mieux que 9ème ? (comme ça tu seras peut être sérieux dans tes propos)


        • Crazy Rider Crazy Rider 14 avril 15:18

          @Leonard
          Tu as raison et en appui voilà ENVOYÉ SPÉCIAL sur MANIPULATION DES SONDAGES : https://www.youtube.com/watch?v=zxRlJTmxunY


        • cathy cathy 14 avril 14:40

          Mélenchon-Lepen au 2e tour.


          • Croa Croa 14 avril 15:23

            Facile Cathy ! smiley
            *
            Ce sont les seuls qui s’adressent au peuple !
            *
            Mais JL Mélenchon le fait mieux car il s’adresse, lui, à tous les gens !
            Donc, en plus, JL Mélenchon gagne à la fin !


          • sweach 14 avril 16:39

            @cathy
            Franchement j’aimerai, mais trop de gens sont capitaliste et libéraux, je vois mal comment Fillon pourrait être évincer.


            Mais oui Mélenchon fait une bonne fin de campagne.

          • Crazy Rider Crazy Rider 14 avril 15:16

            Analyser sur la base de sondages constitue la plus grande supercherie !
            REGARDER MANIPULATION DES SONDAGES SUR ENVOYÉ SPÉCIAL : https://www.youtube.com/watch?v=zxRlJTmxunY


            • Croa Croa 14 avril 15:57

              Les scénarios écris très à l’avance sont les plus bidons. Leur but principal consiste à accélérer les candidats souhaités de ceux qui financent les sondages et aussi à décourager par sous-évaluation les candidats gênants.
              Heureusement il y a des gens qui évitent de suivre les autres bêtement et qui font l’effort de comparer les programmes, ce qui fait mentir les sondages. Pour que ça ne se voit pas trop les sondeurs sont bien obligé de corriger leurs pronostics quand s’approche l’échéance. Pour autan leur nuisance est évidente, notamment en ce qui concerne Monsieur Macron, ce candidat longtemps favori alors que c’est le plus creux de tous et qu’il ne vient de nulle part ! Je pense, comme beaucoup ici, que la bulle Macron ne va cependant pas tarder à éclater malgré le ralliement de nombreux professionnels de la politique justement encouragés par les perspectives Macron.


              • sweach 14 avril 16:46

                @Croa
                La bulle Macron a déjà éclaté.


                Car au départ on était peu nombreux a s’offusqué de cette mise en avant outrancière et sans fondement.

                Mais aujourd’hui ça se voit et surtout on nous montre que ça se voit, mais pourquoi ?

                Le but ce n’est pas de le faire gagner mais de faire perdre quelqu’un, vu qu’on est dans la dynamique de la campagne on n’a pas le recul, donc on ne voit pas le coup Macron dans ça globalité.

                Chevènement avait fait perdre Jospin, mais qui va faire perdre Macron ?

              • posteriori 14 avril 19:42

                @sweach
                Il y a quelques jours j’ai lu un article du new york times sur macron qui le disait déjà fini.


              • Croa Croa 15 avril 08:37

                À sweach « mais qui va faire perdre Macron ? »
                *
                - Macro lui-même tellement il est nul ! Tout de même il existe une limite au foutage de gueule. Et tant mieux pour les qui se gavent encore, qui ont misé sur ce mauvais cheval smiley
                .
                (Sinon si, un des buts est bien de faire gagner quelqu’un et c’est Macron qui a été choisi.)


              • sweach 18 avril 10:42

                @Croa
                *Sinon si, un des buts est bien de faire gagner quelqu’un et c’est Macron qui a été choisi.*


                Les médias et les sondages ont mit en avant Macron, pour le monter à un niveau qui ne lui va pas.

                Mais deux semaines avant le premier tour, ces mêmes média, le montre sous un angle plus négatif, ses erreurs en géographie, son discourt creux, ses soutiens de milliardaire, son passé de banquier.

                Les médias ne nous le montre plus les bras en croix en train de se casser la voix à la patick Bruel, mais comme un gosse de riche inexpérimenté.

                Aussi prés du but, on peut se poser des questions.

                En 1995 la droite avait aligné deux candidats Balladur et Chirac, tout les médias ont mit en avant Balladur pour au final au dernier moment le montrer loin des gens et c’est Chirac qui a rafler la mise.

                Il ne faut pas oublier que les parti se battent pour rester au pouvoir, RPR/UMP/LR et PS ont fait alliance à plusieurs reprise, les médias sont de la parti.

                La machination médiatique Macron est donc pour le profit de Hamon et de Fillon qui vont bizarrement monter dans les sondages dans les jours qui viennent.

              • sweach 14 avril 16:34

                Macron 23% (9%)

                Marine 23% (9%)
                Fillon 19% (7%)
                Mélenchon 19% (7%)
                Hamon 8.5% (3%)

                Autres 7.5% (3%)

                Les 4 premiers ex-aequo, avec une incertitude à 38% ça c’est du sondage ...

                Je le dit depuis le départ, Macron fera moins que Dupont-Aignan.

                Macron est comme Chevènement, les sondages lui était incroyablement favorable, au final il a eu 5,33 % des voix alors que les sondages lui donnés 15%, mais c’est surtout Jospin qui en avait fait les frais. Sans cette mise en avant de Chevènement dans les médias est-ce qu’il aurait eu 5%, est-ce que Lepen aurait battue Jospin ? Est-ce que Chirac aurait été réélu ?

                Les journalistes utilisent les sondages comme s’ils commentaient une compétition sportive avec des évolutions. Mais il n’y a rien que du vent, la seul chose qui compte ça sera l’élection final, tout le reste c’est du blabla propagandiste.


                Juste pour rappel :
                BVA a pour actionnaires les fonds d’investissement Rotchild et Vincent Bolloré

                • Dudule 14 avril 19:24

                  Ce qui a planté Jospin, c’est sa campagne hyper à droite et les privatisations de services publics lorsqu’il était premier ministre... Ma facture de gaz lui dit merci...

                  Une seul phrase, soufflée par Séguéla, à fait perdre Jospin : « Mon programme n’est pas socialiste ». Moi, si, et donc, comme beaucoup d’autres, je n’ai pas voté pour lui...

                  Les petits calculs à la c.. (c’est pas contre vous, sweach...), machin à pris tend de voix à truc, c’est du grand n’importe quoi. Les gens votent pour un programme, et en 2002, après les crises russes, asiatiques, argentines, le début d’une désindustrialisation massive (souvenez vous, Vilvorde, Seattle et les début d’ATTAC), les gens étaient déjà gavés de libéralisme, et cet idiot de Jospin fait une campagne libéral... BOOM le Jospin.

                  Jospin aurait fait une campagne sur la défense des services publics, il gagnait haut la main, même avec Chevènement et Besancenot en face.

                  Pareil pour Hollande... Terra Nova et la ligne libérale que ce « Think Tank » a vendu au PS, qu’Hollande a suivi scrupuleusement, ne pouvait qu’amener l’autodestruction... Appliquer des « réformes » libérales, franchement, alors que le libéralisme était déjà discrédité en 2002 ! Ces gens sont ou suicidaires, ou complètement crétins ! Terra Nova a tué le PS aussi surement qu’en distribuant du cyanure à tous ses militants.


                • Dudule 14 avril 19:25

                  Macron faire moins que Dupont Aignan, ça n’est pas une certitude, mais une possibilité, effectivement. Qui vivra verra...


                • Croa Croa 14 avril 19:38

                  À sweach,
                  « Macron fera moins que Dupont-Aignan »
                  Paris tenu ! Tu aurais raison si les sondages n’existaient pas car objectivement Dupont-Aignan et son programme est meilleur que Macron et son (supposé ?) programme. Le fait est que les sondages existent et ont une influence. Ce par effet mouton qui veut que les électeurs qui ne savent pas trop font plutôt comme les autres, aussi parce que l’on est porté à se renseigner plus sur les programmes plus côtés, et aussi parce que les gagnants supposés obtiennent immanquablement des soutiens intéressés.
                  *
                  Pour autant je pense que tu as un peu raison et que Monsieur Macron, au pif disons, fera dans les 10% ce qui est peu pour le favori mais beaucoup par rapport à ce qu’il vaut vraiment.


                • sweach 18 avril 10:19

                  @Croa
                  LOL c’est déjà mon deuxième pari, j’ai parié 1 euros qu’il ne ferait pas 10 pourcent


                  Effectivement la logique aurait voulu qu’il fasse moins que Dupont-Aignan mais il y a tellement de lobbies que ça parait bien compliqué, l’objectif des médias est atteint, on le croit plus fort qu’il ne l’est réellement.

                  En même temps qui va voter pour ce gas ? qui connait quelqu’un qui va voter pour lui ?

                  Je connais des gens qui vont voter Fillon, Lepen et Melenchon
                  Je connais des gens qui votent à gauche et qui ne savent pas pour qui ils vont voter, mais certainement pas pour Macron.

                  Bref je trouve inconcevable qu’il puisse faire un bon score.
                  Je le vois derrière Hamon et au coude à coude avec Dupont-Aignan
                  Et il serait inexistant sans le soutien de Bayrou.

                  Dans le meilleur des cas possible il prendrait les votant de Bayrou 3.3 Millions et les votant de Valls soit 4.1Millions au total, au max il peut faire 12%, mais je ne le crois pas.

                • Le421 Le421 14 avril 21:25

                  Ce soir, c’était 22-22-20-18 à la télé.
                  20 pour Méluche, of course !!
                  Ca commence à sentir le roussi pour un petit 1% des français.

                  Les larbins en auraient-il marre de se faire ramoner ??


                  • cettegrenouilleci 15 avril 04:17

                    Il y a onze candidats, et non quatre.

                    Il y en a dix qui s’accommodent très bien de l’enfermement de la France dans l’Union Européenne et l’euro.

                    Il y en a un, un seul, qui propose de sortir de l’UE, de l’euro, et de l’Otan : c’est François ASSELINEAU, le président de l’UPR.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires