• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 2017, une année électorale chargée

2017, une année électorale chargée

La France entre dans une intense période électorale, mais d’autres scrutins ailleurs en Europe et dans le reste du monde devront être suivis avec attention. Après 2016, l’année du Brexit et de l’élection de Donald Trump aux États-Unis, les perspectives de bouleversement par les urnes sont aussi importantes en 2017.

Les 23 avril et 7 mai 2017, les Français choisiront leur Président de la République, auquel ils seront invités quelques semaines plus tard à donner (ou à refuser) une majorité législative pour gouverner. Les conséquences de ce choix resteront purement internes si François Fillon, Emmanuel Macron ou le candidat investi par le Parti socialiste l’emporte. Des politiques comparables, dans la continuité de celles qui prévalent depuis 1983, seront menées à quelques nuances près. Il s’agira tout au plus d’une banale alternance. Seule l’élection – qui apparaît pour l’heure peu probable – d’un candidat souverainiste, protectionniste et eurocritique (Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan) pourrait peser véritablement sur les questions internationales, a fortiori sur l’avenir déjà fragilisé de l’Union européenne. Moins médiatisées, les élections sénatoriales de septembre prochain (renouvellement de la moitié des sièges au Palais du Luxembourg au suffrage indirect) devraient conduire à un renforcement de la majorité de droite, au regard des résultats des dernières élections locales.

Les élections législatives en Allemagne, programmées pour la fin de l’été, comptent autant que la présidentielle française. Angela Merkel, incontestable leader politique de l’Union européenne, est prétendante à sa propre succession à la tête du gouvernement mené par la CDU. Favorite, elle aura face à elle le parti social-démocrate SPD qui se cherche encore une tête d’affiche mais qui entend bien reprendre les rênes du pays après 13 ans d’une coalition bâtie autour des conservateurs. Une percée du parti d’extrême droite AfD est aujourd’hui crainte et de récents sondages corroborent cette hypothèse (1). Par ailleurs, des parlementaires du Bundestag et du Bundesrat éliront le Président de la République fédérale allemande (fonction symbolique et protocolaire) un peu plus tôt, au mois de février.

Toujours en Europe, la République tchèque renouvelle ses parlementaires en octobre 2017. Ces élections ne sont pas anecdotiques. Le gouvernement social-démocrate conduit depuis janvier 2014 par Bohuslav Sobotka n’est pas frontalement hostile à Bruxelles mais se montre néanmoins solidaire du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie) opposé à la politique européenne des quotas migratoires. Aucun pronostic ni sondage électoral pertinent n’est à ce jour envisageable, mais l’opinion publique tchèque semble très travaillée par le défi sécuritaire, notamment par la peur du terrorisme islamiste qui n’a jamais frappé dans le pays. Selon une enquête réalisée les 15 et 16 décembre 2016 par l’institut Median auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, 93 % des Tchèques disent redouter un attentat de Daesh sur leur territoire en 2017.

Les électeurs des Pays-Bas sont appelés aux urnes le 15 mars pour se choisir une majorité à la Chambre des représentants. La coalition entre libéraux et travaillistes au pouvoir pourrait être mise à mal par l’extrême-droite eurosceptique emmenée par le PVV de Geert Wilders. Un sondage donnait le PVV en tête il y a quelques semaines avec 21 % des intentions de vote devant les libéraux (17 %) et les travaillistes (8 %). Le parti de Wilders devrait a minima doubler le nombre de ses sièges actuels (15 sur 100) au sein de la chambre basse du Parlement néerlandais.

Ailleurs sur la planète, deux élections permettront peut-être de mettre un terme à une crise en cours, à moins qu’elles ne la prorogent. C’est tout d’abord le cas des législatives au Gabon, qui seront organisées le 29 juillet, onze mois après la présidentielle très contestée qui s’est conclue par la victoire officielle du sortant Ali Bongo contre le dissident Jean Ping. Le Parti Démocrate Gabonais (majorité présidentielle) domine avec hégémonie l’actuelle chambre basse du Parlement. L’opposition parviendra-t-elle à menacer une fois encore le pouvoir du clan Bongo ?

Enfin, en Corée du Sud, les pouvoirs de la Présidente Park Geyn-hye ont été suspendus par le Parlement à la suite d’un scandale (soupçons de corruption et de trafic d’influence). Un nouveau chef d’État devrait en principe être élu le 20 décembre 2017. Mais si la procédure de destitution visant désormais Park Geyn-hye vient à aboutir, une élection anticipée sera organisée dans les soixante jours suivant le début de la vacance de la fonction, comme l’exige l’article 68 de la Constitution du pays.

 

Des référendums à haut risque ?

Il n’est pas exclu qu’en France se tiennent en 2017 un ou plusieurs référendums. Tout dépendra du Président que les Français choisiront en mai prochain. Ainsi François Fillon envisage-t-il de convoquer les citoyens pour trancher trois questions politiquement sensibles : la diminution du nombre de parlementaires, la simplification territoriale et l’alignement des régimes de retraite (2). Parmi ses concurrents, Jean-Luc Mélenchon propose un référendum immédiat pour décider si le renouvellement de l’Assemblée nationale permet la désignation d’une constituante, dans l’optique d’un passage vers une VIe République. Candidat à la primaire du PS, Vincent Peillon avance pour sa part l’idée d’un référendum institutionnel pour l’automne 2017 (indépendance du parquet, réforme du Conseil constitutionnel, droit de vote des étrangers aux élections locales…). Une crise institutionnelle s’ouvrirait naturellement si le Président tout juste élu, quel qu’il soit, était désavoué par le peuple souverain. Pure spéculation.

En Turquie, Reycep Tayyip Erdogan semble en revanche bien décidé à passer par la voie référendaire pour proposer une révision constitutionnelle visant d’une part à instaurer un régime présidentiel (fin du régime parlementaire avec la proposition de suppression du poste de Premier ministre) et d’autre part à permettre à l’actuel Président de briguer deux nouveaux mandats (3). Le pouvoir d’Erdogan ne cesse de se durcir depuis le coup d’État militaire manqué des 15 et 16 juillet 2016, mais cette révision constitutionnelle est un dessein mûri de plus longue date. Elle reste largement critiquée par l’opposition et les ONG. Alors que la Turquie est revenue dans le jeu diplomatique à l’occasion d’une clarification de sa position sur le conflit syrien, l’accroissement des pouvoirs d’Erdogan a de quoi inquiéter les dirigeants de l’Union européenne. La consultation doit se tenir entre mars et mai.

Enfin, la question catalane promet de revenir à l’ordre du jour en Espagne. Le danger d’une scission est plus vif que jamais. Le gouvernement local de Catalogne présidé par Carles Puigdemont entend bien poser à ses électeurs la question du détachement de cette région autonome du nord-est, deux ans après la publication d’une Déclaration sur le lancement du processus d’indépendance. Juridiquement, la Catalogne ne pourrait obtenir son indépendance par une décision unilatérale, fût-elle adoptée par référendum, la Cour constitutionnelle considérant cette procédure comme inconstitutionnelle. Une sécession à la hussarde est redoutée, d’autant plus qu’elle ne manquerait pas de galvaniser ailleurs en Europe les mouvements indépendantistes (Écosse, Flandre…). Un pareil coup de tonnerre fragiliserait encore un peu plus des États déjà dépouillés d’une bonne part de leur souveraineté.

 

Notes :

(1) Un sondage « Deutschland Trend » pour l’ARD, effectué après l’attentat du marché de Noël de Berlin, montre une progression de deux points des intentions de vote pour l’AfD. Ces intentions de vote atteignent 15 % dans l’étude en question.

 (2) Lire par ex. à ce sujet Emmanuel BERRETTA, « François Fillon doit-il conserver les trois référendums de septembre ? », lepoint.fr, 28 décembre 2016, <http://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/francois-fillon-doit-il-conserver-les-trois-referendums-de-septembre-28-12-2016-2093354_1897.php&gt ;

(3) Lire par ex. Marie JÉGO, « En Turquie, vers un référendum en 2017 pour ou contre le renforcement des pouvoirs d’Erdogan » , lemonde.fr, 10 décembre 2016, <http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/12/10/erdogan-veut-un-referendum-en-2017-pour-renforcer-ses-pouvoirs_5046833_3218.html&gt ;


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 9 janvier 12:54

    un referendum en France en 2017 ??? c’est de la science fiction ! 

    depuis 2005 , plus personne ne nous a demandé notre avis ...


    • baldis30 9 janvier 18:40

      @LE CHAT
      de toute façon de nos avis ils s’en foutent ...


    • petit gibus 9 janvier 15:44
      La France est loin d’être le centre du monde
      contrairement à ce que nos merdias essayent de nous faire croire
      merci de le souligner
      Et payer plus de 100 neuros de redevance TV pour cette qualité d’infos !
      C’est un scandale qu’il faut dénoncer, trop c’est trop smiley


      • Alren Alren 9 janvier 18:02

        @petit gibus

        La France est loin d’être le centre du monde

        Ne sous-estimez pas la place de votre patrie dans le monde.

        Je sais que cet auto-dénigrement qui vise en réalité les Français, tous râleurs et prétentieux n’est-ce pas, est fréquent à droite pour justifier l’à-plat-ventrisme des dirigeants devant les USA, ces rassurants cerbères du capitalisme et du maintien des inégalités fondées sur la naissance et l’héritage.

        Mais si vous saviez à quel point notre pays est considéré comme LE pays des arts et de la culture occidentale en Asie, avec même une idéalisation, et comme l’Amérique latine attend du peuple français qu’il élise enfin des dirigeants de l’envergure de De Gaulle, pour faire contre-poids à l’impérialisme US, vous ne diriez pas que la France est loin d’être un pays de second rang.

        Un indice de cette considération est la non-remise en cause de son siège de permanent au Conseil de Sécurité, sinon par Cohn-Bendit qui voulait le donner aux dirigeants non-élus de l’UE, c’est-à-dire à son pays de cœur, l’Allemagne.


      • baldis30 9 janvier 18:41

        @Alren

        « de l’envergure de De Gaulle »

         et tout est dit .....


      • petit gibus 9 janvier 19:27
        @Alren

        Hé là camarade

        je n’ai jamais écrit que nous étions que des fantômes insignifiants

        seulement des individus qui ne sont pas seuls au monde

        nuance !


      • Alren Alren 9 janvier 18:10

        M. Paulet, les probabilités n’ont jamais prévu les révolutions. Surtout celles qui s’opèrent pacifiquement par un bulletin de vote.

        On va voir dans les médias de plus en plus de prophéties qui s’espèrent auto-réalisatrices et dont la plupart élimineront Jean-Luc Mélenchon, le seul candidat du changement.

        Si ces prophéties, appuyées sur des sondages bidonnés (on n’a jamais les chiffres bruts) pouvaient lui faire perdre 2 ou 3% de votants se rabattant sur le vote « utile » au vu de celles-ci, et ainsi le faire éliminer pour le second tour, ce serait une belle opération pour ses adversaires qui par ailleurs n’ont aucun argument avouable contre son programme.


        • baldis30 9 janvier 18:46

          @Alren

          « M. Paulet, les probabilités n’ont jamais prévu les révolutions »

          D’abord ils ne savent même pas ce qu’est une probabilité et en plus bien au-delà des probabilités si encore cela est géométrisable , il y a le langage des possibilités ... C’est une autre branche qu’ils n’ont jamais envisagé et bien sûr dont ils n’ont jamais entendu parler !

          Ils me font rigoler en utilisant des notions dont ils ne connaissent même pas le fondement ( sur ce dernier terme ce que je viserai volontiers c’est le leur ....)


        • HELIOS HELIOS 9 janvier 22:20

          @Alren

          Mélenchon... le seul candidat... pffff

          — Si les français votent pour la continuité, vous dites donc que Marine Le Pen n’est pas pour le changement... donc pourquoi se priver de voter pour ELLE ???

          — Si les français considèrent que Melenchon n’est pas le seul candidat du changement, Marine Le Pen est la candidate du changement, le vrai changement dont Mélenchon esquisse quelques réalité dans son programme. Il faut donc voter pour l’orientation la moins sectaire, c’est a dire voter pour ELLE !

          Nous aurions une femme comme président, de l’envergure d’un Charles De Gaulle, enfin, qui a toujours mis son pays et l’interet général avant les intérêts particuliers et les pertes de souveraineté et de dignité qui vont avec

        • baldis30 9 janvier 18:39

          Une année chargée ? peut-être !

          Mais aussi pas mal de politiciens à mettre.... à la DECHARGE.

          Lorsque la volonté des peuples est bafouée comme celle des français, succédant des irlandais et des hollandais , la Prévision des réactions devient facile .....

          Pour la Prédiction il est encore trop tôt de donner des dates et des volumes....

          mais pour la Prévention il est bien trop tard.

          Cela s’appelle PPP ......


          • JBL1960 JBL1960 10 janvier 00:11

            Sinon, plutôt que d’attendre pour voir Macron qui finalement penserait plus à 2022 qu’à 2017, https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/01/09/de-qui-macron-de-rothschild-est-il-le-n-o-m/
            On peut aussi espérer que cette année soit celle de l’heure des peuples, sur ce modèle ►Es la hora de los pueblos C’est l’heure des peuples Source Conseil National Indigène en préambule de présentation du PDF des traductions R71 du livre Païens en Terre Promise, décoder la Doctrine Chrétienne de la découverte ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/01/08/tous-des-paiens-en-terre-promise/ Ou bien Année de la résistance anti-coloniale et de la libération autochtone ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/01/07/treve-de-blabla/


            • JBL1960 JBL1960 10 janvier 00:14

              Sinon, avec l’aide de Zénon, qui explose l’ordre alphabétique, on peut envisager l’année 2017 autrement que comme le grand basculement vu par entrefilets.com ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/01/08/abcdefg-zenon-explose-lalphabet/


              • roby 10 janvier 08:51

                La France une démocratie en 2017 ?


                • zygzornifle zygzornifle 10 janvier 09:21

                  2017 l’année du gavage des électeurs et du grand mensonge en bande organisée ......


                  • ENZOLIGARK 10 janvier 09:26

                    Les snipers sont en place partout , ... les armes chargees elles aussi ...


                    • Hecetuye howahkan howahkan 10 janvier 10:34

                      Tout çà pour une seconde tous les 5 ans d’activité collective pour choisir qui va garder les moutons..

                      qui vont tous être en conflit les uns contre les autres car vivre c’est combattre, tuer, éliminer...ainsi le berger dont l’existence ne se justifie aucunement va pouvoir continuer à tondre le mouton qui va encore se laisser faire..bien sur...

                      La terre n’est plus qu ’un immense asile psychiatrique, ou dans nos esprits règne la souffrance, le non sens, la violence, le désespoir etc or le dément ne sait jamais qu’il l’est sauf exceptions ...

                      Voila ce qu’il en coûte de se prendre pour un être au dessus..car dans l’univers je le sais pour avoir comme certains été touché sans le chercher par cette force étrange et belle ,dans l’univers il n’y a aucune hiérarchie....il y a juste un ensemble ordonné qui est sous le contrôle de L’Origine ..

                      l’humain qui a perdu presque toutes ses facultés sauf une car elle est vitale pour la survie physique, la pensée analytique n’est plus lié à cette Source...

                      d’où la démence car notre existence ne se justifie plus...nous sommes aussi mort en profondeur que le petit bois pour le feu..et oui je sais çà fait mal..très mal...

                      Ceci peut être radicalement changé,mais comme le premier et dernier pas est en soi même..sommes nous encore capable de se regarder tel que l’on est.... ?? pas sur..

                      car j’ai raison et je suis génial..les autres par contre, tous des connards !!


                      • Hector Hector 11 janvier 11:23

                        @howahkan
                        Heureux les simples d’esprits car ils ne savent pas faire le mal. Mais voila, pour les autres il y a l’orgueil, la suffisance, le paraître, l’envie, les frustrations, la violence, la bêtise, la méchanceté et toute cette collection qui relèverait de la psychiatrie si elle n’était aussi courante.
                        La réalité est la folie de tous, le rêve est la raison d’un seul.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès