• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 5 raisons de boycotter les « élections » européennes

5 raisons de boycotter les « élections » européennes

BOYCOTT EUROPÉEN, le système de l’Union européenne contre l’Europe.

 5 raisons de boycotter les « élections » européennes.

Par Jean-Louis Brunati, Dynamique populaire constituante

https://la-dynamique.fr/

1. Ce faux parlement fait partie intégrante d’un système fermé, ligoté par des règles juridiques innombrables et contraignantes.
2. Ce sont de fausses élections, trompeuses à plus d’un titre.
3. l’UE est une machine anti-démocratie et anti-peuples.
 4. L’UE c’est l’appauvrissement pour le grand nombre et la prospérité pour les plus riches.
5. L’UE c’est la pente vers la guerre. Elle ne promeut pas la paix et la diplomatie mais la solution militaire des problèmes de sécurité

JPEG

 

1 LE « PARLEMENT » DANS SES RAPPORTS AU SYSTÈME UE

L’Union européenne est un montage juridique et organisationnel constituant un système fermé. Ses rouages principaux de décisions sont la Commission, le Conseil européen des chefs d’Etat, la Cour de Justice européenne, la Banque centrale européenne. A l’intérieur de cet ensemble technocratique au fonctionnement opaque, propice aux corruptions de toutes sortes, le « Parlement européen » peut apparaître à première vue comme une institution secondaire. Pourtant il joue un rôle non négligeable à l’intérieur de ce dispositif de gouvernance autoritaire… et verrouillé (ce qui fait qu’on peut parler d’un système fermé).
  Constatons qu’en dehors des mois de « campagne européenne » le sujet de l’Europe est très peu abordé et encore moins débattu ; tout se passe alors à l’ombre. A l’ombre des rencontres, réunions et « sommets européens », derrière les discours creux sur les valeurs humanistes, les mesures visant à affaiblir les peuples et à les discipliner sont concoctées par des fonctionnaires zélés et surpayés, commissaires européens et technocrates nationaux main dans la main. En effet les décisions prises au niveau supranational ont un impact très dommageable pour les peuples européens. Les effets de ces mesures sont très concrets : baisse du niveau de vie, destruction du système de santé, de retraites, d’éducation, des services publics…
  Ces décisions cheminent de façon particulièrement spécieuse car les oligarques européens délèguent l’application de ces politiques aux instances gouvernementales et parlementaires nationales afin de détourner sur ces dernières les réactions des peuples aux attaques et régressions qu’ils subissent. Une sorte de délocalisation politique effectuée par cette nouvelle forme de gouvernement qu’on appelle gouvernance. Opération réussie dans la mesure où, jusqu’à présent, les protestations légitimes contre les gouvernements ne font pas clairement le lien entre les responsabilités de leur exécutif national et celles de l’exécutif bruxellois.
  Les effets néfastes de cette gouvernance pour les peuples européens ne sont pas dû au hasard, ils découlent directement des orientations générales et de la volonté qui guident les dirigeants de l’UE : diluer les nations dans le marché en étendant au maximum l’espace du marché dérégulé, avec le libre-échange comme règle absolue. Ce système dirigiste et autoritaire travaille en réalité pour les intérêts privés des grandes firmes mondialisées européennes et états-uniennes.

Fonction de ce « parlement ». Sert-il les peuples ou le système oligarchique européen ?

  Dans ce fonctionnement opaque, il est clair que le « Parlement » européen ne joue pas le rôle moteur. (1)

Quelle fonction occupe-t-il dans cet ensemble ? Au-delà des apparences, il est en réalité un vecteur essentiel de l’idéologie « pro-européenne », un appareil idéologique important dans le dispositif.
  On prétend légitimer ce faux parlement par le fait qu’il procède du suffrage universel. Mais suffit-il qu’une assemblée soit composée d’élus au suffrage universel direct pour faire un parlement ? Evidemment non ! On pourra alors se demander à quoi servent ces parasites grassement payés et interroger les raisons réelles de leurs motivations.  
  Voyons ça dans le détail. Ce « parlement » n’a pas l’initiative des lois, il ne vote pas l’impôt, il n’a aucun moyen véritable (2) de censurer la Commission ou de contrôler l’exécutif. Il ne peut que voter les lois qu’on lui soumet, ou ne pas les voter, mais alors ce n’est que partie remise...
Il pèse si peu face à la Commission et au Conseil européen qu’on peut affirmer que son pouvoir réel est marginal. Différents traités et actes se sont succédé depuis le traité de Rome, ils ont mis en avant des « avancées » présentées comme démocratiques : passage du rôle initialement défini comme « consultatif » à la « coopération » Aujourd’hui on nous parle de « co-décision », de « partage législatif » avec le Conseil européen mais ce ne sont que des paroles, un pur abus de langage. Car le pouvoir réel consisterait à influer sur les décisions importantes et stratégiques, ou d’en bloquer certaines, comme ça se passe en principe dans les parlements nationaux. Or il n’en est rien.
  Alors à quoi sert-il ? Sert-il les intérêts des peuples comme le prétendent certains « opposants », ou bien est-il un outil de plus dans la panoplie du système fermé qu’est Union européenne ? Les faits plaident amplement pour la seconde option.
Deux exemples récents
  La Commission européenne a tranché le 16 novembre 2023 : en faveur du renouvellement pour 10 ans de l’autorisation donnée au glyphosate (pourtant classé comme « cancérigène probable » par l’OMS). Décision prise faute d’une majorité qualifiée d’Etats-membres pour se prononcer pour ou contre, la France s’abstenant avec 5 autres pays dont l’Allemagne. A cette décision est venue s’ajouter une « surprise » : le rejet par le « Parlement » européen de la proposition de la Commission de réduire l’usage des pesticides de 50 % d’ici à 2030. En effet la droite libérale, dominante au « Parlement », trouvant le texte de la Commission trop contraignant, l’avait amendé dans un sens opposé à cette réduction alors que les verts et la gauche européenne réclamaient au contraire 60 % de réduction au lieu de 50 %.
  Concrètement qu’en est-il résulté ? Le « Pacte vert » de 2015 en a pris un sale coup. C’est le retour à la case départ sur la question des herbicides, vraie question, aux enjeux multiples, mais mal posée. En effet elle est posée à un niveau trop éloigné des réalités concrètes et des situations locales et surtout la collusion étroite entre les politiques de la mondialisation néolibérale et l’exécutif européen n’est pas réellement contestée dans cette affaire comme dans d’autres. Là encore l’échelle nationale est le niveau adapté pour débattre et trouver des solutions qui aillent dans l’intérêt de de la majorité.  
  Autre exemple  : le 27 novembre 2023, la Commission européenne ratifie un accord commercial avec la Nouvelle-Zélande qu’elle qualifie « d’ambitieux et historique », au nom du « libre-échange » bien sûr, (quasi-suppression des droits de douane). Elle vante les « 4,5 milliards d’euros par an » promis par les exportations vers ce pays, mais évite de détailler l’impact qu’auront les importations de produits agricoles sur les agriculteurs européens ! Le « Parlement » européen s’y oppose-t-il ? Bien au Contraire ! L’accord obtient une large approbation des élus au « Parlement » européen (524 pour, 85 contre, 21 abstentions). Il ne reste plus qu’à espérer que la Nouvelle-Zélande ne ratifie pas l’accord de son côté en février 2024 !
  Les opposants de la gauche européenne et des Verts pourront dire qu’ils se sont battus… Mais comment ? Et surtout avec quel résultat ? Quel bilan tirent-ils de leur action ? Suffit-il de dénoncer les lobbies des gros agriculteurs et l’action de l’extrême-droite ? Ne faudrait-t-il pas que ces opposants s’interrogent sur les faiblesses et les points aveugles de leur positionnement, sur les limites de la rhétorique de l’indignation « vertueuse » ?
  Ce parlement n’en étant pas vraiment un, il y a forcément tromperie sur la marchandise qu’on cherche à nous vendre tous les 5 ans. En dehors de ces périodes d’intenses auto-célébrations de l’UE et de ses bienfaits, on ne parle pratiquement jamais dans les « grands médias » de la réalité, notamment économique et sociale, de ce qui se passe pour les peuples dans les pays européens.
  Imaginons qu’il n’y ait pas de parlement européen. La machine de ce système fermé sur lui-même n’en continuerait pas moins, mais sans doute avec moins de succès et pour moins longtemps. Bref, à travers l’emploi du mot « parlement » marqueur de la démocratie, le système de l’UE veut gagner en légitimation en faisant croire à un contrepouvoir qui n’existe pas. Il se donne une apparence vertueuse, une caution démocratique pour mieux fonctionner en vase clos et à l’abri de toute critique.
  Ce « parlement » présente ainsi la vitrine « démocratique » de l’UE, mais comme dans la boutique la marchandise n’est pas belle à voir, la vitrine sert à masquer le côté très douteux des tractations qui se passent à l’intérieur, aux dépens des peuples. Brisons la vitrine ! Bloquons cette machine infernale destinée à faire croire que l’Union européenne est démocratique.

 

2. CE SONT DE FAUSSES ELECTIONS, TROMPEUSES A PLUS D’UN TITRE

A Les peuples, grands absents de cette mascarade.

  A l’occasion des élections européennes on parle certes de l’Europe… En réalité on joue sur les mots, on parle de l’Europe des 27, alors que du point de vue de la géographie et de l’histoire, l’Europe compte 57 pays, dont une partie de la Russie. Pendant la campagne officieuse et officielle qui précède ces élections et même avant, tous les partis européens se préparent activement. Le gros problème vient du fait qu’ils sont tous europeistes à des degrés divers, ce qui fait que tout débat sur l’existence de l’UE, ses institutions, son mode de fonctionnement est interdit de fait.
  Les seules voix critiques autorisées par les grand-prêtres médiatiques sont celles qui prônent un changement de l’intérieur, concernant des points secondaires et ne remettant pas en question frontalement le cœur du système, ses axes stratégiques, son organisation, bref la logique néo-libérale à l’œuvre. De plus ces « résistants » de l’intérieur sont minoritaires au niveau européen ; circonstance aggravante, ils sont radicalement opposés entre eux sur ce qu’il faudrait changer !
  Enfin, tous rejettent l’idée de souveraineté nationale ou la déprécient, ce qui revient au même. La souveraineté nationale suppose que les choix politiques importants ne peuvent être décidés qu’au niveau national et doivent obéir aux principes de la souveraineté du peuple, qui exige en particulier que ces décisions soient prises sous son contrôle et dans son intérêt. Il est clair que l’existence et la montée de l’extrême-droite européenne ne correspondent pas du tout à cette vision universaliste de la nation et cultivent au contraire le ressentiment, le rejet de certaines catégories, exacerbe les racismes, rappelant ce nationalisme qui fit si bon ménage avec les impérialismes du siècle dernier pour combattre férocement les forces du progrès social. Pour les élites mondialistes le rôle de cette extrême-droite new-look est d’autant plus appréciable que cette dernière ne remet pas du tout en cause les fondements du capitalisme néo-libéral (cf les positions des Méloni, Wilders, etc.) tout en incarnant la figure du méchant contre laquelle on pourra se présenter comme le camp du bien, du beau et du bon, bref des « valeurs ». C’est l’allié-repoussoir parfait. Les grands médias s’en régalent.
  Ainsi les dirigeants de l’UE peuvent à bon compte dénigrer les Etats-nations comme des figures du passé, se saisissant du repoussoir que représentent les leaders d’extrême droite pour tenter d’évacuer les idées pourtant précieuses de nation et d’Etat social, avec l’assentiment d’une grande partie de ceux qui se présentent sous l’étiquette de la gauche. C’est le crime parfait !
  En privant les citoyens de tout bilan critique et de tout débat sur l’utilité des institutions de l’Union européenne, sur le caractère nocif de la monnaie unique, sur le fonctionnement de ce système injuste, les « élections » européennes apparaissent pour ce qu’elles sont, un outil essentiel de la propagande pro-UE car les conséquences de l’application de la règle suprême de la « concurrence libre et non-faussée » ne sont jamais mises sur le tapis. D’autre part les « élections européennes » constituent l’alibi parfait pour les oligarques européens par la mise en avant d’oppositions dont ils n’ont rien à craindre car elles jouent le rôle d’opposition contrôlée, de rebelles autorisés.

B) Ces élections prétendent être l’incarnation d’un « peuple européen » qui n’existe qu’en imagination. 

  Seul un peuple peut faire qu’il y ait un parlement. L’inverse n’est pas possible. Une assemblée ne peut faire exister un peuple européen par le simple fait qu’elle est élue par des citoyens issus de peuples différents. D’ailleurs, la preuve est faite, depuis 1979, date des premières élections, l’idée de faire partie d’un même peuple n’a pas progressé d’un pouce dans la conscience des Européens, au grand dam des europeistes. Car cela supposerait que les Français cessent de se penser comme français, les Allemands comme allemands, les Italiens comme italiens, etc.
  Il n’existe pas de peuple européen sauf à vider de tout sens le mot peuple. C’est peut-être l’effet qui est d’ailleurs recherché : ôter tout contenu politique et démocratique au mot et à l’idée même de peuple en rapprochant ce terme jusqu’à le confondre avec celui de population, catégorie descriptive et qui devrait le rester. Il existe bien une population européenne, au même titre qu’il existe une population mondiale, une population alsacienne ou marseillaise, mais pas de peuple mondial, pas de peuple alsacien, pas de peuple marseillais.
  Avec cette confusion des termes, le danger est grand de glisser vers des conceptions ethnicistes ou/et communautaristes de la notion de peuple. Ne parle-t-on pas déjà couramment de population immigrée, de population musulmane, de population féminine, etc. Comme on parle de population de fourmis. On peut chiffrer la population européenne, mais pas le peuple européen puisqu’il n’existe rien de tel. Ce qui se construit à travers l’UE, c'est un nouveau type de pouvoir exécutif qui ressemble moins à un Etat qu’à un Empire, c’est à dire un espace plus ou moins bien délimité, avec un centre et des périphéries plus ou moins bien traitées, à l’intérieur desquelles on trouve des populations plus ou moins bien considérées… Rappelons-nous le terme de « PIGS » accolé aux pays du Sud de l’Europe par des journalistes de la finance anglo-saxonne après la crise de 2008 et qui eut malheureusement un certain succès. Le terme a disparu, mais l’idée dépréciative est restée, avec ses connotations racistes et insultantes pour les peuples de ces pays (Portugal, Italy, Greece, Spain). 

C) L’enjeu de ces élections

  Tout le monde le sait, même si ce n’est pas dit ouvertement, le véritable enjeu de ces élections est davantage national qu’européen. Ces élections sont donc utilisées à des fins de pré-campagne présidentielle notamment en France, législatives dans la plupart des autres pays de l’UE. Les candidats tête de liste de chaque pays se soucient fort peu des problèmes que rencontrent les peuples des autres pays, ils s’adressent aux électeurs de leur pays pour engranger le plus de voix dans la perspective de gagner des points dans les élections les plus importantes. Ce qui n’est pas gagné ! Car les résultats aux élections européennes ne prédisent pas ceux de la présidentielle ou des législatives qui suivent. Les bons résultats des écologistes aux européennes de 2019 où Jadot tête de liste, obtient 13,75 % n’ont pas permis au même Jadot d’atteindre plus de 4,63 % des voix à la présidentielle de 2022.
  Au-delà des différences, tous les partis sont europeistes dans la mesure où ils croient en la « construction européenne » et au dépassement des Etats-nations. Ce qui diffère c’est le degré de croyance en l’UE. Ces élections sont surtout pour les partis une occasion en or pour se financer. Renforçant ainsi les partis installés. Cet aspect financier mérite un examen plus détaillé des rémunérations des parlementaires européens. L’enveloppe des députés est deux fois et demie supérieure à celle des députés français. En plus de leur salaire de 6 825€ nets par mois, ils bénéficient de 320€ par jour de présence au « Parlement », de 4 513€ mensuels pour couvrir leurs « frais généraux » en plus des voyages pris en charge, et de 24 943€ par mois pour employer des assistants parlementaires.
  Imaginons que les parlementaires européens soient payés au tarif français (déjà discutable). Y aurait-il autant d’enthousiasme pour la cause européenne ?  
  
D) Les partis dominants jouent leur partition dans le dos des peuples   

 Il s’agit aussi pour les principales formations politiques de recycler leurs élus battus aux élections, ou de tester un nouveau cheval et surtout de conforter leur position dans la course à l’Élysée, empêchant par là-même l’émergence de nouvelles forces politiques qui dérangeraient leur leurs pratiques boutiquières. Faisant le jeu des partis dominants ces élections brident le pluralisme politique. Le peuple sentant qu’il n’y a pas de place pour lui dans ces élections boude les urnes européennes régulièrement et il a bien raison.     Certains pourtant y participent tout en se disant opposés à l’UE. En présentant des listes au nom du peuple, de la citoyenneté, de la démocratie, de la souveraineté, ils font fausse route. Il n’y a pas de place pour ces listes dans ces élections, car elles sont faites pour les grandes formations, déjà bien installées dans la machine électorale. De plus, en se présentant, en cherchant à être « visibles », tout ce petit monde est amené à adopter le même type de calcul que les grosses machines électorales des partis installés, à savoir chercher à se positionner pour être le mieux placé en vue de « l’élection-reine ». Sauf qu’ils n’en ont pas le début des moyens ! Dans ces conditions pourquoi y aller sinon pour flatter des ambitions personnelles et des carrières individuelles. En réalité chacun de ces groupes « citoyens » ou « souverainistes » cherche à être le plus beau, le meilleur et à gagner un peu de terrain aux dépens des autres. Il vaudrait bien mieux renforcer le camp de ceux qui refusent cette mascarade électorale.

 

3. L’UE EST UNE MACHINE ANTI-DEMOCRATIE ET ANTI-PEUPLES

  L’Union européenne est un modèle d’anti-démocratie. Elle se présente comme bienveillante et tolérante mais c’est une tyrannie de facto. Son exécutif, composé essentiellement de commissaires non-élus, est incarné actuellement par Ursula Van der Leyen, personnalité très ouvertement otanienne et atlantiste, omniprésente médiatiquement, alors qu’elle a été éclaboussée par un scandale de corruption quand elle était ministre du gouvernement d’Angela Merkel dont elle a dû démissionner. Cela n'empêche ! Présidente de la Commission, la voilà quasiment à la tête de l’Union européenne ! En effet il ne se passe pas de semaine sans qu’on la voie parader à la télévision, vanter d’un ton véhément le système dont elle profite largement. Campagne vaccinale anti-Covid, guerre en Ukraine, Gaza, Davos, elle est sur tous les fronts et pratique le mensonge et la dissimulation à longueur de discours. La démocratie pour elle se limite à la tenue d’élections sous contrôle des médias mainstream et de systèmes politiciens qui ne fonctionnent pas ou très peu sur un modèle démocratique.
  L’Union européenne est un montage patiemment construit pour éliminer de façon « soft » la démocratie en éloignant les exécutifs de tout regard des peuples sur leur action. En effet la démocratie est, en général considérée dans les sphères dominantes comme un frein aux « réformes » voulues par les grands groupes multinationaux. Elle serait trop lente, sujette aux aléas des changements de gouvernements, l’opinion trop facilement manipulable par le « populisme », les fakes news, la « désinformation », etc. Ce discours est omniprésent au point qu’il apparaît de plus en plus comme un tic de communication, le symptôme d’une inquiétude grandissante chez les puissants de voir leurs propres mensonges et manipulations dévoilés.
  La démocratie au sens vrai du terme, pouvoir du peuple, devait être mise sur la touche pour que l’agenda des néolibéraux puisse se dérouler sans entraves, sans intervention directe ou indirecte du peuple, incapable selon eux de saisir les enjeux de « lois économiques » dont ils tiennent seuls à détenir les clefs, au besoin à la manière forte. Nous y sommes et c’est inquiétant.
  Ce discours n’a rien de nouveau. Dès le début du vingtième siècle dans les pays occidentaux, avec le développement du suffrage universel, du syndicalisme, des partis de masse, des associations…, certaines voix (Hayek, Lippmann et d’autres) qui avaient l’oreille des puissants ont alerté ces derniers sur le danger de la « tyrannie de la majorité », sur les « excès » de la démocratie, sur les « dérives » du parlementarisme qui empêchaient selon eux les gouvernants de gouverner et l’économie de se libérer de toute entrave et de dévier des lois « naturelles » du marché capitaliste. Il s’agissait de limiter le rôle du parlement car cela risquait de conduire les peuples vers le socialisme. (3)
  Dès l’après-guerre, la puissance occidentale hégémonique, les Etats-Unis, profitant de l’affaiblissement considérable des pays européens dévastés par la guerre, ont voulu contrôler l’évolution et le redressement des pays de l’Europe de l’Ouest. Au nom de la lutte contre le communisme, ils voulaient empêcher toute possibilité de rapprochement et de coopération économique et pacifique entre pays européens, susceptible de constituer une puissance rivale trop importante sur le continent eurasiatique.
Les stratèges états-uniens ont tout fait pour permettre après-guerre la construction d’une entité en Europe de l’Ouest partageant leur idéologie fortement libérale, opposée aux interventions de l’Etat dans les économies nationales. Le but immédiat était de maximiser les profits de leurs grandes entreprises par l’exportation des produits surabondants de leur économie.
  Ce système ayant été conçu pour imposer des politiques favorables aux puissants, il fallait faire taire les peuples en les éloignant le plus possible des prises de décision. Le résultat a donné ce monstre de technocratie qui n’a pas d’équivalent dans le monde, grâce à des personnes très influentes et favorables à cette politique, notamment deux Français douteux, Jean Monnet et Maurice Schuman.
  Un dernier élément anti-démocratique caractérise les relations entre « Parlement », Commission et Conseil européen, c’est la confusion des pouvoirs qui y règne. Il n’y a pas séparation des pouvoirs, b-a ba des régimes censément démocratiques, dans la mesure où l’exécutif et le législatif sont confondus dans les principales instances.
  Ne parlons pas de « L’Europe des valeurs » qui est un conte pour les enfants… Où est la transparence quand c’est l’opacité qui règne ? (achat des vaccins Pfizer et Moderna, fonctionnement interne des différentes instances, etc.) Où est la solidarité quand c’est le chacun pour soi ? (masques, achat des F35 américains au lieu des avions français, etc.).
  Où est la « concurrence libre et non faussée » quand ce sont les monopoles privés transnationaux et leurs lobbies qui font la pluie et le beau temps dans les décisions stratégiques ? Des choix importants ont été faits au détriment de notre pays. Sortie relative mais significative du nucléaire voulue par l’Allemagne, démolition du monopole d’EDF pour la fixation du prix de l’électricité, avec alignement de son prix sur le prix du marché, à partir du prix du gaz fourni par la centrale thermique la plus chère ! Investissements démesurés dans les éoliennes et le capitalisme vert, etc.
  Pas étonnant dans ces conditions que l’UE se révèle de plus en plus être une machine à imposer des choix à marche forcée. Prétendre la changer de l’intérieur est une tromperie qui contribue à empêcher toute critique radicale et sérieuse de ce système néfaste, à détruire absolument. Pour reconstruire il faut parfois détruire, c’est le cas aujourd’hui, sinon la démocratie que nous voulons ne sera pas possible demain. 

 

4. L’UE C’EST L’APPAUVRISSEMENT POUR LE PLUS GRAND NOMBRE, LA PROSPÉRITÉ POUR LES PLUS RICHES

  L’Europe c’est la prospérité ? Où est la richesse qui devait « ruisseler » ? Où est la prospérité promise par les traités de Maastricht et de Lisbonne ? L’UE c’est tout le contraire, c’est l’augmentation des inégalités, entre les peuples et à l’intérieur de chaque nation. Certains appelaient de leurs vœux une Europe à deux vitesses. De fait au sein de l’Union on assiste à une Europe à plusieurs « vitesses ». Les économies qui devaient grâce à l’euro converger, divergent au contraire de plus en plus, depuis l’introduction de l’euro justement !

Exemples à foison.
  Alors que les prélèvements, les taxes et les prix des denrées les plus nécessaires sont en hausse constante, notre économie est en quasi-récession. L’Allemagne, l’Italie sont déjà en récession.
  Malgré le « quoi qu’il en coûte » (qui est officiellement terminé) la pauvreté déjà élevée progresse de façon inquiétante (plus de 11 millions) 4
  La précarité continue de progresser et le chômage de masse toujours bien présent malgré des statistiques biaisées pour les besoins de la communication gouvernementale. 
  La désindustrialisation continue de plus belle, ce qui pénalise fortement l’avenir de l’emploi et l’ensemble de l’économie cependant que les faillites de petites et moyennes entreprises s’accumulent 5.
  Les petits producteurs, agriculteurs, artisans, entreprises souffrent des quotas, lois qui leur sont imposées. Ils subissent le contre-coup des avantages qui sont accordés par l’UE à d’autres pays extra-européens en application des traités et accords de libre-échange.
  La balance commerciale des échanges de biens de la France accuse un déficit chronique qui pèse sur l’endettement et le niveau d’emploi 6.   
  Le service de la dette explose avec l’augmentation de la dette elle-même. L’Allemagne elle-même, pays tant vanté pour son économie, « moteur de l’économie européenne » est en panne ! Alors qu’elle a pendant plus de 20 ans profité de l’euro fort et de ses échanges privilégiés avec les PECO (Pays de l’Europe Centrale et Orientale ). En effet les investissements allemands dans ces pays à bas coûts salariaux (PBCS) lui permettait d’importer de ces pays les produits qu’elle exportait ensuite sans véritable valeur ajoutée mais avec le tampon « Made in Germany », notamment en Europe, creusant ainsi l’écart avec les autres économies européennes en les affaiblissant.  
  Enfin et surtout la politique de la monnaie unique avec l’euro depuis 1992, a conduit à faire de la zone euro la région du monde du chômage massif et des bas salaires. Au nom des politiques qui ont accompagné sa création (inflation à 2 % max, déficit budgétaire à 3 %, dette 60 % max du PIB) les inégalités se sont creusées, les services publics sont exsangues, la protection sociale, la santé, en grand danger, la Sécurité sociale démantelée, etc. Depuis l’introduction de l’euro, la France a perdu en pouvoir d’achat, a vu son taux de chômage, déjà massif, augmenter, son économie rétrograder, son tissu industriel se défaire... En guise de prospérité nous glissons dans une pente funeste, rapprochant notre pays de la situation des pays dénigrés par la nomenclatura européenne, les « PIGS ». Rappelons-nous de l’humiliation faite à la Grèce en 2015.
  N’ayant pas prise sur cette monnaie, nos gouvernements sont dans l’incapacité de faire quoi que ce soit en matière de choix stratégiques, ni d’orienter l’économie et les services publics vers la satisfaction des besoins élémentaires du plus grand nombre. L’existence de l’euro justifierait à elle seule une sortie de l’UE.

 

5) L’UE C’EST LA PENTE VERS LA GUERRE.

  Rien de plus terrible pour les peuples que les guerres. Rien de plus inquiétant que le retour de discours bellicistes. L’UE derrière de beaux discours n’est pas une force de paix. Elle ne défend pas la paix, la diplomatie, la recherche de solutions évitant les conflits armés, mais au contraire encourage la solution militaire des problèmes de sécurité.
  Son allégeance à l’OTAN est soulignée à chaque occasion. Ainsi dans les « Conclusions » du dernier « sommet européen » des 14 et 15 décembre, on rappelle que « l’OTAN… reste le fondement de la défense collective pour ses membres ». L’UE en matière de défense entend jouer simplement un rôle de « complémentarité ». Tout est dit !
Non l’UE ce n’est pas la paix ! C’est la guerre ! Il suffit de regarder vers l’Ukraine.7 Dès le début de cette guerre l’UE propose tout de suite d’armer ce pays sans aucun temps d’analyse, sans aucune réflexion qui puisse aboutir à des négociations pour la paix.

  Au lieu de chercher à s’interposer comme tiers dans cette guerre entre la Russie et Ukraine/USA, l’UE livre à l’Ukraine, un stock d’armes conséquent, déverse des milliards d’euros, (85 milliards ! + 50 milliards à venir), déchaîne une propagande à sens unique, précipite son entrée dans l’UE et donc dans l’OTAN, ce qui constituerait un casus belli supplémentaire et un point de non-retour pour la Russie. Au lieu d’être un frein à la guerre, l’UE est un des acteurs essentiels de son aggravation.

Israël Gaza

Macron appelant sans en parler à personne à une nouvelle coalition internationale, idée vite abandonnée, autour d’Israël pour « éradiquer » le Hamas. Ursula von der Leyen se rendant immédiatement à Tel Aviv après le 7 octobre pour soutenir Israël dans sa guerre vengeresse. Braun- Pivet et Larcher soutenant « inconditionnellement » Israël, suivant en cela les premières déclarations américaines et l’inévitable Ursula von der Leyen. 
  Nous avions déjà l’histoire anti-russe, nous avons l’hystérie pro-Israël. Etrange montée aux extrêmes dans les attitudes et les discours ! Pour le moins peu raisonnable cette propension à l’hystérie quand le théâtre de la guerre se rapproche ! Ça n’augure rien de bon de la part de nos « élites » déboussolées.
  Mais là aussi ce n’est pas d’aujourd’hui. Dès son lancement la construction européenne a été façonnée pour répondre aux intérêts des Etats-Unis et pas à ceux des Européens. Le projet américain était de créer un ensemble hostile à l’URSS (on le voit aujourd’hui dans l’hystérie anti-russe de l’Union européenne) et de destruction du modèle social hérité de la Libération.
Dès le début des années 40 les Etats-Unis préparent un véritable assujettissement de l’Europe de l’Ouest par l’Allied Military Government of Occupied Territories. (AMGOT) 8
C’était un projet très avancé de gouvernement militaire d'occupation constitué par des officiers américano-britanniques chargés d'administrer les territoires libérés à la fin de la Seconde Guerre mondiale.
  Washington avait prévu d’imposer à la France – comme aux futurs vaincus, Italie, Allemagne et Japon – un statut de protectorat, régi par cet AMGOT. De Gaulle fortement opposé à ce projet à, a empêché qu’il puisse se réaliser en France. Mais ce gouvernement militaire a été établi avec succès dans certains pays, alors que dans d'autres il a été considéré comme illégitime et a rapidement été remplacé par un gouvernement national de transition.
  Puis il y a eu la tentative de créer en 1952 l’Union de Défense européenne, qui était déjà dans cette lignée de politique de « guerre froide », tentative tuée dans l’œuf grâce à l’opposition des gaullistes, des communistes et de quelques autres, en particulier Mendès-France, à la tête du gouvernement de l’époque. Aujourd’hui les dirigeants de l’UE reparlent abondamment de renforcer la défense européenne ce qui équivaut à renforcer l’OTAN.
  L’Union européenne est un instrument de la guerre froide, elle est atlantiste et agressive. Il s’agit aussi comme toujours pour les Américains d’empêcher toute possibilité d’union coordonnée et indépendante des nations européennes, ce qui constituerait un ensemble en capacité de nouer des relations de coopérations avec tout l’Est européen, dont la Russie, « de l’Atlantique à l’Oural » et de leur damer le pion économiquement ; susceptible également de contester l’hégémonie que deux guerres mondiales meurtrières sur le sol européen avaient permis aux États-Unis d’acquérir et de consolider.

  En parfaite continuité avec ce projet nord-américain de longue date, le traité de Nice en 2000 venait confirmer la place prééminente de l’OTAN pour assurer la « sécurité » en Europe. Ainsi alors que le Pacte de Varsovie est dissous en 1991, le partenariat stratégique entre l'UE et l'OTAN est formalisé en 2002 par la « déclaration OTAN - Union européenne ». L’UE en serviteur appliqué poursuit sa basse besogne. On en voit les conséquences désastreuses aujourd’hui, la réalité nous rattrape et ne plaide pas en faveur de l’Occident quand on voit la montée des BRICS.

Par une abstention et un boycott massif montrons la face noire de cette opération de propagande européiste ! Il est grand temps que les abstentionnistes, les gilets jaunes, les chômeurs, les exploités, les « premiers de corvée », les citoyens, en résumé ces gens qui sont le peuple, se rendent compte de leur force et reprennent en mains leur destin par le biais du seul scrutin qui compte : les législatives, des législatives constituantes, en formant des comités locaux de citoyens constituants.

 

NOTES

1 Même un européiste de haut vol comme feu Giscard d’Estaing le reconnaissait en 2018 au micro d’Europe1 :
« il ne faut pas se tromper, ce ne sont pas des élections très importantes car le parlement européen n’est pas très important . C’est nous, je dirais presque moi, qui avons fait ce parlement en 1976. Son rôle est simplement de vérifier que les textes proposés par la Commission sont conformes aux traités, c’est tout. Il n’a pas de pouvoir politique, pas de pouvoir de diriger l’Europe. » https://www.leparisien.fr/politique/valery-giscard-d-estaing-les-elections-europeennes-donnent-lieu-a-une-agitation-inutile-05-04-2019-8047383.php

2 Le Parlement peut adopter une motion de censure à l'encontre de la Commission et a même le pouvoir de la dissoudre. Aucune des huit motions de censure soumises jusqu'ici au Parlement n'a été adoptée. En 1999, la Commission Santer a démissionné avant que le Parlement ne la dissolve.
https://www.europarl.europa.eu/about-parliament/fr/powers-and-procedures/supervisory-powers
Les rejets systématiques des motions de censure s’expliquent par le fait qu’il faut la majorité des 2/3 pour qu’elles puissent aboutir. Or les partis dominants depuis 40 ans au sein du « parlement » européen, (Sociaux-Démocrates et Parti populaire européen ou PPE), s’opposent régulièrement et dans une belle unité à toute mise en difficulté de la sacro-sainte Commission.

3 Dans les années 30 en France ce discours s’est développé à droite, au Parti radical et même à la SFIO, puis on a connu sa version dure avec Vichy, enfin la version gaulliste, encore en vigueur aujourd’hui a raffiné cette position par la Constitution de 1958.

4 Le taux de pauvreté en France est officiellement de 14,6%, alors que les personnes pauvres représentent en réalité au moins 17% de la population selon Oxfam France.
https://www.oxfamfrance.org/inegalites-et-justice-fiscale/pauvrete-inegalites-france/

5 « au second trimestre de cette année, les faillites d'entreprises en France se sont envolées de presque 35% ». (Figarovox)
https://www.lefigaro.fr/societes/c-est-le-retour-sur-terre-pourquoi-les-defaillances-d-entreprises-se-multiplient-20230712

6 La balance commerciale accuse un déficit historique de 163,6 milliards d'euros en 2022, soit une dégradation de près de 80 milliards d'euros sur un an, imputable très largement à la hausse des prix de l'énergie » selon La Tribune .
https://www.latribune.fr/economie/france/apres-s-etre-stabilise-le-deficit-commercial-se-creuse-a-8-milliards-d-euros-en-aout-978985.html# :

7 L’Ukraine a certes été envahie par la Russie mais surtout elle est depuis longtemps sous influence occidentale, divisée, manipulée et dressée contre la Russie par les Etats-Unis via l’OTAN bien avant février 2022, en réalité depuis au moins février 2014 avec le coup d’état de Maidan qui a renversé un gouvernement légalement élu grâce à l’aide apportée par Victoria Nuland personnage clé et haut placé des affaires étrangères américaines. On pourrait remonter même bien avant tant il est avéré que l’Ukraine intéresse les Etats-Unis depuis longtemps pour des raisons stratégiques et économiques.

8 Ces gouvernements militaires devaient être mis en place pour assurer le fonctionnement de l'administration en attendant l'établissement de gouvernements démocratiquement élus. Ils augmentaient l'influence américaine dans les pays occupés. Ce gouvernement militaire américain des territoires occupés aurait aboli toute souveraineté, y compris le droit de battre monnaie, sur le modèle fourni par les accords Darlan-Clark de novembre 1942.

Billet de 100 francs émis par les États-Unis, sur le modèle du dollar US. Si la devise républicaine « Liberté, égalité, fraternité » figure bien sur ce billet, le mot « France » est substitué à « République française ».

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.97/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

143 réactions à cet article    


  • Samy Levrai Samy Levrai 30 janvier 13:43

    Meme avec 10% de votants ou moins, ils seraient élus et ils s’en moquent donc des boycotts...

    Par contre l’UPR se présente avec une liste, ce sont les seuls qui fassent vraiment peur , la seule et vraie opposition au parti unique euro atlantiste, naturellement interdite de tous medias de masse.


    • Seth 30 janvier 17:42

      @Samy Levrai

      l’UPR ferait peur si elle dépassait les 3 pelés et 1 tondu même si elle est représentée ici.

      Et puis il y a loin de la coupe aux lèvres. Allez savoir pourquoi, je ne crois pas aux professions de foi. smiley


    • Samy Levrai Samy Levrai 30 janvier 18:04

      @Seth
      L’UPR, duc, est le seul parti qui fait peur à l’oligarchie si tu ne sais pas pourquoi renseigne toi au lieu de montrer que tu ne comprends rien à la politique.
       ce que tu crois est sans grande importance mon pauvre (c..) l’important c’est l’offre politique, tu es fait pour te faire mettre, puisque tu n’y comprends goutte et bien continue, je te mettrais en position à chaque occasion offerte pour que chacun s’amuse.
      Tu dois être dans les derniers, sur un forum tel que celui ci, à ne pas avoir compris qu’il ne peut y avoir de democratie sans souveraineté, ça doit demander un niveau seconde en compréhension, mais sans accès à la télévision, sinon on devient comme toi...
      Tu dois être maso, ce n’est pas la première fois que tu te fais corriger et que tu te tire la queue entre les jambes, c’est prendre des coups gratuitement ou présenter tes fesses ton truc ?
      Au fait l’UPR s’adresse à l’intelligence, tu as du rester derriere la porte à la distribution mais accroche toi, on a aussi des cons dans la resistance.


    • Samy Levrai Samy Levrai 30 janvier 18:13

      @Seth
      Tu ne trouves pas que s’attaquer à ce qu’il y a de plus fort au monde a plus de gueule que tes petites attaques minables ( ne montrant que ton inculture politique et ta valeur ) sur ce que tu crois être un petit mouvement... 


    • Seth 30 janvier 18:45

      @Samy Levrai

      L’UPR, duc, est le seul parti qui fait peur à l’oligarchie

      Merci pour cette bonne tranche de rigolade. smiley

      Fallait pas t’embêter à écrire tout ce blabla, je saute la suite après cette affirmation définitive. smiley


    • Samy Levrai Samy Levrai 30 janvier 19:03

      @Seth
      Pourquoi crois tu que l’UPR soit interdit de media, petit clown euro atlantiste ? a qui appartiennent les medias petit rigolo ? qui t’a vendu Macron ou Zemmour ? qui te vend le parti unique comme seul alternative ? Tu ne peux t’empêcher d’étaler ton incompétence politique... d’ailleurs es tu capable d’aller sur le terrain politique ou ne peux tu que rester dans les cretineries hormonales dont tu as le secret ?
      Je te redemande donc c’est l’amour de se prendre bêtement et gratuitement des coups, a répétition ( ça doit faire 3-4 fois... ), toujours en repartant la queue entre les jambes apres n’avoir exprimé que ce qui se passe en toi , une sorte masochisme exhibitionniste ou bien cherches tu juste à te placer à coté de la lumière ?


    • Germain de Colandon Germain de Colandon 31 janvier 18:11

      @Samy Levrai

      Si les Droites (majoritaires) pouvaient un mieux accorder leurs violons...

      Le IVe Reich en Marche :

      https://www.youtube.com/watch?v=DV_EeMOaatk&t=1s


    • Samy Levrai Samy Levrai 1er février 09:57

      @Germain de Colandon
      L’UPR est un rassemblement provisoire au dessus des clivages droite gauche, un mouvement de libération nationale, nous ne sommes pas plus de gauche que nous ne sommes de droite, ce n’est pas notre problème, nous voulons rendre le pouvoir au peuple qui lui décidera enfin.

      Dupont Aignan ne veut pas sortir de l’UE de l’euro et de l’OTAN, il est un euro atlantiste comme les autres du parti unique . 


    • Doume65 1er février 10:37

      @Samy Levrai
      Je ne suis pas certain qu’insulter le porteur d’une idée qui n’est pas la tienne et le traiter de tous les noms soit une bonne façon de le convaincre. De plus, Ça contrevient à la charte du forum. Tes posts risquent donc de disparaître sous l’effet d’un signalement. Troisièmement, et c’est là que c’est très gênant, tu donnes une image lamentable des sympathisants de l’UPR, alors qu’en très grande majorité, ce ne sont pas des hystériques haineux.
      Merci, pour le bien de l’UPR et de la cause du frexit, de conserver ton sang froid et ta bonne éducation.


    • Samy Levrai Samy Levrai 1er février 11:24

      @Doume65
      Tu es gentil de vouloir donner des leçons à la resistance ... 
      Ca me fait penser pas mal à la Palestine ou a l’Ukraine il ne faut pas faire de vagues , accepter l’invisibilisation, se laisser marcher dessus par des collabos qui ne se rendent meme pas compte de ce qu’ils défendent.
      Je suis un resistant pas une péripatéticienne de salon, la bienséance bourgeoise et les alliances avec des types qui veulent exactement le contraire de ce qu’ils annoncent, ne me semble pas à considérer, ça fait surement drôle dans ce monde de putes... L’UPR disais je est un rassemblement provisoire pour rendre le pouvoir à la nation, un mouvement de liberation nationale, nous ne sommes pas des bisounours et venons de toutes les classes sociales, de toutes les couleurs, de toutes les religions,... pourquoi attendre une seule manière de resister ?
      Etre gentil est le dernier de mes soucis, je veux bousculer, je ne m’attaque pas à ce qu’il y a de plus fort, vicieux et dangereux au monde en essayant d’être fin, je cherche le réveil des tièdes cerveaux endormis, cela passe par quelques claques , ce n’est pas une stratégie nouvelle.
      De plus je ne suis rien et ne me prend pour rien, je ne sors que des arguments politiques, malheur à celui qui me prend de haut, je suis plein d’une gigantesque colère devant la lâcheté et la démission qui nous ont amené à cette situation politique détestable de colonie. 
      Je ne joue aucun rôle, je ne suis que moi même , je suis un p... d’être humain des années 60, un être cartesien qui a connu la liberté et d’autres valeurs que le fric et qui veut cela pour ses enfants. 
      Tu ne peux être un peu souverain, tu l’es ou tu l’es pas et si tu ne l’es pas tu es sous occupation étrangère et la résistance prend tout ses droits.


    • Samy Levrai Samy Levrai 1er février 11:40

      @Doume65
      J’ai déjà dis a des amis que me dire que je suis comme ci ou comme ça, ne m’intéresse pas vraiment par contre ils se devaient de me dire si je me perdais.
      Seth se croit malin en utilisant des arguments euro atlantistes éculés, il découvre que la défense de ses maitres risque de lui couter quelqu’amour propre.
      Pour Germain de Colandon, il n’y a eu aucune attaque, je fais remarquer que Dupont Aignan ne veut pas de BREXIT alors qu’il s’agit d’un préalable à la souveraineté de la nation.


    • Seth 1er février 12:39

      @Samy Levrai

      Seth vous informe qu’il n’est pas le moins du monde « euro-atlantiste » mais ne se sens pas pour autant obligé d’être upriste.


    • files_walQer files_walQer 1er février 12:43

      @Samy Levrai

      Pour appuyer vos propos voici pour vos détracteurs la réponse de François Asselineau à Greg Tabibian sur le sujet de l’alliance.

      https://www.youtube.com/watch?v=T6PjBhyhuE8&t=18681s


    • Samy Levrai Samy Levrai 1er février 13:13

      @Seth
      Quels choix as tu  ? y as tu réfléchi ? qui demande le FREXIT ?
      tu es soit FREXIT, soit euro atlantiste et toi tu es euro atlantiste.


    • Lynwec 1er février 13:36

      @Seth

      Le seul souci, et de taille, c’est qu’à part l’UPR, qui n’a jamais modifié sa position depuis sa fondation, les autres sont des girouettes ou des faux souverainistes, adeptes des renégociations impossibles, mais qu’eux, promis, juré, craché, ils allaient réussir...puis, comme ça se voyait un peu, certains ont élégamment viré de bord et commencé à parler de souveraineté...mais en restant dans l’UE...hein, question de...stabilité...(de leurs actions ?)

      Alors, on n’est bien sur pas obligé d’être UPRiste, mais dans ce cas, on est par défaut euro-atlantiste, vu que les autres, c’est pour amuser la galerie...


    • Eric F Eric F 1er février 18:53

      @Samy Levrai
      Eh bien voilà un point d’accord. L’article a tort de pousser au boycott de ce scrutin, même ceux qui sont hostiles à l’UE peuvent exprimer leur point de vue, et l’éventail des positions critiques ou favorables.

      Si seuls les électeurs eurolibéraux et écolos votent, alors le Parlement Européen poussera dans le sens de l’Europe fédérale, des accords de libre échange avec d’autres blocs économiques, et de l’escalade des normes contraignantes unilatérales.

      Si les eurocritiques, eurosceptiques, souverainistes, etc. sont les plus nombreux, l’intérêt des citoyens de l’Union et celui des nations seront mieux défendus -le parlement peut voter la censure de la Commission, et il vote l’investiture des commissaires-. 

      Et s’il était établi qu’une forte proportion d’électeurs votent pour la liste qui préconise une sortie de l’UE, cela relancerait le débat sur un référendum en ce sens.


    • vesjem vesjem 1er février 22:05

      @Seth
      c’est sûr qu’avec des raisonnements comme çà, çà peut changer les choses ; 
      comme « ne pas voter » fait le jeu du pouvoir 
      avec ce raisonnement simpliste, dans 50 ans, on aura fait du sur place 


    • leypanou 30 janvier 15:01

      Article trop long pour l’individu moyen : trop de bla bla.

      Ne votez pas : vous vous faites plaisir mais il y aura des députés européens très bien payés pour servir de fausse démocratie.

      Quelqu’un à l’Assemblée Européenne est plus entendue que sur agvx.


      • Brutus S. Lampion 30 janvier 15:24

        @leypanou

        et si on vote, ce sera pareil, non ?
        alors que faire ?


      • amiaplacidus amiaplacidus 30 janvier 16:39

        @S. Lampion

        Cela dépend de la météo qu’il fera le jour de l’élection.


      • Seth 30 janvier 17:44

        @amiaplacidus

        De toute façon les « députés » n’ont aucun pouvoir et ne servent strictement à rien à part 2 ou 3 effets de manche et un peu de vent.

        Et percevoir leurs émoluments bien sûr. smiley


      • Eric F Eric F 1er février 19:07

        @Seth
        C’est pourtant le PE qui a ratifié la nomination d’Ursula comme présidente de la Commission, celle-ci est composée par le conseil européen en fonction de la majorité au Parlement



        • nanobis nanobis 30 janvier 15:29

          Si on peut voter, il faut le faire. Choisir des candidats qui ne font pas partie de la mafia actuelle, voire favorables à un démantèlement de cet Europe un peu trop américaine.


          • Octave Lebel Octave Lebel 30 janvier 15:43

            Le piège de l’abstention.

            Beaucoup d’informations et de réflexions pertinentes mais il me semble que vous vous trompez de vision d’ensemble quant à l’abstention dans le contexte actuel.

            On peut voir que depuis le début de cette élection l’abstention partout est très importante (sauf en Belgique, vote obligatoire) et que bien sûr les commentateurs payés pour commenter nous ont fait régulièrement toutes sortes de plans sur la comète sans lendemain (la dernière fois, LFI était morte et effondrée paraît-il ) à partir des résultats à chaque fois, en parlant de pourcentage sans rappeler l’importance de l’abstention et nous entretenant dans une ignorance et une incompréhension de la vie politique faisant de nous les citoyens mineurs dont ce système oligarchique a besoin.

             Je pense que toutes les élections comptent parce qu’en arrière-fond, c’est toujours le même enjeu, la démocratie qui recule, dont les dirigeants se méfient de même que les chefferies médiatiques parce qu’une démocratie fondée sur un citoyen correctement informé avec les moyens politiques de se faire respecter et des mandants responsables politiquement, cela changerait drôlement leur domination politique et culturelle.

            C’est pour cela qu’historiquement le rassemblement se fait d’abord dans les urnes et qu’il faut choisir ensuite lucidement ceux qui tiennent leurs engagements en ignorant les opportunistes et les joueurs de flûtes. On en a tellement vus et entendus.

            L’abstention massive est invisibilisée alors qu’elle est du point de vue de la démocratie derrière laquelle se cachent le pouvoir et ses obligés le fait politique central de nos sociétés. Les abstentionnistes sont traités comme une réserve d’indiens dont la parole ne compte pas. En fait nous sommes déjà sortis de notre réserve. Pour prendre les choses en mains. Pour nos retraites. Pour l’avenir de notre agriculture qui résume la problématique de la production des richesses en vue de satisfaire nos besoins en vu de l’intérêt général par la reconnaissance équitable du travail et le partage des charges, menée à mal par le libre-échange et c’est peu dire. Et pour bien d’autres sujets aussi. Si on croit à la citoyenneté et la démocratie, il faut des élus actifs pour voir et comprendre de l’intérieur, accumuler des savoirs, des compétences, de l’expérience afin de produire des analyses et formuler des propositions. Il s’agit aussi pour nous de mettre les élus devant leurs responsabilités et leurs votes et bien sûr leur engagement. Pensons-y à chaque élection dorénavant. Et faisons l’effort de regarder de près qui propose et qui a fait quoi. Regardons de près les votes des élus ici et au parlement européen, la cohérence des analyses, des discours et des propositions. Du social au géopolitique en passant par la responsabilité écologique.

            Toutes les élections comptent  pour se placer et apprendre et faire en sorte que la prise de conscience et la compréhension de ce qui se passe montent afin que nous soyons de moins en moins à la merci de la bulle politico-médiatique qui impose son couvercle sur la vie politique.


            • Xenozoid Xenozoid 30 janvier 15:49

              @Octave Lebel

              le piege de l’élection.....

              Annoncé dans L’Anarchie n° 258 (jeudi 17 mars 1910).

              Sous l’impulsion de gens intéressés les comités politiques ouvrent l’ère attendue des querelles électorales.

              Comme à l’habitude on va s’injurier, se calomnier, se battre. des coups vont s’échanger au bénéfice destroisièmes larrons toujours prêts à profiter de la bêtise de la foule.

              Pourquoi marcheras-tu ?

              Tu niches avec tes gosses, dans des logements insalubres, tu manges, quand tu peux, des aliments frelatés par la cupidité des trafiquants. Exposé aux ravages de l’anémie, de l’alcoolisme, de la tuberculose, tu t’épuises du matin au soir, pour un labeur presque toujours imbécile et inutile dont tu n’as même pas le profit ; tu recommences le lendemain et ainsi jusqu’à ce que tu crèves.

              S’agit-il donc de changer tout cela ?

              Va-t-on te donner le moyen de réaliser pour toi et tes camarades, l’existence épanouie ? Vas-tu pouvoir aller, venir, manger, boire, respirer sans contrainte, aimer dans la joie, te reposer, jouir de toutes les découvertes scientifiques et de leur application diminuant ton effort, augmentant ton bien-être ? Vas-tu vivre enfin sans dégout, ni souci, la vie large, la vie intense ?

              Non ! disent les politiciens proposés à tes suffrages… Ce n’est pas là qu’un idéal lointain… Il faut patienter… Tu es le nombre, mais tu ne dois prendre conscience de ta force que pour l’abandonner une fois tous les quatre ans entre les mains de tes « sauveurs ».

              Mais eux, que vont-ils faire à leur tout ?

              Des lois ! — Qu’est-ce que la loi ? — L’oppression du grand nombre par une coterie prétendant représenter la majorité.

              De toute façon, l’erreur proclamée à la majorité ne devient pas le vrai, et seuls les inconscients s’inclinent devant le mensonge légal.La vérité ne peut se déterminer par le vote.Celui qui vote accepte d’être battu.

              Alors pourquoi y a-t-il des lois ? — Parce qu’il y a la « propriété ».

              Or, c’est du préjugé propriété que découlent toutes nos misères, toutes nos douleurs.

              Ceux qui en souffrent ont donc intérêt à détruire la propriété, et partant la loi.

              Le seul moyen logique de supprimer les lois, c’est de ne pas en faire.

              Qui fait les lois ? — Les arrivistes parlementaires !

              Qui nomme les parlementaires ? — L’électeur

               

               

              « Les citoyens n’agissent pas ; ils jouent le rôle de soutien du »peuple« dans le grand opéra qui est à l’État ». Umberto Eco

              Une fois, nous avons vécu par la simplicité glorieuse du vote. Coulée un bulletin de vote a été le seul devoir patriotique qu’un citoyen pourrait effectuer, une affirmation de tout ce qui a lieu de cher et de vrai. Aujourd’hui, nous vivons dans la nation de l’électeur en voie de disparition. Alimentation a été coupée tellement loin des gens par ceux qui ont l’argent et l’influence que la plupart voit le vote comme une perte de temps. Ajoutez à cela la commande croissante des outils de vote et dépouillement par les sociétés a actions partisanes et vous comprendrez que la voix du peuple n’a jamais été que de la cendre sous le feu.

               

              Je voulais juste dire que le vote n’est pas politique



            • jean-louis Brunati 30 janvier 16:07

              Est-ce vous parieriez pour des chevaux qui se font toujours battre ? Si vous le faites c’est que vous aimez perdre de l’argent, du temps... Le système est verrouyé.

              https://www.youtube.com/watch?v=vq90yPUMkmc

              Abstentionnistes, boycotteurs, votes blancs , votes nul, unissons-nous localement contre cette Europe destructrice, dès maintenant. Ne comptons pas sur un changement de l’intérieur éventuel. Même si ça devait arriver,un jour lointain, des dégâts considérables se seraient déjà produits bien avant.


              • Doume65 30 janvier 19:34

                @jean-louis Brunati
                Si on ne va pas voter, ça continuera évidemment pareil !
                La seule action salvatrice est de voter pour le frexit, et donc Asselineau.
                Ce billet n’est qu’une entourloupe ! Un moyen de détourner ceux qui ne veulent plus de cette UE de façon à ce qu’ils n’aillent surtout pas voter pour le seul vote utile. JL Brunati serait de mèche avec le pouvoir qu’il ne s’y prendrait pas autrement.
                « Ne comptons pas sur un changement de l’intérieur », mais faisons tout pour que ça ne change pas en allant pisser dans un violon plutôt qu’en votant contre l’UE. On dirait bien que la cinquième colonne a plus d’un tour dans son sac. Je peux me tromper, mais franchement...


              • véronique 30 janvier 20:10

                @Doume65

                De mèche avec le pouvoir, on peut en penser autant d’Asselineau, qui est contre l’UE mais qui se présente quand même aux européennes. Il contribue à bercer les électeurs d’illusions.


              • Doume65 31 janvier 11:00

                @véronique
                « De mèche avec le pouvoir, on peut en penser autant d’Asselineau »
                Aucune loi n’interdit de penser n’importe quelle connerie. On peut, donc.


              • véronique 31 janvier 22:34

                @Doume65

                N’est-ce pas ? Et vous en savez quelque chose...  smiley


              • Gégène Gégène 30 janvier 18:40

                S’abstenir, c’est la petite voix qui dit oui . . .

                voter niet, c’est la petite voix qui dit non


                • Gégène Gégène 30 janvier 18:45

                  @Gégène

                  Parait que les paysans ont voté Macron . . .
                  Gambien leur fasse, comme ils disent au Sénégal smiley


                • Xenozoid Xenozoid 30 janvier 20:12

                  @Gégène

                   ils y a telement de gens qui sont dans le paraitre, c’est a désespérer, il parait aussi que tout le monde ne vote pas et que ceux qui vote ne sont pas tout le monde


                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 30 janvier 18:50

                  Des raisons, ça ne manque pas :

                   « J’ai vécu dans votre futur et ça n’a pas marché - Vladimir Konstantinovitch Boukovsky une démonstration époustouflante en 5 mn chrono, à ne pas manquer. »

                   

                  Cette UE n’est pas réformable.


                  • jean-louis Brunati 30 janvier 19:53

                    1° Cette UE n’est pas réformable comme le dit très justement Francis. Combien de fois faut-il répéter que le système UE est verrouillé. De même le système Français est verrouillé par le présidentialisme et son électoralisme infantilisant. Ces deux systèmes sont les vassaux des Etats-Unis. La première chose à faire est de reprendre la main sur notre pays et de sortir de cet alignement qui nous mène au désastre.

                    2° Le rassemblement ne se fait pas d’abord dans les urnes mais sur les lieux de travail et dans la rue ou sur les routes comme le montrent les paysans.

                    3° On s’en fiche que les abstentionnistes soient traités comme des indiens par les gens de pouvoir et les médias. Ce qui compte c’est comment ils se considèrent eux-mêmes, et qu’ils prennent conscience de leur nombre et de leur force en s’organisant

                    Je ne suis pas contre le suffrage universel. Certaines élections comptent, d’autre pas ! Chacun a le droit de réfléchir pour décider s’il a intérêt à voter ou pas. Pour moi celles qui comptent vraiment ce sont les élections législatives même si la réforme du quinquennat les a affaiblies. Mais le plus déterminant c’est toujours la mobilisation du peuple. Ça l’a toujours été, ça le restera toujours. Sinon rien n’avance et quand on n’avance pas on recule ? Avancées et reculs c’est ce que montre l’histoire.

                    5°Les partis politiques ont oublié que leur rôle à minima est d’éclairer le débat, en écoutant beaucoup, aussi parce que le peuple ne dit pas que des conneries. Au lieu de ça ils confisquent le débat en le faisant dériver vers des polémiques imbéciles dont les gens se détournent. Ceux qui disent se placer du coté des intérêts du peuple devraient réviser leur position de surplomb et travailler à la base auprès des gens qui souffrent de toutes ces politiques désastreuses ,de l’UE, Macron, etc.


                    • véronique 30 janvier 20:03

                      Je ne peux que souscrire. 

                      Je ne vote jamais aux européennes, parce que je ne reconnais pas le parlement européen comme étant légitime, pas plus d’ailleurs que l’UE , puisque les français n’ont jamais été invités à donner leur avis par les urnes, sur l’adhésion de la France à l’UE (CEE à l’origine),

                      Et je n’attends pas que mon abstention change quoi que ce soit. Mais mon vote ne changerait rien non plus. D’autant moins que ce parlement ne sert à rien. Participer à cette mascarade, c’est l’approuver, c’est-à-dire approuver qu’on nous prenne pour des billes capables de se contenter d’une fausse démocratie et de croire au Père Noël ... , alors non merci.


                      • Octave Lebel Octave Lebel 30 janvier 20:16

                         

                        À tous les prêcheurs de découragement.


                         Semer les graines du découragement et de l’abstention, c’est inviter les gens à se piéger eux-mêmes. L’abstention favorise toujours le pouvoir en place. Avec un effet pervers en prime. Ensuite, non seulement nous devons subir mais nous nous trouvons encore plus découragés et moins enclins à réagir parce que nous savons que nous portons une part de la responsabilité de nos difficultés. Et que nous avons du mal à le reconnaître et tendance à reporter la responsabilité sur le voisin. Ce qui ne facilite pas une analyse lucide de la situation ni l’envie de se rassembler. Ce qui nous remet encore plus à la merci de l’influence des fabricants de l’opinion. Nous le savons bien  parce que nous passons tous à un moment ou un autre par là.

                        Méfions nous des prêcheurs du découragement qui s’ils étaient vraiment découragés eux-aussi ne seraient pas un peu partout pour semer ces graines dès qu’une élection pointe le nez. Combien viendront d’ici juin nous expliquer ainsi qu’avec l’UE rien n’est possible en nous prenant pour des ânes comme si les traités étaient immuables et que leur application ne variait pas au gré des événements et des rapports de force. Il y avait plein de choses impossibles à faire disait-on qui n’avaient jamais existé et qui existent maintenant. Pourquoi s’arrêter ? Ils ne nous veulent pas du bien, ils cherchent à nous engluer dans l’impuissance, l’ignorance, l’isolement et la division. Nous connaissons d’avance leur répertoire.

                        Je trouve quand même fort de café de voir tous ces conseilleurs, souvent dans des postures de rebelles qui en savent long, qui ont toujours quelque chose à dire, une référence à citer, un exemple à donner, finirent par nous inviter à nous piéger nous-mêmes. C’est le piège tendu à ce que les partisans de l’UE redoutent le plus, des peuples de plus en plus conscients qui s’organisent.

                        Sans cette démobilisation et abstention massive à toutes les élections qui ne vient pas de nulle part, le pouvoir en place et l’extrême-droite en seraient depuis un moment déjà à se concerter avec monsieur Bayrou en guise de consolation. Alors travaillons à mettre sur pied une démocratie citoyenne grâce à notre subversion par les urnes en étant mobilisés et présents à toutes les élections afin d’être en capacité de proposer ensemble de nouvelles règles du jeu fondé sur la responsabilité des élus et des citoyens correctement informés et éclairés. Bye-bye la domination médiatique et politique des oligarques qui entretiennent les derniers soubresauts de la décadence. Bye-bye les prêcheurs de découragement.

                         



                        • Xenozoid Xenozoid 30 janvier 20:21

                          @Octave Lebel

                           Semer les graines du découragement et de l’abstention, c’est inviter les gens à se piéger eux-mêmes

                          l’abstention n’est pas du découragement, c’est la seul alternative de se détacher du bordel ambiant, si pour toi c’est un piege alors le vote est un piege des sa naissance, tu comprend ?


                        • véronique 30 janvier 20:26

                          @Octave Lebel

                          L’abstention est aussi une manière de voter.
                          Rien à voir avec le découragement, ni avec la démobilisation, lorsqu’on choisit en conscience sa manière de participer à un vote, que ce soit un vote exprimé, un vote blanc ou une abstention, bien au contraire, c’est une démarche qui a du sens et qui permet d’agir en citoyen ou citoyenne.

                          Et c’est le vote qui est favorable au pouvoir, puisque c’est lui qui le légitime. L’abstention, au pire, ne profite à personne.


                        • Xenozoid Xenozoid 30 janvier 20:29

                          @Octave

                          le vote est utiliser comme du racket et le non vote aussi, tu vois le piège ?


                        • Xenozoid Xenozoid 30 janvier 20:35

                          @véronique

                          L’abstention, au pire, ne profite à personne.

                          c’est pas vrais avec les medias l’abstention excuse les vaincus


                        • Xenozoid Xenozoid 30 janvier 20:46

                          @Xenozoid

                          la logique est que tous le monde connait le vote, avec ou non abstention, sinon on fermerais sa gueule sur le non vote,personne ne peux savoir qui a voté pour qui(pouvez vous tracer votre vote ?), alors savoir que ceux qui n’on pas voter peuvent changer la done est un mystere, pour moi

                          c’est le meme refrain que nous le peuple, on l’agite


                        • véronique 30 janvier 21:16

                          @Xenozoid

                          Oui c’est très possible. 


                        • Octave Lebel Octave Lebel 31 janvier 12:47

                          Le vote et l’abstention sont des actes individuels de citoyens à portée collective. Les soutiens de Macron votent toujours. La part des plus âgés est importante. L’abstention ne les dérange pas au contraire étant donné qu’elle est le fait massivement des couches populaires et malheureusement des moins diplômés et qualifiés et malheureusement aussi d’une partie des populations les plus jeunes. Avec 20%, on devient président et avec nos institutions, nous, nous ne pesons pas grand-chose.Le RN est sensiblement sur les mêmes paramètres à la différence qu’il draine une partie plus importante des milieux populaires et ici aussi chez les moins diplômés et qualifiés.

                           

                          Une réalité tenue sous le boisseau. Notre pays en faux-semblants.

                          L’art et la force des médias c’est la répétition de leurs affirmations ainsi que leur créativité à substituer la fabrique des sondages à une analyse en profondeur des constats que chacun peut faire.

                          En permanence nous avons droit à des raisonnements et des explications fondés sur des scores électoraux censés rendre compte de notre vie politique et de ses dynamiques. En réalité des scores, une fois l’élection passée, jamais remis à leur vraie place dans la perspective d’une abstention massive augmentant d’une mandature à l’autre. Ce qui appelle bien d’autres analyses et explications en fait.

                          Comment ne pas voir le coup de poker joué par l’extrême-droite et la droite ? C’est la technique de l’effet de sidération. Des choses énormes sont et vont être assénées grâce à la puissance maintenant des tams tams médiatiques avec l’idée de déboussoler le plus grand nombre de personnes possibles afin d’avancer ses pions dans le vide ainsi espéré.

                          MLP a été battu par un écart de 17% par E Macron en 2022.

                          Mesuré au maximum par un sondage approximatif, 30% de votes LFI se seraient reportés sur le vote Macron. Tout le monde peut se tromper. Cela rapporté au nombre de vote LFI du 1er tour représente alors 5.7% du nombre de voix que représentent les 17% manquants. 70 % donc des voix de LFI sont comptés dans celles de l’abstention ou du vote blanc et nul.

                          Comme en 2017, MLP au second tour de la présidentielle, a été battue par Macron et par l’abstention qui a elle seule surpasse son nombre de voix. Chacun a pu voir par deux fois une responsable incapable d’expliquer et défendre ses propositions.

                          Au second tour d’une présidentielle, l’abstention et le vote blanc ont valeur de rejet des deux candidats. Je ne veux pas voter Macron mais je ne veux pas non plus de MLP, donc je m’abstiens. MLP a eu plus d’abstentions que de voix en 2022 comme en 2017 (score de MLP : 13 288 636 ; abs+blancs= 15 889 761) et je vous fais gré des 805 248 bulletins nuls)

                          MLP a été battue deux fois de suite par Macron et l’abstention, lui-même battu deux fois de suite (9 783 058 voix) par l’abstention. Voilà où se situe le véritable front républicain. Ces gens se disputent le pouvoir pour défendre, chacun à sa façon, les mêmes intérêts liés aux forces économiques qui dominent le politique et le médiatique sans oublier les instituts de sondages dont ils sont actionnaires. Nous en avons tout simplement assez d’attendre qu’enfin ait lieu ce que l’on n’a pas vu depuis longtemps. Un véritable débat politique sur le fond des choses, la démocratie, la justice sociale, la responsabilité écologique, notre place géopolitique et économique dans l’UE et le monde.

                          La réalité, c’est une partie des électeurs ayant voté Macron sur le fallacieux argument du front républicain comme Macron l’a lui-même reconnu et un conséquent rejet de l’extrême-droite malgré les apparences médiatiques entretenues. Du coup, les scores électoraux de la NUPES sont bien plus compréhensibles. De ce point de vue, les transferts de voix LR et LREM en urgence au bénéfice du RN au second tour des législatives pour contrer la NUPES (gain de 50 à 60 mandats sur 89) nous éclairent aussi sur la véritable nature du jeu concernant le challenge droite/extrême-droite/centre droit et ses frontières poreuses. Je te tiens, tu me tiens par la barbichette.

                          À noter, jamais les médias ne présentent ou n’évoquent cette réalité. C’est à nous citoyens de la dire et d’en tirer les conséquences. Pourquoi les médias si moralisateurs n’approfondissent jamais le sujet de l’abstention ? 

                           L’extrême-droite a bien l’intention d’être la roue de secours offrant un sursis aux oligarchies entrées en agonie dans l’Union Européenne.

                          Soyons massivement présents dans les urnes dans toutes les élections pour nous faire entendre, rendre possible et faire vivre le rassemblement, sinon le jeu de dupes qui se se perpétue dans la galaxie droite-extrême-droite pour savoir qui va servir au mieux le libéralisme et le libre-échange à bout de souffle, nous maintiendra dans l’impasse en offrant à nos adversaires de nouvelles marges de manoeuvre pour nous pousser encore un peu plus à l’impuissance et la résignation.

                           


                        • Octave Lebel Octave Lebel 31 janvier 12:49

                          @Xenozoid
                          Non, expliquez-nous.


                        • @Octave Lebel
                          Vous avez si peu d’idées à défendre à LFI pour faire un tres long post ou vous parlez bien plus du RN que de votre programme
                           
                          Vous pensez que cela donnera envie aux gens d’aller se déplacer pour voter pour vous ?

                          Demandez leur par curiosité ^^


                        • Aristide Aristide 31 janvier 14:29

                          @Octave Lebel

                          Avec 20%, on devient président et avec nos institutions, nous, nous ne pesons pas grand-chose.

                          Au premier tour, effectivement, Macron obtient 20,07 % du corps électoral, mais Mélenchon fait encore mieux 15,83 % !!!

                          Au second tour, pour Macron, c’est 38 % du corps électoral. Mais pour les députés LFI, c’est pire encore : au second tour des élections législatives 2022, le taux de participation est de 46,27 %.

                            Manuel BOMPARD : une participation de 37,59 % élu avec 26 % du corps électoral

                            Mathilde PANOT : une participation de 43,37 % élue avec 28 % du corps électoral

                            Louis BOYARD : une participation de 42,13 % élu avec 20 % du corps électoral

                           etc ...


                        • Xenozoid Xenozoid 31 janvier 15:56

                          @Octave Lebel
                          Non, expliquez-nous.

                          déja fait, les autres ont compris, relis gentiment depuis le début


                        • LeMerou 1er février 07:07

                          @véronique

                          Bonjour,
                          « L’abstention est aussi une manière de voter. »

                          Je pense que vous n’avez pas saisi ce qu’est le droit de vote et ses fondements.
                          L’expression du citoyen s’exerce au travers d’un bulletin, dans des cycles définis, l’abstention de ce qui est un droit chèrement acquis est incivique.

                          Des choix sont proposés, aucun ne vous tente ou convient, vous exprimez vitre choix par un vote blanc.
                          Même si ce dernier par le truchement des lois, n’entre pas en jeu dans le décompte final, il reste néanmoins, l’expression citoyenne.

                          Vous écrivez que
                          « L’abstention au pire ne profite à personne »

                          L’abstention est la pire des choses savamment utilisée par les politiques, pour se maintenir en place, il n’est pas possible d’utiliser ce taux pour quoique ce soit, ce dernier n’ayant aucune valeur légale. Il est considéré et bien entretenu à tort comme étant une expression citoyenne, ce qui est totalement faux et fait leur jeu.

                          Au dernière élection, 28 % environ de votants potentiels, n’ont pas fait leur devoir citoyen, 7% environ l’on fait au travers d’un vote blanc.
                          Ce qui fait que légalement, les résultats d’une élection ne peut être contestée, 7% seulement ne sont pas d’accord avec ce qui a été proposé et ils l’ont exprimés, mais ce n’est rien du tout en fait.

                          Si les abstentionnistes par un vague souvenir de civisme avaient ajoutés leur voix aux blanc, il y aurait eu un tiers des citoyens marquant leur désaccord. Là et seulement là, il pourrait être mis en doute la « légitimité » d’un élu, ses 55% de votes l’ayant conduit à la victoire légale, étant moins importante que les votes blanc légaux.
                          Si à cela vous rajoutez le camp « adverse »..........................

                          C’est tout aussi dramatique que le votre « contre », nous avons assistés aux dernières élections, à une hérésie spectaculaire, Des gens n’aimant pas les deux compétiteurs en lice pour des raisons qui leur sont propres. Ont voté pour le « moins pire » d’après leur propos, contribuant ainsi à mettre en place, une personne qu’il n’aime pas au lieu de voter blanc. Nous les retrouvons aujourd’hui sur les bancs de l’assemblée contestant à tout va, ce qu’ils ont mis en place. Si ce n’est pas loufoque, stupide, irraisonnable, etc....

                          Pour conclure, aujourd’hui la légitimité d’un élu est incontestable, il à été élu avec plus de voix que son compétiteur, Le troupeau d’abstentionnistes irresponsable l’ayant favorisé. 
                          Notons aussi que ces derniers, ont après la contestation facile, alors qu’il n’ont pas fait usage de leur droit, ni leur devoir.


                        • Aristide Aristide 1er février 10:37

                          @LeMerou

                          Au dernière élection, 28 % environ de votants potentiels, n’ont pas fait leur devoir citoyen, 7% environ l’on fait au travers d’un vote blanc.

                          Le vote est un droit, pas un devoir… 

                          Le troupeau d’abstentionnistes irresponsable l’ayant favorisé. 

                          Tout est dit de votre respect de la démocratie ...


                        • véronique 1er février 14:28

                          @LeMerou

                          Vous savez que ce n’est pas en m’insultant avec des accusations infondées, que vous allez me convaincre ! 

                          Le droit de vote n’est pas un devoir, il est avant tout un pouvoir, et comme tout pouvoir, il n’y a pas d’obligation de l’exercer. 

                          Ce qui vous dérange, c’est que lorsqu’un citoyen ne se rend pas aux urnes, vous avez l’impression que c’est une occasion manquée de compter une voix de plus pour le camp que vous défendez. D’où ces déductions gratuites sur le fait que l’abstention favoriserait les politiciens en place, lorsque ces politiciens ne sont pas de votre bord. Mais rassurez-vous, si les abstentionnistes allaient voter, ça ne changerait rien au résultat. Ou pas grand-chose.

                          Par ailleurs, voter blanc n’apporte rien, à part de pouvoir émarger, ce qui peut avoir son utilité. Mais pour le décompte des voix, comme on compte en nombre et en proportion de suffrages exprimés, ça n’apporte rien de plus que les abstentions. 


                        • Aristide Aristide 1er février 14:42

                          @véronique

                          Ce qui vous dérange, c’est que lorsqu’un citoyen ne se rend pas aux urnes, vous avez l’impression que c’est une occasion manquée de compter une voix de plus pour le camp que vous défendez. 

                          C’est exactement cela. Octave en démonstration pour l’extrême gauche : un abstentionniste est un insoumis…

                          Mais rassurez-vous, si les abstentionnistes allaient voter, ça ne changerait rien au résultat. Ou pas grand-chose.

                          Impossible à entendre par ceux qui croient que le bien est de leur coté...



                        • DEVOIR DE MÉMOIRE

                          12/2020 Pour François Rebsamen, Maire de Dijon : « on a vécu un moment historique ».

                          La campagne de vaccination débute ce dimanche. Après Sevran, en Seine-Saint-Denis, c’est le centre gériatrique de Champmaillot, dépendant du CHU de Dijon (Côte-d’Or), qui va vacciner ses premiers patients.

                          NI OUBLI NI PARDON
                          https://t.me/Ni_Oubli_Ni_Pardon


                          • Matlemat Matlemat 30 janvier 21:54

                            Le constat est bon mais pas la solution du boycott.

                            les élections européennes sont à la proportionnelle et les petits partis ont plus de chance d’être représentés.

                            On peut espérer une meilleur visibilité à l’UPR si celui ci atteint les 5 %.

                            Une meilleure visibilité et un petit poids politique pourraient amener à un referendum pour la sortie de l’UE comme au Royaume Uni.

                            Voter ne sert peut être pas à grand chose mais ne pas voter encore moins.

                            A quoi sert un si long article si ce n’est pour convaincre les mécontents de ne pas s’exprimer ?

                            Y a t il des machines à truquer, pardon, à voter, pour ces élections ?

                            Si ces machines sont utilisées alors ça ne sert à rien de parler d’autre chose en politique.


                            • JPCiron JPCiron 30 janvier 21:59

                              Très bien, cet Article ! Merci

                              Un jour, il faudra bien que ça pète !


                              • jean-louis Brunati 30 janvier 23:12

                                @JPCiron

                                Oui, merci ! Il est grand temps de se réveiller. Le peuple en a marre de ces combines, de ces petits calculs politiques de coin de table, de toute cette politicaillerie. Asselineau malgré ses mérites de pédagogue et une certaine sincérité de ton a montré qu’il n’était pas le genre de leaders que le peuple attend. Dans les moments de crise aigüe comme celle que nous vivons, les vrais leaders sont toujours issus des combats populaires et ont réussi à incarner l’aspiration unitaire des mouvements de révolte, à donner l’espoir et l’envie de réfléchir ensemble et d’agir. Nous en manquons cruellement aujourd’hui mais rien ne dit que ce sera toujours le cas. L’avenir nous le dira. En attendant l’urgence est de se rassembler dans le combat contre ce régime décadent et pourri.
                                Nous n’avons pas besoin pour cela « d’élections » européennes et de guide autoproclamé pour nous « défendre » au « parlement » européen..


                              • zygzornifle zygzornifle 31 janvier 09:05

                                Si ceux qui sont contre ne vont pas voter alors ils ont gagnés .....


                                • lecoindubonsens lecoindubonsens 31 janvier 09:35

                                  4 des 5 points de votre argumentation pour le boycott dénoncent le mauvais fonctionnement actuel : UNE EXCELLENTE RAISON POUR ALLER VOTER afin de tenter de changer les choses


                                  • Nicolas36 31 janvier 13:33

                                    @l’Auteur

                                    Ce long article plein d’arguments contre le système de fonctionnement de l’UE est annulé dés le début par l’assertion de refuser de voter. 

                                    Désolé mais c’est parfaitement absurde. 

                                    L’éventualité de voir arriver une majorité de parlementaires plutôt souverainistes et opposés au partis de centre gauche Européistes pourrait changer de tout au tout les politiques néfastes actuelles. 

                                    La commission européenne actuelle qui veut se perpétuer doit demander le quitus des parlementaires.

                                    Autant dire sans grand risques que toute l’équipe en place serait déboutée. 

                                    Un probable blocage des institutions s’en suivrait, sachant que la plupart des chefs d’Etat de l’Union sont du même bord que la commission sortante (ou tout du moins corrompus) . 

                                    In fine une commission différente sortirait de cette élection ce qui permet l’espoir d’une inflexion politique, surtout que plus que probablement c’est Trump qui va gagner l’élection aux US. 

                                    La camarilla OTAN, UE et néo cons US serait battue en brèche. 

                                    Pour éviter la ruine de l’UE et une guerre il faut voter pour avoir une chance que cela change. 


                                    • jean-louis Brunati 2 février 17:35

                                      @Nicolas36
                                      Vous avez le droit de rêver...


                                    • Nicolas36 3 février 12:49

                                      @jean-louis Brunati
                                      Il n’existe pas de système ou de régime politique qu’on ne pourrait pas contrarier . L’histoire nous le démontre à foison . 
                                      Je persiste dans l’opinion que la mise en minorité des mouvements politiques qui régentent l’UE actuellement pourrait infléchir les processus en cours. 
                                      Si cela n’était pas exact alors comment expliquer les bombardements médiatiques et juridique ainsi que et les manœuvres de plus en plus illégales qui sont entreprises contre les opposition ? 
                                      En RFA on parles d’interdire purement et simplement l’AFD , parti souverainiste et anti UE qui surfe sur les sondages. 
                                      Quel interêt de courir un risque politique aussi majeur par de tels projets si on a la conviction que on peux se maintenir au pouvoir envers et contre tout. 
                                      Dans le même genre , voir les entreprises contre le RN en France ou les procès en sorcellerie fabriquées aux US contre Trump. 
                                      Il faut croire qu’à un certain point il est craint un retournement politique en 2024 en Occident. 
                                      L’affaire va jusqu’a qualifier ces oppositions de Poutinistes dans le délire belliciste qui envahit tout actuellement. 
                                      Si il n’y avait aucune crainte des votes à venir on n’en irait pas si loin. 

                                      Fi de l’encouragement à l’abstention !!! 


                                    • Xenozoid Xenozoid 31 janvier 15:45

                                      je ne résiste pas :

                                      prof d’histoire hollywoodienne :(1997)

                                      Cette année, nous avons couvert
                                      l’échec de la démocratie.
                                      Le chaos mondial engendré
                                      par les sociocrates.
                                      puis le règne des vétérans -
                                      - et la stabilité qu’ils imposèrent
                                      aux générations suivantes.
                                      Les faits sont là. Mais qu’avez-vous
                                      retenu de mon enseignement ?
                                      Vous , Pourquoi seuls les citoyens votent ?

                                      (étudiant) :
                                      Récompense du service militaire.

                                      (Prof) :
                                      Non. Une récompense
                                      n’a pas de valeur.
                                      Ils votent pour exercer
                                      leur autorité politique. Leur force.
                                      Et la force, c’est la violence
                                      l’autorité suprême dont
                                      découlent toutes les autres.

                                      (étudiant01) :
                                      Ma mère dit que
                                      la violence est stérile.

                                      (Prof) :
                                      Que répondraient les
                                      patriarches d’Hiroshima ? Vous !

                                      (étudiant02) :
                                      Rien, probablement.
                                      Hiroshima a été détruite.

                                      (Prof) :
                                      La force a tranché plus de questions
                                      que tout autre facteur de l’Histoire.
                                      L’illusion de la « violence stérile »
                                      est une dangereuse vue de l’esprit.
                                      Ceux qui l’oublient
                                      en paient le prix. Rico ?
                                      Différence morale, s’il y en a une,
                                      entre un civil et un citoyen ?

                                      (rico) :
                                      Un citoyen s’engage à défendre
                                      le corps politique au péril de sa vie.
                                      - Un civil, non.

                                      (Prof) :
                                      Le Code, mot pour mot.
                                      - Mais vous comprenez ? Vous y croyez ?

                                      (rico) :
                                      Je ne sais pas.

                                      (Prof) :
                                      Bien sûr que non ! Personne ici n’est
                                      foutu de reconnaître le civisme !

                                      do you want to know more ?


                                      • Krokodilo Krokodilo 31 janvier 18:03

                                        La 6e raison est développée dans le texte : une soumission aux USA.

                                        Et l’UE vient de se ridiculiser en menaçant la Hongrie de sanctions financières si elle vote contre un nouveau financement de l’Ukraine. Nouvelle conception de la démocratie : on peut voter à condition qu’on vote dans la ligne du parti — on se croirait en Chine ou dans feue l’URSS !


                                        • Matlemat Matlemat 1er février 11:39

                                          @Krokodilo
                                           Entre la carotte et le bâton, il semble bien que l’UE a décidé d’utiliser la bâton contre la Hongrie, pour éviter de donner des envies à d’autres...


                                        • Germain de Colandon Germain de Colandon 31 janvier 18:13

                                          @Samy Levrai

                                          Si les Droites (majoritaires) pouvaient un mieux accorder leurs violons...

                                          Le IVe Reich en Marche :

                                          https://www.youtube.com/watch?v=DV_EeMOaatk&t=1s


                                          • Pie 3,14 31 janvier 20:22

                                            Je ne vois aucune raison de ne pas voter aux européennes.

                                            Les arguments de cet article sont ceux de l’UPR, ce micro parti ridicule qui ressuscite à chaque élection et se prend une veste à chaque fois.

                                            Il faut être aveugle et ne rien comprendre au monde d’aujourd’hui pour être souverainiste.

                                            Je veux plus d’UE, mieux d’UE, plus de démocratie, plus de fédéralisme.

                                            D’un point de vue géopolitique c’est l’unique moyen de peser encore dans le monde, d’un point de vue économique c’est l’outil pour gérer une prospérité commune, d’un point de vue diplomatique et militaire c’est le moyen de faire face aux menaces.

                                            L’outil est imparfait, il faut l’améliorer sans cesse et ce n’est pas en rejetant le bébé avec l’eau du bain que l’on améliorera les choses. 


                                            • Lynwec 31 janvier 21:03

                                              @Pie 3,14

                                              Oui ! Oui ! Plus d’UE pour qu’Ursula « librement » puisse commander des milliards de doses, la moitié pour l’épaule solide de Pie 3,14...

                                              Qui n’en veut du reliquat ?

                                              C’est si bien, l’UERSS...


                                            • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 31 janvier 21:11

                                              @Lynwec
                                              Le R est mal vu en ce moment.
                                              On peut dire « l’UESS »
                                              Avec la Hyène à sa tête, ça lui va bien.


                                            • véronique 31 janvier 23:07

                                              @Pie 3,14

                                              Sauf que là on est obligé de jeter le bébé avec l’eau du bain. Lisez les traités UE, ils constituent la bible du libre-échange, ils ne sont faits que pour ça, ils ne contiennent rien d’autre. La démocratie ? Où ça ?


                                            • Matlemat Matlemat 1er février 11:53

                                              @Pie 3,14
                                              Une bêtise à chaque phrase sauf la première.


                                            • @Pie 3,14

                                              Pour la continuer (celle de Lynwec)

                                              Oui ! Oui ! Plus d’UE pour qu’Ursula « librement » puisse envoyer des DIXAINES de milliards d’éuros et accessoirement ruiner un peu plus et placer dans la mouise les peuples européens pour assouvir les soifs de sang et de poudre.

                                              Accessoirement rejouir la Russophobie primitive de notre légendaire PiPi kk (3,14 x 2) qui est revenu nous reposer son petit laius propagandiste habituel.

                                              Meme l’ImMonde en cause c’est dire l’abjection enfin la déjection plutot ^^

                                              Lien juste la ci dessus comme ceci chacun peut vérifier les immenses bienfaits de paix et de prospérité économique qu’apporte cette merveilleuse UE


                                            • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 31 janvier 20:56

                                              Une raison supplémentaire, mais fondametale, est que l’approbation se fait à la majorité simple et le rejet à la majorité des inscrits. C’est une chambre d’enregistrement.

                                              Il est quasiment impossible que le parlement rejette une proposition de la Commission. Il n’y a aucun caractère démocratique dans la procédure d’adoption du Parlement qui est un vrai labyrinthe.

                                              Voici la procédure (traité sur le fonctionnement de l’UE) :

                                              "Article 294

                                              (ex-article 251 TCE)

                                              1. Lorsque, dans les traités, il est fait référence à la procédure législative ordinaire pour l’adoption d’un acte, la procédure suivante est applicable.

                                              2. La Commission présente une proposition au Parlement européen et au Conseil.

                                              Première lecture

                                              3. Le Parlement européen arrête sa position en première lecture et la transmet au Conseil.

                                              4. Si le Conseil approuve la position du Parlement européen, l’acte concerné est adopté dans la formulation qui correspond à la position du Parlement européen.

                                              5. Si le Conseil n’approuve pas la position du Parlement européen, il adopte sa position en première lecture et la transmet au Parlement européen.

                                              6. Le Conseil informe pleinement le Parlement européen des raisons qui l’ont conduit à adopter sa position en première lecture. La Commission informe pleinement le Parlement européen de sa position.

                                              Deuxième lecture

                                              7. Si, dans un délai de trois mois après cette transmission, le Parlement européen :

                                              a) approuve la position du Conseil en première lecture ou ne s’est pas prononcé, l’acte concerné est réputé adopté dans la formulation qui correspond à la position du Conseil ;

                                              b) rejette, à la majorité des membres qui le composent, la position du Conseil en première lecture, l’acte proposé est réputé non adopté ;

                                              c) propose, à la majorité des membres qui le composent, des amendements à la position du Conseil en première lecture, le texte ainsi amendé est transmis au Conseil et à la Commission, qui émet un avis sur ces amendements.

                                              8. Si, dans un délai de trois mois après réception des amendements du Parlement européen, le Conseil, statuant à la majorité qualifiée :

                                              a) approuve tous ces amendements, l’acte concerné est réputé adopté ;

                                              b) n’approuve pas tous les amendements, le président du Conseil, en accord avec le président du Parlement européen, convoque le comité de conciliation dans un délai de six semaines.

                                              9. Le Conseil statue à l’unanimité sur les amendements ayant fait l’objet d’un avis négatif de la Commission.

                                              Conciliation

                                              10. Le comité de conciliation, qui réunit les membres du Conseil ou leurs représentants et autant de membres représentant le Parlement européen, a pour mission d’aboutir à un accord sur un projet commun à la majorité qualifiée des membres du Conseil ou de leurs représentants et à la majorité des membres représentant le Parlement européen dans un délai de six semaines à partir de sa convocation, sur la base des positions du Parlement européen et du Conseil en deuxième lecture.

                                              11. La Commission participe aux travaux du comité de conciliation et prend toute initiative nécessaire en vue de promouvoir un rapprochement des positions du Parlement européen et du Conseil.

                                              12. Si, dans un délai de six semaines après sa convocation, le comité de conciliation n’approuve pas de projet commun, l’acte proposé est réputé non adopté.

                                              Troisième lecture

                                              13. Si, dans ce délai, le comité de conciliation approuve un projet commun, le Parlement européen et le Conseil disposent chacun d’un délai de six semaines à compter de cette approbation pour adopter l’acte concerné conformément à ce projet, le Parlement européen statuant à la majorité des suffrages exprimés et le Conseil à la majorité qualifiée. À défaut, l’acte proposé est réputé non adopté.

                                              14. Les délais de trois mois et de six semaines visés au présent article sont prolongés respectivement d’un mois et de deux semaines au maximum à l’initiative du Parlement européen ou du Conseil.

                                              Dispositions particulières

                                              15. Lorsque, dans les cas prévus par les traités, un acte législatif est soumis à la procédure législative ordinaire sur initiative d’un groupe d’États membres, sur recommandation de la Banque centrale européenne ou sur demande de la Cour de justice, le paragraphe 2, le paragraphe 6, deuxième phrase, et le paragraphe 9 ne sont pas applicables.

                                              Dans ces cas, le Parlement européen et le Conseil transmettent à la Commission le projet d’acte ainsi que leurs positions en première et deuxième lectures. Le Parlement européen ou le Conseil peut demander l’avis de la Commission tout au long de la procédure, avis que la Commission peut également émettre de sa propre initiative. Elle peut également, si elle l’estime nécessaire, participer au comité de conciliation conformément au paragraphe 11."


                                              • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 31 janvier 21:08

                                                Une autre raison.

                                                Imaginons qu’un parti réellement anti-européen se présente, et qu’il ait du succès. Quoiqu’il arrive, il ne sera pas majoritaire. Par contre, il aura des eurodéputés, payés par l’UE, siégeant au Parlement, discutant avec d’autres députés moins anti, partageant avec eux des coupes de champagne, des petits fours, etc.

                                                Entre le financement par l’UE et les accointances, va-t-il longtemps tenir un discours franchement anti ?

                                                N’est-ce pas au contraire la meilleure façon de le neutraliser ?

                                                Le mieux est alors de ne pas voter pour lui à ces élections-là.


                                                • Matlemat Matlemat 1er février 12:40

                                                  @Jean-Paul Foscarvel

                                                   Nagel Farage était élu au parlement européen, il avait un parti qui n’était pas majoritaire, pourtant la peuple britannique a fini par voter la sortie de l’UE.

                                                   Le parti conservateur a accepté le référendum pour avoir les voix des brexiteurs.

                                                   Le non n’a t il pas remporté les élections en France en 2005 ?


                                                • charclot charclot 31 janvier 22:24

                                                  camarade tu ne voteras c’est ton choix mais juste pour faire chier vote vraiment à l’extrême gauche la plus dure et là on rigolera vraiment... Sinon c’est vrai tous les autres sont au service de l’impérialisme le plus froid... !


                                                  • jean-louis Brunati 31 janvier 22:35

                                                    POURQUOI ON NE PEUT PAS RENVERSER LA COMMISSION EUROPÉENNE

                                                    https://www.youtube.com/watch?v=vq90yPUMkmc

                                                    La vidéo fait 4’37

                                                    Regardez bien le graphique à partir de 3’35.Il montre l’évolution des votes pour le « parlement » européen depuis 1979. Résultat : toujours au moins 70% pour les partis européistes de droite du centre et de gauche.

                                                    Le graphique montre bien la permanence majoritaire des gros piliers du système :
                                                    PPE ( bleu clair) + SOC et SD ( rose violet) + RENEW, Macron et autres fédéralistes libéraux (jaune) Même si ce bloc central perd un peu des plumes au fil du temps , il reste très majoritaire et les « extrêmes » même en s’alliant, chose impossible,seraient encore bien loin du compte. 

                                                    C’est pareil en France. Normal ! On est piégé dans le système. Nous sommes cloués au sol comme un animal pris dans la glue.

                                                    Réveillez-vous les opposants de papier ! Regardez la réalité en face et non vos rêves. Soit vous êtes de gros naïfs, soit vous cherchez simplement à prendre des sous pour votre petite boutique électorale,

                                                    Ça c’est pour le « législatif ».

                                                    Quant à l’exécutif (Commission + Conseil Européen), il est en train de supprimer le droit de véto, avec le passage à la majorité qualifiée des décisions les plus importantes de l’UE... Rien à ajouter, la coupe est pleine.


                                                    • Matlemat Matlemat 1er février 11:37

                                                      @jean-louis Brunati

                                                       Le Royaume Uni l’a fait, sommes nous si différents des britanniques ?


                                                    • véronique 1er février 18:50

                                                      @Matlemat

                                                      Oui nous sommes très différents. Au Royaume-Uni il y a toujours eu débat y compris dans les grands partis, sur l’adhésion à l’UE, d’ailleurs le RU avait refusé l’adhésion au début. Il avait aussi refusé la monnaie unique. De plus le RU avait le Commonwealth.


                                                    • Matlemat Matlemat 1er février 19:42

                                                      @véronique
                                                      C’est d’accord, et puis le Royaume-Uni est insulaire, et moins de pensée unique, pourtant s’il n’y avait pas de danger alors pourquoi l’UPR est blacklisté ? 


                                                    • véronique 1er février 23:23

                                                      @Matlemat

                                                      Du danger il y en a. Si les français étaient convenablement informés, ils ne seraient pas forcément contre l’UE, mais la question de l’adhésion de la France serait abordée ouvertement et sans doute on serait à environ 50 % pour et 50 % contre. À chaque campagne électorale, ça reviendrait sur le tapis et un jour ça finirait par basculer franchement du côté des détracteurs de l’UE. Et cette perspective est aux yeux des UEropéistes, insupportable. Le ciel qui leur tomberait sur la tête !

                                                      C’est pourquoi en France on a toujours préféré étouffer le débat. Moine on en parlé et mieux c’est. L’adhésion en 57 à été ratifiée par la voie parlementaire, alors que la composition du parlement avait été bidouillée par une loi électorale.
                                                      L’opposition la plus marquée était celle des communistes, dont le parti a fini par devenir inaudible. L’autre parti opposé à l’UE, c’était les gaullistes, qui ont assez rapidement changé de camp. Le résultat c’est qu’on ne remet jamais en question notre adhésion à l’UE. On fait comme si c’était devenu immuable et de toutes façon impossible à modifier. Il faut ajouter une propagande extraordinaire dès l’école. 


                                                    • Matlemat Matlemat 2 février 12:31

                                                      @véronique
                                                       Parfaitement d’accord, c’est bien pour tout cela qu’on ne peut plus vraiment parler de démocratie en France.


                                                    • juan 1er février 02:16

                                                      le boycott est un très mauvais conseil, qui permet à cette bande de salopards de continuer leurs méfaits en agissant entre-soit. Il faut mettre le loup dans la bergerie, avant de débarquer tous les pourris de cette commission de corrompus. Concernant l’affaire du soulèvement rural français, Macron et Leyen étant les principaux complices de ce qu’est devenu cette Europe, ils vont mentir en annonçant des modifications qu’ils n’ont nulle intention de mettre en pratique. Pourquoi :

                                                      Macron est compromis depuis son emploi de « banquier », étant redevable auprès de Pfizer et Nestlé, ce qui explique l’attitude vis à vis de Pfizer, de ce dernier dans la Covid, et la dissimulation des eaux Nestlé.

                                                      Leyen téléguidée par l’Allemagne pour favoriser son industrie chimique avec l’accord industriel avec Pfizer, sa compromission arrogante avec Édouard Bourlat, son attitude scandaleuse envers les chefs d’États qui osaient demander à voir le contrat passé entre l’Europe et Pfizer...

                                                      Cette Europe est, en l’état, finie, tous les accords doivent être gelés, rendus caduques sous menace de Frexit, quitte à débarquer par la force l’équipe Macron.

                                                      Robespierre

                                                      « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple le plus sacré et le plus indispensable des devoirs ».


                                                      • LeMerou 1er février 06:25

                                                        @Singala

                                                        Article contre l’Europe et un appel au Boycotte pour les élections, c’est donc en fait un appel au maintien de cette dernière dans l’état ou elle se trouve.

                                                        Car nul doute que les « Pro » eux vont de déplacer aux urnes.

                                                        Il faut simplement voter pour ceux qui ont envie de changement dans cette dernière, cela ne sera pas parfait, mais plus ceux qui ont envie que ça change seront nombreux, plus il t a de chance que ça évolue.

                                                        Une élection n’est pas un produit ou l’action de boycotte a une portée significative.


                                                        • files_walQer files_walQer 1er février 14:12

                                                          Tous ceux, ABSTENTIONNISTES COMPRIS, convaincus que notre appartenance à la dictature de l’UE est le principal problème, je pense que pour les agriculteurs c’est particulièrement la cas, doivent voter pour la liste UPR le 9 juin 2024.

                                                          Si cette liste atteint les 5% il y aura des députés et ceux-ci, dont François Asselineau, feront le buzz à chaque prise de parole comme Nigel Farrage l’avait fait pour le Brexit.

                                                          Le but est d’obliger les médias à parler de ces députés pour faire connaitre à une majorité de français l’UPR et ses analyses.

                                                          L’UPR et François Asselineau représente ce qui ne doit pas arriver, c’est la vraie opposition qui fait peur aux mondialistes qui nous gouvernent, il faut briser l’invisibilité médiatique organisée.

                                                          Si cette invisibilisation n’avait pas existé en 2017, M. Asselineau serait déjà Président de la République et les agriculteurs n’auraient pas eu besoin de manifester pour leurs survie.

                                                          Si vous n’êtes pas convaincus de la nécessité de sortir de l’UE par le Frexit, faives-vous votre opinion en écoutant les analyse de M ; Asselineau

                                                          Chaine Youtube de l’UPR : UPR TV

                                                          compte twitter / X : @UPR_Asselineau

                                                          Réponse de M. Asselineau à Greg Tabibian au sujet de l’alliance des partis d’opposition :

                                                          https://www.youtube.com/watch?v=T6PjBhyhuE8&t=18681s


                                                          • Eric F Eric F 1er février 19:29

                                                            De nombreuses critiques exposées dans l’article sont justifiées, la principale étant que dans la mesure où il n’existe pas de peuple européen, il n’existe pas l’équivalent au niveau de l’Union de ce qu’est l’intérêt national au niveau d’un état.

                                                            Surtout depuis les élargissements, les états sont disparates avec des intérêts parfois contradictoires.

                                                            Il y a bien un intérêt stratégique commun aux différents états et peuples de l’UE, qui est de peser en tant que force économique dans les échanges internationaux, mais l’idéologie de libre échange mondialisé prévaut au sein des institutions européennes, et les groupes de pression affairistes (multinationales, finance) ou idéologiques (écologistes, immigrationnistes) ont une influence prépondérante.

                                                            C’est pourquoi il faut changer la majorité au Parlement Européen dans le sens de la défense des nations et peuples européens (eurocritiques, souverainistes, voire ’’sortistes’’).


                                                            • jean-louis Brunati 1er février 19:33

                                                              Ce qui vous dérange, c’est que lorsqu’un citoyen ne se rend pas aux urnes, vous avez l’impression que c’est une occasion manquée de compter une voix de plus pour le camp que vous défendez. D’où ces déductions gratuites sur le fait que l’abstention favoriserait les politiciens en place, lorsque ces politiciens ne sont pas de votre bord.

                                                              Merci à Veronique, je n’aurais pas mieux dit !

                                                              Quelle prétention ont certains militants qui se disent opposés à l’UE, de croire que les abstentionnistes voteraient pour leur cause partisane s’ils allaient aux urnes. Ce qu’ils ont du mal à saisir c’est que beaucoup de personnes s’abstiennent non seulement parce qu’ils sont contre l’UE et ce faux parlement, mais aussi parce qu’ils ne croient ni en eux ni en leurs solutions.
                                                              Alors plutôt que de rejeter ceux qui ne pensent pas comme vous, réfléchissez sur vous-mêmes. Arrêtez de prendre les gens pour des imbéciles. La plupart des abstentionnistes ont de très bonnes raisons de ne pas se rendre aux urnes. Vous les traitez comme s’ils n’avaient pas conscience des problèmes...problèmes dont vous pensez par ailleurs que Mélenchon, Le Pen, Asselineau,Dupont-Aignan, etc. ont la solution.

                                                              Ainsi vous rejoignez les commentateurs du clergé médiatique qui disent que les abstentionnistes sont des « pêcheurs à la ligne ».


                                                              • Pie 3,14 1er février 19:57

                                                                @jean-louis Brunati
                                                                Sauf que dans le jeu démocratique ceux qui s’abstiennent ne comptent pas.
                                                                Les élections se font sans eux. Leurs motivations qui sont multiples sont noyées dans un grand mouvement de déploration et sont vite oubliées.
                                                                Votre attitude est paradoxale. Vous écrivez un article à charge contre l’UE et prônez l’abstention pour une élection qui a toujours eu beaucoup d’abstention sans que cela empêche l’UE de fonctionner.
                                                                Moi qui suis un européen convaincu, j’irai voter et je vous remercie de contribuer à ne pas entraver la construction d’une Europe que j’appelle de mes vœux. 


                                                              • véronique 1er février 22:30

                                                                @Pie 3,14

                                                                Et pourtant vous intervenez sur ce fil de discussion, pour critiquer ceux qui s’abstiennent... On pourrait croire que l’abstention aux européennes vous dérange  smiley


                                                              • Pie 3,14 2 février 16:59

                                                                @véronique
                                                                Non, j’interviens pour les remercier.


                                                              • véronique 2 février 19:04

                                                                @Pie 3,14

                                                                Oui, pour les remercier, et aussi pour les critiquer  smiley


                                                              • Pie 3,14 2 février 20:54

                                                                @véronique
                                                                Vous avez raison. C’est parce que j’ai du mal à comprendre qu’on développe une pensée politique sans vouloir se servir des élections dans un pays démocratique.
                                                                Rejeter les élections lorsqu’elles ne sont qu’une façade dans une dictature ou un régime autoritaire est logique, pas lorsque vous pouvez peser sur les événements.


                                                              • jean-louis Brunati 1er février 19:47

                                                                Quoi qu’on pense du Brexit, quoi qu’on spécule sur ses causes, ses conséquences, il faut reconnaitre une chose : le peuple britannique a décidé par référendum pour lui-même. Et ses dirigeants ont permis cela, quoi qu’on pense de ces dirigeants et de ce pourquoi ils l’ont fait, en l’occurrence le premier ministre Cameron. Chapeau à lui ! Même s’il n’est pas du temps de ma sensibilité politique. Au-delà de leurs rodomontades, ni Sarkosy, ni Hollande, ni évidemment Macron n’ont eu la moindre velléité politique d’avoir ce courage.


                                                                • Pie 3,14 1er février 20:11

                                                                  @jean-louis Brunati
                                                                  Take back control disaient-ils au peuple avec un résultat en effet édifiant !
                                                                  Un flux migratoire qui a doublé sans que les migrants de Calais aient à voir là dedans, une inflation la pire d’Europe, une croissance en berne, un alignement servile sur les USA, un espace diplomatique qui s’est rabougri.
                                                                  Quelle belle réussite que ce Brexit ! Aujourd’hui les deux tiers des anglais pensent qu’il s’agissait d’une énorme bêtise.
                                                                  Il n’y a aucune raison de sacraliser le principe du referendum. Il peut être un bel exercice démocratique comme une foire au populisme. Tout est une question de contexte. Cameron, un pro européen qui n’a jamais imaginé le Brexit a lancé ce referendum pour des raisons bassement électorales. Ce crétin a déclenché un cataclysme qu’il n’avait jamais envisagé. Il n’a vraiment aucune raison d’être félicité.


                                                                • véronique 1er février 22:27

                                                                  @Pie 3,14

                                                                  ... « Un flux migratoire qui a doublé sans que les migrants de Calais aient à voir là dedans, une inflation la pire d’Europe, une croissance en berne, un alignement servile sur les USA, un espace diplomatique qui s’est rabougri... »

                                                                  J’ai cru que vous parliez de la France !


                                                                • Pie 3,14 2 février 17:05

                                                                  @véronique
                                                                  Sauf que le flux migratoire UK est devenu presque le triple de celui de la France, que l’inflation y est plus forte sans qu’il y ait eu de bouclier tarifaire sur l’énergie et que les traités commerciaux espérés ont fait un flop.


                                                                • jean-louis Brunati 2 février 18:09

                                                                  @Pie 3,14
                                                                  Ce « flux migratoire » a été décidé par Mr Ritchie Sunak, l’ultra libéral dirigeant anglais, faire venir très légalement 800 000 migrants par des accords avec certaines de ses anciennes colonies pour avoir la main d’oeuvre la moins chère et aider ainsi ses amis, riches exportateurs à baisser le prix de vente de leurs biens et services.Parallèlement il a stoppé l’immigration illégale...C’est plus facile quand on est une ile au bout de l’Europe.
                                                                  Quant à l’inflation elle est plus forte en Angleterre parce que justement ils n’ont pas de « bouclier tarifaire ». Les Anglais c’est du néo-libéral pur jus ! Plus ils sont dans la difficulté, plus ils privatisent ! C’est pourquoi le Brexit ne tient pas ses promesses. Ajoutez à ça les mesures juridiques et économiques punitives que l’UE a pris contre eux pour montrer par l’exemple que c’était pas bien du tout de quitter la petite merveille qu’est l’Union Européenne et vous comprenez pourquoi le Brexit n’est pas un franc succès ; mais ce n’est pas non plus la catastrophe annoncée.
                                                                  Vous pensez que la situation est meilleure en France ? En Italie ? En Allemagne qui est en récession ?


                                                                • @jean-louis Brunati & TOUS
                                                                  ben heu...en France en ce moment ... comment le dire ?
                                                                  Tiens vu que FX en à faite une archi recente dessus
                                                                  (qui reflete le reste) le mieux est d’aller ecouter a quel point ...heu...
                                                                   
                                                                  Non allez voir par vous même c’est mieux
                                                                  https://www.youtube.com/watch?v=w1YOFxU-9n0

                                                                  C’est tout juste si il a pas envie d’en chialer dans les 25 mn de la video
                                                                  on le sens tres tres tres énervé avec bcp de rage devant tant d’incompétances crasses et un résultat qui etais archi prévisible (d’ou sa rage)
                                                                  tiens la comme avec les paysans enfin certains paysans de petites exploitations ...


                                                                • @Pie 3,14
                                                                  "Sauf que le flux migratoire UK est devenu presque le triple de celui de la France, que l’inflation y est plus forte sans qu’il y ait eu de bouclier tarifaire sur l’énergie et que les traités commerciaux espérés ont fait un flop.

                                                                  "
                                                                   
                                                                  Et les gus veulent continuer d’aller dans ce pays ou l’on suce des cailloux ? smiley
                                                                  et ils ne débarquent pas tous ici ou cela va bien mieux ? smiley (d’apres vous hein)
                                                                   
                                                                  Bon je vois que le bureau de comm de la macronie tourne à fond avec les trolls de Mckinzey, allez donc voir les chiffres de l’economie mise un post plus haut ou plus bas


                                                                • @véronique
                                                                  "J’ai cru que vous parliez de la France !

                                                                  "
                                                                  ----
                                                                  Il aurai rajouté insécurité dramatique qui frise celui des pays du tiers ou quart monde effectivement c’etais bon ^^


                                                                • jean-louis Brunati 1er février 19:48

                                                                  Pas du tout de ma sensibilité...


                                                                  • vesjem vesjem 1er février 22:08

                                                                    tu commences à lire la « tartine » et tu te dis, trois lignes plus loin, qu’il vaut mieux lire le titre


                                                                    • Kapimo Kapimo 2 février 01:36

                                                                      Peu importe toutes les raisons de ne pas voter, il faut aller voter Frexit pour les faire chier, quel que soit le résultat final.


                                                                      • Eric F Eric F 2 février 17:30

                                                                        @Kapimo
                                                                        En effet, car ceux qui se taisent sont surs de ne pas être entendus !


                                                                      • Xenozoid Xenozoid 2 février 17:33

                                                                        @Eric F

                                                                        Là où ceux qui jouent les paons sont sur d’etre entendus


                                                                      • jean-louis Brunati 2 février 18:13

                                                                        @Eric F
                                                                        Boycotter, s’abstenir, ce n’est pas se taire, c’est envoyer un message aux élites corrompues de l’UE : VOUS N’ÊTES PAS LÉGITIMES !


                                                                      • Eric F Eric F 2 février 18:30

                                                                        @jean-louis Brunati
                                                                        Comment déterminer la cause qui conduit à abstention, entre ceux qui s’en foutent, ceux qui rejettent le système, ou ceux qui hésitent ? Chacun prétendra ce qu’il veut.
                                                                        Dans certains scrutins il y a peu de choix, mais dans le cas présent il y a des listes de toutes tendances, même hostiles à l’UE.


                                                                      • véronique 2 février 20:21

                                                                        @Eric F

                                                                        Mais pourquoi voulez-vous déterminer la cause de l’abstention ? Chacun a ses raisons. Comme chacun a ses raisons de voter blanc ou de choisir Tartempion plutôt que Trucmuche.


                                                                      • Iris Iris 2 février 17:47

                                                                        Ca sert à pas grand chose de voter, mais ne pas voter ça sert vraiment à rien.


                                                                        • jean-louis Brunati 2 février 18:14

                                                                          @Iris
                                                                          L’inverse est encore plus vrai.


                                                                        • véronique 2 février 19:01

                                                                          @Iris

                                                                          Ah si, ça sert au moins à ne pas se sentir mal. Donc c’est bon pour ma santé  smiley


                                                                        • Iris Iris 2 février 19:20

                                                                          @véronique

                                                                          Pour macron / lepen j’ai mis une enveloppe vide, complètement inutile mais satisfaisant.


                                                                        • véronique 2 février 20:18

                                                                          @Iris

                                                                          Une élection ce n’est pas seulement faire un choix, ou pas, entre des candidats, c’est aussi participer à la réaffirmation de l’institution pour laquelle l’élection a lieu.
                                                                          C’est pour ça que s’agissant des élections européennes, il m’est impossible de mettre un bulletin, même blanc ou nul, je préfère largement m’abstenir (choisir une liste de candidats parmi les autres ne me poserait d’ailleurs aucun problème).


                                                                        • Iris Iris 2 février 20:52

                                                                          @véronique
                                                                          Ce n’est pas le cas si vous votez pour élire des candidats contre cette institution ou qui veulent la modifier en profondeur.


                                                                        • véronique 3 février 00:04

                                                                          @Iris

                                                                          Si malheureusement, c’est aussi le cas. Et pour les élus c’est pareil. Participer à un scrutin, c’est légitimer l’institution, et aussi légitimer ceux qui ont remporté l’élection, même si vous n’avez pas voté pour eux.

                                                                          En plus réformer l’UE en profondeur est impossible, parce que l’UE est un accord de libre-échange, qui fait du libre-echange un droit fondamental. Une réforme en profondeur ce serait donc l’abandon du libre-echange et donc l’abandon des traités UE. Si un jour ça arrive, ça ne viendra pas du parlement européen.


                                                                        • Lynwec 3 février 07:48

                                                                          @véronique

                                                                          C’est malheureusement vrai, et ceux qui pensent qu’il faut voter pour une candidature UPR à l’élection européenne pour donner de la visibilité au Frexit se fourvoient...

                                                                          Les mêmes causes produiront les mêmes effets, les candidats UPR seront autant invisibilisés lors de cette élection et feront donc un petit score, même avec nos votes, ce qui permettra aux détracteurs de moudre du grain, et à l’arrivée, les votants, même opposés à l’UERSS auront cautionné le protectorat ...

                                                                          Je n’ai pas la solution clés en mains, mais je suis sur qu’elle n’est pas là...


                                                                        • Lynwec 3 février 08:15

                                                                          @Lynwec

                                                                          Moinsseur, c’est un métier à temps plein... Et alors, Rantanplan, qui surveille les frères Dalton ?


                                                                        • Iris Iris 3 février 09:43

                                                                          @véronique
                                                                          Alors dans quelle chemin mettez vous vos espoirs ?
                                                                          Les armes ? 


                                                                        • Iris Iris 3 février 09:47

                                                                          @Lynwec

                                                                          les candidats UPR seront autant invisibilisés


                                                                          Le problème n’est pas là, le vrai problème c’est qu’en grande majorité les gens ne veulent pas sortir de l’UE, à tord ou à raison.

                                                                        • Lynwec 3 février 10:02

                                                                          @Iris

                                                                          Le problème n’est pas là, le vrai problème c’est qu’en grande majorité les gens ne veulent pas sortir de l’UE, à tord ou à raison.


                                                                          Tout simplement parce qu’ils ont entendu et entendent en permanence un message unique pro-UE et que la contradiction est rendue inaudible... Le fameux « débat » à la télé fRonçaise (tous d’accord, mais on « débat »)

                                                                          Ce n’est pas qu’ils ne veulent pas, c’est qu’ils n’ont pas l’éclairage nécessaire pour décider en connaissance de cause (et pas la lumière à tous les étages pour certains...)

                                                                          Le consentement libre et éclairé, ce n’est pas qu’en matière de santé...


                                                                        • Iris Iris 3 février 11:05

                                                                          @Lynwec
                                                                          Je suis d’accord pour dire que les médias privés et publics font en moyenne mal leur boulot d’information, et que les débats sont très souvent sans intérêt.
                                                                          Mais le sujet de l’Europe est sur le tapis depuis si longtemps que votre explication est à mon avis très loin d’être suffisante.
                                                                          Depuis le temps les gens ont bien compris par exemple les conséquences négatives pour eux de la libre circulation des biens et des personnes, sur le dumping social et l’immigration.
                                                                          MLP a bien compris que le Frexit n’intéresse pas les électeurs et s’en est détournée. Peut-être qu’elle y reviendra.
                                                                          Il ne reste plus qu’Asselineau qui pourrait passer à la télé tous les jours que ça ne changerai l’opinion qu’à la marge. De toutes façons ce type ne crante pas.


                                                                        • Lynwec 3 février 12:57

                                                                          @Iris

                                                                          "Mais le sujet de l’Europe est sur le tapis depuis si longtemps que votre explication est à mon avis très loin d’être suffisante.« 

                                                                          Insuffisante, voire.. ;

                                                                          C’est vrai que le sujet ne date pas d’hier, mais comme je vous le disais, ça fait aussi un bail que le vrai débat n’existe plus dans les médias fRonçais... La dernière occurrence d’un »débat« (en fait, un débat à sens quasi unique, avec Bricmont en sac de frappe) doit remonter à la prestation de Jean Bricmont chez Taddei à propos de »l’affaire Dieudonné« et sa célèbre réplique »la vérité est antisémite.« 
                                                                          https://www.youtube.com/watch?v=eeavBv4CvhU

                                                                          Or juge unique, juge inique,dit-on... C’est valable également pour le débat d’idées...
                                                                          Le public fRonçais, qui entend toujours le même son de cloches, est forcément lobotomisé... ça a été réussi et particulièrement visible avec le »fléau" du covid...


                                                                        • Iris Iris 3 février 17:17

                                                                          @Lynwec

                                                                          Les Français autour de moi ne sont pas lobotomisés, je n’ai rien à ajouter.


                                                                        • véronique 4 février 01:13

                                                                          @Iris

                                                                          Non, pas les armes.
                                                                          En fait je n’ai pas d’espoir particulier, c’est plus simple et moins décevant. Beaucoup ont espéré, et sont morts avant d’avoir pu voir le moindre changement.
                                                                          Mais je pense que plus les gens seront informés, et éduqués, et cultivés, moins on pourra les gruger, et plus ils pourront trouver la meilleure voie.


                                                                        • Iris Iris 5 février 11:19

                                                                          @véronique
                                                                          Vous avez surement raison, la vie est plus simple comme ça.
                                                                          Et dans cet esprit, je pense que la majorité des gens ne souhaitent pas être plus informés qu’ils ne le sont déjà.


                                                                        • Aristide Aristide 5 février 11:31

                                                                          @Iris

                                                                          Je ne suis pas certain que l’action soit plus efficace que l’inaction... 


                                                                        • Iris Iris 5 février 11:47

                                                                          @Aristide
                                                                          Efficace de quel point de vue ? Bonheur ? Argent ? Santé ?


                                                                        • Aristide Aristide 5 février 12:59

                                                                          @Iris

                                                                          Efficace au point de vue de celui qui vote ... Si j’ai bien compris : élire et mettre en responsabilité des personnes capables et désireuses de mettre en œuvre le programme pour lequel elles ont fait campagne.


                                                                        • Iris Iris 5 février 13:12

                                                                          @Aristide
                                                                          Je préfère voter en ce qui me concerne, même si une certaine lassitude me gagne. 


                                                                        • Iris Iris 5 février 13:14

                                                                          @Iris
                                                                          J’avoue qu’au dernier Macron/Lepen j’ai mis une enveloppe vide. Ca m’a permi de me faire insulter par un peut tout le monde. 


                                                                        • véronique 5 février 19:25

                                                                          @Iris

                                                                          Si on est pessimiste, on peut penser en effet que les gens ne souhaitent pas avoir davantage d’informations.
                                                                          À mon avis, mais je suis peut-être ici trop optimiste, ce n’est pas le cas de la majorité. Connaître, savoir, comprendre, ce sont des aspirations qui sont dans la nature humaine. 


                                                                        • quijote 2 février 22:39

                                                                          Ne pas voter, c’est ne pas voter contre. C’est-à-dire que c’est pas loin du bulletin en faveur du pouvoir en place.

                                                                          Moi, je vais voter Le Pen car elle est la seule à n’avoir jamais été au pouvoir et on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise. Et j’aime faire chier les cons : Patrick Cohen, Demorand, France inter, tout ça...


                                                                          • quijote 2 février 22:50

                                                                            @quijote

                                                                            A part ça il se confirme que les nations unies sont devenues une ong immigrationniste comme une autre :
                                                                            https://twitter.com/WallStreetApes/status/1753278664240943599
                                                                            Elle finance les « migrations » par voie aérienne ( moins fatigant pour nos amis ), téléphones portables ( pour donner des nouvelles à la famille et aux amis qui vont bientôt te rejoindre ), remises de cash ( la mafia aussi distribue du cash ), etc.

                                                                            Bref, comme un tas d’institutions supra-nationales, c’est noyauté par du mondialiste ennemi des peuples occidentaux et de l’idée même de souveraineté.


                                                                          • LVOLC 3 février 11:29

                                                                            Cet article est ?crit par un europ ?iste qui veut le statu quo. Cette Europe ne peut plus ?tre charg ?e de l’int ?rieur, il faut absolument vot ? « FREXIT » et donc souverainiste. Sur les 50 milliard en 4 ans que l’Europe va donner ? l’Ukraine, la France va donner 10 milliards de nos imp ?ts et donc 2,5 milliards par ans, alors qu’elle promet seulement 400 mis ?rables millions aux agriculteurs, c’est ?a l’Europe. Il faut votez souverainiste, il faut voter « FREXIT ».


                                                                            • husky husky 3 février 19:41

                                                                              Ne pas voter, c’est donner un blanc seing au vainqueur...

                                                                              Le vote blanc ou l’abstention ne sont pas reconnus, le seul moyen d’exprimer quelque chose, c’est de voter, pour celui plus proche de nos idées qui a une chance de passer les 5%, pour être représenté.

                                                                              Je suis pro Frexit, mais nj Asselineau ( avec son égo démesuré), ni Philipot n’obtiendront plus de 5%, je ne voterai donc pas pour eux.

                                                                              ça limite mon choix, mais je voterais, point


                                                                              • George L. ZETER George L. ZETER 5 février 06:02

                                                                                pourquoi cet excellent article est il si mal noté ? pourtant le tour d’horizon fait par l’auteur est complet. merci à l’auteur.


                                                                                • Legestr glaz Legestr glaz 5 février 08:47

                                                                                  @George L. ZETER

                                                                                  ... « Même avec 10% de votants ou moins, ils seraient élus et ils s’en moquent donc des boycotts... »

                                                                                  Ce qui fait peur à l’oligarchie euro-atlantiste c’est l’émergence d’un mouvement anti-européen au Parlement européen. Comme cela était le cas du temps de Nigel Farage.

                                                                                  Quant au « boycott » l’UE s’en contrefiche totalement. Ce que l’UE a à craindre c’est la présence d’un mouvement « anti-européen » dans l’assemblée parlementaire qui aurait, nécessairement, des temps de parole. Le boycott permettra aux pro-européens d’avoir des séances parlementaires durant lesquelles s’est « l’entre-soi » qui sera de mise. Boycottons donc ces élections européennes pour avoir un Parlement qui s’assoupira encore davantage, même s’il ne sert à rien. 


                                                                                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 5 février 10:14

                                                                                  @Legestr glaz
                                                                                   
                                                                                   ’’Boycottons donc ces élections européennes pour avoir un Parlement qui s’assoupira encore davantage, même s’il ne sert à rien.’’
                                                                                  >
                                                                                   Nous avons donc à choisir une fois de plus entre peste et choléra : l’abstention qui aura pour conséquence un Parlement croupion, ou bien la participation qui renforcera une institution que nous contestons par ailleurs.
                                                                                   
                                                                                   Double Bind et piège à c...
                                                                                   
                                                                                   Ceci dit, quelle confiance pouvons nous accorder à des représentants susceptibles de trahir, ne serait-ce qu’en se taisant, voire même, ne siégeant pas comme c’est si souvent le cas ?


                                                                                • Legestr glaz Legestr glaz 5 février 11:18

                                                                                  @Francis, agnotologue

                                                                                  J’opte pour une position à la « Nigel Farage ». Ses interventions devant le Parlement européen sont restées célèbres et ont fait beaucoup de mal à l’Institution européenne.

                                                                                  Et on ne peut pas dire que le vote « anti-européen » renforcerait la position de cette Institution. Enfin, je ne le crois pas. Je parle évidemment des personnes engagées vers un « Frexit » et non des « faux opposants », ceux qui ne parlent jamais de quitter l’UE. Ces derniers ont fait allégeance.


                                                                                • Singala 5 février 11:32

                                                                                  @Legestr glaz

                                                                                  Ceux qui prétendent contester le système européen actuel ne font pas du tout peur à l’oligarchie euro-atlantiste, ils sont ultra-minoritaires...et le resteront...le temps que ce système s’effondre sous le poids de ses contradictions et de son illégitimité.

                                                                                  https://www.youtube.com/watch?v=vq90yPUMkmc

                                                                                  La vidéo est éclairante et ne fait que 4’37. Regardez bien le graphique à partir de 3’35.

                                                                                  Il montre l’évolution des votes pour le « parlement » européen depuis 1979. Résultat : toujours au minimum les 2/3 pour les eurolatres !

                                                                                  Ce graphique parle de lui-même : les pro-système (« socialistes » SD, en rose , macronistes et consorts en jaune, droite PPE en bleu clair) forment un bloc central indéboulonnable depuis plus de 40 ans.



                                                                                • Singala 5 février 11:40
                                                                                   "Un quart des eurodéputés corrompus !

                                                                                  Une raison de plus pour l’abstention-boycott des « élections » européennes !

                                                                                  Dans un article publié le 31 janvier 2024 par le très eurolâtre journal Le Monde, les journalistes Anne Michel et Vincent Nouvet font le point sur une enquête pilotée par la plate-forme d’investigation Follow the Money conduite par un consortium de 24 médias européens. On y apprend que près d’un quart des 704 eurodéputés actuellement en fonction ont été impliqués dans une affaire d’infraction à la loi ou de violation d’un règlement.

                                                                                  C’est à l’occasion de l’affaire dite du « Qatargate », qui éclate le 9 décembre 2022, que le « Parlement » européen a commencé à vaciller. Des images choc ont fait le tour du monde détruisant une image du « Parlement » européen déjà très abimée. On peut ainsi voir Eva Kaili, vice-présidente grecque du « Parlement » européen arrêtée avec quatre complices (des anciens ou toujours parlementaires), accusés d’avoir touché des pots-de-vin du Qatar et du Maroc pour favoriser le soutien à ces pays à Strasbourg, siège du « Parlement » européen. On voit aussi les images de 800 000 euros en cash découverts au domicile de Mme Kaili.

                                                                                  Une enquête officielle a été ouverte à Bruxelles pour corruption et blanchiment, qui reste en cours et qui avance à la vitesse de la tortue. Le « Parlement » européen est probablement l’institution structurellement la plus pourrie du système européen. Elle est à la pointe de la corruption et des influences étrangères.

                                                                                  On recense 253 affaires impliquant 163 « députés » européens (sur 704 !) concernant l’actuelle législature (2019-2024). Elles vont du vol de téléphone portable à la complicité de meurtre, en passant par le détournement de fonds publics européens. Mais trois sujets dominent : 45 affaires sont liées à la corruption ; 44 à la fraude et au détournement d’argent ; 46 au harcèlement moral ou sexuel (voir l’enquête de Politico).

                                                                                  La plupart des groupes politiques sont concernés. Par exemple Eva Kaïli est liée au groupe social-démocrate. Mais on trouve également 55 eurodéputés de l’extrême droite ou de la droite radicale mis en cause sur différents sujets, dont Jordan Bardella et Marine Le Pen pour le RN, et Nicolas Bay pour Reconquête le parti d’Éric Zemmour. On en trouve également 42 pour la droite conservatrice et 26 pour la gauche et les écologistes.

                                                                                  Autre exemple, il est reproché à 5 eurodéputés de s’être vu offrir des voyages de luxe en échange de rapports complaisants sur le déroulement d’élections dans des régimes autoritaires.

                                                                                  Le cas de Ioannis Lagos, ancien président du parti néonazi grec Aube dorée, dissous en 2020 après avoir été reconnu comme organisation criminelle, est hallucinant. En effet, il siège toujours en tant qu’indépendant au « Parlement » européen ! Il vote les textes et participe à des commissions parlementaires depuis sa prison en Grèce où il purge une peine de plus de treize ans pour avoir été impliqué dans le meurtre d’un rappeur et militant antifasciste à Athènes en 2013 !

                                                                                  Une eurodéputée italienne, Lara Comi (Forza Italia), a été reconnue coupable par la justice italienne de corruption au moyen de fausses factures lui ayant permis d’empocher 500 000 euros d’argent public. Elle continue néanmoins d’exercer son mandat de parlementaire malgré sa condamnation en octobre 2023 à quatre ans et deux mois de prison.

                                                                                  L’eurodéputé grec de gauche Alexis Georgoulis fait l’objet d’accusations de viol et de coups et blessures volontaires par la justice belge, qui a obtenu la levée de son immunité parlementaire en juin 2023. Il a été exclu de son parti, Syriza, et du groupe parlementaire de la gauche radicale, The Left.

                                                                                  Pour l’association Transparency International, les chiffres de cette enquête sont encore en deçà de la réalité. « Beaucoup d’informations liées aux députés n’étant pas accessibles au public, il y a un grand nombre d’affaires non révélées. »

                                                                                  Il y a en réalité une véritable impunité car ce qui compte pour le système de l’Union européenne c’est de maintenir l’illusion de la démocratie en faisant croire à l’existence d’un vrai Parlement et de vraies élections. Ainsi, toutes ces affaires ne sont pas portées devant les tribunaux et, lorsque c’est le cas, les infractions commises n’ont conduit pour l’instant qu’à la condamnation définitive de 23 eurodéputés seulement !

                                                                                  La leçon à retenir de ces événements est très simple : il faut dès maintenant engager une campagne de boycott-abstention pour les « élections » européennes du 9 juin 2024 !

                                                                                  Signez l’appel au boycott abstention !"

                                                                                  Jacques Nikonoff 
                                                                                  https://la-dynamique.fr/articles-a-la-une/.






                                                                                  • Singala 5 février 11:50

                                                                                    Jacques Nikonoff est l’animateur principal de la Dynamique Populaire Constituante.

                                                                                    https://la-dynamique.fr/

                                                                                    Ancien directeur d’ATTAC en 2005, lors de la victoire du NON au TCE, bataille dans laquelle l’ATTAC de l’époque, a joué un rôle essentiel. Depuis, ATTAC a « évolué » , est passé de l’anti-mondialisation à l’alter mondialisation, c’est tout dire.

                                                                                    De même aujourd’hui certains « opposants » sont alter Europe pour ne pas être anti Système-UE.


                                                                                    • yakafokon 6 février 23:03

                                                                                      La meilleure manière de faire réélire Emmanuel Macron, c’est de s’abstenir de voter aux élections européennes et surtout à l’élection présidentielle de 2024 !

                                                                                      De l’extrême-gauche ( Zemmour ), à l’extrême-droite ( Bardella ), c’est le ballet des faux-culs ! Ils veulent tous réformer l’Union Européenne...mais de l’intérieur, en sachant pertinemment que c’est impossible !

                                                                                      Pourquoi cette salope de Sarkozy vous a enfoncé dans la gorge la Constitution Européenne que vous aviez refusé par référendum ?

                                                                                      Parce qu’il savait qu’aucun changement n’était possible avec cette Constitution, savamment élaborée par les Etats-Unis pour empêcher tout rapprochement entre l’Union Européenne, la Fédération de Russie, et la C.E.I., ce qui constituerait un bloc économique allant du Cap Gris Nez jusqu’à la frontière chinoise !

                                                                                      Ce serait la fin de l’hégémonie américaine sur vieux continent !

                                                                                      Le seul qui ait vu clair dans la magouille anglo-saxonne a été le Général De Gaulle qui a retiré la France de l’ O.T.A.N. ( mais Sarkozy s’est empressé de l’y remettre par voie parlementaire ).

                                                                                      Mais maintenant, c’est un autre De Gaulle ( même intelligence stratégique et même amour de la France ) que notre gamin colérique va devoir affronter : François Asselineau, le président depuis 17 ans de www.upr.fr que Macron a fait interdire de tous les plateaux-télé et des émissions radio !

                                                                                      En effet devant un haut-fonctionnaire comme Asselineau, qui s’est occupé de la stratégie économique de la France sous 4 présidents, notre Macrounet n’aurait pas pesé bien lourd.

                                                                                      C’est d’ailleurs en voyant la tournure que prenaient les évènements, que François Asselineau a quitté le Ministère de Finances et fondé son Mouvement : l’U.P.R.

                                                                                      Actuellement sur les réseaux sociaux comme l’U.P.R. il est crédité de 1.500.000 followers ! C’est le seul qui veut sortir de L’Union Européenne, de la B.C.E., et surtout de l’ O.T.A.N. ( Constitution Européenne article 50, et article 13 de la partie défense pour sortir du piège à cons qu’est l’ O.T.A.N.).

                                                                                      Tous les autres sont : ou trop cons pour comprendre, ou des traitres qui vendent notre pays ( pour un plat de haricots rouges du Texas ).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité