• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 8 propositions pour moderniser la vie politique

8 propositions pour moderniser la vie politique

Face au rejet croissant des citoyens pour une vie politique de plus en plus sclérosée, moderniser les institutions est devenu une urgente nécessité. Si rien n’est fait, les fonctions électives se trouveront très vite totalement décrédibilisées, ce qui ouvrirait la porte soit à la paralysie, soit au chaos. Les propositions énoncées ici ont pour ambition de donner quelques clés des réformes indispensables pour relancer le fonctionnement de la démocratie française... 

Avant toute chose il convient d’évoquer le mode de fonctionnement de l’exécutif en France. Un modèle – unique dans les grandes démocraties – que l’on peut qualifier d’« hybride » car ni complètement de type présidentiel comme aux Etats-Unis, ni résolument de type parlementaire primo-ministériel comme en Allemagne, en Espagne, en Italie ou au Royaume-Uni. Dans la presque totalité des pays européens, le Président (ou le monarque) ne dispose d’aucun pouvoir exécutif : il est un simple garant des institutions, en charge, conformément à la volonté populaire, de nommer le Premier ministre issu de la majorité sortie des urnes lors des législatives, et de veiller au respect de la Constitution dans l’exercice du pouvoir par le Premier ministre et son gouvernement.

Comparé au fonctionnement politique des autres nations, notre modèle semble pour le moins « baroque ». Et de fait il l’est, au point d’avoir occasionné à différentes reprises au cours de la Ve République de vives tensions entre les deux têtes de l’exécutif, directement dépendantes de l’interprétation de l’article 20 de la Constitution. Que dit cet article ? « Le gouvernement détermine et conduit la politique de la France ». Encore faut-il savoir qui incarne la tête de ce « gouvernement ». Est-ce le chef de l’État, en tant que Président du Conseil des ministres ? Ou bien le Premier ministre ? Sur ce point-là, pourtant crucial, les constitutionnalistes varient dans l’interprétation. Et c’est ainsi que l’on ne sort pas de l’ambiguïté, le curseur de l’autorité allant de l’Élysée à Matignon, et de Matignon à l’Élysée, selon les circonstances ou les personnalités en poste dans l’un et l’autre palais de la République.

Il semble évident que la toute première réforme à introduire pour moderniser nos institutions serait d’éradiquer définitivement cette dualité pénalisante qui, au-delà des querelles, ne va pas sans opacifier les processus de décision, parfois de manière très inopportune. Mais il ne faut pas se faire d’illusions : les Français, dans leur grande majorité, seraient vent debout contre la mise en place d’un système à l’allemande ou à la britannique qui les priverait de l’élection au suffrage universel du chef suprême de l’exécutif. Exit donc la possibilité d’un Premier ministre façon Cameron ou Merkel. Dès lors, la modernisation des institutions doit être recentrée sur d’autres objectifs, principalement axés sur la représentation nationale et le renforcement des droits citoyens du peuple.

 

Représentation nationale

En tout premier lieu, il importe de redonner de la crédibilité à notre représentation nationale, actuellement accaparée par les partis dits « de pouvoir », et de surcroît sclérosée par les chantages à l’investiture qu’exercent les appareils pour faire taire leurs oppositions internes. À ces défauts s’ajoutent la montée de l’abstention et les conséquences du système uninominal majoritaire qui, en cumulant leurs effets, engendrent cette insupportable réalité : 50 % des Français ne sont pas représentés à l’Assemblée Nationale !

Dans une nation où l’on brandit volontiers le label de « Pays des Droits de l’Homme et du Citoyen », il s’agit là d’un grave et choquant déni de démocratie. Malgré les discours, aucun grand leader n’entend pourtant remédier à cet état de fait. Et pour cause : le système en place interdit de facto l’émergence au niveau national des nouvelles forces politiques qui aspirent à donner un souffle nouveau à la vie politique : soit elles se rangent derrière la bannière des partis puissants, moyennant quelques aumônes en termes de postes d’élus, soit elles sont condamnées à rester dans un rôle de figurantes, incapables d’empêcher les partis dominants de continuer à se « partager le gâteau ». C’est pourquoi il faut impérativement redéfinir le système de représentation. Deux options sont possibles : le retour à la proportionnelle intégrale, ou l’introduction d’une dose significative de proportionnelle.

Dans le cas de la proportionnelle intégrale, les adversaires évoquent le risque de voir ressurgir des assemblées ingouvernables comme ce fut le cas sous la IVe République. Cet argument est pourtant démenti par les pratiques de la plupart de nos voisins chez qui ce mode de scrutin a, dans une vision plus moderne de l’action politique, induit l’émergence de coalitions de gouvernement basées sur des compromis. Autre grief des opposants, la déconnection des députés de leur terroir d’origine : des « députés hors sol », ironisent les adversaires de la proportionnelle intégrale. Certes ! Mais le rôle des députés consiste à élaborer et à voter des lois nationales, pas des textes à portée locale. Une réalité bien souvent perdue de vue par ces conservateurs.

Les Français n’en sont pas moins attachés à l’élection de leur député. C’est pourquoi la solution la plus raisonnable consiste très probablement à mettre en place un mix des deux systèmes. D’où la 1ère proposition : introduction de 50 % de députés élus au scrutin proportionnel. Ce qui implique un élargissement des circonscriptions pour compenser la cession de la moitié des sièges aux députés élus sur les listes proportionnelles.

A cet égard, et tant qu’à reconstruire la carte électorale en ne gardant qu’un à deux députés par département selon les cas, pourquoi ne pas en profiter pour réduire de manière significative le nombre des représentants du peuple à l’Assemblée Nationale ? 577 est un nombre à l’évidence beaucoup trop élevé, et la majeure partie des démocraties fonctionnent parfaitement avec des effectifs nettement plus réduits en proportion de leur population. 2e proposition : réduction du nombre des députés à environ 300.

 

Moralité de la vie publique

Encore faudrait-il dans l’avenir que ces députés, de même que l’ensemble des élus de la nation, à tous les niveaux de la vie publique, se montrent exemplaires dans l’exercice de leurs fonctions électives s’ils veulent recouvrer le respect du peuple français. Il s’agit là d’un impératif de moralité devenu, à juste titre, une urgente nécessité aux yeux de nos compatriotes. Conséquence de ce constat, la 3e proposition : rendre inéligibles à vie les élus condamnés dans le cadre de leur fonction à l’un des délits suivants : abus de biens sociaux, corruption active ou passive, faux et usage de faux en écritures publiques, prise illégale d’intérêt, trafic d’influence.

Écarter ces « brebis galeuses » qui déshonorent leur mandat n’est toutefois pas suffisant pour redonner confiance aux Français dans le personnel politique. Les élus étant très souvent considérés – non sans raisons – comme des carriéristes bien décidés, souvent grâce à des soutiens de réseaux ou à des mesures clientélistes, à s’enraciner durablement dans des fonctions cumulatives, il faut aller plus loin. D’où la 4e proposition : limiter à deux le nombre des mandats dans une même fonction élective. Dans le même temps, sans doute faudrait-il également renforcer la loi sur le non-cumul de janvier 2014 en limitant pour les élus français leur participation à de multiples instances dans les structures intercommunales, mais cette question ne peut être facilement tranchée. 

Reste que nul, parmi les électeurs, ne peut être assuré qu’un élu local en charge d’un exécutif respectera les engagements qu’il a pris en campagne pour assurer son élection. À la décharge des élus, il est vrai qu’ils peuvent, au cours de leur mandat, être confrontés, notamment sur le plan socio-économique, à des contraintes imprévues de nature à modifier sensiblement la ligne de gestion initialement envisagée. Encore conviendrait-il que ces élus s’en expliquent de manière claire et continue, ce qui est très rarement le cas actuellement. La 5e proposition va dans le sens de cette nécessaire transparence : convoquer chaque année un Jury citoyen dans chaque collectivité locale, à charge pour ce jury – composé d’électeurs tirés au sort – de confronter les responsables de l’exécutif concerné à leurs engagements ; les réponses des élus sont ensuite consignées dans un procès-verbal diffusé au niveau pertinent dans la presse locale ou régionale afin d’être porté à la connaissance du plus grand nombre des électeurs de ladite collectivité. D’aucuns vont plus loin encore en évoquant la création d’un « référendum révocatoire ». Pourquoi pas ? Cette piste pourrait être envisagée ultérieurement si les Jurys citoyens ne suffisent pas à maintenir les élus dans les rails de leurs engagements.

 

Du bon usage de la Démocratie

Cela nous amène à parler plus largement de référendum. En 2008, Nicolas Sarkozy a fait voter par le Congrès un texte autorisant la mise en œuvre d’un « Référendum d’Initiative Partagée » présenté comme une grande avancée pour les Français. Il n’en est rien : entre l’implication des députés dans le processus et le nombre exorbitant de signatures de citoyens nécessaires, les modalités de ce RIP le rendent quasiment impossible à mettre en œuvre, son champ d’action étant de surcroît beaucoup trop limité.

C’est donc vers le modèle suisse qu’il convient de regarder si l’on veut redonner au peuple une voix confisquée par les élus. Et cela au moyen de la 6e proposition  : créer un Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) mis à la disposition des Français pour s’exprimer sur les sujets de leur choix dès lors qu’ils s’estiment dépossédés par leurs représentants d’une décision qui leur appartient. À l’exception de quelques thèmes régaliens à définir, tous les sujets pourraient donner lieu à un RIC. Comme dans la plupart des pays qui pratiquent cet exercice de démocratie directe, le déclenchement du RIC pourrait se faire dès lors qu’une proposition de référendum a recueilli les signatures de 5 % des électeurs inscrits sur les listes électorales au niveau concerné (contre 10 % dans le RIP).

Un recueil de signatures citoyennes est également devenu une nécessité pour parrainer les candidats à l’élection présidentielle, en lieu et place des signatures de grands électeurs sujettes à des chantages partisans et à des manœuvres d’appareil, sources de récurrentes polémiques. C’est l’objet de la 7e proposition : autoriser à se présenter à l’élection présidentielle tout citoyen ayant recueilli sur son nom 500 000 signatures de Français inscrits sur les listes électorales.

Enfin, l’abstention – à tous les niveaux et en toutes circonstances – doit être combattue, non par l’anathème ou la disqualification morale, mais en donnant aux électeurs mécontents de l’offre politique une possibilité d’exprimer ce rejet de manière démocratique dans les urnes. D’où cette mesure, réclamée à juste titre par un nombre croissant de nos compatriotes, qui fait l’objet de la 8e proposition : reconnaître le vote blanc dans les suffrages exprimés afin de permettre aux électeurs qui le souhaitent de manifester leur opposition aux candidats en présence et de peser le cas échéant sur les résultats, ce qui n’est pas le cas actuellement.

D’autres questions pourraient être abordées, et sans doute le seront-elles tôt ou tard. Parmi elles, l’éventuelle suppression du peu utile Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE), ainsi que l’avenir du Sénat. Très contesté, celui-ci pourrait, comme le CESE, être appelé à disparaître. À moins que, sur le modèle allemand, il ne devienne – avec un effectif allégé – une chambre des Régions comme l’est le Bundesrat relativement aux Länder.

Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : les institutions françaises doivent impérativement être réformées pour aller dans le sens des légitimes attentes de nos concitoyens, soit dans le cadre d’une Ve République rénovée, soit dans celui d’une VIe République. D’ores et déjà, François Hollande a la possibilité de faire un pas dans la bonne direction en soumettant à référendum quelques points faisant consensus dans l’opinion. Le fera-t-il ? Sans doute pas, car sur de nombreux points la classe politique devrait accepter de voir ses prérogatives réduites. Le statu quo devrait donc l’emporter. Mais il ne faudra pas que les caciques des partis dominants s’étonnent si, dès 2017, la marée populiste continue de monter, portée par le mécontentement, voire la colère, de tous les laissés pour compte de l’action politique. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

180 réactions à cet article    


  • JL JL 14 décembre 2015 18:34

    Je ne suis pas capable de juger de ces choses,


    mais je crois pouvoir dire que cet aspect hybride que vous évoquez, est problématique surtout en cas de cohabitation.

    Or le système actuel - les législatives dans la foulée des présidentielles - nous met à l ’abri de cette éventualité.

    Maintenant, qu’il y ait des choses à changer, pourquoi pas : je suppose qu’il serait utile de se baser sur des travaux existants en la matière, non ?

    • Fergus Fergus 14 décembre 2015 18:55

      Bonsoir, JL

      « cet aspect hybride (...) est problématique surtout en cas de cohabitation. »

      C’est tellement vrai que le rôle du Président se réduit alors de manière drastique, l’essentiel des pouvoirs étant dans les mains du Premier ministre. Il s’agit là des conséquences d’une aberration constitutionnelle.

      Mais, contrairement à ce qui est affirmé parfois un peu rapidement, ce cas de figure peut se reproduire malgré le quinquennat. Et cela dès la prise de mandat par le Président si celui-ci ne parvient pas à disposer d’une majorité parlementaire, ce qui pourrait être le cas d’une Marine Le Pen à l’Elysée !

      Cela pourrait très bien survenir également en cas de vote d’une motion de censure qui imposerait au Président de dissoudre l’Assemblée. Sauf à le voir démissionner en même temps pour éviter ce risque de dualité. Mais qui peut croire qu’un président puisse démissionner : l’Elysée n’est jamais aussi tranquille qu’en période de cohabitation, Chirac pourrait en témoigner ! smiley


    • ASTERIX 5 février 16:28

      @JL

      3000 COMMUNAUTES DE COMMUNES 100 DEPUTES ..................... 0 SENATEUR

      + TAXE TOBIN SUR LES DEPLACEMENT DE CAPITAUX AVEC CE GROS BENEFICE il n’ y aurat plus de problèmes pour nos retraites meme en les augmentant de 50% les RETRAITES EN DESSOUS DE 2000 EUROS ET LE SMIC

      50% DE RETRAITE EN MOINS AU DESSUS DE 6000 EUROS DE RETRAITE


    • Fergus Fergus 14 décembre 2015 18:44

      Bonjour, Verdi

      La baisse des indemnités ne me semble pas prioritaire dans la mesure où celles-ci sont à un niveau qui correspond grosso modo au salaire d’un cadre supérieur pour un député (un peu plus de 5000 euros nets par mois). Là où il y a problème, et je vous suis sur ce point, c’est sur l’utilisation de l’indemnité annexe de frais de mandat (environ 4500 euros net) pour laquelle il n’est pas demandé suffisamment de justificatifs par la questure.

      Quant au cumul des indemnités, il devrait très largement diminuer avec les effets de la loi sur le non cumul qui entrera en vigueur en 2017. Restent les indemnités de présidence de syndicats divers, type Sivom, qui devront là aussi être drastiquement plafonnées.

      Le Sénat, je l’ai évoqué en fin d’article. Faut-il le supprimer totalement ? Je n’en suis pas sûr, d’autant que les sénateurs font en commissions un travail technique souvent de meilleure qualité que celui des députés. Faut-il le fusionner avec le CESE comme certains le préconisent ? Pourquoi pas ? Faut-il enfin, comme je l’ai évoqué, le transformer en une sorte de Bundesrat à la française ? Très franchement, je n’en sais rien, si ce n’est que tout cela demanderait une étude approfondie.

      Une chose est sûre : s’il est maintenu dans l’avenir, le Sénat devra lui aussi passer par une phase d’amaigrissement.


      • Jason Jason 14 décembre 2015 19:20

        @Fergus

        Vous voulez mettre ce bon gros M. Larcher au régime ? Le pauvre !

        De la bouche de ce président, au demeurant fort capable de bien tenir son navire, il y aurait à la disposition du Sénat 1 milliard d’Euros de trésor qui sert à « fluidifier » les rapports avec différentes instances, surtout municipales qui élisent en grande partie les sénateurs.

        Une autre émission vue à la télé sur LCP indique que, tous frais compris (primes, émoluments divers, traitements, retraites, etc), chaque sénateur coûte au budget national 23.000€ par mois. Ca ne fait pas un petit peu trop ?

        De Gaulle avait essayé de supprimer le Sénat, purement et simplement, par référendum. Les français s’y sont opposés. Alors, on fait quoi ?

        Je reprends la parole du grand homme : « les français sont des veaux ».


      • Fergus Fergus 14 décembre 2015 19:28

        Bonsoir, Jason

        L’utilisation de ces fonds par les sénateurs est un peu mieux contrôlée par la questure, mais le fait est qu’ils devraient disparaître totalement car il ne servent qu’à alimenter les clientélismes en arrosant les grands électeurs, non à titre personnel, mais au bénéfice de leur collectivité, meilleur moyen pour ces derniers de se faire réélire avant de réélire à leur tour le généreux sénateur. Et c’est ainsi que la boucle est bouclée !

        Supprimer le Sénat, je n’y suis pas hostile, mais comme je l’ai écrit plus haut en réponse à Verdi, il y a d’autres pistes...


      • Fergus Fergus 14 décembre 2015 19:47

        @ Verdi

        « Il nous faut nous inspirer des pays nordiques. La politique ne doit plus être une source d’enrichissement. »

        On ne va pas avant de très longues années devenir des Suédois. Néanmoins, je suis évidemment d’accord sur le principe.

        Pour ce qui est du Sénat, je ne crois pas que l’on puisse réduire la question de son avenir à une proposition simple, sauf à envisager sa totale disparition.


      • astus astus 14 décembre 2015 18:58

        Bonsoir Fergus,

        Ces propositions me semblent aller dans le bon sens mais il faudrait je crois davantage découpler l’élection présidentielle des législatives. Le mandat de 5 ans est une erreur qui conforte cette liaison : je pense personnellement que le retour à un mandat de 7 ans non renouvelable serait préférable. Sur le nombre de députés (577 chez nous contre 245 pour l’Inde qui a 1,252 milliard d’habitants), les chiffres parlent d’eux-mêmes ! Quant au Sénat il n’a guère d’utilité aujourd’hui mais coute très cher à l’État. D’accord aussi pour une dose de proportionnelle permettant une représentation plus juste des citoyens, dont beaucoup votent pour le FN pour la raison simple que tous les autres partis les ont tout simplement abandonnés à leur (souvent) triste sort. Enfin tout ce qui peut permettre une mobilisation plus active de l’ensemble des citoyens comme les référendums d’initiative citoyenne me semble une excellente idée. La passivité des citoyens entraine de facto une politique nulle comme celle d’aujourd’hui car il n’y a aucun contre pouvoir, ce qui nourrit la désespérance.
        Cordialement

        • Fergus Fergus 14 décembre 2015 19:42

          Bonsoir, astus

          Découpler la présidentielle des législatives, pourquoi pas ? Mais on perd l’homogénéité quasi automatique qui donne aux vainqueurs actuels la possibilité de gouverner dans des conditions favorables à la mise en œuvre d’un programme. En théorie, bien sûr !

          Peut-être faudrait-il aller plutôt qu’un découplage total vers une solution à l’américaine, avec une Assemblée nationale renouvelable pour moitié en concomitance avec la présidentielle, et pour moitié à mi-mandat.

          Retour à un mandat de 7 ans, fût-il unique ? Imaginez 7 ans de Sarkozy, ou 7 ans de Hollande., sans pouvoir leur botter le train : l’horreur ! Personnellement, vous l’avez compris, j’y suis opposé.

          Refuser la proportionnelle au motif d’un risque FN comme le font certains n’est pas sérieux. Au train où vont les choses, ce parti fera de toute façon son retour dans l’hémicycle. Autant l’admettre et faire en sorte que cesse un scandaleux déni de justice électorale qui ne frappe pas seulement le FN., mais d’autres partis.

          J’ajoute à cela qu’en introduisant cette dose significative de proportionnelle, Hollande se donnerait les moyens de négocier avec EELV une alliance pour le 1er tour de la présidentielle. Mais il s’agit là de « politique politicienne ». smiley


        • zygzornifle zygzornifle 14 décembre 2015 19:51

          la 1er étant de les mettre au SMIG, on verra ainsi ceux qui ont vraiment l’intention de sortir la France du chaos


          • Fergus Fergus 14 décembre 2015 20:01

            Bonsoir, zygzornifle

            « Les mettre au Smic »

            Un peu dur, non ? Car c’est souvent un boulot de chien. Mais réduire les indemnités, pourquoi pas ?

            Là où il y aurait des économies à faire, c’est dans les collectivités locales où l’on trouve pléthore d’adjoints dont beaucoup ne sont pas justifiés. Tout cela parce qu’une indemnité d’adjoint est nettement plus juteuse que celle d’un simple conseiller.


          • zygzornifle zygzornifle 14 décembre 2015 19:52

            le 1er ministre et le ministre des finances veillent
            sur la sécurité de leurs indemnités.
            Une semaine après les attentats. instructif !

            Une fois encore entre le discours et les actes.il y a un MONDE ! ! !
            http://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2015/11/20/FCPB1525740D/jo
            Se remplir les poches d’abord, le 13 novembre est déjà oublié,
            . et ils n’ont toujours pas compris pourquoi


            • sarcastelle 14 décembre 2015 20:02

              Quelles que soient les réformes politiques, j’aimerais voir une clause de sécurité empêchant (hors cas d’un système proportionnel) que malgré les résultats d’une élection législative, aucun parti ne puisse disposer d’une majorité au parlement avec une minorité dans le pays. 


              Ce n’est jamais arrivé en France, mais il n’y a pas d’empêchement théorique. Cela a manqué de peu arriver en Allemagne il y a quelques années ; il s’en fallut de quelques milliers de voix. Enfin, c’est arrivé pour finir extrêmement mal, au Chili. 



              • Fergus Fergus 14 décembre 2015 20:06

                Bonjour, sarcastelle

                Difficile de lutter contre une telle éventualité tant que l’on admet un fonctionnement par circonscriptions. Le seul rempart est la proportionnelle intégrale.


              • petit gibus 14 décembre 2015 20:38
                Salut Fergus
                Voilà des mesures qui pour moi coulent de source
                mais...........
                qui risquent de dégouter pas mal d’anciens et de nouveaux candidats smiley

                Que feras-tu si tu ne trouves pas assez d’âmes généreuses,
                pour former des listes et pratiquer cette révolution ?

                Serons nous obligés de faire un tirage au sort de nos représentants ?

                Bon occulte mes bêtises smiley

                Et merci pour tes réflexions

                • Fergus Fergus 14 décembre 2015 20:47

                  Salut, petit gibus

                  Mon but n’est pas d’initier une « révolution » - qui suis-je pour cela ? - mais de mettre en débat les mesures qui me semblent les plus urgentes.

                  Je ne crois pas au tirage au sort des représentants. Pas plus qu’au mandat impératif.

                  Bonne soirée


                • petit gibus 14 décembre 2015 21:05
                  Désolé mais malgré tes réticences
                  le nouveau conseil de la 6ème république
                  étant donné l’urgence
                  t’as tiré au sort pour en être
                  le nouveau président pour sept ans smiley

                  • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 14 décembre 2015 21:19

                    Bonsoir,
                    Le premier paragraphe est un mensonge bien tourné(les exemples étranger),mis depuis longtemps en valeur. Sous différent types d’intro,en fonction des évènements,pas plus.Explique moi ,dans tout cela une différence quant au résultat final ? moi je ne vois rien,depuis toujours. Suis je aussi con ?
                    Le reste de ma lecture n’est pas plus brillante.A l’exemple de la démocratie Suisse.Celle là devrait-être un modèle ? Effectivement mais il y a un énorme problème ! C’est le fait que les Suisses sont peu nombreux ,propriétaires terrain Etc ....cela ne peux s’accorder avec la France, au niveau échelle.
                    Cela serait bien dans le meilleur du monde,dans le futur peut-être quand il y aura beaucoup moins de masse populaire(le peuple en fait)autochtone légaux.Toujours du vent ,et il souffle toujours dans le même sens.
                    Oui, des idées,mais j’ai bien peur que cela ne serve qu’aux mêmes.
                    Bonne soirée


                    • Fergus Fergus 14 décembre 2015 22:46

                      Bonsoir, hervepasgrave !

                      « Le premier paragraphe est un mensonge bien tourné(les exemples étranger) »

                      Mensonger ? En quoi ?

                      Je n’ai jamais dit que la démocratie suisse était un modèle. Mais l’usage du RIC en est un, à mon avis. Le seul véritable problème qu’il pose est son usage trop fréquent qui banalise cette procédure et qui peut créer une certaine instabilité. Tout est donc dans le bon niveau de déclenchement.

                      Quoi qu’il en soit, je mets cette compilation d’idées sur la table. A chacun de voir si certaines lui semblent pertinentes.


                    • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 15 décembre 2015 20:57

                      @Fergus
                      bonsoir en fait je ne sais pas quoi te dire ! Mais parler de près ou de loin des autres pays ,n’est pas la bonne chose.Je suis Français,voila ! les autres font se qu’ils veulent ou acceptent.Parler des affaires Françaises est un tout en soi. Voila ma seule réponse.
                      Je le sais que l’ont nous vends depuis des décénnies des vertus étrangères,mais c’est à tort.Nous entendons des sons de cloche de belles salopes « politiques, journalistes,commentateurs de tous poils, et autres quidam » Cela me saoul. Car la vérité est toute contraire.Autant sur le courage,l’efficacité etc... c’est reconnu « et oui dans d’autres pays » ici tout est perverti ,par des gens pervers.
                      Peu pas faire ou dire mieux.
                      Bonsoir


                    • Fergus Fergus 15 décembre 2015 22:44

                      @ hervepasgrave !

                      Merci pour ce conseil de lecture. Je ne manquerai pas de lire ce texte lorsque j’aurais un peu plus de temps.

                      Bonne nuit.


                    • gruni gruni 14 décembre 2015 21:26

                      Bonsoir Fergus 


                      Voilà une intéressante réflexion qui me convient dans l’ensemble. Petit bémol sur la septième proposition, mais autrement une seule tête pour l’exécutif, et une dose de proportionnelle, c’est du bon sens. Réduire la machine législative et la rendre plus efficace est une nécessité. Reste que la 5ème et très difficile à secouer. Qui osera ?

                      • Fergus Fergus 14 décembre 2015 22:53

                        Bonsoir, gruni

                        « Reste que la 5ème et très difficile à secouer. Qui osera ? »

                        Qui osera, en effet, réformer de manière significative cette Constitution, ou mieux encore, bâtir celle d’une VIe république plus conforme à l’époque et aux aspirations du peuple ?

                        Très franchement, je n’ai pas la réponse. Si ce n’est ce que j’ai proposé en conclusion de l’article : que Hollande donne le ton en mettant au référendum quelques avancées attendues par les Français. Ce faisant, il ne prendrait aucun risque de rejet et pourrait même en tirer avantage pour lui-même, fût-ce en provoquant quelques grognements ici et là chez les baron du PS.


                      • vesjem vesjem 14 décembre 2015 21:27

                        fergus , tu as oublié une mesure simple qui neutralise tous les lobbies et rend le vote des élus dans les assemblées libres de toutes pression ou directive d’appareils :

                        LE VOTE A BULLETIN SECRET DANS TOUTES LES ASSEMBLEES POLITIQUES


                        • Fergus Fergus 14 décembre 2015 22:55

                          Bonjour, vesjem

                          En effet, c’est le meilleur moyen de se prémunir de l’action des lobbies, si nombreux dans les allées du pouvoir.

                          Excellente proposition !


                        • AnthonyDT AnthonyDT 15 décembre 2015 12:43

                          @Fergus

                          Mais après difficile de montrer la différence entre les propos et les décisions d’un élu...


                        • Fergus Fergus 15 décembre 2015 13:55

                          Bonjour, AnthonyDT

                          C’est le revers de la médaille. Comme quoi toutes les bonnes idées peuvent être porteuses d’effets pervers.


                        • vesjem vesjem 16 décembre 2015 19:33

                          @AnthonyDT
                          que du baratin , pour dissimuler les lobbies ;


                        • vesjem vesjem 16 décembre 2015 19:42

                          @AnthonyDT
                          tu préfères donc l’action secrète des lobbies contre la liberté réelle des élus ?
                          savoir qui vote quoi , quelle importance puisque aujourd’hui le peuple sait que tout élu (comme nous-même d’ailleurs) est corruptible et « achetable » ; c’est une question de prix ;
                          les « affaires » ne sortent plus car ils ont trouvé le moyen de les dissimuler ;
                          serais-tu un défenseur des élus ?


                        • Attilax Attilax 14 décembre 2015 22:17

                          Pas mal, tes propositions, Fergus ! C’est clair que ce serait moins pire, et qu’il y aurait beaucoup plus de choix... Je préfère la démocratie directe, mais cette forme de république pourrait valoir le coup et être une étape. Ça re-politiserait les gens. Bravo pour la synthèse.


                          • Fergus Fergus 14 décembre 2015 22:56

                            Bonsoir, Attilax

                            Merci pour ton commentaire.

                            Re-politiser nos compatriotes me semble en effet un enjeu majeur pour l’avenir.


                          • Attilax Attilax 15 décembre 2015 22:13

                            @Fergus
                            Oui, c’est le gros problème aujourd’hui : tout est fait pour que l’électeur ne s’occupe surtout pas de ce qui se vote dans son propre pays... Nous ne sommes pas toujours d’accord sur les détails, Fergus, mais je pense qu’on est d’accord sur le fond : il faut trouver un moyen de redonner au citoyen un vrai pouvoir politique. Et la première des choses à faire est bien de persuader mr X que son avis compte et doit peser, et de lui pouvoir lui prouver que c’est le cas. Tes propositions sont évidentes, excellentes, mais quel homme politique les mettra en place ? Je ne le vois pas...
                            Ce que je vois aujourd’hui, c’est que le mieux est encore de voter blanc, car donner sa voix à quelqu’un qui se fout de votre gueule, c’est vraiment complètement inutile, pour rester politiquement correct... Et ils se foutent TOUS de notre gueule. C’est ça, la vraie porte ouverte au FN.


                          • Fergus Fergus 15 décembre 2015 22:38

                            @ Attilax

                            Je partage complètement ton point de vue. Et c’est vraiment désolant.

                            J’espère simplement que des propositions comme celles-ci, ou d’autres qui vont le même sens s’imposeront quand même dans un avenir proche, sinon en totalité, du moins partiellement. Faute de quoi, comme tu l’as souligné et comme je l’ai écrit en fin d’article, cela renforcera le FN.

                            Bonne soirée.


                          • alain 14 décembre 2015 22:23

                            Vos propositions sont intéressantes, il y a probablement à amener quelques améliorations dans nos institutions, comme une dose de proportionnelle, le non cumul (plus strict) des mandats, la moralité (les jugements devraient prononcer l’inéligibilité des politiques délinquants, c’est déjà possible, mais pas assez appliqué). Concernant les émoluments des politiques, il ne sont plus excessifs quand il n’y a plus cumul (un sénateur pourrait très bien être proche du local sans être chef d’exécutif d’assemblée locale). On devrait aussi exiger plus de présence à l’assemblée nationale.

                            Mais ce ne sont pas les institutions qui sont le plus en cause : il y a maintenant plus de 30 ans que les français croient que la résolution de leurs problèmes devraient venir essentiellement des politiques et que ces problèmes peuvent être résolus dans une France indépendante du reste du monde. Déçus par les promesses droitières de Sarkozy non tenues, puis par les promesses socio-économiques de gauche, puis de droite, de Hollande non tenues, ils se tournent maintenant de plus en plus par ceux qui font croire, à leur tour, qu’ils détiennent la solution : l’enfermement pays à l’intérieur de ses frontières.

                            Les français (pas tous heureusement), ont une mauvaise lecture du monde. La France, aussi patriote qu’on voudrait l’âtre, est un département à l’échelle du monde, une région à l’échelle de l’Europe. Certes elle a encore de beaux restes, mais c’est bien dans le cadre de l’Europe qu’il faudra résoudre les problèmes, pour peser face à la Chine, aux Etats Unis, au Japon, à l’inde, au Brésil, à la Russie, et également face au terrorisme.
                            Un débat intelligent, c’est comment peser dans l’Europe, et surtout comment l’Europe doit peser dans le monde. C’est à dire, pour un sujet qui nous intéresse au plus au point, comment l’Europe doit être plus forte pour améliorer l’emploi globalement dans l’Europe, et plus particulièrement dans les pays qui ont le plus de retard (Espagne, Italie, France, Portugal, Grèce,...). C’est cela le défi.

                            Une fois pris un peu de hauteur, on voit alors que les discours de nos ténors politiques, de droite, de gauche et du Front National, sont complètement et exclusivement centrés sur la France, qui est une échelle devenue inadaptée...face à la Chine et aux défis planétaires.

                            L’autisme des politiques est nourri par celui des Français, et vice versa. Le problème gauche-droite-FN est seulement un problème d’irréductibles gaulois !


                            • Fergus Fergus 14 décembre 2015 23:06

                              Bonsoir, alain

                              Un grand merci pour ce commentaire.

                              Il est vrai qu’aussi efficaces et respectueuses du peuples qu’elles soient, les institutions ne façonnent pas la ligne politique suivie par l’exécutif. Mais du moins peuvent-elles contribuer à intéresser les Français et à les faire réagir à cette politique par le biais de moyens d’action plus efficaces en direction des élus.

                              Je partage totalement votre vision de la place de la France dans le monde et en Europe. Il ne peut y avoir de retour aux frontières intérieures pour les raisons que vous avez évoquées. Cela dit, il y a effectivement un défi européen, et les Traités en vigueur montrent qu’ils ne sont pas adaptés. Le défi consistera sans doute à les modifier pour rendre plus efficace la politique de l’UE en matière sociale, mais aussi en matière environnementale.


                            • Pere Plexe Pere Plexe 14 décembre 2015 22:47

                              Bonsoir Fergus,

                              Beaucoup de bonnes idées.
                              Juste quelques remarques

                              Concernant le point 1.En fait un député est (ou devrait être) un représentant du peuple.
                              De tout le peuple. Pas de sa circonscription ou de son parti.C’est vrai qu’on à un peu perdu de vue cette théorie tant nos députés se comportent autrement privilégiant de petits avantages locaux (voir particuliers) au bien de tous.

                              Ce qui en découle est qu’il faut impérativement revoir le fonctionnement des partis qui sclérose le débat et le renouvellement des élus.Le rapport de force entre partis et Candidats/élus est a rééquilibrer en faveur des hommes.

                              Enfin à votre jury (point 5) je préfère doter l’opposition d’un pouvoir de contrôle accru.Il serait bon aussi que des organismes genre Cours des comptes aient des pouvoirs afin d’agir ou avertir avant s’il juge un projet politique inadapté.Les décisions restant bien sur aux élus.

                              De même il est impératif de nous doter d’entités police/justice dédiée aux élus et collectivités avec des pouvoirs ad hoc et une indépendance garantie. 

                              En ces périodes de Noel rêvons un peu...

                              • Fergus Fergus 14 décembre 2015 23:22

                                Bonsoir, Pere Plexe

                                Les partis sont malades, c’est une évidence. Et qui plus est, ils fonctionnent sur de vieux modèles clivants qui ne sont plus en phase avec l’évolution de la société et des attentes des citoyens.

                                Ils vont donc devoir se réformer. A cet égard, moi qui n’appréciait pas Xavier Bertrand tel qu’on l’a connu avant les Régionales, j’ai été frappé par la lucidité de ses propos le soir de son élection, et plus encore par ceux qu’il a tenus ce soir dans le JT de France 2. Enfin, un homme politique a osé dire que tous les caciques, à quelque bord qu’ils appartiennent, faisaient fausse route et devaient impérativement s’engager dans une voie différente, plus consensuelle et réellement à l’écoute des messages du peuples. Remarquable !

                                Le point 5 est destiné à obliger les élus à rendre compte tout au long de leur mandat, et pas seulement dans une publication de collectivité entièrement sous contrôle. Cela dit, renforcer les pouvoirs de contrôle de l’opposition est également une bonne chose

                                Difficile de mettre en place une procédure de contrôle en amont de la faisabilité des projets, eu égard au nombre et à la diversité des collectivités. Mais il y a peut-être une piste à creuser...

                                Pour ce qui est d’une branche judiciaire dédiée aux élus, je ne suis en revanche pas d’accord car elle risquerait, malgré l’affichage, d’être accusée, soit d’un manque d’indépendance, soit au contraire, d’être un contre-pouvoir partisan.


                              • baldis30 14 décembre 2015 22:56

                                bonsoir,

                                beaucoup de désaccord de ma part :d’abord parce que « les structures, quelles qu’elles soient valent ce que valent les hommes qui les animent » ( Général de Gaulle), et cet aphorisme ne peut être contesté .

                                Donc cela implique que l’électeur puisse éliminer les brebis galeuses par le vote . Donc scrutin uninominal.

                                Dans trop de cas il faut se boucher les oreilles, prendre des gants à jeter, et se mettre une pince à linge sur le nez afin de déposer une liste dans l’urne. Loin de moi l’idée de leur interdire de de se réclamer de telle ou telle philosophie politique ou politicienne.... mais je veux pouvoir sanctionner et ne pas bénir n’importe qui .... voir l’exemple italien .....voir les multiples exemples français dans les scrutins municipaux de liste par rapport à ce qui se passe pour des conseillers généraux ( en proportion des populations ...)

                                Changer les structures dans notre cas .... mais elles n’existent plus ....elles ont disparu dans un coup d’Etat : les structures de la cinquième république reposent sur le référendum exprimant la volonté populaire....

                                Or que s’est-il passé ? le peuple vote NON et derrière par magouille parlementaire interposée on contourne sa volonté ! Si ce n’est pas un coup d’Etat qu’est-ce donc ?

                                Avant de penser à réformer il faut s’enquérir de faire fonctionner le système et ne pas vouloir le bloquer pour le plaisir sadique de détruire, ou de chercher une nouvelle place où son incompétence trouvera un motif à s’épanouir....


                                • Fergus Fergus 14 décembre 2015 23:29

                                  Bonsoir, baldis30

                                  « cela implique que l’électeur puisse éliminer les brebis galeuses par le vote »

                                  Mais vous savez très bien que dans les collectivités sujettes aux pratiques clientélistes, le ménage n’est pas fait, comme le montrent si bien les Balkany à Levallois (et ils ne sont pas les seuls).

                                  Pour ce qui est des listes, le fait qu’il y aura toujours des risques de voir passer des personnages peu reluisants. Mais au moins seraient-ils moins nombreux s’il existait une inéligibilité à vie pour les élus ayant été condamnés dans le cadre de leurs fonctions.

                                  D’accord avec vous sur le scandale qu’a été le reniement du vote des Français en 2005. J’observe toutefois que nous avons tous été collectivement responsables en ne descendant pas massivement dans les rues lorsque Sarkozy a entrepris de faire ratifier le Traité par le Congrès.


                                • baldis30 15 décembre 2015 14:14

                                  @Fergus
                                  bonjour,

                                  les pratiques clientélistes existent à tous les niveaux .... Souvent plus visibles au niveau municipal elles deviennent des comportements de lobbies au niveau du parlement (voir par exemple le tabac) ou d’une autre façon le RCA alors que fort peu de députés ou de sénateurs sachent de quoi ils parlent.

                                  Et de plus il peut y avoir des lobbies strictement destructeurs de la laïcité. J’insiste sur le pluriel que je mets au terme « lobbies » dans cette phrase précise ... parce qu’il n’y en a pas qu’un, ni deux .... et peu visibles ....

                                  Quelques bonnes leçons délivrées par le scrutin uninominal rafraichissent, mais pas de façon suffisante quelques ardeurs bien troubles.

                                  Scrutin de liste .... NON ..... avec la possibilité de panacher .... et de rayer des noms.... ce serait l’extrême limite de ce que je pourrais accepter, mais en votant équipé de gants jetables et d’une pince à linge sur le nez. smiley


                                • alinea alinea 14 décembre 2015 23:29

                                  Pourquoi garder l’élection du président au suffrage universel ? Tu crois qu’ils en n’ont pas soupé, les Français, des petits tyrans ?
                                  Ce que je crois c’est que n’importe quel système peut s’avérer bon s’il est habité par des gens compétents, incorruptibles voire généreux et passionnés.
                                  Et inversement. perso, l’élection du nabab est à éliminer en premier ! au début les nostalgiques pleureront mais on leur rappellera le choix que nous avons eu pendant des décennies !!
                                  Et puis un mandat suffit ; s’il s’agit de travail en équipe et non plus d’autoritarisme, ce serait très jouable, la passation de compétences ( et non plus de pouvoir)
                                  D’ailleurs ces gens-là n’auraient plus de pouvoir juste des devoirs !!
                                  Sept ans c’est bien, de toutes façons, si on change, plus de risque de trouver des Sarkollande sur notre chemin !


                                  • Fergus Fergus 14 décembre 2015 23:38

                                    Bonsoir, alinea

                                    « Pourquoi garder l’élection du président au suffrage universel ? »

                                    Bonne question. Comme toi, je penche pour l’abandon d’un système obsolète et porteur de dérives institutionnelles. Mais les Français tiennent à cette élection et ne semblent pas près à opter pour un système parlementaire primo-ministériel. C’est bien dommage !

                                    Le plus étonnant est que ce goût pour cette élection perdure malgré la médiocrité des présidents qui se succèdent depuis Chirac (lui y compris !).

                                    Sur le septennat, là je coince : comme je l’ai écrit ailleurs, 7 ans de Hollande ou de Sarkozy, c’est carrément l’horreur !

                                    Ce qu’il faudrait, c’est un président élus au suffrage universel à l’allemande, simple garant des institutions, la politique étant confiée au Premier ministre issu du camp vainqueur des législatives. 


                                  • alinea alinea 14 décembre 2015 23:59

                                    @Fergus
                                    Il nous faudrait juste des bons hommes Fergus ! Ou un bon peuple qui se réveille et se donne les marges de surveiller, dénoncer la moindre dérive.
                                    Cinq ans suffiraient s’il n’y avait pas deux ans de mise en place et deux ans de campagne électorale !!
                                    mais dans les exemples que tu donnes ailleurs, la politique néolibérale est la même voire pire ; changer la forme, c’est bien, changer le fond, c’est mieux !! smiley
                                    Car tout ce que l’on pourra inventer pourra être dévoyé... sauf activité intensive d’instances populaires. Mais quand on voit ce que veut et fait le peuple aujourd’hui, on a plus envie de se mettre aux abris !


                                  • Fergus Fergus 15 décembre 2015 09:01

                                    Bonjour, alinea

                                    Comme tu l’as compris, l’objet de mon article n’était pas de traiter les choix politiques, mais la modernisation du cadre dans lequel s’exerce notre démocratie.

                                    Pour ce qui est de trouver les « bons hommes », c’est à mon avis plus facile dans un système à la britannique où l’on vote avant tout pour le programme d’un parti que dans un système à la française où l’on vote surtout pour un type au bagout suffisamment séducteur, fût-il un champion de la duplicité.

                                    La faute originelle de nos difficultés est dans ce piège à cons qu’est la présidentielle !


                                  • alinea alinea 15 décembre 2015 13:59

                                    @Fergus
                                    On en revient à supprimer ce suffrage !! Et si le peuple de France veut encore un roi, qu’on lui donne un roi, des seigneurs locaux, des barons en baronnies, des ducs en duchés et tout ça !
                                    Ça serait plus clair ; on économiserait sur les campagnes, une éminence grise et trois ministres et deux conseillers suffiraient !!!...
                                    Je déconne ! ( on ne sait jamais, ça me peinerait qu’on me croit royaliste !!)


                                  • HELIOS HELIOS 15 décembre 2015 03:57

                                    bonsoir Fergus...


                                    Si on se contentait déjà de faire fonctionner nos institution comme il se doit, ce serait bien mieux.

                                    Par exemple, quel député applique la règle constitutionnelle qui indique q’une fois élu dans sa circonscription, il représente TOUS les français de cette circonscription ?
                                    Actuellement un député de droite, élu avec 51% ne représente pas les 49% qui n,’ont pas voté pour lui !!!

                                    Cependant, je suis d’accord avec vous, il faudrait un grand toilettage... mais au fond, ce que vous nous décrivez est bien une amélioration destinée a renforcer la démocratie... or, êtes vous vraiment sur que nos autorités, de la classe politique a l’administration en passant par les forces économiques sont bien décidée a renforcer la démocratie ou pensent elles a s’en affranchir ?

                                    Bonne nuit, il est minuit dans quelques minutes, ici, a Santiago.

                                    • Fergus Fergus 15 décembre 2015 09:10

                                      Bonjour, HELIOS

                                      De tous temps, les députés ont été avant tout au service de ceux qui les ont élus. C’est le principe partisan, et il a toujours existé, en France comme partout ailleurs.

                                      Mais personne n’a trouvé de meilleure manière de représenter le peuple, la démocratie directe étant un leurre car applicable seulement au niveau local (mairies).

                                      Nos autorités veulent-elles « renforcer la démocratie » ? Très largement, je réponds non, car les améliorations portent atteinte aux intérêts des barons.

                                      Cependant, sous la pression publique, l’on constate des réelles avancées, la loi sur le cumul de 2014 ou les plafonnements d’indemnités étant des pas importants dans la bonne direction.

                                      Importants, mais encore insuffisants.


                                    • Pere Plexe Pere Plexe 16 décembre 2015 16:00

                                      @HELIOS
                                      NON

                                      Un député est un représentant de TOUT le peuple Français .
                                      Pas uniquement du peuple de sa circonscription.
                                      Et quand il vote sa décision vaut pour le pays, pas pour son département.

                                    • Fergus Fergus 16 décembre 2015 16:58

                                      Bonjour, Pere Plexe

                                      Merci de rappeler ce principe de base du fonctionnement législatif.


                                    • elpepe elpepe 15 décembre 2015 04:20

                                      La 5iem était sensé concentrer un maximum de pouvoir au sein de la fonction présidentielle, le 1er ministre étant de tout évidence l homme de main et fusible
                                      Ce uniquement pour permettre la reforme d une France depuis longue date, soumise a toutes les dérives Colbertistes,
                                      On connaît la suite, la seule vraie reforme a été entre autres, de vendre notre souveraineté a l UE,

                                      Deux choses manquent, le mandat unique, et un mécanisme de saisie par le peuple, pour soumettre a référendum, toutes lois ou décisions, passées ou futurs,

                                      Les grands électeurs pourrait ainsi intercéder, et déclencher le référendum si un certain quorum a déterminer est atteint (33% ?).

                                      Le WEB3.0 devraient faire le reste, seule une clé USB contenant les certificats est nécessaire, ainsi qu’un accès web en Mairie,


                                      • elpepe elpepe 15 décembre 2015 04:30

                                        Corriger - le mandat présidentiel doit être unique, une fois le mandat de 5 ans termine, aucune fonction d élu, ou liée a la politique ne peut être exercée, tout le monde ne s appelle pas De Gaule ...


                                      • Fergus Fergus 15 décembre 2015 09:23

                                        Bonjour, elpepe

                                        « la seule vraie reforme a été entre autres, de vendre notre souveraineté a l UE, »

                                        Désolé, mais c’est faux. Je vous invite à lire la réponse que j’ai adressée plus haut à Robert Lavigue sur ce sujet :

                                        « Pour ce qui est de récupérer les pouvoirs régaliens de la France, parlez-en à Hollande, ou à son prédécesseur Sarkozy, ou à son successeur si vous le connaissez : ce sont eux qui, en Conseil européen définissent la ligne politique de l’Union Européenne et chargent la Commission de la mettre en musique. Que croyez-vous qu’il se passerait si la France sortait de l’UE avec les mêmes dirigeants ? Ces derniers conduiraient exactement la même politique, avec en plus des difficultés liées à l’isolement. »

                                        Le mandat unique ? Pourquoi pas ? Mais je vois pas l’utilité de se passer si rapidement d’un élu de qualité qui aspire à poursuivre sa tache. Au delà, l’on risque de casser la dynamique de renouvellement et l’on encourage la formation des baronnies.

                                        Soumettre toutes les lois à référendum me semble une aberration, tant la plupart sont complexes et techniques ou engagent les pouvoirs régaliens. C’est pourquoi je crois que le recours à un RIC devrait pouvoir être donné aux Français mais sans portée générale sur tous les sujets.


                                      • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 15 décembre 2015 20:23

                                        @Fergus


                                        « Pour ce qui est de récupérer les pouvoirs régaliens de la France, parlez-en à Hollande, ou à son prédécesseur Sarkozy, ou à son successeur si vous le connaissez : ce sont eux qui, en Conseil européen définissent la ligne politique de l’Union Européenne et chargent la Commission de la mettre en musique. »

                                        C’est exact. 

                                        « Que croyez-vous qu’il se passerait si la France sortait de l’UE avec les mêmes dirigeants ? Ces derniers conduiraient exactement la même politique, avec en plus des difficultés liées à l’isolement. »
                                        C’est pour cela qu’il faudra bien en arriver à mettre au pouvoir des hommes neufs. Complètement neufs 

                                        Quant à l’argument selon lequel la France se trouverait isolée si elle sortait de l’UE, ça ne tient pas la route, Fergus.
                                        Bien au contraire, la cinquième puissance économique que nous sommes retrouverait la marge de manœuvre qu’elle avait encore il y a vingt ans et qu’elle a perdue depuis. Il n’y a qu’à voir comment s’en sortent les pays qui ne sont pas dans la zone euro.

                                        Cordialement.

                                        Thierry Saladin

                                      • elpepe elpepe 16 décembre 2015 03:16

                                        @Fergus
                                        bonjour
                                        relisez mon post, le system de remise en cause par referendum est a deux niveaux -
                                        les grands electeurs a partir d un chorum decide du bien fonde d un referendum, la question posee est simple oui, non en ce qui concerne une loi deja adpotee ou en voie d etre adoptee.


                                      • Fergus Fergus 16 décembre 2015 09:08

                                        Bonjour, elpepe

                                        Relisez ma réponse : je conteste ce genre de procédure pour toutes les lois. C’est pourquoi je pense qu’il ne peut y avoir de recours à référendum que pour celles qui sont en contradiction avec les attentes du peuple, à l’initiative de celui-ci. D’où le RIC inspiré de ce qui existe en Suisse en la matière.


                                      • petit gibus 15 décembre 2015 04:22
                                        @ Fergus

                                        Sur qu’il faut des rails pour faire rouler un train
                                        Mais moi je veux aller à Lille
                                        moi à Marseille
                                        moi à Brest
                                        moi à Bordeaux
                                        moi à Grenoble
                                        et moi à Trifoulou les Oies

                                        Alors que faire ?

                                        Des rails, du train, des voyageurs ou est le blème ?

                                        Perso, j’ai une soluce smiley

                                        Je voyage à pied smiley



                                        • alain 15 décembre 2015 07:55

                                          Il ne faut pas non plus oublier qu’il s’agissait d’élire des représentants régionaux, et non nationaux. Je pense qu’il ne fallait pas autant « sanctionner » les politiques nationaux qui sont défaillants dans ce scrutin. Nombre de têtes de listes, de droite comme de gauche, étaient certainement à la hauteur pour devenir président de région et il n’y avait pas nécessairement « à se boucher le nez » en déposant son bulletin dans l’urne. Je n’ai pas eu l’impression de voter Hollande, ou Sarkozy. Les français avaient un réel choix, d’une qualité suffisante, et à la hauteur des enjeux régionaux.

                                          C’est la politique nationale qui est défaillante, à droite, comme à gauche. Les caciques sont visiblement obsédés pour garder le pouvoir, ou le reconquérir, et leur autisme sur leur bilan est consternant. A relativiser un petit peu, quand même, car la difficulté est devenue très grande. Nous ne pourrons pas passer ce cap sans souffrir un peu, ce que nous refusons aussi.

                                          Une des solutions, et cela marche très bien dans d’autre pays, c’est aussi moins de jacobinisme, moins de centralisme, et de donner plus de prérogatives aux régions qui sont mieux gérées que l’Etat. Nos politiques nationaux devront alors utiliser leur temps libéré pour le devenir de l’Europe, qui est la clé de la réussite, et non la construction de murs aux frontières de la France.


                                          • Fergus Fergus 15 décembre 2015 09:39

                                            Bonjour, alain

                                            Je suis d’accord avec vous sur la différence existant entre le niveau national et le niveau régional en terme d’approche de l’offre politique. Sans doute cela a-t-il fortement joué dans le réflexe de « front républicain » au 2e tour, les électeurs ayant alors considéré prioritairement les enjeux locaux, même s’ils avaient voté au 1er tour sur un appartenance à un bloc d’idées de niveau national.

                                            « Les caciques sont visiblement obsédés pour garder le pouvoir, ou le reconquérir, et leur autisme sur leur bilan est consternant. »

                                            100 % d’accord.

                                            C’est pourquoi je salue l’attitude de Xavier Bertrand, le seul des caciques des partis dominants qui a clairement compris la nécessité d’un changement en désignant les coupables : les partis de gouvernement qui, depuis 30 ans, à a gauche comme à droite, n’ont cessé de jouer la même partition en s’éloignant toujours plus du peuple, Xavier Bertrand se mettant lui même dans le lot des coupables. Leçon tirée des deux tours, il a annoncé se consacrer exclusivement à la région dans un esprit d’ouverture, et pour cela va démissionner de la mairie de Saint-Quentin et de son poste de député. Bravo !!! 

                                            D’accord enfin avec la mise en place d’une nouvelle étape de déconcentration, le jacobinisme à la française étant, par son excès de concentration, l’un des principaux vecteurs de blocage. Il suffit à cet égard de comparer les budgets des Länder allemands avec les régions françaises : à population égale, il sont près de 10 fois plus élevés. Mais il s’agit en Allemagne d’un état fédéral. Encore faut-il, pour accentuer la déconcentration en France, ne pas agir dans la précipitation ou en s’appuyant sur des stratégies partisanes. Là est le plus grand risque. 


                                          • julius 1ER 15 décembre 2015 08:22

                                            Déjà il faudrait demander aux français d’être un peu plus intelligents !!!


                                            • Fergus Fergus 15 décembre 2015 09:40

                                              Bonjour, julius 1ER

                                               ????


                                            • ecophilopat 15 décembre 2015 08:44


                                              Je ne sais pas pourquoi mais quand je lis un texte qui commence par « il faut moderniser » j’ai aussitôt un gros à priori sur ce qui va suivre, et je constate encore une fois que celui-ci est justifié.

                                              Tout changer pour que rien ne change.


                                              • Fergus Fergus 15 décembre 2015 08:54

                                                Bonjour, ecophilopat

                                                « Tout changer pour que rien ne change. »

                                                Manifestement, vous confondez ce qui est du domaine des structures démocratiques avec ce qui est du domaine des choix politiques.

                                                En l’occurrence, je me suis penché sur le premier, pas sur le second !


                                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 décembre 2015 08:58

                                                Dans l’ Union européenne, ceux qui prennent les décisions essentielles ne sont pas élus, mais se cooptent entre eux. Ce sont les Instances européennes, BCE, Commission européenne, le FMI et l’ OTAN qui prennent les décisions essentielles.
                                                Aucun n’est concerné par les élections, ils s’en moquent, ils ne sont pas élus !!


                                                Y compris lorsque qu’il s’agit des décisions prises par les Chefs d’États, qui se réunissent à Bruxelles 2 fois par an, ils fonctionnent à la majorité, la France a 1 voix sur 28. Quand la France n’est pas d’accord, elle doit appliquer quand même ce que la majorité des Chefs d’états a décidé.

                                                C’est la première fois dans l’ histoire de la France, en dehors de la période de l’ Occupation allemande, que les décisions qui concernent les Français sont prises à l’ étranger.

                                                Ce qui relève de la Haute trahison, dont je rappelle la définition :
                                                « La Haute trahison, c’est l’entente avec des puissances étatiques ou des puissances privées pour mener un politique manifestement contraire à l’intérêt national du peuple français ».

                                                C’est bien dans cette situation que nous nous trouvons ? Alors, avant de rêvasser à des mesures institutionnelles qui ne servent à rien dans l’UE, commençons par sortir de cette usine à gaz européenne pour retrouver la souveraineté, et des élus, qui eux, pourront être démis de leurs fonctions par le vote des citoyens.

                                                Une fois sortis de ce foutoir anti démocratique, on pourra discuter de révisions constitutionnelles et institutionnelles, l’ UPR a d’ailleurs plein de propositions dans son programme, y compris le référendum d’initiative populaire et l’interdiction des lobbies.
                                                Mais ce n’est pas la priorité. La priorité c’est de retrouver la souveraineté.

                                                • Fergus Fergus 15 décembre 2015 09:47

                                                  Bonjour, Fifi Brind_acier

                                                  Tout cela est très exagéré, et relève avant tout de la dialectique manipulatrice d’un micro-parti très isolé sur l’échiquier politique, et qui peine à gagner des parts du marché électoral.

                                                  Appuyez donc ma proposition du point 7 qui permettrait à l’UPR de présenter un candidat à la présidentielle (de préférence pas Asselineau qui a tout du bonnet de nuit) : au moins auriez-vous accès à la campagne officielle dans les médias pour promouvoir des idées si difficiles à faire passer dans l’opinion. smiley


                                                • baldis30 15 décembre 2015 14:20

                                                  @Fifi Brind_acier
                                                  bonjour Fifi Brin d’Acier

                                                  En ce qui concerne la commission de bruxelles on peut dire qu’elle relève du plus pur stalinisme :

                                                  a) elle est constituée de membres cooptés

                                                  b) elle a tous les pouvoirs

                                                  c) elle n’est responsable devant personne !

                                                  Si ce n’est pas la définition même de la commission stalinienne qu’est-ce donc ?


                                                • troletbuse troletbuse 15 décembre 2015 09:03

                                                  @Fergugus
                                                  « L’art de parler pour ne rien dire » ou bien « pisser dans un violon », voila ce que m’inspire cet article avec quelques propositions soit de bon sens ou complétement ridicules. J’espère que vous avez envoyé votre écrit à tous les députés et sénateurs pour les faire rire un peu.


                                                  • troletbuse troletbuse 15 décembre 2015 09:46

                                                    @troletbuse
                                                    Ils vont tout de suite regarder leur agenda pour voir si ils ne sont pas un 1er avril smiley


                                                  • Fergus Fergus 15 décembre 2015 09:48

                                                    Bonjour, troletbuse*

                                                    Merci pour cette contribution constructive. Et content de vous avoir amusé.


                                                  • Fergus Fergus 15 décembre 2015 10:13

                                                    @ Troletbuse

                                                    Qui plus est, vous devriez être content de constater que les gestionnaires d’AgoraVox sont comme vous : ils adorent rire. C’est pourquoi ils ont mis cet article hilarant à la Une. smiley


                                                  • troletbuse troletbuse 15 décembre 2015 10:29

                                                    @Fergugus
                                                    Ben oui, le service « enfumage et désinformation » d’AV place toujours Gergugus et Groubichou à la une. Ca ne coûte rien, ca rapporte rien. Ca ne sert à rien. Ca meuble. Pendant ce temps là, pas de nouvel impôt, pas d’état d’urgence, etc....


                                                  • Spartacus Spartacus 15 décembre 2015 09:30
                                                    Manque quand même le plus important.

                                                    La non mise en situation de conflit d’intérêt

                                                    Refuser aux fonctionnaires non démissionnaires l’élection.
                                                    Tous les votes portant sur les budgets de l’état, les votes sur les avantages statutaires sont des conflits d’intérêt. Sauf s’ils ont démissionné de la fonction publique.

                                                    Les actionnaires de secteurs marchand peuvent participer aux débats mais ne peuvent voter les lois de leur secteurs d’activité.

                                                    Les syndicalistes élus peuvent participer aux débats et ne peuvent voter les lois sociales.

                                                    C’est comme cela dans toutes les grandes démocratie et une évidence....

                                                    Et n’oublions pas une déclaration d’appartenance transparente aux obédiences Franc-Maçonnes.

                                                    • Fergus Fergus 15 décembre 2015 10:11

                                                      Bonjour, Spartacus

                                                      Vous avez raison, les conflits d’intérêt son une des plaies de notre démocratie.

                                                      Pour autant, c’est plutôt avec les grandes entreprises privées qu’ils s’exercent, le statut de fonctionnaire ne pouvant pas donner lieu à des manœuvres douteuses, voire délictueuses des élus en faveur de tel ou tel ministère.

                                                      En revanche, il est vrai que ce statut donne aux fonctionnaires ou aux agents des services publics des facilités en matière de mise en disponibilité dont ne disposent pas - ou rarement - les personnes venues du privé. D’où leur surreprésentation dans les assemblées. Il y a, effectivement, une spécificité française discutable.


                                                    • Karol Karol 15 décembre 2015 09:44

                                                      Bonjour Fergus,

                                                      Merci de vous lancer avec des propositions particulièrement pertinentes. Propositions bienvenues après un tel désastre démocratique. Désastre que l’on va devoir subir jusqu’à la prochaine l’élection présidentielle. Comme Alinéa, je suis pour la suppression de l’élection du président au suffrage universel car je pense qu’ il n’y a pas de sauveur suprême et cette « élection spectacle » annihile en fin de compte le débat politique . Une assemblée à la proportionnelle réduite en nombre avec une représentation du vote blanc par des citoyens tirés au sort, suppression du sénat, non cumul des mandats et mandats non renouvelables, relocalisation à l’échelle de la municipalité et des régions et reprise en main par les administrés de la vie économique et sociale locale , sont quelques idées à débattre dans des assemblées citoyennes dans tous les coins de France. On ne peut pas refaire le monde démocratique sans la mobilisation et la participation de tous et en particulier de ceux qui sont devenus les spectateurs désabusés de la vie politique.


                                                      • Fergus Fergus 15 décembre 2015 10:28

                                                        Bonjour, Karol

                                                        Merci pour votre commentaire avec lequel je suis en plein accord.

                                                        Bien qu’il y ait eu sous le mandat de Hollande quelques avancées, il est temps de faire émerger une pression citoyenne pour aller plus loin. Sans doute pas vers la Constituante dont rêve Mélenchon - mais qui ne pourrait voir le jour qu’au lendemain d’un grand mouvement populaire dont on ne voit pas les prémices -, du moins vers une modernisation significative des institutions actuelles.

                                                        Nous avons tous intérêt à remobiliser les Français sur les questions politiques, et cela passe par des innovations attendues de nature à modifier en aval les fonctionnements partisans, et par conséquent l’offre et les choix politiques.

                                                        Mais quel boulot ! Et malheureusement les caciques actuels ne semblent pas disposés à scier la branche sur laquelle ils ont confortablement assis. En fait, le nœud du problème est là. Ces politique savent pourtant que l’on ira vers une explosion si rien n’est fait. Qui en prendra conscience le premier dans nos élites politiques et mettra les mains dans le cambouis pour dégripper la machine ?


                                                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 décembre 2015 10:49

                                                        @Karol
                                                        Et kiki va mettre en place ces belles réformes démocratiques ?
                                                        Hollande et Valls qui ne rêvent que Patriot Act à la française ?


                                                      • Fergus Fergus 15 décembre 2015 11:01

                                                        @ Fifi Brind_acier

                                                        Dans un désert d’avancées véritables, reconnaissons au moins à Hollande d’avoir fait voter la loi de 2014 sur les cumuls de mandats. Ce n’est pas évidemment pas suffisant, loin s’en faut !

                                                        Pour ce qui est du « Patriot Act à la française », là aussi, c’est très exagéré, même s’il est vrai qu’il ne faudrait pas trop laisser le champ libre au caudillo de Matignon en la matière.


                                                      • Imagine 15 décembre 2015 10:03
                                                        En plus, je propose le droit à l’égalité du temps de parole sur les chaînes de télévisions et de radios nationales pour tous les partis politiques ayant eu un représentant au 1er tour de la dernière élection présidentielle et ce même en dehors des campagnes électorales.

                                                        Le traitement médiatique télévisuel et radiophonique des autres partis est laissé libre sans toutefois être plus avantageux que celui susmentionné.

                                                        Ceux-ci afin de minimiser les influences (pouvoir politique, financier ou médiatique) et de privilégier le débat d’idées.

                                                        Et enfin, avoir un casier judiciaire vierge pour être élu !

                                                        • Imagine 15 décembre 2015 10:12
                                                          @Imagine
                                                          Les règles actuelles sont maintenues pendant les campagnes électorales.

                                                        • Fergus Fergus 15 décembre 2015 10:42

                                                          Bonjour, Imagine

                                                          Le « temps de parole égal » existe dans la campagne officielle.

                                                          Pour le reste, cela relève à mon avis d’un doux rêve pour une raison majeure : le nombre des émissions politiques dans les médias audio-visuels étant insuffisant pour permettre à de nombreux candidats de développer leurs idées, les programmes seraient présentés de manière trop fragmentaire et ne laisseraient en outre quasiment plus de place aux débats. C’est la raison pour laquelle les chaînes, sous la supervision du CSA, s’en tiennent à une équité basée sur les résultats électoraux antérieurs.

                                                          Imaginez un peu ce qui se passerait avec un panel de 16 candidats comme en 2002 dans le cadre d’une égalité absolue de traitement : ce serait tout simplement ingérable, et les responsables de chaîne préfèreraient ne rien faire plutôt que voir leurs auditeurs et téléspectateurs s’enfuir, ce en quoi ils font sans doute la bonne analyse.

                                                          D’accord avec vous sur le casier judiciaire vierge : on ne voit pas pourquoi ce qui est exigé des fonctionnaires ne le serait pas pour les élus de la République.


                                                        • ZenZoe ZenZoe 15 décembre 2015 10:28

                                                          Propositions incoutournables bien sûr.
                                                          Sauf que :
                                                          Comment les mettre en oeuvre ?
                                                          Qui peut un instant imaginer que nos représentants actuels, ayant verrouillé le système au fil des décennies contre tout changement majeur, voudraient changer quoi que ce soit et perdre beaucoup de leurs avantages ?
                                                          Qui peut imaginer que ceux qui gravitent et profitent de ce système (media, comités théodules, associations politisées et autres intouchables etc..) voudraient renoncer à leurs privilèges ?
                                                          Qui peut enfin imaginer un sursaut des Français, eux qui votent toujours pour les mêmes, élection après élection ?
                                                          Je suis assez pessimiste Fergus. Sauf crise majeure, je ne vois pas de changement se profiler à l’horizon.


                                                          • Fergus Fergus 15 décembre 2015 10:46

                                                            Bonjour, ZenZoe

                                                            « Comment les mettre en oeuvre ? »

                                                            Eh oui, toute la question est là ! Qui ?

                                                            Néanmoins, quelques-unes de ces propositions pourraient être reprises par des candidats à la présidentielle, ce qui pourrait donner lieu à une saine émulation. Rêvons un peu...


                                                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 décembre 2015 10:53

                                                            @Fergus
                                                            C’est ça, Fergus, rêvons.
                                                            ça nous changera de la dictature qui est en train de se mettre en place...


                                                            Le FN, après 40 élections où il a fait gagner ceux qu’il prétend combattre, rêve de 2017....
                                                            La Gauche explosée rêve de démocratie...
                                                            La Droite rêve de prendre la place du PS et le PS rêve de 2022...
                                                            Rêvons, rêvons...

                                                          • Fergus Fergus 15 décembre 2015 13:57

                                                            @ Fifi Brind_acier

                                                            « la dictature qui est en train de se mettre en place... »

                                                            Un tantinet exagéré, non ? Il est vrai qu’il ne faut pas laisser les coudées trop franches à Valls...


                                                          • baldis30 15 décembre 2015 14:23

                                                            @Fifi Brind_acier

                                                            Nuance !

                                                            ce n’est pas le verbe « rêver » qu’il faut utiliser mais le néologisme « cauchemarder » afin d’imaginer sans excès ce qui se passera demain.


                                                          • sleeping-zombie 15 décembre 2015 11:08

                                                            Bonjour Fergus,

                                                            J’aime bien tes propositions 5 et 6 (référendum ayant du pouvoir et possibilité de révoquer).
                                                            Aussi sur l’ouverture de la présidentielle à tout électeur. Mais dans ce cas, pourquoi imposer une pétition de 500 000 signatures ? Pour être sûr qu’aucun pauvre ne se présente jamais ? ;D

                                                            De même, je suis très réticent sur l’introduction de « proportionnelle » à l’assemblée : ça revient à donner encore plus de pouvoir à l’objet « parti politique », et moins à la structure politique de l’état. Aujourd’hui, j’ai déjà pas le droit de me présenter aux élections européennes, demain je pourrais plus non plus aux législatives ? (en forçant un peu le trait, j’avoue)


                                                            • Fergus Fergus 15 décembre 2015 11:28

                                                              Bonjour, sleeping-zombie

                                                              Tout ce qui peut permettre au peuple de participer activement à la vie politique doit être fait si l’on ne veut pas voir les électeurs se détourner toujours plus de la vie publique. C’est le sens de ces propositions 5 et 6.

                                                              Pour ce qui est de la présidentielle, il n’est pas question d’écarter les « pauvres », mais il faut malheureusement se rendre à une évidence : il est impossible d’organiser une campagne avec un nombre pléthorique de candidats. D’où la nécessité d’une sélection. Mais en l’occurrence d’une sélection basée sur des soutiens citoyens libres et non plus sur des parrainages partisans verrouillés comme c’est actuellement le cas. Mais rien n’empêche un citoyen lambda auteur d’un programme de se faire connaître sur le net pour obtenir la barre des signatures nécessaires : l’émergence de notoriété fonctionne très bien pour les chanteurs ou les groupes émergeants, pourquoi pas pour les nouvelles têtes en politique ?

                                                              Pour ce qui est de la proportionnelle, le fait est que cela donne la main aux appareils, et c’est le principal grief que l’on peut adresser à ce système. D’où l’intérêt d’un système mixte. A la décharge de la proportionnelle, elle permet aux petits partis d’être représentés à l’Assemblée Nationale, ce qui leur est quasiment impossible dans le système par circonscriptions.


                                                            • sleeping-zombie 15 décembre 2015 12:33

                                                              @Fergus
                                                              il est impossible d’organiser une campagne avec un nombre pléthorique de candidats
                                                              C’est le fruit d’une réflexion personnelle ? Ca m’étonnerait... parce qu’au dernières nouvelles, on a tous les moyens d’imprimer un bulletin de vote. Et quand bien même on ne l’aurai pas, une imprimante et un ordinateur dans chaque bureau de vote, c’est pas la mort, ça nécessite juste un isoloir un peu plus grand.

                                                              l’émergence de notoriété fonctionne très bien pour les chanteurs ou les groupes émergeants, pourquoi pas pour les nouvelles têtes en politique  ?
                                                              A cause de la différence qu’il y a entre « chacun », « n’importe qui » et « tout le monde ».
                                                              Un tel système ne fait que favoriser les publicitaires-communiquants-cervelles-de-flotte, qui polluent déjà bien assez le système actuel. C’est déjà inhérent au principe du « vote pour la personne », pas la peine d’en rajouter une couche.

                                                              Sur la proportionnelle, c’est vrai qu’elle permet aux petits partis d’exister. Mais elle enferme le système électoral dans cette notion de « parti ».
                                                              Pour moi, la démocratie, c’est de voter directement pour une loi, et pas pour une personne. Voter pour une personne, c’est déjà un pis-aller. Mais il y a pire que voter pour la personne, c’est voter pour le parti. Parce qu’au moins, la personne peut avoir un sens de la responsabilité, et de l’éthique. Jamais le parti. C’est à mes yeux la raison pour laquelle tout stagne depuis 30-40 ans (au niveau de la politique), le « système de parti » a atteint sa limite.


                                                            • AnthonyDT AnthonyDT 15 décembre 2015 13:17

                                                              @Fergus

                                                              Dans ce cas il faudrait pouvoir s’assurer que ceux qui se présentent en tant que personne ne soient pas affiliés à un parti, ne l’ait jamais été et n’entretiennent pas de lien avec eux. Pas simple, mais sinon ça revient peu ou prou à la même chose que maintenant on vote pour une personne qui n’est souvent que le pion d’un parti (on a bien vu récemment comment sont considérés ceux qui remettent en question la ligne du parti)


                                                            • Fergus Fergus 15 décembre 2015 14:06

                                                              @ sleeping-zombie

                                                              « on a tous les moyens d’imprimer un bulletin de vote »

                                                              Je ne parle pas de cela, mais surtout de la campagne dans les grands médias.

                                                              Pour ce qui est des « cervelles-de-flotte », encore faudrait-ils, pour engranger des soutiens sur le net et atteindre le quota, qu’elles s’appuient sur des propositions crédibles et réalisables.

                                                              « voter directement pour une loi », c’est beau sur le papier, mais complètement irréaliste, eu égard à la complexité de la grande majorité des textes législatifs.

                                                              « le « système de parti » a atteint sa limite. »

                                                              En effet. Mais il n’existe rien qui puisse remplacer les partis. Il faut donc faire avec et, par les menaces de votes-sanction, les rendre plus respectueux des électeurs.


                                                            • Fergus Fergus 15 décembre 2015 14:11

                                                              @ AnthonyDT

                                                              Personnellement, je me fiche de savoir si quelqu’un est membre ou pas d’un parti.

                                                              Si la personne est membre, elle a tout intérêt à le faire savoir pour bénéficier du soutiens du réseau des militants.

                                                              Si elle ne l’est pas, il faudra bien qu’elle crée son propre parti afin d’attirer à elle des adeptes convaincus par ses idées. Il ne peut y avoir de vie nationale hors d’un parti ! Et il en a toujours été ainsi depuis qu’est née la démocratie moderne.


                                                            • AnthonyDT AnthonyDT 15 décembre 2015 19:15

                                                              @Fergus

                                                              Les candidatures personnelles (au sens où on vote pour une personne) n’ont de sens que si cette personne agit selon ses propres convictions et non en suivant les directives d’un parti.

                                                              Sinon autant voter pour des partis et mettre une proportionnelle. Combien de personnes qui ont voté pour un député connaissent le nom de ce député si ce n’est pas une grande personnalité politique ?


                                                            • Fergus Fergus 15 décembre 2015 19:28

                                                              @ AnthonyDT

                                                              Détrompez-vous, en province, les députés sont beaucoup plus connus que vous le pensez.


                                                            • sleeping-zombie 15 décembre 2015 20:10

                                                              @Fergus
                                                              Je ne parle pas de cela, mais surtout de la campagne dans les grands médias.
                                                              ... Alors là, je ne te suis plus. Ton argument, c’est « comme les grands média ne sont pas accessibles à 100 candidats, la loi doit empêcher qu’il y en ait 100 » ? si c’est ça, c’est prendre le problème du mauvais coté.

                                                              Par ailleurs, sur la complexité des textes législatifs : sont-ils complexes par nécessité, ou plus simplement parce que le système a été confisqué par une clique d’experts ? Personnellement, je pense plutôt pour la seconde option, et je soupçonne même nos députés de ne pas comprendre la moitié des lois qu’ils votent. Enfin, quand ils se donnent la peine de se déplacer pour les voter bien sûr...

                                                              il n’existe rien qui puisse remplacer les partis.
                                                              Bien. 1ere étape pour améliorer un objet, identifier son usage.
                                                              Dis-moi Fergus, à quoi sert un parti politique ?


                                                            • Fergus Fergus 15 décembre 2015 20:50

                                                              @ sleeping-zombie

                                                              Il suffit de lire certains textes de loi pour comprendre que l’aspirine est obligatoire. Non qu’il y ait volonté de complexifier pour le plaisir, mais parce que les lois doivent être le plus précises possibles pour éviter des interprétations erronées.

                                                              Les députés qui ne vont pas voter les lois les ont très souvent validées auparavant en Commission parlementaire, les votes définitifs n’étant que des formalités.

                                                              « à quoi sert un parti politique ? »

                                                              Tout simplement à mutualiser les énergies de personnes qui ont les mêmes idées et cherchent à les faire avancer sur le plan politique. Dès que deux individus ont eu des idées et des projets convergents, ils se groupés et cela a donné un parti politique. Durant la Révolution, ils ne s’appelaient pas encore ainsi, mais « clubs » : Jacobins, Feuillants, Montagnards, Girondins. Mais il s’agissait déjà de partis politiques.

                                                              En réalité, ce ne sont pas les partis qui posent problème, mais ce que les hommes en font !

                                                              Bonne soirée.


                                                            • AnthonyDT AnthonyDT 15 décembre 2015 21:20

                                                              @Fergus

                                                              Je vous invite si vous ne connaissez pas à lire le texte de Simone Weil (et pas Veil), accessible ici : 

                                                              Je trouve son analyse très juste

                                                            • sleeping-zombie 16 décembre 2015 12:15

                                                              @Fergus
                                                              La complexité des lois ne sert qu’a éviter toute mauvaise interprétation ?
                                                              Ok, dans ce cas, il y a bien plus simple et plus efficace : faire précéder chaque loi d’un petit texte expliquant le pourquoi on fait la loi. Mais expliquer ou justifier, c’est pas dans la culture actuelle « législateur=papa, peuple=enfant ».

                                                              D’après ta description, un parti politique n’est rien d’autre qu’un outil de communication. Donc obsolète au 21eme siècle.
                                                              Sauf si les faire avancer sur le plan politique signifie magouiller pour truster tous les postes électifs, alors là ils ont encore un sens... mais ne sont pas utiles à la société.


                                                            • Fergus Fergus 16 décembre 2015 13:07

                                                              Bonjour, sleeping-zombie

                                                              Le parti politique « obsolète au 21eme siècle » ?

                                                              Très franchement, je ne vois pas en quoi. Et personne n’a jamais rien inventé pour le remplacer.

                                                              Encore une fois, le parti n’est pas en cause : il est uniquement ce qu’en font ses dirigeants et ses militants. En Scandinavie par exemple, l’on n’a pas les mêmes préventions que chez nous, du fait de la plus grande intégrité des caciques.


                                                            • sleeping-zombie 16 décembre 2015 15:07

                                                              @Fergus
                                                              Les partis politiques n’ont pas à être remplacés, ils devraient juste disparaître. de la constitution. Liberté de réunion, oui, liberté d’expression, oui. Que les gens discutent entre eux de politique, oui, mais que l’état organise sa structure autour de ces groupes informels, non.


                                                            • sleeping-zombie 16 décembre 2015 15:10

                                                              @sleeping-zombie
                                                               il est uniquement ce qu’en font ses dirigeants et ses militants
                                                              On peut dire la même chose de Cosa Nostra :D
                                                              Voir l’appareil d’état être organisé autour des partis politiques alors qu’à peine 2% de la population en est membre, c’est qu’un gros foutage de gueule, uniquement légitimé par l’histoire.


                                                            • Fergus Fergus 16 décembre 2015 16:55

                                                              @ sleeping-zombie

                                                              La vie politique ne peut pas fonctionner sans des entités coordinatrices qui mettent en contact ceux qui ont les mêmes idées, qui rédigent les programmes, qui assurent la logistique et qui font campagne pour faire avancer ces idées. Or, ces entités se nomment des partis. Sans eux, rien n’est possible car des citoyens isolés seraient totalement impuissants.

                                                              Et le nombre d’adhérents dans les partis politiques n’est pas significatif : ils sont certes nécessaires pour accomplir notamment des taches militantes, mais ce ne sont pas eux qui font les résultats lors des scrutins : ce sont les électeurs. A toutes fins utiles, je vous informe que la puissante CDU en Allemagne compte moins de 500 000 adhérents, et ce constat est valable un peu partout en Europe.


                                                            • sleeping-zombie 16 décembre 2015 19:42

                                                              @Fergus
                                                              La vie politique ne peut pas fonctionner
                                                              ... Ca c’est du dogme.
                                                              D’ailleurs, elle ne fonctionne pas.
                                                              Et dans le registre des outils qui relient les gens, tout ce qui se fait en informatique depuis près de 30 ans invalide ce dogme.

                                                              Par ailleurs, il y a un immense gouffre entre « les partis politiques existent » et « l’état leur crée une place bien au chaud en leur réservant des postes et des financements »


                                                            • Fergus Fergus 16 décembre 2015 20:31

                                                              @ sleeping-zombie

                                                              Je vous invite à aller en Scandinavie. Vous verrez qu’il peut y avoir des partis, des gouvernements et des électorats qui fonctionnent de manière satisfaisante.

                                                              Bonne soirée


                                                            • ecophilopat 15 décembre 2015 11:30

                                                              Imaginez un peu ce qui se passerait avec un panel de 16 candidats comme en 2002 dans le cadre d’une égalité absolue de traitement : ce serait tout simplement ingérable, et les responsables de chaîne préfèreraient ne rien faire plutôt que voir leurs auditeurs et téléspectateurs s’enfuir, ce en quoi ils font sans doute la bonne analyse.
                                                              .
                                                              Je l’aime bien celle-la.
                                                              .
                                                              On peu « rêver de changer nos structures politiques », « rêver de changer l’Europe », par contre nos médias d’information sont la pour nous vendre du temps de cerveau disponible au bénéfice de Coca Cola, et la pas question d’imaginer changer quoi que ce soit.
                                                              .
                                                              Personnellement je pense que si l’on espère un quelconque changement c’est bien par celui-ci de la presse de la radio et de la tv qu’il faut commencer.


                                                              • Fergus Fergus 15 décembre 2015 11:35

                                                                Bonjour, ecophilopat

                                                                Fort bien, mais comment, concrètement ?

                                                                Et en admettant que l’on puisse y parvenir, comment attirer vers des émissions politiques souvent austères des gens qui s’en détournent de plus en plus pour aller vers les émissions de divertissement ou de téléréalité ?


                                                              • Nycolas 15 décembre 2015 13:15

                                                                @Fergus

                                                                En finir avec la politique politicienne professionnelle qui endort les gens et les désintéresse (au vrai sens du terme, puisque cette forme de politique purement formelle et superficielle les dépossède de leur pouvoir politique).

                                                                On a appris aux gens que la politique est un truc de spécialistes (pour ne pas dire d’experts), qu’ils n’y comprendront jamais rien, le jargon politique se chargeant de le leur démontrer, alors ils vont voir ailleurs, des choses qu’ils sentent ou croient plus proches d’eux.

                                                                Cette sombre tâche accomplie, les politiciens peuvent négocier leurs primes avec les lobbies, loin des regards des « citoyens ». J’ai noté plus bas que vos propositions n’avancent pas sur ce problème.


                                                              • AnthonyDT AnthonyDT 15 décembre 2015 13:28

                                                                @Nycolas

                                                                Tout à fait d’accord. Dans beaucoup de domaine et surtout en politique, on complexifie exagérement les choses pour se donner un air supérieur et écarter l’individu lambda qui voudrait s’intéresser à la chose sans y vouer sa vie entière...

                                                                Comme disait Nietzsche : « Celui qui se sait profond s’efforce d’être clair ; celui qui voudrait sembler profond à la foule s’efforce d’être obscur. Car la foule tient pour profond tout ce dont elle ne peut pas voir le fond : elle est si craintive, elle a si peur de se noyer ! »


                                                              • Fergus Fergus 15 décembre 2015 14:23

                                                                Bonjour, Nycolas

                                                                « En finir avec la politique politicienne professionnelle » passe précisément par une clarification des rôles et des mesures drastiques de non-cumul des mandats.

                                                                Si les gens vont « voir ailleurs », c’est à mon avis moins parce qu’ils ne comprennent pas le « jargon » qu’au vu de leurs difficultés dans la vie réelle.

                                                                Les lobbies : « J’ai noté plus bas que vos propositions n’avancent pas sur ce problème ».

                                                                Je ne suis pas en charge du programme d’un parti. Comment lutter efficacement contre les lobbies ? Très franchement, je n’en sais rien. Et cette question est d’autant plus difficile que comme pour le cholestérol, il y a les bons et les mauvais lobbies !


                                                              • julius 1ER 15 décembre 2015 11:40

                                                                c’est bien de poser des questions Fergus mais l’essentiel est ailleurs !!!


                                                                Dimanche sur Canal+ trois types dans le supplément.... Pierre Rabhi, Cyille Astruc et christian de Portzenparc .....

                                                                le Bon, la Brute et le Truand ... manquait que la musique de E Morricone !!!

                                                                par contre je vous laisse deviner qui était qui !!!!

                                                                Rabhi on connait bien inutile d’en rajouter c’est un peu l’abbé Pierre de l’Ecologie..... les 2 autres moins connus sauf par les initiés...
                                                                ce Cyrille Astruc actuellement est en procès pour avoir détourné de la TVA sur les achats/ventes de Droits de polluer ( suite au protocole de Kyoton la somme est rondelette puisqu’il s’agirait de 5 milliards de Dollars et là belle couverture médiatique pour un truand surtout en pleine COP21...

                                                                quand à l’architecte il vient de construire un immense Gratte-Ciel à New-York, bien sûr avec rien d’écologiquement profitable, pas d’autonomie énergétique ou quoique soit avec en plus des apparts à des prix prohibitifs du genre 10/11 millions de dollars l’appart bien sûr inhabité juste livré à la spéculation des Zélites......, pov new-yorkais avec en sus désertification du quartier et recul des classes moyennes un peu plus loin dans la périphérie !!!!!


                                                                avec ce genre d’exemples en pleine COP21, on voit bien que l’on ne va pas s’en sortir il n’y avait qu’à voir la tête de Pierre Rabhi.... il avait l’air halluciné pour ne pas dire consterné ... j’aurais donné cher pour avoir ses impressions en fin d’émission !!!!!!

                                                                la terre brule et nous regardons ailleurs .... qu’il disait l’enfoiré !!!

                                                                c’est bien de vouloir faire bouger les lignes Fergus..... mais moi je pense que l’on nage en pleine schizophrénie et le problème n’est pas qu’avec les politiques et leur représentativité, c’est aussi le problème de la citoyenneté dans son ensemble et la problematique Le Pen vient assez bien illustrer cette dîte problématique .......
                                                                un parti qui n’a jamais rien proposé d’intelligent,( ne serait-ce qu’une idée force) empocher la mise et progresser à chaque élection et finalement être le maître du jeu politique..... c’est la négation de la pensée quoique tu puisses en dire et pour faire court le climat actuel ressemble à celui de l’Allemagne en 1932 avec ses élections dont voici le lien 
                                                                 :

                                                                ce genre de triangulaires mène au désastre et pour ces élections allemandes le %de suffrages exprimés était de 82% alors cet enracinement du FN est un mauvais point quoiqu’on en dise !!!


                                                                • Fergus Fergus 15 décembre 2015 14:31

                                                                  Bonjour, julius 1ER

                                                                  Merci pour ce commentaire.

                                                                  Le fait qu’il y a un réel problème de « citoyenneté », en grande partie lié au fait que l’attention des gens est accaparée par tant de futilités et de virtualité qu’ils se détournent des enjeux importants et s’en remettent à la bonne vieille incantation du « Yaka faukon ». A cet égard, les militants savent très bien que la majorité des personnes « tractées » sur les marchés jettent directement les programmes dans les poubelles sans les lire.

                                                                  En effet, l’enracinement du FN est un vrai problème car si ce parti est démocrate, il est très loin de partager toutes les valeurs républicaines. Et tant que les grands partis ne réformeront pas leurs méthodes et leur écoute des Français, le FN continuera de prospérer.


                                                                • SPQR Sono Pazzi Questi Romani stux 15 décembre 2015 12:26

                                                                  Puisque le système français est uniquement basé sur le principe du « juge et parti ».
                                                                  Les politiques votent les lois et la constitution.
                                                                  Donc, aucun politique ne va scier la branche sur laquelle il est assis......Point final, le débat est terminé.
                                                                  Sauf pour les choses inutiles et les rêveurs ................ 


                                                                  • Fergus Fergus 15 décembre 2015 14:35

                                                                    Bonjour, stux

                                                                    « aucun politique ne va scier la branche sur laquelle il est assis...... »

                                                                    En effet, et je l’ai écrit dans un commentaire. Pour autant, rien n’interdit à des candidats à la présidentielle de reprendre à leur compte des idées de modernisation et de moralisation exprimées ici ou ailleurs pour les inscrire dans leur programme électoral.

                                                                    Une manière de faire pression sur les grands partis de gouvernement : souvenons-nous que Jospin a été éliminé du 2e tour de la présidentielle de 2002 pour seulement... 0,78 % des voix !


                                                                  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani stux 16 décembre 2015 11:52

                                                                    @Fergus
                                                                    Merci pour votre réponse,

                                                                    Mais ces gens là ne laisseront jamais la République passer entre les mains du peuple ou d’une quelconque volonté de remise en question .

                                                                     https://www.youtube.com/watch?v=ShMVx4whYd0

                                                                    Leur violence politique n’est plus un secret, leur détermination est sans concession.
                                                                    Une mafia reste une mafia, quelque soit le milieu où elle se développe ...............  


                                                                  • Fergus Fergus 16 décembre 2015 12:50

                                                                    Bonjour, stux

                                                                    Le fait est que les grands partis politiques serrent les rangs, avec la complicité d’une oligarchie présente dans tous les milieux d’influence.

                                                                    Les franc-maçons sont-ils au cœur de cette réalité ? C’est probable, dans la mesure où beaucoup sont intégrés aux différents milieux de pouvoir. Mais de là à penser que c’est la franc-maçonnerie qui dicte les orientations, j’ai de sérieux doutes, et cela d’autant plus que les valeurs de la maçonnerie sont plutôt humanistes et égalitaires.


                                                                  • SPQR Sono Pazzi Questi Romani stux 16 décembre 2015 16:02

                                                                    @Fergus
                                                                    Je vais en finir avec cela ......
                                                                    ...... Bauer va encore plus loin. Il soutient que des francs-maçons sont membres du FN.
                                                                    http://357.hautetfort.com/archive/2015/10/06/alain-bauer-et-le-front-national.html

                                                                    Faites Attention avec leur soi-disant humanisme, pendant la révolution de 1789, ils ont coupé plus d’une tête. Par la suite, ils ont accompagné le sanguinaire Bonaparte. 


                                                                  • Fergus Fergus 16 décembre 2015 17:05

                                                                    @ stux

                                                                    Qu’il y ait eu dans l’histoire des dérives de franc-maçons relativement aux valeurs affichées par les loges, je ne le nie pas, mais le seul fait qu’il puisse y avoir, comme vous le montrez en lien, des maçons au FN suffit à montrer qu’il y en partout.

                                                                    Cela signifie par conséquent que si la maçonnerie est influente, son influence part dans toutes les directions ! Ce qui veut dire que la maçonnerie n’est pas déterminante comme le croient certains sur ce site.


                                                                  • gogoRat gogoRat 15 décembre 2015 13:07

                                                                    principale contradiction dans cet article :
                                                                    “50 % des Français ne sont pas représentés à l’Assemblée Nationale !
                                                                    mais :
                                                                    l’abstention – à tous les niveaux et en toutes circonstances – doit être combattue

                                                                     !!!
                                                                     Il ne s’agit pas ici de tenir rigueur à l’auteur d’une erreur (ou faute) qui s’est malheureusement banalisée en France, et qui consiste à oublier allègrement le sens premier, réellement source de consensus, communément attribué au concept de démocratie : chaque citoyen ou citoyenne, devant se voir reconnaître, a priori, la même dignité, devrait disposer d’un égal poids d’expression officielle !
                                                                     
                                                                     Dès lors, personne ne peut décemment s’arroger le droit d’interpréter ce qu’expriment les autres, et encore moins, les absences d’expressions !

                                                                     Comment remettre en cause les institutions si l’on commence, librement, par les cautionner ?!
                                                                     La liberté d’opter pour une tentative d’accord démocratique serait-elle crédible sans un respect total des expressions dissidentes ? sans la possibilité d’un appel à changer, ou seulement à faire évoluer ces institutions ?
                                                                     Pourquoi refuser de voir la valeur (tout à fait respectable) de boycott, que peuvent recouvrir certaines abstentions ?

                                                                     La légitimité, cohérente, a exiger des débats et actions pour faire évoluer notre régime politique peut-elle être revendiquée par celles et ceux qui prétendent se conformer au système de scrutin qu’ils ou elles viennent encore de cautionner par leur vote ? !!
                                                                     
                                                                     Le seul fait de refuser d’envisager des efforts concrets pour tenter de mesurer plus finement l’étoffe de cette ’abstention’ considérée sans ménagement comme un paquet de linge sale, cela ne démasque-t-il pas un refus du respect en dignité appelé par le concept démocratique ? 


                                                                    • Nycolas 15 décembre 2015 13:31

                                                                      @gogoRat

                                                                      Tout à fait d’accord. Autant je comprends la tentative de Fergus de s’aventurer dans des propositions concrètes et constructives, autant j’en vois bien les limites. Quant à l’abstention, aux non-votants, toutes les raisons existent de la plus mauvaise (« j’ai pas envie ») à la plus légitime (« je suis en désaccord avec ce système et refuse de le cautionner en y participant »). Le fait de vouloir empêcher, réduire, interdire, « combattre » l’abstention consiste à cacher le problème sous le tapis.

                                                                      J’ai des amis en Belgique, pays où le vote est obligatoire, qui ne se sentant pas concernés, emploient toutes sortes de stratégies pour tourner le vote en dérision. Certains prennent un bulletin au hasard, certains choisissent celui qui leur parait le plus cocasse, d’autres optent systématiquement pour le plus extrémiste (à gauche comme à droite), bref forcez les gens à voter et ils voteront n’importe comment. Et je ferais de même à leur place, ne me sentant aucunement concerné ni intéressé par ce système inique qui joue quoique je fasse contre mes intérêts et ceux du peuple en général, qui continue pourtant de se masser aux urnes (quoique de manière de plus en plus relative).

                                                                      La non-participation (bien plus que l’abstention), n’est pas un problème, une faute qu’il faille combattre. C’est un défi posé à un système qui s’impose comme étant le seul, et la bonne attitude est de comprendre ce défi, le message (certainement multiple) qu’il envoie, et de le prendre en compte pour éventuellement améliorer les choses. Sans quoi les millions de français qui font le choix de ne pas voter seraient les otages de ceux qui veulent les contraindre à le faire, sans même écouter leurs doléances. Voilà qui serait démocratique et on en est loin, ce qui confirme que nous ne sommes que dans une parodie dans laquelle il y a, comme dans bien d’autres domaines, des bons élèves (les obéissants), et les mauvais élèves (ceux qui ne se soumettent pas). Un peu facile...


                                                                    • Fergus Fergus 15 décembre 2015 14:40

                                                                      Bonjour, gogoRat

                                                                      Vous omettez de rappeler que si j’écris dans ce texte que l’abstention doit être combattue, je couple cela avec la reconnaissance du vote blanc qui rend de facto caduque toute « abstention politique » assimilée avec l’abstention de confort ou celle qui est liée à une incapacité physique.


                                                                    • Fergus Fergus 15 décembre 2015 14:42

                                                                      @ Nycolas

                                                                      Je ne cache rien sous le tapis : voir ci-dessus.


                                                                    • AnthonyDT AnthonyDT 15 décembre 2015 15:30

                                                                      @Fergus

                                                                      La reconnaissance du vote blanc implique de définir les suite du « rejet » et là ça se complique très vite.

                                                                      A la limite on peut refaire un second vote, mais si on a encore un vote blanc massif, on fait quoi ?


                                                                    • Fergus Fergus 15 décembre 2015 15:55

                                                                      @AnthonyDT « si on a encore un vote blanc massif, on fait quoi ? »

                                                                      Bonne question. Qui ne se pose toutefois que si la majorité absolue est requise et non atteinte. Dès lors, il faudrait admettre que le candidat arrivé en tête à la majorité relative a gagné, ou alors que l’on organise un tour supplémentaire après supplément de campagne, avec vainqueur à la majorité relative dans ce tour décisif. Dans les deux cas, cela nécessiterait de revoir le code électoral pour la présidentielle.

                                                                      S’il s’agit d’un scrutin à la majorité relative, il y aura un vainqueur, quel que soit le nombre des votes blancs, mais un vainqueur assez largement délégitimé par son score étriqué.

                                                                      Enfin, il y aura peut-être moins de qualifiés pour le 2e tour s’il en est prévu un.


                                                                    • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 15 décembre 2015 19:59

                                                                      @AnthonyDT

                                                                      « La reconnaissance du vote blanc implique de définir les suite du « rejet » et là ça se complique très vite.

                                                                      A la limite on peut refaire un second vote, mais si on a encore un vote blanc massif, on fait quoi ? »


                                                                      On fait quoi ?

                                                                      Eh bien, les candidats concernés par cette élection ayant essuyé deux revers par un vote blanc massif sont tout simplement éliminés. L’élection sera refaite avec d’autres candidats.

                                                                      Croyez-moi, les copies seront vite revues, et corrigées.


                                                                      Cordialement.


                                                                      Thierry Saladin



                                                                    • Nycolas 15 décembre 2015 13:10

                                                                      Personnellement, je serais plutôt en accord avec les propositions 1 à 6, mais j’y ajouterais un point concernant les députés godillots. Un membre de l’assemblée nationale qui n’y figure pas régulièrement ou qui ne s’implique nullement dans les processus législatifs, sauf pour valider la ligne de son parti, devrait être exclu de l’assemblée. Il faut rompre avec la tyrannie des partis dominants, et d’ailleurs ces propositions n’y suffisent pas.

                                                                      Concernant le point 7, j’émets une réserve sur la notion de listes électorales (6 millions de français n’en font pas partie), mais passe encore, quoiqu’il faudrait au minimum réfléchir aux raisons de ce problème, sans quoi on remplacerait une mascarade par une autre plus ou moins équivalente.

                                                                      Même type de remarque pour le point 8. Puisque des millions de français font le choix de ne pas du tout participer aux scrutins, il serait bon de ne pas passer cette question sous silence pour se contenter de valider le vote blanc. Il est normal qu’une proportion de français ne se reconnaissent absolument pas dans le concept de citoyenneté tel qu’il a été imposé aux masses, et le fait qu’ils ne s’inscrivent pas en tant qu’électeurs n’est ni neutre, ni une question anecdotique. Au contraire, c’est une question centrale si l’on veut parler démocratie sans se mettre la tête dans le sable, comme il est de coutume.

                                                                      Enfin, il me semble que l’ensemble de vos propositions ne soulève pas un problème fondamental, qui est en fait LE problème de notre système : la professionnalisation de la politique. Certes une ou deux de vos propositions l’atténuent, mais sans le résoudre. Or tant que ce problème existera, la politique sera ce qu’elle est, à divers degrés de pourriture et surtout de corruption, et des millions de gens continueront de penser que ça ne sert à rien de perdre son temps à s’intéresser à la politique (cf problème mentionné plus haut). Cette professionnalisation devrait, selon moi, être totalement éradiquée et interdite. On pourrait par exemple rémunérer les gens le temps qu’ils exercent leurs fonctions politiques (cela demande du temps et de l’investissement), puis les renvoyer, comme diraient les guignols à une « activité normale », ensuite. Il y aurait bien sûr toujours des hauts fonctionnaires, et donc des professionnels de la politique d’une certaine façon, mais des comités citoyens permettraient de les surveiller.

                                                                      Malgré tout ça, resterait le problème de l’industrie mondialisée qui est bien plus puissante que les gouvernements, mais éliminer la professionnalisation réduirait sensiblement ce problème, dont j’ai envie de dire que c’est encore une autre histoire...


                                                                      • gogoRat gogoRat 15 décembre 2015 13:47

                                                                        @Nycolas
                                                                         Dans un contexte qui prétend viser à une démocratie, cette question d’une professionnalisation de La Politique mériterait d’être approfondie !
                                                                         Avant-même que de proposer unilatéralement des ’solutions’ toutes faites, ne saurai-t-on pas réfléchir ensemble ? (’Tu vois ça de ta fenêtre’ disait-on ’par chez nous’ )
                                                                         
                                                                         L’émergence d’une intelligence collective plus pertinente et plus efficace, à terme, que toute intelligence individuelle, aussi (af)futée soit-elle, peut fort bien se produire à partir d’individus n’ayant pas de capacités exceptionnelles ou particulièrement développées.
                                                                         Le propre du phénomène d’émergence n’est-il pas d’aboutir à un tout dont les propriétés et capacités sont plus que la somme de ses parties ? ( La force ou richesse potentielle d’une ’union qui fait la force’ n’est-elle pas liée à la richesse d’une grande diversité de points de vues et de chemins d’explorations du possible )
                                                                         
                                                                         
                                                                         La force potentielle d’une vraie démocratie n’est pas à espérer dans la hauteur d’analyse éclairée que pourraient atteindre quelques individus, voire même un maximum d’individus. Elle réside dans une propension de chaque citoyen à l’humilité de savoir se reposer sur le partage des efforts développés par chacun dans ses domaines de prédilection et de compétences.
                                                                         
                                                                         
                                                                         ... d’où l’idée d’un égal poids d’expression publique accordé à chacun ...


                                                                      • AnthonyDT AnthonyDT 15 décembre 2015 13:47

                                                                        @Nycolas

                                                                        Même si on limite la carrière politique officielle d’une personne dans le temps, on ne règle pas le problême si cette personne reste le pion d’un parti. Ca pourrait même aggraver le problême. On trouvera toujours bien qqs « salariés députés » pour aller appliquer les consignes du parti.

                                                                        La non-reconduction est intéressante et probablement suffisante en matière d’exécutif, mais au niveau législatif la main-mise des partis est plus complexe à dessouder je pense. Et c’est dans le domaine législatif surtout que les citoyens doivent avoir le pouvoir si on prône la démocratie.

                                                                        La façon dont les partis traitent ceux qui ont l’audace de contester la ligne directrice montre bien toute l’importance qu’ils attachent à la démocratie. On en a eu des examples récemment.


                                                                      • Fergus Fergus 15 décembre 2015 14:59

                                                                        @ Nycolas

                                                                        « Un membre de l’assemblée nationale qui n’y figure pas régulièrement ou qui ne s’implique nullement dans les processus législatifs, sauf pour valider la ligne de son parti, devrait être exclu »

                                                                        Oui, mais avant d’en arriver là, il suffirait que le député en question paie les amendes prévues par le règlement intérieur. Cela commence à se faire, mais timidement. Qui plus est, il est très difficile de mesurer le présentéisme des députés, entre les sessions plénières et les travaux en Commission qui accaparent le gros de leur travail. A noter que la loi sur le non-cumul des mandats va de facto libérer du temps aux députés pour se consacrer à leur mandat national.

                                                                        Pour ce qui est du point 7, pour quoi voulez-vous donner la parole sur une question élective à des gens qui s’excluent eux-mêmes de la vie politique.

                                                                        La reconnaissance du vote blanc dans les exprimés valide un acte citoyen qui, le cas échéant, peut influer sur le résultat final d’une élection, ce que ne fera jamais l’abstention. Cela ne peut qu’inciter ceux qui affirment s’abstenir pour des raisons politiques à ne plus être amalgamés avec tous ceux qui ne vont pas voter pour des raisons multiples sans rapport avec la vie publique.

                                                                        Pour ce qui est de la « professionnalisation de la politique », militons précisément ensemble pour limiter le nombre des mandats et mettre en place un non-cumul absolu à tous les niveaux de la vie publique. Bien des intentions de carrière s’en trouveront affectées.


                                                                      • gogoRat gogoRat 15 décembre 2015 17:54

                                                                        @Fergus
                                                                         Votre paragraphe concernant une ’reconnaissance du vote blanc’ laisse entendre que certaines perspectives continuent de vous rester inconnues.
                                                                         Vous serait-il donc à ce point inaccessible d’envisager qu’un pourcentage inconnu (car jamais évalué) de non-votants (abstentionnistes ou non-inscrits) peuvent avoir l’ambition de faire bien mieux que d’influer sur le résultat final d’une élection ? 
                                                                         J’espérais pourtant vous avoir laissé entrevoir un cas (parmi d’autres certainement) où des citoyens responsables et dignes entendent boycotter la technique de scrutin qui leur est infligée !
                                                                         
                                                                         
                                                                         D’autre part, tous ceux et celles qui vont déposer un ’bulletin en blanc’ (cf ’chèque en blanc’) dans une urne, resteront ’amalgamés’ à tous les autres votants qui, ensemble (votes ’contre’ autant que ’pour’ ou ’blanc’), auront cautionné et reconnu officiellement et publiquement l’interprétation de ’démocratie’ issue du processus d’élection. Tous ces votants, puisqu’ils prétendent respecter les ’règles du jeu’ du scrutin,deviennent dès lors incohérents dès qu’ils s’éloignent des voies procédurières pour appeler à des changements institutionnels ou de régime politique.
                                                                         
                                                                         
                                                                         Enfin, je reste persuadé que la technique des cahiers de doléances reste une piste pertinente pour un garde-fou opposé à la « professionnalisation de la politique »


                                                                      • Fergus Fergus 15 décembre 2015 18:08

                                                                        @ gogoRat

                                                                        Je suis sur un schéma démocratique. Libre à vous d’être dans une logique révolutionnaire. Mais cette perspective n’est sans doute pas pour demain. D’où l’intérêt d’avancer sur les systèmes qui nous régissent en attendant que soient rédigés, et de manière crédible, des « cahiers de doléance » pouvant déboucher sur une Assemblée constituante.

                                                                        Si ce processus se met réellement en marche dans les années à venir, j’en serai bien évidemment.


                                                                      • gogoRat gogoRat 15 décembre 2015 21:40

                                                                        )@Fergus
                                                                         Il n’est pas très démocratique de votre part de croire être plus que votre interlocuteur détenteur d’un arbitrage sur ce qui relève ou pas d’un ’schéma démocratique’ ; ou de baptiser ’logique révolutionnaire’ une simple invitation à réfléchir ensemble, tout à fait légalement et de façon conviviale et policée, à d’autres possibilités techniques de partage respectueux du pouvoir citoyen !
                                                                         
                                                                         Rien, par ailleurs ne prouve que la technique des cahiers de doléances ne soit nécessairement vouée, au mieux, qu’à « déboucher sur une Assemblée constituante »
                                                                         
                                                                         Cette technique pourrait très bien avoir une vie ’parallèle’ (en fait, vu son indépendance, le mot ’orthogonale’ serait plus juste) au système de pouvoir en vigueur : quel qu’il soit !
                                                                         En effet, ce qui influe sur la décision politique, c’est avant tout la conscience qu’ont les décideurs de la conscience qu’ont les citoyens de la conscience de leurs semblables : volonté générale (savoirs/connaissances/opinions/convictions) exprimée par celles et ceux qui constituent le peuple.


                                                                      • Fergus Fergus 15 décembre 2015 22:42

                                                                        @ gogoRat

                                                                        Je ne crois pas être plus que tel ou tel, je fais simplement des propositions. Libre à chacun d’y adhérer ou pas, et de souhaiter ou pas leur mise en œuvre dans l’avenir.

                                                                        Vos propres réflexions sont parfaitement dignes de respect ; et si le processus que vous appelez de vos vœux se mettait en marche, je le soutiendrais sans hésiter tant le mouvement - quelle qu’en soit la forme - est préférable à l’immobilisme.

                                                                        Bonne nuit.


                                                                      • asterix asterix 15 décembre 2015 14:06

                                                                        Bravo Fergus de répondre systématiquement à tout intervenant.
                                                                        Toutes tes propositions que l’on sent mûrement étudiées et nullement partisanes peuvent se résumer en une :
                                                                        VITE LA 6ème RéPUBLIQUE
                                                                        Et vive la France, tiens !

                                                                        Petites remarques d’un citoyen n’ayant pas droit au débat puisque non Français :
                                                                        En Belgique, nous avons un régime électoral dit à la proportionnelle. Or, celui-ci est triplement pipé :
                                                                        - d’abord du fait de notre dualité de peuple sur un même territoire. Ceux qui nous représentent refusent l’idée d’une seule circonscription nationale pour éviter que l’élection se transforme en recensement déguisé. Les Flamands majoritaires sur le papier n’accepteront jamais de constater qu’il existe une minorité francophone sans droits dans leur pays-région. A l’inverse, les Wallons n’en veulent pas non plus car nombre d’entre eux, les plus à l’extrême-droite, porteraient leur voix sur Bart De Wever alors qu’il n’existe aucune représentation d’extrême-droite en Wallonie, une représentation pourtant majoritaire en Flandre.
                                                                        - cette fameuse proportionnelle n’est pas du tout intégrale car le pays est électoralement divisé en un certain nombre de circonscriptions grandes ou petites qui élisent chacune de 3 à 20 députés selon leur découpage géographique. Il est ainsi quasiment inutile d’aller voter dans la province de Luxembourg entièrement représenté depuis toujours par deux tendances à l’exclusion de toute autre. Tous les efforts « publicitaires » de la particratie portent donc sur les grandes circonscriptions qui permettent la représentation ad minima de petits ( de presque moyens ) partis qui, sans cela, n’auraient pas voix au chapitre, ce qui est un déni d’opinion qui fait le nid des partis captant par un discours simpliste le vote des « victimisés », suivez mon regard..  
                                                                        - enfin, le mécanisme pernicieux de la case de tête, encore une particularité du vote belge, ne permet pas, sauf s’il « rapporte » 40.000 voix à lui seul, l’élection d’un candidat placé loin dans la liste concoctée par les grands partis. En fait, ce jeu pernicieux revient à refuser l’accès au Parlement à des candidats ayant recueilli plus de voix que ceux qui les précèdent, donc à donner préséance aux pousse-boutons dont les bureaux de parti récompensent ainsi le béni oui-oui. Conséquence indirecte : la pâleur du débat parlementaire.

                                                                        Conscient que la proportionnelle représenterait pour la France une révolution démocratique à laquelle elle n’est pas préparée ( et non un danger ! ) j’applaudis ta proposition d’un régime intermédiaire qui permettrait à une liste gagnante de faire passer l’ensemble de ses candidats dans un espace géographique déterminé, espace dont vous disposez depuis la création des super-régions. 70% de proportionnelle et 30 % d’uninominal par million d’habitants de chacune d’entre elles me semble un bon compromis.
                                                                        En espérant, par ces constatations, vous avoir un peu renseigné sur le vote proportionnel que vous ne connaissez pas. Il est finalement regrettable que dans ce grand ensemble qu’est l’Europe que les règles démocratiques de votation interne soient si différentes d’un pays à l’autre.
                                                                        Bien à toi, Fergus
                                                                        Asterix - Alain Sapanhine.


                                                                        • Fergus Fergus 15 décembre 2015 15:09

                                                                          Bonjour, asterix

                                                                          « VITE LA 6ème RéPUBLIQUE »

                                                                          Voilà un excellent résumé de ce que je souhaiterais pour mon pays.

                                                                          Merci pour ce regard sur la complexe situation politique de la Belgique, depuis longtemps pourrie par la rivalité entre Flamands et Wallons. Je ne connaissais pas ce particularisme de la « case de tête », et le fait est qu’il donne envie de réutiliser un mot que j’ai employé dans mon texte : « baroque ». Baroque, mais aussi choquant.

                                                                          La proportionnelle en France, ce sont les très âgés qui la redoutent le plus, car ils se remémorent l’instabilité chronique de la IVe République.

                                                                          Mais au fait, comment votent les germanophones d’Eupen et Malmédy ?

                                                                          Cordialement


                                                                        • asterix asterix 15 décembre 2015 19:32

                                                                          @Fergus rebonjour.

                                                                          La 6ème république s’impose,il vous faut dépoussiérer d’urgence votre Constitution.
                                                                           Bonne chance avec tous ces partis qui n’en veulent surtout pas, ils perdraient leurs rentes de situation.

                                                                          La proportionnelle est la seule solution. J’admets ton bémol mais tout juste.

                                                                          La case de tête est diabolique car l’électeur ne dispose que d’un vote, il peut choisir l’ordre proposé ( la case de tête ) ou le vote de préférence pour un seul candidat. Le résultat est qu’on ne vote pas pour une personne, mais pour un parti. C’est ce qui m’a toujours empêché de voter socialiste, soit dit en passant. Si je vote pour X que j’apprécie, je ne puis admettre que mon vote serve à élire Y que je n’apprécie pas. Ce fait n’a pas l’air de remuer la conscience de mes compatriotes, c’est tout. Donc, je vote pour un parti qui défend ma culture et je fais abstraction du reste. Pire, habitant maintenant en Flandre, je ne voterai pour personne...

                                                                          Eupen/Malmédy/ Saint Vith forment un ensemble particulier en Belgique. Ce sont les anciens pays rédimés devenus belges après la grande guerre. Pour schématiser ( le cadre belge est si complexe ) ce canton de langue officielle allemande n’est pas une région comme les trois autres ( BXL, Wallonie, Flandre ) car trop petite ( un demi département français ) Ses compétences sont uniquement culturelles et ils réclament bien sûr d’être reconnus en tant que 4ème région à part entière. Déjà que la Belgique est divisée en ... subdivisée en ... sous-subdivisée en ... on ne peut quand même pas alors que la paralysie est déjà totale - les régions ont plus de pouvoirs que l’état central - en arriver à accorder leur autonomie totale à chaque village sous peine de revenir au bas Moyen-Äge ou aux villes franches.

                                                                          En fait, notre spécificité réside ailleurs et je m’étonne que la France ne s’intéresse pas à un fait évident : la Flandre est sous la coupe de l’extrême-droite et cela ne semble plus gêner personne. Cette diabolisation qui fait la une en France n’existe pas chez nous où elle est banalisée et trouve même des alliés dans la partie francophone du pays où son influence en tant que parti est quasiment égale à zéro, par manque de leader sans doute. Mais les commentaires de lecteurs dans notre presse démontrent qu’il y a grosso modo autant d’admirateurs à Marine que chez vous, preuve qu’il existe une banalisation de l’extrême-droite partout en Europe.
                                                                          Consolez-vous, il n’y a pas que la France qui fait tache. . 


                                                                        • Fergus Fergus 15 décembre 2015 22:56

                                                                          @ asterix

                                                                          Merci pour toutes ces précisions.

                                                                          Il ne m’étonne pas que Marine Le Pen ait des admirateurs en Flandre, eu égard au pourcentage important de populistes et d’extrémistes, même si le Vlaams Belang a été phagocyté par le N-VA. La photo de famille n’en est pas moins inquiétante, et j’imagine que ce ne doit pas forcément être tous les jours agréable pour un Wallon « exilé ».

                                                                          Dommage car il y a de la très bonne musique traditionnelle dans le plat pays. smiley 

                                                                          Bonne nuit.


                                                                        • L'enfoiré L’enfoiré 16 décembre 2015 10:04

                                                                          @Fergus,


                                                                           Désolé, je vais devoir déchanter l’enthousiasme d’Asterix, faire un peu le contre-pouvoir, répondre au choix de mon avatar qui est un moustique qui pique.
                                                                           Je ne dirai pas vive la France. Je ne dirais pas vraiment vive la Belgique, mais un peu plus, vive Bruxelles, puisque j’y vis bien.
                                                                           Non, je dirais vive la Suisse.
                                                                           Tout ce que vous préconisez, cher Fergus, cela existe juste à côté de chez vous, en Suisse.
                                                                           Au moins, là, on ne serait pas pauvre comme Job sans jobs. 
                                                                           Oui, en Suisse, il y a un ticket d’entrée élevé.
                                                                           Demandez au Grand Charles.
                                                                           Mais non pas Charles de Gaulle.
                                                                           Charles Aznavour, voyons.
                                                                           Le pognon, il sait ce que cela veut dire.
                                                                           Là, où on parle quatre langues sans créer de remous avec des horloges au poignet, du chocolat comme je l’aime (qui chez nous, à pris une belle étiquette à la belge, mais qui ne l’est plus après un« Choc au la ») avec des tartiflettes au fromage, la pureté de ses lacs et j’en passe en espérant pas trop faire de clichés...
                                                                           Oui, s’il y a un endroit dans lequel j’aimerais habité si ce n’est plus à Bruxelles, ce serait en Suisse.
                                                                           Question sécurité comme abri anti-nucléaire, j’en aurais peut-être un dans le jardin si je n’étais pas près d’un tunnel. 
                                                                           Il n’y a pas photo, mais j’aime les montagnes qui je l’espère reste encore un peu enneigées.
                                                                           Je surfe tous les jours sur Internet, j’aimerais glisser sur d’autres pentes.
                                                                           

                                                                        • L'enfoiré L’enfoiré 16 décembre 2015 10:13

                                                                          ... et s’ils ne m’acceptent pas....

                                                                          Ben je m’inscrirai comme Monégasque potentiel...
                                                                          Elle me plait bien l’épouse du palais.... 
                                                                          Et puis, c’est pas mal non plus la mer bleue....
                                                                           smiley

                                                                        • L'enfoiré L’enfoiré 16 décembre 2015 10:43

                                                                          Oui, Fergus, j’aime là où il y a "le luxe, le calme et la volupté, comme Baudelaire ou Ulysse qui a fait un beau voyage.
                                                                          Je connais trop bien la France, mais pas tous les Français.

                                                                          Ils sont parfois trop nombreux, pour moi qui aime taquiner les cultures différentes.
                                                                          Oui, c’est vrai comme je ne suis pas arrêté par du monolinguisme, j’aime et je peux allez voir ailleurs aussi.

                                                                        • L'enfoiré L’enfoiré 16 décembre 2015 10:46

                                                                          Cela m’amuse toujours un peu ce genre de documentaire qui aurait pour titre « Le plus beau pays du monde » comme celui qui est sorti sur la France.

                                                                          En fait, ils oublient d’aller voir ailleurs avant de titrer leurs films. 

                                                                        • Fergus Fergus 16 décembre 2015 11:01


                                                                          Bonjour, L’enfoiré

                                                                          Il se trouve que je connais très bien la Suisse, où je me suis rendu souvent, et où j’ai plaisir à retourner de temps à autre. Pour ses paysages exceptionnels, pour son patrimoine architectural, pour la diversité de ses populations et de ses langues,  pour la qualité de sa cuisine et de ses vins. Il n’y a qu’une chose qui me dérange en Suisse : les activités bancaires occultes qui ont fait sa richesse, mais qui commencent à être mises à mal.

                                                                          A toutes fins utiles, je vous livre le dernier article que j’ai consacré à ce pays (août 2014) : La Haute-Engadine, une pure merveille de la nature.


                                                                        • Fergus Fergus 16 décembre 2015 11:09

                                                                          @ L’enfoiré

                                                                          « Le plus beau pays du monde » est en effet beaucoup trop pompeux, ou cocardier, comme titre, et cela d’autant plus qu’une affirmation de ce genre est forcément subjective.

                                                                          Nettement moins subjectif, « Le pays le plus diversifié du monde » ne serait pas faux, eu égard à la formidable diversité des paysages, de l’architecture et des cultures locales sur un territoire aussi restreint que celui de la France métropolitaine. J’ai d’ailleurs un article en projet sur ce thème.


                                                                        • L'enfoiré L’enfoiré 16 décembre 2015 12:07

                                                                          Les banques suisses ont fait leur richesse avec ce que vous mettez en évidence.

                                                                          Evidemment.
                                                                          La richesse vous effraye-t-elle ? On n’aime pas les riches en France. C’est mal vu.
                                                                          Il y en a de deux sortes : l’une efficace qui crée des emplois et l’autre qui ne fout pas une dalle en dormant sur leurs lauriers.

                                                                          Je vais lire votre article sur la Suisse avec beaucoup d’intérêts.
                                                                          A y réfléchir, je n’ai pas souvent résidé en Suisse.Mais je suis souvent passé par là pour aller par le Gottard et passer en Italie.
                                                                           J’y ai travaillé par contre avec des collègues suisses à Thalwil dans le canton de Zurich.
                                                                          « Arbeit mach frei » était une idée qui planait chez eux.
                                                                          Le repas de midi ne se prolongeait pas au delà des heures prévues pour. pas de dernier petit verre de vin pour élargir ce moment de relaxation.
                                                                          Je vais rappeler une très bonne et ancienne collègue à la rescousse pour qu’elle donne son avis.
                                                                          J’ai eu aussi une famille de Suisse à qui j’ai servi de guide d’un jour à Bruxelles que j’ai connu sur le début de cette antenne, il y a près de dix ans. 
                                                                          Et qui m’ont en échange donné quelques impressions et manières de vivre.
                                                                          Non, on couche pas sur la paille de ce côté-là.

                                                                        • Fergus Fergus 16 décembre 2015 13:02

                                                                          @ L’enfoiré

                                                                          Thalwil, j’y suis passé une fois en allant de Zürich à Zug.

                                                                          La richesse ne m’effraie pas. Mais je suis allergique au secret bancaire qui permet à nombre de personnes d’échapper à la solidarité nationale dans leur pays. Sous cet angle-là, je n’aime pas la Suisse. Par chance, il y a, à côté, tant d’aspects séduisants que je n’en fais pas un motif de boycott. smiley


                                                                        • L'enfoiré L’enfoiré 16 décembre 2015 14:49

                                                                          Je viens de tomber sur un article qui définissait très bien la France : « Il y a deux France »

                                                                          “La victoire d’un parti xénophobe, qui fait fructifier son fonds de commerce grâce à la haine des Maghrébins et la stigmatisation des musulmans, nous rappelle un fait, un constat : pour beaucoup de Marocains, il y a toujours eu deux France. L’une aimée, respectée et proche des cœurs, et l’autre exécrée, abhorrée et indigne. La France qu’on respecte, et envers laquelle beaucoup de Marocains sont reconnaissants, est celle de la culture, des lettres et du savoir. Cette France qui ouvre ses universités, ses écoles, ses centres de recherche et ses bibliothèques à de jeunes étrangers. Elle est hospitalière, accueillante et chaleureuse. Mais il y a aussi cette autre France condescendante et hautaine, qui se complaît dans le mythe du déclin, qui se déteste et se referme sur elle-même. Hélas, c’est cette France qui est en train de prendre le dessus.

                                                                          En définitive, ce n’est plus « Douce France » de Trenet, ni « Ma France » de Ferrat.

                                                                          Un beau pays, mais dans lequel, il y aurait trop de Français, comme je l’écrivais un jour dans un article avec un titre « Ne m’appelez plus France ».


                                                                        • Fergus Fergus 16 décembre 2015 16:17

                                                                          @ L’enfoiré

                                                                          Il y a bien deux France, en effet, et le clivage n’est malheureusement pas prêt de se résorber. Merci pour le lien.


                                                                        • L'enfoiré L’enfoiré 17 décembre 2015 19:19

                                                                          @Fergus, J’avais dit que j’aurais un avis à partir de Suisse, le voici :


                                                                          Il n’y a pas qu’une Suisse, mais des cantons, tous différents. On est plus ou moins bien loti suivant le canton dans lequel on vit. Et il ne faut pas oublier que la Suisse a été pauvre. Je pense que chaque pays vit selon des cycles plus ou moins longs de pauvreté ou de richesse.
                                                                          Par contre, un atout majeur de la Suisse, c’est que ses habitants peuvent voter plusieurs fois par année et donc prendre part aux décisions importantes. Il est plus facile d’accepter des décisions prises par la majorité de la population plutôt que celles prises par le gouvernement.

                                                                        • Fergus Fergus 17 décembre 2015 19:51

                                                                          Bonsoir, L’enfoiré

                                                                          En effet, cela correspond parfaitement à ce que je connais de la Suisse et de ses habitants.


                                                                        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 décembre 2015 16:36

                                                                          Pour moderniser la vie politique il faut changer les principes et les concepts fondamentaux qui ont présidé à l’organisation humaine, sociale et politique d’aujourd’hui qui est ... UN ÉCHEC GLOBAL ! 


                                                                          Pour cela j’avais proposé de jeter à la poubelle la supercherie des pieds droits de l’homme et de promulguer à la place la « DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DEVOIRS HUMAINS » !

                                                                          C’est la seule issue, la seule solution et la seule manière de redonner un autre avenir à l’humanité. LA VRAIE DÉMOCRATIE, telle que je l’ai redéfinie remplacera le LEURRE DÉMOCRATIQUE qui a malheureusement réussi à créer le L’EMPIRE MONDIAL DE L’ARGENT qui mettra dans peu de temps l’humanité FORTEMENT TERRORISÉE au chômage durable !!! 

                                                                          En un mot, pour moderniser la vie politique, il convient de BANALISER ET DE LÉGIFÉRER LA FONCTION POLITIQUE, COMME JE NE CESSE DE LE RÉPÉTER DEPUIS DES ANNÉES ! 

                                                                          Mais je sais aujourd’hui qu’il ne faut rien attendre des Français qui ont plus que tous les peuples du monde cultivé l’obéissance et accepté la servitude : C’EST LE RÉSULTAT ET LA CONSÉQUENCE DE LA CONTRE-RÉVOLUTION FRANÇAISE DE 1789 QUI TERRORISE ENCORE LE PAUVRE PEUPLE !

                                                                          La clé de l’échec français est bien là : Une contre-révolution qui avait éliminé un Roi pour asseoir les privilèges d’une noblesse qui a donné l’inamovible classe régnante jusqu’à aujourd’hui ! 

                                                                          C’est quoi un chef d’Etat en 2015 ? Allez réfléchissez un instant, vous trouverez la bonne réponse !

                                                                          • Fergus Fergus 15 décembre 2015 17:29

                                                                            Bonjour, Mohammed MADJOUR

                                                                            Vaste programme ! Je vous souhaite beaucoup de détermination et de... patience car la route sera longue.


                                                                          • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 décembre 2015 17:36

                                                                            Bonjour Fergus,
                                                                            .
                                                                            il ne faut pas chercher long temps pour trouver un parti politique qui regroupe la plupart des 8 propositions voire beaucoup plus de propositions dans son programme :

                                                                            C’est l’UPR !!!
                                                                            http://www.upr.fr/wp-content/uploads/presidentielles/Programme-Liberation-Nationale.pdf
                                                                            .

                                                                            L’UPR propose dans son programme concernant
                                                                            la Représentation nationale
                                                                            .
                                                                            Instaurer l’équité du financement public pour les activités politiques.
                                                                            Ce financement sera strictement proportionnel aux voix reçues à chaque élection, décomptées dès la première voix.
                                                                            .
                                                                            Reconnaître le vote blanc comme un vote à part entière.
                                                                            Annuler le scrutin et convoquer de nouveau les électeurs en cas de vote blanc majoritaire, avec interdiction aux candidats du vote précédent de se représenter.
                                                                            .
                                                                            L’UPR propose dans son programme concernant
                                                                            La Moralité de la vie publique
                                                                            .
                                                                            Réformer le statut de l’élu, avec interdiction du cumul des mandats fixée par une loi organique.
                                                                            .
                                                                            Limiter à un seul renouvellement consécutif les mandats de parlementaires, conseillers régionaux et généraux. Poser le principe de l’examen périodique des conflits d’intérêts et celui de l’inéligibilité à vie d’un responsable public condamné pour corruption.
                                                                            .
                                                                            Remettre au premier plan le principe de la laïcité et du refus du communautarisme.
                                                                            .
                                                                            Instaurer une véritable démocratie économique et sociale impliquant l’éviction des féodalités financières de la direction de l’économie.
                                                                            Cela implique l’abrogation de l"article 123 du traité sur le fonctionnement de l’UE (TFUE), mesure cohérente avec notre dénonciation globale de ce traité en application de l’article 50 du TUE.
                                                                            .
                                                                            L’UPR propose dans son programme concernant
                                                                            Du bon usage de la Démocratie
                                                                            .
                                                                            Rétablir la démocratie la plus large
                                                                            Entreprendre une grande réforme constitutionnelle soumise à referendum afin de rétablir les grands principes démocratiques et républicains.
                                                                            .
                                                                            Interdire, de manière constitutionnelle les transferts de souveraineté non limités dans le temps et dans l’objet.
                                                                            .
                                                                            Interdire, de manière constitutionnelle, toute prise de contrôle des médias de masse par des fonds de pension ou des groupes et conglomérats multinationaux.
                                                                            .
                                                                            Instaurer le référendum d’initiative populaire en plus du référendum d’initiative présidentielle.
                                                                            Ce second type de référendum s’effectuera sous le contrôle de la nouvelle Cour constitutionnelle, qui vérifiera préalablement sa conformité avec la Constitution. Une loi organique en fixera les modalités d’organisation. Les référendums pourront comporter plusieurs questions pour nuancer les réponses.
                                                                            .
                                                                            Reconnaître le vote blanc comme un vote à part entière.
                                                                            Annuler le scrutin et convoquer de nouveau les électeurs en cas de vote blanc majoritaire, avec interdiction aux candidats du vote précédent de se représenter.
                                                                            .
                                                                            Instaurer l’équité du financement public pour les activités politiques.
                                                                            Ce financement sera strictement proportionnel aux voix reçues à chaque élection, décomptées dès la première voix.
                                                                            .
                                                                            Établir la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’État et des puissances d’argent
                                                                            .
                                                                            Adopter des lois anti-concentration et des dispositifs permettant de lutter contre la logique de la financiarisation et la logique commerciale dans le domaine des médias.
                                                                            .
                                                                            Assurer une diversité politique représentative des différents courants d’opinion parmi les journalistes présentateurs d’émissions d’information.
                                                                            .
                                                                            Transformation du Conseil supérieur de l’Audiovisuel (CSA) en une Cour supérieure de l’Audiovisuel.
                                                                            .
                                                                            Chargée de veiller à la représentativité politique objective de la population dans toute sa diversité, cette Cour sera, comme la Cour constitutionnelle (voir supra), composée de magistrats professionnels. Elle pourra recueillir et mettre en œuvre les demandes des Français grâce à des sondages sur Internet auprès de plusieurs dizaines de milliers d’auditeurs et de téléspectateurs.
                                                                            .
                                                                            Supprimer la reconnaissance du mandat d’arrêt européen et revenir à la procédure normale d’extradition, seule garante des
                                                                            libertés publiques.
                                                                            .
                                                                            etc. etc...
                                                                            .
                                                                            http://www.upr.fr/wp-content/uploads/presidentielles/Programme-Liberation-Nationale.pdf


                                                                            • Fergus Fergus 15 décembre 2015 17:57

                                                                              Bonjour, eau-du-robinet

                                                                              Fort bien, et merci pour toutes ces précisions. Le problème est que l’UPR n’est pas au pouvoir et n’est pas prêt de l’être.

                                                                              Néanmoins, en affichant clairement, lors de la présidentielle, de tels engagements, débarrassés des scories d’une sortie de l’UE aussi dangereuse pour l’économie que pour les équilibres géopolitiques continentaux, peut-être serez-vous en mesure de progresser significativement en 2017.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès