• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > A propos du décès de Jacques Chirac

A propos du décès de Jacques Chirac

une réflexion de Georges Gastaud (*)

 

Une trajectoire politique hautement contrastée

Nous venons d’apprendre la mort de Jacques Chirac auquel, après l’avoir honni lorsqu’il terminait son second mandat présidentiel, une majorité de Français consultés sur cette question n’aura cessé de témoigner un certain retour d’affection ces dernières années. Au-delà de l’homme, dont ceux qui l’ont approché disent qu’il savait parfois respecter ses opposants et faire montre à leur endroit d’une certaine jovialité « républicaine », la trajectoire politique hautement contradictoire et de plus en plus européiste de Chirac est révélatrice de l’évolution politique de plus en plus réactionnaire de « notre » grande bourgeoisie.

Un héritage gaulliste, sinon gaullien

Après avoir vendu l’Huma à la criée aux temps lointains de sa jeunesse, à une époque où le PCF issu de la Résistance était le premier parti de France, J. Chirac est vite devenu une figure centrale du parti gaulliste dont il a souvent anticipé et incarné les évolutions.

 D’un côté, Chirac portait encore – de manière de plus en plus vestigiale, épisodique et velléitaire – une certaine « idée de la France » indépendante et non alignée quand il s’opposait courageusement au boutefeu yanqui G.W. Bush à propos de l’Irak, quand il tenait tête à l’Etat colonial israélien en défendant la dignité des Palestiniens, quand, de son lit d’hôpital il lançait en 1979 « l’appel de Cochin » en dénonçant le « parti de l’étranger », à savoir l’UDF… et Mitterrand, accusés de vouloir dissoudre la France dans l’UE supranationale en construction. C’est aussi Chirac qui avait chargé son ministre Toubon de faire voter une loi protégeant la langue française contre la marée montante du tout-anglais transatlantique. C’est encore Chirac qui, en 2004, – alors que le Baron Sellières, l’ex-patron du MEDE« F » devenu président du syndicat patronal européen « Businesseurope », déclarait devant le Conseil européen «  je ne vous parlerai plus désormais qu’en anglais, la langue de l’entreprise et des affaires  » -, avait, non sans panache, claqué la porte de ce cénacle de chefs d’Etat anglo- et américano-formatés en provoquant un mini-scandale tout-à-fait justifié.

Chirac, ou le devenir du gaullisme, de l’homme du 18 juin à l’actuel « Besoin d’aire » du MEDEF

Toutefois, comme les analyses du PRCF l’ont maintes fois signalé, le gaullisme à l’ancienne est révolu en tant que courant de masse bourgeois hégémonique* dans notre pays et cela explique, bien plus que ne le peut le faire la maestria opportuniste et le caméléonisme idéologique avérés du Rastignac corrézien, la manière dont la France officielle des Giscard, Mitterrand, Sarkozy, Hollande et autre Macron est progressivement devenue la vassale agressive de l’Oncle Sam ; la classe dominante capitaliste s’est ainsi dotée de gouvernements de plus en plus acharnés à détruire les conquêtes sociales du CNR à l’intérieur du pays et à imposer l’ordre euro-atlantique mâtiné de Françafrique agressive à l’extérieur de nos frontières, notamment au Proche-Orient, en Ukraine, en Afrique, en Amérique latine, etc. : car l’hégémonie nationale du courant gaulliste et son incontestable prestige mondial n’ont été circonstanciellement possibles que dans une période historique où, d’une part, les grandes sociétés capitalistes à base française fusionnaient encore pour l’essentiel à l’échelle nationale sous l’égide d’une Cinquième République taillée sur mesure pour mettre l’Etat-nation au service des BNP-Paribas, Péchiney-Ugine-Kuhlmann, BSN-St-Gobain et Cie ; d’autre part, De Gaulle, puis dans une mesure de plus en plus rapidement décroissante, ses épigones élyséens « post-gaullistes » pouvaient encore à l’époque « naviguer » à l’international et jouer leur propre jeu « non aligné » (sans jamais quitter bien sûr le camp capitaliste et antisoviétique) – entre l’ « hégémon » impérialiste étatsunien et le camp socialiste à l’échelle internationale ; dans la mesure où il leur arrivait de s’opposer à l’Oncle Sam et au retour en force de l’impérialisme allemand, De Gaulle et ses successeurs prenaient alors occasionnellement appui sur la force du PCF en l’utilisant, tantôt comme un repoussoir politique (« Entre les communistes et nous, il n’y a rien », disait Malraux), tantôt comme d’un appui citoyen objectif quoique profondément critique (face au projet américain d’AMGOT en 1944, au projet de « communauté européenne de défense » en 1953, au putsch de l’Armée coloniale d’Algérie en 1962, à la présence en France de l’OTAN en 1966, à la domination néocoloniale anglophone sur le Québec en 1967, etc.). Depuis cette époque, la lave des fusions monopolistes à l’échelle transcontinentale et le torrent boueux de la contre-révolution anticommuniste européenne ont déferlé sur la France : désormais le MEDEF et le CAC-40 proclament urbi et orbi (cf leur Manifeste « Besoin d’aire » de 2012) leur volonté cynique de liquider l’Etat-nation, d’édifier les « Etats-Unis d’Europe » sous pilotage berlinois, de briser le cadre territorial « jacobin » en « reconfigurant les territoires », de favoriser le basculement du pays au tout-anglais, de « démanteler le programme du CNR » (Denis Kessler, lors de l’élection de Sarkozy) : en un mot, leur détermination de classe et de caste à inscrire la course au profit maximal de l’oligarchie financière « française » dans le cadre euro-atlantique dessiné par le CETA, et bientôt n’en doutons pas, par le retour du TAFTA et par la mise en place de l’ « armée européenne » arrimée à l’OTAN et dominée par l’impérialisme allemand redevenu hégémonique. L’attachement sentimental au gaullisme ne disparaît pas pour autant dans une large fraction de notre peuple (De Gaulle reste, sondage après sondage, la figure historique la plus appréciée des Français), mais la référence à l’œuvre – d’ailleurs très composite et contrastée – du Général est de plus en plus formelle, décorative, purement électoraliste dans les milieux oligarchiques qui, de Macron au PS en passant par les LR, font leur la parole assassine de Mitterrand : « la France est notre patrie, l’Europe notre avenir » : en clair, pour la grande bourgeoisie et pour son Parti Maastrichtien Unique, « la France » – à ne pas confondre avec l’impérialisme qui s’en réclame – appartient largement au passé !

Patriotisme conséquent ou service de l’oligarchie ? Aux racines du « velléitarisme » chiraquien.

Et c’est fondamentalement cet ancrage de classe oligarchique du « chiraquisme » qui explique ceci : malgré un attachement qu’on veut croire sincère à l’héritage gaulliste, J.Chirac n’a jamais été mieux qu’un velléitaire en matière d’indépendance nationale, et malgré ses slogans électoraux de 1995 sur la « réduction de la fracture sociale  », le président défunt aura largement contribué – bien que trop lentement aux yeux des Sarkozy, Raffarin et autre Fillon – au démontage des conquêtes sociales de la Libération et à l’approfondissement mortifère de la « construction » européenne. Dès 1992, Chirac s’est ainsi mouillé à fond aux côtés de Mitterrand dans la campagne du Oui au Traité de Maastricht et à sa funeste « économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée »

Chirac à la signature du traité de Nice – 2001

Récidive euro-chiraquienne en 2005 où, de concert avec Hollande et Sarkozy, Chirac appellera vainement à voter oui à la constitution européenne, c’est-à-dire à la mise en place d’un ETAT supranational que refusèrent très largement les Français. C’est ainsi également qu’en décembre 1995, sitôt élu sur une ligne « sociale » contre des « socialistes » à la Delord qui incarnaient l’euro-austérité depuis le « tournant européen de la rigueur » de 1983, Chirac et Juppé ne feront aucune difficulté pour obtempérer sans gloire aux sommations budgétaires d’Helmut Kohl, en tentant d’iposer le « plan Juppé » qui allait provoquer les grandes grèves de l’hiver 1995. Ne parlons pas du point final mis par Chirac et Villepin au principe républicain de la conscription pour mettre en place une armée de métier déconnectant la défense nationale de tout contrôle par les citoyens soldats… Comment oublier en outre la contre-réforme des retraites de la fonction publique imposée en 2003 par Fillon et Raffarin, qui a conduit à l’appauvrissement de centaines de milliers de travailleurs de la fonction publique tout en infligeant une lourde défaite au mouvement populaire ; ou encore l’euro-privatisation de Gaz de France engagée par D. de Villepin, alors engagé dans une course à l’investiture présidentielle avec Sarkozy qui imposait de capter la bienveillance de MM. les grands actionnaires propriétaires des médias : car le « patriotisme économique » pèse décidément bien peu pour certains « gaullistes » quand il s’agit de servir leur classe… et d’accéder à l’Elysée !

Racines de la « chiraco-nostalgie » française

Cependant nous n’avions pas encore complètement basculé alors dans le « nouveau monde » grossièrement antilibéral, fascisant et proprement policier qu’incarnèrent successivement, contre Chirac, la « rupture » sarkozyste, le flicage des manifs à la Manuel Valls et la violence physique méthodique de Castaner contre les Gilets jaunes.

 
JPEG

Sur FRANCE 2 Chirac sous la pression de la rue annonce qu’il n’appliquera pas le CPE

En 2006, face à l’insurrection massive de la jeunesse contre le Contrat Première Embauche, Chirac eut encore la sagesse de reculer : la grande bourgeoisie – qui misait alors sur le fascisant jeune loup Sarkozy – ne le lui pardonnera pas ; et à grand regret, Chirac devra subir l’humiliation de se retirer et d’appeler à voter pour Sarkozy, qui fut au président actuel ce que Macron est aujourd’hui à son « père politique » F. Hollande… Si bien que lorsque les Français expriment de l’affection à l’endroit de Chirac, c’est, au-delà de l’homme, à cet « ancien monde » où les mots « souveraineté », « acquis sociaux », « syndicalisme », « entreprises nationalisées », « francophonie », voire… « parti communiste » n’étaient pas – pas encore ! – totalement diabolisés que va leur nostalgie. Place désormais au « nouveau » monde, fait de brutalité absolue – sous un vernis démocratique de plus en plus transparent – à l’encontre des dominés et de tout ce qui résiste au néolibéralisme, à l’euro-atlantisme, à l’arasement des conquêtes de la Révolution jacobine, du Front populaire et du Conseil national de la Résistance, voire à tout vestige de feu la politique étrangère gaulliste…

Socialisme et indépendance nationale plus que jamais indissociables !

Mais il est vain de regretter le passé. Dans ce « nouveau » monde cruel où Trump s’assoit ouvertement sur l’environnement, sur les nations libres, sur les droits de l’homme et sur la paix mondiale (« America first ! »), il appartient à la classe laborieuse de reprendre pleinement à son compte le drapeau du progrès humain et de l’indépendance nationale que l’oligarchie piétine allégrement. Plus que jamais, l’avenir de la France, comme celui de l’humanité, appartiennent au monde du travail et c’est en visant au Frexit progressiste pour notre pays et à un socialisme-communisme de nouvelle génération pour l’humanité qu’il nous faut nous tourner vers l’avenir en donnant toute sa signification REVOLUTIONNAIRE au programme du CNR appelant à « « mettre le monde du travail au centre de la vie nationale ».

Georges Gastaud est fils de Résistant gaulliste, militant du Pôle de Renaissance Communiste en France

https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/a-propos-du-deces-de-jacques-chirac-une-reflexion-de-georges-gastaud/?preview_id=43442&preview_nonce=35e8019662&preview=true&_thumbnail_id=43444


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 27 septembre 08:55

    On va peut-être pouvoir ré-ouvrir plus sereinement le dossier Boulin...


    • Paul Leleu 27 septembre 18:05

      @Clocel

      possiblement... il reste que Boulin a été abadonné par l’ensemble de la classe bourgeoise française, qui s’est compromise avec Chirac... ça restera donc un sujet délicat... comme le vieux cousin interné dont personne, pour diverse raisons, ne veut entendre parler... Mais c’est vrai que ça relativise certainement la « chaleur humaine » du bonhomme Chirac, qui est à peu près la seule qualité que les gens lui trouvent... il ne lui reste donc plus rien...

      il reste un bel exemple d’ordure et de mollasson... il a abandonné ses convictions pour faire carrière, et vendre la France... c’est le Mitterrand de la droite...


    • Clocel Clocel 28 septembre 07:33

      @Paul Leleu

      Qui l’eût cru Leleu ! Pour une fois je suis d’accord avec vous ! smiley

      Cela dit, les convictions, en politique, en France...


    • François Vesin François Vesin 30 septembre 08:57

      @Clocel
      La mare est trop profonde où
      la prolifération des crocodiles
      rend périlleuse toute investigation.
      Sarkozy trop petit n’avait pas pied
      Hollande trop gros restait en surface
      Macron trop lâche n’est pas étanche.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 08:58

      Bon résumé des diverses périodes de la vie politique de Chirac.

      Il fut un temps où il fustigeait la construction européenne..., c’était en 1979.


      • Paul Leleu 27 septembre 18:09

        @Fifi Brind_acier

        oui... il y a quelque chose de bizarre à ce sujet... on semble trouver des circonstances aténuantes à Chirac ! ... du genre « il a renié ses convictions et vendu la France, mais c’était pour lui le seul moyen de faire carrière »... bah oui... c’est plutôt l’exemple d’un sacré dégueulasse il me semble... c’est plutôt aux hommes intègres qui n’ont pas fait carrière qu’il faudrait rendre hommage.

        Chirac c’est le Mitterrand de la droite...

        d’ailleurs, Mitterrand était en fait un facho, et Chirac était en fait un gaucho... mais ils ont tous les deux reniés leurs convictions pour faire carrière... et in fine trahi même leurs partis d’adoption pour uniquement servir leurs maitres oligarchiques.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 septembre 07:30

        @Paul Leleu
        Vous pouvez ajouter Tsipras à la liste. Tsipras a donné tous les gages nécessaires à l’oligarchie euro-atlantiste pour l’assurer du caractère totalement inoffensif de ses slogans, bien avant d’arriver au pouvoir ! 


      • ETTORE ETTORE 27 septembre 10:00

        Bah, j’ai surtout évité de regarder le dégoulinant Macron, habillé de son dégoulinant hommage.....

        Chirac était ce qu’il était, mais quitter cette terre avec un discours de Macron à la clé.....c’est quand même con.


        • Clocel Clocel 27 septembre 10:13

          @ETTORE

          Bha... C’est le Kaddish du monde libéral...


        • Fergus Fergus 27 septembre 13:03

          Bonjour, ETTORE

          Soyons objectifs : si Macron ne s’était fendu que d’une petite phrase creuse de condoléances, il aurait attaqué de toutes parts. Et cela à juste titre, eu égard à la fonction des deux hommes et aux devoirs que l’exercice du pouvoir impose !


        • Eric F Eric F 27 septembre 14:09

          @Fergus
          du reste son discours était bien écrit (quoiqu’un peu long comme à l’accoutumé) et il l’a lu consciencieusement en bon acteur qu’il est.


        • Paul Leleu 27 septembre 18:16

          @ETTORE

          Chirac n’était pas mieux que Macron... il a appliqué la même politique, et a largement méprisé les français qu’il prétendait aimer...

          alors je ne comprends pas l’acharnement sur Macron. Il n’y a pas de raison.


        • ETTORE ETTORE 27 septembre 20:25

          @Paul Leleu
          Je n’ai pas entendu parler de tir de LBD sous Chirac.
          Si ce n’est que ça....pour « la raison ».
          Niveau acharnement, je suis petit joueur face à l’acharnement de ce gouvernement à faire clore le bec à tout ce qui ne vas pas dans son sens de la compréhension.
          Chirac, il caressait le cul des vaches et aimait les sumo.
          Ca restait « bio » contrairement à celui qui parfume la France aux gaz lacrimos
          Et puis ce n’est pas parce que l’on a donné qu’il faut accepter de se faire mettre ....encore et encore.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 septembre 07:45

          @Paul Leleu

          alors je ne comprends pas l’acharnement sur Macron. Il n’y a pas de raison.

          Depuis Pompidou, ils ont tous voté tous les Traités européens et ont tous fini par se soumettre aux intérêts de Washington. Macron comme les autres.

          Mitterrand disait à la fin de sa vie :
          « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. »


        • titi 28 septembre 17:13

          @Fifi Brind_acier
          Une guerre comme ils l’ont pratiquée sur les amérindiens ...


        • alexis42 alexis42 27 septembre 11:19

          « le gaullisme à l’ancienne est révolu »

          Et que dire du communisme, à l’ancienne ou actuel ?


          • Abou Antoun Abou Antoun 27 septembre 11:44

            Comme dit l’ami Georges :« et quand ils ont cassé leur pipe, les morts sont tous de braves types ».


            • Abou Antoun Abou Antoun 27 septembre 11:47

              Chirac, le roi fainéant qui restera célèbre pour ce qu’il n’a pas fait : la guerre en Irak.


              • machin 27 septembre 15:03

                @Abou Antoun

                "Chirac, le roi fainéant qui restera célèbre pour ce qu’il n’a pas fait : la guerre en Irak.

                "

                Super formule, je ne m’en lasse pas.



              • Paul Leleu 27 septembre 18:18

                @Abou Antoun

                à mon avis Chirac était tenu par Saddam Hussein, pour des dossiers... un peu comme Sarkozy avec Khadafi...

                parce-que Chirac n’a pas soutenu notre allié historique, la Serbie contre l’OTAN... au contraire ! De même il a engagé la France en Afghanistan...

                donc, faut largement relativiser à mon avis


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 septembre 07:48

                @Paul Leleu
                Ce qui a été dit, c’est que les services de renseignements français savaient que la fiole de Colin Powell, c’était du pipeau. D’autres disent qu’il voulait protéger la Mésopotamie qui est le berceau de la civilisation occidentale.


              • titi 28 septembre 17:15

                @Abou Antoun
                Au fait les ricains ils les cherchent toujours les armes de destructions massives ?


              • the clone the clone 27 septembre 12:18

                L’Abée Pierre et sœur Térésa oui ça m’a fait quelque chose par contre Chirac, beurk , un ripoux mafieux plongeant ses doigts crochus dans les caisses de la mairie de Paris puis de l’Élysée un tripoteur de culs de vaches et autres mammifères, maintenant il reste encore la mante religieuse l’infect Giscard le gobeur de diamants ....


                • JulietFox 27 septembre 12:47

                  @the clone
                  Ils ont tous pioché dans les caisses d’ELF, alimentées par le cousin Bongo.
                  Eva Joly lorsqu’elle était juge au Parquet National Financier, avait entôlé Le Floch Prigent, Dédé la Sardine, Tarallo etc... Mais plus elle se rapprochait de Chirac, plus elle avait les bâtons dans les roues.


                • Aimable 27 septembre 14:31

                  @JulietFox
                  Piocher dans les caisses et dans les poches c’est le sport favori des hommes et femmes politiques , sinon sans cette motivation , pourquoi veulent ils tous accéder au postes a emmerdes , s’ils ne caressaient pas l’espoir de mener grand train .


                • izarn izarn 27 septembre 17:48

                  @the clone
                  Oui, mais ce n’était pas le seul...Même encore et toujours...
                   smiley


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 18:18

                  @the clone
                  En 1981, Chirac a été éliminé au 1er tour, restaient Giscard et Mitterrand.
                  Giscard a accusé Chirac d’avoir appelé à voter pour Mitterrand au 2e tour, pour se débarrasser de lui : « Chirac m’a tué ! »


                • titi 28 septembre 17:16

                  @the clone
                  Et chasseur tueur d’éléphants...


                • the clone the clone 27 septembre 12:21

                  il appartient à la classe laborieuse de reprendre pleinement à son compte le drapeau du progrès humain et de l’indépendance nationale que l’oligarchie piétine allégrement. 

                  Si ce jour arrive ils se piétineront allègrement pour s’asseoir sur le trône et tout repartira comme avant , des esclaves et des dirigeants , pour refaire le monde il fait mettre les mains dans le cambouis et refaire les cerveaux ....


                  • Aimable 27 septembre 14:10

                    @the clone
                    vous avez raison , c’est se qu’on appelle faire une révolution , on revient toujours au point de départ , avec peut être un parcours différent ?


                  • gerard JOURDAIN 27 septembre 12:22

                    la France de l’époque voulait une démocratie mais ne voulait pas la financer.

                    donc, les partis devaient se rémunérer par des dons, ou aide de toutes parts.

                    il y a bien d’autres sujets de mécontentements, sans tomber dans la caricature par manque de connaissances.. ;c’est bien Français tout ça....


                    • Clocel Clocel 27 septembre 12:30

                      @gerard JOURDAIN

                      Dieu merci, la démocratie n’implique pas nécessairement que l’on entretienne ce genre de coûteux parasites.


                    • Abou Antoun Abou Antoun 27 septembre 13:49

                      Chirac a trahi Chaban en faisant élire Giscard, puis a trahi Giscard au profit de Mitterrand. Ce qui l’a grandi c’est d’avoir pour successeurs des nullités avérées. A ce train là Hollande sera bientôt un héros de la République. Girac : une étape essentielle dans la descente aux enfers.


                      • Paul Leleu 27 septembre 18:21

                        @Abou Antoun

                        bien résumé !


                      • Abou Antoun Abou Antoun 27 septembre 13:53

                        Chirac, c’est bien celui qui a mis de l’huile sur le feu en ex-yougoslavie en bombardant notre ami et allié de toujours, la Serbie. Permettez moi d’économiser mes larmes.


                        • Aimable 27 septembre 14:16

                          @Abou Antoun
                          Avec cette acte d’une grande lâcheté impardonnable envers nos amis Serbes , même son non a la guerre d’Irak ne remet pas la balance a l’équilibre loin s’en faut .


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 septembre 18:21

                          @Abou Antoun
                          En 1999, c’était un gouvernement de cohabitation, Chirac Président et Jospin 1er Ministre.


                        • Paul Leleu 27 septembre 18:22

                          @Abou Antoun

                          évidement... Chirac était une ordure atlantiste... Milosevic n’avait pas de dossiers sur Chirac, au contraire de Saddam Hussein... c’est sans doute l’explication de cette histoire...


                        • Aimable 27 septembre 19:49

                          @Paul Leleu
                          Chirac ne fonctionnait pas au dossier mais au gueuleton .


                        • leypanou 27 septembre 21:35

                          @Abou Antoun
                          c’est aussi celui qui, après le refus de l’aventurisme en Irak, avant de partir aux États-Unis, avait publiquement dit que la différence entre lui et G W Bush ne fait pas l’épaisseur d’un papier de cigarette.


                        • Bernard33 27 septembre 14:19

                          De ce qu’on dit, il semble que c’était un gai compagnon ; pour le reste : animal politique, convictions hétéroclites, puissants réseaux et quelques zone d’ombres... Un radical en quelque sorte : rouge dehors, blanc dedans et toujours prêt de l’assiette au beurre.


                          • Eric F Eric F 27 septembre 14:30

                            @Bernard33
                            Il n’était pas rouge aux yeux des Français, mais perçu comme tel de l’étranger, car la palette politique en France était à l’époque bien plus à gauche que le standard occidental.


                          • Paul Leleu 27 septembre 18:24

                            @Bernard33

                            oui, bien résumé... à propos des zones d’ombre, on se pose quand même des questions sur Boulin, et autres « disparus » des réseaux gaullistes de ces années là...


                          • Eric F Eric F 27 septembre 14:27

                            Article intéressant et bien écrit, que l’on partage ou non l’option politique de l’auteur.

                            A sa mort, un homme presque oublié devient un héro, c’est tout juste si les médias ne nous le dépeignent pas comme le plus grand président de l’histoire, désintéressé et philanthrope. Même ayant été quelques temps chiraquien, je suis gêné par cette unanimisme dithyrambique, du reste ou oublie sa faible popularité en fin de mandat, mais celle-ci a rebondi quelques mois après avoir quitté le pouvoir, peut-être par contraste avec son successeur. Il semble que ce qui est regretté, c’est une image sépia que l’on se fait d’une époque révolue, moins technocratique (pourtant, en début de carrière il était considéré comme technocrate), plus consensuelle (les clivages d’alors sont oubliés). Bon, si ça peut nous unir quelques temps et nous réconcilier avec nous-mêmes....


                            • izarn izarn 27 septembre 17:44

                              @Eric F
                              Je prefere une image sépia que l’image de la pourriture en HD TV...


                            • Paul Leleu 27 septembre 18:29

                              @izarn

                              vous savez, la pourriture, en sépia ou en HD... c’est toujours de la pourriture... non, je ne choisis pas...

                              et d’ailleurs, si je dois trouver un point positif à notre époque par rapport aux années Chirac : c’est moins hypocrite...

                              sous Chirac, une bonne partie de la France se la jouait solo... la plupart des gens se fichaient pas mal de la désindustrialisation, de la déculturation et du démantèlement de la France et de la notion politique... même après 2008, les français continuaient à se moquer de ça... c’est seulement après 10 ans d’austérité, que les mecs ont commencé à sortir de leur tanière avec un gilets-jaune, parce-que leur sacro-saint « pouvoir d’achat » commençait à débander...

                              alors, pour le moment, pas de quoi se faire une gloire de tout ça... et l’époque actuelle a au moins le mérite d’une certaine franchise dans l’horreur

                              allez demander aux « gilets-jaunes » ce qu’ils faisaient sous Chirac... ce serait intéressant... je dis ça sans préjugés (même si j’ai forcément ma petite idée)... mais ce serait intéressant de voir en vrai...


                            • Eric F Eric F 28 septembre 10:07

                              @izarn
                              à propos d’image sépia : on garde du passé une image émue : celle de sa propre jeunesse, or Chirac étant en politique depuis la fin des années 60, il a fait partie de la jeunesse de quasiment chacun d’entre nous. Et puis, les inquiétudes et l’insécurité n’ayant fait que croître dans la société, cela semblait sinon meilleur du moins plus prometteur autrefois. Aujourd’hui, nul ne pense que l’avenir sera meilleur, on en est à tenter de limiter que cela n’empire trop...


                            • Eric F Eric F 28 septembre 10:17

                              @Paul Leleu
                              notre époque n’est certainement pas plus solidaire ni moins hypocrite, les manifs diverses concernent la préservation d’avantages catégoriels ou la demande de compensations spécifiques -hormis les manifs pour le climat, mais sans changer son propre mode de vie, si ce n’est acheter du végan à l’huile de palme-.


                            • Cadoudal Cadoudal 27 septembre 14:53

                              « Lui, je ne l’aime pas », se contente-t-il de répondre au Point. Morceaux choisis.

                              https://www.lepoint.fr/politique/jean-marie-le-pen-ne-pardonne-rien-a-jacques-chirac-27-09-2019-2338123_20.php

                              La solution échappe à la pure rationalité. Jean Madiran et François Brigneau, deux grands journalistes de la droite nationale, ont émis une hypothèse. Ils pensaient que Chirac a respecté l’engagement pris avant les législatives de 1986 par Alain Madelin auprès du B’nai B’rith, au nom du RPR et de l’UDF, de ne jamais passer avec le FN d’alliance nationale. L’un des anciens dirigeants du B’nai B’rith, Yves‐Victor Kamami, reconnaît et la rencontre au début de 1986 et l’engagement, même s’il critique le mot pacte. Ôtons donc le mot pacte. Il n’y a pas eu signature, mais il y a eu engagement, cela ne relève nullement de la théorie du complot. La collection du Monde et celle du Monde juif le confirment. »


                              • BERNARD BERNARD 27 septembre 15:46

                                Bonjour,

                                Les traites sont comme les lâches, les oreilles vous écoutent mais en ce qui me concerne je dis « merde » à tous les destructeurs d’articles. Voici ce que j’ai trouvé en réactions attention certaines sont poursuivables légalement.


                                Un géant de la France vous salue surement le dernier avant longtemps !
                                « Jamais un homme n’aura marqué la France comme Jacques Chirac »

                                Tout ce qui excessif est dérisoire. Vous avez déjà entendu parler de Vercingétorix, Louis XIV, Napoléon Bonaparte, Charles de Gaulle, Louis Pasteur, Victor Hugo, l’abbé Pierre, Jean Jaurès, Robespierre, Claude Monet ? Ces hommes ont marqué la France, pas forcément en bien, de manière bien plus importante que Chirac. Doucement avec les articles dithyrambiques...


                                27 septembre 2019 à 10h59minUn géant de la France vous salue surement le dernier avant longtemps !
                                la semelle de son cerveau
                                Panda, faut vous faire soigner, ça s’aggrave…Sans tenir compte de ceux qui ne savent pas même lire. Oui Jacque Chirac était un homme hors du commun. Il a toujours représenté ses convictions avec les réelles valeurs d’une France profonde. 

                                • izarn izarn 27 septembre 17:34

                                  Je ne vais signaler que les choses positives de Jacques Chirac.

                                  Malheureusement qu’on ne trouve plus du tout chez ses successeurs.

                                  Même parfois détestable par ses ministres, Chirac fut le moins pire.

                                  Dans les années 70 il lâche Giscard, atlantiste européiste, issu de sa filiation de collabos sous Vichy (Voir Annie Lacroix Riz)

                                  En 1995, il va continuer les expérimentations nucléaires dans le Pacifique, arrêtées par Mitterrand. Il s’agissait de mettre à niveaux nos ogives, à égalité avec celles des américains et des russes. Sinon nous n’aurions été plus crédibles. Ce qui faisait la joie des amerloques.

                                  En 2003 il s’oppose aux USA sur la guerre en Irak, une des grandes notoriété de la France dans les pays « arabes »...Et la capacité, perdue désormais, d’y propager la paix.

                                  En 2005 il propose une réferendum sur le TCE, qui est perdu. Mais qui sera mis en oeuvre par le traitre Sarkosy. Referendum qui la pierre angulaire de certains partis : RN, UPR, DlaF, Phillipot...La FI non, ce sont des rabatteurs trotkistes lambertiens (CIA)

                                  En 1991, Seguin, du RPR, face à Mitterrand condamnait Maastricht, voté par un certain Mélenchon...

                                  Désormais, hors les partis diabolisés ci-dessus, il n’y a plus aucune limite à l’européisme, la globalisation et la destruction des identités nationales.

                                  « La culture française n’existe pas » Emmanuel Macron.

                                   


                                  • Paul Leleu 27 septembre 18:33

                                    @izarn

                                    euh... Chirac c’était pas un grand protecteur de la « culture française » non plus... faut pas abuser !


                                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 septembre 07:56

                                    @Paul Leleu
                                    Il a quand même fait voter une loi pour protéger et valoriser la langue française, alors que la loi Fioraso (gouvernement Hollande) a imposé l’anglais dans l’ enseignement supérieur.


                                  • ribouldingue ribouldingue 27 septembre 17:56

                                    Mangez des pommes disait le docteur chirac l’homme qui aimait le fromage , et torcher le cul des vaches avec sa langues. Et le ti punch et autres gâteries aux frais de la princesse mieux que rugy et ferrand réunis. Et puis les dérapages incontrôlés du sieur chirac sur « Le bruit et l’odeur » discours de Jacques Chirac prononcé le 19 juin 1991 et connu comme Le Discours d’Orléans. Il s’agissait d’un dîner-débat du RPR à Orléans, devant 1 300 militants et sympathisants. Chirac était alors président du Rassemblement pour la République (le RPR) et maire de Paris, et ce discours portait sur un éventuel recadrage de la politique d’immigration française. N’oublions pas aussi cet hommage rendu par cet autre grand homme de PAPEETE, le 26 septembre 2019 - Gaston Flosse salue la mémoire de Jacques Chirac en évoquant "un ami, bien sûr mais surtout un frère et peut-être, de tous les présidents de la République, le plus grand bienfaiteur de la Polynésie française". Tu m’étonnes chirac mieux qu’une couverture de survie pour papa flosse. Et les 6 essais nucléaires ? Aie ! l’odeur de faisandé semble arrivée dans les narines de Bernadette bonjour le deuil.

                                    Saad Hariri, premier ministre du Liban démissionnaire, retenu en Arabie saoudite,.est bizarrement invité à Paris par Emmanuel Macron. Qui c’est qui tremble ? Bernadette (Chirac) qui occupe gratuitement l’appartement des Hariri quai Voltaire depuis tant d’années. Va-t-elle être expulsée comme une vulgaire squatteuse ?

                                    Chirac l’homme aux mille casquettes et de magouilles en veux tu en voilà. Quand je casserai ma pipe y aura t-il autant d’éloges pour ma pomme ?



                                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 27 septembre 22:43

                                      @ribouldingue

                                      Oui, ..si tu décides ( et suivi d’effet ) que ton pays ne doit pas faire la guerre,...tention j’ai marqué que tu « décides », et non que tu « penses » !

                                      @+ P@py


                                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 27 septembre 22:20


                                      De Chirac, en premier, je retiens son refus d’entrer en guerre en Irak, les ricains eux ne se sont pas gênés, nous en voyons hélas les conséquences aujourd’hui.

                                      Son successeur Sarkozy, lui ferra pour des raisons assez obscurs sa « guéguerre » en Libye ,...et là aussi,... vous m’avez compris !

                                      Bon c’était « un tueur » d’hommes politiques, normal, comme pour les spermatozoïdes, seul le meilleur arrive au but convoité ,... mais ne croyez pas que ses « victimes » étaient toutes de gentils mimis, des anges, de oies blanches ou de perdreaux de l’année !

                                      Il a été longtemps brocardé comme étant un grand menteur, bon, il y a eu : Les frais de bouche les faux électeurs, les emplois fictifs :Ici, j’ai envie de dire comme ( à part de Gaulle ) les autres !

                                      Néanmoins, il a tiré le signal d’alarme sur l’avenir de notre planète au sujet de l’environnement avec sa célèbre phrase prononcée en ouverture du discours qu’il fit devant l’assemblée plénière du Ive  Sommet de la Tere le:02 septembre 2002 à Johanesburg en Afrique du Sud :Wiki .

                                      Le plan cancer :Wiki.

                                      La création de l’armée de métier :Ici.

                                      Son implication pour lutter contre la violence routière Ici.

                                      Citons aussi la responsabilité de la France dans la tragédie du Vel’d’hiv :Ici.

                                      Son coup fameux de gueule à Jérusalem en 1996 :Ici.

                                      ,..ce qui fait qu’au final sur la balance « le mieux » l’emporte sur « le moins », surtout avec son refus pour l’Irak !




                                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 27 septembre 22:26

                                        @Gilbert Spagnolo dit P@py

                                        Autre brocarde souvent utilisée envers Chirac, celui de « roi fainéant » à la décharge, dur dur d’engager des réformes avec un peuple qui n’aime pas les réformes :Sources.

                                        Chirac croyait à sa « bonne étoile », la preuve pour lorsqu’il se représente en 2002 , les sondages lui étant peu favorables, Jacques Chirac décide d’annoncer plus tôt que prévu sa candidature pour l’élection présidentielle, le 11 février 2002 lors d’un meeting à Avignon, devançant ainsi Lionel Jospin (ce dernier annonce sa propre candidature le 20 février) :Wiki.

                                        Pour finir j’aime bien faire la comparaison avec l’actuel locataire de l’Élysée, sûr que la cour du palais et les salons ne servait pour organiser ce type de soirées :Ici ,.. et même si la mode selfies à l’époque n’existait pas, de toute façon, jamais de telles photos auraient pû été être :Ici. ( photos qui ont fait rire,.. et qui continuent à fair rire les grands dirigeants du monde !!!

                                        .. et je continue la comparaison avec un autre Corrézien ( d’adoption ) capitaine de pédalo, et accessoirement scootériste nocturne,et Jupiter qui à pris le relais r pour nous concocter leurs réformes sociétales à la con qui n’ont aucun impact positif sur l’avenir de l’humanité !

                                        Le mariage pour tous.

                                        PMA et GPA.

                                        La théorie du genre.

                                        L’écriture inclusive.

                                        Chirac comme tout homme a eu une enfance. Son père était fondé de pouvoir chez Potez , et au début de l’invasion allemande ( deuxième guerre mondiale ) la famille s’est repliée au Rayol-Canadel dans le Var actuellement domaine du Conservatoire du Littoral ) 1 2 3
                                        4

                                        Un jour, j’ai écouté un témoignage de l’un de ses copains d’enfance de l’époque et du lieu, qui disait que le Jacquot jeune était un petit chenapan, car il prenait , un malin plaisir à ouvrir les portes des cabanes et autres cages à lapins du jardinier du domaine !!@+ P@py


                                      • Eric F Eric F 28 septembre 10:42

                                        @Gilbert Spagnolo dit P@py
                                        "Le mariage pour tous. PMA et GPA...« 

                                        -Lorsque le PACS a été instauré, ses créateurs on dit : c’est pour éviter le mariage homosexuel.
                                        -Lorsque le mariage pour tous a été promulgué, les gouvernants ont dit : pas question d’étendre la PMA
                                        -Lorsque la PMA pour toutes est votée (avec remboursement par la sécu), on nous affirme : la GPA, pas question
                                        -Chacun connait avec certitude la prochaine étape : les couples d’homme demanderont l’égalité des droits à la filiation génétique sans partenaire direct (du reste les GPA effectuées à l’étranger sont automatiquement entérinées dans l’état civil). Par principe en France cette prestation ne peut pas être rémunérée (pas de vente du corps), mais cela peut être indemnisé, la sécu s’en chargera.
                                        -Il ne restera plus à l’étape suivante qu’à faire entrer l’opération de »réassignation sexuelle" sur simple demande dans les soins pris en charge par la sécurité sociale. (c’est dores et déjà possible dans l’état civil).


                                      • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 28 septembre 08:02

                                        Les suceurs de roues sont au rendez-vous sur AGV.
                                        Macron et sa voix perfide, son phrasé de faux-cul .
                                        Sarkozy sur la pointe des pieds, du traître .
                                        Hollande le conteur imaginaire.

                                        Chi-Chi dézingué par la petite fiente de Sarkozy. A cette époque tous les français et françaises ne juraient plus que par cette crapule de Sarkozy .....

                                        Chirac fût un dinosaure de la politique qui effectivement dû se faire aimer des français pour arrivé au sommet.
                                        Chirac n’a pas joué du mépris Macronien pour être ce qu’il a été . 




                                          • BERNARD BERNARD 28 septembre 13:23

                                            Il a des faits qui demeureront impérissables pour « la famille Chirac » La première des choses c’est que quoi qu’il soit arrivé, c’est resté une famille unie.
                                            Ensuite le décès de sa fille auprès de laquelle il va reposer, pas même en rêves les plus fous, la famille Chirac acceptera que le papa et sa fille soient séparés « Même pour Le Panthéon »
                                            L’amour qu’il portaient à leur fille parie à 58 ans dans des douleurs atroces. Imposent le respect autant pour la Maman que pour son Papa qui l’a soutenu toute sa vie.
                                            Que chacun sache regarder autour de lui, d’elle, et de trouver une faille dans la passion filiale. Lorsque la nomenclature des déchets partiront leurs mémoires parleront en « EUX ».


                                            • kirios 28 septembre 16:25

                                              @BERNARD
                                              la famille Chirac a sa vie , avec ses douleurs , ses joies,.... en fait , c’est une famille comme touts les autres qui a de l’importance pour ses proches mais que nous (les citoyens français) ne connaissons pas .
                                              oui , nous connaissons l’homme sympathique , avenant, fier de ses origines paysannes et sa matrone de femme , antipathique , prétentieuse, qui utilise tous les Druckers qu’elle côtoie pour envahir la télévision.
                                              mais cette vie familiale la convient davantage aux lecteurs de Gala



                                              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 29 septembre 17:43

                                                Chirac décédé, une foule d’anecdotes se succèdent, .. comme celle que j’ai entendue, où il demande à un motard de son escorte d’aller lui chercher un casse-croûte avec une corona !

                                                Ben, cela m’a fais remonter dans mes souvenirs !

                                                C’était en 1978, j’étais motard au commissariat de Roanne ( 42 ) , ,.. Chirac était à cette époque Président du RPR, et pour les législatives de 1978 :Ici, il est venu pour apporter soutient au député du coin Alain Terrenoire , en meeting à Roanne .

                                                Lui ainsi que deux à trois autres personnes ont attèries à l’aéroport de Roanne ( pour les Roannais « le Bois Combray » :12 .


                                                Donc, avec un collègue , nous avions la mission d’aller l’accueillir et de l’escorter ( faciliter le passage ) jusqu’à Roanne. ( je ne me souviens plus du lieu exact ). Ce que je sais, c’est qu’ l’’arrivée , Chirac nous a dit : « Merci les gars »


                                                Mon petit doigt me dit qu’après le meeting, que Chirac à dû aller faire un tour du coté du restaurant : « Chez Trois Gros  » , classé un temps par Gau et Millau « meilleur restaurant du monde » :Ici.


                                                ...et peut-être a-t-il eu l’occasion de déguster mes champignons :Ici,pour mes grenouilles, c’était bien trop tard dans le temps :Ici, tout comme mes écrevisses que j’attrapai quand j’avais 14 ans une année ou le canal latéral à la Loire avait été vidé ,et dans les quelques centimètres d’eau qui restait étaient « clafit » d’écrevisses que je vendais chez Trois gros, pour me faire un peu de pognon de poche !Souvenirs souvenir !!!


                                                @+ P@py

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès