• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > A-t-on des convictions lorsqu’on vote à droite ?

A-t-on des convictions lorsqu’on vote à droite ?

Si l'on se réfère aux personnes qui nous entourent, qui votent à droite, aux arguments avancés, on peut dignement se poser la question : a-t-on des convictions lorsqu' on vote à droite ? Il me semble que non, car aucun idéal ne meut une personne de droite comme cela peut exister à gauche. Les idées de progrès, de lutte contre les injustices, de solidarité sont au coeur des convictions des électeurs de gauche.

Qu' en est-il à droite ? Nenn i ! Ce qui motive et cimente les électeurs de droite, c'est d'être contre ! Contre la gauche, contre les fonctionnaires, contre les immigrés, contre l'assistanat des moins riches, contre le social.... CONTRE, tout simplement contre ! Et tous ceux qui sont victimes du libéralisme, de leurs représentants, la droite, votent en partie à droite tout en ne se rendant pas compte que le système pour lequel ils votent les broie !!

Regardons ce qui arrive aux petits paysans, broyés par le libéralisme qui les pousse dans l'agriculture intensive dont les maîtres sont de grands trusts chimiques ! Regardons ce qui arrive aux petits commerçants broyés par les grandes surfaces, dont la droite a tout fait pour les faire pousser aux quatre coins de l'hexagone, laissant les Carrefour, Leclerc, Auchan,... prendre en otage justement les paysans et les PME ! Regardons les médecins libéraux ou hospitaliers, se faire laminer par la destruction de la sécurité sociale ! Regardons les ouvriers ou employés, victimes de la crise due au libéralisme, voter à droite par racisme ou parce qu'ils ont été montés par des médias comme TF1, depuis 30 ans contre les fonctionnaires, les immigrés, les faux chomeurs....

Tous n'ont aucune conviction mais ils votent contre et servent les intérêts des plus riches qui ont tout simplement besoin d'eux pour être élus ! 


Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Leo Le Sage 28 avril 2012 16:19

    @Par mohandas-gandhi (xxx.xxx.xxx.136) 28 avril 09:18
    « La droite c’est la partie haute » ?
    Pas du tout : ce sont des personnes qui espèrent payer moins d’impôts par exemple.
    Des pauvres aussi votent à droite.
    Beaucoup de personnes ont voté pour Marine Le Pen [la nouvelle droite française].
    Ces gens là sont [sociologiquement] pauvres pour la plupart !
    (excepté les tous petits patrons qui ne sont pas très riches de toutes les façons)


  • joletaxi 28 avril 2012 09:52

    Bravo

    fine analyse !
    et en plus d’un professeur des écoles.

    Dites donc l’auteur, si vous nous parliez des grandes victoires du collectivisme !

    Si vous examinez le phénomène « droite » comme une idéologie, alors vous remarquerez les profondes similitudes avec l’idéologie de gauche.
    Par contre parler du libéralisme comme d’une idéologie est une erreur basique.Le libéralisme n’a rien d’une idéologie que du contraire.
    Et rien que pour cela, le libéralisme reste préférable à toutes les « expériences » de droite comme de gauche, qui ont fait des millions de morts dans le monde.

    Vous êtes victime du libéralisme ?
    Une auteur ici parle de goulag libéral.
    On peut critiquer la société dans laquelle nous vivons,mais il y a des limites à l’aveuglement.

    Cerise sur le gâteau, ce « goulag libéral » vous permet à tout moment de prendre un billet d’avion, et d’aller goûter les délices de « sociétés progressistes »,mais ne tardez pas, leur nombre fond comme neige au soleil, fort heureusement.

    Décevant hein, comme les gens sont idiots, et dès qu’ils en ont l’occasion, se débarrassent de ces représentants de la société idéale


    • epicure 28 avril 2012 17:47

      Vous devez avoir des problèmes « oculaires » pour voir des similitudes entre la droite et al gauche, puisqu’ils sont opposés au niveau idéologique : opposés par les principes, les motivations etc.... C’est pour ça que l’histoire politique est parsemée de nombreux chocs politiques droite/gauche.

      Le libéralisme est autant une idéologie que d’autres idéologies :
      il repose sur des dogmes idéologiques, est basée sur une vision de l’homme et de la cité , vision reposant sur certains principes qui lui sont propres (différents du socialisme, du stalinisme, du fascisme ou du conservatisme par exemple), et des moyens d’ordonner le monde selon cette vision.
      Toute politique qui défend le libéralisme économique ne peut être qu’une idéologie.

      Une société idéale ne peut pas être une société reposant sur le libéralisme économique.
      D’ailleurs les anglais ont commis un génocide au nom des dogmes du libéralisme économique en inde au 19ème sicèle : des millions de morts et des gens enfermés dans des camps de concentration pour garder les dogmes du libéralisme économique intacts.
      Donc ce ne peut être une société basée sur le libéralisme, vu que ce qui caractérise spécifiquement le libéralisme c’est le libéralisme économique.


    • gordon71 gordon71 28 avril 2012 10:34
      A-t-on des convictions lorsqu’on vote à droite ?

      je ne sais pas si on a des convictions quand on est de gauche 

      mais surtout on ne manque pas de temps pour raconter et écrire des conneries

      plus irresponsable et plus assisté c’est possible ?



      • tf1Goupie 28 avril 2012 10:47

        N’a-t-on pas un énorme complexe de superiorité quand on vote à gauche ?

        Les « systèmes de Gauche » ne broient-ils jamais personne ?

        Etonnant qu’un enseignant ait aussi peu de culture historique ...


        • epicure 28 avril 2012 17:51

          Des systèmes de « gauche » qui sont proches de l’extrême droite au niveau des idées et des pratiques, ne peuvent pas être rationnellement qualifiés de système de gauche, vu qu’un système vraiment de gauche est forcément opposé au système d’extrême droite..
          Et un système à l’opposé de l’extrême droite ne broie pas les personnes : il les soigne, ils les éduque, favorise leur logement, leur nourriture etc... plein de chose que ne favorisent pas les sytèmes de droite..


        • gordon71 gordon71 28 avril 2012 11:04

          heureusement qu’il reste quelques patrons de droite 


          qui n’ont peut être pas de convictions

           mais qui entretiennent un troupeau de 

          fonctionnaires et d’assistés qui ont du temps pour cracher dans la soupe 

          on en arrive à souhaiter la situation d ela Grèce pour vous remettre un peu le nez dans le réel

          • foufouille foufouille 28 avril 2012 13:15

            « 


            on en arrive à souhaiter la situation d ela Grèce pour vous remettre un peu le nez dans le réel »

            comme ca toutes les petites entreprises couleront


          • gordon71 gordon71 28 avril 2012 14:54

            oh mais c’est pas grave 


            les amis de Ariane Walter et mister Mélenchon vont surement trouver des subventions pour faire vivre tout le monde avec un smic à 2000 euros 

          • Gemini Gemini 29 avril 2012 23:27

            Avec quelques œillères en moins, on pourrait pourtant voir la situation légèrement différemment : heureusement pour les patrons qu’il reste encore des pigeons pour accepter de travailler pour quelques clopinettes pendant que celui-ci s’en met plein les poches. On se demande bien qui est l’assisté.

            Le travailleur, chaque centime qu’il gagne, il l’a eu à la sueur de son front. Le patron, à contrario, chaque centime qu’il gagne, il l’a eu en confisquant une partie de la valeur générée par le travail effectué le travailleur.

            Et ne parlons même pas de l’actionnaire. Si l’on peut toujours accorder une partie du revenu du patron à son propre travail, ce n’est pas le cas de l’actionnaire qui lui gagne de l’argent sans rien faire du tout.

            Il y a au moins un point où nous sommes donc d’accord : il y a beaucoup d’assistés dans ce pays. Mais pas ceux que vous croyez.

            En ouvrant un dictionnaire sur le mot parasite, je trouve une belle définition : un des protagonistes (le parasite) tire profit (en se nourrissant, en s’abritant ou en se reproduisant) aux dépens d’un hôte. Tiens, ça me rappelle le patron, et pire encore, l’actionnaire. C’est exactement ce qu’ils font. Ils tirent profit de notre travail, de mon travail.


          • Bulgroz 28 avril 2012 11:33

            J’avoue avoir voté 2 fois Sarkozy en 2007, une fois en 2012 et je revoterai pour lui encore sans l’ombre d’une hésitation.

            Est ce grave, Docteur ?

            Pourrai je un jour prétendre à atteindre le même niveau de conscience citoyenne que le votre ?

            Pourrai je un jour avoir le juste retour de mes impôts qui vous permettent, du haut de votre divine conscience super éclairée, de m’indiquer la voie à suivre.

            Je crains que non, contrairement à vous, jamais je ne pourrai prétendre être 10 fois plus citoyen qu’un autre.

            Excusez ma modestie.


            • spartacus1 spartacus1 28 avril 2012 12:30

              Est-ce grave Docteur ?

              Je pense que vous faites partie de ceux que la psychiatrie a abandonné, faute d’avoir un traitement adéquat.


            • RBEYEUR RBEYEUR 28 avril 2012 15:58

              Pour ce qui concerne spartacus1, avant d’envisager pour lui un traitement psychiatrique il faudrait le recharger en neurones puisqu’il en être totalement dépourvu…   


            • lemouton lemouton 28 avril 2012 16:09

              à Bulgroz

              "J’avoue avoir voté 2 fois Sarkozy en 2007, une fois en 2012 et je revoterai pour lui encore sans l’ombre d’une hésitation.

              Est ce grave, Docteur ?« 

              —> non.. non.. pas grave..

              Mais... cela conforte simplement la thèse de l’auteur, et prouve que vous faites partie de ceux qui se sont gavés durant ces 10 dernières années..

              A moins.. à moins .. que vous ne soyez un peu c**.. smiley


               »Pourrai je un jour avoir le juste retour de mes impôts..
              « 
              —> vous vous croyez au supermarché, vous croyz que chacun reçoit de l’état en fonction de ce qu’il donne ??

              Vous êtes l’exemple typique que décrit l’auteur
                » moi.. moi... moi... tout pour ma gueule.. et les autres n’ont qu’à faire comme moi..."
              pffff.....
              dommage je ne trouve pas le smiley que vous méritez.. smiley


            • Valeska 28 avril 2012 11:49

              Article très pertinent, la plupart des droitistes sont en effet des petits salaires qui vont à l’abattoir en criant victoire car ils votent, non pas pour leurs intérêts, mais pour les intérêts de leurs patrons.  


              • perlseb 28 avril 2012 15:50

                Vous avez raison, les gens qui votent à droite sont soit les riches (nromal jusque là, mais on ne fait pas un gros pourcentage avec ça) soit les larbins.

                Et les larbins sont convaincus que l’on a vécu au-dessus de nos moyens, sont convaincus que l’état doit dépenser moins. En jouant cette carte de cireur de pompes, ils espèrent être les derniers à avoir un revenu comme collaborateur du système, entourés d’un océan de misère. C’est vraiment excitant, quand on est de droite, impuissant et sadique, de voir les autres sombrer petit à petit dans plus de misère. Car quel intérêt d’avoir de l’argent, si les pauvres ne sont pas plus malheureux que vous ?

                C’est vrai qu’il y a des profiteurs du système (ce que dénoncent sans arrêt les gens de droite) mais les plus gros profiteurs sont de très loin les capitalistes rentiers (les riches en tout genre), qui, pour les larbins de droite, sont essentiels à l’économie. Les larbins croient avoir compris ce qu’est le capital, mot inventé (=accumulation de vol du travail) pour créer de toute pièce ce système pyramidal parfaitement injuste qu’ils défendent.

                Effectivement, les gens de droite n’ont aucun idéal. Le petit problème, c’est que le PS est à droite. Donc soyez heureux, gens de droite, l’austérité et la misère vont augmenter, comme vous le souhaitiez.


              • Dolores 29 avril 2012 12:14

                Je me suis toujours demandé pourquoi les plus défavorisés votaient à droite.
                J’ai, une fois, posé la question directement.
                C’était en 1981, juste avant l’élection présidentielle, j’ai demandé à une personne si elle allait voter pour Mitterrand.
                Sa réponse a été « non ». Quand j’ai demandé pourquoi, elle m« a dit : »ils« vont tout nous prendre.
                A quoi j’ai rétorqué : mais que pourraient- »ils« vous prendre ? Votre maison ? vous êtes locataire ! Votre voiture ? elle est bien trop vieille ! Vos meubles ? trop bon marchés !
                Que pourraient- »ils« bien faire de tout cela ?
                J’ai ajouté : non seulement »ils« ne vous prendront rien mais »ils" vont augmenter les allocations familiales que vous touchez pour vos 5 enfants.
                Réponse définitive : Si le patron de mon mari apprenait qu’il a voté à gauche ,il le renverrait.
                Il y a deux choses dans cet échange, la peur du changement et la crainte du patron.


              • Valeska 28 avril 2012 12:31

                Je rajoute que pour un droitiste, si la société est en déficit c’est à cause des pauvres, ce qui est totalement illogique vu qu’ils sont >> Pauvres.

                Mais il ne faut pas s’attendre à ce qu’un droitiste fasse preuve de logique, sinon il ne serait pas un droitiste. ^^

                Alors que pour un gauchiste si la société est en déficit c’est à cause des « gros riches qui gardent tout pour eux tout seuls ».

                Ca parait tout bête dit comme ça, mais pourtant nombreux sont les français qui n’ont jamais compris cette équation.

                Peut on espérer un jour « la droite pour les nuls » disponible en librairie ?


                • joletaxi 28 avril 2012 13:18

                  Alors que pour un gauchiste si la société est en déficit c’est à cause des « gros riches qui gardent tout pour eux tout seuls ».

                  Pas étonnant que merluche aie pu mobiliser sur des slogans aussi débiles,il y a des clients pour ce niveau zéro de la réflexion.

                  Mais vous avez raison, dans les régimes socialistes ou collectivistes, il n’y a pas de gros riches, il n’y a pas riches minces, il n’y a que des pauvres,excepté bien entendu les « inspirés » qui montrent la voie


                  • francesca2 francesca2 28 avril 2012 13:30

                    Il n’y a pas à dire, un vrai article citoyen, réfléchi, intelligent et pédagogue. 

                    Et, comme il stimule la réflexion, nous avons la chance de profiter en plus des contributions éclairées d’autres gauchistes aussi mesurés que vous, monsieur le professeur.

                    Que dire sinon merci ? 


                    • lemouton lemouton 28 avril 2012 16:16

                      et bien francesca2

                      étant assez benêt
                       je prends votre écrit au 1er degré, car il est criant de vérité..

                      et j’appuie votre merci.. smiley


                    • MICHEL57 MICHEL57 29 avril 2012 23:07

                      Lorsqu’on est de droite comme vous, si ce n ’est pire,la qualification de gauchiste est pour moi un honneur !Encore merci !


                    • Inquiet 28 avril 2012 14:49

                      Article, sobre dans ses explications et avec un argumentaire limite.


                      Semble s’inspirer des paraboles de la Bible pour donner une teneur compréhensible au plus grand nombre.

                      En somme, spécialement adapté pour être compris pour un cerveau .................. de droite.



                      Oui, je sais, j’ai honte, mais je n’ai pas pu m’empêcher smiley

                      • Yohan Yohan 28 avril 2012 15:06

                        C’est bien connu, la plupart des profs vivent dans une bulle de confort auto satisfait. Je voterai Sarko sans états d’âme, la gauche n’ayant rien d’autre à proposer que des dépenses inconsidérées. Ceci dit, si Hollande passe, j’aurai 2 lots de consolation : ma retraite un an plus tôt (eh oui, contrairement à bien d’autres, je vote selon mes convictions et non en fonction de mes intérêts) et la satisfaction d’entendre gémir les bobos socialos en découvrant leur fiche d’imposition smiley


                        • perlseb 28 avril 2012 16:17

                          la gauche n’ayant rien d’autre à proposer que des dépenses inconsidérées

                          Voilà typiquement une remarque de droite. C’est la droite avec Pompidou qui a rendu l’état dépendant des marchés financiers. Et depuis 1973, la droite a bien plus plombé le budget de l’état que la soit-disant gauche (car seul le premier mandat de Mitterrand peut être considéré un peu à gauche : il aurait dû remettre en cause la loi de Pompidou, comme tous les successeurs).

                          Sans dépenses de l’état, nous nous acheminons vers la crise de 1929. C’est vraiment excitant comme programme. Bien évidemment, une politique de gauche changerait le principe de la création monétaire, ce que ne fera jamais le PS, bien trop à droite.

                          C’est marrant, quand même, de voir que l’on peut construire des maisons, des tas de choses, mais qu’il n’y a pas l’argent pour les acheter. L’argent, cette denrée abstraite que l’on ne sait pas créer pour éloigner la misère : il faut l’emprunter à nos descendants, pas encore nés (sinon, c’est l’hyperinflation nous disent les gens de droite). En Amérique des gens sont virés de leur maison pour devenir SDF, leur maison étant laissée à l’abandon. Quand on est à droite, c’est normal : ils n’avaient qu’à pas enmprunter s’ils n’avaient pas les moyens de rembourser. Quand on est à gauche, on sait qu’on peut avoir une population de travailleurs exemplaires, avec ce système monétaire, il y aura forcément des gens qui feront faillite : l’argent injecté dans le système est volontairement insuffisant pour rembourser les dettes avec les intérêts. C’est un système de crise auto-générée : de quoi faire ses emplettes pour pas cher quand on a du pognon. Les crises sont absolument nécessaires à l’asservissement humain. Nous aurons notre crise tant que nos acquis sociaux restent inacceptables.


                        • RBEYEUR RBEYEUR 28 avril 2012 15:47

                          Encore une bien bonne de l’inénarrable foufouille :

                          « …on en arrive à souhaiter la situation d ela Grèce pour vous remettre un peu le nez dans le réel… ».

                          Ah bon ! Parce que notre fameux foufouille aurait, LUI,  le nez bien dans le réel ?

                          Est-il en train de nous dire que, comme tous les possédants grecs, il aurait transféré tous ses avoirs en Suisse ?

                          On chuchote que pour Yannick Noah, l’animateur vedette des meetings de FH, c’est déjà fait…  

                          En prévision de l’élection de FH ou de NS ?

                          THAT’S THE QUESTION !


                          • Leo Le Sage 28 avril 2012 16:12

                            @auteur
                            Le clivage droite gauche n’existe plus...
                            Voter à droite ne signifie pas que l’on n’a pas de conviction.
                            (Les Sarkozistes sont convaincus comme les Hollandistes...)
                            Non, je ne m’écarte pas du sujet, mais le libéralisme [votre sujet] est encore la réalité en ce bas monde, pendant encore des années...
                            L’UMPS est dans cette lignée. Ce qui est critiquable c’est le libéralisme sans règles.

                            Deplus, il y a des personnes qui votent à gauche parce qu’on le leur a dit, ou par automatisme mais pas par conviction. Il ne sont pas mieux...

                            Les idées de droite à l’heure actuelle sont pour une partie plus à gauche que celle de la gauche... et vice-versa...

                            @Yohan
                            Pour les dépenses inconsidérées, je pense que ce n’est pas totalement faux pour la partie finance, mais pour l’aspect prospectiviste de l’affaire, Hollande a raison : les pays qui ont réussi ont énormément dépensé dans l’éducation et la formation...
                            (Plusieurs pays d’Asie, l’Allemagne et son apprentissage)

                            @RBEYEUR
                            J’ai bien peur pour vous que foufouille ets bien plus dans le réel que vous.


                            • RBEYEUR RBEYEUR 28 avril 2012 17:51

                              De Léo Le Sage, le 28 avril à 16h12 :

                              « @RBEYEUR
                              J’ai bien peur pour vous que foufouille ets bien plus dans le réel que vous… ».

                              Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ?

                              Quelles gradations ?

                              Sans réponses, force est de constater une certaine nullité de votre part


                              • ggo56 28 avril 2012 18:06

                                Ils votent contre, parce qu’ils ont peur pour leur (petit) pécule...Comme si payer 100 ou 200€ de plus par an avec FH allait les étrangler...Mais ils ne voient pas qu’avec la TVA « sociale » du nain, ça va leur couter beaucoup plus cher...Qu’il vaut vaut mieux subventionner le travail que le chômage, et donc accepter des fonctionnaires en plus (les p’tits vieux qui votent le nain ne rêvent que de voir voir leurs p’tits enfants fonctionnaires, belle logique !). Qu’il vaut mieux restreindre les hauts salaires pour qu’en dessous il en restât quelques gouttes...Et pour ceux qui veulent aller vivre ailleurs, il suffit de leur mettre un impôt a la source de leurs revenus en France, et ils réfléchiront...


                                • epicure 28 avril 2012 18:37

                                  Les moteurs des idéologies de droite :

                                  - l’intérêt particulier, qu’ils soit individuel ou communautaire.

                                  - être assimilé à une élite (économique, raciale, ethnique, religieuse, sexuelle, etc...), et se distinguer des inférieurs, en passant notamment pas des traitements différenciés. Donc la hiérarchisation de la société. Dans le libéralisme éconnomique, la différentiation se fait par l’argent, la marchandisation.

                                  - le goût pour un ordre transcendant, qui permet d’une part de justifier sa supériorité ou de déresponsabiliser en cas d’échec ( exemples :c’est la volonté divine, ou c’est le résultat des lois du marché ). Ordre transcendant qui permet de donner un sens au choses, de de se sentir à sa place.

                                  - une société au service des intérêts particuliers d’un pouvoir hiérarchique, qui dispose de plus de « libertés », c’est à dire des privilèges, que le reste de la société.
                                  Dans l’ancien régime les impôts ne servaient qu’à payer la noblesse et le clergé, dans le système actuel, l’argent public est détourné vers les banques et les multinationales par la dette, les aides etc.... dans le régime nazi, la société était au service du parti nazi, de l’armée et des grands groupes industriels ( dans lesquels la hiérarchie nazi avait sa part ).

                                  Qu’elles soient extrêmes ou libérales, toutes les droites répondent à ces logiques, sous différents aspects.

                                  Les intérêts de la grande bourgeoisie ont remplacé ceux de la noblesse et du clergé, mais au fond, les choses ne sont pas différentes.
                                  Dans une rhétorique moderne, la droite défend les privilèges des élites sous le nom de la liberté, mais n’hésite pas à sacrifier les vrais libertés des autres au nom des intérêts privés de ces élites.


                                  • chapoutier 28 avril 2012 18:44


                                    A une semaine du second tour de l’élection présidentielle, Mediapart a publié samedi un document attribué à un ex-dignitaire libyen affirmant que Tripoli avait accepté de financer pour « 50 millions d’euros » la précédente campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

                                    http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120428.OBS7315/libye-le-camp-hollande-demande-des-explications-a-sarkozy.html

                                    http://www.boursorama.com/actualites/des-accusations-d-un-financement-libyen-a-sarkozy-en-2007-resurgissent-avant-le-second-tour-4818fc5572ef4bdff2f25ebe4e1f8ff2


                                    • vachefolle vachefolle 28 avril 2012 18:49

                                      Difficile de trouver un article aussi sectaire.
                                      Tous les français de gauche, du centre comme de droite ont des convictions, ce ne sont simplement pas toujours les vôtres.

                                      Avec un tel article aussi sectaire, il serait facile de dénoncer les travers de la gauche, dont la facilité a utiliser l’insulte vis a vis de ceux qui ne sont pas de leurs avis a toujours été flagrante.

                                      C’est a peu prés comme si je disais que les électeurs de gauche n’ont aucune conviction, mais sont simplement contre :
                                      La finance, les affreux patrons exploiteurs, les petits commercants arnaqueurs, les riches, l’armée, la nation, .....

                                      Toute sorte de clichés aussi absurdes et simplistes que ce que contient votre article.


                                      • Claudec Claudec 28 avril 2012 19:01

                                        Rarement lu quelque chose d’aussi stupide. Deux choses (entre autres) à répondre à un auteur dont l’ineptie est réellement inquiétante chez un professeur des écoles, de son âge qui plus est.

                                        1. Lorsque certains croient que le bonheur de chacun peut découler d’un bonheur collectif – qui n’existe nulle part en dépit de tentatives aussi nombreuses que vaines, – d’autres peuvent penser par contre, que la somme des bonheurs individuels peut avoir pour résultat ce même bonheur collectif, auquel d’ailleurs, nul n’est ni ne doit être contraint. C’est aussi cela la liberté et la démocratie.

                                        2. qu’il ouvre son dictionnaire et s’inquiète de ce que signifie humanité, tolérance, pluralisme, etc.


                                        • MICHEL57 MICHEL57 29 avril 2012 22:58

                                          La stupidité dans toute sa splendeur, c ’est votre message !Parler de collectivisme parce qu’ on se situe à gauche, faut ne pas avoir ouvert un livre depuis des années ou alors ,il faut avoir fait un long stage au sein des milices d estrème droite !


                                        • peak-of-the-mirandole peak-of-the-mirandole 28 avril 2012 20:02

                                          Très bon article, auquel j’ajouterais qu’il faut distinguer le politicien de droite (homo politicus dextrus) de l’électeur de droite (humanus votans dextrus).
                                          Le politicien de droite se prétend porteur de convictions, parmi lesquelles l’esprit d’entreprise vient la plupart du temps en tête de liste.
                                          Il n’a cependant, en réalité, pas d’autres convictions que celles qui sont liées à son profit personnel et son goût pour le pouvoir. Il pourrait être tout entier résumé par la célèbre maxime d’ Adam Smith : « Tout pour nous mêmes et rien pour les autres, telle est la vile devise de ceux qui nous dirigent ».
                                          L’électeur de droite n’est pas aussi cynique. On pourrait le définir avant tout comme un être craintif : il a peur des immigrés, des communistes, des impôts, des jeunes, des terroristes, et de tout un tas d’autres épouvantails que l’homo politicus dextrus agite consciencieusement devant son électorat.
                                          Autrement dit, l’électeur de droite est sensible aux arguments qui s’adressent à ses peurs et à son cerveau reptilien.
                                          C’est ce qui le distingue de l’électeur de gauche, lequel réagit aux arguments qui s’adressent à son intelligence et à son cœur.
                                          Là où l’électeur de droite ne recherche que la conservation d’un confort matériel personnel, rejetant tout ce qui pourrait mettre en cause ce confort, l’électeur de gauche (même s’il ne crache pas sur son confort, soyons honnêtes) recherchera le bien commun et le progrès de l’humanité. La limitation du temps de travail (et ses différentes étapes), la sécurité sociale, les congés payés, les droits des salariés, les syndicats, le droit à la retraite... tout cela est issu des combats menés par la gauche (même si les électeurs de droite sont bien contents d’en profiter aussi, qu’ils soient honnêtes).
                                          Parmi les « conquêtes » sociales de la droite, j’ai beau chercher, je ne trouve que le parcmètre et l’horloge pointeuse.


                                          • rocla (haddock) rocla (haddock) 28 avril 2012 20:12

                                            A droite on demande pas à l’ Etat de subvenir ses besoins , c ’est l’ énorme 

                                             différence avec la gauche .



                                            • epicure 28 avril 2012 20:31

                                              pourtant les politiques de droite actuelles répondent aux demandes des financiers et autres oligarques de subvenir à leurs besoins.

                                              Et puis ce que tu décris n’est pas une énorme différence, ton énonciation du problème est juste une vision biaisée, et fait fi des fins derrière le moyen que tu simplifies..

                                              L’énorme différence avec la gauche c’est que la droite est pour une société hiérarchisée, où certains ont des privilèges, du pouvoir sur les autres, tandis que d’autres ont peu de libertés et le système fait qu’ils restent ainsi.

                                              C’est ça l’énorme différence de la droite avec la gauche. Pas le petit détail que tu as mis en avant.


                                            • arobase 29 avril 2012 18:13

                                              non, à droite on ne demande rien à l’état sauf de baisser ses impôts, de baisser ses cotisations sociales , de subventionner les patrons avec les impôts payés par les travailleurs, de fermer les yeux sur les fraudes fiscales ....


                                              à part ça , à droite on ne demande rien à l’état.

                                            • rocla (haddock) rocla (haddock) 29 avril 2012 18:21

                                              si , moi je demande un pastis ....et deux glaçons avec des olives ou 

                                              un peu de tapenade .

                                            • peak-of-the-mirandole peak-of-the-mirandole 30 avril 2012 19:14

                                              Vous dites que, je cite : « à droite, on ne demande pas à l’état de subvenir à ses besoin ». Pour prendre un exemple dans l’actualité de ces dernières années, pourriez vous me dire avec quel argent les banques (privées), au bord de la faillite, ont été renflouées en 2008 ?
                                              Ces banques privées ont bel et bien été renflouées avec de l’argent public ! De l’argent qui aurait sans doute été plus utile pour le fonctionnement d’écoles ou d’hôpitaux. Mais non : on avait déjà trop donné à ces salauds de pauvres !
                                              Peut être croyez vous que les banques sont de gauche, puisqu’elles ont demandé à l’état de subvenir à leurs besoins... mais je suis au regret de vous apprendre que ce n’est pas le cas.
                                              Leur conception du libéralisme économique (et celui du sarko par la même occasion) est de privatiser les profits et de nationaliser les pertes.
                                              Voilà ce que c’est, l’idéologie de droite, et si vous êtes trop con pour ne pas vous en rendre compte, alors votre cas est probablement désespéré.


                                            • joletaxi 28 avril 2012 20:28

                                              juste une question aux « lumières » de gauche

                                              avez-vous un exemple de peuple ayant opté(à dire vrai, étant soumis)à une idéologie de gauche qui ne soit dans la misère la plus sordide,qui n’aie abandonné toute velléité démocratique ?

                                              Si la liste est trop longue pour être publiée sur un seul commentaire, n’hésitez -pas, partagez-vous la tâche.


                                              • epicure 28 avril 2012 20:53

                                                Bon voyons, les gouvernements sociaux-démocrates scandinaves, ça te va ?
                                                ils ont allié prospérité économique et liberté démocratique.

                                                La république espagnole, la Commune de Paris, ont été réprimés par les armées de droite.
                                                La révolution des soviets a été détournée et pervertie par les bolcheviques.

                                                En fait des régimes vraiment de gauche, il n’y n’a pas eu beaucoup, et en général, ils ont été réprimés ou pervertis par les puissants de droite.
                                                Tiens comme pour la révolution française (qui était la gauche à l’époque), où les monarchies se sont coalisées pour lutter contre elle.
                                                Quand c’est pas des armées étrangères, c’est l’armée intérieure comme au chili ou en espagne.


                                              • epicure 29 avril 2012 17:25

                                                je te parle des soviets, toi tu me parles des bolcheviques...

                                                pour te répondre je te citerais quelqu’un qui s’y connait mieux que nous au sujet des bolcheviks , de la révolution russe etc...
                                                 :
                                                "Selon Hannah Arendt : « Le régime bolchevique a dépouillé les conseils (les soviets, selon leur appellation russe) de leur pouvoir alors qu’il était encore dirigé par Lénine, et a volé leur nom pour s’en affubler alors qu’il était un régime anti-soviétique »."

                                                Lors de la révolution russe,les soviets ont été créés par des des ouvriers et paysans, ce sont des organes démocratiques. Les partis influents dans les soviets au début de la révolution sont les socialistes, les mencheviks. Il y a des bolcheviks mais ils sont minoritaires.

                                                Et tout ce ce dont tu parles, c’est uniquement le mouvement bolcheviks, les autres sont des mouvements qui défendent une évolution démocratique.
                                                Donc quand les bolcheviks ont pris en main la révolution, ils ont récupéré les soviets, ils ont parlé en leur nom, mais ont tourné le dos au principes et buts des soviets. Ce ne sont pas les mêmes qui ont créé les soviets, et ceux qui ont pris le pouvoir avec le parti bolchevik, ni les mêmes personnes, ni les mêmes idées.

                                                Donc les bolcheviks ont bien détourné et perverti les soviets.


                                              • chapoutier 29 avril 2012 17:41

                                                c’est bien de refaire l’histoire, mais la vérité est tout autre. pour ceux qui ont un minimum d’honnêteté, ils est très facile de se renseigner à la source, notamment dans les biographies de ceux ayant participé à la révolution d’octobre. les bolcheviks non en aucun cas confisqué les soviets, au contraire ils ont milité pour que les membres siégeant dans les soviets soient 1) élu démocratiquement, 2) pour que les soviets soient une instance de double pouvoir.
                                                 c’est dans le déroulement révolutionnaire entre février et octobre que le peuple à élu une majorité de bolcheviks dans les soviets.

                                                la révolution d’octobre n’a pas été un putsch, malgré l’histoire réécrite par les staliniens et les capitalistes.


                                              • chapoutier 29 avril 2012 17:48

                                                pour juger les bolcheviks, il faut remettre les choses dans leur contexte : le premier général blanc, Kornilov, pour qui Soljenitsyne nourrit une grande affection, disait : « Même si nous devons brûler
                                                la moitié de la Russie et tuer les trois quarts de sa population pour la sauver (des bolcheviks) nous le ferons ». Ce
                                                devrait être une grande banalité que de dire : il est impossible d’apprécier la politique de Lénine si
                                                l’on n’examine pas d’abord les conditions sociales et politiques dans lesquelles il a agi, ni sans
                                                mettre en rapport ce qu’il a dit et fait avec ces conditions.


                                              • chapoutier 29 avril 2012 17:52

                                                allez aux sources :« Lénine » de Jean-Jacques Marie chez payot-rivages et L’ Histoire de la Révolution russe rédigé par Léon Trotsky


                                              • epicure 29 avril 2012 18:33

                                                @Par chapoutier (xxx.xxx.xxx.91) 29 avril 17:41

                                                ce n’est pas les bolcheviks qui ont créé les soviets, mais des courants plus à gauche.
                                                Tout le reste n’est que détails, dans le sujet en cours.
                                                Qu’ils aient été élus, ça c’est sûr, mais cela n’empêche qu’à la fin quand ils ont appliqué leur programme, ils ont renié les principes, socialistes, démocratiques, des soviets.
                                                Là je répondais à un gars qui parlais de parti unique et des positions autoritaires des bolcheviks alors que je faisait référence aux soviets qui sont des institutions de démocratie directe.
                                                Donc la seule chose qui importe dans cette discution c’est bien que d’une part on a des soviets qui ont été créés selon des principes démocratiques d’une part, et d’autre part des bolcheviks qui ont fait dévié la révolution vers des bases autoritaires et antidémocratiques.
                                                Ni plus ni moins.


                                              • peak-of-the-mirandole peak-of-the-mirandole 30 avril 2012 19:17

                                                Les cubains se portent très bien, merci !


                                              • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 28 avril 2012 20:32

                                                « Ce qui motive et cimente les électeurs de droite, c’est d’être contre ! Contre la gauche, contre les fonctionnaires, contre les immigrés, contre l’assistanat des moins riches, contre le social.... CONTRE, tout simplement contre ! »

                                                Euh, vous y allez un peu fort tout de même. Vous devriez lire Frédéric Bastiat avant d’avancer des choses pareilles, et permettez-moi d’insister sur cette recommandation smiley


                                                • Gemini Gemini 29 avril 2012 23:47

                                                  Je trouve cela très ironique d’entendre des personnes pensant que le néo-libéralisme est bon pour nos sociétés parler d’utopie. S’il y a bien une utopie, dont la réalité a pourtant déjà démontré que cela ne fonctionnait absolument pas, c’est bien l’utopie néo-libérale défendue par la droite.

                                                  Tout cela a déjà été mis en œuvre et testé. Le résultat a toujours été catastrophique, même si, bien entendu, une infime minorité en a bien profité.


                                                • joletaxi 28 avril 2012 23:44

                                                  Bon voyons, les gouvernements sociaux-démocrates scandinaves, ça te va ?
                                                  ils ont allié prospérité économique et liberté démocratique.

                                                  La république espagnole, la Commune de Paris, ont été réprimés par les armées de droite.
                                                  La révolution des soviets a été détournée et pervertie par les bolcheviques.

                                                  En fait des régimes vraiment de gauche, il n’y n’a pas eu beaucoup, et en général, ils ont été réprimés ou pervertis par les puissants de droite.

                                                  la Norvège, la Suède,le danemark sont des pays sous régimes collectivistes ?où l’on fait la poche des riches ?Qui ont mis les capitalistes au gibet ?
                                                  j’ai du manquer un épisode.
                                                  la révolution des soviets a été détournée ?Ils étaient pas de gauche les soviets ?Et le régime communiste n’était pas collectiviste ?
                                                  Et la république espagnole ,Franco était un Allemand ?
                                                  Au Chili, à part la belle histoire que l’on se raconte en se passant un joint,c’est pas la grève des camionneurs qui a mis le boxon ?Et si on interroge aujourd’hui les Chiliens, on en trouve pas beaucoup pour regretter la chute de Allende.
                                                  Mais le ponpon, c’est la Chine du grand timonier, qui pour se sauver est devenu capitaliste radicale qui ferait rêver tout républicain.

                                                  Ben voilà, on a fait le tour.
                                                  Ah non, reste Cuba.Pas besoin de mur pour empêcher les victimes du goulag libéral pour envahir l’île, il y a des requins.

                                                  Un bel essai, c’est la croisade des verts contre le réchauffement climatique pour à nouveau contrôler toute la population.Heureusement 2/3 hivers ont réveillé les gens qui se laissaient endormir par ces discours foireux.


                                                  • epicure 29 avril 2012 18:25

                                                    @Par joletaxi (xxx.xxx.xxx.24) 28 avril 23:44

                                                    « ’j’ai du manquer un épisode. »
                                                    Oui tu as manqué tout l’épisode où les sociaux démocrates sont de gauche, et faisant parti de la famille socialiste.
                                                    La différence avec d’autres mouvements socialistes, c’est l’abandon de la collectivisation totale de l’économie , le compromis avec le marché. Mais par contre il y a de nombreuses coopératives quand même. Mais dans l’ensemble la social-démocratie scandinave est conçue selon des principes de gauche, même plus à gauche que le stalinisme par exemple.

                                                    "la révolution des soviets a été détournée ?Ils étaient pas de gauche les soviets ?Et le régime communiste n’était pas collectiviste ?"
                                                    les soviets oui ils étaient de gauche, mais les bolcheviks ont détourné la révolution vers un régime qui s’éloigne des principes de gauche. Le bolchevisme était collectiviste dans al forme, mais dans le fond, ce n’était pas la collectivité qui était propriétaire, mais les privilégiés du Parti.
                                                    Même logique en chine, qui a abouti à ce que les nouveaux capitalistes millionnaires, étaient des membres de la nomenclatura chinoise. Bref rien à voir avec la gauche.

                                                    Ce sont les allemands qui ont bien appuyé militairement franco alors que les républicains étaient isolés. Guernica, ça te dit quelque chose ? C’est l’œuvre des forces de l’axe. Mais si tu avais bien lu je parle d’armée extérieure et intérieure.

                                                    Pour le chili, c’est la CIA et l’armée au service des intérêts capitalistes qui ont fait le coup d’état, la grève des camionneurs, ce n’est qu’un prétexte pour imposer une dictature.
                                                    Enfin c’est sous le régime de droite de pinochet qu’il y a eu de nombreuses exécutions , disparition, pas sous le régime de gauche d’allende. Le régime le plus répressif au chili a donc été un régime de droite.

                                                    Ben voilà on a fait le tour de tes réponses simplificatrices.

                                                    NB :
                                                    1) je n’ai pas parlé de cuba, il se réclame de courants politiques qui ont trahis les idées de gauche.

                                                    2) 2/3 hivers dans une région du monde ne définissent pas l’évolution du climat global de la planète. Mais ça c’est bien un regard de droite : égocentrique centré sur son petit soi, sans regarder plus large.


                                                  • Elisa 29 avril 2012 12:44

                                                    Je ne raffole pas des « copiés-collés » mais je ne peux manquer celui-là pour démontrer ce qu’est la conviction de gauche par un discours qui dit l’essentiel sur ce sujet.

                                                    Je  ne suis pas, Messieurs, de ceux qui croient qu’on peut supprimer la souffrance en ce monde, la souffrance est une loi divine, mais je suis de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère. Remarquez-le bien, Messieurs, je ne dis pas diminuer, amoindrir, limiter, circonscrire, je dis détruire. La misère est une maladie du corps social comme la lèpre était une maladie du corps humain ; la misère peut disparaître comme la lèpre a disparu. Détruire la misère ! Oui, cela est possible ! Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse ; car, en pareille matière, tant que le possible n’est pas le fait, le devoir n’est pas rempli.

                                                    La misère, Messieurs, j’aborde ici le vif de la question,  voulez-vous savoir où elle en est, la misère ? Voulez-vous savoir jusqu’où elle peut aller, jusqu’où elle va, je ne dis pas en Irlande, je ne dis pas au moyen-âge, je dis en France, je dis à Paris, et au temps où nous vivons ? Voulez-vous des faits ?

                                                    Mon Dieu, je n’hésite pas à les citer, ces faits. Ils sont tristes, mais nécessaires à révéler ; et tenez, s’il faut  dire toute ma pensée, je voudrais qu’il sortît de cette assemblée, et au besoin j’en ferai la proposition formelle, une grande et solennelle enquête sur la situation vraie des classes laborieuses et souffrantes en France. Je voudrais que tous les faits éclatassent au grand jour. Comment veut-on guérir le mal si l’on ne sonde pas les plaies ?

                                                    Voici donc ces faits :

                                                    Il y a dans Paris, dans ces faubourgs de Paris que le vent de l’émeute soulevait naguère si aisément, il y a des rues, des maisons, des cloaques, où des familles, des familles entières, vivent pêle-mêle, hommes, femmes, jeunes filles, enfants, n’ayant pour lits, n’ayant pour couvertures, j’ai presque dit pour vêtements, que des monceaux infects de chiffons en fermentation, ramassés dans la fange du coin des bornes, espèce de fumier des villes, où des créatures humaines s’enfouissent toutes vivantes pour échapper au froid de l’hiver. Voilà un fait. En voici d’autres : Ces jours derniers, un homme, mon Dieu, un malheureux homme de lettres, car la misère n’épargne pas plus les professions libérales que les professions manuelles, un malheureux homme est mort de faim, mort de faim à  la lettre, et l’on a constaté après sa mort qu’il n’avait pas mangé depuis six jours. Voulez-vous quelque chose de plus douloureux encore ? Le mois passé, pendant la recrudescence du choléra, on a trouvé une mère et ses quatre enfants qui cherchaient leur nourriture dans les débris immondes et pestilentiels des charniers de Montfaucon !

                                                    Eh bien, messieurs, je dis que ce sont là des choses qui ne doivent pas être ; je dis que la société doit dépenser toute sa  force, toute sa sollicitude, toute son intelligence, toute sa volonté, pour que de telles choses ne soient pas ! Je dis que de tels faits, dans un pays civilisé, engagent la conscience de la société toute entière ; que je m’en sens, moi qui parle, complice et solidaire, et que de tels faits ne sont pas seulement des torts envers l’homme, que ce sont des crimes envers Dieu !

                                                    Voilà pourquoi je suis pénétré, voilà pourquoi je voudrais pénétrer tous ceux qui m’écoutent de la haute importance de la proposition qui vous est soumise. Ce n’est qu’un premier pas, mais il est décisif. Je voudrais que cette assemblée, majorité et minorité, n’importe, je ne connais pas, moi de majorité et de minorité en de telles questions ; je voudrais que cette assemblée n’eût qu’une seule âme pour marcher à ce grand but, à ce but magnifique, à ce but sublime, l’abolition de la misère !

                                                    Et, messieurs, je ne m’adresse pas seulement à votre générosité, je m’adresse à ce qu’il y a de plus sérieux dans le sentiment politique d’une assemblée de législateurs ! Et à ce sujet, un dernier mot : je terminerai là.

                                                    Messieurs, comme je vous le disais tout à l’heure, vous venez avec le concours de la garde nationale, de l’armée et de toutes les forces vives du pays, vous venez de raffermir l’Etat ébranlé encore une fois. Vous n’avez reculé devant aucun péril, vous n’avez hésité devant aucun devoir. Vous avez  sauvé la société régulière, le gouvernement légal, les institutions, la paix publique, la civilisation même. Vous avez fait une chose considérable... Eh bien ! Vous n’avez rien fait !

                                                    Vous n’avez rien fait, j’insiste sur ce point, tant que l’ordre matériel raffermi n’a point pour base l’ordre moral consolidé ! Vous n’avez rien fait tant que le peuple souffre ! Vous n’avez rien fait tant qu’il y a au-dessous de vous une partie du peuple qui désespère ! Vous n’avez rien fait, tant que ceux qui sont dans la force de l’âge et qui travaillent peuvent être sans pain ! tant que ceux qui sont vieux et ont travaillé peuvent être sans asile ! tant que l’usure dévore nos campagnes, tant qu’on meurt de faim dans nos villes tant qu’il n’y a pas des lois fraternelles, des lois évangéliques qui viennent de toutes parts en aide aux pauvres familles honnêtes, aux bons paysans, aux bons ouvriers, aux gens de cœur ! Vous n’avez rien fait, tant que l’esprit de révolution a pour auxiliaire la souffrance publique  ! Vous n’avez rien fait, rien fait, tant que dans cette œuvre de destruction et de ténèbres, qui se continue souterrainement, l’homme méchant a pour collaborateur fatal l’homme malheureux ! »

                                                    Victor Hugo « discours sur la misère » à l’Assemblée Nationale le 9 juillet 1849

                                                    *


                                                    • arobase 29 avril 2012 18:11

                                                      à ndroite on est libéral, c’est à dire qau’on veut être libre de faire ce qu’on veut : exploiter autrui comme on veut, licencier comme« on veut, s’approprier la totalité des richesses produites par ces féneants de salariés, délocaliser et mettre à la rue ceux qui ont fait sa richesse pour aller ailleurs exploiter encore plus d’autres esclaves ;


                                                      à droite on ne veut rien partager. 

                                                      à droite on veut des routes, des hôpitaux, des équipements divers à condition qu’ils soient payés par les féneants de salariés.

                                                      à droite on ne pas d’état, mais on veut des subventions de l’état, payés par les impôts des féneants de salariés.

                                                      imaginons ce que serait la France si la gauche , avec le Front Populaire, n’avait arrachés aux fachos et aux exploiteurs les congés payés, et toutes les mesures prises ! 
                                                      et encore il a fallu se battre contre la droite qui trouvait ça inadmissible !!

                                                      imaginons ce que serait la France si la gauche, avec les communistes, les humanistes, n’avaient à la libération créé le Conseil National de la résistance et adopté les mesures que nous connaissons !
                                                      et encore il a fallu se battre contre la droite qui trouvait ça inadmissible !! 

                                                      tout doit être arraché à la droite par les luttes. rien n’est octroyé, même les plus élementaires droits des hommes.
                                                      et une fois arrachés, il faut continuer à se battre pour les conserver !

                                                      avec ses projets, sarkosy, avec l’appui de la droite FN et centriste tente de supprimer les droits du travail sous le vocable »flexibilité«  !

                                                      -accepter n’importe quel emploi même en séparant les familles, autoriser les licenciements sans motifs sinon le seul intérêt du patron....travailler jusqu’aù 4° age, rendre aux employer son salaire sous forme de taxes tout en supprimant ses »charges" ................

                                                      lutter au quotidien contre la droite malfaisante est un devoir de tous ; car les capitaliste,les indépendants, les libéraux , cadres dirigeants et autres tenants du libéralisme d’aujourd’hui peuvent demain se retrouver salariés et en chemise. leurs enfants aussi !

                                                      ça arrive tous les jours.

                                                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 29 avril 2012 18:16

                                                        en fait si on lit les énergumèneries çi-dessus  et dessous  ,il existe 2 choses 

                                                        dans la vie 

                                                        la gauche  et les fachos .

                                                        Sinon rien .... smiley

                                                        • arobase 29 avril 2012 18:52

                                                          si , il y a les boulangers joueurs de scie musicale. mais c’est rare smiley


                                                          • arobase 29 avril 2012 19:25

                                                            il faudrait déjà qu’un électeur lambda soit capable de déterminer de façon très précise la politique qu’il souhaite voir appliquer .


                                                            il pourrait alors examiner les propositions de sdivers candidats et dire : « voilà celui qu’il me faut ! »

                                                            moi je ne connait personne qui sache esxactement ce qu’il veut !

                                                            les candidats proposent leur programme, la presse , les sondages et le matraquage médiatique se mettent en branle, la plus grande gueule et ceux qui ont le plus de moyens, les meilleurs conseillers ou les plus menteurs finissent par convaincre le bon peuple ignorant, bien incapable de discerner où est son véritable intérêt ! 

                                                            quand on pense qu’avec ses mensonges, ses promesses non tenues, sa bilan nul et catastrophique , l’enrichissement des plus riches, le blin bling.......sarkosy et son équipe de branquignoles a encore 45% des gens qui vont voter pour lui !!! comment est ce possible ?

                                                            tout simplement en distillant la peur !  et ça marche !
                                                            celui qui va en face distiller l’espoir sera lui jugé non crédible et vilipendé !

                                                            • rocla (haddock) rocla (haddock) 29 avril 2012 19:28

                                                              Coucou Sabine 


                                                              Je connais deux proverbes  :

                                                              1 Demain sera un autre jour ( bon c ’est pas un proverbe mais c ’est joli )

                                                              2 Le soleil se lève pour tout le monde ( pas non plus un proverbe , mais c ’est gentil de sa part )

                                                              3 Rien ne set de courir si on va nulle part . 

                                                              Très bonne soirée Sabine ... smiley

                                                              • rocla (haddock) rocla (haddock) 29 avril 2012 19:29

                                                                Pardon , 


                                                                Salut Arobase 

                                                                • arobase 29 avril 2012 20:40

                                                                  salut rocla


                                                                  il y a longtemps (en 2007) sur AV, tu m’avais promis de me jouer l’avé maria sur ta scie mais tu a disparu des radars ! encore à traîner dans les basque de fillon, le collaborateur du président ? 
                                                                  en en campagne pour honorer la mémoire des poissons morts en mer ?
                                                                  maintenant il que te revoilou il faudra tenir ta promesse ! smiley

                                                                • RBEYEUR RBEYEUR 29 avril 2012 19:59

                                                                  DU « POLITIQUEMENT CORRECT » AU « FASCISME CORRECT  ».

                                                                  Extrait de l’article :

                                                                  « …a-t-on des convictions lorsqu’ on vote à droite ? Il me semble que non, car aucun idéal ne meut une personne de droite comme cela peut exister à gauche. Les idées de progrès, de lutte contre les injustices, de solidarité sont au coeur des convictions des électeurs de gauche.
                                                                  Qu’ en est-il à droite ? Nenn i ! Ce qui motive et cimente les électeurs de droite, c’est d’être contre ! Contre la gauche, contre les fonctionnaires, contre les immigrés, contre l’assistanat des moins riches, contre le social.... CONTRE, tout simplement contre !...
                                                                   ».

                                                                  Il en ressort clairement qu’aux yeux de l’auteur, une « personne de droite » appartient à une sous-humanité dénuée de tous idéaux, de tous sentiments, de toutes convictions humaines, etc.…

                                                                  N’était-ce pas le propos de Joseph Goebbels, l’âme damnée d’Hitler, dans sa comparaison d’un nazi avec un  non nazi ? 

                                                                  Voilà la pensée profonde des tenants de la gauche tandis que ses « missi dominici » nous déversent à longueur de journées des torrents de leçons de vertu et de leçons de morale sur les « valeurs de la République  »…

                                                                  - Est-il étonnant que le bolchevisme, fondement de la gauche, fut la base idéologique du fascisme et du nazisme ?
                                                                  - Est-il étonnant que, via le communisme, il organisa, planifia et mis en œuvre le plus gigantesque génocide que le monde ait connu : cent millions de morts ?
                                                                  - Est-il étonnant que Mussolini démarra sa carrière politique comme cadre au sein du parti socialiste italien ?   
                                                                  - Est-il étonnant qu’Hitler démarra sa toute première expérience politique au sein des jeunesses communistes allemandes ?
                                                                  - Est-il étonnant que Jacques Doriot, fondateur du parti nazi français (Parti Populaire Français) fut Maire communiste de Saint Denis ?
                                                                  - Est-il étonnant que Pierre Laval, l’un des dirigeants les plus influents du PS dans les années 1930, fut l’âme damnée d’Hitler en France, sachant que Pétain n’était qu’un vieillard sénile ne disposant tout au plus que d’une heure de lucidité par jour ?
                                                                  - Est-il étonnant que François Mitterrand, PRÉSIDENT DE GAUCHE de la France durant quatorze années, de 1981 à 1995, fut :
                                                                  --- Membre du mouvement d’extrême droite « les croix de feux » du colonel La Roque ?  
                                                                  --- Membre du mouvement royaliste « les camelots du roi » ?
                                                                  --- Sympathisant déclaré de « la cagoule », la pire des organisations criminelles d’extrême droite que le monde ait connu avec le klu klux klan  ?         
                                                                  --- Collaborateur rapproché de Pétain à Vichy ?

                                                                  En faut-il davantage ?


                                                                  • arobase 29 avril 2012 21:01

                                                                    Rbeyeur


                                                                    si tu veut comprendre ce que sont les vrais valeurs de gauche, lit les évangiles et penche toi sur les paroles du Christ, le premier des communistes ! 
                                                                    actes des apôtres :
                                                                    (Vie de la première communauté chrétienne

                                                                    42 Ils étaient assidus à l’enseignement des apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. 43 La crainte gagnait tout le monde : beaucoup de prodiges et de * signes s’accomplissaient par les apôtres. 44 Tous ceux qui étaient devenus croyants étaient unis et mettaient tout en commun. 45 Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, pour en partager le prix entre tous, selon les besoins de chacun."

                                                                    la gauche, c’est ça. partage, générosité, humilité, compassion..... 

                                                                    les gens de cette époque en étaient capables. ceux d’aujourd’hui ne le sont plus : égoïstes et méchants.

                                                                    après ça demande toi si les puissants, les nantis (y compris les prélats à Rome) suivent les pas du Christ.
                                                                     
                                                                    moi je suis de gauche, j’adhère aux enseignement du christ et suis athée.
                                                                    en quelque sorte je suis pratiquant (de la parole) mais pas croyant (il n’est pas Dieu) !

                                                                    • arobase 30 avril 2012 09:33

                                                                      sarkosy grignote un point. 

                                                                      au fn bien sûr. le fn est le meilleur agent électoral de sarkosy, parce que sarkosy adopte le langage du fn. 
                                                                      - parce que le fn croit sarkosy qui ne ment jamais.
                                                                      -le fn fera élire sarkosy, comme en 2007. 
                                                                      -les lepenistes seront responsables de cinq années supplémentaires de malheurs.

                                                                      au fn, le pays reconnaissant.

                                                                      • RBEYEUR RBEYEUR 30 avril 2012 16:18

                                                                        Waldgänger répliqua le 29 avril à 23h48 et 23h50 à ma communication suivante :

                                                                        « Il ressort clairement qu’aux yeux de l’auteur, une « personne de droite » appartient à une sous-humanité dénuée de tous idéaux, de tous sentiments, de toutes convictions humaines, etc.…
                                                                        N’était-ce pas le propos de Joseph Goebbels, l’âme damnée d’Hitler, dans sa comparaison d’un nazi avec un non nazi ? 
                                                                        Voilà la pensée profonde des tenants de la gauche tandis que ses « missi dominici » nous déversent à longueur de journées des torrents de leçons de vertu et de leçons de morale sur les « valeurs de la République »…
                                                                        - Est-il étonnant que le bolchevisme, fondement de la gauche, fut la base idéologique du fascisme et du nazisme ?
                                                                        - Est-il étonnant que, via le communisme, il organisa, planifia et mis en œuvre le plus gigantesque génocide que le monde ait connu : cent millions de morts ?
                                                                        - Est-il étonnant que Mussolini démarra sa carrière politique comme cadre au sein du parti socialiste italien ? 
                                                                        - Est-il étonnant qu’Hitler démarra sa toute première expérience politique au sein des jeunesses communistes allemandes ?
                                                                        - Est-il étonnant que Jacques Doriot, fondateur du parti nazi français (Parti Populaire Français) fut Maire communiste de Saint Denis ?
                                                                        - Est-il étonnant que Pierre Laval, l’un des dirigeants les plus influents du PS dans les années 1930, fut l’âme damnée d’Hitler en France, sachant que Pétain n’était qu’un vieillard sénile ne disposant tout au plus que d’une heure de lucidité par jour ?
                                                                        - Est-il étonnant que François Mitterrand, PRÉSIDENT DE GAUCHE de la France durant quatorze années, de 1981 à 1995, fut :
                                                                        --- Membre du mouvement d’extrême droite « les croix de feux » du colonel La Roque ? 
                                                                        --- Membre du mouvement royaliste « les camelots du roi » ?
                                                                        --- Sympathisant déclaré de « la cagoule », la pire des organisations criminelles d’extrême droite que le monde ait connu avec le klu klux klan ? 
                                                                        --- Collaborateur rapproché de Pétain à Vichy ?
                                                                        En faut-il davantage ? ».

                                                                        Soit : 

                                                                        « …Son com est surtout un tissu de conneries, aussi stupide que méchant. Euh, dans les années 30, il n’y avait pas de « PS », mais la SFIO, le PS a été fondé quarante ans plus tard. Dans les années 30, Laval est devenu un homme politique de droite, il est président du conseil avec des majorités électorales de droite, et il est un des battus par la victoire du Front Populaire en 1936. Hitler aux jeunesses communistes, faut arrêter le crack. Par contre, oui, il s’est bien fait endoctriner, mais dans l’armée juste après la guerre, et surement pas au KPD…. ».

                                                                        Au-delà des propos puants procédant du câblage mental bien connu des bolchos/fachos, il répond par cette risible digression consistant à dériver la discussion sur des crottes de mouche pour masquer, bien naïvement, la montagne d’excréments sur laquelle ils se vautrent.

                                                                        En effet, sur les onze points exposés il n’en soulève que trois qui sont, au demeurant, d’une importance tout à fait relative par rapport à l’extrême gravité des huit autres.
                                                                        Ce faisant, en ne répliquant absolument pas à ces huit autres il les valide donc ipso facto…

                                                                        Mais voyons sa « discussion » sur ces trois points mineurs :  

                                                                        - « …Euh, dans les années 30, il n’y avait pas de « PS », mais la SFIO, le PS a été fondé quarante ans plus tard… ».
                                                                        Dans les années 1930 le PS s’appelait officiellement le « Parti Socialiste SFIO (Section Ouvrière de l’International Ouvrier) », que l’on appelait néanmoins le PS, acronyme courant qui fut officialisé par la suite…
                                                                        On mesure ici la sottise et la mauvaise foi crasses et proverbiales des bolchos/fachos...

                                                                        -  « …Laval est devenu un homme politique de droite, il est président du conseil avec des majorités électorales de droite… ».
                                                                        Aux élections législatives françaises de 1924, Pierre Laval, qui conduisait la liste du Cartel des gauches dans le département de la Seine, devint alors député socialiste et entra au gouvernement Radical Socialiste Painlevé comme ministre des travaux publics.
                                                                        C’était donc un dirigeant notoire DE GAUCHE
                                                                        Etant dirigeant important DE GAUCHE, Pierre Laval devint de droite puis d’extrême droite puis NAZI
                                                                        Sur la base de cet édifiant exemple, DE GAUCHE, il suffit d’avoir entendu les discours de Mélenchon pour réfléchir ….

                                                                        - « …Hitler aux jeunesses communistes, faut arrêter le crack ... ».
                                                                        Rejeté par la ligue spartakiste de Rosa Luxembourg,
                                                                        Hitler se rapprocha des jeunesses communistes pour rejoindre ensuite rapidement Heinrich Laufenberg et Friedrich Wolffheim  qui animaient une tendance national-bolchévique au sein du parti communiste ouvrier allemand (Kommunistische ArbeiterPartei Deutschlands, KAPD).
                                                                        Hitler
                                                                        avait donc engagé une démarche DE GAUCHE….
                                                                        Qui doit arrêter le crack ? Mais nous savons tous qu’un bolcho/facho est en état permanent d’hallucination avec ou sans crack…

                                                                        Waldgänger termine sa réplique par :

                                                                        « ..Je veux pas être méchant, mais c’est pauvre, manichéen, indigent. C’est terrible. C’est vraiment tout ce dont vous êtes capable ? … ».

                                                                        Il est tout à fait courant chez les bolchos/fachos de cracher en l’air pour se recevoir ensuite leur glaire en pleine face…

                                                                        Enfin, son profil nous indique qu’en tant que « modérateur » il a ASSASSINÉ cent quatre-vingt-huit demandes de publications d’articles…
                                                                        Faute de camps de concentration, de goulags et d’hôpitaux psychiatriques, on se rattrape sur ce que l’on peut, notamment la pire des ignominies qu’est LA CENSURE


                                                                        • billdiem billdiem 30 avril 2012 22:06

                                                                          Il me semble que voter à droite (UMP), c’est aussi voter POUR défendre une certaine idée de la vérité :

                                                                          • C’est oser affirmer que « jamais le dialogue social n’a été aussi efficace que depuis 2007 »
                                                                          • C’est déclarer en septembre 2009 : « Les paradis fiscaux c’est terminé »
                                                                          • C’est déployer le bouclier fiscal sans expliquer que ça profiterait aux riches et couterait 2 milliards d’euros à l’Etat
                                                                          • C’est dire en janvier 2010 que « les Français verraient reculer le chômage dans les mois qui viennent »
                                                                          • C’est promettre à Toulon en septembre 2008 qu’il ne conduirait « pas une politique d’austérité » dans le contexte de crise
                                                                          • C’est dire en mars 2010 que « la stratégie du gouvernement porterait ses fruits dès 2010, notamment en matière d’emploi »
                                                                          • C’est dire au journal Le Monde en janvier 2007 : « Le droit à la retraite à 60 ans doit demeurer »
                                                                          • C’est dire le 6 mai 2007 : « Je ne mentirai pas »

                                                                          Etc, etc...

                                                                          Rendez-vous dimanche 6 mai avec toutes vos convictions !


                                                                          • RBEYEUR RBEYEUR 1er mai 2012 01:08

                                                                            @Billdiem

                                                                            Vous avez listé les exploits du pouvoir de droite de 2007 à ce jour en vous limitant, hélas, à cette seule période.

                                                                            Or, de 1981 à ce jour il y eu 15 années de pouvoir de la gauche (1981 à 1986, 1988 à 1993 et 1997 à 2002)…

                                                                            Comme vous avez « oublié » de rappelé les « exploits » de cette gauche si vertueuse, si efficace et si performante  durant ces 15 années où, détentrice du pouvoir, elle fit profiter notre pays de ses immenses bienfaits (SIC), pourriez-vous corriger cette étourderie ?

                                                                            Il ne sera évidemment pas nécessaire de rappelé la fondation des « restaurants du cœur » en 1985 qui fut absolument nécessaire pour pallier à la misère noire alimentaire tombée sur la France moins de quatre ans après la prise de pouvoir de la gauche, et ceci bien que n’existait pas alors la profonde crise mondiale qui nous frappe cruellement aujourd’hui…

                                                                            Par exemple, et en oubliant pas vos saintes convictions de gauche….


                                                                            • billdiem billdiem 1er mai 2012 16:44

                                                                              Mais oui, évidemment, mea culpa ! Suis-je sot à ce point d’oublier cette belle et grande cause qui offre prétextes, excuses et autre exonération de culpabilité à cette droite nauséeuse et sirupeuse… Cette magnifique invention qui permet à chaque patron qui délocalise une entreprise en Inde de dormir sur ses deux oreilles… Ce superbe progrès social qui fait se rencontrer un riche qui se rend au Fouquets et un groupe de SDF qui partage un petit rouge sur le trottoir d’en face…Ce fondement de l’économie qui fait dire à ce parent : « Tu sais mon fils, si la droite passe en mai, ton professeur des écoles ne sera pas remplacé en septembre parce que la crise est là et il coûte trop cher à l’Etat. Mais ne sois pas triste, tu pourras étudier avec 44 autres enfants dans la même classe ! »…

                                                                              Mais il est vrai que la crise est là, mais parce que le libéralisme et l’économie de marché ont tué les valeurs « travail et partage ». Même mon banquier souffre : il n’a pas pu s’acheter son BMW X6…il n’entre pas dans son garage.


                                                                            • superyeti superyeti 1er mai 2012 01:28

                                                                              Tout ce qui motive les gens de droite a voter a droite c’est la haine des autres, les chômeurs, les fonctionnaires, les étrangers, les pauvres, les SDF, etc...

                                                                              Bien sur il y a aussi ceux qui ne pensent pas comme eux, les gens de gauches.


                                                                              • RBEYEUR RBEYEUR 1er mai 2012 13:02

                                                                                De superyeti, 1° mai à 1h28 :

                                                                                « …Tout ce qui motive les gens de droite a voter a droite c’est la haine des autres, les chômeurs, les fonctionnaires, les étrangers, les pauvres, les SDF, etc... ».

                                                                                La haine des fonctionnaires ?

                                                                                Mais la prise de la bastille le 14 juillet 1789 n’était-elle pas motivée par la haine des fonctionnaires du roi (la noblesse et le clergé).

                                                                                Quelles différences entre les fonctionnaires du roi et les fonctionnaires de la « république » ?

                                                                                Aucune, dans les deux cas il y a les privilèges exorbitants d’une rémunération à vie et d’une inamovibilité absolue de la fonction, le tout aux dépens de la collectivité, y compris, bien entendu, des plus pauvres d’entre nous…    

                                                                                Il y a toutefois une petite différence, le roi pouvait supprimer les rentes de la noblesse alors que cela est rédhibitoirement impossible concernant les aristocrates de la « république » 

                                                                                Dès sa prise de fonction, l’aristocrate de la « république » se voit attribuer une rente de situation éternelle pour lui et son conjoint (ses appointements, sa retraite et la pension de réversion au bénéfice de son conjoint)…  

                                                                                « …Bien sur il y a aussi ceux qui ne pensent pas comme eux, les gens de gauches… ».

                                                                                Et ceux qui ne pensent pas comme les gens de gauche ?

                                                                                Les gens de gauche n’ont-ils pas la haine des gens de droite ?

                                                                                Lire et relire, entre autres, les discours de Mélenchon….  

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès