• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Abstentionnistes, petits fonctionnaires, Républicains, souverainistes…

Abstentionnistes, petits fonctionnaires, Républicains, souverainistes… Ces orphelins politiques en quête de représentants

 

Aidé par une gauche pulvérisée et une droite modérée sans espace politique, le duel Macron / Le Pen semble inévitable pour 2022. La tâche pour contrer cet effondrement politique et intellectuel semble délicate. A moins qu’une incarnation n’émerge en mêlant discours social, non techno, patriotique et sans radicalité institutionnelle.

 

Abstentionnistes, petits fonctionnaires, Républicains, souverainistes… Ces orphelins politiques en quête de représentants

Photo : Thomas Bresson (Manifestation de Gilets jaunes, à Belfort, le 29 décembre 2018)

 

En cette crise sociale et économique, la présidentielle de 2022 semble lointaine mais le calendrier impose déjà une réflexion. En effet, la situation favorise inévitablement le statu quo et la polarisation des débats. Les néolibéraux et gagnants de la mondialisation – un électorat maigre qui se mobilise fortement en temps électoral – ont leur candidat avec Emmanuel Macron, et Marine Le Pen incarne le vote contestataire. Entre les deux, tout est morcelé. Le principal parti de la droite modérée (Les Républicains, ex-UMP) ne semble compter que sur une candidature de Xavier Bertrand. Son espace politique est limité et semble ne se différencier d’Emmanuel Macron qu’avec l’image d’élu de terrain.

A gauche, le PS semble encore croire que le quinquennat Hollande fut une réussite politique et refuse toute introspection. Sa faillite intellectuelle est totale. Il en est de même pour la plus grande force politique de ce bord-là : Jean-Luc Mélenchon. Ne transformant pas l’essai de 2017, le leader de La France Insoumise a perdu une bonne partie de son électorat, en souhaitant préserver la ligne communautariste et indigéniste dans son mouvement.

Le duel Emmanuel Macron et Marine Le Pen est-il pour autant inéluctable ? Pour contrer cette défaite politique et intellectuelle, un candidat doit refaire le coup macronien de 2016, à l’envers, en réussissant un front du peuple.

Si l’union des gauches ou celle des droites n’apportent aucun débouché d’espérance politique, un espace transpartisan est toutefois ouvert. En rendant plus perceptible pour le peuple un programme qui lie la souveraineté, la défense du système social (la République sociale), l’intransigeance sur les principes républicains (laïcité notamment), le tout en modérant le poids des questions sociétales, son représentant permettrait de faire consensus et de retrouver un élan auprès du peuple, des abstentionnistes (qui défendent majoritairement le combat des Gilets jaunes), des « petits » fonctionnaires (policiers, infirmiers, enseignants, etc.) et des Républicains convaincus. Et le programme n'est-il pas déjà trouvé ? Il suffit de lire celui de Jean-Pierre Chevènement en 2002 pour retrouver tous les arguments. Une traduction moins technique et plus populaire s’est retrouvée en partie dans le discours patriotique de Jean-Luc Mélenchon en 2017. Cette inspiration, quasi chevènementiste, lui avait permis à l’époque d’entraîner une dynamique et d’être à un cheveu du second tour de la présidentielle.

Il ne faut pas oublier les retraités. Un électorat, qui se mobilise fortement. Il est globalement attaché aux valeurs traditionnelles de la France et à l’Europe. Il fuit les hypothèses apparaissant comme radicales, telles les candidats prônant « le Frexit » ou la « VIe République ». Ces deux idées sont vues comme des instabilités et des tables rases du passé.

Quelle peut être l'incarnation de ce mouvement fédarateur ? Michel Onfray, Arnaud Montebourg, Natacha Polony, Julien Aubert, Eric Zemmour, le général Pierre de Villiers, une autre hypothèse ?

Concernant Michel Onfray et Eric Zemmour, les deux intellectuels semblent s’extrémiser eux-mêmes, en se caricaturant. Ils apportent des éclairages parfois intéressants et importants pour le débat public mais, nul doute, leurs positions clivantes ne pourront satisfaire et séduire un électorat assez large : Michel Onfray vante l’anarchisme proudhonien et le fédéralisme, Eric Zemmour a un discours identitaire avec quelques dérapages au passage.

Dans tous les cas, le candidat de l’espoir doit être détaché du monde médiatico-politique, celui-ci suscitant actuellement le rejet au sein de la nation. Il peut être actuellement élu ou être un ex-élu, mais pour que sa personnalité ne soit pas mêlée à la tambouille politicienne, il doit être assez détaché des différents aréopages politiques : que ce soit ceux du pouvoir évidemment, ou ceux des instances nationales des vieux partis existants.

Ce candidat doit aussi apparaître comme étant une figure quasi naturelle pour rassembler un tel mouvement. Car c’est bel et bien cette incarnation qui permettra d’amorcer la dynamique.

 

Article également disponible sur Le Blog de Jonas

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Bendidon Bendidon 16 octobre 09:34

    Ah pas mal votre blog (en général les blogs des rédacteurs govoxiens sont nuls question esthétique) 

    Mais justifier le texte ce serait encore mieux (juste une touche à appuyer)

     smiley


    • Maître Jonas Maître Jonas 16 octobre 11:50

      @Bendidon
      Bonjour,
      Je vais faire une entorse, je ne réponds quasi jamais aux commentaires. Mais je voulais vous remercier pour ce message.
      Concernant les textes à « justifier » : en fait, des études de lecture sur internet ont montré qu’ils avaient moins de chances d’être lues en étant justifiés. D’où ce choix ;).
      A bientôt,
      MJ


    • Arogavox Arogavox 16 octobre 10:12

       Vouloir récupérer les abstentionnises ou les gilets jaunes ne relèverait pas forcément de la manipulation : l’innocence existe aussi ...

        Alors il faut encore et encore ré(expliquer : 

      « On n’est correct qu’en corrigeant » disait un certain Joubert 

       Où est-il démontré que les abstentionnistes (ou encore les Gilets jaunes) soient en quête de représentants ?!!

       Cet a priori n’est-il pas en fait hautain et méprisant vis à vis de tous ces Français, pourtant supposés égaux en dignité , dont l’avis est interprété sans qu’ils n’aient été directement et démocratiquement consultés ?

        Et si l’ambition de ces foultitudes qui cherchent une démocratie plus vraie, plus sincère, était en fait bien plus ambitieuse que celles de ceux qui se contentent de se trouver un ’incarneur’ , un nouveau calife à la place calife à qui ils veulent (déléguer) refourguer leur propre responsabilité individuelle ? ...


      • infraçon 16 octobre 14:04

        Bonjour Maître,

        que pensez-vous de ... Ah, mais c’est vrai, au fait, vous ne répondez pas !

        Alors autant pour moi, bonne journée.


        • Kapimo Kapimo 16 octobre 17:19

          Sous réserve qu’il y ait bien tenue de ces élections, les moutons gavés de télé nous fourniront forcément un duel Le Pen Macron.

          Dans un tel cas (et dans tous les autres aussi), il faut aller voter contre le candidat des banques, même si on peut penser qu’aucun décompte ne permettrait un défaite dudit candidat.


          • Albert123 17 octobre 08:13

            « une autre hypothèse ? »

            Charles Gaves, car il est équilibré, pragmatique, sans parti et qu’il ne veut pas y aller.

            C’est un type qui n’aura aucun scrupule à fouetter l’état profond, qui n’a aucune haine des gens et des « petits fonctionnaires » comme vous dites, de plus sa fortune il l’a doit à ses réussites et non à une carrière de pantouflard parasite,

            Il est pour le référendum, la démocratie locale, le frexit et la souveraineté du peuple sur sa nation, contre la gabegie d’un état parasite, en faveur du système sociale français bien compris (car c’est « ce que veulent les français ») et d’un audit des institutions,

            Tout fonctionnaire voulant faire de la politique doit démissionner définitivement selon lui, ce que je valide,

            Il est en faveur de la prise de risque et de la responsabilisation des décideurs qui doivent poser leurs couilles sur la table quand ils imposent une direction à tout un peuple.

            Il est modéré avec une expérience concrète de la vie réelle, de culture chrétienne, libéral au sens véritable du mot (ce qui est bon pour les « petites gens » contrairement à ce que certains pensent, avec lui pas de confinement débile, de masque à la con et de couvre feu crétin) marié avec des enfants, bref a 1000 lieux des engeances détraquées que l’on retrouve en politique aujourd’hui.


            • Albert123 17 octobre 08:21

              Et de rajouter que contrairement à tous ceux qui ressassent les même mantra idéologiques sans parfois même en comprendre la finalité il possède lui une vision


              • zygzornifle zygzornifle 17 octobre 09:19

                Parmi eux beaucoup ont votés Macron et le referont pour le fameux sursaut républicain ....


                • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 18 octobre 16:53

                  Ce sera une autre hypothèse puisque ce sera un roi, un grand roi qui ne devra son élection à personne et qui recevra directement du Seigneur une verge de fer pour paître les nations :

                  «  Tu les briseras avec une verge de fer, Tu les briseras comme le vase d’un potier.

                  Et maintenant, rois, conduisez-vous avec sagesse ! Juges de la terre, recevez instruction !

                  Servez l’Éternel avec crainte, Et réjouissez-vous avec tremblement.

                  Baisez le fils, de peur qu’il ne s’irrite, Et que vous ne périssiez dans votre voie, Car sa colère est prompte à s’enflammer. Heureux tous ceux qui se confient en lui ! » (Ps 2)

                   

                  Son programme dans le psaume 72 :

                  « De Salomon. O Dieu, donne tes jugements au roi, Et ta justice au fils du roi !

                  Il jugera ton peuple avec justice, Et tes malheureux avec équité.

                  Les montagnes porteront la paix pour le peuple, Et les collines aussi, par l’effet de ta justice.

                  Il fera droit aux malheureux du peuple, Il sauvera les enfants du pauvre, Et il écrasera l’oppresseur.


                  Devant lui, les habitants du désert fléchiront le genou, Et ses ennemis lécheront la poussière.

                  Les rois de Tarsis et des îles paieront des tributs, Les rois de Séba et de Saba offriront des présents.

                  Tous les rois se prosterneront devant lui, Toutes les nations le serviront.

                  Car il délivrera le pauvre qui crie, Et le malheureux qui n’a point d’aide.

                  Il aura pitié du misérable et de l’indigent, Et il sauvera la vie des pauvres ;

                  Il les affranchira de l’oppression et de la violence, Et leur sang aura du prix à ses yeux. »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité