• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Affaire Thierry Solère : L’ex-garde des sceaux Jean-Jacques Urvoas (...)

Affaire Thierry Solère : L’ex-garde des sceaux Jean-Jacques Urvoas sera jugé par la Cour de Justice de la République

Ce sera la huitième fois qu’un ministre de la République comparait depuis 1999 devant la CJR. C’est la seule et unique institution autorisée à juger des membres du gouvernement pour des faits commis dans l’exercice de leurs fonctions. Ainsi, après l’ancien ministre de l’intérieur Charles Pasqua, et Ségolène Royal la ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer sous Manuel Valls, l’ex-ministre socialiste Jean Jacques Urvoas devra à son tour répondre des graves accusations qui pèsent sur lui. Il sera jugé du 24 au 27 septembre pour « violation du secret professionnel ».

Une interférence qui coûtera cher

L’information avait été révélée le mercredi 20 Juin 2018 par France info. Le Procureur Général et représentant du Ministère public auprès de la Cour de Justice de la République, François Molin, avait émis une requête dans un communiqué. Il demandait la tenue d’un procès contre l’ancien ministre de la justice Jean Jacques Urvoas. L’homme âgé de 59 ans est accusé de « violation du secret de l’enquête » dans l’affaire Thierry Solère.

Le dernier cité, ancien républicain député et ex porte-parole de François Fillon, avait été en 2016, au cœur d’un scandale financier révélé par Le Canard Enchaîné et Mediapart. A l’époque, les soupçons qui pèsent sur Thierry Solère sont lourds : Il est accusé de ne pas avoir payé ses impôts entre 2010 et 2013 puis d’avoir signé un amendement visant à exonérer de taxes, les véhicules de collecte de déchets industriels dangereux et d’huiles usagées. Ceci, au même moment où il occupait le poste de PDG du groupe Chimirec (groupe largement bénéficiaire du dit amendement).

D’un autre côté, selon une parution du journal le Monde, le parquet aurait accusé Thierry Solère de s'«  être servi de son influence  » pour «  aider ses sociétés clientes à obtenir des contrats publics ou un agrément des pouvoirs publics  ». La société de conseil de son épouse Lerins Communication n’était pas en marge de ces accusations.

Même s’il dément formellement les faits et menace de porter plainte, l’élu des Hauts-de-Seine est mis en examen pour «  trafic d’influence, corruption, abus de biens sociaux, financement illicite de dépenses électorales et manquement aux obligations déclaratives auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique  ».

A l’époque Jean Jacques Urvoas, Ministre de la justice avait demandé à la Direction des Affaires Criminelles et des Grâces (DACG) une synthèse de toutes les informations concernant cette enquête préliminaire. Mais en juin 2017, au cours d’une perquisition au domicile de l’accusé Thierry Solère, les enquêteurs découvrent dans son téléphone la même fiche confidentielle de la DACG, communiquée précédemment au ministre, transférée en deux envois via Telegram.

L’émetteur de cette confidence à Thierry Solère n’est autre que Jean Jacques Urvoas. C’est une violation du secret professionnel commise par l’ancien garde des sceaux qui l’implique directement dans cette affaire.

« Documents administratifs et non judicaires »

Le parquet de Nanterre avait rendu compte de ces informations le 5 décembre 2017 au procureur général près la Cour de cassation. Celui-ci avait saisi en janvier, la commission d'instruction de la CJR. Le 20 juin 2018 Jean-Jacques Urvoas est mis en examen « pour violation du secret ». Il a été renvoyé en avril dernier devant la CJR.

L'ancien ministre socialiste et ex-garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas sera jugé du 24 au 27 septembre selon l’Express confirmant une information d’Europe 1, par la Cour de justice de la République.

Loin de nier son acte, Jean Jacques Urvoas conteste toutefois l’effectivité du délit. Son avocat Emmanuel Marsigny, corrobore sa position dans ses propos à la CJR rapportés par le Monde : « Les fiches d’action pénales sont des documents administratifs et non judiciaires. Elles sont filtrées par la DACG et sont destinées au cabinet du ministre pour que celui-ci exerce ses attributions et notamment pour communiquer. Ensuite, le ministre lui-même n’est pas tenu au secret professionnel. »

Le magistrat poursuit en justifiant que les transferts auraient été effectués pour : « faire cesser les attaques médiatiques de M. Solère contre l’institution judiciaire et lui faire comprendre qu’il faisait fausse route en affirmant ici ou là que la justice était instrumentalisée contre lui ».

Vraie ou fausse, cette argumentation ne lève pas le discrédit que jette cette affaire sur la justice. Les soupçons de connivence entre celle ci et le pouvoir politique demeurent.

Thierry Solère quant à lui risque certainement d’être mis en cause pour le recel de la violation du secret professionnel. Il n’a pour le moment pas reçu de convocation à cet effet.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • karibo karibo 20 juillet 11:54

    Bonjour .

    L’ insolence et arrogance autosuffisante de cet embrayage en dit long sur la mentalité de cette corporation, qui le matin sur leur trône, n’ ont rien de plus que la péripatéticienne du coin de la rue !

    Des pourritures collabos à la botte de ce système qui nous asservi, des traitres à la Nation , de toutes façons entre pourritures ils se soutiennent , il n’ aura rien comme cahuzac !


    • karibo karibo 20 juillet 11:56

      @karibo
      simulacre de justice équivalent au dépeçage de la France étiqueté sou le doux nom de « REFORMES »...


    • karibo karibo 20 juillet 12:01

      la même chetron & profil que le de rugy !


      • baldis30 20 juillet 12:14

        bonjour,

         « Les soupçons de connivence entre celle ci et le pouvoir politique demeurent. »

         Oh  ! ôôôh ! ohohohohoh... Ô ?! Ah ! ah ah !


        • zygzornifle zygzornifle 20 juillet 13:07

          Jugé oui mais condamné ?


          • sls0 sls0 20 juillet 17:09

            @zygzornifle
            J’ai cru entendre que 30% des hommes politiques passent devant la justice.
            Un juge sa carrière repose un peu sur les hommes politiques, on comprend qu’il y a une certaine mansuétude de leur part.
            Monsieur tout le monde n’a pas 30% de son entourage qui est assez malhonnête pour passer en justice. C’est le monde normal, ce n’est pas le monde des élus, des politiques.


          • zygzornifle zygzornifle 20 juillet 13:07

            Chat perché ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès