• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Anne Hidalgo : une ambition politique menacée par les couacs (...)

Anne Hidalgo : une ambition politique menacée par les couacs ?

Anne Hidalgo traverse une période difficile. Les affaires se suivent à un rythme effréné. La dernière en date, révélée par le Canard enchainé : l’acquisition de la Bourse de commerce pour 86 millions d’euros, quand la Mairie aurait pu récupérer le bâtiment pour 15 centimes…

Il y a des flatteries qui coûtent chères. La dernière en date risque de laisser des traces à la Mairie de Paris. François Pinault fait partie de ces quelques incontournables avec lesquels il n’est pas mauvais d’entretenir de bonnes relations. Le milliardaire – 7e fortune de France – peut certainement se réjouir des attentions d’Anne Hidalgo à son égard.

86 millions d’euros pour le seul amour de l’art ?

Il est vrai que la Maire de Paris n’est pas avare de cadeaux pour son influent ami. Amateur d’art contemporain, François Pinault souhaite depuis quelque temps faire partager ses collections avec le public. Pour les accueillir, le tandem Pinault-Hidalgo a trouvé une solution à la hauteur de ses ambitions : la Bourse de commerce.

Ce magnifique édifice du 19e siècle niché au cœur du quartier des Halles avait été vendu par le préfet de Paris (qui faisait aussi office de maire de la capitale) en 1949 pour un franc symbolique à la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Paris. Une clause spéciale stipulait que « la transaction peut être annulée si l'immeuble ne sert plus à l'usage principal de services publics dépendant de la chambre de commerce ». Une clause toujours en vigueur selon le Canard enchaîné, et qui aurait dû permettre à la ville de Paris de récupérer la Bourse de commerce pour 15 centimes d’euro !

Alors, pourquoi avoir finalement déboursé 86 millions d’euros ? La Mairie de Paris s’est défendue de toute mauvaise gestion en assurant qu’il état faux de dire que la transaction aurait pu s’effectuer au prix convenu en 1949. L’Hôtel de Ville a échangé deux de ses immeubles contre la Bourse de commerce dans une transaction foncière particulièrement élevée.

Une gestion entièrement saine et heureuse dont peuvent se réjouir les Parisiens ? Pas forcément, car le journal satirique révèle que 23 millions d’euros ont été versés par la Mairie de Paris au titre des investissements réalisés par la CCI dans le célèbre édifice. Un audit de la Préfecture d’Ile-de-France n’évaluait pourtant ces investissements qu’à 4,3 millions d’euros…

Couacs en série à la Mairie de Paris

Décidément, les millions jonglent avec une certaine désinvolture dans le fief d’Anne Hidalgo. La Mairie de Paris s’était déjà signalée pour sa gestion pour le moins surprenante de son patrimoine. Ainsi, en novembre dernier, les Parisiens apprenaient avec stupéfaction que Bruno Julliard, numéro deux d’Anne Hidalgo, avait attribué le Showcase, un espace situé sous la culée du pont Alexandre III, à la société Noctis. Presque au même moment, la même société Noctis embauchait le mari de Bruno Julliard. Il n’en fallait pas plus pour que l’idée de conflit d’intérêts s’installe dans l’esprit de Parisiens déjà échaudés par des accusations portant sur Anne Hidalgo elle-même.

Mi-novembre, Capital, suivi du Canard enchaîné, affirmaient – documents à l’appui – que celle-ci avait bénéficié d’un emploi fictif entre 2001 et 2003. L’ancienne première adjointe de Bertrand Delanoë aurait ainsi bénéficié de près de 100 000 euros pour jouer les fantômes dans les couloirs du ministère du Travail. L’information a été démentie par l’intéressée, mais les éléments avancés dans la presse laissent au moins place à de gros doutes…

Anne Hidalgo continue de tracer sa route, mais les obstacles se multiplient. Après les déconfitures de Benoît Hamon, Cambadélis ou encore Le Foll, la Madone de gauche qui avait un boulevard pour installer sa propre écurie politique aux municipales de 2020 pourrait bien finir à Pôle emploi. Une quasi-malédiction pour tous les caciques du PS qui n’ont pas fait allégeance à Emmanuel Macron ?


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 5 janvier 12:44

    Hidalgo est un vestige du socialisme a la Hollande , elle ne tient plus que grâce aux écolos bobo socialo iphono .....


    • Pierre 5 janvier 12:49

      « Out, schnell ! », prière de tous les automobilistes dans les bouchons générés délibérément par cet emmerdeuse !


      • Pierre 8 janvier 23:23

        @Pierre
        Décidément, un max de bobos gnangnans sur AV !


      • ZenZoe ZenZoe 5 janvier 14:00

        La Madone de gauche ...pourrait bien finir à Pôle emploi.

        Vous voulez rire ? A seulement 58 ans, Hidalgo est une riche retraitée de la fonction publique depuis 2011. Elle pourra même augmenter cette retraite avec celle d’élue.
        Popaul, c’est pour les bouseux.


        • Ouallonsnous ? 5 janvier 16:35

          Hidalgo « racket » n’a rien à voir avec une prétendue Madone de gauche , mais tout avec une maffieuse.
          Je ne pense pas que Pôle emploi soit de ses préoccupations, mais plutôt qu’elle travaille à éviter les conséquences de ses carembouilles et compromissions avec les patrons de l’oligarchie, ’cf.François Pinault pour la dernière en date !


          • Le421 Le421 5 janvier 18:32

            Anne Hidalgo passera les épreuves comme celle de J.O.
            Comme Pénicaut Las Vegas 2016...

            La preuve que les femmes, en politique, respectent la parité.
            Elles savent être aussi fourbes, aussi pourries...


            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 5 janvier 20:52

              « Nos premiers de la classe » ils savent pertinemment que dans une France et de plus à l’instar de son emblème déplumé ,et avec un peuple à ces images 1 – 2 , ben ils jouent sur d’velours !

              Autre animal qui représente le français : le piton !


              @+ P@py


              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 5 janvier 21:02
                … Faut pas oublier la location ( I,5 millions d’euros ) d’un gros n’avion de 320 places pour une salle de 60 personnes à Lima : !

                .. et un vieux proverbe dit : Le pouvoir rend fou, et le pouvoir absolu rend absolument fou !source.

                @+ P@py



                • JP94 5 janvier 22:03

                  Je ne comprends pas toute cette vindicte contre la Maire de Paris ? Il me semblait que Paris était sa propriété privée donc qu’elle en usait suivant son bon vouloir ? 

                  Donc Paris ne serait pas encore privatisée ? 
                  Mais pourquoi toutes ces décisions sur le parc immobilier, les transports, la Petite ceinture qui aurait pu fait un trajet ferroviaire rénové , pittoresque, pratique, n’interférant pas avec la surface et dans laquelle on a bétonné du parking en sous-sol et des immeubles par exemple dans le 14ème, privant les riverains d’un trou de verdure et de lumière ? 
                  Evidemment, on a aussi transformé en passage piéton surélevé là où la spéculation immobilière intéressait moins les promoteurs du Grand Paris, ses amis....

                  • bob14 bob14 6 janvier 08:04

                    Elle est la vitrine de la politique parisienne !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Titi Parigot


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires