• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Après le « Casse-toi pauvre con ! » de M. Sarkozy, voici le « dégage ! » de (...)

Après le « Casse-toi pauvre con ! » de M. Sarkozy, voici le « dégage ! » de M. Mélenchon

Plusieurs grands médias (dont le journal 20 Minutes) ont rapporté, le 26 septembre 2009, l’algarade publique et la manière brutale avec laquelle M. Mélenchon a traité un militant communiste, lors de la dernière Fête de l’Humanité.

Le patron du Front de Gauche a vivement rabroué le militant en lui lançant un méprisant « Dégage ! », parce que ce dernier s’étonnait de la présence de plusieurs candidats du PS à la primaire socialiste à cette Fête de l’Humanité.

Source : http://www.20minutes.fr/politique/793942-quand-jean-luc-melenchon-demande-militant-communiste-degager

Ce « Dégage ! » – qui ressemble dans la forme et dans l’esprit au fameux « Casse-toi Pauvre con ! » de M. Sarkozy, en dit long sur la personnalité de M. Mélenchon et sur les pensées profondes qui l’animent. Cette péripétie m’amène à rappeler que le patron du Front de Gauche n’a pas seulement un comportement brutal dans la forme ; c’est aussi un des principaux leurres du Système dans le fond. Il joue le même rôle à gauche que celui que joue le FN à droite.

FRONT NATIONAL ET FRONT DE GAUCHE : MÊME COMBAT POUR EMPÊCHER LES FRANÇAIS DE SE RASSEMBLER SUR L’ESSENTIEL

  • Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour conforter l’idée que le clivage essentiel de la politique française serait encore le clivage droite-gauche et non pas le clivage Européisme / Souveraineté nationale.
  • Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour conduire 10 à 15% des électeurs dans une impasse, mais à gauche.
  • Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour critiquer sans arrêt la construction européenne, mais à gauche.
  • Comme le FN, le Front de Gauche ne fait que critiquer les conséquences de la construction européenne, sans jamais expliquer aux Français les causes et les origines.
  • Comme le FN, le Front de Gauche ne parle ainsi jamais :

- ni du rôle des USA dans la construction européenne depuis les origines,

- ni de l’irréductible divergence des 27 intérêts nationaux,

- ni du « stratagème des chaînes » mis en œuvre par Washington (je renvoie ici à mes conférences),

- ni de la superposition des périmètres UE/OTAN,

- ni du fait que la construction européenne est une conception racialiste du monde et qu’elle nous conduit tout droit au « Choc des Civilisations ».

  • Comme pour le FN, les médias accréditent l’idée que le Front de Gauche serait pour une rupture radicale avec l’UE et l’euro alors que, comme pour le FN, il n’en est rien.
  • Car, comme le FN, le Front de Gauche admet le bien-fondé de « la belle idée européenne » et se déclare pour une « Autre Europe ».
  • Et, comme le FN, le Front de Gauche ne propose jamais aux Français de sortir unilatéralement de l’UE, et fait l’omerta sur l’article 50.

Pour que nos lecteurs mesurent à quel point le Front de Gauche est différent de l’idée qu’ils peuvent en avoir, je leur suggère de lire les quelques déclarations suivantes :

Le 5 décembre 2008 :

Le Parti de Gauche proclame être un « Parti de perspective européenne » :

« Le PG sait que le changement de société auquel il aspire passe par une autre Europe.Né en partie de la mobilisation populaire qui a conduit au rejet du référendum sur le traité européen, il noue des partenariats avec les forces de gauche en Europe favorables à un projet alternatif d’une Europe sociale et démocratique. »

Ce texte écrit de présentation s’intitule « Le parti que nous voulons » et est toujours en ligne actuellement :

Source : http://www.lepartidegauche.fr/qui-commes-nous

Le 5 octobre 2009 :

Jean-Luc Mélenchon affirme qu’il est « un fédéraliste européen ».

Emission « 7/10″ de Nicolas Demorand sur France Inter

Le 10 avril 2011 :

Dans le texte de la « Résolution sur l’euro adoptée au Conseil national du Parti de Gauche », le Parti de Gauche annonce qu’il ne veut surtout pas « abandonner l’UE à son triste sort » mais, pardi !, la « transformer » [Washington, Goldman Sachs, l'oligarchie financière et les 26 autres gouvernements doivent en trembler d'avance... !].

Citations :

« Le PG entend œuvrer à une transformation de l’UE, non à sa destruction.

Il ne s’agit donc pas seulement d’abandonner l’UE à son triste sort en restaurant la seule souveraineté du peuple français, mais d’engager une épreuve de force au sein de l’UE en démontrant qu’un gouvernement déterminé à le faire peut toujours mener une autre politique.

S’affranchir du carcan néolibéral de l’UE, sortir de l’application intégrale du traité de Lisbonne, sans sortir de l’UE, c’est démontrer que l’on peut préserver l’acquis de cinquante ans de construction européenne, en se débarrassant du poison néolibéral. »

Source : http://www.jean-luc-melenchon.fr/arguments/resolution-du-parti-de-gauche-sur-l%E2%80%99euro/

Le 26 juin 2011 :

M. Jean-Luc Mélenchon déclare sur la radio Europe 1 que « prôner la sortie de l’euro relève du maréchalisme ».

Ainsi, pour M. Mélenchon, SORTIE DE L’EURO = PÉTAIN !!!

En agissant de la sorte, il sert le Système de façon exactement comparable à celle du FN qui, par ses fameux « dérapages » verbaux qui font la joie des médias, accrédite aussi la même idée à droite.

Cette déclaration insultante et scandaleuse sur Europe 1 a suscité la vague protestation du MPEP. Mais les dirigeants de ce mouvement préfèrent néanmoins soutenir le FG et M. Mélenchon plutôt que de faire alliance avec l’UPR, comme je le leur ai publiquement proposé.

 

(cf. mon débat radiophonique avec M. Jacques Nikonoff sur BEUR FM http://www.dailymotion.com/video/xkwxop_francois-asselineau-sur-beur-fm-06-09-2011_news)

Le 10 septembre 2011

M. Jean-Luc Mélenchon souligne de nouveau sa totale hostilité à une sortie de l’euro :

« Il y a des partisans de la sortie de l’euro à gauche, ce n’est pas mon cas » [...]. Je suis pour un changement des statuts de la Banque centrale européenne, [...] pour arrêter de faire cet euro cher qui oblige les productions à se délocaliser ».

« Cela vaut la peine de défendre l’euro, pas celui-là, mais commençons déjà par défendre l’idée même de l’euro. ».

http://www.20minutes.fr/ledirect/784620/jean-luc-melenchon-souligne-hostilite-sortie-euro

Etc., etc., etc.

Est-il utile de poursuivre ?

En tout cas, nul lecteur de l’UPR ne pourra se plaindre de ne pas avoir été prévenu lorsqu’il découvrira, en juin 2012, que M. Mélenchon et le FG appelleront à voter pour le « candidat de gauche » au 2ème tour de la présidentielle.

Nul de nos lecteurs ne pourra être surpris de découvrir alors que M. Mélenchon et le FG sont en fait l’une des dents du « râteau électoral » conçu pour faire élire un PS européiste.

Ceux qui auront soutenu le PG, le FG et le MPEP plutôt que l’UPR auront alors tout loisir de constater amèrement qu’ils auront contribué à soutenir un candidat poursuivant la même politique que celle dénoncée par le FG comme si elle était due à M. Sarkozy alors qu’elle est, pour l’essentiel, décidée à Washington, Bruxelles et Francfort.


Moyenne des avis sur cet article :  2.91/5   (260 votes)




Réagissez à l'article

421 réactions à cet article    


  • Capone13000 Capone13000 27 septembre 2011 09:09

    J’ai depuis le début un doute sur les intentions de Mélenchon, je crois qu’il confirme sa stratègie à savoir de récolter par la gauche de la gauche les élécteurs pour ensuite les rediriger vers le PS.

    Dommage le personnage avait de quoi séduire.


    • posteriori 27 septembre 2011 13:27

      Excellent billet, ou comment des gens qui ont voté sarkozy à coup sûr estiment que melanchon est trop peu à gauche. Non génial continuez sur la lancée on se marre ! Au prochain article, pourquoi pas nous amener un ancien d’hec pour nous dire que l’économie n’est pas tout ?


    • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 28 septembre 2011 00:15

      « un dégage qui ressemble dans la forme et dans l’esprit au fameux « Casse-toi Pauvre con ! » de M. Sarkozy »

      Désolé mais je trouve que les 2 choses ne sont pas du tout comparables, d’un côté il y a un président de la république avec des pouvoirs inouïs sur l’avenir du pays
      qui s’exprime comme un charretier de l’autre un candidat aux présidentielles (qui peut espérer au mieux 4 ou 5% au 1er tour) agacée par l’insistance d’un quidam.
       
      Ça n’a donc rien à voir, que Mélanchon déplaise à l’auteur on peut le comprendre facilement comment pourrait-il en être autrement vu son cv d’homme de droite faisant parti du sérail au seing de l’UMP...Je trouve même ce papier assez grotesque, c’est bien la peine d’avoir fait autant d’études aussi brillantes pour pondre un truc aussi nul... 


    • aveclotanvatoutsenva 28 septembre 2011 10:53

      @ Marcel Chapoutier :
      Vous estimez que la réaction de Mélenchon est celle d’un « candidat aux présidentielles agacé par l’insistance d’un quidam ». Cette réaction vous semble donc parfaitement légitime, si on vous comprend bien (à la limite, le « quidam » en question n’aurait eu que ce qu’il méritait, l’impudent !).
      Cette présentation des choses en dit long sur l’idée que vous devez vous faire de la démocratie...
      Je suppose, par conséquent, que vous trouvez tout aussi normal que les parlementaires véreux (c’est quasiment devenu un pléonasme...) aient annulé en 2008 le référendum de 2005 où 54 % de « quidams » s’étaient exprimés contre la « Constitution » européenne.


    • vost 29 septembre 2011 14:43

      En fait il s’agirai plutôt d’ouvrir les yeux des électeurs du PS ayant une vraie sensibilité socialiste et de leur faire admettre que le parti socialiste ne représente plus de telles idées quand elles sont représentées par certains socio démocrates tel que DSK, Hollande, Aubry, Valls par exemple. SI il y a une opération de séduction (légitime), elle consiste à imposer les idées fortes du Front de gauche (qui regroupe plusieurs sensibilités qui s’accordent, l’intelligence du groupe) dans le débat et surtout dans l’esprit des électeurs en général. 

      Si nous avons assisté à l’invention de l’étrange UMPS, la responsabilité incombe certains dirigeants euro-béa à tendance atlantiste. 
      Pas aux citoyens qui dans leur cocon libéral bercé de télévision, le nid occidental du 19e siècle à nos jours, se sont fait déposséder de la chose politique. 
      L’oligarchie du monde médiatique dominant avec la stratégie de spéctacularisation de l’information impose donc sa doxa scénarisé. 
      M. Asselineau avec ce texte « morandiniesque », participe à cette triste situation, où le fait divers remplace la réflexion. 
      La rumeur, le hors cadre, la force du montage, de la mise hors du contexte, l’extrait accusateur si cher au petit journal de Barthes, procédé déjà si ancien dans nos journaux télévisés. De l’anti Bertold Bretch en quelque sorte. De l’esbroufe. 


    • John Foster 27 septembre 2011 09:23

      Je pense que les gens ne sont plus dupes désormais.


      Il suffit d’entendre les militants le prévenir « Pas d’alliance avec le PS hein ! », ce à quoi Melenchon ne répond pas, tourne le dos et pars. C’est une série d’attitudes qui met la puce à l’oreille. Combien de temps avant qu’il annonce que « Mme Aubry n’a pas dans le fond des idées très différentes » et que « François Hollande a évolué sur ses positions et que nos divergences ne sont plus insurmontables » ? Comment réagiront ses soutiens sincères lorsque cela arrivera ?

      Je trouve cela étrange car Mélenchon jouait bien le jeu du candidat hors système tappant sur les médias et l’oligarchie. Mais là, le recentrage implicite intervient bien trop tôt. En accueillant Aubry à l’Humma, sans même lui tapper dessus, il fait l’aveu de son propre rôle dans le système : un rabatteur pour le candidat PS comme l’explique Asselineau.

      Pour la plus part des gens présents ici, sa simple position sur l’Europe et l’euro avait suffit à vendre la mèche depuis belle lurette.

      • John Foster 27 septembre 2011 11:11

        Dans ce cas, vous votez pour quelqu’un dont vous savez qu’il appellera à voter pour le PS alors que cette personne se prétend hors système ? Vous avez flairé l’hypocrisie, mais vous foncer quand même droit dedans. Je ne comprends pas bien la logique.


      • logan 27 septembre 2011 11:39

        Melenchon a clairement dit à cette même fête de l’huma dont vous ne retenez visiblement que ce qui vous arrange, qu’il n’appelera à voter pour personne si il était éliminé au 1er tour car justement les électeurs du front de gauche ne sont pas des moutons qui votent comme on leur dicte mais des grandes personnes qui font bien ce qu’elles veulent, qu’il n’y aura pas d’alliances entre les deux tours, qu’il n’ira jamais dans aucun gouvernement socialiste.

        Mais de toute façon Melenchon sera au second tour.


      • Valas Valas 27 septembre 2011 13:34

        Excellente synthèse Logan, le soucis est que certain ont déjà la sciences infuse avant même d’analyser la personne et ce qu’il a vraiment fait depuis toutes ces années.

        L’auteur, vos comparaisons entre le Front de gauche et le Front National sont très déplacés...


      • gorgonzola 27 septembre 2011 15:09

        @Sabine : « comme il a absorbé le PC » ? Ça c’est pas encore gagné visiblement... alors pour le PS pensez donc.

        @Logan : ce qui fait la qualité d’un parti ce sont aussi sa constance et sa justesse. Ce que démontre M. Asselineau c’est que le FdG, bien que jeune, a tout le contraire de ces qualités. En réalité le FdG est une auberge espagnole où l’on réunis tous les mécontents de gauche pour les ramener au vote PS au second tour. C’est en fait une des plus vieilles ficelles de la politique et M. Mélenchon est un fin renard.

        Au passage vous pouvez me retournez l’argument de l’auberge espagnole pour l’UPR ce à quoi je vous répondrai que non seulement l’UPR n’est pas un amalgame de partis et d’idéologies politiques (dans une auberge espagnole on mange à tous les râteliers), qu’en plus elle n’appelera à voter pour personne d’autre qu’elle même, qu’enfin ce refus des compromissions est inscrit dans sa charte fondatrice et constitutive du mouvement et que si l’UPR venait à la trahir elle serait immédiatement sanctionné par le départ massif de ses adhérents... Les adhérents FdG en feraient-ils autant ? A voir la manière dont vous vous refusez à acceptez les propres propos de M. Mélenchon et à lui trouver toutes les excuses, j’en doute.


      • logan 27 septembre 2011 16:05

        @ gorgonzola

        rendez vous compte de l’absurdité de vos propos, vous prennez les gens qui votent front de gauche pour des petits soldats qui suivent des consignes de vote ?

        le propre des « révoltés » de gauche, de ces mécontents, c’est qu’ils sont particulièrement rebels justement, ils ont suffisament de force de conviction pour ne pas écouter les sondages et pour ne pas voter PS, et si quelqu’un vient leur dire quoi voter c’est pas demain la veille qu’ils l’écouteront

        Si c’est le PS qui arrive au second tour, ce qui n’a rien d’assurer à moins de croire que tout est joué d’avance et dans ce cas ce n’est pas la peine de discuter, certains choisiront de voter pour le candidat PS, d’autres non
        Mais une chose est sûre il y a peu de chance qu’en cas de choix ump / ps ou fn / ps les gens qui votent front de gauche votent pour l’extrême droite ou la droite conservatrice, s’ils ne s’abstiennent pas, ce sera forcément pour voter pour le moins pire de leur point de vue, donc le PS. Ils n’ont besoin ni du front de gauche, ni de Mélenchon, pour faire ce choix, d’ailleurs pour la plupart ce choix est déjà cristalisé. Moi par exemple je m’abstiendrais dans un tel cas.

        Donc faites marcher un peu votre cerveau, cette histoire de rabattement comme si on était du bétail, c’est non seulement très insultant, mais en plus c’est complètement débile.


      • gorgonzola 27 septembre 2011 16:11

        @Sabine : ouiii pour sûr, on en reparlera au 2nd tour des présidentielles...

        Il faut que vous appreniez comment fonctionne le système de clivage avant de pouvoir le déjouer. En divisant les électeurs contestataires dans une multitude de partis dits d’opposition, répartis sur l’ensemble de l’arc électoral français (de DLR à NPA), cela aboutit à ce qu’il n’y ait plus d’opposition du tout puisque aucun de ces partis n’est capable de peser face aux trois éléphants qui depuis 28 ans mènent un ballet soigneusement orchestré : l’UMP(RPR), le PS et le FN. Je dis depuis 28 ans car cela correspond je crois à la date de mise en place du stratagème de médiatisation du FN conçu par MM. Mitterand et Attali. Au mieux certains partis peuvent espérer consoler leurs militants en ramassant les miettes mais le système, lui, perdure.
         
        La solution proposée par M. Asselineau c’est de dire que puisque les contestataires au système UMPS (l’aternance droite-gauche) que nous sommes tous ici sont divisés par les partis dit de clivage et qu’ils n’auront jamais assez de poids pour peser en restant divisés, et puisque ces partis s’auto-neutralisent en s’entêtant à vouloir rester dans leurs clivages politiques, il nous faut nous réunir dans un parti crée temporairement, avec des garanties solides, qui puisse rassembler les électeurs français autour de la restitutions de leurs pouvoirs et surtout qui se dote réellement des moyens de refuser le clivage traditionnel droite/gauche.

        - Quels sont ces garanties solides ? : une analyses pertinente des causes de la situation actuelle, le refus des compromissions, des propositions qui puissent être mises en oeuvre...

        - Qu’on nous rende la démocratie ? : il s’agit là de démontrer aux français par des arguments concrets l’impératif absolu de sortir de cette UE, de cet euro et de cet OTAN qui vampirisent les pouvoirs qui autrefois revenaient au peuple français.

        - Se donner les moyens de rassembler ? : en veillant scrupuleusement à ce que sa ligne de propositions ne soit pas sujette au clivage ni à la stigmatisation d’une partie de nos concitoyens, à ce que les questions purement politiciennes et clivantes soient débattues à fortiori par les français et en veillant sur son autonomie notamment financière, l’UPR s’assure de rester hors des clivages et d’affirmer qu’il est le seul parti de contestation en France qui soit réellement capable de rassembler une majorité.
         
        Conclusion : si les contestataires au système veulent peser il leur faut, comme en 2005 et le non au référendum (55% de votants à gauche, 45% à droite), se rassembler en dehors du clivage droite/gauche. Hors, rien que le nom « Front de Gauche » démontre qu’il ne rassemblera pas (et à droite le FN avec 80% de français qui ne veulent pas en entendre parler ne rassemblera rien non plus). Le rassemblement c’est la seule méthode pour que nous ne nous contentions pas des miettes mais pour que nous prenions le gâteau, c’est une méthode imparable mais persuader les français de se rassembler n’est pas si facile qu’on croit (la preuve) et le système fera tout pour les en empêcher notamment en promouvant les partis dit « d’opposition autorisée » dans les médias (FdG, DLR, FN) pour les diviser.


      • gorgonzola 27 septembre 2011 16:21

        @Logan : j’ai du respect pour les sympathisants du FdG qui se battent pour leur conviction et avec leurs tripes, j’ai du respect pour vous aussi Logan et pour Sabine. Nous à l’UPR on se bat de toutes nos forces pour que tous nous nous rassemblions temporairement pour retrouver la démocratie (cette démocratie qui actuellement nous est vampirisé par l’UE, la BCE et l’OTAN). Ce n’est pas vous que nous attaquons c’est la légitimité des principaux représentants des partis qui nous empêchent de nous rassembler en dehors de leurs patronages.

        Je vous ferai la même réponse qu’à Sabine cf. ci-dessus.


      • logan 27 septembre 2011 16:21

        le texte d’asselineau prouve en effet qu’il est tout à fait hors de tout clivage ;)


      • logan 27 septembre 2011 16:35

        malheureusement si la renaissance d’une sorte de CNR new age rassemblant gaullistes socialistes et communistes peut être séduisante sur le papier, je dirais qu’elle est surtout bisounours car elle ne tient pas deux secondes à l’analyse des idées politiques des uns et des autres fortement clivantes

        par exemple je ne pense pas que l’UPR renoncerait à la sortie de l’euro, et nous nous ne pensons pas dutout que le problème vienne de l’euro
        et ce n’est pas là les seules incompatibilités malheureusement fondamentales

        si nous devons coopérer ensemble, alors ce sera à l’assemblée, où sur chaque projet de loi à l’initiative des uns et des autres, donc sur des sujets précis, nous pourront parfaitement trouver des accords

        mais une alliance globale est inenvisageable désolé

        d’autant plus que nous comprennons très bien, et c’est là où tu fais une erreur de réflexion je pense, que stratégiquement nous n’avons pas besoin de rassembler 51% des français mais seulement une majorité relative
        et pour cela nous pensons sincèrement qu’il est suffisant de rassembler une majorité des nonistes de gauche autour d’un programme de gauche radical, nous n’avons pas besoin donc d’aller chercher des alliances avec une partie de la droite, nous devons au contraire provoquer une recomposition de la gauche, ce qui tu l’auras sans doute remarqué est en cours de réalisation ;)


      • Martigny 2 octobre 2011 07:49

        Non, les français ne sont plus dupes, ils ont enfin compris depuis quarante ans les pilules qu’on
        leur fait avaler de force. La dernière étape est le sénat et la prochaine c’est la Présidentielle. Depuis 40 ans, c’est le déficit de nos finances, depuis exactement 1973, aucun budget est en équilibre.

        Que ce soit soit Melenchon, marine le pen, francois hollande, arnaud montebourg, président de la république, les gens s’en contrefoutent, ce qu’ils veulent c’est que l’on ne dilapide pas l’argent de la France par milliards pour donner à la Grèce qui chacun sait ne pourra jamais rembourser,
        c’est écrit dans le marbre, Philippe Seguin disait « Cette politique de l’Euro va nous mener au désastre » et bien le désastre il est arrivé, et ce n’est que le début.

        Ce qui est incompréhensible pour les français, en Allemagne n’en parlons même pas, les grecs parlent de 4ième Reich envers nos voisins allemands, c’est de voir supprimer infirmières dans les hôpitaux, policiers dans les commissariats de police, professeurs dans nos écoles, voir encore le non remboursement des médicaments 1/3 des français ne peuvent plus se soigner ou ont d’énormes difficultés, 67 ans l’âge de la retraite, on nous demandera de sortir de nos cercueils pour faire des travaux d’intérêt général, et demain ce sera au tour du Portugal, de l’Italie,de l’Espagne etc...

        Il y a des pays qui ne sont pas dans la zone Euro avec 4% de croissance l’an exemples la Suède, la Pologne etc...

        L’Europe le vrai débat pour les élections françaises de 2012.



        • Valas Valas 27 septembre 2011 13:40

          Ahaha Leviathan, un Sarkozyste... On a peur de Mélenchon ? Tiens tiens...

          Vous pouvez parler de casseroles, votre Maïtre les collectionne lui et pas facile de les dissimiler malgrès l’état policier qu’il instaure progressivement avec sa « Gestapo »...


        • Leviathan Leviathan 27 septembre 2011 18:52

          Je ne suis absolument pas Sarkozyste, et loin de là... dans le genre, Nicolas « Karachi » est en tête au Top50 des casseroles, toutes catégories confondues...


        • cyberfurax 27 septembre 2011 09:49

          @ François Asselineau

          Bonjour Monsieur,
          pour être l’un de vos inconditionnels lecteurs, j’avoue être surpris par votre article. Assimiler Mélenchon à quoique ce soit en commun avec le FN ne me semble pas raisonnable. Ce mélange des genres ne sert pas le débat.

          Votre point de vue ne me semble pas tenir compte d’un paramètre important, à savoir le manque d’informations. Les gens ne comprennent pas ce qui nous arrive. Certes, ils savent que les banquiers, les politiques, l’Europe, sont en train de nous rouler dans la farine, mais ils ne comprennent pas le lien d’influence entre tous ces acteurs. Pour être plus clair, je vous renvoie à la sempiternelle réflexion « ça a toujours été, ils se sont toujours servis, ça ne changera pas ». A croire que l’an 1 de l’humanité, c’est après l’obligation faite aux états de se financer auprès des marchés. Je dois avouer que cela a le don de m’agacer. Je vous livre un point de vue que j’ai mainte fois vérifié.

          Mélenchon n’est peu-être pas la panacée, mais il a le mérite, bien que maladroitement, de dénoncer le fascisme financier qui est en train de dévorer notre démocratie, nos libertés. J’imagine que vous n’êtes pas du même bord que lui, mais vous défendez pas mal de choses en commun.

          J’en profite pour vous féliciter et vous remercier, en tant que citoyen, de votre courage politique et l’abnégation dont vous faites preuve dans votre combat.

          Pour ma part, ma croisade consiste à réveiller les abstentions autour de moi. Là aussi, c’est « ça ne sert à rien de voter ; droite ou gauche, les patrons, c’est le capital ». Votez Mélenchon, votez Dupont aignan, votrez FN, votez ce que vous voulez, mais ne livrez pas votre pays et votre avenir à vil prix. l’abstention est leur principal atout.

          Cordialement


          • John Foster 27 septembre 2011 10:16

            C’est intéressant mais si vous votez pour Mélenchon, NDA ou même FN, ça revient au même. A quoi cela sert-il de dénoncer un certain nombre de chose si c’est pour ne pas se donner les moyens de lutter contre ? En étant « pour l’Europe » ou « pour une autre Europe », on fait le jeux du système qu’on le veuille ou non.


            Une autre Europe n’est pas possible, si elle est comme elle est, c’est qu’elle ne peut être autrement. Elle résulte de la volonté de 27 pays aux intérêts divergents enfermés dans une structure politique contre la volonté de leur peuple et à l’initiative des USA. Tout est sourcé sur le site le l’UPR.

            A un moment il faut peut être se poser les bonnes questions et comprendre que l’UMPS, c’est UMPSFNFDGMODEMEELVDLR puisqu’ils sont tous pour l’Europe, donc cette Europe (même s’ils s’en défendent parfois), enjeux principal si les français veulent retrouver un vote qui sert à quelque chose. 

          • logan 27 septembre 2011 11:47

            L’impossibilité est juste une mauvaise croyance. Ne croyez pas Asselineau quand il essaie de vous faire gober que c’est impossible. Il a besoin que vous adhériez à cette croyance pour que son projet soit le seul possible, ainsi cela lui évite tout débat de fond.


          • John Foster 27 septembre 2011 11:57

            Ca c’est la meilleure ! Je serai prié de croire en un miracle au prétexte que « rien n’est impossible ». Je ne vote pas par dogme. Je vote parceque l’on me propose un programme applicable qui est une réponse à un diagnostic précis. Alors, si ça n’est pas impossible, expliquez moi comment on fait pour convaincre les 26 autres de changer l’Europe. 



          • logan 27 septembre 2011 12:35

            C’est un comble. Vous répétez partout que vous êtes d’accord avec les idées défendues par Mélenchon mais que la seule chose qui vous bloque c’est une croyance que c’est impossible fondée sur la seule idée qu’un article des traités empécherait ...

            Qui cela empêche à part les gens qui les suivent ? Un article vous empécherait de faire tout ce que vous jugez bon, de mettre en place toutes les bonnes solutions et vous vous diriez « bon bah tant pis ... » ?

            C’est invraisemblable.

            Bon sang ouvrez les yeux ;) Votre légalisme exacerbé pour les articles des traités c’est quoi si ce n’est un dogme ?
            Asselineau a besoin que vous croyez que c’est impossible, parce que sinon il se retrouverait bien embetter à devoir confronter son projet politique avec des gens qui ont d’aussi bonnes intentions que lui mais qui ne partagent pas dutout ses idées. Il est plus simple de faire croire que tout est impossible sauf son projet à lui, ou encore que tout le monde cache des mauvaises intentions sauf lui. Rien qu’une telle situation devrait vous alerter.


          • John Foster 27 septembre 2011 12:40

            Dans ce cas arrêtez le blabla et expliquez moi point par point comment on fait pour :


            - faire une europe sociale
            - arrêter le projet de marché transatlantique
            - abolir la loi de 73
            - redonner à la Banque de France son pouvoir de battre monnaie
            - rétablir la démocratie en Europe

            Je ne demande quand même pas la mer à boir si ? Simplement qu’un candidat à la présidence m’explique comme il va appliquer son programme. Ok révolution citoyenne, pour ce que cela veut dire, et après ?

          • logan 27 septembre 2011 12:41

            Comment on convainc les 26 autres pays ? En créant le rapport de force, en invitant nos plus grands alliés dans les débats, c’est à dire les peuples. Ce ne sont pas les autres gouvernements, tous néo libéraux qu’il faut convaincre, ce sont les autres peuples. Et je vous rappelle que le front de gauche a des alliés partout en Europe, à commencer par l’Allemagne avec Die Linke.
            Dites-moi, vous pensez sérieusement que si demain le gouvernement Allemand par exemple se mettait à défendre un projet d’europe alternative totalement conforme aux idées proposées par le front de gauche cela n’aurait aucune incidence sur le rapport de force politique interne à la France  ?

            Et si on n’y arrivait pas peut être arriverions à en convaincre quelques uns, qu’est ce qui nous empécherait de faire une alliance, par exemple une zone euro sud avec les autres pays du sud de notre côté ?

            Et si vraiment on n’arriverait à convaincre personne, n’auriez vous pas là la preuve que c’est impossible de changer l’europe ?
            Vous décrétez de manière irrationnelle une chose impossible sans même avoir jamais essayé. C’est absurde ;)


          • stephanie stephanie 27 septembre 2011 14:10

            quelle naïveté :(


          • logan 27 septembre 2011 14:34

            quel argument


          • Valas Valas 27 septembre 2011 17:30

            Non c’est juste Stéphanie qui venait de se rendre compte de sa naïveté, mais là elle a l’air de mieux comprendre que cette attaque agressive d’une personnalité envers une autre qui a quasiment les mêmes idées que la précédente sur tous points de vue est abusive et complètement déplacée.


          • aveclotanvatoutsenva 28 septembre 2011 11:12

            @ logan :
            Comme tous les européistes, vous ne manquez pas d’air, notamment lorsque vous dites : « Vous décrétez de manière irrationnelle une chose impossible sans même avoir jamais essayé. ».
            40 ans, ça ne vous suffit pas, à vous, comme période d’essai ?...


          • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 27 septembre 2011 09:50

            Mélenchon est un bon tribun, mais c’est un irrécupérable gauchiste. Le genre à dire qu’un camp de concentration soviétique est plus humain qu’un camp de concentration nazi. Ses positions sur le Tibet sont affligeantes de militantisme buté et inculte. Je pense qu’il est exactement le type de personnalité courageuse et pas mauvaise à la base qui peut être corrompue (au sens psychopathologique) par le pouvoir. Cette violence dogmatique et partiale, qui en plus ne s’attaque pas aux vrais problèmes, ça ne passera pas longtemps. Le peuple français lui dira à lui aussi : dégage !

            Quoi qu’il en soit, un débat Asselineau-Mélanchon serait bien intéressant, ça nous changerait des mollassons habituels. 

            • Kalki Kalki 27 septembre 2011 09:58

              On refait les bons vieux plats, dans les bonnes vieilles marmittes

              on essaye de pousser à gauche, de casser le communisme,

              il y a plus grand chose à gauche

              et d’ailleur le ps est plutot vide coté idée ... et ne mettra qu’un baume sur la crise, et par ailleurs, ce n’est plus de demi solutions qu’il faudrait, mais le ps vait de lache et de cons qui nous l’ont bien démontré

              va proposer des demi solutions avant que la france, soit endetter a mort et que l’on détruise une fois pour toute sa population


              advienne que pourra, un empire nazi dirigé par des cons surement

              • Gunfighter Gunfighter 27 septembre 2011 10:07

                Rien d’étonnant......

                Sénateur franc-mac , trois décennies au PS Melenchon ne possède aucune filiation et accointance avec la classe prolétarienne.

                C’est un acteur essentiel du jeu de dupe que mènent depuis quarante ans les groupuscules trotskystes au sein de la famille de gauche.

                Flatterie d’un electorat travailler au corps totalement déboussolé et promotion de tocards à travers les syndicats de traite vendu à l’oligarchie mondialiste dont il est un petit serviteur.

                 Il joue à merveille sa mission.

                Par contre..........Je me demande d’où vient cette passion pour la levrette électorale chez le peuple de gauche auquel j’appartiens ?






                • posteriori 27 septembre 2011 13:55

                  Par contre..........Je me demande d’où vient cette passion pour la levrette électorale chez le peuple de gauche auquel j’appartiens ?


                  Et tu voudrais quoi ? Passer de 65 ans de droite bleu souvent pas clair à du rouge foncé ? Va falloir arrêter de te faire manipuler par ces droitistes incapables de faire quoi que ce soit alors qu’ils ont toujours tous les pouvoirs mais qui savent critiquer (ils ont les armes tv journaux) et arreter de croire au pere noel, la France est de droite, si le ps passe réjouis toi et pense aux 20 ans de droite décomplexée qui vont suivre. Le seul vote utile c’est aux législatives et là y a pas d’histoire de rabattage c’est chacun pour soi et chacun pèse à la fin en fonction de ses députés, si le ps n’a pas la majorité seul il sera obligé de composer avec le front de gauche si le centre ne lui suffit pas.


                • morice morice 5 février 2012 01:28

                  c’est con de se faire coincer par ses expressions...


                  Par frédéric lyon (xxx.xxx.xxx.204) 17 mars 2010 10:18

                  Notons aussi que c’est le scrutin à deux tours qui a encouragé les Verts à se soumettre en position de levrette aux socialistes pour le second tour.


                  bref, ici vous votez deux fois....


                  http://www.agoravox.fr/auteur/frederic-lyon




                • cyberfurax 27 septembre 2011 10:32

                  Bonjour Musima,

                  " Et s’il-vous plaît, cessez de culpabiliser les absententionnistes avec les habituels arguments stupides. Bruno GACCIO à raison de réclamer la prise en compte des votes blancs, cela permettrait à tous ceux qui votent de réaliser qu’ils ne sont qu’une minorité et que les partis jouent sur les chiffres en osant clamer que "les français les ont élus dans la majorité.... bla bla bla". La réalité c’est qu’une minorité de types (environ 21 % de la population... autant dire pas grand chose) va ensuite décider du sort de tout un peuple. Donc, y’en a ASSEZ !"

                  Loin de moi l’ignoble pensée de culpabiliser qui que ce soit. Je partage entièrement votre point de vue quant au vote blanc. Mais, rationnellement, je n’imagine pas la façon dont nous pourrions arriver à cette prise en compte du vote blanc autrement qu’en privant ces escrocs de leur pouvoir, sinon par une révolution. Mais là, permettez moi de douter.

                  Et vous voudriez que nous continuons à faire le jeu de cette pseudo démocratie ???? Tant qu’il n’y aura pas de
                  démocratie directe, nous serons systématiquement trahis après chaque élection...

                  Je reprendrai votre réflexion à mon compte. Vous avez 100 fois raison. Mais nous ne nous exonèrerons pas du vote populaire pour ce faire

                  Cordialement


                • John Foster 27 septembre 2011 10:43

                  Moi aussi un jour je me suis indigné contre le marché transatlantique, j’ai conspué cette Europe libérale et néo-colonialiste. Moi aussi j’ai dénoncé Goldman Sachs et les banquiers cupides. Je suis même allé à dénoncer la loi de 73 !


                  Puis, ayant été bien défoulé, je me suis calmé, j’ai réfléchi, et j’ai découvert l’article 50 du traité de Maastricht...

                • John Foster 27 septembre 2011 11:00

                  S’indigner et dénoncer à tout va est certes sympathique, mais j’attends d’un homme politique qu’il se donne les moyens de changer ce qu’il dénonce.


                  Or, en pratique, le seul moyen de revenir sur la loi de 73, de bloquer le marché transatlantique et de sortir de l’euro pour redonner ses prérogatives à la Banque de France, c’est de sortir de l’UE, chose que Mélenchon se garde bien de proposer.

                  Vous allez voter pour Mélenchon l’indigné et le révolté. Il va être élu. Il va aller à Bruxelles en bombant le torse et va revenir, penaud, nous annoncer

                  - que mince, on pas faire l’Europe sociale, les méchants technocrates européens ne veulent pas

                  - que mince, on peut pas abolir la loi de 73 puisque l’article 123 du TFUE l’interdit

                  - que mince, le grand marché transatlantique ne peut pas être arrêté parcequ’il se base sur la libre circulation des capitaux, inscrit dans les traités européens, et qu’il est très en colère parce que les méchants technocrates se sont moqués de lui

                  - que mince, pour rétablir les prérogatives de la Banque de France, il faut sortir de l’euro, chose qu’il est désormais résolu à faire (dans un éclair de lucidité)

                  - mais que mince, pour sortir de l’euro il faut sortir de l’UE

                  - et que, mauvaise nouvelle, au nom de la convergence des politiques, ces salauds de technocrates nous forcent à passer à la retraite à 67 ans.

                • Ewen Marechal 27 septembre 2011 11:34
                  Bonjour, vous dites :

                  « Melenchon a exprimé publiquement à plusieurs reprises sa crainte de l’édification européenne dans le cadre du GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE. »

                  OK. Et alors ? Comme dit juste au dessus, dénoncer c’est bien mais il faut se donner les moyens d’agir. Mr Mélenchon, dans l’hypothèse (improbable) qu’il soit élu, aurait la capacité avec son petit commissaire européen (sur 27) de « changer l’europe », pour en faire une « europe sociale » et « sortir du grand marché transatlantique » ? Et de le faire l’encontre de la volonté d’une bonne partie des autres états (vive la démocratie).

                  Non, la seule solution est la sortie de l’UE. Mr Mélenchon le sait parfaitement, et par conséquent, il enfume. Je suis vraiement désolé, moi aussi j’y ai cru un moment smiley

                • logan 27 septembre 2011 11:51

                  Ca se prend pour des grands révolutionaires et ça nous explique qu’il faut appliquer quoi qu’elles disent les lois du roi ;)
                  J’imagine la gueule de la révolution française si ces derniers avaient adhérés au légalisme d’Asselineau et de John Foster ;)
                  « Ah bah non on ne peut pas prendre la bastille car c’est interdit par l’article 25 ... »


                • John Foster 27 septembre 2011 12:02

                  Dans ce cas, cela s’appelle une révolution, et cela implique de vous lever de votre chaise, de prendre les armes et d’aller à Bruxelles avec 10 000 autres de vos concitoyens.


                  C’est sur c’est bien plus simple que d’utiliser l’article 50 du traité de Maastricht pour leur dire à tous d’aller se faire voir de manière calme, ordonnée et pacifique. Puis c’est bien plus drôle parce que c’est sanglant.

                • logan 27 septembre 2011 12:24

                  Et bien voyez vous Mélenchon propose une révolution citoyenne, il n’y a pas besoin de prendre des piques et d’aller y planter des têtes il y a juste besoin de se mobiliser, d’investir le débat publique et de voter. Pour ce qui est des traités, non seulement il existe des moyens légaux de s’extirper des verrous qui sont posés, mais quoi qu’il arrive de toute façon ce sont des traités illégitimes et ce ne sont pas des articles d’un traité qu’on a imposé aux peuples de force qui peuvent arrêter des personnes qui sont déterminées à changer les choses.
                  Un gouvernement déterminé obtiendra la renégociation des traités, peu importe ce qu’il y a d’écrit dans les traités actuels.
                  Quand à l’issue des négociations elle ne dépend que du rapport de force. Et les seuls combats perdus d’avance ce sont ceux que l’on ne mène pas.
                  Mélenchon a des arguments solides, et défend un projet alternatif solide, qui va dans le sens des aspirations des peuples, il est évident que si un gouvernement français se mettait à défendre une europe alternative cela changerait tout en Europe.
                  Il faut être de mauvaise foi pour laisser entendre que cela n’aurait aucune conséquence.
                  Jusqu’à présent l’Europe ça a toujours été la pensée unique.


                • John Foster 27 septembre 2011 12:36

                  Je sais pas, vous me parlez de prise de la Bastille, j’ai eu la faiblesse de penser que vous parliez de révolution type 1789. Quelle idée saugrenue.


                  En attendant, Mélenchon nous propose un programme inapplicable à moins que vous m’expliquiez clairement, point par point comment il fait. C’est quand même le minimum quand on se présente devant les français. Il ne suffit pas de lancer des grandes expressions toutes faites comme Révolution Citoyenne ou encore de prétendre que des « moyens existent ». Avant de voter j’aimerais savoir lesquels.

                  Je ne vote pas pour quelqu’un parce que son discours me plait, mais parce qu’il a un programme cohérent et applicable. Donc à moins que vous me donniez de la lecture dont je n’ai pas connaissance, ce n’est pas le cas de Mélenchon, tout sympathique qu’il puisse être.

                • logan 27 septembre 2011 12:54

                  Vos sommations vous vous les gardez, je ne suis pas à vos ordres, et je ne vais pas expliquer point par point un programme politique et comment il serait appliqué.

                  A vous de nous dire concrètement pourquoi il ne pourrait pas le faire sachant que ce n’est pas un pauvre article des traités européens qui va l’en empécher.

                  Voyez la précarité et le dogmatisme de votre position qui repose sur une seule idée, ce serait impossible à cause d’un article d’un traité qu’il dénonce ... Genre il va abandonner toutes ses idées tout son programme à cause d’un article de traité illégitime ! Je sais que Asselineau peut être convaincant mais quand même, vous devriez vous rendre compte de la légèreté de l’argument.

                  Certes l’état de droit c’est important. Mais là vous vous en servez non pas pour défendre je ne sais quel liberté mais pour nous enfiler une camisole et nous contraindre à adhérer à votre obsession qui est qu’il faut tout détruire et sortir de l’UE ...

                  Mélenchon a largement expliqué, un gouvernement du front de gauche reprendra les marges de manoeuvre nécessaires pour appliquer les politiques souhaitées par les français, et si cela signifie ne pas respecter un article des traités européens, alors il n’hésitera pas à le faire. Mélenchon le dit lui même s’il devait obéir aux traités européens il ne pourrait mener aucune des politiques qu’il préconise dans son programme. Ce sont des traités illégitimes, et si ce point là devait être contesté, le gouvernement Français aurait juste à organiser un référendum pour prouver que la légitimité est bien de son côté et non des articles des traités.

                  De toute façon comme je vous ai dit il existe des moyens légaux, la france peut obtenir des opt outs, ou invoquer le compromis du luxembourg comme le Général de Gaulle l’a fait en son temps, ce qui constitue une jurisprudence.

                  De plus les dirigeants actuels des pays européens ont déjà violé à plusieurs reprises certains des articles des traités en invoquant le cas de force majeure, ce n’est pas comme si ce serait une première.


                • John Foster 27 septembre 2011 12:59

                  Vos sommations vous vous les gardez, je ne suis pas à vos ordres, et je ne vais pas expliquer point par point un programme politique et comment il serait appliqué.


                  La messe est dite.

                • logan 27 septembre 2011 13:07

                  L’esquive est éloquente.


                • John Foster 27 septembre 2011 13:50

                  C’est à dire qu’au bout d’un moment cela ne sert plus à rien de débattre pour tourner en rond. Vous me dites que Mélenchon a les marges de manoeuvre nécessaires pour changer l’Europe sans toutefois m’expliquer comment, cf : « je ne suis pas à votre service ». Ensuite si Mélenchon veut passer outre les traités qu’il le dise et qu’il sorte de l’UE. C’est pas plus compliqué que cela.


                  Vous me dites que nous avons des aliés dans toute l’Europe. Je voudrais savoir lesquels. Combien ils représentent, s’ils ont une chance d’être élus etc. afin de former une majorité à Bruxelles. Vous allez me reprocher de trop rentrer dans les détails, mais le diable s’y cache tellement souvent qu’on fini par savoir le repérer à des kilometres à la ronde.

                  Il est quand même normal que je demande des garanties. Je ne crois plus aux promesses car ai trop souvent été déçu par elles. Je ne fais confiance qu’à un programme clair et précis dont je peux mesurer les tenants et aboutissants par moi même en vérifiant les sources. Pour l’instant, avec Mélenchon, à part de l’espoir, comme j’en ai trop souvent eu, je n’ai rien de réellement tangible.

                  Peut être cela changera t-il, mais le dernier échange que j’ai eu avec lui en lui demandant des précisions et au terme duquel j’ai à peu près subi le même traitement que le militant dont il est question dans l’article, me laisse penser le contraire. L’absence de réponse à tous les points que j’ai relevé au court de notre échange et le « t’es gentil, ça suffit, va voir ailleurs », je ne l’ai pas oublié, et j’ai même appliqué son conseil à la lettre.

                • ffi ffi 27 septembre 2011 15:23

                  Laissez-tomber, Logan est encarté au front de gauche. Il est là en tant que VRP, il vend sa salade, il ne peut discuter sincèrement.


                • logan 27 septembre 2011 15:24

                  tu m’as demandé de t’expliquer point par point comment nous appliquerions l’ensemble de notre programme, c’est une demande iraisonnable, tu le sais très bien, le programme du front de gauche ne fait pas 3 lignes mais remplit, dans sa version temporaire, déjà tout un livre que tu trouveras à 2 euros chez le libraire du coin

                  de plus je suis un humain je n’ai pas la science infuse, donc je peux discuter des domaines que je connais bien mais pas plus

                  je veux donc bien débattre de choses particulières, mais je ne suis pas ton esclave et ne me plierai pas à tes exigences les plus farfelues iraisonnables et irréalistes, c’est tout ce que j’ai voulu dire
                  ne transforme pas cela en refus de débattre, je suis toujours ouvert au débat

                  tu dis : "Vous me dites que Mélenchon a les marges de manoeuvre nécessaires pour changer l’Europe sans toutefois m’expliquer comment « 

                  ce n’est en aucun cas mon propos
                  j’ai essayé pourtant d’être clair
                  j’ai dis que si l’on devait appliquer les règles des traités nous n’avions aucune marge de manoeuvre
                  c’est pour cette raison que les marges de manoeuvres pour appliquer nos politiques nous comptons bien les récupérer, en reprennant le pouvoir sur la finance et l’économie, et en désobéissant aux règles des traités européens

                  tout ton propos et celui d’Asselineau tiens au fait que pour je ne sais quelle raison qu’il faudra bien m’expliquer, nous préfèrerions appliquer les règles européennes des traités que nous dénonçons et donc abandonner toutes nos politiques, c’est évidemment absurde

                  pour cela Asselineau compare ce qui s’est passé au niveau de gouvernements sociaux démocrates, s’il ne fait pas la différence entre la gauche radicale et les sociaux démocrates, sérieusement je ne peux plus rien pour lui

                  Mélenchon répète partout que le gouvernement du front de gauche ne pliera pas les genoux comme l’a fait Papandréou en Grèce et affrontera sans peur la dictature financière
                  Jacques Généreux, l’un des économistes du front de gauche, a même sortir un livre qui explique en détail comment le front de gauche compte s’y prendre, le livre s’intitulant »nous on peut, pourquoi et comment un pays peut toujours faire ce qu’il veut face aux marchés, face aux banques, face aux crises, face à la BCE, face au FMI« 

                  donc quelle espèce de garantie exiges-tu, à un moment t’es bien obligé d’accorder ta confiance sur le fait qu’ils feront bien ce qu’ils proposent ...
                  ça vaut tout autant pour Asselineau ou n’importe quel candidat ...

                  note bien que tout ça c’est une chose
                  les marges de manoeuvre dont je parlais concernent les politiques que nous voudrions appliquer unilatéralement

                  ensuite il y a l’europe alternative que nous voulons construire qui est autre chose
                  et qui dépend en effet de négociations multilatérales

                  le front de gauche, à la différence d’autres partis comme EE ou le PS, et donc contrairement à ce que prétend Asselineau, ne rend pas dépendant l’application de son programme politique à ces négociations
                  les négociations se feront en parallèle de l’application de notre programme politique

                  un exemple très simple, nous n’allons pas attendre que la BCE soit réformée pour rétablir les emprunts à la banque centrale

                  cela dit ces négociations sont importantes, car en dépendent évidemment l’aspect légal, vu qu’il s’agira dans un premier temps d’obtenir des dérogations à l’application des traités, comme les ont obtenu d’autres pays, dérogations qui rendront légales les actions unilatérales qui les auront précédé
                  et évidemment d’autres aspects de la société que nous voulons construire en dépendent, à moyen et long terme, comme l’organisation des échanges entre les pays européens, nous ne voulons pas que l’UE soit une zone de libre échange, nous voulons à la place mettre en place des accords de coopération et de codéveloppement, inspirés comme je te l’ai dit des principes de la charte de la havane


                  tu me dis »Vous me dites que nous avons des aliés dans toute l’Europe. Je voudrais savoir lesquels. Combien ils représentent, s’ils ont une chance d’être élus etc. afin de former une majorité à Bruxelles. Vous allez me reprocher de trop rentrer dans les détails, mais le diable s’y cache tellement souvent qu’on fini par savoir le repérer à des kilometres à la ronde.« 

                  Si nous étions en situation de former une majorité à bruxelles cela voudrait aussi dire que nous serions déjà au gouvernement, et cette conversation n’aurait pas lieu.
                  Alors oui aujourd’hui, dans tous les pays, le rapport de force nous est défavorable ! Ce sont les libéraux et les sociaux démocrates qui se partagent le pouvoir et on voit ce qu’ils en font.
                  Nos alliers en Allemagne par exemple, »Die Linke« , a obtenu entre 10 et 14%.
                  Seulement un rapport de force cela se change, et ce peu importe le nombre de pays.

                  Si des centaines de pays ont signé la charte de la Havane en 1945, c’est parce que le monde sortait d’une guerre mondiale atroce, traumatisé par les méfaits du fascisme, avec partout dans le monde des révolutions communistes naissantes, et donc les idées progressistes bénéficiaient d’un rapport de force très favorables. Voilà pourquoi on a eu le conseil de la résistance en France par exemple, la sécurité sociale, les congés payés etc ....
                  Seulement quelle est la situation actuelle. Aujourd’hui le capitalisme subit la pire crise de son histoire, seuls les aveugles ne voient pas que les gouvernements nous mènent droit dans le mur et que l’UE prend une tournure autoritaire inquiétante.
                  On a en Amérique du sud une révolution bolivarienne qui a déjà gagné plusieurs pays. On a en afrique du nord des révolutions arabes ...
                  Alors si le rapport de force doit basculer un jour, c’est quand si ce n’est maintenant ???
                  Faut-il attendre une nouvelle boucherie mondiale ?

                  Tu dis que tu ne veux pas te baser sur l’espoir. Mais qu’est ce qu’on change sans avoir un minimum d’ambition et l’espoir qu’on va y arriver ????

                  En décrétant, sans aucun fondement, que c’est perdu d’avance, qu’on ne peut rien changer, à quoi ça rime ???
                  C’est ça pour toi être de gauche ?

                   »Peut être cela changera t-il, mais le dernier échange que j’ai eu avec lui en lui demandant des précisions et au terme duquel j’ai à peu près subi le même traitement que le militant dont il est question dans l’article, me laisse penser le contraire. L’absence de réponse à tous les points que j’ai relevé au court de notre échange et le "t’es gentil, ça suffit, va voir ailleurs", je ne l’ai pas oublié, et j’ai même appliqué son conseil à la lettre."

                  ne me prends pas pour un con, t’as jamais discuté avec Mélenchon, je ne te crois pas
                  les auto exemples on les voit venir à 100000 km ^^ ce n’est jamais crédible


                • John Foster 27 septembre 2011 16:10

                  Je constate qu’il y a donc une divergence de point de vu quant à la méthode à employer pour se libérer du joug de Bruxelles. Je constate aussi que :


                  Dans un temps, Mélenchon veut s’asseoir sur les traités européens pour rétablir les emprunts d’Etat à la Banque de France. Or la Banque de France n’a pas ni le pouvoir de battre monnaie ni le pouvoir de prêter aux Etats. Changer un de ces deux axiomes reviendrait à ni plus ni moins que de remettre en cause les fondements de la monnaie commune. Cela reviendrait en clair à couler l’euro. Immaginez que tout le monde en fasse autant, ce serait le chaos et l’hyperinflation assurés, sans compter la panique des marchés (même si cela m’est égale, cela fini toujours pas une récession au cours de laquelle le peuple trinque). C’est donc une solution inconsciente et dangereuse. A ce titre, il vaut mieux annoncer que l’on va sortir de l’euro, préparer le terrain et sortir de manière calme et ordonnée, ne serait-ce que par respect des autres pays européens (solidarité dont se prévaut d’ailleurs JLM). M’enfin, si certains préfèrent jouer les apprentis sorciers, ça les regarde. C’est pour cela que les solutions de Mélenchon sont inapplicables en l’espèce.

                  Dans un deuxième temps, vous proposez de négocier avec les autres pays européens pour changer l’Europe. Cela implique d’avoir le soutien de bien plus que l’Allemagne qui devrait elle aussi obtenir plus que 14% dans son pays et aller jusqu’à 51% ce qui est une autre paire de manches. Tout cela est bien trop hypothetique à mon goût. Entre un vote dont l’issue dépendra du vote d’autres pays, et un dont je sais qu’il ne tiendra qu’à la volonté de mon président de l’appliquer, le choix est vite fait. Je ne dis pas que ce n’est pas possible (même si je le pense mais respecte vos convictions), mais disons que la probabilité est proche de zéro.

                  Le double discours qui consiste à dire aux partenaires d’aller se faire voir en bafouant les règles européennes (comment pensez vous qu’ils vont le prendre ?) pour ensuite leur demander de l’aide pour changer l’Europe, a du mal à passer.

                  Quant à ma discussion avec Mélenchon, je ne vois pas trop où est le problème. Il vous suffit de vous rendre à une réunion du FDG pour constater qu’il est un être humain abordable comme vous et moi, et c’est tout à son honneur. On ne parle pas de Sarkozy hein^^ Et puis, ce n’est pas à vous que je vais apprendre qu’il peut être assez « chaud » lorsqu’on le titille. Quoi d’étonnant à sa remarque lorsqu’on le connaît un peu ? Je relatais cette histoire pour illustrer mon propos mais rassurez-vous, je ne l’ai pas pris personnellement, ça m’a plutôt fait sourire à vrai dire. Vous savez bien qu’il n’est pas du genre à prendre des gants pour dire ce qu’il pense.

                • logan 27 septembre 2011 18:34
                  "Dans un temps, Mélenchon veut s’asseoir sur les traités européens pour rétablir les emprunts d’Etat à la Banque de France. Or la Banque de France n’a pas ni le pouvoir de battre monnaie ni le pouvoir de prêter aux Etats.« 

                  C’est la banque de france qui imprime la monnaie et qui s’occupe aussi de forger les pièces de monnaie. Quand à ses pouvoirs, ils sont justement définis à la fois par les lois françaises et à la fois par les traités européens. Vu que nous sommes dans le scénario où nous désobéissons à l’article des traités européens il ne reste donc que les lois françaises, que nous pouvons donc aisément modifier. Il est je pense de notoriété publique que les heures de la loi de 1973 concernant la banque de france et la création monétaire sont comptées.

                   »Changer un de ces deux axiomes reviendrait à ni plus ni moins que de remettre en cause les fondements de la monnaie commune. Cela reviendrait en clair à couler l’euro. Immaginez que tout le monde en fasse autant, ce serait le chaos et l’hyperinflation assurés, sans compter la panique des marchés (même si cela m’est égale, cela fini toujours pas une récession au cours de laquelle le peuple trinque).« 

                  D’abord si tout le monde le faisait en même temps, alors nous aurions de fait un accord ;)

                  Et justement nous proposons de changer les statuts de la BCE pour autoriser les emprunts directement aux états, sans passer par les banques privées comme actuellement, et donc sans avoir à payer des intérêts allant jusqu’à 18% comme en Grèce. Cette mesure résoudrait instantanément la crise actuelle et ferait respirer profondément la zone euro.

                  Quand au fait que ce serait le chaos et l’hyperinflation, là c’est du pur dogmatisme de ta part. Je ne vois pas en quoi ce serait plus le chaos déjà que la situation actuelle où ce sont les banques privées avec pour seul contrôle le taux directeur de la BCE ( qui n’y touche jamais ) qui créent la monnaie. Et alors surtout que ce système est justement au coeur de la crise que nous subissons et que subit en particulier la Grèce vu qu’il rend les états dépendants de financements privés et permet ainsi aux marchés financiers, et en tête principalement des banques, d’étrangler les états avec les taux d’intérêts qu’elles demandent en échange du financement de leurs déficits ou du financement de leur dette.

                  Depuis que la création monétaire a été abandonnée aux banques privées, l’augmentation de la masse monétaire bat tous les records, elles usent et abusent de la planche à billet, bien plus que les états ne l’ont jamais fait ... Et je n’ai pas entendu parlé d’hyperinflation depuis tout ce temps ???
                  Et quand on comprend les mécanismes de spéculation financière, notamment ce qu’est l’effet levier et le rôle qu’il joue dans la formation de bulles financières, on comprend que tout cela est directement à l’origine des multiples crises financières qui se multiplient depuis 30 ans partout dans le monde ... Tout le monde s’accorde à dire que les accords de bâle qui sont censés réguler tout ça sont parfaitement innefficaces. Et rien n’est fait pour y reméfier.

                  Tu dis : »C’est donc une solution inconsciente et dangereuse. A ce titre, il vaut mieux annoncer que l’on va sortir de l’euro, préparer le terrain et sortir de manière calme et ordonnée, ne serait-ce que par respect des autres pays européens (solidarité dont se prévaut d’ailleurs JLM). M’enfin, si certains préfèrent jouer les apprentis sorciers, ça les regarde. C’est pour cela que les solutions de Mélenchon sont inapplicables en l’espèce."

                  Justement, nous on propose des solutions, qui n’ont rien d’inconscientes et dangereuses, mais qui sont au contraire parfaitement conscientes et raisonnées. Les états qui empruntent à la banque centrale y’en a partout dans le monde à commencer par les états unis et l’angleterre. Et nous on a pratiqué cela en France pendant 30 ans, cela n’a pas empéché la France d’être prospère bien au contraire, j’aurais tendance à dire que ça a largement participé à la prospérité.

                  Et pour encadrer ce nouveau pouvoir accordé aux états, on propose de refonder un nouveau pacte de stabilité, qui justement rassurera les gens comme toi, vu qu’il consiste à limiter l’utilisation de ces emprunts directement à la banque centrale pour les seules dépenses d’investissement ( donc où les risques inflationnistes sont minimaux ) et à la seule condition que l’inflation ne dépasse pas déjà un certain seuil ...

                  Le fait de désobéir aux traités européens et d’agir unilatéralement n’aura qu’une conséquence au delà du fait que cela nous permet d’appliquer directement nos politiques sans attendre le résultat hyppothétique de négociasions multilatérales. Cette conséquence c’est que nos « partenaires » européens comme tu dis, ( qui en réalité nous serons à priori parfaitement hostiles vu que l’élection française est la première dans le calendrier, on se retrouvera donc dans un premier temps avec Merkel et compagnie ) seront tout simplement obligés de venir à la table des négociations ... Si on était un tout petit pays peut-être cela se passerait différemment, mais nous sommes la France, la Vème puissance économique du monde, la 2ème économie européenne, dans 10 ans la première économie européenne, et le pays le plus peuplé en Europe. Il ne faut pas sous estimer le poids de notre pays. C’est triste à dire et même pas arrogant malheureusement, mais l’UE c’est surtout la France et l’Allemagne ... Si on veut négocier, ils négocieront, seule l’Allemagne peut se permettre de nous opposer un tel refus.

                  tu dis : "Dans un deuxième temps, vous proposez de négocier avec les autres pays européens pour changer l’Europe. Cela implique d’avoir le soutien de bien plus que l’Allemagne qui devrait elle aussi obtenir plus que 14% dans son pays et aller jusqu’à 51% ce qui est une autre paire de manches. Tout cela est bien trop hypothetique à mon goût. Entre un vote dont l’issue dépendra du vote d’autres pays, et un dont je sais qu’il ne tiendra qu’à la volonté de mon président de l’appliquer, le choix est vite fait. Je ne dis pas que ce n’est pas possible (même si je le pense mais respecte vos convictions), mais disons que la probabilité est proche de zéro.« 

                  Non désolé si la France et l’Allemagne veulent créer une UE alternative alors ça se fera. De toute manière, comme je t’ai expliqué, on fera avec les gens qui sont d’accord. Si c’est juste quelques pays, alors on créera une UE dissidente, et les différents pays auront alors le choix entre une UE de la rigueur soumise au dictat des spéculateurs et une UE progressiste démocratique protégée de la spéculation ^^ On verra bien laquelle ils choisiront au bout du compte.
                  Et si personne n’est d’accord on sortira unilatéralement de l’UE comme tu le souhaitais. Au moins on aura essayé.


                  tu dis : »Le double discours qui consiste à dire aux partenaires d’aller se faire voir en bafouant les règles européennes (comment pensez vous qu’ils vont le prendre ?) pour ensuite leur demander de l’aide pour changer l’Europe, a du mal à passer.« 

                  on parle de choses sérieuses, on n’est pas en train de parler d’enfants qui se font la gueule et qui boudent
                  nous avons une bouche, cette bouche nous permet de justifier nos actes, et nous avons de très bons arguments pour agir ainsi, nous ne nous contenterons pas de discuter avec les autres gouvernements, nous rendrons publique les débats afin d’inviter les citoyens à »la table des négociations" si tu vois ce que je veux dire
                  les dirigeants européens doivent quand même rendre un minimum de comptes et ils ne peuvent pas tout se permettre
                  on est donc dans une situation de rapport de force politique et idéologique, comme je te l’expliquais
                  et le fait qu’un gouvernement comme le gouvernement français brise la pensée unique qui règne depuis plus de 50 ans, cela ne sera pas sans conséquence sur les idées qui traversent les citoyens européens, les rapports de force changeront forcément
                  après à nous d’être malins et convaincants


                • John Foster 27 septembre 2011 23:58

                  Je crois que vous ne vous rendez pas bien compte de ce que vous proposez. Dire à la Banque de France qu’elle peut imprimer des euros à volonté, ça s’appelle la fin de la monnaie commune, puisque c’est la fin de la politique monétaire commune (par définition). Car à ce moment, le signal que vous envoyez aux partenaires c’est : nous, on imprime des euros à volonté et vous, vous restez dépendant de la BCE.


                  Donc en théorie, ça veut dire que l’on aurait un pouvoir d’achat illimité en Europe et dans le monde. Ca n’est pourtant pas être un dangereux capitaliste néo-libéral que d’avoir les notions d’économie de base nécéssaires à la compréhention de ce que tout cela implique. Ce que vous proposez, ça n’est ni plus ni moins que la fin de l’euro puisque même si vous continuez à appeler la monnaie de la France « euro », ça ne sera qu’un euro-France aux yeux du monde entier puisque les règles du jeux seront différentes pour la France, qui aura un accès théorique illimité aux euros que les autres pays sont contraints de gagner par une création de valeur tangible.

                  Dans ce cas pourquoi ne pas proposer simplement de sortir de l’euro puisque au lieu de partir dans des raisonnements qui ne tiennent pas la route une minute dans la pratique. D’ailleurs, je n’ai jamais entendu Mélenchon tenir ce genre de discours, je pense que je m’en souviendrais.

                  Rassurez vous cependant, sur la création monétaire, je sais comment cela se passe. Je connais également la règle absurde de 73 comme les relations basiques entre création monétaire et inflation (que vous semblez ignorer de votre côté).

                • Alin Tranca 28 septembre 2011 15:50

                  @ John Foster :


                  « S’indigner et dénoncer à tout va est certes sympathique, mais j’attends d’un homme politique qu’il se donne les moyens de changer ce qu’il dénonce. »

                  Peux-tu me dire, stp, comment Asselineau se donne les moyens politiques pour le faire ? Concrètement, quels sont ses relations politiques, son étendue politique, ses rouages politiques, ses conseillers, ses économistes et sa machine politique pour devenir président et changer tout ça ? Peux tu me donner le nom d’autres politiciens qui trouvent grâce aux yeux d’Asselineau et avec lesquels il peut composer ? 

                • Valas Valas 27 septembre 2011 13:58

                  Exactement ! Mr Asselineau parle par derrière et cherche à descendre les seules personnalités capables de remonter notre pays pour les empêcher de faire surface.

                  Mr Asselineau, cet article montre votre arrogance et votre mauvaise foi !!! L’atlantiste que vous êtes n’est bon que pour le groupe de Bilderberg !!! Votre façon de vous moquer des citoyens et de leur mentir est dégoutante !

                  Mr Asselineau, votre attitude est méprisable !


                • Anaxarete Amaurea Anaxarete Amaurea 27 septembre 2011 15:04

                  oh ben tien comme c’est bizarre ? c’est de quelle date et signé par qui ? (http://decapactu.com/spip/article.php3?id_article=156)


                • spartacus le vrai pas l'autres !!! spartacus 27 septembre 2011 10:53

                  Je pense que Mélanchon est un outil de l’UMPS pour empêcher la création de tout contre-pouvoir réel de gauche !!!
                  Il est un épouvantail comme l’est LePen !!!
                  Pour que dure et perdure l’alliance oligarchique UMPS !!


                  • logan 27 septembre 2011 12:00

                    Je ne crois pas que le PS ou l’UMP tente d’instrumentaliser le front de gauche, c’est trop dangereux pour eux, si Mélenchon se retrouvait au second tour de l’élection présidentielle il y a fort à parier que les français saisiraient cette occasion pour taper un grand coup de pied dans la fourmillière et que Mélenchon serait largement élu. De plus comment pourraient-ils s’y prendre ? S’ils se mettaient à défendre les mêmes idées que Mélenchon ils perdraient.

                    Le FN par contre permettra toujours à n’importe quel candidat de faire un score de république bananière comme Chirac en 2002.
                    C’est l’opposant rêvé pour l’UMP et le PS, et ils n’ont aucune peur à essayer de l’instrumentaliser.


                  • ernest54 ernest54 27 septembre 2011 10:53

                    Moi je viens de retrouver cette vidéo : 



                    • cyberfurax 27 septembre 2011 11:14

                      consternant,
                      il n’y a pas d’autre mot pour qualifier ce genre de démarche. Je suis entièrement d’accord avec Mélenchon. Quand tant de gens viennent manifester leur colère, au prix d’une journée de travail, on s’abstient de ce genre d’humour potache. Journalistes nombrilistes à la solde des puissants, prenez vos couilles, ou méfiez vous. Un jour, le peuple et vos propres enfants vous jugeront.


                    • Robert GIL ROBERT GIL 27 septembre 2011 10:59

                      La seule ligne de rupture pour donner espoir au peuple et à tous ceux qui souffrent du capitalisme, c’est le NON de gauche à la constitution européenne. Il est complètement incohérent que ceux à gauche qui ont voté « non » passent des accords avec ceux qui ont pris position pour le « oui » : ce sont deux choix de société complètement différents. Ce ne peut être que des accords de circonstances ! Mais apparemment le choix des appareils politiques sera une nouvelle foi de privilégier les alliances stratégiques…..et économiques nécessaire à la survie de certains. Lire :

                      http://2ccr.unblog.fr/2011/09/21/sondages-sondages/


                      • Ewen Marechal 27 septembre 2011 11:43
                        Bonjour,

                        Le NON a la constitution européenne n’était pas un NON de gauche. Ni un NON de droite. Le NON a remporté 55% des voix décomposées en : 30% de NON a gauche et 25% de NON a droite.

                        Une sortie de l’Europe par la gauche est sans issu : on ne remporte pas une élection avec 30% de voix potentielles. Et je vois mal l’électorat de droite voter Mélenchon.

                        De la même manière, une sortie de l’Europe par la droite est sans issu : on ne remporte pas une élection avec 25% de voix potentielles. Et je vois mal l’électorat de gauche voter Le Pen.

                        De plus, ni Mélenchon ni Le Pen ne proposent de sortir de l’union européenne. Ils y ajoute toujours des conditions intenables (sortie groupée, monnaie commune et j’en passe.

                        Ce n’est qu’une bête question arithmétique : pour sortir de l’europe, il faut les 55% de voix de la gauche et de la droite réunies. Pour rassembler, il est nécessaire d’avoir un parti qui ne soit ni de droite, ni de gauche.

                        Aujourd’hui, seul un parti poursuit cette ligne de conduite et se donne les moyens électoraux et techniques de sortir de l’UE et de l’euro, c’est l’UPR.

                      • logan 27 septembre 2011 12:02

                        Et que faites vous des 20% qui votent PS ? Ils voteraient pour le candidat de droite et non pas pour Mélenchon ?


                      • Ewen Marechal 27 septembre 2011 14:13

                        Les médias font des miracles. La TV aussi. Il ressasseront que « Mélenchon est un extrémiste de gauche » (ce qui n’est absolument pas mon avis n’est ce pas) et Sarkozy sera élu avec un score de dictateur comme chirac en 2002. Des « dérapages » de JL Mélenchon sont a prévoir. ET il semblerait qu’il ai déja commencé ...


                        C’est en cela que F.A. assimile le PdG et le FN. Comme instruments afin de faire gagner l’UMPS et continuer dans la lancée des politiques néolib. et de l’asservissement aux E.U et a l’OTAN.

                        Est ce que le FN et le PdG sont manipulés par l’UMP et le PS réciproquement, ou bien y a t’il un accord derrière ? Je ne me prononcerais pas là dessus, faute de preuves. Notons tout de même que JL Mélenchon, JM Le Pen et M Le Pen sont tous trois eurodéputés :

                        Les eurodéputés de l’Union Européenne touchent la même indemnité, qui sera fixée à 7 665 € brut soit 5 963 € net, plus 4 202 € d’indemnité de frais généraux et une indemnité journalière de subsistance de 298 € ainsi que le remboursement de leurs frais de voyage

                        Plutôt sympa non ? Je pense qu’un certain nombre de français seraient prêt à faire de beaux discours et à enfumer d’autres français pour moins que ça. 

                        Sinon, F.A. a brisé sa carrière pour défendre ses convictions. 

                      • logan 27 septembre 2011 15:37

                        Mais vous voyez bien que dans la tentative d’assimiler le FG au FN personne n’est dupe.

                        Les médias ont beaucoup de pouvoir, mais il y a des limites.

                        Les français aspirent clairement au changement. Si les médias et les sondages arrivent encore à convaincre certains qu’il est vain de tenter de voter pour d’autres partis que le PS, cela joue surtout pour le 1er tour.

                        Au 2eme tour je pense sincèrement que si l’occasion se présentait de renverser la table, les français n’hésiteraient pas. S’ils ne le font pas avec le FN, c’est propre au FN. Ca ne peut pas marcher avec d’autres partis.
                        Mis à part le FN n’importe quel autre candidat battrait le candidat PS ou UMP.


                      • Ewen Marechal 27 septembre 2011 16:13

                        Comprenez que si je n’aime pas beaucoup le personnage de Mélenchon, je réalise qu’une élection est avant toute chose un programme. Et, comme citoyen de gauche, le projet de société proposé par le front de gauche me séduit beaucoup.

                        Je pense que vous et moi souhaitons la même chose : une france démocratique, prospère, égalitaire, écologique, indépendante, laïque, tolérante, avec des services publiques (éducation !) de qualité et débarrassé de la finance anglo-saxone.

                        Mais comment y parvenir ?

                        Je suis attaché à la démocratie, et pour moi la démocratie c’est le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple. Déléguer ce pouvoir à un niveau supérieur au peuple, au niveau européen, est donc par essence anti démocratique. La création de la monnaie faisant parti de ces pouvoirs, j’en suis arrivé à la conclusion qu’il faut sortir de l’U.E et de l’euro.

                        De plus, il me semble normal qu’un parti se donne les moyens de parvenir à ses fins. Je suis quelqu’un de pragmatique. Une élection présidentielle se remporte aujourd’hui avec la majorité au second tour. Il est donc nécessaire d’avoir un potentiel électoral suffisant. Un parti n’ayant pas ce potentiel (je pense que vous conviendrez que c’est le cas du FN, il ne dépassera jamais les 17-20%) est un leurre électoral. Un défouloir. Mais pas un instrument de changement. 

                        J’ai commencé à me demander pour qui voter il y a plus d’un an. Voila ma réflexion :

                        Pas le PS ou EELV qui sont européiste. L’UMP est hors de question : européiste et de droite. MODEM : européiste. Le FN : jamais pour un électeur de gauche.

                        reste : Le PdG. Mais ses positions sur l’UE sont floues, et puis peut il vraiment atteindre le second tour ? Et le remporter face un un candidat UMPS soutenu par tous les médias ? Je crois que le FdG perdra surement face à un candidat PS, et très certainement face à un candidat UMP (abstention)

                        Et puis, je me suis imaginé dans la peau d’un citoyen de droite, ayant lui aussi compris la nécessité de sortir de l’UE et de l’euro. Voila quelles serait sa réflexion : Pour qui voter ?

                        Pas l’UMP ou EELV qui sont européiste. Le PS est hors de question : européiste et de gauche. MODEM : européiste. Le FdG : jamais pour un électeur de droite.

                        reste : Le FN ou DlR. Mais leurs positions sur l’UE sont floues, et puis peuvent ils vraiment atteindre le second tour ? Et le remporter face un un candidat UMPS soutenu par tous les médias ? DlR est insignifiant face au FN. Et je crois que le FN perdra surement face à un candidat UMP, et très certainement face à un candidat Ps (abstention)

                        Merveilleuse symétrie ne trouvez vous pas ? Je me suis donc encarté a l’UPR, car :

                        - seule l’UPR propose clairement de sortir unilatéralement de l’UE et de l’euro.

                        - seule l’UPR se positionne au dessus du clivage gauche-droite et se donne ainsi les moyens de ses ambitions.

                        - L’UPR a pour vocation d’acceder temporairement au pouvoir pour rétablir la démocratie, puis de disparaître.

                        - J’ai eu l’occasion de pouvoir personnellement discuter avec F.Asselineau. Longuement. Cet homme à le sens de l’Etat qui fait défaut à la classe politique actuelle, et surtout, il est motivé par le désir de postérité. Et je trouve ça très rassurant.

                        Alors oui, ça fait drôle au début de distribuer des tracts avec des sympathisants FN. Mais chacun garde ses opinions pour soi et se concentre sur l’objectif commun. Et l’on s’y fait.

                        ewen


                      • logan 27 septembre 2011 19:39

                        mais votre raisonnement est erroné

                        tant que nous serons soumis à une compétition économique mondiale nous serons alors placés sous des contraintes extérieures qui rendent impossible la démocratie vu qu’elles mettent nos systèmes sociaux et fiscaux en concurrence
                        en nous obligeant à être compétitif dans cette guerre économique mondiale généralisée, on nous pousse au moins disant salarial, fiscal et social
                        vous faites donc malheureusement l’erreur de croire que les interdépendances humaines s’arrêtent à nos frontières, alors qu’elles traversent toute notre espèce.
                        la nécessité de préserver notre éco système, et l’obligation de s’accorder ainsi pour toute la planête en est la preuve la plus évidente

                        si bien que depuis la fin de la seconde guerre mondiale, nous avons bien compris qu’il fallait réguler aussi tous les conflits / toutes les inter dépendances§ tous les échanges économiques que nous pouvions avoir avec les autres peuples
                        l’ONU à la base est une de ces tentatives de régulation
                        l’UE aussi ...

                        regardez ce qu’est devenu l’ONU, regardez ce qu’est devenu l’UE, on a derrière nous plus de 50 années d’expériences concrètes d’organisations inter-gouvernementales
                        abandonner les questions et les problématiques internationales à des ministres, à des diplomates, à des technocrates, c’est à dire quasiment qu’à des gens qui ne sont pas élus, des gens dont on ne sait même pas d’où ils sortent, qui ne sont responsables devant personne, constatez où cela à mené
                        très clairement et sans équivoque à la constitution de pouvoirs oligarchiques
                        l’intergouvernemental n’est pas démocratique
                        l’intergouvernemental est par essence oligarchique

                        et pourtant en voulant revenir au seul niveau national
                        qu’est ce que vous nous proposez ? l’intergouvernemental ...

                        donc on sent bien que sans remettre pour autant en cause les états-nations qui sont au jour d’aujourd’hui pour des raisons sociales et culturelles la seule forme pertinente d’organisation où peut vraiment s’exprimer la démocratie, il est nécessaire néanmoins d’étendre la démocratie à un niveau international, on ne peut pas se contenter d’intergouvernemental, c’est une impasse historique

                        faut pas se tromper sur la nature de l’UE qui n’a rien de fédérale comme peuvent l’être les états-unis par exemple mais qui est totalement au contraire intergouvernementale

                        en conclusion si les pouvoirs que l’on a transféré à l’UE sont une régression démocratique ce n’est pas comme vous le pensez parce qu’on les a mit en commun, mais parce qu’on les a transferé vers une oligarchie européenne complètement déconnectée des citoyens

                        si au niveau international il est impossible d’atteindre le niveau démocratique que l’on peut obtenir dans un état-nation, il y a quand même un grand nombre de progrès démocratiques possibles à accomplir et qui seraient largement suffisants pour le moment
                        par exemple faire ratifier les traités par les peuples ça serait quand même le minimum et même ce minimum est baffoué

                        pour des raisons démocratiques justement, pour se libérer des contraintes de la compétition mondiale, on a tout intérêt à s’accorder avec nos voisins européens avec qui nous réalisons l’essentiel de nos échanges économiques
                        voilà pourquoi on préfère réformer l’UE et partir des acquis actuels plutôt que de tout détruire


                      • Alin Tranca 28 septembre 2011 16:05

                        Si au 2ème tour nous avons FdG vs UMP, je suis convaincu que c’est le FdG qui le remporte.


                      • Ariane Walter Ariane Walter 27 septembre 2011 11:05

                        Et si l’on parlait de vous , monsieur Asselineau ?

                        Vous êtes pro-life, pro-nuke et pour la conquête vers Mars !

                        A chacun ses défauts.

                        je serai favorable à une sortie de l’Euro et de l’Europe.
                        mais ne peut-on envisager que la position de Mélenchon soit tout aussi logique. ce n’est pas la maison qui brûle toute seule. Ce sont les pyromanes qu’il faut éliminer.

                        Et il me semble, puisque vous dites qu’il sera très difficile de changer les règles du jeu de l’europe , qu’il sera tout aussi difficile de sortir de l’euro et de l’Europe.
                        Comme si votre solution n’entraînait aucune difficulté.

                        mais le plus gênant dans votre article est le rapprochement sans raison avec le FN ;
                        En ce qui me concerne, je voterai Mélenchon au premier tour.


                        • John Foster 27 septembre 2011 11:26
                          Où avez vous vu jouer qu’Asselineau était pro-life, pro-nuke et pour la conquête vers Mars ?

                          Non, la position de Mélenchon n’est pas logique puisqu’il s’indigne et dénonce des choses fort justes et révoltantes mais refuse de se donner les moyens d’agir contre. Loi de 73, prérogatives de la Banque de France, marché transatlantique, agriculture, pêche et bientôt fiscalité etc. Autant de domaines sur lesquels les français et le président n’ont plus leur mot à dire. Le seul moyen d’influer sur ces choses est de sortir de l’UE puisqu’elles sont inscrites dans les traités, chose que Mélenchon se garde bien de dire.

                          En clair, plus de la moitié du programme de Mélenchon est inaplicable en vertue des traités européens. Pourquoi ne tire t-il alors pas la seule conclusion qui s’impose ? Sortir de l’UE grâce à l’article 50 du traité de Maastricht et ensuite seulement, construire la France qu’il souhaite ?

                          Et non, l’UPR n’est pas de droite, ni de gauche d’ailleurs, ni de rien du tout. Je suis personnellement de tendance gauche mais ai compris que c’est en mettant nos divergences de côté pour se concentrer momentanément sur l’essentiel (sortie de l’UE), que l’on a une chance de contrecarrer leurs plans d’imposer une idéologie néo libarale, du choc des civilisations qui nous mène tout droit à la guerre.

                          Et je ne suis visiblement pas le seul puisque je connais à l’UPR des gens de droite, de gauche, d’extrême gauche, du centre, d’extrême droite et pour beaucoup, qui n’ont jamais voté de leur vie !

                        • SergeL SergeL 27 septembre 2011 11:46

                          Et non, l’UPR n’est pas de droite, ni de gauche d’ailleurs

                          Alors vous êtes TOTALITAIRE


                        • Ariane Walter Ariane Walter 27 septembre 2011 11:51

                          Dires donc John Foster, vous êtes sur la barricade ! De garde aujourd’hui ?
                           Asselinneau est pro-nuke et pro-life comme son copain La Rouche . Vous le découvrez ? renseignez-vous.
                          Il est un peu d’extrême-droite aussi, comme le FN. he oui. Puisque vous employez ces armes.

                          Je regrette dans cet article et dans les commentaires un ton polémique violent. Mélenchon ne mérite pas cela. Mais êtes-vous payé par ses ennemis néo-libéraux ???????


                        • Traroth Traroth 27 septembre 2011 12:22

                          Tout à fait d’accord avec vous, Ariane. Il serait d’ailleurs intéressant que, dans l’hypothèse où Asselineau réussissait à se présenter et n’était pas qualifié pour le second tour, qu’il dise dès maintenant pour qui il appellerait à voter...


                        • Traroth Traroth 27 septembre 2011 12:28

                          Monsieur Asselineau, vous faites des constructions bien complexes sur une exclamation auquel le caractère sanguin de Mélenchon nous a malheureusement habitué. Exclamation, qui pour être regrettable, n’a que peu à voir avec le « casse-toi, pauvre con » de Sarkozy

                          • parce que Mélenchon n’a pas abordé le type en question mais qu’au contraire celui-ci a pris la parole
                          • parce que Mélenchon ne l’a pas insulté
                          • parce que Mélenchon pour l’instant ne représente que lui-même et pas les Français
                          Mais on reconnait bien là la tactique du « match nul » si cher à la droite !

                        • John Foster 27 septembre 2011 12:29

                          Oui oui, d’ailleurs hier j’ai débarqué chez Asselineau vers 2 heures du mat’, après que celui-ci m’eut sorti au motif que la situation était urgente.


                          Trouvant la porte ouverte, je décide de rentrer. Dans la pénombre, au milieu de la pièce spacieuse ornée de tapisseries anciennes éclairées par la seule lueure instable du feu de cheminée, je distingue Larouche dans un gros fauteuil rouge en velour, tirant sur son cigare, visiblement fatigué par le décalage horaire. Sur ses genoux, était assis Jacques Cheminade et un peu plus loin, tout près du feu, Anne Lauvergeon, les yeux dans le vague, jetant machinalement des petits morceaux de plutonium qui éclatent au contact des flammes. Au milieu de tout ce petit monde, sur un fautueil en érable japonais visiblement très vieux, trônait fièrement Asselineau, muni d’un couteau de boucher faisant festin de ce que je peux distinguer des restes de Simone Veil.

                          Lorsqu’il m’aperçu, Asselineau, visiblement contrarié de ne pas m’avoir entenu frapper, me fit signe d’avanger. Après avoir, comme il est de coutume, prêté trois fois serment devant la couveuse qui lui servait de marche pied, que rien de ce que je voyais ce soir ne serait révélé, je lui baise successivement chaque orteil dans le sens inverse de la rotation de la Terre.

                          Après ce protocol habituel, Asselineau me confie la mission de le défendre corps et âme le lendemain à 9h36, lorsque sera publié sur Agoravox, son article sur Mélenchon. Chose que j’accèpte volontier non sans contrepartie financière. J’obtiens au passage le droit d’emporter chez moi un morceau de soucoupe volante tombée de la poche du veston de Cheminade.

                          Sérieusement, vous vous entendez ? Citez moi une seule source ou déclaration d’Asselineau confirmant vos dire. C’est tout ce que je vous demande. Il ne suffit pas d’affirmer des choses pour les rendre vraies.

                        • Lucho 27 septembre 2011 12:36

                          Vous confondez avec Jacques Cheminade Ariane. Regardez les conférences de Asselineau, ça n’a rien à voir avec ce que vous mentionnez.


                        • PhilVite PhilVite 27 septembre 2011 12:40

                          Oui Ariane, moi aussi, ça m’intéresse. Vraiment. Parce qu’autant Asselineau me paraît d’aplomb, autant j’ai des gros doutes sur Cheminade/Larouche.


                        • Ariane Walter Ariane Walter 27 septembre 2011 13:17

                          J’ai pour habitude de reconnaître mes torts. C’est cheminade en effet qui est pote avec larouche.
                          Quelle est la position d’Asselineau sur le nucléaire ?


                        • Lucho 27 septembre 2011 13:44

                          Asselineau se concentre sur les problèmes démocratiques. Sauf erreur il ne traitera pas la question nucléaire qui est un sujet polémique. On rend la souveraineté nationale à la France, et on vera après pour le reste.


                        • François Asselineau François Asselineau 27 septembre 2011 13:51

                          @Ariane Walter
                          Puisque vous m’accusez d’être "pro life, pro nuke et pour la conquête de Mars", je vous demande d’apporter ici les références exactes de mes écrits et de mes propos qui vous permettent de lancer ces affirmations.
                          Si vous le pouvez, tant mieux, nous serons nombreux à rire.
                          Mais si vous ne le pouvez pas, c’est alors que vos affirmations sont de pures inventions et que votre texte tombe sous le coup de la loi et que je pourrais porter plainte pour diffamation.

                          J’oppose évidemment quant à moi le démenti le plus formel à vos élucubrations.
                          A l’évidence, vous ne me connaissez pas et vous ne connaissez pas non plus l’Union Populmaire Républicaine que j’ai créée il y a 4 ans et demi pour appeler tous les Français, quelles que soient leurs opinions politiques, à se rassembler PROVISOIREMENT pour faire sortir la France de l’UE, de l’euro et de l’OTAN.

                          Si vous avez un peu de curiosité et d’honnêteté intellectuelles, vous serez certainement intéressée par aller consulter ce que nous disons, écrivons, analysons et proposons. Il vous suffit pour cela d’aller :

                          - vers notre site Internet : http://www.u-p-r.fr/

                          - vers notre Charte Fondatrice, qui constitue en quelque sorte le « contrat de confiance » analytique, programmatique et éthique qui lie entre eux tous les adhérents de notre mouvement : http://www.u-p-r.fr/wp-content/uploads/2011/02/UPR-CHARTE-FONDATRICE-FR-2011.pdf

                          - vers notre pré-programme (le programme complet sera présenté à l’automne), qui prouve à quel point l’UPR est un mouvement de libération nationale différent de TOUS les autres partis politiques français et inclassable selon le traditionnel clivage droite-gauche : http://www.u-p-r.fr/le-programme-de-l-upr

                          - vers nos dossiers, qui donnent à nos compatriotes des clés de compréhension de la situation qui sont à la fois parfaitement exactes et vérifiables, et sans équivalent sur toute la scène politique française : http://www.u-p-r.fr/liste/dossiers-de-fond

                          - vers les vidéos de mes conférences, qui ont été le point de départ du développement de notre mouvement et qui ont été déjà visionnées un million de fois si l’on cumule tous les canaux de diffusion : http://www.u-p-r.fr/conferences-en-ligne

                          - vers notre page Facebook officielle, qui est l’une des pages Facebook les plus actives de toutes les pages de tous les partis politiques français : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau


                          Une fois que vous aurez consulté tout cela, vous serez certainement gênée aux entournures en relisant l’intervention que vous venez de faire.

                          Par ailleurs et pour conclure, vous affirmez qu’il "sera tout aussi difficile de sortir de l’euro et de l’Europe« que »de changer les règles du jeu de l’europe".

                          Eh bien justement non ! Nous ne disons pas que sortir de l’Europe sera extrêmement facile, bien entendu. Mais ce que nous disons, c’est que SORTIR LA FRANCE DE L’UE EST PARFAITEMENT POSSIBLE PARCE QUE CELA NE DÉPEND QUE DU PEUPLE FRANÇAIS !

                          Tandis que « changer les règles du jeu de l’Europe » comme vous le propose M. Mélenchon EST IMPOSSIBLE CAR CELA DÉPEND DU BON VOULOIR DE 26 AUTRES PEUPLES ET GOUVERNEMENTS, SANS COMPTER L’INFLUENCE PRÉPONDÉRANTE DES ÉTATS-UNIS SUR L’ENSEMBLE DE L’OPÉRATION, influence décisive sur laquelle M. Mélenchon garde le silence (il préfère parler des menées de la CIA à Cuba...).

                          Si vous ne voyez pas la différence fondamentale qu’il y a entre proposer aux Français un programme dont la mise en œuvre ne dépend que d’eux et un programme dont la mise en œuvre dépend de 26 autres États et des États-Unis de surcroît, alors en effet continuez à vous raccrocher au mythe de l’Autre Europe de M. Mélenchon. Pour information, cela fait 32 ans que la gauche propose de "changer d’Europe", c’était déjà son slogan aux élections européennes de 1979...

                          François Asselineau


                        • garisamui garisamui 27 septembre 2011 17:03

                          @ l’auteur

                          Éloquence verbale agile et propos souples crédibles, voilà la différence entre un homme comme vous au QI supérieur, et cela fait du bien (par rapport aux posts démeurés que nous lisons trop souvent ici...).
                          En fait vous êtes un pur produit du système ! En plus, des finances ! Si j’ai bien lu vos es qualités.
                          Vous tirez à boulets rouges sur Mélenchon et Marine, tout en sachant bien que le produit Merluche est fait pour grappiller les voix des déçus du Fn qui ne savait plus trop où aller.
                          En lisant votre pré programme, via votre lien, il me semble entre les lignes que vous êtes là pour torpiller au centre. Je peux me tromper et vous pouvez être sincère, mais, lorsque je lis votre pédigrée politique, vous avez été le commensal à la même mangeoire de cette clique honnie de ceux qui nous roulent , comment vous croire maintenant ?!
                          Votre programme, du moins certaines idées essentielles de bon sens rejoignent celles de Montebourg, en partie ; sortir de l’Europe, de l’euro, se « dé-mondialiser », sont pour les gens comme moi du miel, et n’en déplaise aux peureux de tous poils la seule échappatoire pour notre survie future
                          Il est sûr que ce ne sera pas facile mais quand on veut on peut Prouvez nous que vous pouvez faire des alliances constructives et nous vous suivrons ; il y a de droite comme de gauche des personnes compétentes, et si elle sont vraiment sincères et peuvent passer outre les doctrines sordides de leurs appartenances politiques, il y a matière à un « gouvernement d’union nationale » : nous sommes quasiment en« état de » guerre « , si j’ose le mot.
                          Seulement , et vous le savez déjà, tous les politiques le savent, c’est difficile de faire bouger les veaux, surtout quand ils n’ont pas de »couilles", ils sont peureux....

                          Bien cordialement


                        • agent orange agent orange 27 septembre 2011 17:25

                          @ François Asselineau

                          Je me souviens lors de votre passage au ministère de l’Industrie et du Commerce Extérieur, vous étiez un ardent partisan du projet de gazoduc de Yadana du pétrolier Total en Birmanie.
                          Sur quelles bases à l’époque (milieu des années 90), se fondait votre support à une collaboration de Total avec la sinistre et sanglante junte birmane ?
                          En l’attente de vos éclaircissements, j’espère que vous ne prendrez pas mon assertion comme une élucubration. Je dispose de nombreuses archives sur la Birmanie...
                          Cordialement.


                        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 27 septembre 2011 17:46

                          C’est quoi cette histoire de planète Mars ?


                        • Bozz 27 septembre 2011 17:49

                          @ agent orange

                          Je suis client :) Pourriez vous m’envoyer copie du dossier svp :)

                          erick.mary@u-p-r.fr

                          Merci d’avance de votre diligence.


                        • Ariane Walter Ariane Walter 27 septembre 2011 19:28

                          Peachy, je vous ai déjà répondu et ça a sauté !! (Encore la NSA !)

                          1- J’ai confondu Asselineau et cheminade.
                          2- Il y a eu sur Av un article de Keynes vs Roosevelt, qui es le John Forester de Cheminade et qui a dit qu’il fallait un grand projet pour « rebooster » la planète" par e la conquête vers Mars ! (Comme le dit Obama d’ailleurs !)

                          Moi je proposerai plutôt comme grand projet, de réparer notre pauvre terre à moitié morte. Les idées de grandeur, merci !


                        • agent orange agent orange 27 septembre 2011 20:33

                          Bozz

                          Je vous ai répondu. Checkez votre mailbox.
                          Merci d’avance pour votre accusé de réception.


                        • garisamui garisamui 27 septembre 2011 20:41

                          ils sont peureux et adorent « moinsser » dans le secret

                          ça me rassure, mon propos est juste....


                        • aveclotanvatoutsenva 28 septembre 2011 11:40

                          @ agent orange :
                          Quel suspense, « agent » !
                          Vous nous préparez un scoop ? Des révélations fracassantes (qui se fracassent toutes seules en retombant par terre...) ?
                          Vite, on crève d’impatience !


                        • agent orange agent orange 28 septembre 2011 14:05

                          @ aveclotanvatoutsenva

                          Hélas non, aucun scoop. Pour ceux qui connaissent et s’intéressent au dossier birman, cela fait parti du domaine public.
                          Je n’ai rien à ajouter à ce que j’ai écris précédemment. Il est cependant regrettable que François Asselineau n’ai pas jugé utile de vouloir clarifier ce point.
                          François Asselineau, en tant que chef de mission de la zone Asie-Océanie à la DREE, puis conseiller au Ministère de l’Industrie et du Commerce Extérieur, faisait parti du dispositif étatique à l’établissement des relations commerciales de la France avec la junte militaire birmane.
                          Tout cela est d’autant plus regrettable, car j’apprécie les écrits de monsieur Asselineau et les idées de son parti.

                          PS : J’aime bien votre pseudo. Presque aussi bien que la version italienne du born to kill, « NATO per uccidere » ?


                        • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 27 septembre 2011 11:06

                          Je crois aussi que rien n’avancera si l’on se bouche les oreilles pour ne pas entendre les propositions très pertinentes de Chouard. 

                          Il faut en faire un débat, LE débat. Car Etienne Chouard pose les vraies questions auxquelles nous devront tous répondre tôt ou tard et le plus tôt sera le mieux !

                          • agent orange agent orange 27 septembre 2011 11:13

                            Monsieur Asselineau
                            Dans votre florilège des bourdes de Mélenchon, vous en oubliez une de taille...
                            Son vote au parlement européen d’une guerre coloniale contre la Libye et son allégeance de fait à l’Empire.
                            Bref, pire qu’une casserole. Une cocotte-minute qui pourrait bien lui exploser au visage.


                            • Ariane Walter Ariane Walter 27 septembre 2011 11:52

                              Là, je suis d’accord avec vous et je ne l’ai jamais digéré.


                            • logan 27 septembre 2011 12:09

                              Tout le monde peut avoir tort. Mélenchon a tort de s’énerver aussi facilement face aux provocations. Et Mélenchon a eu tort de voter oui à ce vote au parlement européen, c’était un vote naïf. Mais il s’est vite mis à défendre la position du front de gauche et à dire toute son hostilité à la guerre coloniale en Lybie et à l’intervention de l’OTAN.

                              Donc oui Mélenchon se trompe et a des mauvaises idées comme n’importe qui, heureusement il n’est pas tout seul et ce n’est pas lui qui décide.

                              Là on a vu les limites de la représentation. Face à une situation non prévue, il a bien été obligé de voter selon ses idées à lui, mais une fois que le front de gauche a pris officielement position contre cette résolution et contre toute intervention en Lybie, il a bien remplit son rôle de porte parole.


                            • elsa2 27 septembre 2011 13:14

                              Mélenchon se trompe, fait un vote naif... et fait ensuite des discours pour dire qu’il est contre cette guerre.... 
                              Hé ho quand même vous n’êtes plus des enfants. Qu’est ce qui importe le plus, les dires ou les faits. On ne peut pas se tromper sur un vote aussi important.

                              Pour ma par je juge que ce sont les faits qui importent plus que les paroles. Une joie histoire (qu’on a tous envie de croire évidemment) mais des actions opposées à ce discours.

                              Que des enfants croient à cette histoire sans regarder les faits, pourquoi pas, mais des adultes se doivent d’aligner les faits, de les comparer aux dires....et de prendre pour comptant le résultat, même si cela doit remettre en cause la jolie histoire, ce qui n’est pas évident j’imagine ?

                              Toujours avoir la capacité de tout remettre en cause et de re-réfléchir à ce que l’on croit, voila ce qui est important.


                            • victor latent 27 septembre 2011 13:41

                              M. Mélenchon s’énerve vite, se trompe, vote a tort, est favorable à la guerre....

                              Est-ce bien raisonnable de le voir en Président de la République ?


                            • agent orange agent orange 27 septembre 2011 13:54

                              Hi Ariane.
                              What’s up ?
                              Quelques nouvelles météo. La tempête tropicale qui a traversé la mer de Chine, va atteindre le sud du Laos ce soir et atteindra la province de Vientiane demain dans la matinée...
                              Meilleures conditions météo à toi dans le midi.


                            • logan 27 septembre 2011 13:58

                              Bien sur les présidents de la république ont la science infuse c’est bien connu. D’ailleurs toutes les politiques qui ont été menées jusqu’à présent sont une incroyable réussite ( ironie ).

                              Ce n’est pas pour une personne seule que l’on vote, c’est pour un gouvernement.

                              Peut être êtes vous habitués à ce que le président se prenne aussi pour le premier ministre, et pour tous les ministres, et pour le dirigeant des chaines de télévision et pour ... bref pour un roi ...

                              A ce titre là en effet Nicolas Sarkozy a aggravé cette dérive. Mais c’est une dérive.

                              En france c’est le gouvernement qui gouverne, et c’est le 1er ministre le chef du gouvernement. Le premier ministre n’a pas à être aux ordres du président de la république. Ceci n’est possible que parce l’UMP le veut bien.

                              Le front de gauche n’a pas pour projet de clôner la pratique monarchique du pouvoir de Sarkozy, il veut au contraire changer les institutions et supprimer le président de la république entre autres choses.

                              Mélenchon c’est un porte parole. Il joue son rôle, mais il ne dirige rien. Le front de gauche est une alliance, une coopération, cela n’a rien avoir avec l’organisation hiérarchique de l’UMP.


                            • Bozz 27 septembre 2011 17:51

                              Je suis client :) Pourriez vous m’envoyer copie du dossier svp :)

                              erick.mary@u-p-r.fr

                              Merci d’avance de votre diligence.


                            • Alin Tranca 28 septembre 2011 16:13

                              Trouvez-moi la personne PARFAITE, svp, j’aimerais bien voter pour elle.


                            • agent orange agent orange 28 septembre 2011 16:34

                              @ Alin

                              Stéphane Hessel ? (dommage qu’il soit hors course).
                              Ceci dit j’ai lu votre analyse à propos de la divergence entre la gauche européenne et celle latino-américaine sur l’intervention en Libye. Je m’étonne après que vous donniez raison à Castro et Chavez, vous continuez à soutenir Mélenchon.
                              Cdlmt.


                            • aveclotanvatoutsenva 28 septembre 2011 17:00

                              Stéphane Hessel, l’inspirateur du mouvement « les indignés » ?
                              Moi je ne trouve pas qu’il soit hors course. Je crois bien au contraire qu’il est parfaitement opérationnel pour aider le Système à continuer de dissimuler au grand public ce que le grand public ne doit absolument pas savoir : que l’UE est de A à Z l’œuvre des USA et que toute idée « d’autre Europe » ne peut que servir les USA...
                              Et pendant que des gus (bien encadrés pas de pseudo « alternatifs » contrôlés par le pouvoir) s’indignent des conséquences, ils ne regardent pas l’origine du problème.


                            • Guit'z Guit’z 2 octobre 2011 13:19

                              Il faut croire que vous l’avez digéré malgré tout Ariane... puisque vous voterez Mélenchon au premier tour.

                              Vous êtes comme Emmanuel Todd : un superbe esprit critique qui, à l’heure de passer à l’action, retourne sagement au bercail. Lui au PS, vous chez Méluche !

                               smiley


                            • bigglop bigglop 27 septembre 2011 11:18

                              Monsieur Asselineau,
                              J’ai attentivement regardé vos vidéos sur l’économie mondiale, les marchés financiers....et elles sont intéressantes ainsi que vos conclusions.
                              Mais, comme pour beaucoup, votre parcours politique RPR/UMP récent dans le sillage de deux individus comme Charles Pasqua et Gérard Longuet me laisse un arrière goût amer.


                              • Nanar M Nanar M 27 septembre 2011 12:36

                                Tu m’étonnes, ça classe toute suite le personnage !



                              • gorgonzola 27 septembre 2011 14:26

                                @Bigglop et Nanar M : vous avez raison d’être suspicieux par rapport au parcours de M. Asselineau surtout quand on voit la clique que l’on se paye actuellement.

                                 
                                Je souhaite néanmoins et de bonne foi vous rappeler, à vous et aux autres qui l’ignorent encore, quelques points cruciaux :
                                 
                                1) il faut bien noter la différence qu’il y a entre la fonction de politique et celle de fonctionnaire d’état délégué. Un fonctionnaire d’état ne participe pas aux prises de décisions, il sert son pays en allant là où on lui désigne et en rédigeant des rapports qu’ensuite les politiques décident ou pas de prendre en compte. D’ailleurs c’est en dénonçant les dangers de l’euro et du surendettement des Etats-Unis (on était alors en 2004) que François Asselineau en ayant cru bon de faire son devoir, s’est vu mettre au placard par un certain Nicolas « petitpied ».
                                 
                                2) M. Asselineau explique ouvertement quels ont été ses liens avec M. Pasqua sur le site de l’UPR ici : www.u-p-r.fr/liste/vos-quest...
                                 
                                3) M. Asselineau répond à la question d’un animateur radio qui lui demande « pourquoi faire confiance à l’UPR ? » ici : http://dai.ly/p8IgDS
                                 
                                Voilà, j’espère que ces éléments (notamment le n°3 qui est fort instructif) permettront de dissiper les malentendus ou au moins de lever quelques doutes.

                                Cordialement


                              • Ewen Marechal 27 septembre 2011 17:59

                                Bonjour Bigglop,


                                Je vous renvoie à cet article qui vous éclairera sur la question :


                              • bigglop bigglop 27 septembre 2011 19:25

                                Bonjour @Gorgonzola, @Ewen,
                                Par principe, je ne m’arrête pas aux apparences, malgré la brièveté de mon commentaire, et j’ai connaissance de ces argumentaires et de ces liens.
                                Mr Asselineau me semble être un homme fin, cultivé, intelligent mais aussi qui doit bien connaitre le milieu politique et notamment la personnalité, l« entourage de Nicolas Sarkozy mais qui a malgré tout accepté ce poste. A moins qu’il ait été »abusé", comme tant d’autres, par l’apparence et le discours de ce personnage.
                                Par contre, assimiler JL Mélanchon et son parti à M Lepen, au FN, n’est pas une faute de goût mais une erreur politique.


                              • Parchis Parchis 27 septembre 2011 20:26

                                Faute politique :) Ben voyons, vous voulez dire rigueur et droiture politique, je pense :)

                                Car jusqu’à preuve du contraire, c’est JLM qui traite de marechaliste tous ceux qui veulent quitter l’euro, non ?


                              • Guit'z Guit’z 2 octobre 2011 14:02

                                Asselineau était un haut-fonctionnaire, foutu dehors comme un malpropre justement parce qu’il avait osé tiré les justes conséquences de cette expérience instructive.

                                Ce n’est pas parce qu’un fonctionnaire assume ses fonctions sous la tutelle d’élus foireux qu’il « fraye » de cœur avec eux.

                                Le terrain, ce n’est pas nos salons - et il y a loin du pressentiment purement intellectuel du scénario en cours, à l’intelligence d’une réalité à triple-fond toujours tordue par le facteur humain.

                                Moi je crois qu’Asselineau est le bon cheval d’avenir... quand même je doute de son destin politique immédiat, c’est-à-dire de sa capacité à prendre le Pouvoir : soit l’urgence absolue, de mon point de vue radicalement anti-système (UMP-PS) et autres faux nez d’appoint (Modem, FDG-NPA-Verts et tutti quanti)...

                                 smiley


                              • Walid Haïdar 27 septembre 2011 11:20
                                Pour un candidat de rassemblement, Asselineau semble avoir énormément de mal à concevoir que l’on puisse penser différemment de lui, puisqu’il est obligé de les attaquer en les caricaturant plutôt qu’en s’efforçant de démontrer que ses idées sont meilleures.

                                T’es pas d’accord avec nous sur l’Europe ? alors t’es un traître à la patrie. Quant à cette présentation qui suggérerait une dissimulation, elle ne fait qu’ajouter au mauvais goût du reste.

                                Mais mon vieux, on a le droit d’être pour une union européenne même si ce n’est pas celle des états-unis qu’on veut (et soit dit en passant la stratégie des états-unis est évolutive, et ne la considérer qu’à l’aune des documents secrets de 1950, c’est un peu court). On a le droit d’être pour une union européenne même si on est pas forcément pour les élargissements à grande vitesse qui ont été opérés, ni pour la confiscation technocratique du pouvoir.

                                Si vos arguments sont si bons, que ne les exposez-vous pas simplement, dans un débat honnête, plutôt que d’amalgamer n’importe comment deux partis qui n’ont strictement rien à voir l’un avec l’autre.

                                Je ne suis pas d’accord avec Mélenchon pour dire que ceux qui veulent sortir du l’Europe sont des Pétainistes, et je ne suis pas du tout d’accord avec vous lorsque vous affirmez sans preuve à l’appui, que le FG « est payé » pour empêcher les Français de voir le vraies solutions aux vrais problèmes : c’est ce que vous avez dit sur une certaine émission de radio dont on pourra retrouver la trace sur agoratv. C’est de la diffamation pure et simple car si on vous en demandait des preuves, de cette affirmation qui ne veut d’ailleurs rien dire, vous n’en fourniriez pas.

                                Vous sombrez ici dans l’attaque malhonnête, qui part du principe que ceux qui ne sont pas d’accord avec vous sont des imposteurs. C’est une démarche Stalinienne : gardez-vous en. D’ailleurs énormément de commentateurs sur Internet sont sur ce mode de « pensée » qui n’en est pas un : « tu ne penses pas ça ? tu es un agent du NWO, il ne peut pas en être autrement ! » pathétique.

                                Exposez vos idées, qui sont par ailleurs intéressantes et vivifiantes. J’espère que vous aurez l’occasion de débattre avec Mélenchon et bien d’autres, d’idées, et non de procès en sorcellerie.

                                Parce qu’on pourrait très bien construire une diatribe expliquant que parce que vous mêmes avez telle et telle conviction, vous être un ennemi du peuple. Il suffit de prendre certaines de vos propositions et de les analyser selon un spectre qui n’a rien à voir avec le votre, leur donnant ainsi un sens complètement travesti : vous le savez d’ailleurs très bien, ce qui rend d’autant plus mesquine la présente attaque.

                                • gorgonzola 27 septembre 2011 14:42

                                  F. Asselineau a fait quelques 12h de conférences très argumentées pour développer ses idées, ces conférences sont à libre disposition sur Dailymotion et Youtube et sur le site u-p-r.f. Libre à vous de les (re)visionner ou de continuer à affirmer qu’il n’a pas d’arguments.


                                • Parchis Parchis 27 septembre 2011 20:30

                                  F. Asselineau expose des faits, ça déplait mais cela reste des faits !!!


                                • aveclotanvatoutsenva 28 septembre 2011 12:02

                                  @ Walid Haïdar :

                                  Vous nous dites :

                                  « Pour un candidat de rassemblement, Asselineau semble avoir énormément de mal à concevoir que l’on puisse penser différemment de lui, puisqu’il est obligé de les attaquer en les caricaturant plutôt qu’en s’efforçant de démontrer que ses idées sont meilleures. »

                                  Vous oubliez que le rassemblement n’est possible (et sensé) qu’avec des gens qui poursuivent le même objectif principal. Or :

                                  M. Mélenchon, ne veut pas sortir de l’euro. Bien au contraire, il défend tant qu’il peut l’euro.
                                  M. Mélenchon ne veut pas sortir de l’UE. Bien au contraire, il passe son temps à faire miroiter à ses troupes l’idée d’une « autre » Europe.

                                  Lorsqu’en 1942, des mouvements politiques très différents (de l’extrême gauche à l’extrême droite) se sont rassemblés sous l’égide du CNR (Conseil national de la Résistance), ils étaient tous d’accord sur un objectif essentiel : libérer la France de l’occupation allemande. Aucun des mouvements qui composaient le CNR ne militait pour une « autre » occupation...

                                  Vous saisissez la différence ?


                                • cyberfurax 27 septembre 2011 11:21

                                  @ John Foster 

                                  Or, en pratique, le seul moyen de revenir sur la loi de 73, de bloquer le marché transatlantique et de sortir de l’euro pour redonner ses prérogatives à la Banque de France, c’est de sortir de l’UE, chose que Mélenchon se garde bien de proposer.

                                  Faux. lisez donc son programme

                                  • cyberfurax 27 septembre 2011 11:29

                                    Exccusez moi, manœuvre intempestive.
                                    Je disais donc, faux, relisez son programme. Il y parle de rupture avec le traité de Lisbonne. Je ne sais pas si vous avez raison d’affirmer que la seule solution consisterait à quitter l’union Européenne, mais pour ce qui est du rétablissement du droit régalien d’emission de la monnaie, il aborde le sujet d’une façon virulente. C’est son socle.


                                  • John Foster 27 septembre 2011 11:39

                                    J’ai bien lu le projet du FDG effectivement, que l’on peut trouver ici : http://www.frontdegauche.eu/index.php?option=com_content&view=section&layout=blog&id=15&Itemid=2


                                    C’est très intéressant, mais... on lui a dit à Mélenchon qu’on était 27 ? Changer la BCE, faire l’Europe sociale, l’Europe démocratique, bref comme Mélenchon le résume : changer d’Europe, moi je veux bien s’il on m’explique concretement, point par point comment convaince : l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, la République tchèque, le Danemark, l’Estonie, la Finlande, l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la Lettonie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, l’Espagne, la Suède et le RoyaumeUni.

                                    Changer l’Europe n’est PAS possible. C’est justement pour cette raison qu’elle est comme elle est. Et M. Mélenchon fait semblant de l’ignorer.


                                  • John Foster 27 septembre 2011 11:44

                                    Cyberfurax, pour retrouver notre pouvoir de battre monaie, il faut évidemment sortir de l’euro puisque la seule banque ayant le pouvoir de créer des euros est la BCE. Or, sortir de l’euro implique obligatoirement de sortir de l’UE. La démonstration en est faite ici : http://www.u-p-r.fr/vos-questions-nos-reponses/l_euro/pourquoi-on-ne-peut-pas-sortir-de-l-euro-sans-sortir-de-l-union-europeenne


                                    En faignant d’ignorer ceci, Mélenchon trompe sciemment ses électeurs.

                                  • logan 27 septembre 2011 12:15

                                    bah écoute il y a des centaines de pays dans le monde et pourtant à l’exception des états unis ils ont signé la charte de la havane, dont le contenu inspire ce que le front de gauche propose pour l’UE

                                    donc si des centaines de pays ont réussit à signer un tel document, pourquoi pas 27 ?


                                  • John Foster 27 septembre 2011 12:45

                                    Ok, rendez vous dans 53 ans, quand l’Europe des 39 n’arrivera toujours pas à se mettre d’accord.


                                  • logan 27 septembre 2011 13:03

                                    pure conviction irrationnelle, vous déclarez que c’est perdu d’avance, on se demande sur quoi vous vous fondez, rien, c’est juste que ça vous arrange

                                    moi je me base sur du concret
                                    le front de gauche propose une organisation des échanges fondée sur les principes défendus dan la charte de la Havane
                                    je constate que la charte de la Havane a été signée par tous les pays du monde sauf les états unis qui ont fait valoir leur droit de veto ...
                                    preuve que le nombre de pays en question n’est pour rien dans l’issue des négociations
                                    que ce qui définit le succès ou non est le rapport de force
                                    et les rapports de force ça se change

                                    démontrez moi justement si un gouvernement du poids de la France proposait une UE alternative, et ce non pas dans les couloirs des ministères mais dans le débat public, invitant les peuples à s’exprimer sur la question, comment et par quel miracle, le rapport de force, jusqu’à présent batti sur une pensée unique de tous les gouvernements européens sans exception, n’en serait pas modifié ?


                                  • John Foster 27 septembre 2011 14:06

                                    Alors là, logan, je ne pensais pas être d’accord avec vous mais finalement tout arrive !


                                    Bien sûr, c’est dans cette direction qu’il faut aller. Je veux parler des accords ponctuels de groupes de pays sur des questions précises et autour desquels nous avons des intérêts communs.

                                    Nous pouvons effectivement nous accorder autour de projets précis comme Ariane, certaines industries, ou encore le commerce international. Ce qui est en revanche fou, c’est de croire que nous avons tous les mêmes intérêts sur toutes les questions. Ce qui est le sens de l’Europe politique telle qu’elle est construite et qui nous conduit à l’immobilisme au blocage et à la crise actuelle. Car il est impossible de mettre les mêmes personnes d’accord sur tout.

                                    La France a une multitude de partenaires potentiels dans tout un tas de domaines. Dans tous ces domaines, des accords (tels que ceux de la Havanne) peuvent être passés avec différents pays avec lequels nos intérêts convergent. Mais on ne met pas de force tout le monde dans un même ensemble et en les forçant à s’entendre sur TOUT alors que leurs intérêts divergent sur la plus part des points.

                                    C’est ça que je pense que Mélenchon fait semblant de ne pas comprendre.



                                  • gorgonzola 27 septembre 2011 16:52

                                    Peut-être parceque les pays signataires de la charte de la Havanne avaient le même intérêt en commun ? Alors que dans l’UE chacun tire à hue et à dia... Juste un exemple : la proposition de taxe Tobin proposée par le tandem Merkel/Sarkozy à été retoquée par l’Angleterre et le Luxembourg (et l’Angleterre a par ailleurs intenté une procédure en justice auprès de la cour du droit international).


                                  • logan 27 septembre 2011 19:03

                                    Ne confondez pas les intérêts des dirigeants européens qui depuis que les états ont été privitisés défendent chacun les intérêts de leurs oligarchies respectives. Ils sont parfaitement unis contre les peuples, ça ils ont bien compris la lutte des classes, mais ils sont impitoyables entre eux, ils se font concurrence.

                                    Nous les gens du peuple on aura toujours les mêmes intérêts, ça s’appelle l’intérêt général. Et la pire erreur que l’on peut faire c’est de confondre les intérêts de l’oligarchie et nos intérêts.

                                    La signature de la charte de la Havane résulte surtout d’un rapport de force, rapport de force remporté par les états-unis au final, qui a imposé finalement l’OMC et le libre échange, avec les résultats que nous connaissons aujourd’hui.

                                    L’un des grands principes de la charte de la havane consiste à cesser de se faire concurrence entre nous, c’est à dire de chercher à obtenir des excédents commerciaux sur le dos des autres pays, et au contraire à s’accorder entre nous pour maintenir les uns vis à vis des autres une balance commerciale équilibrée.
                                    Cet équilibre serait maintenu par exemple par des accords de co-développement. En clair si un pays était déficitaire par rapport à un autre, ce dernier s’engagerait à reverser ses excédents commerciaux dans le pays déficitaire, afin d’y développer des secteurs économiques correspondant à ces besoins et donc par ces nouvelles importations rééquilibrer ainsi la balance commerciale.
                                    Pour récolter des excédents commerciaux, cela suppose donc de rétablir des barrières douanières, et rétablir ces barrières douanières permet à chaque pays de relocaliser ses productions et de redévelopper son économie comme bon lui chante ( donc cela permet de résoudre le problème des délocalisations )

                                    C’est donc l’exacte inverse du système de libré échange et de la compétition économique.

                                    Le truc c’est que la compétition économique, et particulièrement le libre échange, permettent de plonger les différentes économies sous des contraintes extérieures favorables aux intérêts des multinationales et de la finance.

                                    Tandis que le système d’organisation des échanges comme celui de la charte de la Havane libère chaque économie de toute contrainte extérieure, ce qui permet à chaque pays de mettre en place les normes sociales, fiscales, environnementales, et même de relocaliser les productions qu’il veut. Ca va donc plutôt dans le sens des intérêts des citoyens ...

                                    Ce qu’il nous faut c’est recréer un rapport de force favorable à ces idées. Et alors que le système actuel est en train de s’effondrer j’pense que c’est le bon moment non ?


                                  • Daniel Martens 27 septembre 2011 11:44

                                    Certes Mélanchon pose parfois le bon diagnostic. Mais il ne propose jamais les bonnes solutions. Effectivement il parle parfois de sortir de l’euro mais toujours en précisant qu’il ne faut pas sortir de l’union européenne.. Or il sait parfaitement que c’est impossible au vu des textes signés.
                                    Alors quoi ? Mensonge ? Oubli passager ? Pourquoi ne veut-il pas sortir de l’union ?
                                    Peur du cataclysme annoncé ? Beaucoup d’économistes indépendants ont montré que c’était possible. Et beaucoup d’autres ont montré le contraire.. Alors à vous de voir ce que vous voulez croire.. ceux qui nous en promettent depuis 40 ans ? Ou ceux qui essayent de trouver une nouvelle voie ?
                                    Quand à l’argument sur les liens d’Asselineau avec Pasqua ou d’autres.. Je rigole.
                                    Dans ce cas, tous les fonctionnaires actuels sont sarkozistes smiley
                                    D’autre part, je suis les conférences de Mr. Asselineau depuis un moment et j’ai toujours trouvé ses affirmations argumentées, ce qui est loin d’être le cas des autres candidats. Je ne pourrai pas voter pour lui puisque je suis un immigré dans ce pays. Mais j’y vis depuis 30 ans et c’est la première fois que j’entends quelqu’un d’aussi clair et aussi compréhensible.
                                    Pourtant avant de le rencontrer par hasard sur internet j’étais un européen plus que convaincu.
                                    Je vous raconte pas la grande claque que j’ai pris en écoutant ses conférences....
                                    Tous les jours je peux vérifier la duplicité des hommes politiques et analystes qui saturent nos médias de fausses vérités. et croyez-moi ça ne fait pas plaisir de se dire qu’on a été pris pour un con (qu’on était d’ailleurs) pendant près de 40 ans.


                                    • logan 27 septembre 2011 12:16

                                      vous avez décrété que c’est impossible, c’est une croyance fausse


                                    • ffi ffi 27 septembre 2011 15:57

                                      C’est pas tant le fait de l’impossibilité, mais c’est le fait de faire simple : l’impossibilité pratique vient de la complication (convaincre 27 partenaires, parler directement aux « peuples » de ceux-ci,...etc).

                                      Certes une résolution de la situation par des manoeuvres extrêmement compliquées a une certaine probabilité de réussite (0,1%), mais ce que les gens veulent, c’est voter pour une stratégie simple qui réussisse dans 100% des cas.

                                      S’il existe en effet un article de loi qui permet de quitter l’UE, donc permet simultanément de sortir de l’euro, de rétablir le circuit du trésor publique par la banque de France, de rétablir les droits de douane aux frontières pour faire cesser les délocalisation et la désindustrialisation, alors c’est effectivement la voie la plus simple : il suffit d’invoquer cet article 50 pour entamer directement une législature où les réformes sont peu à peu mises en place.

                                      Mais s’il faut, après l’élection, entamer de longues et hasardeuses négociations avec une possibilité de réussite faible en préalable à toute action concrète sur la situation, alors ce seront plusieurs années où la situation continuera de se dégrader pour tous.

                                      Rien ne vaut la simplicité.


                                    • logan 27 septembre 2011 16:58

                                      Ce qui nous importe c’est surtout de faire ce qui est juste, en cela nous ne maîtrisons pas les difficultés que nous sommes obligés d’affronter, agir avec justice cela n’a jamais été simple et facil, ça a toujours été compliqué et difficile, parce qu’il faut toujours faire face à toutes sortes d’intérêts puissants qui ne comptent pas autoriser le moindre changement à l’ordre établit et parce qu’ils tiennent à leurs privilèges.

                                      Ensuite on ne peut rien au fait que certains domaines dépendent d’accords multilatéraux. Par exemple pour faire des échanges économiques il faut être au minimum deux, n’est ce pas ?
                                      Ainsi lors de ce type d’accord, je ne vois pas comment vous pouvez offrir des garanties de réussite, à moins bien sur que les choses soient déjà entendues d’avance ?

                                      Dans ces cas là la seule chose que l’on peut garantir c’est que l’on fera tout pour oeuvrer dans ce sens. Et vous ne nous verrez jamais prétendre je ne sais quelle réussite si cela n’a rien d’assuré au contraire.
                                      Voilà pourquoi quand nous exposons nos idées sur la réforme de l’UE, qui justement dépend d’accords multilatéraux, nous envisageons tous les cas de figure :
                                      - le cas où nous réussirions à obtenir des négociations avec tous les pays
                                      - le cas où nous réussirions à convaincre seulement quelques pays
                                      - le cas où nous serions esseulés et donc bien obligés de sortir de l’Euro
                                      Et bien sur il y a à prendre en compte aussi les évolutions que peuvent prendre les évènement en toute indépendance de notre volonté, comme par exemple si un autre pays choisissait de sortir unilatéralement de l’UE ou de la zone euro.

                                      Donc si nous ne pouvons rien garantir sur ce que nous réussirions à faire de l’UE, au moins nous pouvons garantir ce que nous défendrons, et nous pouvons expliquer comment nous comptons nous y prendre, quelle est notre stratégie.

                                      Vous faites comme si la sortie de l’UE était une simple question technique, alors qu’au contraire il y a des raisons très politiques et idéologiques qui poussent certains à préférer la sortie de l’UE, tout comme il y a des raisons analogues qui poussent les autres à vouloir plutôt la réformer. Ce n’est donc tout simplement pas une histoire de facilité ou difficulté.
                                      Comme je vous ai dit, c’est une histoire de faire ce qui est juste, pour le mieux.

                                      Vos estimations de chances de réussites n’ont aucun sens et sont parfaitement arbitraires, avouez-le.


                                    • gorgonzola 27 septembre 2011 17:40

                                      Je rejoins ce que dit FFI. L’important est de savoir ce qui peut-être tenté, ce qui dépend de la volonté français et ce qui ne dépend pas de leur volonté. S’engager dans un bras de fer avec les technocrates de Bruxelles et dans une négociation avec les peuples directement (ou indirectement) est une solution qui comprend trop d’incertitude, trop d’aléatoires et trop de risques et de volontés extérieures. Sortir légalement et de façon ordonnée de l’UE et de l’euro grâce à l’art. 50 et promouvoir les accords internationaux dans et hors de l’Europe ne dépends que de la volonté du peuple français et des intérêts commerciaux que nous avons avec de nombreux pays dans le monde (Russie et Chine pour ne citer que les plus puissants).

                                      Même si ce que je vais dire là fait un peu populiste et caricatural, ce qui est juste c’est de défendre les intérêts du peuple français (au sens large), pas de donner de l’argent à la Roumanie pour qu’elle achète des F16 américains (demandez à la société Eurofighter ce qu’elle en pense de la collaboration européenne).

                                      PS : quand je parle d’intérêts avec la Chine, je ne parle pas de délocalisations bien sûr puisque l’un des intérêts de sortir de l’UE voulu par l’UPR est justement le rétablissement du contrôle de capitaux et de marchandises aux frontières...


                                    • logan 27 septembre 2011 19:06

                                      de quels risques vous parlez ?


                                    • ffi ffi 27 septembre 2011 21:38

                                      Les risques ? La continuation de la gabegie pendant de longues négociations ?

                                      Il faut au contraire faire simple et direct. Les génies de la complication sont des embrouilleurs.

                                      Art 50 -> bye bye UE. (1 jour)
                                      Loi 73-7 -> abrogation (1 jour)
                                      Rétablissement de la monnaie (2 semaine)
                                      Rétablissement des douanes (1 mois).
                                      et c’est parti...


                                    • logan 27 septembre 2011 22:19

                                      souffrances infligées par le libre échange et la guerre économique le temps que les autres peuples veuillent à nouveau s’allier avec nous alors qu’on aura détruit l’UE unilatéralement ==> combien d’années ?


                                    • ffi ffi 28 septembre 2011 11:50

                                      Mais le ver est dans le fruit : le libre-échange n’est-il pas dans l’UE, et n’est-ce pas l’UE qui négocie à l’OMC ?

                                      Sortir du libre-échange est simplissime : il suffit d’avoir des frontières avec droits de douanes.

                                      Si la France sort de l’UE, le libre-échange pourra cesser immédiatement.


                                    • paoum 27 septembre 2011 11:44

                                      comment d’un mot hors contexte, juger de la complexité d’une pensée politique ?

                                      c’est très sarkosyste de sauter sur un fait divers pour pondre des généralités !

                                      en quoi aubry n’a pas le droit de venir se faire conspuer à la fête de l’huma ?

                                      cet article simpliste et propangandaire ne vous grandit pas m.asselineau...j’ai pourtant dévoré vos conférences avec une délectation justifiée, mais vos attaques personnelles et partisanes sont très décevantes car elles sous-entendent que vous n’avez pas coupé les ponts idéologiques avec vos vieux démons comme charles pasqua ( grand républicain bananier devant l’éternel !)

                                      je pensait que vous étiez républicain, que vos pensées allaient au peuple qui souffre et que vous ne vous laissiez pas manipuler facilement...je constate qu’il n’en est rien et que vous participez allègrement à la désinformation concernant mélenchon en apportant des analyses tronquées uniquement sur de petites phrases qui vous arrangent et mettant soigneusement de côté ce qui ne vous arrange pas dans votre « démonstration »....c’est petit politiquement et intellectuellement pour quelqu’un qui se gargarise de « grandeur de la france » !

                                      vous n’aurez jamais le crédit politique qui vous manque en agissant ainsi, et c’est bien regrettable...

                                      une véritable analyse vous aurait grandi, ces petites haines vous font passer pour ce que j’espère que vous n’êtes pas.

                                      vous abaisserez-vous à venir répondre sur ce forum qui n’est pas censé être un cadre pour des tribunes politiques unilatérales mais un endroit de discussion, votre seigneurerie ?


                                      • François Asselineau 27 septembre 2011 16:34

                                        @Paoum
                                        Excusez-moi mais je ne comprends pas bien votre texte, ni surtout en quoi il répond au mien.

                                        1°) Vous posez la question : « en quoi aubry n’a pas le droit de venir se faire conspuer à la fête de l’huma ? » Où avez-vous lu que je lançais semblable affirmation ??

                                        2°) Vous me reprochez des « petites haines » ?

                                        Où les avez-vous vues ?
                                        Il n’y a nulle « haine » dans mon propos mais l’analyse du positionnement politique de M. Mélenchon et le rappel d’un certain nombre de ses déclarations, toutes plus explicites les unes que les autres et d’un intérêt politique décisif.

                                        Plutôt que de m’accabler de sarcasmes et d’injures ad hominem, votre texte aurait été plus convaincant si vous aviez repris mon argumentaire pour y répondre point par point, et aussi les citations très récentes de M. Mélenchon.

                                        3°) Si « haine » il y a, elle n’est pas de mon fait mais du vôtre puisque vous ressortez l’argument que j’ai travaillé, voici 10 ans, au Conseil Général des Hauts de Seine auprès de M. Pasqua.

                                        Ce simple fait vaut à vos yeux condamnation éternelle, quoi que j’aie pu faire il y a 10 ans, et quoi que j’aie pu faire depuis lors. Comme « raisonnement », c’est un peu court.

                                        Pour ceux que cela intéresse, je renvoie ici au texte que nous avons mis en ligne sur le site UPR et qui précise dans le menu détail quels ont été mes relations avec M. Pasqua :
                                        http://www.u-p-r.fr/vos-questions-nos-reponses/questions_diverses/quels-ont-ete-les-liens-de-m-asselineau-avec-m-pasqua

                                        Heureusement que je n’ai pas le même « raisonnement » haineux que vous. Car sinon, j’aurais pu dire bien des choses sur le passé de M. Mélenchon. Par exemple :

                                        • - qu’il a été membre de l’Organisation Communiste Internationale courant trotskyste d’obédience lambertiste - trotskysme dont il est un secrte de Polichinelle qu’il a toujours été vu avec bienveillance par les services d’influence américains.
                                        • - qu’il a été pendant de nombreuses années un très proche de François Mitterrand, lequel l’avait nommé premier secrétaire de la fédération PS de l’Essonne au congrès de Valence de 1981. A ce titre, il était un opposant farouche de la « deuxième gauche rocardienne » et du CERES de Jean-Pierre Chevènement.
                                        • Puisque vous me reprochez fielleusement d’avoir travaillé il y a 10 ans auprès de M. Pasqua au Conseil général des Hauts de Seine, je serais alors fondé à reprocher à M. Mélenchon d’avoir travaillé étroitement avec M. Mitterrand. Car au moment où M.  Pasqua faisait de la Résistance (à l’âge de 16 ans, ce que nul ne conteste), M. Mitterrand se faisait remettre, en 1943, la francisque n°2202 par le maréchal Pétain en prêtant obligatoirement le serment suivant : « Je fais don de ma personne au maréchal Pétain comme il a fait don de la sienne à la France. Je m’engage à servir ses disciplines et à rester fidèle à sa personne et à son oeuvre. » Cf. la photo sur : http://www.fil-info-france.com/actualites-monde/mitterrand-petain-photo.htm

                                          Je rappelle aussi que François Mitterrand a entretenu une amitié constante avec René Bousquet, et l’a protégé jusqu’au bout, même dans ses fonctions de président de la République. (cf. ici une photo de François Mitterrand déjeunant en famille avec René Bousquet dans les années 70 : http://mai68.org/spip/local/cache-vignettes/L367xH355/Mitterrand-Bousquet_repas-1205b.jpg)

                                        • Je rappelle que René Bousquet avait été nommé par Pierre Laval, en avril 1942, au poste de secrétaire général à la police avec délégation générale et permanente de signature du chef du gouvernement et que cette délégation lui donnait rang de ministre.Qu’il exerça à ce titre un rôle principal dans la collaboration policière de Vichy avec l’occupant allemand et qu’il organisa en particulier la rafle des Juifs de l’été 1942 (dite « rafle du Vel d’Hiv »). Qu’il mit en œuvre l’initiative avec Laval de faire rafler et déporter également les enfants et qu’il suggéra lui-même aux Allemands de déporter non seulement des Juifs étrangers de la « Zone occupée », mais encore de la « Zone libre ».Pour tous ces faits, René Bousquet fut inculpé de crime contre l’humanité en 1991.François Mitterrand, à l’époque à l’ Élysée, fit tout pour entraver la marche de la justice (jusqu’à l’assassinat de René Bousquet en 1993).

                                          Voilà de quel homme M. Mélenchon a été l’un des proches ! N’est-ce pas autrement plus compromettant que d’avoir été, comme je l’ai été, au cabinet du président du Conseil Général des Hauts-de-Seine ?

                                        • Or voilà : cette façon de « raisonner » est la vôtre mais n’est pas la mienne. Car, à la différence de vous, je ne suis justement pas « haineux ». Je considère qu’il y a un moment où s’arrête l’enquête légitime sur une personnalité et où commence le procès en sorcellerie, avec tous les sous-entendus, les amalgames et les raccourcis de raisonnement qui s’y rattachent dans le seul but de salir quelqu’un.

                                          De même qu’il serait controuvé et injuste de disqualifier M. Jospin, Mme Royal, M.  Strauss-Kahn ou M. Mélenchon au seul motif qu’ils furent les collaborateurs très proches d’un chef d’État ayant été pétainiste, ayant obtenu la francisque et usant de ses plus hautes fonctions pour protéger un homme inculpé de crimes contre l’humanité, de même il est controuvé et injuste de me reprocher d’avoir été l’un des subordonnés, pendant 2 ans et 9 mois, d’un homme auquel sont reprochés des griefs financiers pour des faits survenus de nombreuses années auparavant.

                                          À cette aune, du reste, il n’est sans doute pas un seul haut fonctionnaire ou responsable politique auquel, en fouillant un peu, on ne puisse chercher noise.

                                          À cette aune, également, il aurait aussi fallu disqualifier Charles de Gaulle lors de son Appel du 18 juin 1940. Car l’homme qui assura le début de carrière de De Gaulle fut Pétain lui-même.

                                          En 1925, Charles de Gaulle fut détaché à l’état-major du maréchal Pétain, vice-président du Conseil supérieur de la Guerre, dont il devint la « plume ». Et en 1927, c’est Pétain qui fit entrer de Gaulle à l’École de guerre, ce qui lui assura une promotion rapide.

                                          Les deux hommes restèrent d’ailleurs très liés et eurent une correspondance active jusque dans le milieu des années 30.

                                          Je vous le demande : le fait que le fondateur de la France Libre ait été l’un des proches collaborateurs du maréchal Pétain plusieurs années auparavant aurait-il été un motif légitime pour lui refuser son concours lorsqu’il lança son Appel du 18 juin 1940, puis pour lui refuser de mener auprès de lui le combat pour la libération de la France ?


                                        CONCLUSION

                                        En réalité, ce qui importe, c’est 2 éléments :

                                        a) - de se faire une opinion sur l’ensemble d’un parcours biographique SUR LE LONG TERME, sur les décisions prises, les déclarations prononcées, les actes réalisés, les faits avérés, les inflexions et les ruptures assumées.

                                        b)- d’écouter et de lire ce qu’un responsable politique dit, écrit et fait DE NOS JOURS.

                                        J’invite donc tous les lecteurs à se renseigner sur moi : je n’ai jamais prononcé un discours, répondu à une interview, écrit un document, que je ne puisse contresigner à tout moment et qui ne soit empreint du sens de l’État et des plus hautes valeurs républicaines.

                                        Je n’ai jamais fait l’objet de la moindre enquête judiciaire, ni à titre privé, ni à titre professionnel. Mon nom n’a jamais été simplement même évoqué dans des « affaires » d’une quelconque personnalité politique.

                                        J’affirme être droit et intègre et j’estime que mon déroulement de carrière en fournit la plus éclatante des démonstrations.

                                        Alors que mon parcours scolaire et universitaire, mon appartenance au corps de l’inspection générale des finances, et ma fréquentation des allées du pouvoir m’auraient aisément permis d’obtenir un poste de ministre ou de directeur général d’une grande banque, avec les honneurs, le prestige et les rémunérations qui s’y attachent, j’ai préféré sacrifier ce type de carrière pour défendre ce en quoi je crois et pour convier tous mes concitoyens à se mobiliser PROVISOIREMENT pour sauver la France. Il n’y a là nul calcul et nulle rouerie de ma part mais simplement la réaction de refus de quelqu’un qui a vu de près l’état de la scène politique française et qui a décidé de se battre pour arrêter l’effondrement de son pays.

                                        Certains peuvent bien sûr me reprocher de m’être rapproché de M. Pasqua lorsque celui-ci a créé le RPF en 1999.

                                        Mais si je l’ai fait, c’est parce que, voici 12 ans, j’ai sincèrement cru que le but de ce parti politique était de libérer la France de la construction européenne. Et si je me suis séparé définitivement de M. Pasqua voici bientôt 8 ans, c’est parce que j’ai constaté que ce n’était pas le cas.

                                        On peut me reprocher peut-être de la naïveté à cette occasion. Mais que celui qui n’a jamais placé ses espoirs à tort dans un parti politique vienne donc me jeter la première pierre !

                                        François Asselineau


                                      • paoum 27 septembre 2011 11:51

                                        « auprès de Gérard Longuet, ministre de l’Industrie et du Commerce extérieur »

                                        hi !hi !

                                        rien que ça, ça calme !

                                        mélenchon a, au moins eu le courage de quitter une vie de notable cumulard, à l’abri du risque au ps !
                                        en terme de compromission, je constate qu’il n’y a pas photo entre lui et asselineau.

                                        il ne suffit pas de faire de belles conférences, il faut aussi agir et mettre les mains dans le cambouis, comme il est facile de critiquer ceux qui tentent de faire bouger les choses et de se contenter de parler !


                                        • paoum 27 septembre 2011 12:16

                                          longuet :

                                          "Il est mis en examen en 1995 dans l’enquête sur le financement occulte du Parti républicain[7]. Il bénéficie d’un non-lieu le 8 mars 2010 en partie grâce à la loi d’amnistie de 1990 sur les financements politiques, certains faits reprochés représentants un financement illégal de parti politique mais la loi d’amnistie ne permettant des poursuites que pour des faits d’enrichissement personnel."

                                          de beaux amis qu’on entend jamais m.asselineau critiquer...et il y en a d’autres, des repris de justice, des grands démocrates dont les activités sulfureuses sont honorées du silence de m.asselineau.

                                          à quand une diatribe ?


                                        • Lucho 27 septembre 2011 12:42

                                          A la base, Asselineau est un très haut fonctionnaire, pas un politique. Contrairement à Mélenchon dont le parcours est constellé de casseroles.


                                        • paoum 27 septembre 2011 14:33

                                          et alors ?
                                          les hauts fonctionnaires sont-ils exempts de morale ?
                                          n’ont-il pas obligation de dénoncer les magouilles faites sur le dos du peuple lorsqu’ils en ont connaissance ?
                                          argument vide de sens...

                                          par ailleurs, quelles sont les casseroles de mélenchon ?
                                          simple curiosité...


                                        • François Asselineau 27 septembre 2011 16:42

                                          Je viens de vous répondre.

                                          Votre procédé, qui consiste à me reprocher les agissements d’autres personnes, est indigne. C’est le procédé typique de l’amalgame, qui est exactement celui utilisé par tous les fascistes.

                                          Comme j’ai eu l’occasion de vous y répondre déjà, si vous croyez juste de m’attaquer parce que j’ai travaillé en tant que FONCTIONNAIRE auprès de tel ou tel ministre ayant eu des démêlés avec la justice sur des sujets n’ayant aucun rapport avec moi, alors il va falloir que vous attaquiez M. Mélenchon pour avoir été l’un des très proches collaborateurs POLITIQUES de François Mitterrand.

                                          M. Mélenchon a été l’un des plus fidèles lieutenant de Mitterrand, ancien pétainiste, attributaire de la francisque n°2202 après avoir prêté serment au Maréchal Pétain, et qui usa de ses fonctions de chef de l’Etat pour entraver la justice et protéger son ami René Bousquet, ancien secrétaire général de la Police de Vichy, responsable de la Rafle du Vel d’Hiv et poursuivi pour crimes contre l’humanité.

                                          Excusez du peu !

                                          Voilà dans quel caniveau nous entraînent vos amalgames.

                                          François Asselineau


                                        • Filipe Silva Filipe Silva 27 septembre 2011 16:59

                                          @Paoum ,Excusez-moi, mais je crois que vous vous méprenez, Asselineau n’as pas qualifié le FG d’être idéologiquement comme le FN, mais comportementalement seulement, ce qui est très différent.
                                          il n’y a donc pas d’attaque haineuse, mais un simple constat.
                                          Et ce constat est que tous les partis y compris le FG, sont purement et simplement Fédéralistes, et c’est ce que dénonce, Asselineau & l’UPR

                                          Cordialement 
                                          Filipe


                                        • paoum 10 octobre 2011 20:27

                                          si j’ai bien compris m.asselineau, il compare le passé de m.mitterand ( lorsque mélenchon était dans ses couches-culottes) que tout le monde connaît, pour infantiliser mon point de vue qui n’est pas tout-à-fait celui qu’il se plaît à voir...

                                          d’avoir été, en tant que fonctionnaire, collaborateur de ministres qui ont commis des « entorses » ( pour rester vague) durant leur mandat, donc durant la collaboration de m` ;asselineau à leurs ministères...ma question était de savoir ( sans faire aucun amalgame, si vous lisez bien...) si, en tant que haut fonctionnaire, qui jouit de la confiance du peuple souverain( de la mienne également ! et si !), il n’a été ,ni de près, ni de loin au courant d’agissements délictueux ou contre les principes républicains, au moment même ou ils étaient commis ?

                                          si non, les lui avait-on cachés ? les aurait-il dénoncés avec la même force qu’il utilise aujourd’hui pour dénoncer une phrase hors-contexte de m.mélenchon ?

                                          si le sens de mes mots a pu vous échapper, c’est sûrement un manque de clarté de ma part dont je vous prie de bien vouloir m’excuser, mais les choses s’étant éclaircies avec ce post, je ne vois pas ce que mon postulat a de fasciste... smiley


                                        • wesson wesson 27 septembre 2011 11:58

                                          Bonjour l’auteur,
                                          dès lors que, lorsque on se pique de commenter l’actualité politique, on en est à relever les mouvements d’humeur de ses compétiteurs (quels qu’ils soient, car cela s’applique aussi au « casse toi pauvre con »), alors on s’est mis au niveau du non débat, insignifiant.

                                          Si vous dites que Mélenchon est une analogie du FN, pourquoi pas, mais il faut le prouver, argumenter. Mais si pour votre démonstration vous n’avez que cette saute d’humeur, désolé de vous dire que vous êtes un peu léger.

                                          Avant son élection, sarkozy parlait de certains opposant en des termes choisis : « Celui ci, si il fait ça il recevra une balle dans la tête », « Celui là, vu son embonpoint, il ne sera pas difficile à tirer ». Ces si belles phrases n’ont hélas pas trouvé un très grand écho dans la presse, pas plus que vous n’ayez à ma connaissance pris votre plus belle plume pour les dénoncer. Par contre, il existe bien un « contrat » médiatique sur Mélenchon (et quelques autres comme par exemple ségolène Royal), qui fait que le moindre mot déplacé, la moindre phrase mal construite se retrouvera étalé sur tous les journaux, et tous les commentateurs à hurler soit Ad Hitleram, soit à l’imbécile.

                                          Bref, cet article ne vous grandit pas.


                                          • paoum 27 septembre 2011 12:21

                                            +1 wesson !

                                            ça reste dans le négatif smiley, c’est malheureux tout de même...

                                            asselineau m’a déçu, déçu... smiley


                                          • François Asselineau François Asselineau 27 septembre 2011 18:18

                                            @ M.Wesson
                                            Plutôt que de me reprocher mes « sautes d’humeur », vous seriez plus convaincant si vous répondiez à mon analyse point par point.

                                            Je les reprends :

                                            -------------------------

                                            1°) J’ai écrit que « Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour conforter l’idée que le clivage essentiel de la politique française serait encore le clivage droite-gauche et non pas le clivage Européisme / Souveraineté nationale ».

                                            • En quoi cette analyse est-elle une « saute d’humeur » ??
                                            • En quoi est-elle fausse ?
                                            • M. Mélenchon et le Front de Gauche n’ont de cesse que d’avoir le mot « gauche » à la bouche, comme si les Français n’avaient pas compris que droite et gauche sont désormais équivalents, depuis que tous les vrais pouvoirs ont été cédés à Washington, Bruxelles et Francfort.

                                            M. Mélenchon tient donc un discours qui est délibérément déconnecté de ce que ressentent les Français. La preuve que les Français ne sont pas dupes, c’est que l’abstention atteint désormais 60% et que c’est dans l’indifférence la plus complète que nos concitoyens ont appris que « le sénat a basculé à gauche ».

                                            -------------------------

                                            2°) J’ai écrit que, « Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour conduire 10 à 15% des électeurs dans une impasse, mais à gauche ».

                                            • En quoi cette analyse est-elle une « saute d’humeur » ??
                                            • En quoi est-elle fausse ? Tout le monde sait pertinemment que le Front de Gauche fera ce score au grand maximum, comme l’ont confirmé les dernières élections régionales par exemple où le FG a recueilli 5,84% des voix au premier tour (soit 2,8% des inscrits.... compte tenu de l’énormité de l’abstention) [source : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_r%C3%A9gionales_fran%C3%A7aises_de_2010]
                                            • Pourquoi ai-je raison d’affirmer que c’est une impasse ? Parce que, pour changer la situation de la France, il faudrait rassembler au moins 51% des suffrages sur un nouveau clivage qui n’est pas celui droite/gauche mais celui Européisme/ Souveraineté nationale

                                              Or M. Mélenchon et le Front de Gauche se désisteront nécessairement au 2ème tour de la présidentielle pour le candidat de gauche le mieux placé, puisqu’ils n’ont de cesse que d’avoir le mot « gauche » à la bouche et qu’ils refusent de tendre la main aux 25 % d’électeurs de droite qui ont voté Non en 2005.

                                              Donc c’est bien une impasse dans laquelle M. Mélenchon et le Front de Gauche conduisent 10% des électeurs. Tout comme c’est une impasse dans laquelle le FN conduit 15%.

                                            -------------------------

                                            3°) J’ai écrit que « Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour critiquer sans arrêt la construction européenne, mais à gauche. »

                                            • En quoi cette analyse est-elle une « saute d’humeur » ??
                                            • En qui est-elle fausse ? De fait, le FG est extrêmement critique contre la construction européenne, et formule des critiques de gauche en fustigeant « l’Europe libérale », tout comme le FN fustige « l’Europe passoire de Schengen » etc.

                                            -------------------------

                                            4°) J’ai écrit que « Comme le FN à droite, le Front de Gauche ne fait que critiquer les conséquences de la construction européenne, sans jamais expliquer aux Français les causes et les origines.. »

                                            • En quoi cette analyse est-elle une « saute d’humeur » ??
                                            • En quoi est-elle fausse ? De fait, je n’ai jamais entendu ni lu le FG expliquer que ce sont les États-Unis d’Amérique qui ont créé la construction européenne dès l’après seconde guerre mondiale (pas plus que le FN ne l’explique d’ailleurs).
                                              C’est d’autant plus surprenant que le Parti Communiste Français était, dans les années 50, l’un des plus lucides critiques de la construction européenne - avec Charles de Gaulle - car les communistes de l’époque dénonçaient « l’Europe américaine » et « l’Europe vaticane ».
                                              Suivant fidèlement les directives de Moscou, le PCF était d’ailleurs résolument hostile à la construction européenne et cela jusque dans les années 1980. Pourquoi ne fait-il plus les mêmes analyses désormais, alors que la déclassification des documents Confidentiel Défense du Département d’État américain a apporté la preuve de la main de la CIA dans tout le processus  ?
                                              Je signale au passage que ceux qui croient encore au conte de fées de Robert Schuman ayant soudain « l’inspiration de la déclaration du 9 mai 1950 » gagneraient à lire mon dossier en ligne sur notre site : De Pétain à la CIA, la face cachée de Robert Schuman http://www.u-p-r.fr/dossiers-de-fond/robert-schuman/la-face-cachee-de-robert-schuman

                                            -------------------------

                                            5°) J’ai écrit « Comme le FN, le Front de Gauche ne parle ainsi jamais :- ni du rôle des USA dans la construction européenne depuis les origines,- ni de l’irréductible divergence des 27 intérêts nationaux,- ni du »stratagème des chaînes« mis en œuvre par Washington
                                            (je renvoie ici à mes conférences),- ni de la superposition des périmètres UE/OTAN,- ni du fait que la construction européenne est une conception racialiste du monde et qu’elle nous conduit tout droit au »Choc des Civilisations".

                                            • En quoi cette analyse est-elle une « saute d’humeur » ??
                                            • En quoi est-elle fausse ??
                                              Je viens de parler du rôle des États-Unis, je n’y reviens pas.

                                              - S’agissant de l’irréductible divergence des 27 intérêts nationaux à l’intérieur de l’UE, il est un fait que c’est à la fois le constat qui crève les yeux de tous les observateurs de bonne fois et que c’est un constat que se refuse à tirer le Front de Gauche.
                                              Le FG entretient le rêve traditionnel qui voudrait que les peuples aient tous les mêmes intérêts et que ce soient uniquement le capitalisme qui soit la cause de la mésentente entre les États. C’est une vision aimable mais entièrement fausse de la réalité et ceux qui la prouvent encore n’ont semble-t-il rien appris de l’histoire des pays communistes au XXe siècle, où les intérêts nationaux existaient tout autant après qu’avant la prise de pouvoir par les communistes.

                                              - S’agissant du « stratagème des chaînes », je renvoie à mes conférences en ligne sur notre site : c’est le stratagème de la Tour de Babel ingérable que Washington a mis en oeuvre sur le continent européen par application de ce 35ème des 36 stratagèmes classiques de la stratégie chinoise étudiée dans toutes les écoles de guerre de la planète.
                                              En d’autres termes, les États-Unis n’ont pas cessé de pousser à la construction européenne parce qu’ils ont compris que cela conduirait les États d’Europe dans un système absurde et autobloquant dont ils pourraient tirer les ficelles en tant que seule superpuissance.
                                              Ni le FN ni le FG ne développent cette analyse, ils entretiennent au contraire l’un et l’autre l’idée que « l’Europe pourrait marcher si. »..

                                              - S’agissant du périmètre UE/OTAN, l’UPR est le seul mouvement politique à expliquer aux Français que l’OTAN et l’UE sont la même et seule médaille : l’UE est l’avers politique dont l’OTAN est le revers militaire. C’est cela qui explique la volonté états-unienne de faire adhérer la Turquie à l’UE, pour que les deux périmètres UE/OTAN soient le plus proche possible l’un de l’autre.
                                              Le FG entretient quant à lui le mythe que l’on pourrait être contre l’OTAN et dans une Europe fédérale ! Qu’il aille donc en parler à Bruxelles, Berlin, Londres, La Haye, Lisbonne, Rome Madrid, Varsovie, Tallinn, Vilnius, Riga, etc., etc. !

                                              - S’agissant de l’aspect racialiste de la construction européenne, l’UPR est également le seul mouvement politique à l’expliquer aux Français. Pourquoi la France devrait-elle fusionner avec le Lettonie plutôt qu’avec la Tunisie ? Avec la Slovaquie plutôt qu’avec le Maroc ? Avec Chypre et Malte plutôt qu’avec le Sénégal et Haïti ?
                                              La construction européenne postule que nous avons des intérêts avec la première série de pays que nous n’aurions pas avec la seconde série. Or ceci est CONTRAIRE AUX FAITS.
                                              Que dit le FG de cette vision racialiste du monde ? Il se tait tandis que le FN l’approuve.

                                              Pire encore, le FG approuve cette vision racialiste inhérente à la construction européenne qui nous conduit au Choc des Civilisations puisque l’on a vu M. Mélenchon approuver l’intervention militaire de l’OTAN en Libye !

                                            -------------------------

                                            6°) J’ai écrit que, « Comme pour le FN, les médias accréditent l’idée que le Front de Gauche serait pour une rupture radicale avec l’UE et l’euro alors que, comme pour le FN, il n’en est rien. »

                                            • En quoi cette analyse est-elle une « saute d’humeur » ??
                                            • En quoi est-elle fausse ?
                                              De fait, il existe un gouffre entre l’image que les électeurs ont du FN et du FG sur l’Europe et la réalité de leurs engagements concrets.
                                              Bien des gens pensent par exemple que M. Mélenchon veut sortir la France de l’UE ou de l’euro alors qu’il veut tout le contraire ! Idem pour le FN, il suffit de parcourir son site Internet.

                                            -------------------------

                                            7°) J’ai écrit que, « comme le FN, le Front de Gauche admet le bien-fondé de »la belle idée européenne« et se déclare pour une »Autre Europe".

                                            • En quoi cette analyse est-elle une « saute d’humeur » ??
                                            • En quoi est-elle fausse ??
                                              C’est au contraire le sens des déclarations récentes et nombreuses de M. Mélenchon que j’ai citées dans la suite de l’article.
                                              Il en est de même du FN, Mme Le Pen ne cessant d’affirmer qu’elle veut, elle aussi, « une Autre Europe ».

                                            -------------------------

                                            8°) J’ai écrit que, « comme le FN, le Front de Gauche ne propose jamais aux Français de sortir unilatéralement de l’UE, et fait l’omerta sur l’article 50. »

                                            • En quoi cette analyse est-elle une « saute d’humeur » ??
                                            • En quoi est-elle fausse ?
                                              Trouvez-moi UNE SEULE déclaration ou UN SEUL écrit, dans lequel M. Mélenchon et le FG proposeraient aux Français de sortir juridiquement et unilatéralement de l’UE et exposerait aux Français qu’il existe pour cela un artilce, l’artilce 50 du Traité sur l’Union européenne (TUE).

                                            --------------

                                            CONCLUSION

                                            L’UPR est, et reste, LE SEUL mouvement politique français à proposer à nos concitoyens de se rassembler provisoirement, en mettant de côté leurs oppositions politiques, pour faire sortir la France de l’UE en application de cet article 50.

                                            Tous les autres mouvements politiques s’y refusent.
                                            Tous les autres partis politiques, FN et FG en tête, permettent ainsi au système d’asservissement de notre pays de se maintenir, alors même qu’ils font mine de le combattre.

                                            Non, M. Wesson, cette analyse n’est pas une « saute d’humeur ».
                                            Elle est bien au contraire l’analyse la plus capitale pour comprendre toute la politique française contemporaine et toute l’impasse dans laquelle sont plongés la France et les Français .


                                            François Asselineau


                                          • logan 27 septembre 2011 20:10

                                            il y a deux élections majeures qui permettent de changer les choses

                                            il y a l’élection présidentielle qui influence fortement la deuxième, c’est à dire l’élection légistive, et ce depuis qu’elles se succèdent dans le calendrier

                                            l’élection présidentielle comporte deux tours
                                            y a t il besoin de rassembler 51% des français comme le prétend Asselineau ? Ce que n’arrive à faire aucun parti politique, ce qui prouve déjà en soit l’absurdité de ses propos ...
                                            Non il y a seulement besoin de rassembler une majorité relative au 1er tour. Et les précédentes élections présidentielles prouvent qu’un score de 20% généralement suffit pour se qualifier.

                                            Ensuite vient le deuxième tour où les français sont obligés de choisir entre les deux candidats qui se sont qualifiés, ce n’est donc plus un plébiscite ou un soutien, c’est un choix dilemme pour tous ceux et celles qui ont vu leur vrai choix être éliminé au premier tour.
                                            La personne élue généralement ne les représentera pas, mais pourtant ils préfèrent voter pour l’un plutôt que pour l’autre, bref pour le moins pire à leur yeux des deux. Et il faut être omniscient pour connaître les raisonnements de chaque français face à ce dilemme et qui les pousseront choisir plutôt l’un que l’autre.

                                            Si on prend le cas de Lepen face à Chirac en 2002, il est évident que c’est le grand rejet de Lepen dans la population qui a surtout influé sur le résultat final, largement en faveur de chirac.
                                            Ce n’est pas parce que plein de personnes adhéraient aux idées ou au projet de Chirac ...

                                            Asselineau raconte donc vraiment n’importe quoi. Pour l’élection présidentielle, il n’y a pas besoin de faire adhérer 51% des français à son projet, seulement 20 % semble suffir, ce qui est largement à la portée du front de gauche si l’on en juge le nombre de français qui votent pour la gauche en général ( 45 à 53% ) et pour la gauche radicale en particulier ( 10 à 15% )
                                            Il faut que non seulement Mélenchon rassemble toute la gauche radicale, et aussi qu’il rassemble au delà auprès de l’électorat socialiste et de l’électorat écologiste.
                                            Ce n’est pas gagné mais c’est possible.

                                            Asselineau prend les résultats de l’élection régionale sans prendre en compe que le front de gauche n’a pas présenté des candidats dans toutes les régions, les communistes ayant refusé le front de gauche dans certaines d’entre elles.
                                            Ainsi si on réduit les résultats du front de gauche au nombre de régions où ils se sont présentés réellement, ils ont fait non pas 5 mais 9 à 12% en moyenne ... Le limousin a même vu le candidat du front de gauche atteindre 19% je crois ...

                                            Enfin le plus absurde de tout dans son raisonnement, c’est qu’il semble avoir oublié que le poids de l’UPR ne dépasse même pas les 1% dans le paysage politique. Alors s’il croit pouvoir changer cette situation et faire en sorte d’obtenir 51% des voix dans les mois qui viennent, pourquoi Mélenchon lui ne pourrait pas progresser ??? quelle loi mystique l’interdit ?


                                          • logan 27 septembre 2011 21:28

                                            pour ce qui est des médias, mélenchon a montré la voie, si Asselineau voulait bien insulter un jeune journaliste au détour d’une manif peut être serait-il invité sur tous les plateaux de télévision, toutes les radios, pour y être prié de s’excuser


                                          • wesson wesson 28 septembre 2011 00:31

                                            Monsieur Asselineau, merci pour votre réponse circonstanciée.

                                            1 -
                                            "M. Mélenchon tient donc un discours qui est délibérément déconnecté de ce que ressentent les Français. La preuve que les Français ne sont pas dupes, c’est que l’abstention atteint désormais 60% « 
                                            Ridicule : Si vous souhaitez expliquer l’abstention à une élection, veillez au moins à choisir un candidat qui a eu l’occasion de gouverner, et de décevoir ! Concernant M. Mélenchon, Il n’est médiatiquement connu en gros que depuis 2009, ce qui fait qu’il est un petit peu jeune en politique pour avoir tout seul avec ses petites mains causé 60% d’abstention - au fait à quelle élection ? Prenez-en au moins une ou il s’est présenté !

                                            2 - » Front de Gauche est là pour conduire 10 à 15% des électeurs dans une impasse, mais à gauche« 
                                            oui, effectivement c’est un splendide argument : il ne faut pas parler de ses idées pour ne pas faire gagner celles du camp adverse...

                                            3 - »Comme le FN à droite, le Front de Gauche est là pour critiquer sans arrêt la construction européenne, mais à gauche.« 
                                            Et alors ? D’une part, ce n’est pas parce que le FN dit que le ciel est bleu qu’il faut dire que non, il est rouge. Et d’autre part, ça vous plait l’Europe telle qu’elle est vous ? Au front de gauche ça leur plait pas, et ils le disent. Ou est le problème ?

                                            4 - »le Front de Gauche ne fait que critiquer les conséquences de la construction européenne, sans jamais expliquer aux Français les causes et les origines« 
                                            Je ne voit pas en quoi cela peut faire avancer le débat de savoir que De Gaulle ou les Communistes à l’époque de Staline étaient contre l’Europe, ou si la CIA était mouillée comme dans à peu près tout depuis sa création. L’Europe telle qu’elle est s’est faite malgré tout, et sous la forme actuelle. Ce qui m’intéresse c’est comment la changer pour la rendre acceptable, quand aux cours d’histoire pour savoir qui a cassé le vase de soisson ou qui a assassiné l’archiduc d’Autriche, c’est passionnant mais ça ne démontre strictement rien par rapport au front de gauche. Si c’est ça votre truc recyclez vous en prof d’histoire vous aurez plus de succès.

                                            5 »le Front de Gauche ne parle ainsi jamais :[blablabla ...] Choc des Civilisations« 
                                            whaouu, le front de gauche n’a pas dit ce que vous avez dit, n’a pas fait les conférences que vous avez faites, n’a pas expliqué l’histoire Européenne comme vous l’avez expliqué .... et c’est donc la preuve qu’ils se trompent, whééééé ! .... comment dire, c’est - passionnant -.

                                            6 - »Comme pour le FN, les médias accréditent l’idée que le Front de Gauche serait pour une rupture radicale avec l’UE et l’euro alors que, comme pour le FN, il n’en est rien.« 
                                            procès d’intention et simplification grossière : Une rupture radicale ne passe pas obligatoirement par une sortie de l’Euro, et entre parenthèses c’est un avis que vous trouverez chez bon nombre d’économistes hétérodoxe. L’Euro est, et ne reste qu’un outil, l’important c’est la ou les mains qui le manipulent.

                                            7 - »le Front de Gauche admet le bien-fondé de « la belle idée européenne » et se déclare pour une « Autre Europe »« 
                                            Et alors, c’est pas bien ?

                                            8 - »comme le FN, le Front de Gauche ne propose jamais aux Français de sortir unilatéralement de l’UE, et fait l’omerta sur l’article 50.« 
                                            bé, si ils proposent pas de sortir de l’Europe, pourquoi ils parleraient de l’article qui permet de le faire ?

                                             »L’UPR est, et reste, LE SEUL mouvement politique français à proposer à nos concitoyens de se rassembler provisoirement, en mettant de côté leurs oppositions politiques, pour faire sortir la France de l’UE en application de cet article 50. « 

                                            Ok, vous voulez ça et le FG ne le veut pas. C’est pourquoi il était logique de titrer
                                             »
                                            Après le « Casse-toi pauvre con ! » de M. Sarkozy, voici le « dégage ! » de M. Mélenchon"

                                            Et la quasi totalité de votre raisonnement consiste à dire que le FG comme le FN n’ont pas dit et écrit ce que vous avez dit et écrit, donc ils seraient équivalent, la preuve, Mélenchon est un malpoli !

                                            Si vous souhaitez convaincre quelqu’un avec ça, c’est très bien pour vous, pour ma part, il m’en faudra un peu plus qu’un article putassier au titre racoleur et avec un argumentation en creux. Mais c’est surement parce que moi aussi je suis un malpoli !


                                          • Jude 27 septembre 2011 11:59

                                            Bah, il se prépare sa place dans le futur gouvernement si le candidat PS est élu... Manœuvre classique politicienne.


                                            • pens4sy pensesy 27 septembre 2011 12:06

                                              C’est la prose d’un politicard jaloux cet article. Très décevant de votre part Monsieur Asselineau.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès