• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Après les élections européennes, partie 1 : les colosses au pied (...)

Après les élections européennes, partie 1 : les colosses au pied d’argile

Macron a réussi une chose : focaliser les élections européennes sur le duel RN / LREM. Dans la dernière ligne droite, la question de celui qui arriverait en tête a saturé le débat, au point de pousser une partie de l’électorat à adopter un vote dit utile, pour ces deux listes. Mais du coup, dans un tel contexte, les résultats du RN et de LREM sont-ils véritablement si bons que cela ?

 

Le vote par défaut pour les deux premiers
 
La manœuvre électoraliste du président est choquante à bien des titres. D’abord, s’engager autant dans une élection sans en tirer la moindre conséquence est totalement contraire à l’esprit des institutions voulues par le Général de Gaulle. Sans forcément demander la démission du président, que son engagement pourrait justifier pour certains, a minima, un gros remaniement ou un changement de premier ministre devraient être à l’ordre du jour. Mais là, malgré l’objectif affiché de devancer le RN, l’échec ne se traduira par aucun changement, démonstration flagrante de l’irresponsabilité de ceux qui nous dirigent. En outre, l’analyse des résultats n’est pas très positive pour la majorité en place.
 
Déjà, les 22,4% et les 5,07 millions de voix de la liste LREM sont en dessous des 24% et 8,65 millions de voix obtenus par Macron au premier tour en 2017. Finalement, il n’obtient les voix que de 11% des inscrits. Ce léger recul en pourcentage est d’autant moins satisfaisant que cela a été obtenu dans le cadre d’une campagne très polarisée, où il y a eu beaucoup de vote « utile », en faveur de LREM. Sans cela, le cap des 20% n’aurait potentiellement pas été atteint. En outre, il ne faut pas oublier que LR est passé de 20 à 8,5% et comme une part non négligeable est partie vers LREM, cela peut camoufler un affaiblissement qui va au-delà de la perte de près de 3,6 millions de voix en cinq ans…
 
Pour le RN, tous les compteurs pourraient sembler au vert a priori : une première place, le gain de six cent mille voix par rapport à 2014, et l’effondrement de tous les autres concurrents potentiels pour atteindre le second tour en 2022, mettant la PME politique Le Pen en position de premier opposant à Macron. En effet, la première année du mandat Macron avait été difficile, après le débat du second tour, et l’établissement de Mélenchon et LFI comme premiers opposants. Mais il faut noter que le RN recule de 1,5 points par rapport à 2014 et que nous restons loin des 7,7 millions de voix du premier tour. L’effondrement de LR et le recul de DLF auraient du propulser le RN bien plus haut que cela.
 
En somme, si la course à la première place leur a probablement fait gagner des centaines de milliers de voix, cela signifie aussi que la pente naturelle des deux premières listes du scrutin était sensiblement plus basse que les scores finalement réalisés, probablement plus proche des 20%. L’artifice grossier de cette course a indubitablement fonctionné, comme le montre l’effondrement des Républicains. Mais ce dopant est artificiel et ne peut marcher à plein que pour cette élection. Dans d’autres contextes, il jouera moins, ce qui pourrait révéler que les deux premiers mouvements politiques de France ne sont pas si forts que cela. En somme, ne sont-ils pas là où ils sont en partie par défaut ?
 
 
Si la manœuvre politicienne tout mitterrandienne de Macron peut sembler gagnante à certains, je crois qu’ils négligent un peu trop la force réelle du RN et de LREM, dopés au « vote utile ». Pas sûr que les Français soient toujours réceptifs à ce duel qui ressemble un peu trop à un duo. Je crois que les résultats montrent surtout une insatisfaction politique forte, dont ils pourraient aussi être un jour les victimes.

Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 juin 09:10

    « Pas sûr que les Français soient toujours réceptifs à ce duel qui ressemble un peu trop à un duo.  »

    Je crains que si, hélas : la recette marche bien aux Etats-Unis depuis des décennies et, comme nous ne sommes que des oies gavées de mœurs hollywoodiennes, notre américanisation culturelle approche des 100% et le paysage politique français n’a plus à rien à voir avec celui des années 80, période à laquelle l’imprégnation n’était encore qu’en phase d’incubation.


    • Fergus Fergus 7 juin 09:45

      Bonjour, Séraphin Lampion

      Je partage votre avis. Je crains que cette bipolarisation ne soit durablement installée. Elle est d’ailleurs très largement facilitée par la perte progressive de sens de l’opposition gauche-droite, et par la cristallisation en cours de l’opposition entre les nationalistes et les européens.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 juin 10:08

      @Séraphin Lampion

      Salut Raymond,
      vous dites que les années 80 c’était super ?

      Mais c’était l’incubateur des années 2000. Je vois pas en quoi c’était donc super. smiley


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 juin 10:19

      @Olivier Perriet

      Où avez-vous lu dans mon commentaire que les années 80 étaient « super » ?
      Je faisais simplement remarquer à l’auteur que l’analyse sur le « vote utile » inauguré par Mitterrand dans les années 80 n’était plus pertinente 34 ans après, le paysage ayant changé.
      Comme les tactiques militaires, les tactiques électorales peuvent se ressembler, cela ne signifie pas que les belligérants et rapports de forces sont les mêmes. Ce qui compte, c’est la stratégie, la tactique n’est qu’une technique de terrain aussi « neutre » que le matériel.


    • Coriosolite 7 juin 21:23

      @Fergus
      Bonsoir,
      La bipolarisation est le fondement de la Constitution de 58 tout comme le fait majoritaire (Président et 1er ministre de la même tendance).
      Le 1er fondement garantit la stabilité politique, le second garantit la stabilité gouvernementale et un pouvoir fort.
      La présidentielle de 2017 aura été un moment atypique de la 5ème république en mettant presque au même niveau 4 forces politiques.
      Nous revenons avec les européennes à un spectre politique classique : 2 forces dominantes.
      La recomposition encore en cours a changé le clivage entre ces 2 forces. 
      Du clivage traditionnel gauche/droite nous sommes passés au clivage libéraux globalistes/ souverainistes identitaires.


    • Le421 Le421 8 juin 08:36

      @Fergus

      largement facilitée par la perte progressive de sens de l’opposition gauche-droite,

      Cette perte de sens va de paire avec la « smartphonisation » des esprits.
      Saint Xavier (Niel) priez pour nous !!
      Pourtant, savoir si on est de droite ou de gauche est élémentaire et facile.
      Dire que certains pensent être à gauche en votant EELV avec un Jadot chouchou du Medef...
      Tout est truqué dans ce bas monde, de la politique au steack haché pour les misérables.
      Soleil Vert et 1984 réunis !!


    • Fergus Fergus 7 juin 09:40

      Bonjour, Laurent

      « ce dopant est artificiel et ne peut marcher à plein que pour cette élection »


      Je crois que vous commettez une énorme erreur d’appréciation. Le résultat de ces Européennes  qui ont consacré la bipolarisation LREM-RN et laminé les partis d’opposition  est du pain béni pour les macronistes qui ne devraient pas manquer d’en tirer un gros bénéfice lors des Municipales de l’année prochaine.


      Et cela grâce à l’implosion de LR qui va conduire  le mouvement est d’ailleurs d’ores et déjà engagé  nombre de maires républicains ou alliés, soit à se rallier à l’étiquette LREM, soit à faire allégeance à ce parti pour éviter une candidature macroniste potentiellement dévastatrice pour eux.


      N’oubliez pas à cet égard que le résultat des Municipales de 2014 avait été marqué par une très forte progression de l’UMP. Or, les résultats très médiocres enregistrés le 26 mai préfigurent une possible, sinon probable, déroute. D’où la ralliement prévisible de nombreux maires LR ou Divers droite de villes de plus de 20 000 habitants* sinon à LREM, du moins à Agir ou formation équivalente macron-compatible.


      * A noter, et c’est important, que c’est dans les villes moyennes et grandes qu’ont été enregistrés en mai les plus gros scores LREM et EELV tandis que LR s’y effondrait !




      • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 juin 10:06

        @Fergus

        Mais je comprends pas très bien de quel côté du manche vous êtes mon cher.

        Vous vous dites France insoumise, mais on dirait que non.
        y’aurait-il une erreur d’emballage ? smiley


      • Fergus Fergus 7 juin 11:25

        Bonjour, Olivier Perriet

        J’ai toujours écrit que je n’étais militant d’aucun parti, mais avant tout observateur de la vie politique. Et c’est à ce titre que je me suis exprimé ci-dessus. Quel rapport entre La France Insoumise et le bénéfice  ou pas  que LREM peut tirer du scrutin des Européennes ?

        Ce n’est pas parce que je pense que LREM peut bénéficier de l’actuelle situation politique en 2020 que je m’en réjouis. Tout au contraire, j’aimerais que les amis de Macron se plantent. Mais ce n’est pas ce qui se profile tant ils sont les mieux placés pour faire main basse sur nombre de villes au détriment de LR. 


      • Yanleroc Yanleroc 7 juin 11:32

        @Fergus si vous voulez que les amis de macron se plantent, n’ attaquez pas ses ennemis !!
        C’ est-y pas clair vains dieux ??


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 juin 11:44

        @Yanleroc

        Non, c’est pas clair. C’est ce qu’on appelle un paradoxe.

        Les amis de mes amis ne sont pas forcément mes amis, mais les ennemis de mes ennemis sont encore moins forcément mes amis,

        Le syllogisme du fromage à trous (plus connu comme « paradoxe du gruyère » bien que ce dernier ne contienne pas de trous) est un des plus célèbres paradoxes construits selon un syllogisme en A-A-A. Celui-ci met en évidence que l’application sans discernement du syllogisme est source d’aberrations (autrement dit, un sophisme).

        Énoncé :

        Plus il y a de fromage, plus il y a de trous ;

        or plus il y a de trous, moins il y a de fromage ;

        donc plus il y a de fromage, moins il y a de fromage.

        Si deux notions antagonistes sont amalgamées dans une même phrase, il s’agit d’une forme sournoise de polysémie.


      • Fergus Fergus 7 juin 11:46

        @ Yanleroc

         ????
        Quels « ennemis » de Macron ai-je « attaqué » sur ce fil ?
        Je n’ai fait que des constats de la réalité politique du moment.


      • Yanleroc Yanleroc 7 juin 13:04

        @Fergus, vous avez attaqué l’ UPR plus que de raison, pas sur ce fil certes !
        @Séraphin, merci pour ce rappel, j’ adore Coluche !

        Quoiqu’ il en soit il faudra bien que tous les opposants à macron se donnent la main s’ ils veulent vraiment le mettre à bas ! Mais pour un opposant à macron, se sera un partisan de plus, la droite n’ attend que cela.

        Seuls les Gilets sont dans le vrai par leur aspect insaisissable et leur remise en cause des vieux paradigmes : les gilets sont les seules personnes d’ origines diverses et opposées a avoir été capables de se fédérer face à un ennemi commun !
        Que les partis en prennent de la graine, on comprend qu’ ils gênent beaucoup de monde, surtout les professionnels de la politique !


      • Fergus Fergus 7 juin 13:27

        @ Yanleroc

        Si j’ai « attaqué l’ UPR plus que de raison » en différentes occasions, c’est parce que, sur mes articles, j’ai été harcelé beaucoup plus que de raison par des militants UPR, et notamment Fifi_brin d’acier et ses milliers de commentaires récurrents de probable salarié de ce parti !!!

        Pour ce qui est de la fédération des Gilets jaunes, elle aura au final été totalement improductive : Macron n’a pas changé d’un iota sa ligne politique ! Et le mouvement s’est délité de manière pathétique,e t contrairement à ce que vous affirmez, il ne gêne personne.

        Ce délitement mortifère ne se serait pas produit si les Gilets jaunes avaient compris que la seule manière pour eux de se faire entendre efficacement eût été de se structurer, d’établir une plateforme de revendications consensuelle et de désigner des porte-parole dans le cadre d’un processus de démocratie directe. Au lieu de quoi, chacun des leaders autoproclamé a tiré dans son coin. Pathétique, vous dis-je !


      • Yanleroc Yanleroc 7 juin 14:20

        @Fergus, heureusement que tt le monde n’a pas la même analyse de ce mouvement que vous, loin s’ en faut ! Vous vous entêtez à vouloir que ce mouv’ ait des représentants, alors que justement sa force a été de ne pas en avoir !

        Néanmoins François Boulot,( dernière vidéo juste après les Européennes) devrait vous plaire à plusieurs égards, puisqu’ il est particulièrement intelligent (à moins qu’ il ne le soit trop..) et éloquent, et propose que soit étudiée la possibilité d’ un mouv 2.0 avec délégués cette fois-ci..à suivre. 


      • Fergus Fergus 7 juin 16:30

        @Yanleroc

        « Vous vous entêtez à vouloir que ce mouv’ ait des représentants, alors que justement sa force a été de ne pas en avoir »

        Cela a été sa force en matière de mobilisation dans les premiers temps.
        Puis, les semaines passant, c’est devenu sa faiblesse.

        Dès le mois de décembre, je théorisais la déliquescence du mouvement s’il ne se structurait pas.

        Boulot est d’assez loin l’un des personnages les plus intéressants parmi ceux qui ont émergé. La plupart des autres  excepté Levavasseur  n’ont été que des agitateurs incapables d’une vision politique sérieuse.


      • cettegrenouilleci 7 juin 18:03

        @Fergus

        Le mouvement des Gilets Jaunes, « Pathétique, vous dis-je »

        Un qualificatif tout à fait idoine pour votre piètre argumentaire.


      • Yanleroc Yanleroc 7 juin 18:25

        @Fergus, je viens de vous expliquer que justement les 1ers médiatisés avaient très bien fait leur boulot avec honnêteté ayant refusé de s’ approprier le mouvement comme a essayé de faire Ingrid L.
        Les gilets dans leur gde majorité ne s’ y sont pas trompé, les Tapie, et autres Lalanne sont passé à la trappe depuis.
        Ce qui ne vous plait pas chez eux c’ est que ce sont pour vous de dangereux complotistes,.
        Ne vous faîtes pas d’ illusion, Boulot en est un également, juste beaucoup plus malin ! Comme la plupart des Gilets, car la contestation est venu justement du fait que ces citoyens-là n’ ont plus aucune confiance dans le discours officiel ce qui fait d’ eux dans la logique du Pouvoir, des complotistes !! 
        Oups, le mot est lâché !
        Lâchez les chiens ! 


      • Le421 Le421 8 juin 08:39

        @Olivier Perriet
        Fergus, LFI ?
        Ah !!
        Ce serait une nouveauté.
        Socialiste mâtiné cochon d’inde, avec un zeste d’écologie... Pourquoi pas.
        Se prétendre LFI et arrêter son jugement sur Mélenchon à ce que la presse matinale aux ordres dégoise... Hum.


      • Fergus Fergus 8 juin 09:10

        Bonjour, Le421

        Votre aveuglement sectaire vous égare !
        Fort heureusement pour ce mouvement, son électorat ne s’arrête pas aux seuls militants ou anciens électeurs venus du PC ou du NPA (dont j’ai été).

        Manifestement, vous fermez les yeux sur les vifs débats qui ont lieu en interne à LFI, aussi bien sur la ligne floue du mouvement  dont j’ai toujours dit qu’elle devrait être « clarifiée »  que sur les questions comportementales que vous me reprochez d’aborder.

        Or, c’est un fait avéré : avec un Mélenchon clivant et agressif, LFI ne dépasse pas le niveau des votes cumulés de la gauche radicale, voire régresse (2012 et 2019) ; avec un Mélenchon rassembleur et apaisé (2017), LFI mord largement sur l’ancien électorat du PS !

        Cela dit, libre à vous de rien changer. Quoi qu’il en soit, vous serez toujours assuré de mon vote ; et pour cause : je n’ai pas d’autre choix dans l’offre politique, eu égard au projet socio-économique !


      • Yanleroc Yanleroc 8 juin 10:12

        @Fergus, les électeurs de la FI se sont massivement reporté sur EELV, c’ est pourtant un parti qui vous correspond plus, pourquoi vous accrocher à la FI, pour vous donner bonne conscience (?), attention à l’ élongation des adducteurs avec le grand écart facial !

        « Ceux qui veulent garder bonne conscience en votant contre le système, ils votent EELV... » 

        Mais c ’est un vote totalement bidon, les verts étant inféodés à Bruxelles
        et c’ est insignifiant eu égard au report des voix, qui ne mobilise en fait que 10% de la classe d’ âge des 18/35 ans ! Il y a de l’ avenir pour les transfuges qui veulent se la jouer d’ jeuns ! ..Partant F. ?
        Bjr.


      • Alexis 9 juin 11:29

        @Fergus

        « Le421... Votre aveuglement sectaire vous égare ! »

        Fergus, une fois de plus, je vous demande de vous arrêter !
        Vous avez déjà failli provoquer une attaque chez Sparker, et vous récidivez avec ce brave 421, qui est un modèle de tolérance, de respect et de correction !
        Et s’il était aveugle, comme vous le sous-entendez fielleusement, il ne pourrait pas exercer le prestigieux métier de pilote et avoir gagné je ne sais combien de trophées aux championnats de France de trottinette !


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 juin 10:05

        Moi ce qui me fait rire, c’est la fusion des droites, qui est toujours le mantra la droite la plus bête du monde :

        lorsque Fillon était à 20% et Marine à 21,5%, c’était, d’après eux, une idée super smiley

        Maintenant que les LR se sont écroulés à 8%, et que le FN stagne (comme d’habitude).... eh bien rien, c’est toujours une idée géniale.

        Sauf que l’électorat âgé conservateur, celui que voulait séduire Marine et Nicolas au 2e tour des présidentielles, s’est reporté sur LREM, remettant largement en cause cette stratégie.

        Mais qu’en pense la droite la plus bête du monde ?

        rien, elle fait comme avant. smiley


        • oncle archibald 7 juin 10:06

          « Macron a réussi une chose : focaliser les élections européennes sur le duel RN/LREM » ......

          Plutôt Mme Le Pen qui a a claironné haut et fort qu’elle voulait faire de cette élection un referendum anti-Macron et ce bien avant que Macron ne lui emboite le pas, avec habileté, effectivement.


          • Fergus Fergus 7 juin 11:30

            Bonjour, oncle archibald

            Bien vu.
            Qui plus est, Le Pen n’a pas de réserves alors que Macron peut compter sur la poursuite de la décomposition de LR et du PS. Et pour peu qu’il brosse les écolos dans le sens du poil dans le cadre d’un pacte tacite de non-agression, il peut maintenir les oppositions à un étiage très insuffisant pour qu’elles soient dangereuses pour lui.

            Bref, un scénario cauchemardesque pour tous les adversaires du néolibéralisme !


          • oncle archibald 7 juin 12:18

            @Fergus : néolibéralisme ou pragmatisme ?

            « Néolibéralisme », on le sait, fait partie de ces mots abondamment utilisés des antilibéraux pour faire office d’épouvantail lorsqu’une idée, une réflexion, une contradiction se rapporte de près ou de loin, très loin, à la philosophie et l’économie libérales, en vue de s’épargner un débat véritable.

            Plus encore qu’une insulte, et à la manière de l’invective « fasciste », le « néolibéralisme » n’est rien d’autre que l’autre côté de la barrière de la tolérance de gauche. C’est une zone de tabou, à ne pas explorer, et une étiquette à décrédibiliser l’adversaire. Cette étiquette permet d’éviter de rencontrer la philosophie et l’économie libérales, de les connaître, de les affronter, bref, de leur accorder la moindre valeur.

            Toutefois, au-delà de ce mot fourre-tout dans lequel la gauche et certaines droites refoulent tout ce qu’elles exècrent, il y a à l’origine du terme « néolibéralisme » une véritable et authentique réflexion, fondée sur une érudition sérieuse sur certaines formes de libéralisme, et qui alimente encore à peu près, mais de manière assez vague et lointaine, tous les fantasmes actuels sur ce qui est appelé aujourd’hui sans cohérence « néolibéralisme  »

            https://www.contrepoints.org/2013/11/12/145851-definition-neoliberalisme-liberalisme

            Gouverner c’est très différent que d’être dans l’opposition. Les opposants baratinent et se gargarisent de leurs propres paroles, les gouvernants n’ont pas le choix : ils doivent agir et donc être pragmatiques !

            Si vous trouvez que tout va bien en France, qu’il n’y a rien à reformer, ou que tout allait mieux sous les gouvernements de François Hollande, libre à vous.

            Jean Marc Ayrault et Manuel Valls n’ont pas été très brillants à mes yeux. Bernard Cazeneuve n’a pu rien faire d’autre que gérer les affaires courantes.Edouard Philippe ne s’en tire pas trop mal à mon avis, dans un contexte détestable qu’aucun de ses prédécesseurs n’a eu à affronter !

            Si le chômage avait baissé sous la Présidence de Hollande, si les urgences n’avaient pas été engorgées tout autant qu’elles le sont aujourd’hui, si la fiscalité avait été intelligemment réformée, non seulement ça se saurait mais les Français lui en auraient su gré et il aurait pu se représenter.


          • Julot_Fr 7 juin 11:39

            C est le bon duel. Nationaliste contre globaliste. Mais MLP est un mauvais cheval qui amene les nationaliste a la defaite. Elle est doublement divisive. 1. Elle refuse l’alliance a l’italienne avec la gauche ouvriere. 2. Elle chante de nouveau les litanie nationale sioniste (comme semour..) contre les immigrant musulman. La salvation n’est pas du cote d arschelineau la couille molle mais du cote de Philippot et EnR


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 juin 16:35

              Si Macron et Marine sont des colosses aux pieds d’argile, Asselineau et Dupont-Aignan sont des nains aux os de verre.

              Finalement tout le monde y trouve son compte.



              • Daniel0 7 juin 19:10

                LRM et RN même s’il ont en apparence fait le ménage, sentent le rance, rien qui fait réver. Jusqu’à quand la France aura un crédit pour payer les déficits budgétaires ? L’envie de changement se trouve dans les programmes des écolos et de LFI. A condition qu’ils purgent leurs ultras et qu’ils apportent des solutions de transition réalistes.


                • Le421 Le421 8 juin 08:51

                  @Daniel0
                  Question « réalisme », L’Avenir En Commun a été chiffré et testé par des experts économiques et politiques et même approuvé par des journalistes vraiment pas « mélenchonistes » lors des présidentielles 2017.


                • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 7 juin 19:49

                  LREM et RN n’ont pas d’encrage politique contrairement à tous les autres partis qui s’effondrent autour d’eux et cela se vérifiera lors des élections municipales en 2020. Les résultats actuels sont les symptômes d’une république monarchique à l’agonie, terrassé par la montée en puissance d’un individualisme communautaire poussant les individus à défendre leurs intérêts personnels au détriment de l’intérêt général. Quelque chose me dit que nous ne sommes pas arriver au bout de cet crise, il se pourrait même que LREM et RN ont atteint leur plafond de verre et se retrouveront eux-mêmes dépassés par des mouvements encore plus radical et clivant. Mon observation de l’évolution de la société française ne me rend vraiment pas optimiste.. 


                  • zygzornifle zygzornifle 8 juin 08:13

                    Les pieds sont en argiles mais vous n’avez pas encore vu le reste .....


                    • BA 9 juin 17:48

                      De mai 1974 à aujourd’hui, la droite européiste a été au pouvoir durant 23 ans.


                      De mai 1974 à aujourd’hui, la gauche européiste a été au pouvoir durant 20 ans.


                      Bilan :


                      1- La droite européiste est en voie de disparition. Bien fait pour sa gueule.


                      2- La gauche européiste est en voie de disparition. Bien fait pour sa gueule.


                      3- Les trois plus grands partis politiques sont aujourd’hui :

                      - Europe Ecologie Les Verts, qui veut rester dans l’Union Européenne.

                      - le Rassemblement National, qui veut rester dans l’Union Européenne.

                      - LREM, le parti d’Emmanuel Macron, qui regroupe les européistes les plus fanatiques … et aussi les caniches des Etats-Unis.


                      Les caniches des Etats-Unis ont été formés par la French American Foundation : ils sont des « Young Leaders ».


                      La secrétaire d’Etat aux Affaires Européennes, Amélie de Montchalin, est une Young Leader, promotion 2018.

                      Emmanuel Macron et le député LREM Cédric Villani sont des Young Leaders, promotion 2012.

                      Le premier Ministre Edouard Philippe est un Young Leader, promotion 2011.


                      Les caniches des Etats-Unis se retrouvent chaque année à la réunion du Groupe Bilderberg.


                      Emmanuel Macron a participé à la réunion du Groupe Bilderberg en 2014. Son premier Ministre est Edouard Philippe, Bilderberg 2016. Son ministre de l’Education Nationale est Jean-Michel Blanquer, Bilderberg 2018. Son ministre de l’Economie est Bruno Le Maire, Bilderberg 2019.


                      Conclusion :


                      Les 10 % les plus riches vont continuer à s’enrichir.

                      Tous les autres vont continuer à s’appauvrir.

                      La décadence de la France va continuer pendant de longues années encore.

                      Nous avons ce que nous méritons.


                      • Lambert 9 juin 23:57

                        Je trouve que M. Herblay se rassure un peu trop vite. Si le nombre de voix en faveur de lrem a baissé c’est que le nombre d’électeurs a baissé aussi. De plus quand on voit le nombre de LR qui se rallient à lui suite à la démission de leur chef de file, le nombre de voix en sa faveur ne va qu’augmenter. Lrem ne fait que ce qu’a toujours rêvé de faire la droite sans oser aller si loin car ils étaient encore des politiques prenant en compte l’opinion publique ce dont se moque carrément lrem qui n’est pas un mouvement politique mais une sorte de conglomérat de RH qui ne sont là que pour jeter dehors et détruire le plus de monde et le plus de choses possibles. 

                        Je dois avouer que vivre au milieu de gens qui votent pour ça me fait froid dans le dos et contrairement à l’auteur de cet article j’ai bien peur que leur nombre ne cesse d’augmenter.

                        Faites le bilan de tout ce que ce RH a détruit et compte encore détruire et trouvez-moi ce qu’il a fait de positif pour le pays et la majorité de ses habitants au lieu d’ ajouter des voix par ci et en enlever par là, et je suis sûr que vous serez aussi effrayé que moi. Plus de 20% des votants le soutiennent c’est à dire que plus d’un Français sur cinq qui votent sont en faveur de la destruction de ce qui a été jusque là notre modèle de société, pour ne pas dire de notre pays tout court. Et je vis parmi eux ! TERRIFIANT !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès