• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Après les élections européennes, partie 4 : lettre ouverte aux militants de (...)

Après les élections européennes, partie 4 : lettre ouverte aux militants de l’UPR

Nous n’avions pas commencé du meilleur pied, même si nos échanges concernaient souvent des sujets d’importance. Il y a deux mois, je pensais vous apporter mon suffrage. Mais la campagne m’a convaincu de soutenir les Patriotes. Je l’avais expliqué de manière un peu elliptique pour ne pas mettre d’huile sur le feu pendant la campagne. Maintenant, je peux vous dire ce que j’ai à vous dire.

 

N’êtes-vous pas devenus pas les meilleurs ennemis de l’UE ?

Quel dommage qu’une liste d’union avec les Patriotes n’ait pas pu se faire. Je persiste à penser que cela aurait permis d’aller au-delà de la somme des scores des deux listes car cela aurait envoyé un message de rassemblement à tous les partisans du Frexit. Et nous sommes près d’un quart de la population… Parce que l’union de deux listes et de deux personnalités aurait été un événement unique, cela aurait eu un impact fort et aurait pu mener la liste au-delà de 3%, apportant un support financier utile à notre cause, un niveau qui aurait davantage ouvert les portes des médias qu’un score de 1,17%, qui justifie aussi des invitations au compte goutte, au regard de votre audience électorale.

Le seul refus de cette alliance, que je savais délicate, n’aurait pas suffi à mon changement de choix pour mon soutien. Le vote de votre Conseil National le justifiait. Mais trois facteurs m’ont fait changer d’avis. D’abord, la fameuse interview d’Asselineau sur France Inter jeudi 2 mai, suivie de celle de Philippot sur Europe 1 le vendredi. Le président de l’UPR charge à multiple reprise Philippot et sa liste, y consacrant une bonne partie de son temps, oubliant de s’en prendre à Macron… Bien sûr, les journalistes l’y poussent, mais il aurait pu s’en tenir à la mention du vote du CN, sans égratigner l’autre candidat du Frexit. Le lendemain, Philippot n’a pas un seul mot contre Asselineau sur Europe 1

Et que dire du ton et des arguments que certains d’entre vous ont véhiculésL’accusation d’avoir copié le programme de l’UPR est ridicule. Une interview de Philippot en 2005, deux ans avant la création de l’UPR, montre qu’il n’en n’avait pas besoin. Cette attaque est aussi ridicule que mesquine et sectaire. La critique de l’UE a été développée depuis 1992 par des dizaines d’intellectuels, comme l’ont témoigné les campagnes de 1992 et 2005, auxquelles Asselineau n’a pas participé publiquement… Et l’attaque sur le passage au FN de Philippot est-elle si juste venant d’un parti présidé par un homme qui a été sur la liste TIbéri contre Séguin, ou qui a travaillé pour Pasqua dans les Hauts de Seine…

Ensuite, nous avons eu droit au couplet « candidat du système ». Mais si Philippot a eu une telle exposition, c’est parce qu’il a été le N°2 du premier parti de France, architecte du programme et de son positionnement. En 2017, Asselineau n’a fait que 0,9%... Pour couronner le tout, j’ai trouvé Philippot meilleur qu’Asselineau sur la campagne, plus percutant, plus pédagogiqueLa demi-heure du président de l’UPR aux Grandes Gueules de RMC n’a pas été bonne : refus de répondre aux questions qui lui étaient posé, y compris sur le sort de l’épargne à la sortie de l’euro, se contentant de renvoyer à une conférence de plus de trois heures… Un comportement trop proche des autres politiciens…

Car regardons les choses en face. Bien sûr, l’exposition médiatique a été limitée, mais cela n’explique pas tout, loin de là. L’UPR a bien eu 1,17% du temps de campagne, faisant partie des listes qui ont pu débattre sur les plateaux ou dont le chef a eu accès aux grandes matinales. Le parti animaliste a réussi à faire 2,17% avec une fraction de l’exposition de l’UPR… Les médias ne font pas tout. Les 266 000 voix obtenues ne sont-elles pas un peu faibles pour un parti qui a plus de 35 000 militants, soit à peine plus de 7 voix par militant, de loin le plus bas niveau de tous les partis ? Le progrès est limité par rapport à 2017, alors que nous sommes au moins 23%, plus de 10 millions, à souhaiter le Frexit ! Et si l’UPR rétrécissait les idées qu’elle défend à une seule minorité activiste peu inclusive ?

Même si je sais qu’il y a des gens de valeur, l’UPR a du mal à s’extraire de comportements sectaires, avec des attaques effarantes sur la pseudo copie de vos arguments. Le cas Philippot est éclairant : il n’avait qu’à rejoindre l’UPR plutôt que créer les Patriotes… Sauf qu’il a été le N°2 du premier parti de France : il n’était pas illogique qu’il choisisse cette voie plutôt que de rejoindre un parti qui n’avait fait que 0,92% en 2017… En outre, demandez-vous pourquoi des gens comme lui, ou moi, ne vous rejoignons pas. Peut-être faisons-nous une erreur, mais vos comportements, parfois agressifs et sectaires, ne donnent pas envie de vous rejoindre. Vous en être pris à une intellectuelle comme Coralie Delaume, qui était pourtant venue à vos universités, est particulièrement absurde et contre-productif.

En somme, vous êtes un peu le Lutte Ouvrière du Frexit, évidément convaincus par vos idées, mais confinés dans un réduit dans lequel vous les enfermez. Lors de ces élections européennes, vous n’avez attiré que 2 à 3% des Français convaincus par le Frexit, rétrécissant plus encore les idées que vous défendez que le FN… Et pour couronner le tout, il est ridicule de soutenir que vous êtes « la seule liste qui fait peur à Macron  ». Si je ne nie pas votre extraodinaire engagement, ni la solidité de vos convictions, contrastant avec les autres partis politiques, je crains que vous finissiez par davantage desservir vos idées que les aider à grandir étant donnée la manière dont vous les défendez…

En étant un peu dur, en devenant à ce point le meilleur ennemi de l’UE, ultra-marginal et dont le discours non seulement ne contribue pas à développer l’idée d’une sortie de la France de l’UE et de l’OTAN mais semble même le freiner, on pourrait presque se demander si l’UE ne se choisirait pas spontanément un ennemi de la même nature. A quand une vraie remise en question ?

 

Lire également le point de vue de Bastien Gouly sur les raisons des difficultés des partisans du Frexit

Moyenne des avis sur cet article :  2.59/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • Sparker Sparker 17 juin 13:05

    Ben peut-être que le frexit n’intéresse pas tant de monde que ça, non ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 juin 13:58

      @Sparker

      Sans doute pour cela qu’en Grande Bretagne, le meilleur saboteur du Brexit est Corbyn, qui ne fait que suivre le modèle de Mélenchon avec son « Non de gauche » en 2005.


    • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 08:41

      Bonjour Sparker,
      Ce n’est pas tant que le Frexit n’intéresse personne , c’est surtout que le débat pour ou contre l’UE est banni des médias, et je dirais même plus : la sortie de l’UE, euro ou OTAN est non seulement méprisé et banni des médias, mais ceux ci en rajoutent en promettant des catastrophes et autres calamités en cas de sortie de l’UE, de l’euro ou de l’OTAN et en calomniant tous ceux qui en parlent.
      N’oubliez pas qu’en 2005 la majorité des français a voté NON ..


    • Sparker Sparker 17 juin 13:14

      Sur Avox il y a deux groupes de « frexit de gauche » qui tiennent les mêmes discours et ont le même ennemie, la FI et JLM.

      C’est le PRCF et UPR, mais bon visiblement ça à pas l’air de faire entre eux non plus. Mais à quoi servent donc les idées si ce n’est plus à se rassembler ?

      Vis à vis des patriotes, c’est de fachos et ils ont piqués les idées de l’UPR, donc ça peut se comprendre, l’UPR est de gauche et donc peu compatible avec les patriotes bien qu’ils soient nationalistes en essence, patriotes et souverainiste tous les deux, mais ça ne suffit pas comme point de ralliement.

      Le PRCF est internationaliste donc ça colle pas pour ça, car c’est toute la différence qui les sépare. Dans le fond c’est pas bien gros car dans internationaliste il y a nationaliste. Là non plus on ne comprendra pas.

      Mais où est donc le problème, contre la FI d’aucuns nous disent : c’est Mélenchon, ouf au moins nous on a une cible. A l’UPR ça ne peut pas être Asselineau donc faut chercher...

      Je ne crois pas que vous allez avoir les réponses que vous êtes en droit d’attendre.


      • cettegrenouilleci 17 juin 21:33

        @Sparker

        Bonsoir Sparker

        Contrairement à ce que vous affirmez, la FI et JLM ne sont pas considérés à l’UPR comme des ennemis.

        De nombreux articles et de nombreuses déclarations de dirigeants et de militants de l’UPR soulignent l’intérêt de diverses propositions mises en avant par la France Insoumise dans « l’avenir en commun ».

        Il est vrai aussi que chaque fois que ce sujet est abordé, on prend soin, côté UPR, de rappeler que sans sortie de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, aucun des objectifs de justice sociale ou de défense de l’environnement mis en avant par la FI ne pourra être atteint comme l’a démontré et le démontre toujours de façon éclatante l’expérience Tsipraz.

        A l’UPR, on n’exclut pas de gouverner avec JLM dès lors que celui-ci accepterait, sans louvoyer, de sortir effectivement de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

        François Asselineau a encore rappelé dernièrement qu’il était tout à fait disposé à discuter avec JLM de toutes les questions, en l’invitant à participer à un entretien sans langue de bois dans les studios d’UPR-TV ou en tout autre lieu favorable à l’organisation et à la diffusion d’un tel débat.

        Si ce débat n’a pas lieu, c’est tout simplement parce que JLM n’en veut pas et c’est à lui qu’il faut demander pourquoi.

        A l’UPR, on estime (et on démontre) qu’il n’est pas possible de redresser la situation du pays et de satisfaire les revendications des travailleurs sans rétablir d’abord l’indépendance de notre nation, sans sortir la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan.
        JLM et la FI pensent, pour leur part, qu’ils peuvent le faire en obligeant leurs partenaires de l’UE à manger leur chapeau et à modifier les traités en se pliant aux désiderata des Français.

        Cette différence d’appréciation ne fait pas de la FI un ennemi de l’UPR. Elle en fait néanmoins, j’en conviens, un adversaire politique puisque deux voies divergentes et inconciliables s’opposent entre lesquelles nos concitoyens devront trancher, si possible en connaissance de cause.

        Les choses étant ce qu’elles sont et les mêmes causes produisant les mêmes effets, l’aggravation de la situation du pays et l’aliénation toujours plus poussée des intérêts de la France et des Français au bénéfice exclusif de l’oligarchie euro-atlantique aux commandes de l’UE ramèneront inévitablement au premier plan encore et encore la question de la nécessité et de l’urgence du rétablissement de l’indépendance de la France.

        Certes, ce discours et ces propositions de l’UPR ne sont pas entendues et soutenues aujourd’hui par la majorité de nos concitoyens (trompés par ceus qui y trouvent leurs comptes).

        Mais il n’en sera pas toujours ainsi.

        Demain, ceux qui refuseront de prendre ce chemin seront rejetés par le peuple et par l’électorat et disparaîtront du paysage politique national. Si tel n’était pas le cas, c’est la France, c’est le peuple français en tant que tel, c’est la nation, ses services publics et tout son patrimoine culturel, social, institutionnel, législatif, économique, scientifique, diplomatique qui seront vampirisés par ceux qui tirent les ficelles de l’ l’UE.

        Cet avertissement vaut pour tout le monde .

        IL vaut aussi bien pour la France Insoumise que pour les experts en brevetage des Gilets Jaunes ou pour les Grands sachants du défrichage du chemin de la révolution socialiste que prétendent être les dirigeants du PRCF seuls capables, à les lire et à les entendre, de décider qui est capable de participer utilement à la bataille pour sortir la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan, de décider qui est capable d’ouvrir la bonne porte de la prison, avec les bonnes clés, en vérifiant soigneusement le bagage de chacun avant de l’autoriser à s’engouffrer dans la brèche que d’autres auront ouverte malgré eux !

        Contrairement à vous, je pense que les Français finiront par trouver les réponses qu’ils sont en droit d’attendre.

        Celles du PRCF ne sont en rien les mêmes que celles de l’UPR, affublées ou non de tous les superlatifs adossés aux mots d’ordre d’insoumission de la FI , ou encore des sigles revisités et vampirisés des FFI (France Franchement Insoumise, nouvel avatar des Forces Françaises de l’Intérieur : les forces de la résistance à l’occcupant nazi).

        A l’UPR, on est conscient de la difficulté de la lutte qu’il convient d’engager.

        A l’UPR, on sait pour qui et pour quoi on se bat, et contre quel adversaire.

        A l’UPR, on sait que pour libérer la France et les Français des vrais ennemis qui s’appliquent aujourd’hui à la détruire, il faut construire un grand rassemblement populaire majoritaire dépassant les clivages traditionnels de la droite et de la gauche qui divisent alors qu’il faut rassembler les Français pour créer le rapport des forces nécessaire pour desserrer l’étau de l’UE, de l’euro et de l’Otan, alors qu’il faut se rassembler pour survivre en temps que nation, et même, pour beaucoup, pour survivre tout court, et pour retrouver notre démocratie.

        Bonsoir à tous.

        Merci d’avoir eu la patience de lire cette petite mise au point.


      • cettegrenouilleci 17 juin 22:22

        @cettegrenouilleci

        correction
        .../...ce discours et ces propositions de l’UPR ne sont pas entendus et soutenus aujourd’hui par la majorité de nos concitoyens (trompés par ceux qui y trouvent leur compte).


      • quid damned quid damned 18 juin 00:29

        @cettegrenouilleci
        Si je tombais sur un papier de cette qualité dans un canard mass-media je me pincerais avant de verser discrètement une larme de joie.
        Votre brillant exposé vaut article.


      • cettegrenouilleci 18 juin 06:19

        @quid damned

        Bonjour quid damned

        Merci pour ce compliment et cette suggestion.

        J’en profite pour saluer tous les militants, tous les sympathisants et tous les électeurs de l’UPR qui ont choisi de s’engager dans la longue marche qui est nécessaire pour organiser la résistance à la liquidation programmée de la nation, pour répondre, autrement que par des pirouettes, des mensonges, des coups de matraque ou des tirs de LBD, aux revendications légitimes des travailleurs, de la population, pour donner à chacun les moyens d’une vie digne que réclament à juste titre les Gilets Jaunes, et pour ré-ouvrir au bénéfice de tous le chemin des jours heureux, en mettant de côté, le temps qu’il faut, les querelles de chapelles.

        Bonne journée à vous, et à tous.


      • Sparker Sparker 18 juin 11:35

        @cettegrenouilleci

        Oui on est pas vos ennemies mais bon, vu ce qu’on se prend on se demande comment vous êtes avec vos amis....

        Ok pour JLM, il ne veut pas discuter avec Asselineau et doit avoir peur d’être dévoilé, je vous suis..., mais avec le PRCF là il n’y a pas besoin de discuter, tous les deux de gauche et frexiteur, ne reste que la dimension nationaliste mais qui pour l’heure ne serait pas si difficile de mettre de coté, surtout que l’internationalisme du PRCF ressemble furieusement à l’idée que se fait l’UPR des alliances et autres traités internationaux.

        Alors quoi ?


      • cettegrenouilleci 18 juin 13:05

        @Sparker

        Bonjour Sparker.

        Je ne vois pas très bien ce que vous voulez dire en affirmant que « l’internationalisme du PRCF ressemble furieusement à l’idée que se fait l’UPR des alliances et autres traités internationaux ».

        Ce qui est certain, c’est que le PRCF, s’il était sincère dans sa volonté affirmée de sortir le pays de l’UE, de l’euro et de l’Otan, ne s’appliquerait pas à traiter l’UPR qui se trouve être la seule force politique à défendre devant les électeurs avec constance la nécessité impérieuse de sortir la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan, comme un groupe de pestiférés suppôts de l’impérialisme.

        S’il voulait vraiment agir utilement à l’avènement du Frexit, le PRCF ne ferait pas la fine bouche devant la volonté démontrée de l’UPR de travailler à la construction du grand rassemblement populaire majoritaire qui sera seul capable d’acter le Frexit et de faire respecter par tous le droit de notre peuple à reprendre le contrôle de son destin.

        S’il voulait vraiment, sincèrement, faire pencher la balance du bon côté et hâter la sortie de la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan, le PRCF n’apporterait pas comme tant d’autres soit disant souverainistes, républicains ou révolutionnaires, sa contribution à la campagne de désinformation et de dénigrement organisée par les médias et le pouvoir à l’encontre de l’UPR et de ses dirigeants.


      • Legestr glaz Legestr glaz 18 juin 13:27

        @cettegrenouilleci

        Effectivement, comme « quid dammed », je vous dis merci pour cette envolée. Vous avez su synthétiser, en peu de lignes finalement, l’obligation pour les Français souhaitant une « justice sociale », et une meilleure répartition des richesses, pour faire court, de sortir de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

        En ce jour du 18 juin, votre appel à un large rassemblement est porteur d’espoir. Les nouveaux résistants ne peuvent être que ceux qui ont compris la nature dictatoriale, qui avance masquée, de l’Union européenne à laquelle la France est attachée au plan constitutionnel par des traités, et qu’il est impossible de dévier de la route fixée par ces traités. Désobéir à cette voie « ordo-libérale » est inconstitutionnel. C’est sortir de l’UE soit accepter l’ordo-libéralisme. 


      • Sparker Sparker 18 juin 15:07

        @cettegrenouilleci

        Ha donc le PRCF ne vous croit pas quand vous dites être de gauche ? C’est ça ?

        Ils vous accusent d’être des trompeurs par ce qu’Asselineau à fait toute sa carrière à droite ?

        Pourtant votre programme est clair et explicite, il ne peut induire en erreur. Donc l’union des frexiteur ne se fera pas, l’UPR, le PRCF, les Patriotes ne peuvent pas s’entendre.
        Bon visiblement Phillipot serait un vrai coucou, je comprend, mais le PRCF j’ai lu leur programme et eux sont apparemment encore plus radicaux car ils laissent supposer que la dénonciation des traités suffit pour sortir de l’UE, pas besoin de l’Art50 enfin je ne l’ai pas lu mais pas vu d’Art50 sur leur site.

        C’est clair cette position du PRCF face à l’UE ?


      • cettegrenouilleci 18 juin 19:15

        @Sparker

        Bonsoir Sparker

        L’union dont il est question, celle dont le peuple français a un besoin impérieux pour se défendre et pour survivre au travail de sape engagée par l’oligarchie via la machine infernale de l’UE concoctée et mise en place pour détruire les nations qui contrarient la course aux super-profits et la surexploitation des travailleurs français et immigrés, ce n’est pas l’union de groupes politiciens prodigues en discours mais incapables d’améliorer en quoi que ce soit la vie quotidienne et le sort des Français, que ces politiciens se réclament de la « majorité » ou de « l’opposition ». .

        Cette union que commande la gravité extrême de la situation catastrophique dans laquelle la nation a été délibérément précipitée, c’est celle du peuple de France, dans la diversité de ses composantes.. Elle ne passe pas nécessairement par tel ou tel groupe politique constitué, en particulier lorsqu’il défend à travers ses actes des intérêts étrangers à ceux du peuple qu’il prétend représenter, lorsque les décisions qu’il prend tournent délibérément le dos au cap qu’il prétend s’être donné pour capter plus sûrement les voix des électeurs.

        Le paysage politique national est entré dans une phase de restructuration dont nous n’avons aperçu pour l’instant que les prémisses.

        Ce sont les travaux pratiques qui vont décider des voies que le peuple choisira pour se débarrasser de la politique et des politiciens qui détruisent la nation en se drapant outrageusement et sans vergogne de vertus qui leurs sont totalement étrangères.

        Les belles paroles des opposants de pacotille, la servilité des médias contrôlés par les puissances d’argent et la répression sauvage des manifestations populaires seront bientôt impuissantes à étouffer la colère qui monte. Aussi sophistiqués soient-ils, tous ces expédients seront bientôt impuissants à endiguer les révoltes populaires. Les supercheries que l’UPR , et d’autres, s’appliquent à étaler et à décortiquer au grand jour, seront demain incapables de dissuader nos compatriotes de mettre les pieds dans le plat, de se mêler de ce qui les regarde.

        Bientôt, rien ne pourra plus empêcher les Français de toutes conditions et de toutes origines, les ruraux et les citadins, les ouvriers et les employés, les cadres et les techniciens, les enseignants et les chercheurs, les artisans et les agriculteurs, les étudiants et les retraités, les valides et les personnes atteintes d’un handicap, les personnels soignants, les postiers, les cheminots, les électriciens et tous ceux qui font vivre nos services publics, de grossir les rangs du grand rassemblement populaire conscient et déterminé qui va se mettre place et en mouvement pour organiser la résistance à la dictature de l’Union Européenne et pour écarter la France et les Français du précipice dans lequel ils sont poussés depuis des décennies par des politiciens pleutres et corrompus qui rampent devant les ennemis de la nation et qui encaissent, toute honte bue, les prébendes de leur trahison.

        Avec détermination, avec patience, avec abnégation, avec confiance, les adhérents, les amis, les militants, les cadres, les dirigeants de l’UPR vont continuer à fournir à l’ensemble de nos compatriotes les clés et les outils nécessaires pour démêler le vrai du faux, pour comprendre d’où viennent les calamités nouvelles qui ne cessent de s’abattre sur le pays et sur leurs propres vies et celles de leurs familles, pour enrayer l’engrenage diabolique de la dictature impitoyable qu’est l’Union Européenne, et pour s’en extraire avant qu’elle n’ait entièrement broyé leur vie et la nation à l’abri de laquelle ils ont grandi..

        C’est cet objectif noble, libérateur, fédérateur qui anime les militants et les responsables de l’UPR.

        Quelle que soit la forme que prendra demain la nouvelle organisation politique qui va se mettre en place pour sortir la France du piège de l’UE, de l’euro et de l’Otan, elle témoignera du bien fondé, de la pertinence, de l’ingéniosité et de la sagesse du combat politique engagé par l’UPR créée pour cela il y a douze ans à l’initiative de François ASSELINEAU , pour organiser vraiment la résistance à la dictature mise en place dans notre pays par l’UE avec la complicité des politiciens en place et des faux opposants tout à fait soumis aux puissances d’argent, et pour redonner vie à la nation française et à ses idéaux républicains.


      • cettegrenouilleci 18 juin 20:31

        @cettegrenouilleci

        Correction :

        .../... grossir les rangs du grand rassemblement populaire conscient et déterminé qui va se mettre en place.../...


      • cettegrenouilleci 19 juin 16:24

        @Sparker

        Selon moi, la position du PRCF n’est pas claire du tout.

        Qu’ils estiment inutile de recourir à article 50 pour organiser la sortie de la France de l’UE peut se comprendre.

        Le déclenchement de la procédure de sortie par l’article 50 n’est pas, à elle seule, une garantie suffisante de la mise en application effective de la sortie de façon ordonnée et satisfaisante comme en témoigne l’expérience de nos voisins britanniques.

        Il est donc légitime de discuter dans le détail des modalités à privilégier pour organiser pratiquement cette sortie en se donnant tous les moyens nécessaires pour mener à bien l’entreprise, au mieux des intérêts de la nation.

        Pour régler cette question, il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton, fût-ce celui de l’article 50 du Traité de l’Union Européenne.

        Toutefois, cet article offre au peuple qui choisit de sortir un certain nombre de garanties, la première étant que l’équipe au pouvoir enclenche effectivement le processus de sortie et les discussions nécessaires avec les instances dirigeantes de l’UE comme avec les autres membres de l’UE.

        Une équipe gouvernementale qui se verrait portée au pouvoir avec le mandat d’organiser la sortie de l’UE aura beaucoup plus de mal à tergiverser , à utiliser des stratagèmes dilatoires, à trahir ou à saboter la sortie de l’UE une fois que la procédure de l’article 50 aura été engagée officiellement.

        Par ailleurs, cette procédure prévoit l’organisation des concertations et des négociations nécessaires en fixant un calendrier n’excédant pas deux années pour régler les modalités de la sortie.

        Cet article du traité stipule par ailleurs que si aucun accord n’est trouvé entre l’UE la nation qui a choisi de sortir , une sortie sans accord intervient de plein droit deux ans après la notification initiale du retrait.

        Ce qui se passe chez nos voisins britanniques démontre que ces « garde-fous » n’empêchent pas les manigances et les sabotages des maîtres de l’UE et de ceux de leurs affidés qui oeuvrent au grand jour ou en sous-mains dans le pays qui veut sortir du traité.

        Les manigances, les complots ourdis dans le dos du peuple qui veut sortir, sont le fait aussi bien des négociateurs de l’UE conduits par Barnier que de des dirigeants britanniques s’entendant comme larrons en foire pour organiser le sabotage de la sortie abhorrée et sacrilège de l’UE sus la houlette de Theresa May elle-même.

        Ce qui pose problème au Royaume Uni avec le Brexit, ce n’est pas la difficulté de sortir de l’UE. Il y a certes toutes sortes de dispositions pratiques qu’il est nécessaire de négocier et de régler en tenant compte des intérêts des uns et des autres. Mais ce n’est pas cela qui pose problème.

        Ce qui pose problème, aussi bien au Royaume Uni qu’à la tête de l’UE, c’est que l’oligarchie euro-atlantique qui est aux manettes de l’UE refuse de respecter la décision de quitter l’UE prise solennellement par les Britanniques par référendum.

        Ce qui pose problème, c’est le refus des dirigeants de l’UE et du Royaume Uni de respecter le vote des électeurs !

        Ce que démontrent ainsi les dirigeants de l’UE et les politiciens européistes britanniques qui soutiennent cette machine infernale, c’est que l’UE est le contraire d’une démocratie. C’est une dictature tournée contre les peuples piégés dans l’UE, une dictature pensée et créée pour détruire leurs nations respectives, pour mieux les piller et les asservir.

        .../...à suivre Je préfère reprendre le fil après que les orages seront passés.


      • Sparker Sparker 19 juin 17:45

        @cettegrenouilleci

        Oui ok mais une sortie doit se négocier et il est évident, comme dans toutes négociations, que chacun défend ses intérêts et que pour l’UE c’est aussi une façon de réprimer ce choix, ce que font toutes sources d’intérêts particuliers.

        Bon donc j’apprends au moins que l’Art50 n’est là que pour faire « propre » et éviter quelque part la sortie brutale qui ne négocie rien. Donc qui permet à l’UE de négocier et donc de défendre ses intérêts.
        La sortie brutale est possible mais ne laisse aucun recours à l’UE, tandis que l’Art50 lui permet d’avoir environ 3 ans pour négocier et défendre ses intérêts, d’où la création de cet Art50 qui n’était pas là à l’origine, si j’ai bien compris.
        Et donc le PRCF serait, à priori, pour la sortie brutale et sans conditions, ce qui ne vous permet pas de vous allier, ne serait-ce que pour une séquence électorale.
        Donc c’est voter UPR de plein but car la question est le retour de la souveraineté absolue que garanti le vote UPR est que des alliances ont peu d’intérêts dans cette configuration, si j’ai bien compris (votre texte du dessus est un peu alambiqué il n’est pas facile de dégager l’idée générale).
        Mais alors pourquoi un programme politique ? C’eut été plus crédible de ne pas en avoir et de rester sur le frexit comme tenant et aboutissant du « vote » UPR et remettre le travail démocratique à l’oeuvre une fois sorti ?
        Là ça fait un peu confus car si on cherche l’élection, que l’on a un programme ben on s’allie avec ceux qui en sont le plus proche, si la finalité est la même.
        Les alliances FI, qui n’ont pas fonctionné (bien que beaucoup de courant politiques différents s’y trouves) est autres ont bloquées sur des questions de politique, de « l’extrème gauche » c’est le coté trop républicain et patriote et avec Génération’s c’est la stratégie et le rapport de force (bon je pense que la personnalité de JLM y est aussi pour beaucoup).

        Enfin rien n’échappe à la dispersion des voix quelque soit le bord.


      • cettegrenouilleci 19 juin 19:18

        @cettegrenouilleci

        Ce que démontrent les soubresauts de l’accouchement chaotique du Brexit, c’est que les garanties offertes par les textes des traités et par les institutions sont toutes relatives, qu’elles sont piétinées sans vergogne par les tenants du pouvoir dès lors que les peuples qui s’en saisissent et demandent qu’elles soient respectées remettent en cause leurs privilèges et les intérêts des puissances occultes qui les contrôlent telles des marionnettes.

        Cela ne veut pas dire qu’il faut se résigner, rester sage, ne prendre que ce qu’on veut bien nous laisser, et laisser à d’autres la faculté et le loisir de s’occuper des choses sérieuses et en particulier des lois qui gouvernent le fonctionnement de notre société.

        Cela veut simplement dire que voter ne suffit pas, choisir de nouveaux dirigeants plus fiables, plus honnêtes, plus respectueux des règles démocratiques ne suffit pas.
        Il ne suffit pas de réunir la majorité des suffrages pour permettre l’avènement des changements nécessaires attendus par la population. Il faut aussi créer, préserver et faire grandir un rapport de forces suffisant pour faire respecter cette volonté et la traduire de façon appropriée dans la loi et dans la vie de tous les jours.

        C’est pourquoi, à l’UPR, chacun participe à sa mesure, avec détermination, patience, et ténacité à la construction d’un grand rassemblement populaire majoritaire seul capable d’imposer et de faire respecter le droit de notre peuple à se ressaisir de son destin, de recouvrer notre indépendance nationale et notre démocratie, et donc d’organiser rapidement et sûrement la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

        Cette façon de procéder n’est pas une tactique, ni un stratagème électoral, ni une formule creuse derrière laquelle chacun peut mettre ce qu’il veut (A ou B, ou pire).

        Cette façon de procéder est le coeur même de la stratégie de l’UPR, créée il y a douze ans à l’initiative de François Asselineau pour sauver notre pays, notre nation, notre culture, notre démocratie en passe d’être broyés et anéantis dans le piège de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan.

        Mais rassembler ne veut pas dire agglomérer sans principes tous les mécontents à seul fin de chasser les tenants du pouvoir.

        Il s’agit de fédérer les énergies autour d’objectifs clairs en organisant la bataille de façon responsable, lisible par tous, efficace, conquérante.

        Il s’agit de rassembler les Français pour leur redonner le contrôle de leur vie et de leur destin.

        Il s’agit d’organiser la résistance et de libérer la France d’une machine redoutable qui la broie délibérément, qui asservit chaque jour davantage notre peuple.

        Il s’agit de libérer la France des chaînes de l’UE, de l’euro et de l’Otan. (Peut-être conviendrait-il d’ajouter à cette liste de chaînes celles de la télé...)

        Il s’agit d’extraire la nation des griffes de l’oligarchie euro-atlantique qui est aux manettes derrière les décisions iniques et dévastatrices de la Commission européenne. (exprimées notamment à travers les G.O.P.E.

        C’est pourquoi la charte de l’UPR qui est le ciment et l’aimant de cet outil politique qui a vocation à accueillir, fédérer et à démultiplier les énergies et les bonnes volontés au service de l’objectif commun, national, trans-générationnel, de libérer le pays de la dictature de l’UE, insiste sur l’importance qu’il y a à transcender les clivages politiques traditionnels qui ne permettent pas de traduire correctement les problèmes qu’il y a à résoudre, les intérêts et les forces qui s’opposent, les compromis à privilégier pour défendre collectivement les intérêts supérieurs de la nation.

        Si le prcf veut vraiment aider notre peuple à sortir le pays des griffes de l’UE, de l’euro et de l’Otan, il a tout intérêt à se rapprocher de l’UPR , à agir aux côtés de l’UPR, à discuter avec l’UPR, à dire la vérité sur l’UPR, à lutter avec l’UPR sur tous les objectifs communs.

        Si la France Insoumise veut vraiment mettre fin au pillage économique de la nation, si elle veut vraiment organiser le territoire par la démocratie et les services publics, si elle veut vraiment sortir des traités européens, si elle veut vraiment restaurer l’indépendance de la France dans le monde, si elle veut vraiment mettre le holà à la grande régression et mettre au centre de la politique du pays le progrès humain d’abord, elle a tout intérêt à se rapprocher de l’UPR, à discuter avec l’UPR, à lutter aux côtés de l’UPR et avec l’UPR au service des objectifs communs.

        Si le mouvement de Florian Philippot veut vraiment apporter une contribution efficace à la lutte politique qui est nécessaire pour sortir la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan, si son objectif n’est pas simplement de négocier un strapontin ministériel ou toute autre fonction lui permettant d’occuper le devant de la scène et de parader sur nos écrans de télé et dans les médias aux ordres du dogme européiste qui se font un plaisir de l’accueillir régulièrement, il a tout intérêt à joindre ses efforts concrets en ce sens à ceux de l’UPR, il a tout intérêt à réfléchir aux modalités d’une coopération loyale avec l’UPR.

        Si les Gilets Jaunes veulent vraiment obtenir la satisfaction de leurs revendications sociales et citoyennes, ils ont ont tout intérêt à prêter une oreille plus attentive aux analyses et aux propositions de l’UPR qui leur propose de travailler à ses côtés pour sortir la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan. S’ils veulent s’en sortir, à l’instar de tous nos compatriotes, les Gilets Jaunes, eux aussi, doivent joindre leurs forces au rassemblement populaire majoritaire qui est nécessaire pour sortir la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan. Peut-être doivent-ils également se demander pourquoi certaines forces politiques qui se drapent volontiers des atours de superman volant au secours des plus démunis, qui prétendent offrir un recours salvateur à la politique de Macron, défendent comme lui, bec et ongles, la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

        Si les Français veulent vraiment soutenir le grand élan initié par les Gilets Jaunes pour revendiquer leur droit et le droit de tous, en particulier des plus démunis, à une vie digne, ils disposent d’un bel outil capable de les y aider en rejoignant le combat de l’UPR, en s’affranchissant de tombereaux de propagande qu déverse quotidiennement la télé dans leur foyer, en s’intéressant de près aux décisions iniques que prend chaque jour le gouvernement Macron en appliquant docilement les directives transmises régulièrement à ses valets par la Commission Européenne.
        (plus d’infos sur UPR-TV et sur upr.fr)

        Bonne soirée à tous.

        Je tiens à préciser ici que je n’écris pas en service commandé. Je ne suis qu’un tout petit adhérent de l’UPR soucieux d’apporter sa petite pierre à la résistance à la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan, soucieux de contribuer utilement à la préparation de la contre-offensive populaire qui est nécessaire pour libérer la nation des griffes de l’oligarchie euro-atlantique, pour retrouver notre démocratie, pour permettre la satisfaction des revendications légitimes des Gilets Jaunes


      • cettegrenouilleci 19 juin 19:23

        @Sparker

        Merci pour ces observations intéressantes.

        J’y reviendrai un peu plus tard .

        Bonne soirée.


      • cettegrenouilleci 21 juin 19:27

        @Sparker

        Venons en à présent aux arguments que vous développez.

        pour l’UE, la sortie d’un état membre par l’article 50, c’est une façon de défendre ses intérêts, (ce que font toutes sources d’intérêts particuliers),et c’est aussi « une façon de réprimer ce choix » (celui du pays qui a notifié sa décision de sortir). Cela « permet à l’UE de négocier et donc de défendre ses intérêts ».

         °Les pays membres de l’UE se trouvent embrigadés dans cette structure

        parce que leurs dirigeants ont validé les différents articles et clauses de traités de coopération économique et politique sensés être dans l’intérêt de leurs peuples respectifs. Ces accords internationaux ont force de loi et leurs dispositions prévalent sur les réglementations intérieures de chacun de ces états.

        Si un peuple qui estime avoir été lésé par ces décisions décide de sortir de l’accord, il est légitime qu’il fasse valoir ses droits et entame la concertation et les négociations adéquates avec les dirigeants du groupe qu’il choisit de quitter pour rétablir ses prérogatives nationales. Cela n’interdit aucunement la poursuite de coopérations les plus diverses avec ce groupe de pays et avec chacun de ses membres. Ces coopérations pourront alors se poursuivre sur des bases différentes, sur un pied d’égalité, sans que puissent être invoquées des clauses faisant de l’une des parties le vassal, l’otage, ou le sujet obéissant de l’autre.

        Dans un tel cas de figure, l’intérêt bien compris des anciens partenaires du pays sortant n’est pas de « réprimer » le pays qui quitte le groupe mais de préserver toutes les coopérations qui peuvent l’être, sur la base de l’intérêt mutuel, en prenant acte du choix effectué par ce pays et en le respectant.

        Evidemment, les choses sont compliquées par le fait que la superstructure de l’UE ne représente pas réellement et ne défend pas, bien au contraire, les intérêts des peuples qui ont été embarqués par leurs dirigeants dans la galère de l’UE. Le pays qui sort prend cette décision parce qu’il a pris acte de cette réalité, et du fait qu’il lui est impossible de modifier si peu que ce soit ce paramètre en faisant valoir la nécessité ou l’opportunité d’une modification des traités. (Je renvoie, pour faire court, à l’épisode Tsipraz, aux rodomontades successives de Sarkozy puis de Hollande qui allaient -comme on ne l’a pas vu- « faire plier Merkel », et à l’inénarrable planA/plan B de JLM.).

        La négociation n’est donc pas une voie royale pour organiser la sortie de l’UE puisque cette structure est là pour faire prévaloir les intérêts de l’oligarchie euro-atlantique contre les intérêts des peuples dont elle organise la soumission. Il appartient donc au peuple qui a décidé de sortir de se donner les moyens de se faire entendre et de faire respecter sa décision tout en respectant le choix des pays tiers qui choisissent de rester dans l’Union Européenne. Si la France quitte l’UE parce qu’elle ne tolère plus les empiètements dévastateurs de cette dernière sur le fonctionnement de sa société, elle n’a pas à dicter aux autres états et aux autres peuples comment ils doivent gérer leurs affaires avec ou sans l’UE. La négociation des modalités de la sortie avec la direction de l’UE est donc plus que souhaitable, elle est nécessaire.

        Pour autant, la négociation n’interdit pas au pays sortant, bien au contraire, de défendre correctement ses intérêts, pas plus que le citoyen Lambda ne peut être empêché de défendre ses intérêts propres lorsqu’il s’aperçoit que le contrat qu’il pensait avoir bien négocié n’est en fait qu’une escroquerie et que le beau-parleur auquel il a à faire n’est qu’un charlatan et un individu malveillant. Dans une telle situation, le recours à la loi, ou aux garanties que confèrent les textes des traités qui ont force de loi n’est pas une aberration, bien au contraire. Ceux qui à l’instar du PRCF, se vantent de pouvoir faire fi de l’article 50 et des droits et des garanties qu’il confère, sont bien présomptueux et bien imprudents.

        L’article 50 « n’est là que pour faire ’propre’ et éviter quelque part la sortie brutale qui ne négocie rien ».

         °L’invocation par l’UPR, de la nécessité de faire valoir l’article 50 n’est pas un artifice, un tour de prestidigitateur, un lampion planté dans le décor pour faire joli, un accessoire d’apparat permettant d’apparaître, faussement, sous un jour favorable. C’est une nécessité objective, incontournable, qu’il soit possible ou pas de trouver avec l’UE un accord satisfaisant.

        « La sortie brutale est possible mais ne laisse aucun recours à l’UE, tandis que l’article 50 lui permet d’avoir environ trois ans pour négocier et défendre ses intérêts ».

         ° « La sortie brutale » (on ne négocie rien) est la recette la plus sûre, pour le pays sortant, pour aller au-devant de nombreuses difficultés. Elle n’empêcherait pas, bien au contraire, les mauvais coups que les dictateurs masqués et fourbes qui tirent les ficelles de l’UE ont en réserve et préparent sans le dire contre les peuples récalcitrants. Elle rendrait beaucoup plus incertaine l’issue d’un affrontement inévitable et ferait du peuple qui veut sortir de l’UE l’otage ce cet affrontement sans lui conférer de clés évidentes pour comprendre ce qui se passe, ou pour se défendre contre les sabotages en tous genres, les possibles trahisons, les tensions inévitables qui traverseraient la société face aux calamités que ne manquerait pas d’orchestrer l’oligarchie actuellement aux commandes avec le concours de ses Maîtres-Jacques, ainsi que pour se prémunir des conséquences des tensions qui seraient créées avec les états membres qui font le choix de rester dans l’UE.
         

        « Le PRCF serait, à priori, pour la sortie brutale et sans conditions, ce qui ne vous permet pas de vous allier, ne serait-ce que pour une séquence électorale. »

         °Le PRCF a beaucoup de qualités, mais il a aussi des défauts. Nul n’est parfait. Mais son souci principal est de fédérer les forces et les individus qui se reconnaissent dans les idéaux communistes, d’apporter sa pierre à la reconstruction (d’abord des bases) d’un véritable parti communiste capable d’éclairer la voie des changements révolutionnaires qui permettraient l’avènement d’une société socialiste.
        L’un de ses mérites est de donner à ceux qui l’écoutent des clés qu’on ne trouve guère ailleurs pour comprendre la dégradation continue du sort des travailleurs et des classes populaires, le démantèlement en cours des piliers de notre économie au nom de la supposée auto-régulation des marchés, de la concurrence libre et non faussée, de la course infernale à toujours plus de pillage et d’exploitation pour toujours plus de profits et de dividendes pour les actionnaires. A travers ses publications, le PRCF s’efforce d’expliquer ce qui est en jeu dans les multiples conflits sociaux qui traversent notre société, y compris ceux qui s’expriment à travers le mouvement des gilets jaunes, conflits aggravés et exacerbés par notre appartenance à l’UE .

        Cet engagement républicain, engagé pour défendre les intérêts de la classe ouvrière et reconstruire le véritable parti communiste qui lui fait aujourd’hui cruellement défaut, n’est pas tellement différent du grand travail d’éducation populaire engagé par l’UPR à l’initiative de F.A. pour faire comprendre à nos concitoyens pourquoi et comment l’Union Européenne détruit nos entreprises, nos territoires, nos institutions, nos services publics, nos libertés et notre démocratie.

        Ma conviction personnelle est que, comme l’UPR et les forces qui se regroupent autour d’elle, les communistes où qu’ils se trouvent, au PRCF ou ailleurs, sont dès à présent et seront plus encore demain, des atouts décisifs du rassemblement populaire qui doit s’organiser pour libérer la nation de la dictature de l’UE et créer les conditions d’une vie digne pour tous en suivant l’exemple de nos aînés du CNR, en veillant au peaufinage et à l’application effective d’un grand programme de reconstruction de la nation sur des bases saines.

        Malheureusement pour eux et pour le peuple français, beaucoup de membres du PRCF pensent pouvoir, et devoir, se passer de l’UPR pour sortir le pays de l’UE, de l’euro et de l’Otan, pour reconstruire la nation et retrouver notre démocratie. Ils font apparemment le pari d’une épiphanie de la FI écartelée entre les idéaux des débris de la gauche qu’elle s’efforce de regrouper autour d’enjeux sociétaux, les revendications matérielles et politiques des salariés, et les ambitions politiques de ses dirigeants englués et compromis dans la croisière infernale que la galère de l’Union Européenne inflige à notre peuple.

        ..../.... à suivre


      • cettegrenouilleci 22 juin 10:42

        @sparker suite de l’argumentaire posté à 19H27 le 21 juin

        Bonjour Sparker

        Pas d’alliance possible de l’UPR avec le PRCF ?

        Quand on a vraiment compris qu’il faut absolument sortir de l’UE, de l’euro et de l’Otan, et qu’on veut y travailler sérieusement, on a beaucoup de mal à comprendre le traitement cavalier et désinvolte, par le PRCF, du formidable travail conduit par l’UPR pour démystifier la propagande pro-UE, pour révéler aux Français les ressorts historiques de la construction de l’UE ainsi que l’identité de ceux qui tirent les ficelles qu’agitent frénétiquement les européistes de tous acabits, aussi bien ceux de la majorité que ceux de l’opposition factice qui ne change rien à rien quand les électeurs s’appliquent à lui donner les moyens de le faire en lui redonnant la majorité.
        Le travail militant de l’UPR, c’est aussi l’explication patiente, fournie à nos concitoyens, des mécanismes internes et des règlements qui s’imposent à tous les membres de l’UE, et qui régentent désormais le fonctionnement de la vie quotidienne dans notre société dans tous les domaines.

        Quand on a vraiment compris qu’il faut absolument sortir de l’UE, de l’euro et de l’Otan, et qu’on veut y travailler sérieusement, on a encore plus de mal à comprendre que l’hostilité affichée du PRCF à l’encontre de l’UPR se double d’une caution cent fois renouvelée au chimérique plan B / plan A de Mélenchon qui n’est que de la poudre au yeux, qu’une manigance pour dissuader les Français de descendre au plus vite du train fou de l’UE qui les conduit au désastre.

        En réalité, le plan B que Jean Luc Mélenchon accepterait de mettre en application si les électeurs et les évènements le contraignaient à une opposition qui ne soit pas factice, de pure forme, qui n’écarterait pas seulement les mâchoires du piège de l’UE que pilote l’oligarchie, qui organiserait pratiquement, sûrement, effectivement, la levée d’écrou, l’élargissement, la sortie effective de la France et des Français de la prison UE, c’est le programme de gouvernement que l’UPR demande aux électeurs de soutenir et d’appliquer sans tergiverser !

        Je ne vois vraiment pas ce qui conduit le PRCF à penser que la posture d’insoumission de Jean Luc Mélenchon pourrait devenir, magiquement, le véritable levier d’une sortie effective de l’UE et de la reprise effective du contrôle de ses choix et de son destin par le peuple français.

        Le peuple français a été trompé à de multiples reprises par les politiciens auxquels ils avaient cru pouvoir confier la défense de leurs intérêts et ceux de la nation, une avalanche de tromperies facilitées et organisées par les grands médias qui sont tous dans les mains de l’oligarchie.

        Même si le FN relooké occupe en ce moment le devant de la scène, le mouvement des Gilets Jaunes et ses développements semblent indiquer que ces trahisons continues des électeurs vont devenir beaucoup plus difficiles à orchestrer. Les couches populaires qui sont les premières victimes de la politique de soumission aux dictats de l’UE qui est soutenue tant par la clique Macron que par l’opposition postiche de la gauche et de la droite, semblent déterminées à ne plus se laisser impunément marcher sur les pieds, à ne plus se laisser tromper, à retrouver le chemin des luttes pour se faire entendre et à ne plus se laisser mener par le bout du nez.

        Je suis pour ma part convaincu de la nécessité de permettre aux communistes actuellement éparpillés, et à d’autres, de prendre la place qui est la leur dans le grand rassemblement populaire majoritaire sans lequel il est illusoire d’envisager la sortie effective de l’UE, de l’euro et de l’Otan, la libération et la remise sur pied de la nation, ainsi que le rétablissement de notre démocratie.
        Cette place, ils la prendront, de toute façon, et les autres prendront également la leur, ou nous serons tous perdants, et la France aussi.

        Il est à fortiori encore plus illusoire, pour les communistes comme pour les autres, d’envisager pour la suite -et pour la suite seulement l’avènement d’une société socialiste si le peuple n’est pas d’abord capable de se rassembler dans sa diversité pour sortir le pays du piège de l’UE.

        Il n’est pas nécessaire d’être Gastaud-compatible, et de s’engager dans la lutte pour l’avènement en France d’une société socialiste, pour travailler efficacement au grand combat national qu’il convient de mener pour extirper la France de la machine infernale de l’UE, de l’euro et de l’Otan, pour remettre le pays sur pied, et pour retrouver pour tous, autrement qu’en paroles rituelles, le chemin des jours heureux. 


      • cettegrenouilleci 22 juin 10:45

        @cettegrenouilleci

        .../... à suivre (prochainement)


      • cettegrenouilleci 22 juin 14:33

        @cettegrenouilleci

        petite rectification (ligne 28)

        Rassembler ne veut pas dire agglomérer sans principes tous les mécontents à seule fin de chasser les tenants du pouvoir.


      • cettegrenouilleci 23 juin 17:47

        @cettegrenouilleci/

        petite rectification orthographique ( discussion avec Sparker du 19/6 à 16h24)

        .../...les manigances de ceux qui oeuvrent en sous-main dans le pays qui veut sortir du traité.../...


      • cettegrenouilleci 24 juin 08:48

        @cettegrenouilleci

        travail en cours...


      • cettegrenouilleci 24 juin 15:45

        @Sparker

        la sortie de l’UE et le programme politique de l’UPR

        Suite des réponses postées le 21 juin à 19H27 et le 22juin à 10h42 dans le sillage des commentaires suscités par l’article de Laurent Herblay interpelant les militants de l’UPR

        -« Donc, (choisir de sortir de l’UE par l’article 5o) c’est voter UPR de plein but car la question est le retour de la souveraineté que garantit le vote UPR.
        (De ce fait), les alliances ont peu d’intérêt dans cette configuration, si j’ai bien compris. »

        °Voter UPR, c’est bien. Néanmoins, ça ne suffit pas. Cela suffit d’autant moins que les échéances électorales qui pourraient permettre d’exprimer un tel choix (sortir de l’UE) ne sont pas fréquentes  : présidentielles, législatives dans le sillage des présidentielles pour l’élection d’un parlement national bidon [qui vote la mise en place de décisions prises ailleurs, pilotées par le gouvernement qui applique les directives de l’UE (GOPE)] , élections des députés du parlement européen également bidon [puisque seule la Commission Européenne est habilitée à prendre les décisions].

        Le seul vote UPR, fut-il majoritaire, ne garantit pas à lui seul le retour à la souveraineté, même s’il est majoritaire. (La dite souveraineté ne peut exister autrement qu’en rétablissant d’abord l’indépendance nationale, il est bon de le rappeler). Ce qui va être déterminant, c’est la force militante, organisée, déterminée, offensive, vigilante, c’est la conscience claire et la capacité de mobilisation et d’initiative du rassemblement populaire majoritaire qui sera seul capable de bouleverser l’ordre établi, autrement dit, de mettre fin au chaos orchestré par l’oligarchie qui tient les ficelles des pantins de l’UE, et de rétablir l’ordre républicain.

        On ne peut pas préjuger, aujourd’hui, des formes que va prendre ce grand rassemblement populaire majoritaire en gestation. Rien n’interdit que demain, des groupes organisés dans le sillage du Mouvement des Gilets Jaunes, ou des groupes déjà existants prenant acte de l’impasse où les a conduit leur choix pro-UE, pro-euro, pro-Otan décident de s’engager activement dans la bataille pour le rétablissement de notre indépendance nationale qui conditionne la capacité à satisfaire réellement, durablement, les revendications et les aspirations de la population, et les besoins de la nation.

        Demain ou après-demain, personne ne pourra interdire à personne d’apporter sa pierre à la lutte pour en finir avec l’asservissement de notre peuple,pour restaurer l’indépendance de la France et toutes les prérogatives de la nation. C’est la contribution effective de chacun à la bataille, c’est la capacité de chaque groupe à travailler de concert et à coopérer loyalement avec tous ceux qui seront engagés dans le même combat qui décidera des figures de proue qui seront mises en avant et des places respectives à tous les niveaux des forces qui se lèveront pour mettre fin aux pillages , aux destructions, à l’incurie du pouvoir en place et pour reconstruire notre société sur des bases qui garantissent à chacun le droit et les moyens de vivre dignement sans crainte du lendemain.

        L’avènement de nouveaux élus, d’une nouvelle politique avec de nouvelles institutions, et une vraie démocratie, le moment de cet avènement, c’est au peuple d’en décider avant tout, de la façon qui lui convient. Ce n’est pas au calendrier électoral officiel et au cirque électoral habituel entièrement contrôlés par l’oligarchie, les instituts de sondage, les médias aux ordres et les politiciens corrompus qu’il faut s’en remettre si l’on veut réellement changer la donne. Cela, le peuple l’a déjà compris et le fait savoir en s’abstenant de plus en plus massivement à l’occasion des scrutins organisés par le pouvoir.

        Dans une telle configuration, selon moi, les alliances qui se noueront seront déterminantes pour le succès de la bataille engagée pour sortir le pays de l’UE, de l’euro et de l’Otan, et pour reconstruire « l’Avenir en Commun ». L’UPR sera l’un des moteurs les plus sûrs des changements radicaux à opérer..

        Ce qui est prévu par la charte de l’UPR, c’est qu’après le rétablissement de notre indépendance nationale et la sécurisation des intérêts vitaux de la nation, la discussion sur la façon de continuer le chemin et la recherche de solutions aux problèmes de la société et aux défis à relever ( laissés provisoirement entre parenthèses pour préserver l’union nécessaire sur l’enjeu vital de libérer le pays des tentacules de l’hydre oligarchique UE-euro-Otan.) devra s’exercer en toute liberté en permettant au peuple de trancher, selon les modalités appropriées.

        A cette étape, la pluralité des points de vue, la confrontation des différentes approches idéologiques, philosophiques, des analyses et des propositions diverses et, le cas échéant, contradictoires des uns et des autres ne constituera pas un danger, ne compromettra pas la survie de la nation, mais sera au contraire un atout essentiel pour défricher collectivement les chemins de l’Avenir à reconstruire en commun.

         A SUIVRE

        « Mais alors, pourquoi un programme politique ? C’eut été plus crédible de ne pas en avoir et de rester sur le frexit comme tenant et aboutissant du vote UPR, et remettre le travail démocratique à l’oeuvre une fois sorti ? »


      • cettegrenouilleci 25 juin 15:26

        @cettegrenouilleci

        Suite des arguments échangés avec Sparker

        « Mais alors, pour quoi un programme politique ? C’eut été plus crédible de ne pas en avoir et de rester sur le frexit comme tenant et aboutissant du vote UPR, et remettre le travail démocratique à l’oeuvre une fois sorti ? »

        °C’est justement dans cette équation que beaucoup de nos contradicteurs essaient de nous enfermer, de quelque bord qu’ils soient, nous reprochant une chose et son contraire, nous reprochant d’être hors sol, de refuser de voir et de prendre les choses telles qu’elles sont, nous encourageant à entrer dans la chorale des chantres d’une autre Europe et à laisser aux politiciens interchangeables de l’opposition et de la majorité la conduite des affaires du pays et la gestion des choses sérieuses.

        Les mêmes nous reprochent de n’avoir pas de vrai programme de gouvernement -ce qui est faux—et d’avoir un programme qui ne servira à rien puisque la seule chose qui nous intéresserait, à les entendre, ce serait, et ce serait uniquement, la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan. Le programme de l’UPR ne serait donc là, comme l’article 50, que « pour faire joli », pour faire sérieux, pour mystifier les électeurs, il n’apporterait aucune réponse crédible aux préoccupations du pays et aux revendications de a population.

        A la rigueur, on veut bien nous laisser dénoncer des abus que d’autres s’appliquent à dissimuler, on veut bien nous laisser donner un coup de pied dans la fourmilière, mais remonter aux causes premières des problèmes en identifiant correctement les responsables et en dénonçant leurs complices, ça non ! Pas de ça dans le débat ! Pas de ça à la télévision ! C’est comme ça et pis c’est tout ! A quoi ça sert de remuer la merde ? Laissez la place libre aux apôtres de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan !

        Glaner quelques strapontins dans la distribution des rôles de la sinistre farce de l’autre Europe qui est jouée par la clique politicienne dont les ténors défilent à tour de rôle, depuis des décennies, à la tête du gouvernement, ça, ça pourrait à la rigueur se négocier. Nous serions alors un beau parti d’opposition, et nous aurions de multiples prétendants.

        Mais, mettre réellement les pieds dans le plat, remettre en cause ce qui ne va pas, à savoir que toutes les décisions qui comptent sont prises par d’autres et imposées à notre pays par des forces hostiles manoeuvrant à leur guise les tentacules de l’Union Européenne pour mieux étrangler la France et les Français, ça, non !

         Ce serait vraiment un scandale, ce serait faire preuve d’une réelle impudence, ce serait trahir de très vilaines manières et précipiter le pays dans la tourmente, dans l’aventure, ou pire encore ! L’art de gouverner la France, c’est une affaire d’experts ! Il faut laisser ça aux personnes dignes de confiance, formatées et validées par l’oligarchie, (comme les young leaders et leurs avatars cuisinés aux USA), et révélées au public par la grâce des grands médias qui sont aux mains de....l’oligarchie. Les sectaires, les factieux, les incapables, ce sont les autres !

        Si l’UPR a été créée il y a douze ans à l’initiative de François Asselineau, ce n’est pas seulement pour sortir la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

        C’est parce que l’UPR a fait le constat et l’analyse de la destruction du patrimoine économique du pays, de la liquidation les unes après les autres de toutes les conquêtes sociales de nos aînés, de la perte de nos libertés les plus élémentaires, du démantèlement à marche forcée de nos institutions, .../....le tout orchestré par la toile d’araignée de l’Union Européenne aux dépens de notre peuple et au bénéfice de l’oligarchie euro-atlantique et des ambitions géo-politiques de Washington, que nous sommes convaincus de la nécessité urgente, absolue, irréfutable de sortir la France du piège de l’UE, de l’euro et de l’Otan dans lequel elle a été enfermée.

        C’est donc ce levier de la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan que nous invitons les Français à activer avec, (entre autres outils), l’article 50, pour arrêter le carnage , réparer les dégâts, reconstruire notre économie, retrouver notre nation, nos emplois, nos services publics, notre démocratie, nos libertés, satisfaire les revendications légitimes de la population, mettre hors d’état de nuire les forces qui saccagent et pillent le pays, et leurs complices.

        Voilà à quoi il sert, le vote UPR.

        Les autres, qui disent tous ou qui disaient, hier encore, qu’il suffit d’être patient et de leur faire confiance pour transformer l’Union Européenne, l’euro et l’Otan en sésames du progrès social, des libertés, de la paix, de la coopération, de l’adaptation du pays aux défis de la mondialisation de l’économie et des échanges, qui chantent à l’envi les vertus d’une autre Europe qui ne verra jamais le jour, qui votent et appliquent à tour de rôle les directives de l’UE et font payer la note à leurs électeurs, ce sont des menteurs et des escrocs .

        Ils ont trempé et ils trempent encore dans le complot qui étrangle la nation.  Ils se gaussent des 1, 17% où est resté confiné le petit poucet du paysage politique national, grâce au dispositif bien huilé de la propagande orchestrée par la dictature de l’UE.

        Ils finiront par être démasqués. Le peuple les chassera, se saisira des petits cailloux de l’UPR qu’il trouvera sur son chemin, et forgera ses propres outils. Il se libèrera des rouages qui le broient, et reprendra ses affaires en mains.

        Merci à chacun des lecteurs pour l’attention prêtée à cette discussion.

        Remerciements sincères à Sparker, dont je salue l’engagement militant au service de ses convictions, pour les remarques et les questions pertinentes soulevées au cours de cet échange de vues qui n’épuise pas le sujet, bien au contraire.

        A une autre fois

        GJ


      • samy Levrai samy Levrai 17 juin 13:41

        L’auteur a choisi l’extrême droite plutôt que le rassemblement c’est son choix et c’est celui qui divise la résistance. 

        L’auteur fait l’impasse sur le coucou qui avait voulu s’allier avec Dupont Aignant ( lui aussi extreme droite compatible, d’où le choix naturel de l’auteur, mais surtout europeiste... ) avant de vouloir se replier sur l’UPR.

        Les patriotes ont eu une exposition médiatique sans commune mesure comparée a celle de l’UPR ( en temps et en horaire ) ...


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 juin 14:01

          @samy Levrai

          Sans doute à cause de cette exposition médiatique, le parti de Médor a fait plus que vous smiley

          Et largement :

          l’UPR, plus tu la vois, moins tu l’apprécie. « Vos meeting sont pleins, et vos urnes vides » 


        • samy Levrai samy Levrai 17 juin 14:08

          @Olivier Perriet
          Si l’UPR n’existait pas, j’aurais voté pour les caniches puisque hors UPR nous avons à faire à un parti unique ( sans l’UPR les patriotes n’existerait pas non plus, le plagiat n’aurait pas pu avoir lieu)... nous sommes maintenant 37800, le lavage de cerveau recule tous les jours, tu es toujours bloqué au stade dissonance cognitive mais même toi en notre contact est en train de progresser vers la compréhension du monde. 


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 juin 14:27

          @samy Levrai
          sans l’UPR les patriotes n’existerait pas non plus, le plagiat n’aurait pas pu avoir lieu

          Et donc, François Asselineau, c’est le messie qui vient de la planète Mars, et qui n’a aucune filiation politique ?

          Tu a eu ta Révélation divine, tu as fait ton chemin de Damas, t’as vu Jésus comme on dit.

          Si Farge existait en France, tu le traiterais d’extrême droite, pauvre idiot smiley


        • samy Levrai samy Levrai 17 juin 15:17

          @Olivier Perriet
          L’UPR est un mouvement de liberation nationale au dessus des clivages droite gauche, il suffit de lire la charte de l’UPR ( cela veut dire que nous venons de tous les horizons et que l’on s’en fout  !).
          Je pense sincèrement que le dernier des abrutis est en mesure de comprendre que notre pays n’est plus souverain et n’a plus rien à voir avec une democratie car il s’agit du sens des mots que donnent les dictionnaires.
          Il s’agit d’analyses pas de révélations, sors toi de tes croyances idiotes et commence enfin a te servir de ton cerveau.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 juin 15:26

          @samy Levrai
          cela veut dire que nous venons de tous les horizons et que l’on s’en fout !

          Ben non tu t’en fous pas, t’es le 1er à traiter les autres de fachos.

          CQFD


        • samy Levrai samy Levrai 17 juin 15:33

          @Olivier Perriet
          Au dernieres élections, les euro fascistes du parti unique ont été ultra majoritaires, il ne s’agit pas de positionnement droite gauche ...mais d’un parti unique plus que fascisant.


        • mmbbb 17 juin 19:39

          @samy Levrai ducon ce n est pas en méprisant les autres que vous ferez le plein de voix .  Je te l ai deja dit , et explique des democrates de ton genre me font gerber . Asselineau se presentera t il en 2022. ? 


        • samy Levrai samy Levrai 18 juin 00:06

          @mmbbb
          Qu’est ce que tu n’as pas compris, mon petit bichon ? Il te faut apprendre à t’exprimer sans baver si tu veux des récompenses ! 


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 juin 13:59

          Tempête dans un verre d’eau :

          oui, l’UPR est une secte, et plus on la connait, plus elle stagne, cherchez l’erreur !?


          • cettegrenouilleci 17 juin 15:46

            @Olivier Perriet

            A temps perdu, vous devriez risquer un oeil dans la tempête que vous croyez agiter dans votre verre d’eau.
            Peut-être y apercevriez vous, à force de patience et d’application, sous un éclairage favorable, en miroir, des bribes du portrait peu élogieux que vous prenez beaucoup de plaisir à resservir à l’envi aux lecteurs.
            Chacun aura compris que je ne fais pas ici référence au portrait que vous prétendez dresser de l’UPR, en toute objectivité, bien entendu.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 17 juin 17:02

            @cettegrenouilleci

            Salut,
            je parlais de la bataille pour l’hégémonie sur le Frexit que se sont livrés Les patriotes et l’UPR et dont témoigne le présent article.

            J’ai un défaut, j’aime l’auto dérision. Surtout là, quand il s’agit de départager ceux qui ont fait 0.7% de ceux qui ont fait 1.3%.

            À l’UPR on n’a pas l’air d’aimer smiley


          • cettegrenouilleci 17 juin 19:18

            @Olivier Perriet

            Merci d’avoir réagi à ce commentaire.

            La critique est un outil et un atout précieux tant pour celui qui l’administre que pour celui qui la reçoit.

            C’est une potion capable de faire des miracles à condition de savoir, ou de bien vouloir, l’administrer selon la posologie adéquate.

            Evidemment, si l’intention de nuire prévaut, on ne doit guère être surpris que l’organisme attaqué se rebiffe avec l’énergie qui convient, ni prétendre administrer une bonne médecine, ni poser pour une docte personne.

            Contrairement à ce que vous affirmez, à tous les étages de l’UPR, on est capable d’entendre et d’analyser les critiques, qu’elles soient bien ou mal intentionnées, et d’en tirer les leçons utiles.

            Le défi que les adhérents de l’UPR ont choisi de relever est un défi existentiel, éthique, impérieux. C’est aussi celui de faire partager aux autres des vérités dérangeantes mais incontournables.

            Galilée, en son temps, s’est trouvé confronté à de semblables défis. Il s’est appliqué à donner à tous les outils pour lire et pour découvrir la vérité. Non pas une vérité révélée, mais une observation scrupuleuse de la réalité et la mise en évidence des lois qui gouvernent cette réalité et le monde qui nous entoure.

            L’UPR, ses dirigeants, ses militants, ses adhérents, ses sympathisants, ne font pas autre chose.

            Dans ces conditions, le fait de ne recueillir qu’un soutien très modeste de l’électorat les déçoit forcément mais n’est pas de nature à transfigurer le réel et encore moins à remettre en cause leur engagement et leur combat.

            Bonne soirée


          • Lambert 17 juin 18:05

            Est-ce que 1,2 plus 0, quelque chose aurait vraiment fait avancer les affaires ? Si on est dans un parti, même sans être militant, qui veut sortir de l’UE depuis longtemps, pourquoi devrait-on en changer et voter pour un autre qui vient de sortir ? M. Philippot étant connoté extrême droite, une alliance de l’UPR avec lui n’aurait-il pas provoqué le même phénomène que lorsque DLF s’est allié avec le FN, avec le départ de pas mal de responsables et de certains adhérents ? Il faudrait que tous ceux qui veulent sortir de l’UE s’unissent, mais si les électeurs ne veulent pas, cela ne nous amène même pas à 2%. Alors, on peut toujours causer.


            • Djam Djam 17 juin 21:55

              Amusant ces commentateurs coutumiers deAGVox qui s’insultent gratuitement autour d’un parti qui, bien que très minuscule, déclenche des boutons ici et des lauriers là...

              Z’avez donc rien d’autre à faire que tapoter des règlements de compte d’ados énervés sur un forum sans strictement aucune conséquence sur la société, les partis et le monde ?


              • Cadoudal Cadoudal 17 juin 22:00

                @Djam
                Depuis que la branlette Bengladaise est autorisée par la loi, il est vrai que certains en profitent...

                S’exprimant dans un français hésitant, cet homme qui comparaissait libre sous contrôle judiciaire s’est contenté d’invoquer les démangeaisons induites par une opération des testicules il y a quelques années. En 2008 et 2010, il s’était déjà vu reprocher des faits comparables dans les transports en commun.

                http://www.lefigaro.fr/flash-actu/masturbation-filmee-dans-le-metro-a-paris-8-mois-avec-sursis-et-obligation-de-soins-20190617


              • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 08:07

                @Djam
                "Z’avez donc rien d’autre à faire que tapoter des règlements de compte d’ados énervés sur un forum sans strictement aucune conséquence sur la société, les partis et le monde ?"
                C’est sur ce site que je me suis éveillé à la politique et sur bien d’autres sujets aussi et je ne suis surement pas le seul.
                Certes au niveau national son influence est quasi nulle, mais bon cela permet à quelques uns d’échanger, de s’informer et de partager.
                Les petits ruisseaux forment de grandes rivières...


              • Ingénieur informaticien 17 juin 23:10

                Il y a une énorme différence entre l’UPR et les patriotes.

                L’UPR est capable de réunir des anciens du RN, comme des anciens de la FI, comme des anciens du PS ou d’EELV.

                Et pour cause, les sujets « clivants » comme l’immigration sont remis à plus tard, lorsque la démocratie sera rétablie.

                Priorité donc à la souveraineté.

                C’est clair et c’est net.

                Pour les Patriotes, j’attends de voir ...

                Combien d’anciens d’EELV chez Philipot ?


                • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 07:54

                  Bonjour M. Herblay,

                  Votre article accuse l’UPR de ne pas s’être allié avec Phillipot et les patriotes alors que Phillipot n’a proposé cette alliance qu’après avoir proposé cette même alliance avec Dupont Aignan.

                  Dois je comprendre que vous auriez suivi Phillipot et les patriotes dans cette alliance avec DA qui lui ne veut pas sortir de l’UE, euro, OTAN ?
                  Phiilipot aurait alors surement renié son Frexit et les patriotes alliés de DA seraient devenus encore un autre parti euroseptique. DA ne veut absolument pas sortir de l’UE qu’il veut réformer.

                  Quand est il donc des convictions de ce Phillipot qui s’allierait avec le diable afin de conserver son poste de député européen ?

                  Ne voyez vous pas que Phillipot, conscient du rejet des politiques de droite et de gauche par une grande partie des français, a saisi l’occasion d’un sujet comme le Frexit ( et ce déjà lorsqu’il était au FN) et de créer un parti, qui comme l’UPR, propose une alternative différente avec le Frexit. Jouant de sa notoriété qu’il a acquise au FN, au lieu de rejoindre l’UPR, il a fait cavalier seul claironnant à Bourdin sur RMC qu’il était le seul parti du Frexit.

                  L’opportunisme de ce monsieur ne vous saute t’elle pas aux yeux ?

                  Ne parlons surtout pas du dépôt à L’INPI de la marque ’Gilets jaunes"qu’a effectué Phillipot pour s’accaparer le mouvement des gilets jaunes ou le casser plutôt en lui donnant une aura d’extrême droite, non n’en parlons surtout pas !

                  Ce n’est pas l’UPR qui divise les partisans du Frexit, mais bien Phillipot et les patriotes !

                  Vous parlez des critiques de F.Asselineau sur l’opportuniste Phillipot ( faudrait il que FA baisse son froc devant le plagiat de certaines formules et métaphores de FA

                  apprises par cœur par phillipot, et ce au mot prés ?). Je vous ferez remarquer que lors de chaque débat télévisé où se retrouvaient ensemble sur un même plateau Phillipot et F.Asselineau, ce dernier ne l’a jamais réellement attaqué ou si peu, le laissant le plagier sans rien dire.

                  Vous vous gargarisez que Phillipot n’ai jamais attaqué FA, cela aurait été ridicule et l’aurait surement amplement desservi. Un clone ne peut critiquer l’original duquel il titre sa substance, par contre l’original lui est en mesure de critiquer le clone qui est sa copie et dont les défauts n’en font pas une copie conforme.
                  Auriez vous l’audace d’avancer que Phillipot aurait développé autant (ou même équivalentes) d’analyses que FA sur le fonctionnement de l’UE, sur les articles des traités européens, sur l’euro, sur le rôle de l’OTAN, sur les euro régions, sur les stratégies des partis politiques, sur la géopolitique, etc. depuis 2005 où.Phillipot n’a fait qu’effleurer le sujet de l’UE et ne s’est jamais réellement impliquer sur un Frexit, ni n’a d’ailleurs créer un parti pro Frexit à l’époque.

                  Ce n’est donc pas l’UPR qui divise les partisans du Frexit mais bien Phillipot et les patriotes.


                  • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 08:10

                    @GrandGuignol
                    rectif : je vous ferais remarquer...


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 juin 11:15

                    @GrandGuignol

                    T’as pas remarqué que
                    Asselineau fait à peine 1%
                    et Phillipot 0.7% ?

                    Alors je veux bien trier le bon grain de l’ivraie, mais on ne nage pas dans l’abondance ( smiley ), ce dont visiblement vous n’avez pas conscience.

                    S’il y avait 40% des voix pour le Frexit, l’UPR pourrait se permettre ce raisonnement.

                    Mais quand on stagne comme ça, c’est minable.

                    Restez sur votre île, et surtout n’en sortez pas.


                  • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 12:14

                    @Olivier Perriet

                    Il n’y a rien de minable lorsque l’on respecte une charte qui a un but précis, à savoir sortir de l’UE, euro, OTAN, ceux qui respecte cette charte sont donc les bien venus quels que soient leurs idéologies.
                    Par contre s’allier avec n’importe qui, n’importe comment pour avoir plus de voix conduira inexorablement à renier le but précis auquel on s’est fixé, çà c’est minable, cela s’appelle de la politique politicienne, ce que rejette à l’heure actuelle la majorité des français et pour cause que ce soit de droite ou de gauche la même politique est menée au sein de l’UE..
                    Dans le cas Phillipot tout a été dit et celui ci de plus ne respecte pas la charte de l’UPR mais travaille uniquement pour son poste de député européen, ainsi au lieu de critiquer l’UPR qui est un parti de rassemblement national, ouvrez les yeux sur ceux qu essaient de saboter ce mouvement au profit d’alliances qui ne correspondent pas aux objectifs principaux.

                    allez à ++++


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 juin 14:04

                    @GrandGuignol
                    au profit d’alliances qui ne correspondent pas aux objectifs principaux.

                    Moi j’ai vu Philippot demander le Frexit. Alors, sincère ou pas sincère, je ne suis pas Dieu, et suis bien obligé de me baser sur ce que disent les gens car je suis pas dans leur tête.

                    Mais apparemment, à l’UPR, vous ne connaissez pas le mot « synergie ». Vous n’êtes pas les seuls cela dit.

                    Mais là où votre débat est naze, et vos comparaisons nulles, c’est que vous réagissez comme s’il ne fallait pas vous dissoudre dans un ensemble indifférencié où personne n’est d’accord. Comme feu « l’UMPS ».

                    Sauf que vous êtes à 1%, et qu’on vous parle de discuter avec un gars qui fait encore moins que vous  !!

                    Alors vous êtes loin de vous dissoudre smiley Et vous êtes bien loin d’arriver au pouvoir aussi


                  • GrandGuignol GrandGuignol 19 juin 15:17

                    @Olivier Perriet
                    ce 1% que vous nous rabâchez, ce n’est que le début de la prise de conscience.
                    Il faut du temps pour comprendre ce qu’est réellement l’UE et ne parlons pas de géopolitique, là c’est encore plus complexe.Tout est lié.
                    Si vous appelez Synergie l’UMPS je me marre, ils étaient allié depuis toujours sauf aux yeux du grand public qui ne s’informe en majorité que sur les médias de masse.
                    Très bientôt les assiettes des français seront vides et même la classe petit bourgeois va subir l’austérité de l’UE, à ce moment là les esprits ne se contenteront plus de la propagande TV et chercheront à comprendre.

                    l’UPR malgré son faible score aux élections continu inexorablement d’engranger chaque jours de nouveaux adhérents, c’est plutôt positif pour la suite.


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 juin 16:29

                    @GrandGuignol

                    Si vous appelez Synergie l’UMPS je me marre


                    Il faudrait apprendre à lire ce qui n’est pas votre catéchisme.

                    j’ai dit que votre argument est complètement hors sujet :
                    vous ne voulez pas devenir comme l’UMP ou le PS, qui rassemblaient uniquement des carriéristes d’accord sur rien. Certes.

                    Mais quand on est un mouvement confidentiel, élection après élection, c’est un problème qui n’est pas près de poser.
                    Chaque chose en son temps.


                  • GrandGuignol GrandGuignol 19 juin 17:23

                    @Olivier Perriet

                    Faut faire un choix, soit on est honnête avec ses convictions, soit on on a pas de convictions et alors tout est permis.
                    L’alliance avec des gigolos de la politique n’entre pas dans le cadre des convictions.
                    Alors oui on peut stagner encore quelques temps, mais la vérité sur l’UE, l’euro, l’OTAN et plus si affinité se dévoile chaque jour un peu plus.
                    Voyez donc le crédit à la baisse qu’obtiennent les médias de masse en France, seul un quart des français croit encore en leurs propagandes selon certains sondages.


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 juin 09:57

                    @GrandGuignol

                    réponse sur les médias, complètement hors sujet, une fois de plus.

                    réponse sectaire, une fois de plus : vous y croyez vraiment, que vous êtes capables de rassembler, à vous seuls, un Français sur 2 + 1 ?

                    Sincèrement ?


                  • Sparker Sparker 18 juin 11:43

                    Je ne comprend toujours pas pourquoi il n’y a pas de regroupement avec le PRCF, c’est le PRCF qui ne veut pas ? ou est-ce l’UPR ? ou y’a t-il incompatibilité et sur quel point ?
                    Certes ça ne remplie pas les urnes, mais ça montre une unité dans la valeur que vous défendez et qui dépasse les clivages.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 12:26

                      @Sparker
                      Georges Gastaud ne veut pas entendre parler de l’art 50 qui est dans la charte de l’UPR, c’est son choix, pas le notre qui est de sortir de l’UE dans les meilleurs termes possibles avec nos voisins européens.Cet article existe et reste dans le respect des traités et comme le dit FA nul besoin d’attendre 2 ans, au bout de 3 à 6 mois si pas d’accords, on fera sans accords avec l’UE mais l’on aura respecté le droit et nul ne pourra nous reprocher quoi que ce soit.
                      FA précise aussi que dés le dépôt de sortie de l’UE par l’art 50, le programme de l’UPR sera mis en place, seule la contribution à l’UE sera effective et si pas d’accords supprimée avant même les 2 ans. C’est notre rapport de force à nous...

                      D’autres part le PCFR a appelé à voter Mélenchon lors des présidentielles, ce qui vous rapproche plus à la FI du PCFR....
                      Je vous retourne la question : pourquoi ne vous alliez vous pas avec le PCFR à la la FI ? Ils ont pourtant un programme de gauche qui lutte contre le capitalisme.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 12:53

                      @GrandGuignol
                      Rectif : PRCF ...et pas PCFR (lol)


                    • Sparker Sparker 18 juin 14:57

                      @GrandGuignol

                      a) Rupture avec l’Union Européenne du grand capital

                      La première décision d’un gouvernement de salut national et populaire doit être la dénonciation de tous les traités supranationaux d’intégration capitaliste européenne (Maastricht, Amsterdam, Nice, Lisbonne, etc). Cela implique l’abandon de l’Euro, le retour à une monnaie nationale et la reconstitution des outils de l’indépendance économique. La « dette » de la France à l’égard des marchés financiers et des banques sera annulée en prenant soin cependant de distinguer entre les petits et les gros porteurs d’obligations. Un strict contrôle des changes sera instauré. Au lieu de multiplier les vexations contre les travailleurs immigrés, le gouvernement populaire taxera lourdement les privilégiés qui tenteraient de spéculer contre la monnaie nationale et d’exporter leur fortune pour échapper à l’impôt.

                      Donc le PRCF pense que l’Art 50 n’est pas nécessaire, que la dénonciation suffit.

                      Donc ce n’est que sur la stratégie de l’art50 que vous buttez ? c’est pire qu’à gauche, eux qui ont des idées plus tranchée sur la sortie ou non.

                      Ca fait pas trop urgence ou salut national, quand la maison brûle on demande pas aux pompiers de connaitre le code de la route.

                      Ben non le rapprochement avec la FI n’est pas vraiment possible, le PRCF veut un vrai frexit national comme vous et pas nous, sauf qu’ils ont soutenu FI pour le programme en espérant que le plan A foire et que l’on soit obligé de sortir, de frexiter. Du coup comme le plan B à disparu des radars le PRCF nous bourine et ne veut plus nous soutenir, ce qui parait logique selon leur point de vue.

                      Franchement ils sont beaucoup plus proches de vous, programme de gauche de type CNR communiste qui lutte contre le capitalisme, Frexit nationaliste, souveraineté absolue et traités de coopération internationaux, sortie de l’euro, de l’otan c’est quand même étrange
                      Quand on lit les deux professions de foi et programmes on se demande ce qui vous sépare vraiment.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 15:35

                      @Sparker

                      Dénoncer les traités est un choix comme celui d’utiliser l’art 50.
                      D’ailleurs lors de la création de l’UPR cet art50 n’existait pas et l’UPR n’avait d’autres choix que de dénoncer les traités européens.Depuis cet article a été créé, il permet donc une sortie sans risque de se fâcher avec tous les pays membres de l’UE, pourquoi donc ne pas l’utiliser ?
                      Certes le PRCF voudrait dénoncer tous les traités, alors que l’UPR proposera un referendum pour sortir de Maastricht.
                      Chacun a sa vision mais perso je trouve celle du PRCF un peu trop brutale.
                      Je suis pour la démocratie et pas pour qu’un parti politique prenne toutes les décisions à ma place.
                      L’idéologie communiste qui anime le PRCF est prédominante, l’UPR plus tourné vers la démocratie, les débats et les referendums ne s’encombre pas d’une idéologie qui ne pourra jamais avoir le soutien d’une majorité de français, a fortiori une idéologie communiste.
                      Quand la maison brûle, on laisse de coté son idéologie et on fonce vers l’essentiel, ce que ne fera jamais le PRCF qui critique l’UPR et FA qu’il considère assurément de droite.


                    • Sparker Sparker 19 juin 17:48

                      @GrandGuignol

                      "L’idéologie communiste qui anime le PRCF est prédominante, l’UPR plus tourné vers la démocratie, les débats et les referendums ne s’encombre pas d’une idéologie qui ne pourra jamais avoir le soutien d’une majorité de français, a fortiori une idéologie communiste.« 

                      Là vous nous dites que le PRCF n’est pas démocrate et qu’il préconise le retour à la »dictature" communiste ??


                    • GrandGuignol GrandGuignol 19 juin 18:30

                      @Sparker
                      Non je dis que l’idéologie communiste ne peut emporter l’adhésion de la majorité des français et que pour rassembler il faut laisser de coté ses idéologies pour un temps et se tourner vers un rassemblement au delà de ces idéologies.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 19 juin 18:34

                      @Sparker
                      PRCF : Pôle de renaissance communiste en France

                      tout est dans le nom de ce parti qui ne pourra jamais rassembler une majorité de français.
                      perso je ne suis pas contre une alliance de l’UPR avec le PRCF.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 19 juin 18:50

                      @GrandGuignol
                      Bien entendu si le PRCF respecte la charte de l’UPR...

                       smiley

                    • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 12:44

                      à l’auteur de cet article :

                      Dans un précédant commentaire sur cet article, je vous pose cette question :

                      Dois je comprendre que vous auriez suivi Phillipot et les patriotes dans cette alliance avec DA qui lui ne veut pas sortir de l’UE, euro, OTAN ?

                      J’aimerais bien que vous répondiez à cette question pour savoir où se situe vos convictions en ce qui concerne la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN.


                      • Attila Attila 18 juin 15:18

                        @GrandGuignol
                        Laurent Pinsolle ne répond jamais : comme les coucous, il dépose son article dans le nid d’Agoravox et s’en va . . .

                        .


                      • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 15:49

                        @Attila
                        Merci de me prévenir...

                         smiley

                      • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 juin 10:53

                        @GrandGuignol

                        Sinon, tu peux lire la bio de Laurent Herblé, alias Laurent Pinsolle, qui était membre de DLF, et en est parti aux alentours de 2016. Et qui a justement critiqué Dupont-Aignan pour ses revirement sur cette question.

                        Après tout, à l’UPR, vous nous le dites régulièrement :
                        « Prenez donc le temps de visionner la dernière conférence de 3h30 du Maîîître ! »

                        Là avec l’historique des articles de Laurent Herblé, ça ne vous prendra pas le quart de ce temps pour répondre à cette question, car ses articulets sont généralement très courts, limite superficiels smiley

                        Au final, Laurent avait pensé voter UPR aux européennes, mais vous avez encore gâché un électeur. Un exemple, parmi d’autres !

                        Pas grave, dans 50 ans, l’UPR fera 10% smiley

                        Et puis, il faut rester pur. Et surtout entre soi...


                      • GrandGuignol GrandGuignol 19 juin 15:00

                        @Olivier Perriet
                        ok je comprend mieux son choix pour Phillipot à présent.
                        merci de ces renseignements.

                        pour la partie UPR penser ce que vous voulez... smiley
                        Nous on sait pourquoi on reste strict sur l’essentiel, pour ne pas se perdre dans la fange politicarde qui n’a qu’un seul but : sa gamelle !... et les français au diable avec leurs problèmes.
                        A+


                      • Xenozoid 18 juin 15:10

                        l’upr est la résistance ?

                        et samy est la relève de fifi ?

                        tttt....


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 15:41

                          @Xenozoid
                          qui d’autre résiste en France face à la dictature de l’UE et de l’oligarchie ?
                          Les gilets jaunes peut être, mais vu leur sens de l’organisation on est pas sorti de l’auberge, et puis on a vu le résultat des votes lors des élections européennes, que des partis pro Ue en tête.
                          Les GJ ont votés pour leurs bourreaux ou se sont abstenus comme de nombreux français qui viennent nous faire la morale et nous critiquer sans bouger le petit doigt.
                          élections piège à con, mais ne rien faire et tout aussi con.


                        • Xenozoid 18 juin 15:44

                          @GrandGuignol

                          de mon point de vue le vote n’est pas une fin en soi,sinon on est en dictature 


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 15:57

                          @Xenozoid
                          Bien sur que le vote n’est pas une fin en soi, qui dit le contraire.
                          cela permet au moins d’évacuer les plus nuisibles.
                          bien sur si l’élection n’est pas truquée.... smiley


                        • Xenozoid 18 juin 16:00

                          @GrandGuignol

                          c’est comme la compétition


                        • Xenozoid 18 juin 16:02

                          @Xenozoid

                          la compétition c’est la dictature


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 16:17

                          @Xenozoid
                          La dictature est déjà là et au niveau mondial.

                          Beaucoup on bien compris le message, oui la compétition c’est pas beau c’est pas bon, c’est ok, pas de problèmes, mais dis moi donc quelle est la solution miracle à mettre en place d’urgence pour qu’enfin on se dirige vers un futur idéal ?
                          Je suis tout Ouïe ( de merlan) .... smiley

                          PS : perso je suis Zen et bientôt un vieux crouton dans 10 ans, je n’ai besoin de rien, ne suis pas matérialiste, mais c’est pour mes enfants et leur avenir que je me « bats », je n’aimerai pas les voir souffrit dans ce monde Orwellien qui se met en place


                        • Xenozoid 18 juin 16:22

                          @GrandGuignol

                          la dictature ne s’est pas mis en place,lá on a une différence de vue,la dictature est et était en place

                          ps : je ne suis pas zen,mais je ne soutient pas la soufrance


                        • Xenozoid 18 juin 16:25

                          @Xenozoid

                          quand a Orwel je l’ai dit plusieurs fois,il faisait un constat, pas une prévision,ceux qui voit cela comme une prévision sont dépasés


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 16:39

                          @Xenozoid
                          « la dictature ne s’est pas mis en place,lá on a une différence de vue,la dictature est et était en place »

                          Où ai je dit le contraire si ce n’est qu’elle évolue vers un système plus dictatorial encore où si l’on ne réagit pas tant qu’il en est peut être encore temps, on ne pourra plus jamais avoir l’espoir de s’émanciper un jour et ce même à titre individuel dans son coin..
                          le fatalisme ne pourra rien résoudre


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 16:42

                          @Xenozoid
                          "quand a Orwel je l’ai dit plusieurs fois,il faisait un constat, pas une prévision,ceux qui voit cela comme une prévision sont dépasés"

                          On a encore une certaine liberté, certes limité, mais ce qui nous attend sera surement pire que ce qu’Orwell aurait constaté ou imaginé.


                        • Xenozoid 18 juin 16:48

                          @GrandGuignol

                          On a encore une certaine liberté, certes limité, mais ce qui nous attend sera surement pire que ce qu’Orwell aurait constaté ou imaginé.

                          ok grand guignol je t’aime bien
                          on reprend

                          On a encore une certaine liberté, certes limité

                          en quoi une liberté peut etre limité ?(le vote ?)

                          mais ce qui nous attend sera surement pire que ce qu’Orwell aurait constaté ou imaginé.

                          en quoi serait ce pire,a par le fait qu’il est mort et pas toi


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 17:13

                          @Xenozoid
                          En fait tu as raison concernant Orwell (1984) que je confonds avec l’auteur du livre « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley auquel je pensais en fait.

                          Dans le monde de Huxley, ce qui nous attends prochainement, est bien pire qu’Orwell...tu es lobotomisé, tu n’as plus de pensée à toi, tu es un zombi programmé génétiquement à la naissance pour certaines taches, tu ne vis plus réellement et ne ressent plus rien et tu sert l’élite sans aucun espoir d’émancipation.
                          c’est pour cela que je disais que l’on avait encore une certaine liberté et que la dictature qui se met en place est bien pire que ce qu’Orwell avait imaginé..


                        • Xenozoid 18 juin 17:16

                          @GrandGuignol

                          j’avais fais un article pas passé sur huxley


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 17:16

                          @Xenozoid
                          En ce qui concerne le vote, j’attends encore que tu me montres le chemin qui conduit à l’émancipation des peuples...A moins bien sur qu’il n’y en ai aucun de ton point de vue.


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 17:19

                          @Xenozoid
                          "j’avais fais un article pas passé sur huxley

                          "
                          dommage j’aurais bien aimé le lire cet article.


                        • Xenozoid 18 juin 17:19

                          @Xenozoid

                          Pour comprendre ce qui se passe , nous devons interpréter l’idée de Walter Benjamin que le capitalisme est véritablement devenu une religion , la religion la plus féroce , implacable et irrationnelle qui ait jamais existé , car il ne reconnaît ni les trêves ni rachat . Un culte permanent est célébrée en son nom , un culte dont la liturgie est la main-d’œuvre et son objet , l’argent . Dieu n’est pas mort , il a été transformé en argent. La Banque avec ses drones sans visage et ses experts - a pris la place de l’église et de ses prêtres , et par sa commande sur le crédit ( comme les prêts à l’Etat, qui a si allègrement abdiqué sa souveraineté ) , manipule et gère la foi —la rare et incertaine foi qui reste encore de notre temps . D’ailleurs , l’affirmation selon laquelle le capitalisme d’aujourd’hui est une religion est plus efficacement démontrée par le titre qui est apparu sur la première page d’un grand journal national , il y a quelques jours : « sauver l’euro Quel que soit le coût » . Voyez vous, le « salut » est un concept religieux , mais qu’est-ce que « quel que soit le coût » signifie ? Même jusqu’a sacrifier des vies humaines ? Car seulement dans une perspective religieuse ( ou, plus exactement , une perspective pseudo-religieuse ) pourrait -on faire de telles déclarations manifestement absurdes et inhumaines .


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 17:32

                          @Xenozoid
                          Oui je suis d’accord avec toi en ce qui concerne la religion du capitalisme et le dieu argent. une religion « satanique » qui ne reculera devant rien pour s’imposer et dont les fidèles ayant évacué toute spiritualité vénèrent souvent à leurs insu.


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 17:42

                          @Xenozoid
                          Ok pour le constat, mais alors que faut il faire ?
                          Agir, se résigner à l’inéluctable ou bien attendre la venu d’un messie qui nous sauvera de cette religion diabolique ?


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 18:00

                          @Xenozoid

                          A moins que ce ne soit : « tout est déjà parfait »....ce qui est ressenti en état de méditation lorsque l’on interroge son moi profond, sa conscience imperturbable toujours joyeuse, à l’abri du mental et de l’égo qui lui juge de tout....


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 19:01

                          hé ho Xéno, ben alors ? Bon le cours est fini visiblement et toujours pas de solution proposée, c’est dommage c’était très intéressant .J’aurai bien aimé avoir ton avis ..tant pis, la prochaine fois peut être, à moins que la réponse ne soit déjà dans ton dernier commentaire.

                          L’énigme du sphinx Xénozoid reste entière.... smiley

                          Pour ma part je choisi la spiritualité et l’action :

                          1/ la méditation qui permet de relativiser et d’échapper a une certaine illusion de la réalité pour se recentrer sur l’essentiel de ce que nous sommes réellement.

                          2/ l’action même si celle ci semble inadapté ou dérisoire, l’’émancipation des peuples si celle ci advient se fera part étape en retournant les outils préfabriqués par leurs créateurs contre eux et en fabriquant les nouveaux outils si nécessaires à cette émancipation.


                        • Xenozoid 18 juin 19:25

                          @GrandGuignol

                          brrrrr !!!!


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 19:33

                          @Xenozoid
                          oui mais encore ?


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 19:43

                          @Xenozoid
                          on dirais que tu n’oses t’exprimer sur ce que tu crois ou pense devoir être fait.
                          tu reste toujours énigmatique, ce qui a son charme mais ne résous pas les problèmes.
                          pour ma part je n’ai aucune gène à m’exprimer même si je passe pour un con ou un abruti, de toutes façons on est toujours le con ou l’idiot de quelqu’un d’autre.
                          Est ce que cela a réellement une importance ? Perso je m’en tape l’os.
                          qu’est ce que la réalité, la vérité, qui l’a détient ?


                        • GrandGuignol GrandGuignol 18 juin 20:16

                          Brrr !! itou,

                          Bon allez à la prochaine si prochaine il y a.

                          Bonne soirée.


                        • Xenozoid 20 juin 20:24

                          @GrandGuignol

                           Bon le cours est fini visiblement ,

                          fin en soi
                           grand guignol et autre upr(depuis que lúpr fais recette dans le vote) et que vous ne représente que l’upr,nous dit que lui ne fait que renforcer l’illusion d’être un couillon,Moi,et que le vote oh démocratique est bien meilleur que de se lamenter sur le net,et ne rien faire.c’est la position du sphinx non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès