• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Aux urnes sous-citoyens !

Aux urnes sous-citoyens !

JPEG

Le parti « Abstention, votes blancs et nuls » vient de naître. Vous pouvez soutenir notre initiative sur le lien https://chng.it/PQhJd2R6jP (pas de soutien financier). Vos commentaires nous seront précieux.

 Le taux d’abstention record lors des dernières élections régionales a fait le bonheur des présidents sortants. En moyenne, le soutien de 12% des inscrits leur a suffi pour passer le premier tour. Pour nombre d’entre eux, le second tour n’était qu’une formalité, ils se sont érigés en ultime rempart contre le Rassemblement National et hop, tous ont retrouvé leurs sièges et les pantoufles qui vont dessous. Le cas le plus édifiant est celui de la région Grand Est, Jean Rottner l’a emporté au premier tour avec 350 000 voix. Moins d’un inscrit sur dix a voté pour lui. Peu importe, les média ont salué son avance « confortable » et, au second tour, le sacrosaint barrage contre le RN lui a permis de conserver la présidence d’une région qui compte plus de cinq millions d’habitants. Même constat dans les Haut-de-France, en Aquitaine, en Normandie, en Bourgogne, en Provence-Côte d’Azur, il ne s’agissait pas de défendre un bilan mais de pousser les rares votants dans leurs derniers retranchements : « C’est moi ou les facho ! ». Dans ces conditions, comment s’étonner de l’envolée de l’abstention ? Depuis le temps que les « bons républicains » font la courte échelle au clan Lepen pour jouer les sauveurs au moment opportun, les Français ont fini par se lasser de ce stratagème malsain. Résultat, le Rassemblement National monte et l’abstention suit le mouvement. Oui, monsieur Macron, les deux grimpent « en même temps ». 

 Rien de nouveau depuis le second tour des présidentielles en 2002, le mot d’ordre était de faire barrage au Front National, et accessoirement de voter en masse pour Jacques Chirac. Ceux qui doutaient du sérieux de cette consigne passaient déjà pour des « sous-citoyens », pire, l’abstentionnisme relevait de la collusion avec le quatrième reich. Au final, les maigres 18% de Jean-Marie Lepen ont convaincu toute une géné-ration de politiciens de l’efficacité de cette vaste opération d’adhésion forcée. Depuis, ils nous refont le coup à chaque scrutin : « Tous aux urnes, une terrible menace extrêmiste pèse sur le pays ! ». Entre cette combine indécrottable et l’abstention massive qui en découle, le pays est pris dans un cercle désespérément vicieux. L’ensemble de la vie politique tourne autour de cet « axe du mal » un rien surjoué. Les média s’en réjouissent puisqu’ils y trouvent leur compte de sensationnalisme bon marché. Bref, d’ici la fin de l’année, le score étriqué du RN aux élections régionales sera oublié. Ajoutez-y une touche de vandalisme antisémite au printemps prochain et le décor sera planté pour les présidentielles. Marine Le Pen pourra jouer une fois de plus le rôle indispensable que son vieux père lui a légué, celui du facho utile.

 En Mai 2022, toutes les surprises seront possibles. Vu le nombre de candidats potentiels, il suffirait que le taux d’abstention grimpe de deux ou trois points pour que le premier tour se joue à quelques voix près. En 2017, Emmanuel Macron l’a emporté grâce au soutien de 18% des inscrits, à quel niveau sera la barre cette fois-ci, —au ras du plancher, comme à la danse du Limbo ? Cette éventualité n’a pas échappé aux contorsionnistes de tous bords, les prétendants se bousculent dans les partis et des vocations tardives se dessinent dans la société civile. Qu’ils soient politiciens de métier ou grands télépatriotes à la Zemmour, tous ont compris que ces élections seraient plus ouvertes que jamais. En ces temps de nivelage par le bas, tous espèrent passer le premier tour de justesse et, qui sait, affronter la Marinonette du RN au second tour. La suite, vous la connaissez…

 En 2017, seize millions d’électeurs ont préfèré s’abstenir ou voter blanc. En cas de replay du match Macron-Le Pen, combien refuseront de se prononcer ? Et même si l’IFOP prévoit un « grand candidat » de rechange dans les mois à venir (un nouveau bourreau de travail doté d’une intelligence hors norme qui va chambouler l‘ancien monde), combien de Français se laisseront berner une fois de plus ? Quant-à voter au premier tour pour un « petit candidat » —vous savez, ceux que TF1 n’invite pas au débat parce qu’ils n’ont pas costume de gala—, c’est déjà cautionner les dérives d’un système à deux vitesses. Au final, le jeu électoral brille de tous les artifices d’une démocratie de façade : Liberté de voter contre l’extrême-droite, égalité entre les gagnants d’avance et les minus donnés perdants, sans oublier l’indispensable fraternité entre une poignée d’abuseurs publics qui s’insultent au premier tour et se partagent les postes à l’issue du second… A bien considérer les règles du jeu, la montée de l’abstention n’a rien d’étonnant. C’est plutôt le nombre de participants qui devrait surprendre les bons républicains. Quand on superpose leurs semblants de programmes et les bilans de fin de mandat des candidats gagnants depuis cinquante ans, vous admettrez qu’il faut une certaine dose de résignation pour continuer à voter.

 Depuis l’ère nouvelle promise par Valery Giscard d’Estaing, j’en ai vu défiler des présidents surdoués, des grands modernistes en costume de gardien de musée : « Suivez le guide, par ici la sortie de crise ». Lequel d’entre eux a redonné le moindre souffle au pays ? Ca fait un demi-siècle que tous les indicateurs économiques stagnent ou s’enfoncent dans le rouge. Chômage de masse, dette publique abyssale, balance commerciale plombée, taux de croissance en berne, même l’INSEE est à court d’idées pour trafiquer les statistiques. Et pour cause, les génies qui se relaient au pouvoir s’entêtent à brader le patrimoine national et les services publics pour alléger le fardeau de l’état. Qui en supporte le poids ? Depuis trente ans, un Français sur sept vit invariablement sous le seuil de pauvreté, les inégalités se multiplient, la délinquance prospère, le communautarisme tourne au règlement de compte et l’unité nationale agonise. A part ça, tout va bien dans le pays le plus taxé au monde, notre image de marque à l’étranger frise le ridicule mais pour le reste, nos présidents ont fait du bon boulot. Soyons sérieux, la médiocratie politique ne manque pas de culot quand elle dénonce le manque de civisme des abstentionnistes. La faute à qui si des millions de Français échaudés ne voient plus en quoi voter serait un geste constructif ? Au contraire, ils auraient l’impression d’apporter leur pierre cagneuse à la ruine du pays.

 J’ai voté pour la dernière fois en 2012, après quelques mois de « changement c’est maintenant », j’ai eu comme une révélation : A l’avenir, il serait plus sage de m’abstenir. Comme des millions de Français, j’espèrais que la montée de l’abstention finirait par embarrasser les candidats, qu’ils prendraient cette désertion citoyenne au sérieux. La farce des régionales m’a ramené à la réalité, même avec 70% d’abstention, la classe politique poursuit ses petites affaires comme si de rien n’était. Pire, plus les votants se font rares et plus les candidats sont nombreux, cette tendance s’accentue quelque soit le niveau des scrutins. Evidemment, la flambée de l’abstention augmente leurs chances de l’emporter, elle favorise les plus clientèlistes, ceux qui nagent dans le système comme des poissons dans l’eau saumâtre, les tribuns familiers dont on aggrippe le bulletin de vote comme un paquet de lessive au supermarché : « Vu à la télé ! ». Et dire qu’en m’abstenant je pensais m’opposer à la lignée de docteurs Knock qui charcute la France depuis des décennies. C’est tout le contraire, quelques centaines de milliers de bons clients suffisent désormais pour les reconduire à la tête de régions aussi peuplées que certains pays européens.

 12 % des inscrits ont fait l’affaire aux régionales, à combien sera le ticket en 2022 pour le pays tout entier ? Si les citoyens de bonne volonté ne font rien pour empêcher ce dévoiement du suffrage direct, cette élection ne servira pas à nommer le président de tous les Français mais à désigner une fois de plus les quelques millions de Français dont l’heureux élu sera le président. Tant pis pour les autres, le roitelet de service pourra se permettre de les dénigrer puisqu’ils ne servent en rien ses intérêts carriéristes. Compre-nez qu’à ses yeux « ces gens ne seront rien »… C’est tout le charme de la vaste opération de dégoûtation électorale lancée par la classe politique il y a une vingtaine d’années. Moins les votants sont nombreux et plus les élus font valoir leur sacrosainte légitimité à la suite d’élections hautement démocratiques dans un pays éperdument épris de liberté. La preuve, le bon peuple a le droit de zigzaguer entre les tirs de LBD tous les samedis pour exprimer sa frustration....

 Bref, je dois admettre qu’en grossissant le camp des abstentionnistes, je me suis montré d’une prétention désespérante. En gros, j’espérais briller par mon absence dans des diners de cons où il y a plus d’invités qu’il n’en faut pour amuser la gallerie. S’abstenir n’a aucun sens puisqu’aucun seuil de participation n’est requis pour valider une élection. Pour qu’une telle mesure voie le jour, il faudrait que les parlementaires y trouvent leur intérêt. Autant dire que cette dérive est sans limite, dans les années à venir, elle ne peut que renforcer l’archipelisation de la société. Si l’on pousse ce raisonnement à l’absurde, le jour où il n’y aura plus que trois millions de votants aux élections présidentielles (trois millions, c’est le nombre de membres que comptait le Ku Klux Klan à la belle époque), l’heureux élus pourra se targuer d’un score imbattable : 100% des suffrages exprimés ! Nous n’en sommes pas là mais il est grand temps de prendre la situation au sérieux. Les élections municipales tournent à la cousinnade. En 2020, moins de 30 % des inscrits se sont prononcés pour une liste ou l’autre. Depuis le réferendum sur le passage au quinquennat (10 % des Français en âge de voter ont répondu « oui » et 4% « non »), les législatives ne sont plus qu’une réédition du second tour des présidentielles. En 2017, deux inscrits sur trois n’ont pas jugé utile d’élire un député. A quoi bon, même s’il fait partie de l’opposition, il n’empêchera pas le régiment de bénis-oui-oui encocardés majoritaire à l’Assemblée de faire respecter les quatre volontés du chef de l’état. Faute d’attribuer les sièges de façon proportionnelle en fonction du nombre de voix récoltées (une autre promesse sans lendemain du candidat Macron) cette élection ne sert qu’à renforcer le parti qui vient de faire main basse sur le pouvoir. Finalement, les présidentielles semblent être le dernier bastion qui résiste à l’abstention massive, elle a fait un bond significatif en 2017 mais les chiffres laissent à penser qu’elle varie au gré des élections. Sans doute en fonction des prévisions de l’IFOP, du profil des candidats, plus ou moins « prometteurs », plus ou moins romanes-ques… Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est de leurs flamboyantes destinées dont il est question dans les média à longueur de journée, pas de l’avenir de quarante-sept millions de votants condamnés à choisir entre deux calamités comme s’il s’agissait d’une fatalité d’ordre civique. Et bien, l’occasion nous est offerte de changer la donne et de remettre l’ensemble des Français au cœur du dispositif électoral. A fortiori les non votants, ceux que la classe politique considère comme des « sous-citoyens ».

 Sous-citoyens, sous-citoyennes, quelques abstentionnistes assumés viennent de créer un mouvement politique, ou plutôt apolitique, en bonne et due forme : « Le parti de l’abstention, des votes blancs et des votes nuls ». Ce mouvement s’adresse aux trente millions de sympathisants potentiels qui se sont abstenus lors des élections régionales. A en croire l’amicale des bons républicains, ces trente millions de paumés ont passé leur dimanche affalés dans un sofa devant les anges de la téléréalité. Si c’est le cas, notre mouvement n’a aucun avenir. Mais si, comme nous le pensons, une bonne part de l’abstention exprime un rejet de la médiocratie politique dans son ensemble, ce parti permettra de le prouver de façon irréfutable. L’idée est toute simple, nous souhaitons présenter des candidats symboliques, dénués de toute ambition politicienne, à chaque élection. Au lieu de s’abstenir ou de voter blanc ou nul (sans aucun effet sur l’élection), les Français pourront voter pour ces candidats et donner à leur geste contestataire une légitimité absolue. Les résultats seront annoncés comme suit : Le candidat du « parti de l’abstention, des votes blancs et des votes nuls » a obtenu tant de % des suffrages exprimés ».

 L’abstention s’exprimera dans la pure tradition républicaine, son score aura la même valeur électorale que celui des autres candidats. Si ce score est significatif, la classe politique sera bien obligée de prendre les préoccupations des Français au sérieux. De tous les Français, y compris de ceux qui rechignent à voter pour des candidats aussi passionnants qu’une télé sans programme. Ce parti peut indéniablement changer la donne et redonner un sens aux élections. Voter en nombre pour « le parti de l’abstention, des votes blancs et des votes nuls » permettra d’exercer une force de pression constante sur les candidats de tous bords. Il ne tient qu’à nous de leur imposer les mesures qui nous semblent élémentaires dans une démocratie digne de ce nom. C’est un projet ambitieux mais si l’on additionne les adhérents de la REM, de LR, de FI, du RN, d’EELV, du PC et de CQRDS (Ce Qui Reste Des Socialistes), leur nombre n’atteind pas 7 % de celui de l’abstention et des votes blancs ou nuls lors des dernières élections régionales. Le rapport de force est écrasant.

 Nous invitons tous ceux qui le souhaitent à manifester leur sympathie pour ce mouvement sur le lien https://chng.it/PQhJd2R6jP et à en parler autour d’eux.

 « L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non ! Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire … ». Ce sont les mots exacts de l’appel du 18 juin mais cette fois-ci, plus question de verser le sang pour reprendre notre destin en main. Celui des manifestants, celui des flics, celui des passants a suffisamment coulé. C’est désormais au grand jour, dans la dignité et la détermination (et pourquoi pas en souriant ?) que la résistance peut et doit s’organiser : Aux urnes, sous-citoyens !

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • TSS (...tologue) 23 septembre 16:09

    Que fera le candidat de ce parti ?

    Ne sera t’il pas comme tous les autres ,attiré par l’odeur de la marmite,

    tenté de mettre les mains dans la confiture ?...!!


    • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 08:51

      @TSS (...tologue)

      N’attendez pas la solution de vos problèmes des hommes politiques puisque ce sont eux qui en sont la cause !
      (Alain Madelin)

    • Walter Franck Walter Franck 23 septembre 16:15

      C’est juste un nom validé par la commission électorale. Un abstentionniste assumé

      qui aide ceux qui le veulent à transformer les élections régulières en Referendum d’initiative citoyenne. voir le lien 

      https://chng.it/PQhJd2R6jP


      • capobianco 24 septembre 12:28

        @Walter Franck
        la grande majorité des abstentionnistes sont des gens du « petit » peuple. Rassurez vous, les heureux bourgeois de tout niveau votent et voteraient des deux mains s’ils pouvaient. Vous encouragez les français à laisser « les autres » voter à leur place pour que cela continue comme aujourd’hui ?


      • zygzornifle zygzornifle 23 septembre 16:54

        Les politiciens sont des gens qui souvent se promènent les fesses serrés....de peur de laisser échapper un peu de vérité 


        • zygzornifle zygzornifle 23 septembre 16:56

          A quand des élections bio ?....


          • Le421... Refuznik !! Le421... Résistant 23 septembre 18:04

            Je le dis et je le répèterais toujours.

            L’abstention est une attitude voulue par les puissants pour éliminer dans les règles de l’art tous ceux qui leur nuiraient par leur vote.

            Et les petites gens dégoûtés ne votent pas, ou contrairement à leurs intérêts !!


            • Octave Lebel Octave Lebel 23 septembre 18:34

              Merci de votre grande sollicitude à notre égard.

              Vous semblez penser que nous allons oublier un détail .L’élection présidentielle est l’élection centrale de nos institutions. L’abstention ici n’a rien à voir en terme de conséquence avec celle des autres élections, municipales, départementales, régionales, européennes …De plus l’abstention au premier ou au second tour n’a pas la même signification ni surtout le même effet.

              Ce dont nous avons besoin ce ne serait pas plutôt de réfléchir, prendre du recul et nous retrousser les manches parce que ceux qui tiennent la barre et ceux qui les soutiennent ne lâchent jamais la proie pour l’ombre.

              L’Assemblée Nationale avec 62% de défiance (abstentions+nuls+blancs) a continué de nous imposer ses lois sans répit ni hésitation. Un député de la majorité y pèse entre 18 et 23% du corps électoral.

              Si vous avez encore d’autres bonnes idées…

              Repères , élection présidentielle : Quelques éléments déjà postés en commentaires précédemment.

              Il suffît de 20 à 22% de voix pour se trouver au second tour avec le RN ou un substitut engendré par les circonstances, déguisés en repoussoir et servant d’assurance-vie au système. Je n’invente rien, nous avons déjà été piégés 2 fois. 10 à 12% de voix indécises qui se dispersent au premier tour grâce aux candidatures multiples suffit à faire fonctionner ce système. Dans ce contexte, s’abstenir au 1er tour est aussi, souvent à son insu, un bon moyen d’aider la charnière droite et extrême droite.

              D’où l’importance si on veut pouvoir se faire entendre au second tour d’éviter la dispersion des voix au 1er tour au besoin en oubliant le candidat de cœur naturel ou les fidélités nostalgiques qui nous ont fait perdre la dernière fois.

              Détourner des voix à gauche, un petit nombre suffit pour mathématiquement faire la courte échelle à la charnière droite/extrême- droite au second tour. Faut-il encore préciser que ce qui se cache actuellement sous les termes social-démocratie et social-libéralisme, se faisant élire sur des promesses et attentes de gauche et menant des politiques de droite, est justement là pour ça et grappiller aussi dans la foulée quelques mandats ou parachutes confortables ? Et c’est gagné, l’avatar du moment de la préservation des fondamentaux du libéralisme versus néo-libéralisme versus social libéralisme versus éléments de langage de campagne électorale sera servi. Et si, oh miracle, cela marcherait cette fois-ci pour la nébuleuse d’extrême-droite au second tour, ce serait un peu dérangeant pour quelques carrières, cela tanguerait un peu à l’italienne, il y aurait de l’instabilité mais au bout du compte l’essentiel serait préservé  comme on a pu déjà le voir là bas.

               


              • Walter Franck Walter Franck 23 septembre 18:50

                @Octave Lebel
                J’ai pensé comme vous pendant 30 ans, je ne peux donc que respecter votre position. Cela dit, je pense aujourd’hui qu’elle est totalement erronée. La situation du pays en est la preuve. Et ça serait gonflé de mettre ça sur le compte des abstentionnistes.
                Votre raisonnement ne tient pas. Si l’abstention entre dans les suffrages exprimés comme nous le proposons (en votant pour un candidat symbolique mais légal), nous n’influons pas sur le score des autres candidats : puisque ces gens là ne votaient plus depuis des années. 
                Vous raisonnez comme un politicien, de notre coté, nous sommes des abstentionnistes qui essaient de faire entendre leur voix. Et mettre en évidence « légalement » le nombre de Français qui ne marche plus dans la combine électorale qu’on nous propose.


              • Octave Lebel Octave Lebel 24 septembre 09:31

                @Walter Franck

                Le problème ne se posait absolument pas dans les termes actuels il y a 30 ans.Appelons un chat un chat. Votre conseil, c’est un attrape nigaud. L’histoire très particulière de 2017 est très instructive si on veut ne pas se faire encore piéger cette fois-ci. Les gens de droite n’oublient jamais de voter pour le candidat le plus susceptible de passer au second tour et parient sur la dispersion des voix de gauche et l’abstention. Mettons cette fois-ci le cœur et la raison sur la même ligne de mire dès le premier tour et ne dispersons plus nos voix.

                Le laboratoire de la Présidentielle 2017 

                ● Rappel des résultats au 1er tour

                -Il y a eu 5 candidats de gauche au 1er tour (JL Mélenchon 14.84 % des inscrits + total des autres candidats 6.28%)

                -En tête E Macron (18.18%) et M LE PEN (16.14%)

                Évolutions des votes entre le 1er et second tour

                Votes blancs : de 659 997 à 3 021 499 (x 4.6)

                Votes nuls : de 289 337 à 1 064 225 (x 3.68)

                Abstentions : de 10 578 455 à 12 101 366 (x 1.14)

                 ● Résultats second tour :

                E Macron : 20.8 millions M Le Pen : 10.6 millions

                Absentions : 12.1 millions Blancs + nuls : 4.07 millions

                 Abstentions, nuls et blancs lors des législatives 2017 : 62%

                Représentativité de l’Assemblée Nationale 2017 :

                - LREM avec 14.5% des inscrits au 1er tour a obtenu 350 députés

                à l’issue du second tour (AN= 577 députés)

                - 4.5% des députés sont des employés (27.4% de la population active)

                - 4.5% des députés sont des employés (27.4% de la population active)

                - 0% ouvriers (20.3% de la population active )

                - Un député actuellement a été élu avec un pourcentage compris entre 18 et 22% du corps électoral.

                 


              • Extra Omnes Extra Omnes 24 septembre 02:07

                élections, pièges à cons (mariage aussi)


                • Lynwec 24 septembre 08:44

                  C’est une idée qui en vaut une autre, elle ne sera pas plus nuisible à l’absence de démocratie en place que ne l’est la situation actuelle . Elle pourrait avoir le mérite d’éliminer au premier tour le candidat pourri que le système a prévu de nous imposer, à supposer bien entendu que le représentant de ce parti ne soit pas lui même un sous-marin du système (qui a toujours plusieurs fers à chauffer prépositionnés ).

                  Cela supposerait évidemment que ce « parti » passe les différentes barrières, obstacles et pièges obligeamment mis en place par nos institutions si « démocratiques » ce qui n’est pas gagné d’avance .


                  • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 08:50

                    VOLTAIRE : « la politique est le moyen pour des hommes sans principes de diriger des hommes sans mémoire »......


                    • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 08:52
                      Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs , des voleurs et des traîtres n’est pas victime !.... il est complice. (George Orwell)

                      • véronique 24 septembre 09:14

                        @ l’auteur

                        Votre article est très intéressant. À titre perso, j’ai toujours pensé que l’abstention était inutile puisque la loi n’en tient pas compte et qu’il est évident qu’un candidat qui gagne est bien content de s’appuyer sur ladite loi pour se dire légitime.

                        Mais votre proposition, assez peu commune, incite à la réflexion. En fait, votre proposition consisterait à trouver un candidat, donc une candidature classique, mais ce candidat s’engagerait à renoncer à son mandat si j’ai bien compris. Son programme se résumerait à ça.

                        En imaginant que ce soit réalisable, que se passerait-il ? Il faudrait retourner aux urnes. Et les candidats devraient donc redoubler d’efforts pour éviter que le parti de l’abstention ne l’emporte à nouveau. Pourquoi pas ? 

                        Le seul problème c’est que c’est voué à l’échec, j’en ai peur. Peu d’électeurs croiraient à la sincérité d’une telle candidature (et il y a de quoi !). D’autant plus que beaucoup de personnes sont mal informées. 

                        Donc score probable comme celui des autres petits candidats. Le risque ce serait de pouvoir en conclure que les abstentionnistes sont des personnes qui en fait, n’ont juste pas envie de voter, quelles que soient les circonstances.

                        Peut-être que si le parti de l’abstention faisait campagne autour de la compréhension du phénomène de l’abstention, il aurait plus de chances ou plus d’impact. Mais il ne faut pas se tromper sur les causes de l’abstention. Elles sont inhérentes à la Vème république qui est en réalité une monarchie, avec en plus un monarque légitime depuis son élection au suffrage direct. 

                        Ce n’est pas la présence du RN qui explique l’abstention. Petit à petit, les gens se sont de plus en plus désintéressés des élections puisque il n’y a jamais de changement. Un président avec un pouvoir énorme et quasiment aucun contre-pouvoir. Ceci aggravé par l’élection législative qui suit désormais systématiquement l’élection présidentielle. Et pas de proportionnelle. C’est l’argent qui décide, donc les plus riches.

                        Si on veut pouvoir changer quelquechose, il faut déjà se rendre compte que les citoyens n’ont aucune maîtrise sur l’élection présidentielle. Cette élection est un piège. Elle est considérée comme la plus importante, toutes les énergies (et la finance) se concentrent dessus, celles du corps électoral ne fait pas exception. On s’abstient moins aux présidentielles qu’aux législatives, alors que les dés sont pipés, et dès le premier tour.

                        Alors en attendant de pouvoir changer les institutions, les électeurs, et surtout les abstentionnistes, devraient faire le contraire : voter ou ne pas voter aux présidentielles, ça n’a aucune importance, mais surtout voter aux législatives et bien sûr dès le premier tour. Et, pour que le déplacement dans l’isoloir soit encore plus constructif, voter pour les opposants au président de la république.

                        Bien sûr ça ne bouleverserait énormément pas le paysage politique. Mais tout de même, si à l’assemblée nationale, grâce à la présence de députés un peu plus nombreux dans l’opposition, le parti du président n’avait pas la majorité absolue, ça changerait un peu les choses. Des lois qui passent moins facilement, des débats plus longs, des enquêtes parlementaires plus nombreuses, bref une assemblée nationale un peu (beaucoup ?) moins chambre d’enregistrement, et un peu plus représentante du peuple et organe de contrôle sur l’exécutif.


                        • Gasty Gasty 24 septembre 11:17

                          @véronique

                          D’où l’impératif nécessité à ce que les votes blancs soient enfin considérer comme une expression politique à par entière.

                          Ce stratagème pourrait aider à obtenir un virtuel candidat « blanc » capable de moucher tous les autres.


                        • véronique 24 septembre 19:29

                          @Gasty
                          À mon avis, il y a plutôt une absolue nécessité de comprendre que notre régime actuel ne peut mener qu’à la domination des plus riches pour leurs propres intérêts sans que le peuple ne puisse s’y opposer, d’où l’abstention. Et abstention ou pas, jamais il n’y aura un président de la république qui nous sorte de cette domination et qui applique autre chose que le programme du monde des affaires. Un seul poste avec autant de pouvoir, pas question de le laisser à n’importe qui. Les seules ouvertures possibles de situent au niveau des législatives.


                        • véronique 25 septembre 00:01

                          @Carlô SAINT Señor

                          Mais encore ?


                        • Occitan Occitan 25 septembre 08:30

                          @Gasty
                          Certes. Mais pensez-vous (honnêtement) que cela se fera un jour ?
                          J’ai comme un doute...


                        • wagos wagos 24 septembre 10:07

                          Ces ficelles ratatouillesques sont tellement usées que je m’étonne qu’encore qu’il y ait des gens crédules à ce point....Bien sûr que c’est du tripatouillage , c’en est même comme une comédie lors des affrontements télévisuels...Pensez donc, ça fait de l’audience ! le but de ces prétendus sauveurs de l’humanité, c’est juste pour accéder à un job bien payé, avec une belle retraite à la clé ! vendre du vent en prenant le ton de circonstance avec des trémolos dans la voix et le regard du bovidé en quête de la bonne bonne de foin ! Ensuite ce sera toujours pareil à avant une fois l’élu à l’Elysée, genre vous avez voté pour moi, alors faites pas chier !


                          • pierrot pierrot 24 septembre 10:09

                            L’abtention est un mal très ancien.

                            Combien de votants dans une association, ? aux élections dans les entreprises ? dans les conseils syndicaux ?

                            pour les représentants des retraités ?

                            etc.

                            Quelques % au mieux.


                            • citoyenrené citoyenrené 24 septembre 12:03

                              s’auto-exclure du périmètre démocratique, déjà en lambeau sous cette Ve République, certains seront ravis du retour citoyens actifs ou passif, du retour d’un suffrage censitaire

                              tant que l’abstention, la vote blanc ou nul n’est pas constitutionnellement reconnu, c’est comme pisser dans un violon

                              « Si ce score est significatif, la classe politique sera bien obligée de prendre les préoccupations des Français au sérieux »

                              sérieux, tu y crois ? passées les larmes de crocodiles les soir du vote, « le message reçu » la consternation, la tristesse « le sursaut démocratique nécessaire » « la prise de conscience »etc..le lendemain ? walou, niet, nada

                              c’est quoi ton « sera bien obligée » ?

                              aucune obligation légale actuellement


                              • Walter Franck Walter Franck 24 septembre 12:33

                                @citoyenrené
                                Et si les autres candidats ont besoin de nos voix pour être élus, es-tu sûr qu’ils refuseront tout compromis ? A savoir, s’engager publiquement à tenir compte de nos revendications pendant son mandat. Tu as raison, ça vaut ce que ça vaut, mais il faut bien commencer par qqchose. En quelques jours nous sommes quelques milliers à converser sur différentes plateformes. Un tas d’idées nous parviennent, les choses se mettront au point de façon « démocratique », à force de collecter des commentaires pertinents. 


                              • citoyenrené citoyenrené 24 septembre 13:15

                                @Walter Franck

                                « s’engager publiquement à tenir compte de nos revendications pendant son mandat »

                                là encore, aucun obligation légale ! les engagements, les promesses non tenues sont légions, ça cout pas cher !

                                il y a quelques années, j’avais proposé, pour faire la blague, de « commuer le vote blanc en citoyens tirés au sort »

                                pour la blague car ça engageait une pente éventuelle vers un 100 % tirage au sort, ce qui serait dommage...les visions programmatiques ne sont pas à jeter mais à départager

                                tentative d’article de juillet 2012, ça date ..« Commuer le vote blanc en « députés citoyens » tirés au sort »
                                https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/commuer-le-vote-blanc-en-deputes-119868


                              • citoyenrené citoyenrené 24 septembre 13:21

                                @citoyenrené

                                pouah, je n’écrirais plus la mêmes choses aujourd’hui


                              • yakafokon 24 septembre 19:23

                                @Walter Franck
                                Même si les autres candidats ont besoin de vos voix pour être élus, ce ne sera pas possible...puisque vous ne votez pas !


                              • Walter Franck Walter Franck 24 septembre 12:22

                                Il faut sortir du cercle vicieux dans lequel nous sommes pris. A qui la faute si des millions de Français refusent de voter ? Si les élus respectaient leurs engagements, s’ils faisaient passer l’avenir du pays avant leurs intérêts personnels, les abstentionnistes seraient peut-être les électeurs les plus assidus. Le fait qu’ils rechignent à voter pour des candidats aussi passionnants qu’une télé sans programme ne justifie en rien qu’on les traite comme des « sous-citoyens ». A noter que notre initiative n’empêche pas les « bons républicains » de voter pour leur baratineurs préféré : Pantin de chez Rothschild, Marinonette du RN, Z comme Zemmour, l’hollogramme humaniste de Mélanchon l’ancien Trotskiste, bébés Chirac, bébés Hollande, ecolo protecteur des langoustes à la De Rugy et bien d’autres sauveurs de métier. L’un d’eux risque de passer le premier tour avec 5 ou 6 millions de voix (sur 47 millions d’inscrits). Notre tentative de changer la donne aura le mérite de ramener quelques (millions ?) de Français vers les urnes.


                                • uleskiserge uleskiserge 24 septembre 13:31

                                  L’abstention ? C’est tout ce que le système désire  ! Votre mouvement, c’est une officine macroniste, c’est ça  ? 


                                  • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 14:11

                                    Avec la natalité en berne je dirais aux burnes citoyens ....


                                    • voxa 24 septembre 14:17

                                      « Le parti « Abstention, votes blancs et nuls » vient de naître. »


                                      Votez pour eux.


                                      ...


                                      • Attilax Attilax 24 septembre 15:51

                                        Excellent. S’ils arrivent à se présenter je vote pour eux. Sinon, un blanc sec !


                                        • princenaturel princenaturel 24 septembre 16:58

                                          L’idée pourrait être bonne, mais aux prochaines élection il faut les 500 signatures.

                                          Depuis pas mal de temps, je milite autour de moi pour, plutôt que de s’abstenir, se servir des institutions afin de mettre un bon coup de pied à cette « élite ».

                                          Il y a pléthore de « petits » candidats dont surement un qui se rapproche des idées de chacun d’entre nous.

                                          Donc à la place du vote blanc ou de l’abstention ( aucun des deux n’étant pris en compte), donnons notre voix à l’un d’eux. 

                                          Je ne vois pas d’autres solutions pour remettre les politiciens véreux à leurs vraie place.



                                            • yakafokon 24 septembre 19:10

                                              Aux urnes citoyens...c’est plutôt aux urinoirs citoyens !

                                              Je ne comprendrai jamais ces gens qui n’ont aucun programme, et qui veulent refaire le monde en allant à la pêche !

                                              Si vous voulez vraiment que ça change, votez plutôt pour un candidat qui voudra sortir la France de sa soumission aveugle aux Etats-Unis, dont nous sommes devenus les larbins serviles !

                                              Votez pour quelqu’un qui nous fera sortir de l’Union Européenne, de l’euro, et surtout de l’OTAN, cette machine de mort qui va nous entrainer inévitablement dans une guerre régionale contre la Russie, ce que souhaitent ardemment les nazis républicains ou démocrates qui se succèdent à la Maison-Blanche, ce qui ne les empêche pas d’acheter du pétrole à la Russie !

                                              Notre ennemi n’est pas à l’Est, il est de l’autre côté de l’Atlantique. La méchante Russie, c’est une invention américaine depuis la fin de la guerre.

                                              Il faut que la France retrouve son indépendance , que ce soit en matière commerciale, bancaire, ou stratégique, et elle finira par se relever !

                                              Tant que nous resterons pieds et poings liés par les lois de la Communauté Européenne, notre fameuse « indépendance » ne sera qu’une illusion !

                                              C’est ce qu’avait compris le général De Gaulle, dès 1945...et tous ceux qui se réclament du gaullisme ne sont que des imposteurs !

                                              Le seul qui a un programme très élaboré sur la Frexit, c’est François Asselineau, et personne d’autre !

                                              Il suffit d’aller sur son site www.upr.fr pour s’en rendre compte.

                                              Par-contre, il est parfois difficile à suivre, tant ses rappels à la législation européenne ( n° de textes de loi, ou d’articles ) sont précis.

                                              Ce n’est malheureusement pas à la portée de tout-le-monde !

                                              D’après-vous, pourquoi croyez-vous qu’il ait été traduit en Justice, victime d’un véritable « procès en sorcellerie » comme François Fillon ?

                                              C’est qu’il représente un véritable danger pour le pouvoir des larbins de Washington, qui sont à la tête de la France !


                                              • Green gladiator ☠cyrus☠ 24 septembre 21:14

                                                OUI l’ idee d’ un parti portant les idee des « dechu » de la politique , est important , mais celui ci ne doit presenter que des candidat fantome , c’ est a dire une anullation de l’ election quand aucun candidat n’ atteint les 51%

                                                Une sorte de joker politique ... si c’ est une main mise , d’ un partie politique sur un score pharaonique des 60-70% de dechus n’ ayant pas de candidat , pour imposer des idée diffuser par sainte tv , autant oublier ...

                                                A mon sens , les « primaire » doivent etre retirer des main des parti politique ...

                                                chaque citoyen devrais pouvoir se presenter , et on ne garde que les meilleur valider par l’ ensemble du peuple , avant de commencer les veritable election .

                                                les vote nul ou blanc ne doivent plus exister ...

                                                en cas de doute , un ratrapage doit permetre a l’ electeur de preciser son vote ...

                                                quand au abstentioniste , ils ont eu l’ occasion de se prononcer et meme de se presenter comme candidat ...au tour zero des primaire nationale et non plus partisane .

                                                pas question que des gens incapable de choisir un candidat y compris eux meme puisse bloquer les candidat des autres , pas question non plus de forcer les gens a voter ...

                                                c’ est aussi au peuple de s’ investir en politique ... et pas seulement sur agoravox smiley


                                                • beo111 beo111 24 septembre 21:56

                                                  Si vous n’arrivez pas à présenter de candidat vous pouvez toujours voter quantiquement.

                                                  https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/comprenez-vous-le-vote-quantique-89875


                                                  • Walter Franck Walter Franck 25 septembre 06:48

                                                    @beo111
                                                    Intellectuellement parlant, ça tient la route. Mais même intelligente, une puce ne risque pas de déranger le mammouth électoral. La parti de l’abstention, votes blancs et nuls, prend le problème par l’autre bout. A chaque niveau d’élection, quelques revendications jugées essentielles tiennent lieu de programme. Et nous tentons de les imposer par le nombre de voix récoltées par nos candidats. Au niveau national, on commence par revendiquer des mesures d’ordre strictement démocratique. Une poignée de mesures pour imposer un contrôle permanent sur l’action des élus. Ca marchera ou pas mais vous admettrez que c’est plus simple comme ça. Merci de faire passer le lien 

                                                    https://chng.it/PQhJd2R6jP


                                                  • ribouldingue ribouldingue 24 septembre 22:47

                                                    Avis à la populace !!!!


                                                    J’appelle, les fainéants, les crasseux, les drogués, les alcooliques, les pédés, les femmes battues, les parasites, les jeunes, les vieux, les artistes, les taulards, les gouines, les trans, les apprentis, les noirs, les arabes, les piétons, les français, les chevelus, les fous, les travestis, les anciens communistes, les socialistes écœurés, les abstentionnistes convaincus et tous ceux qui ne comptent pas pour les hommes politiques à voter pour les invisibles à s’inscrire dans les mairies et à colporter la bonne nouvelle.


                                                    TOUS ENSEMBLE POUR LEUR FOUTRE AU CUL AVEC LE PARTI DES INVISIBLES


                                                    Le seul parti qui n’a pas de raison de mentir


                                                    • Walter Franck Walter Franck 25 septembre 06:25

                                                      @ribouldingue
                                                      J’ai adoré la campagne de Coluche parce qu’elle invitait les politiciens de métier à changer leur fusil d’épaule. Le problème c’est qu’elle était centrée autour d’un seul homme (c’était « l’histoire d’un mec bien »). Quand Coluche a jeté l’éponge, les dérives du système ont repris de plus belle. Notre idée est de réunir les abstentionnistes, votes blancs et nul, sans qu’aucune tête ne dépasse. La hantise du pouvoir, c’est de se retrouver en face d’un monstre polymorphe (comme au tout début des gilets jaunes). Un groupe d’individus très différents mais lié par un objectif commun : forcer la classe politique a respecter les millions d’invisibles qui, eux aussi, font tourner ce pays. En gros, notre but est de permettre à des millions de Coluche de s’exprimer. Et de nous compter pour savoir quelle est notre force potentielle. On aurait pu appeler notre mouvement « les écoeurés ». Reste à savoir combien d’entre eux sont prêts à s’engager pour faire changer les choses. c’est le but de notre démarche. Alors, faites passer le lien : 

                                                      https://chng.it/PQhJd2R6jP


                                                    • samy Levrai samy Levrai 25 septembre 07:05

                                                      combien de signatures sur les 500 demandées ?

                                                      Comment est ce financé  ?

                                                      Qui se présente ?


                                                      • Walter Franck Walter Franck 25 septembre 09:40

                                                        @samy Levrai
                                                        On a une quinzaine de promesses de parrainnage (on a lancé l’idée il y 2 semaines). Nous n’avons contacté personne. Les élus nous ont contacté spontanément.
                                                        Peu importe la personne qui se présente. c’est juste un nom validé par la commission électorale (une personne qui remplit les critères légaux). Ce sont les adhérents qui feront campagne, pas lui. Il s’agit d’un parti sans hierarchie, aucune.
                                                        Le budget minimum pour se lancer (bulletin et affiches) est de 150000 euros. On ne se lancera qui si nous atteignant 50000 adhérents (soit 3 euros de cotisation par adhérents). Pour l’instant, le but est de compter nos sympathisants. Merci de faire passer le lien 

                                                        https://chng.it/PQhJd2R6jP


                                                      • Dominique TONIN Dominique TONIN 25 septembre 08:33

                                                        @ l’auteur,

                                                        Initiative plaisante. Vous n’êtes pas les seuls à cogiter pour trouver des solutions des réponses à cet abstentionnisme chronique !

                                                        Je fais partie de ces petits candidats, voir cette vidéo : youtube dominique TONIN

                                                        toutes les tentatives de peser dans la paysage politique seront vaines tant que nous n’aurons pas accès aux 500 parrainages exigés.

                                                        J’invite tous les factieux et factieuses comme moi à me contacter afin de mettre en place une stratégie, des actions futures. contact@totaledemocratie.fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Walter Franck

Walter Franck
Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité