• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Barrer Le Pen sans plébisciter Macron

Barrer Le Pen sans plébisciter Macron

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à la revivre » Winston Churchill.

La situation particulière que nous traversons peut donner un sentiment de déjà-vu à certains. Ne nous laissons pas leurrer par une communication politique anxiogène et très orientée.

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à la revivre » Winston Churchill.

 

Il n'y a pas si longtemps, c'était en 2002, l'échec au premier tour d'un candidat du PS (qui venait de nous apprendre que son projet n'était pas socialiste, une franchise qui lui coûtera cher...) avait propulsé au second tour un dirigeant de droite, Jacques Chirac, avec 19,88 % des suffrages, et un candidat Front National, Jean-Marie Le Pen, avec 16,86%.

Prétextant que cette présence lepéniste au second tour risquait réellement donner à Jean-Marie Le Pen la Présidence de la République (comme si un tiers des électeurs allait virer de bord en quinze jours et se révéler Front National ) un vaste mouvement a été mis en branle pour faire « barrage au Front National ». Le barrage, c'était avant qu'il fallait le faire, et notamment pour les socialistes, en menant, entre autre, une politique freinant l'appétit des grands groupes au lieu de les favoriser.

Si je ne regrette absolument pas d'avoir marché pour ce « Front Républicain » j'ai regretté, finalement, de ne pas avoir voté blanc. En effet, Jacques Chirac, élu avec plus de 80% des votants, n'a pas respecté ensuite le vote des électeurs de gauche qui lui ont donné leur voix. Au lieu de gouverner, aussi, pour eux et pour leurs idées et leurs valeurs, il s'est servi de ce vote plébiscitaire pour justifier une politique droitière, se targuant de ces résultats comme s'ils représentaient son poids dans l'électorat.

Mais, surtout, les législatives qui suivaient de peu les présidentielles ont donné la majorité absolue de l'Assemblée Nationale au parti du Président.

 

On ne change pas une stratégie qui gagne. Donc, à l'occasion de la campagne électorale que nous traversons, et s'étant déjà servi de l'épouvantail FN pour enlever des voix à la gauche insoumise (en présentant les sondages de façon à faire croire que, au second tour, seul Macron pouvait battre le FN alors que Mélenchon l'emportait avec des chiffres pratiquement équivalents ici) les dirigeants politiques soutenant le développement d'une politique ultralibérale, et leurs nombreux soutiens médiatiques, veulent réitérer leur exploit. Lequel consiste à transformer une toute petite marge de réussite au premier tour en plébiscite au second tour entraînant avec lui une Chambre des Députés majoritaire. Et donc une prise de pouvoir massive permettant de conduire au pas de charge la politique néolibérale avantageant ces Messieurs-dames les capitalistes. Avouons que c'est fort !

Nous n'allons pas les laisser faire ! Ça, non !

Barrer la route à M Le Pen, oui, bien sûr !

Plébisciter le candidat des banques et de l'économie ultralibérale, jamais !

Laisser se produire un mouvement qui conduirait à une Assemblée Nationale pro-Macron, alors que celui-ci, pour le moment, ne représente rien face aux partis en place et que la Chambre peut représenter un contre-pouvoir à une politique visant à uberiser notre société et casser encore plus nos acquis sociaux, non !

Alors, quoi faire, pour ne pas tomber de Charybde en Scylla ? De peste en choléra ?

Il n'y a pas d'autre alternative que l'élection de Macron, on en est tous d'accord (sauf les lepénistes, bien sûr...). Mais il est important de ne pas donner à ce dernier plus de voix qu'il n'est nécessaire pour être élu. Selon moi, il s'agit donc, pour ceux qui partagent mon point de vue, de voter blanc ou de s'abstenir, sauf si les derniers sondage se rapprochaient de la ligne de danger. Par exemple un pourcentage décroissant du vote Macron au deuxième tour dans les dix jours qui viennent et se rapprochant de 55% nécessiterait une réflexion de vote pour les insoumis : on pourrait envisager qu'un insoumis sur deux sacrifie son bulletin en le donnant au petit chéri de la finance tandis qu'un autre fait un vote blanc. Ou autre stratégie à réfléchir.

 

Un mot sur le risque important pour les élections législatives. Si les électeurs qui ont réélu Jacques Chirac en 2002 ont plébiscité un mois plus tard les députés de son bord aux législatives, ce n'est pas seulement parce qu'on a seriné qu'il fallait une chambre qui permettrait au Président de gouverner, c'est surtout à cause d'une stratégie très utilisée en marketing, y compris politique : la stratégie de l'engagement.

Si l'on amène quelqu'un à faire quelque chose dans le sens de ce que l'on veut, on a beaucoup plus de chance d'obtenir que celui-ci fasse une deuxième action dans ce même sens, à notre demande, même s'il y était opposé au départ. C'est pour cela que les SDF, désormais, vous demandent l'heure avant de vous réclamer un euro, ou que vous avez du mal à ne pas acheter une paire de chaussures si, encouragé par la vendeuse, vous venez d'en essayer dix qui n'allaient pas ou qui étaient trop chères. C'est bien décrit dans « Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens  » de R-V Joules et J-L Bourgeois.

C'est un fait : non averti, l'électeur qui commence à voter pour quelque-chose ou quelqu'un va continuer dans cette voie, sauf élément nouveau qui vient l'en empêcher. On peut penser que le ressort psychologique inconscient à l’œuvre, c'est le sentiment d'être incohérent et de se trahir si l'on a deux actions contradictoires à deux moments rapprochés (d'où, selon moi, « l’intérêt » de ces législatives si proches des présidentielles).

J'ai bien écrit « non averti ». Le propre de la manipulation, c'est qu'elle ne marche que si l'on n'est pas au courant.

Donc, je pense qu'il faut faire savoir que l'essentiel, ce n'est pas de savoir si l'on va voter pour Macron, voter blanc ou s'abstenir : c'est que, aux législatives, nous ne donnerons pas une seule voix à ses soutiens.

 

Encore une remarque : ceux qui laissent entendre que ne pas appeler à voter Macron signerait une trahison républicaine sont, soit des propagandistes ultralibéraux, soit des victimes de cette propagande. En tout cas, il s'agit de l'exemple typique d'une communication perverse « Si vous dites ça, cela veut dire ça... » (suit une action sans rapport). Face à la communication perverse il est important de ne pas se justifier (qui s'excuse s'accuse) ni de se mettre en colère. Mais de faire du retour à l'envoyeur : type « Si vous pensez cela, c'est que vous trouvez bien que Macron soit élu avec 80% des votants et qu'il soit majoritaire à l'Assemblée... ». Ou « Vous pouvez croire qu'il y a un risque que Le Pen soit élue. Suivons les sondages ensemble... ».

Et essayons de ne pas nous laisser entraîner sur ce terrain qui rend tous les vrais démocrates désolés et amers : concentrons-nous sur les législatives à venir !

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.19/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 26 avril 09:38

    Voilà un raisonnement d’hypocrite, où alors les mots ne veulent plus rien dire. L’auteur ne veut pas voter pour le candidat du CAC 40, mais ne veut pas voter non plus pour le candidat du peuple.

    Ce doit être un bobo perdu sur sa planète.


    • LilianeBaie 26 avril 10:53

      @Gilles Mérivac
      « hypocrite », « bobo perdu sur sa planète » : ça ce sont des arguments ou je ne m’y connais pas !


    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 26 avril 11:28

      @LilianeBaie
      Comment donner des arguments à quelqu’un qui ne veut pas voir ce qui se passe, qui obéit au réflexe de Pavlov matraqué par la propagande « le FN, c’est mal » ?

      Comment ne pas voir qu’il s’agit du combat des élites contre le peuple français ?


    • LilianeBaie 26 avril 11:46

      @Gilles Mérivac
      Nos points de vue sont manifestement différents. Cela justifie-t-il l’emploi de ces noms d’oiseaux et de ces formules moqueuses ? Ce n’est pas ma façon de voir les choses.


    • dejaegere 26 avril 11:49

      @Gilles Mrivac

      Vous savez, ce « peuple francais » incarne par le gentil FN qui, sous l’ egide de celui qui fut tortionnaire assume en Algrie et qui encore aujourd’hui persiste pour dire que les chambres a gaz sont « un detail de l’Histoire », sous la conduite de sa fille qui fait copains-copine avec tous les fascistes europeens , qui au dela d’un programme demago qui se contredit au gre des interviews nourrit des reflexes de haine contre les arabes ( hier c’etait contre les juifs mais aujourd’hui ce serait moins payant) et contre les etrangers en general . Mais tout cela ce ne sont pour certains que des details .


    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 26 avril 11:57

      @dejaegere
      A moins d’avoir fait cette guerre, vous ne savez pas ce qui s’est passé en Algérie, et moi non plus, alors laissons cela de côtés aux historiens. L’épithète de fasciste est tout aussi discutable, étant donnée à tort et à travers.

      Il vous reste donc l’expression « nourrit des reflexes de haine contre les arabes », c’est là aussi un sentiment plus qu’une réalité et on ne peut pas donner d’arguments contre un sentiment. sachez que ce n’est pas le mien, et qu’il s’agit avant tout de défendre la culture et le territoire français contre une culture musulmane menaçante, ni plus, ni moins.


    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 26 avril 12:01

      @LilianeBaie
      si vous jetez un coup d’oeil sur les commentaires du site, vous verrez que les « noms d’oiseaux » que j’ai utilisé ne sont pas bien méchants, ils étaient destinés à vous faire réagir.


    • LilianeBaie 26 avril 12:06

      @Gilles Mérivac
      Pour moi, un échange, une discussion, ce n’est pas une suite de « réactions ». D’autant plus que ces échanges ont des lecteurs et qu’il me paraît plus respectueux vis-à-vis d’eux de rester courtois.
      L’intérêt, c’est de faire avancer la réflexion, ce me semble...


    • dejaegere 26 avril 12:13

      @Gilles Mrivac

      Desole mais j’ai tres bien connu cette epoque en tant que militant pour la paix en Algerie .

      Pour le reste la logique du « cachez ce sein que je ne saurais voir » est bien necessaire j’en conviens aux militants FN. Mais avec moi et heureusement beaucoup d’autres ca ne passera pas. Les chambres a gaz puent decidement encore trop fort malgre les ventilateurs lepenistes et votre eventail a votre echelle .


    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 26 avril 12:34

      @dejaegere
      Si vous n’avez pas participé à cette guerre sur le terrain, vous ne connaissez rien tout. Pour les chambres à gaz, prière d’adresser vos revendications à qui de droit, c’est-à-dire le parti nazi, le FN n’a rien à voir avec.


    • dejaegere 26 avril 13:21

      @Gilles Mrivac

      C’est oui. Le Pen n’a rien a voir avec le FN !!!!!

      Vous sublimez l’hypocrisie, ce qui est normal pour un FN.


    • Et hop ! Et hop ! 26 avril 14:26

      @LilianeBaie : C’est simple, 


      Ou vous empêchez Marine Le Pen d’être élue et vous faites élire Macron.

      Ou vous faites élire Marine Le Pen, ou empêchez Macron d’être élu.

      Il n’y a pas de position neutre.

      Nous aurons la politique de Macron ou celle de Marine Le Pen.

      Lisez les programmes et choisissez.

    • LilianeBaie 26 avril 16:30

      @Et hop !pas une voix
      Mais non, en ne votant pas ou en votant blanc, on ne donne pas notre voix à l’un ou l’autre des deux concurrents.


    • mmbbb 26 avril 19:45

      @dejaegere arretez votre litanie Je connais un presisident ayant eu comme ami Bousquet, et ayant ete ministre de l interieur sous la 4 eme , Ce ministre couvrit deja les exactions et ne s ’emouvait pas quand certins algeriens recalcitrants finissaient sous la guillotine Mais bon a l ecole propagande oblige les repressions n etaient que l ouvrage de l OAS .. Quant a Marine il est toujours de voir l indignation des intellos sur la menace de la republique Sauf ces memes belles ames ne s emeuvent jamais de la vie du bas peuple dans les banlieues !


    • Ouallonsnous ? 26 avril 19:47

      @LilianeBaie

      En ne votant pas ou votant blanc, on renforce celui arrivé en tête, c’est comme cela que les falsificateurs des résultats du 1er tour ont calculé le second !
      Comment réagir contre cette embuscade autrement qu’en réécrivant les règles dans le respect de la démocratie et des votants ?


    • JL JL 26 avril 19:57

      @Ouallonsnous ?
       

      ’’En ne votant pas ou votant blanc, on renforce celui arrivé en tête’’
       
       Et alors, puisqu’on s’en fout, par définition, que ce soit l’un ou l’autre qui gagne, avec ou sans grand écart entre les deux ?! C’est ça le refus de choisir, par définition, abstention ou vote blanc !
       
      C’est pas compliqué quand même. 
       
       
       
       

    • Ouallonsnous ? 26 avril 20:12

      @JL

      C’est vous qui vous en foutez, effectivement pour vous ne n’est pas compliqué !


    • Ar zen Ar zen 26 avril 20:17

      @JL

      Vous avez bien raison de vous en foutre du TAFTA, de la hausse de la TVA, de la destruction du droit du travail, de la fin des services publics, de la sécurité sociale, de la retraite par répartition, de la diminution du SMIC. On s’en fout !

    • JL JL 26 avril 20:31

      @Ouallonsnous ?
       

       Mais oui, c’est moi qui choisis pour moi. Ma voix m’appartient et je n’ai pas de comptes à vous rendre.
       
      Ar Zen, dites ça aux 8 millions qui ont préféré Macron à Jean-Luc Mélenchon.
       
       smiley
       
       Mais parlons-en de vos soucis qui sont aussi les miens :
       
      TAFTA hausse de la TVA, destruction du droit du travail, fin des services publics, sécurité sociale, de la retraite par répartition,diminution du SMIC ; Parce que vous croyez que c’est le FN qui va régler tout ça ?
       
      Pendant au moins trois ans après l’invocation de l’article 50, la France sera soumise aux décisions de Bruxelles. Et au bout de 3 ans, si les multinationales n’ont pas réussi à acheter tout Montretout et les locataires avec, Marine Le Pen aura autre chose à faire que satisfaire les pauvres sans dents qui ne sont pas frontistes purs et durs.
        


    • dejaegere 26 avril 22:04

      @mmbbb

      Les complaisances de Mitterrand avec les collabos qui m’ecoeurent au plus haut point ne changent rien a la verite des faits historiques que j’enoncerais tant qu’il y aura des gens comme vous qui chercheront a les faire oublier pour mieux faire le lit de l’extreme droite qui est toujours la meme depuis des decennies.

      Quant au « bas » peuple j’en ai fait partie et j’en suis fier et jamais je n’ai jamais supporte votre qualificatif pour en parler. j’ai aussi passe ma vie a combattre les exploiteurs de tous poils et croyez moi il ne faudra pas compter sur les partisans de la torture pour les combattre.


    • Ar zen Ar zen 26 avril 22:48

      @JL

      Ce n’est pas vrai que pendant au moins trois ans après la mise en oeuvre de l’article 50 la France resterait soumise à l’UE. 

      1°) l’article 50 précise qu’après 2 années la sortie est de droit ! 

      2°) Il s’agit bien d’une « négociation », c’est le terme utilisé, entre la France et l’UE. cherchez la définition de « négociation » et vous verrez qu’une des parties n’est pas l’avantage sur l’autre. il s’agit de trouver des arrangements ! Les deux parties cherchent des voies d’entente. Ce n’est pas à l’une des partie d’imposer sa loi. D’ailleurs, l’UE aurait plutôt intérêt à trouver des arrangements avant que deux années se soient passées parce que sinon elle perdrait tout !

      Vous dîtes à peu près n’importe quoi ou ce qui vous passe par la tête sans même y réfléchir. En revanche, les traités ne se « ’renégocient » pas ! Les dispositions peuvent être modifiées, certes, mais c’est un abus de langage de parler de « renégociation » des traités. Ce n’est pas le bon terme. 

      Vous pataugez totalement. Ce n’est pas un reproche. Ayez au moins la pudeur de ne pas vous faire remarquer en proférant des contrevérités. 

    • JL JL 26 avril 22:56

      @Ar zen
       

       là vous devenez insolent. 
       
       smiley
       
       Des tas de gens bien plus informés que vous ont démontré que l’article 50 est un piège.
       
      remplacez dans mon commentaire si ça vous chante, 3 ans par deux ans : il reste pertinent et vous n’avez pas répondu.
       
       Par ailleurs, une majorité de Français ne veulent pas quitter l’UE, et j’en suis.
       
       

    • Ar zen Ar zen 27 avril 07:07

      @JL

      Vous écrivez : « des tas de gens bien plus informés que vous ». ?

      J’ai deux yeux pour lire et un cerveau pour comprendre ! L’article 50 je l’ai lu cent fois. Figurez vous que j’ai raison. 

      Vous devriez faire de même. Je pense que vous ne l’avez même pas lu ! C’est dingue. C’est inutile d’être « informé » comme vous l’écrivez. Informé de quoi ? Il suffit de lire l’article 50 et de comprendre ce qu’il veut dire, ce qu’il contient. C’est un article juridique. De quelles « informations » parlez vous ? Il faut aller à la source de l’information dans le TUE 

      J’ai parfaitement répondu. Se retirer de l’UE par l’article 50 c’est entrer en « négociation » avec l’UE. Vous comprendrez ce mot de « ’négociation ». Se retirer c’est donc « négocier » les conditions« de sortie. Il faut être deux pour négocier. Ce n’est pas à sens unique ! Une partie ne tient pas le manche pendant que l’autre regarde ! On négocie comme au souk si vous voulez une image parlante. Ce n’est pas le vendeur qui a raison. Ce n’est pas l’acheteur qui a raison. C’est un compromis ! 

      Pour vous aider, une définition de »négocier«  : discuter sur les conditions d’un arrangement afin de parvenir à un accord ou une convention satisfaisante pour toutes les parties, que ce soit dans le domaine privé ou public.

      Examinez l’article 50, revoyez la définition du verge »négocier" et après revenez en parler. Vous vous appuyez sur du vent.

      Faîtes votre idée par vous même. Il est ici au complet l’article 50, tenez vous informé !

      Article 50
      1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
      2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.
      3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.
      4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent.
        La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 238, paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.
      5. Si l’État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49.

    • Ar zen Ar zen 27 avril 08:35

      @JL

      Vous ne voulez pas quitter l’UE ? C’est que vous n’avez rien compris. Vous êtes en train de scier la branche sur laquelle vous êtes assis. L’UE est un piège à rat excepté pour les 1% les plus riches. 

      Je vous suggère de lire un article que j’ai écrit. Prenez le temps nécessaire et comprenez « vraiment » ce qui se passe. C’est votre intérêt. Vous ne prenez aucun risque en le faisant. 

      Je vous signale que cet article s’appuie majoritairement sur une thèse de doctorat de Christophe Beaudouin. C’est le seul travail universitaire que je connaisse sur les questions de démocratie au sein de l’UE. Mon article n’est pas orienté politiquement. Il est factuel comme le travail de Christophe Beaudouin. 


    • JL JL 27 avril 08:50

      @Ar zen
       

       ’’J’ai deux yeux pour lire et un cerveau pour comprendre ! L’article 50 je l’ai lu cent fois. Figurez vous que j’ai raison. ’’
       
      Ha bon ? C’est pour ça que Florian Philippot est en train de dire sur France Inter qu’il fera autrement ? De fait, le FN est en train d’adopter en la matière le programme de Mélenchon. 
       
       ps. Mais si vous l’avez lu cent fois, expliquez nous ici ce qu’il se passe si ai bout de deux ans il n’y a pas eu accord. Ne me répondez pas qu’in peut sortir. Je vous demande : à quelles conditions ?

    • Remosra 27 avril 09:00

      @JL
      Tout le problème est là JL, dans votre question !
      Il semblerait que toutes les demandes faites par l’un ou l’autre des partis ne seront pas prises en compte et ce sera la fin des négociations et donc la sortie pur et dur sans contraintes subies de la part de l’UE. Mais ça reste très flou à ce sujet, un peu comme les petites lignes en bas de votre contrat !
      J’ai même entendu dire que l’on pouvait refuser notre dette et donc la balancer dans les dents de l’UE. Mais là aussi ce n’est que des rumeurs et la fiction semble dépasser la réalité ;
      Alors oui au bout de deux ans, même si les négociations n’ont pas abouti, il y a quand même sorti de l’UE. Après quelles seront les recours de l’UE pour tenter de rattraper le coup !?
      On en sait rien.....
      On va le découvrir avec l’Angleterre !


    • JL JL 27 avril 09:20

      @Remosra
       

       ’’Tout le problème est là JL, dans votre question !’’
       
       En effet.
       
      Si on attend de découvrir ce qui arrivera avec le Brexit, alors autant dire que le quinquennat sera passé avant que quoi que ce soit n’ait été tenté.
       
       D’autre part, l’Angleterre n’est pas la France, à de nombreux points de vue qu’il est inutile de développer ici.
       
       D’ailleurs, si j’ai bien compris Florian Philippot, il n’est plus du tout certain que le FN opterait pour l’invocation de l’article 50.

    • Remosra 27 avril 09:29

      @JL
      Le FN ratisse large !
      Ils se sont mis au gout du jour afin de satisfaire les demandes des nouvelles idées émergentes !
      Si vous l’avez pas encore remarqué, depuis que Marine a repris le flambeau, elle fait tout pour montrer qu’elle n’est pas comme son papa, même si elle le pense très fort !
      Et donc de par ce fait, elle s’adapte aux actualités et elle vous dira ce que vous voulez entendre !
      Au final on ne sait pas à quelle sauce on va être mangé !


    • JL JL 27 avril 09:35

      @Ar zen
       

       dans votre article, vous avez écrit judicieusement ceci : 

      ’’Dans une démocratie représentative comme la France, le pouvoir politique est le pouvoir qui a la légitimité nécessaire à produire le droit. Le pouvoir politique est donc nécessaire pour modifier le droit. Si le peuple n’est pas satisfait de son gouvernement et de son président, les élections viennent apporter la solution pour mettre en place d’autres personnalités politiques, porteuses d’un projet différent. Le nouveau pouvoir politique mis en place aura pour fonction de modifier les lois, de les abroger, d’en proposer de nouvelles. Un nouveau pouvoir politique, qui a la légitimé pour lui, ne viole pas les lois existantes, ne les transgresse pas davantage, mais a le « pouvoir » de les modifier, ou de les remplacer. Lorsque l’on parle de rapports de force, en politique, il s’agit de savoir qui possède la légitimité pour modifier les lois et les règlements. Ce que des politiques ont fait, d’autres politiques peuvent le défaire si le peuple, à travers son vote, leur en donne la légitimité.’’


      Mais vous avez ajouté cela : 
       
      ’’Désobéir aux traités est donc une parfaite incongruité tant qu’il existe des moyens politiques de parvenir à ses fins. La « désobéissance » ne peut pas être au programme puisque les traités européens offrent à tous les pays membres la possibilité de sortir juridiquement de l’Union.’’’
       
       Et c’est là que le bât blesse : si l’on dénonce les traités, on doit aussi dénoncer les portes de sortie autorisées
       
       C’est quoi cette façon de dire : « on ne veut plus de ce traité, mais on se soumet à vos conditions pour en sortir  » ?
       
      Une chose est sûre : ce n’est pas gaullien !


    • Ar zen Ar zen 27 avril 12:38

      @JL

      L’article 50 indique clairement que la sortie est effective après 2 années, même en l’absence d’accord. Ceci, pour moi, signifie que c’est l’UE qui a tout intérêt à trouver des arrangements, sinon elle perd tout. Et ce n’est pas l’UE qui dirige la manoeuvre puisque l’article 50 parle de « négocier ». Chaque partie avance ses arguments et il n’y a aucune raison « légale » que l’avis d’une partie soit supérieure à celle de l’autre. L’article 50 est précis sur ce sujet. Dire que c’est l’UE qui domine la situation est un mensonge grossier des européistes pour faire peur. 

      Il faut que vous sachiez que ce qui se négocie se sont les conditions de « sortie ». C’est comme lors d’un divorce. Qui a la garde des enfants, comme sont partagés les biens du couple. Pour la sortie de l’UE il en va de même. A quel moment la France cesse t-elle de contribuer au budget de l’UE ? A quel moment les députés français cessent-ils leur mission ? Les fonctionnaires français de l’UE peuvent-ils continuer à travailler dans les institutions européennes ? Pour ne citer que quelques exemples. 

      Croyez bien qu’il y va de l’intérêt de l’UE de trouver des arrangements. Mais ceci est un faux débat parce que la France sortant de l’UE, celle ci est morte et enterrée. 

    • Ar zen Ar zen 27 avril 13:11

      @JL

      Merci tout d’abord d’avoir pris le temps de lire l’article. 

      Contrairement à un légende tenace, De Gaulle n’est sorti de rien du tout. Il n’avait pas signé le traité de Rome en 1957 puisqu’il n’est arrivé au pouvoir qu’en 1958. Ensuite, il lui était impossible de dénoncer le traité de Rome puisqu’il n’avait pas la majorité à l’assemblée nationale sur le sujet de l’Europe. La politique dite de la « chaise vide » s’est soldée par le compromis du Luxembourg. 


      Dénoncer un traité est un acte politique et il faut une majorité pour le faire. Pour dénoncer les deux traités TUE et TFUE par l’article 50 il faudra l’assentiment de la majorité de l’assemblée nationale. 

      Désobéir aux traités est, je le répète, une ineptie puisque la question, au sein de l’UE, se résume à soit respecter les traités dans leur intégralité, soit à en sortir par l’article 50. Il n’existe rien d’autre. Ceux qui disent le contraire mentent !

      Pour modifier les traités il faut utiliser l’article 48 du TUE. Il est prévu pour ça. 

      Parler de « désobéissance » ou de « rapport de force » c’est se moquer du monde. Une preuve toute bête. De nombreux pays sont endettés. Pour la France c’est de l’ordre de 2000 milliards d’euros et des intérêts annuels sur cette dette de quelques 50 milliards. Alors, s’il était « si » facile de « désobéir » pourquoi les pays endettés ne désobéissent-ils pas à leurs créanciers ? Qui sont ces créanciers ? Des banques et des fonds de pension ! Font-ils peur à un pays comme la France ? Quel risque à désobéir aux créanciers et à leur dire d’aller se faire voir avec leur dette ? Et ceci s’applique pour tous les pays. Avez vous une réponse. Moi, je la connais. Je vous laisse chercher. 

    • JL JL 27 avril 13:33

      @Ar zen
       

       ’’C’est comme lors d’un divorce.’’ 
       
       Je ne vous le fais pas dire. Hélas !

    • mmbbb 28 avril 07:30

      @dejaegere sauf que les journaleux n ont pas ete tres loquace en 1981 Ils ont pris comme cible Giscard cette meme caste qui nous bassine avec la morale


    • zygzornifle zygzornifle 26 avril 09:44

      Barrer Macron sans donner les pleins pouvoirs a Le Pen ......


      • dejaegere 26 avril 12:04

        @zygzornifle

        Vous savez si les macronistes du 1er tour plus tout le PS de Hamon a Hollande en passant par Valls ,Royal, Elkomri ,Torreton, Filoche etc.., plus l’essentiel de la droite, plus le MEDEF , plus la CFDT , plus Pujadas et tous ses copains journalistes, plus tous les sinceres de tous bords qui sont persuades que Le Pen peut passer malgre son echec relatif du 1er tour donc si tous ces electeurs n’assurent pas, souvent a contre coeur, un triomphe electoral au candidat de la finance et de Merkel alors c’est a ne plus rien comprendre. Bien sur je vous donne RDV le 7 au soir pour voir qui a raison. Pour moi pas de probleme ce sera blanc.


      • zygzornifle zygzornifle 26 avril 09:46

        Comme les témoins de Jéhovah, mon enfant se meurt de leucémie mais surtout pas de transfusion .... 


        • Jeekes Jeekes 26 avril 09:50

          « Il n’y a pas d’autre alternative que l’élection de Macron, on en est tous d’accord »
           
          Non-Non !
          C’est quoi cette sale habitude de parler pour les autres ?
           

          « on pourrait envisager qu’un insoumis sur deux sacrifie son bulletin en le donnant au petit chéri de la finance tandis qu’un autre fait un vote blanc »
           
          Ha ben oui, là je comprends mieux !
           
          Ecoeurant...


          • LilianeBaie 26 avril 10:19

            @Jeekes
            Bonjour
            Il ne vous aura pas échapper que ce billet aborde la question complexe que doit résoudre l’électeur qui considère que ce deuxième tour d’élection présidentielle lui propose de choisir entre la peste et le choléra.
            Désolée, je n’ai pas mis les sous-titres...


          • Jeekes Jeekes 26 avril 10:26

            @LilianeBaie
             
            Il n’aurait pas du vous échapper que vous exposez là vos opinions personnelles en partant très prétentieusement du principe qu’elles sont celles (ou doivent s’imposer aux) des autres.


          • LilianeBaie 26 avril 10:49

            @Jeeke
            Oui, c’est ça, j’aurais dû mettre les sous-titres...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

LilianeBaie


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires