• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bientôt la fin du marathon !

Bientôt la fin du marathon !

Il y a deux solutions : ou bien je vieillis vraiment beaucoup, ou bien cette campagne est calamiteuse. Le résultat est le même : je suis heureux que cette longue période se termine bientôt.

N’en déplaise à beaucoup, cette campagne pour l’élection présidentielle a été bien trop longue surtout si on ajoute la non moins longue primaire au PS, laquelle a également largement occupé le devant de la scène en fin d’été dernier et à l’automne.

C'est au moment privilégié où la décision effective de l’électeur approche qu'une séquence délétère où les candidats n’ont plus rien à dire, apparaissent épuisés et au bout du rouleau, s'installe.

Le désert de cette fin de campagne est si grand que les observateurs en sont réduits à élever une statue médiatique à Philippe Poutou, tout simplement parce qu’il affirme qu’il ne veut pas être élu et qu’il lui tarde de retrouver son usine. Lui aussi en a marre ! C'est la prime à la dérision.

En fait la seule véritable attraction de cette campagne demeurera celle de Jean-Luc Mélenchon pour son lyrisme, ses références historiques et littéraires et ses meetings en plein air mobilisant des foules spontanées de plus en plus énormes. Il est d’ailleurs notable que les deux principaux protagonistes désignés par eux-mêmes, les politologues et les sondages reprennent peu ou prou les formules inventées par le leader du Front de Gauche. Voilà pour la forme.

Sur le fond le désert est encore plus aride. Ce n’est pas faute de sujets. Jamais peut-être, pourtant, ils n’étaient propices à des débats exhaustifs et tranchés. Pensons à la nécessaire réforme des traités européens pour n’en citer qu’un seul. Bien sûr, là encore, les deux protagonistes favoris évoquent sans cesse ces évolutions souhaitables, mais seulement avec des mouvements de menton velléitaires et sans jamais entrer dans les détails : « je n’accepterais pas ceci … » « je réorienterais cela … » Comment ? Par quelles initiatives véritables ? Que fait-on devant le refus de nos partenaires ? Motus, ou mouvement de menton !

Mêmes discours incomplets quand il s’agit d’aborder la question de l’endettement, du déficit des finances publiques. Pour tous ou presque, il s’agira d’abord d’augmenter les recettes. Pour les uns prendre aux riches, augmenter les impôts, taxer les produits financiers. Surtout, le remède miracle c’est la croissance, « Aucune inquiétude, la croissance retrouvée paiera … » Pour très peu le volet des dépenses à maîtriser est abordé. Lorsqu'il l'est, l'imprécision est totale.

Ainsi, sans gloire et sans « fond » nous nous acheminons doucement et avec lassitude vers le premier tour dans six jours. Pour la première fois depuis longtemps, disent les sondeurs, nul ne sait prédire avec certitude l'ordre d'arrivée des deux premiers et nul ne sait prédire l'ordre d'arrivée des deux suivants. Certes des tendances semblent se dégager mais aux marges d’erreur prêt qui rappelons-le sont de l’ordre de plus ou moins 3 à 4 % (autant dire des écarts extrêmes d’incertitude qui peuvent avoisiner le 8%), l’incertitude demeure. Comme elle demeure d’ailleurs sur le taux de participation à ce premier tour. Certains prédisent une abstention record. La très mauvaise qualité du débat pourrait en être la principale cause.

La responsabilité d'une telle platitude est en général porter au débit des politiques. Ne faudrait-il pas rechercher la cause également et peut-être surtout du côté de l'électeur qui n'est pas prêt à entendre la vérité ; s'il l'entend à la faire payer à celui qui lui révèle en clair : il y a du déni dans tout ça.

Pour le sociologue François Dubet, il y a un refus exacerbé des disparités. « La France était un État providence qui avait construit toutes sortes de protections sociales contre les aléas de l’existence, explique-t-il dans Le Nouvel Observateur du 12 mais 2011. Pour les cheminots, les paysans, les professeurs… Un modèle efficace en période de croissance et de plein emploi. Or, depuis vingt ans, avec la crise, ce sentiment de sécurité s’est fissuré. Les Français ont l’impression que l’école ne garantit plus les droits, que les grandes entreprises ne défendent plus les emplois. Le désen­gagement de l’État est vécu comme un abandon. » Et comme il faut bien passer ces constats sous forme de déception et de rancoeur sur quelqu’un, les riches font figure de coupables idéaux.

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 17 avril 2012 09:36

    que pensez- vous du programme du NPA que vous semblez mal connaitre :

    http://2ccr.unblog.fr/2012/02/08/mais-que-veut-le-npa/


    • Giordano Bruno 17 avril 2012 10:36

      Poutou ne veut pas être élu ? Et pourtant il a obtenu les 500 signatures censées garantir le sérieux du candidat. En comparaison, François Asselineau a obtenu 17 signatures...


      • chantecler chantecler 17 avril 2012 16:58

        J’ai un peu le même sentiment ...
        Campagne très longue et j’essaie de comprendre .
        D’abord , plutôt choqué par la sarkosie , j’ai trouvé ce quinquennat interminable ...
        Le PS a mis du temps à se mettre en marche .
        Affaire DSK , attentes, primaires enfin ...
        Je reconnais : beaucoup se retrouvent chez JL M , le soutiennent , luttent avec lui ...
        En ce qui me concerne je reste un peu dubitatif .
        Si je navigue sur le net effectivement le seul sujet c’est JL M .
        A croire qu’il est seul ...


        • kiouty 17 avril 2012 19:11

          Un modèle efficace en période de croissance et de plein emploi. Or, depuis vingt ans, avec la crise, ce sentiment de sécurité s’est fissuré. Les Français ont l’impression que l’école ne garantit plus les droits, que les grandes entreprises ne défendent plus les emplois. Le désen­gagement de l’État est vécu comme un abandon.

          Ah parce que c’est « dans la tête » tout ça ? C’est purement des affabulations psychologiques ?

          Non mais on se fout de la gueule de qui ?


          • Fergus Fergus 17 avril 2012 22:48

            Bonjour, Jlhuss.

            En réalité, je n’ai pas trouvé cette campagne plus ennuyeuse que les précédentes. Non qu’elle ne l’ait pas été, mais ni plus ni moins que les précédentes. L’histoire qui s’écrit après les élections présidentielles a parfois tendance à nous les faire voir sous un prisme déformant, parfois valorisant alors que la campagne n’a pas atteint des sommets.

            Ce matin, je crois sur France Info, un journaliste a tenu des propos allant dans ce sens, en soulignant notamment à quel point la campagne de 1981 avait été ennuyeuse ; grâce à la victoire de Mitterrand, elle est pourtant restée dans la mémoire collective comme un très bon cru.


            • BarbeTorte BarbeTorte 18 avril 2012 00:09

              C’est tout de même une idée généralement répandue sur cette campagne. Personnellement, je trouve que cette campagne est plus intéressante que les précédentes, parce que justement on sent bien que les discours des deux « favoris » sont complètement creux, ce qui ne me semblait pas aussi net les fois précédentes.
              Cette campagne, je la trouve au contraire très riche d’enseignement, pour qui veut se donner la peine de chercher un peu l’information. Il y a beaucoup de candidats intéressants dans cette campagne, non seulement Mélenchon, mais aussi Bayrou, Dupont, Poutou.
              En ce moment, j’écoute l’émission de Taddéi sur la 3. Et franchement j’écoute Marie-France Garaud avec beaucoup d’intérêt.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès