• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ce que révèle la suprenante ode au globish de Mélenchon
#21 des Tendances

Ce que révèle la suprenante ode au globish de Mélenchon

Lundi matin, sur France Inter, Jean-Luc Mélenchon a exprimé son opposition au pavoisement du seul drapeau de l’UE sous l’Arc de Triomphe, n’hésitant pas, comme Fabien Roussel, à mêler ses critiques à celles venues de droite, au nom du droit qui spécifie que ce drapeau doit systématiquement accompagner le drapeau français. Mais il est aussi revenu sur son thème fétiche de la créolisation, sans avoir peur des contradictions qu’il porte, ou de la vision peu attrayante de sa perspective…

 

Une créolisation à l’accent globish

C’est le candidat qui le dit lui-même sur les réseaux sociaux : « Allez dans n’importe quelle rue de Paris ou d’ailleurs et vous verrez partout des pancartes en anglais. La créolisation est en train d’avoir lieu  ». Cette déclaration est effarante à plusieurs titres. Voici donc un candidat à l’élection du président de la République Française qui fait de l’envahissement linguistique du globish dans les publicités un fait positif qui illustrerait la créolisation de notre pays  ! Même s’il ne l’aurait pas dit de la même manière, on peut parier que Macron, ce président de la start up nation, avec qui la présidence française de l’UE communique en anglais, ou qui adjoint l’anglais à notre carte d’identité, est probablement sur la même longueur d’onde que Mélenchon. L’envahissement linguistique du globish ne leur pose aucun problème !

Dans le cas de Mélenchon, qui veut quitter l’OTAN, il est pour le moins paradoxal de voir positivement l’envahissement du premier outil du soft power étatsunien : la langue. Lui qui refuse le primat des Etats-Unis ne devrait-il pas refuser cette lente prise de pouvoir du globish dans notre espace public ? Sans même être attaché à la culture et à l’identité de notre pays, Mélenchon pourrait également en critiquer l’impact économique. Car que signifient ces communications en une seule langue ? Elles signifient qu’il est possible de concevoir des campagnes totalement globales, utilisables partout dans le monde, sans même avoir besoin de les traduire dans la langue du pays. Voilà un excellent moyen pour réduire la taille des équipes ou agences locales, qui devraient en assurer l’adaptation si elles devaient les traduire, chose qu’il n’est pas possible de faire depuis Londres ou New-York. C’est donc moins d’emplois…

Bref, le chef de la France Insoumise devrait déjà avoir de bonnes raisons, pas même identitaires ou nationales (probablement des considérations taboues dans son parti) de combattre cette invasion du globish. Mais ce que cela signifie sans doute, c’est que la fusion des cultures et des identités pour lui et ses amis est en fait pour eux un phénomène global, et que, quand il parle de créolisation, cette créolisation s’effectue à l’échelle de la planète ! Quand Jean-Luc Mélenchon parle de créolisation, la perspective qu’il dessine, ce n’est pas juste une inflexion de la culture française, mais c’est, pour lui, à terme, l’avènement d’une culture globale fusionnant et dépassant toutes les cultures nationales. Et peu lui importe que cet agenda soit aussi celui des multinationales, pour qui l’applatissement de la planète est profitable à tous les titres, permettant de produire là où cela est le moins cher, et de construire des marques globales.

C’est sans doute ce que l’on peut considérer une vision franchement extrémiste de l’internationalisme. Car il faut bien une part d’extrémisme pour parvenir à se réjouir de l’effacement du français de l’espace public par l’invasion du globish. Ne peut-on pas rester ouvert tout en voulant préserver une identité propre et distincte ? C’est probablement ici, avec son virage communautariste, qui est lié, que Mélenchon a perdu les Français. Si une petite minorité, à gauche, ou à l’extrême-centre macronien, adhère à cet applatissement de la planète et à la dilution complète de notre identité et notre culture dans un gloubi-boulga global sous forte influence étatsunienne, je pense que l’immense majorité des Français est attachée à notre identité, à notre culture et à nos valeurs. Et après des décennies de laisser-faire coupable de nos dirigeants, il est logique que les sondages indiquent une vraie attente dans ce domaine.

On peut voir dans le rapport de force inédit entre une gauche rabougrie électoralement, et une droite au plus haut, le refus des Français d’abandonner une culture et une identité que Mélenchon veut voir englouties dans une créolisation globale, malgré toutes les contradictions que cela implique pour lui. Et parce que Macron est sur la même longueur d’onde, et que cette position est largement minoritaire, il pourrait bien y perdre l’élection de cette année face à un ou une candidate à la position inverse.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 15 janvier 12:50

    Bonjour Laurent Herblay.

    Merci pour cet article et pour la réflexion à laquelle il invite sur la nécessité de trouver les moyens appropriés pour préserver notre langue commune, partie essentielle -au sens premier du terme de notre patrimoine mis en pièces par les traquenards dans lesquels la clique politicienne en place s’applique à enfermer notre pays( UE, euro, Otan, conseil de défense sanitaire...etc) pour être agréables à leurs commanditaires de l’oligarchie euro-atlantique, autrement dit des grands groupes capitalistes qui s’appliquent à asservir les travailleurs et la nation à leur plan globaliste pour accroître leurs profits et préserver leur pouvoir mafieux.

    La bataille pour la défense et la préservation de la langue française est devenue un enjeu politique majeur, de premier plan, que notre peuple ne peut ignorer sans dommages d’une extrême gravité.

    Il va de soi que tout candidat à toute fonction élective, qu’elle qu’elle soit, serait fort mal inspiré d’ignorer cet enjeu essentiel pour la survie de notre société et de notre nation.

    Cordiales salutations



    • Octave Lebel Octave Lebel 16 janvier 11:06

      @cettegrenouille-là

      Vous avez inventé le concept de « Supergauche ». « Superdroite » irait aussi.

      Celle qui réconcilie la droite bien bien conservatrice qui a du mal à suivre et à accrocher son wagon à la droite super pressée de liquider ce qui reste de souveraineté ici et la gauche superactiviste d’un jour pour qu’elles s’embrasent sous votre patronage.

      C’est ingénieux comme montage. Reste à trouver les supernaïfs et supercouillons pour vous suivre. Bon courage. 


    • Julien30 Julien30 15 janvier 13:59

      Mélenchon acte sa soumission complète au monde anglo-saxon et à ce que ce dernier produit de pire, impérialisme culturel, multiculturalisme, indigénisme, wokisme, bref il est l’anti-France incarné.


      • 2 de pique 2 de pique 16 janvier 06:06

        @Julien30

        bref il est l’anti-France incarné

        Exact, ça vient de son enfance à Tanger ( Maroc ). Il y a vécu le bonheur de l’enfance jusqu’au moment où le divorce de ses parents ( qui l’a déchiré ) a coïncidé avec son retour dans l’hexagone.
        Depuis lors, dans le fond de sa tête s’est inscrit : Algérie = bonheur, France = malheur
        Il a même avoué un jour son aversion contre les blonds aux yeux bleus.


      • 2 de pique 2 de pique 16 janvier 06:07

        @2 de pique
        Maroc = bonheur


      • Albert123 15 janvier 14:04

        la gauche traitresse, enfin la gauche tout simplement.


        • mursili mursili 15 janvier 14:28

          Bof...Gandhi s’exprimait aussi en anglais. Le globish a bon dos. Il n ’est pas responsable de la dégradation de la maîtrise de la langue française par les Français eux-mêmes. 


          • PascalDemoriane 15 janvier 16:34

            Cela fait un demi siècle que j’etend débattre d’anglicisme abusif, d’américanisation culturelle, de globishisme quotidien commercial, d’érosion langagière. Oui, c’est un fait. Les français n’ont pas la vitalité résistante québecoise. Mais Mélenchon là dedans c’est une crotte de lapin sur une autoroute.
            Et écouter France Inter c’est mettre la tête dans la cuvette des chiottes... et s’étonner du résultat !

            Bien plus grave au plan linguistique qu’une éventuelle créolisation, le fait que le Merluchon comme tant d’autre aurait abondé au propos d’une Buzyn, sinistre sanitaire déclarant « qu’un père çà peut être une grand mère », ou à d’autre introduisant un pronom viral « iel » etc... parce que çà c’est pas seulement un problème de langues soeurs coïtantes, c’est une entreprise de destruction de l’intellection mentale commune, une destruction sournoise psycho-neuronale profonde du langage lui-même.


            • Lynwec 15 janvier 17:00

              Mélenchon n’a plus rien à révéler, à part pour les naïfs qui voient encore en lui un homme de « gauche » ; Il suffit de retracer son parcours pour s’en rendre compte,mais beaucoup s’en tiennent au dernier qui a parlé,sans chercher ce qu’il a pu dire précédemment (et surtout ce qu’il a fait).

              Internet serait pourtant utile pour les poissons rouges, à chaque tour dans le bocal,il suffirait de lancer une recherche, avec un peu de chance, ils voteront avant la fin du tour suivant...


              • Octave Lebel Octave Lebel 15 janvier 20:52

                Je mets une épingle de plus dans la poupée vaudou de l’image médiatique de JLM méthodiquement construite et continuellement améliorée (ce n’est pas fini bien sûr) par des médias si bien attentionnés parce que je pense que mes concitoyens sont du genre à aller voter avec une poupée vaudou dans la tête qui leur dit où est le bien et où est le mal. Rien de mieux à faire ou dire ? Merci beaucoup de votre contribution si précieuse à la réflexion collective.

                Je sais, un mouvement qui travaille sans se renier, en approfondissant un projet et un programme depuis plus de 10 ans et qui malgré toutes les attaques, tous les coups bas des médias et des états-majors politiques finit par incarner le rassemblement de la gauche authentique en dehors de ces états majors quand ceux qui ont failli, en dépit de tentatives et d’improvisations dérisoires de dernières minutes se font cruellement snober par nos concitoyens, cela a de quoi agacer ceux qui ont parié sur la naïveté, la résignation, la désinformation et l’absence de mémoire de ces derniers.

                 

                Surtout, ne vous gênez pas pour défendre vos convictions à l’appui de vos analyses et de vos propositions de travail.

                Je sais, il faut retrousser ses manches et c’est plus compliqué et difficile que de jouer aux fléchettes. Et surtout, c’est très délicat quand l’objectif et la manœuvre c’est de persuader les plus modestes de nos concitoyens et ceux de la classe moyenne de voter dans votre camp contre leurs intérêts.

                Après je reconnais bien volontiers que vous n’êtes pas le seul ici à devoir procéder ainsi et que ce serait d’autant plus efficace si cela pouvait passer inaperçu.Cela ne pouvait pas durer plus longtemps.Sans le vouloir vous avez contribué (un peu) à votre manière à l’éducation politique de nos concitoyens.

                 


                • Jonas Jonas 16 janvier 10:18

                  Mélenchon, un chantre du wokisme.

                  Pour Jean-Luc Mélenchon« la France n’a pas d’avenir sans les Arabes et les Berbères du Maghreb »« les occidentaux, ça n’a pas de réalité », il méprise les « blancs catholiques », se réjouit de l’éradication de la race blanche par le métissage, ne supporte plus de vivre avec des « blonds aux yeux bleus », et méprise les habitants du pays de Caux en Normandie, qu’il traite d’« alcooliques épouvantables » !

                  « Vous savez instantanément de qui il s’agit : les nôtres. Cela se voyait. D’abord par la couleur de peau : partout dominait en profondeur ce superbe marron que montrent les plus beaux êtres humains. Ici la couleur de peau est un signal social. »
                  http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/07/16/no-volveran/

                  Mélenchon développe des thèses racistes et racialistes : le blanc oppresseur, le colonisateur, « l’occidental », le « blond aux yeux bleus », le « blanc catholique », doivent progressivement céder leur place à l’avenir de la France, les « Arabes et les Berbères du Maghreb », aux « marrons », « les plus »beaux êtres humains".


                  • Octave Lebel Octave Lebel 16 janvier 10:51

                    @Jonas

                    A part vomir et vociférer, vous savez faire autre chose ?


                  • Jonas Jonas 16 janvier 10:58

                    @Octave Lebel « A part vomir et vociférer, vous savez faire autre chose ? »

                    Vu le niveau des politiques que l’on a en ce moment, oui, il y a de quoi vomir et vociférer, et ce n’est pas près de s’arrêter !


                  • Octave Lebel Octave Lebel 16 janvier 11:47

                    @Jonas

                    Un peu facile comme excuse.


                  • Octave Lebel Octave Lebel 16 janvier 10:47

                    À propos de globish, ne perdons pas de vue à quel point une langue et sa préservation sont importantes pour l’identité culturelle d’un peuple. Ce serait dommage de passer à côté de cette notion. Après Chirac et son ministre Jacques Toubon cette notion a été négligée dans les politiques publiques à droite et bien sûr aussi par la fausse gauche que tout le monde connaît qui a préféré le brillant plutôt que le travail de fond.

                    De ce point de vue, l’usage du globish par nos politiques et au sein de l’UE, le relais qui en est fait par les médias sont des signaux de décadence certains et volontaires vis-à-vis de nos racines culturelles et de ses formes de créativité. Evidemment, il ne s’agit pas de confondre le globish avec la richesse de la langue anglaise ou sa version américaine. Un peuple instruit et cultivé est la condition de la maîtrise de son avenir et sa langue fait partie de ses plus grandes richesses.

                    Le concept de créolisation (Edouard Glissant) mérite que l’on s’y attarde à propos des processus d’échanges interculturels et des enrichissements qu’en tirent les êtres humains quand bien même cela se passe dans un contexte de domination.

                    https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2011/02/03/pour-l-ecrivain-edouard-glissant-la-creolisation-du-monde-etait-irreversible_1474923_3382.html

                    Ce sont des sujets sérieux, souvent abâtardis dans les médias qui méritent mieux que la polémique.


                    • leypanou 16 janvier 11:34

                      @Octave Lebel
                      c’est aussi sérieux que l’immigration ou les faits divers dont la droite ou l’extrême-droite aiment bien parler pour cacher leur impuissance sur d’autres sujets beaucoup plus corsés.
                      Si la créolisation est un fait, quel est l’intérêt d’en parler à part faire parler de soi ?
                      Les Français sont en train de payer cher la débile transition énergétique, la neutralité carbone d’ici 2050 n’a pas fini de mettre à mal le pouvoir d’achat.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité