• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Cela peut attendre demain ?

Cela peut attendre demain ?

 Aujourd'hui c'est la journée de la procrastination. J'aurais pu écrire cet article demain pour être raccord avec le thème. C'est un mal très répandu, on remet à demain ce que l'on peut faire le jour même et on se retrouve avec un amoncellement de boulot à régler précipitamment au dernier moment. Il en est qui sont les rois du "in extremis". C'est leur manière de fonctionner. Il en est aussi qui ne remettent jamais une parole ou un acte comme notre président qui n'a pas oublié d'être condescendant avec madame Legay dés qu'il a pris connaissance de son hospitalisation (voir à ce lien).

 

On l'imagine, notre président, croisant un enfant du Sahel n'ayant rien à manger :

"il faut manger de tout un peu mon petit, ne pas être si difficile".

 

Ces pauvres, ces précaires, ça veut tout tout de suite les cons. Quand on est pauvre, on doit se cantonner dans le rang qui est le sien, ne pas chercher à péter plus haut que son Q. On doit procrastiner le plus possible quant aux changements possibles de la société. On n'a pas d'envie de vivre mieux, pas d'envie de se détendre ou de chercher autre chose dans l'existence que consommer encore, consommer toujours, du berceau à la tombe.

Ssuper promotions sur les incinérations et les cercueils en carton en ce moment paraît-il pour les smicards, d'ailleurs pourquoi s'embêter à tout ça ? Pourquoi ne pas se servir des "gagne-petits", des "gens de peu" "qui ne sont rien" comme engrais pour nos jardins ? Ils acquerront une utilité sociale immédiate .

 

Je me suis laissé dire que les personnes intelligentes procrastinent parfois, se laissent aller à la douceur de l'air, à la quiétude d'un moment. Mais les cons ne se reposent jamais, ils sont cons à jet continu, ne tournent jamais la langue dans leur bouche, ne réfléchissent pas à ce qu'ils disent. Ils sont dans l'instant, dans l'envie de dire une sottise là maintenant tout de suite sans trop réfléchir.

Attention, que l'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit, je ne suggère pas ici que notre président actuel est de ceux-là, je ne suis pas de ces mauvais esprits, non, non, non. Je suis beaucoup trop respectueux de l'autorité et des technocrates qui savent mieux que nous ce qui est bon pour nous depuis quelques décennies déjà.

 

On aimerait que notre président procrastine, qu'il remette à demain, voire plus tard, voire jamais tout ou partie des "réformes" qu'il prétend indispensables à notre pays. Bien évidemment, il faut s'entendre sur le sens du mot "réforme" qui dans la fameuse pensée complexe présidentielle signifie la fin de tout notre système de protection sociale, qui favorise les "cyniques, fainéants et les assistés" (voir ici à quoi je fais allusion).

Dans les cercles du pouvoir ou en étant proches, parmi les larbins et parmi les maîtres on déteste les heures de liberté, de détente éventuelle même où l'esprit peut "introspecter", réfléchir et s'affranchir des préjugés et de l'instinct grégaire. On comprendre qu'ils n'aiment pas.

Certains naïfs sont également persuadés que suite à une énième journée de "manif" le président procrastinera enfin et les laissera tranquilles. Mais ça ne se fera pas sans casse...

 

...Faut pas rèver.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen 

Amaury - Grandgil 

illustration empruntée ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.63/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus (TRoll de DRame) 25 mars 17:55

    @amaury 

    ...mais on le veut aujourd’hui

    (oui je sait cela fait un petit peu 68’ard ...)


    • baldis30 26 mars 09:41

      bonjour,

       j’aurais aimé vous répondre plus longuement mais je suis atteint d’hypertrophie pileuse de la face interne du carpe droit ...


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 26 mars 09:50

        @baldis30
        vous avez un poil dans la main ? smiley


      • baldis30 26 mars 17:29

        @Amaury Grandgil

        c’est la langue de bois médicale !


      • scorpion scorpion 26 mars 10:05

        Ah ! C’est son côté méditerranéen à notre Jupiter  : « Aujourd’hui peut-être ou alors demain.... »  Je procrastine, tu procrastines, il procrastine et il vous emmerde dans toutes les longueurs , va quand même pas se faire chier avec la plèbe non ? ...


        • zygzornifle zygzornifle 26 mars 10:56

          Si vous cherchiez le contraire , le négatif de l’Abée Pierre avec Macron vous l’avez trouvé ....


          • Pale Rider Pale Rider 26 mars 11:09

            C’est curieux de voir comme Macrounet se tait quand il devrait parler et parle quand il devrait la fermer.

            Ce jeune freluquet devrait apprendre le respect des anciens et le respect des citoyens. Parce que l’ennui, c’est qu’avec lui je désapprends le respect de la fonction présidentielle qui n’en mérite déjà plus beaucoup depuis quelques présidents. Le niveau baisse. Je me demande même si on n’est pas en-dessous du niveau de Sarko, en français certes plus stylé (mais ça, ce n’était pas trop difficile).


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 mars 14:24

              @Pale Rider

              On sent les propos d’un électeur déçu, ex électeur de Hollande, futur électeur de Mélenchon.

              Une belle continuité dans la clairvoyance ?


            • cevennevive cevennevive 26 mars 11:39

              Bonjour Amaury

              Et l’on se demande si l’ouvrage « 1984 » ne sert pas d’exemple à nos dirigeants...

              Nous n’aurions plus à les juger, à les moquer, à les condamner.

              Là, ce n’est plus de la procrastination, mais une réflexion logique de ceux qui laissent faire, laissent aller, pour ne rien changer vraiment.

              Ou alors, comme le disait le Prince Salina dans « le Guépard » : « changer tout pour que rien ne change »...

              Personnellement, je ce crois pas que Macron « procrastise », c’est bien plus dangereux que cela, il a des pensées machiavéliques pour nous faire plier, soit par « l’à quoi bon », soit par la fatigue de toujours avoir à se battre.

              Laisser aller, laisser pourrir les situations, laisser râler les petites gens (qui d’ailleurs s’expriment avec des formules qui les desservent auprès de cette « aristocratie politique » fière de son grade et de ses prérogatives).


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 26 mars 14:26

                @cevennevive
                Je pense surtout qu’il est très naïf de penser que Macron va céder par la répétition des manifs le samedi, il est là pour appliquer une lettre de mission point. Et pour rien d’autres, et lui ce qui l’intéresse c’est le « job d’après ». Ces gens là on les destitue en allant les chercher dans leurs palais...


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 mars 09:51

                @Amaury Grandgil
                Ces gens là on les destitue en allant les chercher dans leurs palais...

                C’est sympa de demander aux autres d’aller réaliser ses fantasmes :

                car j’en suis sûr, ce n’est pas vous qui serez en tête du cortège qui ira prendre l’Elysée


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 28 mars 09:28

                @Olivier Perriet
                Je suis dans la rue chaque samedi mon grand.
                Alors vos leçons... smiley


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 mars 14:23

                « le mot »réforme" qui dans la fameuse pensée complexe présidentielle signifie la fin de tout notre système de protection sociale, qui favorise les « cyniques, fainéants et les assistés »

                Depuis l’élection de Macron, il n’y avait que « Islam, Terrorisme, Immigration, Insécurité » dans les mantras de la Droite la plus Bête du Monde.

                Grâce aux gilets jaunes, surprise, on parle d’autre chose.


                • Jason Jason 26 mars 14:47
                  Bonjour Amaury,

                  La procrastination a du bon, mais ça dépend pour quoi.

                  Notons au passage que ce mot, très courant en anglais (verbe to procrastinate, syn. to defer, postpone) semble être passé dans le français de tous les jours. Il nous vient du latin, donc rien à dire du côté des puristes.

                  Toutefois remettre à plus tard peut s’avérer coûteux lorsqu’il s’agit de payer impôts, taxes et prélèvements directs dont le total se monte à 58 % du PIB (un record dans l’OCDE). Quand on voit les bénéfices de la rapidité à payer, on pourrait s’attendre à plus de rapidité et de qualité dans les services rendus.

                  En français nous avons « remettre à plus tard », « renvoyer aux calendes grecques », ou encore « prendre des mesures dilatoires », « laisser en souffrance », « prendre des délais », ou tout simplement abandonner. Notons aussi que nos élus, sans compter les autres, sont les champions incontestés dans cet exercice. Autre outil à la mode pour remettre à plus tard : faire une réunion, nommer une commission, ou tout bonnement avouer son ignorance.

                  Un conseil : si un fusible vous prive de lumière dans votre maison, n’attendez pas (ne procrastinez pas) sinon vous allez rester dans le noir. Remplaçons d’urgence et sans coup férir, les fusibles en panne un peu partout dans le pays, on y verra plus clair.

                  • Clouzit 26 mars 14:53

                    Mais il met pas au lendemain la vente de nos biens....aeroports...b ?timents prestigieux tel les haras ..entreprises publics et autres... tous ces biens qui nous appartiennent biens de l etat et non de ce gouvernement qui solde...pourquoi pas porter plainte ......


                    • UnLorrain 26 mars 15:53

                      Lvsl « le vent se lève » de votre lien, je verrai a feuilleter ce qui ressemble a un journal comme agoravox.

                      Je l’ai écrit il y a pas mal de temps passé ,avant agoravox, ailleurs donc,les réformes se feront au forceps.

                      La sécurité sociale et comment s’en sortir, de Lane Georges je serai prêt a parier que son ouvrage a cet économiste date d’avant internet. Et,me dis-je cette réforme indispensable, on y exigera -érigera- pas ce modèle. ...euuh,tenez,cette coréenne du sud vue dans ces toujours intéressants « faut pas rêver » diffusés après thalassa,il y a au moins 10 ans , un résumé : cela fait 20 ans qu’elle travaille a ce chantier naval de 700 hectares de surface six jours sur sept 10 heures par jours,15 jours de congés payés par an,elle est devenue chef ou cheffe peu importe d’atelier où l’on peut y voir des machines ultra sophistiquée. Je me souviens de cette entreprise où c’était fastes et abondances a couilles -et gonades- rabattues,il y existait « indemnités de congés maladie » les huiles de la boutique avaient beau resserrer les boulons a la clé dynamométrique, ces boulons casserent la boutique s"effondra...comme tant d’autres après elle.

                      Devoir réformer il y a 10,20,30 ans et plus,était déjà inconcevable..sinon au forceps.


                      • troletbuse troletbuse 26 mars 16:08

                        Pour Benalla , Micron a demandé au juge de procrastiner

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès