• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Citoyens... au boycott !

Citoyens... au boycott !

Malgré toute la littérature l’encensant d’innombrables bienfaits, la privatisation ne s’est avéré être qu’un ingénieux plan opéré par la bourgeoisie afin de mettre main basse sur les richesses maraudées par les états-nations aux anciennes aristocraties et pouvoirs en place, et ce, suivant divers processus à travers le monde allant de la révolution à la décolonisation.

Une revanche des riches renvoyant dans les cordes l’intention égalisatrice d’une social-démocratie déballée sous l’impulsion d’une gauche phagocytée ayant perdu le sens de ses valeurs fondatrices qu’elle prônait avec tant de conviction juste avant de gouter à l’ivresse du pouvoir.

Terrible ça le pouvoir...

Une fois qu’on y met le petit doigt la main y passe. Happée par les strass et paillettes d’officines incompatibles avec les politiques austères de nivelage par le bleu de travail. Puis c’est le bras. Ensuite l’esprit. C’est dans l’ordre des choses. C’est dans l’ordre des hommes, perfectibles par nature. Mettez un ouvrier dans le cadre doré d’un palais-bureau et le confort environnemental s’occupera du reste. Une sorte de « darwinisme » politique se mettra insidieusement en branle, sous l’influence de groupes de pressions, pour venir à bout de cette croyance ancrée durant des lustres dans l’esprit gauchiste : « l’assistance aux plus faibles », jugée dès lors contre-productive et accusée de facto de tirer les hommes comme les organisations humaines vers le bas en ne leur proposant aucun cadre digne et humain de développement.

Sur le plan social, cette gauche, devenue social-démocratie par une habile contorsion sémantique d’abord, ouvrit la manne grande au spencérisme. Une doctrine politique évolutionniste qui postule que la lutte pour la vie entre les hommes est l'état naturel des relations sociales. Son action politique préconise en corollaire de supprimer, ou du moins d’en entraver grandement le fonctionnement, les institutions et comportements faisant obstacle à l'expression de la lutte pour l’existence et à la sélection naturelle qui aboutissent à l’élimination des moins aptes et à la survie des plus aptes.

Rappelez-vous le « Nous sommes en guerre » très parlant de François hollande en novembre 2015 et repris en écho par bon nombre de pays alignés. Un discours marquant la fin de l’état providence promptement remplacé par l’état d’exception justifiant la règle de la remise en question des piliers essentiels au bien-être social. Et si une telle politique à pu miner un pays hautement outillé de verrous institutionnels comme la France, imaginez l’impact sur un pays émergeant comme le Maroc dont le rêve d’aspiration à ce droit universel se retrouve tué dans l’œuf d’un contrat social revu à la baisse en matière de doléances.  

On comprend mieux alors les politiques drastiques mises en branle et justifiées par l’impérieux besoin sécuritaire. Politiques consistant principalement à revenir sur un grand nombre d’acquis sociaux obtenus après de longues luttes tout en garantissant une liberté d’action à la mise en place de la « start-up notion » dans la gestion d’un état où le despotisme dénoncé par moult auteurs d’anticipation (Orwell, Bradbury, boulle, king…) n’eut pas pour origine les expériences désastreuses fascistes et communistes comme ils le craignaient mais le passage de ce même despotisme des mains de l’état, sous l’égide d’une gauche mutante, à celles perverses de multinationales tentaculaires. Ces monstres sans frontières plus riches, plus puissants que les nations elles mêmes et venant directement dicter leur loi par l’entremise des lobbies, des médias, des traités (GATT,CETA, TAFTA…) jusqu’à imposer leur novlangue déshumanisée, leur culture d’entreprise merchandisée, leur globish débile mais « moderne », leur « valeur » travail, dans un système managérial totalitaire transposé dans la vie courante.

Pour l’exemple, en France, c’est le gouvernement du socialiste Jospin qui enregistra le plus gros chiffre de vente dans le processus de privatisation.

Au Maroc, comble de l’ironie pour une monarchie capitaliste, la vague privatisatrice fut également impulsée par un gouvernement de gauche sous les diatribes intarissables en vantant les bienfaits du ministre socialiste, Oualalou, fer de lance, avant pouvoir, du discours nationaliste d’une gauche jusque-là étatisante. A la différence avec la France que les groupes de pressions au Maroc ne se contentent plus d’exercer une influence externe à travers leurs différents lobbies mais s’invitent directement dans l’occupation des hautes sphères du pouvoir pour un accès direct au « taillage » de lois à la mesure de leur voracité indécente dans un pays où la grande majorité se cantonne à la limite du seuil de pauvreté. Mais c’est vrai qu’en matière de festin on n’est jamais si bien servi que par soi-même

Si encore le système privé était efficace, si la concurrence faisait comme ils le prétendent baisser les prix, mais en vérité très vite tel groupe impose son monopole, son organisation lié au profit au marketing finit par coûter bien plus cher à la communauté et génère une administration kafkaïenne encore pire que n’importe quel système étatique.

Ce n’est donc plus une victoire du pragmatisme comme tente de nous le faire croire la nouvelle élite en place mais bien une guerre idéologique motivée par l’argent et qui représente au final le vernis affligeant de la pauvreté argumentaire de la barbarie financière au service d’une poignée de tarés cupides et mégalos.

Alors tel immonde salopard gestionnaire de qualifier de « traitres » ceux qui boycottent les produits de la centrale laitière.

Et tel étourdi ministre de qualifier « d’écervelés » les boycotteurs de marques détenues par des affairistes occupant de hautes fonctions dans une gestion lucrative de l’état tels que Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture et Miriem Bensallah à la tête du patronat (CGEM :confédération générale des entreprises du maroc) qui fait blocage au dialogue social exigeant encore plus de concessions de la part des syndicats dans l’élaboration du nouveau code de travail et dans la révision du montant des allocations familiales (200 dh par enfant actuellement soit environ 20 euros)

A prédation économique sur le terrain de la lutte sociale on ne peut répondre que par une sanction économique dont le Boycott en cours en ce moment au Maroc, quel qu’en soit l’instigateur, représente une adaptation intelligente, et surtout pacifique, dans la lutte des classes défavorisées face au dictat de marchés où l’humain est devenu le bien le moins précieux, le plus abondant et en corollaire la marchandise la plus anodine.

Et comme l’a si bien énoncé Arundhati Roy, « la prochaine révolution se fera contre les grandes entreprises. Elles sont les réelles maîtres du monde, capables de créer les injustices et les inégalités tout en préparant les guerres. Mais elles étoufferont si nous refusons de les servir, de consommer leurs produits. Souvenons-nous qu’elles ont bien d’avantage besoin de nous que nous n’avons besoins d’elles »

Les multinationales sont aujourd’hui la nouvelle forme synthétique du totalitarisme et du fascisme réuni. Si l’état-nation jouait avec la peau de son peuple, l’état « start-up » n’a d’autre but que de la vendre.

Aux peuples de la défendre intelligemment...

Elle est ce qu'ils ont de plus chair.


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 5 mai 13:41

    Si tout le monde arrêterait de consommer soit le gouvernement serait a plat ventre très rapidement soit il amènerait grâce a sa milice d’hallucinée d’en marche aidé par les CRS et gendarmes les citoyens de force dans les magasins pour consommer a moins qu’il saisisse le manque a gagner directement dans les comptes en banque....


    • domi 6 mai 08:27

      @zygzornifleje crois que le boycott d’une entreprise est interdit en France(pays de la liberté) mais toucher ces gens au porte feuille et leur Dieu « profit » est la meilleure arme VIVE LA DECROISSANCE


    • sls0 sls0 5 mai 13:41

      C’est vrai que le boycott est une arme excellente mais qui demande une cohésion.

      Ca demande une bonne explication pour qu’il y ai adhésion.
      L’argent c’est le pouvoir, un bon boycott tarie la source de l’argent.

      • Jeekes Jeekes 5 mai 15:45

        ’’Terrible ça le pouvoir... Une fois qu’on y met le petit doigt la main y passe.’’

         
        La main y passe... jusqu’à la clavicule !
         


        • Dom66 Dom66 5 mai 16:10

          moi je boycott tout le made Israhell et tout ce qui est TV genre Hanouna  smiley


          • Jeekes Jeekes 5 mai 16:36

            @Dom66
             
            + 1 


          • zygzornifle zygzornifle 6 mai 08:36

            @Dom66


             il ne reste plus grand chose alors , en plus la peine d’allumer plus la télé ....

          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 5 mai 16:42

            Il faut une révolution mondiale !


            Le leurre démocratique, les fausses indépendances et la fausse liberté ont produit un monde impossible : L’ÉCHEC HUMAIN !

            Il n y a jamais eu une véritable révolution, il n y a eu que des contre-révolutions au profit de la « noblesse » et sur le dos des populaces ! La noblesse des siècles obscurs a laissé place à celle de l’argent des milliardaires apatrides : Les nations sont mortes !

            Voilà pourquoi ce XXIe siècle parait le plus insolite et le plus difficile à « apaiser » : Si jamais les milliardaires des paradis fécaux réussissent leur « projet », les prolétaires du monde entiers ne seront plus des bipèdes mais évolueront à plat ventre comme de vulgaires reptiles ! 




              • Dom66 Dom66 6 mai 11:20

                @domi

                J’ai connaissance de ça, mais cela ne m’empêche pas de Boycotter les produits de cet état nazi, je fais ce que je veux...Merci pour avoir passé ce lien….vive la liberté

                Elle est pas belle la France ???


              • lloreen 6 mai 09:50

                « Tous les grands gouvernements du monde - ceux d’aujourd’hui et ceux d’hier - n’ont été que des bandes de voleurs associés afin de piller, de conquérir et de réduire leurs frères humains en esclavage . Et leurs lois, comme ils les appellent, ne représentent que les ententes qu’ils ont jugé nécessaire de conclure afin de maintenir leur organisation et d’agir de concert pour dépouiller les autres et les réduire en esclavage , et pour assurer à chacun sa part convenue du butin. Toutes ces lois n’imposent pas plus d’obligations que n’en créent les ententes que les brigands, les bandits et les pirates jugent utile de conclure entre eux . »

                Lysander Spooner


                • xana 6 mai 17:47

                  Hélas, je ne peux plus boycotter... Il y a au moins six ans que je n’achète plus rien en France, et bien peu en Roumanie...(et que du local).

                  Le boycott est une arme redoutable mais chaque citoyen ne peut tirer qu’une seule cartouche !

                  Jean Xana


                  • kb kb 6 mai 19:04

                    d’un autre côté , l’irrésolution sociale c’est de croire que l’argent ne fait pas le bonheur et de continuer contradictoirement à se battre pour une utopique équité dans le pouvoir d’achat. Une construction où l’acte politique, dans une totale inversion des valeurs, reviendrait à faire office d’une publicité mensongère où, apparemment, un monde confortable et sans pollution coûterait très cher…

                    des fois je me demande si ça vaut vraiment le coup d’être « aligné »  tant on ne l’est que devant l’abattoir des consciences et tant les chemins de la dignité humaine sont le plus souvent opaques…

                    Une révolution ne menant qu’à rétablir un semblant d’égalité dans la file des caisses du supermarché ne sera qu’une abdication de plus au nouveau dictat des marchés, bien plus puissant que le plus féroce des dictateurs à la moustache lissée, au col montant et aux cheveux teintés.

                    Mais il faut bien commencer par quelque chose non ?…même si politiquement parlant il y a risque de cantonner le rôle de ces pouvoirs alternatifs à une simple Néo-policerégulant, à la menace de son bâton, les innombrables queues devant les proliférantes sources de ravitaillement en tout genre…


                    • zygzornifle zygzornifle 7 mai 08:23

                      Moi je suis un traître , je fais mes courses en Italie car c’est moins cher , le plein de mon diesel aussi depuis l’augmentation , les clopes et alcool pour les potes , TRAÎTRE .... Mais non mais non, l’Italie fait partie de l’UE donc il y a chat perché , j’ai le droit de faire vivre les commerces italiens , bien fait pour la France pays devenu « Sérial Taxeur » ....


                      • Dom66 Dom66 7 mai 18:14

                        @zygzornifle

                        Moi idem

                        Les clopes pour mes amis, l’alcool, parfums beaucoup de course en Espagne à La Jonquera, et maintenant le carburant.

                        La France pays de taxes. Ras le bol


                      • Jeff Parrot Jeff Parrot 7 mai 10:47

                        la reponse ne peut etre que spirituelle et/ou psychologique pour « mieux etre ».

                        Il n’ya que dans ce contexte que l’alienation par le travail, par le consummerisme, par la medecine frelatee, par la competition, par la drogue et par les medias perd de son pouvoir.

                        Les alienes n’ont pas l’intention de boycotter, au contraire, ils veulent toujours plus de cette came...


                        • Lanla 8 mai 14:15

                          Il semble que ce boycott de 3 marques ait diminué les ventes de pas loin de 80 % si l’on écoute les rumeurs. Superbe exemple de solidarité de la population, mais aussi de revendication pacifique et efficace.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès