• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Construire sur les ruines

Construire sur les ruines

Il a dirigé le PS pendant 12 ans ; il était à sa tête il y a encore 3 ans, mais François Hollande n’a absolument rien à voir avec les turbulences politico-financières dans les deux plus grosses fédérations socialistes. C’est bien évident.

J’invite tous les grincheux de service, de tous les « bords », à bien comprendre que François Hollande est maintenant « au-dessus des partis » et qu’il ne saurait être question de l’impliquer de près ou de loin avec toutes ces vilenies supputées. L’équité consistera, c'est évident, à considérer que les mêmes réserves doivent être de mise à l’égard de Nicolas Sarkozy et de ses relations passées avec l’UMP ou le RPR.

Ne mélangeons pas torchons et serviettes !

Manuel Valls, le chef communicant du candidat a été clair : « le candidat PS à la présidentielle ne se laissera pas entraîner par les affaires internes du PS » Il est dans un rapport personnel, de confiance avec les Français et rien ne le détournera de sa mission, a déclaré le même Valls "Tout ce qui concourt à blesser François Hollande ne l'atteint pas, et il ne plongera pas dans ce petit bain de petites phrases qui n'ont aucun sens".

De son côté Martine Aubry a raillé les ego de certains au PS qui ont besoin de "se démontrer" quitte à "jeter l'opprobre sur toute une fédération" Elle vise Arnaud Montebourg qui a dénoncé un système de corruption dans le Pas-de-Calais.

Il faut reconnaître que Montebourg remplit parfaitement son rôle de coupeur de têtes, après les Bouches du Rhône, le voilà rendu en Nord Pas de Calais. L’avocat a de la constance ; dans le rôle du poil à gratter il fait fureur.

Au fait ! Hollande perdant en 2012, c’est pour lui l’assurance d’un horizon qui se dégage. La dynamitage programmé des bonzes actuels du PS ne peut que le séduire. Il suffit ensuite de répondre à une question : peut-on construire solidement sur des ruines ?

La réponse vient du passé : OUI ! C’est sur les ruines de la vieille SFIO puis FGDS complètement élimées que François Mitterrand construisit sa victoire. Il faut de la patience et de la ténacité et avoir tué beaucoup d'amis.

Le Blog


Moyenne des avis sur cet article :  2.11/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • zadig 12 décembre 2011 16:12

    Bonjour,

    J’ai toujours pensé que le système actuel serait détruit par un homme venu du système.
    Cet homme agira comme un catalyseur et déclenchera toutes ces forces qui bouillonnent.
    L’histoire est riche en situations de genre.

    Je crois que François Hollande est cet homme.
    L’histoire retiendra son nom.
    L’analyse de ses réactions à la lumière de ce dessin donne un taux de corrélation
    élevée.
    Il ne faut pas s’arrêter aux péripéties actuelles.

    Un peu de patience le résultat en vaudra la peine

    Salutations


    • Claudec Claudec 12 décembre 2011 16:41

      Une question tout de même ;

      Hollande et le PS ont-il vraiment l’intention et le désir de conquérir la présidence de la République ? Par les temps qui courent, ne vaut-il pas mieux laisser à d’autres une tâche aussi ingrate que de sortir le pays de la crise et tenter de le redresser. Et même, pour pousser le raisonnement, ne serait-ce pas condamner à terme, autant le FN que l’actuel pouvoir que de favoriser l’élection du candidat de l’un aussi bien que de l’autre de ces deux camps ?

      D’autant plus qu’au confort d’une opposition ancrée dans l’irresponsabilité s’ajouterait un avantage considérable : un parti purgé et rajeuni (ce qui ne peut se faire instantanément ni sans douleurs) ferait assez bien dans un décor comme celui qui nous attend au terme du prochain quinquennat, eu égard à une conjoncture plus sombre que jamais et aux réformes restant à faire.

      Savants calculs dont le cynisme n’a rien de dérangeant d’un point de vue strictement politicien. D’autant plus que leurs auteurs, dont l’un au moins est suffisamment jeune aujourd’hui pour être menacé de gifles, le seront alors encore assez pour remplacer des éléphants indéboulonnables.

      L’admettre et l’expliquer d’une manière ou d’une autre serait engager les électeurs les moins sectaires à faire preuve d’un civisme s’éloignant d’une opposition primaire qui fait le jeu du pire dont nous payerions tous et rapidement le prix.


      • zadig 12 décembre 2011 17:26

        Bonjour Claudec,

        Votre commentaire est réaliste et lucide.

        Mais pour un véritable homme d’état c’est impossible.
        J’espère (et je crois) que François Hollande ne l’envisage pas un instant.

        Il va connaitre le chemin de croix :
        la situation économique,
        les opposants déclarés,
        le poignard des amis,
        les hurluberlus de service.

        Courage François

        Cordialement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès