• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De Gaulle pendant et après la Seconde Guerre mondiale

De Gaulle pendant et après la Seconde Guerre mondiale

 En juin 1940, de Gaulle refuse la capitulation et part pour l'Angleterre. En apprenant la demande d'armistice, il lance sur les ondes de la BBC son appel historique à la résistance et crée le mouvement de la France libre. Le 3 juin 1943, de Gaulle fonde à Alger le Comité français de libération nationale (CFLN) qui deviendra un an plus tard le Gouvernement provisoire de la République française (GPRF). De Gaulle avait un désir de grandeur pour son pays qu'il a contribué à libérer du joug de l'Allemagne nazie. En exil à Londres pendant la guerre, de Gaulle n'a eu de cesse de batailler pour faire reconnaître sa légitimité à représenter la France en lieu et place du gouvernement collaborationniste de Vichy dirigé par le maréchal Philippe Pétain. Il avait des rapports tendus avec le Premier ministre britannique Winston Churchill et était ouvertement méprisé par le président américain Franklin D. Roosevelt. Ainsi, de Gaulle n'est informé du débarquement allié en Normandie que l'avant-veille du jour J, il apprend alors que les Américains prévoient de placer la France libérée sous l'autorité d'une administration anglo-saxonne. Déjà sont imprimés des billets de banque à l'en-tête de cette administration. Il n'entrait pas dans l'intention des Alliés de libérer Paris immédiatement après le débarquement, ils voulaient filer directement vers l'Allemagne, prétextant que Paris ne présentait pas un intérêt stratégique. Prenant de court les Alliés en allant en Normandie quelques jours après le débarquement, de Gaulle impose la 2e D.B. de Leclerc pour libérer la capitale (Leclerc a été nommé gouverneur militaire de Paris par intérim en décembre 1943 à Alger). Après avoir été chaleureusement applaudi par les habitants de Bayeux, le Général peut revenir à Londres en faisant valoir une authentique légitimité. Celle-ci sera consolidée par la Libération de Paris et l'entrée triomphale dans la capitale de la 2e division blindée du général Leclerc, le 25 août 1944. De Gaulle prend la tête du Gouvernement provisoire de la République française le 3 juin 1944 pour préparer le rétablissement de la légalité républicaine. En mars 1944, le Conseil National de la Résistance propose dans son programme un « plan complet de Sécurité Sociale visant à assurer, à tous les citoyens, des moyens d’existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail ». Le Conseil National de la Résistance (CNR) était l'organisation regroupant l'ensemble des mouvements de la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale, à partir de 1943. Cette organisation avait la particularité de regrouper des membres de partis politiques, de syndicats et de la presse, issus de toutes les tendances politiques et qui partageaient une hostilité au gouvernement de Vichy. Jean Moulin en fut le premier président. La volonté du général Charles de Gaulle de nationaliser des secteurs de l'économie française avait été exprimée dès 1942. Il justifiait alors cette politique par son ambition de restaurer le rôle central de l'État français. À la tête du gouvernement provisoire formé après la libération, de Gaulle passe aux actes. Une première vague de nationalisations est déclenchée en décembre 1944 pour sanctionner des entreprises soupçonnées d'avoir collaboré avec l'occupant allemand, c'est le cas du constructeur automobile Renault, nationalisé le 16 janvier 1945. Le 2 décembre 1945 marque le début d'une deuxième vague qui nationalise la Banque de France et quatre banques de dépôt. Plus tard, en avril, neuf grandes compagnies d'assurances sont nationalisées, puis Air France, la Cie Générale Transatlantique et le journal Le Monde. Il réorganise les services publics en nationalisant, les compagnies charbonnières, la RATP, la Snecma, l'Électricité et le Gaz le 8 avril 1946. À la fin du XIXe siècle, chaque compagnie d'électricité était libre de distribuer le courant électrique sous toutes ses formes, courant continu ou alternatif, triphasé ou diphasé, de plusieurs fréquences et de tensions de distribution différentes d'une compagnie à l'autre. Bref ! C'était la pagaille. À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, de Gaulle comprend la nécessité économique d'une normalisation des entreprises de production, de transport et de distribution d'électricité. Sous l'impulsion du communiste Marcel Paul, ministre de la Production industrielle dans le gouvernement de Gaulle, la nationalisation de l'électricité et du gaz est votée par l'Assemblée avec un Statut particulièrement social et avantageux pour les agents de ces deux Entreprises à Caractère Commercial et Industriel (EPIC). Un modèle pour les autres grandes entreprises. EDF et GDF sont désormais des entreprises indépendantes l'une de l'autre chargées de ces deux secteurs, la distribution est mixte et se nomme EDF-GDF. La norme adoptée par EDF est de produire, transporter et distribuer un courant alternatif triphasé d'une fréquence de 50 Hz. Le triphasé est un courant où chaque phase est décalée de 120° par rapport aux autres. Cela permet aux moteurs des machines industrielles de tourner avec un bon rendement. Le courant alternatif présente l'avantage de pouvoir être transformé facilement en des tensions plus grandes ou plus petites. 

     Les Français expriment leur désir d'une nouvelle constitution par le référendum du 21 octobre 1945. L'assemblée sortie des urnes soumet au peuple une Constitution à forte connotation marxiste qui est rejetée le 5 mai 1946. Une seconde assemblée constituante est alors élue, Georges Bidault devient chef du gouvernement. Un deuxième projet de Constitution est présenté au peuple. Il prévoit un président de la République élu par un collège électoral ainsi que deux assemblées législatives : l'Assemblée nationale et un Conseil de la République aux pouvoirs restreints (Sénat). Un désaccord avec le Parti communiste concernant l'élaboration de la nouvelle constitution provoque la démission du général de Gaulle de ses fonctions de président du gouvernement provisoire, le 20 janvier 1946. À Bayeux, le 16 juin 1946, dans un de ses discours les plus célèbres, il défend sa vision des institutions. Malgré la condamnation sans appel portée par le Général, depuis sa retraite de Colombey-les-Deux-Églises, la nouvelle Constitution est adoptée à une courte majorité par le référendum du 13 octobre 1946. Le grand Charles restera éloigné du pouvoir pendant douze ans. À partir de 1953, face à l'hostilité des partis politiques, le général de Gaulle se retire de la vie publique, entame une "traversée du désert" durant laquelle il voyage et achève l'écriture de ses Mémoires de guerre. Hostile à la constitution de la IVe République et au régime des partis, de Gaulle ne supportait pas la situation politique dramatique de la France en 1958 avec les événements en Algérie qui s'aggravaient. Il fallait un homme charismatique pour sortir le pays de l'ornière. De Gaulle était persuadé d'être l'homme de la situation. Sa façon de reprendre le pouvoir a été dictatoriale, il a agi en militaire en reprenant le contrôle du pays avec le concours de l'armée manipulée par ses partisans en Algérie (Debré, Sanguinetti, Guichard, Pasqua, etc.) et même jusqu'au sein du gouvernement de Félix gaillard avec Jacques Chaban-Delmas, ministre des Armées. La tactique de De Gaulle consistait à retourner dans son village pour s’y tenir à la disposition du pays, en affectant d’ignorer ce que ses plus fidèles partisans tramaient en son nom. À Alger, l'Armée prépare l'opération militaire "Résurrection" qui consiste à établir une tête de pont en Corse avec le 12e bataillon parachutiste, dans le contexte de la crise de mai 1958, faisant suite au coup de force du 13 mai 1958 et à la mise en place d'un Comité de salut public par les militaires à Alger à la suite d'un putsch. Un ultimatum est fixé au 29 mai. Les paras sont largués en Corse le 24 mai. Le général Miquel qui dirige l'opération Résurrection prévoit des parachutages sur les aérodromes du Bourget et de Villacoublay. Des unités stationnées en région parisienne, favorables au coup de force doivent prendre le contrôle de la capitale. Les détenteurs de l'autorité doivent être mis aux arrêts, le Président du Conseil Pierre Pflimlin, le ministre de l'Intérieur Jules Moch, de même que les personnalités clés : François Mitterrand et Pierre Mendès France ainsi que les dirigeants du Parti communiste français, Jacques Duclos et Maurice Thorez. Devant la menace d'une prise du pouvoir par la force, le général de Gaulle, est nommé Président du Conseil, le 1er juin 1958, par le président René Coty. La seconde phase de l'opération Résurrection est annulée. L'Assemblée vote les pleins pouvoirs à De Gaulle pour une durée de six mois, il est chargé de rédiger une nouvelle Constitution. De Gaulle a tout bonnement fait un coup d'État qualifié de démocratique ou de velours. Que se serait-il passé si l'opération Résurrection s'était déroulée jusqu'à son terme ? De Gaulle aurait probablement gardé un régime républicain en imposant sa constitution, il avait trop l'idée de la grandeur de la France pour instaurer un régime militaire qui aurait terni son image. Président investi de pouvoirs régaliens, de Gaulle avait atteint son but. Certes, le régime de la constitution de la quatrième République était détestable et incohérent par son instabilité politique. Fort du nouveau texte constitutionnel, de Gaulle en bon militaire décide de gouverner en monarque pour sortir la France de sa mauvaise santé politique causée par les désordres algériens et le régime instable précédent, la France était alors dans un marasme impossible. La constitution de la Ve République a été rédigée pour servir le général de Gaulle, arrivé au pouvoir par un coup d'État démocratique comme l'explique le journaliste Christophe Nick dans son livre "Résurrection, naissance de la Vème République, un coup d'État démocratique". Cet événement majeur de l'Histoire de France est quasiment absent des livres d'Histoire. On ne le commémore jamais. C'est l'autre grand tabou de la France contemporaine, après celui de Vichy. On est loin de l’histoire officielle de la naissance de la Ve République où de Gaulle est appelé, dans un vaste consensus, en sauveur d’une République rendue impuissante par le « régime des partis ». La réalité, bien moins glorieuse que la légende, est celle d’un « coup d’État démocratique » (Christophe Nick) ou d’un « coup d’État de velours » (Michel Winock). Si la transition entre les deux régimes s’est faite dans le respect des formes juridiques, c’est sous la menace d’un putsch instrumentalisé par De Gaulle. Que l’on ne s’étonne pas ensuite du caractère bonapartiste ou monarchiste de la Constitution de 1958. En 1958, le président de la République est donc élu par un collège d’environ quatre-vingt mille Grands électeur. "Le référendum sur l'élection au suffrage universel direct du président de la République est un référendum qui s'est tenu en France le 28 octobre 1962 et s'est soldé par une large victoire du « oui ». Ce scrutin s'inscrit dans un contexte polémique et aura d'importantes conséquences sur la vie politique française.

Élu président de la République de Gaulle mène une politique de droite autoritaire qui n'est guère favorable au monde du travail. "Son origine familiale, son éducation, sa culture faisait de lui un homme de droite, et même de la droite autoritaire, bonapartiste, favorable au régime présidentiel plutôt qu’au parlementarisme, tout en étant respectueux de la démocratie ; mais il était marqué par le christianisme social de la deuxième moitié du XIXe et du XXe siècle, d’où sa volonté de mener une politique plus sociale que beaucoup de gens de droite - “la seule querelle qui vaille est celle de l’homme”, disait-il."        

https://www.herodote.net/20_janvier_1946-evenement-19460120.php

http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/approfondissements/elections-presidentielles-depuis-1958.html

Chantal Morelle, Atlantico : Comment peut-on définir le gaullisme ? 


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • bob14 19 mai 10:16

    De Gaulle.. ?..un mec trop bien pour les Français..qui préfèrent des brèles genre Sarkozy-Hollande-macron... !


    • Paul Leleu 19 mai 19:24

      @bob14

      faut peut-être aussi prendre du recul sur De Gaulle, et sortir de la « légende dorée »... je ne pense pas que les français mitraillés rue d’Isly, ou abandonnés à Oran remercient De Gaulle... Sans compter les centaines de milliers d’Africains massacrés par ses soins de l’Algérie ou Cameroun... 

      De Gaulle, en outre, s’est largement appuyé sur le PCF : et c’est du PCF (qui organisait ⅔ des maquis) que sont sortis les grandes avancées du CNR, et c’est la CGT qui a mis en place notre Sécurité Sociale (revoir utillement le film La Sociale). Pour info, la « 2ème DB » qui est entrée dans Paris comprenait énormément d’éléments composés des républicains espagnols. Et c’est Rol-Tanguy (communiste), qui dirigeait l’insurrection parisienne. 

      De Gaulle malgré ses prétentions verbales, n’a jamais remis en cause les manoeuvres de margoulins comme Jean Monnet. Il n’a pas placé la France hors du camp américain, comme Tito l’a fait pour la Yougoslavie face à Staline (ce qui est quand même plus couillu). 

      En tant que Président, De Gaulle a largement favorisé l’américanisation culturelle (le génocide culturel) de la France dans les années 60. Et dès 1967, avec son Pompidou, il a commencé à détruire la Sécurité Sociale. Enfin, De Gaulle a toujours méprisé le Peuple, préférant s’appuyer sur la pègre (Foccard et cie) d’une part, et la banque anglo-saxonne d’autre part (Pompidou). 

      De Gaulle est quand même beaucoup moins courageux qu’un Chavez, qui lui s’est réellement appuyé sur le Peuple. 


    • Musicos95 Musicos95 20 mai 12:53

      @Paul Leleu

      Remettons les choses à leur juste place au sujet de la Sécurité sociale, j’ai écrit "En mars 1944, le Conseil National de la Résistance propose dans son programme un « plan complet de Sécurité sociale visant à assurer, à tous les citoyens, des moyens d’existence dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail." Ce n’est pas la CGT qui a mis en place la Sécurité sociale, c’est le CNR qui a prévu un programme des mesures à appliquer après la libération du territoire. Il dit notamment au sujet de la Sécurité sociale :

      " Sur le plan social : • un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État" 

      http://www.citoyens-resistants.fr/spip.php?article113&artpage=3-3

      C’est un ministre qui a le pouvoir de faire adopter une loi, pas une organisation syndicale.

      Certes c’est un ministre communiste du gouvernement de Gaulle, Ambroise Croizat, militant CGT, résistant, qui a œuvré à la mise en place du système de sécurité sociale que nous connaissons encore aujourd’hui.

      Quelques extraits d’un blog Médiapart «  1945 : la création de la Sécurité sociale »  https://blogs.mediapart.fr/amelie-meffre/blog/270913/1945-la-creation-de-la-securite-sociale

      C’est Ambroise Croisat, militant CGT, résistant devenu ministre du Travail du gouvernement Charles de Gaulle du21 novembre 1945 au 26 janvier 1946 puis ministre du Travail et de la Sécurité sociale  des gouvernements suivants jusqu’au 4 mai 1947 qui a beaucoup contribué à la mise en place du système de sécurité sociale initié par le Comité National de la Résistance.

      On peut lire sur le blog Médiapart : https://blogs.mediapart.fr/la-sociale/blog/181016/ambroise-croizat 

      "…Un immense chantier commence le 13 novembre 1945 quand Ambroise Croizat est nommé au Ministère du Travail. 138 caisses de Sécurité sociale sont édifiées en six mois sous sa maîtrise d’œuvre et gérées par un peuple anonyme après le travail ou sur le temps des congés, « pour en terminer, selon les mots du ministre, avec l’indignité des vies et les souffrances de l’enfance »…. …Deux années à bâtir ce qui fera l’exception française. Pierre Laroque déclarait en 1947 : « En quelques mois et malgré les oppositions a été bâtie cette énorme structure [...] Il faut dire l’appui irremplaçable d’Ambroise Croizat. C’est son entière confiance manifestée aux hommes de terrain qui est à l’origine d’un succès aussi rapide. » 


    • Parrhesia Parrhesia 21 mai 23:55
      @Paul Leleu

      >>> En tant que Président, De Gaulle a largement favorisé l’américanisation culturelle (le génocide culturel) de la France dans les années 60.<<<

      On croit rêver !!!

      Mais, bravo, et merci !!!
      Car voilà une affirmation qui éclaire d’une juste et crue lumière la valeur de ce commentaire et la cote de fiabilité que l’on peut lui accorder  !!!

      Dans le même esprit, le grand amour que le Général portait aux Américains et fort bien connu de tout le monde. On sait également que c’est pour favoriser l’acculturation de la France aux mœurs « états-uniennes » et la substitution du Pidgin à la langue française qu’il n’a jamais manqué une occasion de leur manifester sa sympathie !
      En outre, et dans le même but, il est clair qu’il n’a voulu imposer l’usage du chewing-gum dans les ambassades frônçaises araound the world, qu’afin d’américaniser au plus vite la « too french touch » du corps diplomatique français !
      On estime aussi dans certains milieux politiques « emmondialistés » , que c’est parce qu’il avait jugé que cette américanisation de la France ne progressait pas assez vite qu’il les a viré du pays à marche forcée après leur avoir remboursé leur créance par anticipation...

      Isn’t it ???

      Encore bravo, et merci de nous aider à maintenir notre Général sur le devant de la scène politique un demi-siècle après son décès !!!

    • Eric F Eric F 19 mai 11:46

      Le terme « coup d’état démocratique » fait florès, mais en fait les institutions de la 4ème république ont été respectées, la procédure de ratification de la constitution de la 5ème par référendum a été respectée. On a donc évité une période de dictature putschiste comme cela risquait d’en prendre le chemin.


      • Paul Leleu 19 mai 19:29

        @Eric F


        oui... et avec Sarkozy qui nous remet dans l’OTAN, avec toute la racaille gaullisto-rotschildienne qui de Pompidou à Macron nous a foutu dans l’UE, c’est la 5ème République qui a été respectée... 

        la vérité qui fait mal, c’est que De Gaulle et sa 5ème République sont ENTIEREMENT responsables de la situation actuelle : grand remplacement, déculturation, capitalisme, UE, fin de la France. 

        De Gaulle n’a jamais travaillé avec le Peuple : il a travaillé avec la pègre de Foccard, et la banque anglo-saxonne de Pompidou et Monnet. Voilà le résultat... la démocratie, c’est le Démos... faut encore traiter les français autrement que comme des « veaux »... 

      • Eric F Eric F 20 mai 09:55

        @Paul Leleu
        Il ne faut pas confondre les institutions et les politiques successives des gouvernements. Si on avait gardé les institutions de la 4è république, l’entrée dans l’UE était déjà décidée, et les partis centristes dominants étaient encore plus européistes et atlantistes que la politique menée jusqu’au milieu des années 70.
        Par ailleurs, même hors de l’UE, on serait confronté au mondialisme auquel nul pays échappe. L’UE nous a été profitable jusqu’au début des années 90, ce sont les surtout élargissements qui ont causé le dérapage.


      • Jean Roque Jean Roque 19 mai 12:37

         
        Hitler méprisait Laval, le gocho aplatventriste totalement soumis, (ses descendants collaboreront à leur glands remplacement organisés par le colonisateur mondialiste), mais respectait Pétain qui négociait âprement toutes les concessions faites à l’Allemagne (la flotte, la zone libre, les juifs français par ex)
         
        « Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se séparent de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. » A. Peyrefitte. C’était de Gaulle. Ed Gallimard, 2000.


        • Paul Leleu 19 mai 19:35

          @Jean Roque


          les ⅔ des maquis de la Résistance Intérieure étaient FTPF... Rol-Tanguy (commuiste) dirigea l’insurection parisienne... les éléments de la 2ème DB qui entrèrent dans Paris parlaient espagnols (républicains espagnols réeengagés)... l’Armée de De Lattre était composée de « métèques » (futurs harkis) et de pieds-noirs (futur OAS)... c’est la CGT qui a mis en place (avec Ambroise Croizat - PCF) la Sécurité Sociale en France. 

        • Eric F Eric F 21 mai 14:07

          @Paul Leleu
          Sur les effectifs de 16 000 de la 2 DB, les Espagnols représentaient moins de 500.


        • jef88 jef88 19 mai 12:50

           Élu président de la République de Gaulle mène une politique de droite autoritaire qui n’est guère favorable au monde du travail.
          RÉSULTAT !
          Les trente glorieuses ou au maximum il y avait 350 000 chômeurs .......


          • Paul Leleu 19 mai 19:31

            @jef88


            les « 30 glorieuses » ont eu lieu dans toute l’Europe, y compris dans le bloc communiste, et jusqu’en Corée du Nord... ça n’a rien à voir avec De Gaulle... 

            Par contre, refiler la France à Pompidou et Giscard, c’est du signé... 

          • Chamiot 21 mai 18:28

            On voit (tant mieux pour vous) que vous n’avez jamais ressenti la nécessiter de « creuser » l’Histoire officielle de la SGM et du...gaullisme.

            Je laisse la SGM. Après 40 ans d’intérêt, d’études et de réflexion, je suis toujours plus (au début j’étais comme tout le monde...) persuadé que les Bons ont perdu in fine. Si j’avais encore un doute, ce que je vois, sans surprise, advenir en Europe, me l’ôterait. Maintenant si vous pensez les Peuples européens en meilleure position aujourd’hui qu’en 1914, libre à vous.

            Quant au gaullisme :

            1) Si vous pensez que le phénomène gaulliste a avancé la fin de la guerre d’un seul jour (a fortiori en a influencé l’issue) vous vous trompez lourdement. Toutes les études historiques récentes réévaluent constamment à la baisse (de façon abyssale) l’impact militaire de la dénommée « Résistance ». Au fait auriez-vous trouvé légitime que les Allemands agissent de même dans leurs régions (si souvent et longtemps) occupées par nous (avec viols, pillages, troupes nègres) ? Au surplus et au contraire, le détournement de la poursuite alliée vers Paris (sans intérêt opérationnel et déjà neutralisé) à des fins politiques a permis le redressement militaire allemand de l’automne. Tout cela pour permettre aux criminels cocos de Rol de torturer et exécuter à l’Ecole dentaire et au « général » Chaban (le tennisman) de parader près de von Choltitz (qui devait être édifié quant à la « nouvelle » Armée française, mais néanmoins heureux d’échapper aux sbires du « camarade-colonel » Rol !)

            2) Le fait premier est indéniable pour tout esprit sain (et libre !). Un officier de carrière qui refuse d’obéir à sa hiérarchie et au pouvoir politique légal (lui enjoignant, comme aux autres de déposer les armes suite à la conclusion d’un armistice honorable avec l’ennemi) est coupable du crime de Haute trahison. Il aggrave encore son cas (s’il en était besoin !) en fuyant la France pour se mettre au service d’une Puissance étrangère et en incitant les militaires de tout grade à la même désertion et forfaiture. Aucune construction mythique a posteriori ne peut occulter ce fait. D’ailleurs les militaires de carrière qui désertent en 1940 sont rarissimes (et donc promis à des promotions fulgurantes, tel ce capitaine Leclerc qui se retrouvera, sans formation, bientôt « général » d’une division il est vrai assez particulière)

            3) Je vais passer sur la personnalité de de Gaulle. Depuis Saint-Cyr (où le Connétable est bien jugé) le constat est le même : ego et ambition surdimensionnés et prêts à toutes les bassesses et trahisons pour « parvenir ». On pourrait citer outre la fuite à Londres avec ses conséquences tragiques (l’armement des bandes Rouges par le demi-fou alcoolique Churchill, la guerre civile et l’Epuration sanglante) , le magouillage constant avant-guerre dans les cercles politiques (avec « oeuvres » littéraires de circonstance à l’appui, sans valeur technique), les comportements immondes et pleins de morgue envers Weygand en 40, ses subordonnés lors de la mythique mais en fait calamiteuse contre-attaque de Montcornet en 40, Dentz (en Syrie) en 41, Giraud (en Algérie) en 42-43, les trahisons et crimes contre l’honneur (Harkis) de l’affaire algérienne... Il y aurait tant à dire et...à apprendre pour les thuriféraires ignares du Grand Charles

            4) La négociation du désarmement (progressif / approuvé par Moscou) des bandes Rouges (que lui-même avait provoqué par sa sédition et sa fuite à Londres) a obligé Charlot à toutes les compromissions avec les cocos dans le GP (question de rapport de forces) : d’où les statuts et monopoles très particuliers concédés aux cocos / à la CGT : Edition, EDF-GDF, SNCF etc... autant de chasses gardées et autant de lests pour l’économie française.

            Pour moi Charlot est l’ambitieux ultime, le traître revenu dans les valises (et péniches) de vainqueurs (d’envahisseurs) qui venaient de massacrer les civils Normands par dizaines de milliers (actions hostiles sur le sol français d’ailleurs depuis des années).

            Pour moi, l’aéroport reste celui de Roissy, la Place reste l’Etoile et le porte-avions reste le PAN (et pas le CDG).


            • izarn izarn 21 mai 23:02

              @Chamiot
              Faut etre toqué du bulbe pour ne pas vouloir comprendre que la France Libre est une stratégie politique pour se retrouver chez les vainqueurs à la fin de la guerre...De Gaulle le dit lui même !
              Bonjour les guignols !
              La résistance ? Pffffff ! Bien sur que son role a été trés limité, militairement.
              Mais pas tant que ça moralement. Et c’est cela souvent l’essentiel.


            • William 22 mai 10:19

              @izarn
              Bonne analyse, on a aussi évité d’avoir un gauleiter étasunien après le débarquement.


            • Chamiot 21 mai 18:45

              « On voit (tant mieux pour vous) que vous n’avez jamais ressenti la nécessiter »

              faute de frappe = ......la nécessité bien sûr


              • izarn izarn 21 mai 22:57

                C’est quoi ce copié collé ?
                Rien compris...
                De Gaulle, on connait, oui et alors ?
                Vous parlez de la planète Jupiton ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès