• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De la propagande de masse

De la propagande de masse

JPEG

Les origines de la propagande de masse

Avant toute chose, dégageons-nous d’une idée répandue, qui voudrait que la propagande soit l’apanage des régimes autoritaires seuls. Comme le rappelle David Colon dans l’introduction de son dernier livre1, la propagande est née de la démocratie :

« L’expérience totalitaire d’une propagande poussée à son paroxysme, en conférant à ce mot une connotation péjorative, a longtemps masqué cette réalité : c’est dans la démocratie athénienne et la République romaine qu’est apparue la première forme de propagande — en tant “qu’effort organisé pour propager une croyance ou une doctrine particulière” —, c’est la Révolution française qui a posé les jalons de la propagande politique moderne, et ce sont les démocraties en guerre entre 1914 et 1918 qui ont inventé la propagande de masse, reprise ensuite par les régimes autoritaires et totalitaires. »

La première véritable expérience de propagande de masse — au sens moderne où nous l’entendons, c’est-à-dire à grande échelle et par des moyens techniques — a donc été mise en place dans les conditions extrêmes de la Première Guerre mondiale. Dans ce contexte de mobilisation totale des nations impliquées, il s’agissait de conserver un ascendant psychologique sur l’ennemi en galvanisant soldats et citoyens (et inversement tenter de démoraliser l’adversaire).

« La guerre moderne, écrit Jacques Ellul, est une guerre de nations et non plus d’armées : il faut donc agir par la voie psychologique et le gouvernement doit posséder cette arme. Tel est le fait majeur : maintenant la propagande entre officiellement parmi les moyens d’actions du pouvoir. »

Les moyens employés sont ceux de l’époque : principalement les journaux et les affiches, les photographies, le cinéma naissant. Les différents belligérants se dotent rapidement de bureaux d’informations et d’organismes spécialisés, dont certains sont les ancêtres des services de renseignement d’aujourd’hui. La presse et les courriers sont étroitement surveillés ; la communication de masse devient un enjeu de première importance : tout défaitisme est censuré, on diabolise l’ennemi à outrance, des informations exagérées ou erronées sont diffusées massivement (« les balles allemandes ne sont pas dangereuses », etc.)

Quand les Etats-Unis rentrent en guerre en 1917, ils créent la Commission d’Informations Publiques — surnommée « Commission Creel », du nom de son directeur —, à qui l’on doit la célèbre affiche « I want You for US Army », mais aussi l’une des premières utilisations de ce que nous appellerions aujourd’hui des « influenceurs » : les Four minute men. Les Four minute men étaient des groupes d’individus volontaires, provenant la plupart du temps de la société civile (médecins, avocats, enseignants, chefs d’entreprise), chargés d’haranguer les foules dans les cinémas et d’inciter à la mobilisation ou « d’expliquer » les raisons de la guerre. Cette commission venait alors d’inventer, sans doute sans s’en rendre compte, un des piliers de la communication moderne, à l’efficacité jamais démentie depuis : le technique du third party endorsement, qui consiste à s’affilier des personnalités publiques ou des leaders d’opinion, intermédiaires charismatiques auxquelles les foules s’identifient.

Essor du marketing et transformation sociale

Après la guerre, la propagande de masse, dont on estimait l’usage légitime circonscrit et dicté par les nécessités du conflit, trouve rapidement une nouvelle raison d’être avec le développement de la société de consommation. La taylorisation du travail et la production à la chaîne des produits qu’elle permet provoquent une situation inédite : les entreprises ont d’immenses surplus, et peinent à trouver des acheteurs. La question posée par cette situation pourrait résumer à elle seule une bonne partie du vingtième siècle : comment vendre des biens à des gens qui, à priori, n’en ont pas besoin ? Cela nécessite de créer de toutes pièces un nouveau public, appelé à devenir nos futurs consommateurs ; mais pour qu’ils le deviennent : il faut préalablement changer le mode de vie de ce public. 

Changer le mode de vie d’une population entière, à l’éthique plutôt tournée vers l’épargne et l’autonomie domestique (où tout ce qui est possible d’être « fait maison » est un gage d’indépendance : potager, couture, maçonnerie, etc.) ne se fait pas par l’opération du Saint-Esprit, comme on s’en doute. Cette tâche sera dévolue en grande partie aux publicitaires, métier alors naissant, ou au conseil en relations publiques, dont le célèbre Edward Bernays — neveu de Freud ayant travaillé pour la Commission Creel évoquée ci-dessus — sera l’un des pères fondateurs.

L’organisation de la diffusion des produits par la création d’une demande artificielle nécessite de nouvelles méthodes commerciales. Il faut désormais que les producteurs imposent leurs produits aux consommateurs, et non plus l’inverse : c’est le principe de la filière inversée. Pour faire naître une telle demande et donner aux gens des raisons d’acheter les nouveaux biens proposés, il faut comprendre les mécanismes inconscients qui poussent les individus à désirer une chose plutôt qu’une autre, en vue d’influencer leurs futurs comportements d’achats. C’est pourquoi les publicitaires iront naturellement trouver des réponses à leurs questions dans l’étude de la psychologie humaine. Mais il faut également donner aux individus une raison de renoncer à leurs traditions d’épargne et d’autonomie familiale — et c’est pourquoi une nouvelle idéologie doit venir remplacer l’ancien conformisme puritain et patriarcal, désormais inadapté aux techniques de production fordistes, par un conformisme de la jouissance et de l’émancipation individuelle — venant légitimer la consommation dont l’industrie a besoin pour écouler ses stocks.

La transformation de la société via l’éducation des masses à la consommation — supervisée et promue par la publicité — implique la création d’un nouveau mode de vie débarrassé du puritanisme des familles traditionnelles. Tout le mythe de l’american way of life, et plus tard le crédo de la « libération des mœurs », découlent avant tout de cette nécessité impérieuse de détruire l’autonomie des foyers (et plus tard toute autre forme de collectivité naturelle) en vue d’en faire de nouveaux marchés d’individus « émancipés ». C’est, en un mot, l’avènement de l’idéologie libérale-libertaire, telle qu’analysée par Michel Clouscard ou Jean-Claude Michéa.

Vers la technocratie

La propagande de masse, perfectionnée par la publicité, n’a jamais tout à fait quitté son giron d’origine, la politique ; elle y reviendra donc armée de nouvelles méthodes — forgées par des années d’avancées dans le domaine des sciences sociales ou plus tard des sciences cognitives — mais aussi de nouveaux outils technologiques permettant de les déployer. La nouveauté fondamentale à laquelle aboutissait la psychologie sociale à l’aube de la société de consommation nous apparaît aujourd’hui comme une évidence tout à fait banale : l’agent rationnel vaquant au gré de ses intérêts personnels bien compris, tel qu’évoqué dans la théorie économique classique du XVIIIème siècle, n’existe tout simplement pas — et l’homme est un être avant tout puissamment dirigé par son inconscient. C’est en partie de ce retournement de perspective chez les élites intellectuelles de l’époque, dont témoignent des livres comme Propaganda de Bernays ou Public Opinion de Walter Lippmann : à partir de ce moment-là, le bon fonctionnement de la démocratie n’est plus du tout envisagé comme reposant essentiellement sur l’esprit critique des individus — dérivant d’une nécessaire instruction publique de qualité — mais principalement sur la gestion technocratique de ces mêmes masses par la propagande et la fabrique du consentement. C’est ainsi qu’on peut lire dans Public Opinion, publié en 1922 :

« Grâce à la recherche psychologique et aux moyens de communication modernes, la pratique de la démocratie a pris un tournant. Une révolution se produit, infiniment plus significative que tout déplacement du pouvoir économique. Dans la vie de la génération qui contrôle maintenant les affaires, la persuasion est devenue un art consciencieux et un organe régulier du gouvernement populaire. Aucun d’entre nous ne commence à comprendre les conséquences, mais ce n’est pas une prophétie audacieuse de dire que la connaissance de la façon de créer le consentement modifiera chaque calcul politique et modifiera toutes les prémisses politiques. »

Les techniques publicitaires et de marketing sont donc à l’origine d’un profond renouvellement de l’action politique : il ne s’agit plus de s’adresser aux masses en s’en remettant à leur raison, mais de partir à la conquête de l’irrationnel chez l’homme pour mieux le persuader, l’émouvoir pour mieux le gouverner, connaître ses mobiles et ses motivations profondes pour mieux l’influencer à son insu :

« Dans le courant des années 50, les communicants américains s’engagent en nombre dans les campagnes politiques et y importent les techniques issues de la psychologie des foules et de la psychanalyse. La manifestation la plus nette de cette introduction de la psychanalyse est le rôle croissant de la figure du père, projetée sur les candidats républicains à l’initiative de la grande agence de publicité new-yorkaise Batten, Barton, Dustine & Osborn (BBDO). Eisenhower, puis Nixon, furent les premiers candidats à l’élection présidentielle américaine à recourir massivement aux conseils de Madison Avenue et, s’agissant de Richard Nixon, à concevoir la politique comme “un produit qui se vend au public […] selon l’état du marché”. »

L’âge d’or de la propagande de masse

Au début des années 2000, les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) nous propulseront dans l’âge d’or de la propagande de masse — faisant passer les rudimentaires télévisions et radios du XXème siècle pour des outils bien inoffensifs en comparaison. Nous baignons de nos jours dans un climat de propagande généralisé et total, puisque nous sommes en constante interaction avec ces technologies. Si elles nous permettent d’avoir un accès quasi illimité à l’information, elles font aussi de nous des cibles privilégiées par l’influence que ces dernières ont sur nous — et ce constat implique qu’elles soient aujourd’hui utilisées de façon militarisée.

Les informations ne sont pas des entités volatiles et neutres dénuées de pouvoir, nous le savons bien : elles modèlent notre perception du monde et nous affectent psychiquement, émotionnellement — elles « nous travaillent ». C’est pourquoi elles sont devenues le théâtre d’opération d’une guerre psychologique permanente : que ce soit par la désinformation, le contrôle de l’accès à Internet, la censure de contenus, les usines à trolls, la memetic warfare ou l’astroturfing. Guerre cybernétique, médiatique, totale et multidimensionnelle : des États entre eux, des États aux peuples, des peuples aux États. Clips, images, commentaires, fake news, mises en scène, discréditations, diffamations, peurs, diversions, encouragements — tout y passe, et tous les moyens sont bons s’ils fonctionnent, que ce soit par une campagne de questions/réponses entre candidats et citoyens sur Snapchat, l’invitation de Youtubeurs à l’Elysée, des montages vidéos bidons pour légitimer une guerre par proxy ou bien des courts-métrages infantilisants chargés de porter un message gouvernemental : la liste est infinie.

Les découvertes de la neuroscience, notamment via l’imagerie cérébrale, ont également apporté une compréhension très précise du fonctionnement du cerveau humain et de ses nombreux biais. Ces nouvelles découvertes, couplées aux capacités d’analyse et de collecte des données permises par les algorithmes — ce qu’on appelle le Big Data — verront rapidement naître un art de la persuasion à la fois individualisé et de masse : c’est l’essor du micro-ciblage comportemental, désormais utilisé pour les campagnes publicitaires comme électorales, et c’est pourquoi les trusts numériques ayant accès à nos informations personnelles sont les diamantaires de notre temps, comme les orfèvres invisibles de certains de nos choix :

« La collecte d’informations sur le récepteur, à travers notamment des dispositifs de tracking, permet une connaissance précise des cibles de la propagande, ainsi qu’une mesure en temps réel de l’impact des campagnes et, donc, une personnalisation de la propagande. C’est ainsi que le Web 2.0 inaugure une propagande 2.0. À une échelle plus globale, la masse d’informations collectée par les services de renseignement, les data-brockers ou les plateformes (à commencer par Facebook et Google) dotent un petit nombre d’acteurs d’une connaissance sans commune mesure des comportements humains. »

De l’ingénierie sociale comme nouvelle gouvernance

Cet état de fait doit nous rappeler une réalité parfois seulement admise du bout des lèvres : le modèle du régime démocratique tel qu’inspiré par la philosophie des Lumières, façonné par la Révolution française et les Pères fondateurs américains, dont la forme finale s’est développée au cours de l’après-guerre et a connu ses dernières heures au temps des Trente glorieuses — est enterré depuis au moins vingt ans. Et il ne reviendra pas, puisqu’aucune des raisons historiques ayant permis son développement n’existe plus : ni les masses correctement instruites, ni la croissance économique, ni la presse à peu près indépendante et dont l’impact est restreint, ni même l’héritage moral pré-consumériste, qui, aussi imparfait qu'il ait pu être, disciplinait l’hubris des individus par la coutume transmise à chaque génération.

Nous voilà désormais plongés dans un âge techno-médiéval, à la fois barbare et hygiénique, anarchique et systématisé, scientifique et occulte, autoritaire et décentralisé : tribalisation des peuples, ethnicisation des conflits, envoûtements médiatiques, superstition scientiste, concentration du pouvoir, anonymat des centres décisionnels, excommunications, censure, dogmes, hystérie, algorithmes, drones, surveillance…

Dans un tel contexte, la propagande de masse n’est plus seulement un outil de manipulation des pensées ou des croyances, destinées à capter des votes ou vendre des produits : elle est le devenir organisationnel même du monde, dans le sens où elle vient remplacer l’éthique traditionnelle et les mœurs disparues des sociétés antérieures par la domestication digitale des esprits et la gestion cybernétique des comportements. Elle est le langage de l’ingénierie sociale, et le moyen de contrainte utilisé pour stabiliser, de gré ou de force, cette nouvelle socialité, fondée — comme le pressentait Foucault et plus tard Deleuze — sur la biopolitique et le contrôle technologique.

Et ceci explique l’intérêt toujours croissant des États pour le nudge, cette technique issue des sciences comportementales, visant à orienter nos prises de décision et provoquer des comportements ciblés par la suggestion indirecte et la réorganisation visuelle — souvent enfantine — de notre environnement extérieur. En l’absence d’instance culturelle transcendante et commune, organisant et homogénéisant les pratiques sociales et les relations entre individus et collectivités, il faut rétablir des règles et des contraintes par un jeu d’influences furtif : punitions, récompenses, autorisations et interdits, dont la propagande de masse permet l’intériorisation par chacun, et qui se matérialisera de plus en plus par différents dispositifs technologiques, permettant de vérifier le bon suivi des nouvelles normes.

Et si cet aiguillage maternel de nos actes, encore naissant ici et organisé (comme chacun ne manquera pas de le promettre) pour le bien-être de tous, peut nous sembler bénin, l’instauration du crédit social en Chine n’en est pourtant que l’aboutissement radical et logique — comme l’introduction du pass sanitaire, en France et ailleurs, en est certainement le premier échelon.

 

1. Toutes les citations de cet article sont tirées de l'excellent livre Propagande, la manipulation de masse dans le monde contemporain de David Colon.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 27 novembre 2021 18:06

    ’’La première véritable expérience de propagande de masse...’’

     

    Et la dernière en date : la fable du couillavirus.

    A ce sujet, je dois d’ailleurs reconnaitre que les baratineurs patentés ont fait d’immenses progrès !

     


    • ASTERIX 29 novembre 2021 09:58

      @Jeekes
      COUILLAVIRUS ca ne s’adresse donc pas a OMACRON ET OVERAN MICRON

      quelle autorité  : BOJO digne héritier de TRUMP LE PUTSCHISTE va faire sortir une loi « interdisant aux »migrants et virus de traverser la manche« sous peine d’etre coulés par ses sous-marins MADE USA ENSUITE COMME IL NE PEUT PAS COULER NOTRE MARINE NATIONALE IL FINIRA DE COULER LA MARINE DE PECHE BRETONNE Comme le CHALUTIER BRETON BUGALED BREIZH  !!!!!

      MACRON regarde cela d’un oeil humide béni par le »pape«  GIRARDIN EN A PERDU SON LATIN

      OMACRON va donc sortir aidé par son VIZIR SANTE OMICRON VERAN une loi  »interdisant a OMICRON D ETRE PLUS DANGEREUX QUE SON COLLEGUE DELTA "

      ca va pas marcher comme les 25 MILLIONS DE VACCINS DE RAPPELS  !!!!!

      et NOUS SOMMES TOUJOURS DIRIGES PAR DES NON COUILLUS ET LE QUATUOR LABOS MEDICAUX (pfizer) LA FINANCE LES MARCHANDS DE BIENS MEME INSALUBRES SAFL LES RESIDENCES SECONDAIRES COVID ET LES GRANDS MECHANTS AVOCATS DE MORETTI  !!!!
      MORETTI N ’AIME PAS DU TOUT LE TRIBUNAL DE LA RUE TROP RAPIDE ET ENCORE MOINS LE TRIBUNAL MEDIATIQUE FULGURANT !!!!!!!!!!



      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 28 novembre 2021 12:27

        Très bonne synthèse.

        La première véritable expérience de propagande de masse [...] a donc été mise en place dans les conditions extrêmes de la Première Guerre mondiale.

        A noter qu’il y a eu un « coup d’essai » remarquable lors de la Commune de Paris, la presse des provinces avait été fanatisée à outrance pour justifier l’écrasement de l’insurrection.



        • Xenozoid Xenozoid 28 novembre 2021 12:30

          @Opposition contrôlée

          et pendant la guerre de crimée 1853 à 1856,la propaguande anti russe était terrible

          .cela ne rajeunie personne


        • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 28 novembre 2021 13:44

          @Xenozoid
          1796, l’auteur du journal « l’éclaireur du peuple » décrit comment les agents de l’état lui ont proposé d’acheter 10 000 exemplaires par semaine, à la seule condition qu’il parle « bien » du gouvernement...


        • Xenozoid Xenozoid 28 novembre 2021 13:58

          @Opposition contrôlée

          tous ça pour dire que ce n’est pas nouveau,que ceux qui croient que la« liberté de la presse » ,et la « democratie »ont apporté des avantages(car c’est le moins pire des systemes) sont soient naif soit chercheur en sensations fortes,ou tout simplement complices....
          une chose est sure,on est tous manipulé,et s’en rendre compte ,puis le questioner est le contraire du dénie,qui est en faite une sorte de faineantise 


        • Xenozoid Xenozoid 28 novembre 2021 14:01

          @Xenozoid

          quand le dénie s’installe, les tabous arrivent


        • Rincevent Rincevent 28 novembre 2021 17:42

          Dans les surplus de la 2 ème guerre mondiale, il y avait aussi les énormes stocks de nitrate pour les explosifs, désormais inemployés. Ils seront redirigés comme engrais vers une agriculture qui va devenir beaucoup plus intensive. Aujourd’hui, nous en payons cash les conséquences écologiques…


          • Ben Schott 29 novembre 2021 06:06

             

            Mauvaise nouvelle (covid-19, saison 3, épisode 1) : le serial killer O’Micron est arrivé en Europe et s’apprête à zigouiller 500 000 personnes au moins.

             

            Bonne nouvelle : un vaccin spécial O’Micron sera prêt dans une centaine de jours. Il sera plus efficace que le dernier en date, promis.

            Que cela ne vous empêche pas de prendre votre 3e dose (efficace pour mettre à jour votre Pass).

            Les ricaneurs qui n’ont même pas peur sont de dangereux irresponsables, et n’oubliez pas : « être libre c’est être libre d’obéir au risque d’être mis au ban de la société » (Olivier Véran).

             


            • nono le simplet nono le simplet 29 novembre 2021 07:28

              @Ben Schott
              toujours fâché avec la compréhension des chiffres ?
              d’un autre côté quand on répéte ce qu’on lit dans ce torchon complotiste d’Odyssée on est assuré de raconter des conneries smiley
              les 500 000 morts annoncés en Europe sont essentiellement le fait des pays de l’Est (Russie comprise puisque considérée en Europe) ... la plupart de ces pays ont un taux de vaccination très faible et la mortalité en cette fin d’automne y est de 10 fois celle de la France en moyenne ...
              le nombre de morts a largement doublé depuis début octobre et 60% environ des morts déclarés sur la planète sont européens ...


            • Ben Schott 29 novembre 2021 07:45

              @nono le simplet
               
              Tu peux nous citer tes sources concernant les 500 000 morts annoncés ?... parce que moi j’ai dit ça complètement au pif, hein...

              J’ai dit 500 000 comme j’aurais pu dire six millions !...  smiley
               


            • nono le simplet nono le simplet 29 novembre 2021 08:29

              @Ben Schott
              J’ai dit 500 000 comme j’aurais pu dire six millions !.

              oui je sais ... tu dis n’importe quoi ... mais une fois sur 100 tu tombes pile poil ... la chance de l’incompétent ... smiley
              ma source ce n’est pas france-soir ... ce n’est pas odyssée ... c’est l’OMS qui a dit ça début novembre ... tu sais bien ... ce truc qui rassemble les scientifiques de santé de presque 200 pays au monde ...


            • Ben Schott 29 novembre 2021 08:40

              @nono le simplet

               
              « c’est l’OMS qui a dit ça début novembre ... tu sais bien ... ce truc qui rassemble... »
               
              L’OMS, oui, la boîte à Bill, je connais !...
               
              Tu as pas un lien sur l’OMS et le variant omicron début novembre ?... Pure curiosité...  smiley
               

               

               


            • Ben Schott 29 novembre 2021 09:06

              @nono le simplet
               
              « non, bien entendu,et pour cause sa découverte étant plus récente »
               
              C’est ballot, hein ?...  smiley

               
              Je résume :
               
              Ta source ce n’est pas France-Soir, ce n’est pas Odyssée ... c’est l’OMS (ce truc qui rassemble les scientifiques de santé de presque 200 pays au monde) qui a dit ça début novembre.

              Oh pis finalement, non, l’OMS n’a pas dit ça. Et si tu allais te recoucher ?
               

               
               smiley
               


            • Legestr glaz Legestr glaz 29 novembre 2021 09:11

              @nono le simplet

               Un virus tellement létal qu’il laisse 99,95% de la population mondiale en vie. 

              C’est grave docteur ? Il n’y a pratiquement que les personnes déjà malades qui décèdent des virus respiratoires aérosols : les obèses morbides, les hypertendus, les diabétiques, les insuffisants rénaux, les malades des coronaires, les malades du coeur, les cancéreux ! 

              Toujours le même profil de malades attaqués par les virus respiratoires aérosols. Et cela ne changera pas ! Injection génique expérimentale ou pas. Un système immunitaire « défaillant », « amoindri », « dégradé » restera un système défaillant, amoindri dégradé. 

              Les populations au système immunitaire compétent ne vont pas à l’hôpital et ne meurent pas des virus respiratoires aérosols ! 

              Mais il faut cacher la réalité, il sidérer les populations pour les gouverner par la peur ! 


            • nono le simplet nono le simplet 29 novembre 2021 09:15

              @Ben Schott
              Oh pis finalement, non, l’OMS n’a pas dit ça

              ha !!! odyssée a fait un mélange entre l’annonce de 500 000 morts faite début novembre et l’apparition de omicron fin novembre ?
              ne lisant pas ce torchon et comme tu expliques mal je n’avais pas compris ...
              évidemment c’est une connerie ... que seuls les demeurés peuvent croire smiley


            • nono le simplet nono le simplet 29 novembre 2021 09:20

              @Legestr glaz
              Les populations au système immunitaire compétent

              « compétent » ? ça ne s’écrit pas en deux mots quand on parle de système immunitaire ?
              Un système immunitaire « défaillant », « amoindri », « dégradé » restera un système défaillant, amoindri dégradé. 

              ah bon ? du coup tout ce que tu racontes depuis des mois pour renforcer le système immunitaire c’est des conneries ? tu manques de suite dans les idées suite à un cloisonnement étanche de tes démonstrations smiley


            • Ben Schott 29 novembre 2021 10:30

              @nono le simplet
               
              « évidemment c’est une connerie »
               
              Merci de le reconnaître.

              Ça s’appelle une branlée-express...  smiley
               


            • Ecométa Ecométa 29 novembre 2021 11:02

              @nono le simplet
              A oui : L’Organisation Mondiale de la Santé annexe de l’Organisation Mondiale du Commerce !
              Ce ne sont pas scientifiques mais des « scientistes » et à coup sûr pas des médecins qui sont sensés soigner ! 


            • Ecométa Ecométa 29 novembre 2021 11:47

              @Ecométa
              Absolument incroyable !
              Je vais sur FranceSoir si je veux des informations scientifiques précises : il n’y a que là que j’en trouve !
              Notamment sur cette protéine Spike, sur quoi la piqûre ARN Messager est basée, et qui a un potentiel de toxicité dit « négligeable » (tous les scientifiques le disent), ce qui veut bien dire qu’elle a une « toxicité » ! 
              De quel ordre est -elle cet toxicité ? Personne ne le sait ! C’est sur le terrain, dans une opération clinique nature de 3 è phase sur deux années, ceci, sans surveillance médicale, que cela va se vérifier et se vérifie déjà ! 
              Cette injection sera donc létale pour certains : pour qui ? C’est la roulette russe ! 
              Moi je ne joue pas ma vie à la roulette russe même à 0.005 %.
              Pour l’OMS, et les Gouvernants briffés à Davos, il faut réduire la population mondiale, et de ce point de vue, le Covid-19 (SrasCov2) comme cette piqûre ARN Messager, seule solution : font partie du processus !
              Ce sont des armes biologiques préparer depuis deux décennies aux Etats-Unis, en France, et en Chine ; non seulement pour réduire la population mondiale, mais aussi pour réduire toute forme de résistance démocratique ! 


            • Legestr glaz Legestr glaz 29 novembre 2021 12:08

              @nono le simplet

               Vous avez fait un joli score avec votre jeu de mot enfantin. 

              Je raconte qu’il est possible d’améliorer son système immunitaire, oui tout à fait.

              Mais cela ne passe pas par une injection d’un produit génique en phase expérimentale ! Cela ne sert à rien pour booster son système immunitaire. Parce que les anticorps ne sont qu’une toute petite partie de la défense immunitaire.

              Si vous voulez savoir comment renforcer son système immunitaire, il n’y a strictement aucun problème, je peux vous le dire ! Il s’agit simplement de savoir pourquoi ce système immunitaire faiblit d’année en année, pour en arriver, après la cinquantaine, à un tas de pathologies qui sigalent une immunité affaiblie ! 

              Et vous nono le simplet, que prenez vous comme médocs ? De l’hypertension ? Du « cholestérol » ? du diabète ? Des ronflements ? Un gros bidon ? De la graisse ectopique (graisse viscérale, je traduis) ? Des problèmes de prostate ? De l’insuffisance rénale ? Une libido en berne ? De l’apnée du sommeil ? 


            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 29 novembre 2021 12:09

              @Ecométa

               Vous pourriez être plus factuel, svp ? Donner des liens ?


            • nono le simplet nono le simplet 29 novembre 2021 12:20

              @Ecométa
              Je vais sur FranceSoir si je veux des informations scientifiques précises : il n’y a que là que j’en trouve !

              francesoir ... le journal de la science ... mdr !


            • nono le simplet nono le simplet 29 novembre 2021 12:24

              @Legestr glaz
              je n’ai même pas fait d’apnée juvénile ... c’est pas à mon âge que je vais commencer ...
              et pour la libido, si j’étais adepte de ces mœurs, je pourrais t’apporter un démenti douloureux ... par chance pour toi je ne le suis pas ...


            • nono le simplet nono le simplet 29 novembre 2021 12:31

              @Ben Schott
              Merci de le reconnaître.

              je reconnais que ton site à la con a écrit une connerie que tu as présenté comme une saillie drôlatique faite au pif ... et tu cries victoire ... branlée-express ...
              ton sens de la victoire est impressionnant ... comme dab smiley
              j’imagine que quand tu t’es fait virer de ta boîte tu as crié victoire en piquant un ou deux stylos ...
              tu suscites presque la pitié tellement tu es lamentable ...


            • Ben Schott 29 novembre 2021 12:57

              @nono le simplet
               
              Quand tu t’es mis devant ton amiga en te grattant ta burne, t’avais pas débourré de deux jours !... Et bim, en deux commentaires, tu te vautres comme une crêpe !

              La prochaine fois que tu veux faire le malin avec moi, échauffe-toi un peu !...  smiley
               


            • Legestr glaz Legestr glaz 29 novembre 2021 18:35

              @nono le simplet

              Bref, rien dans votre réponse sur le système immunitaire en grand péril chez les personnes qui décèdent du SARS-COV2, entre l’Alpha et Omega. 

              Et donc, nono le simplet, les gens qui décèdent des virus respiratoires aérosols sont des gens « déjà » malades, des gens porteurs de pathologies bien identifiées, des gens dont le système immunitaire est affaibli. Les virus respiratoires aérosols ne s’attardent pas chez les personnes au système immunitaire opérationnel, ce qui présente la très grand majorité des populations.

              Les vaccins et autres injections géniques expérimentales ne seront jamais d’aucun secours pour « protéger » les personnes au système immunitaire amoindri. En revanche, il est possible de mieux les protéger en faisant en sorte que leur défense immunitaire de première ligne soit renforcée, en faisant en sorte que leur défense intracellulaire soit renforcée également. 

              Pourquoi un démenti « douloureux » ???


            • pemile pemile 29 novembre 2021 08:59

              Vous faites l’impasse sur le fait qu’aujourd’hui, les techniques de manipulation ne sont plus le domaine réservé des états.


              • nono le simplet nono le simplet 29 novembre 2021 09:33

                @pemile
                je viens d’entendre Kerziek le toubib chroniqueur de LCI ... quel con ... on aurait dit du fifi ... je cite grosso merdo ...« il n’y pas des morts partout dans les rues en Afrique du Sud » ... argument de demeuré ... n’importe quel andouille sait qu’il y a un décalage de 3 semaines un mois entre les nouveaux cas et les morts ... on aura un début de réponse pas avant 3 semaines concernant la dangerosité de ce variant aux mutations multiples ... quel imbécile !


              • nono le simplet nono le simplet 29 novembre 2021 09:03

                le modèle du régime démocratique tel qu’inspiré par la philosophie des Lumières, façonné par la Révolution française

                façonné ... façonné ... tu y vas fort ... pas tellement appliqué par contre ...



                  • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 29 novembre 2021 10:33

                    « Au début des années 2000, les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) nous propulseront dans l’âge d’or de la propagande de masse »

                    Et cela s’appelle comment ?

                    Deux mots : réseaux sociaux globalisé mais mal consolidé sous forme de WEB.

                    Les journaux, les télés et les livres papier périclitent.

                    Cela a commencé par les blogs.

                    A l’époque il y a avait une bonne fréquentation.

                    Puis il y a eu les forums de discussions assez bien structuré dans des plannings de réunions précisés.

                    Ensuite, Facebook a tout rasé en très peu d’années et dans tous les sens et dans le cloud.

                    Il y a eu un temps une version plus structurée Google+

                    Son déclin est programmé le 24 août 2018, Google France annonce qu’il fermera le 26 août 2018 sa page sur le réseau social Google+ en invitant ses fans à le suivre sur Twitter et Facebook. Le 8 octobre 2018, Google confirme une information du Wall Street Journal sur l’existence d’une faille de sécurité, de 2015 à 2018 sur Google+, et indique également la fermeture de Google+ .

                    Tweeter a donc repris le collier.

                    Quand est apparu d’autres noms, ils sont rachetés par Facebook qui prêche d’autres manières de procéder sous un nouveau nom.

                    La démocratie serait-elle sauvée ?

                    La démocratie est le pire des systèmes, à l’exclusion de tous les autres. » Signé Winston Churchill,



                      • Mellipheme Mellipheme 29 novembre 2021 13:02

                        @Clément Gustin :

                        Excellent article. Merci.



                          • eau-du-robinet eau-du-robinet 29 novembre 2021 14:06

                            Pointe à Pitre, l’Outre-Mer bouscule la métropole.
                            .
                            Voila un exemple à suivre... Venez nous rejoindre aux manifestions les samedi... enfin !


                            • Adèle Coupechoux 29 novembre 2021 18:28

                              @eau-du-robinet

                              A Paris, c’était dimanche après-midi jusqu’à Nation. Le problème c’est qu’ils avaient annoncé que ce serait samedi place de la nation aussi.
                              En tout samedi à Paris, il y avait encore 4 manifestations de prévues. Il faut vraiment arrêter de s’éparpiller. 
                              C’est épuisant. 
                              Une manifestation qui nous rassemblerait tous les antipass, les anti vaccination obligatoire ! Une vague humaine et non pas virale, enfin, silencieuse qui déferlerait les rues de Paris.
                              Comme après le massacre de Charonne, une manifestation solennelle pour enterrer les morts de cette crise organisée.
                              https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/afe85009405/les-obseques-des-victimes-de-la-manifestation-du-8-fevrier


                            • Adèle Coupechoux 29 novembre 2021 18:35

                              Merci pour ce travail de synthèse. 

                              La société a brutalement basculé depuis mars 2020. Elle était certes déjà depuis pas mal de temps sur le versant de l’homogénéisation des comportements.

                              Le port du masque en est un effroyable exemple. Pire que le cri de Munch. 


                              • pipiou2 29 novembre 2021 21:38

                                Le complotisme est également une propagande de masse, qui plus est d’inspiration orwellienne. smiley


                                • cassios 1er décembre 2021 11:57

                                  @pipiou2
                                  Va falloir calmer un peu les complotistes.

                                  On est beaucoup trop nombreux sur cette planète et à force de faire peur aux gens, ils vont faire louper la seule occasion que nous ayons de faire une dépopulation progressive programmée qui sauvera la structure de nos sociétés et la race humaine de manière générale.

                                  Les complotistes devraient se faire discret, faire le nécessaire pour se protéger et protéger leurs proches (faux vaccins, vaccination partielle, traitement limitant l’effet des vaxx ou n’importe quoi d’autre) et laisser les moutons se faire éliminer à leur place.

                                  Sinon le manque de ressources va créer une situation où ça sera le chacun pour soit, où toute la société va s’écrouler et où la violente baisse de population aura lieu quand même mais de manière anarchique.
                                  Et pas sûr qu’un contrôle strict de population soit possible derrière.

                                  Soyons humains et faisons un génocide de masse de la manière la plus efficace et productive pour que cela ne soit pas fait pour rien.

                                  (C’est bon ? J’ai mon diplôme de membre des élites sauveurs du monde psychopathes qui, en vérité, ne pensent qu’à leur gueule ?? smiley smiley )


                                • Old Dan Old Dan 29 novembre 2021 23:44

                                  La propagande « de masse » ? Des peintures rupestres et religions du livre... au Black Friday !

                                  Un dévoiement du striatum* par la communication (Politique, consommatoire, religieuse, sécuritaire,... animale !)

                                  .

                                  [ *Partie du cerveau = Protection, satisfaction, addiction,... ]

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité