• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De la supériorité occidentale : la liberté d’expression à (...)

De la supériorité occidentale : la liberté d’expression à l’épreuve de la mondialisation

De nombreux journalistes endossent aujourd’hui ce que l’on peut tenir pour une armure de croisés : la défense absolue de la liberté d’expression. Même parmi les journalistes que je respecte, beaucoup tombent dans ce qui me semble être l’un des premiers pièges de la mondialisation : la croyance que toutes nos valeurs sont absolues. Piège auquel il faut rajouter l’incapacité de nombreux journalistes à se projeter dans la position des individus qu’ils « combattent » : position d’idéologues, en quelque sorte.

Je crois qu’il convient de s’interroger de la manière la plus intelligente et approfondie sur les évènements qui secouent les relations occidentalo-musulmanes : les caricatures danoises sont, à mon avis, une démonstration patente de la puissance avec laquelle nous vivons la mondialisation.

De nombreux journalistes endossent aujourd’hui ce que l’on peut tenir pour une armure de croisés : la défense absolue de la liberté d’expression. Même des journalistes que je respecte beaucoup tombent dans ce qui me semble être l’un des premiers pièges de la mondialisation : la croyance que toutes nos valeurs sont absolues. Piège auquel il faut rajouter l’incapacité de nombreux journalistes à se projeter dans la position des individus qu’ils "combattent" : position d’idéologues, en quelque sorte.

De la liberté d’expression

Premièrement, la liberté d’expression n’est pas, contrairement à de nombreux autres droits fondamentaux et nécessaires aux sociétés démocratiques, absolue. Un Etat a le droit de la restreindre, si les circonstances l’exigent, à la différence de la torture, par exemple, qui ne saurait jamais être justifiée : ce que viennent de comprendre depuis deux mois les USA, d’ailleurs. La liberté d’expression est là pour protéger de l’arbitraire étatique les citoyens - souvent les journalistes. Pour permettre à l’information d’être impartiale, non pas par le biais d’un quotidien qui serait exceptionnellement objectif, mais plutôt par le cumul des opinions différentes, divergentes, opposées. C’est le reflet d’une croyance forte en la démocratie, qui a abouti à la création de ce 4e pouvoir - qu’il serait toutefois réducteur de restreindre aux seuls journaux.

Toutefois, ce droit d’expression ne saurait être absolu : si la démocratie a pour fondement ce droit, la démocratie se fonde aussi sur des valeurs bien plus éthérées, des valeurs changeant d’un pays à un autre. Parmi ces valeurs, difficiles parfois à définir concrètement, il en est certaines qu’on peut identifier facilement : le rejet du négationnisme, par exemple, est depuis la Deuxième Guerre Mondiale au coeur du processus démocratique occidental, Grande-Bretagne mise à part. Si l’on admet que la démocratie est fille de la peur de l’autoritarisme, elle est aussi fille du résultat de l’autoritarisme : on ne saurait séparer ici les principes de leurs conséquences. Le principe politique en vigueur durant la première moitié du XXe siècle était l’autoritarisme. L’une de ses conséquences la plus horrible fut l’holocauste. En instaurant progressivement en Europe des démocraties, on cherchait à combattre aussi bien les causes que les conséquences de l’autoritarisme. Causes et conséquences peuvent être séparées pour la réflexion, mais lorsqu’on les éloigne trop, on tombe dans l’idéologie pure.

L’interdiction de remettre en question l’holocauste dans les sociétés occidentales se base donc sur une conception de la vérité, que l’on peut assimiler à une croyance. Oui, l’holocauste a des preuves indéniables ; mais à ma connaissance, nous avons des preuves indéniables également de l’homme qui marche sur la Lune, et pourtant personne n’attaque Philippe Lheureux lorsqu’il s’amuse à broder toute une théorie conspirationniste. Deux poids, deux mesures, certes ; mais il est indéniable qu’un doux dingue qui réfute cette réalité est moins dangereux que celui qui s’en prend à la Deuxième Guerre Mondiale. Raison pour laquelle on s’est doté, en Occident, de lois pénalisant le négationnisme. Parce que l’on croit que le négationnisme est dangereux.

Je n’ai donc absolument aucun problème avec cette restriction de la liberté : la fondation d’une société requiert d’utiliser certaines valeurs, certains concepts, voire une philosophie autour de laquelle ses citoyens se doivent d’adhérer. A la remarque qui considère cela comme un "argument hors sujet [car] il n’est pas question dans les dessins danois de stigmatiser une communauté pour ce qu’elle est (ce que font certains caricaturistes arabes, ouvertement antisémites), mais de railler des principes religieux.", je répondrai que le monde arabo-musulman étant particulièrement crispé autour de son identité religieuse, celle-ci fait office de joint cohésif... exactement comme le font certaines valeurs de nos sociétés occidentales. Si tout le monde est unanime à condamner, par exemple, les accointances néo-nazies de Jörg Haider, c’est en raison de l’attachement inaliénable occidental à certaines valeurs. Au Moyen-Orient, l’une des valeurs cohésives est la religion ; qui sommes-nous pour dicter quelles valeurs sont bonnes ou moins bonnes ? Surtout que, lorsqu’on entend certains discours européens développant des raisons de refuser l’entrée de la Turquie en Europe, j’ai peine à croire que l’Europe soit si laïcisée que cela.

Bien évidemment, le problème fondamental en l’affaire reste le déchaînement de violence au Moyen-Orient ; il peut paraître absurde de mourir ou de vouloir tuer au seul motif d’une caricature. Mais il ne faut pas oublier qu’une forme d’extrême droite est au pouvoir en Iran, et que l’intervention étasunienne en Irak a attisé, comme l’aurait fait le largage de plusieurs bombes nucléaires, une haine certaine à l’égard de l’Occident. Cette haine couvait, et était parfois plus dirigée contre des gouvernements de la région ; il est probable que de nombreuses velléités démocratiques aient été étouffées à cause des USA et de la Grande-Bretagne : mais ceci est une autre histoire.

Ne nous leurrons pas, la réactions radicale moyen-orientale est artificielle ; mais ne sous-estimons pas la frustration des individus. Le quotidien danois Jyllands-Posten avait le droit, à mon avis, de publier ces caricatures ; tout comme il avait le droit de présenter des excuses à ceux qu’il avait offensés. On a cependant outrepassé le droit à la liberté d’expression en reprenant ad nauseum ces caricatures, devenant nous-mêmes des caricatures de ce que nous sommes. Il y a une différence entre un principe et son application : pourquoi tant de journalistes semblent avoir oublié cela, je ne saurais me l’expliquer.

Je ne vois pas comment ce comportement peut être perçu comme étant autre chose que de l’arrogance. Etre arrogant vis-à-vis des musulmans, c’est planter des graines que les extrémistes fascistes s’empresseront de faire pousser. Mais personne ne se voit planter ces graines ; cette incapacité à prendre du recul est due, à mon avis, à la croissance accélérée du village global planétaire.

De la relativité culturelle

Le deuxième point est la conséquence de l’éclosion du "village global", expression décrivant notamment l’aspect affectif de la mondialisation. Huntington, auteur peu conséquent, a au moins eu le mérite de correctement pointer cette contradiction de la mondialisation : on croit comprendre les individus à l’autre bout de la planète, parce qu’on les croise dans la rue, on mange leur nourriture, on les observe à la télévision. En réalité, nos valeurs divergent, et la compréhension d’un acte est très différente selon qu’on vit dans une petite ville iranienne ou dans une petite ville polonaise.

Cette fausse impression de "connaître l’autre", alors que les langages et les références ne sont pas toujours compatibles, est encore renforcée par l’inclusion de certaines des valeurs extra-régionales. Phénomène lié au rapetissement des distances, à l’augmentation des relations entre des communautés autrefois éloignées, le nombre de sujets qui ne sont plus politically correct a tendance à s’accroître au fil des années.

La conséquence dans - notamment - cette affaire, c’est l’impossibilité pour l’Occidental-type de comprendre pour quoi se battent aujourd’hui certains musulmans. Ils ne comprennent plus rien au sens du "sacré", incapables de s’immerger dans la peau d’un croyant musulman. Comme si l’empathie était impossible, cette affaire est utilisée en Occident pour laisser libre cours à son islamophobie. Ce qui ne veut pas dire que tous les défenseurs de la liberté d’expression soient islamophobes ; tout comme toutes les personnes choquées par cette caricatures ne sont pas islamo-fascistes. Pourquoi inutilement les blesser ? Pourquoi ne pas voir que persister gratuitement (car rien n’est réellement en jeu ici, n’en déplaise aux idéologues) renvoie l’image d’Européens qui considèrent cette civilisation comme inférieure, et qui nient son droit à l’existence.

Si on ne doit pas transiger avec nos principes fondamentaux, rien ne sert de blesser gratuitement. La liberté d’expression devrait tendre à nous rendre un peu plus ouverts d’esprit, et non accrochés à des principes intangibles.

Conclusion

L’Occident caricature certains des ses propres fondements, à l’image des caricatures continuelles des papes, de Jésus, de l’Eglise. Cela est possible en raison des choix que nous avons faits. Nous avons décidé de ne pas respecter le sacré, soit ; mais nous ne pouvons imposer nos choix au reste du monde.

La nouveauté réside dans l’extraordinaire asymétrie Occident/Moyen-Orient, du jamais vu dans l’histoire. D’autre part, la mondialisation a pour effet qu’un gag lancé à Téhéran fait le chemin en quelques jours jusqu’à Paris, et qu’une caricature danoise parvient en Arabie Saoudite ou en Syrie au bout de trois mois : tout se sait aujourd’hui, et la frontière d’un politically correct s’étend, jusqu’à atteindre de nouveaux sujets à éviter.

Cet effet est provisoire ; plus on brusquera les croyances, plus on se braquera de l’autre côté de la frontière contre nos valeurs. Observant ce qui s’est passé en Occident, j’ai parfois l’impression que ce que nous ont apporté nos libertés, c’est de pouvoir perdre la mémoire ; a-t-on toujours besoin d’être aussi intransigeant ? On ne parle pas de Münich (1938, pas le Spielberg), tout de même !

La démocratie n’a jamais été, et ne sera jamais, un but en soi : ce n’est qu’un moyen, dont les contours sont extraordinairement flexibles, mouvants et adaptables. C’est même l’un de ses principes, que d’être adaptable.

Je crois à la supériorité occidentale de nombreuses valeurs, dont la liberté d’expression. Mais je ne crois pas que le chemin que nous prenons pour le démontrer aux autres cultures soit le bon : il ne l’était pas aux XIXe et XXe, il ne le sera pas au XXIe.


Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • (---.---.38.140) 14 février 2006 10:08

    Aujourd’hui on brule des drapeaux et des ambassades, on appelle à tuer pour des caricatures au nom du respect de la religion musulmane. Qui demandait le respect de la religion musulmane, tolérante et pacifiste en Algerie il y a 12 ans quand on assassinait des personnes chez eux en les égorgeant sauvagement comme des barbares ? ou ils etaient les musulmans modérés vivant en Europe ?


    • (---.---.38.140) 14 février 2006 10:22

      Pour finir et je vais reprendre votre propos oui soyons fiers d’etre arrogants si cela peut éviter des massacres sans nom de populations. moi, j’ai Marie et Jesus dans mon coeur mais je considere qu’il y a beaucoup aussi à dire sur l’histoire du christianisme et sur la hierarchie qui est soi disant censé le représenter. Vous n’avez sans doute jamais connu la guerre et ses souffrances pour penser comme cela. En tous cas nous pouvons etre arrogants d’affirmer qu’en Europe Occidentale democratique et laique il n’y a pas de massacres, lapidations, et que les droits de l’homme sont en grande partie appliqués dans leur totalité. on peut toujours s’améliorer avec ce systeme au moins au niveau juridique, social, politique, scientifique et de l’éducation...


    • Scipion (---.---.38.75) 14 février 2006 12:37

      Je crains que vous ne mesuriez pas bien tous les enjeux, Psykotik. Les journalistes - qui sont de gauche, à 80 % - éprouvent, a priori, de la sympathie pour les étrangers. Donc, pour les croyances des étrangers.

      Ils n’apprécient pas forcément beaucoup les caricatures du Prophète, mais ils sont obligés de se placer sur le terrain de la défense intransigeante de la liberté d’expression, pour conserver leur liberté, non pas de s’exprimer, non pas de critiquer le prophète, mais leur liberté, à eux, de vomir le christianisme, la chrétienté, son histoire, sa civilisation.

      Si des lois étaient adoptées pour protéger l’Islam, il ne serait plus possible de traîner le pape dans la boue, par exemple, à propos de son gâtisme présumé pour le précédent, de son enfance nazie, ou d’autres choses, pour l’actuel...

      C’est ça, le vrai problème des soi-disant défenseurs de la liberté d’expression... Il n’y a qu’à voir, les sectaires de gauche, traditionnels bouffeurs de curés à la Mélenchon, pédaler dans la choucroute face au problème que leur posent les caricatures...

      Ils n’osent pas être pour, par peur de l’islamophobie, et ils n’osent pas être contre, de peur que ça ne se retourne contre leur anticléricalisme.

      On a le droit de trouver cela rigolo... smiley)


      • Miaou Cascadeur (---.---.253.130) 14 février 2006 12:54

        D’accord à 100%. Ah si les Guignols de l’infos se permettaient seulement le dixième à l’égard de l’islam de ce qu’ils se permettent à l’égard du christianisme...


      • Psykotik (---.---.133.62) 14 février 2006 12:43

        « Qui demandait le respect de la religion musulmane, tolérante et pacifiste en Algerie il y a 12 ans quand on assassinait des personnes chez eux en les égorgeant sauvagement comme des barbares ? ou ils etaient les musulmans modérés vivant en Europe ? »

        Les musulmans modérés - je préfère le terme libéral, si tu permets - les musulmans libéraux ne sont en vogue nul part. Pourquoi ? Parce qu’on ne leur donne que rarement la parole, que ce soit au Maghreb ou au Mashrek pour des raisons évidentes (conservation du pouvoir) ou en Occident (pour des raisons d’audiance, les tueries font plus d’audiance que des discours d’intellectuels, même musulmans).

        « je vais reprendre votre propos oui soyons fiers d’etre arrogants si cela peut éviter des massacres sans nom de populations. »

        En fait, mon propos est plutôt de dire soyons fiers d’être issus des valeurs occidentales, mais ne les imposons pas frontalement au reste du monde. Et que la provocation (car cela est perçu, quelque soient les motifs à l’origine de ce phénomène, comme une provocation) ne fera avancer ni nos valeurs, ni celle des autres.

        « moi, j’ai Marie et Jesus dans mon coeur mais je considere qu’il y a beaucoup aussi à dire sur l’histoire du christianisme et sur la hierarchie qui est soi disant censé le représenter. Vous n’avez sans doute jamais connu la guerre et ses souffrances pour penser comme cela. »

        Je ne comprends vraiment pas ce que tu veux dire... ?

        « En tous cas nous pouvons etre arrogants d’affirmer qu’en Europe Occidentale democratique et laique il n’y a pas de massacres, lapidations, et que les droits de l’homme sont en grande partie appliqués dans leur totalité. on peut toujours s’améliorer avec ce systeme au moins au niveau juridique, social, politique, scientifique et de l’éducation... »

        L’Europe occidentale démocratique n’a pas de problèmes avec les droits de l’homme ? Lire quelques rapports du Conseil de l’Europe te ferait le plus grand bien.

        Cela dit, je ne vois toujours pas le rapport avec ce dont il est question.


        • (---.---.38.140) 14 février 2006 14:14

          Les musulmans liberaux n’ont qu’à faire comme John Lennon , Créér l’événement pour faire parler d’eux... quand les travailleurs font greve, que les gays font la technoparade ça n’a rien de sensationel en soi non plus à ce moment là ! c’est pas crédible ton argument !

          Et quand je dis que j’ai Marie et jésus dans mon coeur cela veut dire que bien que je sois chrétien, je suis bien content d’avoir la liberté de critiquer la hierarchie de l’Eglise si cela me chante... Guy Gilbert est pretre catholique et si tu lis ces livres tu comprendras que c’est bien de pouvoir remettre en palce le vatican et de le placer devant ses responsabilités quelquefois.

          Et quand je parle des droits de l’homme en Europe, je suis nuancé car je dis qu’on peut toujours améliorer le systeme. Ca donne quoi les droits de l’homme dans le monde musulman ? j’ai toujours pas trouvé le rapport


        • Jean-Claude Vignoli Psykotik 15 février 2006 12:53
          Les musulmans liberaux n’ont qu’à faire comme John Lennon , Créér l’événement pour faire parler d’eux... quand les travailleurs font greve, que les gays font la technoparade ça n’a rien de sensationel en soi non plus à ce moment là ! c’est pas crédible ton argument !

          Comparer une gay pride, où personne ne risque - sauf accident - sa vie, avec des manifestations réprimées dans le sang au Moyen Orient, c’est je crois du jamais vu.

          Et quand je dis que j’ai Marie et jésus dans mon coeur cela veut dire que bien que je sois chrétien, je suis bien content d’avoir la liberté de critiquer la hierarchie de l’Eglise si cela me chante... Guy Gilbert est pretre catholique et si tu lis ces livres tu comprendras que c’est bien de pouvoir remettre en palce le vatican et de le placer devant ses responsabilités quelquefois.

          Merci de me montrer où est-ce que dans mon texte je récuse la liberté d’expression. Appeler à une responsabilisation dans son usage, démontrer qu’elle n’est pas absolue, ne signifie pas la condamner.

          Et quand je parle des droits de l’homme en Europe, je suis nuancé car je dis qu’on peut toujours améliorer le systeme. Ca donne quoi les droits de l’homme dans le monde musulman ? j’ai toujours pas trouvé le rapport

          Mais de quoi parles-tu ? Quel est le rapport entre un usage disproportionné de la liberté d’expression en Occident et les droits de l’homme au Moyen Orient dans mon texte ? Tu critiques quoi exactement ?


        • (---.---.38.140) 27 février 2006 17:15

          Quand on ne veut pas comprendre...


        • Jean-Claude Vignoli Psykotik 14 février 2006 13:01

          « Je crains que vous ne mesuriez pas bien tous les enjeux, Psykotik. Les journalistes - qui sont de gauche, à 80 % - éprouvent, a priori, de la sympathie pour les étrangers. Donc, pour les croyances des étrangers. »

          Je ne suis pas passionné par les théories du complot, désolé. Le journalisme, comme n’importe quelle autre branche professionnelle, défend ses intérêts, soit : mais écrire que les journalistes sont à priori « pour les croyances des étrangers », c’est du grand n’importe quoi. Et pis c’est assez infantile.

          Que « Le Monde », quotidien de gauche, ait tendance à être ouvertement multicultariste (nonobstant les écrits de Finkielkraut et consorts), soit ; mais je crois qu’il existe suffisamment de journalistes qui s’opposent à de telles positions dans le Figaro - pour prendre le meilleur - ou dans le Dauphiné Libéré - pour prendre le pire - pour cesser avec ces procès d’intention.

          Pour le patron de Fox News, 99% des quotidens US sont de gauche ; cette affirmation a autant de valeur et est aussi objective que la tienne.

          « Si des lois étaient adoptées pour protéger l’Islam, il ne serait plus possible de traîner le pape dans la boue, par exemple, à propos de son gâtisme présumé pour le précédent, de son enfance nazie, ou d’autres choses, pour l’actuel... »

          Tu me semble confondre journalisme et reportages sur TF1.


          • Scipion (---.---.38.75) 14 février 2006 14:55

            Comme vous vous proclamez Genevois, je pensais d’abord au Temps, à la Tribune, à la TSR, à la RSR, à Saturne, à L’Hebdo...

            Et, pour la France, je pensais à ces journalistes qui font l’opinion et qui s’expriment dans les titres dits de référence qui, tous, portent à gauche, appartenant tous au lobby immigrationniste : Libération, Le Monde, Nouvel Observateur, L’Express, Monde diplomatique...

            Et, en l’occurrence, je parlerais moins de complot que de grégarisme tribal...


          • mush (---.---.68.241) 4 avril 2006 20:13

            lobby immigrationniste ? et vous avez l impression de dire des choses sensées ?


          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 14 février 2006 14:01

            Votre article est un excellent exposé de la supériorité de nos valeurs en cela qu’elles reposent sur la tolérance et le débat critique respectueux des personnes et de leur conviction, sans céder à la surenchère insultante et aux amalgames (musulmans = prophète= terroristes) que certains des commentateurs ici et ailleurs se font un plaisir de répandre sans avoir conscience qu’ils font exactement ce qu’ils reprochent aux islamistes intégristes.

            Leurs valeurs réelles par la forme qu’ils donnent à leur défense est plus proche de celles de leurs adversaires que des valeurs libérales et démocratiques qu’ils prétendent incarner : il pratiquent en vérité la solidarité communautariste haineuse des autres sans chercher à établir les conditions d’un dialogue critique avec qui ne croient pas comme eux. Il ne servent certainement pas leur cause affichée, car il le font d’une manière trop arrogante pour être crédible et efficace. Une caricature qui assimile tous les musulmans à un terroriste est une insulte de la grande majorité des musulmans qui pratiquent le tolérance. Pas une critique, une déclaration générale et sans discrimination d’hostilité. Rien d’autre.

            Après cela ils s’étonnent des réactions et de l’instrumentalisation politico-religieuse qui en est faite par toutes les forces anti-démocratiques islamistes et islamophobes.

            Décidement certains ne veulent pas comprendre ce qui fait la supériorité de nos valeurs : leur universalité ; ce qui nous impose non une liberté d’expression absolue qui n’a jamais, ni en droit ni en fait, existé sinon dans leur fantasme, mais une expression rationnelle et argumentée des désaccords.

            Liberté d’expression et islamophobie


            • (---.---.38.140) 14 février 2006 14:30

              Une chose est sure c’est que Mr Reboul n’aurait jamais participer à la révolution française en son temps. je suppose aussi qu’il considère que la grève n’est pas la solution, qu’il faut instaurer les conditions de dialogue avec son patron. bla,bla c’est de la théorie tout çà, la réalité est souvent bien différente.


            • BB (---.---.180.3) 15 février 2006 17:43

              Reboul et les mathématiques !

              Mauvaise équation : musulmans = prophète= terroristes

              Bonne équation : occident=supériorité=Yabonbanania

              Sylvain pardonnes leur il ne savent pas ce qu’ils font !


            • (---.---.38.140) 27 février 2006 17:15

              Quel sophisme !!!


            • Jean-Claude Vignoli Psykotik 14 février 2006 14:41

              C’est la première fois que je lis quelque chose d’aussi sensé, merci Sylvain Reboul :) Rien que pour le plaisir :

              « Décidement certains ne veulent pas comprendre ce qui fait la supériorité de nos valeurs : leur universalité ; ce qui nous impose non une liberté d’expression absolue qui n’a jamais, ni en droit ni en fait, existé sinon dans leur fantasme, mais une expression rationnelle et argumentée des désaccords. »

              histoire d’oublier un

              « Une chose est sure c’est que MrReboul n’aurait jamais participer à la révolution française en son temps. »

              refuser d’être utilisé comme un pion ne signifie pas faire preuve de couardise lorsque le jeu en vaut la chandelle. Les combats se livrent lorsqu’il n’existe pas d’autre alternative : à la fin du XIXème, il n’en existait pas d’autre. Peut-être que t’imaginer en sans-culotte exacerbe ton esprit romantique, mais il est déconnecté de la réalité.


              • (---.---.38.140) 14 février 2006 16:19

                Autrement dit il fallait d’abord des gens courageux pour commencer la Révolution française, avant de savoir si Mr Reboul pouvait voir si le jeu en valait la chandelle pour la faire lui aussi. Heureusement que les gens courageux ne se sont pas demandés s’ils n’allaient pas froisser les aristocrates dans leurs opinions pour passer à l’action et du meme coup etre libres.


              • (---.---.175.251) 15 février 2006 21:46

                Attention l’homosexualité est punie de mort dans les pays de la charia !


              • Tristan Mendès France (---.---.93.133) 14 février 2006 14:53

                Je ne comprends pas la relativité culturelle de la liberté d’expression. Ca me rappelle ceux qui à ce titre se refusaient de lutter contre l’excision en Afrique en disant en gros : « mais qui sommes-nous pour juger ? Ce sont leurs spécifités culturelles ». Même chose pour la peine de mort (pour les homo en Iran par exemple...). La liberté d’expression n’est pas un idéalisme me semble-t-il. Mais la gestion pacifique des contradictions d’une société. Enfin, je ne mets pas au même niveau, des appels à la haine et les caricatures. Je dirais même que l’on peut être islamophobe sans être raciste (Comme christianophobe). Ces caricatures relèvent à mes yeux de celà. Et puis si il y a amalgame islam/violence, il est plus le fait de ceux qui tuent des civils au nom de l’islam. Ces caricatures en sont d’ailleurs peut-être l’écho direct.


                • Antoine (---.---.205.4) 15 février 2006 01:52

                  « Ces caricatures en sont d’ailleurs peut-être l’écho direct. »

                  Je ponctue sur votre dernière phrase.

                  Pour moi, il est évident que les caricatures en sont l’écho direct. Elles sont ce que nous nous permettons d’exprimer par rapport à notre référentiel d’européens. Il faut avouer qu’elles sont peut être bien ce que nous ressentons de manière épidermique....mais si nous engageons une réflexion plus subtile, elle disent aussi quelque chose sur nous mme. Pour simplifier je dirai qu’une communication fonctionne dans les deux sens. Elle dit aussi comment il faut voir celui qui communique. De ce point de vue cela donne :« Je suis quelqu’un qui se fout complétement de vos valeurs ». A partir de là, le destinataire peut imaginer tout ce qu’il veut mais certainement pas une message d’accueil.

                  Soudainement cela me fait penser au bras d’honneur que des américains ont mis sur leur site, les jours suivants les attentat à NY. C’est à la limite une déclaration d’hostilité. Mais le Danemark n’est pas de problème international avec le monde arabe, alors quoi ? C’est d’une terrible imprudence de la part de ces journalistes.

                  Par contre, avec nos référentiels c’est pas forcement une insulte.

                  Ensuite, il y a évidemment la récupération politique qui suit. Et là, c’est plus grave....

                  Maintenant soyons sincères avec nous memes européens. Quelle jubilation pouvons nous tirer de ces caricatures, finalement, quelque chose d’épidermique mais pas de bénéfices secondaires, que du contraire. Et si jubilation il y aurait elle serait quand mme un peu suspecte.

                  Mais précisement, le terrorisme de l’islam dévoyé pratique exactement cela....alors franchement, plus je réfléchis à la question plus je pense qu’il faut éviter le piège et les petits blagues de comptoir.


                • (---.---.105.104) 14 février 2006 17:02

                  Si vous arrivez à condamner 1,5 milliard de musulmans pour une dizaine d’extrêmistes, renoncez à manier la plume. Les Etats-Unis et l’Europe sont des pays chrétiens (ou de culture judéo-chrétienne)...doit-on condamner le Christianisme à travers les colonisations, la guerre illégitime en Irak etc... ?


                  • momo (---.---.105.104) 14 février 2006 17:12

                    Remerciements à Psychotik pour cet excellent article ainsi qu’à Monsieur Reboul.


                  • (---.---.38.140) 14 février 2006 17:56

                    Bien sur que vous pouvez condamner la guerre en Irak, cette guerre était illégale. Un argument et une preuve pour faire une bonne argumentation. Ou etaient les preuves ?


                  • Jean-Claude Vignoli Psykotik 15 février 2006 00:35
                    Si vous arrivez à condamner 1,5 milliard de musulmans pour une dizaine d’extrêmistes, renoncez à manier la plume. Les Etats-Unis et l’Europe sont des pays chrétiens (ou de culture judéo-chrétienne)...doit-on condamner le Christianisme à travers les colonisations, la guerre illégitime en Irak etc... ?

                    A qui rétorques-tu cela ? Parce qu’il n’y a aucun amalgame ni dans mon texte, ni dans les réactions qui ont suivies...


                  • (---.---.161.118) 15 février 2006 16:09

                    Désolé Psychotik, je répondais à Tristan


                  • Saint Cochon (---.---.164.51) 14 février 2006 17:46

                    Mais on ne condamne pas les musulmans....perso, je m’en fous que les musulmans croupissent dans l’ignorance et la misère comme c’est le cas maintenant. Tout ce que je demande c’est que les musulmans respectent les lois des pays dans lesquels ils vivent. Exemple, qu’ils apprennent qu’en France la loi Française à la primauté sur la loi islamique.....


                    • Antoine (---.---.205.4) 15 février 2006 01:12

                      Je n’aime pas trop jouer au redresseur de tort mais il ne me semble pas moral de se foutre des gens qui croupiraient dans la misère et l’inconfort. Cela ne me semble pas digne. N’auriez vous pas envie de leur tendre la main au nom de votre humanité et de la leur ?


                    • Gil (---.---.93.79) 6 mars 2006 14:51

                      Vous nous dites : « perso, je m’en fous que les musulmans croupissent dans l’ignorance et la misère comme c’est le cas maintenant ».

                      QUE DE MEPRIS dans vos propos Mr Saint Cochon !

                      Quel est le but de pareilles paroles ? Choquer ceux qu’elles visent afin de radicaliser leur réaction naturellement...

                      Alors de 2 choses l’une : Où vous êtes d’une extrême quelconque, ou vous êtes un islmamiste déguisé qui essaie de se faire passer pour « un méchant occidental qui a la haine des musulmans »... En tout cas, c’est nul !

                      c’est la haine qui transpire ici...


                    • Saint Cochon (---.---.164.51) 14 février 2006 17:49

                      Evidmment, il ya encore un imbécile qui va me raconter que les musulmans sont riches et que les pays du Golfe sont TRRRRRRRRRRES riches....Avant des sortir cette connerie allez vite consulter un annuaire sur l’économie mondiale....


                      • (---.---.105.122) 14 février 2006 18:56

                        Vous confondez les musulmans d’ici et ailleurs. Ailleurs, ils n’ont pas l’obligation de respecter les valeurs françaises. Avez-vous l’obligation de respecter les leurs en France ?


                      • Scipion (---.---.38.75) 14 février 2006 18:11

                        « Si vous arrivez à condamner 1,5 milliard de musulmans pour une dizaine d’extrêmistes, renoncez à manier la plume. », écrivez-vous Machin, mais ce que nous reprochons au milliard et d’autres musulmans, c’est de ne rien faire pour éradiquer cette dizaine de tueurs. Il y a donc complicité, d’où une condamnation sans nuance, parce que si eux sont complices des assassins, notre devoir est d’être solidaires des victimes.


                        • Stéphane (---.---.70.13) 14 février 2006 18:21

                          Le grand attrait d’AGORAVOX c’est d’y retrouver une véritable pluralité d’expression.

                          Par rapport à tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent sur la question, je me sens nettement plus en phase avec votre approche qui me paraît plus « coller » à la réalité.

                          Je pense qu’effectivement il est important de souligner les effets induits de la mondialisation dans ce qui apparait aujourd’hui comme un « clash ».Un tel conflit n’aurait pas eu lieu il y a cinquante ans avec la même rapidité. Certes il y eu d’autres conflits au cours de l’histoire mais avec une composante d’inertie beaucoup plus grande.

                          Vous avez également raison de souligner une certaine relativité culturelle.Je parlerais plutôt de mémoire collective spécifique. La mémoire( en tant que résidu du temps)est la substance dont nous sommes faits.Soit au niveau individuel, soit au niveau collectif.Cette mémoire nous conditionne et influence notre point de vue. Dans cette optique, je me sens toujours assez mal à l’aise lorsqu’on me parle de « valeurs universelles ».Ce n’est pas tant le mot « valeur » qui me dérange c’est cette conséquence immédiate de vouloir l’imposer (de force si besoin est) aux autres.D’ou nous viennent ces valeurs ?Elles nous viennent de NOTRE évolution et nous les déclarons automatiquement comme « universelles » comme pour leur conférer une légitimité supérieure et « sacrée ». Cette « supériorité » nous met automatiquement en position de juger. Je m’étonne de cet irrépressible besoin de sacré.

                          Aux Etats Unis la situation est simple:le président Bush termine son discours sur l’état de l’Union par un « may God bless you » et le billet vert affiche clairement« in God we trust ».Par ailleurs le « Thanksgiving » donne une connotation sacrée à un acte fondateur qui a donné lieu à un génocide.( ou ethnocide comme l’on voudra)

                          En Europe, le sacré se conjugue en laïcité et entr’autres liberté d’expression.Moi cela me va très bien.Je pense que cela va bien à une majorité d’Européens.Il est relativement facile( façon de parler...) de déterminer entre nous (Européens) la juste distance entre « moi » et « l’autre ».

                          Mais entretemps la donne a changé.« L’autre » n’est plus le même, il a une autre histoire,une autre mémoire collective et une autre échelle de valeurs.Tout s’embrouille...tout change...et cela fait peur.

                          Je crois qu’il y a un dernier facteur qu’il ne faut pas oublier.La peur.La peur de ces « nouveaux barbares » qui se pressent à nos frontières.La peur de ne plus réellement compter, de voir un Indien lancer une OPA sur notre industrie , de nous habiller de pied en cape « made in China ».Surtout la peur de nous sentir incapables de nous projetter dans un monde que nous ne maitrisons plus.

                          Alors que se passe-t-il ?Un repli sur nous même. Un « sursaut patriotique » en faveur de nos « valeurs fondamentales »... Il est assez symptomatique de constater que les deux Philippe (de Villiers et Vall) tiennent en fin de compte le même language :le premier (à Orange) a promu le vin en « valeur culturelle »( pourquoi pas héritage mondial patronné par l’Unesco ?)et l’autre s’est positionné comme le dernier rempart de la démocratie.

                          Je ne crois pas que cela soit là la meilleure façon de sauvegarder la pérennité de nos vraies valeurs...


                          • Antoine (---.---.205.4) 15 février 2006 00:40

                            Bonsoir,

                            Vous avez utilisé un mot que personne n’ose mettre en relief et en perspective de manière trop évidente... Les réactions de toutes parts, depuis le 11 septembre et l’effondrement des Twins Towers, c’est la peur de tous les côtés. Cette peur est justifiée, mais je pense aussi que nous devons la combattre, car si nous l’acceptons nous allons nous priver de l’action libératrice et de penser solutions.Le terrorisme aura alors gagné !


                          • Antoine (---.---.205.4) 15 février 2006 01:07

                            « Je crois qu’il y a un dernier facteur qu’il ne faut pas oublier.La peur.La peur de ces »nouveaux barbares« qui se pressent à nos frontières.La peur de ne plus réellement compter, de voir un Indien lancer une OPA sur notre industrie , de nous habiller de pied en cape »made in China« .Surtout la peur de nous sentir incapables de nous projetter dans un monde que nous ne maitrisons plus. »

                            Bravo, c’est bien cela, je ne pense pas qu’il faille chercher ailleurs. J’ai mme envie d’écrire que c’est exactement ce sur quoi il y a à travailler pour assurer la pérénnité et assurer l’avenir. C’est un défi à relever, c’est ce qui vaut la peine, je crois.


                          • Antoine (---.---.205.4) 15 février 2006 01:20

                            Encore une chose à ajouter à propos de la peur. Parfois elle est prétexte à la recherche de bouc émissaire.


                          • (---.---.105.122) 14 février 2006 18:24

                            Scorpion, comment empêchez-vous les coalisés chrétiens (?) de mettre à feu et à sang un pays pour ses richesses pétrolières en Irak ? Vous êtes donc complices, vous portez la responsabilité des actes de ses assassins ?


                            • Saint Cochon (---.---.164.51) 14 février 2006 22:54

                              Les « coalisés » en Irak, c’est pas pire que les arabes dans le moyen orient byzantin, l’Afrique du nord, l’Espagne, le sud de la France, les côtes d’Afrique, une partie de l’Asie ou pas pire que les Ottomans conquérant les restes de l’empire Byzantin, prenant Constantinople dans un bain de sang, conquérant les Balkans à coup de carnages et de pillages et remontant aux portes de Vienne. Autre temps, autre domination...


                            • (---.---.105.12) 15 février 2006 00:39

                              Et le colonisation européenne qui pille et viole les femmes, massacre hommes et enfants, détruit les habitations etc...n’en parlons pas. Si les coalisés en Irak ne font pas pires, que doit-on dire qu’une poignée d’intègristes.


                            • (---.---.38.140) 15 février 2006 09:14

                              ils n’ont pas envahi l’Irak au nom du christianisme, ceci est une affirmation dangeureuse.


                            • (---.---.161.118) 15 février 2006 16:35

                              Tout le monde connait les mensonges de Bush mais il prétexte au terrorisme international des pays du Moyen-Orient pour tenir des discours ultra radicaux du bien contre le mal, des bons chrétiens contre les mauvais musulmans qui menacent.Tous ces massacres qu’ils avaient prévu, des documents attestent de leur volonté d’attaquer un pays du Moyen-Orient depuis les années 70 pour s’accaparer des réserves pétrolières dont ils sont extrêmement dépendants et qui se tarissent aujourd’hui. Ce n’est pas une guerre contre le terrorisme mais une guerre pour le pétrole, tous les musulmans ne se sont pas transformés en un coup de baguette magique en monstre depuis le 11 septembre . Les talibans sont toujours présents en Afghanistan, ils n’ont rien fait à part massacrer la population et construire oléoducs et pipeline... Ces guerres étaient indispensables pour l’hégémonie américaine. Certains s’étonnent que des pays comme l’Espagne et Londres aient été touchés par le terrorisme, mais pourquoi ? Ces pays n’occupaient-ils pas illégalement l’Irak, massacrant populations et détruisant hôpitaux, écoles...Et ensuite, on est surpris de les voir toucher par les attentats ! C’était tout simplement prévisible, tout le monde savait à quoi ils s’exposaient...


                            • (---.---.162.15) 14 février 2006 22:23
                                Ils ne comprennent plus rien au sens du « sacré », incapables de s’immerger dans la peau d’un croyant musulman.

                              Il y a un mot de trop dans cette phrase, c’est « musulman ». On est tout autant incapable de s’immerger dans la peau d’un croyant juif ou catholique.

                                Pourquoi inutilement les blesser ? Pourquoi ne pas voir que persister gratuitement (car rien n’est réellement en jeu ici, n’en déplaise aux idéologues) renvoie l’image d’Européens qui considèrent cette civilisation comme inférieure, et qui nient son droit à l’existence.

                              Outre une large exagération des faits, il y a un mot mauvais ici : c’est « civilisation » qui est à remplacer la « religion » (inférieure au même titre que les autres).

                              D’un point de vue plus général, vous êtes à côté de la plaque. La réaction qui s’est exprimée est de type anticléricale. Nous ne voulons pas de l’agression des religions et la dérision, l’ironie et l’irrespect sont nos armes face à vos certitudes obtues... Et cela nous rend obtus...

                              Que ce soit vous, Psykotik, ou Sylvain Reboul, ou Daniel Riot, ou Samira ou bien d’autres, vous réagissez comme des croyants et vous ne comprenez rien aux incroyants. Je peux ainsi retourner votre phrase :

                                Vous ne comprennez plus rien au sens du « refus du sacré », vous êtes incapables de vous immerger dans la peau d’un incroyant.

                              Cela fait des siècles que les croyants et incroyants ne se comprennent pas. Croyez bien que vos arguments de croyants n’ont aucune chance de nous convaincre. Quant à nous, nous essayons surtout de saugarder les droits laïcs et d’expression que nos ancêtres ont eu tant de mal à gagner.

                              Je ne cherche pas à vous convaincre (mais peut-être vous faire comprendre un peu...), je souhaite seulement que vous nous fichiez la paix avec vos sermons et que vous nous laissiez, en Europe, nous moquer des religions comme bon nous semble.

                              Ceci étant dit, je sais que le fond de l’affaire est autre, je sais que la xénophobie de nombreux danois a provoqué des excès. Mais ce problème a été remplacé - à l’extérieur de l’Europe - par un autre sur la liberté d’expression et c’est sur ce plan là que le débat se fait.

                              Nous sommes habituès depuis longtemps àces incompréhensions, les musulmans un peu moins, mais ils s’y feront. Cela ne nous empêchera pas de nous retrouver sur d’autres terrains, par exemple pour combattre la xénophobie... Hum, si vous ne faites pas, comme ici, preuve d’aveuglement à considérer trop étroitement le refus des religions comme le seul refus de la religion des musulmans...

                              Je tempère tout de même mon propos par le fait qu’il y a beaucoup de catholiques non pratiquants mais rigolards qui, eux, comprennent mon point de vue et ne vous suivent pas dans vos sempiternels sermons.

                              Am.


                              • Jean-Claude Vignoli Psykotik 14 février 2006 23:11
                                Que ce soit vous, Psykotik, ou Sylvain Reboul, ou Daniel Riot, ou Samira ou bien d’autres, vous réagissez comme des croyants et vous ne comprenez rien aux incroyants. Je peux ainsi retourner votre phrase :

                                Vous ne comprennez plus rien au sens du « refus du sacré », vous êtes incapables de vous immerger dans la peau d’un incroyant.

                                Je ne reviens pas sur ton message, il n’y a absolument aucun argument auquel je pourrais répondre ; par contre, j’ai beaucoup rit lisant cela. Distribuer des cartes de bondieuseries tout cela parce qu’on ne veut pas choquer... Au secours. Surtout envoyer ce type de remarque à un apostasié, c’est limite :)


                                • (---.---.162.15) 15 février 2006 00:35

                                  Quel langage, « apostasié », prenons le dictionnaire... Incroyant ou mécréant, c’est trop vulgaire ? Il y a un pas qui n’est visiblement pas franchi... Mon propos vous sied fort bien, vous le montrez en n’y comprenant rien... Je m’y attendais et inversement je ne risque pas de vous comprendre.

                                  Ce qui me gène est ailleurs, c’est votre ton de « donneur de leçon » qui prétend avoir tout compris et transforme en seule islamophobie ce qui est « religionphobie ».

                                  Am.


                                • Jean-Claude Vignoli Psykotik 15 février 2006 12:46
                                  Quel langage, « apostasié », prenons le dictionnaire... Incroyant ou mécréant, c’est trop vulgaire ?

                                  Incroyant et mécréant ne sont pas plus synonyme entre eux qu’apostasié ne leur est équivalent. Mais si tu as ouvert un dico, tu devrais le savoir :)

                                  Pour le reste, désolé de ne pas avoir envie de me lancer dans un flamewar, mais je ne répondrai qu’aux arguments et non aux procès d’intention.


                                • Antoine (---.---.205.4) 14 février 2006 23:34

                                  Bonsoir, j’aime assez bien votre texte et son contenu....

                                  Je reprends ceci :« Huntington, auteur peu conséquent, a au moins eu le mérite de correctement pointer cette contradiction de la mondialisation : on croit comprendre les individus à l’autre bout de la planète, parce qu’on les croise dans la rue, on mange leur nourriture, on les observe à la télévision. »

                                  C’est ce que je dirai être de la fausse proximité, qui donne l’impression de connaître alors que l’on ne fait que voir. Pour connaître l’autre il est bien de « ritualiser » l’approche un petit peu comme le Petit Prince et le renard, s’apprivoiser et cela suppose au moins un contact non virtuel. Il est bien aussi d’aborder les valeurs partagées afin de construire la plateforme du dialogue.

                                  Autre point, la transcendance. Il semble que l’Occident l’abandonne de plus en plus pour la remplacer par un pragmatisme très concret ce qui n’est pas forcement le cas d’autres cultures et donc un obstacle culturel.

                                  Enfin vous êtes d’avis que la publication des caricatures est une erreur et une provocation, une insulte je n’en suis pas sûr, par contre, je crois que c’est une erreur issue de la méconnaissance et de l’imprudence.

                                  Ayant été journaliste pendant quelques années, il m’est arrivé de m’auto-censurer soit pour des raisons de respect du pluralisme ou parce l’information peu sûre pouvait engendrer un tort aux personnes.

                                  Il y a des précendents dans l’histoire de l’information ou l’embargo sur l’information a été décidée par les journalistes eux-mmes . Ceci fait aussi partie de la liberté de la presse...

                                  Bonne soirée


                                  • Jean-Claude Vignoli Psykotik 15 février 2006 00:26

                                    Merci Antoine pour ta réponse.

                                    Enfin vous êtes d’avis que la publication des caricatures est une erreur et une provocation, une insulte je n’en suis pas sûr, par contre, je crois que c’est une erreur issue de la méconnaissance et de l’imprudence.

                                    Ayant été journaliste pendant quelques années, il m’est arrivé de m’auto-censurer soit pour des raisons de respect du pluralisme ou parce l’information peu sûre pouvait engendrer un tort aux personnes.

                                    Méconnaissance, imprudence, mépris et manipulation, il y a à boire et à manger dans les réactions européennes. Ce qui majoritairement me pose, c’est le jusqu’au-boutisme des journaux, reprenant sans relâche les caricatures, alors que le Moyen Orient s’enflamme. J’ai peine à croie qu’en cette affaire, il n’y ait rien d’autre que de la provocation.

                                    Le journaliste a un double devoir moral : une bonne foi doit guider la rédaction de ses articles, puisqu’il est facile de travestir la pensée des individus interviewés, des modifier selons les besoins de la rédactions - pour des raisons diverses - les conclusions, etc. C’est une partie primordiale, à mon sens, du travail du journaliste. Le deuxième devoir concerne une responsabilité vis-à-vis du public : il doit se demander si une publication ne va pas détruire une famille, créer des troubles à l’ordre public, et en l’occurence augmenter gratuitement des troubles entre nations et peuples. Ce dernier devoir, sorte de devoir de réserve, est à graduer selon l’importance de l’information pour le public.

                                    Car l’information doit servir un but - tu mets dans le mille en parlant de pragmatisme occidental. Encore une fois, liberté d’expression ne signifie pas liberté de dire n’importe quoi. Elle n’est pas absolue, elle doit servir un but légitime : la reprise des caricatures par la pluparts des journaux - majoritairement - secondaires tombe-t-elle dans cette définition ? La BBC, à renfort de précaution, a présenté à des fins d’informations les-dites caricatures. En petit, en bas d’écran. Pourquoi ? Il fallait, à des fins informatives, montrer au téléspectateur de quoi on parlait. Mais la BBC, certainement le média le plus indépendant au monde, restait conscient de sa responsabilité en tant que faiseur d’opinion, et émit de nombreuses mises-en-garde.

                                    Les journalistes « chiens-de-garde » de la liberté d’expression, qui se trompent - IMHO - de combat, crient à une auto-censure inacceptable ; je pense que l’auto-censure est preuve de maturité. Ce n’est que lorsque les règles sont si bien établies, que l’on peut commencer à s’auto-restreindre. Plus on les sait solides et fermement installées, plus il est facile de se limiter : on n’a « plus rien à prouver », en quelque sorte. Plus on a de nourriture dans la cuisine, moins la peur de manquer est vivace.

                                    Dans nos démocraties européennes, à l’aune de l’ardeur exprimée, il pourrait sembler que la liberté d’expression ne s’est pas encore solidement installée.


                                  • (---.---.162.15) 15 février 2006 10:25
                                      Ce qui majoritairement me pose [problème], c’est le jusqu’au-boutisme des journaux, reprenant sans relâche les caricatures

                                    « jusqu’au-boutisme », « sans relache », rien que cela ? Vous êtes toujours à exagérer.

                                    Il y avait deux façon d’agir pour la presse :
                                    - cacher honteusement ces dessins en estimant qu’ils étaient l’oeuvre d’Européens déviants. C’était alors doublement dangereux et malsain, car d’une part le devoir d’information du public était bafoué (les dessins auraient circulé « sous le manteau ») et d’autre part on faisait « deux poids, deux mesures » en interdisant des dessins anti-islam alors que les dessins anti-chrétienté sont légions
                                    - montrer ces dessins en les accompagnant d’un commentaire qui s’en désolidarise ou les relativise, tout en défendant la liberté d’expression anti-religieuse. C’est ce qu’ont fait France-Soir, Libération, Le Monde Charlie Hebdo, les journaux télévisés... Et ils l’on fait sans exagération, contrairement à ce que vous prétendez.

                                    Pour une fois que notre presse sait allier retenue et détermination, il est dommage que des propos comme les votres ou ceux de Chirac viennent y ajouter un sentiment de molesse culpabilisante plaçant le danger là où il n’est pas.

                                    Am.


                                  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 15 février 2006 13:23

                                    Je ne vois pas en quoi vous évitez dans vos propos l’amalgame entre terroristes et musulmans, de même qu’entre les manifestations pacifiques en Europe et celles de Syrie. Je pense, ontrairement à vous, qu’il n’y a pas (pour le moment) d’unité organisée des musulmans, pas plus du reste qu’il n’y a d’église unifiée musulmane ,si ce n’est chez les Chiites (et encore). Qu’il y ait des forces anti-démocratiques, du reste elles-mêmes diverses, qui cherchent à exploiter la légitime indignation de gens qui se sentent injustement traités de terroristes d’une manière indiffenciée au travers de leur référent religieux symbolique principal , nous oblige, je dirais même nous fait un devoir, de ne pas provoquer l’amalgame et donc de ne pas faire le jeu des islamistes terroristes. Ou alors, mais il faut le dire, nous voulons contribuer à créer les conditions de la fameuse guerre des civilisations", dont nous savons aujourd’hui qu’elle ne peut conduire qu’au cataclysme nucléaire ou batériologique dont l’humanité toute entière sera la victime.

                                    C’est pourquoi il est impératif de calmer le feu allumé par des actes irresponsables et ne pas faire comme la ligue lombarde en Italie qui veut produire et distribuer des tee-shirts imprimés de ces caricatures. Comme quoi se vérifie la collusion prévisible de l’ultra-nationalisme xénophobe et de certains défenseurs de la liberté d’expression la plus aggressive (ce qui est déjà le cas au Danemark).


                                    • (---.---.162.15) 15 février 2006 14:35
                                        Je ne vois pas en quoi vous évitez dans vos propos l’amalgame entre terroristes et musulmans

                                      Il n’y a pas amalgame entre terroriste et tous les musulmans, loin de là, mais il y des terroristes qui sont inspirés par la religion musulmane. Et la lecture de certains passages du Coran attestent du fait qu’il est possible d’avoir cette interprétation. La lecture du Coran est d’ailleurs beaucoup plus violente que celle des évangiles. Quand on sait les excès de certains catholiques, il n’est pas surprenant que l’Islam engendre des terroristes.

                                      C’est pourquoi s’en prendre au fondement religieux du terrorisme m’apparaît à la fois logique et sain.

                                      Ensuite, c’est comme pour les catholiques, il y a les croyants qui se crispent et ceux qui qui sont conscients des contradictions de leur religion.

                                      Quant à la « guerre des civilisations » que vous craignez elle est d’abord celle des croisés américains qui - sous couvert de démocratie - ont envahi l’Irak, avec leurs alliés, notamment anglais et danois. Les Européens défenseurs de la liberté d’expression n’ont aucune visée envahissante de ce genre. Il ne s’occupent que de préserver chez eux un acquis qui leur est précieux.

                                      Vous avez tout de même raison en ce qui concerne certains excès, comme ceux de la ligue lombarde. Montrer ces caricatures était justifié par le refus de les cacher, les montrer pour choquer ceux qui ne veulent pas les voir est une autre démarche, que, personnellement, je réprouve. Il y a d’importantes populations musulmanes dans nos pays, nous devons les considérer comme les pratiquants des autres religions avec qui nous vivons tranquillement depuis longtemps, à quelques engueulades près smiley...

                                      Am.


                                    • Saint Cochon (---.---.164.51) 15 février 2006 13:33

                                      Guerre des civilisations ??? de quelles civilisations parlez vous ??? Cataclysme ???Guerre nucléaire ???? Du phantasme tout ça. La guerre est surtout économique et elle est déjà gagnée par les américains....


                                      • Sam (---.---.108.229) 15 février 2006 16:24

                                        J’ai posté hiers soir un commentaire qui n’était ni diffamatoire, ni injurieux, ni commercial, ni raciste, POURQUOI A-T-IL ETE CENSURE !!!

                                        Merci de votre réponse car ce n’est pas la première fois que cela arrive et je ne suis pas le seul à l’avoir remarqué.

                                        Ceci ammène quelques questions : qui décide de la ligne éditoriale ici, qui censure et en fonction de quoi, quel critère, faut-il être comme sur Libé, Le Monde, le NouvelObs, être dans la lignée de la pensé unique ?

                                        Quelle déception, votre soit disant espace de liberté est dirigé, orienté, muselé, censuré, PAR QUI ?


                                        • Jean-Claude Vignoli Psykotik 15 février 2006 17:19

                                          Effectivement, ton message a été effacé. Je suis totalement néophyte sur AgoraVox, si il y a quelqu’un auprès de qui je peux réclamer, c’est avec plaisir que je le ferai.


                                        • Sam (---.---.108.229) 15 février 2006 17:24

                                          [Commentaire censuré et reposté ce jour]

                                          Tous ces articles et commentaires sont très bien vus dès lors que nous partons d’un postulat : « Nous jugeons en démocrates un ensemble de populations que nous pensons fonctionner avec les mêmes valeurs que les nôtres, démocratiques, humanistes et libertaires ». Et c’est là notre grande erreur.

                                          Nous ne reconnaissons pas à nos prophètes le droit de nous demander d’envoyer nos enfants à la mort en se faisant exploser dans un super-marché en leurs nom, nous ne reconnaissons pas la lapidation des femmes comme punition à l’adultère, nous ne coupons pas les mains de nos voleurs, nous acceptons que sur notre sol puissent vivre ensemble des catholiques, des juifs, des musulmans, des bouddhistes, etc, sans que cela soit interprété comme une souillure de notre terre ou une atteinte à notre foi. Nous ne reconnaissons comme seule loi que celle de la république voté par le peuple et non celle de nos prophètes au nom d’une quelconque croyance ou dogme.

                                          Nous devons, pour comprendre les choses dans leur ensemble, avoir une vision verticale des évènements qui ont fait l’actualité en prenant, par exemple, comme point de départ (arbitraire) les attentats du 11 septembre 2001 jusqu’à cette sordide histoire des caricatures, à défaut de la vision horizontale qui nous fait analyser les évènements au « point par point » comme nous le faisons communément, je m’explique :

                                          De la même façon que pour cartographier une région nous prenons des points de références sur le terrain qui nous permettent de les situer les uns par rapport aux autres dans l’espace afin d’avoir une représentation synthétique, nous devons prendre comme points de références ces différents évènements en essayant de comprendre quel est le plus petit commun dénominateur qui les lient entre eux :

                                          • Les attentats islamistes du 11 septembre 2001

                                          • Les attentats islamistes de Bali

                                          • Les attentats islamistes de Madrid

                                          • Les attentats islamistes de Londres

                                          • Les prises d’otages islamistes à Moscou et dans une école du Caucase

                                          • L’assassinat d’un journaliste juif égorgé et filmé en vidéo sous les yeux de sa femme enceinte et de ses parents aux cris de Allah est Grand.

                                          • L’assasinat de Theo Van-Gogh au nom d’Allah et des préceptes de son prophète.

                                          • L’acharnement du président iranien à obtenir l’arme nucléaire et sa volonté de destruction d’Israël

                                          • Les réactions causées par l’intervention américaine en Irak dans les milieux proches d’Al Qaida (jordaniens) farouchement opposés à la démocratie et tuant des centaines de civils musulmans et non-musulmans, alors que l’ensemble du peuple irakien s’est prononcé par les urnes pour un gouvernement démocratique d’union nationale (sans les américains bien sûr).

                                          • Les émeutes des banlieues en France dans lesquels l’on s’efforce de n’y voir qu’un problème social et d’intégration alors que l’on a tout de même trouvé à Clichy-sous-Bois un dépôt d’armes avec des tenues militaires et des explosifs, pour quoi faire  ?

                                          • L’élection démocratique du Hamas, mouvement islamiste radical prônant la destruction d’Israël, dans les territoires palestiniens qui ne peut pas s’expliquer QUE par la corruption de l’autorité palestinienne bien que cela y a largement contribué.

                                          • L’instrumentation et le détournement des «  caricatures du prophète » dans les pays arabo-musulmans totalitaires qui ont conduit à brûler huit églises catholiques, l’assassinat d’un prêtre catholique, la destruction d’embrassades et la prise d’assaut de centres culturels européens, tout cela également aux cris de Allah est Grand.

                                          Sous cet angle nous sommes obligé de constater que l’on retrouve dans chacun de ces évènements une même origine qui puise ses sources dans une haine de l’occident qu’il menace de destruction, souvent symbolisée par les États Unis et les Sionistes israéliens, et depuis peu l’Europe (bienvenue au club).

                                          Vous allez dire à juste titre que je fais l’amalgame entre les musulmans modérés et souvent laïcs qui représentent sans doute 80% à 90% de cette population et ceux qui se réclament d’un Islam radical et djihadiste, bien que je trouve le terme radical mal choisi et auquel je préférerais le terme «  déviant  ». Non je ne fais pas d’amalgame pour la bonne raison que j’ai depuis toujours côtoyé et travaillé avec des musulmans, qu’ils soient du maghréb ou de l’ancienne Yougoslavie et cela c’est toujours passé dans le respect mutuel et depuis de nombreuses années. Ces musulmans ont toujours recherché l’intégration par le travail et le respect de la terre d’accueil.

                                          Mais je suis triste de constater que lors de la manifestation contre les caricatures du prophète à Paris il y avait environ 7000 personnes et que je n’ai pas vu la manifestation des 90% de musulmans modérés laïcs réclamant l’apaisement et qui, si je calcule bien, auraient du être 63 000, pas plus que celle contre les différents attentats cités plus haut, ni contre l’assassinat de Daniel Pearl, ni contre la volonté du président iranien de détruire Israël, ni contre le fait que l’on a brûlé huit églises catholiques en Irak et tuer un prêtre catholique en Turquie.

                                          Doit-on expliquer cela par le fait qu’également en 1939 tous les allemands n’étaient pas des Nazis et que cela ne les a pas empêché de suivre leur chef à 95% ? - Qui ne dit mot consent. Comment doit-on interpréter la non réaction des 90% de musulmans modédés ?

                                          Peut-on dans ces conditions réclamer le respect d’un dogme, d’une idéologie ou d’une croyance qui prône la destruction et s’étonner que certains caricaturent ce fâcheux travers comme pour évacuer la trop grande charge émotive qui cela provoque ?

                                          Non, le respect n’est pas un dû mais quelque chose que l’on mérite, excusez moi mais je ne peux avoir le moindre respect pour ceux qui brûlent, égorgent, en quelque noms que ce soit, et menacent à travers nos valeurs ce truc si désuet et de plus en plus contesté que l’on nomme « civilisation » ou alors qu’ils le disent haut et fort afin de dissiper nos doutes.


                                        • Antoine (---.---.236.230) 15 février 2006 18:14

                                          En effet, j’avais posté une réponse à la suite de votre texte. Il a aussi disparu, je ne pense pas y avoir inclus des éléments injurieux, commerciaux ou raciste non plus.

                                          Je suis mécontent...si le webmaster d’Agoravox considère que le contenu de mon texte ne convient pas à la ligne éditoriale du site, comment le savoir.....

                                          Il est possible aussi que les serveurs d’Agoravox soient saturés.

                                          Ce n’est pas grave....tant pis....


                                          • Antoine (---.---.236.230) 15 février 2006 18:17

                                            de plus, je n’ai pas copie....

                                            Ok, tant pis....cela ne changera pas le monde smiley)


                                          • Antoine (---.---.24.46) 15 février 2006 19:29

                                            On va voir si je c’est moi le trouble communicateur

                                            Vous avez raison, me semble-t-il de démarrer votre réflexion a partir du 11 septembre. Ce jour là, l’Occident s’est fait surprendre tout occupé à s’endormir sur ses succès. Nous n’avons pas vu venir une agression qui en d’autres temps aurait été un casus belli, qui aurait dressé état contre état, nations contres nations. Nous n’avons pas vu venir la haine que nous inspirions à d’autres, le rejet de nos valeurs qui dans bien des domaines nous rendent gagnants. Le jour du 11 septembre beaucoup de nords américains se sont demandé pkoi on ne les aimait pas.

                                            Nous n’avons pas vu que depuis 20 ans des forces obscures se sont mises en place pour saper nos modes de vie et déstabiliser nos pays. Nous avons fait preuve d’angélisme.

                                            Oui, il y a des tentatives de déstabilisation de l’Europe, j’en suis convaincu. Oui des arrières pensées président à l’agitation des masses de croyants musulmans, oui un travail de sape s’est mis en place dont sont victimes a la fois des populations arabes et immigrées que l’on manipule et nous qui risquons d’en subir les conséquences.

                                            Vous dites que l’on a trouvé des armes et des uniformes lors des émeutes en France...Je m’interroge comme vous lorsque pres de Bruxelles un soi disant centre culturel organisait des camps de jeunes avec un entrainement paramilitaire en toute impunité alors qu’il existe en Belgique un texte de loi contre les milices. Oui, on le sait, les assassins du commandant Massoud ont pris leurs ordres à Bruxelles. Je n’oserai pas dire que les ennemis « sont en notre clos », que la cinquième colonne est installée de peur de lancer la chasse à l’homme et de déclencher des comportements paranoides. Ce serait indigne de nos démocraties, des Etat de droit.

                                            Oui nous avons le droit de demander aux immigrants, à leurs fils et filles d’être pleinement adhérents à nos styles de vie et à nos valeurs tout en en reconnaissant leur présence et ce qu’ils peuvent nous apporter. Si la société se construit sur l’intégration elle se construit aussi sur la différence.

                                            Oui, mme s’ils sont d’une autre confession et origine nous avons le droit de leur demander de confirmer leur choix en faisant cause commune avec la défense de ce qu’ils sont venus chercher parmi nous. Oui, s’ils sont participants à nos espoirs, nous avons le droit de leur demander de refuser la violence, de condamner les meurtres gratuits commis au nom du dévoyement, oui nous avons le droit de leur demander de refuser l’extrémisme de certains de leurs coreligionnaires et de s’y opposer parce qu’ils ont choisi de vivre parmi nous.

                                            Et nous aussi, nous devons éviter de dévellopper des sentiments de xénophobie. Nous ne sommes pas tous obligés de nous aimer de manière fusionnelle mais certainement de dialoguer comme des avec conscience et responsabilités.


                                          • Antoine (---.---.24.46) 15 février 2006 19:34

                                            Encore un petite chose que je voudrais dire....des images atroces venant de prisons us en Irak ne vont rien arranger.

                                            Personnellement et hors toute analyse, je souhaite la paix...nous en avons tous besoin, de paix et de justice.

                                            Bonsoir


                                          • Sam (---.---.108.229) 15 février 2006 20:12

                                            Comme vous le dites à juste titre les nouvelles révélations de tortures ne vont sûrement pas arranger les choses et donner de nouveau arguments aux anti-guerre-en-Irak et anti-américains de tous poils.

                                            Ce que je regrette c’est que ces mêmes soit-disant humanistes ne ce soient jamais manifestés lorsque Saddam Hussein gazait les Kurdes avec le gaz moutarde livré par l’Allemagne avec les Mirages livrés par la France, ou lorsque ce même Saddam exterminait les Chiites. Tout ce petit monde dont l’ONU était bien trop occupé à profiter des largesses de notre bon Saddam avec les bons de barils des accords « Pétrole contre nourriture » sensés sauver les enfants irakiens et qui n’ont sauvé que les intérêts financier des bien pensants moralisateurs et donneurs de leçon à l’ONU corrompue.


                                          • fatima (---.---.113.27) 27 février 2006 14:56

                                            Cher Sam je te plains, une telle vision doit t’empêcher de dormir, et je crains qu’aucune parole ne n’apaise. Alors préparons nos bunker et formons nos rangs, car d’après ce que tu décris, la guerre mondiale se profile.


                                          • Antoine (---.---.24.46) 15 février 2006 20:24

                                            « Ce que je regrette c’est que ces mêmes soit-disant humanistes ne ce soient jamais manifestés lorsque Saddam Hussein gazait les Kurdes avec le gaz moutarde livré par l’Allemagne avec les Mirages livrés par la France, ou lorsque ce même Saddam exterminait les Chiites. Tout ce petit monde dont l’ONU était bien trop occupé à profiter des largesses de notre bon Saddam avec les bons de barils des accords »Pétrole contre nourriture« sensés sauver les enfants irakiens et qui n’ont sauvé que les intérêts financier des bien pensants moralisateurs et donneurs de leçon à l’ONU corrompue. »

                                            Je ponctue sur votre réponse...

                                            Moi aussi, je le regrette, pour moi c’est la faillite d’un systeme et je suis convaincu que d’autres faillites vont suivre.


                                            • (---.---.83.125) 17 février 2006 11:45

                                              Sur la mondialisation à la mode ilslamiste :

                                              http://www.memopnha.com/isla_france.html


                                              • Hemimi (---.---.0.133) 17 février 2006 13:52

                                                Chèrs frères et soeurs, Salam Alaykoum ! (Paix sur vous !)

                                                Je pense qu’il faut arrêter de s’insulter les uns les autres.

                                                Allah A Dit dans le livre sacré : « NOUS VOUS AVONS CREE PEUPLES ET TRIBUS POUR QUE VOUS FAITES CONNAISSANCE ENTRE VOUS, LE MEILLEUR D’ENTRE VOUS AUX YEUX D’ALLAH EST CELUI QUI EST LE PLUS PIEU »

                                                Arrêtez de vous faire du mal comme ca. Tout cela ne sert à rien. On a d’autres tâches à accomplir ensemble.

                                                Les gens meurent de faim en Afrique et on doit leur venir en aide le plus tôt possible.

                                                Les guerres tuent et handicapent chaque jour des dizaines de gens et on doit tout faire pour les arrêter.

                                                Les maladies et autres virus vont avoir raison de nous et même de nos animaux si on ne fait rien pour les prévenir. La grippe aviaire peut avoir raison de nous tous car les oiseux n’ont pas besoin de visa pour se rendre d’un pays à un autre.

                                                Ensemble, nous devons oeuvrer pour que notre monde soit meilleur et pour que nos enfants puissent vivre dans l’AMOUR et le RESPECT D’AUTRUI quelque soit sa culture, sa langue, sa couleur ou sa réligion.

                                                Je connais beaucoup de gens en occident qui sont mes amis et qui ont manifesté contre la guerre en Irak. Je connais beaucoup d’Arabes et de Musulmans qui aiment l’occident et qui aiment y vivre.

                                                Entre les deux, il y a des personnes qui ne connaissent pas bien l’autre. Cette incompréhension les mene vers la haine réciproque unitile car on est appelée tous à vivre dans un monde devenu petit village par la force des choses.

                                                Aimez vous les Uns les Autres. Cela ne tuera personne.

                                                Que Dieu vous benisse !


                                                • Senatus populusque (Courouve) 6 mars 2006 23:39

                                                  Les deux blasphèmes

                                                  Par Pascal BRUCKNER Libération, lundi 06 mars 2006

                                                  Pascal Bruckner, écrivain.

                                                  En apparence, les extrémistes ont gagné. De Djakarta à Téhéran, sans oublier Gaza, Beyrouth, Damas, des foules furieuses, prêtes à tuer, ont exprimé leur colère, brisant les symboles de l’Occident honni, dans un mimétisme comparable aux déferlements de masse des années 30. A Londres, des manifestants, voulant témoigner sans doute de la tolérance de l’islam, brandissaient des pancartes qui proclamaient : « La liberté en enfer », « Préparez-vous au vrai Holocauste », « Exterminez ceux qui se moquent de l’islam », « Europe, ton 11 septembre va venir ». A Strasbourg, un Mohammed Latrèche réclamait l’union de tous les terroristes, intégristes, islamistes. A Bangkok, un imam interviewé sur CNN réclamait la mise à mort du caricaturiste félon ou, à défaut, l’amputation de sa main pécheresse, condition d’un possible pardon. Au Pakistan, une confrérie religieuse a proposé un million de dollars plus une voiture à qui tuerait l’un des dessinateurs incriminés.

                                                  On aurait attendu de l’Europe un minimum de dignité, un beau geste : qu’elle rappelle ses ambassadeurs, suspende provisoirement toute aide aux Palestiniens qui promettaient la mort à nos diplomates, qu’elle expulse les imams factieux qui ont attisé la colère en propageant partout les dessins litigieux, qu’elle adresse un avertissement solennel aux Etats qui ont autorisé le saccage des bâtiments officiels du Danemark et de Norvège. L’Europe a choisi de s’incliner : les Danois, lâchés par tous, se sont embrouillés dans de pénibles excuses ; nos dirigeants ont joué les Ponce Pilate ; les Eglises ont condamné le sacrilège ; des entreprises françaises dans les supermarchés du Moyen-Orient ont mis des affichettes « Nous ne sommes pas danois », et Javier Solana, qu’on avait connu jadis plus fringant face aux Serbes, s’est transformé auprès des gouvernements arabes en commis voyageur de l’expiation. Partout la sainte alliance de la trouille, du goupillon et du croissant a fait merveille. Curieusement, hormis quelques organes de presse chez nous, les seuls actes de courage sont venus du Maghreb, du Machrek ou d’Asie du Sud-Est, de ces journalistes jordaniens, yéménites, malais, algériens, jetés en prison pour avoir osé publier dans leur quotidien les douze caricatures du prophète, ou encore du professeur à l’université de Tunis Hamadi Redissi avertissant : « Vous ne devez pas renoncer à la libre critique. Si vous cédez, ce sera fini. »

                                                  Dans ces meutes vociférantes, par ailleurs manipulées (on le sait maintenant, le scandale a été forgé de toutes pièces), on sentait pourtant comme un vent de panique, un vacillement de terreur. La rage n’est que le symptôme d’une évidence intolérable : même les tueurs veulent se présenter sous le masque de la vertu. Cette affaire est un formidable révélateur. Car les caricatures en question, loin d’être médiocres, ont frappé juste. Il existe deux sortes de blasphème : l’un est un hommage indirect à la foi qu’on prétend piétiner, l’autre un dommage salutaire. « Fouler aux pieds la chimère divine » (Sade), insulter le nom de Dieu pendant l’acte amoureux, « prononcer des mots forts ou sales dans l’ivresse du plaisir », représenter comme l’Autrichien Oskar Panizza, dans le Concile d’Amour (1894), le pape et les cardinaux perdus dans l’orgie et la fornication, c’est encore s’incliner devant le culte qu’on vomit, même si c’est au prix de sa liberté, de sa vie ou de sa santé mentale. La profanation est une reconnaissance négative comme la messe noire n’est que l’envers satanique de la messe ordinaire. Il est une autre forme d’impiété qui suscite un ébranlement salubre, soulève des questions dérangeantes.

                                                  La seule chose qu’on puisse reprocher à ces dessins, ça n’est pas leur mauvais goût, c’est hélas leur vérité, et qu’ils sont moins des caricatures que des portraits très ressemblants d’un prophète qui fut aussi un chef de guerre sanglant et tua sans scrupule au nom de la vraie foi. Dans leur brutalité, ces croquis insistent sur l’ambiguïté du message du Coran et posent un vrai problème : jusqu’à quel point a-t-on le droit d’instrumentaliser une confession pour la mettre au service d’une politique de violence, de meurtre, d’extermination ? Si tous les musulmans ne sont pas terroristes, une majorité de terroristes se réclament de l’islam, entachent la réputation de leurs coreligionnaires, traînent leur religion dans la boue, le sang, les massacres : terrible confusion. Le « blasphème », en l’occurrence, dans sa brutalité, oblige les croyants à dégager leur piété de la gangue impure du fanatisme et à réinterpréter les écritures canoniques. Un tabou a sauté, l’offense n’a pas été inutile. Dieu bénisse le royaume du Danemark et Charlie Hebdo !

                                                  S’offusquer de ces dessins en invoquant le respect des cultes n’a aucun sens : pour être respecté, il faut d’abord être respectable. Pourquoi, en Europe, a-t-on le droit de critiquer le judéo-christianisme (c’est même devenu en France un sport national), de se moquer du bouddhisme, voire de l’hindouisme, mais jamais de l’islam, sous peine d’être accusé de racisme ? Pourquoi ces deux poids, deux mesures ? Pourquoi une religion et une seule échapperait-elle au climat d’examen, de pluralisme, d’ironie, de sarcasme, d’anticléricalisme qui caractérise notre nation ? Le christianisme n’avait rien de respectable quand, au nom de l’amour et du Christ-Roi, il pendait, brûlait, trucidait, anéantissait les hérétiques, les sorcières, les païens, les Indiens, les mahométans. Il a fallu des siècles de combats, y compris à l’intérieur des Eglises, et le concile de Vatican II pour qu’il se mette en conformité avec le message des Evangiles et regagne ses lettres de noblesse. L’islam, pour retrouver sa grandeur perdue, doit être d’abord réformé, purgé de ses versets douteux contre les juifs, les chrétiens, les infidèles, les homosexuels, il doit proscrire les coutumes barbares de la lapidation, de la répudiation, de la polygamie. C’est un gigantesque chantier qui concerne l’humanité entière : cela, de nombreux intellectuels et religieux musulmans éclairés le savent, le proclament. Mais ces hommes et ces femmes de toutes professions, toutes nationalités, sont minoritaires : isolés, tracassés, voire condamnés à mort comme l’écrivain bangladaise Taslima Nasreen ou la députée néerlandaise d’origine somalienne Hayaan Hirsi Ali, ils ont besoin de notre aide comme avaient besoin de notre aide les dissidents d’Europe de l’Est au temps de l’empire soviétique.

                                                  Il est urgent de former une grande chaîne d’assistance à tous les rebelles du monde arabo-musulman, modérés, incroyants, libertins, athées, apostats, indifférents, schismatiques. L’Europe, si elle veut construire un islam laïque à l’intérieur de ses frontières, devrait encourager ces voix divergentes, leur apporter ses talents, son soutien financier, moral, politique. Il n’est pas de cause plus sacrée, plus grave et qui n’engage la concorde des générations futures. Mais avec une inconscience suicidaire, notre continent s’agenouille devant les fous de Dieu et bâillonne ou ignore les libres-penseurs. Combien de temps l’esprit de pénitence étouffera-t-il chez nous l’esprit de résistance ?

                                                  Dernier ouvrage paru : l’Amour du prochain (Grasset).

                                                  http://www.liberation.fr/page.php?Article=364636


                                                  • lalla.mennana (---.---.222.173) 22 mars 2006 12:56

                                                    Pourquoi tenez-vous absolument à vous convaincre que ces manifestations contre les caricatures étaient forgées par des dictateurs ou barbus sortis tout droit de vos fantasmes ? Est-ce que vous nous déniez même le droit de manifester notre colère ? (Les médias n’ont instisté que sur les dérapages, c’est plus vendeur evidemment !) J’ai 30 ans, je suis musulmane, je crois en Dieu, je bois du Martini, je suis libre comme le vent et je trouve que ces caricatures sont immondes, racistes, diffamatoires, incitant à la haine raciale. Plus grave encore, le modèle occidental ne me fait plus rêver à cause de ses innombrables contradictions et de son hypocrisie :
                                                    - Puisque ces sociétés brandissent le slogan de la liberté d’expression, expliquez-nous pourquoi Dieudonné est interdit de spectacle ? Pourquoi la critique d’Israel et de ses colons peut vous valoir une cabale médiatico-politique ? Pourquoi le philosophe Roger Garaudy a subi un procès pour avoir analysé les « mythes fondateurs de la politique isréalienne » ? Ces lois ne sont-elles pas une forme de censure pour empêcher quiconque d’aborder ces questions sur un angle qui n’est pas celui de la pensée dominante.


                                                    • Abdallah (---.---.165.135) 22 mars 2006 13:17

                                                      Salam Sœur,

                                                      Le Saint Prophète Muhammad (psl) a interdit la consommation d’alcool, surtout aux femmes. Voir les sourates 2:219, 4:43, 5:90 et 5:91. La sourate 5:90 déclare ceci : « Ô vous qui croyez/ le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées et les flèches divinatoires sont une abomination et une œuvre du Démon/ Évitez-les...".

                                                      Paix et Salutations.


                                                    • lalla mennana (---.---.222.173) 22 mars 2006 14:11

                                                      Personne n’est parfait, je ne suis pas une sainte. Je passe ma journée à faire du « dikr », je fais mes 5 prières, et je bois mon verre de Martini quand j’en ai envie après ma prière du soir. on peut épiloguer pendant une éternité sur la question, je pense que Dieu dans sa Clémenence n’est pas un verre de Martini près.

                                                      P.S. Ce qui est valable pour les femmes est aussi valable pour les hommes.


                                                      • Catherine Hsu (---.---.82.132) 17 mai 2006 08:43

                                                        Le sens du sacré n’a jamais été oublié par les “occidentaux”. Il n’y a pas si longtemps que les Parisiens se déchainaient dans des émeutes anti-protestantes pour la Vierge, ou se laissaient entrainer à des meurtres de juifs pour de prétendues profanations d’ostie ; l’idolatrie du martyre, dont les Palestiniens et les Iraniens se gargarisent et présentent comme leur glorieuse spécificité, n’est pas étrangère à nos cultures. Ce qui nous révulse dans les conduites déraisonnables et parfois meurtrières justifiées par le sacré, ce n’est pas leur étrangeté, mais bien au contraire leur familiarité, car nous y reconnaissons une version de nous-mêmes à laquelle nous avons renoncé. Nous connaissons trop bien ce sentiment d’ivresse mentale si délicieux de celui qui s’excite pour une figure religieuse ou contre un blasphème, et après avoir pris péniblement conscience de sa nature fondamentalement délétère, notre message aux fadas du sacré est : « allez faire ça ailleurs, on a déjà donné ».

                                                        Contrairement à la gauche mondialiste ou aux néocons, vendre mes valeurs au reste du monde ne m’intéresse pas. Le slogan des années 80 « la France, une chance pour l’Islam », n’a jamais été le mien. Je refuse de me laisser manipuler par des personnes qui se croient attaquées car elles s’accrochent à des identités dont elles-mêmes ont une notion confuse (communautés idéologiques, en particulier religieuses). Je ne crois pas à l’existence de l’Islam contemporain comme idéologie définie. C’est depuis déjà très longtemps une réalité confuse. Face à ce cruel état de faits, qui ruine le rêve musulman d’être le dépositaire privilégié d’une vérité universelle, beaucoup préfèrent s’imaginer que leurs croyances personnelles sont l’unique Islam existant, et nier l’existence des positions musulmanes discriminatoires ou aggressives. Or, sur le plan mondial, aucune forme d’islam n’est le vrai Islam, notion qui n’a aucun sens pour un non-musulman pour qui l’Islam n’est pas « vrai », mais toutes font également partie de l’Islam réel.

                                                        Plus haut, Lalla Mennana s’indigne. Une question pour elle : récemment en Suède, une islamiste qui compte entammer une carrière politique a déclaré à la presse qu’elle soutenait les dispositions limitant le droit d’héritage des femmes « parce que c’est écrit dans le coran ». Même si elle ne partage pas son opinion, Lalla n’a aucun pouvoir de contester la nature musulmane de cette position, ni aucune influence sur cette femme, ni aucun droit de qualifier les éventuelles critiques ou caricatures de cette forme d’Islam d’ « odieuses provocations racistes ». En résumé, Lalla a beau proclamer à cor et à cri son identité musulmane, elle est sans aucun pouvoir sur ses « frères et soeurs d’oumma » , qui poursuivent leur chemin sans lui demander son avis. Quand on se réclame d’une identité sur laquelle on n’a aucune prise, on doit en porter les conséquences.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès