• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Déni de démocratie ? Laissez-moi rire…

Déni de démocratie ? Laissez-moi rire…

Oui, laissez-moi rire, car tout de même ceux qui hurlent au déni de démocratie au sujet de l’abandon du projet d’aéroport de ND des Landes sont les mêmes (ou leurs descendants) que ceux qui se sont assis sur le résultat négatif du référendum de 2005 concernant le traité européen et qui l’ont revoté en douce au Parlement quelques mois plus tard.

Mal placés pour faire la leçon…

De gauche, de droite, ou ni de gauche ni de droite, tous réunis autour de ce projet d’aéroport, des élus locaux en passant par les Conseils départementaux de la Loire Atlantique et de l’Ille et Vilaine, des Régions Bretagne et Pays de Loire, en passant par les Métropoles Nantaise et Rennaise, tout ce beau monde réuni dans un syndicat mixte de gestion du futur aéroport, tous hurlent au déni de démocratie ou pour le moins sont déçus de la décision gouvernementale d’abandon du projet.

Très peu manquent à l’appel hormis les élus écologistes ceux de la France insoumise et quelques élus Modem.

Mention particulière pour Jean Marc Ayrault, ancien Maire de Nantes et accessoirement premier Ministre d’un gouvernement qui n’a absolument rien fait pendant cinq ans pour faire avancer le projet, sauf une consultation des habitants de la Loire Atlantique sur laquelle il s’appuie aujourd’hui pour parler de « déni de démocratie ».

Qu’est-ce qui leur a pris ?

Oui, pourquoi cette quasi-unanimité fondée sur ce seul référendum et pourquoi aucun argument sur le fond du dossier, à savoir celui qu’on connait aujourd’hui, enrichi considérablement par le rapport de trois experts désignés par le gouvernement et qui remet les choses à leur place : l’option de l’agrandissement de l’aéroport actuel n’est pas une chimère, mais avait volontairement été ignorée jusqu’à présent.

Oui mais voilà, lorsqu’on est élu d’une collectivité locale, on se lasse vite de gérer des collèges, des lycées, l’aide aux personnes âgées ou bien encore le ramassage des déchets ménagers. Il faut donc faire rêver le bon peuple avec de « grands projets » qui laisseront une trace dans l’histoire et faciliteront la réélection des intéressés.

Dans le jargon des collectivités territoriales, on appelle ça les « éléphants blancs », ce qui peut se traduire par « projets démesurés, peu viables économiquement et qui nécessitent des financements lourds ». La subtilité de l’affaire en matière de communication en direction du bon peuple consiste à dire que le financement sera assuré par une subvention de l’Etat, du Département, de la Région, voire de l’Europe, en oubliant de dire que le contribuable est toujours le même.

L’urgence après cinquante ans de tergiversations

Quelle est la part des déplacements en avion par rapport au nombre total de déplacements en France ? Aux alentours de 5 %, sachant que les déplacements au quotidien s’effectuent principalement en voiture particulière et en train.

Il y avait donc urgence pour ces braves âmes à engager des fonds publics et à faire plaisir à Vinci, tout en saccageant et en imperméabilisant 1500 hectares de terres agricoles, tout en oubliant de développer les transports terrestres, ceux du quotidien qui permettront le désenclavement des zones rurales et aux demandeurs d’emplois de se déplacer pour trouver du boulot.

Car le problème est bien là, pendant qu’on poursuit l’idée d’investissements de prestige qui ne profiteront qu’à quelques privilégiés, on en oublie les compétences de bases des collectivités en matière de transport qui consistent à faciliter les déplacements dans les métropoles, dans les zones périurbaines ou dans les territoires « oubliés de la République ».

La ministre des Transports annonce vouloir s’attaquer aux « zones blanches de la mobilité ». «  80 % des territoires ne sont pas couverts par une autorité organisatrice. Cela représente 30 % des Français dont personne n’est chargée d’organiser la mobilité. Forcément, cela ne peut pas bien marcher  », ajoute-t-elle.

Les « autorités organisatrices »

Cette notion a été définie dans un texte des années 80 et reprécisée par les textes relatifs à la décentralisation qui ont suivi. Ces autorités étaient, dans les grandes lignes, les Départements (jusqu’à cette année), les Régions ou bien les intercommunalités par délégation ou les Métropoles, ainsi que l’Etat. Oui mais voilà, mettre des autocars, des tramways, des métros, des transports à la demandes ou des TER partout ne fait pas consensus, soit pour des raisons de coûts de réalisation des infrastructures, soit tout simplement parce que certains élus ruraux n’en veulent pas, persuadés qu’ils sont que cela fera fuir les habitants de leurs communes vers le supermarché du chef-lieu de canton.

Cela conduit notamment certaines métropoles à opter pour des tramways ou des métros uniquement dans le périmètre de la ville centre en ignorant les zones périurbaines, au motif que « cela ne marche pas » (autrement dit, ça coûte trop cher), ce qui conduit inexorablement à l’engorgement des voies d’accès ou de contournement de ces villes par les véhicules particuliers.

Les alternatives…

Lorsqu’on pose la question aux élus en charge des transports collectifs de ces agglomérations, on nous répond invariablement : transports en bus (en oubliant qu’un bus pris dans un embouteillage n’avance pas plus vite qu’une voiture), vélo (électrique) même si les pistes cyclables se réduisent à un coup de peinture sur un trottoir mal entretenu), ou enfin utilisation « d’applis » sur les smartphones pour trouver un « véhicule partagé » (ça ne marche pas terrible dans les zones blanches…).

Du foutage de gueule dans les grandes largeurs, alors que ces mêmes élus militent pour un aéroport qui ne servira qu’à quelques privilégiés, pendant que la populace bouchonnera dans les engorgements des villes ou sera tributaire du voisin pour se déplacer en zone rurale.

Encore quelques éléments pour la route

Parmi ceux qui militent pour ND des Landes et la destruction de 1500 hectares de terres agricoles, il y en a qui, une fois revenu dans leur commune, (dans Rennes Métropole) imposent aux habitants des mesures de densification de l’habitat au nom de la préservation de terres agricoles et qui ont signé avec la chambre d’agriculture une convention allant dans ce sens, sans trop se soucier de la pollution de ces terres par les produits phytosanitaires.

On nous prend pour des imbéciles mais on commence à s’en rendre compte, d’autant que la Chambre d’Agriculture de la Loire Atlantique a toujours été d’une prudence de sioux concernant ND des Landes. On les a connu plus pugnaces concernant la défense du monde agricole. 

Comment sortir de ce micmac ?

La politique des transports est au croisement d’intérêts divergents, entre le lobby agricole, celui des constructeurs automobiles et celui des politiques. Elle impacte directement la qualité de vie des citoyens en matière de pollution, d’urbanisme ou encore de facilité de déplacements selon le territoire ou l’on vit.

La politique des transports est comme l’organisation administrative du territoire entre communes, communautés de communes, Métropoles, Régions, Départements et Etat, c’est-à-dire imbitable pour la majorité des citoyens et totalement inefficace et coûteuse.

Alors n’en rajoutons pas avec des projets pharaoniques, les restrictions toujours plus importantes aux déplacements en véhicules légers (avec sous-tendue la question des recettes fiscales pour l’Etat qui vont avec…) et attachons-nous à simplifier la vie des Français au quotidien, mais c’est peut-être beaucoup demander ! 

Autant dire qu’il faut être raisonnablement pessimiste….


Moyenne des avis sur cet article :  4.28/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

170 réactions à cet article    


  • Vers 18 janvier 08:26

    #Balancetonaéroport


    • velosolex velosolex 18 janvier 13:05

      @Vers
      Ce matin sur France inter, c’est l’indignation surjouée. Il faut écouter le post cast de 8h 30 : ’L’état expose sa nudité", nous dit l’éditorialiste ; Plus préoccupant, le mensonge la manipulation sur fond d’approximation ; Ainsi le journaliste nous dit, faisant le tour des renoncements de l’état, que celui ci a du renoncer à Plogoff et à Creys Malville ( le surgénérateur Phénix)

      Si l’on rétorquera qu’on ne peut que se féliciter du retrait de Plogoff, qui actuellement, nous donnerait les même soucis que Fessenheim, j’ai sursauté pour le commentaire sur Malville ; Il y eut c’est vrai, opposition, et manifestations, en particulier une, qui compta 100 000 personnes, et à laquelle je participa, en 77 , et qui se solda par un mort parmi les manifestants ;..Déjà....
      Malheureusement, l’état ne recula pas. Ce fut une erreur industrielle et technique retentissante. Et après quelques milliards gâches en pure perte, le superphénix dut fermer quelques années plus tard. Un fiasco total...Un peu fort de café ce mensonge patent, qui laissa une friche industrielle. 

    • olivier cabanel olivier cabanel 18 janvier 13:33

      @velosolex
      j’étais aussi a Malville, le chiffre de 100 000 est largement exagéré, 60 000 serait plus près de la réalité, mais ça ne change rien sur le fond...

      ceci dit, vous écrivez : « l’état ne recula pas » !!!
      bien sur qu’il a reculé, même si ça a pris quelques temps... et moins de temps que pour le renoncement à nddl...
      super phénix était une erreur technologique, qui n’a pu fonctionner que quelques mois sur plusieurs années, avec des pannes à répétition...
      avant d’écrire un peu n’importe quoi, vous devriez réouvrir vos dossiers...
      je me tiens à votre disposition.
       smiley

    • velosolex velosolex 18 janvier 14:08

      @olivier cabanel
       J’avoue que je ne vous comprend pas. L’état n’a pas reculé à l’époque. il s’es enkysté dans une erreur monumentale. S’il a fermé Malville, en 96, après vingt ans de vie, et moultes mises en marche ; c’est du uniquement à une impasse technologique et économique, en aucun cas sur des considérations écologiques. 



    • Michel DROUET Michel DROUET 18 janvier 15:11

      @velosolex
      D’accord avec vous pour l’indignation surjouée dans les médias : il faut bien réconforter les opposants déçus !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 janvier 20:30

      @Michel DROUET
      Comme d’habitude vous ne cherchez pas au bon endroit. Vous passez votre temps à taper sur les élus, par populisme, alors que les grands projets relèvent « du livre blanc européen des Transports »
      Je vous la fait courte, il suffit de regarder la carte de « la banane bleue européenne ».


      On doit entasser les habitants dans des mégalopoles, alors que l’informatique devrait permettre de répartir nombre d’entreprises sur l’ensemble du territoire. On fait tout le contraire, on entasse les gens aux mêmes endroits et on laisse crever le reste...

      Et il faut ensuite relier ces mégalopoles entre elles par tous les moyens possibles, autoroutes, train à grande vitesse et aéroports, conjugués ensemble.
      Dont Nantes.

      PS :  la légende de la carte est explicite :
      Il y a les « régions dynamiques bien reliées aux mégalopoles », et la « périphérie »....

    • Le Dranob 18 janvier 20:40

      @olivier cabanel
       Votre agressivité ne sert pas vos arguments !

      Ceux que vous contestez sont quasiment avérés ...
      L’état en poursuivant la mise en oeuvre de cette technologie catastrophique n’a pas reculé .
      J’étais , moi aussi, parmi les 60 à 100 000 manifestants .

    • bob de lyon 19 janvier 07:16

      @velosolex

      Phénix ou Superphénix n’était pas une impasse technologique. Bien au contraire.

      Malville était devenu le symbole de l’industrie électronucléaire qu’il fallait démanteler. On n’y est.

      Ce n’est tout simplement que de l’idéologie…

      Ce type de réacteur réapparaîtra dans une décennie dans d’autre pays pour nettoyer les déchets des REP ou des PWR conventionnels.

      Il était fait pour cela.


    • chantecler chantecler 19 janvier 07:19

      @bob de lyon
      Non .
      Vous pouvez tout de même admettre qu’en 30 ou 40 ans les technologies peuvent s’améliorer .
      Pouvez vous rappeler combien nous a coûté Superphénix ?


    • bob de lyon 19 janvier 09:04

      @chantecler

      Les techniques évoluent. Nous sommes d’accord.

      Et je ne veux surtout pas polémiquer ou pleurer sur une aventure industrielle à l’échouage dans notre pays (les réacteurs sont à Cadarache).

      L’histoire est écrite et chez nous elle est terminée.

      Quant aux coûts… élevés certainement parce qu’il ne lui fut jamais permis de fonctionner normalement et que l’activisme batailleur des opposants contraignit la Sûreté nucléaire à demander à ce prototype des modifications importantes et continues.

      Nous sommes dans le même cas de figure avec Notre-Dame des Landes ou la pugnacité combative des contestants qui ont l’initiative fait la différence.

      Quelles seront les conséquences des secousses provoquées par Notre-Dame de Landes, quels choix d’avenir : le triton ou l’économie, et quelle économie ? Et qu’en sera-t-il de la démocratie et quel sera le coût financier et social de cette décision ? Et nous sincèrement que voulons-nous ?

      Avant d’appuyer et de mitrailler nos touches d’ordinateur énergétivore, est-ce que nous nous posons ces questions systémiques environnementales qui animent nos débats…

      Ce qui me rappelle le comportement d’Haroun Tazieff qui vilipendait la centrale nucléaire de Cruas située en face de sa propriété à Mirmande ; dans le même temps il installait des câbles chauffants dans la pente qui menait à son garage pour pouvoir en descendre l’hiver en cas de verglas ; il demanda à l’agence d’EDF du coin de prévoir 48 kVA d’abonnement.

      Quelle question transcendantale se pose Hulot lorsqu’il appuie sur le démarreur de son hélicoptère ?


    • baldis30 19 janvier 09:10

      @bob de lyon

      Vous avez parfaitement raison parce que le surgénérateur russe , avec la même technologie, tourne parfaitement. Il y avait à cette époque pour le cas français des problèmes somme toute mineurs qui demandaient quelques temps pour être mis au point , on a préféré l’abandon ...

      mais ça va plus loin ... parce que l’un des manipulateurs en arrière-plan était l’un de ceux qui déposaient « à tire-larigot » brevet sur brevet pour une autre technologie .... que sont-ils devenus puisque tombés dans le domaine public .... rien .... rien

      Jospin a voulu gagner des voix .... il a vu le résultat .... et Mitterrand n’avait pas tort lorsqu’il disait de beaucoup de ses amis qu’ils voulaient réaliser un P.S. comme un faux parti communiste avec de vrais petits-bourgeois ... 


    • baldis30 19 janvier 09:17

      @bob de lyon
      bonjour,

      Ô que c’est vilain de dire qu’un politicien défend sa vision esthétique des choses ... C’est très vilain ( smiley )

      les techniques évoluent on est d’accord .... mais beaucoup plus lentement que certains peuvent le croire ...ou l’affirmer sur la foi ( de charbonnier ?! ) de géniaux petits inventeurs du moteur à eau et de l’ovni supra-luminique !

      Ensuite philosophiquement parlant, une expérience comme celle de Superphénix on la contrôle, on ne l’interdit pas ... les racontars d’irresponsables sont payés par toute la communauté ...


    • bob de lyon 19 janvier 10:08
      @baldis30

      Je vais vous donner mon avis sur Jospin : c’est un imbécile.

    • baldis30 19 janvier 13:40

      @bob de lyon
      j’approuve !


    • baldis30 22 janvier 09:01

      @bob de lyon
      bonjour,

      totalement d’accord

      et il faut litre les bobards sortis par les écolos et leurs sbires .... bien manipulés ..

      Le plus beau que j’ai lu était celui-là « ces salauds d’EDF ils n’ont pas mis de modérateur parce que cela coûte trop cher »

      Ah bon ... c’est la nouvelle physique dont ils ont trouvé un support chez une personne qui déposait mois après mois des brevets pour la spallation ... brevets qui sont tombés dans le domaine public ... parce qu’inexploitables et pourtant leur auteur avait du répondant ..... sur le plan de la carte de visite ...

      Le surgénérateur russe tourne toujours, avec la même technologie .... des arrêts PROGRAMMES, ce qui est normal pour un système expérimental ... Dans quelques temps on achètera leur licence ...

      Au fait le dénommé vélosolex ne démontre pas qu’il s’agit d’une impasse ...pas plus que les écolos ou même que cette personne très bien de sa personne scientifique dont il est question ci-dessus mais dont les brevets vont aux oubliettes comme le moteur à eau, et le mouvement perpétuel !


    • baldis30 22 janvier 09:10

      @chantecler
      « Pouvez vous rappeler combien nous a coûté Superphénix ? »

       je ne suis pas méchant mais dans votre cas je serais cynique  : qu’un jour il manquât quelques centaines de mégawatts sur le réseau impliquant pour bien des services publics une panne totale et que vous en souffriez je ne serais pas le premier à vous plaindre ...

       Vous oubliez une chose fondamentale qui doit vous renvoyer à un cours de philosophie des sciences.... si toutefois vous savez ce que signifient les termes en italique : une expérience on la contrôle on ne l’interdit pas .....

       Allez donc hurler avec les supporters du PSG « on-a-gagné, on-a-gagné, on-a-gagné »


    • chantecler chantecler 22 janvier 09:42

      @baldis30
      Allez soyez méchant et expliquez moi !
      Je ne vois pas le rapport entre super phénix et la philosophie des sciences .
      Car pour moi super phénix n’est plus de la recherche , puisque il y a eu un prototype avant de taille modeste ,mais de la pure technologie , une construction gigantesque qui n’a fait qu’accumuler des pannes , des retards , des arrêts de production et qui a coûté la peau des fesses aux contribuables .
      Cela dit à chaque fois que l’on aborde ce sujet , il y a toujours des gens qui viennent vous expliquer le contraire , qu’il ne s’agissait pas d’un échec et que c’est l’idéologie qui a commandé son arrêt .
      Ce que je ne pense pas : à un moment EDF et les pouvoirs publics ont décidé de jeter l’éponge .
      Vous savez par ailleurs comment ces énormes machins ,fonctionnant au plutonium et refroidi par des tonnes de sodium liquide qui était présenté comme le must , la panacée de l’électro nucléaire français , dont on nous promettait la lune ,une électricité à très bas coût ,avancé par une publicité outrancière , cad un surgénérateur qui produisait plus de matière fissile qu’il n’en consommait .
      Ca c’était pour les gogos , car les inconvénients, les risques , les difficultés n’avaient pas été clairement exposés .
      Alors vous me dites qu’en cas de panne ou de saturation de réseau électrique vous ne me plaindriez pas si j’en souffrais ?
      Je ne vous demande pas de me plaindre mais de réfléchir si super phénix était bien l’outil adapté pour y répondre .
      J’ai vu à cette époque des centrales neuves à gaz , par exemple , qui ont été démolies par décision de je ne sais qui et sans préciser les raisons .
      Nous étions bien au sommet du « tout nucléaire français » et sans retour .
      Lequel se devait être exportateur ....
      A la base tout de même c’était la conséquence du nucléaire militaire que nous fabriquions de A à Z (uranium enrichi , plutonium, mox) avec les lanceurs du plateau d’Albion , qui eux aussi ont été démontés , des sous marins « nucléaires » ,des avions , etc etc toute politique ruineuse même s’il elle devait permettre de nous revendiquer un statut nucléaire autonome .
      Notre pays était en bonne santé à l’époque mais nous n’avions tout de même pas les moyens des « grandes puissances » de « la guerre froide ».
      J’ appellerais ça : course à l’aveuglement .


    • foufouille foufouille 22 janvier 16:36

      @chantecler
      que ça te plaises ou pas russie, inde et chine ont des centrales de ce type qui fonctionnent.
      il faudra des années avant que ce soit sûr et avec peu de problème mais la recherche ne se fait pas en un jour.


    • Clocel Clocel 18 janvier 08:48

      Comme s’il restait quelque chose à dénier.

      Ce pays pue la merde, la vieille merde...


      • jmdest62 jmdest62 18 janvier 11:31

        @Clocel
        C’est pas le pays qui pue ...c’est ceux ( à de rares exceptions) qui prétendent le gouverner depuis plusieurs décennies.
        @+


      • Clocel Clocel 18 janvier 11:47

        @jmdest62

        Et ils sortent d’où ceux qui gouvernent ?

        Ils sont élus par des vieux cons qui n’ont pas compris qu’ils doivent leur prospérité aux 50 millions de mort du dernier conflit et non à leur génie et à leur sacrifice et qui préfèrent refoutre en servage leur progéniture plutôt que de renoncer à leurs délires consuméristes...

        Ce pays vend plus de Couches pour le troisième age que pour les mômes, elle est là l’odeur de merde, on la sent même dans les commentaires.


      • Jean nemare Jean nemare 18 janvier 11:58

        @jmdest62 Exactement, mais il fût un temps où les Français étaient plus expéditifs que ça, avec leurs dirigeants indignes notamment pendant la Révolution française, où on guillotinait les dirigeants ( et le roi de France) qui ne voulaient pas se soumettre à la volonté peuple ! 


        Aujourd’hui, on aurait bien besoin de ressortir les guillotines pour couper les têtes de nos dirigeants et leur faire comprendre qu’ils ont le choix entre accomplir la volonté populaire ou mourir. En France, c’est le peuple qui est le détenteur du pouvoir, nos dirigeants sont là pour exécuter, point barre.

      • Le Comtois 18 janvier 16:52

        @Clocel


         Les jeunes cons dans ton genre ne votent pas ?

      • Le Dranob 18 janvier 20:43

        @Clocel
        Et sinon vous préférez l’auto euthanasie ou la mort lente dans les affres de l’aigreur ?


      • baldis30 22 janvier 09:16

        @Jean nemare

        bonjour,
        « Aujourd’hui, on aurait bien besoin de ressortir les guillotines pour couper les têtes »

        Votre moyen nécessite d’importants moyens de nettoyage en conséquence.

        D’où des besoins en eau accrus .

        N’est-il pas plus judicieux d’utiliser la corde, moyen réutilisable ? Donc parfaitement écologique !


      • Gasty Gasty 18 janvier 08:56

        « tout en saccageant et en imperméabilisant 1500 hectares de terres agricoles, tout en oubliant de développer les transports terrestres, ceux du quotidien qui permettront le désenclavement des zones rurales »

        Les 1500 hectares ont été préservé pendant 50 ans de l’agriculture intensive au point d’en faire une zone naturel écologique. Pas très loin une 4 voie reliant Rennes à Redon fini d’être achevé. Cette 4 voie ne traverse pas des landes et si vous pouviez me dire la superficie totale des terres agricoles saccagés sur 60 kms, ça m’intéresserait de le communiquer aux agriculteurs de la région qui ont une pancarte dans leur champs contre l’aéroport NDDL !


        • Michel DROUET Michel DROUET 18 janvier 09:14

          @Gasty
          C’est bien l’ambiguïté du monde agricole (que l’on retrouve dans d’autres corporations, d’ailleurs). On pourrait citer également l’emprise de la LGV Paris Rennes ou la construction des autoroutes. Tout est affaire d’indemnisations, pour des projets dits « d’intérêt général ». Par contre, comme je l’écris, s’agissant de l’urbanisation en zones périurbaines, on ne transige pas : la mode est à la densification urbaine et les élus locaux protègent les terres agricoles bec et ongles. Le bon peuple est prié de se tasser.


        • Fergus Fergus 18 janvier 09:21

          Bonjour, Gasty

          Vous avez raison de souligner cet aspect, bien évidemment occulté par les zadistes et leurs soutiens.

          Chaque année, ce sont entre 40 000 et 80 000 hectares de cultures ou de zones naturelles qui disparaissent sans que quiconque s’en émeuve. Depuis le 1er janvier 2018, ce sont déjà plus de 2 700 hectares verts, soit près de 2 fois la superficie de NDDL qui ont été rayés de la carte de France (donnée évolutive du Planétoscope).


        • Michel DROUET Michel DROUET 18 janvier 09:31

          @Fergus
          La question des terres agricoles est importante, mais de quelles terres parle t’on ? Celles qui sont polluées par l’agriculture et l’élevage intensifs avec les millions dépensés par les collectivités de Bretagne pour faire baisser les taux de nitrates et enlever les algues vertes ? Celles cultivées par des agriculteurs qui crèvent de faim et aux mains de multinationales du lait, par exemple ? Celles qui sont achetées par des investisseurs étrangers ?
          Les chiffres bruts sont parfois trompeurs et ne reflètent pas la réalité.


        • Fergus Fergus 18 janvier 11:32

          @ Michel DROUET

          Je parle pour l’essentiel des énormes surfaces de terres arables ou d’exploitations forestières qui, chaque année, sont « artificialisées », et notamment bétonnées par les extensions d’habitat urbain, la création de centres commerciaux et de zones d’activité, ou bien encore la création de nouveaux ouvrages routiers et autoroutiers.


        • baldis30 18 janvier 11:54

          @Fergus
          bonjour,

          mais vous avez raison, mais personne ne veut réaliser les études comme elles doivent être réalisées en la matière et pas seulement sur le point que vous soulevez !

          Vu l’incompétence que j’ai rencontré dans bien des sujets techniques de la part d’experts auto-proclamés , de fake-news infiniment plus dangereuses que les fausses nouvelles politiciennes, je me refuse à renvoyer à l’essence même de ce qui devrait être !

          Ah pourvu que mon projet soit réalisé pour tenir lors de la prochaine échéance électorale ... voilà tout ce que l’on se dit .... Quant aux erreurs DRAMATIQUES n’en parlons pas ...

          je donne un exemple  : Sommières .... juste avant les élections municipales on inaugure une passerelle flottante sur le Vidourle à destination des piétons ... flottante qu’ils ont dit .... mais le Vidourle, pas tellement informé de la flottaison et de la façon dont cela devait flotter, en décida autrement et boum quelques mois avant les élections il endommagea la dite géniale « solution » au point qu’il fallut l’évacuer .... On avait oublié que le Vidourle est un fleuve TORRENTIEL et dans TORRENTIEL il y a TORRENT .....

          Quelques années plus tard, au mépris d’une connaissance classique en matière de traitement des inondations, on a encombré, au même endroit (à quelques mètres près) le lit du même fleuve tout aussi TORRENTIEL, permettant ainsi la surélévation des niveaux d’eau en période de crue !

          Et là qui a voulu le projet pour faire bien dans l’image lors des élections suivantes ? Qui a donné son accord pour le faire malgré notamment un rappel qui doit figurer dans le rapport d’enquête - ou qui aurait été supprimé parce que gênant- ....

          Qui ? beaucoup de gens..... au moins trois entités ! en me rappelant deux vers de Cyrano :

          « et donneur de séné par désir de rhubarbe,

          avoir toujours son encensoir en quelque barbe....  »

          Quant aux zélés zélus ils devraient avant tout éliminer de leur entourage les chiots-conseils vendeurs d’études-bidon tout autant que les géniaux petits inventeurs auto-proclamés écrasés par les intérêts des puissants groupes.

          Un peu de lucidité de leur part coûterait bien moins cher à la communauté ...


        • Alren Alren 18 janvier 12:48

          @Gasty

          Il est vrai que les routes à deux fois deux voies stérilisent des surfaces agricoles considérables.
          Mais elles augmentent considérablement la sécurité routière.

          Et il ne faut pas oublier qu’une part importante des cultures sont consacrées à fournir l’alimentation du bétail. Une diminution de la consommation de viande bovine en faveur par exemple de viande de poulets (et de canards) permettrait de limiter la part de ces cultures fourragères.

          On sait maintenant avec certitude que le sucre (maïs, betterave) le gluten des blés modernes, le lait (lactose) ne sont pas les meilleurs amis de la santé des gens. Or ces trois cultures occupent la majorité des terres emblavées.
          Elles pourraient être remplacées avec des besoins de surfaces moindres par des légumineuses, et du maraîchage intelligent (cf. « Le jardin du paresseux »), des plantes consommées directement, sans transformation par les humains pour une meilleure santé.

          D’autre part le réchauffement climatique et la grande puissance motrice des machine agricoles modernes permettraient de cultiver dans la moyenne montagne, une terre encore riche d’oligo-éléments et très peu polluées.

          J’ai parlé d’élever intensivement les canards en plein air : il existe des zone qui furent des marécages. or les marécages sont les zones les plus productrices notamment pour la bio-énergie. On pourrait restaurer ces marécages et y associer l’élevage de poissons et de canards comme le font les asiatiques avec leurs rizières. la chair des poissons peu estimées pourrait servir à nourrir les poulets, oiseaux omnivores et non granivores.


        • JC_Lavau JC_Lavau 18 janvier 13:08

          @Alren. Ton « réchauffement climatique », compte là dessus et bois de l’eau claire.


          Pour l’agriculture de montagne, tu incarnes la nullité du militant urbain, tu n’as rien, rien compris des contraintes, notamment pour les sols. Et tu n’as pas perdu un proche, écrasé par son tracteur.

          Concernant les marécages, elles sont où, tes études d’agronomie ?
           
          Oh tu vas répliquer que tu ne délires pas seul mais en secte, DONC ça n’est plus du délire mais de la foi...

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 janvier 20:40

          @Michel DROUET
          Vous vous trompez constamment de cibles !

          La pollution et l’industrie agricole, c’est la PAC, contenue dans la Traité de Rome, et mise en place en 1962. « L’agriculture européenne doit être intensive, avec beaucoup d’intrants, beaucoup de machines et de technologies, et le moins possible de salariés ».



          Ce sont les lobbies de l’agro alimentaire, de l’agrochimie, de l’agro machisme agricole, qui font la loi et les lois à Bruxelles.

          Cela fait bientôt 70 ans que ça dure, vous allez vous réveiller quand ?


        • Michel DROUET Michel DROUET 18 janvier 21:18

          @Fifi Brind_acier
          Bonne nuit !


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 janvier 06:44

          @Michel DROUET
          Au réveil, prenez un bon café et prenez le temps de lire :
           « Le livre blanc des transports européens de la Commission européenne..... »

          « Feuille de route pour un espace européen unique des transports –Préparer l’Espace européen des transports pour l’avenir. »

        • Michel DROUET Michel DROUET 19 janvier 07:59

          @Fifi Brind_acier
          J’ai bien dormi, merci. En pleine forme !


        • Michel DROUET Michel DROUET 19 janvier 08:18

          @Fergus
          Terre arable égale terre cultivable, non ? La question que je pose est par qui et comment. Il n’est pas question d’artificialisation dans mon commentaire, artificialisation que je condamne par ailleurs.


        • baldis30 19 janvier 09:33

          @Alren
          meuh oui ...

          comme disait ce roi qui finit mal tout en voulant mettre la poule au pot tout les dimanches

          meuh oui ...à défaut de méchOUI. 


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 18:27

          @Michel DROUET
          Je crois que vous confondez deux niveaux de décisions.
          Les grands travaux inutiles, qui font disparaître des hectares de terre agricoles, comme les supermarchés ou les parcs de loisirs, sont décidés par les élus locaux.


          Mais il existe d’autres grands travaux inutiles qui relèvent de l’ Europe : tout ce qui touche aux transports : lignes TGV, autoroutes et aéroports s’inscrivent dans la feuille de route pour un espace européen unique des transports.

          Ceux qui ne veulent pas parler des décisions européennes, font l’amalgame entre les deux niveaux de décisions, comme le site Reporterre sur la destruction des terres agricoles. Ils mettent dans la même liste, NDDL et les supermarchés ou les parcs de loisirs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès