• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Des saints, sinon rien

Des saints, sinon rien

Pour traiter de nos problèmes collectifs, nous sommes en train de quitter le terrain du discours politique et d’arpenter les chemins de la morale. Nous voulons une démocratie a priori : non pas la recherche de l’intérêt commun par le débat contradictoire sans contrainte (on remarquera le pléonasme : contradictoire et sans contrainte sont de la même famille de mot), mais par un débat dans lequel ne pourraient s’exprimer que des idées déjà estampillées démocratiques. Une nouvelle règle s’est imposée : il ne faut faire de mal à personne. D’où les nouveaux « délits » en « phobe » dont on peut prévoir, sans se prendre pour un prophète, que la liste va s’allonger. Si l’analyse politique d’une situation amène un groupe humain à dire : « nous sommes présentés sous un jour négatif, qui nous est désagréable, qui abime notre image de marque », ce n’est pas évalué à l’adéquation de ce qui est dit d’eux par rapport à des faits que certains d’entre eux ont accomplis et qu’ils valident par leur appartenance à ce groupe, ce n’est évalué que par rapport aux dommages « moraux » que cela peut ou pourrait leur faire. La liberté d’expression (et d’analyse, de compréhension du monde) en est considérablement restreinte.

C’est en ce sens que nous avons renoncé à la politique, à l’examen des situations sociétales en vue de diminuer les problèmes de la société : on peut dire ce que l’on veut, à condition que chaque groupe, chaque composante du peuple français se trouve beau dans ce qui vient d’être dit. Le jugement moral positif sur les groupes est un préalable à tout discours.

Or, le mal ne sort pas de l'action des hommes (des humains). Les hommes posent leurs actes dans un monde dialectique, avec du mal (souffrances, diminution des ressources des autres, (ressources morales et matérielles, je précise) voire destruction de ces ressources...) et du bien (augmentation de la qualité de vie... grosso modo).

Louis-Georges Tin, président du CRAN, Louis Sala-Molin, philosophe, et plusieurs personnalités ont demandé que le nom de Colbert soit retiré de l’espace public. Parce que, ministre de Louis XIV, il est acteur de la légalisation de l’esclavage : il a fondé la Compagnie des Indes ; il a écrit le Code noir. Nous ne donnerons pas des noms de rue, d’école… qu'aux saints (aux hommes qui n'auraient fait que du bien) parce qu’il n’existe pas d’homme (d’humain) qui n’ait fait que du bien.

Eloigner Colbert de la connaissance populaire collective de notre histoire ne saurait être un gain. Nous avons besoin de savoir d’où nous venons. La connaissance de l’histoire comprend le fait d’évaluer la conduite des personnages importants dans le contexte de leur époque. Le Code noir est publié dans un pays où certains paysans sont encore des serfs. L’Église est pour. L’esclavage sera aboli définitivement par Victor Schœlcher en 1848, après une première abolition puis rétablissement par Napoléon.

Revenir à la politique passe par le fait de connaître l’histoire qui nous a faite, dans un débat libre et non faussé, pour reprendre une formule détestable ailleurs mais excellente ici. On n’enlèvera rien à l’horreur qu’a été l’esclavage en débaptisant les lycées Colbert. Cette demande de cacher ce malsain que je ne saurais voir ne peut qu’aggraver l’ignorance, mère de toutes les répétitions du passé, ainsi qu’il est dit si souvent. Il y a là, un chemin inconscient de réécrire l’histoire, pour en faire une histoire bonifiée qui passerait sous silence les méchants et ne garderait que les libérateurs.

Ce chemin de nettoyage moral de l’histoire est infini. Que faire de Louis XIV qui a promulgué ce Code Noir ? Colbert n’aurait pas écrit ce Code noir sans l’aval du Souverain ! Enjoliver l’histoire est un chemin qui nous met en détresse par l’impasse où il nous mène. Nous en avons déjà dessiné le cadre par l’omniprésence des jugements moraux, si agréables à ceux qui en font (dans les jugements moraux, ce sont toujours les autres qui ont tort) en substitution de l’analyse la plus objective possible des situations dont nous devons réduire les tensions au mieux de l’égalité. Nous devons raconter au mieux notre histoire et ne pas la juger, ne pas estomper certains personnages, ne pas déformer volontairement le récit par des jugements.

Lutter pour l’égalité à propos de ce problème consisterait plutôt à traquer les formes d’esclavage ou de quasi-esclavage modernes, actuelles dans une action politique par l’information, la loi, le contrôle des lois, la sanction des contrevenants...

JPEG - 160.1 ko
Le seyant Colbert en tenue de l’Ordre du Saint Esprit
JPEG - 130.7 ko
Le seyant Louis XIV à Lyon
Faut-il le déboulonner ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • pallas 23 septembre 10:51
    Orélien Péréol

    Votre génération d’apparat (génération 68) n’a vécu que dans l’illusion permanente faisant comme religion le mercantilisme, fuyant toutes formes de responsabilités et fermant les yeux sur les réels valeurs.

    Les plus riches d’entre vous se moquant des individus ayant un sens intellectuel performant, préférant la bêtise et la stupidité comme cadre de vie.

    S’inventant une existence qui n’est que tricherie et mensonge.

    La lâcheté et la faiblesse entraine la fin, le prix à payer est l’annihilation.

    Vous pouvez voir le résultat de la négation de droit et la haine que vous avez crée.

    Sa n’est pas une dystopie, c’est le monde réel, aujourd’hui c’est le règne des Bêtes et des Démons, il n’y aucunes formes d’espoir possible, tout n’est qu’échec, ou se porte votre regard, il n’y aura que les ténèbres.

    La France est morte et disparait dans les livres d"histoire, elle est déjà ignorée et condamnée par le Concert des Nations, nous ignorant proprement comme une chose non existante.

    Les médias ne disent pas la vérité sur le ridicule de Macron et de sa négligeable intervention à l’ONU, tout le monde s’en moquait, un discours même pas relayer à l’étranger.

    Bienvenu dans le monde réel smiley

    Salut


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 11:08

      Sachez Monsieur Péréol, qu’un psy ne peut plus poser de diagnostic (outil indispensable du thérapeute) car il risque d’être poursuivi en justice par les LGBT. Aujourd’hui, les personnes en souffrance psychologique doivent faire comme le Baron de Münchhausen : se soulever en se prenant par la peau de leur cou.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 11:12

        Définir le mal, c’est la moitié de la guérison.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 11:18

          @BB
          Très bien, il y a des mauvaises herbes dans votre genre dans mon jardin. smiley


        • zygzornifle zygzornifle 23 septembre 11:36

          Mais ouiiiii ceux des Femens ......


          • Jonas 23 septembre 12:30
            L’esclavage est une norme sociétale dans TOUTES les sociétés humaines du globe.
            L’Occident sera la PREMIÈRE CIVILISATION AU MONDE à abolir l’esclavage.
            On devrait en être reconnaissant, et ne pas oublier le cheminement historique qui a conduit à cette extraordinaire innovation.
            (Rappelons que aujourd’hui encore, plus de 36 millions d’esclaves existent dans les pays non occidentaux).

            La tentative de déstabilisation des institutions françaises n’est qu’une forme de propagande menée par des organisations racistes anti-blanc (CRAN, PIR, Indivisibles, SOS Racisme, MRAP,...) et suivi par les idiots utiles de l’extrême-gauche (NPA, La France Insoumise,...) pour détruire l’identité française et favoriser le multiculturalisme et la poussée de l’Islam.

            Bientôt on va interdire d’étudier les romans et contes de Voltaire à l’école, un raciste, misogyne et antisémite obsessionnel.
            Quand est-ce qu’on déboulonne ses statues et qu’on débaptise les rues qui portent son nom ?

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 12:34

              Attention, à force de vouloir occulter le passé, celui-ci risque de vous sauter au visage comme le ferait une cocotte (la femme parfumée à la rose) minute.


              • Cateaufoncel 23 septembre 12:57

                A propos de la pratique de l’esclavage, j’attends toujours qu’on me fournisse une bonne raison, autre qu’anachronique, qui aurait pu induire la France à ne pas se comporter comme les autres pays développés de l’époque.

                Il y a un plouc qui m’a déjà répondu : - Parce que c’est la patrie des droits de l’homme !

                La patrie des droits de l’homme !!! En 1685* !!!!!!

                * Année de promulgation du Code noir. Pour l’avoir lu, j’ai constaté qu’il offrait aux esclaves des garanties et des protections, que ma vision de l’esclavage, ou celle que l’on m’avait inculquée, rendait inimaginables.


                • rogal 23 septembre 13:45

                  @Cateaufoncel
                  En 1685 : le christianisme.
                  Cela dit, je ne demande pas que le lycée Louis-le-Grand soit renommé en Toussaint-le-Grand.


                • Cateaufoncel 23 septembre 13:55

                  @rogal

                  « En 1685 : le christianisme. »

                  A cet époque, aucun Etat, Vatican compris, ne condamnait l’esclavage au nom du christianisme. Tout simplement parce que Jésus n’a jamais condamné l’esclavage, pas plus que Mahomet, au demeurant, qui lui-même possédait des esclaves.

                  Mais il n’est pas exclu que le christianisme ait inspiré les mesures les plus clémentes inscrites dans le Code noir.


                • Jonas 23 septembre 17:03

                  @Cateaufoncel « A cet époque, aucun Etat, Vatican compris, ne condamnait l’esclavage au nom du christianisme.  »


                  C’est pourtant l’Église Catholique qui la première en Occident, a commencé à remettre en cause l’esclavage, est-ce qu’un homme à oui ou non le droit de soumettre et de dominer un autre homme.

                  Thomas D’Aquin, un des plus importants guides spirituels de la chrétienté, écrivait au XIIIème siècle que l’esclavage est un « pur péché », toutes les créatures humaines ayant droit à la justice et à la dignité. C’est sur cette base que l’Église qualifia l’esclavage de « péché contre la dignité humaine ».

                  En 1437, le Pape Eugène IV publia la bulle « Sicut Dudum », qui menaçait d’excommunication les esclavagistes.
                  Les Papes Pie II (1458 à 1464) et Sixte IV (1471 à 1484) édictèrent des bulles condamnant sans équivoque l’esclavage.

                  Le Pape Paul III (1534 à 1549) édicta une bulle condamnant l’esclavage en Amérique en ces termes :
                  « Satan, l’ennemi de la race humaine, a remué le monde de ses alliés qui, désirant satisfaire leur propre avarice, osent affirmer en long et en large que les Indiens de l’ouest et du sud puissent être réduits à notre service comme des animaux brutaux, sous le prétexte qu’ils ne connaissent pas la foi catholique. Et il les réduisent ainsi à l’esclavage, les traitant par des afflictions qu’ils emploieraient à peine avec les animaux. Nous considérons que les Indiens eux-mêmes sont des hommes vrais. Par notre décret apostolique d’autorité, déclarons et décrétons par ces lettres que ces mêmes Indiens et tous autres peuples, même s’ils sont en dehors de la foi, ne doivent pas être privés de leur liberté ou de leurs autres possessions et n’ont pas à être réduits en esclavage, [...] quoi que ce soit qui soit fait en contradiction de ce que nous disons est proclamé comme nul et non avenant. »

                  C’est l’Église, qui, informée par les missionnaires, condamna l’esclavage des Indiens par les conquistadors et les trafiquants d’esclaves noirs dans les Caraïbes.
                  Le 22 avril 1639, le Pape Urbain VIII publia la bulle « Commissum Nobis » menaçant d’excommunier les esclavagistes. Quand cette bulle fut diffusée par les jésuites, grands défenseurs des Indiens, à Rio de Janeiro, ceux-ci furent agressés et expulsés en raison de leur opposition à l’esclavage et de leur volonté de faire appliquer les décisions du Pape.
                  Bien que n’ayant pas réussi à éradiquer l’esclavage, l’Église parvint, par son autorité morale à défendre « les droits des esclaves et leur bien-être matériel » (Codigo Negro Espanol), imposant des obligations aux propriétaires d’esclaves. Les jésuites protégèrent et éduquèrent les Indiens Guarini jusqu’à ce qu’ils deviennent des êtres libres (XVII-XVIIIème siècle).

                  C’est ce travail de sape sur plusieurs siècles, qui déterminera l’occident à se remettre en cause, et qui deviendra la PREMIÈRE CIVILISATION AU MONDE à abolir l’esclavage.

                  Cela rentrait bien évidemment en contradiction flagrante avec la philosophie des Lumières qui ridiculisait et luttait contre l’Église Catholique, car, selon Voltaire : 
                  « Notre aumônier prétend que les Hottentots (namibiens, peuplade d’Afrique), les Nègres et les Portugais descendent du même père. Cette idée est bien ridicule. »
                  Voltaire - « Les lettres d’Amabed » (1769) - Romans et contes - garnier-Flammarion p537

                  « C’est une grande question parmi eux s’ils sont descendus des singes, ou si les singes sont venus d’eux. Nos sages ont dit que l’homme est l’image de Dieu : voilà une plaisante image de l’Être éternel qu’un nez noir épaté, avec peu ou point d’intelligence ! Un temps viendra, sans doute, où ces animaux sauront bien cultiver la terre, l’embellir par des maisons et par des jardins, et connaître la route des astres. »
                  Voltaire - « Les lettres d’Amabed » (1769) - Romans et contes - garnier-Flammarion

                  « La race des nègres est une espèce d’homme différente de la nôtre, comme la race des épagneuls l’est des lévriers. La forme de leurs yeux n’est point la nôtre, leur laine noire ne ressemble point à nos cheveux, et si on peut dire que leur intelligence n’est pas d’une autre espèce que notre entendement, elle est fort inférieure. Ils ne sont pas capables d’une grande attention. »
                  Voltaire - « Essais sur les moeurs et l’esprit des nations » (1740-1756)



                • Orélien Péréol Orélien Péréol 23 septembre 17:15

                  @Jonas

                  Mon article ne traite pas de cela. Il traite de l’histoire, du fait que les événements et les personnages importants de l’histoire soit observés et qu’on n’élimine pas ceux qui ne celles et ceux qui se sont mal conduits, selon nos critères actuels.
                  Le bien et le mal ne sort pas des actes des humains. Les humains posent des actes dans un monde qui contient du bien et du mal.
                  Voilà le sens de mon article.

                • Jonas 23 septembre 17:38

                  @Orélien Péréol « qu’on n’élimine pas ceux qui ne celles et ceux qui se sont mal conduits, selon nos critères actuels. »


                  Donc on doit éliminer Voltaire alors ?


                • Orélien Péréol Orélien Péréol 23 septembre 19:53

                  @Jonas

                  Vous n’avez pas lu mon article. Je m’oppose à des citoyens qui demandent qu’on débaptisent les collèges et lycées nommés Colbert. Donc on garde Colbert, Voltaire...
                  et on discute de l’histoire.

                • Cateaufoncel 23 septembre 21:15

                  @Jonas

                  « C’est pourtant l’Église Catholique qui la première en Occident. »

                  Autant pour moi.

                  Il semble alors que les papes n’aient pas réussi à faire passer l’idée que les esclaves appartenaient à des peuples pleinement humains. Ce que Voltaire, encore lui, traduisait ainsi :

                  "...ce qui démontre qu’ils ne doivent point cette différence à leur climat, c’est que des nègres et des négresses transportés dans les pays les plus froids y produisent toujours des animaux de leur espèce, et que les mulâtres ne sont qu’une race bâtarde d’un noir et d’une blanche, ou d’un blanc et d’une noire."

                  Et il me paraît que l’esclavage était une chose tellement importante pour l’époque, pour l’économie des grandes puissances de l’époque, que les papes, à ce que vous rapportez, n’ont jamais osé au-delà de la menace d’excommunication.


                • Jonas 24 septembre 01:59

                  @Cateaufoncel « les papes, à ce que vous rapportez, n’ont jamais osé au-delà de la menace d’excommunication. »


                  Et vous vouliez qu’ils fassent quoi ? Les Papes ont le devoir de diffuser la Parole du Christ, veiller à ce que les catholiques aient un bon comportement avec leurs prochains, et influencer les monarques. Charles Quint avait signé un décret interdisant l’esclavage des indiens dès 1526.
                  C’est grâce à l’Église Catholique que les premiers débats sur l’esclavage ont eu lieu (controverse de Valladolid entre autres).


                • Jonas 24 septembre 02:02

                  @Orélien Péréol

                  OK, j’avais mal interprété votre phrase :
                  « Il traite de l’histoire, du fait que les événements et les personnages importants de l’histoire soit observés et qu’on n’élimine pas ceux qui ne celles et ceux qui se sont mal conduits, selon nos critères actuels. »

                • Cateaufoncel 24 septembre 09:50

                  @Jonas


                  « 
                  Et vous vouliez qu’ils fassent quoi ? »

                  Excommunier, par exemple !




                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 13:59

                    @Shawford
                    Pourquoi 12 ans ?


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 14:11

                    @Charlot cuit Bono
                    A Smartie je préfère : LULU. Trop long à expliquer ;


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 14:01

                    J’ai aussi une date symbolique qui remonte à 12 ans : 1er mai 2005 à midi (un dimanche, plein soleil). David ICKE parle de cette date.


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 14:05

                       David Icke : 1er mai 1776 et dont s’inspirèrent bien d’autres groupements. Les Illuminés de Bavière ..il y a les illuminatis et les illuminés ;


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 14:13

                        Etre sychrone signifie avant tout être là, au bon moment, dans le bon lieu et avec les bonnes personnes. Que rêver de plus ?


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 14:38

                          @Charlot cuit Bono
                          L’immortalité est-elle vraiment souhaitable ?


                        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 14:25

                          Smarties, j’ai trouvé" :https://forum.asperansa.org/viewtopic.php?f=8&t=6211. Je suis née à Renaix-renaissance. J’ai lu Platon et bien d’autres. J’ai travaillé avec des autistes Asperger. Il n’ont aucune capacité émotive,... Ne pas confondre : hystérique et Asperger ;


                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 14:43

                            @Charlot cuit Bono
                            Etes-vous aussi sous le pseudo : TAVERNE ? Vu que vous jouez à merveille de la multiplication des pseudos ;


                          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 23 septembre 14:41

                            L’Asperger est inémotif. L’Hystérique est hyper émotif.


                            • Orélien Péréol Orélien Péréol 23 septembre 17:09

                              La substantifique moelle de mon article est là : « le mal ne sort pas de l’action des hommes (des humains). Les hommes posent leurs actes dans un monde dialectique, avec du mal et du bien. »

                              SI vous voulez commenter mon article, ce ne serait pas de refus.

                              • zygzornifle zygzornifle 24 septembre 10:03

                                On a Saint Macron , le saint du veau d’or qui va détrousser les pauvres pour rendre l’argent détourné pour le social aux riches et apparemment il est même soutenu par les pauvres car une partie des mougeons ont veautés pour lui .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires