• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Destruction de l’Etat : 2ème phase imminente !

Destruction de l’Etat : 2ème phase imminente !

Dans une indifférence médiatique presque totale, Nicolas Sarkozy et le gouvernement s’apprêtent à lancer la deuxième phase de la "réforme de l’Etat", baptisée "RGPP 2", pour "révision générale des politiques publiques 2".

Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’affaire, ou qui ne s’y retrouveraient pas dans ce jargon administratif, la "RGPP 1" avait été inaugurée en juillet 2007, déclinant largement les orientations libérales de l’Europe de Bruxelles.
Elle s’est traduite, à travers plus de 370 mesures, par la suppression d’administrations d’Etat et de services publics dans tous les domaines de la vie publique : restriction de la carte judiciaire au forceps et fermeture de tribunaux dans tout le pays, fermeture de petits collèges (ceux qui comptent moins de 200 élèves), fermeture de maternités, de centres hospitaliers jugés non rentables, fermeture de casernes et suppression entamée de 45 000 postes dans l’armée d’ici 2014, suppression chaque année de 15 000 à 20 000 postes d’enseignants (avec en parallèle l’allègement du nombre d’heures de cours dispensés aux élèves, l’accroissement de la taille des classes, le non-remplacement des professeurs absents et la désincitation à inscrire les enfants en maternelle avant l’âge de trois ans), la fermeture de dizaines de consulats à l’étranger, la suppression de la quasi-totalité des directions départementales de l’Etat, l’amaigrissement des préfectures et sous-préfectures, la suppression de commissariats, de gendarmeries pour accompagner la réduction d’effectifs (-6500 policiers et -3000 gendarmes d’ici 2011), en n’oubliant pas de mentionner le recul des services publics à l’instar de la Poste, qui ferme chaque jour depuis le 1er janvier 2009
3 bureaux de poste et supprime 42 emplois.

La RGPP ne fut donc rien d’autre qu’une destruction organisée de l’appareil d’Etat et des services publics, dans l’unique objectif d’affaiblir l’Etat nation, seul à même de résister à l’offensive libérale mondialiste, et de réduire le nombre de fonctionnaires d’Etat.

L’argument économique souvent mis en avant ("au moins, on fait des économies !") ne tient pas la route, dans la mesure où cette succession de mauvais coups n’a pour effet que d’économiser 2,3 milliards d’euros par an,
de l’aveu même du gouvernement, quand les vraies sources de dépenses inutiles ne sont pas remises en cause : coût exorbitant des décentralisations et train de vie des collectivités locales (notamment des régions qui reconstituent de petites féodalités locales, et des intercommunalités, dont le premier objectif, soyons clairs, est de distribuer des postes de présidents et vice-présidents aux élus locaux), et perte sèche causée par l’Europe, la France versant chaque année au budget européen 7 milliards d’euros de plus que ce qu’elle en reçoit en retour, aides agricoles de la PAC comprises (ce chiffre demeurait raisonnable jusqu’au début des années 2000, aux alentours de 2 milliards par an, avant de déraper du fait de l’élargissement à l’Est. En 2013, la perte sèche atteindra 10 milliards d’euros par an. Les vraies économies sont là).

 

Les premières victimes de ce désengagement massif de l’Etat et des services publics sont bien sûr les Français les plus démunis, mais également les habitants des lointaines banlieues et des campagnes. Sans gendarmerie, sans bureau de poste, sans collège, sans caserne, un village meurt. Une petite ville n’y résiste pas beaucoup mieux.
L’égalité entre les citoyens et la probité sont les autres grandes victimes de cette destruction de l’Etat nation. Il est évident en effet que seul l’Etat est en mesure de jouer le rôle de redistributeur efficace entre les territoires pauvres et les territoires riches. Quand il s’efface, les inégalités progressent. Quand il s’efface, il est par ailleurs souvent remplacé par les intérêts privés ou ceux des élus locaux, d’abord soucieux de maximiser les profits pour les premiers et de mener une politique clientéliste, pour les seconds.

Que nous réserve donc la "RGPP 2" ? Sans aucun doute l’accentuation de cette politique, engagée il y a une vingtaine d’années, inscrite dans les Traités européens, poursuivie par l’ensemble des gouvernements du système gauche/droite, et accélérée depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République.

Des rumeurs insistantes évoquent une RGPP 2 dans la Défense, elle qui fut très largement secouée par la première phase, après avoir déjà subi 15 000 pertes d’emplois sous Lionel Jospin de 1997 à 2002.

Ce mouvement va à l’encontre des enseignements de la crise que nous traversons et que nos gouvernants ne traitent pas à la racine. Cette crise du libéralisme mondialisé nous démontre que les appareils d’Etat, les protections qu’il peut seul assurer, et la solidité des services publics sont les garants essentiels de notre prospérité. Ils sont des remparts à la toute-puissance des marchés et des spéculateurs. Ils sont la condition de la justice et du développement réel du pays.

Le Vrai Débat


Moyenne des avis sur cet article :  4.66/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Le péripate Le péripate 28 septembre 2009 10:14

    Si seulement c’était vrai.


    • sisyphe sisyphe 28 septembre 2009 10:48

      Article tout à fait exact, bien qu’hélas incomplet.

      S’y ajoutent :
      - la destruction du système de santé : fermeture et appauvrissement des hôpitaux, suppression du personnel soignant, déremboursement d’une foultitude de médicaments, augmentation du forfait journalier, taxation des indemnités de maladies et d’accidents du travail....

      - la démolition et l’asservissement du système judiciaire ; avec la suppression des juges d’instruction, et la latitude laissée aux procureurs, directement sous l’autorité du pouvoir, à l’enterrement des affaires sensibles, la dépénalisation du droit des affaires, etc...

      - la privatisation progressive des services publics ; France Telecom, bientôt la Poste ; avec les conséquences auxquelles on assiste (suicides, pressions mises sur le personnel, harcèlement professionnel)

      - l’explosion du chômage venue (+25,8% en 1 an) et à venir

      etc, etc.. : liste à compléter.

      Alors que l’on enfume le populo avec la soi-disant limitation des bonus des traders, sans, évidemment, toucher au système qui les permet, que, derrière les effets d’annonce, on laisse prospérer les paradis fiscaux, toutes les portes s’ouvrent pour la perpétuation du système libéral, et la mise au pas de tout l’appareil d’état, des médias, de l’éducation, la justice, bref, le total démantèlement de l’état.

      Tout ça sans vague, avec la résignation apeurée (houla lagrippe !!!) d’un peuple en totale léthargie, conditionné, soumis, oppressé, parce que confiné à la survie dans un système du chacun-pour-soi plus que jamais diviseur et ségrégationniste...

      Aucune mesure pour la réforme monétaire qui, seule, serait en mesure de changer radicalement un système inique, oppressif, laminant, et opérer une plus juste redistribution des richesses.

      Les banques et organismes financiers, totalement renfloués, peuvent reprendre pépères leur économie financière de casino, leur spéculation sur des titres pourris, la mainmise sur les citoyens totalement enserrés dans leur vie à crédit, et continuer à aggraver les inégalités, la paupérisation, la mise à sac de la planète, la privatisation du vivant, le dépeçage des 2/3 de l’humanité, au profit d’une caste de ploutocrates plus que jamais renforcés dans leur pouvoir.

      Du coup, évidemment, renforcement des communautarismes, montée en puissance de l’appareil répressif et policier, instauration d’une véritable autocratie, où le chef de l’état, au dessus des lois, impose ses décisions au système judiciaire, dans l’apathie totale d’une opposition parlementaire réduite à l’impuissance de ses querelles intestines.

      Plus de relais entre la population et le pouvoir, absentéisme de masse marquant un dramatique recul de la démocratie ; la voie est libre aux dépouilleurs des richesses produites par les travailleurs, et à l’asservissement de la masse des citoyens...

      Après l’élection de Sarkozy, les plus lucides prévoyaient le pire, mais on était encore à mille lieues au dessous de la vérité ; bienvenue en sarkoland, et dans un XXIème siècle livré au libéralisme...

      Bouclez vos ceintures...


      • Gabriel Gabriel 28 septembre 2009 13:47

        Bonjour,

        Que dire d’un état qui sous la férule d’un nabot autoritaire et hyper complexé désolidarise et déshumanise notre société sur l’autel financière ? Bientôt, il privatisera la police et là, quelque soit le gouvernement élu, se seront ces sociétés privées qui feront la loi. Les supporters de ce président sont de deux catégories : La première qui sont des nanties, qui ne veulent surtout pas que cela change ni entendre parler d’altruisme ou d’égalité et la seconde composé de trépané du bulbe qui n’ont encore rien compris. Nous avons quelques bons exemples sur ces forums, adeptes de la mauvaise foi, ils se reconnaîtront. 


      • Croa Croa 28 septembre 2009 23:54

        à Gabriel,

        La première catégorie est marginale en nombre. Autant dire qu’elle n’existe pas et pourtant ce sont nos maîtres !

        La seconde sont des chiens et non pas des trépanés du bulbe. Des gens à qui les premiers ont suffisamment flatté l’égo jusqu’à intériorisation d’intérêts qui ne sont pas les leurs, petits patrons par exemple. Peut-être aussi un peu à cause d’une « gauche » qui n’a pas comprit où est l’ennemi : Le chien qui garde le troupeau n’est pas le patron Or, à chaque révolte dans la bergerie c’est le chien qui est pendu ! Menacé le chien se sent forcément du coté des maïtres ! C’est pourtant idiot en effet mais humain non ?


      • abdelkader17 28 septembre 2009 10:50

        Destruction de l’état social, renforcement de l’état pénal pour juguler les désordres de la mondialisation néolibérale et ses corolaires, chômage de masse,précarité,flexibilité.
        Nous sommes à l’ère des armes de destruction massives et l’Europe libérale, l’OMC, le fmi et Banque mondiale en sont les rampes de lancement.


        • Paul Muad Dib 28 septembre 2009 10:50

          la planète aux mains d’intérêts privés , voila bien sur le calcul...
          ayant surfes sur la vague industrielle et découvertes techniques en s’en appropriant le bénéfice entier, alors que je le rappelle c’est le résultat d’un travail collectif, les auto proclames puissants , selon moi, entament ce que je trouve être leur faute majeure, a trop vouloir....... !!!
           ils ont réussi a faire croire a leur compétences ,s’ils en ont une c’est le captage du plus possible de l’effort collectif, a force de guerres,de menaces, de propagande, de systèmes de captations avec la trilogie, monnaie,armes et violences physique sur les peuples..
          il ne faut pas perdre de vue le copinage neoconservateur américain et sioniste de sarkozy, autres auto proclamés puissants, avec comme but simpliste et unique de capter le plus possible..pétrole ,argent, pouvoir ,avec une vague quête pseudo religieuse.
          et il y a encore beaucoup de pognon a capter en france, j’y vois aussi un mac carthysme primaire qui fleur bon le totalitarisme usa,bien sur, et qui contrôle les usa ??? financièrement ,devinez un peu.. ?
          tout ceci est simple, et pas nouveau, on est en face d’un humain névrosé par la peur de sa mort , utilisant pour vivre le seul ego/cerveau analytique, plus un outil qu’une spécificité vivante, or un marteau n’a aucune capacité dans la vie communautaire, nous avons des vies de marteau et ce marteau qui voit sa fin, croit que de taper sur ce qui l’entoure va régler son problème...la vie d’un humain,sauf exception est aussi connement simple que ce que je raconte,alors..on fait quoi ?
          entre autre on remet en cause la compétition donc le profit particulier..
          pourquoi ? c’est une des racines du mal humain, pour faire simple compétition = guerre, meurtres,violences..mais on me dit la compétition motive...OK motive a quoi ? a profiter des autres....la communauté de fabrication existe déjà , ainsi passer a la communauté de répartition ne sera pas dur..personnellement j’ai passe ma vie a éviter de travailler pour le profit, ce n’est que a cause d’un système totalitaire capitaliste que j’ai été oblige de temps en temps, mais au fond je rejette cela totalement et souhaite ne pas donner une seconde de mon temps a la gloire d’un patronat medefien arrogant et méprisable a mes yeux..
          tout ceci est théorique, avec l’humain d’aujourd’hui le problème semble insoluble, car l’humanité entière me semble plus proche du capitaliste que du sage éclairé qui voit les bienfaits qu’une formidable coopération volontaire pourrait apporter.
          ainsi ce discours inutile , aurait du être un discours sur la racine du mal, en nous,dans notre cerveau analytique ou ego, cet ego ,isole du monde,isole des autres sauf pour en profiter, cet ego pétrifié par sa peur de la mort ,et qui passe toute sa vie en fuite de cette peur ultime, bientôt rejointe par d’autres peurs toujours plus nombreuses et faisant de + en + mal psychologiquement , allant de l’enthousiasme d’une réussite personnelle quelconque a l’état suicidaire d’un désir violent a jamais atteignable..le mal est devant nos yeux, mais on préfère la haine de l’autre , car cela évite a cet ego malfaisant de se remettre en cause, ce qu’il ne peut faire, chaque ego dans le monde a raison, ainsi ce processus égoïste sépare a jamais les humains, c’est la qu’il faut regarder, pour cela il faut se dire un jours : je refuse cette vie de merde, je ne fuis plus,j’explore ,je regarde , je ne cherche pas de résultat, je veux comprendre voir et observer si tout ce mal peut être transcendé ,mais surtout pas avec l’ego donc la volonté, après tout vouloir être sage et simple est une des formes d’arrogance la plus subtile qui soit ,encore une création illusoire de notre cerveau analytique. nous sommes dans l’impasse de notre ego , c’est la qu’il faut chercher......selon moi...


          • HELIOS HELIOS 28 septembre 2009 11:37

            ’faut pas s’ettonner, ni s’inquieter :

            47% d’opinions favorables pour notre président.... ce qui est bien au dela de l’assiete UMP

            52% pour les elections europeenes...


            Cela prouve tout simplememnt que les français aiment ça et en redemandent... c’est donc la démocratie. Nous sommes dans un monde où il vaut mieux etre beau, riche et en bonne santé. Les autres, cachez vous, crevez dans votre coin en silence svp !


          • abdelkader17 28 septembre 2009 11:50

            @Salut Paul
            Aujourd’hui la norme c’est d’apprendre à tes enfants à être des loups dès le plus jeune age,à leur inculquer l’esprit de compétition comme ils disent, qui n’en en fait qu’un mode de prédation,de violence ,d’arbitraire,de mensonge pour quels finalités ?
            La gloire éphémère,l’argent, le statut social et toute ces conneries primitives,le marché seul objet de régulation du monde,comme le rappelle si bien Noamie klein dans son ouvrage « la stratégie du choc » guerre,catastrophe naturelle tout est prétexte au triomphe de l’idéologie néolibérale et aux réformes de marché au détriment des individus,ce sont des barbares sans âmes qui gouvernent ce monde, les soldats du mal.


          • Paul Muad Dib 28 septembre 2009 13:41

            Salut Abdel, tout a fait, ce que l’humain fait de pire a pris le pouvoir, ce n’est pas une surprise...
            je te rejoins totalement ..
            courage , ne fuyons plus.
            amicalement..


          • Alpo47 Alpo47 28 septembre 2009 10:53

            Ce qui est effectivement tragique, c’est qu’on peut faire le constat des dégâts de cette idéologie libérale, partout dans le monde, et .... on cherche malgré tout à aller encore plus loin, encore plus vite, sans en tirer aucune leçon, jamais rien remettre en cause.

            Cela parait illogique si on essaie de faire preuve de « bon sens », mais ce n’est pas du tout le mode de fonctionnement de nos dirigeants. Ceux ci se comportent comme s’ils avaient un objectif ultime, dont on ne peut plus discuter, et un calendrier à respecter : La mondialisation et le libéralisme. Ces deux objectifs censés apporter la prospérité au travers de la concurrence, avec les commandes aux plus « prédateurs » d’entre nous, et surtout, plus d’avantages aux déjà très riches...

             Etonnant ! On ne peut l’expliquer que d’une manière : les « ultra riches » sont déjà au pouvoir et tirent toutes les ficelles pour le consolider.


            • PhilVite PhilVite 28 septembre 2009 13:29

              Cupidité,
              Crédulité,
              Panurgisme,

              Voilà les 3 grandes tares de l’humanité.

              ça tombe bien, ce sont aussi les 3 principaux ressorts de l’idéologie ultra libérale !

              Il faudrait donc envisager de corriger la nature humaine. Bon courage !

              Pour sortir par le haut et en douceur de cette situation, il n’y a que l’éducation et l’ouverture d’esprit qui, théoriquement du moins, l’accompagne.
              ça tombe mal, le système ultra libéral n’a que faire d’esprits ouverts, libres et éclairés. Il n’a aucun intérêt à les faire éclore. Au contraire. Et honnêtement, quand vous regardez autour de vous, pensez-vous que cet objectif ne soit pas d’ores et déjà atteint ?

              Ceci dit, c’est pas une raison pour rester sans réaction.


            • TSS 28 septembre 2009 10:58


              premices d’un etat policier ... !!


              • abdelkader17 28 septembre 2009 11:06

                @TSS
                ce ne sont pas les prémices il y longtemps que nous dedans « la démocratie » gouverne par les forces de répression et les modes du contrôle social.


              • TSS 28 septembre 2009 13:36


                j’avais oublié d’ajouter « actuellement dictature constitutionnelle »


              • Tristan Valmour 28 septembre 2009 11:52

                Bonsoir Sébastien

                 

                Vous associez des données quantitatives au mot suppression, et cela éveille tout naturellement chez le lecteur un sentiment d’abandon, de perte, et renforce son côté conservateur. On prend toujours moins de risque à conserver ce que l’on a qu’a aller vers l’autre, l’inconnu, le nouveau.

                 

                Mais, cette suppression n’a-t-elle pas donné lieu à une réorganisation, qui, après une nécessaire période d’adaptation (proportionnelle à la taille des organisations), conduit vers plus d’efficacité ? Il serait bon de répondre à cette question pour comparer l’ancien modèle avec le nouveau puis en tirer les conséquences qui s’imposent. Je pose une vraie question.

                 

                Je crois que vous commettez (que nous commettons tous) la même erreur que ceux que vous accusez, à savoir succomber à la dictature quantitative. Mais un nombre, un indicateur, ne signifie rien sans analyse systémique. Si, comme vous le dites, la perte sèche vis-à-vis de l’Europe est de 10 milliards (à prouver), ne peut-on pas imaginer que les pays de l’Est utilisent cette manne pour se développer et faire fonctionner par la suite notre économie ? Auquel cas, ce sera un investissement profitable, pas une perte.

                 

                Comme vous je n’aime pas cette Europe là. Mais pour d’autres raisons. Je ne lui reproche pas d’exister, ni de tenter de se poser en puissance supérieure aux Etats nationaux. Je lui reproche de ne pas être démocratique, de ne pas être soumise au suffrage universel dans toutes ses institutions.

                 

                Le modèle de l’Etat tout puissant comme de l’Etat faible peuvent tous deux fonctionner. Un Etat tout puissant avec à sa tête une personne compétente, qui cherche à améliorer le sort de ses concitoyens, au-delà de tout intérêt privé. Aujourd’hui, on en est très loin. Un Etat faible et un marché libre et tout puissant lorsque la fortune des personnes physiques est limitée afin de ne pas fausser ledit marché,  permettre une véritable concurrence et offrir à chacun le minimum pour vivre une vie décente et humaine. A mon avis, ce serait même le meilleur modèle.

                 

                Malheureusement, ce qu’on nous propose, c’est effectivement un Etat qui faiblit avec un marché aux mains des copains et coquins.

                 

                Enfin, dans tout ce que vous énoncez, ce qui m’inquiète, c’est qui aura du travail, quand et sous quelles conditions ?

                 

                Bonne soirée.


                • sisyphe sisyphe 28 septembre 2009 12:39

                  "Vous associez des données quantitatives au mot suppression, et cela éveille tout naturellement chez le lecteur un sentiment d’abandon, de perte, et renforce son côté conservateur. On prend toujours moins de risque à conserver ce que l’on a qu’a aller vers l’autre, l’inconnu, le nouveau.

                  Mais, cette suppression n’a-t-elle pas donné lieu à une réorganisation, qui, après une nécessaire période d’adaptation (proportionnelle à la taille des organisations), conduit vers plus d’efficacité « 

                  Efficacité ?
                  Pour qui ? Pour quoi ?

                  Si c’est pour l’aggravation du chômage, la généralisation du travail précaire, la perte de pouvoir d’achat, la paupérisation, l’aggravation des inégalités, effectivement, c’est d’une impressionnante efficacité.
                  De même pour le renflouement des banquiers, et la perpétuation d’un système de plus en plus voué à la spéculation.

                  Le vrai »risque« serait d’enfin modifier les règles du jeu u libéralisme mondialisé pour une plus juste redistribution des richesses, mais là, effectivement encore, on peut compter sur le pouvoir (politico-financier), pour ne pas aller vers »l’inconnu, le nouveau"...


                • goc goc 28 septembre 2009 13:19

                  @ tristan

                  Mais, cette suppression n’a-t-elle pas donné lieu à une réorganisation, qui, après une nécessaire période d’adaptation (proportionnelle à la taille des organisations), conduit vers plus d’efficacité ? Il serait bon de répondre à cette question pour comparer l’ancien modèle avec le nouveau puis en tirer les conséquences qui s’imposent. Je pose une vraie question.

                  je vous conseille d’aller faire un tour dans la campagne profonde (je suis dans les Cévennes), et vous verrez que la fonction publique etait le plus souvent la locomotive de la vie du village
                  ce n’est pas tout de recuperer l’argent des francais par l’impot et les taxes, il faut aussi redistrribuer cet argent et pas uniquement aux riches. Le role de l’etat c’est aussi de faire vivre ses citoyens. Il ne s’agit pas d’assistanat, mais simplement de redistribution de la richesse. On ne peut pas mener les paysans a la disparition au nom du libéralisme et détruire les derniers revenus des villages en faisant disparaitre les employés de l’État et des services publiques.Car sinon, un jour on se réveillera avec une pyramide écroulée a la base, et là meme ceux qui sont au sommet vont vaciller.


                • Croa Croa 29 septembre 2009 00:12

                  Pour Goc «  il faut aussi redistrribuer cet argent et pas uniquement aux riches. »

                  Mais c’est impossible !

                  Vous avez voté OUI à  Maastricht !

                  Tant pis pour vous !  smiley
                  La pompe à finance est enclanchée et nous n’avons pas d’autres choix que de tout lui sacrifier et ce, de plus en plus ! (à moins de dénoncer le traité.)


                • fhefhe fhefhe 28 septembre 2009 11:55

                  R éorganisation (des)
                  G rands (de la )
                  P anète ( à leur )
                  P rofits !!!!

                  Diviser pour mieux Régner est Faux ... !!!
                  En effet , si vous divisez 100 par 2 ,3 4 etc...vous avez un « Partage » équitable.Mais quand vous partagez 100 en plusieurs parts vous pouvez avoir 1/3 et l’ autre 2/3 par exemple.
                  Autre exemple , vous préférez 90% d’une SARL à 10 000€ ou 0,0001% du Capital de Danone ou l’Oréal ???

                  Sarkosy avec l’aide de 0,0001% de ses « Amis » (Lagardère , Bouygues , Bolloré etc..)qui possédent plus de 10% de la richesse de la France...a été Elu président de la République

                  Nôtre NabotLéon ne divise pas pour Régner...car il sait que les forces s’équilibrent...il « PARTAGE » les Français (Maintenant quand il y a une grève...on ne s’en apperçoit pas..etc..)
                  Une seule fois quand vous partagez c’est équilibré...50/50...sinon c’est toujours déséquilibré... !!!

                  Ses réformes , ses discours « partagent » les Français....mais sa Division Blindée Merdiatique...écrase tout ... !!!

                  Il a obtenu 53% des suffrages , mais le « Partage » des richesses restent inchangées.

                  Le Bouclier Fiscal de 15 Milliards d’€ a t-il été « divisé » aux nombres de foyers fiscaux
                  ou s’agit-il d’un partage « inégal » ???

                  Un PDG divise t-il les profits ou les partage t-il ???

                  Une Banque divise t-elle les « Bonus » ou les partage t-elle (avec une poignée de traders) ???

                  Je préfère un gouvernement qui DIVISE la population pour mieux Régner...à celui qui la PARTAGE .






                  • Tonio Tonio 28 septembre 2009 12:34

                    Oh c’est faire beaucoup d’honneur à ce gouvernement que penser que la RGPP est un élément voulu de destruction de l’Etat. Le propos est de faire un peu d’argent, et de transformer la vieille administration en un truc plus dynamique (genre « privé » au pif). La casse de l’Etat n’est qu’une conséquence pas vraiment désirée et même plutôt niée en fait. Pour avoir discuté avec plusieurs des zélateurs de la réforme, ils refusent de regarder en face la désorganisation de l’action publique qui en résulte.


                    • herve33 28 septembre 2009 13:01

                      Il est évident que la destruction des services publiques est programmée depuis des années , et Sarkozy n’est pas le seul fossoyeur de la fonction de service publique , même si c’est bien actuellement sous son règne, que celle ci subit les pires agressions . Comme le souligne l’auteur Jospin et les socialistes ont largement contribué au démantèlement des services publiques .

                      Les racines du problème se trouvent probablement dans la haine de tout ce qui représente l’Etat ( ou plutôt fonction publique ) au sein même de la commission européenne , dont le directeur et ses commissaires sont formés dans les plus prestigieuses universités américaines dont l’Etat représente le mal qu’il faut combattre à tout prix . 

                      Or comment mettre en place une régulation du capitalisme ou de la finance si on supprime l’Etat qui est le seul à pouvoir garantir que la régulation est bien mise en place et à vérifier que celle ci n’est pas contournée .

                      Or il faudrait s’interroger sur ce que sont réellement devenu le rôle des Etats , dont le rôle est désormais instrumentalisé pour venir au secours des banques et de des cadavres de l’industrie au détriment du contribuable .

                      De ce fait , l’argent du contribuable n’est plus utilisé pour assurer à chacun des citoyens , le minimum de services dignes de ce nom , mais pour engraisser les marchés financiers et les spéculateurs de tout poils.
                      Bref , on continue comme avant la crise mais avec l’argent non seulement des contribuables mais celui de leurs enfants voire petits -enfants .


                      • eric 28 septembre 2009 13:12

                        D’accord avec le peripate, si seulement c’était vrai !

                        Car nous, 53% des français, et parti comme c’est, un peu plus la prochaine fois, avons largement élu Sarkozy pour cela. Mettre fin à la crise d’un État obèse et pas assez libéral.

                        Nos État sont interventionnistes et dépensiers dans des domaines ou ils ne sont pas vraiment bons. Ils sont en revanche insuffisants dans leur vrai rôle libéral de régulateurs. L’État américain de Clinton s’est mêle de contraindre les système bancaire à prêter à des foyers peu solvables, provoquant la crise des subprime, au lieu de se consacrer à surveiller les ratios des banques.

                        Sur les trentes dernières années de mise en œuvre de la politique ultralibérale européeene pour reprendre vos idées, on a embauché environ 1,5 millions de fonctionnaires en plus en France pour aboutir a ce que vous et vos amis qualifiez vous même d’une dégradation systématique du service public.

                        Vous avez détruit l’efficacité de notre Etat nation en l’effondrant sous son propre poids. D’ailleurs, ce que vous regrettez, votre âge d’or, c’est la période gaullienne, droite au pouvoir et Etat efficace. Ce que vous dénoncez, c’est un Etat devenu impuissant de fait de vos politiques.
                         
                        Si les pires excès concernent la fonction publique territorial comme vous le reconnaissez, le fait que les régions soient massivement gérées par l’opposition n’incite pas tellement à lui confier la nation....

                        Nous partageons le diagnostic, il nous faut un Etat efficace et redistribeur au service de tous et notamment des plus défavorisés. Aujourd’hui, le budget, c’est du fonctionnement, donc du salaire, peu d’interventions et d’investissements et la redistribution est un vaste brassage d’argent inutile au sein de la classe moyenne à grands frais.

                        Nous différons sur la méthode. Pour vous le quantitatif l’emporte. Plus il y a d’agent public mieux c’est. Nous pensons qu’il est possible de faire mieux autrement.

                        Mais dans un pays ou 5,5 millions de personnes font parti de la fonction publique et sans doute prêt de 9 millions émargent à l’argent public et dont 70% votent à gauche et ressentent comme une atteinte à leur identité, le fait que l’on rappelle que la fonction publique est au service d’un politique élu par les citoyens, les réformes ne peuvent qu’être très progressives et risquées. Mais même lentement, Nicolas et sur la bonne voie.

                        NOUS reconstruirons, l’Etat que VOUS avez détruit......


                        • sisyphe sisyphe 28 septembre 2009 13:35

                          Par eric (xxx.xxx.xxx.51) 28 septembre 13:12

                          D’accord avec le peripate, si seulement c’était vrai !

                          Car nous, 53% des français, et parti comme c’est, un peu plus la prochaine fois, avons largement élu Sarkozy pour cela. Mettre fin à la crise d’un État obèse et pas assez libéral.

                          Ben voyons !

                          Combien la prochaine fois, quand les médias, la justice, seront totalement aux ordres, la moindre opposition réduite au silence, l’état policier instauré, l’état détruit, la démocratie définitivement aux oubliettes : 98% ???

                          Un genre de score qui rappelle de bons souvenirs pour les libéraux défenseurs de Pinochet (entre autres), non ?


                        • eric 29 septembre 2009 08:07

                          A Sisyphe, je vous comprends, le risque est réel ! Dans toutes les professions que vous citez, les agents votent massivement à gauche. Sous Vichy, il y a eu 7000 fonctionnaires révoqués. C’est à dire que l’immense majorité des instituteurs de gauche syndiqués ont obséquieusement fait apprendre « Maréchal nous voilà » aux enfants. Pendant que Pétain, le militaire chéri de la gauche, présenté en son temps par Léon Blum comme le plus grand des français régnait, quelques militaires catholique de droite ont eux, su désobéir et sauver et l’honneur et la démocratie. Le parallèle est d’ailleurs assez étonnant avec Pinochet, nommé par Allende comme militaire en lequel il avait le plus confiance. Fort de ces héritages respectifs, j’espère vous rassurer. Si il est vrai que la gauche, sur représentée dans la fonction publique et les médias, n’est pas facilement spontanément très démocrate et facilement prête à se soumettre à des régimes forts, il restera toujours des représentants de la droite libérale pour défendre la démocratie quelle que soit l’origine de la menace.


                        • abdelkader17 28 septembre 2009 13:28

                          @Eric
                          « Nos État sont interventionnistes et dépensiers »
                          le libéralisme et l’état une vieille histoire,socialisation des pertes et privatisation des bénéfices en sont la matrice intellectuelle.
                          l’état s’est servi d’argent publique non pas pour nationaliser les banques,mais pour renflouer les caisses d’acteurs privés, voilà à quoi sert l’état interventionniste.


                          • eric 29 septembre 2009 08:18

                            A abdelkader
                            Et Alors ? Quand bien même cela serait vrai, les profits redistribués aprés impôt au secteur privé représentent de mémoire de l’ordre de 5% du PIB. Qu’on les privatise ou les nationalise ne changera pas grand chose. La part du PIB prélevé et/ou géré suivant des logiques étatiques tourne suivant les modes de calcul entre 50 et 60%. Donc je le répète. Améliorer de 10% le fonctionnement de la dépense publique donnera plus de moyens pour une meilleure justice sociale que la nationalisation des profits ; D’autant que dans le cas de cette dernière, cela ne marche qu’une fois. Si vous nationalisez 100% des profits d’une entreprise,l’entrepreneur arrête purement et simplement. On peut essayer de continuer sans lui et on a un bon exemple de ce que cela donne en URSS...

                            Répéter des formules creuses comme « privatisation des profits et nationalisation des pertes », ne devrait pas vous permettre de faire l’économie d’une vrai réflexion sur : où est vraiment l’argent aujourd’hui ( pour l’essentiel entre les mains des pouvoirs publics) ; comment mieux le gérer dans l’intérêt collectif.


                          • TSS 28 septembre 2009 13:48

                            « Nos État sont interventionnistes et dépensiers »

                            « greffe de la foi »(largement aussi marrant que « bravitude ») 200.000 €

                            New york 2.000.000 € pour remercier les 4000 francais expatriés d’avoir voté pour lui !!

                            comme vous avez raison sur la propention de nescabot 1er à dilapider l’argent de l’etat... !!


                            • perditadeblanc perditadeblanc 28 septembre 2009 13:51

                              Nous parlons beaucoup,beaucoup trop même .En ce moment même, nous sommes en train de perdre un temps fou ;; ;mobilisons nous pendant qu’il est encore temps et montrons à ce nabot atlantiste que la France ne baissera pas les bras.Mobilisons nous pour une marche formidable à travers le pays et dénonçons tout ce complot qui nous mine et nous tue à petit feu.

                              Allons nous laisser cet homme là, causer la perte de notre nation ?Allons nous baisser tout les jours la culotte pour faire passer des lois, qui nous affaiblissent un peu plus de jour en jour.Réveillons nous,car il y’a une attaque en bonne et dû forme contre nos intérêts.
                              Il y’à un complot de fait entre cette demi portion de magyar, agent avéré du Mossad et ’représentant’ des intérêts américains et les mafieux US qui veulent abattre la 3éme puissance nucléaire du monde.Ce n’est pas l’Iran qui est menacé,ou qui nous menace.C’est la FRANCE QUI EST MENACÉ et c’est directement notre santé,notre sécurité,notre défense,et nos enfants qui risquent de disparaitrent,PAS ISRAÊL..... !.
                              Marchons,marchons et décidons d’une dâte. Montrons à ces « étrangers » que le sang Français ne coulera pas (s’il doit couler) en vain.

                              ...Nous sommes en guerre contre l’Amérique,une guerre sous toutes ces formes,violente et implacable.(François Mitterand) 

                              • eric 29 septembre 2009 10:53

                                A perditadeblanc.

                                Pour répondre à vos nombreuses questions, je crois que la réponse est oui .

                                Vous allez continuez à baisser vos culottes parce que malgré vos cris d’indignation affectée, au fond vous comprenez que même si certains de vos privilèges sont remis en cause, vous êtes encore trop des privilégiés de nos sociétés pour devenir réellement violents.

                                Tant que vous vous contentez de serrer vos petits poings humides en dénonçant pêle mêle les juifs, les anti sémites, l’Amérique et la mafia je crois effectivement que vous continurez à perdre votre temps.

                                Quand à la marche formidable, il va falloir choisir des ruelles étroites. Même en unifiant les 11 000 NPA, les 8000 verts ;à jour de leurs cotisations, les 15 000 personnes de la nébuleuse islamisante leurs sympatisants et autres pro des manifs, vous représentez des groupuscules bruyants et médiatiques mais représentatifs de pas grands chose.

                                N’oubliez pas cependant que depuis les lendemains de la guerre, les vrai grandes manifs massives populaires mixte socialement furent des manifs de droite. Oui vos groupuscules sont des spécialistes, mais face aux raz de marias populaire des manifs de droite quand il faut vraiment défendre des liberté, vous ne faites pas vraiment le poids.

                                Vous me direz que c’est encore plus vrai dans l’arène démocratique ou vous n’avez jamais réussi à convaincre plus de quelques pourcents de vos concitoyens avec vos discours paranoïaques. Mais il n’est pas sur que l’épreuve de la rue vous soit plus favorable....


                              • TSS 28 septembre 2009 13:54


                                53% des français !

                                leger bémol : 53% de 65% exprimés font à peine 35% alors « largement » est un peu exagéré... !!


                                • eric 29 septembre 2009 08:21

                                  A TSS D’un point de vu démocratique, qui a l’air de vous échappez, c’est pourtant une large victoire....


                                • Gabriel Gabriel 28 septembre 2009 15:27

                                  @ Calmos,

                                  Revoilà notre retraité profiteur d’acquis sociaux qu’il vomit. Toujours la même profondeur de pensée à ce que je constate. A défaut d’honnêteté soyez un minimum intelligent même si le niveau de votre Q.I a du mal a atteindre celui de votre température anale. 

                                • Frédéric Colle 28 septembre 2009 14:44

                                  Encore des réductions d’effectif dans l’armée en vue ? Il ne faudrait pas que le pays soit menacé de l’extérieur, sans quoi il pourrait bien disparaitre sous le coup de ses ennemis comme en 1940..... Bref, la France n’est vraiment plus rien et continue sa danse décadente qui n’a rien de rassurant...


                                  • Yannick Harrel Yannick Harrel 28 septembre 2009 14:58

                                    Bonjour,

                                    Les Français ont élu un homme qui ne les aime pas et qui, pire, ne comprend rien à la consistance de l’âme même du pays France. Intellectuellement limité (il l’avoue lui même), il est en revanche rusé pour ce qui concerne l’accession et conservation du pouvoir (ayant bénéficié de puissants réseaux). Il est aussi bouffi d’ego, et ses déclarations internationales en font la risée des chancelleries étrangères, là où on le considère plus comme un Louis de Funès s’essayant à la politique qu’un émule de de Gaulle (comme il a tenté ridiculement de le faire accroire par un temps).

                                    Pour cette politique de rigueur au sein de l’administration publique, j’ai toujours été partisan du « mieux d’Etat » en lieu et place du « moins d’Etat » : elle n’empêcherait pas les choix difficiles mais elle n’oublierait pas que l’Etat n’a pas le même objectif qu’une entreprise. La politique du chiffre instauré par un homme n’ayant jamais lui même officié dans une société commerciale est aux antipodes de la conception républicaine des services publics.

                                    Cordialement


                                    • Croa Croa 29 septembre 2009 00:26

                                      « l’Etat n’a pas le même objectif qu’une entreprise » : aujourd’hui c’est FAUX !

                                      Cela était vrai autrefois, quand les états étaient indépendants.

                                      Maintenant ils n’ont qu’un devoir, le même que les entreprises : PAYER LES DETTES ! (Quoique s’ils arrivent à payer au moins les intérêts, les maîtres, bon princes, s’en contenteront !)


                                    • Yvance77 28 septembre 2009 15:08

                                      Salut,

                                      Bon réquisitoire, mais il est vrai qu’il faut le compléter. La stratégie est simple. Pour cela il faut lire « La stratégie du choc » de l’excellente Naomie Klein.

                                      Tout y est même en couleur.

                                      Action directe avait 1000 % ... ces gens sont à abattre point barre.

                                      Et cela ne me gène pas, ces élites commettent des crimes contre l’humanité. L’ordre nouveau est en marche depuis la semaine dernière.

                                      C’est annoncé, on va en prendre plein la tronche.

                                      A peluche


                                      • Léo Réaguart moneyasdebt 28 septembre 2009 15:22

                                        Hé ! Attendez une seconde, c’est le même article à la virgule près que je viens de lire sur le site de Marianne, sous le titre « vers un état sans état »...

                                        Pas très déontologique ça...votre journal vient de chuter brutalement dans mon estime...


                                        • Internaute Internaute 28 septembre 2009 15:45

                                          C’est exact mais pas criticable. L’auteur se présente comme un membre du collectif « Vrai Débat » qui est aussi l’origine citée dans Marianne. Rien n’oblige à ne publier que des articles qui n’ont pas été déjà publiés ailleurs pourvu qu’ils soient signés de la même personne où qu’une référence explicite au vrai auteur soit incluse. N’étant ni rédacteur ni modérateur d’Avox, ceci n’engage que moi bien entendu.


                                        • goc goc 28 septembre 2009 15:32

                                          le problème avec cette politique c’est son incohérence
                                          on ne peut pas à la fois, « supprimer » des fonctionnaires et legiferer a tout va, a coup de textes incomprehensibles, voir contradictoire, necessitant toujours plus de fonctionnaires pour les appliquer
                                          il suffit de regarder la gabgie de l’ex ANPE, ou la future loi HADOPI

                                          résultat : le gvt se retrouve a débaucher des fonctionnaires pour ..passer le travail à des officines privées, qui elles s’empressent de mettre l’argent gagné..à l’étranger

                                          alors qu’un fonctionnaire coute de l’argent mais depense cet argent chez lui (et donc fait vivre les autres francais), ces officines delocalisent le travail et surtout les bénéfices, dans des paradis fiscaux

                                          Alors au final, on y gagne quoi ???


                                          • ASINUS 28 septembre 2009 15:42

                                            le boucher de ma ville detestait les feignasses de fonctionnaires


                                            la gendarmerie de ma ville a été fermée
                                            la caserne de ma ville a vus le rima partir
                                            la gare sncf ne comporte plus qu un guichet automatique et deux agents ’ sur 9’
                                            la poste est fermée 2 jours par semaine plus que deux guichets -5 agents
                                            comme le regiment est partie l ecole a perdu 2 classes et on parle de fermer
                                            la maternelle et le dispensaire ect....
                                            le boucher de ma ville a perdu 40/100 de clientele
                                            le boucher de ma ville vient de realiser que 40/100 de feignasses le faisait vivre !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires