• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Du bitcoin dans l’assurance-vie : dernière folie macronienne

Du bitcoin dans l’assurance-vie : dernière folie macronienne

La loi Pacte, c’est notamment la loi qui prévoit la privatisation d’Aéroports de Paris. Mais d’autres recoins peu connus de cette loi revèlent des décisions absolument abracadabrantesques, pourtant largement oubliées par les commentateurs de la vie politique. L’une des plus incroyable est probablement l’autorisation d’inclure des crypto-monnaies dans l’assurance-vie  !

 

Contre-temps et idéologie délétère
 
Pour qui prend un minimum de recul, la décision de permettre aux assureurs de proposer des contrats d’assurance-vie exposés aux crypto-monnaies comme le bitcoin est profondément incroyable. En effet, nous ne sommes plus au début du bitcoin, quand le manque de recul pouvait permettre à certains de se faire embobiner par les mécanismes et le discours autour des crypto-monnaies, quand des grandes entreprises annonçaient qu’elles allaient permettre les paiements en bitcoin. Depuis, la bulle a beaucoup gonflé, a aussi explosé plusieurs fois, des arnaques ont été révélées, l’enthousiasme des débuts des crypto-monnaies s’est largement évaporé, même chez certains partisans.
 
Début 2013, le bitcoin cotait à peine 15 dollars, avant de passer le cap des 1000 dollars à la fin de l’année, puis de s’effondrer de 70% en 2014. En 2017, le bitcoin est passé de moins de 1000 dollars à près de 20 000, avant de perdre plus de 80% de sa valeur l’an dernier. Depuis quelques mois, le yo yo est reparti à la hausse, progressant de plus de 100% en quelques mois, même s’il faut souligner que la cryptomonnaie star reste loin de son record de fin 2017. Ces montagnes russes sont-elles vraiment approporées à un produit d’assurance-vie ? En outre, la folie des marchés et l’expérience du passé suggère qu’un jour, la valeur des cryptomonnaies pourrait bien totalement s’évaporer…
 
Mais comment le gouvernement peut-il autoriser la présence de cette fausse monnaie dans des produits d’assurance-vie, leur donnant ainsi un statut fiscal préférentiel ? Cette prime à la fausse-monnaie, bien trop acceptée et promue par les élites de ce monde, jusqu’à Christine Lagarde, est proprement incroyable étant donné le très lourd passif des variations de sa valeur, et des différentes anarques à son égard. Encore une fois, le gouvernement montre sa superficialité, se contentant de suivre les vents idéologiques dominants, sans jamais se poser la question s’ils sont pertinents ou non, y compris quand beaucoup d’indices montrent pourtant qu’il convient de protéger les Français.
 
 
Le bitcoin est une expérimentation financière extravagante, qui ressemble aux pires excès de la planète financière. Déjà, de nombreuses personnes ont perdus de fortes sommes et d’autres ont été arnaquées. Et ce gouvernement superficiel trouve le moyen d’autoriser la présence de produits basés sur le bitcoin dans le produit d’épargne de choix des Français. Quelle folie !

Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

94 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 18 mai 10:38

    Mouais... A mon avis, l’Euro est à peine plus crédible que le Bitcoin...

    Qu’un pays conséquent membre de cette association de malfaiteurs se déboutonne et ça va être la débandade !


    • Armelle Armelle 18 mai 11:38

      Oui c’est clair, l’Euro est à peine plus crédible que le bitcoin, puisque que de toute façon la valeur de toute monnaie repose sur la confiance qui lui est accordée...

      Et puis il est assez amusant ma foi d’oser donner du crédit à l’idée de fond de l’article en commençant par évoquer Aéroport de Paris dont la loi pacte en prévoit la vente. Tant mieux qu’on vende cette poubelle !!! Aéroport de Paris est classé bon dernier parmi tous les aéroports du monde, d’autant que ce classement émane des usagers et non d’un bureau d’analyse quelconque !!!

      Rien à foutre d’Aéroport de PARIS et tant mieux que le privé ait la possibilité d’en améliorer le fonctionnement et le SERVICE !!!


      • Yaurrick Yaurrick 18 mai 19:32

        @Armelle
        Rien de nouveau, selon une étude d’airhelp, CDG est le 121e meilleur et Orly 129e.... A comparer avec Toulouse-Blagnac, 89e meilleur aéroport mondial. et le 2e meilleur aéroport de France.
        https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-blagnac-meilleur-aeroport-france-classement-mondial_23699940.html


      • Intru 18 mai 18:04

        Le bitcoin est une version moderne de l’étalon-or, ni plus ni moins, ca n’a absolument rien d’ « extravagant ». Les « pires excès » de la planète financière sont justement liés à la monnaie imprimable à volonté, précisement ce que le bitcoin (et l’étalon-or en son temps) permettent d’empêcher.

        Ca choque encore quelqu’un en 2019 qu’on donne de la valeur à quelque chose d’immatériel ?...


        • Pascal L 18 mai 19:40

          @Intru
          Il n’y a aucun rapport entre l’étalon-or et le bitcoin, d’ailleurs le bitcoin est une monnaie et l’or une contrepartie de la monnaie. Pour générer la confiance, toute monnaie à besoin d’une contrepartie solide. L’or a l’avantage d’être inaltérable, rare avec une demande qui ne cesse jamais. Une monnaie qui s’appuie sur l’or a une valeur permanente, inaltérable comme l’or, du moins tant que l’on ne tire pas sur la corde.
          Le bitcoin a comme contre partie les heures de calculateur nécessaires pour maintenir les blockchains. Autrement dit, la contrepartie n’existe plus au moment où la monnaie est émise, ce qui la rend parfaitement volatile. Le bitcoin ne peut servir de refuge avec une telle volatilité. C’est exactement l’inverse d’une monnaie basée sur l’or.

          Les mécanismes inflationnistes arrivent lorsque la monnaie est émise sans contrepartie. On peut toujours en faire un peu avec l’or comme contrepartie, car il est peu probable que tout le monde demande un remboursement en même temps. En fait, cela ne pose aucun problème pour l’Etat, tant qu’il y a une contrepartie à la dépense. Construire des Airbus ou des centrales nucléaires en imprimant des billets n’est pas trop risqué. Imprimer des billets pour les mettre dans les fonds propres des entreprises permet d’augmenter la richesse globale par l’investissement. Ce n’est plus la même chose lorsque les billets servent à acheter des cadeaux aux électeurs.

          A côté de cela, l’Euro a pour contrepartie la dette qui n’est pas une richesse pour tout le monde. La valeur de l’Euro est basée sur la confiance que l’on peut avoir dans on remboursement. Le fonctionnement même de ce mécanisme interdit à terme de rembourser la dette, car cela équivaut à supprimer toute circulation monétaire. Lorsque j’emprunte, la banque inscrit la somme sur mon compte sans autre contrepartie que la reconnaissance de dette et cette somme est effacée lors du remboursement. Rien n’est créé ou détruit. Tout ce qui change est la quantité de monnaie qui circule. La dette ne peut que croître dans ces conditions. Les financiers qui possèdent la dette ne s’inquiètent pas car l’Etat peut toujours créer des impôts confiscatoires pour que le financier se rembourse sur votre richesse. Pour s’enrichir, l’homme a inventé l’esclavage puis la colonisation. La création monétaire par la dette en est la suite et le rendement est bien meilleur car c’est totalement indolore. De mon point de vue, l’Euro et le dollar sont par définition des bulles qui ne demandent qu’à exploser. On peut ne prendre la population que pour des cons, mais il y aura un moment où ils s’en rendront compte.


        • Intru 18 mai 20:52

          @Pascal L
          Vous vous méprenez sur la nature du bitcoin.
          Se demander quelle est la contrepartie d’un bitcoin, c’est comme se demander quelle est la contrepartie d’une pièce d’or. Il n’y en a pas, ce sont deux choses pas franchement utiles mais qu’on a décidé d’utiliser comme intérmédiaire pour les échanges. C’est le principe d’un étalon, un peu arbitraire mais bien pratique.
          L’étalon-or et le bitcoin c’est pareil, on change juste l’intérmédiaire « or » (sous forme de pièce ou de $ garanti contre de l’or), par un intérmédiaire plus partique à stocker et transporter, mais en parageant la qualtié essentielle : personne ne peut en créer à volonté sans effort.


        • Prudence 18 mai 23:52

          @Intru
          Rarement vu autant d’erreurs, de mensonges, de fausses informations en si peu de lignes. Hallucinant. Le bit-coin comparé à l’étalon-or, ça, il fallait oser. A peu près aussi vrai que le noir est blanc, que le cercle est carré, que le bas est le haut...
          Mal-comprenant, peut-être ?
          Heureusement l’article commenté, lui, tient la route.


        • Prudence 19 mai 00:09

          @Prudence
          Le bitcoin disparaîtra lorsque l’on comprendra qu’il est tout simplement en contradiction avec l’écologie et appartient au passé. Il consomme du courant électrique et use rapidement les machines (les fabricants d’ordinateurs, eux, en sont donc très contents). Le « minage » est minable, et le bitcoin est miné par essence.
          La seule raison qui le fait exister, c’est que ceux qui en détiennent croient s’enrichir (s’être enrichis). Eh bien s’ils sont si riches, qu’ils les vendent, leurs bitcoins, pour nous (se) prouver qu’ils sont riches ! Là est le hic ou le flop. Le bitcoin : la monnaie qui floppe, surtout. La grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf, et qui gonfle, qui gonfle...
          On vous met au défi de les vendre, vos bitcoins, de les échanger contre des réalités tangibles et honnêtement produites. Allez-y, vendez-les, vos grenouilles qui ne passent pas par la porte. Super.
          Ravi, absolument ravi d’apprendre que MacRonds a eu l’idée d’introduire des bitcoins dans l’assurance-vie : il est bien fou comme un lapin, et on a donc une raison supplémentaire de voter contre lui le 26 mai.


        • Intru 19 mai 06:13

          @Prudence
          > « Le « minage » est minable, et le bitcoin est miné par essence. »
          Et c’est là la différence fondamentale avec l’or, qui ne demande aucune énergie pour être extrait du sol ou transféré d’un bout du monde à l’autre. Ho attendez...

          > « Le bit-coin comparé à l’étalon-or, ça, il fallait oser »
          Si vous avez un vrai argument je serai ravi de l’entendre, en attendant je vais répondre sur le même ton :
          Halalala vous avez tout faux dans votre message, c’est vraiment n’importe quoi, faut revoir votre copie, je vous met au défi de trouver une autre monnaie qui à progréssé de 20000% en 5 ans, allez-y allez-y.


        • Parrhesia Parrhesia 19 mai 09:42

          @Pascal L
          R/V. commentaire du 18.05 à 18H 40.
           
          Bonjour Pascal L,

          >>> Il n’y a aucun rapport entre l’étalon-or et le bitcoin, <<<

          Je doute que cette position soit totalement exacte !
          Il semble bien qu’il y ait au moins un point commun entre les deux : la suppression de l’étalon-or et la création du bitcoin ont toutes les deux été réalisées par la même association de détrousseurs ultra-libéraux !!!

          >>> A côté de cela, l’Euro a pour contrepartie la dette qui n’est pas une richesse pour tout le monde. <<<

          Certes ! La dette ne reste bien une richesse que pour l’infime minorité qui l’a mise en place pour son seul et plus grand profit !!! 
          Mais la dette ne semble pas être la contrepartie de l’euro qui, lui, n’est qu’un outil peut-être imparfait mais dont les résultats dépendent prioritairement du talent et de l’honnêteté des opérateurs qui le manipulent.
          La dette est donc avant tout la « conséquence de l’inconséquence » des différents corps électoraux qui autorisent les pires menées de la part de manipulateurs qu’ils portent, reportent et reportent sans cesse au pouvoir depuis un demi-siècle !!!
          En cette période électorale, il serait peut-être bon de considérer le problème sous cet angle avant de reconduire aux commandes les mêmes qui nous ont mis, et vont immanquablement continuer à nous remettre, dans la panade !!!
          A part cela, bonne journée à vous .


        • Intru 19 mai 14:25

          @Parrhesia
          > "la suppression de l’étalon-or et la création du bitcoin ont toutes les deux été réalisées par la même association de détrousseurs ultra-libéraux !!!« 

          La suppression de l’étalon-or permet d’imprimer de la monnaie à l’infini, le bitcoin l’empêche... Je vois mal comment LES DEUX pourraient permettre de » détrousser " alors qu’ils sont l’exact opposé l’un de l’autre ?


        • Prudence 19 mai 16:27

          @Intru
          Cher naïf, vous qui allez souffrir en perdant bientôt tous vos placements en bitcoins (car vos raisonnements sont faibles, ce que révèle votre courrier) :

          1. Pour l’or, l’énergie dépensée pour l’extraire l’est une seule fois. Pour le bitcoin, c’est continu et il faut sans cesse remplacer les machines, les refroidir, entretenir la câblerie de communication : c’est parfaitement idiot. Le coût d’extraction tend vers une augmentation infinie. Stupide. En cas de problème électrique global (violences, pénurie, tempête solaire, etc.) tout floppe. Pas l’or sur lequel on se précipitera.
          2. Une progression de valeur de 20.000% en 5 ans est très inquiétante et ne peut séduire que les gogos et les roublards demi-habiles. L’histoire de l’économie montre que le rendement est d’autant plus élevé que le risque l’est aussi. On en déduit (par raisonnement inverse) donc que le placement le plus risqué est actuellement le bitcoin, incomparablement plus risqué que le pire des junkbonds.
          3. J’ai déjà eu avec un conseiller bancaire des plus sérieux une discussion sur la question. Je vous conseille amicalement de quitter le bitcoin tant qu’il est temps. Ne me dites pas un jour que je ne vous aurai pas prévenu. Si vous avez peu misé, et que vous acceptez la perte totale, gardez tout et regardez tout cela de loin avec amusement. Si vous avez placé beaucoup, disons l’équivalent de plusieurs mois ou un an de revenu, partez au plus vite car vous perdrez tout un jour prochain. Vous n’en retirerez pas même un centime, puisque contrairement à une monnaie de métal qui vaudra toujours son poids de ferraille, ou bien un billet qui conservera toujours son statut d’objet de collection, la valeur du bitcoin tombera exactement à zéro, ce qu’on n’a jamais vu, bien sûr. Record de bêtise. Même un assignat vaut encore quelque chose aujourd’hui (j’en ai acheté un pour quinze euros, pour décorer mon bureau et me rappeler la bêtise économique). Vous, vous serez devant un écran noir.
          4. Bon courage.

        • Pascal L 19 mai 20:10

          @Parrhesia
          « la création du bitcoin ont toutes les deux été réalisées par la même association de détrousseurs ultra-libéraux »
          Détrousseurs certainement tous les deux, mais ceux qui ont créé le bitcoin ne sont pas les mêmes et n’ont probablement pas les mêmes objectifs. Les créateurs de bitcoins sont de vrais aventuriers qui n’avaient pas forcément complètement anticipé des caractéristiques du produit. En tout cas, l’augmentation exponentielle du besoin de calcul créé une limite absolue qui sera à l’origine de l’effondrement de la monnaie. Lorsque le minage (mirage ?) ne sera plus rentable, les opérateurs vont se retirer et les possesseurs de bitcoin qui ne l’auront pas fait ne garderont que les larmes pour pleurer. Les créateurs du bitcoin, eux, ont déjà fait l’essentiel des bénéfices qu’ils pouvaient espérer. Une partie de ces créateurs a également fait sécession pour créer d’autres monnaies comme l’éthereum dont le cours a commencé son ascension en remplacement du bitcoin. 

          « Mais la dette ne semble pas être la contrepartie de l’euro » Cela ne semble pas, c’est la contrepartie de l’euro. Étudiez les mécanismes de mise en circulation et vous comprendrez. Il n’y a aucune autre « richesse » qui puisse servir de contrepartie. A l’époque, les financiers étaient fiers de parler d’une mécanique anti-inflation, ce qui était vrai. La dette à l’époque était infime et la plupart des Euros en circulation au début provenait d’une monnaie permanente basée sur l’or, ce qui fait que personne (ou presque) n’a compris le problème au départ. Aujourd’hui, cette part permanente a fondue avec l’inflation et le prélèvement des intérêts. Regardez les masses monétaires aujourd’hui. La dette privée + publique en Euro est à peu près le double de la masse monétaire (M1+M2+M3). Donc il suffit de rembourser seulement la moitié de la dette pour qu’il n’existe plus un seul euro en circulation. Le problème est le même avec le $. Réduire la dette est de fait totalement impossible.
          Les financiers n’en n’ont pas soucis puisque l’Etat peut encore monter le niveau d’imposition. Le mouvement des Gilets Jaunes est bien une conséquence du fonctionnement de l’Euro, même si pas grand monde en est conscient. Le manque d’Euros en circulation relativement aux besoins de l’économie commence à se faire sentir, mais la situation ne peut qu’empirer si personne ne réforme la monnaie. Les rachats de dettes par la banque centrale ont permis au système de perdurer encore un peu, mais n’ont rien résolu. Le mur est là, en face, et nous accélérons.

          J’ai beau scruter les programmes des divers candidats à l’élection européenne, je ne trouve aucune liste qui a compris le problème, même si on peut trouver ici ou là quelques inquiétudes sur le sujet. Je sens que je vais aller à la pêche ce jour là. J’avais bien essayé d’en parler dans le grand débat, mais ce sujet n’a pas réussi à percer. La sortie de la crise qui monte risque d’être très brutale.


        • Intru 19 mai 21:43

          @Prudence
          1 :
          > « l’énergie dépensée pour l’extraire l’est une seule fois »
          Oui, pour l’EXTRAIRE, mais pour ensuite faire une transaction avec un client situé en Pologne ? Vous conaissez un moyen faire parcourir 2000 bornes à un lingot d’or sans consommer d’énergie ?
          > « Le coût d’extraction tend vers une augmentation infinie »
          C’est pareil pour l’or, plus on en extrait plus c’est difficile d’en extaire, et un jour il n’y en a virtuellement plus du tout.
          > « Pas l’or sur lequel on se précipitera. »
          Si je me préparais à un « problème électrique global », je stockerais de la nourriture et des armes, pas du bitcoin ni de l’or.
          2 :
          Je parodiais le message d’un autre intervenant en offrant un argument moisi. Quand je « vante » le bitcoin je ne parle pas de son prix, mais de son potentiel.
          3 :
          > « Ne me dites pas un jour que je ne vous aurai pas prévenu. »
          J’entend ca depuis 2012, mais merci beaucoup du conseil smiley


        • Intru 19 mai 21:55

          @Pascal L
          > « Les créateurs du bitcoin, eux, ont déjà fait l’essentiel des bénéfices qu’ils pouvaient espérer. »
          Vous en savez quoi exactement ? Je connais pas mal de gens qui sont entrés alors que le prix était de l’ordre de $1-$100, la plupart ont encore à ce jour la majorité de leurs bitcoins.
          > « les opérateurs vont se retirer »
          Non, ils toucheront toujours les frais de transaction... La « fin » du minage étant programmée pour 2140, si le bitcoin existe toujours dans sa forme actuelle (ce qui est quand même peu probable), une transaction bitcoin sera l’équivalent actuel d’un convoi de fourgons remplis d’or, donc ils pourront se payer.


        • Pascal L 21 mai 10:26

          @Intru
          Je parle des créateurs du bitcoin et non des premiers utilisateurs. Ces créateurs ont obtenu les premiers bitcoins quasiment gratuitement en mettant en place la première infrastructure et ont probablement vendu une partie de leur magot au moment où le bitcoin était au plus haut. Ils sont anonymes, mais il y a eu de grosses ventes à cette époque. Ils ont probablement une bonne idée de la volatilité de leur monnaie.

          L’Ethereum est issu d’une dispute parmi les créateurs du bitcoin. Le problème portait sur la réduction du coût du minage qui demandait une modification importante dans la gestion des blockchains. L’Ethereum est parti sur de nouveaux algorithmes alors que le Bitcoin est resté avec les anciens.

          « une transaction bitcoin sera l’équivalent actuel d’un convoi de fourgons remplis d’or »
          Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. Qui aura alors les moyens d’acheter du bitcoin avec un prix de transaction aussi élevé ? D’où viendra cette richesse puisque le bitcoin n’en produit pas ?
          Aujourd’hui, il y a 2189 monnaies virtuelles recensées sur le site CoinMarketCap. Seule les plus solides existeront dans quelques années. Nous ne pouvons qu’observer la réduction progressive de l’écart entre les Bitcoins et ses principaux rivaux. Si les frais sur le Bitcoin montent trop haut, il disparaîtra. La plupart de ces monnaies ne sont que des produits de placement spéculatifs basés sur du vent, autrement dit une bulle qui ne demande qu’à éclater. Pour résister, ces monnaies doivent avoir des contreparties réelles, ce qui me semble douteux pour l’essentiel. Wait and see !


        • Intru 21 mai 10:52

          @Pascal L
          Pour info, la vaste majorité du premier MILLION de bitcoin miné n’a jamais été touché. Donc soit le/les créateurs sont morts soient ils s’accrochent encore à leurs bitcoins.

          > « Qui aura alors les moyens d’acheter du bitcoin avec un prix de transaction aussi élevé ? »
          Ben, même si on était encore à l’étalon-or, vous ne feriez pas vos achats en ligne en envoyant des pièces d’or par la poste ? Aujourd’hui le « lightning network » permet de transferer des bitcoin sans faire de transaction sur la blockchain.

          > « D’où viendra cette richesse puisque le bitcoin n’en produit pas ? »
          Le prix de l’or ne vient pas de la richesse qu’il crée.

          > « Seule les plus solides existeront dans quelques années »
          Sans aucun doute.

          > « Nous ne pouvons qu’observer la réduction progressive de l’écart entre les Bitcoins et ses principaux rivaux. »
          C’est moins vrai. Il y a encore peu de temps, quand le bitcoin augmentait, ses rivaux augmentaient encore plus. C’est le contraire qui se passe depuis le « rally » qui a débuté en avril. Personellement je n’y crois pas trop, mais oui on peut imaginer que le bitcoin perde la place de tête à long terme.

          > « des contreparties réelles »
          Tout l’intêret des cryptomonnaies c’est qu’elles n’ont pas besoin de contrepartie puisque leur quantité est limitée ! Donner une contrepartie à une crypto c’est comme donner une contrepartie à une pièce d’or.


        • Pascal L 21 mai 22:13

          @Intru
          Le « lightning Network » est astucieux, mais ne supprime par les coûts de transactions à l’ouverture et à la fermeture du canal et ne s’adapte bien qu’aux micro-transactions. Il semble qu’il ne soit pas adapté à l’achat d’une voiture par exemple, car il oblige tous les nœuds par où transite la transaction d’avoir un cautionnement de même niveau et je n’imagine pas que les clients acceptent de laisser une caution élevée inutilisable. La fermeture du canal peut se faire sans l’aval d’un des deux partenaires qui ne sera peut-être pas très heureux de supporter inopinément les frais de transaction en sortie.
          Je me demande tout de même si ce système ne pourrait pas être adapté à des micro-transactions avec des monnaies classiques. 

          «  la vaste majorité du premier MILLION de bitcoin miné n’a jamais été touché » Il est intouchable, car ce serait un mauvais signal envoyé au marché. Ce n’est peut-être pas dans le premier million qu’il faut chercher.

          « Le prix de l’or ne vient pas de la richesse qu’il crée » L’or ne créée pas de richesse, il est la richesse. Sa valeur vient de la demande d’or dans le monde indépendamment de son utilisation monétaire. Il est utilisé en bijouterie ou en électronique. Tant que l’humanité aura besoin de bijoux et qu’il restera rare, son prix ne baissera pas. Tout le monde peut aussi chercher de l’or dans la nature et les monnaies basées sur l’or s’apparentent au troc. Un billet, c’est une créance sur une parcelle d’or dans un coffre de banque.

          « Tout l’intêret des cryptomonnaies c’est qu’elles n’ont pas besoin de contrepartie puisque leur quantité est limitée »
          La valeur est basée sur la confiance que cette quantité ne variera pas, ce qui est hautement probable, mais surtout que la demande augmentera et c’est plus difficile à croire. Si on vent du bitcoin pour acheter de l’Ethereum, le bitcoin va baisser alors que l’Ethereum va augmenter. Le problème n’est pas lié à l’augmentation du nombre de bitcoins, mais plutôt à l’explosion de l’offre globale de crypto-monnaies, ce qui est une forme de concurrence. Finalement le nombre de bitcoins peut devenir supérieur à la demande.
          Sachant qu’il n’y a pas de contrepartie, le prix du Bitcoin va tendre alors vers 0. Dans une monnaie basée sur l’or, le client sait qu’il peut toujours demander de remplacer ses billets par des pièces d’or (dans la limite de ce qu’il reste dans les réserves tout de même) et cela maintient un prix plancher pour la monnaie, fonction des réserves. Pour l’Euro, le garde-fou est dans la confiance que les dettes seront remboursées un jour et que, si nécessaire, l’Etat relèvera ses impôts pour récupérer la richesse des contribuables et rembourser ses dettes. Une monnaie sans contrepartie n’est que du vent. La confiance n’est pas une valeur stable. Ce qui est amusant, c’est que les billets en Euro imprimés par la banque centrale n’on aucune contrepartie et donc, n’ont pas de valeur. Ce sont les banques commerciales qui créent la valeur de l’Euro en prêtant. Les billets qui servent de caution dans les coffres des banques commerciales n’ont tellement plus de valeur qu’ils ne peuvent même plus circuler. Ce sont des billets de 500€ qui ne sont plus acceptés dans les commerces et les banques. Tout le monde fait semblant....


        • Intru 22 mai 09:47

          @Pascal L
          > « ce qui est une forme de concurrence » ... « le prix du Bitcoin va tendre alors vers 0 »
          Erm, le fait qu’il y ait de la concurrence ne fait que diviser la demande, il ne la réduit pas (au contraire)... MacDo ne va pas dissparaitre parce que la demande se sépare entre plusieurs chaînes de restaurant, si ?

          Le lightning network et les pièces d’or par la poste, c’est juste pour illustrer le fait que le bitcoin peut être l’étalon de valeur sans qu’on paye son café directement sur la blockchain. Donc un coût de transaction élevé ne veut pas dire la mort du btc, d’ailleurs le prix d’une transaction en or physique n’a pas empêché l’étalon-or de durer jusqu’à tout récemment.

          > « Il est intouchable, car ce serait un mauvais signal envoyé au marché. »
          Il aurait pu être touché dès le départ et diffusé sur d’autres adresses. Et les créateurs n’avaient plus (et n’ont jamais techniquement eu) le monopole du minage.

          > « Sa valeur vient de la demande d’or dans le monde indépendamment de son utilisation monétaire »
          Pendant des siècles certains ont utilisés des coquillages comme monnaie, d’où venait leur valeur ? De leur utilisation comme monnaie, c’est tout.
          Si on cherche comme étalon quelque chose qui a des utilisations et une demande « réelle », pourquoi l’étalon-or et pas l’étalon-fer ? Le fait que l’or ait d’autres utilisations est un argument CONTRE son utilisation comme monnaie. Cela fait augmenter sa valeur et rend donc son utilisation « réelle » plus coûteuse sans raison (et ramener l’utilisation en électronique alors que l’or monnaie date du néolothique... je comprend vraiment pas).


        • Intru 22 mai 10:08

          @Pascal L
          Je vous répond quand même un minimum sur le LN.
          > « un des deux partenaires qui ne sera peut-être pas très heureux de supporter inopinément les frais de transaction en sortie »
          Les frais de transaction sont re-consentis à chaque nouvelle transaction, donc ce n’est pas inopiné.

          > « une caution élevée inutilisable »
          Il y aura toujours des noeuds de grosse capacité pour récupérer quelques frais ; ca ne coûte quasiment rien de faire tourner un noeud. Les bitcoin ne sont généralement pas « inutilisables », il sont utilisables sur le lightning network ; et les récuperer on-chain ne prend que le temps d’une transaction.

          > « Je me demande tout de même si ce système ne pourrait pas être adapté à des micro-transactions avec des monnaies classiques. »
          Un état pourrait émettre sa propre crypto, après c’est plug-and-play.


        • Prudence 19 mai 00:25

          Là où l’on atteint le comble du ridicule et de la folie, c’est quant on dit que le bitcoin servira à éviter les fraudes, alors qu’il est utilisé précisément dans ce qu’il y a de plus « dark », et notamment pour l’achat de drogue (laquelle, introduisant en retour un sentiment de confusion de réel et de l’imaginaire, a sans doute un effet non nul sur la croyance à la valeur réelle du bitcoin). La vraie « blockchain » c’est la réaction-retour-en-chaîne hallucinée après avoir réellement converti ses bitcoins en drogue, et que l’on commence donc à y croire, boosté par la chimie bien réelle.

          L’inversion du réel et de l’imaginaire, du vrai et du faux, a été atteinte avec le bitcoin. On pourra donc un jour dater à quelques années près le sommet indépassable de la bêtise humaine, au moment du crash écologique : les cryptomonnaies. Il y aura des débats pour savoir si le sommet de la stupidité aura culminé avec leur invention, avec leur usage, ou avec leur introduction dans les assurances-vies.

          Le monde est actuellement fou, et lorsque l’on reviendra à la raison, certains tomberont de haut. Les Gilets jaunes et quelques autres n’ayant rien à perdre, eux, ne souffriront pas plus que d’habitude, et sans doute plutôt moins.


          • Intru 19 mai 06:30

            @Prudence
            En une décénnie, le bitcoin a consommé autant d’énergie que le parc automobile américain en 3 jours.
            A part ca, des sources policières m’ont confirmé que l’achat de drogue se fait plus souvent en euros qu’en bitcoin. J’imagine que seul un drogué peut accorder de la valeur à une monnaie qu’on peut imprimer à volonté en appuyant sur un bouton ^^


          • BITCOIN 19 mai 08:58

            @Intru @Prudence
            la monnaie des gangsters c’est le cash, l’arnaque ultime, de faire tourner la planche à billets à volonté, la désinformation le mal de notre époque...long bitcoin short bankers.


          • Prudence 19 mai 16:56

            @Intru
            Argument ridicule : bien évidemment qu’il y a plus d’achat de drogue qu’en bitcoins, puisque l’euro est bien plus répandu et accepté ! Vous produisez des truismes et cela semble vous rassurer.
            Le fait que vous ayez demandé ce renseignement ne prouverait-il pas le peu de confiance que vous avez vous-même dans ce château de cartes électromagnétique ? Le bitcoin ne fait-il pas que regrouper tous les partisans actuels de la méthode Coué, réunis en club ?


          • Intru 19 mai 21:44

            @Prudence
            > « Le fait que vous ayez demandé ce renseignement »
            C’était une boutade, vous croyez que je suis vraiment allé poser cette question à la police ? o_O


          • BITCOIN 19 mai 02:11

            Vous n’avez absolument rien compris aux cryptomonnaies, il y en a plus de 4000, mais vous êtes loin d’un cas isolé, ce n’est pas l’ignorance qui est affligeante, ce sont toutes ces certitudes et affirmations concernant un sujet dont on ignore tout, dans les commentaires également, faites les choses dans l’ordre.


            • Prudence 19 mai 16:35

              @BITCOIN
              Mais continuez de vous amuser et de multiplier les cryptomonnaies, cher ami. Continuez, cela vous occupe.
              Moi j’offre à mon épouse de l’or, des diamants, et exceptionnellement du vermeil (elle a un coeur d’or et le mérite), pas des pixels.
              Chacun sa vie, mon pauvre Monsieur.


            • BITCOIN 19 mai 19:21

              @Prudence
              Votre dédain ne changera rien, le Bitcoin se fout de votre avis, vous êtes visiblement d’une autre époque et n’avez pas de vision du futur ni d’ouverture d’esprit, tout est devenu numérique dans votre vie, cela vous a peut-être échappé, la monnaie suit inévitablement cette direction, offrez ce que vous voulez à qui vous voulez, ce n’est pas le sujet, la cryptomonnaie a engendré de nombreux multi-millionnaires, et le prochain cycle en engendra d’autres, pas vous, pauvre est probablement le plus mauvais qualificatif que vous pouviez trouver, décidément vous êtes vraiment à côté de la plaque. Votre commentaire vieillira très mal.


            • Cyril22 19 mai 21:58

              @BITCOIN
              « la cryptomonnaie a engendré de nombreux multi-millionnaires, »
              par pure spéculation, sans aucun apport tangible. C’est un outil d’initiés, dont certains sont des mystiques et d’autres des opportunistes. Je connais un geek qui en a acheté par jeu ou par effet de mode et détient un certain pactole, demain il pourra acheter la moitié du quartier ou rien du tout. Finalement la « pierre philosophale » est dépassée, ce n’est pas du plomb changé en or, mais une formule magique qui le crée ex nihilo.


            • Prudence 19 mai 22:03

              @BITCOIN
              Mais oui : et cela produira plein de millionnaires qui ne méritent pas de l’être, sans aucun talent, et qui auront pourtant du pouvoir sur les autres. Et le monde deviendra encore un peu moins vivable. Tout le monde à parfaitement compris, cher « BITCOIN ».


            • Prudence 19 mai 22:07

              @Prudence
              La question est avant tout morale :
              « Vous voulez un monde encore plus pourri ? Alors achetez du Bitcoin ».
              Je ne pense pas pouvoir faire plus clair et arrête ici cette discussion qui a néanmoins permis de faire émerger des vérités.
              Un grand merci à l’auteur de l’article.


            • Intru 19 mai 23:16

              @Prudence
              > « arrête ici cette discussion »
              Avant d’avoir expliqué en quoi un étalon-bitcoin serait différent d’un étalon-or ? Quel dommage...


            • BITCOIN 19 mai 23:47

              @Intru
              ne gâche pas ton temps, dès que tu sais que le gars va demander au banquier son avis sur le bitcoin, tu sais déjà que t’es tombé sur une bête de concours, ça doit être le genre de mec qui utilise encore un fax, les choses avancent beaucoup dans l’ombre, et sûrement pas dans les médias français qui sont d’une nullité absolue pour traiter ce sujet, Amazon vient de déposer un brevet PoW, Facebook travaille aussi de son côté sur une cryptomonnaie, Microsoft développe aussi sur le BTC, le Bitcoin a pris 11 milliards cette nuit, bref, ça sent vraiment la fin...l’ignorance de ce gars est une chose, compréhensible, mais son mépris alors qui ne pige rien en est une autre, bref, « l’argent c’est mal, mon banquier est super ! »


            • zygzornifle zygzornifle 19 mai 08:34

              Après Leboncoin voila le bitcoin, de toute façon on passe tous au petit coin ....


              • Spartacus Spartacus 19 mai 12:15

                Un bel article dicté par l’ignorance et les préjugés...

                Comme si les monnaies publiques étaient plus fiables ou solides....

                L’€uro en une séance le 15 janvier 2015 de 25% par rapport aux Franc Suisse.

                Il n’est pas plus stable que le Bitcoin. 

                Le Bolivar a lui chuté plus que l’€uro de 25 000%. Le Venezuela est un pays ou le Bitcoin sauve le pouvoir d’achat des milliers de personnes.

                Il n’y a pas plus stabilité des monnaies d’état.


                • Prudence 19 mai 16:46

                  @Spartacus
                  Il ne s’agit pas de comparer des stabilités, mais des volontés humaines. Si l’on « veut » d’une monnaie, on crée sa valeur, si on n’en « veut » pas, on la fait baisser. Si l’on pouvait vouloir du bitcoin, il serait déjà au Crédit agricole et chez le boulanger.
                  Les tentatives parallèles pour lui donner une existence officielle, comme l’essai dont parle l’article, sont pitoyables.
                  L’avenir possible est celui-ci : le monde pourrait se diversifier en communautés, en « société de sociétés » comme disent nos amis anarchistes. Parmi les communautés d’imbéciles, on utilisera les cryptomonnaies, que les autres communautés refuseront, préférant des techniques classiques de création de valeur. Certaines communautés un peu vieux-jeu préféreront même l’étalon-or. Leur bijoux seront plus beaux que dans les communautés d’imbéciles, où ils seront en plastique, car ils ne pourront pas acheter d’or aux autres communautés qui refuseront les cryptomonnaies.
                  Voilà les conversations parfois hilarantes que l’on peut avoir avec des banquiers intelligents. En se quittant, on se tape sur l’épaule, les yeux un peu rouges d’avoir tant ri. 


                • Prudence 19 mai 18:37

                  @Prudence
                  On trouve sur internet des éloges du bitcoin, et ces éloges sont en grande partie responsables de son « pouvoir de séduction ». Bien des pays ont même reconnu le bitcoin comme moyen de paiement pour une part très privée de l’économie (genre achats sur leboncoin ou sur amazon). Ce sont des risques qui les regardent : quant on voit la nullité toxique de quelqu’un comme Jean-Claude Junker, on imagine bien que des politiques soient capables de grandes bêtises. Mais disons qu’en tant que porte-monnaie électronique « à valeur variable », il n’y a pas de raison d’interdire ce gadget, il est vrai. Un Etat ne peut moralement que restreindre son champ d’usage, si l’on ne veut pas risquer de paupériser la population. Cette limitation sera très vraie dans les pays qui condamnent par exemple la non-assistance à personne en danger (France, mais non USA) par exigence « morale ». Maintenant, en ce qui concerne un usage à plus grande échelle, attention, c’est une autre histoire. Je manque de temps, donc je renvoie le lecteur à un document a l’esprit réaliste et non pas « perché » comme l’est l’esprit de ceux qui défendent mordicus le bitcoin. Voir ici, donc : https://www.pascalordonneau.com/mots-d-economie/bitcoin-et-monnaies-crypt%C3%A9es/bitcoin-2018-retour-%C3%A0-la-raison/
                  Après avoir lu ça, je mets quiconque au défi de « placer » plus de 10% de sa fortune en cryptomonnaie sans être complètement zinzin. 10% ça me paraît déjà beaucoup, car il faut accepter l’idée que cela retombe à zéro, absolument à zéro, et qu’on perte entièrement cette somme. Porte-monnaie virtuel : tel est l’avenir des cryptomonnaies. Les introduire dans les assurances-vie est presque une idée criminelle. C’est une pensée à l’envers, qui veut donner artificiellement une stabilité aux cryptomonnaies, une sorte de racket. Une honte. Mais avec qui vous savez, on peut s’attendre à tout.


                • BITCOIN 19 mai 19:51

                  @Prudence
                  pourquoi vous entêtez-vous à parler d’un sujet où commentaire après commentaire l’évidence de votre ignorance du sujet est de plus en plus évidente ? Et vous osez qualifier la communauté crypto d’imbéciles.


                • Prudence 19 mai 20:12

                  @Prudence
                  Autre désavantage des cryptomonnaies : dans le cadre humain « normal », on compte sur ses talents pour s’enrichir. C’est bien, parce que s’il y a talent, c’est que quelqu’un en profitera. On est dans un échange humain. Ainsi, peut-on vouloir s’enrichir en vendant, en créant, en travaillant, en écrivant, en aidant, etc. Les monnaies virtuelles ont quelque chose d’humainement extrêmement pervers : elles attirent ceux qui ont déjà désespéré de leur talent pour s’enrichir, et qui pourtant souhaitent s’enrichir, eti comptent sur la croyance des autres dans la valeur de la cryptomonnaie pour s’y engager. Cela attire donc des esprits embrumés, eux-même ayant désespéré de leur talent, et pourtant avides de richesse. Moralité faible, égocentrisme assuré. Ce qui fait que la montagne de bêtise sur laquelle croissent les monnaies virtuelles est immensément haute, et que les arguments de leurs défenseurs sont si faiblards : le « niveau » n’y est pas, et surtout pas sur le plan éthique. On est là dans les procédés paresseux de l’enrichissement en dormant. C’est complètement minable, comme le minage. Manque d’humanité. La vie, l’enrichissement mérité, c’est tout autre chose. C’est un échange réel avec les autres, un mode de vie.
                  Qu’on ne compte donc pas sur moi pour vilipender celui ou celle qui, par son intelligence et son talent, aide des dizaines, des centaines, mes milliers de personnes à sortir du chômage, et s’enrichit plus qu’eux. Pas de problème. C’est moral. Mais le bitcoin, non merci. Croire que quelque chose de durable puisse tenir en s’appuyant sur une immense accumulation de manque de talent (sur la sélection de l’absence de talent, même !) voilà du stupide de chez stupide. C’est aussi stupide que si un chef d’entreprise décidait de n’embaucher que les moins compétents, tous les malfaçonneurs les pires du marché de l’emploi. Pure folie. Apothéose de l’esprit looser. Avenir bouché, crash assuré.


                • BITCOIN 19 mai 20:27

                  @Prudence
                  Si vous ne comprenez pas je n’ai pas le temps de vous expliquer, des experts qui prédisaient l’échec d’internet il y en quelques uns, alors imaginez si je m’arrêtais à l’avis d’un touriste qui est incapable de voir ce qu’il y a derrière la technologie blockchain et les perspectives qu’elles ouvrent pour l’avenir, en terme d’emplois également...bref, restez avec vos certitudes, l’inévitable arrivera avec ou sans vous. Salutations.


                • Spartacus Spartacus 19 mai 20:47

                  @Prudence
                  Je crois que vous ne comprenez pas.
                  Une monnaie est juste un consommable. Les monnaies sont actuellement sur des marchés qui ne sont pas libres.
                  Le Bitcoin est une offre de plus. Mais c’est surtout une innovation de rupture, et comme toutes les innovations en premier, quelques initiés ou comme moi des curieux utilisent.

                  Vous arguments sont « moraux » et n’a rien a voir avec ou sans talent. Tout le monde peut en avoir, « imbéciles » comme vous caricaturez ou intelligents.
                  Le Bitcoin c’est une monnaie comme l’euro. Elle n’est pas plus ou moins morale.

                  Cette monnaie a beaucoup d’avantages. Elle constitue pour la première fois une concurrence directe aux monnaies d’état qui jouent avec les politiques monétaires.
                  Elle libère des décisions de politiciens et fonctionnaires du trésor les habitants. ou des soubresaut de la politique ou des guerres d’un pays.


                • BITCOIN 19 mai 20:53

                  @Spartacus
                  merci


                • Prudence 19 mai 21:24

                  @BITCOIN
                  Pas du tout, cher Bitcoin, c’est vous qui êtes fasciné par un produit qui n’est qu’un objet comme un autre, nouveau, il est vrai, et obéissant à la loi du marché, de l’offre et de la demande. Regardez la courbe du bitcoin depuis quelques années : rien d’original, c’est en gros la courbe des valeurs technologiques ou comme Amazon, sauf que le bitcoin amplifie la variation (ça réjouit quand ça monte, mais ça panique plus quand ça baisse). Le problème c’est que les autres objets qui sont à l’origine des courbes existent, alors que le bitcoin est du vent (voir l’article cité). Certes, en dernière analyse, le bitcoin, c’est exactement la même chose que toute monnaie, sauf que là, des rigolos se prennent pour des banques centrales en concurrence. Quand on a bien compris ce qu’est une cryptomonnaie, on est tout simplement devant le problème de toute création de monnaie ! Mais c’est là le problème : pourquoi en changer ? La problématique serait stupide, si on ne voyait de manière évidente la compétition entre monnaies qui se cache derrière : une mauvaise monnaie chasserait « volontairement » la bonne. Cette application diabolique de la loi de Gresham pourrait être gagnante, mais encore faut-il que les gens veulent se débarrasser du bitcoin (le mettre en circulation). C’est là le hic. Car tout ceci est très risqué. La cryptomonnaie, c’est le stade ultime du capitalisme où tout devient spectaculaire (irréel), et la monnaie devient spectacle. Cela, Debord ne l’avait pas prévu. La concurrence devient tellement débridée, et les secrets de la création de monnaie si bien intégrés par tous, que tout un chacun se met à créer des monnaies concurrentes. Que le meilleur gagne et que tous se volent. Lamentable. La jungle. La violence, au fond, cachée derrière le consensus de façade.
                  Pourquoi à votre avis les sites vendant des bitcoins ajoutent, à côté de ce sur quoi on doit cliquer « Produit d’investissement hautement volatil. Votre capital est assujetti à un risque ». Parce qu’ils savent parfaitement qu’ils font une sorte de junkbonding, et ne veulent pas avoir de procès. « Hautement volatil », rappelons le, c’est du politiquement correct, du juridique à faire valoir pour ce que de droit. Encore une fois, vu le niveau de médiocrité humaine de l’ensemble, je pense qu’il vaut mieux s’en éloigner prudemment.


                • Prudence 19 mai 21:33

                  @Spartacus
                  Si, si, je comprends bien : cela s’appelle l’ultralibéralisme, ou le libertarianisme, ça a plus de 40 ans. Genre Nozick.
                  C’est complètement dépassé et n’intéresse plus que les ralentis qui veulent libéraliser les drogues, c’est-à-dire abêtir le peuple pour lui faire gober n’importe quoi. On connaît la chanson. Quand je vois que vous appelez Spartacus, laissez-moi rire du travestissement.


                • Prudence 19 mai 21:37

                  @BITCOIN
                  La technologie blockchain est fort bien expliquée dans Wikipédia ou elle est analysée en plusieurs articles, de même que les cryptomonnaies. Rien de bien compliqué à comprendre.


                • BITCOIN 19 mai 22:05

                  @Prudence
                  Ok, vous avez tout compris, les ralentis, gogos, imbéciles, comme vous aimez les qualifier, feront sans vous, le Bitcoin a déjà été enterré des centaines de fois par des gens comme vous, ils ne se sont trompés que des centaines de fois, donc une de plus...je ne suis ni fasciné ni naïf, je sais que la plupart des cryptomonnaies disparaitront comme ont disparu de nombreuses entreprises de la génération internet, que des projets sont bidons, que nous sommes très en avance, que ce n’est pas compréhensible par tous, mais la technologie qui y est associée est là pour durer, et vous l’utiliserez aussi ne vous en déplaise, demander conseil à un banquier au sujet du bitcoin est la blague préférée du monde de la cryptomonnaie, vous êtes ce cliché parfait qui nous amuse, mais nous ne sommes que des imbéciles.


                • Prudence 19 mai 22:11

                  @BITCOIN
                  Oui, au revoir, mon cher communautariste, c’est l’humanité entière qui avancera sans vous.



                • Intru 19 mai 23:25

                  @Prudence
                  > « Après avoir lu ça, je mets quiconque au défi de « placer » plus de 10% de sa fortune en cryptomonnaie »
                  J’ai regardé en diagonale, j’entendais le même type d’imbécilités quand le bitcoin valais $10 et ca ne m’a jamais empêché d’avoir bien plus de 10%. En fait le bitcoin c’est beaucoup trop simple pour ces guignolos qui prétendent déterminer par un savant calcul la « vrai valeur » de ceci ou cela.


                • BITCOIN 19 mai 20:41

                  *qu’elle ouvre


                  • Cyril22 19 mai 21:42

                    Ce qui m’étonne c’est que ces pseudo monnaies sont le type même de la finance virtuelle sans rapport avec une prestation tangible, donc un outil de spéculation et de trafic occulte, or ses supporters parlent d’étique citoyenne ou autre vertu quasi mystique d’algorithmes miraculeux. De toutes façon, c’est ou ce sera « récupéré » par le Système qui y trouvera moyen de profit et d’esquive fiscale.


                    • Prudence 19 mai 21:53

                      @Cyril22
                      Tout à fait, et nous assistons en ce moment à une tentative d’intégration, en France, de ce système parallèle. Tout ce qui est objet d’offre et de demande concerne le système. Et quand les profit sont à de milliers de pourcents, ça l’intéresse. Mais au fond, on n’a jamais crée un « instrument financier » qui ressemble autant à une chaîne de Ponzi. Ce n’en est pas exactement une, mais il y une ressemblance quand même dans la manière d’attirer dans le « jeu » (par la séduction, comme font les camelots, mais eux, ils ont du talent).
                      Les cryptomonnayeurs n’ont pas de chance : le terme sur lequel ils s’appuient pour valider leur système (block) chaîne, rappelle, en fait une autre chaîne.
                      Blockchain... de Ponzi, oui !
                      Nuls en publicité et en communication. Un peu l’UPR de la finance.
                      Quand on vous dit qu’ils n’ont aucun talent et que c’est le principe de leur système !


                    • Cyril22 19 mai 22:11

                      @Prudence
                      en fait il y a un réel engouement parmi des initiés, qui disent « je n’ai pas le temps de vous expliquer, mais vous ne comprenez rien ». Cela repose sur l’exploitation d’une algorithmie certainement géniale, mais associée à une mystique byzantine. En tout cas on voit que les ultra libéraux en sont fans,
                      Après ça, on met tout et n’importe quoi dans les assurances vie, en 2007 ils avaient réussi avec la « titrisation » des dettes insolvables à faire sauter la banque, on verra si les monnaies occultes sont le prochain bâton de dynamite. En tout cas, ça nous renvoie à la formule « si vous ne savez pas qui est le gogo, alors c’est vous ».

                      .


                    • Prudence 19 mai 22:28

                      @Cyril22
                      En guise de réponse, extraits d’un article de Nessim AIT-KACIMI dans Les Echos :
                      « le «  minage  » (activité de création de bitcoin) coûteux, n’est plus rentable même pour les professionnels... Cette activité est aujourd’hui aux mains d’un nombre de plus en plus réduit de sociétés spécialisés (Ghash.IO…) , qui doivent investir des montants importants. »
                      « Des bourses (BTC promo, btcQuick, CoinOpend, Ubitex...) où acheter et vendre du bitcoin contre des monnaies, ont voulu se démarquer de la compétition en offrant des services de «  qualité  ». Un piège. Elles ont disparu au bout de 1 à 3 mois sans laisser d’adresses et après avoir englouti les économies de leurs clients. »
                      « Plus le bitcoin suscite de commentaires favorables (défavorables) sur les forums plus son cours progressera (diminuera) dans la journée . » 


                    • Prudence 19 mai 22:34

                      @Cyril22
                      En guise de réponse, des extraits d’un article de Nessim AIT-KACIMI dans Les Echos :
                      « le «  minage  » (activité de création de bitcoin) coûteux, n’est plus rentable même pour les professionnels... Cette activité est aujourd’hui aux mains d’un nombre de plus en plus réduit de sociétés spécialisés (Ghash.IO…) , qui doivent investir des montants importants. »
                      « Des bourses (BTC promo, btcQuick, CoinOpend, Ubitex...) où acheter et vendre du bitcoin contre des monnaies, ont voulu se démarquer de la compétition en offrant des services de «  qualité  ». Un piège. Elles ont disparu au bout de 1 à 3 mois sans laisser d’adresses et après avoir englouti les économies de leurs clients. »


                    • ETTORE ETTORE 19 mai 23:29

                      En voilà un beau tour de prestidigitation en devenir.

                      Ou comment couvrir la disparition des sommes en toute légalité et.....opacité.

                      Vous avez demandé un magicien illusionniste ?

                      Macron transformeras votre argent en tourterelles volantes et trébuchantes.

                      ABRACADABRA....pouf !


                      • Hannibal42 20 mai 01:30

                        Intégrer le bitcoin dans l’enveloppe fiscale/législative de l’assurance-vie ne serait-il pas l’antithèse de ce pourquoi il a été créé au départ, à savoir une monnaie/réserve de valeur décentralisée dont l’intérêt principal est justement qu’il ne soit pas contrôlé par des gouvernements ?


                        • Intru 20 mai 12:42

                          @Hannibal42
                          « Le bitcoin n’est pas sous le contrôle d’un gouvernement » => ça veut simplement dire qu’aucun gouvernement (ni autorité d’aucune sorte) ne peut décider d’en imprimer à sa guise. Cela restera vrai qu’il soit intégré ou non dans les assurance-vie.


                        • Prudence 20 mai 12:34

                          POURQUOI NE TROUVE-T-ON PAS D’ANALYSE SOLIDE CONTRE LE BITCOIN ?

                          Tout simplement parce que les banques font de même, au fond, avec leur création de monnaie, mais plus intelligemment : elles se taisent et attendent que le bitcoin se crashe, pour récupérer les victimes dans leurs banques plus rassurantes. Pourquoi rassurantes ? Parce que, intelligemment, depuis trois siècles elles ont calculé le montant des prêts possibles en fonction des dépôts, au pourcent près, et négocié cela par accords interbancaires. Bref, elles s’autorégulent, selon le principe de l’intérêt bien compris. Mêmes les plus capitalistes des banques savent qu’il faut de la régulation, contrairement aux libertariens délirants du bitcoin. Voilà pourquoi les banques ne critiqueront jamais publiquement le bitcoin.

                          L’ANALYSE CLASSIQUE SUFFIT POUR COMPRENDRE LE BITCOIN.

                          En tant que produit de marché (offre et demande), l’analyse classique suffit pour comprendre le fonctionnement du bit-coin, qui ressemble plus à la circulation de mini-actions ou de « coupons », que d’une monnaie. Comme ce qui a de la valeur est ce qui se vend, tout le problème pour le bitcoin est d’arriver à se vendre. Nous allons voir comment.

                          1. On crée des bitcoins en nombre fini. On échappe donc à la question de l’inflation, presque par définition. On vend ces bitcoins à des acheteurs qui acceptent de donner Euros et dollars en échange. Ces « vraies monnaies » sont stockées dans une banque que nous appellerons « Ponzibank ».
                          2. Etrangement, pour multiplier les bitcoins, il faut les diviser, c’est sur le plan théorique une sorte de splittage holographique, c’est-à-dire que chaque sous partie (les zéro-virgule-quelque-chose-bitcoins) comprend tout du bitcoin entier : garantie d’authenticité par calcul, répartition nouvelle de la valeur dans les « zéro-virgule sous parties », etc. C’est le mystère de la Blockchain qui authentifie les nouveaux bitcoins qui ne sont pas nouveaux, puisqu’ils ne sont que des « coupons » de bitcoins déjà existants. Ainsi a-t-on l’impression d’un création de monnaie, alors qu’il ne s’agit en vérité que d’une augmentation constate des coupons, eux-mêmes subdivisibles, etc.
                          3. Le problème est que l’augmentation de valeur n’est possible que si le « sous-etc » est vendable. Or il se vend de deux manières, a) en étant acheté par argent comptant dans une vente de bitcoins« , b) par achat d’objet : le vendeur d’objet »achète« un sous-BC en échange d’un téléviseur qu’il cède, par exemple. Cela veut dire qu’il a acheté du bitcoin au moyen d’un objet qu’il cède. Le coupon de bitcoin s’est donc vendu, donc il a de la valeur, à cet instant la valeur x, x=un poste de TV).
                          4. Mais il faut garantir au système la possibilité de vente, sinon le bitcoin perd de sa valeur. C’est là qu’entre en jeu les »complices« du bitcoin, depuis Amazon jusqu’à l’Etat de l’Ohio qui accepte un paiement d’impôts en bitcoin. Sans ces institutions, le bitcoin de pourrait conserver sa valeur. Le schéma est le suivant ; Amazon achète un coupon-bitcoin contre le fait qu’il remet à un acheteur une tondeuse. Que va faire amazon du coupon -bitcoin qu’il a acheté ? S’il ne peut le vendre, il perd cette valeur et a cédé la tondeuse contre rien. Il dépose donc ce cbc (coupon bitcoin) à la banque (une banque qui accepte les bitcoins). Puis amazon veut son »argent« , il demande donc des dollars à la banque. Mais pour y arriver, il faut que la banque à son tour arrive à vendre des cbc. Mais justement, par chance, elle s’appelle »Ponzibank«  ! C’est la banque de départ ! Donc elle peut donner du vrai argent argent à amazon, puisque Ponzibonk a réussi à convaincre un gogo de lui acheter des cbc contre du vrai argent (qu’elle amasse tout de suite).
                          5. Mais, puisque la Ponzibank s’interdit de créer de nouveaux bitcoins et ne fait que laisser augmenter la valeur des cbc, comment fait-elle, elle, pour faire des bénéfices, alors qu’elle ne fait que favoriser une circulation déterminée par la blockchain ? Eh bien très classiquement : elle donne à amazon un tout petit peu moins que la valeur à laquelle amazon a droit en dollars. Elle prélève son pourcentage. Analyse classique.
                          6. Finalement, conclusion de cette analyse classique en terme »d’offre et de demande«  : a) le système ne fonctionne qu’en ponctionnant de l’argent réel, et cette aspiration constante fait qu’on a le droit, avec un amer humour, d’appeler »Ponzibank« le lieu de transfert/dépôt ; b) la valeur y est hautement volatile parce que le système refuse les principes de sécurité des banques classiques, on peut donc perdre presque instantanément la totalité de son dépôt ; c) il se cache derrière un voile de fumée théorique qui n’impressionne que les naïfs ou les roublards, le système étant au contraire objet d’analyse classique, et le mécanisme de blockchain bien expliqué même dans Wikipédia ; d) il est protégé par le relatif silence des »vraies« banques alors qu’une analyse classique révèle instantanément son côté »Ponzi" ; e) il favorise l’immoralité de l’enrichissement sans talent, créant un caste de nouveaux riches dont les seule valeurs sont l’enrichissement et dont le pouvoir sur autrui risque d’être détestable, or cela, c’est exactement ce qui est rejeté par les peuples, le sytème des cryptomonnaies est donc au fond exactement ce qui est rejeté ; f) il n’est pas écologique, et est le reflet même de l’ultralibéralisme et des dérégulations qui détruisent la planète ; f) quand on comprendra que pour sauver la planète, il faudra des actions étatiques fortes, des taxes notamment, un contrôle strict des flux financiers, les cryptomonnaies seront remises à leur juste place de gadget ultralibéral, signes d’un temps qui se termine, où l’on rêvait de tout déréguler. Cela va être l’inverse, et au plan mondial, l’émergence de pouvoir populistes (hélas) montre bien que les peuples ont compris que lois et régulations fortes s’imposent d’urgence. Il se trompent peut-être de partis, mais l’exigence (intelligente !) de plus de règles, et de règles impératives, est là.
                          7. PS : on aimerait bien en savoir plus sur le niveau de corruption du personnel politique de l’Ohio, soit dit en passant.
                          8. Faites comme moi, non seulement fuyez les chaînes de Ponzi et ce qui est crypté et caché, vivez en pleine lumière, faites confiance à votre conseiller bancaire, généralement plutôt sympathique et compétent, faites confiance à votre propre talent, et si vous avez la déception de ne pas le voir récompensé, croyez aux talents de vos enfants. Et si, comme moi, vous trouvez que c’est tout le système bancaire qui est en danger, favorisez l’économie solide la plus classique en choisissant même une banque non cotée en bourse. Et le 26 mai, surtout, ne nous abstenons pas, votons, et en grand nombre, contre la médiocrité, la pseudo-compétence et le mépris qui nous entourent.

                          • Intru 20 mai 12:45

                            @Prudence
                            > « POURQUOI NE TROUVE-T-ON PAS D’ANALYSE SOLIDE CONTRE LE BITCOIN ? »
                            Parce qu’économiquement utiliser le bitcoin revient exactement à utiliser de l’or ou un étalon-on, ce qui a fonctionné du néolithique jusqu’au début des années 1970. Alors les analyse comme quoi le bitcoin ne peut pas marcher, c’est à pleurer de rire.


                          • Prudence 20 mai 13:21

                            @Intru
                            MAIS SI, BIEN SUR, IL Y A UNE ANALYSE SOLIDE CONTRE LE BITCOIN !
                            Mon pauvre « intru », vous vous jetez sur le titre que j’avais choisi, comme la misère sur le monde. Sans doute défendez-vous vos propres placements risqués en « bitcoins ».
                            Bien sûr qu’il y a des analyses solides : je voulais dire que les grandes banques les gardent pour elles, car il y a, de fait, concurrence sauvage (absurde, ridicule), entre des non-banques bitcoinesques et les banques classiques, puisque les unes et les autre émettent monnaie ! Croyez-vous que les banques aient envie de révéler leurs secrets de fabrication de « vraie » monnaie ?
                            A ma connaissance, dans le domaine francophone, un des rares banquiers compétents à dire la vérité sur le bitcoin et les cryptomonnaies est Pascal Ordonneau, ancien de la Banque Hervet, de HSBC et de la City Bank (il fut même PDG d’HSBC Invoice Financing). Un page intéressante est celle-ci. J’ai moi-même (nommé ici « Prudence » : tout un programme !) aujourd’hui procédé à une analyse des plus classiques. La conclusion de ces deux analyses est que le bitcoin et les cryptomonnaies sont du vent, 

                            qu’elles vont bientôt disparaître mais que la technologie blockchain pourra trouver une utilité dans un cadre bien défini par le droit. Maintenant vous faites ce que vous voulez, bien sûr. La chute définitive des cryptomonnaies prendra plusieurs mois ou années, il n’y a pas le feu pour retirer votre mise. Quant à votre éventuelle prise de bénéfices, demandez-vous bien si vous devez le faire rapidement ou au contraire en l’étalant.
                            Bon courage, « intru » ! Et intéressez-vous donc aux analyses les plus classiques de la valeur, cela vous aidera pour vos futurs placements (j’espère sincèrement qu’il vous restera de quoi placer !).
                            Et dire que vous avez dit que je n’y connaissais rien, alors que tout ceci me semble se situer au niveau le plus élémentaire de la théorie de production de valeur, niveau classe de seconde d’autrefois. Vous niez le réel, prenez le faux pour le vrai, l’imaginaire pour le réel, voilà votre problème. Portez-vous mieux, surtout.


                          • Prudence 20 mai 13:29

                            @Intru
                            Lisez bien ce que je dis : je ne dis pas que le bitcoin « ne peut pas » marcher. Je dis qu’« il ne le doit pas », si l’on veut que le monde ne soit pas immonde et une sorte de concurrence de tous contre tous.
                            Car effectivement, en ce moment, « il marche » (tant bien que mal), mais on retrouve un tel départ positif dans toutes les chaînes de Ponzi. Cela ne veut pas dire qu’« il faut » qu’il y ait de telles chaînes. D’où l’importance et l’urgence de plus de règles et de droit, ce dont nous prenons de plus en plus conscience en constatant le terrible état de notre planète. Les cryptomonnaies vont donc tout droit vers une régulation nette et franche.


                          • Intru 20 mai 14:15

                            @Prudence
                            Bon, faisons simple : entre un monde basé sur un étalon-or, et un monde basé sur un étalon-bitcoin, quelle est la différence ? En dehors du fait que les bitcoins sont plus pratique à stocker et transporter, je n’en vois aucune.
                            > « la théorie de production de valeur »
                            Théorie avec laquelle vous auriez prédi en 2009 que le bitcoin dissparaitrait en 2011 après avoir culminé à $1 l’unité. Ne dites pas le contraire smiley


                          • Cyril22 21 mai 09:57

                            @Intru
                            Sauf que l’or est une substance tangible et durable, des objets en or de l’antiquité gardent au moins la valeur de la quantité d’or qu’ils contiennent, alors que le bitcoin est intangible, sujet au hacking et à la falsification, un malware ou une simple rumeur pourrait l’anéantir.


                          • BITCOIN 21 mai 10:21

                            @Cyril22
                            L’or ne peut être volé ? 
                            Le Bitcoin peut être falsifié ? Un malware ?
                            Vous en savez des choses.


                          • Intru 21 mai 11:02

                            @Cyril22
                            > « Sauf que l’or est une substance tangible et durable »
                            Oui, il est « tangible », c’est la raison pour laquelle il est plus difficile à transférer qu’un bitcoin. En soit « tangible » ca veut seulement dire qu’on peut le toucher avec les doigts, ce qu’il n’a aucune importance pour un étalon de valeur.
                            Et un produit virtuel est tout aussi durable que de l’or.


                          • BITCOIN 20 mai 13:27

                            « C’est une question de morale » dit l’idiot qui demande l’avis de son banquier sur le bitcoin.

                            Voici en milliards de dollars les amendes infligés à quelques banques depuis 2008 pour pratiques frauduleuses :

                            Bank of America

                            $76.1

                            JPMorgan Chase

                            $43.7

                            Citigroup

                            $19

                            Deutsche Bank

                            $14

                            Wells Fargo

                            $11.8

                            RBS

                            $10.1

                            BNP Paribas

                            $9.3

                            Credit Suisse

                            $9.1

                            Morgan Stanley

                            $8.6

                            Goldman Sachs

                            $7.7

                            UBS

                            $6.5

                             


                            • Prudence 20 mai 13:47

                              Continuez, cher « bitcoin »... Vous ne pouvez que vous enfoncer davantage (quand on est dans les sables mouvants, dès qu’on bouge, on s’enfonce) :

                              -la banque à laquelle j’ai confié mes économies n’est pas dans la liste que vous présentez, j’en suis très heureux, je l’ai choisie avec soin après réflexion, et pas pour m’enrichir, je laisse cette éventualité d’enrichissement à mes talents si j’en ai. Je lai choisie simplement pour conserver de manière assez sûre ce que je possédais (c’est déjà ça, par les temps qui courent).

                              -ce n’est pas en montrant l’immoralité des autres que l’on justifiera la sienne. Votre pseudo-argument est nul et... parfaitement immoral.

                              -vous ne pouvez pas empêcher l’information de circuler effectivement et rapidement sur internet, ni les lecteurs de nos échanges de cliquer ici : https://www.pascalordonneau.com/mots-d-economie/bitcoin-et-monnaies-crypt%C3%A9es/bitcoin-2018-retour-%C3%A0-la-raison/

                              Désolé. Le réel est ce qu’il est, et souvent, il ne correspond pas à nos désirs. C’est le réel, que voulez-vous.


                              • BITCOIN 20 mai 14:11

                                @Prudence

                                Vous êtes un vieux monsieur qui « offre à son épouse du vermeil », dépassé par un monde qui change plus vite que vous ne pouvez réfléchir, vous cherchez des sources qui ne vont que dans le sens de votre pensée que vous ne voulez surtout pas bousculer, si s’enrichir « sans rien faire » est immoral attaquez-vous à la bourse qui fonctionne de la même façon que le marché de la cryptomonnaie, attaquez-vous aux banques qui s’enrichissent « sans rien faire », le réel n’est pas les 3 articles français qui vont dans votre sens, le réel serait plutôt les Jeff Bezos, Elon Musk, Mark Zuckerberg, Jack Dorsey et tellement d’autres, qui s’intéressent de très près et investissent dans le futur.

                                Retour au réel, 14h10, prenez vos gouttes, retour au réel.


                              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 mai 14:35

                                @BITCOIN

                                Bof ...des glands qui ne font qui récupérer l’intelligence des autres...des merdes .


                              • BITCOIN 20 mai 14:37

                                @Aita Pea Pea

                                vue votre réponse vous êtes épargné(e).


                              • Prudence 20 mai 14:39

                                @BITCOIN
                                Mon Dieu, protégez-nous contre les Elon Musk : les actionnaires ne savent plus quoi faire pour qu’il se taise. Il se moque du monde et le dit : une de ses sociétés s’appellent la Boring company (la compagnie emmerdante, la compagie où l’on s’emmerde, dont le « O » dans le logo est un trou noir). Il a fabriqué des lance-flammes dont l’utilité est douteuse (faits pour être vendus, pas pour servir : principe de ce qu’on appelle la camelotte). Pour le jour où il coulera, il a prévu semble-t-il , en testament, de diffuser « Non, rien de rien, je ne regrette rien » d’Edith Piaf. https://www.boringcompany.com/hat, sur la page où la Boring company, de façon dérisoire... vend des chapeaux ! Ses travaux de trains en tube semblent en concurrence désespérée avec les expérimentations chinoises sur le même thème.
                                Oui je suis vieux, et cela me permet d’avoir vu tous les ratés des nouvelles technologies, mais aussi la montée de la puissance de la Chine, de 1965 à nos jours. Oui, je connais le passé et cela m’aide bien pour le présent et l’avenir.

                                Tout le monde a oublié, à l’époque de windows 3.1, ces sortes d’assistants qu’on nous présentait comme l’avenir, tenant dans la main, de forme quasi-carrée. Il n’y en a même pas d’occasion, car ils ne servent vraiment à rien de rien.

                                Le Segway avait été présenté comme devant transformer les villes et même le monde. Flop total, on le trouve dans les parcs d’attraction et au bord des places, à louer pour quelques minutes.

                                Les Google glasses devaient elles aussi transformer notre vie et le rapport au réel. Flop total : il y a des gens qui cassent la figure des autres qui les filment sans autorisation.

                                Le téléphone portable : très encadré maintenant en voiture, perte de points de permis assurée, ce qui a déterminé une nouvelle technologie de remplacement (très intéressante) par bluetooth, mais que les plus modestes ne peuvent pas s’offrir.

                                La trotinette électrique ne se porte pas très bien et on ne sait plus trop bien où l’utiliser. Hé oui, les gens sont faits de chair et d’os, pas de réalité virtuelle, et se prendre une trotinette, c’est parfois l’hôpital.

                                Et j’en passe... Dans tous les cas, ce qui a été perdu de vue, c’est le réel et les besoins réels. Or il y a un besoin profond de stabilité, de prudence, de sûreté, d’honnêteté et pour tout dire de moralité, qui me fait dire que les cryptomonnaies ne pourront pas survivre longtemps et appartiendront à un passé où le respect de l’autre (de sa sécurité aussi) et de toute la nature était insuffisant.


                              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 mai 14:48

                                @BITCOIN Et j’en suis fier .Rigolo que ces mecs ne savent que proposer que des modèles économiques . L’ arnaque. Et ça parade en ingénieurs ...et mon cul .


                              • BITCOIN 20 mai 15:16

                                @Prudence

                                Vous avez raison, le monde change, des objets sont créés, puis remplacés, effectivement il y a des pertes de valeurs, les conneries virtuelles ont envahi nos espaces et c’est triste, nos livres, nos musiques, nos journaux, notre télévision, notre courrier, sont devenus numériques, le Bitcoin c’est plus pensé comme une réserve de valeur , même si ça fait sourire vues les fluctuations passées, qu’une monnaie à dépenser, à ce stade de développement, il y a d’autres projets en développement, et la monnaie prendra aussi cette dimension numérique où l’on pourra s’échanger de la valeur sans intermédiaire, le changement ça ne veut pas dire que tout devient mieux, les voitures électriques posent d’autres problèmes, ce n’est pas moins moral d’investir dans le Bitcoin ou tout autre cryptomonnaie, que dans n’importe quelle autre société, les personnes qui investissent en bourse le font dans l’idée de vendre plus cher qu’elles ont acheté, rien de nouveau sous le soleil, après qu’il y ait des gens mal intentionnés dans un univers où il y a potentiellement beaucoup d’argent à gagner ce n’est pas nouveau, ma boîte mail est inondée de publicités Forex & Co, oui l’Homme est cupide, il n’a pas attendu le Bitcoin, les banquiers ne sont pas vos amis, votre argent à la banque est à vous que dans une certaine limite en cas de faillite, le Bitcoin ne sera pas toujours la première cryptomonnaie, mais il est encore là pour un moment, je n’ai pas misé ma vie autour de lui et c’est avec mes « talents » que je gagne ma vie, je ne suis pas trader, juste un investisseur qui a étudié de près pendant plus de 2 ans cet univers que vous qualifiez d’imbéciles, pourtant il est composé de personnes très brillantes, de développeurs remarquables qui écrivent une technologie qui appartiendra au futur assurément.
                                Je ne cherche pas à vous convaincre, mais trop de choses vous échappent, et ce n’est pas dans les maigres et très mauvais articles en français que vous pourrez élargir votre vision. 
                                Bonne journée quand même, je m’arrête là, je ne suis pas l’avocat du Bitcoin et je retourne exploiter mes « talents » comme je l’ai toujours fait pour gagner ma vie.


                              • Prudence 20 mai 15:57

                                @BITCOIN
                                Le point commun des cryptomonnaies avec les chaînes de Ponzi, c’est qu’elles ne fonctionnent (en dernière analyse) que par appel d’argent frais. « Vendre » de la cryptomonnaie est donc limité par le rythme des entrée, et des décisions des acheteurs institutionnels (ex : Ohio). Ceux qui gagnent le plus sont ceux qui, en début de chaîne, n’ont pas trop divisé leur monnaie en monnaie splittée. Ainsi le système finit par s’appuyer sur des petits, en grand nombre, qui ne peuvent que souhaiter que le plus rand nombre rejoigne leur « jeu », mais leur espoir de gain n’a rien à voir avec les premiers arrivés et créateurs du système.
                                Il est donc toujours difficile de « vendre » sa cryptomonnaie, surtout rapidement et en grande quantité. Elle a la volatilité... mais pas la liquidité.
                                On ne peut pas exactement parler, d’ailleurs, de chaîne de Ponzi : c’est autre chose, appuyé sur du « flou » savamment entretenu. Tout cela est aussi séduisant qu’une chaîne de Ponzi, et c’est bien tout le problème.
                                Il est déplorable qu’Emmanuel Macron s’y intéresse. Mais avec lui, on sait que l’on peut s’attendre à tout. Vivement le 26.


                              • BITCOIN 20 mai 17:12

                                @Prudence
                                arrêtez, retournez dans votre jardin, il n’y a aucun flou, c’est hyper clair, juste des acheteurs et des vendeurs qui s’entendent sur un prix, ça fonctionne exactement comme la bourse, il y a des investisseurs qui ont acheté des bitcoin à 1$ ou 10 centimes comme d’autres ont acheté des action Amazon ou Apple à quelques centimes, sur quoi vous appuyez-vous pour dire qu’il est difficile de vendre ???? Le record de volume a été battu il y a quelques jours, vous divaguez monsieur. Que cela n’ait pas sa place dans de l’assurance-vie peut être discuté, mais là c’est votre vision du marché de la cryptomonnaie qui est floue, pour ne pas dire aveugle.


                              • Intru 20 mai 18:50

                                @Prudence
                                > « elles ne fonctionnent (en dernière analyse) que par appel d’argent frais. »
                                Si pour vous « fonctionner » est synonyme de « voir son prix augmenter », alors c’est valable pour absolument n’importe quoi, le prix n’augmente que si de la nouvelle monnaie arrive xD (ou alors si la quantité diminue, mais ce n’est généralement pas le cas).


                              • Prudence 20 mai 23:03

                                @BITCOIN
                                Attendez simplement quelques temps, la lutte écologique va se traduire par une profusion de règles et de normes. Rien n’échappera aux normes, tout sera scruté et comparé, jugé. Tel est l’avenir proche, ou bien la planète se crashe. C’est pourquoi il y aura un fin définitive de l’ultralibéralisme et du libertarianisme, comme il y eut une fin définitive de Sparte. Profitez bien, donc, car cela ne va pas durer. La questions est d’abord politique. Profitez bien. Moi, tout cela ne me concerne pas et ne me concernera jamais, et j’expliquerai à mes descendants de ne jamais se lancer dans ce genre de cabrioles. Laissons tout ça aux sauteurs à l’élastique.


                              • Prudence 20 mai 23:08

                                @Intru
                                Dans votre réponse, vous utilisez indifféremment « argent frais » et « nouvelle monnaie ». Or ce n’est pas du tout, pas du tout la même chose. Relisez tout, absolument tout ce que j’ai écrit. 
                                Je serai pédagogue et me tairai donc, vous laissant chercher où est le « truc » qui vous échappe.
                                A l’instant où vous comprendrez, vous voudrez tout vendre en une fois.


                              • BITCOIN 21 mai 01:40

                                @Prudence
                                si vous m’aviez lu plutôt que de vouloir répondre à tout prix en essayant de vous faire passer pour monsieur je-sais-tout, vous auriez lu que près de 78% de l’énergie utilisée pour le bitcoin est de l’énergie renouvelable, vous auriez lu aussi qu’une multitude d’autres projets en développement sont beaucoup moins énergivores, mais vous voulez à tout prix avoir raison à propos d’un sujet que vous survolez de très très haut, le problème quand on pense tout savoir c’est qu’on apprend plus rien, on ne peut pas tout savoir en survolant les sujets sur Wikipédia, à travers les médias de masse, et encore moins en France, la cerise sur le gâteau c’est que vous avez la prétention de croire pouvoir expliquer et convaincre une génération bien plus à même de comprendre que vous-même, sans vouloir vous manquez de respect, vous avez une multitude de connaissances, mais pour ce qui est de ce cas vous êtes complètement à côté et hors sujet, le bitcoin a permis à de nombreuses familles au Vénézuela de faire face à leur triste sort, le bitcoin a une vocation bien plus noble que l’idée que vous vous en faites, par exemple donner la possibilité à 1,7 milliards de personnes dans le monde qui n’ont pas de banque, d’être leur propre banque, si le monde va de plus en plus mal c’est à cause des gouvernements, de la corruption, de la finance reine, certainement pas à cause de quelques lignes de code.


                              • Intru 21 mai 10:56

                                @Prudence
                                > « vous utilisez indifféremment « argent frais » et « nouvelle monnaie ». »
                                Heu.... Le prix d’un « truc » ne peut augmenter que si 1) sa quantité diminue 2) de « l’argent frais » arrive, donc votre commentaire ne concerne pas le bitcoin il concerne TOUT.


                              • Intru 21 mai 11:05

                                @Prudence
                                > « A l’instant où vous comprendrez, vous voudrez tout vendre en une fois. »
                                Je vendrai tout en une fois quand vous m’aurez expliquer en quoi un monde ou l’étalon de valeur est l’or est meilleurs qu’un monde ou l’étalon est le bitcoin.


                              • Prudence 20 mai 14:13

                                Le « bitcoin » est d’ailleurs l’une des plus stupides cryptomonnaies, puisqu’en plus de tout ce qu’on peut légitimement lui reprocher, et dont j’ai déjà parlé, cette cryptomonnaie pollue la planète plus que les autres par sa dépense d’énergie en raison de la technique du POW. Puisque vous aimez tant les cryptomonnaies, ne devriez-vous pas changer de monnaie, et passer à « AVA », par exemple, laquelle polluerait moins, paraît-il ?

                                Ha ha ! « Battez-vous les uns les autres ! » Telle est la seule morale des cryptomonnaies.


                                • BITCOIN 20 mai 14:31

                                  @Prudence
                                  vous vivez dans quel monde ? ça s’appelle la concurrence, vous savez quand vous avez cherché et comparé les banques avant de choisir...

                                  Un peu de connaissance pour vous concernant la dépense d’énergie du Bitcoin : ça se passe  .
                                  Je vous en prie.


                                • Prudence 20 mai 14:49

                                  @BITCOIN
                                  Désolé, je crois connaître tout ce qui est essentiel de connaître sur le bitcoin.
                                  Mon âge ne me permets pas de perdre davantage de temps à discuter d’un sujet qui d’ailleurs me déplaît. L’immersion dans l’irréel, non merci. A mon âge où l’on commence à se dire que les jours sont comptés, je préfère me détendre et passer un après-midi tranquille, notamment au jardin. Il faut que j’enlève les pucerons qui ont envahi deux jeunes pommiers que j’ai greffés. Je vais essayer cette fois une décoction de tabac, car le produit chimique que j’ai acheté n’a pas bien fonctionné.
                                  Mais continuez de vous amuser avec les cryptomonnaies. Profitez-en bien, allez-y, c’est moi qui vous le demande, faites-le jusqu’au moment où la régulation leur tombera dessus. D’ailleurs il vaut mieux arrêter cette conversation, car plus on fait connaître les cryptomonnaies, plus on les « démonte » clairement, moins elles se cachent derrière le rideau de fumée des « blockchains », et plus la nécessaire régulation approche, non ?


                                • BITCOIN 20 mai 15:20

                                  @Prudence
                                  Vous croyez connaitre, c’est là toute la différence.
                                  Le savon de Marseille fonctionne pas mal pour les pucerons.


                                • Prudence 20 mai 14:59

                                  Lu sur une « bourse » bitcoin :

                                  N’investissez qu’un montant que vous pouvez vous permettre de perdre . Nous vous recommandons de n’investir qu’un montant que vous êtes prêt à perdre.

                                  • Prudence 20 mai 15:39

                                    @Prudence
                                    Bêtise d’aujourd’hui.
                                    Le niveau scolaire tellement baissé depuis 1975, que les jeunes d’aujourd’hui se laisseraient berner par n’importe quel boniment. Pour avoir de l’esprit critique, il faut avoir un minimum de culture, sinon on ne comprend pas les arguments, on n’en trouve pas de bons, et cela se termine en invectives. L’analyse économique de type classique que j’ai faite ci-dessus, sur l’offre et la demande de bitcoin, mais surtout sur sa vente, un élève de seconde économique en était capable dès le premier trimestre en 1970. En voilà qui ne risquaient pas de se faire avoir. La vente : là est tout le problème.
                                    Cette jeunesse sous-instruite (ce n’est pas de sa faute, mais celle des ministres et des syndicats), croyant tout savoir (car plus on est ignorant, moins on s’en aperçoit), égocentrée et stressée car élevée dans la pire concurrence, est aujourd’hui dans les banques, dans les cryptomonnaies et au pouvoir. Avec Emmanuel Macron, on voit ce que ça donne. Merci. J’ai hâte que l’on passe à autre chose, car j’aimerais pouvoir imaginer un monde meilleur pour mes enfants et petits-enfants.
                                    ,


                                  • Prudence 6 juin 18:04

                                    Oui, alors que le bitcoin a commencé une baise assez régulière, j’ai lu sur une « bourse » bitcoin :

                                    "N’investissez qu’un montant que vous pouvez vous permettre de perdre . Nous vous recommandons de n’investir qu’un montant que vous êtes prêt à perdre.« 
                                    A-t-on jamais dit avec plus de clarté, et de manière plus répétitive (on se couvre comme on peut) que la valeur du bitcoin peut être égale à zéro (à peu près comme la valeur de l’argent dans une escroquerie, sauf que là, on est courtoisement prévenu) ?
                                    Encore récemment un effet de »rebond" a été exploité par quelqu’un, or ceci est interdit dans les bourses classiques. Devinez pourquoi, et demandez-vous combien de temps encore il reste aux cryptomonnaies avant d’être régulées.
                                    Mantra genre 1984 d’Orwell :

                                    N’investissez qu’un montant que vous pouvez vous permettre de perdre . Nous vous recommandons de n’investir qu’un montant que vous êtes prêt à perdre.


                                    • Prudence 6 juin 18:26

                                      @Prudence
                                      Lire ci-dessus « baisse » au lieu de « baise ». Mais le lapsus est révélateur.


                                    • Prudence 7 juin 12:08

                                      Le cours du bit-coin (la pseudo monnaie masculine qui nous baise) varie avec les articles en sa faveur. Elle monte et elle descend, comme ce que vous savez. Cette pseudo-monnaie est une monnaie entièrement spectaculaire au sens de Debord, entièrement dépendante du spectacle qu’elle voit et donne de soi-même, et en même temps (hélas) elle capture et oriente bien réellement les vies, et l’on n’aimerait pas être à la place de ceux qui se sont endettés en devises réelles nationales ou internationales (dollars, euro) pour acheter des bit/coins.

                                      L’acheteur (généralement masculin) du bit/coin aime le risque et l’adrénaline. C’est sans doute le placement le plus risqué actuellement, puisque (mantra) on nous dit et redit : "N’investissez qu’un montant que vous pouvez vous permettre de perdre. Nous vous recommandons de n’investir qu’un montant que vous êtes prêt à perdre."

                                      Parions que les femmes qui s’y intéressent ont un taux de testostérone supérieur à la moyenne féminine, analysé après collecte de salive par la méthode de Schultheiss et Stanton (2009). Le bit/coin ne peut donc intéresser qu’une minorité d’individus, et lorsque l’échantillon-limite de partisans possibles du bitcoin sera atteint et aura atteint sa taille critique, tout s’écroulera comme une chaîne de Ponzi.

                                      Comme l’acheteur (masculinophile) de bitcoin a l’obsession de la montée de la chose, il faut du viagra au bit/coin. Ce « médicament » est fourni par les articles favorables au bit/coin sur internet. Là où l’on voit que le torchon commence à brûler, c’est quand on voit que le système bitcoin en est à produire de pseudo-informations.

                                      Ainsi l’annonce d’un gain récent (par effet rebond, condamnable dans tout système financier « normal », comme une manipulation artificielle des cours) est finalement une pseudo-information pouvant elle-même manipuler les cours. On nous dit que quelqu’un a gagné douze millions de dollars avec le bitcoin. C’est faux : son gain est en bitcoins, il n’ a donc pas gagné un clou, il a seulement augmenté son avoir en bitcoins d’un équivalent (aujourd’hui) de 12 millions de dollars. Autrement dit, comme dirait Emmanuel Kant, cet individu est plus riche non pas de 12 millions de dollars réels, mais de 12 millions de dollars possibles. Ce qui fait une intéressante différence pour le théoricien qui a le sens pratique.

                                      On notera donc que l’information est manipulée, elle est une manoeuvre pour éviter que la « chose » ne fasse triste mine, ce qui est son apparence normale au repos.

                                      Que certains aient assez de bitcoin pour revendre réellement autant de bit/coin que nécessaire pour gagner réellement 12 millions de dollars, ce doit être possible, car ce n’est pas une somme énorme en pourcentage de l’ensemble de la pseudomonnaie. On attend donc les prochaines importantes nouvelles (réelles), du genre « quelqu’un a revendu réellement pour »tant« de bit/coins et a réellement fait 12 millions de vrais dollars de bénéfices ». On a bien dit « bénéfices », pas « récupération de mise ». Passons de temps en temps en mode réel, ça fait du bien quand on se perd dans le possible.

                                      Prochain post : 1) jusqu’où peut descendre le bit/coin et pourquoi, et 2) en quoi, sur le plan théorique, il n’est pas un étalon, contrairement à une légende répandue.

                                      En attendant, quelques remarques de vrai bon sens :

                                      https://e-devenirtrader.com/le-bitcoin-a-1-million-et-ses-4-bulles-speculatives/


                                      • Prudence 9 juin 18:47

                                        Tout placement est d’abord une décision humaine, et correspond à des types psychologiques. On en fera pas choisir un placement de « père de famille » à quelqu’un qui mise sur un placement aussi risqué que le bitcoin, « parcelle de pièce » qui veut se faire plus grosse que le lingot...

                                        Réciproquement, les personnes prudentes ne choisiront jamais un tel placement. La question est de savoir si le « morceau de pièce » a atteint son maximum de séduction possible, en termes de nombre de personnes séduites. Tout est question de psychologie, et de nombre de représentants d’un type dans une population.


                                        • Prudence 10 juin 22:20

                                          POURQUOI LE BIT« COIN » N’EST PAS UN ETALON, ET JUSQU’OU IL PEUT BAISSER.

                                          Le bruit court que le bitcoin (le « bout de monnaie ») serait un étalon comme le fut l’étalon-or.

                                          C’est faux, et c’est inquiétant de lire ça, car on est là en pleine croyance, non pas dans l’objectivité, mais dans la subjectivité. Il y a donc un défaut théorique dans la conception, une faiblesse, ou une volonté de tromper sciemment.

                                          Un étalon est un instrument de mesure, une norme. Par exemple le mètre étalon. Ou encore, pour dématérialiser davantage : « C », la célérité, la vitesse de la lumière.

                                          On peut rapporter toute distance au premier par des multiples ou sous-multiples, et toute vitesse à la seconde par les seuls sous-multiples, on obtiendra toujours un résultat objectif, concret, en correspondance avec l’étalon, qui lui, ne variera pas.

                                          Lorsqu’un étalon monétaire comme l’étalon-or est choisi, les variations remarquées dans la variation de valeur de l’étalon sont apparents, et ce sont bien les monnaies qui varient réellement par rapport à lui. Or cet étalon a été abandonné, et toute monnaie peut prétendre donc à être l’étalon, il suffit qu’elle possède concrètement une masse de valeur la plus importante, ou, abstraitement, qu’elle soit la monnaie à la plus grande convertibilité en autres monnaies, mais cela ne suffit pas, car elle peut être universellement convertible et pourtant voir sa valeur baisser par rapport à la totalité des autres.

                                          Pour qu’un étalon mérite pleinement d’être dit étalon, il faut qu’il soit soutenu par une désirabilité universelle « en soi » et non « de fait ». Le mètre en approche, car il est la 10 000 000e partie d’une moitié de méridien terrestre, et sa désirabilité vient de l’aspect pratique de son universalisation. Mais ceux qui se sont échinés à réparer une tondeuse à gazon dont les écrous ne sont pas métriques connaissent la relativité de cet étalon. La vitesse de la lumière mérite encore mieux le nom d’étalon, car il possède un caractère de nécessité qui dépasse toute désirabilité. C’est un étalon qui s’impose car il est l’expression même de la réalité.

                                          Si l’or a pu s’imposer comme étalon monétaire, c’est en raison de sa valeur qui lui vient de sa désirabilité, à laquelle il faut ajouter aujourd’hui des vertus en micros-contacts électronique. La quantité limitée d’or et la difficulté de son extraction, même à l’heure actuelle, garantissait qu’il n’y aurait pas baisse de sa valeur par excès inflationniste de disponibilité.

                                          Les partisans du bitcoin (que Dieu les protège) croient pouvoir dire que le bitcoin est un étalon. En effet, 1) sa production est difficile (c’est la « nouvelle monnaie » extraite lentement en permanence) et n’est pas inflationniste, 2) il est en lui aussi en quantité finie, 3) il est universellement convertible, et 4) il est désiré car il est soutenu par des « pubs-articles » qui sortent magiquement au bon moment, généralement quand il baisse, ce qui fait 5) qu’on en achète (c’est l’apport constant d’ « argent frais ») avec de l’argent issu d’une monnaie ainsi convertie (phagocytée). On pourrait donc oser un saut théorique en disant que ce n’est pas le bitcoin qui varie, c’est l’ensemble des monnaies qui varie par rapport à lui. Or c’est faux sur le plan théorique, même si ce pourrait être vrai de fait (voir plus bas). 

                                          Car si le bitcoin pourrait en effet prétendre à être un étalon selon ces cinq points, il n’empêche a) qu’il ne représente pas la plus grande quantité de valeur, il est donc moins un étalon que le dollar, et 2) sa convertibilité universelle ne s’appuie sur aucune désirabilité « en soi » mais seulement « de circonstance » (l’effet d’attractibilité d’une hausse, par exemple). Or, pour reparler non pas de l’étalon-or mais de l’or, i) l’attractabilité de ce métal est justifiée par la sa beauté, sa ductilité, son inoxydabilité et son excellente conductance électrique ; et ii) il est une chose réelle, qui garde donc toujours (à coup sûr) une quelconque valeur=x, en tant qu’il est « quelque chose de réel ». Le « bitcoin » lui, ne mérite que des guillemets car il n’est rien et pourrait disparaître comme une bulle de savon. Alors qu’il reste toujours une quelconque valeur à l’or en tant qu’il est une réalité (« quelque valeur » en français d’autrefois), le « bitcoin » peut descendre à strictement zéro, puisqu’il n’est rien. L’ « argent frais » converti en bitcoin peut en effet finir par se réduire strictement à rien. D’où le mantra bitcoinesque presque honnête : "N’investissez qu’un montant que vous pouvez vous permettre de perdre. Nous vous recommandons de n’investir qu’un montant que vous êtes prêt à perdre."

                                          Même un kilo de plomb a plus de valeur « en soi » qu’un seul bitcoin, car il est une réalité plutôt utile (bien que toxique) : il protège de manière irremplaçable des radiations, il est très ductile, il s’oxyde un peu en surface mais pas plus car l’oxyde le protège alors que le fer se transforme finalement presque intégralement en Fe02, il est utile en restauration de monuments historiques, et les chasseurs du monde entier l’utilisent (pour l’instant), pour ne pas parler des cristalliers. Un kg de plomb vaut un euro (c’est facile de compter : entre 0,70 et 1,20 euro). Il y a peu de chance qu’il descende en-dessous, et il a même valu quelques temps bien davantage. Le bitcoin, lui, peut descendre bien plus bas qu’un euro, qu’un centime, jusqu’à simplement rien, parce qu’il n’est rien, précisément. Une entreprise en grandes difficultés possède encore la surface au sol qu’elle occupe concrètement, ses bien immeubles, des machines outils, des stocks d’invendus. Les actionnaires peuvent encore en tirer « quelque chose » bien que ce ne soit pas grand-chose. Ainsi, les actions ne descendent généralement pas à « égale zéro », un rebond est même possible et certains, avisés, bons connaisseurs du réel, savent en tirer le plus grand profit. Lorsque l’action Alcatel-Lucent est descendue à moins d’un euro à la suite de la crise de 2008, elle remonta à 3 euro et finit par être rachetable par Nokia en échange de 0,55 action Nokia.

                                          Le bitcoin, lui, est la première réalité du genre à pouvoir valoir strictement rien (zéro).

                                          J’ai précisé ici, comme promis, les réponses aux questions « jusqu’où le bitcoin peut-il baisser ? » et « pourquoi le bitcoin n’est-il pas un étalon ? ».

                                          Ah ! J’ai oublié de dire : bien sûr que le bitcoin pourrait devenir l’étalon de toute valeur monétaire (comme toute monnaie peut l’espérer, d’ailleurs en devenant « la monnaie la plus forte ») : il lui suffirait pour cela de phagocyter 50% + 1 cent de toutes les monnaies de la planète. Il faudrait donc que les « bitcoineurs » fassent rentrer 50% en « argent frais » de la masse de valeur monétaire de toute la planète. C’est bien ce qu’ils essaient de faire, et les théoriciens bitcoineurs (de dangereux « déconneurs », osons le dire) y croient. Mais si l’on pense que les banques et les producteurs de matières premières vont laisser faire cette concurrence sauvage de « monnaie de rien » sans la limiter, ou sans la brider par la réglementation, on n’a rien compris au réel.

                                          Le « bitcoin » n’a pas d’autre solution que d’essayer d’attirer 50% + 1 dollar de l’argent frais (réel) de la planète pour finir alors par en remplacer par effet de levier les 100%, sinon ce sera finir en bulle de savon (en néant). Connaissant la psychologie humaine, et les risques représentés, et le goût de chacun pour ce qui est réel (un collier réel vaudra toujours mieux qu’un collier possible ou virtuel) on peut douter de l’ascension irrésistible du « bitcoin ».

                                          Il est plus probable que le « bitcoin » disparaisse en quelques instants comme une bulle de savon le fait toujours, de même que toute chaîne de Ponzi, dont les seuls bénéficiaires sont ceux du début, lesquels ont bénéficié de l’argent frais déposé en premier dans le mécanisme. Signé : Prudence, analyste bientôt en retraite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès