• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Duel Macron vs Le Pen : l’Élysée, côté cour de récréation et bac à (...)

Duel Macron vs Le Pen : l’Élysée, côté cour de récréation et bac à sable

Oubliant le slogan de son affiche ("La France apaisée"), Marine Le Pen, par ses invectives continuelles et redondantes, a fait du Jean-Marie Le Pen au cours de ce débat présidentiel historique face à Emmanuel Macron.

_yartiPresidentielle2017AW01

Ce mercredi 3 mai 2017 a eu lieu en direct sur TF1 et France 2 le débat de second tour de l’élection présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Qu’on ne s’y trompe pas : on peut imaginer que ce type de débat politique est ancré dans les mœurs depuis 1974, mais une élection n’avait pas eu ce débat, c’était en 2002, justement quand Jean-Marie Le Pen était le candidat opposé à Jacques Chirac au second tour.

Ce débat de second tour avec l’extrême droite est donc sans précédent, comme le fut le débat faisant intervenir les onze candidats du premier tour le 4 avril 2017. Rien que cela, ce fut une grande victoire de Marine Le Pen dans la banalisation de son parti et de ses idées. Refuser un tel débat de la part d’Emmanuel Macron, dans le contexte politique et social actuel, aurait été considéré comme une véritable lâcheté. Or, s’il y a bien un point sur lequel tout le monde peut se mettre d’accord, c’est qu’Emmanuel Macron n’est pas un lâche et n’a jamais hésité à rencontrer des personnes connues pour leur opposition à lui, comme à Whirlpool le 26 avril 2017 à Amiens.

Pourtant, après ce débat, on peut se demander légitimement si Emmanuel Macron a eu raison de débattre. Alors que le duel entre Jacques Chirac et Lionel Jospin en 1995 fut le plus courtois et le plus intellectuel, on peut dire sans risque qu’à l’inverse, ce débat de 2017 fut le pire de tous les duels de second tour. Rétrospectivement, ce n’était pas étonnant et cela pouvait même être prévisible avec la présence de la représentante de l’extrême droite.

Marine Le Pen n’a jamais abordé le fond et, souvent avec un sourire insolent, celui du faible contre le fort, n’a cessé d’interrompre son interlocuteur, n’a cessé de proférer des invectives, des outrances souvent déplacées, de se placer sur le plan de l’émotion et de l’anathème. Aucun raisonnement, aucun aspect de fond, la vacuité complète.

Malheureusement, Emmanuel Macron l’a suivi dans cette crevasse du débat politique. Il aurait pu surfer et refuser de répondre aux nombreux mensonges répétés pendant tout le débat, mais Emmanuel Macron, peut-être parce que novice, a préféré répondre et se justifier, s’enfonçant ainsi de ce puits sans intérêt. Il s’est mis à son niveau très bas, lui a donné ainsi une place honorable, et heureusement pour lui, au milieu du débat, il a compris qu’il fallait baisser le ton, reprendre le souffle, mettre des silences et reprendre le fil sans se préoccuper des incessantes interruptions.

Ce débat stressant a même mis mal à l’aise les téléspectateurs pour la simple raison que la tension était contaminante. À la fin, il n’en est rien ressorti. Il sera à l’image de cette campagne présidentielle, de caniveau, où les enjeux politiques ont laissé place à des thèmes complètement abjects.



Le comportement de Marine Le Pen a été très étonnant. On prédisait qu’elle aurait une face apaisée, voulant rassurer. C’est le contraire. Sans arrêt en train de harceler son contradicteur, elle n’a jamais eu une posture présidentielle. Elle était plus en commentatrice qu’en actrice. Elle a montré qu’elle a atteint son niveau d’incompétence. Elle avait une tribune essentielle, la plus importante en France tous les cinq ans, et elle en était visiblement réjouie, mais à aucun moment, elle ne s’est sentie en mesure de gagner cette élection. Pire, son comportement, particulièrement contreproductif, laisse même entendre qu’elle ne voudrait pas être élue, surtout pas. À la dernière partie du débat, Marine Le Pen était carrément dans le délire, parlant de choses sans relations entre elles, à tort et à travers, gardant un sourire narquois qui pouvait même laisser entendre qu’elle pouvait avoir un léger dérangement mental.

Sur le fond, Marine Le Pen était incapable de parler de son supposé programme, incapable de s’y retrouver avec ses nombreuses notes qu’elle ne savait pas lire. Elle a montré une incroyable impréparation, comme si elle n’avait fait confiance qu’en sa spontanéité et son esprit de répartie. Elle n’a jamais parlé que sur le plan de l’émotion, jamais sur le plan de la raison, du raisonnement, de l’explication ou de la pédagogie. Toujours sur le plan de la critique, de la peur, de la colère.

Son incompétence technique était formidablement illustrée à plusieurs reprises, la plus marquante sans doute fut que lorsqu’elle a parlé de SFR à Emmanuel Macron, elle a voulu préciser en regardant ses notes, et a continué à parler de …Alstom !

À d’autres moments, il était visible qu’elle ne comprenait pas ce qu’elle proposait, qui restait très confus, comme sa position sur l’euro, elle veut rétablir le franc sans supprimer l’euro et croyait que l’euro existait avant la mise en place de la monnaie unique, confondant une monnaie avec le principe du serpent monétaire européen (SME) dont les taux d’échange n’étaient pas fixes ! Emmanuel Macron a facilement désarçonné ce type de proposition en prenant l’exemple d’une entreprise qui reçoit des euros en échange de la vente de ses produits et qui devraient payer ses salariés en francs !

La vacuité du programme de Marine Le Pen a pu être ressentie tout au long du débat puisque lorsqu’elle devait par exemple présenter sa position sur un sujet, elle prenait tout son temps de parole à démolir son adversaire de manière péremptoire et sans argumentation. C’était le cas aussi de la "carte blanche", un sujet que chaque candidat avait la liberté d’aborder hors des questions abordées par les journalistes. Tandis qu’Emmanuel Macron a parlé de l’important thème du handicap, qui sera une priorité de son quinquennat, Marine Le Pen a avoué ne pas en avoir, passant simplement son temps à insulter ou à mentir à propos de son contradicteur.

Enfin, Marine Le Pen a montré qu’elle regrettait en fait de ne pas avoir François Hollande en face d’elle. Elle n’a cessé de fustiger les socialistes, les gouvernements socialistes, et a voulu coller cette étiquette socialiste à Emmanuel Macron qui ne l’a jamais acceptée puisqu’il rejette lui aussi le PS.

_yartiPresidentielle2017AW03

Ce n’était donc pas très facile pour Emmanuel Macron de pouvoir s’exprimer dans ces conditions et il a montré une certaine combativité et dynamisme qui, pourtant, ont montré qu’il descendait au niveau de la candidate de l’extrême droite. Il a cependant réussi à exposer certains pans de son programme, mais avec une grande difficulté car il était tout le temps coupé.

Au début, il a même montré un peu d’arrogance, celui du sachant face à l’ignorante, qui aurait pu lui porter préjudice s’il avait persévéré dans cette voie. Notamment lorsqu’il a expliqué doctement la différence de produits proposés par SFR et par Alstom.

Il n’a pas pourtant voulu montrer sa culture littéraire, évitant de citer des textes d’auteur (alors qu’il était attaqué sur la "culture française") et il n’a cité qu’un seul livre, le sien ! Probablement qu’Emmanuel Macron est allé trop loin, à la fin, quand il a dit que Marine Le Pen était un « parasite du système », car le mot "parasite" ou "vermine" a des connotations dans l’histoire française particulièrement fâcheuses (associé à l’antisémitisme).

Emmanuel Macron a dû répéter plusieurs fois que sa contradictrice disait n’importe quoi ou mentait, ou disait des choses fausses, ou floues, transformées, etc. Parmi les formules précises : « Vous avez un rapport avec la vérité qui n’est pas le bon ! ». Ou encore : « Je le regrette, Madame Le Pen, la France mérite mieux que vous ! ».

_yartiPresidentielle2017AW05

Les deux journalistes choisis ne furent pas des lumières, je dois le dire, incapables de faire correctement la discipline pour laisser chacun parler seul (il semblerait que Léa Salamé aurait été rejetée par Marine Le Pen dans le choix des animateurs). La journaliste retenue a même demandé à Emmanuel Macron s’il comptait réduire le nombre de parlementaires « par ordonnance », montrant une inculture institutionnelle incroyable (le nombre de parlementaires fait partie des dispositions constitutionnelles et donc, il faut réviser la Constitution, ce qui ne se fait évidemment pas par ordonnance !).

Parmi les mots employés au cours de ce débat, il y a ce clivage proposé dès l’introduction par Emmanuel Macron : Marine Le Pen est « l’esprit de défaite », considérant que le mondialisme est trop dur pour la France, et lui, il est « l’esprit de conquête » pour rendre la France dans sa plénitude de sa puissance.

Marine Le Pen s’est prétendue être « la candidate du pouvoir d’achat » et a considéré son concurrent comme « le candidat du pouvoir d’acheter ».

À Marine Le Pen qui lui reprochait de susciter la peur en cas de sortie de l’euro, Emmanuel Macron a rappelé que le FN était d’abord le parti qui exploitait la peur des électeurs, proclamant : « La grande prêtresse de la peur, elle est en face de moi ! ».

Sur le fond, j’ai trouvé qu’Emmanuel Macron aurait pu utiliser certains arguments évidents, notamment sur l’Europe.

Par exemple, il aurait dû dire que toutes les directives européennes de Bruxelles ont été d’abord décidées par les conseils européens et la France a pris part à ces décisions. Ce ne sont donc pas des directives imposées par Bruxelles, mais des textes voulus initialement par la France dont l’avis est essentiel dans les conseils européens puis déclinés en directives européennes.

De la même manière, Marine Le Pen a dit que depuis le référendum sur le Brexit, le Royaume-Uni a une économie qui ne se porte pas mal. Sauf que justement : le Royaume-Uni n’est pas encore sorti de l’Europe, et n’était de toute façon pas dans la zone euro (Emmanuel Macron a juste rappelé que le Brexit allait coûter 80 milliards d’euros aux Britanniques).

Emmanuel Macron ne devait pas non plus être au courant que les T-shirts utilisés ans le meeting du FN à Villepinte le 1er mai 2017 (à l’effigie de Marine Le Pen) avaient été fabriqués …au Bangladesh, bonjour le patriotisme industriel !

Sur l’augmentation de la CSG, plus faible que la baisse de charges salariales, Emmanuel Macron aurait dû rappeler que la CSG était aussi payée par les revenus des capitaux, et pas seulement par les salariés et les retraités.

Quand Marine Le Pen a parlé (plusieurs fois) de soumission de Emmanuel Macron (« à plat ventre ») à Angela Merkel, il aurait pu lui dire qu’il était aussi allé à la rencontre du Premier Ministre grec Alexis Tsipras. Marine Le Pen a d’ailleurs trouvé une formule qu’elle a préparée avant de venir : « De toute façon, la France sera dirigée par une femme : ce sera ou moi, ou Madame Merkel ! ».

Marine Le Pen n’a pas évoqué sa proposition de constitutionnaliser la préférence nationale (a-t-elle peur que cela effraie le chaland électeur ?), et était bien en difficulté lorsqu’il fallait convaincre sur le financement de ses 150 milliards d’euros de cadeaux fiscaux, sociaux, etc.

Deux thèmes importants n’ont pas été abordés : l’immigration (pourtant thème de prédilection du FN), et un sujet qui pouvait mettre en difficulté les deux candidats, quelle majorité parlementaire en cas d’élection ?

_yartiPresidentielle2017AW04

La nature revient donc vite au galop. Marine Le Pen reste une Le Pen. Elle était donc intellectuellement mauvaise durant ce débat, mais cela n’empêcherait peut-être pas qu’elle ait pu être efficace électoralement.

On peut imaginer que plus les protagonistes d’un tel duel sont jeunes, plus leurs échanges seraient forcément vifs, rudes, virulents. Cela crée un spectacle mais en aucun cas cela aide l’électeur hésitant à être éclairé sur les intentions des deux candidats. Un spectacle très peu constructif.

C’est clair que ce duel avec l’extrême droite est sans doute celui qui a mis en jeu les deux visions les plus éloignées de la société. Les risques sont donc grands que l’histoire de la France soit singulièrement affectée par une victoire de l’extrême droite, même si celle-ci, ce débat l’a confirmé, n’a jamais prétendu gouverner le pays. Emmanuel Macron a conclu le débat télévisé par sa volonté de mener une France réconciliée. C’était le mot qu’il fallait employer, réconciliation des Français, alors que le FN fait tout pour les diviser, même pour des sujets qui mériteraient l’unité nationale, à savoir la lutte contre le terrorisme.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (04 mai 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Ensemble pour sauver la République.
Débat du second tour du 3 mai 2017.
Choisis ton camp, camarade !
Pourquoi Mélenchon est-il si confus pour le second tour ?
Résultats officiels du premier tour du 23 avril 2017.
Premier tour de l'élection présidentielle du 23 avril 2017.
Les derniers sondages avant les urnes depuis 1965.
Qui sera nommé Premier Ministre en mai et juin 2017 ?
La Ve République.
L'autorité et la liberté.
Un Président exemplaire, c’est…
Deuxième débat télévisé du premier tour de l’élection présidentielle (4 avril 2017).
Les propositions des cinq grands candidats (20 mars 2017).
Programme 2017 de François Fillon (à télécharger).
Programme 2017 d’Emmanuel Macron (à télécharger).
Programme 2017 de Benoît Hamon (à télécharger).
Programme 2017 de Jean-Luc Mélenchon (à télécharger).
Programme 2017 de Marine Le Pen (à télécharger).
Le bilan comptable du quinquennat Hollande.
François Fillon.
Emmanuel Macron.
Benoît Hamon.
Jean-Luc Mélenchon.
Marine Le Pen.
Nicolas Dupont-Aignan.

_yartiPresidentielle2017AW06
 

Moyenne des avis sur cet article :  1.46/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 mai 09:20

    Bonjour,

    J’ai pas regardé, mais comme prévu, chaque camp va trouver que « son » candidat a été génial, et que l’autre était nul ;

    sur l’euro :

    soit on garde une situation pas satisfaisante, et on reste dans une stagnation permanente (argument Le Pen)

    soit on en change et on saute dans l’inconnu, au risque que ça soit encore pire (argument Macron)

    1 partout la balle au centre.

    Ce n’est pas / plus comme ça qu’il faut présenter les choses pour convaincre.

    Il suffit juste de dire que des institutions qui ont mis un pays entier sous embargo monétaire pendant 1 mois (la Grèce en 2015) ne méritent plus d’exister.

    C’est tout.


    • Lugsama Lugsama 4 mai 10:32

      @Olivier Perriet

      Non, même chez les partisans FN il y a de la déception.

    • @Lugsama

      LE FN un bateau ivre sans personne a la barre ou avec une marine « émèchée »

      une coque vide derrière un masque et des rictus  : INCAPABLE DE GOUVERNER UN PAYS !!!!!!!!!!!!!!


    • poussière 4 mai 09:35

      Le titre se suffit à lui-même, j’ai fermé la boite à con au bout de 5 minutes.

      Cela reflète cette non présidentielle une pièce de théâtre tragi-comique de mauvais gout. 


      • Dom66 Dom66 4 mai 20:33

        @poussière
        Moi aussi, l’article est du Rakoto macronien. 2 étoiles encore bien noté


      • Croa Croa 4 mai 22:03

        À poussière
        Cet auteur raisonne comme un tambour smiley
        .
        Même sur AgoraVox il y en a qui ne peuvent pas s’empêcher de copier les médias autorisés qui encore une fois nous disent tous pareil, que c’était nul et méchant et que surtout la dame était méchante.
        .
        Le débat ne fut pas toujours facile à suivre, certes mais il était de bon niveau. La soit-disant agressivité des interlocuteurs n’était que le reflet d’un choc entre projets et surtout d’une situation objectivement extrêmement grave. Il est bon que certaines choses soient dites.


      • MAGURA 5 mai 00:42

        @Croa

        Franchement, si vous avez trouvé que ce débat était d’un bon niveau, le vôtre ne doit pas être bien élevé. Ce n’étaient qu’invectives, mensonges et approximations du côté de MLP. Un peu d’objectivité, de grâce.


      • Gavroche 4 mai 09:38

        Bonjour 

        Hier soir Lepen a gagné son pari : obéir aux vœux de son père, c’est à dire tout faire pour ne pas être élue

        « Dieu m’en préserve,, disait jean Marie » !

        Qui pouvait croire qu’avec un pareil non-programme, sans personnel ni compétences, cette femme pouvait être élue.

        Par contre , tout faire pour que sa famille prospère sans rien foutre toute la vie, être tête d’affiche en permanence , vedette incontestée des médias avides de vendre leur salade, et surtout, avoir le maximum d’élus, même incapables mais qui rapportent un maximum de subventions publiques.

        Ça fait trente ans que ça dure, et ça va continuer car le nombre de gogos ne baissent pas.
        Chapeau bas madame, vous êtes très forte, mais moi, pas dupe .
        Et vous ?

        • amiaplacidus amiaplacidus 4 mai 13:30

          @Gavroche

          Tout comme vous, Gavroche, cela fait longtemps que je dis.
          Par exemple, sur AV, le 21 avril dernier :

          C’est absolument logique, Philipot, le naïf, tient à accéder au pouvoir. Marine, au contraire, a bien retenu les leçons de papa : la PME familiale « Le Pen » ne peut prospérer financièrement qu’en agitant suffisamment les esprits pour faire un bon score (ne pas démotiver les bons cons de militants FN qui crachent au bassinet) mais surtout ne pas prendre le pouvoir, parce que dans ce cas, c’est la faillite assurée pour l’entreprise « Le Pen » en 5-6 mois, une année au plus. Quant au destin de la France, la PME « Le Pen » s’en contrefout.

          Alors exit la ligne Philippot, on sort les énormités habituelles, cela rassure les cochons de payant FN et évite d’arriver au pouvoir.


        • PiXels PiXels 4 mai 16:31

          @amiaplacidus
          .

          D’accord sur à peu près tout sauf sur Phillipot « Le Naïf »

          Tous les « énarques » ne sont pas des abrutis notoires.
          Regardez Macron par exemple...OK, mauvaise pioche !
          Alors Asselineau.. Caramba, encore raté !

          Trêve de plaisanterie.

          Le FN n’est pas ma tasse de thé mais je trouve que Phillipot est l’un des plus brillant politicard du marigot.
          Excellente élocution, vif d’esprit, fin tacticien...
          Bref ; tout le contraire d’un « naïf ».

          Je pense qu’il a été embauché pour (et réussit merveilleusement à) faire fructifier la S. A. familiale

        • Dom66 Dom66 4 mai 20:37

          @Gavroche
          J’approuve votre commentaire..et je plussss.

          Le FN a été créé comme repoussoir pour faire élire un veau, et c’est ce qui va se passer.


        • Gavroche 4 mai 20:47

          Bonsoir @Dom66


          Merci à vous mais je pense que le FN n’a eu besoin de personne pour être créé, c’est une affaire commerciale qui a prospéré à cause d’un tas de circonstances favorables et du savoir faire des créateurs et de nombreux clients, comme toutes les affaires commerciales qui ont bien marché.

          Vendre de la salade, ça marche dans certains cas. A condition d’avoir toute une population qui aime la salade et prête à l’acheter même immangeable.

          Ainsi, la salade dont les « qualités » ont été largement exposés au débat d’hier soir par sa représentante, bien qu’elle ne comporte que des feuilles flétries ou immangeables va quand même trouver preneurs dimanche prochain, .

          Bonne soirée


          • Jeekes Jeekes 4 mai 09:42

            C’est savoureux de voir rakoto-lèche-fion évoquer le « niveau d’incompétence. »
             
            C’est bien la première fois que j’admets qu’il sait de quoi il parle !


            • Spectacle pitoyable de 2 mauvais comédiens ...
              D’un côté, un programme incompréhensible, mal ficelé, mal financé plus un temps extraordinaire à démolir celui d’en face sur d’où il vient et non sur ce qu’il projette ou ce qu’elle projette.
              De l’autre côté, c’est un peu plus calme et ça reste bien léger dans infiniment de domaines pour avoir une fameuse France réconciliée, à sa place, avec ce fameux chômage à la baisse alors que les statistiques sur le long terme et en moyenne glissante sont totalement défavorables (les 6 derniers présidents se sont cassés le nez). Il n’y aura jamais de France réconciliée ou à sa place avec autant de chômage. Le taux « maximum » serait de 5% et on en est très, très loin avec des mesurettes habituelles.
              Bref, cela ne donne pas envie de voter pour l’un autant que pour l’autre comme je n’en ai eu aucune envie même quand ils étaient 11. Par défaut et sans illusion, je mettrais Macron en pensant aux nouvelles 5 années de perdues car je préfère faire un choix que de ne pas en faire.
              Reste les législatives et une possible cohabitation mais pour faire quoi ? Aucun des 11 n’avaient un programme complet et satisfaisant sur les grands maux du pays (emploi, éducation, sécurité, intégration, immigration, vie démocratique, référendum, transparence, etc ...).


              • sweach 4 mai 11:25

                @Frédéric Van der Beken
                Par défaut et sans illusion, je mettrais Macron


                Pourquoi ? 
                Si vous fêtes cela vous adhérez à son programme et ses idées, où bien vous rejeter celle de Marine.
                Si aucun des deux ne vous conviens, c’est le vote blanc ou nul voir l’abstention.

                Lors de cette élection, le vote blanc + abstention va peser sur la légitimité du prochain président.

                Sur internet les partisans de Mélenchon conseille de voter blanc après 17H, cela posera problème aux institues de sondage pour annoncer le résultat final.

              • Richard Schneider Richard Schneider 4 mai 17:28

                @sweach
                Réponse tout-à-fait logique ! Ou on vote pour l’un ou pour l’autre. Mais rien n’est plus agaçant que d’annoncer qu’on va se déplacer pour un candidat qu’au fond on rejette ...

                Moi, je préfère m’abstenir ou voter blanc. L’objectif est d’affaiblir au maximum le chou-chou de l’establishment (Berlin, Bruxelles, les banquiers, le MEDEF et les médias). Car il y aura les législatives à venir qui devraient être déterminantes cette fois, le président nouvellement élu n’aura pas automatiquement une majorité à l’assemblée nationale.
                 

              • Croa Croa 4 mai 22:07

                 À sweach
                « le vote blanc + abstention va peser sur la légitimité du prochain président. »
                 smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smileysmiley smiley smiley smiley smiley smiley


              • MAGURA 5 mai 00:59

                @Frédéric Van der Beken

                C’est exact, mais il est difficile pour un politicien, de quelque bord qu’il soit, d’affirmer que le retour au plein emploi est désormais un voeux pieux. Tous affirment, en début de mandat ou dans leur programme, qu’ils vont faire baisser le taux du chomage ; c’est techniquement impossible, à moins d’exclure des chomeurs en les reclassant dans une autre catégorie (pré-retraités etc.). On ne compte plus les manipulations pour faire dire aux chiffres tout sauf le nombre exact de ces personnes au chomage.


              • @MAGURA
                Ce qui est certain est qu’il est difficile d’arrêter un mouvement qui tire fort vers le bas en lui appliquant une force contraire très faible. Ce qui est certain est qu’il est difficile de repartir dans l’autre sens car c’est une montée et que l’amorce du mouvement contraire demande également une très grande force. On peut l’imager et le comprendre avec une grande descente à vélo. Quelle force nécessaire pour l’arrêt et quelle force nécessaire pour repartir à l’inverse. Forces à comparer à celles plus faibles et nécessaires pour entretenir le mouvement dans un sens ou l’autre.
                Aucun politique ne s’engage vraiment sur cette baisse et où je suis pessimiste est qu’aucun politique ne prévoit d’appliquer des mesures capables de le faire.
                Il y a les mesures sur le temps mais vu l’état du pays, la demande, la fracture sociale chère à Chirac mais laissée telle quelle : il y a besoin d’une mesure exceptionnelle sur le chômage garantie 5 ans. Aucun ne veut gérer ce qui serait un état d’urgence sur le chômage.
                Dans 5 ans et en absence de résultat, il y en a une qui fera plus de 20% au 1er tour.


              • @sweach et Richard Schneider
                Vous avez raison et tort.
                Vous ne voulez pas le FN donc vous ne votez pas pour lui. Moi non plus et on est donc d’accord.
                Vous ne voulez pas cautionner Macron et le laisser se faire élire mais affaibli. Vous ne votez pas pour lui et moi je le fais. Là, nous ne sommes plus d’accord.
                Je pourrais faire un blanc mais je préfère ne pas prendre le risque. C’est parce que certains ne veulent pas prendre le risque que vous pouvez vous permettre de faire du blanc.
                Raisonnons à l’absurde ... Personne se rajoute, 2e tour 56% de blancs, 24% Macron, 20% Le Pen. Ok tout le monde est content (presque). Peut on être certain que personne se rajoute ? Une partie des NDA, Fillon, etc ... et même Mélenchon (ils le disent sur Avox). Combien ? Je n’en sais rien et je ne prends pas le risque. Ok, idem de l’autre côté, combien je n’en sais rien mais il ne faut surtout pas qu’ils fassent comme vous. D’où mon vote par défaut et sans illusion, ce que dit également le médiatique Ruffin d’Amiens.

                Faites du blanc plutôt que de l’abstention. Plus le blanc sera élevé et plus la reconnaissance (sur score final) du vote blanc deviendra une évidence et une obligation.


              • Etbendidon 4 mai 10:12

                Article écrit par un robot
                * Les robots ne passent pas la modé (et ne participent pas aux commentaires)
                je ne m’attarderai pas sur cet article automatique (je réserve mes commentaires sur un fil de qualité)
                Juste dire que tout était truqué, comme dab Les lepen ne veulent pas du pouvoir mais juste la gamelle
                Hier c’était très clair
                j’élargirai la démonstration ailleurs
                 smiley


                • Taverne Taverne 4 mai 10:22

                  Macron a fait preuve d’intelligence. Je le soupçonne d’avoir organisé une fausse fuite d’information (celle qui qui a créé un buzz disant qu’il pourrait quitter le débat) car ce buzz, Marine Le Pen a cru pouvoir en tirer parti. Elle s’est peut-être dit « le petit Macron est un lâche, il va craquer, je vais donc chercher à le mettre KO d’entrée ». Et c’est là qu’il l’attendait très tranquillement. Si cette hypothèse se vérifiait, cela montrerait qui est le plus apte à maîtriser ses nerfs et à jouer de diplomatie et de finesse en qualité de président de la République.


                  • spearit 4 mai 20:26

                    @Taverne

                    Dans ce cas on dit hypocrisie et non hypothèse...

                    C’est sur que s’il faut faire preuve d’enculage et d’hypocrisie, là oui il peut prétendre ( mais à quoi ??)


                  • Croa Croa 4 mai 22:10

                    À Taverne
                    Peu importe, c’est vrai par contre qu’il fait cadeau d’entreprises française, certaines hautement stratégiques à des intérêts d’argent.


                  • Lugsama Lugsama 4 mai 10:35

                    Lepen à completement coulé, elle à jeté à la poubelle tout son travail depuis son arrivé à la présidence du FN, énigmatique.


                    • Zord Zord 4 mai 15:45

                      @Lugsama
                      Et moi aussi j’ai eu cette sensation bizarre après le débat d’hier, comme si MLP avait fait le nécessaire pour ... ne pas être élue.
                      On ne l’avais jamais vu à un tel niveau d’incompétence. Et que dire de la pile de dossier devant elle alors que Macron n’avait rien, comme si on avait voulu amplifier cette impression.


                    • sweach 4 mai 11:09

                      *Emmanuel Macron n’est pas un lâche et n’a jamais hésité à rencontrer des personnes connues pour leur opposition à lui, comme à Whirlpool le 26 avril 2017 à Amiens.*


                      LOL !

                      On n’a pas la même version de l’histoire, Macron avait prit rendez-vous avec les délégués syndicaux dans une salle loin de l’usine. En même temps Marine le Pen était allé directement sur le site voir les employés de l’usine pour lui couper l’herbe sous le pied.

                      Sachant cela Macron c’est senti obligé d’aller lui aussi sur le site l’après midi, mais le personnel du site lui étant hostile, il c’est isolé derrière des barrières avec les délégués syndicaux et ses caméras.

                      Dans cette histoire moi je note surtout la connivence des syndicats, contre l’avis du personnel.

                      *Marine Le Pen n’a jamais abordé le fond ... n’a cessé d’interrompre son interlocuteur*

                      Entre Marine et Macron, c’est Marine qui a abordé le plus souvent le fond de son programme, mais systématiquement elle y opposait celui de son adversaire, donc techniquement Marine a beaucoup plus parler du programme de Macron, que Macron lui même.
                      Les longs monologue sans interruption sont plutôt du coté de Macron.

                      Vous faite l’apologie de Macron dans votre article mais pour moi il a surtout passer son temps a traiter Marine de menteuse et se défendait d’être responsable des erreurs du gouvernement et attisait des peurs anti-FN.

                      Après je peu vous suivre, sur le coté Bac à sable, Marine a trop comparé son programme à celui de Macron qui a réussi l’exploit de ne pratiquement pas en parler lui même.
                      Je suis donc un peu déçus, Macron est un personnage creux, mais cela n’a pas été mit en évidence hier soir.

                      • Croa Croa 4 mai 22:20

                        À sweach
                        Laisse tomber ! Cet intervenant répète bêtement ce qu’il a entendu ou lu vu que l’on N’ENTEND QUE ÇA depuis ce matin sur TOUS LES MÉDIAS.
                        *
                        « Madame le Pen a été agressive et indigne » : METTEZ BIEN VOUS ÇA DANS LA TÊTE !
                        *
                        Bien vu le coup  ! Ce n’est pas le débat qui a fait perdre Madame Le Pen mais les langues de putes !


                      • Gisyl 4 mai 11:38

                        La catastrophe ! Moi qui veux toujours voter pour elle, elle m’a fait sérieusement douter.

                        Macron est bien apparu comme le gandin doctoral qu’il est. Si seulement MLP avait pu se calmer mais non ! Elle en rajoute dans le genre pie-grièche ! La vérité oblige à dire que si Macron était mauvais, elle était carrément nulle, répétant des slogans de meeting sans chercher vraiment à débattre.

                        On ne lui demande pas de se mettre dans la peau d’un professeur d’université (ce qui serait à la limite contreproductif) mais la forme a quand même son importance. Je me suis demandé si elle ne cherchait pas à « faire peuple », accréditant d’un coup l’accusation de populisme. Veut-elle être élue ?

                        Les nationalistes fonctionnent beaucoup trop au culte du chef. Des institutions présidentialistes renforcent cet aspect. Mais MLP n’est pas le sauveur de la patrie. C’est une femme avec ses qualités et ses limites. Surtout il est aujourd’hui manifeste que c’est une héritière, financièrement bien sûr, mais aussi politiquement.

                        C’est dommage... Infiniment dommage.

                        Je continuerai à voter pour le FN néanmoins mais pas pour elle. Pour son programme. Dans le clivage entre les élites politiques, économiques, médiatiques et les classes populaires, celles qui souffrent et dont on ne se souvient qu’au moment des élections, il faut toujours se mettre à la place des seconds.


                        • sweach 4 mai 13:19

                          @Gisyl

                          *C’est dommage... Infiniment dommage.
                          Je continuerai à voter pour le FN néanmoins mais pas pour elle.*

                          J’ai le même constat que vous, je suis déçus de sa prestation, on est loin de sa prestation de « L’Emission politique » sur France 2

                          Il y a deux passages qui lui sont préjudiciable quand elle pseudo imite Macron sur la réalité de son électorat et une petite phrase où elle sous entend que Macron va gagner.

                          Hier soir aucun des deux n’a pensé à prendre la posture d’un président de la république, ce qu’avait fait Hollande et Sarkozi à leur époque.

                          Macron passé son temps a pleurnicher, c’est pas moi qui est fait des bêtises, Mr le journaliste aidait moi, vous êtes qu’une menteuse ....
                          Marine passé son temps à dire que le programme de Macron est bidon et à le comparer au sien et qu’il avait fait que des conneries.

                          bref du bac à sable

                          *Veut-elle être élue ?*
                          Je me le demande également, mais maintenant on n’a plus le choix, c’est la seule qui reste pour faire barrage à l’Oligarchie qui gangrène notre nation, mais comment convaincre les autres électeurs ?

                          Je suis la cote des bookmakers bien plus efficace que les sondages et visiblement c’est Marine qui sort gagnante de ce débat, mais Macron reste toujours loin devant. Marine est donné à 6 contre 1 avant le débat elle était à 7 contre 1

                        • Lengage Lengage 4 mai 16:43

                          @Gisyl Il n’y a même pas à douter tant l’enjeu est de civilisation pour vous et vos enfants !


                        • Dom66 Dom66 4 mai 20:45

                          @sweach

                          Il faut dire :merci aux abstentionnistes et aux Le Penistes , vous avez été super utiles encore une fois. Le 2ème tour de merde merci les mecs.



                        • bernard29 bernard29 4 mai 11:39

                          je préfère le titre du Nouvel Obs. « Marine Le Pen a saboté sa propre stratégie de dédiabolisation »

                          Et ça nous le devons à Macron. Macron a montré sa capacité de résistance, de réaction à la démagogie, au populisme vindicatif, puis s’est élevé à la présidentialité. Personnellement je l’ai trouvé très bon et il a renvoyé le Pen à sa diabolisation. C’est pas plus mal et c’est même très bien.

                          Vous le reconnaissez d’ailleurs dans ce morceau de phrase,....Marine Le Pen, par ses invectives continuelles et redondantes, a fait du Jean-Marie Le Pen" ...

                          On peut et on va changer d’air.




                          • pipiou 4 mai 11:45

                            @bernard29
                            « puis s’est élevé à la présidentialité »

                            Certes, cela montre que la « présidentialité » est d’un niveau assez médiocre.
                            C’est l’occasion de bien constater que le rôle du Président français se limite à être un pot de fleurs (pensons printemps) et il serait bon que l’on se tourne plus résolument vers un régime parlementaire.

                            Bref cette présidentielle est définitivement de la merde en barre, les législatives seront la véritable occasion de penser à notre avenir.


                          • zygzornifle zygzornifle 4 mai 14:56

                            @bernard29

                            Macron est le seul qui pourra grâce a ses mesures faire basculer la France vers le Frexit, je lui donne tout juste 1 an pour que ses électeurs se réveillent avec un gout de vomi et de bile dans la bouche et honte a ceux qui ont manifestés contre la loi ElConnerie et qui vont veauter pour lui , quand il auront affaire a cette loi je pisserai de plaisir en regardant leur tronche déconfite , un pur plaisir a partager et quand il manifesterons ils se feront en plus péter la gueule par les flics a ses ordres.... Miam Miam .....


                          • PiXels PiXels 4 mai 16:43

                            @pipiou
                            .

                            « puis s’est élevé à la présidentialité  »

                            Dont la courbe de niveau est un copié/collé de celle du baccalauréat !

                            En précisant que à ce « bac-là » Macron ne doit son 10/20 qu’au lèche- cul-isme avec sa prof/examinatrice.


                          • Agafia Agafia 4 mai 21:48

                            @bernard29

                            puis s’est élevé à la présidentialité.

                            Punaise ! Il est au ras des pâquerettes votre niveau de « présidentialité » ! ^^

                          • zygzornifle zygzornifle 4 mai 14:55

                            les chats aiment bien le bac a sable car ils n’ont que peu d’efforts a fournir pour enterrer leurs merdes .....


                            • C’est vrai que Marine le Pen a fait quelques erreurs, ...mais ces dernières que pèseront elles dans quelques temps par rapport à milliers de travailleurs détachés, aux boites qui continueront à être délocalisées, au communautarisme qui s’étendra de plus en plus, et sans oublier le grave problème ue posent les islamofascismes.

                              Vieille tactique d’intello, faire tout un patacaisse sur des choses insignifiantes, et noyer le poisson sur celles qui sont bien plus graves.


                              Vous avez aimés la politique du capitaine de pédalo, vous allez pouvoir goûter pleinement pendant 5 ans à celle de son fils spirituel,chef de gare de circuit de train miniature !


                              @+ P@py  

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires