• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Electeurs de Yannick Jadot, vous êtes notre dernière chance

Electeurs de Yannick Jadot, vous êtes notre dernière chance

Jusqu’à tout récemment Yannick Jadot en avait parfaitement conscience : il avait un rôle historique à jouer. Et finalement, et selon ses propres termes, il a fini par choisir « l’aventure ».

De l’attitude de Yannick Jadot et des responsables d’EELV pouvait dépendre le destin de la présidentielle et l’avenir du pôle progressiste de la France. Le rôle du candidat écologiste était à priori déterminant, et il jouait, lui qui avait appelé à renoncer à « l’irresponsabilité historique », son propre avenir d’homme politique responsable. La tension des enjeux politiques, la cuisine politicienne dont s’affranchit difficilement EELV, les influences pernicieuses des décombres de la "Firme" incarnées par la revancharde Duflot ont eu raison de sa détermination.

Les dirigeants d’EELV ont bien donné l’illusion le week-end dernier qu’il restait en eux un soupçon de dimension historique, que les calculs politiciens seraient réservés à plus tard. Une visite commune de Jadot et Hamon à Bure, lieu de résistance à l’enfouissement des déchets nucléaires, prévue pour le lundi 20 février, fut annulée au dernier moment pour éviter une image d’alliance prématurée. Mais par qui en réalité ? Par Hamon que les nucléaristes du PS avaient sommé de renoncer à une visite trop engageante, ou par les dirigeants d’EELV soucieux de faire monter les enchères et/ou de laisser un temps supplémentaire à Mélenchon d’apporter encore un peu plus de souplesse à sa position ? Son témoignage d’une nouvelle ouverture (« Nous laissons la porte ouverte »), après une apparente rupture mutuelle avec Hamon alors au Portugal, est arrivé un peu tard : postérieurement à l'annonce publique de Jadot de son allégeance à Hamon.

Et donc apparemment les jeux sont faits. La vraie belle alliance populaire, progressiste, éco-socialiste pourrait ne pas voir le jour.

Sauf surprise de dernière minute. Parce que les électeurs de Jadot peuvent encore renâcler.

 

Dès le départ le choix d’EELV était mauvais

En fait l’erreur d’EELV, qui n’en doutons pas voulait l’alliance des trois candidats, a consisté dès l’origine à privilégier les négociations avec Hamon plutôt qu’avec Mélenchon. Le calcul était forcément mauvais. C’était donner à Hamon et surtout au PS un avantage sur Mélenchon qui s’avèrerait sans doute insurmontable. Dès le départ les électeurs de Yannick Jadot s’en sont-ils convaincus ? Ou vont-ils s’en convaincre avant dimanche soir, limite du vote électronique pour valider ou invalider le choix de Jadot et des dirigeants d’EELV ? Il est indispensable qu’ils l’invalident. Comme l’ont fait les adhérents du PC contrariant le choix de leurs dirigeants qui avaient souhaité ne pas donner leur soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon. 

Il apparait évident à tout le monde que les convergences entre les programmes et orientations de EELV, Hamon et Mélenchon sont bien plus grandes que leurs divergences, et qu’une coalition historique est à portée de main. Malheur dans ces conditions à celui qui ferait capoter une telle alliance de l’espoir. Il restait à craindre après les appels de Jadot à renoncer à « l’irresponsabilité historique » que l’échec vienne de Hamon ou de Mélenchon.

Quand en réalité, et dans l’immédiat, il est à mettre au débit de Jadot. Et il est clair qu’il paiera cher son « aventure », et nous avec lui. Comment peut-il imaginer qu'une alliance entre Hamon et Mélenchon soit désormais possible ? Benoit Hamon encore à sa surprise d'avoir été élu, se voyant désormais pousser des ailes encore plus grandes, encouragé par le chant des sirènes solfériniennes, ne sera plus enclin au compromis. Et l'aventure de Jadot tournera court puisqu’aucun des deux candidats restants ne parviendra sans l’autre au second tour de la présidentielle.

 

Rappelons-nous le contexte politique national et mondial qui est aujourd’hui le notre

La chape de plomb mondiale qui s’annonçait à partir du 11 septembre 2001, et se préparait à recouvrir durablement la France en 2007 avec l’élection de Nicolas Sarkozy, accéléra sa chute à la faveur de la crise financière de 2008. La résignation citoyenne progressive qui s’en suivit en France, devint totale avec l’humiliation du cuisant échec de la résistance, de forme traditionnelle, à la réforme libérale des retraites de 2009. On put en mesurer l’ampleur devant l’absence totale de réaction en 2011 face à la catastrophe nucléaire de Fukushima. Même les militants antinucléaires restèrent pétrifiés.

Apparut alors le mouvement des Indignés et le printemps arabe. Une nouvelle forme de résistance se fit jour en France : à la suite de l’occupation nuit et jour de l’esplanade de la Défense à l’automne 2011 par les Indignés, c’est Notre-Dame-des-Landes qui s’affirma. Puis Alternatiba, et enfin les "Nuit debout" et les manifestations violentes d’opposition à la loi travail, en plein état d’urgence. La résignation avait cédé.

Entre temps le PS de la social-démocratie avait viré au social-libéralisme, faisant apparaitre de nouvelles personnalités conservatrices (ou plus précisément réactionnaires selon la terminologie classique) ayant tout assimilé du marketing politique : le macronisme était né. Est-il plus ou moins dangereux que le sarkozisme, plus ou moins imprévisible que le berlusconisme, et plus ou moins violemment pernicieux que le blairisme ? Il a en tout cas tout appris de ces courants. 

En réaction à cette évolution, un espace politique pouvait alors s’ouvrir au PS pour une personnalité politique plus à l’image d’un Benoit Hamon encore brut de décoffrage mais policé par une fréquentation assidue des couloirs solfériniens, que d’un Arnaud Montebourg ampoulé, nucléariste et productiviste opposant aux résistants de Notre-Dame-des-Landes.

Tout à sa surprise de son élection à la primaire de la « Belle alliance populaire » (prout-prout ma chère), qu’allait-il en faire ? Se contenter d’une visite de courtoisie à Cazeneuve et Hollande histoire de les anesthésier et s’allier à Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot afin de constituer un nouveau « front populaire », ou se laisser flatter par le Premier ministre et le Président et recourir aux vieilles ficelles politiciennes ? On connait le résultat : Yannick Jadot a choisi l’aventure.

C’est désormais aux électeurs de Jadot de lui signifier que ce n’était pas la bonne voie stratégique. Qu’il y a en une autre plus collective qu’individuelle. Celle qui consiste à s’allier tout d’abord avec Jean-Luc Mélenchon pour créer un rapport de force favorable à la négociation avec un Benoit Hamon ayant désormais donné de véritables gages de bonne volonté aux caciques de son parti d’élection.

Patrick Samba

 

Crédit photo : Reporterre, le quotidien de l’écologie


Moyenne des avis sur cet article :  3.14/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

112 réactions à cet article    


  • Laulau Laulau 24 février 16:53

    Je ne sais pas ce que diront les électeurs de Jadot, mais je suis sûr que EELV finira par mendier des circonscriptions au PS ....... Et le pire c’est que le PS n’aura rien à donner.
    Les verts devraient rejoindre Macron, peut être que là ils auront quelques miettes.


    • manu manu 24 février 18:49

      @Laulau

      Jadot le faux écolo qui rejoint un parti qui veut conserver l’UE actuelle, elle qui ne respect absolument pas l’écologie.

      Le PS n’a rien à donné mais Macron préfère que les voix de gauches aillent à Hamon qu’à Mélenchon, ils doivent s’entendre.


    • manu manu 24 février 19:01

      @manu

      Et le fait de renforcer Hamon pousse les moutons vers un soit disant vote utile de soit disant gauche.


    • Patrick Samba Patrick Samba 24 février 20:01

      Bonsoir,

      @Laulau
      en réalité, les enjeux politiciens était bien évidemment de la partie, et des négociations tendues ont même eu lieu sur les circonscriptions des députés EELV sortants. En particulier sur celle de Cécile Duflot. Elles auraient même failli faire capoter les discussions programmatiques, la maire de Paris ayant exigé la tête de Duflot.
      Comme quoi la tambouille politicienne reste un sport très prisé par les dirigeants d’EELV (Hamon et Jadot se marient : les secrets d’un contrat électoral).

      Néanmoins je crois qu’il y a beaucoup de responsables et de militants d’EELV à avoir poursuivi en priorité le but d’une alliance tripartite.
      Et j’espère qu’ils sauront le dire par leur vote, et qu’ils invalideront la décision des dirigeants.


    • jmdest62 jmdest62 25 février 09:37

      @Patrick Samba
      Désolé mais ce qu’il faut comprendre avant tout c’est que jadot ,duflot , placé , cosse , de Rugy etc....se foutent pas mal de ce que les militants écolo sincères peuvent penser et donc voter...ce qui compte pour toute cette clique (formée par Cohn-Bendit) c’est d’essayer de sauver ses fesses aux législatives.
      J’espère que les VRAIS écolos sauront tirer la leçon de cette nième pantalonnade.
      @+


    • Patrick Samba Patrick Samba 25 février 11:59

      @jmdest62

      pourquoi « désolé » ? Parce que vous avez rajouté Jadot à la liste des corrompus chroniques d’EELV ?
      C’est vrai que le résultat de son action n’est pas reluisant, mais qui sait si cette nouvelle procédure de vote électronique de validation ou d’invalidation n’avait pas pour but justement, en bonne connaissance des adhérents, d’invalider la négociation quant tout le travail d’établissement d’un compromis du PS était réalisé, le préparant à la négociation ultime avec la FI ?
      Ils sont tellement magouilleurs...


    • mmbbb 25 février 14:09

      @Patrick Samba l ecologie politique est une imposture


    • Patrick Samba Patrick Samba 26 février 13:12

      @mmbbb

      historiquement vous avez tort.
      aujourd’hui vous avez peut-être raison mais seulement si on limite l’écologie politique à EELV. Or elle ne se limite pas à EELV.


    • LE CHAT LE CHAT 24 février 16:55

      l’ennui , c’est qu’il en reste pratiquement plus des électeurs prêts à suivre ce ramassis d’opportunistes ! Ils sont loin , les 16% des régionales de Dany !  smiley  smiley  smiley


      • Patrick Samba Patrick Samba 24 février 20:08

        @LE CHAT
        faut pas confondre nombre d’électeurs et influence intellectuelle. Le PSU à son époque récoltait très peu d’électeurs. Ça ne l’a pas empêché d’avoir grandement influencé les orientations du PS. Ce qui était d’ailleurs très mal supporté par Mitterrand qui s’est tout de même résolu à nommer premier ministre, l’ancien dirigeant du PSU, Michel Rocard.


      • LE CHAT LE CHAT 24 février 20:33

        @Patrick Samba

        a part faire chier les gens avec des taxes,des interdits,de la culpabilisation,les verts sont inaudibles pour tout le reste ,une sous marque bio du PS


      • Patrick Samba Patrick Samba 24 février 21:45

        @LE CHAT

        "

        a part faire chier les gens " : mais seriez-vous grossier ? Comme ne le sont pourtant pas les animaux dont vous faites votre pseudo.
        Mais tout n’est pour autant pas complètement faux dans votre grossière affirmation.


      • JBL1960 JBL1960 24 février 21:53

        @LE CHAT Danny après avoir choisi Juppé ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/01/copains-comme-cochons/ Finalement, préfère Macron ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/01/09/de-qui-macron-de-rothschild-est-il-le-n-o-m/ Comme quoi, y’a pas que Bayrou ou Jadot qui tourne avec le vent...


      • 59jeannot 25 février 10:14

        @LE CHAT
        compte tenu de ce que « Dany » a fait une fois élu, ce n’est guère étonnant ; ce n’est pas un bon à rien, c’est un mauvais à tout. Pur produit médiatique


      • jmdest62 jmdest62 25 février 10:43

        @59jeannot
        Salut
        « Pur produit médiatique »
        et il soutient...........
        @+


      • Albert123 25 février 14:05
        Le bandit va là où la classe dominante lui dit d’aller, de toute façon ce type ne tiendrait pas 5 mn d’un lynchage médiatique a propos de sa vision de ce que sont les enfants, 

        la seule chose qui le maintient c’est son utilité pour ceux qui détiennent la presse et peuvent le détruire d’un claquement de doigt.





      • Jeekes Jeekes 24 février 17:05

        Disons plus simplement que les soit-disant « verts » ne sont que des ramasse-miettes opportunistes, prêts à tout pour essayer de se faire offrir encore une fois quelques bonnes places grassement rémunérées.

        Ce « parti » est un ramassis de minables autant de gauche que je suis pape.

        Trop cons pour être capable de comprendre que les faux-scialistes sont définitivement cramés. Tellement préoccupés de se goinfrer encore que tous leurs fusibles ont sauté.

        Bande de pauv’ nazes !


        • Patrick Samba Patrick Samba 24 février 20:13

          @Jeekes
          il est bien connu que tout ce qui est excessif est insignifiant.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 20:45

          @Patrick Samba
          Ce qui n’est pas insignifiant c’est le travail sournois des Verts, hors écologie, pour servir la finance et détruire la France, avec les euro-régions...
          La finance honnit les Etats Nations, elle veut un pouvoir mondial sans loi, ni régulation.


          Et qui fait les lois pour réguler la finance ? Les Etats nations !
          Vidéo avec Emmanuelle Cosse qui veut en finir avec les Etats Nations !

          Elle est payée ou elle est idiote ?


        • Patrick Samba Patrick Samba 24 février 21:50

          @Fifi Brind_acier

          Bien que mon nom ne l’indique pas je suis breton, et personnellement je ne verrais pas d’inconvénient à un peu plus d’euro-régions, et un peu moins de France...
          Et d’ailleurs sur ce point je suis aussi proche de Mélenchon qu’il est en général proche d’Asselineau.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 février 07:56

          @Patrick Samba
          Merci de confirmer que le Verts œuvrent contre la République, ce sont bien des marionnettes euro-atlantistes ! Et tout ça sous la couverture « verte de Gauche » !


          L’écologie est incompatible avec l’ Union européenne à laquelle vous tenez tant. La Commission européenne, à l’origine des lois, passe 90 % de son temps avec les lobbies industriels, d’où les décisions européennes, très écolos :

          - 10% d’huiles de vidange dans les huiles végétales
          - les farines animales nourrissent les poissons d’élevage
          - hausse des résidus de pesticides dans les fruits et les légumes
          - le gaz de schiste à l’agenda européen. etc

          Plus le dernier « paquet énergie » européen, plus fossile que renouvelable ...


        • Alren Alren 25 février 11:59

          @Patrick Samba

          Qu’entend-on par le terme « euro-région » ?

          Que des régions françaises soient soumises à des lois UE décidées par des étrangers, dont des Polonais qui sont hostiles à tout forme d’écologie et veulent continuer à polluer avec leur charbon brûlant à ciel ouvert, des Polonais qui veulent continuer à piller la France de ses usines avec la complicité de nos pires ennemis les capitalistes français et les fonds de pensions US, des Polonais qui veulent en sus que nous les subventionnons comme nous sommes obligés de le faire actuellement malgré le camouflet sur les hélicoptères Caracal ?

          Que les quelques lois qu’il serait permis aux régions de voter hors du carcan capitalisto-européen avec CETA, diffèrent d’une région à l’autre comme dans l’Ancien Régime ?

          Spécificités légales qu’il faudrait connaître pour se rendre dans chaque région en venant d’une autre pour éviter des sanctions.

          J’ai pu constater de près qu’il existe un fort sentiment particulariste breton qui est un surcroît culturel bienvenu, sympathique. En quoi est-il menacé par la république ?


        • Patrick Samba Patrick Samba 25 février 12:07

          @Fifi Brind_acier
           en donnant mon opinion très personnelle, je confirme que les Verts œuvrent contre la République ??
          Comme vous y allez avec la généralisation ! Méfiez-vous de ce processus, vous adhérente d’un parti si proche de l’extrème-droite, il est le germe même du racisme. Ne le combattez pas et un jour vous basculerez du mauvais coté de la frontière...

          Eh oui ces décisions sont une honte, et ça ne se limite pas à l’Europe. La France autorise les OGM dans la nourriture des animaux (maÏs OGM notamment provenant du continent américain).


        • Patrick Samba Patrick Samba 25 février 14:20

          @Alren

          " il existe un fort sentiment particulariste breton (...). En quoi est-il menacé par la république ? "

          Avec l’instruction obligatoire et gratuite des lois de Jules Ferry, les enfants bretons se sont très vite vus interdits par la mère patrie de langue maternelle à l’école. Les sanctions aux contrevenants étaient parfois sévères, ce qui a généré une fort sentiment de honte à l’égard de ses origines dans une population très catholique et donc soumise. L’alcoolisme s’y est développé et reste encore un fléau. La langue bretonne véhiculaire de la mythologie celtique (Merlin l’enchanteur...) n’est pratiquement plus parlée. Le choc culturel a été dur... Etc...


        • Fergus Fergus 24 février 18:51

          Bonjour, Patrick

          « Il apparait évident à tout le monde que les convergences entre les programmes et orientations de EELV, Hamon et Mélenchon sont bien plus grandes que leurs divergences, et qu’une coalition historique est à portée de main. »

          Content de lire ce propos de bon sens, bien que les militants de la France Insoumise soient vent debout contre ce type d’alliance comme j’ai pu le constater dans les commentaires de mon article d’hier.

          Or, sans cette alliance, il faut être clair : Mélenchon n’aura pas la moindre chance de qualification pour le 2e tour. Pire : l’accord acté par Hamon et Jadot pourrait permettre de distancer suffisamment la FI dans les enquêtes d’opinion et induire des votes utiles en faveur du PS. Bref, une sorte de cauchemar.

          Dans le fil de mon article, j’ai suggéré que l’alliance tout à fait possible entre le PS progressiste d’Hamon et la FI (plus EELV) se fasse sous une étiquette commune qui ne permette pas à un parti de prendre le pas sur les autres : l’Union pour la Gauche de Progrès. De quoi faire taire les réticences et les ego.

          Sans une union de ce type, nous repartirons vers un quinquennat de droite plus ou moins dure selon l’identité du président. Et une fois de plus, ce sont les classes populaires qui trinqueront. En 1936, les différences entre les socialistes et les communistes étaient plus grandes qu’aujourd’hui. Il serait temps d’en prendre conscience ! 


          • manu manu 24 février 19:06

            @Fergus

            Comme d’habitude gugus qui avances des conneries sans le moindre argument.

            Et toi tu pense que t’a des chance d’être un jours honnête avec toi même, après avoir pris pour des cons autant de gens, tu pense que tu pourras faire confiance à celui que tu est devenu.


          • capobianco 24 février 19:16

            @Fergus
            «  Il serait temps d’en prendre conscience !  »

            Encore une dose de ps, ? Vous êtes déjà en manque visiblement. Hamon est au service de ce parti et il suffit de voir comment il se met au garde à vous à la première injonction de cambadélis. Le ps c’est « tout sauf Mélenchon » , les soutiens de la FI ne veulent plus de ces traitres.

             Achetez des lunettes.


          • alinea alinea 24 février 19:52

            @Fergus
            Ça veut dire quoi une alliance entre deux candidats ?
            En tout cas, Mélenchon n’est pas parti pour vivre un cauchemar !! mais j’espère que le PS si ! et ça serait parfaitement mérité, d’ailleurs je n’arrive même pas à comprendre comment on peut se laisser encore prendre dans les rails du PS, ça dépasse mon entendement !


          • Fergus Fergus 24 février 20:29

            Bonjour, capobianco

            Soyons un peu sérieux. Qu’est-ce qui empêche Mélenchon de négocier avec Hamon en connaissant le pedigree de l’individu ?

            Au niveau des propositions, Hamon est raccord avec la France Insoumise sur la plupart des points. Reste l’apparatchik du PS. OK, nous sommes d’accord.

            Mais Mélenchon ne peut pas sérieusement prétendre tordre le bras de Merkel s’il est élu président alors qu’il ne serait pas capable d’affronter Hamon sur la nature d’un accord gagnant pour les classes populaires.

            Si cela ne fonctionne pas, tant pis, on tire l’échelle. Mais sans avoir essayé, cela me semble aberrant. Une réunion est prévue la semaine prochaine entre Mélenchon, Hamon, Jadot et Laurent. On verra ce qui en sortira. Mais de grâce arrêtons de dire a priori « c’est impossible ! »

            Nul besoin de lunettes, mais de neurones et de synapses en état de marche. smiley


          • Fergus Fergus 24 février 20:34

            Bonsoir, alinea

            Mais bon sang, qui parle de se « laisser encore prendre dans les rails du PS » ???

            Je parle, moi, de la recherche d’une alliance équilibrée qui ne lèse aucun des partenaires, qui ne crée aucune hiérarchie, et cela sous étiquette neutre !!!

            Qu’a-t-on à perdre à tenter le coup ? Esquiver sans le moindre panache ne peut en aucun cas être la réponse adaptée.


          • Patrick Samba Patrick Samba 24 février 20:38

            @Fergus
            ça fait plaisir de ne pas avoir à vous égratigner. Je suis en plein accord avec votre commentaire.

            Les militants de la France Insoumise « vent debout contre ce type d’alliance » dont vous parlez, sont pour ce que j’ai pu le constater de mes propres oreilles à une réunion de la FI, essentiellement des adhérents du Parti de Gauche qui n’ont pas de mots assez durs à l’égard de représentants du PS, même s’ils sont, comme Hamon, proche de leurs idées.
            Ils n’ont pas digéré l’ambiguïté, ou du moins l’insuffisance de radicalité des frondeurs PS à l’égard du gouvernement Valls.
            La dynamique de groupe y est impressionnante. Leur patron ayant poussé avec l’énergie que l’on sait les frondeurs à la rupture, les militants développent à leur encontre une énergie du même ordre.
            Et j’ai pu observer que ça indisposait sacrément les militants de la FI non PG...
            Ça pourrait bien les faire fuir... Dommage parce que ce comportement est apparemment circonstanciel.
            En tout cas personnellement ça m’a particulièrement irrité. L’esprit de corps... insupportable... Pareil, et même pire au NPA.
            On peut reprocher ce qu’on veut à EELV, mais au moins l’esprit libertaire qui y circule réduit le risque d’y rencontrer ce type de comportement. Mais il y a d’autres défauts...
            Et au final le PG reste le parti le plus séduisant...


          • Patrick Samba Patrick Samba 24 février 20:50

            @capobianco

            décidément la soirée est propice aux convergences avec Fergus. Je n’ai pas grand chose à rajouter à son commentaire.

            « Le ps c’est « tout sauf Mélenchon » » :
            sinon tout de même que le PS serait plus divisé que vous ne l’affirmez concernant Mélenchon. Je vous rappelle que Hamon, très proche des idées de la FI, a été élu par une très forte majorité des adhérents et des sympathisants PS !


          • Sparker Sparker 24 février 20:53

            @Patrick Samba
            Vous allez finir par y arriver, tout sera de la faute de la FI, de ses irréductible minoritaire il va de soi , de mélenchon, de son égo, de ses ratiches de traviolle, continuez comme ça et ce mouvement vous en ferez un corbillard aussi.
            désespérant....


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 février 20:55

            @Patrick Samba
            Hamon et Macron sont les deux faces de la même médaille socialiste !
            Leur but est de siphonner les voix de Gauche pour qu’elles n’aillent pas à Mélenchon.
            C’est Juien Dray qui est chargé du boulot : « En finir avec l’obstacle Mélenchon »
            Que voulez-vous que Mélenchon aille faire dans cette galère ?


          • HELIOS HELIOS 24 février 21:00

            @alinea
            il y en a bien qui vont se faire prendre dans rets de Fillon et peut etre pire d’autres dans ceux de Macron !


          • Patrick Samba Patrick Samba 24 février 21:00

            « Ça veut dire quoi une alliance entre deux candidats ? »

            Aïe, aïe, aïe, alinea, décidément va vous falloir une bonne dose d’euphorisant jusqu’au 23 avril si vous ne voulez pas y laisser une trop grande part de votre entendement !
            Certes il est déjà dépassé, mais il vous en reste bien encore une petite dose à proximité, non ?


          • Patrick Samba Patrick Samba 24 février 21:10

            @Sparker
            ouais, bon c’est pas parce qu’on a « l’avenir en commun » comme logo, qu’il faut s’autoriser à oublier ses lunettes pour lire les commentaires ! Où ai-je vilipendé la France Insoumise ??
            Je crains qu’au contraire c’est bien le genre de commentaire dont vous faites preuve qui peut avoir un effet très contre-productif.
            C’est à se demander si ce logo n’est pas un logo d’emprunt...


          • Patrick Samba Patrick Samba 24 février 21:19

            @Fifi Brind_acier

            Whouah Fifi, cet article date du début 2015 ! Il y a pas mal d’eau à avoir coulé sous les ponts depuis cette époque. Et notamment l’émergence d’un dirigeant qui était assez discret jusqu’à récemment.
            Je ne sais pas si ça vous a échappé, mais son prénom est Benoit et il a recueilli un nombre de votes assez inattendu. Je vous suggère de lire quelles sont ses orientations, vous verrez qu’il est aussi proche de Macron que vous êtes proche de Marine Le Pen !


          • Fergus Fergus 24 février 22:36

            @ Patrick Samba

            « Les militants de la France Insoumise « vent debout contre ce type d’alliance » », on les rencontre surtout sur ce site car sur le terrain, les avis sont nettement plus nuancés, et je peux certifier en avoir rencontré qui sont très favorables à un accord pouvant faire gagner les idées de progrès dans le cadre d’une démarche de rapprochement hors des libéraux du PS. L’opportunité est historique, et cela, ces militants l’ont bien compris. Sont-ils majoritaires ou minoritaires au sein de la FI, je n’en sais rien ? Mais nier qu’ils existent est une absurdité et un bobard !


          • alinea alinea 24 février 23:01

            @Fergus
            Ce que je n’arrive pas à comprendre c’est que tu ne puisses pas imaginer qu’un tel accord est impossible, et contrairement à ce que tu dis chaque fois, ce n’est pas la faute à Mélenchon !
            C’est Mélenchon qui l’appelle et propose des rendez-vous ! mais l’autre est trop merdeux qui sait qu’il est là juste pour lui rafler des voix ! D’ailleurs Méllenchon le sait très bien aussi ; il les entend figure toi !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires