• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Élysée 2022 (31) : Jean-Luc Mélenchon peut-il atteindre le second tour (...)

Élysée 2022 (31) : Jean-Luc Mélenchon peut-il atteindre le second tour ?

« Mélenchon, ce qui est terrible, c’est qu’il a été socialiste toute sa vie et que toute sa vie, ça va le suivre ! » (François Hollande).



Candidat pour la troisième fois, Jean-Luc Mélenchon a su seulement le 24 février 2022 qu’il était qualifié pour le premier tour de l’élection présidentielle du 10 avril 2022, en d’autres termes, le Conseil Constitutionnel a reçu le nombre suffisant de parrainages, à savoir 540 avec les 98 parvenus au 2 rue de Montpensier entre le 22 et le 24 février 2022. Comme tout candidat sérieux normalement constitué, il espère atteindre le second tour. Mais y parviendra-t-il ?

Malgré sa longue expérience de la campagne présidentielle, l’étape initiale des parrainages n’a pas été une formalité pour le candidat FI. En effet, en 2012 et en 2017, il bénéficiait du soutien très efficace car très organisé du parti communiste français. Or, cette année, le PCF a présenté son propre candidat, Fabien Roussel, qui a d’ailleurs étonné par son ton volontairement "de l’ancien monde", d’une gauche un peu démodée qui n’est ni communautariste, ni "wokiste" (?). Ce n’est pas un hasard que ce candidat communiste a obtenu le seuil des parrainages nécessaires dès le 17 février 2022 (il en est maintenant à 593). Le PCF est un parti encore très bien implanté dans certaines régions et bénéficie d’un maillage local sur tout le territoire.

Malgré son groupe à l’Assemblée Nationale (ce qui était d’ailleurs une belle performance en juin 2017), le parti de Jean-Luc Mélenchon n’a pas ce maillage séculaire, notamment dans les faubourgs urbains et dans les zones rurales. Cette étape franchie (sérieusement, personne n’imaginait que Jean-Luc Mélenchon serait privé d’élection), il peut ainsi continuer à faire campagne.

Jean-Luc Mélenchon sera ainsi à Lyon le 6 mars 2022 pour un grand meeting et a refusé de suspendre sa campagne à cause de la guerre en Ukraine (un premier meeting du supposé candidat Emmanuel Macron prévu le 5 mars 2022 à Marseille a été annulé pour cause de fortes activités diplomatiques du Président). Il est maintenant très difficile d’imaginer une campagne présidentielle sans crise et devoir la suspendre ou la repousser ne changerait rien : les crises sont désormais continuelles. En 2002, il y a eu la tuerie au conseil municipal de Nanterre ; en 2012, les attentats de Merah ; en 2017, l’attentat des Champs-Élysées. Si on remonte encore plus loin, en 1988, la prise d’otages dans la grotte d’Ouvéa. Les campagnes présidentielles sont régulièrement percutées par l’actualité fracassante.

Bref, la démocratie est trop importante pour arrêter une campagne présidentielle qui est déjà très courte, mais on peut comprendre aussi qu’Emmanuel Macron, qui multiplie les initiatives en ce moment pour faire arrêter l’invasion russe en Ukraine, ne puisse pas se libérer pour la campagne électorale (mais je répète ce que j’écrivais en début de février 2022, aura-t-il un jour le temps ? Il faudra bien qu’il le prenne !).

Depuis le début de la précampagne, c’est-à-dire fin août 2021, Jean-Luc Mélenchon reste le candidat dit de gauche qui reçoit le plus d’intentions de vote dans les sondages et c’est évidemment l’argument massue pour appeler à voter pour lui. On sait pourtant que cet argument ne vaut rien, car il ne se base ni sur un programme ni sur une personnalité, mais seulement sur des considérations tactiques dont se moquent généralement les électeurs. C’est ce qui a fait l’échec de Xavier Bertrand à la primaire LR ("je suis le meilleur pour battre Macron" n’est pas une proposition alléchante, que propose-t-il ?), ce qui probablement fera l’échec de Valérie Pécresse qui a repris le même argument que Xavier Bertrand mais pour l’élection générale.

Comme tous les électeurs un peu "matures" (ce mot pour ne pas dire "un peu âgés" ou "plus tout jeunes" !) passionnés par la politique, j’ai déjà beaucoup d’expérience d’élection présidentielle. Mon engagement politique a commencé pour soutenir à fond la candidature de Raymond Barre en 1988. Oui, il était le mieux placé au second tour pour battre François Mitterrand. Mais Jacques Chirac était meilleur que lui pour atteindre le second tour. L’argument sur les électeurs chiraquiens qui avaient pourtant souvent la haine contre le Président sortant n’a pas fait changer leur vote, car l’argument pour dégommer n’a jamais été très porteur.

De plus, en 2017, en février, Jean-Luc Mélenchon n’était pas le meilleur candidat de gauche dans les sondages, c’était Benoît Hamon. Mais c’est justement l’expérience de 2017 qui laisse encore rêver le leader de FI : en deux mois, passer de 10% à 20%, c’est possible (note : il ne reste qu’un mois en 2022). Depuis cinq ou six mois, Jean-Luc Mélenchon est imperturbablement autour de 10% des intentions de vote. Ces dernières semaines, il a cru à une lente poussée, et certains sondages le placent même à 12,5% (c’est le cas de Harris Interactive entre le 25 et le 28 février 2022). Mais les sondages "rolling" (IFOP et OpinionWay) qui proposent une image en temps réel des intentions de vote ne montrent aucune progression significative.

Une petite remarque sur les sondages d’intentions de vote actuellement : il y a de fortes disparités entre les instituts sur une même période (fin février 2022, 25-28 ou 24-28). Emmanuel Macron est de 28% (IFOP) à 24% (OpinionWay), Valérie Pécresse de 15% (OpinionWay) à 11% (Harris Interactive), Marine Le Pen de 19% (OpinionWay) à 16% (IFOP), enfin Éric Zemmour de 15% (Harris Interactive) à 13% (OpinionWay). Ces disparités de très grande ampleur s’expliquent par la difficulté de corriger les intentions de vote pour Éric Zemmour qui reste encore un extraterrestre du paysage politique. Cela signifie surtout qu’il peut y avoir des surprises, car les disparités sont très grandes.

Donc, il faut analyser ces sondages avec une extrême prudence, et en moyenne, Jean-Luc Mélenchon se situe aujourd’hui autour de 11% des intentions de vote, ce qui reste beaucoup plus que les autres minicandidats de gauche qui ont du mal à franchir le seuil de 5%, y compris Yannick Jadot. Il y aura probablement pour Jean-Luc Mélenchon l’espoir que l’éviction prochaine de Christiane Taubira (qui n’aura probablement pas ses parrainages) redonne un nouveau souffle mais j’en doute car la candidate divers gauche manquait de souffle elle-même.

_yartiMeluche2022B02

Cet argument politicien du "meilleur candidat de gauche" va même très loin puisque si on rassemble tous les candidats de gauche "gouvernementale" (Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, Fabien Roussel, Anne Hidalgo, Christiane Taubira), cela tournerait autour de 25% des intentions de vote, soit la qualification au second tour et même, peut-être, la première place au premier tour. Mais une élection n’est pas une arithmétique ! Aucun de ces cinq candidats ne sont d’accord sur un programme minimum. Du nucléaire à la laïcité, ils sont aussi opposés que la société française dans son ensemble, comment imaginer que l’un des cinq pourrait les représenter seul sans incohérences ?

C’est pourtant le choix de Ségolène Royal qui a annoncé le 16 février 2022 sur BFM-TV son soutien à Jean-Luc Mélenchon, ce qui peut provoquer un grand étonnement (elle qui rêvait d’être ministre d’Emmanuel Macron en 2017 et visiblement, qui n’apprécie pas du tout Anne Hidalgo). Pour le candidat FI, ce n’est d’ailleurs pas une bonne nouvelle et cela risque d’être contreproductif (un peu comme lorsque Alain Minc annonce son soutien à Valérie Pécresse).

Nul doute que Jean-Luc Mélenchon est le meilleur candidat à l’élection présidentielle dans le sens professionnel du terme, et pas politique : excellent tribun, il a réussi pour cette campagne à faire dans l’innovation scénique. Cela n’apporte rien politiquement, ni électoralement, mais cela apporte des participants venus par curiosité voir un joli spectacle sons et lumières. Encore un peu, et il sera le Philippe de Villiers du Puy-du-Fou à Marseille.

Mais je doute que ses performances de comédien soient suffisantes pour remonter la pente. Car il faut la remonter : ses attitudes particulièrement déplaisantes pendant le (premier) mandat d’Emmanuel Macron. On se rappelle le "moi, je suis la république" devant un juge alors que tous les citoyens sont la république, juge compris, ce qui a beaucoup choqué ses électeurs de 2017, ou encore la confusion voire la malhonnêteté intellectuelle entre les deux tours de 2017, où il refusait le verdict des urnes en contestant son score (il nous faisait son Trump avant l'heure !) et refusait d’appeler clairement à choisir le candidat non extrémiste (au contraire de 2002). Ou encore ses errements sur le front du communautarisme, d’autant plus surprenant qu’il avait, au sein du PS, des positions très républicaines (lire son blog dans les années 2000) aujourd’hui très oubliées.

Séduire, décevoir… malgré ces comportements, je pense qu’on peut toujours récupérer des déçus qu’on avait séduits auparavant : sinon, il y aurait beaucoup plus de divorces ! Les personnes évoluent et Jean-Luc Mélenchon peut faire autant l’ange que le démon. C’est selon ses humeurs. En 2017, l’ange a atteint 19%, pas mal. Tout reste possible de ce côté de la déception/séduction même si la "raison" n’est pas le meilleur moyen de rassurer les déçus et les désabusés.

Son problème, c’est que sa base de 2022 est bien plus réduite qu’en 2017, et son potentiel de progression d’autant moindre, pour deux raisons.

La première raison, c’est que les communistes ont fait bande à part. Et avec succès. Pour un parti qui faisait autour de 1% à sa dernière participation présidentielle, les intentions de vote de Fabien Roussel sont très flatteuses : entre 3,5% et 5%. Et il est vrai qu’il tient un discours que je pense passéiste mais original, ce qui séduit aussi un électorat de gauche déboussolé (d’ailleurs, il se garde bien de rappeler qu’il est le patron des communistes, ce n’est pas très vendeur).

La seconde raison, c’est qu’en 2017, quand Jean-Luc Mélenchon faisait autour de 10% dans les sondages, Benoît Hamon faisait autour de 17-18% ! En mars et avril 2017, il y a eu un phénomène de transvasement des électeurs potentiels de Benoît Hamon vers Jean-Luc Mélenchon. Mais aujourd’hui, où est cette réserve magique de voix ? Les intentions de vote des autres candidats de gauche sont si faibles qu’elles ne concernent que les militants et fidèles qui ont déjà bien réfléchi à la question.

Certes, l’IFOP (par exemple) trouve le plus d’hésitation chez les électeurs de gauche, ainsi, au 28 février 2022, l’institut de sondage a mesuré 64% sûrs de leur choix chez Jean-Luc Mélenchon, 51% chez Yannick Jadot, 48% chez Christiane Taubira et 46% chez Anne Hidalgo. C’est beaucoup plus faible que la moyenne (69%) et que les candidats d’extrême droite (82% chez Marine Le Pen, 75% chez Éric Zemmour), mais cela reste beaucoup trop pour que Jean-Luc Mélenchon espère fédérer les électeurs de gauche hésitants avec un effet d’entraînement : la moitié de pas grand-chose (que Jean-Luc Mélenchon pourrait encore convaincre), cela reste pas grand-chose.

Qu’importe toutes ces considérations, Jean-Luc Mélenchon se croit irrésistible, en est convaincu par les fortes participations à ses meetings (on sait très bien que cela ne veut rien dire, voir en 2017, 2012 et 2007), et, étonnant, par un article de "Libération" du 16 février 2022 intitulé : "Mélenchon au second tour : plus qu’une hypothèse, une possibilité". Pourtant, il n’est pas naïf et devrait savoir que les médias cherchent toujours à réintroduire l’incertitude et le suspense là où ils auraient disparu afin de faire de l’audience. C’est un peu comme dire que Vladimir Poutine a échoué car il n’a pas écrasé Kiev et l’Ukraine en six jours. Il le fera en dix jours peut-être, ou en deux ou trois semaines peut-être, mais y a-t-il vraiment incertitude de l’issue de la guerre s’il va jusqu’au bout ?

Il veut tellement y croire que dans son journal de campagne, où il s’exprime à la troisième personne, il affirme : « Une question subsiste : savoir si les électeurs de gauche non mélenchonnistes vont se ranger derrière le seul candidat capable de qualifier son camp au second tour, et si les classes populaires abstentionnistes vont participer à l’élection présidentielle. Si c’est le cas, la gauche a toute(sic !) ses chances d’être au second tour. ». Avec des si…

Le plus probable, c’est que Jean-Luc Mélenchon rejoigne le destin de François Bayrou : après une deuxième candidature à la performance excellente dont l’atteinte au second tour n’était pas un rêve, une troisième candidature, celle de trop, celle d’un irrésistible narcissisme (je suis un artiste, j’aime m’écouter parler), un reflux sur les 10% d’électeurs fidèles. Et après lui, c’est-à-dire après le 11 avril 2022, que restera-t-il de son mouvement d’insoumis ? Et plus généralement de la gauche ? Qui construira quoi sur ce tas de ruines ?


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (28 février 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Situation des parrainages pour les candidats de la présidentielle de 2022 (mise à jour régulièrement).
Programme 2022 du candidat Jean-Luc Mélenchon.
Élysée 2022 (31) : Jean-Luc Mélenchon peut-il atteindre le second tour ?
Droits de succession : Jean-Luc Mélenchon propose la confiscation et l'adoption !
La faillite sanitaire de Jean-Luc Mélenchon ?
L’insupportable complotisme de Mélenchon.
Jean-Luc Mélenchon : un peu de décence, taisez-vous !

_yartiMeluche2022B03


Moyenne des avis sur cet article :  1.71/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Kaa 1er mars 15:17

    Il n’a qu’à demander leurs soutiens à Bayrou et Chevènement, il patait que ça vaut cinq points (à répartir, évidemment).



    • Clocel Clocel 1er mars 16:53

      @beo111

      Oh p’tain... Même le Che a cédé aux sirènes titanesques !

      Heureusement qu’il n’y a plus d’état en France, on serait dans la merde sinon...


    • Octave Lebel Octave Lebel 1er mars 18:25

      @beo111

      “J’apporte un soutien républicain à Emmanuel Macron”, indique Jean-Pierre Chevènement dans le Journal du Dimanche du 26/02/22.

      JPC a été un homme politique honnête, brillant, courageux et dévoué. Il a été déterminant dans l’accès au pouvoir de Mitterrand en soutenant sa candidature à l’intérieur du PS puis pendant la campagne. Il a été un républicain ardent ayant du mal à bousculer les lignes du pouvoir établi en sous-estimant les manœuvres qui bien souvent sont à sa source s’enfermant dans une sorte de dignité impuissante puis de compagnonnages hasardeux l’amenant à se marginaliser. Il a alerté très tôt dans l’indifférence de l’importance d’une politique industrielle. Comparativement à d’autres, il a rendu des services éminents à notre pays en dessous de ce que l’on aurait pu espérer. Il a toujours soutenu l’intérêt d’une coopération raisonnée avec la Russie ce qui lui a valu de la part d’E Macron, toujours à l’affût d’une vitrine avantageuse, bien des égards.

      Désolé avec respect monsieur Chevènement, non merci.


    • Aristide Aristide 2 mars 10:09

      @Octave Lebel

      Il me semble qu’il confond le premier et le second tour :

      Au premier tour, on choisit ; au second, on élimine


    • Taverne Taverne 2 mars 10:12

      @Aristide

      La méthode Poutine est bien plus efficace : au premier tour on élimine, au second on élimine !


    • Louis Louis 1er mars 15:27

      mélenchon c’est tout bidon, c’est franc maçon

      le SEUL qui peut prétendre battre Emmanuel la malédiction c’est .............. François FILLON

      Pour cause d’ukraine il vient de rendre ses mandats à Gazprom

      Il connait Poutine (ils étaient PM ensemble sous l’ère MEDVEDEV)

      il a été victime d’une cabbale en 2017 qui a profité au poudré

      Note : un certain Bartolone faisait la meme chose que fifi mais ça n’intéressait pas le canard en...

      Il a des comptes à régler et s’il devanait président, Poutine l’écouterait Poutine a un profond mépris pour les trans en tous genres

      Vite 500 signatures pour François

      sinon bonjour les dégats, c’est la France (et pas l’angleterre) qui va déguster

       smiley


      • sylvain sylvain 1er mars 15:56

        @Louis
        vous délirez complètement là .fillon n’a a peu près aucune popularité, et c’est pire depuis la crise ukrainienne


      • sylvain sylvain 1er mars 15:58

        étant devin, je peux résumer cet article sans le lire

        Mélenchon est un égotique un peu délirant, c’est le copain de poutine, et si il croit avoir des chances, ben en fait que dalle


        • sylvain sylvain 1er mars 15:59

          pourtant je crois qu’il va en surprendre plus d’un encore ce coup ci


          • bernard29 bernard29 1er mars 16:45

            Arlette ou Roussel sont bien plus intéressants que l’indigné, insoumis, unitaire-populiste, sénateur du parti de gauche, touriste Sud Américain, ex PS, ami de Dassault, chirikiste, poutinolâtre et chaviste patenté, et qui ne peut voyager qu’en première classe. C’est pas très sérieux.

            Mais il y a encore des gogos qui y croient !! 


            • Décroissant 1er mars 17:34

              @bernard29

              Vous retardez cher ami, Nathalie Arthaud remplace Arlette Laguiller depuis 2008, votre haine de Mélenchon vous égare !


            • troletbuse troletbuse 1er mars 17:39

              @Décroissant
              Oui, Bernard29 est à la pointe de l’actualité.  smiley


            • bernard29 bernard29 1er mars 17:44

              @Décroissant
              ah oui, c’est vrai. mais enfin c’est la même chose. 


            • bernard29 bernard29 1er mars 17:49

              @bernard29

              quant à Mélenchon, je n’ai pas de haine mais oui, une défiance certaine. et comment on dit déjà, ah oui, documentée. ; C’est vrai.


            • Octave Lebel Octave Lebel 1er mars 18:20

              @bernard29

              Vous avez raison les candidats qui n’ont aucune chance de passer le 1er tour sont intéressants pour la manoeuvre habituelle qui fait d’un qui a à peine 20% des voix du corps électoral le boss pour 5 ans.
              Comme vous l’espérez, il y aurait encore des gogos ?


            • Aristide Aristide 2 mars 10:12

              @Octave Lebel

              à peine 20% des voix du corps électoral le boss pour 5 ans.

              Diriez vous la même chose, si en 2017 Mélenchon avait été élu ?


            • Octave Lebel Octave Lebel 2 mars 11:06

              @Aristide

              Pas la peine, le scrutin uninominal à deux tours aurait enfin pu être remplacé à travers une constituante populaire qui mettra fin au présidentiaisme et qui permettra des processus démocratiques de participation et de contrôle.


            • jacqcroquant 2 mars 12:43

              @bernard29
              Oh, Rooooo hooo ! Un hyper vacciné je suppute. Biberonné aux plateaux de Tv !


            • Lynwec 1er mars 17:52

              L’article commençait très fort avec « Mélenchon qui aurait été socialiste toute sa vie... »

              Remarquable... Enfin, personnellement, sa tendance au socialisme m’avait quelque peu échappé, j’avais surtout remarqué l’aptitude exceptionnelle à profiter des ors de la Ripoublique, la truelle en avant toute...

              Il faut dire qu’échaudé par mon ennemi c’est la Phynance, j’ai tendance à ne plus trop gober les couleuvres même bien présentées...

              Du coup, j’ai stoppé ma lecture à ce stade, ma capacité à absorber les bobards s’étant de suite éteinte...


              • Octave Lebel Octave Lebel 1er mars 18:13

                Vous vous inquiétez et vous essayez de vous rassurer.Vous avez raison.Depuis le temps que nos concitoyens attendent un second tour authentiquement démocratique et que des candidats sont là au 1er tour pour les en distraire.Vous croyez que cela va encore marcher.


                • tonimarus45 1er mars 18:28

                  bonjour -juste en passant —si le pc a obtenu si facilement ses parrainages ,c’est grace aux socialos avec qui il fera alliance pour les legislatives


                  • Joséphine Joséphine 1er mars 22:52

                    Moi j’aimerais bien prendre une pincée de Lassale, un peu de Mélenchon, une petite cuillère à café de Marine et un souffle de Zemmour. 


                    • zygzornifle zygzornifle 2 mars 09:13

                      @Joséphine

                       C’est une potion magique digne de Buffy et les vampires mais il faut rajouter un poil de la foufoune de Taubira ....


                    • olivier cabanel olivier cabanel 2 mars 13:31

                      @Joséphine
                      ce cocktail est dangereux, ma chère Joséphine


                    • zygzornifle zygzornifle 2 mars 09:11

                      ça servira a quoi, de toute façon il se fera Macronner, tous les journalopes au service de Macron vont le défoncer sur les plateaux de télé l’obligeant a piquer sa crise pour pouvoir mieux le discréditer ..... 


                      • malhorne malhorne 2 mars 09:47

                        nous savons bien que nos présidents empirent a chaque élection , mais pitié , ne votez pas pour ce petit despote irresponsable et dangereux, une islamo-racaille en plein délire mystique qui achevrait le declin de notre pays


                        • Bien sûr qu’il peut mais Mélenchon dés qu’il voit la ligne d’arrivée, ben il se désintègre !

                          Les discours sont moins percutant
                          L’homme devient plus petit
                          Pschitt , il disparaît ...

                          Curieux ?


                          • ETTORE ETTORE 2 mars 12:29

                            Rakotonanobis

                            Bon, j’ai arrêté la lecture à ce point bas....

                            Quand la carpette devient plus sale que les pieds boueux, cela ne sert à rien de continuer à se les frotter dessus !

                            « le parti de Jean-Luc Mélenchon n’a pas ce maillage séculaire, notamment dans les faubourgs urbains et dans les zones rurales. »

                            Madre, Rakotonanobis !

                            Comme vous y allez à la recherche de racines profondes, pour bouffer les pissenlits par l’autre bout !

                            Pourriez vous nous expliquer quelle est le maillage séculaire de votre qu(eu)oté exiBIT-ioniste ?

                            Le maillot de corps, à dentelle ? Le filet à perruque ?

                            Vous avez fait retraite un peu de temps, et on voit bien que la formation dispensée, lors de cette traversée du désert, à du être riche en protéines, vu comme vous imitez si bien les sauterelles dévastatrices.

                            Cela doit vous gratter aux pattes, un tel plein de suc-ces story ? Non ?


                            • olivier cabanel olivier cabanel 2 mars 13:30

                              à l’auteur

                              mélenchon a fait une grossière erreur en reprochant à l’europe de vouloir armer l’Ukraine... dommage


                              • zygzornifle zygzornifle 2 mars 15:49
                                Depuis 40 ans (même quand la gauche était aux manettes)

                                Voter n’a jamais amélioré les retraites
                                Voter n’a jamais donné plus de pouvoir d’achat
                                Voter n’a jamais permis de payer moins de taxes ni d’impôts ni autres prélèvements
                                Voter n’a jamais créé d’emplois

                                Voter est une illusion ....

                                • Gérard Dahan Gérard Dahan 3 mars 21:00

                                  Bonjour Sylvain,
                                  Je t’écris parce que je sais que tu es « un ancien » sur Agoravox... Comme moi.
                                  As-tu remarqué tous ces nouveaux profils qui pullulent qui n’ont jamais écrit d’articles et qui postent des centaines de commentaires depuis très peu de temps ?
                                  Sur l’invasion de l’Ukraine c’est spectaculaire... Et bien évidemment toutes les références citées proviennent de sites ou de blog pro-russes...
                                  J’aimerais avoir ton avis.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité