• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Emmanuel Macron contre « les porte-voix d’une foule haineuse (...)

Emmanuel Macron contre « les porte-voix d’une foule haineuse »

« C’est un défi immense et tout cela est évidemment lié avec le malaise que vit notre pays, mais précisément, nous avons une place, un rôle à jouer, une vision à proposer. C’est la ligne que je trace depuis le premier jour de mon mandat et que j’entends poursuivre. C’est remettre l’homme au cœur de ce projet contemporain. Cela suppose beaucoup de constance et de détermination. Mais je suis intimement convaincu que nous avons à inventer une réponse, un projet profondément français et européen à ce que nous sommes en train de vivre chez nous comme au-delà de nos frontières. » (Emmanuel Macron, le 31 décembre 2018 au Palais de l’Élysée).



On se doutait bien que ses opposants diraient qu’ils n’auraient pas été convaincus, c’est de bonne guerre et c’était déjà écrit avant même l’intervention élyséeenne. Le Président Emmanuel Macron a prononcé la traditionnelle allocution télévisée pour adresser aux Français ses vœux pour l’année 2019 (on peut lire son texte intégral ici).

Encore une fois, comme souvent dans les discours ou allocutions d’Emmanuel Macron, le message était d’une brillance intellectuelle peu commune par rapport à ceux de son prédécesseur direct. En revanche, il reste à rappeler que la politique n’est pas le concours général. Il s’agit avant tout de convaincre les Français de ses convictions et de son écoute, exercices simultanés quasi-impossibles à tenir si les "doléances" (très mauvais terme au souvenir historique dévastateur) s’opposent aux convictions.

Ces vœux étaient attendus parce qu’ils ont été prononcés après sept semaines de troubles provoqués par le mouvement des gilets jaunes. Cependant, cette mystérieuse "opinion publique" tant "sondée" par matraquage d’enquêtes …d’opinion semblerait se retourner : dans un récent sondage, 50% seraient pour l’arrêt du mouvement tandis que …49% seraient pour sa poursuite. Le clivage entre ordre et opposition reste toujours très serré en France.

À l’évidence, sur la forme, ces vœux ont été trop longs pour être politiquement efficaces, surtout le soir du réveillon. Les Français avaient autre chose dans la tête que saisir les trop grandes subtilités intellectuelles. Néanmoins, ils m’ont paru intéressants, ces vœux, car ils ont fait apparaître une certaine transparence et une certaine sincérité dans la démarche présidentielle.

Comme toujours dans ses discours, Emmanuel Macron a préféré se placer dans le même sens que les Français (s’y incluant) à faire face à eux : « Les résultats [des réformes] ne peuvent pas être immédiats et l’impatience, que je partage, ne saurait justifier aucun renoncement. ». Je souligne "que je partage" car c’est l’élément majeur de cette phrase. Le problème, c’est que la phrase laisse entendre que ses objectifs sont les mêmes que celui des Français, ce qui reste à démontrer.

Même du mouvement des gilets jaunes, il a trouvé un aspect positif et encourageant, celui de réagir face à la fatalité : « Cette colère a dit une chose à mes yeux, quels que soient ses excès et ses débordements : nous ne sommes pas résignés, notre pays veut bâtir un avenir meilleur reposant sur notre capacité à inventer de nouvelles manières de faire et d’être ensemble. Telle est, à mes yeux, la leçon de 2018 : nous voulons changer les choses pour vivre mieux, défendre nos idéaux, nous voulons innover sur le plan démocratique, social, politique, économique et environnemental pour cela. ».

Mais cette volonté de changement ne saurait oublier le principe de réalité : « Il serait dangereux que notre situation nous conduise à ignorer le monde qui nous entoure. ».

Employant à dessein (mais maladroitement : existe-t-il un capitalisme non financier ?) l’adjectif "ultralibéral", Emmanuel Macron a repris les critiques habituelles contre "la finance internationale" : « Vous le voyez, nous sommes en train de vivre plusieurs bouleversements inédits : le capitalisme ultralibéral et financier, trop souvent guidé par le court terme et l’avidité de quelques-uns, va vers sa fin ; notre malaise dans la civilisation occidentale, et la crise de notre rêve européen sont là. ».

_yartiMacron2018121003

Emmanuel Macron a divisé son allocution en trois vœux : vœu de vérité, vœu de dignité et vœu d’espoir. Vérité, dignité, espoir sera donc la devise macronienne de l’année 2019.


1. Vœu de vérité

La leçon a repris ses droits sur l’écoute : « Je dois bien dire que depuis des années, nous nous sommes installés dans un déni parfois flagrant de réalité. On ne peut pas travailler moins, gagner plus, baisser nos impôts et accroître nos dépenses, ne rien changer à nos habitudes et respirer un air plus pur ! Non, il faut tout de même sur ces sujets que nous nous regardions tels que nous sommes et que nous acceptions en face les réalités. ».

La réalité, c’est d’abord que la France est un pays d’excellence : « Cessons de nous déconsidérer ou de faire croire que la France serait un pays où les solidarités n’existent pas et où il faudrait dépenser toujours davantage ! ». En ajoutant évidemment, car rien n’est jamais parfait, loin de là : « Nous pouvons faire mieux et nous devons faire mieux. ».

La réalité, c’est aussi la montée des fausses informations dans la construction de l’opinion : « On peut débattre de tout, mais débattre du faux peut nous égarer, surtout lorsque c’est sous l’impulsion d’intérêts particuliers. À l’heure des réseaux sociaux, du culte de l’immédiateté et de l’image, du commentaire permanent, il est indispensable de rebâtir une confiance démocratique dans la vérité de l’information reposant sur des règles de transparence et d’éthique. ».

Le Président a conclu pour lui-même en disant : « Ce vœu de vérité, c’est au fond un vœu pour tous d’écoute, de dialogue, d’humilité. ». Pour lui-même, mais aussi tous ses compatriotes : « Je crois même que chacun d’entre nous commence à se fourvoyer dans l’erreur quand nous affirmons les choses sans dialoguer, sans les confronter au réel et aux arguments des autres. ».


2. Vœu de dignité

Cela a été l’occasion de réaffirmer ses valeurs humanistes : « Je suis profondément convaincu que chaque citoyen est nécessaire pour le projet de la Nation. ». Cette phrase, en elle-même consensuelle et que tout le monde devrait applaudir, laisse cependant résonner les petites phrases d’Emmanuel Macron, avant ou après son élection, qui séparaient par exemple les Français, ceux qui réussissent, les "premiers de cordée", et ceux "qui ne sont rien". Ces petites phrases, volontairement mais inutilement provocatrices, ont aidé ses opposants à bâtir un argumentaire très solide pour remettre en cause sa sincérité. Et il est toujours plus facile d’insuffler la défiance que de rebâtir la confiance. C’est la tâche présidentielle qu’il devra accomplir cette année, rebâtir la confiance.

Emmanuel Macron ne pouvait pas laisser passer les horreurs lues ou entendues à l’occasion du mouvement des gilets jaunes : « La dignité (…), c’est aussi le respect de chacun. Et je dois le dire, j’ai vu, ces derniers temps, des choses impensables et entendu l’inacceptable. Nous ne vivons libres dans notre pays que parce que des générations qui nous ont précédés se sont battues pour ne subir ni le despotisme, ni aucune tyrannie. Et cette liberté, elle requiert un ordre républicain ; elle exige le respect de chacun et de toutes les opinions ; que certains prennent pour prétexte de parler au nom du peuple, mais lequel, d’où ? Comment ? Et n’étant en fait que les porte-voix d’une foule haineuse, s’en prennent aux élus, aux forces de l’ordre, aux journalistes, aux Juifs, aux étrangers, aux homosexuels, c’est tout simplement la négation de la France ! ».

_yartiMacron2018101604

Fallait-il en profiter aussi pour justifier sa légitimité qui est pourtant une évidence démocratique ? Emmanuel Macron a été élu, et même bien élu (rappelez-vous les scores de Jacques Chirac en 1995 et en 2002). Et la participation a été de 77,8%, ce qui reste un niveau très élevé dans les démocraties comparables. En effet, il a ajouté : « Le peuple est souverain. Il s’exprime lors des élections. Il y choisit des représentants qui font la loi précisément parce que nous sommes un État de droit. L’ordre républicain sera assuré sans complaisance car j’attends de chacun ce respect indispensable à la vie en société. ».


3. Vœu d’espoir

Emmanuel Macron a résumé l’espoir des Français ainsi : « Ce que nous voulons profondément, c’est retrouver la maîtrise de notre quotidien et de notre destin. Ne plus subir. C’est cela qui doit guider nos choix pour le pays et les grandes décisions pour l’année à venir. ».

Et de citer pêle-mêle : une meilleure alimentation, une justice fiscale, une meilleure protection contre nos ennemis (qui sont-ils ? il n’a pas précisé), de nouveaux investissements dans l’innovation et une meilleure maîtrise de l’immigration, plus exactement, car la formulation reste ambiguë : « apporter une réponse commune aux migrations », ce qui fait probablement référence au Pacte de Marrakech. Il faut se rappeler qu’il ne peut pas y avoir de solution exclusivement nationale au problème des migrations : sans l’action de la Turquie et du Maroc, il y aurait beaucoup plus de demandeurs d’asile qui arriveraient en France.

L’autre espoir présidentiel, c’est la construction européenne, et 2019 sera forcément l’année européenne par excellence en raison des élections européennes du 26 mai 2019. Emmanuel Macron a ainsi annoncé qu’il reformulerait prochainement son projet européen, à cause de l’absence de suites de son discours à la Sorbonne (c’est d’ailleurs la seule annonce présidentielle de la soirée) : « C’est aussi cela [ne plus subir] qui doit guider le projet européen renouvelé que je vous proposerai dans les prochaines semaines. ». En répétant : « Je crois très profondément dans cette Europe qui peut mieux protéger les peuples et nous redonner espoir. ».


…et plus d’humilité présidentielle !

Le contenu du message du nouvel an du Président Emmanuel Macron est consensuel et devrait pouvoir rassembler une grande majorité de Français. Mais comme toujours pour chaque discours politique, surtout lorsque la parole est mise en doute, avec parfois raison, l’important n’est pas le message mais son adéquation avec les faits. En ce sens, "tout le monde" attend Emmanuel Macron au tournant de cette année 2019 : saura-t-il écouter ceux qui sont en colère ? saura-t-il aussi ne pas en faire trop pour ne pas lever d’autres colères ? saura-t-il représenter vraiment le peuple et pas ceux qui crient le plus fort ?

Ce qu’aura permis au moins le mouvement des gilets jaunes, c’est de replacer le Président Emmanuel Macron dans l’humilité. Il n’a jamais été arrogant (tous ceux qui l’ont côtoyé, y compris ses opposants lors de négociations sociales, peuvent l’attester), mais son image d’arrogance n’est pourtant pas une "fake news", elle est bien réelle, et c’est seulement avec de l’humilité sincère, pas feinte, qu’Emmanuel Macron pourra se défaire de cette image. C’est urgent, car le peuple a un besoin rapide d’être rassemblé pour faire face aux défis qui s’annoncent…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (02 janvier 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Les vœux du Président Emmanuel Macron pour l’année 2019.
Allocution du Président Emmanuel Macron le 31 décembre 2018 à l’Élysée (texte intégral).
L'an 2019, la peur jaune et l'urgence économique et sociale.
Gilets jaunes : un référendum sur l’ISF ? Chiche !
Strasbourg : la France, du jaune au noir.
Allocution du Président Emmanuel Macron le 10 décembre 2018 à l’Élysée (texte intégral).
La hotte du Père MacroNoël.
Ne cassons pas nos institutions !
La Révolution en deux ans.
Ivan Tourgueniev, toujours d'actualité ?
Emmanuel Macron, futur "gilet jaune" ?
Discours du Président Emmanuel Macron le 11 novembre 2018 à Paris.
10 et 11 novembre 2018 : la paix, cent ans plus tard.
Emmanuel Macron et le Vel’ d’Hiv’.
Dossiers de presse à télécharger sur les célébrations de 1918.
La Grande Guerre, cent ans plus tard.
Maréchal, vous revoilà !
Texte intégral de l’allocution du Président Emmanuel Macron le 16 octobre 2018.
Emmanuel Macron : la boussole après les horloges.
Les nouveaux ministres dans le détail (16 octobre 2018).
Les étagères de l’Élysée.
La Cinquième République.
La réforme des institutions.
L’affaire Benalla.
La démission de Gérard Collomb.
La démission de Nicolas Hulot.
La démission de François Bayrou.
Emmanuel Macron et l’État-providence.
Emmanuel Macron assume.
Édouard Philippe, invité de "L’émission politique" sur France 2 le 27 septembre 2018.
La France conquérante d’Édouard Philippe.
Le second gouvernement d’Édouard Philippe du 21 juin 2017.
Le premier gouvernement d’Édouard Philippe du 17 mai 2017.
La relance de l’Europe à la Sorbonne.
Discours d’Emmanuel Macron au Congrès de Versailles le 3 juillet 2017.
Programme 2017 d’Emmanuel Macron (à télécharger).
Le Président Macron a-t-il été mal élu ?
Audit de la Cour des Comptes du quinquennat Hollande (29 juin 2017).
Pourquoi voter Bayrou ?
Les élections sénatoriales de 2017.
La XVe législature de la Ve République.
Les Langoliers.
Forza Francia.

_yartiMacron2018101602


Moyenne des avis sur cet article :  1.09/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • mac 3 janvier 11:28

    « le message était d’une brillance intellectuelle peu commune »

    Charles de Gaulle n’a plus qu’à bien se tenir face à un si grand auteur qui ne lit pas ses textes, bien évidemment !

    Au fait, l’un de ses porte parole vient de démisionner, il va peut-être falloir qu’il se trouve une nouvelle plume tout aussi « brillante ».

    J’ai arrêté là avec cette phrase et avec le titre ça m’a suffit...


    • Pere Plexe Pere Plexe 3 janvier 19:08

      @mac
      l’un de ses porte parole vient de démissionner 
      ce pourrait il que se soit ce qui motive notre cireur de pompe ?
      C’est aussi ridicule que du Bruno Roger-Petit 
      La flatterie portée au niveau de l’indignité


    • papat 3 janvier 11:55

      vous me faites vomir sylvain devant tant de servilité ! c’est plus du cirage de pompes mais du léchage !


      • oncle archibald 3 janvier 12:53

        Bon sang ça fait plaisir de lire quelqu’un qui analyse au lieu d’assener son opinion voire ses insultes, et sans affirmer en outre que ses éructations sont partagées par tous les Français. Pour un peu ça me réconcilierait avec AV.


        • mac 3 janvier 13:18

          @oncle archibald
          Oncle Archibald défend un type qui a gouverné avec les socialos donc par transitivité est-il copain des socialos ?


        • mac 3 janvier 13:25

          Ceci n’est évidemment qu’un raisonnement hypothétique.


        • oncle archibald 3 janvier 14:03

          @mac

          Mon hypothèse à moi c’est que Macron ait réellement envie de réformer la France qui en a bien besoin, et qui n’arrivera à un résultat positif que dans le calme et la réflexion.

          Les braillards qui petent tout sur leur passage ça n’est absolument pas mon truc, et encore moins quand ils prétendent m’obliger à revêtir leur uniforme pour « avoir le droit » de traverser un rond point.


        • mac 3 janvier 14:47

          @oncle archibald
          Si réformer c’est vendre les autoroutes, les barrages ou le reste au secteur privé en utilisant les forces policières contre ceux qui ne sont pas d’accord c’est du Thatcher 30 ans trop tard...
          D’ailleurs que veut dire réformer ? Que les super riches (pas les petits riches qui ne sont probablement que du menu fretin mais qui pensent en faire partie du club) deviennent de plus en plus riches et le pauvres plus pauvres ?



        • mac 3 janvier 14:53

          @oncle archibald
          D’ailleurs en parlant de braillards qui pètent tout sur leur passage vous généralisez très largement ce qui prouve, pour qui en doutait, votre partialité...
          Il est vrai que les 1000 voitures brûlées au jour de l’an ne gênent peut-être pas la marche en avant néolibérale, c’est peut-être pour cela que l’on en parle à peine et ça vous gêne peut-être mois que les GJ en bon pragmatique ?


        • oncle archibald 3 janvier 16:05

          @mac :

          Ma partialité ??? hi-hi-hi dirait ma petite fille Zoé ! A voir ce que l’on peut lire ordinairement sur AV l’impartialité est restée coincée sur les claviers ! Au point que je serai « moinssé » si un jour de soleil radieux je disais qu’il fait beau !

          Vos ne savez absolument rien de ce que je pense ! Moi je constate avant d’analyser et d’élucubrer ! Un fait ça ne ment pas. Ce que j’ai constaté dans mon coin, le département de l’Aude, ce sont TOUS les postes de péages incendiés, certains même deux fois, ce sont des commerces empêchés de travailler parce qu’on empêche les clients d’accéder aux boutiques, ce sont des camions rançonnés pour avoir le droit de passer, ce sont des automobilistes humiliés, obligés de faire semblant d’approuver, pour franchir un rond point.

          C’est au nom de la liberté d’opinion ou de la liberté d’aller et venir à sa guise ou de la liberté tout court tous ces trucs là ?

          Oui ça me gène qu’une poignée de mecs excités fasse la loi dans la rue ! Pour moi la loi elle se fait au parlement pas dans la rue, et sur ce point je ne changerai jamais d’opinion.

          Que les GJ ne soient pas les seuls à être nuisibles je vous l’accorde, et que le gouvernement ait tort de ne pas s’en prendre à ceux qui font bruler les bagnoles pour faire « la teuf » comme vous (ou peut être plus que vous !) je le déplore.


        • mac 3 janvier 17:41

          @oncle archibald
          Je ne cautionne pas du tout ce que vous avez vu mais moi ce n’est pas ce que j’ai vu près de chez moi.
          Idéalement la loi devrait se faire au parlement malheureusement elle ne se fait plus qu’à l’Elysée depuis l’avènement du quinquennat et surtout à la comnission européenne.
          Peut-être que si on avait vraiment respecté la loi en 2005 nous n’en serions pas là car pour l’instant beaucoup de nos concitoyens sont en train de réaliser que nous vivons dans une démocratie de façade et c’est sans doute pour cela que ça chauffe et que ça risque de ne pas s’arrêter là...


        • oncle archibald 3 janvier 18:41

          @mac ;

          « Peut-être que si on avait vraiment respecté la loi en 2005 nous n’en serions pas là »

          Et si ma grand mère avait deux roues ce serait une bicyclette ! On est là pour pleurer sur les conneries du passé ou pour essayer de faire mieux à l’avenir ?


        • mac 3 janvier 19:28

          @oncle archibald
          Si vous avez remarqué mes propos, je respecte votre avis mais les« conneries » du passé comme vous dite sont très importantes. Je vous rappelle que la plupart de nos lois en dépendent. Sur ce point je ne pense pas comme vous que les lois se font au parlement car il avalise de plus en plus la politique européenne. On ne peut pas être démocrate à géométrie variable et dire quand ça nous arrange « ce n’est pas la rue qui gouverne » et accepter la forfaiture de 2005 envers les électeurs. Encore une fois ça n’est pas un détail.


        • oncle archibald 3 janvier 21:45

          @mac

          Je suis d’accord avec vous et j’ai été cruellement meurtri par la désinvolture avec laquelle il n’a pas été tenu compte de ce vote. Question de principe inviolable. Mais c’est fait et je ne vais pas ressasser ça pendant des décennies. Je pense que l’Europe est à réformer profondément pas à jeter aux orties. À l’échelle des blocs auxquels tout citoyen de quelque pays d’Europe que ce soit doit faire face il est impératif d’avoir une Europe unie.


        • Ouam Ouam 4 janvier 00:59

          @oncle archibald
          "..Je suis d’accord avec vous et j’ai été cruellement meurtri par la désinvolture avec laquelle il n’a pas été tenu compte de ce vote. Question de principe inviolable. Mais c’est fait et je ne vais pas ressasser ça pendant des décennies.

          ..« 
           
          Interessant votre commentaire smiley
          Surtout que vous parlez de »décennies« , je compte sur vous pour corriger mes propos si je navigue en plein erreur ou défaut sévère de mémoire..
           
          Ne suis pas parti assez longtemps de mon pays pour avoir eu,
          de la part de nos maitres, enfin plutot de vos maitres,
          ne participant plus à cette mascarade monarchique , un autre référundum depuis »des décénnies« ce qui illustre bien le caractere »démocratique« (ou non) de ce pays qui est devenu d’apres moi un »shit hole" qui n’a plus rien à envier auxs meilleures dictatures..
           
          Mais nous comptons tous sur vous qui...
          allez nous indiquer sa date et bien sur son sujet.

          Tant d’autres ici sur le fofo qui onts oublié cette date et le sujet, y compris votre serviteur.
           
          Nous comptons sur vous pour ce rappel démocratique !
           
          Bien a vous,


        • LUNATIC GALDIV 6 janvier 12:24

          @oncle archibald
          C’est con, hein ? lorsque la démocratie marchande est menacée !


        • Albert123 3 janvier 13:56

          « Encore une fois, comme souvent dans les discours ou allocutions d’Emmanuel Macron, le message était d’une brillance intellectuelle peu commune par rapport à ceux de son prédécesseur direct. »


          en matière de suçage de boule ça se pose là. 


          • Ouam Ouam 4 janvier 01:06

            @Albert123

            « Encore une fois, comme souvent dans les discours ou allocutions d’Emmanuel Macron, le message était d’une brillance intellectuelle peu commune par rapport à ceux de son prédécesseur direct. »

             en matière de suçage de boule ça se pose là. 

             

            En matière de géographie il est exeptionnel , la Gyuane est désormais une ile smiley
            Roissy est dans le 9.3 (etc..) smiley smiley
             
            Normal que bidule l’encense, la meme culture générale portée à son paroxisme  smiley


          • zygzornifle zygzornifle 3 janvier 14:53

            J’ai écouté son monologue a travers les pales d’un ventilateur ....


            • zygzornifle zygzornifle 3 janvier 14:58

              C’est un défi immense et tout cela est évidemment lié avec le malaise que vit notre pays,

              Faut être quand même gonflé quand on est sois même l’origine du malaise, il fout la merde partout ou il passe et évidement c’est de la faute des autres , il nous prend vraiment pour des demeurés ce sérial-taxeur, c’est un grand malade qui devrait être en soins intensifs  ....


              • aimable 3 janvier 15:48

                En ce qui concerne les discours haineux , j’aimerais que ce brave Mr Macron mette autant de zèle a mettre hors d’état de nuire tous les fichés S qui prône la haine contre notre civilisation, mais comme par hasard eux circulent tranquillement sans être importunés par la police , ils peuvent commettre tous les massacres de notre peuple qu’ils veulent , cela n’a aucune importance puisque il s’en occupe seulement après , puisqu’ avec eux il faut respecter la « LOI » , avec ce genre de personnage a la tête de l’état , nous pouvons nous rendre compte que notre peau a ses yeux ne vaut pas chère .

                mais Mr Drouet lui , est quelqu’un qui a ses yeux est beaucoup plus dangereux pour son poste de président bien sûr .


                • zygzornifle zygzornifle 3 janvier 18:12

                  @aimable

                   On peut rajouter avec les fichiers S son Benalla d’amour chéri , ses passeports diplomatique , son coffre fort , son flingue et ses SMS échangé avec le monarque ....


                • Ouallonsnous ? 3 janvier 19:26

                  @zygzornifle

                  L’ectoplasme Gnafron n’est pas de notre monde auquel il n’a rien compris, il faut vite le renvoyer dans son univers, il n’a rien à faire à la tête de la République qu’il s’efforce de détruire avec sa maffia !


                • paulau 3 janvier 18:06

                  Il faut se méfier des extrémismes. Surtout de ceux que l ’on ne voit pas.
                  Le centre pour conforter son pouvoir peut dire : méfiez-vous de l ’extrême droite , ce sont des racistes , des homophobes..... ; méfiez-vous de l ’extrême gauche , ce sont des collectivistes , des anti-européens..... . Le centre à ce compte se garantit le droit de gouverner , les autres , pour lui , étant présentés comme équivalent à Satan. Mais cette certitude de rester au pouvoir peut être la source d ’un nouvel extrémisme : l ’ extrême centre.
                  Je crois qu ’ avec La République En Marche on est dans cette configuration.


                  • McGurk McGurk 4 janvier 00:27

                    @paulau

                    EM n’a pas de parti. C’est un collectif de représentant des grands groupes. Leur but est de piller la France et de prendre leur part du gâteau. C’est donc à la fois des opportunistes et des mercenaires.


                  • ETTORE ETTORE 3 janvier 20:56

                     Ah....parait-il, sa « plume » la quitté ! Snif !
                    Ben voilà, ça prouve qu’il y a plus de débouché dans les postérieurs des Folies Bergères, que dans celui de M.....


                    • ETTORE ETTORE 3 janvier 21:08

                      paulau @

                      Le centre pour conforter son pouvoir peut dire : méfiez-vous de l ’extrême droite , ce sont des racistes , des homophobes..... ; méfiez-vous de l ’extrême gauche , ce sont des collectivistes , des anti-européens..... . Le centre à ce compte se garantit le droit de gouverner , les autres , pour lui , étant présentés comme équivalent à Satan. Mais cette certitude de rester au pouvoir peut être la source d ’un nouvel extrémisme : l ’ extrême centre

                      ________________________________________________________

                      entièrement d’accord.

                      L’extrémisme n’as plus besoin de s’appuyer sur des « extrêmes » de partis.

                      Il fait preuve d’une certaine verticalité vertigineuse.

                      Il va falloir apprendre à regarder sous ses pieds, une fois que nos mains ont fait leur oeuvre.


                      • Feste Feste 3 janvier 21:42

                        Pitié Rakoto, continue tes articles nécrologiques, laisse tomber tout le reste. Et même sort nous ta propre nécrologie, mais arrête la politique smiley


                        • Ouam Ouam 4 janvier 01:09

                          @Feste
                          Concernant le nécrologique avec sa monarc-quette il à de quoi rédiger le Rakoto smiley


                        • Jean Keim Jean Keim 3 janvier 22:37

                          La France est vendue à l’encan, tout le reste n’est que mensonge.


                          • McGurk McGurk 4 janvier 00:20

                            J’emmerde son projet.

                            Sa vision de l’avenir, c’est une France pauvre avec une minorité de riches qui se partagent toutes les richesses. Ce sont des travailleurs esclaves d’entreprises nationales et étrangères qui n’hésiteront pas à leur passer les fers aux pieds et les payer trois cacahuètes.

                            Un monde où la classe politique n’a plus besoin de légitimité ou d’élection pour se maintenir au pouvoir. Elle organise (comme pour les dernières présidentielles ou les « foulards rouges ») des élections pour sauver les apparences (cf. le système de l’Allemagne de l’est) et des contre-manifestations pour faire croire que le peuple suit.

                            C’est-à-dire un fonctionnement similaire à l’Irak de Saddam ou l’URSS, où le fort écrase le faible et le ponctionne jusqu’à la moelle sans n’en avoir rien à branler.

                            Au niveau européen, cela suppose aussi un libéralisme effréné et violent, sauvage et sans limite où tous les abus seront quotidiens et réglés par des lois et conventions qui minimiseront les dommages possibles pour les entreprises.

                            Etant donné que le Parlement européen a de plus en plus de pouvoirs et désosse complètement notre pays, nous serons bientôt une « région » sans pouvoir économique ou politique. Juste une entité malléable à souhait, contrôlée à distance par une foule d’étrangers prônant les idéaux anti-démocratiques et anti-sociaux de l’UE.

                            Je refuse de vivre dans un société où on se récolte tout dans la gueule, où le peuple es martyrisé et exploité. On a beau dire de l’extrême-droite en la qualifiant de « nazie » et de « populiste », mais le résultat c’est qu’on est tous condamnés à terme à vivre sous les ponts. Les « riches » ceux qui votent Macron sans scrupule seront les prochains sur la liste jusqu’à ce que le pays tombe enfin.

                            Sa « vérité de l’information » cache, en vérité, son envie de museler les informations dissidentes qui pourraient, lui et son parti (ou ses alliés étrangers), leur nuire car trop différentes de leur version ou à contre-courant. A quand un système de notation comportementale comme en Chine ?

                            Il prône le dialogue et l’humilité alors qu’il n’a jamais écouté personne, c’était d’ailleurs marqué dans son programme. C’est une véritable farce d’entendre ça.

                            Celui-ci cite « la protection contre les ennemis », omettant surtout de parler des prédateurs de l’intérieur : les hommes politiques et assimilés qui piquent le pognon et avides de pouvoir, les entreprises avide d’exploiter les gens pour faire encore plus de fric, la levée des protections sociales pour protéger le peuple sous couvert d’ « ouverture et de modernisme », la violence contre la société venant à la fois du même gouvernement censé nous protéger et des entrepreneurs. Bizarre non comme oubli^^

                            Personne ne croit plus en l’Europe car ça n’a absolument rien apporté à part moins de souveraineté et plus de pauvreté. Monter un « projet européen » n’a donc aucun sens, c’est presque un suicide politique et démocratique au sein d’une institution anti-démocratique.

                            Macron a toujours été arrogant, ceux affirmant le contraire sont soit aveugles soit totalement stupides. Ce n’est pas parce qu’il fait croire qu’il s’intéresse aux gens que c’est le cas. De toute manière, il ne représente absolument personne.

                            La seule chose qu’on attend tous je pense, c’est qu’il se replante (et ça arrivera forcément avec les conneries qu’il fait au quotidien) pour enfin allumer la révolte du peuple pour à la fois déloger ce dingue et son parti de collabos. En tout cas, ce n’est pas lui qui rassemblera qui que ce soit, il a même l’objectif inverse pour lui permettre de régner.


                            • biquet biquet 6 janvier 21:06


                              Le contenu du message du nouvel an du Président Emmanuel Macron est consensuel et devrait pouvoir rassembler une grande majorité de Français

                              Précision : c’est de l’humour noir.


                              • QAmonBra QAmonBra 6 janvier 23:10

                                @ l’auteur

                                On a jamais eu dans toute l’histoire de la République, en un temps aussi court, un président aussi honni et, ceci expliquant cela, aussi éloigné du Peuple et de ses aspirations !

                                Car c’est bien de cela qu’il s’agit derrière ce qui semble, pour une majorité de gens, être une morgue, une condescendance et une telle distanciation à l’égard de ses concitoyens, notamment les plus humbles  : Une crasse ignorance et une phobie de son propre Peuple !


                                Comment peut on prétendre présider son pays en étant aussi ignorant et, l’un expliquant l’autre, aussi « démophobe » à l’égard de son propre Peuple ?

                                Faut il que la prétendue « démocratie représentative » ait totalement perverti et corrompu son rôle constitutionnel pour engendrer une telle absurdité !

                                En outre, vu que nos prétendus élus refusent de le destituer, conformément à leurs obligations constitutionnelles, E. Macron va droit, non pas dans le dur comme le proclamait un de ses ministres, mais dans un mur nommé France profonde et millénaire et c’est cet individu dont vous estimez « le message d’une brillance peu commune »  !?

                                Est il utile de préciser ce qui nous attend, ou votre formatage idéologique vous interdit également de l’entrevoir ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès