• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Emmanuel Macron et les 5 ans d’En Marche

Emmanuel Macron et les 5 ans d’En Marche

« J’ai décidé qu’on allait créer un mouvement politique nouveau. » (Emmanuel Macron, le 6 avril 2016 à Amiens).

Il y a exactement 5 ans, le 6 avril 2016, Emmanuel Macron, alors Ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement de Manuel Valls, sous le quinquennat de l’oublié François Hollande, est allé à Amiens, sa ville natale, pour fonder, autour de 200 fidèles, le parti politique En Marche, avec ses propres initiales, devenu un an plus tard La République En Marche (LREM) : « À chaque fois que notre pays a traversé une période de peur et de doute, la condition pour sortir de cette situation fut la même : rebattre largement les cartes. ».

Les principes généraux de ce nouveau mouvement étaient alors : « l’attachement au travail, au progrès et au risque, une égale passion pour la liberté et la justice, un attachement européen profond et exigeant, une croyance inébranlable dans l’énergie de notre pays, pour lui redonner confiance. ». Dans sa charte des valeurs, Emmanuel Macron a émis ce postulat intéressant : « Nous préférons l’innovation à tous les conservatismes. Nous refusons de penser qu’il n’y a de salut que dans un retour vers le passé et pensons au contraire que l’avenir de la France nécessite de renouer avec l’idée de progrès. ». La promotion d’une certaine idée du respect personnel : « Nous sommes attachés à ce que chacun (…) respecte les lois de la République, ainsi que les règles élémentaires de la courtoisie, du respect d’autrui, de l’honnêteté et de la probité. Nous condamnons de manière générale tous les actes et tous les propos qui jugeraient une personne pour ce qu’elle est. ». Une démarche un peu à l’instar de la Nouvelle Société de Jacques Chaban-Delmas.

L’étoile Macron scintillait déjà le 12 mars 2015, à l’issue de la (longue) émission politique sur France 2 : « Le modèle français a un avenir (…). La clef pour l’économie française, c’est de réussir dans la mondialisation pour [continuer] ce modèle. ». Ce premier grand oral télévisuel avait révélé auprès des Français un homme jeune, plein d’idées, à l’aise dans le débat et très volontaire, bref, quasiment l’inverse du Président de la République de l’époque. Dès février 2016, François Hollande avait d’ailleurs envisagé de nommer Emmanuel Macron à Matignon. Avec cette idée, il aurait fait coup double : d’une part, il aurait éloigné du pouvoir le trop influent Manuel Valls, d’autre part, il aurait contrôlé son jeune ministre. Mais dans la tête de François Hollande, il valait mieux contrôler encore Manuel Valls. Erreur fatale.

La création d’En Marche fut le point de départ d’une démarche qui allait inévitablement aboutir à la candidature d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle. Le 8 mai 2016, Emmanuel Macron a pris une position régalienne étonnante, célébrant Jeanne d’Arc à Orléans, reprenant ainsi un thème que l’extrême droite avait préempté pendant une trentaine d’années : « Nul ne peut l’enfermer ; tant l’ont pourtant convoquée ou récupérée. Ils l’ont trahie en ne la méritant pas. Ils l’ont trahie en la confisquant au profit de la division nationale. Manipulation des uns, mais aussi faiblesse des autres, car Jeanne d’Arc (…), [c’est] notre histoire commune. ».

L’occasion de donner son sentiment politique : « Notre temps n’est pas celui de la quiétude et de l’insouciance. Il ne doit pas non plus être celui du cynisme ou du défaitisme. Nous devons nous confronter aux défis qui sont les nôtres sans rien céder à la peur et nous devons le faire en sachant qui nous sommes et d’où nous venons. ». Il ne se doutait pas qu’il aurait à gérer une crise sanitaire mondiale.

Le 12 juillet 2016, il organisa son premier meeting à la Mutualité à Paris, où plusieurs milliers de sympathisants sont venus l’ovationner. À deux jours de l’entretien présidentiel traditionnel du 14 juillet, c’était une marque d’insolence évidente si ce n’est de défiance : « Ce mouvement, personne ne l’arrêtera. Nous le porterons ensemble jusqu’en 2017 et jusqu’à la victoire ! ». Les jalons étaient posés.

Fort de ce succès, il aurait dû alors démissionner du gouvernement et déclarer sa candidature quelques jours plus tard, mais l’attentat de Nice deux jours plus tard l’a fait remettre à plus tard, par décence. Finalement, il a démissionné du gouvernement le 30 août 2016 : « Mon choix est un choix pour être libre. Être libre de dire, de proposer, d’agir. Être responsable d’une nouvelle offre qui doit construire un nouvel espoir. C’est une nouvelle étape qui commence, pour laquelle j’aurai besoin de toutes les bonnes volontés. ».

Emmanuel Macron a annoncé officiellement sa candidature à l’élection présidentielle le 16 novembre 2016 à Bobigny. Le 10 décembre 2016, le meeting à la Porte de Versailles enclencha une véritable montée en puissance. Devant 15 000 sympathisants, Emmanuel Macron cria d’une voix cassée : « Ce que je veux, c’est que vous, partout, vous alliez le faire gagner ! Parce que c’est notre projet ! Vive la République et vive la France ! ». Les drapeaux européens s’agitaient au milieu des drapeaux français : le projet d’Emmanuel Macron était un projet pleinement, résolument européen, et assumé comme tel.

_yartiEnMarche5ans02

La suite, on la connaît, Le 7 mai 2017, Emmanuel Macron a été élu Président de la République à l’âge de 39 ans, le plus jeune de toute l’histoire de la République, très largement, avec 66,1% des suffrages exprimés (20,7 millions de voix) : « Une nouvelle page de notre longue histoire s’ouvre ce soir. Je veux que ce soit celle de l’espoir et de la confiance retrouvés. ». Au premier tour du 23 avril 2017, premier de la cordée : 24,0% des suffrages exprimés (8,7 millions de voix).

Transformant son parti en La République En Marche, se rapprochant de l’appellation d’un parti opposant, Les Républicains, sur la méthode de Valéry Giscard d’Estaing qui avait rassemblé les partis du centre droit dans l’UDF (Union pour la démocratie française), reprenant, pour attirer l’électorat gaulliste, un sigle proche de l’ancienne UDR (Union des démocrates pour la République).

Son parti a obtenu la majorité absolue en juin 2017, conquérant 309 sièges sur 577 à l’Assemblée Nationale, avec 28,2% des voix au premier tour. Aux élections européennes du 26 mai 2019, la liste LREM a obtenu la deuxième place avec 22,4%, gagnant 23 sièges du Parlement Européen sur les 74 attribués à la France.

Malgré ces victoires éclairs, il faut évidemment pondérer les affirmations. Ces années ont montré que LREM n’a jamais été qu’une écurie présidentielle au service de son fondateur et reste très loin d’un parti politique au sens historique du terme, à savoir, un mouvement ayant une tradition philosophique ancienne et un encadrement suffisamment fort pour qu’il subsiste en dehors de son fondateur. Les élections sénatoriales de septembre 2017 et de septembre 2020, ainsi que les élections municipales de 2020, ont montré que LREM n’était pas un parti assez implanté localement pour ne pas dire impliqué localement. La plupart des nouveaux députés LREM ont rarement su faire "fructifier" leur élection par une implantation locale leur permettant de "s’installer" dans la vie politique locale.

Or, ce problème d’implantation locale n’a rien à voir avec la nouveauté du parti : quelques mois après la création du RPF (Rassemblement du peuple français), beaucoup de candidats RPF ont conquis des mairies de grandes villes et ont pu s’implanter indépendamment d’une "locomotive" nationale (parfois pour de très nombreuses décennies). L’UNR également, créée de toutes pièces par les fidèles du Général De Gaulle, ont su créer une tradition politique qui s’est ancrée bien au-delà des mandats de De Gaulle et même de son successeur direct. Rien n’indique aujourd’hui que LREM survivrait à la Présidence d’Emmanuel Macron.

Cinq ans, c’est peu, mais en fait, c’est treize mois qu’il faut prendre en compte, Treize mois pour gagner. Ce n’est donc pas tant le parti En Marche que le futur candidat Emmanuel Macron qui a montré un exceptionnel sens politique. On peut comprendre le nombre de jaloux qui ont vu ce trentenaire conquérir l’Élysée après seulement deux ans d’exercice ministériel (François Hollande, quant à lui, n’avait jamais été ministre avant d’avoir été élu), alors que la pratique en France, c’est de gagner seulement après trente, quarante ans de vie politique et élective.

Emmanuel Macron a été exceptionnel dans l’histoire politique, parce qu’il a été courageux, déterminé, habile et joueur.

Courageux car sa grande popularité aurait dû lui conseiller d’être en retrait, d’attendre son tour en 2017 (élection réservée en principe à Alain Juppé dans les sondages) et arriver en 2022 comme le sauveur ou le dauphin (il aurait alors 44 ans, bien en dessous de Valéry Giscard d’Estaing en 1974), et même s’il ratait en 2022, il aurait encore le temps pour retenter sa chance une, deux, voire trois fois, c’était dans la pratique de nombreux candidats depuis quarante ans.

Courageux aussi car il n’a pas attendu le résultat des deux tours de la primaire LR (les 20 et 27 novembre 2016) pour se mouiller, alors que la désignation d’Alain Juppé aurait été pour lui très ennuyeuse. Il n’a pas attendu le renoncement de François Hollande (le 1er décembre 2016) qui aurait donc pu devenir un autre concurrent sérieux. Il n’a pas attendu la non désignation de Manuel Valls comme candidat socialiste qui aurait également ciblé le même électoral "social-libéral". Enfin, il n’a pas attendu de négocier avec François Bayrou (qui ne le lui proposa que le 22 février 2017) ni sa non candidature pour s’engager dans une stratégie très centriste et très bayroutiste "pas à droite et pas à gauche".

Déterminé, parce qu’il a construit LREM comme une sorte de mouvement illuminé avec des fidèles qui n’avaient jamais milité en politique auparavant, en dehors de toute tradition militante classique. Il ne prenait rien aux autres partis et il a créé un espoir qu’on pourrait assimiler au triple espoir suscité par la campagne présidentielle de 2007 : UMP avec Nicolas Sarkozy, Désirs d’avenir avec Ségolène Royal et UDF avec François Bayrou. On peut aussi l’associer à la campagne américaine de Barack Obama de 2008, Yes We Can ! Il a fait son bonhomme de chemin en dehors de toute contingence politicienne, en totale liberté par rapport aux autres partis. Ce qui avait de quoi mettre en colère les apparatchiks du PS.

Habile, car il a su saisir au mieux toutes les occasions qui l’ont porté. On ne peut pas dire qu’Emmanuel Macron était parti favori ni dans les sondages ni parmi les analystes politiques, mais il a su utiliser tous les défauts de ses rivaux. Rivaux sur le segment électoral : éliminées d’une manière ou d’une autre les candidatures de François Hollande, Alain Juppé, François Bayrou. Quant aux candidatures d’un autre segment électoral, l’affaire qui a plombé la candidature de François Fillon, l’incompétence manifeste de Marine Le Pen et l’égocentrisme de Jean-Luc Mélenchon ont beaucoup aidé Emmanuel Macron à tel point qu’après coup, on se demanderait comment il aurait pu ne pas être élu.

Joueur, car Emmanuel Macron n’était pas un animal politique même s’il a bien appris. Emmanuel Macron était en quelque sorte un joueur. Technocrate, haut fonctionnaire, inspecteur des finances, il s’ennuyait. Il a joué au banquier chez Rothschild et il a gagné son premier million au bout d’un ou deux ans, mais si l’argent était son horizon, il serait resté dans le secteur privé. Non, il a voulu toucher à autre chose, connaître les rouages du pouvoir à l’Élysée (comme Secrétaire Général adjoint) puis à Bercy comme ministre. Il comptait faire plutôt de la littérature avant d’être nommé ministre (en ce sens, c’est le comportement de son prédécesseur Arnaud Montebourg qui l’a fait venir dans le cercle restreint des présidentiables). Sa candidature à l’élection présidentielle était comme un nouveau défi personnel, il pouvait perdre, il serait passé à autre chose au lieu de s’accrocher pendant quarante ans à retenter sa chance.

Bref, Emmanuel Macron a pris des risques. C’est ce qu’on demande aux entrepreneurs, aux chefs d’entreprise, aux créateurs d’entreprise. La culture du risque est trop faiblement encouragée en France parce qu’on est dans une culture du perfectionnisme. Or, le risque, c’est supposer possible l’échec, ce qui est absolument impensable ou infamant. Emmanuel Macron n’a eu qu’à ramasser à la petite cuillère un paysage politique en pleine décomposition.

Donc, évidemment, il faut saluer la performance qui est historique. Jamais un candidat crédible à une élection présidentielle depuis qu’il y a le suffrage universel direct (1965) n’a été aussi novice qu’Emmanuel Macron, novice dans le sens de connaisseur et praticien de la vie politique. C’est exceptionnel car les Français sont par défaut conservateurs, donc, quitter les traditions républicaines impliquait de pouvoir les rassurer sur ses capacités à être Président de la République.

L’autre raison de saluer la performance, c’est aussi de prouver la solidité des institutions de la Cinquième République et leur capacité à renouveler la classe politique, et le paysage politique. Un nouveau parti est capable, s’il est proche des citoyens, de concurrencer et même de supplanter les grands partis dominant la vie politique depuis plusieurs décennies. Cela aussi, c’est rassurant d’un point de vue démocratique.

Mais le message du 6 avril 2016 devient encore plus éclatant le 6 avril 2021. Il y a le même temps de préparation avant l’élection présidentielle qu’il y a cinq ans, et cela avec des bouleversements non négligeables (crise sanitaire, etc.). Pour qu’il y ait un nouvel acteur qui puisse devenir un candidat crédible à l’élection présidentielle de 2022, il va donc falloir quelqu’un d’encore plus brillant, d’encore plus habile, d’encore plus déterminé, d’encore pius courageux qu’Emmanuel Macron en 2016.

Autant dire que cette personnalité ne s'est pas encore fait connaître. Le "jeu" présidentiel risque donc, très naturellement, faute de l’avoir préparé en amont, au "jeu" précédent de 2017, avec Emmanuel Macron pour sa réélection éventuelle, Marine Le Pen qui, préférant les chats à l’économie, va quand même faire le job de candidate le temps d’une nouvelle campagne d’incompétence populiste, Jean-Luc Mélenchon qui, malgré l’âge, se croit indispensable dans une gauche largement et irréversiblement divisée, sans compter quelques autres personnalités dont certaines écologistes qui voudraient bénéficier du petit capital de sympathie acquis en 2019 et qui risque fort de se dilapider avant même l’élection présidentielle (les maires doctrinaires de Lyon, Bordeaux, Poitiers, etc. contribuent beaucoup à cette érosion électorale).

Dans cette société de liberté et de démocratie, c’est sans doute la grande leçon de 2017 qui reviendra en 2022 : c’est le meilleur qui gagnera !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (05 avril 2021)
http://www.rakotoarison.eu



Pour aller plus loin :
Emmanuel Macron et les 5 ans d’En Marche.
Emmanuel Macron.
François Bayrou.
Jean Castex.
Agnès Buzyn.
Olivier Véran.
Emmanuel Macron sera-t-il un Président réformateur ?
Édouard Philippe.
Anne-Christine Lang.
Roselyne Bachelot.
Éric Dupond-Moretti.
Barbara Pompili.
François Bayrou.
Relance européenne : le 21 juillet 2020, une étape historique !
Secrétaires d’État du gouvernement Castex : des nouveaux et des partants.
Gérald Darmanin.
Le gouvernement Castex I nommé le 6 juillet 2020.
Les vrais patriotes français sont fiers de leur pays, la France !
Municipales 2020 (5) : la prime aux… écolos ?
Cédric Villani.

_yartiEnMarche5ans03
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.19/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • sirocco sirocco 6 avril 13:22

    Le poudré poursuit sans relâche son massacre des entreprises françaises. Il en est après Air France qu’il vient de priver de plusieurs créneaux horaires sur Orly. (Ces créneaux horaires, c’est vraiment des histoires de gros sous).

    À quelle(s) compagnie(s) croyez-vous qu’il va en faire cadeau ? Je propose Aeroflot ! ou Air China !... Non ? J’ai tout faux ?...


    • charlyposte charlyposte 6 avril 13:34

      @sirocco
      Le coup de sirocco ou l’ignorance du pire de la simple réalité !!!


    • V_Parlier V_Parlier 6 avril 22:18

      @sirocco
      Je cite l’auteur : "L’autre raison de saluer la performance, c’est aussi de prouver la solidité des institutions de la Cinquième République et leur capacité à renouveler la classe politique, et le paysage politique. Un nouveau parti est capable, s’il est proche des citoyens, de concurrencer et même de supplanter les grands partis dominant la vie politique depuis plusieurs décennies. Cela aussi, c’est rassurant d’un point de vue démocratique."
      -> Mais c’est une provocation ou il est complètement à la masse ? Ils ont fait officiellement la synthèse UMPS avec un ex-ministre de Hollande, 99% des médias obéissent aux consignes de matraquage absolu (campagne 100% gratuite h24) pendant plus de deux mois, et il est élu à l’arrache. C’est ça le renouvellement de la classe politique et la supplantation des partis dominants ? Ca ne fait même plus rire !


    • Bendidon Bendidon 6 avril 13:47

      Faut écouter Olivier DELAMARCHE parler de Macron Lemaire et cie en disant qu’ils ne connaissent rien à l’économie (macron chez rothschild se contentait de tenir la bavette au restaurant aux gros pigeons de la banque.

      https://youtu.be/MCQkep8BlP4

      ou encore Juan Branco (qui remonte dans mon estime) sur Sud Radio :

      https://youtu.be/Ax4qhO_Y4ac

      il parle de macron, véran, attal, darmanin il les connait très bien

       smiley



        • charlyposte charlyposte 6 avril 14:06

          Si dieu est un fumeur de havane, Micronos est sans nul nul doute un des enfumeur ( entre autres )


          • troletbuse troletbuse 6 avril 14:26

            Mais si, il fume mais pas par la bouche. Et c’est pas des havanes, parfois c’est des Antillais, des galets, des footeux, des Benalla, des Attal  smiley


          • charlyposte charlyposte 6 avril 17:47

            @troletbuse
            Avec une garde rapprochée de pompier !


          • troletbuse troletbuse 6 avril 21:17

            @charlyposte
            Il passe Sejourné a attendre le couvre-feu.


          • Jeekes Jeekes 6 avril 14:39

            Ah, quand même, une chose positive.

            Laisses-moi te féliciter pour la qualité de ta dernière image.

             

            Ton patron ressemble exactement à ce qu’il est, un vampire.

            J’espère qu’il ne vient jamais regarder ta propagande, parce qu’avec la gueule que tu lui as fait, ça pourrait bien chier pour ton matricule !

             

            N’oublies pas que cette immonde sous-merde est particulièrement soucieux de son image de marque. Sans parler de sa grand-mère, qui du coup pourrait être jalouse à l’idée que, dans seul coup, il lui ressemble... 

             

            T’es vraiment encore plus con que je n’imaginais !

             


            • Jeekes Jeekes 6 avril 17:45

              @Jeekes
               
              Tiens un commentaire sucré, sans explication comme toujours sur ce merveilleux site d’échanges si con-vivial. 
              A qui dois-je cet honneur, un fan du poudré ou un admirateur du suce-boules ?
               
              Qu’est-ce qui n’allait pas, dire que micron est une salope qui nous enfume depuis 5 ans ou que rat-ko-to est son salarié depuis 4 ans ?
              Je m’interroge...
               
               


            • Ben Schott Ben Schott 6 avril 15:08

               

              « Devant 15 000 sympathisants, Emmanuel Macron cria d’une voix cassée : « Ce que je veux, c’est que vous, partout, vous alliez le faire gagner ! Parce que c’est notre projet ! Vive la République et vive la France ! ». »

               

              Oui et après ce spectacle affligeant, il s’est encore trouvé assez de demeurés pour installer ça au pouvoir !... Encore plus affligeant !

               

               


              • Esprit Critique 6 avril 16:06

                @Ben Schott
                Parfait !


              • Fergus Fergus 6 avril 16:55

                Bonjour, Ben Schott

                Le pire n’est pas là, mais dans le fait qu’après 4 ans de gouvernance macronienne, Jupiter a gardé son socle électoral quasiment inchangé ! Il est même en situation de poursuivre son OPA sur une partie de LR.


              • Sylv1 6 avril 15:16

                très largement, avec 66,1% des suffrages exprimés (20,7 millions de voix) 

                Haha, excellent. Dit sans aucune honte, aucune nuance, aucune réflexion de fond.


                • tashrin 6 avril 15:54

                  mouais

                  ben faut quand meme pas etre très exigeant pour saluer la performance...

                  C’est une des pires équipes qu’on n’ait jamais vu occuper les ors de la Republique, et pourtant les Français en avaient déjà vu passer pas mal, des équipes de branques... 

                  Même à l’interieur d’En Marche, ya plus personne... lol

                  c’est sans doute la grande leçon de 2017 qui reviendra en 2022 : c’est le meilleur qui gagnera !

                  Oui, au pays des aveugles...


                  • Esprit Critique 6 avril 16:05

                    En avril 2016 cela faisait déjà bien longtemps que la Marinette Macron collectait le fric de ses marionnettes !


                    • Olivier 6 avril 16:34

                      Macron est habile ? Sans doute, mais dommage que toute cette habilité ne se soit jamais manifestée que pour sa propre carrière, et jamais pour gérer le pays qui continue à couler de plus en plus vite.

                      La LREM n’est en effet qu’une structure rafistolée à la va-vite en 2016 en vue des présidentielles et sans aucune idéologie politique quelconque ; elle est d’ailleurs moribonde à l’heure actuelle !

                      Macron n’est qu’une sorte d’acteur politique, mis en place par l’état profond mondial pour que la France continue de faire la politique qui sert ces gens-là, et notamment continuer à dissoudre le pays par l’immigration de remplacement.

                      Sera-t-il réélu en 2022 ? Il est toujours difficile de prévoir l’avenir, mais à mon avis le système qui l’a mis en place va sans doute l’obliger à renoncer à se représenter si le danger du RN est sérieux.

                      Le système va sortir de son chapeau un clone de Macron, qui donnera l’impression aux électeurs, ces cocus éternels, qu’une nouvelle politique va se faire, ce qui sera bien sûr illusoire.


                      • Fergus Fergus 6 avril 17:00

                        Bonjour, Olivier


                        « La REM est d’ailleurs moribonde à l’heure actuelle ! »

                        Certes, le parti est subclaquant.

                        Mais à la limite Macron s’en fiche : il est un candidat hors-sol qui briguera un 2e mandat sur son seul nom.

                        Quitte à reconstituer ensuite une majorité avec ce qu’il restera de LREM, les centristes et l’aile modérée de LR.


                      • charlyposte charlyposte 6 avril 17:45

                        @Fergus
                        Je confirme.


                      • amiaplacidus amiaplacidus 6 avril 17:54

                        Bonjour @Fergus

                        Je crains que, malheureusement, vous ayez raison.


                      • Olivier 7 avril 13:09

                        @Fergus
                        « sur son seul nom ». En effet, mais je doute que cela suffise.
                        Macron ne représente plus rien d’autre que lui-même. Son quinquennat se révèle catastrophique, et il n’a aucune perspective à offrir au pays sinon une interminable déchéance. 
                        Il est en fait devenu contre-productif pour la finance mondiale qui l’a mis en place ; c’est pour ça que je pense qu’il sera sacrifié au profit d’une autre marionnette du système.


                      • Fergus Fergus 7 avril 13:34

                        Bonjour, Olivier

                        Le problème est que Macron semble avoir gardé un socle électoral solide qui, sauf très large  et très improbable  alliance à gauche, devrait lui permettre de se qualifier pour le 2e tour. Dès lors, on se retrouverait dans la configuration de 2017.

                        L’unique chance, à mon avis, que Macron soit écarté réside sans doute dans les sondages qu’il ne manquera pas d’étudier de près dans les prochains mois : seule la probabilité d’une victoire de Le Pen face à lui pourrait le dissuader de se présenter.

                        Ce qui ouvrirait en grand la porte à Philippe vers un nouveau mandat de nature néolibérale !


                      • delor 6 avril 18:15

                        « … il a construit LREM comme une sorte de mouvement illuminé avec des fidèles qui n’avaient jamais milité en politique auparavant, en dehors de toute tradition militante classique... ». Il eut mieux fallu écrire « il a construit LREM comme une sorte de mouvement d’illuminés … »


                        • charlyposte charlyposte 6 avril 18:36

                          @delor
                          Avec un certain peuple croyant à une randonnée pédestre !


                        • Les gognoles qui criaient avec leur chef « C’est votre projet »....

                          Le projet :

                          Porter un masque.

                          Rester enfermer chez soi.

                          Se faire verbaliser à tour de bras .
                          Adorer le chef parfait, unique et surtout très con ., magouil-menteur .

                          Surtout subir une politique de la peur comme des internés de camp de concentration .... ( A votre avis qui est derrière cette merdasse ...)
                          Se faire vacciner avec un produit fabriqué avec de l’ADN de Chimpanzé ....

                          Les français les plus débiles de l’histoire de France , des tarés lobotomisés...

                          TOP et ENCORE :   « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »

                          Tous ensembles — tous ensembles — Tous ensembles — Tous ensembles ——

                          « C’EST VOTRE PROJET »


                          • JulesDu13 7 avril 05:56

                            Peu importe le projet social et économique, quand des gouvernants ont tourné le dos à la démocratie ils doivent être remplacés. Parce qu’une prolongation de mandat se traduirait par un accroissement de leur pouvoir et donc un risque bien plus grand pour notre état de droit. Sarkozy, à la fin de son mandat, était nettement moins extrémiste que le pouvoir actuel (il ne faisait que de discret appels du pied à l’extrême droite). LREM propose un modèle de société basé sur l’affrontement violent, avec de son côté des forces armées en uniforme, et de l’autre des forces qui seront aussi armées mais moins indentifiables, avec l’essentiel de la population au milieu. Et pour ce qui est du bilan financier tout le monde sera perdant (sauf une microscopique minorité).
                            Il n’y aura, au final, pas de véritable élection sans un retour à un ordre civil.


                            • zygzornifle zygzornifle 7 avril 08:27
                              Dis, papa, c’est qui, Macron ? 

                              Ce n’est pas compliqué fiston...

                              La masse musculaire de Macron et supérieure à son poids total.
                              Si la lumière va plus vite que Macron, c’est qu’elle a peur de lui.
                              Macron ne ment pas, c’est la vérité qui se trompe.
                              Macron n’essaie pas. Il réussit !!
                              Quand Macron scrute l’horizon, il voit son dos.
                              Quand Macron va au restaurant, c’est le serveur qui laisse un pourboire.
                              Quand Macron s’est mis au judo, David Douillet s’est mis aux pièces jaunes.
                              Macron est le seul homme à posséder une Bible dédicacée.
                              Macron peut encercler ses ennemis. Tout seul.
                              Macron a déjà compté jusqu’à l’infini. Deux fois.
                              Certaines personnes portent un pyjama Superman, Superman porte un pyjama de Macron.
                              Macron ne porte pas de montre. Il décide de l’heure qu’il est.
                              Dieu a dit : « que la lumière soit ! » et Macron répondit « on dit s’il vous plaît »
                              La seule chose qui arrive à la cheville de Macron… c’est sa chaussette.
                              Quand Google ne trouve pas quelque chose, il demande à Macron.
                              Macron fait pleurer les oignons.
                              Macron sait parler le braille.
                              Il n’y a pas de théorie de l’évolution. Juste une liste d’espèces que Macron autorise à survivre.
                              Macron et Superman ont fait un bras de fer, le perdant devait mettre son slip par-dessus son pantalon.
                              Un jour, au restaurant, Macron a commandé un steak. Et le steak a obéi.
                              Macron connaît la dernière décimale de Pi.
                              Macron peut taguer le mur du son.
                              Quand la tartine de Macron tombe, la confiture change de côté.
                              Dieu voulait créer l’univers en 10 jours. Macron lui en a donné 6.
                              Macron est capable de laisser un message avant le bip sonore.
                              Une larme de Macron peut guérir du cancer, malheureusement, Macron ne pleure pas.
                              Si Macron dort avec une lampe allumée, ce n’est pas parce qu’il a peur du noir mais parce que le noir a peur de lui.
                              Le Big Bang était la première éjaculation de Macron.
                              Macron était le seul trader a la banque du sperme.

                              • ETTORE ETTORE 7 avril 08:42

                                Sieur Rakontonimportequoi !

                                postulat intéressant : « Nous préférons l’innovation à tous les conservatismes. Nous refusons de penser qu’il n’y a de salut que dans un retour vers le passé et pensons au contraire que l’avenir de la France nécessite de renouer avec l’idée de progrès.


                                Vous savez, Rokoto, à votre place, je ne sortirai pas sans une bonne balise Arva !

                                Parce que si vous continuez , à créer des avalanches de baves, on ne vous retrouveras pas. Et ce seras bien notre chance !


                                • Albert123 7 avril 09:36

                                  Hitler est resté 9 ans au pouvoir, je ne suis pas sur qu’il arrivera jusque là notre Pinochio national, le Pinochet fini à la pisse.


                                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 7 avril 10:41

                                    Chacun peut et doit s’exprimer, certes. Mais une telle cécité qui se traduit par un tel cirage de pompes...

                                    On peut lire plus haut une analyse intelligente de la réalité :

                                    "LREM propose un modèle de société basé sur l’affrontement violent, avec de son côté des forces armées en uniforme, et de l’autre des forces qui seront aussi armées mais moins identifiables, avec l’essentiel de la population au milieu. Et pour ce qui est du bilan financier tout le monde sera perdant (sauf une microscopique minorité).
                                    Il n’y aura, au final, pas de véritable élection sans un retour à un ordre civil.

                                    « 

                                    Oui.

                                    L’ordre civil sera nécessaire pour réaliser cinq objectifs :

                                    -Chasser la REM, son »chef« et sa clique.

                                    -Rappeler aux forces armées en uniforme qu’elles sont avant tout et uniquement l’armée et les forces de la nation et non des milices au service d’intérêts catégoriels et partisans, voués à l’échec et sans légitimité.

                                    -Liquider la »cinquième colonne« qui joue contre les intérêts nationaux en privilégiant les influences et intérêts étrangers.

                                    -Eradiquer les autres forces armées qui sont parfaitement identifiables et identifiées et constituent une menace déjà active d’une guerre ethnique et religieuse qui n’a pas sa place en France.

                                    -Réarmer le pays et le remettre réellement en marche, sans forfanterie, sans recourir aux momies ou aux substituts que l’on voit déjà de profiler, la France n’ayant que faire des »impressions et lignes claires" d’un clone qui a déjà amplement fait son temps :

                                    https://www.20minutes.fr/politique/3014515-20210405-presidentielle-2022-edouard-philippe-entretient-mystere-scrute-attention-marcheurs

                                    https://www.20minutes.fr/politique/3015627-20210407-lrem-jean-castex-edouard-philippe-adressent-message-parti-cinq-ans

                                    Renaud Bouchard


                                    • Je ne crois pas qu’un ministre soit assez bête pour allez dîner dans un restaurant clandestin..... !!!
                                      Mais pour rappel certains sont assez cons pour envoyer des vidéos de leur BITE .

                                      • ETTORE ETTORE 7 avril 20:56

                                        SPQR Sono Pazzi Questi Romani 7

                                        Je ne crois pas qu’un ministre soit assez bête pour allez dîner dans un restaurant clandestin..... !!!


                                        Croyez moi sur parole SPQR, si c’était le cas....

                                        LaR(akoto)E(L)Magnifico, requalifierait, illico presto, le cimetière du Père Lachaise en .....Paris plage !

                                        Juste pour expliquer que SES nécrophages politichiens, sont des

                                        CAS(da)VERANT qui ne sont pas pourris jusqu’à l’OS !


                                        • Avis à ; Tous les je sais tout et autres personnes de mauvaise foi.

                                          Macron change les lois, amende et décrète en permanence afin de mettre à genoux l’économie française notamment les petits commerces, sous prétexte de covidiot .

                                          Mais les amis de Macron eux s’octroient une vie heureuse comme avant le covid .

                                          Alors la droite devra choisir, soit elle est pour Macron, soit elle est contre Macron .
                                          Que la droite arrête de se dissimuler derrière son petit doigt .

                                          Avec le gabarit de Gérard Larcher , la politique du petit doigt est ridicule, imbécile, n’est ce pas M’sieur Rataillon, heu !(Retailleau )....

                                          • C’est à cet instant que la guerre civil commence .....

                                            L’Union Européenne doit périr par le feu sacré de la liberté .

                                            https://www.lefigaro.fr/flash-actu/covid-19-la-cedh-juge-la-vaccination-obligatoire-necessaire-dans-une-societe-democratique-20210408

                                            C’est là que nous mesurons l’étendu et la malveillance des instances Européennes 

                                            Si le traité de Nuremberg est caduque, plus rien ne doit faire peur aux peuples pour disposer d’eux-mêmes et s’affranchir, par la violence, des élus européens et nationaux ...

                                            Macron est tout simplement une ordure .

                                            Madame Merkel sale pute , la démocratie c’est le dissensus . Compris !


                                            La droite devra choisir, soit elle est pour Macron, soit elle est contre Macron .

                                            Que la droite arrête de se dissimuler derrière son petit doigt .

                                            Avec le gabarit de Gérard Larcher , la politique du petit doigt est ridicule, imbécile, n’est ce pas M’sieur Rataillon, heu !(Retailleau )...

                                            • A défaut de vouloir redonner aux médecins leur droit de prescrire .

                                              Macron autorise aux infirmières le droit de prescrire des vaccins .
                                              https://www.lefigaro.fr/social/les-infirmiers-pourront-prescrire-eux-memes-le-vaccin-20210325
                                              C’est là que l’on mesure, le comploteur persistant et nuisible qu’est Macron .

                                              Se faire traiter de complotiste désavoue l’accusateur et le rend crétin .

                                              Ne pas être sensible et averti à toute forme de complot est une débilité mentale, cette débilité mentale devrait être classée parmi les gens appartenant à la sphère du handicap .

                                              Ce qui est le cas de certains éditorialistes des radios merdos.

                                              Exemple ; Legrand, Demorand ,Seuz, RTL , EUROPE 1 , ....etc 


                                              • On verra si le robot ne commence pas à rouiller...


                                                • ETTORE ETTORE 11 avril 15:25

                                                  LOL ! Je viens de re-regarder la dernière photo du Saint à Rakoto...

                                                  Je trouve qu’il a les dents écartés, c’est un signe, pour quelqu’un qui veut ratisser large, et dont le nombre de dents ne suffit pas !


                                                  • zygzornifle zygzornifle 12 avril 07:43
                                                    En l’an 37 Macron fit tuer sur ses ordres le petit-fils de Tibère et bien d’autres membres de la famille impériale que le règne précédent avait épargnés, ainsi qu’un grand nombre de dignitaires que Caligula voyait comme de potentiels obstacles à son pouvoir absolu.

                                                    En 38, seulement un an après son avènement, Caligula remplaça son préfet Macron et le chassa de Rome. Alors que Macron et son épouse (dont Caligula s’était lassé) s’apprêtaient à embarquer pour l’Égypte où ils comptaient se retirer, une soldatesque envoyée par Caligula les intercepta. Emmenés dans un lieu secret, ils auraient été exécutés ou contraints à se suicider. Selon certains historiens, le corps de l’ancien numéro deux de l’Empire aurait été jeté en mer.

                                                    Ainsi périt l’ambitieux Macron

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité