• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > (en) MARCHE ou GREVE

(en) MARCHE ou GREVE

Malgré une manipulation malsaine qui veut faire croire que « des cheminots privilégiés » tiendraient en otage tous les français, histoire d’opposer des français aux autres, il semble bien que la mayonnaise sociale soit en train de prendre, agglomérant des luttes.

S’agit-il d’un gouvernement qui déraille, se sentant aux abois, malgré les postures du président, qui pour donner le change, fait semblant de se désintéresser de la question, s’affichant en train de jouer au tennis, après avoir serré quelques mains, une presse aux ordres ayant sélectionné comme par hasard, les encouragements d’un citoyen lambda « ne lâchez pas avec la SNCF !  »...avait-il crié, sous les caméras bienveillantes de BFMTV (lien)...« Vous inquiétez pas ! » avait répondu droit dans ses bottes celui qui est qualifié par certains humoristes taquins « l’en pire ».

Essayons de comprendre ce qui serait reproché à la SNCF ?

Sur l’antenne de France Inter, le 5 avril, le premier ministre faisait une comparaison entre l’entreprise nationale de transport française, pour l’instant encore publique, et son équivalent allemand, évitant au passage de la comparer au service ferré anglais...lequel, depuis qu’il est privatisé, accumule les critiques, 7 fois plus cher que notre réseau, au point que les anglais en réclament la renationalisation. lien

La SNCF a l’un des meilleurs réseaux du monde, le meilleur d’Europe, à égalité avec celui des Pays-Bas, le plus performant d’Europe, (avec une note de 5,76 sur 7), avec ses 30 000 km de ligne, et ses 3000 gares, dont 2600 km de lignes à grande vitesse. lien

Ajoutons pour la bonne bouche que depuis 1925, il y a eu énormément de lignes qui ont déjà disparu, et que la rentabilité voulue par ce gouvernement, provoquera à terme encore plus de fermetures de lignes et de gares.

Mais lorsqu’il s’agit d’un service public, la rentabilité est-elle un critère acceptable ?

En haut lieu, on évoque aussi la dette de la compagnie nationale... 50 milliards, oubliant au passage de signaler que lorsque l’état impose à la SNCF des lignes TGV non rentables, il est le responsable de ce déficit.

Prenons par exemple, le cas du Lyon-Turin, déclaré dans tous les rapports comme non rentable, ce qui n’a pas empêché l’état de le valider. lien

C’est le moment de rappeler que la LGV Perpignan-Figueras, laquelle était un projet franco-espagnol, dans un partenariat « public/privé », a fait faillite, mise en liquidation judiciaire, et ce sont les gouvernements qui ont mis la main à la poche...lien

Et ce n’est pas un cas isolé...

Pourtant, le gouvernement, se basant sur le rapport Spinetta , préfère fermer les petites lignes du réseau secondaire, dans les coins reculés du pays, au profit d’autocars. lien

Etonnamment ce rapport Spinetta ne mentionne pas les pertes qui se chiffrent par milliards concernant le réseau LGV...

A titre d’exemple, si l’on prend la LGV Paris-Bordeaux, elle a perdu en 6 mois d’activité la coquette somme de 90 millions d’euros... et elle n’est pas la seule car finalement, les 2/3 des dessertes TGV sont déficitaires. lien

D’ailleurs, une contre-enquête déboulonne totalement les conclusions de ce rapport. lien

On doit ce nouveau rapport au cabinet Degest, lequel impute clairement à l’Etat la responsabilité de l’endettement : « depuis 2010, l’état a engagé SNCF réseau dans un programme d’investissements dépassant les 5 milliards d’euros annuels  »... en 8 ans, ce sont donc 40 milliards qui ont été engagés par la seule volonté des pouvoirs publics, soit une bonne partie de la fameuse dette.

En même temps, formule chère à qui l’on sait, l’état a réduit drastiquement les subventions, obligeant l’entreprise nationale à s’endetter pour rembourser une dette crée par l’état.

Selon le rapporteur de cette contre analyse, « pour 100 euros empruntés par la SNCF 59 euros sont consacrés au remboursement de la dette, ne laissant que 41 petits euros pour améliorer le réseau ».

Le cabinet Degest qui a produit cette contre-analyse préfère le ferroviaire au routier, rapport aux faibles couts externes générés par le transport ferré face à celui des automobiles, et poids lourds... cout des accidents, de la pollution de l’air, du bruit, et le cabinet de conclure : « l’enjeu semble être que l’Etat change son mode de gestion du ferroviaire et couvre l’ensemble des dépenses en dotant le train de financements pérennes qui encouragent le report modal ». lien

C’est toute la question du service public qui est donc posée, car finalement, lorsque des milliards sont distribués en cadeaux aux grands patrons, ne serait-il pas plus judicieux de défendre le service public sans lui imposer un concept de rentabilité ?

On se souvient des cadeaux fait par l’Etat en faveur des classes les plus favorisées : 7 milliards d’euros annuels pour les 3000 foyers les plus aisés du pays. lien

Si l’on prend le seul cas de Patrick Drahi, le patron milliardaire du groupe Altice (Numéricable/SFR) c’est tout de même un cadeau de 14 milliards qui a été fait en échange d’une campagne de matraquage. lien

Quel serait donc le problème ?

Le salaire des (soi-disant privilégiés) cheminots ?...ou celui du grand patron de la SNCF qui, avec 450 000 euros de salaire fixe, est à l’abri du besoin. lien

A ce stade de la réflexion, pourquoi ne pas s’interroger aussi sur le salaire de celle qui est devenue ministre des armées, Florence Parly, en l’occurrence, qui gagnait 52 000 euros par mois, pour nous faire préférer le train, en tant que directrice générale chargée de la SNCF voyageurs. lien

A mettre en parallèle avec celui des cheminots qui est en moyenne de 1500 €... même si l’INSEE affichait 3000 € peu crédibles. lien

Bien sûr, certains gagnent 3200 € net, comme Patrick, 41 ans, qui conduit des RER depuis 2001, mais  40% de cette somme est variable, et peut retomber à 1800 € s’il se casse une jambe, ou s’il part en vacances. lien

Voici le bulletin de paye d’un cheminot.

Le gouvernement a déjà prévenu que la réforme irait à terme, mais en même temps, il affirme qu’il y a concertation... et le 5 avril, c’est une sorte de chantage qu’a tenté d’exercer le 1er ministre, en mettant dans la balance la reprise de la dette, en échange d’un abandon de la grève...étrange vision de la « concertation »..

L’une des dernières réunions a duré 6 heures, dans une ambiance « dialogue de sourds », mais le patron de la SNCF affirme que le dialogue n’est pas rompu, et il a sorti la pommade affirmant qu’il n’a « jamais accepté, et n’accepterait jamais qu’on dise » des cheminots « qu’ils sont privilégiés »... lien

C’est entendu l’état prétend vouloir faire des économies...soit, mais alors comment justifier les 35 millions d’euros qui vont être dépensés pour faire voyager la Joconde du Louvre, jusqu’à Lens ?

C’est bien pourtant ce qui est envisagé : 2 millions d’euros pour l’assurance, 3 millions d’euros pour la vitrine spéciale, 3 millions pour l’emballage, et jusqu’à 2 millions d’euros pour la faire voyager, escortée par le personnel qui doit assurer sa surveillance pendant les 200 km du trajet. lien

Revenons à notre train...

Avons-nous déjà oublié cette déclaration surprenante du chef de l’état, le 29 juin 2017 : « une gare c’est un lieu où l’on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien » ? lien... une phrase qui en dit long sur son mépris des classes les plus humbles.

Alors pas étonnant dès lors que cette grève des cheminots soit en train de faire tache d’huile : avocats et juges, éboueurs, étudiants rejoignent le mouvement. lien

Air France annonce de nouvelles grèves les 17, 18, 23 et 24 avril (lien), le personnel hospitalier lance une grève du 7 au 20 avril. lien

Les cheminots ont même organisé une opération plutôt sympa : au péage autoroutier de Pamiers, ils ont fait passer gratuitement les autos. lien

Mais la grève lancé par les cheminots à des conséquences financières lourdes pour ceux-ci, et fort heureusement la solidarité est en train elle aussi de faire tache d’huile : plusieurs initiatives ont été lancées, comme par exemple celle menée par le sociologue Jean-Marc Salmon, récoltant en une semaine 170 000 €, et vient de dépasser les 400 000 €. lien

Plus d’un français sur deux juge aujourd’hui nécessaire un mouvement similaire à celui de mai 68, alors que la commémoration du cinquantenaire se rapproche chaque jour un peu plus. lien

Un sondage portant sur plus de 30 000 internautes affirme que 97% d’entre eux souhaitent la démission de Macron. lien

La stratégie du gouvernement est claire, se basant sur le concept « diviser pour régner » ; tentant d’opposer les différents syndicats, espérant réveiller chez le citoyen lambda la notion de la « prise en otage », espérant opposer les « français qui travaillent », et les « privilégiés » qui s’accrocheraient à leur statut.

Stratégie risquée, car si la grève dure, et s’étend à d’autres secteurs, les français reprocheront alors au gouvernement de n’avoir pas su négocier, et la colère pourrait bien se retourner contre lui.

L’avenir nous le dira, car comme dit mon vieil ami africain : « même si le chien a 4 pattes, il ne peut prendre 2 chemins à la fois ».

L’image illustrant l’article vient de mai-68-revolution-possible.fr

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Est-ce la fin du service public ?

Soldes, tout doit disparaitre

Le meilleur ou bien le pire ?

T’as pas mille balles ?

Le salaire du bonheur

Après le réveillon, le Réveil ?

Merci macron

La langue de macron

Macron, faire le plein avec du vide

Du Macron au micron

Macron vous fait bien marcher !

Méritons-nous un tel mépris ?

Un Macron très sucré

Un hold-up électoral

Le mélange des genres

Macron tend un piège

Le peuple ou les élites

Ils font leur nid dans le ni-ni

Lever le mystère Macron

Les bouffons politologues

La politique de l’illusion


Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

156 réactions à cet article    


  • bob14 9 avril 09:46

    MARCHE ou GREVE..ben crève mon bon..à force d’accepter tout et n’importe quoi de vos gouvernants..pas la peine de venir après pour râler...Vous êtes de toute façon un pays FOUTU... smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 9 avril 10:40

      @bob14
      on en reparle ?  smiley


    • bob14 10 avril 06:11

      @olivier cabanel.......C’est tout vu, vous vivez sur les idées en ruines au pays des lumières...ça c’est une réalité !


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 avril 07:16

      @bob14
      à découvrir le moment social qui est en train de naître, il semble que les lumières soient loin d’être éteintes... smiley


    • bob14 10 avril 07:27

      @olivier cabanel..... En France, vous vivez dans une « FARCE » perpétuelle..rien ne sort de vos râlements seulement audible au café du commerce...regardez dans qu’elle société vous vivez..vos gesticulations de rues font sourire la planète... smiley
       


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 avril 08:07

      @bob14
      fier d’avoir été crédité de cette qualité : celle de faire sourire la planète...car finalement, je préfère ça à ceux qui la font pleurer, a force de rester les mains dans les poches, la regarder se détruire.

       smiley

    • bob14 10 avril 09:14

      @olivier cabanel....Je parle en général..ne faites pas l’imbécile mon bon...vous valez mieux que ça.. smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 avril 09:15

      @bob14
      vous vous êtes senti visé ?

       smiley

    • zelectron zelectron 10 avril 23:04

      @olivier cabanel
      vivement les robots pour remplacer les cheminots !


    • Fergus Fergus 9 avril 09:47

      Bonjour, Olivier

      Très largement d’accord avec le contenu de cet article qui énonce des faits et tord le cou à nombre de bobards ou de clichés manipulateurs.

      Une seule réserve : le sondage en ligne qui donne 97 % de personnes souhaitant la démission de Macron ; c’est évidemment sans intérêt car aussi peu crédible que les sondages qui, durant la campagne présidentielle, donnaient un 2e tour Mélenchon-Asselineau !


      • olivier cabanel olivier cabanel 9 avril 10:41

        @Fergus
        oui, ce sondage m’a surpris aussi... ceci dit, je pense que ;la belle popularité de celui qui avait élu avec 18% des voix au premier tour, est en train de se ramollir...et je doute que sa prestation chez pernod..ou pernaud, comme on veut, y change grand chose

        merci de ton commentaire

      • Fergus Fergus 9 avril 11:07

        @ olivier cabanel

        Vu la clientèle de Pernaut à 13 heures, c’est surtout de la com’ en direction des retraités que ca faire Macron pour tenter de leur faire gober qu’ils ne vont perdre de plumes avec l’augmentation de la CSG. Ce qui ne l’empêchera pas de parler d’autre chose, mais ce sera marginal, à mon avis. Et vu la personnalité du très droitier Pernaut, il ne faut pas s’attendre à des questions gênantes, le veux briscard de TF1 étant là uniquement pour servir la soupe du pouvoir en place.

        La tonalité sera sans doute différente dimanche soir où, pour le compte de BFM, RMC et Médiapart, Macron répondra aux questions de Bourdin et Plenel. Ce dernier devrait être un peu plus incisif. En principe...


      • olivier cabanel olivier cabanel 9 avril 11:21

        @Fergus
        j’espère que Plenel pourra vraiment s’exprimer...

        attendons dimanche soir...

      • Aristide Aristide 9 avril 11:35

        @Fergus


        De Fergus : 
        Très largement d’accord avec le contenu de cet article qui énonce des faits et tord le cou à nombre de bobards ou de clichés manipulateurs.

        De Lapatateelectrique : 

        - Un sondage portant sur plus de 30 000 internautes affirme que 97% d’entre eux souhaitent la démission de Macron.
         
        En voilà du fait indubitable.

        - A mettre en parallèle avec celui des cheminots qui est en moyenne de 1500 €... même si l’INSEE affichait 3000 € peu crédibles.

        Une moyenne de 1500 € !!! Ce type est aussi ... obtus que cela ??? Le salaire brut moyen en France en 2015 est autour de 3000 € dans le privé. Et la SNCF ne déroge pas, un peu au dessus d’ailleurs.

        Le reste à l’avenant.

        Enfin ce tissu de bêtises dont cet énergumène parsème tous ses articles

      • Alren Alren 9 avril 17:34

        @Fergus

        Les internautes ne représentent pas toute le population mais la partie intellectuellement active et indépendante des merdias ds oligarques.

        Si l’on a pris des précautions pour que personne ne puisse voter deux fois, ce score de 97% est absolument extraordinaire et je le découvre avec joie !

        Mes félicitations à Olivier Cabanel pour son article rigoureusement précis !


      • Odin Odin 9 avril 21:16

        @olivier cabanel

        Article bien documenté qui relève les vrais problèmes mais :

        « j’espère que Plenel pourra vraiment s’exprimer... »

        Là, je pense que vous allez tomber de votre chaise, suite à cet entretien. Ce trotskiste fera de l’enfumage, comme à son habitude, comment pourrait-il en être autrement, le mandant est le même que son futur interlocuteur (la finance internationale).

        « Quel serait donc le problème ? »

        La rentabilité pour les marionnettistes et non pas :

        « la rentabilité voulue par ce gouvernement »

        Ce gouvernement, comme les précédents depuis Pompidou,ne sont là que pour vendre progressivement notre pays, sur le long terme, à ceux qui tirent les ficelles. L’exemple de nos autoroutes est le même pour la SNCF et bientôt la S.S, les retraites, nos aéroports, nos complémentaires santé, notre patrimoine immobilier etc...

        « pour 100 euros empruntés par la SNCF 59 euros sont consacrés au remboursement de la dette »

        Le problème de la dette de la SNCF est similaire à celui de notre pays, est-il nécessaire de vous rappelez que suite à notre dette qui résulte de la loi Rothschild du 03/01/1973, nous remboursons près de 50 milliards d’€/an aux banques et que le montant total du remboursement de ces intérêts sont de 1.450 milliards depuis cette loi et que cette dette, sans cette loi scélérate ne serait aujourd’hui que proche des 15 % de notre PIB et non pas comme c’est le cas aujourd’hui de 100 % de notre PIB.

        La question est, pour ceux qui n’ont pas compris, où va cet argent et qui en profite ?

        Est-il nécessaire, aussi, de rappeler qu’elle était l’ancien employeur de notre gérontophile qui est à l’Élysée ? 

        « C’est toute la question du service public qui est donc posée »

        C’est la question, mais il serait préférable de s’occuper de « à qui profite ces liquidations » est-il nécessaire de préciser ? 


      • olivier cabanel olivier cabanel 9 avril 22:01

        @Odin
        enfumage ? de la part de Plenel, j’en serais surpris.

        attendons cette rencontre, et on en reparle.
        mais je souscris à une bonne partie de votre réflexion

      • oncle archibald 10 avril 11:44

        @Fergus : « Vu la clientèle de Pernaut à 13 heures » ...

        Vous ne pensez pas que sa prestation chez Pernaut sera reprise et commentée au 20 heures de toutes les autres chaines ?


      • olivier cabanel olivier cabanel 10 avril 16:34

        @oncle archibald
        sa prestation, on la connait d’avance...« les français veulent le changement » ;..« je l’avais inscrit dans mon programme, et c’est donc normal que je le mette en route »...« les français sont pris en otage par des mauvais citoyens qui ne respectent pas la démocratie »...enfin, le blabla habituel...

        par contre, la rencontre de samedi soir avec Médiapart, et bourdon, ça pourrait devenir intéressant.
         smiley

      • Dzan 11 avril 09:14

        @Vraidrapo
        Tant qu’il y aura la CFDT, pas d’union Syndicale.


      • zygzornifle zygzornifle 9 avril 10:53

        Vous avez élu guignol au théâtre de la France et bien maintenant vous assistez au spectacle .....


        • zygzornifle zygzornifle 9 avril 10:55

          97% d’entre eux souhaitent la démission de Macron.


          97% seulement ? il n’y a donc que 3% en marche ....

          • cevennevive cevennevive 9 avril 10:57

            Bonjour Olivier,


            Le dessin de la carte de France du réseau chemins de fer est parlant.

            Mon grand père et ma grand mère se sont mariés en 1900, et sont allés en voyage de noce à Paris visiter l’exposition universelle. Cela en train depuis les Cévennes !

            Aujourd’hui, le fameux Cévenol n’est qu’un souvenir et prendre le train depuis chez moi nécessite une voiture pour rallier Nîmes...

            Mais tout le monde s’en fout, hélas.

            Alors, l’empire SNCF a bien mérité ces troubles. Je trouve qu’ils vont encore s’en sortir gagnants en nous « enfumant » comme d’habitude. Et bien entendu, c’est toujours la base, c’est à dire nous (et les employés) qui seront les fautifs.


            • olivier cabanel olivier cabanel 9 avril 11:19

              @cevennevive
              la vrai question, malgré les critiques parfois justifiées que l’on peut faire aux dirigeants de la sncf, dont l’état, c’est le risque de privatisation, comme l’explique cet article, la procédure lancée par macron est identique...la privatisation est en marche, et on sait le danger qu’elle représente.

              merci de ton commentaire.

            • Fergus Fergus 9 avril 11:23

              Re-bonjour, cevennevive

              Il convient de relativiser la suppression des petites lignes : la plupart d’entre elles - des sympathiques tortillards de quelques dizaines de kilomètres - ont été implantées avant l’émergence des automobiles et condamnées au fil du temps par la prolifération de celles-ci dans les campagnes.

              Personnellement, il me reste quelques lointains souvenirs de Saint-Flour-Brioude, encore exploitée pour les marchandises lorsque j’étais un jeune enfant. Depuis, l’un des tunnels de la ligne a été transformé en cave d’affinage de fromage.

              Cela dit, il est évident que nombre de suppressions de ligne ont considérablement pénalisé les populations locales, certains villages n’étant même plus desservis par un car ! Bref, il ne reste que la bagnole, par obligation, hélas !


            • cevennevive cevennevive 9 avril 11:30

              @olivier cabanel


              Oui, Olivier, mais peut-on encore dire de la SNCF que c’est un service « PUBLIC » ?

              Alors que les tarifs ne sont jamais les mêmes en fonction de toutes sortes de critères, qu’ils ont privilégié les TGV et les grandes lignes et que bientôt prendre le train sera plus onéreux que prendre un avion de compagnies privées...



            • gaijin gaijin 9 avril 11:37

              @cevennevive
              bien sur la sncf a bien des soucis mais il le faut pas oublier que sa destruction a été organisée de longue date pour pouvoir rendre acceptable sa disparition


            • cevennevive cevennevive 9 avril 11:44

              @Fergus,


              Une « petite ligne » le Cévenol ? Il permettait de gagner Paris en une nuit depuis Alès, avec arrêt à Chamborigaud ou Génolhac (là ou je le prenais, à 10 km environ de chez moi).

              Nous prenions le train vers 19 h, et à 7 heures du matin, nous étions en gare de Lyon... Cela m’a permis, étudiante, de rejoindre Nanterre parfois, pour des cours ou des examens.

              Mais non Fergus, ce n’était pas une « petite ligne ».


            • Aristide Aristide 9 avril 11:47

              @cevennevive


              Comment peut-on se plaindre de la suppression de lignes utilisées seulement par quelques personnes par jour. De la fermeture de bureaux de poste qui servaient 5 personnes par jour. Idem pour les petits hôpitaux qui avec un seuil trop faible de malades devenaient même dangereux par le manque d’équipement, de formation et l’inexpérience des équipes pour des pathologies peu courantes..

              Il y a une réalité qui fait que ces services coûtent , et au détriment de ceux qui pourraient bénéficier d’une meilleure organisation des services publics.La rationalisation des moyens est indispensable afin d’éviter de continuer à verser sans aucun controle et surtout avec une dégradation du service rendu.

              Vous donnez vous même la conséquence en comparant prix SNCF et avion par compagnies privées. 

            • #Shawford #Shawford 9 avril 11:52

              @gaijin

              Tout sera privatisé, dé et refragmenté, bref individualisé comme il se doit... au delà de ton imaginable !?

              C’est peut-être que tu avais pas encore fait le bon nombre de tours pour arriver au juste milieu du cycle, de la ligne du temps et des justes proportions de l’espace et de ton espace réservé en relation avec celui de tous les autres, MY Bhoudda !

              Une fois cela compris (et/mais quelque part de mon point de vue je m’en fous comme de la guigne que tu ou quoique-ce-soit EN [ smiley ] toi n’y vienne jamais), et bien t’iras comme moi j’espère essayer de lutiner toutes les p’itites locomotives forgées sur les des-congres d’Hassan C’estF ! ^^^^^ smiley smiley smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 9 avril 12:56

              @cevennevive
              la question a se poser reste celle là : l’état à la main mise sur le service public, et quand il oblige la sncf a réaliser des lignes LGV non rentables, il la pousse à l’échec. (les fameux 50 milliards)... des lors, si l’on veut que le service public puisse être bien géré, il faudrait qu’au sein du gouvernement, on trouve des dirigeants de la sncf, afin d’empêcher que des choix idiots puissent être faits... non ?



            • Fergus Fergus 9 avril 12:58

              @ cevennevive

              Rassurez-vous, en parlant de « petites lignes », je ne pensais évidemment pas au « Cévenol » dont j’avais plaisir naguère à admirer les paysages, notamment entre Arvant et Brioude ou dans les gorges de l’Allier vers Monistrol et Chapeauroux. smiley


            • Alren Alren 9 avril 17:57

              @Fergus

              Pour les petites distances, il ne faut pas oublier les avantages psychologiques de la voiture individuelle quand on vit en zone rurale :

              - On part quand on veut.

              - On va de porte de départ à porte d’arrivée.

              - On peut transporter sans peine des bagages ou des charges.

              - On est entre soi et l’on peut discuter ou écouter sa musique sans s’occuper d’oreilles étrangères.

              Les tortillards comme les cars de lignes qui les ont remplacés dans les années d’après-guerre imposaient des marches parfois de plusieurs kilomètres entre le lieu qu’on quittait la gare ou la station où l’on attendait le car, complétée souvent d’une marche entre la gare ou la station d’arrivée et le lieu où l’on se rendait.

              Les horaires étaient contraignants, il ne fallait surtout pas rater son train ou son car et les marches puis les attentes au stations de cars dans les campagnes désagréables notamment en hiver ou sous la pluie. Dans la nuit, beaucoup de femmes avaient peur durant ces marches et ces attentes.

              Les arrêts fréquents aux stations intermédiaires allongeaient énormément le temps de trajet.

              Ceci est encore vrai aujourd’hui pour les transports collectifs urbains ou périurbains.

              La voiture individuelle paraissait en comparaison d’un confort incomparable et les rares riches propriétaires de voitures étaient enviés de la masse des autres qui n’avaient qu’une envie en posséder une eux aussi.


            • gogoRat gogoRat 9 avril 20:46

              @olivier cabanel

               Comment réussir à passer à côté de cette contradiction, de cette ’logique’ pas le moins du monde dérangée par un résonne-ment passant par les impasses de l’absurde ?!
               
               Vous nous avez détaillé dans votre article toutes les avanies dues à l’Etat dans la problématique actuelle de la SNCF,
               vous reconnaissez encore ici que
               « l’état à la main mise sur le service public »
               ...
               et cela ne vous empêche pas de trouver inconcevable que certains en viennent à vouloir confier plutôt moins ce dit ’service public’ problématique aux rênes de l’Etat !
               (Voyez comme j’évite les mots qui fâchent, comme ’La Privatisation’ ... qui serait d’ailleurs réducteur par rapport à ce qui est envisagé et ce qui serait envisageable ...)

               En fait, vous en venez même, maintenant, à souhaiter qu’au sein du gouvernement, on trouve des dirigeants de la sncf ! !

               Quid de l’objectif démocratique affiché dans notre constitution française ?

               Pour tenter de retrouver un peu de cohérence, vous devriez alors être tenté de demander dès demain que :
               - au sein du gouvernement, on trouve des militaires !
               - au sein du gouvernement, on trouve des policiers !
               
               - au sein du gouvernement, on trouve des juges !
               
               - au sein du gouvernement, on trouve des énarques !
               etc ...

               L’objectif démocratique serait-il donc, selon vous, une équation mathématique à faire résoudre par des spécialistes ?
               Quid d’un pouvoir du peuple, par le peuple, et pour le peuple ?
               
               Ne vous en déplaise, même si les Français et, particulièrement, leur veautants doivent rester les derniers à le comprendre, la question démocratique est la plus cruciale pour la cohésion des pays qui se veulent libres ...
               partant : la question de l’abolition des statuts, par essence anti-démocratiques, n’est pas une simple oprion anodine !
               Et, la meilleure riposte, contre ce gouverne-ment, qui ne veut en fait qu’épurer, pour le renforcer et non pas pour l’abolir, un système de caste statutaire, ce serait de le prendre à son propre piège,
               en exigeant, tout de suite, l’abolition, en France aussi, enfin, de tout les statuts anti-démocratiques par lesquels le diviser-pour(régner à été de fait installé en France, en contradiction totale avec notre exigence d’égalité en dinité, donc en droit !
               


            • olivier cabanel olivier cabanel 9 avril 21:28

              @gogoRat
              vous posez la question de la représentation élue (par le peuple) et en principe « pour le peuple »

              ça mérite plus qu’une réponse à un commentaire... je n’ai pas l’intention de me défiler... mais c’est un peu hors sujet.
              ça fait rien.
              le problème vient probablement que l’élu, une fois choisi, décide tout seul.
              il ne consulte pas.
              il se sent investi.
              c’est à mon avis le problème.
              avec un élu choisi au hasard ce problème n’existerait pas, puisque celui ci ne serait là que pour exprimer la pensée de ceux qui l’ont mis à cette place.
              voilà, le débat est ouvert... smiley

            • #Shawford #Shawford 9 avril 21:31

              @olivier cabanel

              Plait-il/Playtex/Play-mobile ? smiley ?

              Explicitez-moi mieux en tout cas, que je puisse participer svp !


            • gogoRat gogoRat 10 avril 00:34

              @olivier cabanel

               Le titre de votre article est « (en) MARCHE ou GREVE »
               alors je vois mal comment ’la question de la représentation’ pourrait être ’hors sujet’  !
               
               Au passage, mes présentes interventions ici mettraient plutôt l’accent sur la question du ’par le peuple’ que du ’pour le peuple’ (qui devrait aller de soi).
               
               ( Quant à la fausse bonne idée de la stochocratie, il serait plutôt logique de considérer que si c’est le hasard qui ’met en place’ un élu, il n’y a pas plus d’expression de la pensée du peuple que de gens qui ’mettent en place’.
               Certes, en théorie mathématique, le hasard répété des tirages au sort devrait permettre, à la longue, de meilleurs chances de voir s’exprimer, tour à tour les différences et la riche diversité au sein d’un peuple -avec un effet de moyenne à long terme ??- 
              ... mais, pour mettre cela en pratique de façon honnête, il faudrait calculer la fréquence minimum des tirages indispensable pour que cette vertu technique puisse commencer à se faire sentir ! ...)
               
               Question de la représentation ?
               - concernant le volet ’en Marche’  : pas votants , pas représentés !
               - concernant le volet ’GREVE’ : chômeurs, RSAistes, ou pire ... salariés du privé dans de petites structure ... pas représentés !

               Par contre, TOUTES et TOUS sommes concernés par l’incohérence de statuts=non-égalité-en-droit dans un espace géographique où les lois et les forces de l’Ordre contraignent sous prétexte de garantir ’Liberté Egalité Fraternité’ (avec, ici , ’égalité’ dans le sens de égalité en dignité : donc en droit)
               
               La question de ces statuts serait-elle par hasard hors sujet dans l’actualité qui inspire votre article ?


            • Dzan 11 avril 09:16

              @cevennevive
              En apparté. Vu l’émission de Frédéric Lopez dans vos belles Cévennes, qui m’ont toujours ému.


            • Merci pour ce travail Olivier. J’étais trop jeune en 68 pour comprendre. Et la lecture d’Apostolidès sur Guy Debord permet de mieux comprendre tout en replaçant en perspective. Toutes ces personnes avaient connu la guerre quarante et en étaient sortis meurtris, blessés au plus profond de leur mental et de leur chair. De nombrueux juifs aujourd’hui souffrent de troubles bi-polaires. Souvent après une grande catastrophe, l’individu traumatisé a tendance à s’évader, s’abrutir, perdant tous ses répères,...C’était un vrai melting-pot de rêves de sociétés meilleures (chacun selon son ou ses rêves). Debord s’identifiait justement en NAPOLEON et NERON. C’est dire comme le carnage mental était total.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès