• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Et le gagnant est…. L’abstention

Et le gagnant est…. L’abstention

Pas de quoi pavoiser au vu des résultats de la participation du second tour des législatives. Avec 57,36 % d’abstention on atteint des sommets, encore faudrait-il ajouter les bulletins blancs (2.96 %) et les nuls (1.25%) pour avoir un état des lieux précis des suffrages qui se sont portés sur les candidats, soit seulement 38.43 % des inscrits : une déroute démocratique !

Le plus surprenant, c’est que les commentateurs qui commentent et les partis, vainqueurs comme vaincus ne s’attardent que très peu sur ces résultats pour ne retenir en définitive que la victoire écrasante des uns ou la déculottée mémorable des autres.

Ah, ces abstentionnistes irresponsables !

On ne pourra pas dire que l’on n’avait pas été prévenus : tous les scrutins nationaux ou locaux depuis une vingtaine d’années ont vu peu ou prou croitre le nombre des abstentions. Pour les législatives, le phénomène a commencé à être marquant en 2002 (souvenez-vous, après le second tour de la présidentielles Chirac/Le Pen).

Déjà, à l’époque, on minimisait le phénomène en disant que c’était la présidentielle qui comptait et que les électeurs donnaient toujours une majorité au Président élu, ce qui était démobilisateur. Pour la séquence de 2017, nous avons eu droit aux mêmes commentaires, sauf que la victoire de Macron à la Présidentielle a été beaucoup moins nette que pour Chirac, bien qu’on nous a refait le coup du danger du Front National qui était aux portes de l’Assemblée Nationale.

Parmi les autres commentaires indigents, nous avons également eu le droit, comme d’habitude à « ces irresponsables d’abstentionnistes » que d’aucuns se hasardaient à comparer à ceux qui allait se réfugier aux Etats Unis devant l’avancée des Allemands en 1940 (tout dans la nuance).

Bien entendu, période de chaleur oblige, nous avons eu également droit également à cette explication facile pour expliquer la désertion des bureaux de vote, sans compter la « déferlante Macron » annoncée qui a été démobilisatrice sur l’électorat.

Enfin, explication plus plausible, la lassitude après dix mois de campagne électorale et l’écœurement devant les affaires et scandales de toutes sortes.

Et si tout bonnement les français avaient exprimé un rejet de la classe politique qui compose les partis dits « de gouvernement ?

Un grand merci pour l’ensemble de leur œuvre

De Chirac, l’immobile du second mandat, en passant par Sarkozy, l’agité, pour arriver à Hollande, spécialiste du reniement, rien ne nous aura été épargné ces quinze dernières années.

La maison brûlait, semble-t-il, sous Chirac, qui s’était soudainement piqué d’écologie en oubliant la fracture sociale et qui a fini devant les juges après son second mandat pour des casseroles qui n’étaient plus couvertes par l’immunité présidentielle.

Pour Sarkozy, on nous explique qu’il a dû faire face à « la crise » et qu’il n’a pas pu faire tout ce qu’il avait prévu. La séquence judiciaire est désormais ouverte pour lui, comme son prédécesseur.

Hollande, on ne pourra pas lui enlever cela, n’est pas, à priori, concerné par des affaires, mais figurera comme le Président qui aura fait exactement le contraire de ce qu’il avait promis. Souvenez-vous « mon ennemi, c’est la finance », « je renégocierai les traités européens » : on en rit (jaune) encore.

Le fil conducteur pour ces trois derniers Présidents de la République, c’est d’avoir divergé vers des sujets sur lesquels on ne les attendait pas (l’écologie pour Chirac, les débats fétides sur la nationalité pour Sarkozy, et la déchéance de nationalité et les largesses du pacte de responsabilité pour Hollande) à défaut de tenir leurs promesses en faisant ce pour quoi ils avaient été élus.  

Oublier tous les Ministres et parlementaires pris la main de le sac des affaires serait renvoyer toute la responsabilité sur les exécutifs, ce qui serait profondément injuste.

Cette œuvre gigantesque qui aboutit à des taux records d’abstention n’aurait pas été possible sans les Balkany, les Guéant, Thévenoud ou bien encore les Cahuzac et Le Roux (liste non exhaustive) avec une mention spéciale pour Fillon qui aura été « l’animateur » de cette campagne et le provocateur du suicide collectif de son parti programmé pour gagner tout en 2017.

Qu’on ne s’y trompe pas, il serait injuste de ne parler que des affaires des socialistes, des républicains ou du Front National. Chez les nouveaux venus « en marche », un doux parfum de scandales caresse nos narines. Normal, puisqu’ils sont l’émanation de cette ancienne politique venus relancer leur carrière chez Macron. Difficile de faire du neuf avec du vieux.

Le message de l’élection

Avec seulement 16.35 % des inscrits « La République en Marche » se retrouve avec une majorité écrasante à l’Assemblée Nationale. Cela les oblige, car il est impossible de prévoir ce qui se passera lorsque Macron entrera dans « le dur » (droit du travail, CSG pour les retraités, taxe d’habitation pour certains et pas pour d’autres,…).

En fait, la politique de Macron consiste, comme celle de ses prédécesseurs à travailler dans un périmètre constant (salariés, retraités) en prenant aux uns pour donner aux autres. Dans ce périmètre ne sont pas inclus les activités bancaires et l’économie qui en fait dirigent le pays. Rien de nouveau sous le soleil, donc, sinon une aggravation de la situation des personnes concernées et des cajoleries et des friandises pour les autres, tout cela au nom de la fameuse et inefficace de la « théorie du ruissellement » qui consiste à dire que ceux qui s’enrichissent en font profiter d’une manière ou d’une autre le petit peuple. Juste une aumône, rien de plus.

En ce sens la politique de Macron continue, en les aggravant, les politiques menées sous les quinquennats précédents.

C’est pourquoi, il convient d’être très prudent sur le sens à donner à l’abstention massive : il ne s’agit plus de quelques j’menfoutistes comme on avait coutume de la dire mais vraisemblablement d’une abstention réfléchie qu’on aurait tort de prendre à la légère. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • Extra Omnes Extra Omnes 20 juin 08:36

    Bon, maintenant il y a 2 ans sans élections et le Monarc va pouvoir régner absolument. Si cette abstention est réellement « réfléchie », on va vers l’insurrection.
    Sinon, ça va ronronner avec quelques petits sursauts de manif, si les syndicats n’ont pas la tête déjà trop pourrie et si Melenchon croit que ça peut l’aider dans sa carrière.

    Mais bon, les français vont se faire baiser ça c’est absolument certain, et il ne délogeront pas le Monarc de sitôt.... sauf a lui couper la tête.


    • Michel DROUET Michel DROUET 20 juin 09:22

      @Extra Omnes
      Qui vivra verra ! Toutes les options sont sur la table, y compris des renoncements sur les points du programme qui fâchent.


    • Ouallonsnous ? 20 juin 17:42

      @Michel DROUET

      Citoyennes, citoyens français,

      Le deuxième tour de l’élection législative a donné au gauleiter de l’UE/OTAN germano-yankee usurpant la Présidence de la République une majorité absolue à l’Assemblée nationale.

      En même temps, le taux d’abstention sans précédent dans l’histoire de la Ve République et le fait que les candidats d’En Marche, achetés par la banque Rotschild pour faire la claque de Macron,  aient obtenu moins du tiers des suffrages exprimés au premier tour, c’est-à-dire moins de 20 % si l’on considère les électeurs inscrits et aux environ de 14-15% au deuxième tour créent une situation de déchéance politique absolue par rapport à la force numérique apparente de la majorité parlementaire en rupture complète avec les attentes populaires, due à une absence complète de légitimité.

      Ils seront à l’assemblée nationale qu’avec pour tout programme que d’ approuver la transposition des GOPE (Grandes Orientations de Politique Économique) ou  feuille de route économique de Matignon  par l’UE/OTAN, dans le droit français, ainsi qu’avec la seule véritable arme psychologique puissante dont dispose le pouvoir pour nous subjuguer et nous sidérer ; la manipulation du terrorisme ; —« Il n’est rien de tel que les bruits de bottes et celui des explosions pour couvrir la rébellion du peuple »— décidé par leur gauleiter E Macron, pas du tout à l’écoute des besoins des citoyens français.

      La réussite de la lutte du prolétariat dépendra donc de sa capacité à comprendre que c’est le pouvoir lui-même qui commandite le terrorisme afin de nous apeurer, de justifier l’état d’urgence, et de foutre des flics et des militaires partout pour mieux nous surveiller et nous intimider.

      Nous assistons à une perte de confiance dans un système qui est perçu, à raison, comme anti-démocratique. Car le résultat électoral, largement « interprété » permet de conforter une large majorité de députés au profit du président de la République désigné, in fine, par la commission de l’UE/OTAN, la légitimité de cette assemblée est dénoncée par un vote peu convaincant.

      Cette fragilisation va atteindre tous les élus quels qu’ils soient. Chacun d’entre eux doit en avoir conscience de participer au coup d’Etat rampant depuis l’élection présidentielle et, sans doute, depuis le non-respect du vote des Français exprimé le 29 mai 2005 sur le traité constitutionnel européen.

      Emmanuel Macron et son gouvernement « fantoche » dans les conditions de cette élection ne  bénéficieront donc pas d’un « état de grâce » mais plutôt d’une invitation à se dissoudre, lorsqu’ils feront très bientôt face au principe de réalité.

      Les Françaises et les Français seront d’autant plus exigeants qu’ils ne voient pas en eux, pour ceux qui ont voulu leur « donner une chance » contre toute évidence — on ne met pas un employé de l’oligarchie financière vivant sur le dos du peuple à la tête d’une république laïque, sociale et solidaire —, l’espérance d’un renouvellement.

      Que des réformes soient nécessaires dans un tournant historique majeur est sans doute une idée acceptable, mais pas par ceux pour qui le  mot réforme est devenu l’alibi de régressions politiques et sociales sans précédent depuis des décennies.

      En toute hypothèse, -il faut que les réformes émanent du seul corps social souverain : le peuple.

      Nous devons, nous françaises et français en tirer les conséquences et réagir avec les moyens qui sont les nôtres hors des conditions imposées par le système actuel de la Véme république !

      Le gouvernement ne peut retrouver une force légitime que s’il émane réellement des citoyens. Le peuple n’a pas besoin de guides venus de l’extérieure du peuple souverain où de l’étranger !

       En ce mois de juin 2017, la souveraineté, la démocratie sont à l’ordre du jour.

      L’élection d’une assemblée constituante en France ouvrant la voie à la rédaction d’ une nouvelle constitution pour une 6éme république est le seul outil possible pour réaffirmer l’origine démocratique du pouvoir.  C’est le seul moyen de sortir de cette situation pacifiquement !

      Cordialement et républicainement. !   Plus que jamais, Ouallonsnous ?  Paris le 20/06/2017


    • Ouallonsnous ? 21 juin 23:32

      @porcinet

      Merci de faire chorus à mon exposé de la situation, seulement il ne faut pas oublier que cela fait suite au coup d’état du 5 décembre 2016 qui à vu Valls par décret annuler la séparation des pouvoirs quelques heures avant de quitter sa fonction de premier ministre .

       Notre constitution qui découle de la déclaration des droits de l’homme de 1789 repose sur cette séparation, la France a fonctionnée comme cela depuis cette date  à quelques périodes d’exception prés.

      Du fait de l’absence de séparation des pouvoirs depuis le 5 décembre 2016, nous n’avons plus de constitution et sommes en dictature car nous ne respectons plus l’article 16 de la déclaration des droits de l’homme de 1789 qui dit que « Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution » sur laquelle s’est bâtie notre République.

      Ces dernières élections ne sont donc que de l’enfumage dans la suite du coup d’Etat de Valls, non seulement elles sont illégitimes du fait de l’abstention, mais nulles et non avenues du fait de l’absence de notre constitution qui a été vidée de ses principes fondamentaux pluriséculaires !

      Si nous regardons dans quelle situation nous nous trouvons, tout y est, la main mise totale de l’oligarchie sur les médias, une chambre des députes remplis de godillots à la solde de cette oligarchie, la justice muselée par l’état d’urgence, la police, la gendarmerie, l’armée noyautés depuis Sarkozy par des responsables aux ordres de l’oligarchie qui remplacent petit à petit les fonctionnaires honnêtes dévoués à la République.

      Il ne nous reste plus qu’a former un Conseil National de Transition de tous les citoyens en nous appuyant sur les maires honnêtes de nos 36000 communes pendant qu’elles existent encore, pour amorcer avec un référendum condamnant la classe politique actuelle, l’élection d’une assemblée constituante en France ouvrant la voie à la rédaction d’une nouvelle constitution pour une 6éme république .

      C’est le seul outil possible pour réaffirmer l’origine démocratique du pouvoir dans notre état nation..

       Et c’est le seul moyen de sortir de cette situation pacifiquement !


    • Ouallonsnous ? 25 juin 22:07

      @porcinet

      « Ce coup d’état s’est fait à bas bruit dans la manière ignominieuse caractéristique du personnage Valls »

      Effectivement, c’est la signature du hollandisme et le dernier « vent » à la face des français d’El Blanco le sionard couvert par Culbuto l’Insane !


    • Giordano Bruno 20 juin 08:57

      Avec seulement 16.35 % des inscrits...

      Et si justement on prend en compte les non inscrits ce chiffre baisse encore.


      • Michel DROUET Michel DROUET 20 juin 09:15

        @Giordano Bruno
        Exact ! On estime le nombre des non inscrits à 7 Millions


      • Giordano Bruno 20 juin 12:24

        @Michel DROUET

        Il faut aussi noter aussi qu’un non inscrit peut l’être par choix politique et non par désinvolture. C’est mon cas.


      • Michel DROUET Michel DROUET 20 juin 13:04

        @Giordano Bruno
        Exact ! Précision utile.


      • Enabomber Enabomber 20 juin 18:02

        @Giordano Bruno
        Peut-on se désinscrire, comme on se désabonne d’un site ? Parce que voilà, la semaine dernière j’ai encore reçu les prospectus des candidats alors que sur ma boîte il est bien marqué « pas de pub ».


      • Giordano Bruno 20 juin 18:20

        @Enabomber
        Je l’ignore.


      • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 20 juin 09:03

        Une simple remarque suffit à expliquer le fort taux d’abstention : qui serait assez masochiste pour jouer à un jeu dans lequel il est toujours perdant ?

        Comme les partis principaux s’arrangent pour barrer la route à ceux qui leur déplaisent, les partis ostracisés n’ont aucune chance et leurs électeurs en tirent la conclusion inévitable, il ne sert à rien d’aller voter.

        Comme je ne suis pas favorable à l’abstention, je préconise de lancer les bulletins, de ramasser celui qui est le plus près du mur pour aller le déposer dans l’urne.


        • Michel DROUET Michel DROUET 20 juin 09:21

          @Gilles Mérivac
          Je pense qu’il n’y a pas que les électeurs des partis ostracisés qui se sont abstenus. Nombre d’abstentions proviennent également des partis dits « de gouvernement » qu’étaient LR et le PS qui ont eux mêmes creusé leur tombe. Ils n’ont pas compris que les temps avaient changé. Les cumulards qui les peuplaient se partageaient le pouvoir depuis trop longtemps et ne comprenaient plus rien à la société.


        • Le421 Le421 21 juin 15:39

          @Gilles Mérivac
          Comme les partis principaux s’arrangent pour barrer la route à ceux qui leur déplaisent...

          Pas vraiment.

          Ce n’est plus, et depuis longtemps, une question de parti.
          Plutôt, je dirais, une caste.
          Celle des dominants de tous bords.
          Faites un tour au repas du Siècle et vous aurez le club des décideurs.
          Certains prennent des étiquettes de tout bord pour se donner une image mais leur but reste la conservation des privilèges et la domination du plus grand nombre.
          Le gâteau étant limité, pour avoir une grosse part, il ne faut laisser que des miettes aux autres.
          Ceux qui encore ont des miettes, se considèrent comme privilégiés, les imbéciles !!

          Et le français mesure sont statut dans la société au nombre de gens qu’il peut emmerder.
          Pourquoi un flic, même sous-payé, va se prendre pour un important ?
          Et voter avec la caste des maîtres...


        • troletbuse troletbuse 20 juin 09:53

          16.55% qui doivent être aussi érudits que Macaron, surtout en géographie, qui ont appris dimanche que de Gaulle avait lancé son appel de Londres et qui votent.


          • Leonard Leonard 20 juin 10:20

            Quand est ce que vous aurez compris que Macron n’a pas de politique ? Et que les pays de l’UE n’ont plus de politique nationale ?


            Il ne fait qu’appliquer la politique de technocrates non representatif venant de Bruxelles...

            • Michel DROUET Michel DROUET 20 juin 10:30

              @Leonard
              J’ai très bien compris que le véritable pouvoir était financier et économique


            • mmbbb 20 juin 12:22

              @Leonard c’est qu Asselieneau n ’a cesse de dire ad nauseam. Les francais ont eu raison de ne pas voté . Le Traite de Lisbonne foulé du pied , La loi El Komri ( GOPE ) voté par le forceps du 49 . 3 . Fillon voulait comme Macron légiférer par ordonnance In fine a quoi sert d’ aller voter C ’est une démocartie schizophrène EN revanche nous en sommes revenu a la devise des Canuts « Vivre en travaillant ou mourir en combattant » Le dilemme est simple


            • zygzornifle zygzornifle 20 juin 10:42

              le pouvoir se fiche des abstentions des nuls et des blancs , dans 2 ou 3 jours on n’en parlera plus .....


              • Michel DROUET Michel DROUET 20 juin 11:04

                @zygzornifle
                Peut-être, ou pas...


              • Giordano Bruno 20 juin 21:36

                @zygzornifle
                Si l’abstention ne gênait pas le pouvoir, il n’inciterait pas à voter. Il sait qu’avec peu de votants, les non votants peuvent contester la légitimité de la constitution et des élus et affirmer la souveraineté du peuple. Comme ils sont bien moins nombreux que nous, ils n’y tiennent pas...


              • zygzornifle zygzornifle 21 juin 09:41

                @Giordano Bruno
                 Si l’abstention ne gênait pas le pouvoir, il n’inciterait pas à voter.


                ils sont obligés de demander a aller voter ,ils peuvent pas faire autrement, par contre ils peuvent dégoutter d’aller voter et démotiver et cela marche très bien ....

              • Le421 Le421 21 juin 15:42

                @porcinet
                Vous avez tout compris, contrairement à d’autres...

                C’est pour cela que LFI a proposé de rendre le vote obligatoire.
                Et ça, les nantis n’en veulent pas.


              • Taverne Taverne 20 juin 11:55

                Il existe deux formes d’abstention : l’abstention passive qui consiste à renoncer provisoirement (nul ne peut refuser de façon définitive à son droit de vote) à exercer son droit de vote. Et l’abstention active qui consiste à user de son droit moral à désapprouver le système (ou la configuration électorale présentée) en s’abstenant délibérément. Mais tant qu’il n’est pas prévu de distinguer les deux formes d’abstention, le système ne sera pas vraiment gêné dans son fonctionnement.


                • Taverne Taverne 20 juin 11:57

                  Et cette distinction ne sera jamais opérée en raison du principe constitutionnel du vote secret...


                • sleeping-zombie 20 juin 12:42

                  @Taverne
                  Ton « abstention active » ressemble sacrément au vote blanc...


                • Fergus Fergus 20 juin 16:32

                  Bonjour, Taverne

                  Entièrement d’accord avec toi : en l’état, l’abstention amalgame tous ceux qui ne votent pas pour de bonnes raisons et tous ceux qui ne votent pas pour de mauvaises raisons.


                • Giordano Bruno 20 juin 12:52

                  Extrait de la bande dessinée « Les Schtroumpfs à Pilulit », page 35 :

                  « Dites... Ils ont des capacités spéciales, ces Pilus élus ?
                  - Oh oui ! Le premier, les blagues très bien il raconte ! Le second du pipeau très joliment joue et le troisième, ses oreilles il sait faire bouger !
                  - Mais... Ca ne schtroumpfe à rien pour diriger la cité !
                  - Heu... Non, mais un choix il fallait bien faire ! »


                  • Michel DROUET Michel DROUET 20 juin 13:06

                    @Giordano Bruno
                    Savoureux !


                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 20 juin 13:02

                    Bonjour,
                    .
                    La très grande majorité des français, sans le savoir, ont voté pour les GOPE’s (Grandes Orientations Politiques et Économiques) bref pour les directives que la commission européenne dicte aux états de l’UE.
                    .
                    E. Macron n’est pas à l’origine du projet de la réforme du travail mais c’est bel et bien la commission européenne qui est à l’origine.
                    .
                    Pour bien en saisir le sens et les conséquences de GOPE’s, il faut se livrer à un exercice de traduction de la « novlangue » bruxelloise en bon français. Car chacune des formules du jargon bruxellois est porteuse de conséquences très concrètes pour nos compatriotes. Traduisons-les donc.
                    .
                    Dans le chapitre coût du travail, «  il convient que le salaire minimum continue d’évoluer d’une manière propice à la compétitivité et à la création d’emploi »
                    .
                    Traduction  : il faut : a) arrêter les revalorisations du SMIC ; b) commencer à mettre en œuvre sa suppression.
                    .
                    Ne doutons pas que des campagnes de presse se préparent pour expliquer au bon peuple que le SMIC serait « un frein à la croissance » et que sa suppression permettrait de « libérer les énergies »…
                    .
                    « Une attention particulière devrait être accordée aux dispositions réglementaires du Code du travail ou aux règles comptables liées aux seuils spécifiques en matière d’effectifs, qui entravent la croissance des entreprises françaises  »
                    .
                    Traduction : tiens donc ! C’est exactement ce que « propose » François Rebsamen, le prétendu « ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social » du gouvernement.
                    .
                    Même si, selon la tactique d’enfumage habituelle, dite « des lieutenants », certains socialistes font mine de s’y opposer. Opposition pour la galerie bien entendu.
                    .
                    Pour la France, ce programme voulu par l’oligarchie passe par la suppression des départements et des communes, une décentralisation de plus en plus poussée, la mise en pièces de notre système social et la disparition de nos services publics.

                    Source et suite : https://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon
                    .
                    Le programme d’Emmanuel Macron mis à jour :
                    La Commission européenne vient de publier les « GOPÉ » pour 2017-2018
                    https://www.upr.fr/actualite/gope/programme-demmanuel-macron-mis-a-jour-commission-europeenne-vient-de-publier-gope-2017-2018
                    .
                    Pendant toute la campagne présidentielle, François Asselineau a été le seul des 11 candidats à expliquer quel serait le programme des dix autres qui se refusaient à sortir la France de l’UE. Ce programme commun consiste en l’application des « GOPÉ », fixées par la Commission européenne en application de l’article 121 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). Comme le montre ce cliché, le président de l’UPR a même symboliquement déchiré un exemplaire du rapport des GOPÉ lors de l’émission organisée par France 2 le jeudi 20 avril 2017.
                    .

                    Pour rappel la loi El’Khomri émané également de la commission Européenne
                    https://www.upr.fr/actualite/le-projet-de-loi-el-khomri-est-la-consequence-directe-de-notre-appartenance-a-lunion-europeenne
                    .
                    Macron, El khomri, Hollande, les larbins de Bruxelles et des GOPE
                    https://www.youtube.com/watch?v=_aXbbM8h12w
                    .
                    .


                    • Enabomber Enabomber 20 juin 18:06

                      @eau-du-robinet
                      J’espère que tout le monde l’a bien compris maintenant : Macron n’est qu’un passe-plat.


                    • Alainet Alainet 22 juin 10:27

                      @Enabomber c’est la Commission UE et Mario Draghi qui mènent la dans... et dans sa dernière vidéo ; Michel Jovanovic dénonce les montagnes de sommes indues versées aux grandes banques pour se renflouer et à la paupérisation à venir des petits épargnants pour satisfaire la continuation du QE qui nous ruinera d’abord de plein fouet...
                      https://www.youtube.com/watch?v=5N9R7nvl_rU


                    • Sergio Sergio 20 juin 13:25

                      Je vais, je viens et je me re-tiens !


                      • L'enfoiré L’enfoiré 20 juin 15:09

                        Les absents n’ont ils pas tort ? On ne les comptabilisent pas ils sont ignorés comme toujours La démocratie ce n’est pas fait d’abstentions, Tout comme l’absence de vote à la proportionnel C’est marrant que les perdants pensent à cela après les élections


                        • Michel DROUET Michel DROUET 20 juin 15:22

                          @L’enfoiré
                          C’est marrant que les perdants pensent à cela après les élections

                          ...Et que les gagnants le mettent toujours dans leur programme et ne le mettent jamais en œuvre.


                        • Sergio Sergio 20 juin 15:50

                          @L’enfoiré


                          Bonjour,

                          Seriez-vous d’accord que la grande absente eusse été l’opposition ? J’espère sincèrement que pour la suite, elle ne soit éligible qu’aux abonnés absents. C’est un peu maigre, que de se contenter d’un groupe parlementaire d’opposition.

                          Bien à vous

                        • L'enfoiré L’enfoiré 20 juin 16:06

                          @Michel DROUET Je suis bien d’accord. Je ne connais pas le contenu de la Constitution française. Je suppose que cela doit faire partie d’un vote avec un pourcentage suffisant pour voter l’amendement. Je ne dis pas que c’est le système de démocratie mais c’est le notre. En général pour qu’un gouvernement se mettent en place chez nous, il faut beaucoup d’effort et de temps. Vous devez vous souvenir d’une période de vacance du pouvoir de plus 40 jours en affaires courantes. Se rendre au bureau de vote est obligatoire . Une seule fois... Pas de X tours d’élimination des candidats. Tout en une pièce. C’est après que les jeux de chaises musicales commencent sans nous, pauvres électeurs. Des gouvernements de coalitions de toutes les couleurs sont possibles. L’arc en Ciel qui relie l’eau et le feu en sont parfois le résultat.


                        • L'enfoiré L’enfoiré 20 juin 16:14

                          @Sergio Bonjour, À mon avis, il faut que l’opposition soit toujours présente ne fusse que consultativé ou comme garde-fou. 3 pouvoirs séparés habituels. Un 4ème, média journalistique Un 5ème dans les mains de la population qui remonte les problèmes de la base au sommet.

                          Cordialement


                        • Sergio Sergio 20 juin 16:28

                          @L’enfoiré 


                          ’ Un 5ème dans les mains de la population qui remonte les problèmes de la base au sommet ’.

                          C’était le précepte de la France Insoumise et cela partait d’un bon sentiment. A refaire, maintenant


                        • agent ananas agent ananas 20 juin 16:23

                          Avec un tel chiffre Macron et son parti n’ont aucune légitimité ...
                          Donc à partir de maintenant je ne respecte plus les lois légiférées sous son gouvernement.
                          Et il serait opportun (et logique) que la majorité des français (les abstentionnistes) fassent de même.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires