• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Europe, la Roche Tarpéienne approche à grands pas ...

Europe, la Roche Tarpéienne approche à grands pas ...

Avec l'enlisement du quinquennat d'Emmanuel Macron, l'Europe a perdu le dernier des cinq grands pays les plus peuplés, les quatre autres étant déjà en crise depuis au moins deux ans. Explications.

J'étais sur le Plateau du Kirchberg, à Luxembourg, le dimanche 5 juillet 2015, jour du référendum grec. Le contraste est saissant entre ces buildings de verre et d'acier, ces tours d'ivoires à technocrates qui font le trajet Gare - Sofitel en taxi Mercedes d'un côté, et le peuple grec qui souffre de l'autre, victime de ses politiciens, de son Eglise orthodoxe et enfin des médecins de Molière qui lui ont administré un remède pire que le mal : F.M.I., Goldman Sachs et Union Européenne.

Depuis 1957, l'U.E. aura réussi trois choses, et c'est à la fois trop peu et en même temps énorme : Erasmus pour la galerie, mais surtout préserver la paix et la démocratie (*) dans les pays qui la composent.

Si le Léviathan bruxellois subit l'opprobre des populations, c'est que les hommes politiquent abusent du talisman magique consistant à accuser l'Union Européenne de tous les maux possibles et imaginables. Discours commode même si tout le monde sera d'accord sur le fait que l'Europe technocratique ne peut plus perdurer, elle doit renaître de ses cendres tel un phénix sous une forme véritablement démocratique.

- Allemagne : la nuit du 31 décembre 2015 à Cologne et la crise migratoire auront laissé des traces indélébiles sur la fin de règne de la chancelière Merkel, qui a consolidé en Europe la position dominante de l'Allemagne. Helmut Kohl avait conçu un euro sur mesure pour l'Allemagne (euro pourtant réclamé par la France de Mitterrand ...) après avoir orchestré sa réunification à partir de 1990, avant de changer en profondeur sous le mandat de Gerhard Schröder par les réformes Hartz de 2003. L'ancien homme malade de l'Europe est devenu un phénix économique avec une Union Européenne aux petits oignons, avec pour symbole la Banque Centrale Européenne basée à Francfort, le poumon économique d'outre Rhin, plus encore que Munich, Stuttgart ou Hambourg. Bruxelles prend les coups en tant que troïka et vaisseau amiral des élites technocratiques, mais les vrais décisions sont prises à Berlin, qui doit intérieurement lutter contre le populisme néo-nazi de Pegida et de l'AfD. Intraitable avec la Grèce par la voix de Wolfgang Schaüble, l'Allemagne a oublié 1953. Certes ce n'est pas aux Allemands ni aux Européens de payer pour les erreurs des politiciens hellènes, mais un peu plus de souplesse face à la souffrance grecque aurait été recommandable ...

- Espagne : remplaçant d'un Mariano Rajoy qui avait géré la crise catalane face à Carles Puigdemont, Pedro Sanchez n'a pas trouvé mieux que d'aller exhumer le cadavre du Franco dans son mausolée de la Valle de los Caidos. Dans un pays encore marqué au fer rouge par la sécession catalane de l'automne 2017 et en proie à un chômage toujours très élevé, le leader socialiste avait sans doute mieux à faire qu'ouvrir une telle boîte de Pandore.

- Grande-Bretagne : le Brexit fera des victimes (non pas à la City qui trouvera des solutions de contournement pour que Londres reste la place financière de référence devant New York, Singapour, Hong Kong, Tokyo, Francfort et Paris) parmi l'échantillon des partisans du Leave : campagnes anglaises. Les tensions vont se raviver à la frontière nord-irlandaise. Ainsi que les velléités d'indépendance de l'Ecosse ... Beau travail que celui de David Cameron qui décida en 2015 de jouer son pays aux dés pour rester à tout prix au 10 Downing Street, belle démagogie que celle de son rival tory Boris Johnson pour accéder au Graal de tout homme politique britannique, la résidence occupée par Churchill, Attlee, Eden, Thatcher ou Blair.

- Italie : laissée à elle même par Bruxelles sur la crise migratoire et piégée par les accords de Dublin, l'Italie a sombré dans le populisme un an et demi après le départ de Matteo Renzi. L'ancien maire de FLorence avait tenté de moderniser le pays à la suite du gouvernement technocrate conduite par Mario Monti, téléguide par Goldman Sachs. La Ligue du Nord de Matteo Salvini et le M5S de Luigi Di Maio se sont alliés pour prendre possession du pouvoir exécutif. 2018 a donc été une année exécrable dans la Botte : les extrêmes au pouvoir, la Nazionale absente de la Coupe du Monde de football et l'effondrement du viaduc de Gênes, le pont Morandi, symbole d'un Etat incapable d'assurer la pérennité de ses infrastructures routières.

Il est de notoriété publique que les Français sont nuls en langue, avec une méthode catastrophique d'apprentissage : la fameuse tête bien pleine plutôt que la tête bien faite de Rabelais et Montaigne, de l'oral réduit à la portion congrue, du vocabulaire jusqu'à plus soif et la liste des verbes irréguliers du Prétérit ... En économie, on y reviendra plus loin, des générations de lycéens et d'étudiants se font laver le cerveau par des profs marxistes pour qui l'entreprise (qu'ils n'ont jamais connu) est le Grand Satan et l'Etat Providence rien de moins que le Saint-Graal, ces mêmes étudiants embrigadés par l'U.N.E.F. ou Nuit Debout qui se croient intelligents et intéressants car ils ont réussi un graffiti Place de la République. Mais attention, contrairement aux places Syntagma à Athènes, Tahrir au Caire ou Maïdan à Kiev, la souffrance n'est pas comparable dans le XIe arrondissement de nos chers bobos parisiens ... En géographie, peut mieux faire. En maths, le classement PISA est là pour nous montrer chaque année que la France a pris le toboggan du déclin, qu'on espère non irréversible. Et en histoire, docteur ? Eh bien là aussi, peut mieux faire. Le cancre s'endort sur ses lauriers en plastique verdâtre made in Taïwan. 

Le problème de la France, qui se prend toujours pour le centre du monde, est qu'elle voit l'Europe à travers le prisme de Charlemagne, et non à travers celui des pères fondateurs : Adenauer, Monnet, Spaak, Gasperi ou Schuman, qui mériteraient l'équivalent d'un Mont Rushmore dans les Alpes, à la frontière franco-italienne sur un pan de Mont Blanc.

En leur temps, d'illustres esprits avaient appelé à la création d'Etats-Unis d'Europe : Victor Hugo, Sir Winston Churchill. Plus de soixante ans après le Traité de Rome de mars 1957, le désastre est incontestable, car on a mis la charrue avant les boeufs au carrefour du millénaire, l'époque du trio Blair / Schröder / Chirac : pas d'Europe politique ni de la défense, euro construit sur les sables mouvants d'une zone monétaire totalement incohérente au niveau économique (budgets, droit du travail, fiscalité ...). Vouloir négocier avec la Turquie était un non sens, qu'Ankara reconnaisse le génocide arménien de 1915 ou pas d'ailleurs. Car plus de 80 % de son territoire est en Asie, et seule Istanbul, parmi ses grandes villes, a un pied en Europe par le détroit du Bosphore. Tant qu'on y est, pourquoi pas la Mongolie, les îles Fidji ou encore la Bolivie ?

Mais au delà des erreurs colossales de non-convergence économique et politique, cette Europe là était de toute façon destinée à l'échec : la Perfide Albion n'avait d'autre ambition que de contrecarrer les desseins fédéraux du continent, postulat assumé depuis les années Thatcher, sans prendre part à l'euro ni à l'espace Schengen, restant le Cheval de Troie des cousins de Washington D.C. depuis leur adhésion à la C.E.E. en 1973. L'Allemagne ne voulait qu'un euro calqué sur son bon vieux deutsche mark, axiome transmis par Helmut Kohl aux chanceliers l'ayant suivi à Berlin, Gerhard Schröder et Angela Merkel. La France ne voulait qu'une large tribune pour agrandir l'écho de sa voix ...

Mais revenons à l'ignorance crasse des Français en Histoire. La Hongrie, privée de deux tiers de son territoire au Traité de Trianon en 1920, ne porte guère la France dans son coeur, notre pays étant le principal artisan de ce démembrement de l'état magyar, privé de son droit d'Etat-Nation pourtant rappelé au Traité de Saint-Germain-en-Laye en 1919. Privée d'accès à la mer Adriatique (actuelle Croatie), de la Transylvanie (actuelle Roumanie) et l'actuelle Slovaquie, la Hongrie perdit il y a un siècle une superficie de 231 000 kilomètres carrés.

A Budapest, où se trouve la plus grande synagogue d'Europe, est né le fondateur du sionisme, Theodore Herzl. Mais l'antisémitisme vorace de l'affaire Dreyfus a bien aidé ... Cet antisémitisme insupportable est de retour depuis trop longtemps (affaires Ilan et Sarah Halimi en 2006 puis 2017, Merah en 2012, Hyper Casher en 2015), malgré la cécité volontaire de l'islamo-gauchisme.

On ne cesse de repocher aux Allemands leur veto sur les eurobonds. Mais il faudrait peut-être remonter à l'origine de la paranoïa en vigueur outre-Rhin, la fameuse hyper-inflation allemande de la République de Weimar où l'on pauait l'addition du dîner en arrivant au restaurant, dès la commande, tellement elle était violente.

Autrichiens et bien d'autres peuples du Vieux Continent nous voient encore comme la patrie du tyran sanguinaire Napoléon. L'Europe va de l'Atlantique jusqu'à l'Oural, et possède suffisamment de diversités culturelles pour ne pas en rajouter venant d'Asie ... Beurre contre huile d'olive, vin contre bière voire vodka, soleil contre pluie, catholicisme contre protestantisme ou Eglise orthodoxe, comme le rappelle l'excellent ouvrage de Yanko Tsvetkov, l'Atlas des Préjugés.

Mais la France préfère mettre tous ses maux sur Bruxelles c'est bien pratique, sauf que 95 % des problèmes viennent de Paris, sinon la France ne serait pas le seul grand pays de l'OCDE à n'avoir jamais vaincu le chômage. L'ultra-libéralisme et la technocratie en vigueur dans la capitale belge font des ravages. La belle affaire : mais des inepties comme l'ISF, la CSG, la CRDS ou les 35 heures sont copyright France, personne n'ayant jusqu'à présent copié ces trouvailles géniales signées respectivement Michel Charasse, Michel Rocard, Jean Arthuis et Martine Aubry. Mais Bruxelles ou pas, nos énarques franco-français se sont charger tous seuls de couler le paquebot France, avec une dette abyssale de 2300 milliards d'euros, un gouffre sans fond, un trou noir qui menace de tout aspirer. Le général de Gaulle et Georges Pompidou sont nos derniers hommes d'Etat. Mais les figures providentielles à la Vercingétorix, Charlemagne, Saint-Louis, Philippe le Bel, Jeanne d'Arc, Richelieu, Louis XIV, Voltaire, Napoléon, Victor Hugo et autres Clémenceau ne courent pas les rues, utilisons donc l'intelligence collective ... Sauf que certains manquent clairement de culture historique et économique, pour ne pas dire du bon sens élémentaire, qui n'est ni de gauche ni de droite. La France est comme la reine dans Blanche-Neige  : narcissique et nombriliste, elle persiste à se voir plus belle qu'elle ne l'est vraiment dans son miroir ...

En 2004, John Kerry tançait George Debeuliou Bush sur la dette souveraine américaine, la comparant à la Muraille de Chine puisqu'elle serait visible de la Lune. Vu notre rythme de dépense dans l'Hexagone, c'est bientôt de Mars voire de Jupiter qu'il faudra aller observer ce monstre qui pourra servir de mur anti-bruit au Transsibérien. Le Tonneau des Danaïdes marche à plein régime, et les gilets jaunes se fichent royalement d'endetter encore plus le pays, et donc leurs propres enfants et petits-enfants. Mais qu'il s'appelle étudiant de mai 68, manifestant de décembre 1995, pseudo-gréviste étudiant de 2006 anti-CPE ou gilet jaune, le Français reste comme l'indémodable colonel de retour des Indes fumant son cigare (ou sa pipe) dans les romans d'Agatha Christie : fidèle à sa propre caricature du degré zéro de la pensée économique.

Combien de fois faudra-t-il donc répéter qu'un bon impôt n'est pas progressif mais linéaire, de taux bas et d'assiette large (soit concrètement un I.R. à taux unique de 10 % payé par 100 % des contribuables et non par seulement 43 %) ? Que le secteur public ne peut être financé que par les richesses créées par le secteur privé ? Que la dette est un fardeau insupportable ? Que tout dispositif idéologique et symbolique (totem de gauchiste) de type 35 heures ou I.S.F. est contre-productif en économie ouverte ? Que toute taxe louable sur le plan moral, qu'elle ait pour nom taxe Chirac, taxe GAFAM / BATX, taxe Tobin ou même taxe carbone, doit être étudiée à l'aune des fiscalités voisines en Europe et dans le reste de l'O.C.D.E. pour éviter de se tirer des balles dans le pied ? Que chaque Français devrait avoir les mêmes droits de retraite pour 1 euro cotisé ? Que l'allongement de l'espérance de vie spectaculaire depuis un demi-siècle devrait permettre de consacrer une partie de ce gain au travail avant de prendre sa retraite ? Que l'accroissement spectaculaire du nombre de retraités relativement au nombre d'actifs est une chaîne de Ponzi, une bombe à retardement, un château de cartes destiné à l'effondrement ? Que tout dispositif socialiste visant à faire payer les couches supérieures plutôt que chacun enfonction de ses ressources est stupide, décourageant le travail, la réussite et le mérite ? Que l'égalité n'est pas l'égalitarisme, et donc que seule une règle du jeu équivalente pour tous sur le plan fiscal et social peut valoir l'adhésion de tout un peuple ? Que l'A.P.L. stimule la demande sur le marché du logement alors que le problème est l'offre de logements disponibles ? Qu'attaquer systématiquement patrons,entrepreneurs et propriétaires fonciers en les taxant ou en les assommant de normes sans justification les conduits à un mécanisme de défense avec effet boomerang pour les plus faibles (revoir Darwin, l'évolution des espèces et la sélection naturelle en environnement hostile) ?

Mais non, dans un incroyable magma intellectuel et un gloubi-boulga à la Kafka, on préfère se boucher les oreilles et même se crever les tympans, être à la fois borgne de l'oeil gauche et myope de l'oeil droit, on préfère crier sa haine des riches façon réflexe de Pavlov ou mouton de Panurge : admirons le brillant résultat, la France est une usine à pauvres et sa classe moyenne s'effrite.

Vive Robin des Bois et Walter Scott, vive Trotski, Marx, Che Guevara, Yannis Varoufakis, Thomas Piketty, Lénine et Staline, l'inventeur du goulag ... Par les moustaches de Plekszy-Gladz, voici le camp du bien plébiscité par ceux dont l'encéphalogramme est désespérement plat faute de prendre un peu de recul sur la réalité de ce bas monde. A bas Gordon Gekko, Guizot, Milton Friedman, Macron, Wall Street, l'Europe bruxelloise, Sarkozy, les banques, les médias, le CAC 40, Moody's, Fitch et Standard & Poor's ... Vous avez devant vous le camp du mal, des pestiférés,de Méphistophélès, Belzébuth et Lucifer, condamné au purgatoire dans le meilleur des cas.

L'Etat, au lieu de s'occuper des missions régaliennes, préfère mettre son grain de sel dans la vie économique : usine à gaz fiscale (les médias ne nous parlent bien entendu jamais de la niche des journalistes à 7 500 EUR d'abattement), retraites totalement inégales (38 régimes), Sécurité Sociale endettée jusqu'au cou, droit du travail totalement rigide, entreprises écrasées de charges, Etat mammouth redondant avec régions et départements, droit du logement (psycho-)rigide et inefficace (puisque l'APL stimule la demande, alors que le problème est du côté de l'offre ...), professions règlementées (notaires, taxis, pharmaciens), monopoles d'Etat illégitimes (EDF, RATP, SNCF), cancer généralisé de l'assistanat, addiction dure à la dépense publique sous toutes ses formes ...

Et à 57 % du PIB englué dans des dépenses publiques (totalement inefficaces puisque redondantes, décorrélées de toute logique économique et déographique ...), expliquons le, on est plus proche du modèle cubain, soviétique ou nord-coréen que des dragons libéraux d'Asie comme Hong Kong ou Singapour : nous étions à 29 % de dépenses publiques en 1974 au décès de Georges Pompidou ... La propagande des partis souverainistes et gauchistes sur le prétendu ultra-libéralisme de l'UMPS est donc une gigantesque farce qui n'a d'égal que l'étendue de leur fange intellectuelle sans vision aucune, exception faite de leur stratégie électorale à court ou moyen terme. Toujours selon ces mêmes partis qui se réclament républicains et de gouvernement, on en arrive à un Etat soi-disant policier où les pauvres (faux-)gilets jaunes (vrais ultras) casseurs hooligans sont victimes de violences intolérables. Dans bien d'autres pays, l'équivalent de nos C.R.S. aurait eu des moyens légaux de maintien de l'ordre bien plus dissuasifs. Des manifestants vêtus de fluo viennent fracasser du flic et du gendarme en toute impunité, avant que des cagnottes scandaleuses viennent récompenser les casseurs (comme par hasard, là il reste de l'argent sur le compte courant ...) ! Merci à Renaud Muselier, président de la région Provence Alpes Côte d'Azur, d'avoir riposté sur Leetchi via une cagnotte pour les deux gendarmes lâchement attaqués. Mais où vit-on ?

Ce pays est incapable de la moindre unité sauf pour crier Je suis Charlie comme un mouton de Panurge et aller acheter son petit numéro de Charlie Hebdo le mercredi suivant pour se donner bonne conscience, ou pour fêter un titre mondial sur les Champs-Elysées, la Canebière, la Place du Capitole, l'Esplanade des Quinconces, la Place Masséna ou la Place Bellecour, en 1998 ou 2018. Chacun préfère son petit pré carré, son petit intérêt particulier, le travail au black du voisin et tout va bien, madame la marquise. Pas de problème à voir de nouveaux impôts créés tant que ce sont les autres qui paient. Mais la vache à lait préférée de Bercy, la classe moyenne supérieure, est comme la plus belle fille du monde : elle ne peut donner plus que ce qu'elle a ...

J'ai trop souvent eu honte d'être français, par exemple en avril 2002 (Le Pen au 2e tour), en mai 2005 (non à l'Europe) et en 2012 (taxe à 75 % de Flamby Hollande) mais là je crois que ce sentiment atteint son paroxysme tellement nous donnons une image de pays incapable d'entrer dans le XXIe siècle, de nation arc-boutée sur des paradigmes économiques d'un autre temps. Pour partager la richesse, il faut déjà la produire. Taxer les riches via l'I.S.F. n'a jamais amélioré le sort des classes moyennes et populaires. Vivre en déficit permanent n'est pas économiquement tenable ... Mais puisque tout est de la faute de Bruxelles, pourtant clément avec la France pour ne pas stimuler encore plus le vote populiste ...

In fine, tout se dirige vers une Europe en trois blocs, avec des îlots autour d'elle appelés Suisse, Royaume-(dés)uni et Norvège : le groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, Slovaquie et République Tchèque), l'Europe du Nord avec pour leader l'Allemagne (et dans son sillage Pays-Bas, Belgique, Finlande, Autriche, Suède, Danemark voire Irlande) l'Europe du Sud avec pour leader la France (avec le Portugal, l'Italie qui comprendra un jour son erreur monumentale, l'Espagne et la Grèce). Car qu'on ne s'y trompe pas, en cas de scission entre Francfort / Bruxelles d'une part et les pays méditerranéens, la France ne prendra pas le bon wagon, contrairement à 1945 où Charles de Gaulle avait assis un cadavre à la table des vainqueurs, permettant à notre pays de voyager en première classe depuis un billet de seconde. Les autres ne sont de toute façon que des figurants : Slovénie, Chypre, Malte, Croatie, pays baltes, Roumanie, Bulgarie ...

Mais comme on dit, avant de faire des reproches à l'Europe et à tous nos voisins, soyons déjà irréprochables en France. Il y a du travail, mais si tout le monde y mettait du sien dans ce pays, il retrouverait la place qu'il mérite en seulement une décennie, celle de première puissance du Vieux Continent fort d'incontestables atouts (T.G.V., force de dissuasion nucléaire, droit de veto au Conseil de Sécurité de l'O.N.U., littoral atlantique et méditerranéen sans oublier ceux de nos nombreux DOM-TOM, grandes entreprises mondialement reconnues comme L'Oréal, Total, Publicis, Renault ou Axa, excellence de formation de nos ingénieurs ...). Et ceci quelle que soit la forme prise par l'Europe à ce moment là, car loin du chaos d'un Frexit, c'est par le traitement à la racine de nos problèmes datant des années 70 et 80 que nous, Français, pourront retrouver prospérité économique, sécurité pérenne et fierté nationale. Ne confondons pas Paris et Bruxelles. Les amalgames n'ont jamais mené nulle part ...

(*) au sens traditionnel du terme, pas au sens athénien bien entendu ...


Moyenne des avis sur cet article :  1.61/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • Axel_Borg Axel_Borg 17 janvier 15:13

    Macron en est désormais réduit à deux tâches : inaugurer les chrysantèmes et faire en sorte que l’opposition reste à l’état de mai -juin 2017, soit un champ de ruines ...

    Ni la France ni l’Europe ne vont donc progresser durant son mandat, puisqu’il n’a plus la légitimité suffisante et la crédibilité politique pour faire passer des réformes essentielles, telle que la remise à plat de notre système de retraites.


    • izarn izarn 18 janvier 12:12

      @Axel_Borg
      Désormais l’Assemblée Nationale est obsolette.
      Dire que « en marche » va survivre est irrationnel.
      Ni l RN et la FI n’ont besoin de se fatiguer.
      LR-LREM-PS=Carbonisés.
      Quand aux réformes essentielles elle se resume en une seule : Frexit !
      Solution qui seule permette de redémarrer l’économie et au peuple français de reprendre les manettes de leur Nation.
      L’UE ne va pas progresser ?
       smiley
      Tant mieux !
      Crève salope !


    • Clocel Clocel 17 janvier 15:23

      « L’Europe, c’est la paix... »

      La nécessaire piqûre de rappel : https://www.youtube.com/watch?v=rAJBZrQmxrY


      • Alren Alren 17 janvier 18:13

        @Clocel

         L’UE n’a rien de positif.
        Alors on allègue que depuis 1957 elle a maintenu la paix sur le continent. C’est faux ! archi faux !!!

        Même sans Union, il ne pouvait plus y avoir de guerre entre les grandes puissances européennes tant que l’Allemagne qui a enclenché le processus tragique par la guerre de 1870, celle de 14-18 et encore celle complètement archaïque de 39-45 était occupée.
        Puis la France « son ennemi héréditaire »s’était dotée de l’arme atomique, après la Russie, les deux pays devenant ainsi des sanctuaires militaires.

        Et la guerre a eu lieu avec l’UE !
        Une guerre cruelle pour les femmes, les enfants, les vieillards en ex-Yougoslavie. On a utilisé contre la Serbie des armes contenant de l’uranium qui empoisonnera la campagne de cette région pour des millions d’années.
        Et nos loubards de l’industrie de la drogue se fournissent en Kalachnikovs bon marché auprès de trafiquants de l’ex-Yougoslavie !

        Quel humanisme ! Quel respect pour les peuples à disposer d’eux-mêmes ! Quel modèle pour le monde !


      • V_Parlier V_Parlier 17 janvier 20:01

        @Alren
        De plus, selon l’auteur, l’UE existerait depuis 1957, bonjour la prestation d’analyse-historien ! L’UE c’est d’ailleurs toujours et encore la guerre, elle couvre toujours les forfaits des putschistes d’Ukraine au pouvoir depuis 2014 alors que ça va toujours plus loin dans la folie (ils en sont maintenant à la persécution religieuse au profit d’une nouvelle secte d’Etat !).

        L’auteur n’a pas manqué non plus l’occasion de glisser l’Eglise Orthodoxe Grecque dans la liste des coupables, pratique de plus en plus courante chez les néolibéraux qui se sont rendus compte que la religion n’est plus leur cheval gagnant depuis que les communistes la laissent vivre (c’était auparavant un faire valoir). Elle va en plus souvent contre leur idéologie, donc seuls certains types de protestantismes peuvent s’y adapter. Ou encore cette fameuse nouvelle secte d’Etat ukrainienne créée ex-nihilo avec le concours de sectes néonazies (pseudo-orthodoxes excommuniés) en profitant de la démence (voire pire que ça) de Bartholomée de Constantinople. Voilà qui va réjouir l’auteur, une menace de poids contre l’orthodoxie, ça faisait partie des plans de Brezinski. (Il ne le cachait même pas).


      • baldis30 17 janvier 20:35

        @Alren

        bonsoir,
         entièrement d’accord et je vais en remettre une couche :
        « le processus tragique par la guerre de 1870, celle de 14-18 et encore celle complètement archaïque de 39-45  »

        Que des généraux incompétents aient perdu la bataille en 1940 on en doute peu !
        Mais on oublie un chose c’est que la guerre de 1914 -1918 s’est déroulée quasi exclusivement sur les territoires belge et français, les allemands détruisant tous les potentiels industriels de ces deux pays ... Et rien en Allemagne .... où malgré les crises sociales qui s’y sont déroulées l’outil industriel était quasiment intact et a permis bien des choses alors que quinze après l’outil industriel français qui pouvait servir de base n’était pas reconstitué... 
        On peut hurler en disant c’est la faute aux politiques de l’époque .... oui ils ont une responsabilité elle est évidente celle de ne pas s’être aperçu de la paranoïa hitlérienne ....
        L’inertie de constitution d’un outil industriel est énorme  : deux exemples actuels

        1. entre la découverte d’un champ pétrolier ou gazier normalement accessible il faut au minimum sept ans pour avoir les premiers barils ou mètres-cube
        2. après la crise pétrolière de 1973 et malgré une mobilisation importante des moyens techniques et humains nationaux c’est près de dix ans qu’il fallut pour conquérir une part d’autonomie grâce au nucléaire.

        L’inertie des systèmes existe ... avez-vous les personnes, les moyens, les ressources .... et LE TEMPS ; Hitler les avait et n’avait plus besoin du temps !

        Et dans les années 1920 / 1930 il fallait beaucoup plus de temps ... pour la même réalisation industrielle .....


      • Axel_Borg Axel_Borg 18 janvier 10:37

        @Alren,

        Double hors sujet spatial et temporel.

        La Yougoslavie était condamnée bien avant 1957 et la création de la C.E.E. mon pauvre ami.

        Tout s’est joué, et tu le sais très bien, en 1918 à la création du Royaume d’Alexandre Ier, fils de Pierre Ier de Serbie, l’Etat devenant officiellement Yougoslavie en 1929.

        Si cela a pris autant de temps, c’est du fait de la main de fer dans un gant de velours du maréchal Tito, mort en 1980.

        La poudrière a juste mis 10 ans à exploser, et l’U.E. n’y était pour rien, sans parler du fait que c’était en dehors de son territoire ...

        Les mêmes tensions nationalistes en Autriche-Hongrie avec la Serbie avaient déjà conduit à l’attentat de Sarajevo contre l’archiduc François Ferdinand ...

        Sur les pratiques de la guerre, cites moi un pays au monde qui est un modèle de vertu sur le sujet ...


      • Axel_Borg Axel_Borg 18 janvier 10:50

        @V_Parlier,

        Le sage montre la lune et l’imbécile regarde le doigt.
        La même phrase avec U.E. (ex C.E.E.) ou C.E.E aurait pris le même sens.

        Espagne franquiste, Portugal de l’Estado Novo et Grèce des colonels étaient bien contents de rentrer dans la C.E.E. en 1986 et 1981 ...

        3 pays ruinés par des dictatures pendant des décennies, 3 pays dans un état de tiers-mondiste post-médiéval. Ils sont aujourd’hui en démocratie et doivent beaucoup à l’Europe, qui a injecté tant d’argent là bas dans les années 80 et 90 ...

        L’Espagne a manqué le coche en diversifiant mal son économie, Aznar a laissé les US, Albion et les Allemands se faire plaisir au niveau de l’immobilier, avec comme symbole ces aéroports fantômes, comme celui où Almodovar a tourné le début des Amants Passagers (navet de ce maître du cinéma espagnol soit dit en passant) ...

        Que reste-t-il en marge des tensions catalanes ? Bien peu d’entreprises connues mondialement comme Seat ou Santander, et seulement une agriculture et un secteur du tourisme performant (qui profite bien comme le reste de la Méditerranée européenne de la disqualification du Maghreb auprès des touristes occidentaux depuis le printemps arabe de 2011) ...

        Même problèmes à peu de choses près chez le voisin lusitanien.

        Quant aux Grecs ... Si tu considères que l’Eglise orthodoxe peut se soustraire à l’impôt (tout comme les armateurs), en effet on aura pas grand chose à se dire. Tôt le monde doit payer ses impôts, riches, pauvres ou classes moyennes, nobles, clergé ou Tiers Etat, et c’est plus que jamais valable en France où la classe moyenne raque pour les autres.

        Mais revenons à la Grèce ... Ce pays est un nid de fainéants qui préfèrent bosser au black pour faire prospérer l’économie souterraine ... Avec des politiciens corrompus jusqu’à la moelle et un endettement record ...

        Les Grecs, certes bien aidés par Draghi et Goldman Sachs, se sont mis tout seuls dans l’eau. Mais ils ont pris l’argent de l’Europe sans trop se fatiguer pendant presque 3 décennies (1981-2009) et s’étonnent que le boomerang leur revienne en pleine face vu leur dette.

        Que l’U.E. et le FMI leur ait bien maintenu la tête sous l’eau depuis 2009 avec le concours de GS est un tout autre sujet ...


      • izarn izarn 18 janvier 12:39

        @Axel_Borg
        Commentaire hors sol. Voire débile.
        Faut-il etre complètement barge pour avoir intégré la Grèce , le Portugal et l’Irlande dans l’euro ? Et même la France ? (Résultat depuis Giscard une montée en flêche du chomage, pour crocher avec le mark)
        Quelle rapport avec l’économie Allemande ?
        Stiglitz, Friedman, et bien d’autres économistes « nobèlisés » l’ont dit depuis des années et depuis le début !
        Et puis, les % ridicules de transfert. En fait il faudrait que l’Allemagne se soulage de pas moins 30% de son PIB, ainsi que la France. Ca n’arrivera jamais, ou soulèvement populaire décrété ces temps-ci de « peste jaune », populiste, etc...N’importe quoi !
        Bref : L’UE,CA NE MARCHE PAS !
        Les grecs n’ont pas pris l’argent de l’UE, cela n’aurait certainement pas suffit : Ils se sont endettés, grâce à l’euro, monétisé par l’économie allemande et française.
        Mais la Grece n’est la seule : Portugal, Espagne, Italie et...La France !
        Donc les grecs feignant...Remarque digne du crétin de l’Elysée.
        Ca vaut de tirer la chasse des chiottes.
        Ceci dit que l’UE se plante, c’est visiblement la seule porte de sortie, vu la trahison manifeste de nos élites. On se croirait non pas en 1933, mais surement en 1940 avec la collaboration avec l’Allemagne nazie, voulue par l’élite des banques et industriels français (Lire ou écouter Annie Lacroix-Riz)
        En ce moment l’élite collabore activement avec l’UE dominée par le globalisme international dirigé par les USA. Si on ne l’a pas observé c’est qu’on est complètement naze, vu le grotesque évident des déclarations des institutions européennes en plus de celles de l’OTAN.
        Il faut savoir que les collabos en 1945 se sont tournés vers les USA...
        (Toujours lire Annie Lacroix-Riz)
        Il faut savoir que Barbie et Von Braun ont collaboré avec les USA depuis 1945...
        Nos députés sont majoritairement des traitres à la Nation, comme en 1940...
        Devoir de mémoire : Schuman le soit disant père de l’UE avait voté les pleins pouvoirs à Pétain. Et Monet faisait partie du Département d’Etat américain sous Roosevelt.
        CQFD.
        Circulez, y a rien à discuter.


      • izarn izarn 18 janvier 12:50

        @izarn
        Quand un président refuse d’utilser la voix démocratique ; c’est à dire dissoudre l’Assemblée Nationale, pour redonner la parole au peuple, et qu’à la place il fabrique un « débat national » fondé sur RIEN...
        Aucune loi, aucune institution, aucun vote :
        C’est du du BLABA ! Du RIEN !
        DU FOUTAGE DE TRONCHE !
        Le pétainisme est là sous nos yeux !
        Et Castaner raffle les GJ...Jaune (Pas peur du grotesque)
        Aili ! Ailo !


      • michalac michalac 19 janvier 14:15

        @V_Parlier

        «  elle couvre toujours les forfaits des putschistes d’Ukraine »

        On raconte même que c’est l’Europe qui serait l’instigatrice du soulèvement du Dombass pour qu’enfin il y ait la guerre dans ce foutu pays.
        Sans ça, les Russes de l’Est ukrainien n’auraient jamais bougé... Et il n’y aurait jamais eu de guerre...


      • michalac michalac 19 janvier 14:27

        @V_Parlier

        « depuis que les communistes la laissent vivre »

        Qu’apprends-je ?

        Il se trouverait quelque part dans le monde des communistes... Des communistes qui laisseraient vivre les religions...

        Mais où ça donc si ce n’est en Corée du Nord ?


      • Jeekes Jeekes 17 janvier 15:30

        ’’mais surtout préserver la paix et la démocratie (*) dans les pays qui la composent.’’

         

        La paix comme pour l’(ex) Yougoslavie, par exemple ?

        Notez que je ne parle pas de tous les autres pays du monde dans lesquels l’UE, en bon larbin des EU, va foutre le bordel, bombarder et assassiner à qui mieux-mieux.

         

        Et la démocratie comme pour la macronie ?

        Notez z’également que je réfute énergiquement la légende à l’eau-de-rose que le régime français soit une démocratie.

         

        Ha ben du coup, ’’votre europe’’ non merci !

         

         


        • Axel_Borg Axel_Borg 17 janvier 15:41

          @Jeekes,

          Adhésion de la Slovénie 2004, de la Croatie 2013 ... Guerre en ex Yougoslavie 1991-1995.

          Je te laisse rembobiner ton message sur cette partie ?

          Pour la démocratie, la seule vraie dans le monde en effet est la Suisse mais nos voisins ont beaucoup plus de civisme et de respect pour l’Etat et l’intérêt général que nous.

          Le R.I.C. utilisé à tire-larigot en France donnerait potentiellement des catastrophes encore plus grandes que le Brexit ou la farce d’octobre 2017 signé Puigdemont.

          Mais remember Churchill, la démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous les autres. Que nous proposent gilets jaunes et opposition pseudo-républicaine (RN / LFI / DLF) à part l’anarchie ou le grand saut dans le vide ?


        • Xenozoid Xenozoid 17 janvier 15:44

          @Axel_Borg

          la trampoline ?


        • Xenozoid Xenozoid 17 janvier 15:45

          @Xenozoid

          qui ressemble a churchill


        • V_Parlier V_Parlier 17 janvier 20:08

          @Axel_Borg
          Mais puisque vous écrivez que l’UE existe depuis 1957, alors 1991-1995 ça tombe bien dedans ! smiley

          Plus sérieusement, tous les pays qui ont plus tard été les eurofédéralistes les plus enragés étaient déjà ceux à l’époque qui, au nom de l’OTAN, sont allés prendre parti dans la guerre sans aucun soucis d’appaisement mais pour casser du Serbe, quitte à protéger et soutenir toutes les ordures que la Terre puisse porter. (Le Kosovo, le bombardement de Belgrade...).

          L’UE c’est la paix ou « L’Europe c’est la paix », le raccourci hypocrite :
          https://www.youtube.com/watch?v=Zw2riY8mIGM


        • Axel_Borg Axel_Borg 18 janvier 10:54

          @V_Parlier

          Tu es vraiment une cloche toi ... 1991-1995 la Croatie et la Slovénie n’étaient pas dans l’UE tu piges ? Leur adhésion est postérieure.

          Pour le reste lis mon post à Alren ...


        • izarn izarn 18 janvier 12:55

          @Axel_Borg
          Je crois que le grand saut dans le vide c’est l’UE actuelle !
           smiley
          C’est pas parceque les moutons refusent de sauter dans le vide de l’UE qu’il faut les traiter d’anarchistes.
          Votre procédé c’est de nier le POURQUOI de la révolte...
          Ainsi les GJ naissent soudain comme des champignons vénéneux ?
          C’est à cause de Salvini ou de Poutine ?
           smiley
          Vous etes complétement hors sol, c’est ahurissant !
          Pas étonnant que ça péte de partout en UE...


        • michalac michalac 19 janvier 15:34

          @Axel_Borg

          " Que nous proposent gilets jaunes et opposition pseudo-républicaine (RN / LFI / DLF) à part l’anarchie ou le grand saut dans le vide ?"

          Les révolutionnaires se sont toujours montrés meilleurs destructeurs que bâtisseurs...


        • michalac michalac 19 janvier 15:46

          @Jeekes

          Que diriez-vous d’un régime français tel que nous le connaissons aujourd’hui et qui aurait la vertu d’exprimer majoritairement les convictions et opinions qui sont les vôtres ?

          Ça serait pas démocratique, ça ?


        • michalac michalac 19 janvier 15:58

          @V_Parlier

          " Plus sérieusement, tous les pays qui ont plus tard été les eurofédéralistes les plus enragés étaient déjà ceux à l’époque qui, au nom de l’OTAN, sont allés prendre parti dans la guerre sans aucun soucis d’appaisement « 

          Plus sérieusement ? Sage précaution...

          Les français étaient-ils à Sarajevo »sans aucun soucis d’appaisement" ?

          Les Hollandais étaient-ils à Srebrenica animés d’intentions belliqueuses ?

          C’est sous mandat de l’ONU que tous intervenus sur le théâtre yougoslave et non sous l’égide de l’Otan.


        • Axel_Borg Axel_Borg 21 janvier 15:47

          @izarn,

          Je partage en tous points le POURQUOI de la révolte, manque de démocratie et injustice fiscale.
          Je paie beaucoup d’impôts crois moi ...

          Mais comme toujours avec ce type de mouvements immatures style Nuit Debout ou Podemos, le diagnostic est bon, la solution catastrophique !

          Il y a eu beaucoup de fake news de la part des GJ (fausse mort d’une certaine Coralie), comme il y en a de l’autre côté en faisant croire que Steve Bannon est à l’origine du truc ...

          Complètement hors sol ? Je ne crois pas non ... Dire que l’U.E. actuelle va dans le mur, qu’il vaut mieux la réformer que la quitter, et qu’il faut en priorité réformer la France plutôt que de chercher continuellement des poux à Bruxelles comme le font nos élites politiques, c’est juste réaliste et pragmatique.

          Par contre, survendre le Frexit, le fait que la dette est illégitime ou qu’on peut partir en retraite à 60 ans come le font ces marchands d’illusions que sont Asselineau, Le Pen et Mélenchon, désolé mais c’est totalement irresponsable.

          Sans parler de leur étrange conception de l’ordre républicain par rapport aux performances des casseurs parisiens (à ne pas confondre avec les GJ pacifiques) ...


        • Durand Durand 17 janvier 15:39

          .

          « Discours commode même si tout le monde sera d’accord sur le fait que l’Europe technocratique ne peut plus perdurer, elle doit renaître de ses cendres tel un phénix sous une forme véritablement démocratique. »

          .

          Pas la peine d’aller plus loin : l’auteur n’a pas encore compris que l’inexistence d’une démocratie européenne est liée à l’inexistence d’un peuple européen !...

          Il ferait mieux d’écrire des articles de sport et s’en tenir là...

          .


          • Axel_Borg Axel_Borg 17 janvier 15:45

            @Durand,

            Et toi tu ferais mieux de comprendre que la volonté politique d’avancer serait suffisante si chaque pays y mettait du sien, avec de vraies concessions, pour créer des pôles de compétence ici ou là ... La France et la GB (si elle n’avait pas choisi de partir) auraient pu s’associer pour débuter une vraie Europe de la défense, la France et l’Allemagne idem sur la diplomatie ...

            La fameuse génération Erasmus est consciente d’être européenne contrairement à ce que tu dis. Nous sommes liés à nos voisins, que nous voulions ou non ...

            Tous les sondages montrent que les peuples sont déçus de l’Union, mais cependant pas au point de la faire exploser ...


          • Durand Durand 17 janvier 16:43

            @Axel_Borg

            .

            « La fameuse génération Erasmus est consciente d’être européenne contrairement à ce que tu dis. »

            Erasmus n’a rien à voir avec l’Union européenne, tout comme Airbus, par exemple... Mais ce n’est qu’un moindre exemple de ton ignorance crasse et insistante... Si la France sort de l’UE, elle continuera à faire partie d’Erasmus et de plus de 6600 traités et accords internationaux...

            .

            « Nous sommes liés à nos voisins, que nous voulions ou non ... »

            Oui, bien sûr !!!..., et la nouvelle europe sera démocratique, que nous le voulions ou non !!!

            .

            Tain, t’as du boulot pour rattraper ton retard... !

            Keep diving !

            .


          • Axel_Borg Axel_Borg 17 janvier 17:22

            @Durand,

            Comment réagir devant tant de bêtise (ou de myopie) ? Je parle de GENERATION Erasmus pas du PROGRAMME Erasmus.

            Toi saisir la différence ? Je parle de gens nés après 1975, générations X et Y, qui considèrent la construction européenne comme un acquis.
            Certains cependant parmi ces « jeunes » oublient que la démocratie n’en est pas un et qu’il faut la défendre. Le seul discours intéressant de Tonton fut celui de mars 1995 à Strasbourg : le nationalisme, c’est la guerre.

            L’Europe des Nations défendue par les extrêmes de tout bord revient à revenir à ce que le Vieux Continent a connu entre 476 (fin de l’Empire Romain d’Occident) et 1957. Soit quinze siècles de guerres intestines ...

            Il est évident que des pays isolés vont très bien se défendre contre Etats-Unis, Russie, Chine, Inde, Turquie, Brésil ...

            Chacun dans son coin à prêcher les valeurs de paix et de démocratie avec zéro influence et un beau pin’s sur le veston. Pour ton info le job est déjà pourvu, ça s’appelle le Vatican.

            Comprends bien que la France ne subsiste que grâce à 3 ou 4 artifices : la force de dissuasion atomique, le système post-colonial du franc CFA qui lui offre tant d’avantages, son droit de veto au Conseil de Sécurité de l’ONU (qui finira bien par être réformé un jour, ce qui diluera d’autant le pouvoir de l’Hexagone), et bien entendu la bienveillance de Bruxelles qui n’ose pas taper avec sa règle en fer sur les doigts de la 2e économie de la zone euro. Sinon nous serions déjà en vraie cure d’austérité, pas l’austérité de la rue de Solferino où les dépenses augmentent en valeur absolue comme relative du PIB ...

            Allez j’arrête ça suffira pour te nourrir ce soir, on reprendra demain ...

            Keep going with vegetable on left side of Gauss Bell Curve for human IQ ...


          • @Axel_Borg
             « pour débuter une vraie europe de la défense »

             Contre qui ?

             La France fait déjà partie de l’U€ placée sous la supervision du Cdt en chef de l’Otan 
             lui-même nommé par le président U$  ?
             Pour avoir une indépendance militaire d’U€ il faudrait sortir de l’Otan !
             seulement le pack de Maastricht ne le permet pas tant qu’on reste dans l’U€ !

             il nous faut donc tout comme nos ennemis héréditaires les rosbeefs , essayer de sortir de ce bourrier U€ ....et vite  smiley

             
             
             

             

             


          • Axel_Borg Axel_Borg 17 janvier 17:55

            @Armand Griffard de la Sourdière,

            Contre qui ? Je te parle de défense moderne et d’enjeux actuels, terrorisme, cyber-menaces, pas de chars Leclerc ou des armes palestiniennes de l’Intifada ...

            Sortir de l’OTAN ou de l’U.E. ? Pourquoi faire ? Trump va résoudre le problème en forçant les Européens à budgéter un peu leur défense et donc à se structurer, et ce sera la seule chose intelligente qu’il aura faite à la Maison Blanche.

            Sinon, Poutine et Erdogan continueront à s’amuser à notre détriment ...


          • V_Parlier V_Parlier 17 janvier 20:20

            @Axel_Borg
            Il « s’amusera » à quoi, Poutine ? Pour l’instant ceux qui s’amusent à foutre le bordel à l’Est je les vois ici, à défendre l’hypocriticratie. Ils écrivent même des articles sur AV. Quant à Erdogan, je vous rappelle que c’était l’allié de l’UE au début du coup pourri en Syrie, pour le soutien des rebelles armés « modérés »(*), etc... Et à ce moment là c’était un gentil...

            Autre sujet : A propos des atouts de la France, j’ai bien rigolé :
            "son droit de veto au Conseil de Sécurité de l’ONU (qui finira bien par être réformé un jour, ce qui diluera d’autant le pouvoir de l’Hexagone), et bien entendu la bienveillance de Bruxelles"
            -> Ce qui est bien c’est que vous faites en même temps le chant de gloire et la démolition comique, puisqu’actuellement le transfert du siège de la France à l’ONU vers l’UE est en cours de discussion...

            (*) J’aurais envie de dire : Un peu comme si les Russes armaient nos gilets jaunes, sauf que même les plus violents des GJ ne sont pas des décapiteurs — étripeurs comme ceux qui faisaient du bon boulot pour Fabius. Il faudrait plutôt faire un comparatif avec une grosse bande de frères Kouachi, un truc comme ça...


          • Axel_Borg Axel_Borg 18 janvier 10:52

            @V_Parlier,

            Il est temps que tu te réveilles ... Café, Ice Bucket Challenge, à toi de choisir ...

            Le veto français n’en est déjà plus un depuis belle lurette, Paris consultant Berlin et Bruxelles depuis très longtemps avant d’aller défendre ses positions à l’O.N.U.


          • François Vesin François Vesin 18 janvier 12:50

            @Axel_Borg

            « Toi saisir la différence ?  » 

            J’admire la courtoisie et la politesse non feinte
            dont font preuve vos respectueux contradicteurs !
            Il y a dans vos mots cette odeur pestilentielle de sueur bourgeoise
            qui poisse le récit historique de toutes ses trahisons passées
            autant que de ses méfaits à venir !

            «   on reprendra demain ...  »

            Demain ne vous appartient pas !
            Répéter tel un mainate le credo maastrichien est devenu inaudible
            Votre U.E s’effondre et, avec elle, l’illusion d’une nation européenne
            rêvée par Hitler, ourdie par les collabos Monnet et Schumann à la solde des usa,
            verrouillée sournoisement depuis 1969 par tous les présidents français
            dont l’infâme et pitoyable Macron sans mandat du Peuple de France -
            ira solder sa souveraineté le 22 janvier prochain à Aix-la-Chapelle !!!


          • izarn izarn 18 janvier 13:01

            @Axel_Borg
            Mais aucun peuple n’a la volonté d’avancer : C’est du bidon !
            L’UE actuelle est hors sol, anti démocratique.
            L’UE actuelle : C’est mort !
            OK !
            Basta...Poubelle.
            La grande majorité des pays dans le monde ne sont pas unis par les traités débiles de l’UE. Et ils se portent bien, voire mieux !
            « Le grand vide » ?  smiley
            Ne colportez pas votre grand vide personnel.


          • François Vesin François Vesin 18 janvier 16:27

            @ledo

            ledo 18 janvier 13:59

            @François Vesin
            Quand on a à faire à des vieux cons comme toi qui comprennent que dalle , mais qui veulent tout savoir , ben l’auteur est obligé de remettre ces cons à leurs places . L’auteur a fait un bel article bien écrit , si çà te conviens pas passes ton chemin .

            Je n’accepte pas vos insultes et j’ai demandé à ce qu’elles soient supprimées.
            Vous êtes parfaitement au diapason de l’auteur qui interpelle @Durant par un
            « Toi saisir la différence »
            pour terminer sur un «  Allez j’arrête ça suffira pour te nourrir ce soir, on reprendra demain ... » La forme et le fond sont intolérables.


          • Axel_Borg Axel_Borg 21 janvier 11:56

            @François Vesin,

            Tu ne sais pas lire non plus. Je dis dès le début de l’article que cette U.E. va dans le mur. Mais entre le Frexit qui va encore plus vite dans le mur, et une fédération façon U.S.A., encore une fois le choix est vite fait de mon côté.

            Car toute seule, que pèse la France dans le monde ? 0.8 % de la population mondiale, 1 % du PIB mondial (par contre 15 % des dépenses sociales). Autant dire rien ...

            Tu m’expliques comme on existe en post Frexit (avec une dette qui va exploser et une monnaie de singe le FRF 2.0) face à Trump, Erdogan, Poutine, Modi et Xi Jinping ?

            Quant à ton odeur pestilentielle de sueur bourgeoise, tu ne sais même pas qui je suis. Je ne suis pas bourgeois et je ne l’ai jamais été.

            Nation européenne rêvée par Hitler ? Archi-faux ... Adolf voulait une Pangermania aryenne avec des peuples soumis, pas une nation européenne ...

            Si tu confonds Hitler et Churchill, c’est grave ...


          • Axel_Borg Axel_Borg 21 janvier 15:36

            @Armand Griffard de la Sourdière

            Contre qui ? A ton avis ? Contre les menaces actuelles donc les mouvances islamo-terroristes et cyber-terroristes ...

            En partageant les informations, en ayant des fichiers commun de style P.N.R., en ayant une politique cohérente aux antipodes du fameux accord de Dublin qui a conduit l’Italie dans le chaos des extrêmes Ligue du Nord + M5S.


          • Kaiser hans 17 janvier 19:56

            Long soporifique et plein d’inexactitudes

            Depuis 1957, l’U.E. aura réussi trois choses, et c’est à la fois trop peu et en même temps énorme : Erasmus pour la galerie, mais surtout préserver la paix et la démocratie (*) dans les pays qui la composent.

            la paix est préservée par un équilibre des forces rarement atteint, entre British, Français et Deutsch qui sont les trois pays les plus belliqueux d’Europe mais sont alliés sous les ordres de la même puissance tutélaire.

            L’Allemagne la plus peuplée et la plus industrialisée et donc qui a le plus fort potentiel militaire vieillit très vite et doit gérer une très forte communauté turque qui peut très vite devenir instable

            De plus pourquoi faire la guerre quand les trois ennemis potentiels ont l’arme nucléaire, que les USA vous défendent quasi gratis (2% de PIB en moins de dépenses publiques) et que ça vous donne un très fort avantage économique couplé au vieillissement (moins d’investissement public et d’inflation) qui fait qu’un pays comme la France va se vassaliser de lui-même (vf traité du 22 janvier)

            La France ensuite est la deuxième population , la deuxième industrie , la meilleure armée et l’arme nucléaire mais est ruinée et doit gérer une menace intérieure islamiste forte (et entre 57 et 80 communiste), des élites collaboratrices qui adorent se soumettre depuis la nuit des temps (et ça en devient criant depuis Sarkozy)

            La Grande Bretagne a du gérer l’Irlande, la pauvreté jusqu’à la découverte du pétrole en mer du Nord, l’Ecosse maintenant, une financiarisation excessive qui a fait que jusqu’en 2005, l’industrie anglaise et son agriculture sont une blague. Autre chose à foutre que la guerre avec ou sans l’Europe où elle est rentrée en 1973.

            L’ancien homme malade de l’Europe est devenu un phénix économique avec une Union Européenne aux petits oignons

            Homme malade toujours troisième ou quatrième puissance économique mondiale depuis la fin de la guerre grâce à l’aide du défaut de 1953, arme que l’Allemagne interdit à ses concurrents démontrant par là qu’elle est bien en GUEEERRRRRREEE Economique certes mais guerre (les morts grecs la remercient surtout ceux qui sont morts de maladies curables en raison de l’absence de médicaments dans leurs hôpitaux sur ordre de la troika allemande, ce qui est aussi une façon de faire la guerre....)

            Espagne : remplaçant d’un Mariano Rajoy qui avait géré la crise catalane face à Carles Puigdemont

            Remplaçant minoritaire, et qui doit donc faire d’énormes jeux politiques ce qui explique la suite d’un connard qui a mis en prison l’opposition ...pour empêcher une région d’être plus autonome, soutenu par tous nos présidents, y compris le nôtre qui va brader des régions aux allemands (traité du 22 janvier à venir) (là aussi c’est un résultat de guerre )....

            - Grande-Bretagne : le Brexit fera des victimes parmi l’échantillon des partisans du Leave : campagnes anglaises (qui prennent déjà bien cher, en ce moment les investissements affluent chez eux merci). Les tensions vont se raviver à la frontière nord-irlandaise. Ainsi que les velléités d’indépendance de l’Ecosse

            (déjà ravivées par le fait que c’est l’Ecosse qui possède le pétrole de la mer du Nord et que les Anglais les ont bien entubés sur ce point

            Pour l’Italie, un pont ne s’effondre pas en un an, ça fait donc depuis quelques années que l’Etat n’entretient pas ses infrastructures pour soi disant se moderniser (en gros diminuer ses dépenses à la hache).

            résultat sur les migrants, l’Italie gère tout à ses frais et est priée de continuer en diminuant ses autres coûts par la grande Allemagne (qui ne fait pas la guerre mais soumet tout le monde), l’Italie n’entretient plus ses infrastructures et l’Italie en excédent primaire reste en déficit à cause du coût de la dette , typiquement la situation où une bonne renégociation relancerait tout, mais elle ne peut pas car l’Allemagne et la France l’interdisent (ils préfèrent piller que d’assumer le risque) (comportement de colon, donc de guerre)

            Le problème de la France, qui se prend toujours pour le centre du monde, est qu’elle voit l’Europe à travers le prisme de Charlemagne, et non à travers celui des pères fondateurs : Adenauer, Monnet, Spaak, Gasperi ou Schuman, qui mériteraient l’équivalent d’un Mont Rushmore dans les Alpes, à la frontière franco-italienne sur un pan de Mont Blanc.

            C’est un peu le problème de l’Europe que chaque nation la composant essaie de la détourner à son profit, l’Allemagne y est arrivée, la Grande Bretagne y arrivait mais voyant le vent tourner s’est cassée, les PECO y arrivent très bien (subventionnés à hauteur de 2% de leur PIB merci pour eux), l’Irlande aussi d’ailleurs l’Espagne essaie de renégocier les choses en léchant le cul et l’Italie en retournant la table, la France aime être une victime tant qu’elle peut donner des leçons à tout le monde

            pour la suite je prépare un deuxième paragraphe tout aussi sanglant...

            juste une petite remarque (déficit français 75 Mds euros) niches fiscales et subventions bidons 200 milliards d’euros. Donc en supprimant les seconds on peut diminuer les impôts de 125 milliards...

            ça respire mieux là...


            • Axel_Borg Axel_Borg 18 janvier 11:05

              @Kaiser hans,

              Sur ta remarque finale, c’est ce que je dis dans l’article sur la partie France. Je suis plus que partisan du dégraissage de l’Etat mammouth, d’un IR à taux unique et de la fin de toute ces niches inutiles ainsi que de l’assistanat généralisé.

              Tu en veux d’autres des économies ? Exit la Corse, crois moi tu vas en gagner. Certes tu perds de belles plages et des rentrées touristiques, mais il nous reste tant de belles régions. Et là question subventions bidon tu en gagnes, les cagoules ne pouvant tenir vu leur production de châtaigne, de fromages et de cochons ... Bref la Corse c’est une mini Grèce, économie totalement incapable de produire quoi que ce soit pour le reste du monde en terme de services ...

              Sur l’Allemagne ... Evidemment que 1953 a aidé et le plan Morgenthau fut rejeté côté US pour éviter de faire ressurgir les démons d’un potentiel IVe Reich ...
              Tout s’est joué entre 1988 et 1990 quand Mitterrand s’est fait piéger par Kohl sur la réunification RDA / RFA, la contrepartie de l’euro aurait du être beaucoup mieux négociée par Tonton.
              Par la suite, Hartz et Schröder ont fait le taf de réformer outre Rhin en 2003, nous ça fait 40 ans qu’on se regarde le nombril en laissant filer les déficits.

              L’Espagne ... j’ai répondu plus haut à Parlier.

              Sur l’Italie, bien entendu qu’un viaduc ne s’effondre pas d’un coup mais voir Salvini accuser Bruxelles pour cela est bien démagogique. Tous les experts avaient prévenu pour le pont Morandi, l’Etat et la société d’autoroutes ont préféré cacher la poussière sur le tapis.
              De manière générale, l’Italie (à part sous Monti et Renzi) n’a jamais été capable de la moindre réforme structurelle, soufffrant d’un système encore plus pourri que le nôtre : IVe République et Berlusconi pendant plus de 8 ans au Palazzo Chigi (9 mois 1994, 2001-2006, 2008-2011)

              « C’est un peu le problème de l’Europe que chaque nation la composant essaie de la détourner à son profit »
              Nous sommes bien d’accord, mais si les responsables politiques ne prennent pas le destin de l’U.E. en main pour aller vers une vraie négociation entre pays responsables (donc exit UK, Visegrad évidemment), cela ne se fera jamais.
              Un système à l’américaine avec gouvernement fédéral et lois locales, une vraie répartition des responsabilités.
              Qu’on ne vienne pas me dire que l’électeur américain a zéro levier démocratique, et que les gouverneurs d’Etat ne servent à rien ... Ils sont au contraire très puissants.
              Bien entendu la culture européenne est très diversifée et ce sera le grand obstacle à ce changement, au delà des divergences fiscales et budgétaires non traitées du temps de la création de l’euro.


            • Kaiser hans 18 janvier 12:59

              @Axel_Borg

              Le premier obstacle à l’Europe politique est la mentalité allemande qui fait valider toutes les lois Européennes par son Conseil Constitutionnel sans modifier sa constitution (ce que la France a déjà fait trois fois) et a déjà bloqué pas mal d’initiatives européennes...

              En gros tant que les Allemands utiliseront l’Europe pour asseoir leur domination, l’Europe politique va poser problème
              à Visegrad
              à l’Italie
              à la Grèce
              à la France qui elle se couche
              à l’UK dont on connaît la mentalité...

              en bref elle va être dure à réaliser


            • Axel_Borg Axel_Borg 21 janvier 11:51

              @Kaiser hans,

              OK sur l’Allemagne mais c’est bien pour cela qu’il faut privilégier le redressement national avant de vouloir (comme Macron) se prendre pour Charlemagne le roi d’Europe. Soyons déjà forts chez nous avant de vouloir donner des leçons de morale à nos voisins et aux Américains ... Comment avoir une quelconque influence internationale et européenne quand on est le pays incapable de vaincre le chômage depuis 1973, l’exception qui confirme la règle de l’O.C.D.E. ?

              Baissons donc les dépenses publiques, libérons les énergies et rétablissons l’autorité de l’Etat, qui fait de l’interventionnisme économique inefficace et de la gabegie sociale au lieu de s’occuper de son coeur de métier : le régalien.

              Encore une fois, en 10 ans, la France peut dépasser l’Allemagne si tout le monde tirait dans le même sens au lieu de voir son petit intérêt particulier dans ce pays ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès